..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We are in pieces [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maggie W

Invité

avatar


MessageSujet: We are in pieces [Terminé]   Lun 26 Déc - 21:53

L’échange était enfin terminé. Ils étaient rentrés au bercail. Pas tous, mais la plupart. Les fourgons de repli avaient traversé Los Angeles à une vitesse folle. Les blessés avaient besoin de soin maintenant, tout de suite. Pas dans une heure, pas dans cinq minutes ! A l’arrière du fourgon de tête, Maggie soutenait Ryan comme elle le pouvait pour lui éviter d’être trop balloté dans les virages. Jamais le chemin entre la plage et les quartiers de Genome ne lui avait semblé aussi long. Son estomac menaçait de déverser tout son contenu sur ses chaussures, ses mains étaient couvertes de sang séché et elle avait l’impression de ne pas s’être douchée depuis trois semaines. Elle ne devait pas être jolie à voir. En même temps, personne ici ne devait être joli à voir.

Quand enfin le fourgon stoppa devant l’immeuble, la jeune femme laissa le soin aux hommes présents de décharger les blessés et de les emmener à l’infirmerie. D’ailleurs, y aurait-il assez de lits ? Il n’y avait qu’un médecin et une infirmière pour tout ce petit monde, il allait falloir prioriser et faire des choix. La dernière fois qu’elle avait fait un choix, une fille y était restée. L’arme se trouvait encore coincée dans la ceinture de son pantalon, elle pouvait sentir le métal froid du canon dans son dos. Elle fallait qu’elle se débarrasse de ce truc. Elle l’enfermerait à double tour dans un des tiroirs de son bureau. Elle n’y toucherait plus jamais. Elle avait tiré une seule balle mais elle avait atteint sa cible au-delà de ces espérances. Elle ne voulait pas la tuer, juste la stopper. La blesser même pour qu’elle se calme. Mais la balle avait troué le crâne et transpercé le cerveau, le réduisant à l’état de bouillie. Maggie revoyait la scène encore et encore.

Alors qu’elle rêvassait, elle se fit bousculer par les personnes qui faisaient des vas et viens constant entre les fourgons et l’infirmerie. Ah oui, les blessés. Ils avaient besoin d’elle. Elle s’y rendit à son tour et ne prit même pas le temps de se changer, malgré les vêtements de rechange qu’elle avait prévu. Non, elle se contenta de se laver les mains, d’enlever son pull et de panser sa coupure au bras. Elle montrerait ça à Wallas quand ils seraient moins occupés. Là, ni l’un, ni l’autre n’avaient le temps.

Anne, William et certainement beaucoup d'autres personnes avaient besoin de soins mais elle décida d’aller vérifier l’état de Ryan dans un premier temps. Il avait sacrément morflé. Allongé sur un lit, il paraissait si vulnérable. Il avait aspiré toutes les blessures d’Anne et de Shannon. Les blessures ne se voyaient pas mais elles étaient bien là. Epuisé, il s’était effondré dans les bois. Elle l'avait placé sous perfusion pour qu’il reprenne un peu de force et il n’y avait plus qu’à attendre. Maggie se laissa glisser le long de la porte et se mit assise à même le sol. Ici tout était calme, ici il y avait juste Ryan. Le silence lui faisait du bien, ses oreilles bourdonnaient moins. Des larmes silencieuses coulèrent sur ses joues sans qu’elle ne fasse rien pour les arrêter. Elle voulait rester ici, ici à veiller sur Ryan. Elle ne le connaissait pas mais des liens s'étaient crées entre eux. Un massacre pareil, ça rapproche forcément ceux qui y ont assisté. Elle voulait une cigarette et un verre de whisky. Non, une bouteille de whisky et un paquet de cigarette.

Elle voulait oublier, retourner à sa vie d’avant. Un coup d’œil vers Ryan lui rappela la douleur de l’échange et que, pour elle, il n’y aurait plus jamais de vie d’avant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mar 27 Déc - 11:04

Ryan était semi conscient mais son corps ne réagissait plus. Il entendait la voix de Maggie à côté de lui, et puis les voix après dans le fourgon qui bougeait beaucoup, mais rien ne réagissait, chaque parcelle de son corps était entièrement tétanisée.

Il se laissa alors sombrer dans l’inconscience, ne pouvant absolument plus lutter contre la douleur et la fatigue qui l’envahissait. Il avait tout donné. Il ne maîtrisait pas bien son pouvoir et l’avait visiblement sur utiliser pour aider Shannon et Anne. Peut être que les deux étaient trop blessées pour qu’il assume leur guérison, ou bien il ne savait tout simplement pas encore gérer les temps ou la diffusion d’énergie. Il faudrait qu’il apprenne tout ça, peut être avec de l’aide.

Il avait froid… Il sentait que quelque chose était différent. Tout comme il sentait ce petit picotement au niveau de la perfusion que Maggie lui avait mise. De même, des douleurs aussi différentes soient elles le terrassaient à l’endroit de la blessure principale qu’il avait soigné chez Shannon au niveau du bras, ainsi que la blessure par balle d’Anne. Tout le reste de son corps étaient enkylosé. Cependant, un liquide chaud passait dans ses veines, du moins c’était la sensation, et cela apaisait Ryan qui refaisait surface petit à petit.

Il n’arrivait pas à ouvrir les yeux, ni même à parler, mais il réussit à bouger son bras et tendre la main vers la porte. Il sentait la présence d’une personne qui était là non loin de lui et il voulait savoir de qui il s’agissait, sentir sa peau, avoir un contact , histoire de se sentir moins perdu.

Ryan prisonnier de son corps se posait pleins de questions. Il ressassait tout ce qui s’était passé sur le champs de bataille, la bouille de la petite Moïra complètement paniquée par ce qu’il lui arrivait, les morts, les blessés… Une larme coula alors, involontaire, le long de sa joue.

Qu’étaient ces histoires de mutants ? Pourquoi il y avait eu un échange ? Qu’était il ? Pourquoi des enfants étaient ils mêlaient à des histoires d’adultes ? Qui étaient les opposants ? Pourquoi Anne et William, son meilleur ami, étaient là ? Que lui avaient il vraiment caché ?

Ryan ne demandait qu’une seule chose, pouvoir refaire surface, reprendre vraiment conscience afin de tirer au clair tout ce qu’il venait de vivre aux côtés de ses amis, mais aussi de gens qu’il avait aidé et qui lui étaient totalement inconnus….
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mar 27 Déc - 13:42

Maggie entendait qu’on l’appelait derrière la porte. On la cherchait partout. Elle se recroquevilla sur elle-même, la tête coincée entre les mains, elle ferma si fort les paupières qu’elle s’en fit mal aux yeux. Qu’ils l’oublie. Qu’ils la laisse tranquille. Elle ne voulait pas y aller, elle voulait rester là, dans le calme de la chambre aménagée en salle de soin pour l’occasion. Elle était brisée, elle voulait pouvoir se reposer elle aussi. Elle voulait oublier et partir loin. Elle en venait presque à regretter qu’Owen l’ait manquée. La balle était passée à quelques centimètres d’elle et elle est était passée à quelques centimètres du repos éternel. Les larmes coulaient toujours sur ses joues, roulaient le long de ses bras pour finir leur course folle sur le sol de la salle. Quand les pas de ceux qui la cherchaient se rapprochèrent, la rousse se redressa et ferma la porte à clé. Pitié, qu’ils renoncent à la retrouver. Elle viendrait quand elle se sentirait prête.

Puis elle entendit un léger bruit derrière elle. Ryan avait bougé. Elle termina de se relever et vit une main tendue vers elle. Il avait certainement plus besoin d’elle que la dizaine de blessés qui parcouraient les couloirs. Elle s’approcha lentement et prit la main de l’inconscient dans les siennes. Elle était glacée. Doucement, elle se mit assise sur le bord du lit. Une larme coula lentement sur la joue de Ryan. Maggie amorça un mouvement pour l’essuyer puis se ravisa. Finalement, elle ne le connaissait pas.


« Tu es à Genome, tu ne risques plus rien ici. Tu as besoin de repos, l’utilisation de ta capacité a pompé toute ton énergie. »

L’écossaise n’avait pas pour habitude de parler aux patients dans le coma. Mais il avait tendu une main vers elle, il cherchait une présence. Elle ne pouvait pas partir et le laisser tout seul. Maggie avait fait un choix, elle resterait là jusqu’à ce qu’il se réveille. Les autres attendraient, ils étaient entre de bonnes mains avec Wallas et Esteban. Ils n’avaient pas besoin d’elle. Ryan, si. Elle ne pouvait pas le laisser seul dans un endroit qu’il lui était totalement inconnu.

« J’vais rester là, je suis avec toi. »

Sans lâcher la main de Ryan, Maggie rapprocha une chaise du lit et se mit assise le plus confortablement possible. Le bois de la chaise terminait d’achever son dos douloureux, elle n’arriverait pas à dormir dans cette position. De toute façon, elle ne pouvait pas fermer les yeux sans voir le visage mort de Cléophée. Alors autant veiller sur le sommeil de Ryan, il en avait bien besoin. Elle le fixait, guettant le moindre signe de conscience. Malgré le fait qu’elle commençait elle aussi à avoir froid, elle essayait de réchauffer la main qu’elle tenait entre les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mar 27 Déc - 14:13

Un contact. Doux et fort à la fois… Ryan ne pouvait pas parler mais ce toucher l’apaisa et lui donnait une connection avec la réalité. Un besoin désespéré d’avoir quelque chose auquel s’accrochait pour refaire surface. Cette chance lui était donnée.

Il reconnut la voix de Maggie, et un sourire intérieur se dessina. Il ne la connaissait pas, il l’avait juste croisée et il devait l’aider à faire les soins sous la tente de fortune qu’ils avaient monté. Au lieu de ça il l’avait observée elle était partie et il avait pris les soins de Shannon en main. Mais le peut qu’il avait vu de Maggie semblait être doux.

Son corps se réchauffait grâce à ce contact. Aspirait il la chaleur de la jeune femme ? Cela faisait il partit de sa capacité ?

« T’es abruti mon vieux, c’est biologique les corps se réchauffent mutuellement »

Des heures passèrent. Ryan était inconscient et conscient à la fois, un concept que le commun du mortel peut avoir du mal à saisir. C’était comme si son corps tout entier était paralysé, qu’il ne pouvait plus bouger, alors que sa conscience était bien présente, lucide et réfléchie. Le sommeil le gagna cependant. Il se laissa sombrer, apaiser par la présence de la jeune femme dont il avait reconnu la voix.

