..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Lun 14 Oct - 20:28

17 mars, au soir, aux alentours de 19h

Drôle d’époque ! Genetic avait retrouvé son favori, mais il y avait comme une fausse note dans la boîte à musique. Tout n’avait pas exactement repris sa place et ma rencontre avec Newark n’avait fait qu’accentuer le malaise que je ressentais déjà, ainsi que mes doutes.

J’étais passé sous la tutelle de Romanov, l’ennemie jurée de Reynolds… du moins, à l’époque. Mais je n’étais pas mécontent après avoir subit le règne de Cooper. Même si Kate ne portait pas la russe dans son cœur, personnellement, j’aimais bien bosser avec elle. Je m’en étais tenu éloigné jusqu’à maintenant afin de ne pas causer de tort à mon mentor. Mais aujourd'hui... la donne avait changé. Loin de moi l'idée de trahir Kate ! J'espère qu'elle ne m'en tiendrait pas rigueur. Je ne l'avais pas choisi, Cooper non plus hélas. J'aurais préféré refaire équipe avec ma reine de glace, mais elle n’avait toujours pas retrouvé sa place, contrairement à ce que j’avais espéré, et ça me perturbait.

Je ne comprenais pas. Il y avait des choses qui avaient du m’échapper… J’avais décidé de fermer les yeux sur ces détails à l’époque ou Holster avait disparu, faisant une confiance aveugle à Kate, mais je me rendais compte aujourd’hui que j’avais du passer à côté de quelque chose d’important.

Newark m’énervait. Elle m’avait renvoyé la réalité en pleine poire, et même si j’avais joué au mec qui n’en avait rien à foutre, je n’avais pu m’empêcher de ruminer tout l’après-midi. Le peu de sérénité que j’avais retrouvé depuis peu, s’était évaporée comme neige au soleil suite à notre entrevue. J’appréhendais d’avoir cette discussion avec Kate. J’avais peur de ce qu’elle pourrait m’avouer.
Et d’un autre côté, j’avais envie de connaître la vérité et de comprendre. Ca avait fini par me casser les couilles, aussi, décidai-je d’en avoir le cœur net et de discuter avec elle une bonne fois pour toute ! Au moins, je serais fixé !

J’avais traîné en faisant du rab au boulot, car je ne voulais pas repasser par chez moi avant de m’y rendre, et je ne voulais pas arriver trop tôt pour ne pas déranger… ou c’était tout simplement une manière de repousser l’échéance un peu plus encore. Ma décision était prise. Je n’allais pas me défiler maintenant. Je fermai mon bureau, rejoignis un endroit tranquille où j’étais sûr de ne pas être filmé par les caméras de vidéo surveillance, puis me téléportai près de la chambre d’hôtel dans laquelle résidait encore mon mentor, dans un endroit où j’étais sûr de ne pas être surpris.

J’avais pris cette habitude durant la période de notre petit complot contre Tussle, avant qu'elle ne contracte la maladie. C’était le moyen le plus sûr afin que je puisse communiquer avec Kate sans que nous ne soyons inquiétés l’un comme l’autre. Je n’avais aucun mal à m’y téléporter, même si j’avais toujours peur de déranger.

Je rejoignis le couloir, numéro 311, j’inspirai profondément puis frappai trois coups à la porte. Aucune réponse. Je réitérais les coups quelques instants plus tard, en vain. Soit elle n’était pas là, soit je dérangeais. Je tentais quand même :

« Kate, t’es là ? » C'était crétin, mais j’espérais qu’elle reconnaisse ma voix sans que j'ai besoin de m'annoncer. On n'était jamais trop prudents. Pas plus de succès. Je me résignai en proie à mon éternelle dualité… à la fois frustré, et soulagé. Je pouvais remettre ça à plus tard, limiter ainsi le risque de contagion, et repousser le conflit que je redoutais de créer, mais en attendant, je n’avais toujours pas de réponses à aux questions qui me rongeaient. Fait chier !

Je tournais les talons quand un bruit de pas attira mon attention à l’autre bout du couloir. J’hésitai à me retourner.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mar 15 Oct - 12:19

C'était un cauchemar, j'allais me réveiller. Impossible autrement. Je ne pouvais empêcher mon esprit de revenir sans cesse sur ce genre de pensées. Le deuil, voilà c'était ça j'entrais dans les étapes du deuil. J'étais donc entrée dans la phase 2, le déni... J'avais passé le choc. Enfin façon de parler, j'avais encore le sentiment d'être déconnectée de tout.

J'avais tout perdu en l'espace de quelques mots. En tout cas c'était mon sentiment... Je fixais mes idées sur les étapes du deuil essayant d'aligner deux pensées sans revenir en permanence sur mes émotions.
Je voulais bloquer tout cela, l'enfouir, ne plus y penser et dormir. Des contractions me serraient le ventre et je hélais un taxi pour qu'il me ramène chez moi, enfin à l'hôtel. Il était maintenant évident que je ne retrouverais jamais mon loft. Aucune envie d'y remettre les pieds. Pas alors que tout ce que Keaton m'y avait dit n'était que mensonge...

J'allais le vendre et je verrais bien. Je refixais mes idées sur le deuil une fois installée dans la confortable berline. J'avais marché dans les rues sans but pendant toute la journée et j'étais exténuée. Alors, les étapes, j'allais connaître ensuite la colère, quoique je ressentais déjà une rage dévorante. Finalement ces étapes c'était de la connerie. Tout s’emmêlait en moi.
Le chauffeur de taxi me jetait des regards inquiets dans le rétroviseur et je m'aperçus que je devais exprimer mes pensées à voix haute. Je croisais le regard de l'homme et il me sourit. Je ne répondis pas à son sourire, préférant perdre mon regard à travers la vitre.

« Je ne sais pas ce qui vous met dans cet état ma petite dame. Mais il ne faut pas vous en faire. Vous êtes très jolie, vous allez rebondir. Quand on a une chevelure pareille l'inverse est impossible »

Il essayait d'être gentil, je le savais, ce fut sans doute ce qui me retint de lui répondre un simple « ferme ta gueule. » Je me contentais de plus sobrement lui dire :

« Je ne suis pas votre petite dame et ma chevelure comme vous dites c'est tout ce qu'il me reste. »

Ceci dit avant de tordre mes cheveux en queue de cheval, de me saisir de ma paire de ciseaux dans mon sac et de les trancher en m'acharnant a chaque mèche un peu plus.

« Maintenant le problème est réglé, je n'ai plus rien du tout. »

Je me mit alors à rire comme une hystérique alors qu'on arrivait devant l’hôtel. Je balançais mon paiement avant de quitter le véhicule mes cheveux à la main.
Je me retrouvais avec une coupe courte, légèrement hirsute qui cadrait bien avec mes traits tirés et mon regard de folle.

Je montais à mon étage par l'ascenseur redressant la tête et bombant le torse devant les regards surpris, j'avais toujours mes cheveux à la main et les gens devaient s'inquiéter de ma stabilité mentale. En arrivant non loin de ma porte j'aperçus une silhouette qui s'éloignait. J'aurais pu ne rien dire, mais je l'avais reconnu et j'avais parlé avant de réfléchir.

« Tout va bien Jeremy ? »

Malgré ce marasme dans lequel je me débattais je m’inquiétais pour ce jeune homme. Avant qu'il ne se retourne pourtant je me figeais, j'avais honte tout a coup... Je n'avais pas vraiment envie qu'il me voit comme ça... Trop tard...
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mar 15 Oct - 22:24

Les bruits de pas, étouffés par la moquette couvrant le sol des couloirs de l’hôtel, avaient malgré tout attiré mon attention. J’avais le pressentiment que c’était elle et j’avais ralenti le pas sans m’en rendre compte. Je n’étais plus très sûr de vouloir l’affronter, de lui faire part de mes questions et de mes doutes. J’avais peur de ses réponses, mais plus encore de me faire rejeter, comme Anne l’avait fait avant elle, et tous ceux pour qui j’avais eu un tant soit peu d’estime ou d’affection.

Une boule de stress se forma dans mon ventre au son de sa voix. Non, ça n’allait pas vraiment. Nous ne nous étions pas revus depuis qu’elle avait été atteinte par le virus, tout avait bougé à Genetic entre temps, et c’était le bordel dans ma tête.
Je me retournai, lentement, affichant un visage neutre afin de ne pas laisser filtrer mes états d’âmes tout de suite. J’amorçai un sourire qui disparu presque aussitôt. Je me figeai en découvrant son visage fatigué, ses yeux gonflés et rougis, comme si elle avait pleuré, ses traits étaient tirés, et je ne lui connaissais pas ce regard. Mon sang se glaça à mesure que je la détaillais, elle donnait l’impression de s’être battue, sa coupe de cheveux déstructurée laissait penser qu’on les lui avait arrachés, ou coupés avec une certaine violence, ses beaux cheveux…ceux qu’elle tenait probablement encore dans sa main droite…

Qu'est ce que ça signifiait ?La boule dans mon ventre s’intensifia. Je ne l’avais jamais vue dans cet état. Ça ne me disait rien qui vaille. Il fallait que je réponde quelque chose mais je ne savais quelle attitude adopter.