Quelques heures après le retour dans les quartiers de Génome, Ryan se réveilla. Il serra la main qui était dans la sienne. Il pouvait de nouveau bouger. Mais le reste était brumeux. Jusqu’à…

« Maggie ? »

Il se rappela sa voix résonner dans sa conscience et doucement il ouvrit les yeux. Dehors, il faisait toujours jour. Ou peut être était il resté inconscient plus longtemps qu’il ne le pensait et déjà un nouveau jour suivait son court.

Alors que Ryan re découvrait son corps, il se rendit ocmpte des courbatures qui lui tiraillaient tous les muscles et des bleus invisibles qui lui faisaient mal. Mais aussi, en prononçant le nom de la jeune femme il remarqua que ça gorge le brûlait. Elle était sèche, un désert salivaire qui l’empêchait de parler correctement.

Son regard se dirigea alors vers la perf, puis doucement il se tourna vers le visage de la jeune femme et lui offrit un sourire avant de tousser à s’en décrocher les poumons.

« Eau… » fut le seul mot qu’il put prononcer pour exprimer ce dont il avait besoin.

Quelle sensation étrange que d’être privé de ses fonctions les plus utiles alors que l’on a rien fait de spécial à part soigner des petites blessures mineures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mar 27 Déc - 19:37

Les heures s’écoulaient, lentement mais surement. Elle voyait la nuit décliner, céder sa place au jour. Le soleil éclairait faiblement la pièce, filtrant à peine au travers les rideaux tirés. Maggie n’avait pas réussi à s’endormir malgré sa difficulté à garder les yeux ouverts. Elle avait donc passé les dernières heures assise sur une chaise en bois, à tenir la main de Ryan. Elle la serrait comme on s’accroche à une bouée de sauvetage, caressant doucement le dos de la main du pouce. Il s’était endormi et elle avait passé le reste de la nuit à le veiller. Jamais elle n’avait fait ça avant. Jamais elle n'avait fait ça pour personne d'autre que lui. Dehors, derrière la porte qu’elle avait fermée entre eux et le reste de Genome, les bruits semblaient s’être atténués et ils avaient enfin cessé de la chercher. Tant mieux. Elle avait franchement besoin de faire le point sur ce qu’il s’était passé. Il lui faudrait du temps pour oublier qu’elle avait pris une vie, du temps pour oublier qu’elle avait trahi Owen sans états d’âme. Elle avait besoin de temps, point.

Pourtant, à force de lutter contre le sommeil, celui-ci finit par la gagner. La jeune femme s’endormait puis se réveillait en sursaut car elle manquait de tomber de la chaise. Mais elle ne pouvait pas aller se coucher, elle n’arrivait pas à se résoudre à lâcher Ryan. Elle lui avait promis qu’elle resterait là jusqu’à son réveil alors elle attendrait. Elle piquait du nez une énième fois quand elle sentit les doigts du jeune homme serrer les siens. Il était en train de se réveiller et il l’appelait. Maggie se releva et se retint de grimacer. Son dos était douloureux.


« Oui, je suis là. »

Elle s’approcha du lit quand il lui réclama de l’eau, après une quinte de toux affreuse. Pourvu qu'il n'aie pas pris froid en plus de tout le reste. La rousse acquiesça d’un signe de tête, lâcha doucement la main qu’elle avait tenu durant ces longues heures et partit à la recherche d’un verre d’eau. Elle alla jusque dans la salle de douche et en profita pour se regarder dans le miroir. Elle ressemblait à un épouvantail : elle était mal coiffée, les larmes avaient creusés des sillons sur ses joues et le manque de sommeil dessinaient d’affreux cernes sous ses yeux bruns. Sans parler de ses vêtements poisseux, couverts de sang et de terre. Maggie prit une profonde inspiration, rempli un verre d’eau et retourna auprès de Ryan. Elle s’inquièterait pour sa douche après. Pour l’instant, elle devait aller voir comment il se portait maintenant qu’il était réveillé. Elle retourna dans la chambre en prenant bien soin de refermer la porte derrière elle.

Margareth s’approcha de Ryan et se mit assise au bord du lit. Elle l’aida à se redresser et lui donna le verre d’eau qu’elle était allée lui chercher. L’écossaise le regardait avec un petit sourire, elle était contente qu’il soit enfin revenu à lui.


« Comment tu te sens ? » demanda t elle simplement une fois qu’il eut terminé de boire.

Elle ne put s’empêcher de bailler même si elle savait pertinemment qu’elle n’arriverait pas à dormir. L’échange était encore bien trop présent dans son esprit pour qu’elle puisse trouver la paix et le calme nécessaires à une bonne nuit de sommeil.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mar 27 Déc - 21:48

En quelques instants Maggie revint avec un verre d’eau à la main. Ryan aurait voulu boire le verre d’un trait mais il savait que ce n’était pas bon lorsque l’on n’avait pas ingurgité d’eau depuis longtemps. Il laissa alors Maggie l’aider, puis le verre finit il se reposa entièrement sur le lit sur lequel on l’avait allongé.

Les lieux semblaient bien silencieux, mais ce n’était pas pour lui déplaire, d’autant que cela devait être le cas depuis seulement quelques instants voire quelques heures. En essayant de se détendre Ryan voulu remonter le long des coussins afin d’avoir une position plus assise. L’effort lui arracha une grimace.

« J’ai mal de partout et je me sens complètement vide » répondit-il à Maggie avec une voix encore plus rauque qu’à l’accoutumée.

Il prit alors le temps d’observer la jeune femme assise au bord du lit. Elle avait des cernes de trois kilomètres de long, les cheveux ébouriffés et visiblement elle n’avait même pas pris de temps pour elle et elle seule.

« Maggie ça fait combien de temps que tu n’as pas dormi ? Tu as une mine affreuse. »

Ryan toussota en grimaçant. Il se décala un peu pour faire de la place à Maggie et l’invita du regard à s’allonger près de lui. Elle devait se reposer et maintenant. Ryan pouvait sembler audacieux, mais honnêtement il ne réfléchissait plus comme ça. Pour lors il pensait pragmatique, toute émotion l’ayant fui au moment même où il avait vu tant de corps tomber sous ses yeux.

« Tu as besoin de te reposer, et je me sens patraque, rien ne t’empêche de piquer un somme. »

Elle avait le choix. En attendant la décision de la jeune femme, Ryan se massa les tempes, il avait mal au crâne comme si quelque chose l’avait heurté de plein fouet. Il sentit d’ailleurs des égratignures sous ses doigts amochés, et se rappela alors la branche qu’il avait reçu de plein fouet alors que le vent d’une force phénoménale s’était levé soudainement.

« Moi aussi je dois avoir une sale tronche » dit- il avec un sourire.

Le moment était tellement tendu et empreint de tristesse que Ryan essayait de détendre l’atmosphère et d’être le plus naturel possible. Il toussa de nouveau, sa gorge sèche lui arrachant de nouvelles grimaces. L’homme respira alors à fond, relâcha ses muscles, se détendit en donnant un nouveau sourire à Maggie et ferma les yeux quelques instants. Ryan ne savait pas si c'étaient les évènements ou alors Maggie tout simplement, mais sa timidité s'était envolée faisant place à un naturel qu'il ne se connaissait pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mer 28 Déc - 8:34

Maggie connaissait bien cette sensation. Son corps tout entier était endolori et elle ne ressentait plus rien depuis qu’ils étaient revenus du Blue Lake. Elle le regardait avec un sourire las. Ils étaient rentrés vivants mais dans quel état ? Ryan avait frôlé le coma et elle, elle était devenue une meurtrière. Elle ne s’en remettrait jamais. Cette fille, dont elle ignorait jusqu’au prénom, ne lui avait rien fait. Owen avait vu juste : elle avait descendu une innocente. Et elle avait appuyé sur la gâchette sans hésiter un seul instant. Est-ce que cette fille avait des amis ? Quelle explication allait être donnée à ses parents ? Plus la rousse y pensait, plus elle avait envie de se jeter du haut d’un pont. Ressentir autant de culpabilité et de remords n’était pas humain. Jamais elle ne pourrait vivre avec ça sur la conscience. Toutes les nuits, Miss Tornade viendrait la hanter. Elle ne trouverait plus jamais le sommeil.

Elle tourna la tête vers Ryan quand il lui demanda depuis combien de temps elle n’avait pas dormi. Elle haussa vaguement les épaules.


« J’en sais rien, certainement depuis trop longtemps. Je n’ai pas quitté cette pièce depuis que nous sommes rentrés. »

Maggie le regarda, perplexe. Il lui faisait une place à côté de lui, l’invitant à s’allonger à ses côtés. C’était lui le patient et d’autres attendaient leur tour. Wallas devait être débordé. Elle devait aller l’aider. Pourtant, ce geste la toucha. Plus qu’elle ne pourrait le dire. Elle le remercia d’un sourire et allait s’installer quand elle se ravisa. Elle ne pouvait tout de même pas dormir dans cet état. Comme il le lui avait si bien fait remarquer, elle était sale et elle faisait peur à voir.

« Non, toi tu as la tête de quelqu’un qui vient de se réveiller. J’vais me débarbouiller, je reviens. »

La jeune femme s’éclipsa une seconde fois. Dormir était un luxe qu’elle ne pouvait pas vraiment s’accorder mais elle en avait tellement besoin. Ryan avait raison, rien ne l’empêchait de se reposer quelques heures. Sous la douche, Maggie s’appuya contre le mur alors qu’elle laissait l’eau bouillante couler sur elle. Elle resta comme ça un petit moment, le temps que le sang séché et la boue finissent par s’évacuer dans le siphon. Puis, une fois sortie, elle enfila les vêtements de rechange qu’elle avait emportés : un jean noir et un tee shirt orange. Elle jeta les autres à la poubelle.

Quand elle réapparut dans la chambre où était installé Ryan, ses cheveux dégoulinaient encore et elle n’avait pas remis de pansement sur sa coupure au bras. Celle-ci partait du poignet et balafrait presque tout son avant bras. Ce n’était pas si grave finalement. Les blessures physiques finissent toujours par guérir. Les bleus à l’âme, eux, sont tenaces et ne disparaissent jamais vraiment.
Elle s’allongea à côté de Ryan, s’installant sur le flanc, essayant de prendre le moins de place possible. Elle s’apprêtait à dormir avec un homme qu’elle ne connaissait pas. D’habitude, cela ne la dérangeait pas. Maggie était un coureur de jupons au féminin. Mais là, c’était différent. Il y avait quelque chose. C’était la première fois qu’ils se côtoyaient vraiment mais elle avait l’impression de le connaitre depuis des années. Elle l’avait veillé et lui s’apprêtait à faire de même avec elle. Ce n’était pas rien, on ne fait ce genre de choses qu’avec des personnes qui nous sont proches. Il se passa un long moment avant qu’elle n’ouvre la bouche.


« J’ai tué cette fille. » Déclara t elle d’une voix blanche, « Elle allait nous mettre en pièces avec sa tornade. Je l’ai fait parce que j’ai pas eu le choix. Mais j’voulais pas la tuer, j’voulais juste qu’elle s’arrête… Est-ce que ça fait de moi un monstre ? »

Au fur et à mesure qu’elle parlait, sa voix s’étranglait pour finir dans un murmure presque inaudible. Margareth ne savait pourquoi elle lui avait dit ça mais il fallait que ça sorte. Elle culpabilisait tellement qu’elle avait l’impression d’étouffer. Elle n’était même pas sûre d’attendre une réponse, même pas certaine de vouloir une réponse. Elle désirait juste que quelqu’un sache qu’elle avait fait ça pour eux, pour les sauver d’un tourbillon qui les auraient tous emportés.

Alors que Maggie essayait vainement de trouver le sommeil, sa main cherchait celle de Ryan, celle qu’elle avait lâchée pour partir en quête d’un verre d’eau. Celle qu’elle avait tenue toute la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mer 28 Déc - 12:36

Ryan avait donc raison. Maggie n’avait pas dormi depuis des lustres. C’était mauvais , très mauvais. D’une part pour les nerfs qui étaient de plus en plus à vifs avec le manque de sommeil, d’autre part pour la tranquilité d’esprit qui ne pouvait pas revenir après un tel chaos mais aussi pour les aptitudes et la concentration, ce qui privait Maggie de certaines capacité pour aider ses collègues à gérer les patients.

« Tu dois dormir quelques heures ne serait ce que pour récupérer un peu pour mieux aider les autres après »
Ryan lui ordonna presque de prendre du repos tout en lui faisant de la place. Alors Maggie alla se débarbouiller. En effet dormir est plus aisé lorsque l’on est propre et que l’on se sent plus à l’aise dans des vêtements fraîchement propres.

Alors qu’elle prenait une douche, Ryan fermait les yeux se reposant ainsi. Il essaya aussi d’évaluer chacune des douleurs qui transperçaient son corps de part et d’autre. Il se souvenait que lors de ses précédentes guérisons, il lui fallait 12h pour récupérer et ne plus avoir mal. Mais là avec les guérisons multiples plus les coups qu’il avait reçu, il ne savait pas combien de temps cela prendrait. En tout cas, il se sentait déjà mieux.

« Maggie, tu pourrais me ramener de l’eau encore s’il te plait, » cria t-il aussi fort qu’il put pour se faire entendre alors même qu’il entendit l’eau s’arrêter de couler.

Il avait soif, encore. Peut être que la réhydratation lui permettait aussi de se sentir mieux.
Quoi qu’il en soit, Maggie finit par revenir et se posa à côté de lui sur le flanc. Il n’osait pas la toucher sa réserve naturelle reprenant le dessus. Maggie était jolie et douce et il sentait la détresse en elle… mais pourquoi ? Comme lui se posait elle des questions ? Ou était-ce encore pire qu’il ne l’imaginait ?

Puis, soudain, Maggie déballa son sac et avoua ce qui la tourmentait. Ryan resta bouche bée. Ainsi donc elle avait tué quelqu’un. Lui-même n’aurait pu faire une chose pareille et comprenait très bien pourquoi la jeune femme se sentait si mal, pourtant ce qu’elle avait fait c’était pour les sauver tous, aussi bien les bons que les mauvais. Une vie pour des milliers.

C’est ainsi, que dans un élan de témérité, après un blanc qu’il avait délibéremment laisser en cherchant ses mots pour répondre à la jeune femme, Ryan lui prit la main et passa son bras autour de sa taille.

« Tu n’es pas un monstre Margareth… Au contraire je dirais que tu as sauvé des milliers de vies sans même te soucier s’il y avait ou non des gens parmi les sauvés qui ensuite chercheraient à te tuer. Et qui sait ce que la tornade provoquée par cette fille aurait fait comme dégats…. Ce n’est pas évident, je comprends ta détresse, mais tu as fait ce qui était le mieux pour tout le monde… »
Ryan parlait posément, doucement, et avec un ton qui se voulait rassurant. Il serra fort Maggie contre lui et :

« Reposes toi, ça ira mieux après. »
Puis voyant la ballafre sur le bras de Maggie, il la parcourrut de ses doigts sans la toucher, se demandant s’il devait ou non la guérir. Peut être était ce dangereux ? Peut être retomberait il dans les pommes ? Mais la jeune femme ne méritait elle pas au moins qu’on s’occupe d’elle, des contusions qui la martelaient pour lui donner au moins un peu de répi de ce côté-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mer 28 Déc - 15:00

Une vie pour des milliers. C’était horrible. Penser que la mort de cette fille était nécessaire pour n sauver d’autre était inconcevable pour Maggie. Aucune mort ne devait être nécessaire ou bénéfique. Le décès d’un être humain restait une chose triste et moche. Même Ryan, il ne pouvait pas sérieusement penser qu’elle avait fait ce qui était le mieux ? Il disait ça juste pour la réconforter, juste parce qu’elle avait passé plusieurs heures à le veiller, sur une chaise qui l’avait percluse de courbatures. Il ne pouvait pas être sincère. Hein, qu’il ne le pouvait pas ? Ce n’était pas possible. Personne ne pouvait sérieusement penser ce genre de choses. Elle sentit les doigts de Ryan se serrer autour des siens alors qu’il la rapprochait encore plus de lui. Elle dut se faire violence pour retenir ses larmes. Pas encore, pas maintenant. Elle était bien, un peu de douceur dans ce monde de brute. Maggie ne bougeait plus, se détendant peu à peu. Dormir, oui, elle aimerait bien. Mais elle n’osait pas. Et si une Cléophée couverte de sang apparaissait soudainement dans ses rêves et se mettait à lui courir après ? Elle se réveillerait en sursaut et le réveillerait lui par la même occasion. Se reposer oui, dormir non.

Il se mit à parcourir sa blessure du bout des doigts. Non, qu’il n’y touche pas. Maggie retira son bras, peut être un peu trop brusquement. Ca lui faisait mal mais elle ne voulait pas qu’il la soigne. Elle demanderait de l’aide à quelqu’un d’autre pour ça.


« Non, arrête ! N’y penses même pas, Ryan. »

Margareth se mordit la lèvre. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de lui parler sur ce ton ? Elle était injuste, il cherchait juste à la consoler.

« J’veux dire… Tu as un peu trop forcé sur ta capacité. C’est pas grave, c’est juste une coupure, je m’en remettrai.» rajouta la rousse, sur un ton plus doux.

Et peut être ne s’imaginait il même pas à quel point le fait de la prendre dans ses bras lui faisait plus de bien que s’il avait soigné la coupure. Avoir mal au bras lui faisait oublier qu’elle avait mal à l’intérieur. Mal au plus profond d’elle-même. La guérison serait longue, douloureuse et accélérée à grands renforts de whisky et de cigarette. La dépression la guettait à nouveau, elle la sentait arriver, s’insinuer en elle comme une mauvaise herbe.

Alors elle passa ses bras autour de Ryan et s’accrocha à lui comme on s’accroche à un canot de sauvetage. Il ne la pensait pas mauvaise. Il était là, cela lui suffisait.


« J’arriverai pas à dormir. Elle va venir, si je m’endors. J’en suis sûre. » murmura t elle.

Maggie réagissait comme une enfant qui avait peur de faire des cauchemars. Elle se sentait idiote et pathétique. Il allait la prendre pour une folle. Mais c’est ce qu’elle était en train de devenir, une folle. Hantée par un fantôme dont elle ignorait tout. Une larme roula sur sa joue puis une seconde, puis une troisième.

Finalement, elle n’avait pas été assez courageuse pour les retenir. Folle, faible, pleurnicharde et désespérément agrippée à un jeune homme qu’elle se devait de soigner, voilà ce qu’elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 9:07

La mort était une chose que Ryan ne supportait pas d’autant qu’il avait perdu ses parents dans un accident de voiture alors qu’il n’avait que trois ans. Sans compter son grand frère. Depuis, la mort était une chose presue tabou pour lui. Peut être était ce à l’origine de sa capacité, quoi de plus normal pour quelqu’un qui déteste la mort que de soigner son prochain.

Mais il voulait rassurer Maggie, lui faire comprendre qu’elle les avait sauvé tous, lui faire voir le bon côté de l’iceberg. Mais comment la rassurer mieux, il n’en avait aucune idée… C’est pourquoi il laissa le silence s’installer et qu’il se focalisa sur la blessure béante de Maggie.

Il se fit réprimander ! Elle avait peut être raison d’un côté. Mais elle l’avait aider et il voulait l’aider en retour. Mais d’une manière ou d’une autre, pour avoir vécu la douleur, il comprit que pour elle, cette coupure était un faible prix face à ce qu’elle avait fait, c’est pourquoi il ajouta, comme s’il avait lu dans ses pensées :

« Margareth, la douleur physique ne fera pas disparaître la douleur psycologique… »
Son ton était neutre et aucune émotion ne transparaissait, un peu comme chaque fois que Ryan s’exprimait. Et pourtant, les astres savaient à quel point il se sentait triste et perdu, refoulant les questions qui menaçaient de déborder pour être la pour la jeune femme qui l’avait veillé durant tout son état comateux.

Elle s’agrippa alors à lui, et il eu l’impression d’être, pendant quelques instants, une bouée de sauvetage. Des cauchemars… combien en avait il fait à propos de ses parents et de son frère. Il les voyait sans cesse en train de l’appeler à l’aide, mais jamais il n’arrivait à les atteindre… Oui plus de 20 encore après, il cauchemardait. Il ne pouvait que comprendre l’angoisse grandissante de Maggie à fermer les yeux même s’il ne savait pas ce que cela faisait d’oter la vie à une personne. Il la serra alors fort contre lui, lui caressant les cheveux doucement, pour la rassurer.

« Je comprends… Et je pense que tu as besoin de savoir quelques choses sur cette personne avant de pouvoir trouver la paix. Si tu veux je t’aiderais à te renseigner sur cette jeune femme, et peut être pourras tu lui rendre hommage, ou … je ne sais pas… »
Ryan savait que lorsque l’on avait des réponses à nos questions on se sentait mieux. Pas forcément moins coupable, mais on digérait mieux les événements.