« O…oui. » répondis-je sur un ton peu assuré qui ne ressemblait pas vraiment à l’image que j’avais l’habitude de donner.

Je m’interdisais mentalement de détourner le regard. La gêne que je ressentais ne devait pas paraître. J’appréciais énormément Kate, mais je ne la connaissais pas plus que ça dans le privé, même si nos rapports étaient quelque peu… particuliers. Car même si je ne lui avais jamais fait part de mes états d’âmes, ni même raconté ma vie privée, notre relation était bien plus que professionnelle. Je l’avais laissée jouer le rôle maternel qui me manquait cruellement, et je jouais au fiston docile et bien élevé tout en essayant de ne pas faire rentrer l’affectif dans le jeu. Je m’étais fourvoyé, depuis le début. Je l'appréciais bien plus que je ne le devais. La preuve en était. Cette triste apparition ne me laissait pas de marbre. J’étais habité par un mélange d’appréhension, et de colère naissante à l’encontre de celui ou celle qui l’avait mise dans cet état. Je du prendre considérablement sur moi afin de rester le plus calme et le plus neutre possible :

« Je passais prendre des nouvelles. Ça fait un moment qu’on ne s’était pas vus ! » je ponctuais ma phrase par un léger sourire afin de ne pas rendre la situation plus dramatique qu’elle ne l’était déjà. Et je ne pensais pas qu'elle soit le genre de femme qui apprécie de se sentir ainsi diminuée, et qu'en plus, on le lui fasse remarquer.

J’étais nerveux et on ne peut plus mal à l’aise. Je n’étais plus très sûr des véritables raisons qui m’avaient poussé à venir ici.
J’avais gardé mes distances, dans un premier temps. Je plongeais mon regard dans le sien, attendant de jauger sa réaction afin de savoir sur quel pied danser. Allait-elle me congédier ? Serais-ce mal venu de lui demander ce qui lui était arrivé ? J’hésitais… attendant un signe de sa part.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mer 16 Oct - 12:52

Il se retourna et la honte me serra la gorge. C'était bon signe quelque part, si je me souciais encore de l'image que je renvoyais ça prouvait que je n'étais pas totalement suicidaire. En même temps ce môme je l'aimais beaucoup, obscurément d'ailleurs parce que je ne le connaissais que peu.

J'avais immédiatement eu envie de le protéger. Je l'avais reconnu comme un proche, tout de suite. Un lien de cette qualité était rare et précieux mais j'avais peur de tout foirer. Je n'étais pas vraiment dans une période faste...

Il me répondit après une courte hésitation qu'il allait bien et un petit sourire se dessina sur son visage. C'était idiot mais il me fit du bien, comme un filet d'eau fraîche sur une brûlure, un léger baume sur la plaie vive que j'étais depuis des heures.

Il était doux, délicat, sans doute conscient de ma fragilité du moment. En même temps il ne fallait pas être astronaute pour se rendre compte que ma planète venait de subir bon nombre de catastrophes naturelles. Mes cheveux à la main me brûlaient la paume, mais idiotement je ne me voyais pas les abandonner là, dans ce couloir sans âme.

« Viens, Entrons. »

J'ouvris ma porte une fois mon pass retrouvé et je la tint pour qu'il pénètre dans ma suite. Tout y était à sa place et ça me choqua. Plus rien ne devait tourner rond, tout devait être bouleversé... Et pourtant le monde se souciait peu des péripéties de la petite vie de Kate Reynolds.

« Je suppose que je fais peur à voir. »

J'aurais pu dire « peine », mais j'espérais malgré tout ne pas faire pitié. Même avec ma sale gueule et mon ventre de 7mois de grossesse. J'étais une femme fière, forte, habituée a relever des défis et à gagner. Je ne pouvais pas être misérable au point d'inspirer pitié à mon fils spirituel.

« Tu voulais prendre des nouvelles, c'est gentil. Tu serais venu ce matin ou hier soir je t'aurais dit que tout baignait. Maintenant je ne sais plus. J'ai été bafouée, trahie, a un point que je n'imaginais même pas. »

Ceci dit avant de balancer mes cheveux à la poubelle en un geste rageur.

« J'ai été prise pour une conne et j'ai passé la journée à déambuler comme une conne. Maintenant c'est fini... »

Ma voix se raffermit sur ces derniers mots. Ma résolution était prise... Je ne me laisserais ni abattre, ni aller.

« Ils vont payer pour ça, je me vengerais.»

Je me parlais à moi même, sans vraiment me soucier de Jeremy. Je me souvins pourtant de sa présence et levait les yeux vers lui. Je m'approchais lentement avant de me blottir dans ses bras. Je n'avais rien prémédité mais j'avais besoin de sa chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Ven 18 Oct - 12:25

Cette situation était des plus déconcertantes. J’étais venu ici, la boule au ventre, avec des questions qui me tenaient à cœur sur les récents évènements, et la position de Kate dans tout ça. J’appréhendais cette discussion de peur qu’elle ne me révèle des choses que je n’étais pas prêt à entendre. Mais j’espérais intérieurement qu’elle me rassure, comme elle l’avait toujours fait. Non, ce n’était pas de la naïveté de ma part. D’autres diraient que j’étais stupide, peut être avaient-ils raison. Kate était une femme de caractère, sévère, forte, une reine, une battante ! J’avoue que je lui vouais une certaine admiration. Elle était inébranlable pour moi. C’était comme une mère, dans le regard d’un enfant innocent, qui est persuadé que rien ne pourra jamais l’atteindre. J’avais malgré moi ce sentiment absurde et erroné. Quelque chose au fond de moi avait envie d’y croire, même si je savais pertinemment que ce n’était qu’une chimère. Le gamin de dix ans que j’avais été, avait vite déchanté en découvrant sa propre mère gisant dans son sang en rentrant de l’école. Personne n’était infaillible, même pas celle qui vous a donné la vie ! Ce genre d’évènement vous apprend vite les règles de ce monde ! Et pourtant…
J’avais juste besoin de l’entendre me dire que tout irait bien, que bientôt elle reprendrait sa place, ou qu’elle avait un plan, une stratégie, et que tout rentrerait dans l’ordre, quitte à ce que ce ne soit que mensonges, je fermerais les yeux, encore une fois. J’allais bientôt passer maître dans l’art de me voiler la face.

Échec !

Ma Kate Reynolds, l’incarnation de la force insubmersible, semblait être aux abonnés absent aujourd’hui, tout comme le réconfort que j’avais outrageusement osé espérer trouver. Finalement, j’avais peut être été un peu trop naïf. J’étais déstabilisé, je n’avais plus aucun repère, ne savais plus quelle était ma place. Elle avait l’air de n’être que l’ombre d’elle-même et je ne savais pas quoi faire. J’étais pris au dépourvu.

Elle m’invita à entrer, c’était déjà un mince soulagement qu’elle ne m’envoie pas bouler. Quoi que… je n’en étais pas bien sûr. J’entrai dans la suite, tout était impeccablement rangé, comme la dernière fois que j’y étais venu. J’hésitai à répondre à sa remarque. Bien sûr qu’elle faisait peur à voir. Elle avait la tête d’une femme qu’on aurait piétinée sans aucune pitié. Je me demandais comment c’était possible ? ce qu’ils avaient bien pu lui faire, et surtout qui ? Qui était responsable de ça ? Je sentis de nouveau le monstre de la colère s’emparer de moi. Je détournai le regard de peur de me trahir, puis répondis avec un calme maîtrisé :

« Tu as l’air… fatiguée. » je ne trouvais rien de mieux.

Elle ne tarda pas à satisfaire une partie de ma curiosité, sans même que j’ai eu besoin de demander quoi que ce soit. Tout s’éclairait. Elle ne mentionna personne, mais compte tenu ce que j’analysai et de ce que je savais sur elle, j’en déduisis que pour qu’elle soit dans cet état, il devait s’agir de quelqu’un à qui elle tenait. Peut être le père de son enfant ? C’était une possibilité. Il ne devait y avoir que ça pour l’abattre à ce point. Le nœud dans mon estomac se resserra. J’avais le sentiment de comprendre… avant qu’elle ne mentionne le « ils » et la vengeance qu’elle leur réservait. Je m’égarai.

Je n’avais rien dit, m’étais contenté d’écouter. Je me serais bien allumé une clope pour tenter d’endormir ma nervosité, mais mon code de conduite m’en empêcha. Elle était enceinte. D’ailleurs, était-ce vraiment bon pour elle tout ce surmenage, au vue de son état ?