« On ne se connait pas beaucoup et pas depuis longtemps, mais je te dois une fière chandelle. Crois moi, si tu as besoin de moi je suis là et je serais là… si tu veux vider ton sac je suis là. Je ne m’en irais pas ! »
En prononçant ses derniers mots, il arrêta de lui caresser les cheveux pour lui montrer la perfusion qui traversée son bras et le gardait clouer sur le lit, le tout avec un sourire malin, histoire de détendre l’atmosphère. Mais il reprit tout de même vite le geste machinal qu’il avait en lui caressant doucement sa chevelure rousse, presque avec une tendresse inconcevable au vue de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 12:48

Ryan se trompait. La douleur physique l’aidait à oublier. C’était bien fait pour elle ! Maggie avait tué, il était normal qu’elle souffre. Son bras tout entier lui faisait mal, depuis le bout de ses doigts jusqu’à l’épaule. La balle perdue de Wallas l’avait quand bien atteinte, un centimètre plus à droite et la balle aurait traversé son bras. Elle n’avait même pas pris le temps de désinfecter, n’avait pas refait le pansement et le frottement des draps sur la plaie ne faisait qu’accentuer la douleur. Si elle laissait ça comme ça, cela finirait par s’infecter et elle serait obligée d’aller à l’hôpital. Les gens s’inquièteraient et elle leur dirait qu’elle s’en fiche, que ce n’est pas grave. Que cette blessure finira bien par s’en aller. Que toutes les blessures de chair finissent toujours par s’en aller.
La jeune femme prit une grande inspiration et tenta de se ressaisir. Ce n’est pas en se laissant aller qu’elle s’en sortirait. Boire l’aiderait. Boire beaucoup. Boire trop. En ce moment précis, même si elle se sentait incroyablement bien dans les bras de Ryan, elle aurait fait n’importe quoi pour une cigarette. Le manque de nicotine commençait sérieusement à se faire sentir, ses mains en tremblaient. Tout son corps en tremblait.

La caresse dans ses cheveux était agréable. Cela faisait du bien de se laisser choyer de temps en temps. Elle qui, de part son boulot, consacrait sa vie entière aux autres. L’écossaise en termina presque pas piquer du nez. Elle commençait à s’endormir quand il prit la parole. Quoi ?! Maggie se recula légèrement pour le regarder dans les yeux. Rendre hommage à une fille qu’elle avait tuée ? Non mais, c’était du grand n’importe quoi. Et puis en plus, elle ne la connaissait même pas.


« J’veux pas lui rendre hommage. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire : Bonjour, j’ai descendu cette nana mais j’suis sûre qu’elle était super ? J’ignorais tout d’elle. J’aimerais au moins connaitre son prénom. »

Même si elle ne pouvait pas lui rendre hommage, c’était au dessus de ses forces. Par contre, elle n’était pas opposée à l’idée de faire quelques recherches. Au moins connaitre son prénom et dans quel camp elle était. Maggie espérait juste que cette fille ne fut pas de leur côté. Ce serait dévastateur et elle n’avait pas franchement besoin de ça en ce moment. Déjà qu’elle avait une furieuse envie de se jeter du haut d’un immeuble.

Plus il parlait, plus elle se rendait compte à quel point il est gentil avec elle. C’est vrai, il ne se connaissait pas il y a quelques heures encore et il la prenait dans ses bras, la consolait et lui caressait les cheveux. Maggie lui en serait probablement éternellement reconnaissante. Il avait été là au moment où elle se sentait terriblement seule. Et ça lui mettait du baume au cœur. Ryan réussit même à lui arracher un sourire quand il plaisanta au sujet de la perfusion. Ce type était incroyable.


« J’me sens mal parce que j’ai pas hésité une seule seconde à appuyer sur la gâchette. Sur le moment, j’ai fait ce qu’il me semblait juste et bon pour tout le monde. J’ai pas pensé une seule seconde à cette fille. On était en danger alors j’ai réagi. J’ai pas pensé à l’après, il ne m’est pas venu à l’esprit que son visage me hanterait pour le reste de mes jours… »

Si il lui devait une fière chandelle, elle aussi. Wallas, Shannon et Anne aussi. Ryan avait forcé sur sa capacité au point d’être à moitié comateux. Il avait risqué sa vie autant qu’eux alors qu’il ignorait tout de ce qu’il se tramait. Il ignorait jusqu’à l’échange avant d’y prendre part. Et puis, il était là, il l’aidait à reprendre pied alors qu’il ne la connaissait pas.

« Tu sais, on ne se connait peut être pas beaucoup, voire pas du tout, mais je ne te remercierai jamais assez pour ce que tu fais pour moi en ce moment. Alors si tu as des questions, je suppose que tu dois t’en poser, tu dois te demander comment on en est arrivés là. »

Comment l’échange avait viré en boucherie et comment, eux, en étaient arrivés là. Dans les bras l’un de l’autre alors qu’ils ne se connaissaient pas. Pourquoi Maggie l’avait veillé et pourquoi il lui caressait les cheveux comme un mari le ferait avec sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 13:16

Le regard de Maggie bien que fatigué était intense. Ainsi il avait dit quelque chose qui ne fallait pas comme souvent il le faisait. C’est vrai que rendre hommage à une personne que l’on a tué est assez glauqeu en soi. Mais visiblement, la jeune femme n’était pas contre se renseigner sur l’objet de sa déprime. Peut être alors que…

« Et bien nous pourrons essayer de nous renseigner, et puis tu aviseras sur ce que tu veux faire ou non. Mais il y a des milliers de possibilités, comme aller se confesser ou encore faire un jeun, des choses de ce genre… Mais malheureusement ça ne tient qu’à toi d’avoir ou non cette douleur ancrée en toi… Tu ne peux pas revenir sur les événements qui se sont passés, à moins que tu ne saches remonter le temps ? Mais si ce n’est pas le cas, mon expérience m’a appris qu’il vaut mieux apprendre à vivre avec et avancer comme on peut. »
Ryan lui offrit un sourire. Et finit par plaisanter, ce à quoi Maggie fut réceptive au plus grand plaisir de Ryan.

Il se demandait comment lui réagirait s’il devait tuer quelqu’un mais ne trouva pas la réponse en lui tellement cétait un inconcevable. Pourtant, Maggie l’avait fait et à présent elle tremblait comme une feuille. Si bien qu’il tira un peu plus la couverture sur elle, prenant garde de ne pas faire frotter le drap sur son bras blessé.

La jeune femme lui epxliqua alors ce qui la tourmentait, comment elle ressentait son acte, comment les choses s’étaient déroulées dans sa tête. Rien de plus normal pour lui que la manière dont elle avait agit. De même qu’il aurait pu laisser Anne souffrir ou encore Shannon, il ne l’avait pas fait et avait agit sans se soucier des conséquences. On agit souvent de la sorte.

« Ecoute Maggie, tu as agit pour le mieux et je pense que chaque personne présente te diras la même chose. Mais rien de ce qu’on peut te dire n’otera de ta tête ta culpabilité, tu es la seule à pouvoir le faire… »
Ryan savait qu’il parlait dans le vide, que ces mots n’étaient que de l’eau qui coule entre les doigts.
Il décida alors de laisser tomber une barrière pour expliquer à Maggie qu’elle n’oublierait pas mais qu’elle finirait par vivre avec.

« Par expérience, tu n’oublieras jamais ce jour, mais tu peux réussir à vivre, avec du temps et l’aide des gens qui t’aiment. Regarde, quand j’étais petit, mes parents et mon grand frère sont décédés dans un accident de voiture. Lorsque j’ai grandit et que j’ai compris, leurs visages m’ont hanté, chaque nuit, chaque fois que je ne faisais rien. Et pire j’étais balloté de famille d’accueille en famille d’accueille car tous me rejetaient. Ma culpabilité n’a fait que grandir parce que j’étais le seul à ne pas être dans la voiture. Jusqu’à ce que je tombe sur une famille qui m’a aimé et m’a fait comprendre qu’on pouvait avancer et que l’on ne devait pas se repprocher toute la misère du monde et les actes qui vont au-delà de notre volonté mais que l’on fait par nécessité. J’ia appris à relativiser, comme je pense que tu arriveras à relativiser… dans quelques temps et avec l’aide des bonnes personnes. »

L’homme venait de faire un monologue tel qu’il n’en n’avait jamais fait auparavant, avec sa voix rauque peu habituée aux bavardages, et pourtant il se sentait encore le cœur à parler parce que la détresse de cette jeune femme le touchait.

Et sa reconnaissance…certes il ne la comprenait pas mais elle l’avait exprimée en soulevant le talon d’achille de Ryan… les questions qu’il se posait… il en avait des centaines !

« Ne me remercie pas c’est normal. Par contre oui j’ai énormément de questions, à commencé par : Qui est cette fille que j’ai soigné ? Pourquoi était elle prisonnière ? Que faisaient Anne, William et Moïra impliqués dans cette histoire ? J’avoue que je me suis engagé dans cette histoire avant tout pour aider Anne que je connaissais mais je n’ai absolument rien compris…. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 20:32

Et si elle n’avait pas envie que cette douleur s’en aille ? Et si c’était sa manière de se punir ? Ne plus avoir mal, ce serait comme oublier. Maggie ne pouvait pas, ne voulait pas, oublier. Toute sa vie, elle trainerait ce meurtre comme un boulet. L’oublier ce serait comme ci elle n’avait pas existé. Elle n’apprendrait jamais à vivre avec, elle se contenterait de cohabiter avec le fantôme de l’assassinée. Peut être qu’elle irait déposer des fleurs au Blue Lake et qu’elle lui présenterait ses excuses. Peut être qu’elle aurait assez de courage pour affronter les proches de la jeune fille. Ou alors peut être qu’elle se terrerait dans son appartement, entourée de bouteilles vides, comme elle l’avait fait un an et demi auparavant. Ou encore, peut être qu’elle appellerait Ryan au beau milieu de la nuit parce que Miss Tornade est là, parce qu’elle a peur et que sans ses bras qui l’entourent, elle n’arrive pas à dormir. Peut être qu’elle ferait toutes ces choses à la fois.

Ryan lui raconta son enfance, la mort de sa famille et ses cauchemars. Le sentiment de culpabilité, le complexe du survivant. Il comprenait ce qu’elle ressentait. Exception faite que lui n’a pas tué. Il n’a pas pris de vie, elle si. Un maigre sourire éclaira le visage de la jeune femme qui disparu quand il évoqua les gens qui l’aimaient, elle. Plus elle y repensait, plus elle réalisait qu’elle était terriblement seule ici. Sa famille était rentrée en Ecosse depuis des années, elle n’avait pas revu Francine, sa meilleure amie, depuis de longues semaines et la seule personne l’ayant aimée l’avait abandonnée trois ans auparavant. Elle avait eu des amants, bien sur. Des hommes qui l’avaient étreinte le temps d’une nuit puis qui s’étaient volatilisés au petit matin. On ne pouvait pas appeler ça des gens qui l’aiment.


« Désolée pour ta famille, ça n’a pas dû être facile tout les jours. » La rousse marqua un petit temps d’arrêt avant de reprendre. « Je n’ai personne ici. Toute ma famille est en Ecosse, je n’ai pas revu ma meilleure amie depuis trop longtemps à mon gout. Et… Bref, c’est pas important.»

Elle hésita à continuer. Elle hésita à parler de John, du fait qu’il soit parti sans lui donner la moindre nouvelle. Les peines de cœur n’avaient pas leur place ici. En parler ne ferait qu’accentuer son absence. Elle n’avait pas réussi à refaire sa vie depuis ça ou alors elle n’avait peut être pas voulu. Ryan devait déjà la trouver bien pathétique, pas la peine d’en rajouter une couche.
Puis il lui posa des questions. Des dizaines de questions, si rapidement que son esprit embrumé eut du mal à tout mettre dans l’ordre. Elle réfléchit un instant, finalement heureuse que la conversation dévie sur autre chose que le meurtre de Mademoiselle Météo. D’ailleurs, elle n’était pas la bonne personne à qui s’adresser s’il voulait des réponses.


« Et bien, la jeune femme que tu as soignée, c’est Shannon, la cousine d’Aaron, le fondateur de Genome. Elle a été capturée par Genetic et nous sommes allés la récupérer. Anne œuvre pour Genome, tout comme moi d’ailleurs, voilà pourquoi nous étions là bas. William était là parce qu’Anne lui a demandé de l’aide. Et j’ignore pour Moira, je ne la connais pas. J’suis désolée mais je ne peux pas t’en dire plus, j’espère que cela t’as un peu éclairé…»

Elle avait beau fouiller dans sa mémoire, elle ne connaissait personne répondant au nom de Moira. Elle ne pouvait guère fournir plus d’explications. Où alors après avoir dormi quelques heures. D’ailleurs, le sommeil la gagnait de plus en plus. Maggie se replaça donc tout contre Ryan et ferma les yeux. Demain, elle lui expliquera Genome, elle lui expliquera Genetic, demain elle lui donnera son numéro de téléphone.

Quelques minutes passèrent puis, enfin, elle réussit à s’endormir, blottie contre le jeune homme.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 21:46

Ryan ne voulait pas que Maggie ait pitié pour lui, mais simplement lui montrer que tout n’est pas perdu. Qu’avec un peu d’aide et de courage on se sort des situations les plus tristes, et qui nous paraissent les plus dures. Mais au lieu de ça, Maggie compatissait. Non pas que ça ne le touchat pas. Puis les mots de la jeune femme finirent par faire l’effet d’une boule de neige en pleine face. Décidemment il n’était pas très bon pour réconforter les gens.

« Je suis désolé Maggie… Quoi qu’il en soit tu peux compter sur moi à présent. »

Oui Ryan faisait le bon saint Maritain, il le voulait. Aider les gens lui donner une nouvelle raison de vivre, d’autant quand la personne semblait en totale détresse, comme Maggie ce jour même. Puis elle semblait être quelqu’un d’intéressant.

Comment pouvait-on paraître si faible alors qu’on avait combattu comme Maggie dans un conflit comme celui qui venait de se dérouler ? Comment avait-elle pu se jeter à corps perdu dans la bataille et après être si vulnérable ? L’adrénaline, la volonté de sauver les gens qui nous entoure nous pousse-t-elle à faire autant de choses inconsidérées ? Mais Ryan se demandait s’il ne fallait pas plutôt changer de sujet histoire de penser un peu à autre chose qu’à ce meurtre qui la tourmentait tant. Et Maggie leur offrit cette occasion, ainsi Ryan posa toutes les questions qui voulaient bien sortir.

Genome ? Genetic ? Elle ne connaissait donc pas Moira et William et Anne se connaissaient ? Décidemment, Ryan ne comprenait vraiment rien. Mais avant même qu’il réagisse et réponde à Maggie, celle-ci s’était un peu plus blottie contre lui et s’était endormie. Ryan sourit.

"Dors bien..." murmura t'il

Il passa sa main sous la couverture et la posa sur le bras blessé de Maggie, puis activa sa capacité, et la cicatrice disparut sous son effet. Pas tout à fait remis des événements de la veille, Ryan se détendit et, caressant les cheveux de Maggie commençait de nouveau à s’assoupir.

Mais les questions qui le tourmentaient tournoyaient sans cesse dans sa tête, le harcelaient et il ne voyait aucun moyen de s'en défaire. Il voulait de réponses. Il se dit alors qu'il pourrait peut être essayer de voir William ou meme encore Anne...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 22:26

D'où venons nous ? Que sommes nous ? Ou allons nous ? Trois questions existentielles qui ne cessaient de tourner dans toutes les têtes pensantes de notre monde. Durant ma scolarité, on m'a donné des éléments de réponses sur la première. Lorsqu'on me proposa un travail au sein de Genetic, je potassais le sujet de la seconde. Et quel sujet ! A la fois passionnant et effrayant. Lorsque l'on voit de quelle cruauté est capable un simple être humain envers l'un de ses congénères, cela suffit à nous faire craindre le pire. Par contre, en ce qui concernait la troisième et dernière question, il n'y avait pas de réponse. Ou s'il y en avait une, elle était propre à chacun. Si je devais y répondre en cet instant précis, je dirais vers la mort. Certes, cela semblait être une évidence. Tout le monde mourrait un jour ou l'autre. Seulement, là mon seul souhait était d'abréger mes souffrances et celle des autres en me retirant de ce monde. Que pouvais-je sérieusement espérer ? Personne ne m'attendait, quelque part, s'inquiétant de ne pas me voir rentrer à cette heure tardive. Les mots de Maxime me revinrent en mémoire...

* Et si t’arrêtais de jouer les putains de victimes pendant cinq minutes? Tu te crois parfaite ? Tu passe ton temps à faire des reproches à essayer de te justifier en jouant les pauvres victimes. Ô regardez moi comme je souffre... C’est pitoyable ! T’es pas la seule à avoir souffert, bordel ! Cesse un peu de te regarder le nombril ! *

Elle avait sûrement raison. La suite de notre conversation était embrouillée dans mon esprit tellement ces mots avaient été un choc. Tout ce dont je me souvenais c'était d'avoir voulu en finir en me servant de mon pistolet. Même si cette envie avait été repoussée, je la sentais toujours en moi me murmurant à l'oreille qu'elle ne s'en irait pas. Je m'arrêtais en plein milieu du couloir. Sans raison apparente. Des gens continuaient à s'agiter en tout sens, sans que je parvienne à comprendre un traître mot de ce qu'ils racontaient. Ce devait avoir un rapport avec l'échange et le nombre de blessés ou de morts. Mes yeux virent une des membres à qui j'avais proposé mon aide pour panser les blessures légères à mon arrivée. J'eus peur qu'elle me demande de l'aider à nouveau, aussi j'ouvris une porte au hasard et la refermer après être entrée en me mettant dos contre elle. Les yeux fermés, j'écoutais attentivement les bruits de pas qui passaient devant cette chambre et priais pour qu'elle ne m'ait pas vu. Oubliez moi, s'il vous plaît...

Je perçus toutefois un froissement de draps. Je n'étais pas seule dans cette pièce. Je venais de déranger un patient alors qu'il devait sûrement se reposer. Je me sentais minable. Je mis en place un masque de détermination et confiance en soit sur mon visage pour cacher ma gêne et mon désespoir. Ce n'était pas le moment de me plaindre. D'autres avaient souffert davantage cette nuit. Je devais arrêter de jouer les « victimes ». J'ouvris les yeux et vis Ryan et Maggie dans le même lit. Heureusement pour moi, ils étaient habillés. J'aurais été morte de honte d'arriver en plein... Pendant qu'ils étaient en train de... sacsacbezevesinemasser ?


- «  Désolé... Je ne voulais pas vous déranger. Je vous laisse ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Jeu 29 Déc - 23:19

Juste avant de s’endormir, il lui avait semblé entendre Ryan dire qu’elle pouvait compter sur lui. C’était rassurant, d’avoir une épaule sur laquelle se reposer de temps en temps. Un sourire naquit sur les lèvres de Maggie alors qu’elle se laissait bercer par les doigts qui glissaient dans ses cheveux. Elle ne se rendit pas compte qu’il utilisait sa capacité sur elle, elle sentit juste une main se poser sur son bras. Puis plus rien, la jeune femme sombra dans un sommeil profond. Profond mais agité. Malgré la présence de Ryan à ses côtés, Cléophée fit son apparition dans ses rêves comme un diable sur ressort qui jailli d’une boite. Elle ne pouvait s’empêcher de gigoter, d’essayer d’échapper à la diablesse qui la poursuivait. La rousse courrait, courrait à en perdre haleine. L’autre lui demandait pourquoi elle avait abattue si froidement, pourquoi elle lui avait fait ça et aussi elle s’excusa de l’avoir dérangée. Hein, quoi ?!

Margareth se réveilla en sursaut. Elle ne savait pas combien de temps elle avait dormi, ni même depuis combien de temps elle était là avec Ryan. Elle se frotta les yeux puis se tourna vers la porte. Porte contre laquelle se trouvait Anne. L’écossaise ne put se retenir de pousser un cri de stupeur. Elle ne s’attendait pas à ce que quelqu’un débarque dans la chambre. Heureusement qu’ils ne faisaient que dormir ! Voyant qu’Anne semblait assez gênée, elle tenta de la rassurer comme elle le pouvait. Et puis de se justifier un petit peu, dans la foulée.


« Y’a pas assez de lit pour tout le monde alors il m’a fait une place. »

C’était faux et archi faux mais ça, elle n’était pas obligée de le savoir. Maggie se redressa, s’arracha à contre cœur des couvertures et de l’étreinte de Ryan pour se mettre assise au bord du lit. Elle regardait Anne avec un air triste, un air d’enfant qui a perdu sa partie de cache cache. Ils avaient finalement réussi à la retrouver. Dans le lit d’un patient en plus, cela n’avait pas fini de jaser dans les couloirs de Genome.

« J’dois aller me remettre au boulot, c’est ça ? Y’a encore beaucoup de blessés à soigner. C’est pour ça que tu es venue me chercher jusqu’ici ? »

Maggie ne lui en voulait pas de l’avoir trouvée mais elle n’avait pas le cœur à aider les autres. Elle voulait qu’on l’oublie ne serait ce qu’une journée. Un peu de repos, un peu de calme, un peu de tendresse. Encore un petit peu de paix, encore un petit peu de caresses dans les cheveux. Elle ne demandait pas grand-chose, si ? Elle croisa ses bras sur sa poitrine. Tiens son bras gauche ne la faisait plus souffrir, elle y jeta un coup d’œil et sentit la moutarde lui monter au nez. Ryan ! Il l’avait eue en traitre, elle avait dit non. Elle se retourna vers lui, il dormait ou alors il faisait semblant. L’écossaise décida de ne rien dire pour cette fois, en espérant que plus jamais il utiliserait sa capacité sur elle.