Aussi bizarre que ça puisse paraître, l’entendre parler de vengeance me rassura. J’avais l’impression de retrouver la Kate combative que je connaissais, même si ce n’était peut être pas forcément une bonne chose. Elle s’approcha de moi, lentement. Je ne trouvai rien à dire, ne sachant pas si j’avais le droit ou non de poser des questions, de la réconforter, de l’encourager… je me sentais con. Et ce sentiment s’accentua plus encore quand elle se blottit dans mes bras. J’eus du mal à ne pas laisser paraître ma surprise. Je me sentais raide et gauche, comme si j’avais besoin d’un mode d’emploi pour ces choses là… alors que je n’avais aucun mal à être tactile avec d’autres, mais Kate c’était...inconvenant… c’était la dernière personne avec qui je me serais permis ce genre de familiarités. Après quelques secondes de latence et d’hésitation, je refermais mes bras sur elle. Les rôles étaient inversés. C’était bizarre.

« Est-ce que… est ce que je peux faire quelque chose pour toi ? » lui murmurai-je.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Sam 19 Oct - 8:28

J'avais craqué, totalement, et ça faisait un bien fou. J'aurais du avoir honte de me laisser aller comme ça dans ses bras. Mais non ! J'étais bien, rassurée, à ma place. Il avait refermé les bras contre mon dos et j'eus le sentiment de mieux respirer.

Peut être que la simple constatation que le monde entier ne m'était pas hostile suffisait en cet instant a apaiser ma tension interne. Je fermais les yeux un instant et expirait lentement alors qu'il me demandait en un murmure s'il pouvait faire quelque chose pour moi.

« Oui tu peux. Faire deux choses en fait. »

Je repris mes distances en allant m’asseoir dans le canapé. Je m'installais en tailleurs avant de lui faire signe de me rejoindre.

« D'abord oublier que tu m'as vu dans cet état.. »

Je lui fit un petit sourire contrit avant de poursuivre.

« Pour ce qui est du deuxième point ce sera sans doute plus compliqué. Si tu as accès aux listings a un moment ou a un autre je voudrais que tu me retrouves Cooper, ou la moindre information la concernant. »

Je ne savais pas pourquoi je voulais la retrouver là en cet instant. J'avais besoin de savoir a quel point j'étais le dindon ou la dinde de la farce. La vengeance ça me connaissait et pour se faire je savais qu'il fallait laisser l'émotion de côté pour se montrer méthodique et froid.
On ne m'avait pas surnommé la reine de glace pour rien après tout. Ceci étant je ne voyais pour l'instant pas ce que je pouvais faire pour me venger. Je ne doutais pas que ça viendrait... Déjà si mon plan pour sortir Esteban de cette merde aboutissait, ce serait un début.

Je comptais en effet sur ma connaissance de Keat et sa confiance dans les gens. Il avait tendance à laisser son pass dans son bureau. Il fallait que ce soit ma chance. Après ? Je n'en savais rien... Je serais grillée aux yeux de Genetic, Holster verrait vraiment en moi un traître... Pourtant pendant tout ce temps je lui étais restée fidèle... Ironie du sort sans doute !
Esteban avait il assez de poids a Genome pour m'aider si je le sortais de Genetic ? Je n'en savais rien, mais je m'en foutais. J'étais dos au mur et finalement c'était la seule idée qui me maintenait debout.

Cette tension me libérait de celle de la matinée, je me détendais, je retrouvais mes marques, mon calme. Je relevais d'ailleurs un regard plus posé sur Jeremy avant de reprendre.

« Tu n'es pas venu uniquement pour prendre des nouvelles n'est ce pas? Dis moi?»

Je songeais a un souci avec Romanov ou a des interrogations sur les missions en cours, je songeais a tout et a rien mais j'étais certaine dans le fond qu'il y avait quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Dim 20 Oct - 22:33

Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés comme cela. Ca me paru durer une éternité. Je ne l’avais jamais vue dans cet état, et ça me perturbait de ne rien pouvoir faire pour y remédier. Après un long moment de silence, je le lui demandai dans un murmure. Elle me répondit par l’affirmative avant de reprendre ses distances et d’aller s’asseoir sur le canapé. Je l’y suivi sans me faire prier et m’asseyais à ses côtés.

J’esquissai un sourire angélique face à son premier souhait :

« De quoi tu parles ? » maniant subtilement l’ironie afin de la rassurer, comme si c’était d’ores et déjà oublié. Il était bien entendu que j’avais été témoin d’une de ses faiblesses, et qu’il allait de soit que je garde cela pour moi. Même la grande Kate pouvait s’effondrer. Ça m’en avait fichu un sacré coup. Mais je fermerais les yeux et ferais comme si de rien n’était même si je n’étais pas certain d’arriver à oublier ça.

Sa deuxième requête m’interpela. Mon sourire s'estompa. Pourquoi voulait-elle des infos sur Cooper tout à coup ? Alors que je n’étais plus à son service… le savait-elle seulement ?

« Quel genre d’infos ? » demandai-je avec prudence.

J’avais épié Cooper pour Holster et j’avais du la supporter de longs mois durant. J’avais observé ses petites habitudes et je savais pas mal de trucs sur elle, sur le plan professionnel, du temps où elle était en service pour Tussle. Sur le plan personnel, j’avais un avis très peu objectif. J’avais eu le malheur de l’avoir approchée un peu trop intimement, bien avant qu’elle ne soit embauchée chez Genetic, et ça avait eu des répercussions sur notre relation de travail. Quoi que... même sans ça, je pense que nous ne nous serions pas entendus. C’était une garce, manipulatrice, vénale, superficielle, à la cuisse légère et elle ne s’en cachait pas.

Que voulait savoir Kate exactement ? Elle parlait de listings… ne savait-elle pas que Cooper était aussi une mutante ? Impossible. Lors de l’annonce de la traque, elles s’étaient retrouvées toutes les deux dans la salle réservée aux gens atteints du virus… avec ce mec là, le fleuriste… Wetherford.
Par contre, Cooper était devenue le cadet de mes soucis depuis qu’elle avait été évincée. Je me doutais cependant qu’elle était du genre à rebondir et qu’elle trouverait probablement un moyen de remonter dans la hiérarchie. On ne se débarrassait pas si facilement d’une mauvaise herbe ! C’était une arriviste, et elle ne reculait devant rien. Restait à savoir si elle serait au goût d’Holster…

La question qui suivi raviva mon malaise, ma nervosité, les questions, les doutes, qui m’avaient conduit jusqu’ici au départ. Je savais que je devais faire comme si de rien n’était concernant l’état de mon interlocutrice, mais… je ne savais pas s’il était judicieux que je lui parle de mes soucis étant donné la situation. J’hésitai, je ne pouvais pas complètement me dérober, il fallait que je lui parle, que je sache… Je ne savais par quel bout commencer.

« Et bien… si. C’est juste que… maintenant que Holster a retrouvé ses fonctions, je pensais que… »

Je levai les yeux sur elle avant de poursuivre : « Je pensais que toi aussi tu retrouverais ta place. »

Je ne comprenais pas, il me manquait des pièces du puzzle, des choses m’avaient échappées dans cette lutte de pouvoir.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Ven 25 Oct - 12:00

Je fus immédiatement rassurée par la réaction de Jeremy. Il jouait de son ironie pour montrer qu'il admettait ma décision d'oublier cet épisode. Je n'aurais pas supporter le discours à la con genre « mais tu as le droit de craquer, nous sommes tous humains ». Je n'avais jamais été une chiffe molle et je ne comptais pas commencer maintenant.

J'allais être mère, mère célibataire de surcroît, avec en prime un monde mutant en ébullition. On pouvait également ajouter à ça mon désir de trahir ma faction en faisant libérer Esteban. Bon en gros sans vouloir schématiser, j'étais salement dans la merde. Et finalement toucher le fond du trou me faisait du bien. Restait à coller un bon coup de mes plus beaux escarpins pour remonter à la surface, la crever et rejoindre à nouveau les hautes sphères.

Je n'étais pas quelqu'un qui se contentait du médiocre, je voulais le luxe et je le valais bien. Je souris légèrement à cette pensée idiote avant de demander à Jeremy de me rendre un second service. Des infos sur la garce, voilà ce que je désirais obtenir. Un moyen pour la faire souffrir plus encore que ce que j'avais enduré, un moyen pour la détruire, lentement, à tout petit feu, qu'elle ai le temps de se voir s'écrouler.

« Je veux tout savoir, ou elle vit, qui elle voit, ce qu'elle aime, ce qu'elle n'aime pas... Tout ce qu'on demande généralement sur une cible. Elle est ma cible numéro 1. »

La lueur mauvaise dans mon regard devait suffire à lui faire saisir à quel point je voulais du bien à la jeune femme. Pourtant je fis un geste de la main pour mettre fin au sujet.