Puis elle fixa Anne, un long moment s’écoula. Des secondes, peut être des minutes. Les bruits reprenaient de plus belle dans le couloir.


« Anne, je t’en prie, j’peux pas y aller maintenant. Laisse-moi encore quelques minutes. Après, je te promets que je viendrai vous aider. »

Quelques minutes pour dire merci à Ryan, pour lui dire qu’elle aimerait bien le revoir et lui donner ses coordonnées. Ou alors, peut être qu’elle se trompait et qu’Anne aussi était entrée dans cette pièce pour échapper aux autres. Dans ce cas, par pitié, qu’elle ferme la porte à clé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Ven 30 Déc - 8:56

Tiens quand on pense au loup voilà qu’il débarque ! Bien qu’Anne n’avait en rien à voir avec un loup que cela soit au sens figuré ou propre. Quoi qu’en y réfléchissant, Ryan avait vu que la jeune femme pouvait mordre très fort, au sens figuré bien sûr !
Ce fut donc avec une surprise totale qu’il fut reveillé par une entrée inopportune dans la chambre. Ses yeux s’ouvrirent et oh stupéfaction !

« Anne ! »

Mais Margareth bougeait beaucoup dans son sommeil et avant même que Ryan ne put dire autre chose, elle s’était réveillée, écartée, arrachée à son étreinte et se justifiait déjà auprès d’Anne. Ryan, se rappela qu’il l’avait guérie contre son gré aussi fit il semblant de continuer à dormir. Ce n’était pas si difficile étant donné son état d’épuisement chronique.

Ainsi Maggie ne voulait pas partir de suite. Un sourire naquit sur ses lèvres. Incontrôlé, il ne comprenait pas ce qui motivait cette marque de contentement.

Il sentait la jeune femme s’embourber dans ses explications ses demandes etc. Mais il l’avait vu, à la manière dont Anne était rentrée dans la chambre, elle ne cherchait pas Maggie mais elle cherchait bien à fuir, se cacher de quelqu’un. Décidemment, se devait être le jeu du moment et la chambre de Ryan semblait vraiment prisée !

Voulant aider les jeunes femmes, il décida que feindre le sommeil n’était plus de rigueur et que de toute manière si Maggie devait le réprimander elle le ferait tout au tard, puis Anne avait du voir qu’il était réveillé et surtout entendre sa stupeur lorsqu’elle était entrée.

Il se redressa non sans peine sur le lit afin de s’assoir à côté de Maggie.

« Je crois que Anne est dans la même situation que toi Maggie. Anne pourquoi tu ne fermerais pas cette satanée porte à double tour et viens t’assoir un moment, je crois que tu as besoin de calme… »

Les mots de Ryan sortirent faiblement comme s’il était sur le point de s’évanouir, cependant il tenait bien sur ses fesses et montrait le bout du lit où une place était libre.
L’homme était rouge écarlate de s’être fait surprendre, mais aussi d’être entourré de deux jolies femmes, tout en sachant que sa maladresse chronique finirait par l’envahir de nouveau. Pour lors, il décida de se cacher derrière un masque qui ne lui appartenait pas, pour détendre l’atmosphère.

« Mesdames je vais finir par vous faire payer ma compagnie à ce rythme là ! » les taquina t-il avec un faible sourire .
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Ven 30 Déc - 11:50

Mon nom fut prononcé dans cette petite chambre ce qui m'obligea à rouvrir les yeux et à reprendre une attitude que l'on pourrait qualifier de normale. Ryan ! Maggie ! Ryan et Maggie ? Mon esprit m'ordonnait de sortir de la pièce et de les laisser en paix, mais la jeune femme me retint en me donnant la justification de cette scène. En me retournant, je constatais que Ryan était endormi... N'était-ce pas lui que je venais d'entendre ? Étais-je en train de perdre la raison ? Quoique mon cas était sûrement désespéré... Je ne voyais pas pourquoi Maggie se justifiait, elle n'avait aucun compte à me rendre. Ils étaient majeurs et vaccinés et tant qu'ils se protégeaient, je n'avais aucune raison de rentrer en ligne de compte. Rien que de penser cela, me donna un frisson.

Avant que je ne pu dire un mot pour la rassurer, elle me sortit une des raisons qui pourrait amener quelqu'un à entrer dans cette pièce pour la demander. Si elle voulait travailler, qu'elle y aille, mais pour ma part, je n'avais reçu aucun ordre de la retrouver. Et quand bien même, elle était libre de décider si elle voulait aider ou non. Après ce qui s'était passé cette nuit, tout le monde, même ceux qui n'avaient pas été blessés, méritaient un peu de repos. Les faits de la nuit me revinrent en mémoire et je me rappelais surtout du moment où j'avais confié une armé à Maggie pour qu'elle nous débarrasse de la tornade. Débarrasse... Comme si cette jeune femme n'était rien d'autre qu'un objet bon à jeter. J'avais bien changé. Il y a quelques années, j'étais contre toute forme de violence et maintenant, tuer ne me poser aucun problème.

Encore une fois, j'envisageais de répondre aux interrogations de l'infirmière, mais Ryan fut plus rapide. J'étais beaucoup trop longue à réagir, préoccupée et dépitée par tout ce qui venait de se passer. Je devais parler, dire au moins quelque chose. Toujours contre la porte, j'attendais. Mais quoi ? Ryan me conseilla de fermer la porte, chose que je fis immédiatement. Il semblait si faible et c'était en partie ma faute, si ce n'est totalement. Je l'avais invité à nous rejoindre, alors qu'il ignorait tout de Genome et de Genetic. Maintenant que la vérité était faite, arrivera -t-il à l'oublier ? J'en doutais. Pour le moment, il me désignait une place sur le lit. Je me contentais de la regarder quelques instants avant de m'asseoir sur la chaise qui se trouvait à côté du lit. Essayant de me caler aussi confortablement qu'il était possible avec un bras en écharpe sur une chaise, je réfléchissais à ce que j'allais dire. Le jeune homme essaya de dédramatiser la situation, mais ça me mit encore plus mal à l'aise. J'avais l'impression qu'il voulait me remonter le moral alors que je ne le méritais pas.


- « Rassure toi. Tous les soins ont été prodigués. Nous n'avons plus qu'à attendre pour certains. Mais... Je... » Je fis une pause pour organiser ma réflexion avant de reprendre : Je suis désolée. Je n'aurais jamais dû vous obliger à faire tout ça. Je n'aurais jamais dû t'embarquer dans cette galère Ryan. Tu aurais été certainement plus tranquille et surtout en un seul morceau si tu ne m'avais pas connu. En plus, tu m'as soigné. J'ai su que tu avais au préalable guéri Shannon. Tu n'aurais pas dû t'occuper de moi. Qui sait ce qui aurait pu t'arriver ? Et toi, Maggie... Je t'ai obligé à t'occuper d'une tâche que j'aurais dû faire moi même. Je n'avais aucun droit de te demander ça. Mon rôle était de vous protéger et j'ai échoué... J'en suis sincèrement désolée. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Ven 30 Déc - 20:59

Quand Ryan se mit assis à côté d’elle, Maggie lui jeta un regard noir, sorte de réprimande muette. Elle ne voulait pas qu’il la soigne, elle ne voulait pas que la coupure s’en aille. Elle voulait souffrir, que cette plaie soit recousue et qu’elle ait le bras endolori encore une bonne semaine. Et puis, il tombait déjà de fatigue, ce n’était pas franchement la peine d’en rajouter pour si peu.

« Je t’avais dis non, Ryan. » se contenta t’elle de dire, à mi voix.

Elle ne s’expliqua pas plus. Il saurait pertinemment de quoi il était question. Pas la peine de partir dans un débat pareil alors qu’Anne venait d’arriver et qu’elle semblait aussi mal en point qu’eux. D’ailleurs, Ryan souleva l’hypothèse qu’Anne était entrée pour fuir le reste de Genome. Un peu comme elle l’avait fait quelques heures auparavant. Quand la rousse entendit la clé cliqueter dans la serrure, elle en remercia le ciel. Plus personne n’entrerait, plus personne ne troublerait le calme de cette pièce. Cette chambre serait leur refuge, pendant quelques temps encore. Anne la rassura, tous les blessés avaient été soignés. Maggie se mordit la lèvre. Elle avait failli à sa mission, elle avait promis d’aider aux soins. Elle avait promis de mettre ses compétences au service de Genome. Mais elle ne s’en sentait pas la force, pas le courage. Tout ces gens, elle les connaissait plus ou moins bien. Ils étaient compagnons d’infortune, presque amis. Soigner des inconnus est une chose, soigner des amis en est une autre. Et puis elle était entrée ici. Au départ, elle voulait juste prendre des nouvelles de Ryan. Mais il y avait eu cette main tendue et de fil en aiguille, elle s’était retrouvée dans son lit. Dans un sens, elle s’était aussi occupée d’un blessé. Elle n’avait donc pas tout à fait failli, si ?

Vint ensuite des excuses. Des excuses dont Maggie se serait bien passée. Anne reparlait d’un sujet que Ryan et elle avaient décidé d’occulter. L’écossaise ne lui en voulait pas. Quelqu’un se devait de les protéger de la tornade, quelqu’un devait empêcher la forêt de leur tomber dessus. Et ce quelqu’un, c’était elle.


«Tu ne m’a rien demandé du tout. C’était à moi de le faire. Toi et William étiez blessés, Wallas venait de la manquer. C’était un peu le bordel la bas, ça tirait de tout les côtés et cette fille nous menaçait tous. J’ai fais ce que je devais faire. Tu n’y es pour rien. »

Sa voix s’étrangla, elle se rappelait le contact de l’arme sur ses mains poissées par le sang de William. Elle les regarda avec l’étrange impression de devenir Lady Macbeth. Héroïne de Shakespeare devenue folle après un meurtre, se lavant les mains avec obsession car elle les imagine pleines de sang. En se rappelant comment termine Macbeth, un frisson lui parcourut l’échine. Frisson de peur mais également de froid, maintenant qu’elle n’était plus blottie contre Ryan. Maggie se massa les tempes, le mal de crâne la guettait.

Puis, une question lui vient en tête. Stupide et idiote. Mais une question quand même. Ryan et Anne se connaissaient avant ? Certainement que oui, puisqu’elle lui avait demandé pardon de l’avoir enrôlé. C’était alors de cette manière que le jeune homme avait pris part à l’échange. Elle comprenait désormais les remords d’Anne : elle avait poussé Maggie à commettre un meurtre, Ryan et Wiliam étaient venus à sa demande et ils avaient été blessés. Là aussi, il y avait de quoi devenir dingue. Cependant, elle décida quand même à poser la question qui la taraudait.