« Tu me regroupes tout ça et on en reparlera. Pour le moment je ne veux plus entendre parler de cette chose. »

Ceci dit avant de relancer la conversation sur un tout autre thème. Je le sentais tracassé et je voulais savoir pourquoi. Il semblait sur des charbons ardents et ça me surprit. Généralement il était à l'aise en ma compagnie. Quand il se lança je compris. Jeremy n'avait pas toutes les données et il ne pouvait pas du coup comprendre la situation présente.

« Je ne retrouverais pas ma place pour le moment. D'ailleurs je ne la retrouverais sans doute jamais. Il faudrait pour ça qu'Holster me fasse à nouveau confiance. »

Ceci dit avec un petit sourire qui montrait que je n'y croyais pas vraiment. J’attrapais un coussin et l'installait sur moi avant de serrer mes bras autour le menton posé dessus. C'était un énorme coussin et je me sentais bien ainsi blottie.

« Tu te souviens d'Halloween ? De moi dans ma putain de robe de princesse en compagnie de Tussle ? C'était le point final d'une histoire débutée bien plus tôt. »

Avais je envie de lui raconter ma trahison ? Oui, il méritait de savoir, d'avoir toutes les clefs. Je l'aimais beaucoup ce gosse et je lui devais bien ça. D'autant que je n'avais pas honte de ce que j'avais fait. J'assumais, tout, comme toujours.

« A UCLA j'ai été blessée dans les échauffourées et Harwell m'a déposée inanimée dans un fourgon. Un joli petit fourgon sensé me ramener dans nos locaux. Manque de bol ça a été direction Genome. »

Mon regard était dans le vague, j'étais plongée dans mes souvenirs.

« J'ai alors choisi de vendre Holster contre ma liberté. J'ai fait entrer O'Hara chez nous jusqu'au bureau du boss. Il n'avait pas d'autre choix que de suivre le mouvement. J'ai essayé de joindre Romanov et ce trou du cul d'Harwell. Ni l'un ni l'autre n'était dispo et mon joli plan de récupérer Holster immédiatement en anéantissant Genome s'est pété la gueule. »

Je fis une pause et posais mon regard sur lui. Comment prenait il ça ? Pourrait il toujours me faire confiance ? Je l'espérais, je n'étais pas sure d'être capable d'assumer un coup de plus.
Je pris la décision de le laisser réagir et me poser des questions si besoin avant de poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Lun 28 Oct - 0:17

Je ne savais pas ce que Cooper avait fait à Kate, mais la lueur qui brillait à cet instant dans son regard, alors qu’elle me disait vouloir tout savoir sur cette garce, ne présageait rien de bon. Je ne la portais pas non plus dans mon cœur pour des raisons qui m’étaient personnelles, et quelque part, savoir que mon mentor en avait aussi après elle me réjouissait. Sans le savoir, elle satisfaisait, à cette instant, ma propre rancœur à l'égard de cette pétasse. Dakota m’en avait tellement fait baver, que je ne me ferais pas prier pour lui rendre la monnaie de sa pièce si j’en avais l’occasion, et Kate était en train de me l’offrir sur un plateau d’argent. Un sourire en coin étira mes lèvres à mesure qu’elle me faisait l’énumération de ce qu’elle voulait savoir. J’étais déjà en mesure de lui fournir quelques unes de ces informations, mais elle coupa court à mon enthousiasme naissant d’un mouvement de la main. Je compris tout de suite que ce n’était pas le moment. J’acceptais la mission d’un signe de tête entendu, la lueur brillant dans mon regard faisait écho au sien et signifiait que je m’en faisais déjà une joie !

Kate changea de sujet, me rappelant les raisons premières de ma venue ici. Mon sourire s’était estompé et mon assurance avait pris du plomb dans l’aile quand je me risquais à aborder le sujet qui me tracassait. J’écoutais la réponse de Kate avec attention et ce qu’elle m’avoua ne correspondait pas tout à fait à mes attentes. J’avais réajusté mon masque d’imperturbabilité, mais derrière, tout s’effondrait. Elle ne retrouverait pas sa place parce que Holster ne lui faisait pas confiance. Ca je le savais déjà. Il me l’avait laissé entendre quand je lui avais parlé du retour de Reynolds.
Mais ce n’était que le début. Harwell ! Déjà que je pouvais pas le saquer celui-là ! Espèce d’enfoiré ! Je sentis la colère m’envahir avant d’être victime d’un ascenseur émotionnel. Je sentis les bras m’en tomber au fur et à mesure qu’elle narrait son récit. Il me fallu le temps d’encaisser les informations qu’elle venait de me donner, le temps que les pièces manquantes du puzzle s’assemblent dans ma tête, d’analyser et de comprendre ce qu’elle était en train de me révéler.

Je n’avais pas bougé. Mon regard s’était figé dans le vague. Je sentis qu’elle me fixait tandis qu’elle s’était arrêtée de parler. J’essayais de prendre du recul, de ne pas me laisser submerger par mes émotions. Elles n’avaient pas à entrer en ligne de comtes ces saletés.

« C’était… un piège ? » Je réfléchissais à mesure. Oui, c’était ça ! Mon regard repris consistance tandis que je le posais à nouveau sur Kate.

« Tu veux dire… Harwell était dans la combine ? Tu t’es volontairement laissée enlever afin de piéger O’Hara ! »

Je n’en revenais pas ! Elle avait pris un sacré risque si c’était ça son plan. Genome n’étaient pas des tendres. J’avais eu affaire à Calloway et à la cousine d'O'Hara et ils m’avaient bien amoché. Je ne savais pas ce que valaient les autres mais… Elle avait risqué sa vie sur ce coup là !

« C’était brillant ! risqué mais…brillant ! »

Par contre, ça avait considérablement merdé. Certes.

« Pourquoi tu ne m’as pas appelé ? » demandais-je aussitôt. Certes, je n’étais qu’un débutant à l’époque, mais peut être que j’aurais pu être utile…

Cependant je ne comprenais pas pourquoi Holster ne lui faisait pas confiance. La cause de Kate avait toujours été juste, non ? Ce n’était pas de sa faute si ça avait foiré…et comment ça se fait que ni Romanov, ni Harwell n’aient été sur le coup ? et cette mission qu’on m’avait confié de glaner des infos sur la disparition d’Holster ? quand on avait mis la main sur le fleuriste dans ce bar avec Romanov, c’était quoi ? si Kate était au courant depuis le début ? Et le fleuriste d’ailleurs, maintenant que j’y pense… Wetherford ! C’est lui ! J’y comprends plus rien.

« Attend une minute ! tu es en train de me dire, que tu savais depuis le début où était Holster ? Alors pourquoi avoir attendu si longtemps pour le faire sortir de là ?... Mais Romanov… elle était pas au courant ? Personne ne savait ? » ou si elle l’était, c’était moi qu’on avait mené en bâteau…

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mar 29 Oct - 8:30

Sincère jusqu'au bout des doigts. C'était d'ailleurs assez bizarre que de raconter cette histoire sans mentir, sans laisser de zone d'ombre bien arrangeante pour mes beaux yeux. En même temps je n'étais plus à ça près... J'attendis sa réaction avec appréhension, j'avais tellement peur qu'il me rejette, qu'il me considère comme une traîtresse et ne veuille plus m'approcher... Pas lui, pas maintenant...

Finalement il sembla le prendre bien. Mais je compris vite que c'était surtout parce qu'il n'avait pas encore tous les tenants et aboutissants. J'inspirais lentement quand il percuta que je connaissais dès le départ la position d'Holster.

« Ce n'est pas tout à fait ça. »

Nous y étions, c'était le moment de faire le pas fatidique, celui qui allait me faire descendre de mon piédestal. Ne resterait plus que l'espoir d'y remonter un jour.

« Harwell n'était pas au courant mais il m'en devait une. Et son don est très utile dans ce genre de situation. Je ne t'ai pas appelé et je l'ai amèrement regretté après coup. Mais j'ai eu très peu de temps pour concevoir mon plan d'action. »

C'était véridique, je progressais. Les relations humaines ça s'apprenait, je pouvais y arriver. Ne pas mentir, ne pas me servir des autres. C'était une décision que j'avais prise et je m'y tiendrais. Au moins pour ce qui était des gens que j'aimais. Les autres n'auraient droit qu'a l'immonde reine des glaces et je me ferais un plaisir de noircir encore le tableau si j'en avais l'occasion.