« Dites… Vous vous connaissiez avant l’échange ? »

Simple. Brut de pomme. Court. Mais vu son état, il lui était compliqué d’en formuler des plus complexes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Ven 30 Déc - 21:26

Ryan trouvait la vie vraiment injuste. C'était les femmes qui avaient le mauvais rôle alors que lui ne s'était contenté que de soigner des gens, comme on le lui avait initialement demandé. il n'osait même aps imaginer la culpabilité que pouvaient ressentir les deux jeunes femmes. c'est pour cette raison, mais aussi parce que l'une comme l'autre semblaient éperduement seules avec leur conscience qu'il voulait les aider. il avait soigner le bras de Maggie et il aurait voulu soigner ausi leur blessures psycologique, mais ça il ne savait pas le faire, il ne pouvait pas y remédier... malheureusement.

Il se fit alors réprimander par Maggie. Il savait ce qui l'attendait en la soignant, amis ça avait été plus fort que lui, et à ses mots, il se contenta de baisser la tête et de hausser les épaules.
Anne quant à elle commença à s'excuser. Et là Ryan comprit qu'elle n'en pouvait plus qu'elle était elle aussi rongée par le remord. il laissa alors d'abord Maggie parler; Elle pensait comme lui, ou du moins elle voulait rassurer Anne comme lui l'aurait fait, ce qui le rassura tout de même un peu; Au final il n'était pas toujours si maladroit que ça!

Maggie avait du mal à parler, l'émotion transperçait sa voix. Ryan sans être trop expensif et sans trop se demander si Anne allait le voir de part son assiduité accrue aux réactions de tout le monde et à leur paroles surtout, mit sa main sur le dos de la jeune femme. un contact pour rassurer...

"Anne, je ne regrette pas cette soirée... Certes on aurait pu et je pense qu'on aurait du éviter tout ça, mais malheureusement on ne peut contrôler que nos actes et encore aprfois on a pas le choix dans nos réactions. Ne t'en veux pas pour moi! je t'ai soigné parce que je le voulais, et que j'en avais la capacité.. A quoi sert d'avoir une capacité si je ne m'en sers pas? tu lui as donné une raison d'être... Maintenant, les filles je suis vraiment désolé que vous deviez vivre avec tout ça, mais ça passera, et comptez sur moi!"

Ryan le bon saint Maritain faisait encore des siennes. Il essaya alors de se lever, il voulait de l'eau. Mais il comprit un peu trop tard que ses jambes ne le tiendraient pas, aussi il se retint vite fait de mettre tout son poids dessus et se ravisa en s'assyant cette fois ci les jambes pendantes. Et il se contenta alors de répondre à Maggie avec un sourire.

"Oui, Anne a sauvé mes affaires de bio près de la forêt il n'y a pas longtemps. on a bu un café et voilà. Ah oui je lui ai renversé ma bière sur son jean! Hein Anne!!"

Trop heureux de pouvoir leur faire changer de sujet, il continua dans sa lancée.

"Et vous deux vous vous êtes connues comment? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Sam 31 Déc - 13:09

Revoyant la scène, la culpabilité se fit plus forte. J'avais obligé la jeune femme à tuer alors que son métier consistait justement à soigner les gens. Je ne pouvais imaginer dans quel état elle devait se retrouver. Mais vu ses traits tirés, sa peau blanchâtre, il semblait évident qu'elle ressentait de la culpabilité. Maggie me rassurait sur ce qui s'était réellement passé et à l'entendre, on pouvait penser qu'elle essayait de s'en convaincre. Il était préférable qu'elle pense ainsi. C'était également mon avis et lorsque je lui avais confié l'arme, c'était la seule solution pour sauver tout le monde. A ce moment là, j'avais tenté de réduire le choc en parlant de cette fille comme d'un problème à éliminer. En déshumanisant la tornade, j'espérais peut être que cela faciliterait le travail de l'infirmière. Son regard se posa sur ses mains que je me surpris à saisir. Elle ne devait pas s'infliger toute cette souffrance ! Il ne fallait pas que ce malheureux incident lui enlève sa volonté d'aider les autres. Si jamais la jeune femme décidait de ne plus pratiquer la médecine, je savais que je ne pourrais me le pardonner.

- « Si tu as besoin de quoique ce soit, de parler ou autre, n'hésite pas à me le dire. Je serais là pour t'épauler du mieux que je pourrais.

Ryan, à son tour, prit la parole pour me réconforter et me faire savoir qu'il serait également là. Je lui en étais reconnaissante. Ils ne m'en voulaient pas, me pardonnaient même de les avoir enrôlé dans ce carnage et pourtant, je ressentais toujours cette culpabilité. Car au fond, ils ne seraient pas aussi blessés si je ne les avais pas fait venir là bas. Après tout, nous aurions pu trouver un autre plan pour assurer la protection des médecins comme les laisser dans les fourgons ou même à Genome. Ainsi, un véhicule serait parti avec Shannon à l'intérieur et nous aurions ramené tous les autres quand nous aurions pu. J'aurai dû y penser avant, au lieu de croire que ma capacité serait suffisante. Elle ne l'était pas et ne le serait jamais. Alors que je soignais les autres, j'avais tenté de comprendre comment un groupe de Genetic avait pu nous retrouver. Une seule chose m'était venue à l'esprit. Ils avaient tout simplement suivi des yeux Shannon. Peut être que Genetic comptait la reprendre tout en récupérant Holster. Qui sait ? Essayer de les comprendre n'était qu'une perte de temps. Ils avaient une toute autre manière de penser. Je fis un signe de tête à Ryan pour le remercier de sa gentillesse. C'était là la seule chose que je pouvais faire. La conversation me fatiguait plus que je ne le croyais.

Maggie posa une question à laquelle je ne m'étais pas attendue. Elle s'était rendue compte que Ryan et moi nous connaissions. Je ne me souvenais plus de quelle parole elle aurait pu s'en rendre compte, preuve que mon esprit s'embrouillait. Je laissais au jeune homme le soin de répondre à la question et souris doucement à l'évocation de l'épisode de la bière. En effet, c'était un moment assez drôle. Je me contentais une nouvelle fois de hocher de la tête lorsqu'il me le demanda. A son tour, il nous demanda comment nous nous connaissions. Il n'y avait pas loin à chercher et lui même reconnaîtrait ce moment.


- « Nous nous sommes rencontrées à l'hôpital lorsque tu as amené l'inconscient. Nous devions nous rencontrer pour préparer nos stocks en fourniture médicale pour l'échange... Cela me semble si loin...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Dim 1 Jan - 21:26

Ryan haussa les épaules et baissa la tête lorsqu’elle le réprimanda. Le visage de Maggie se tordit en une moue alors qu’elle se maudissait intérieurement. Quelle ingrate elle pouvait être ! Il avait passé une bonne partie de la nuit à la réconforter, et il le faisait encore. Elle sentit la main du jeune homme se poser dans son dos quand sa voix se brisa. Il était là, comme il le lui avait promis. Elle leva les yeux vers lui et le remercia d’un sourire en coin. Il répondit à Anne qu’il ne regrettait pas cette soirée, la rousse non plus. Ce n’était pas des regrets, elle avait choisi d’y prendre part. Personne ne lui avait forcé la main. En acceptant, elle s’était engagée à supporter les conséquences. Des vies s’étaient envolées ce soir là, des images resteraient pour toujours ancrées en elle. Mais Shannon était rentrée, l’objectif avait été atteint. C’était le principal.

Elle sursauta quand Anne lui prit les mains, lui offrant elle aussi son soutien. Peut être se sentait elle un peu coupable. Ce n’était pas elle qui avait tiré. Le corps de Cléophée ne s’était pas effondré à ses pieds. Margareth s’en souviendrait toute sa vie : le bruit de la balle quittant le canon de l’arme, le crâne de la jeune fille qui se brise sous l’impact, le corps qui tombe au ralentit comme un pantin désarticulé. Et son regard. Ces yeux qui la fixaient. L’écossaise avait l’impression que ce regard pesait encore sur elle, lui demandant pourquoi.


« Merci Anne. J’pense que c’est surtout de temps dont j’ai besoin. Dont on a tous besoin. »

Il parait que le temps efface tout les maux. Il parait que quand le temps passe, tout s’en va. Le problème avec le temps, c’est que c’est long. Maggie était déjà passée par là, c’était affreux d’avoir peur de son propre esprit. Quand celui-ci vous montre des images que vous souhaiteriez effacer, vous fait entendre des voix que vous voudriez oublier. Se voir décliner et devenir dingue lui faisait peur. Bien plus encore que de voir le cadavre de Cléophée toutes les nuits. Bien plus encore que devoir vivre dans le remords pour le restant de ses jours.

Quand Ryan répondit à sa question, Maggie se tourna vers lui, bien heureuse que la conversation dévie sur des choses plus légères. Les prochains jours ne seraient pas de tout repos, les discussions seraient graves et empreintes de tristesse, de doute et de questionnement. Ses affaires de bio ? Il était étudiant ? Il semblait avoir son âge pourtant. Elle lui poserait la question en temps voulu. Là, les événements ne s’y prêtaient pas trop, bien qu’ils l’aient poussée dans le lit d’un parfait inconnu. Puis Anne lui raconta leur rencontre, à toutes les deux. Les stocks de fournitures qui n’avaient pas servis à grand-chose puisque la tente s’était écroulée et qu’ils avaient passé plus de temps à se battre contre les agents de Genetic qu’à soigner. Remarque, cela avait permis de remplir les étagères de l’infirmerie de Genome. Infirmerie qu’elle n’était pas prête de quitter d’ailleurs, qu’elle ne se sentait pas de quitter.

Le mal de crâne se fit grandissant, lui martelant les tempes et réduisant son cerveau à l’état de bouillie. L'obligeant à quitter la pièce alors qu'elle s'y sentait bien. Elle reprit possession de ses mains, qui étaient toujours dans celles d’Anne puis se leva, prenant appui sur le matelas. Il fallait qu’elle marche, qu’elle fume, qu’elle se saoule. Qu’elle oublie.


« J’vais aller nous chercher quelque chose à boire. » annonça t’elle en regardant Ryan car, même si elle n’avait rien dit, elle avait bien vu qu’il n’était pas en état de se lever, encore moins de marcher.

Maggie sortit donc de la pièce, faisant tout son possible pour éviter d’être alpaguée par les gens qui parcouraient les couloirs. Elle marchait, courrait presque, tête baissée en rasant les murs. Passer inaperçue. Ne pas être vue, prendre de l’eau, des cigarettes et un briquet et repartir. Jamais elle n’avait fait toutes ses choses aussi vite. La cigarette coincée derrière l’oreille, le briquet dans la poche et la carafe d’eau dans les mains. Une fois dans la chambre, elle posa la carafe d’eau à côté d’Anne et Ryan. Elle aurait aimé fumer ici, maintenant, mais le peu de jugeote qui lui restait lui indiqua que non, il ne fallait pas. Elle ne se mit pas assise cependant, préférant rester debout contre le mur, à côté de la table de chevet.