« O'Hara m'avait fait une injection, j'étais quasiment aveugle une vraie galère. Je pensais que l'on pourrait pister O'Hara et trouver les locaux de Genome. Quand je me suis plantée je n'ai rien dit. Je ne pouvais pas, sinon j'aurais été virée ou pire. Je savais Holster dans les locaux de Genome mais ça n'apportait rien de le dire. De toute manière nous cherchions ces locaux depuis longtemps déjà sans succès. »

C'était difficile à croire et pourtant c'était vraiment ce qui m'avait fait fermer ma gueule. Le pouvoir d'Holster je n'en voulais pas. Etre la reine des recherches à Genetic m'avait entièrement comblé et la paperasserie ça n'était pas pour moi d'autant que j'avais eu droit à une Tammy Beckett en grande forme entre les pattes. Il était amusant de voir a quel point je l'avais détestée et comme je l'appréciais maintenant. La sœur de Keaton... Il n'allait tout de même pas envahir chaque champ de ma vie ? Non j'allais le rayer de ma vie, je ne me laisserais pas détruire...

« J'ai lancé les recherches sans les orienter plus que ça pour trouver une solution. Je l'ai trouvé mais ça m'a coûté. Le blue lake c'était mon idée. Une belle idée hein ? Qui a tourné au désastre une fois de plus. On a heureusement pu récupérer Holster. Contre Shannon, la cousine d'Aaron.  »

Ce récit était digne d'un scénario d'Hollywood et j'en prenais maintenant consciente. Ma vie était un roman, un roman noir. Ca tombait bien quelque part, c'était mes préférés.

« J'ai pris une balle et j'ai été rapatriée. Directement par Tussle, j'ai fini dans une jolie petite cellule avec cette pute de Cooper comme geôlier. Il m'a forcé à bosser pour lui. C'était ça ou il menaçait de s'en prendre à mes proches.  »

Un soupir avant de reprendre.

« Voilà, tu connais toute l'histoire. Maintenant tu peux juger. »

C'était vrai, j'attendais le verdict. Qu'allait il penser de tout ça ? Comprendrait il que je n'avais jamais trahi Holster ? En tout cas pas dans les convictions, je m'étais juste lourdement plantée... Ca commençait d'ailleurs à devenir une putain d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mar 5 Nov - 20:28

Je n’étais pas au bout de mes surprises concernant les révélations de mon mentor. Tout se mettait en place dans ma tête et j’étais presque soulagé d’apprendre que les intentions de Kate avait toujours été louables.

Je n’avais jamais voulu douter d’elle. Pourtant, les rumeurs à son sujet étaient allées bon train durant l’absence d’Holster ! Je les avais toutes ignorées, comme celles qui disaient qu’elle était avide de pouvoir, arriviste, qu’elle voulait LA place d’Holster. Kate était bien au dessus de tout ça. Mais en fin de compte, personne ne la connaissait à Genetic. J’en étais resté persuadé, même si je ne savais que peu de choses à son sujet en réalité. Pour moi, elle était bien différente de cette femme de glace dont tout le monde parlait, même si je savais qu’elle adorait jouer de cette image. Une manière de se protéger et de se faire respecter sans doute ?

Je savais aussi qu’elle était docteur, et qu’elle menait des recherches sur les mutants. Je n’avais jamais vraiment posé de questions sur le genre de recherches ni le genre d’expériences qu’elle faisait, volontairement. Parce que je ne voulais pas connaître des réponses que je n’étais pas prêt à encaisser. Ce qui se passait dans les sous-sols ne me concernait pas directement, et ça m’allait très bien comme ça. Je pouvais me concentrer sur mon boulot d’agent de terrain, avec mes propres méthodes que Kate me laissait expérimenter. Je ne l’avais jamais déçue. J’étais contre le fait d’employer la violence, et je m’évertuais à démentir la mauvaise image que les gens avaient de Genetic. J’avais été trop utopiste.

Kate avait préféré user des services d’Harwell, qui lui, n’avait strictement rien à foutre de l’éthique. Ce type était un grand malade qui torturait pour le plaisir, qui avait été à l’origine de l’effondrement du gymnase à UCLA... Et c’était ce mec là, qu’elle avait appelé pour piéger O’Hara. Dur à digérer ! Je me contins afin de ne rien laisser paraître, mais je serrais les dents, faisant taire de toutes mes forces ma frustration naissante. Je l’avais mauvaise. Elle disait regretter. Je ne sais pas si j’aurais pu faire mieux qu’Harwell. En même temps, c’était pas dur ! ce connard était incontrôlable. Est-ce que j’aurais réussi à coincer O’Hara ? Si Kate me l’avait demandé, j’aurais tout fait pour. J’aurais tout tenté.

« UCLA… c’était tout orchestré si j’ai bien compris ? » mon ton était froid et inexpressif. Je voilai ma colère en tentant de rester le plus objectif possible. Ma colère était froide, amère. Je récapitulai, presque posément.

« Harwell a été envoyé là bas. Tu savais qu’il allait foutre le bordel. Et tu l’as laissé faire. Il t’as mise dans le fourgon de Genome. Tu leur as livré Holster sur un plateau en conduisant O’Hara jusqu’à Genetic. Et là, personne ne t’as prêté main forte. Genome a kidnappé Holster et donc… tu savais qui étaient ses ravisseurs sans savoir vraiment où étaient leurs locaux. »

Et ce plan presque parfait avait couté la vie à des innocents, fait de nombreuses victimes. Et c’était sans compter le blue lake ! Je souris amèrement à sa « brillante idée ». J’y étais moi aussi, j’avais assisté à cette boucherie. Par chance, je n’avais pas été blessé. Kate s’était prise une balle là bas, Max aussi, car oui, elle y était, elle aussi ! du côté de Genome ! et Moïra… Ma gorge se noua. J'avais réussi à découvrir ce qui lui était arrivé, mais j'avais été interdit de l'approcher, avant qu'elle ne disparaisse... elle aussi.

Afin de ne pas laisser mon trouble m’envahir d’avantage, je me levais et commençais à faire les cents pas dans la suite tandis qu’elle terminait son récit. Ca faisait beaucoup de choses à digérer. Là, tout de suite, je regrettais amèrement mes questions. J’aurais préféré ne pas savoir et continuer de me bercer d’illusions.

Un silence pesant s’installa. Je ne savais pas quoi penser, et encore moins quoi dire. Ma colère m’aveuglait et le schéma se répétait. Partout où j’allais, il n’y avait que souffrance et désolation. J’étais entré à Genetic pour lutter contre ça, pour qu’il n’y ai plus de morts inutiles d’innocents à cause des gens comme moi. J’avais misé sur Kate, j’avais eu foi en elle, en Holster aussi. Mais rien n’y faisait. Ca continuait, encore et encore. Même eux n’étaient pas de taille à faire cesser tout ce bordel ! et pire ! Ils l’orchestraient même !

« Pourquoi ? » finis-je par lâcher avec tout le self contrôle dont j’étais encore capable. Je m’interdisais de la juger, je refusais de croire qu’elle avait fait tout ça pour le pouvoir ou une quelconque raison aussi futile que ça. Non, je ne voulais pas y croire ! Qu’est ce qui l’avait vraiment motivée à en arriver là ?

Les sentiments violents et contradictoires qui m'animaient se vouaient une bataille sans merci, mais je les taisais. Pour l'instant. Je fis volte face. « Pourquoi est-ce que Genetic s’acharne autant sur Genome ? » le léger tremblement dans ma voix me trahissait.
Parce que oui, ces mecs je les ais vus, de mes yeux. J’ai lutté contre eux, et je ne pense pas qu’ils soient réellement une menace pour l’entité que nous sommes. Je pesais bien mes mots, pour moi, ça relevait de l’acharnement. D’autant plus que ma mission était O’Hara… avais-je le droit de le lui dire ?

«  Pourquoi tu as fais tout ça ? » Je baissais d'un ton, plus froid encore afin de ne pas me trahir d'avantage. La lutte était ardue, mais je voulais lui laisser le bénéfice du doute et surtout, j’avais énormément de mal à encaisser.
Je ne savais plus ce que je voulais entendre, la vérité, un mensonge, peu importe. Tout se dérobait sous mes pieds.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Dim 10 Nov - 11:21

Je pouvais suivre le cheminement de ses pensées et de ce que provoquait mes révélations en lui. Je le décevais, j'en étais consciente et c'était douloureux. Descendre de son piédestal n'avait rien d'un plaisir. En même temps je lui devais ces révélations, cette honnêteté, en plus j'étais suffisamment délabrée psychologiquement pour me moquer de tout.

D'un autre coté le perdre lui aussi serait sans doute le coup de trop. Ce serait perdre ma capacité à être aimée... Oui et non, il fallait que j'arrête de penser à ça, que je cesse de me morfondre dans des idées noires. J'avais été parasitée toute la journée, maintenant ça suffisait... Je ne voulais plus y songer, je voulais rayer cette journée de ma vie et avancer. Avancer et leur faire payer, comptant, et avec des intérêts. Je voulais me venger...