« Oui, c’est vrai que la rencontre à l’hôpital semble bien loin. Finit elle par lâcher, plus pour briser le silence que pour réellement dire quelque chose. Et dire que ce jour là, mon seul soucis c’était de ne pas me faire renvoyer. »

Maintenant, son plus gros souci était d’éviter de devenir complètement cinglée. Disons que ses priorités ont évoluées, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Lun 2 Jan - 21:33

Anne était gentille et se sentait coupable, cela se voyait sur ses traits tendus, ainsi que dans son expression verbale. Et il sentait qu’elle aussi aurait besoin de présence, mais il ne savait pas comment lui proposer de l’aider. Elle semblait tellement plus distante et tellement plus inaccessible.

Quant à Maggie, elle demandait du temps, mais Ryan était assez bien placé pour savoir que le temps n’efface pas forcement la douleur, elle l’apaise, mais elle reste là au fond bien enfouie prête à sortir à n’importe quel moment de faiblesse.

Ryan compatissait à leur tristesse mais il se torturait un peu l’esprit pour trouver un moyen de les aider.

Heureusement pour ses réflexions qui devenaient de plus en plus dures avec la fatigue, Maggie dévia, et parla de leur rencontre, ce à quoi Ryan répondit volontiers suite à quoi il retourna la question aux deux jeunes femmes. Il fut étonné d’apprendre qu’elles venaient de se rencontrer lorsqu’il avait amené le fameux…euh comment s’appelait il déjà ? ….Jim ? Oui Jim c’était ça, et tiens d’ailleurs il n’était pas là lors de l’échange ?

« Hey mais qu’est devenu Jim ? » demanda t’il soudain, suivant le fil de ses pensées.

Ryan s’en voulut ensuite d’avoir essayé de se lever, parce qu’en bonne observatrice Maggie avait remarqué sa pauvre tentative. De fait elle s’en allait de la pièce pour aller chercher à boire. Et peut-être voulait elle retrouver la paix qu’elle n’avait plus dans la salle puisque tout le monde parlait, peut être voulait elle à nouveau fuir, ce qui arracha une grimace à Ryan.

Le temps de son absence, Ryan observa Anne et lui dit, très sincèrement :

« Si tu as besoin Anne je suis là… Sortir, boire un verre, te noyer dans la bio, quoi que je puisse faire je serais là ! Je crois que les amis sont là pour ça ».

Il se rallongea, l’épuisement la gagnant petit à petit. Ses pensées tournées vers la femme qui avait veillé sur lui et qui culpabiliser d’avoir ôté une vie. Lorsque cette dernière revint avec une carafe, Ryan se servit un verre d’eau ainsi qu’à chacun de deux filles et le leur tendit. Maggie resta debout contre le mur et semblait nerveuse. La tension qui régnait dans cette pièce était pesante et Ryan commençait à stresser lui-même, stress qui vint à son comble lorsque Maggie nota que les préoccupations du passé semblaient ridicules par rapport à celles présentes.

« Ecoutez les filles, tout ne s’arrangera pas en une journée, et à la fois on ne peut pas changer le passé. Aller voir u toubib pour parler, ou parlez-moi si vous le souhaitez, mais je pense surtout qu’il faut se changer les idées ! Pourquoi on n’irait pas se faire un bowling et boire à outrance ?? »

Puis, comme on dit que les événements durs changent souvent les gens, leur nature, même l’histoire de quelques instants, Ryan oublia toute sa gêne et sa timidité, s’assit sur le bord du lit et ouvrit grand les bras.

« Allez venez par ici les filles ! »

Mais en disant ça dans la position où il était, l’homme espérant ne pas se prendre un gros vent, sinon il serait surement le plus honteux de la pièce et son audace serait surement enterrée à jamais. Mais il avait réfléchi à l’étrangeté de son comportement qu’après avoir agi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Mer 4 Jan - 19:52

Maggie avait besoin de temps... N'était-ce que cela ? Tout le monde ne réagissait pas de la même manière. La jeune femme et moi ne ressentons pas la même chose de toute évidence. Ce n'était pas le mort des deux hommes qui me bouleversait mais bien le fait d'avoir mis des personnes innocentes, bienveillantes devant une telle vision d'horreur. Même si la soirée avait été difficile, elle n'était rien comparée à ce qui s'était passé en France. Je supposais que chacun portait un fardeau. La discussion dériva ensuite sur nos rencontres respectives des uns et des autres. Petit instant de répit accueilli à bras ouverts par nous trois. Les traits de Maggie s'étaient légèrement détendus, de même que ceux de Ryan. Au souvenir de ces deux jours, j'eus l'impression qu'une année entière s'était écoulée. C'était étrange. Je laissais la jeune femme répondre à la question de Ryan à propos de Jim. On peut dire que notre rencontre n'avait pas été des plus agréables. Dire que Genome envoyait des jeunes sur le terrain pour défendre quelques principes lui étant apparemment inconnus avait été la goute d'eau qui avait fait déborder le vase. Il n'avait aucun droit de dire cela car les jeunes avaient le choix. Ils étaient tous conscients que cet échange ne serait pas une partie de plaisir. Mais si nous ne nous regroupions pas pour lutter contre Genetic, leurs agissements continueront jusqu'à la fin.

L'infirmière alla chercher à boire, nous laissant Ryan et moi seuls dans la chambre. Que pouvais-je dire ou faire pour qu'il puisse se sentir un peu mieux. Cela apaiserait sûrement toute la culpabilité que je pouvais ressentir à son égard. Ce fut lui qui me réconforta.


- « Merci, mais tu as déjà fait tout ce qu'il fallait en ne m'en voulant pas. Le reste guérira. »

Je lui remettais en place une mèche de ses cheveux alors qu'il se rallongeait. Il était assez grand et n'avait certainement pas besoin d'une mère poule à son chevet. Maggie revint avec une carafe d'eau et je pris le verre que me tendit Ryan. Je n'avais pas soif pourtant, mais ils avaient pris la peine de m'en verser un. Je n'allais pas le laisser perdre. Tout en le portant à mes lèvres, j'écoutais le jeune homme. Il me fit doucement sourire. Je me voyais mal arpenter les allées d'un bowling pour tuer quelques quilles innocentes. Quant à boire de l'alcool, j'avais un assez mauvais souvenir de la dernière fois. Je le vis même ouvrir les bras en attente d'un câlin. Je regardais d'un peu plus près le verre d'eau pour m'assurer qu'il n'y avait rien de suspect à l'intérieur et y gouta une nouvelle fois. Non c'était bien de l'eau. Il y avait peu de chances que Maggie ait ramené autre chose, mais l'attitude de Ryan m'étonnait. Malgré son invitation, je gardais ma place sur la chaise et tendis mon bras valide pour serrer sa main. Je me voyais mal me lever à nouveau. J'étais posée, j'y restais. J'espérais que Maggie irait se jeter dans les bras du jeune homme. Après tout, ils semblaient proches maintenant...

- « Ce n'est que partie remise pour ma part. Lorsque je ne serais plus un danger public, il faudra aviser. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   Dim 8 Jan - 18:37

Ryan posa une question sur Jim. Maggie fronça les sourcils, elle ne se rappelait pas avoir entendu ce nom là quelque part. Il fallait dire qu’entre l’échange et la fatigue, son esprit était un peu embrouillé. Allez, travaille mémoire, travaille. Jim… Elle eut un hochement de tête. Ca y est, elle remettait enfin un visage sur ce nom. C’était le type que Ryan avait emmené à l’hôpital le jour où Anne et Soraya étaient venues récupérer la carte d’approvisionnement. D’ailleurs, il faudrait qu’elle songe à rapporter cette carte avant que quelqu’un d’autre que Wallas se rende compte de sa disparition. Elle se rappelait lui avoir fait passer des examens, qu’ils n’étaient pas franchement rassurant puis plus rien. Voyant qu’Anne éluda la question, elle se décida à y répondre.

« Les examens qu’il a passé n’étaient pas bons donc on a chargé l’équipe médicale de lui en faire passer d’autres. Ensuite, j’sais pas ce qu’il a fait. »

Malheureusement, la rousse non plus ne pouvait pas réellement répondre à la question. Elle se souvient les avoir tous congédier de la salle d’examen puis leur avoir emboité le pas. Ensuite, tout s’est enchainé tellement vite qu’elle gardait que très peu de souvenirs de cet homme. Pour l’instant, son cerveau entier était focalisé sur Cléophée. Il n’y avait que très peu de place pour le reste.
La proposition de Ryan lui arracha un sourire. Penser à aller faire un bowling. Déborder autant d’enthousiasme dans un moment pareil était une chose qui épatait Maggie. Elle, elle avait envie de courir se planquer sous sa couette et d’y rester jusqu’à la fin de ses jours. Elle tourna la tête vers le jeune homme.


« J’pense que jouer au bowling complètement ivres peut avoir des conséquences désastreuses, comme se tromper de piste ou envoyer sa boule n’importe où. »

Et prendre le risque qu’un joueur lambda, complètement innocent, se retrouve aux urgences pour une fracture du crâne due à une boule lancée par une Maggie ivre morte. Anne était la voix de la sagesse. Le bowling, d’accord, mais plus tard. Ensuite, Ryan eut une réaction des plus étonnantes. Il leur réclama un câlin ! La jeune femme n’avait rien contre, elle était même d’un caractère plutôt bisounours. En plus, elle s’était blottie toute la nuit contre lui et donc, elle se voyait mal refuser une accolade. Son regard oscillait entre Anne et Ryan. Anne, stoïque, assise sur sa chaise. Et Ryan les bras grands ouverts, attendant désespérément un geste des deux femmes. D’un coup, elle se sentit un peu mal à l’aise, surtout quand Anne lui tendit la main. Elle se détacha donc de son mur et alla s’asseoir à côté de Ryan, pour qu’il ait tout le loisir de la prendre dans ses bras.

Puis Anne fit une réflexion qui intrigua Maggie. Un danger public ? La rousse était un danger public, elle avait su mettre une balle dans la tête de Cléophée sans avoir jamais tiré auparavant. Mais Anne n’en avait pas l’air.


« Pourquoi tu penses que tu es un danger public ? Tu ne dois pas prendre sur toi la responsabilité de nos blessures, Anne. Nous sommes tous venus de notre plein gré. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: We are in pieces [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We are in pieces [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: GENOME GROUND ZERO :: GENOME ARCHIVES-