Jeremy se leva et bougea dans la pièce, je voyais sa crispation et les efforts qu'ils faisaient pour se contenir. Je m'en voulais de le blesser ainsi, il ne l'avait pas mérité. Il était une des rares personnes qui ne m'avait jamais déçu. Je lui souhaitais le meilleur et j'étais prête à beaucoup pour l'aider à l'obtenir.

Je le laissais tout récapituler en me vautrant un peu plus dans le  canapé. J'avais besoin d'appuyer ma tête contre le dossier et je serrais le coussin encore plus fort. Faible sécurisation mais qui ressemblait assez à celle d'un enfant serrant son doudou. Irrationnel mais efficace.
Quand il me demanda pourquoi j'avais fait tout ça je sentis sa rage dans sa voix. Il se contenait mais était une vraie cocotte minute.

Je me redressais tout en restant assise et posait le coussin à coté de moi. Ce n'était pas le moment de me cacher. J'avais décidé de me montrer sans fard c'était le moment d'aller au bout des choses, d'assumer.

« C'est presque ça. Je ne savais pas qu'Harwell comptait foutre le bordel. Nous avions des ordres, une mission de terrain. Il n'était pas sensé faire n'importe quoi. Mais c'est Harwell, ce type ne devrait plus faire partie de le maison. Mais en même temps c'est bien pratique d'avoir ce genre de psychopathe sous la main. »

Je soupirais avant de chercher son regard.

« Je n'ai jamais aimé ce type, au contraire même. Je ne cautionne pas ses méthodes, encore moins avec sa capacité de tueur en série. »

C'était tout a fait vrai et j'espérais qu'il était en mesure de lire en moi cette sincérité.

« Le soir de l'UCLA j'ai été blessée, je m'étais opposée à ce crétin, j'avais essayé de l'arrêter, il devait obéir aux ordres, j'ai cru devenir dingue. Peine perdue ce connard n'entendais rien.  »

Je voulais qu'il saisissent les nuances, pas qu'elles m'excusent mais tout de même. Quand on connaissait les détails on pouvait comprendre les tenants et aboutissants.

« A aucun moment je n'ai souhaité ce qui c'est passé à UCLA. Par contre tu as raison, je suis responsable du Blue Lake, c'est de ma faute. Si j'avais refusé de donner Holster contre ma liberté il ne se serait rien passé. J'ai fait une erreur. Une très grossière erreur, que je paye encore aujourd'hui.. »

Vraiment cette journée était une plaie, je revivais les pires instants de ma carrière après que ma vie personnelle ai explosé en vol...

« Pour ce qui est de Genome, je ne sais pas. Je n'ai rien contre eux, personnellement, quoique je tarterais avec plaisir la gueule de ce petit con d'O'Hara. Tussle sent son pouvoir mis en danger sans doute. Holster préfère connaître ses ennemis... Je pense au final que Genome nous déteste bien plus que l'inverse. »

Allais je oser ? Oui... C'était bien la journée des révélations, non ?

« Tu te souviens des dossiers dont je t'avais parlé ? Les gens que je cherchais à dissimuler aux listings ? L'un était celui d'un mec de Genome. Un mec pour qui je suis prête à faire une grosse connerie. »

Ma décision était prise, j'allais sortir Esteban de là. Sans demander d'aide, parce que je ne voulais pas lui faire prendre des risques, pas pour moi. J'avais fait assez de mal...
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mar 12 Nov - 19:07

J’étais en colère. Pas uniquement contre Kate, un peu contre tout et contre tout le monde, contre moi-même aussi ! Ca n’arrêtait pas en ce moment ! J’avais l’impression de m’en prendre plein la gueule, en permanence. J’en avais marre ! J’avais le sentiment d’être insignifiant, de ne rien gérer, de ne rien contrôler ! De n’être qu’une vulgaire marionnette ballottée de gauche à droite, qu’on s’évertuait à piétiner avant de s’en débarrasser. Ma vie foutait le camp à vitesse grand V ! C’était à se demander ce que je foutais encore là ! Tout ce en quoi je croyais s’effondrait ! Tous ceux que j’aimais disparaissaient dans des circonstances tragiques ou me tournaient le dos !

Je n’avais jamais voulu m’attacher à Kate, mais je me rendais compte que ce qu’elle m’avouait m’atteignait plus que de raison, car elle était un pilier pour moi dans cette foutue boîte ! Aujourd’hui, elle s’effondrait, et je perdais l’équilibre, j’avais le vertige. Je n’avais pas le droit de lui en vouloir, ça ne tenait qu’à moi de l’avoir placée aussi haut sur ce foutu piédestal ! Après tout, elle n’était qu’un être humain, comme moi… avec ses forces, et ses faiblesses. Hélas, elle n’était pas insubmersible.

Elle ne démentit pas pour Harwell, même si elle me caressa dans le sens du poil en m’avouant que ses mœurs n’étaient pas des plus appréciées. Je lui lançais un bref regard en coin avant de détourner les yeux. Je n’y arrivais pas. Elle n’était que l’ombre d’elle-même, femme fragile, désemparée, avec ce coussin entre les bras, sur ce canapé, elle était loin de l’étiquette que je lui avais collée. Pourquoi ça m’énervait autant ? hein ? Ca ne me plaisait pas de la voir comme ça, tout aussi sincère qu’elle puisse être.
La vérité n’était pas toujours bonne à entendre. J’étais incapable d’inverser les rôles, de la réconforter, même si je saisissais les nuances de ces propos, ses regrets. Je ne savais pas faire, je n’en avais pas la force. J’étais au plus mal moi aussi, ce n’était qu’un coup de plus dans ce qui restait de ma misérable carcasse. Mon égoïsme me filait la nausée.

Je m’étais mis à marcher, en long et en large dans la chambre d’hôtel. J’étais en manque cruel de nicotine afin de calmer mes nerfs. J’avais beaucoup de mal à prendre sur moi, mais ce n’était pas le moment d’exploser. Pas tout de suite. J’estimais que je n’en avais pas le droit parce que j’avais bien trop de respect pour Kate. J’avais pris une profonde inspiration avant de lui demander les raisons qui l’avaient motivée, et quitte à apprendre d’autres horreurs, autant qu’elle me dise aussi pour Genome.

Je serrais les dents à sa réponse et me mordit intérieurement la lèvre afin de me contenir encore et de fermer ma gueule. Mais j’avais envie de hurler, de lui dire qu’à Genome, ce n’étaient que des pauvres types ! et que je doutais fort qu’ils aient le nombre suffisants de mecs et les moyens de faire de l’ombre à Genetic ! Mais si je le faisais, je trahirais ce que je savais. Je trahirais Max. Et ça, je ne pouvais pas me le permettre. Je m’arrêtais de marcher, tournant le dos à Kate. Il valait mieux pour moi qu’elle ne voit pas mon visage. De toutes façons, elle n'y pouvait plus rien.

« Ce ne sont que des pauvres mecs ! » laissais-je finalement échapper entre mes dents serrés, sans me retourner, dans un murmure à peine audible. J’avais les boules pour ce mec que j’avais fait enfermer, ce type qui s’était battu pour sauver sa vie, qui n’avait rien demandé à personne… J’avais pu laisser filer la meuf, mais lui…
Ils n’avaient rien d’un groupe aussi organisé que le nôtre. Ils n’étaient même pas armés ce jour là ! Je ne connaissais pas cet O’Hara, mais je savais ce que Max m’avait dit. Des héros en carton qui se battent pour leur cause, elle avait tout à fait raison ! Et elle, je la croyais, plus que quiconque.

Le dernier aveu de Kate mit fin à cette colère qui bouillonnait en moi et me glaça le sang. Je me souvenais en effet. Elle m’avait dit vouloir protéger quelqu’un. Un proche. C’était ce que j’avais déduit. Un mutant qu’elle voulait préserver de Genetic. Jamais je n’aurais imaginé qu’il s’agisse d’un mec de Genome…

Pour qui elle s’apprêtait à faire une grosse connerie…

Je savais.
Je le sentais venir, gros comme une maison.
Je fermai les yeux.
Je savais.

Alors elle n’avait vraiment plus rien à perdre. J’étais mieux placé que quiconque pour comprendre ce sentiment. Moi aussi je le ferais si Max se retrouvait enfermée. Je foutrais ma vie en l’air, ma carrière, tout, car sans elle, ma vie n’avait aucun sens.

« Ce mec…C’est Esteban Calloway pas vrai ? » demandai-je d’un non neutre, rouvrant les yeux, me gardant bien de me retourner. Toute animosité à son égard venait de s’envoler.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Sam 16 Nov - 14:09

Il déambulait dans cette chambre comme un lion en cage et j'étais quasiment certaine qu'il aurait déjà explosé si ça avait été quelqu'un d'autre face à lui. J'ignorais si je méritais ce respect, en tout cas pas avant, pas quand je ne me souciais que de ma petite vie peinarde. Mais maintenant ? En même temps ce môme je l'avais aimé toute de suite. J'avais eu envie de le protéger, de faire en sorte qu'il soit bien formé pour avoir les armes nécessaires pour avancer à Genetic.

Maintenant j'allais au delà, je me livrais sans fard en croisant les doigts pour qu'il ne me rejette pas. Quand il me jeta au visage que les membres de Genome étaient des pauvres mecs je hochais la tête. Il avait parfaitement raison, ils n'étaient ni assez nombreux, ni assez formés, ni assez riches pour rivaliser avec une organisation de notre ampleur.

C'étaient des gamins idéalistes qui ne méritaient pas cette traque perpétuelle. Je n'avais jamais été pour dans le fond. Tant qu'on me laissait faire mes recherches je n'étais pas non plus très regardante il fallait l'avouer.

« Tu as raison, j'ai poursuivi la traque quand j'étais à la tête de ce bordel uniquement pour retrouver Holster. Je voulais sauver mes miches et retrouver mon boss, point barre. »

Je lui avouais ensuite que je protégeais à l'époque de ma grandeur un membre de Genome. J'avais fait disparaître son dossier. Je venais maintenant d'avoir la preuve de l'innocuité d'une telle décision. Je ne l'avais protégé de rien, même pas de lui même et de sa fichue envie de sauver le monde...
Quand Jeremy repris la parole son changement de ton était flagrant et ça attira toute mon attention. Quand il prononça le nom d'Esteban mon cœur s’arrêta. Comme ça deux secondes, un blanc... Avant  que je ne m'avance et le saisisse par le bras pour l'obliger à me faire face.

« Comment tu sais qu'il s'agit d'Esteban ?. »

Mes yeux lançaient des éclairs et exigeaient une réponse. Exit la jeune femme fragile, bonjour la lionne. La reine de glace revenait en force, comme quoi on pouvait encore espérer faire quelque chose de moi.

Keaton et sa pétasse m'avaient blessée mais pas brisée. J'allais remonter cette putain de pente et sortir Esteban de là. Ensuite ? Grande question, bonne question... Je n'avais pas envie de chercher des réponses, je n'avais pas le temps, je n'en étais pas capable. J'allais me relever pour me battre, j'aurais le temps de réfléchir à l'heure de rendre les armes.

En attendant je fusillais Jeremy du regard. J'avais étais sincère au delà de mes habitudes et même peut être des convenances. C'était son tour... Tout ce qui touchait de près ou de loin à la détention d'Esteban m’intéressait au plus haut point.

« Comment tu sais qu'il est détenu ? Comment tu connais son nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Dim 17 Nov - 23:17

Tout était si surréaliste ! Kate venait de me déballer son sac. Même si j’avais dénié en être témoin, je l’avais vue désarmée, démunie et ça m’avait fait un choc. Elle m’avait tout raconté, le plus sincèrement du monde. Elle que j’avais placée si haut sur son piédestal. Mais ce n’était pas tant ça qui me dérangeait le plus. Kate était mon mentor à Genetic. Je lui devais tout, ma place, mon job, le respect. Notre relation venait de passer du purement professionnel si on peut dire, à plus…personnel. J’étais déstabilisé. Où était la limite entre Genetic et le privé dans cette situation-ci ? Que pouvais-je dire et ne pas dire ?

J’appréciais énormément Kate, mais malgré cela, j’avais toujours gardé mes distances avec elle, ne me montrant jamais trop familier, ne parlant jamais de moi, et c’était réciproque. Les barrières venaient de s’écrouler, en plus des révélations qu’elle venait de me faire. J’avais du mal.

Je n’allais pas bien moi non plus. Ma vie était loin d’être rose. J’étais complètement paumé aussi bien dans ma vie privé que professionnelle. Ils m’avaient envoyé en mission traquer des innocents. Je ne l’avais pas digéré. Mais je n’avais pas le droit d’ouvrir ma gueule. C’était ma chance pour devenir agent de terrain. Je le voulais, plus que tout, pour sauver Maxime. Il fallait que je retrouve ma liberté pour aller dégommer ces enfoirés avant qu’elle ne le fasse et ne finisse par se détruire complètement. Elle n’avait pas à assumer ça toute seule ! Non. Quoi qu’elle dise, quoi qu’elle fasse, même si ça devait me coûter, cette mission primait sur tout le reste. C’était la seule raison qui me motivait encore à trouver ma place à Genetic afin d’accéder aux dossiers, aux informations, à l’entraînement nécessaire pour y faire face.

En clair, si je voulais assouvir ma vengeance, je devais avancer stratégiquement, tenir bon, ne pas commettre d’impair. J’avais confiance en Kate, mais jusqu’à quel point ? Je ne lui avais jamais parlé de ça. J’avais hésité pourtant, une fois, à lui parler de Max, quand elle m’avait parlé de faire disparaître un dossier de quelqu’un à qui elle tenait. Moi aussi je l’avais fait. Dès mon arrivée. Je m’étais introduit dans le bureau d’Holster et j’avais piqué le dossier. J’avais ensuite utilisé les accès de Kate lors de son absence pour effacer toute trace de mon double dans les fichiers informatiques. Je ne le lui avais jamais dit. Mais moi aussi, j’avais protégé la personne a qui je tenais le plus. Et j’étais prêt à recommencer, à prendre tous les risques pour elle, quitte à en crever.

Je ne pouvais que comprendre les paroles de Kate qui trouvaient de l’écho en moi. Et j’avais deviné juste. A peine le temps de sentir mes entrailles se resserrer que je sentis une autre douleur dans mon bras. Je du faire volte-face, malgré-moi. Kate ne s’était jamais énervée de la sorte après moi. Son regard me glaça le sang, et à cet instant, je compris pourquoi le surnom de la reine des glaces lui allait aussi bien. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Il me fallu quelques secondes pour reconstituer mon masque inexpressif afin de masquer ma surprise et la crainte qu’elle m’inspirait soudain.

« Eh ! Ca va ! … La vache ! » pestai-je en tentant de dégager mon bras. Réaction puérile, mais salutaire. Je lui devais des explications. Visiblement elle n’était pas au courant sur le pourquoi du comment son protégé s’était retrouvé ici, ce qui ne faisait qu’alourdir le poids de ma culpabilité.

« Ils ne sont pas nombreux les captifs de Genome ! et la dernière personne qui a été capturée lors de la traque, c’est ce mec là ! … Calloway… un pauvre type de Genome.  » répondis-je en haussant les épaules d’un air sincèrement navré. Je l’étais. Vraiment.

« Simple déduction. Voilà tout. » pris-je soin d’ajouter en guise d’explication.

J’avais opté pour la version simple, professionnelle. Comment je le savais ? j’aurais pu lui faire croire que j’avais joué les petites fouines comme je savais si bien le faire. C’était mon job après tout. C’était ce qu’on m’apprenait à faire, plus ou moins. Je devais avoir un talent naturel pour ça, peut être, ma capacité me rendait de fiers services pour m’infiltrer dans les endroits où l’on m’attendait le moins, je devais l’avouer. Car je ne me m’arrêtais pas seulement à ce qu’on m’autorisait à savoir. Fâcheuse habitude n’est-ce pas ?

Mais je ne voulais pas lui mentir. Non. La vérité, c’était que c’était moi qui l’avais fait enfermer. Parce que O’Hara n’avait pas daigné se montrer et que Forester m’avait eue à l’œil durant toute la mission.

« La vérité c’est que… » je marquai une pause avant de poursuivre « Il s’est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. »

Je soutenais son regard, non sans une certaine appréhension, attendant la fureur qui allait s'abattre sur moi. Pourquoi je lui avais dit ça ? j’étais cinglé ! Oui, complètement ! Mais je lui devais la vérité, comme elle venait de me la livrer à propos de tous ces complots, et par respect. Et puis, je plaidais coupable de toutes façons. Si elle voulait déferler sa colère sur moi, qu’elle le fasse. Je le méritais.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Mer 20 Nov - 13:04

Au moment où je lui avais attrapé le bras j'étais déjà quasi certaine que ce que j'allais entendre me déplairait. Il dégagea son bras et je le laissais faire tout en le fixant d'un regard peu amène. Je n'avais pas envie qu'il soit mêlé à ça. Pas lui parce que je me prenais par moment à l'aimer comme un fils.

Mon padawan ne pouvait avoir basculé à ce point du coté obscur de la force. Je ne voulais pas y croire. D'autant qu'avec un casque de Vador, Jeremy aurait une tête de gland. Mes pensées étaient décalées mais mon esprit restait clair. J'étais pendue à ses lèvres et je l'écoutais débiter ses fadaises.

« Esteban n'a rien d'un pauvre type. Ne dis plus jamais ça devant moi. »

Je n'avais pas dit « ou tu le regretteras » mais la réplique avait fusé quand même, rien que dans le ton cinglant de cette phrase. Je sentais la colère monter, prenant toute la place. Une colère froide qui m'engloutissait et me faisait du bien. J'allais tout oublier, me cacher derrière cette rage...

Il poursuivit expliquant sa soit disant déduction, ls n'étaient pas nombreux, certes, mais il n'avait aucune raison de savoir que je connaissais Esteban. Quoique il avait peut être supposé que c'était sa captivité qui m'avait foutu dans cet état ? On était loin du compte, en effet j'avais une prise la dessus, je pouvais l'aider, le sortir de là, j'allais le faire. Ce qui me rongeait c'était de n'avoir rien vu venir avec Keaton. Il m'avait porté le coup de grâce, tel un matador, et je ne pouvais rien y faire. J'étais en position de faiblesse et c'était ça qui me rendait le plus malade. Je m'étais offerte, reniée, pour en arriver là ?

Je chassais ses pensées importunes pour me concentrer sur les propos de Jeremy. Il venait de dire qu'Esteban c'était simplement trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Mon sang ne fit qu'un tour et je levais la main, prête à le gifler. Je parvins à stopper mon geste, il n'avait fait que son putain de job. Au lieu de le frapper je le poussais des deux mains posées sur son torse et il tomba à la renverse sur le sofa.

Je me retournais et attrapais une lampe qui vola au dessus de sa tête pour s'abattre sur le mur derrière lui en un fracas sonore. Soit je le tuais de mes mains soit il s'expliquait mais il fallait que ça se passe vite en tout cas, je perdais patience et ça n'était jamais bon... Ni pour moi, ni pour mon interlocuteur ni pour notre environnement immédiat.

« C'était pas plutôt toi qui était au mauvais endroit ? Je ne peux pas croire que ce soit toi. »

Un vase suivit le chemin de la lampe avant que je ne serres les poings de toutes mes forces.

« Tu ne vas pas devenir un enfoiré Jeremy Stenson, tu n'en as pas le droit. Je te l'interdis !!!  C'est CLAIR ??»

Je venais de me planter devant lui, les yeux lançant des éclairs, je criais. Il avait interêt à faire attention à ce qu'il allait dire ou je lui sauterais à la gorge. Ami ou pas, padawan ou pas, grossesse ou pas. Je ne pensais plus à rien si ce n'était à Esteban, moisissant dans une cellule, par la faute de l'agent que j'avais le mieux formé... Tout était finalement de ma faute ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Jeu 21 Nov - 12:04

Le regard de Kate ne faisait qu’alourdir mon sentiment de culpabilité, comme un gamin pris sur le fait, en flagrant délit d’une énorme connerie, ayant peur de se faire répudier par sa mère. C’était idiot. J’avais horreur de ce sentiment. Il n’avait pas lieu d’être, ici et maintenant. Mais malgré moi, c’était ce que Kate représentait pour moi. Je ne voulais pas la décevoir, je ne supportais pas ce que je décelais dans son regard.

Ses mots claquèrent dans l’air tel un coup de fouet. Je l’avais blessée, elle se méprenait. Le ‘pauvre type’ n’avait pas été dit méchamment. Ce que je voulais dire, c’était que je compatissais pour ce mec, il n’avait rien demandé à personne. Nous lui étions tombé dessus sans crier gare. C’était en cela qu’il était un pauvre type. Je ne me permettrais pas de juger sa valeur. J’étais qui moi ? pour porter un tel jugement ?
Mon masque tint bon, mais mon regard me trahissait, j’étais sincèrement désolé.

Elle leva la main, pour me gifler sans doute, je soutenais son regard sans ciller, attendant ma sentence bien méritée. Et encore, je trouvais que le prix était peu cher payé. Je fermai les yeux au moment de ce que je cru être l’impact quand elle me repoussa violemment contre le sofa. J’avais perdu l’équilibre, je m’écroulai, à moitié avachi dans le canapé. J’étais en train de me redresser quand une lampe explosa contre le mur au dessus de ma tête. J’eus le temps de croiser le regard furibond de Kate quand elle se saisi du vase. Je m’asseyais sur le rebord du canapé, la tête baissée, un sourire ironique étirant mes lèvres. Je ne me moquais pas d’elle, mais de moi-même. Finalement, tout finit par se payer, tôt ou tard. Je ne bougeai pas, le vase effleura mes cheveux et finit sa course dans le mur derrière moi, explosant à l’impact.

Elle était furieuse et refusait de me croire. Je la décevais. Forcément. Moi aussi j’avais honte. Mais je n’avais pas vraiment eu le choix. J’avais campé là bas plusieurs jours pour mettre la main sur O’Hara. Ce n’était pas par hasard que j’étais tombé sur Calloway et Shannon. Ma gorge se serra. Kate me hurlait dessus. J’avais envie de lui sortir une effronterie du genre « oui Maman ! », tel que je me le serais permis avec Anne. C’était inconvenant. Je me contentai de sourire à ma propre connerie et à ma stupidité puis me mordis la lèvre afin de la contenir, je secouai la tête tout en prenant une profonde inspiration avant de répondre le plus calmement du monde, en contraste avec son ton explosif :

« Kate, je suis agent de terrain. T’étais là quand ils ont annoncé la traque de Genome. Tu t’attendais à quoi ? Qu’ils allaient gentiment me demander mon avis ? »

Je sentais toujours sa fureur électriser l’air ambiant. Je ne me risquai pas à lever les yeux. Je sentais son regard foudroyant sur le dessus de ma tête, c’était suffisant, je n’avais pas besoin de la voir pour savoir qu'elle avait envie de m'étriper. Je poursuivis. « Dois-je te rappeler les mots de cet enfoiré de Tussle ce jour là ? Que tous ceux qui savent et qui ne disent rien soient accusés de haute trahison ! » sauf que je ne pouvais pas me le permettre, même si je ne trouvais pas cela juste. Je ne pouvais pas les trahir avant d’en avoir fini avec ces putains d’incendiaires du Domaine. Même si ça devait faire de moi un enfoiré fini !

« Et tu sais quoi ? » la tension menaçait dans ma voix. Je me redressai, sans pour autant la regarder, préférant fixer au loin, un motif sur la moquette, que d’affronter son regard. Il fallait que je lui dise : « J’ai jubilé intérieurement ce jour là ! Parce que oui je suis un traitre ! Oui ! j’ai comploté contre eux, avec toi pour remettre Holster à sa place ! » mon débit s’accélérait, je perdais le contrôle, mais rien à foutre! Moi aussi j’ai mes raisons Kate ! « Et ce qui comptait pour moi ! c’était que toi ! tu retrouves ta place ! parce que tu es la seule a m’avoir jamais fait confiance et à m’avoir donné ma chance !» Je risquai un rapide coup d’œil sur son visage, ne m’y attardant pas cependant, avant de poursuivre : « Alors j’ai fermé ma gueule ! J’ai joué les agents doubles afin que cette pétasse de Cooper me croit suffisamment docile pour me faire confiance ! Et c’était pas une partie de plaisir, je peux te le dire ! » la colère perçait dans ma voix, une colère froide et amère. Toute cette rancœur contenue pendant des mois, toute cette haine et ces craintes accumulées, qui m’avaient bouffé de l’intérieur, qui ne demandaient qu’à jaillir à la surface.

« Oh et puis merde ! puisqu’on en est au stade des révélations, je vais te dire un truc ! Elle m’en a fait baver cette garce ! Elle a tout fait pour me détruire, tout ça parce que j’ai été le protégé de Kate Reynolds et qu’elle avait peur de ma loyauté envers toi ! » Je savais que je dépassais les bornes, et que ce que j’étais en train de dire allait peut être anéantir tous mes espoirs de réussite. Mais Kate avait été sincère avec moi, alors je me devais de lui rendre la pareille : « Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle avait raison d’avoir peur ! C’est une brelle cette gonzesse ! La pire des connasses que j’ai jamais rencontré !» Je m’emportai… et encore, je restai poli. J’étais resté loyal, jusqu’au bout ! Et même encore aujourd’hui, même après ce que Kate venait de m’avouer, ça n’était pas près de changer.

Je levais les yeux cette fois-ci, avec plus d’assurance. Après-ça, elle pourrait me gifler, m’envoyer ce qu’elle voudrait à la figure. Je plaide coupable. T’as raison, je suis un enfoiré. Mais j’ai mes raisons Kate. Si tu savais dans quel état est Max ! Non, tu ne la connais pas. Je n'ai jamais eu le cran d'en parler à quiconque, mais pour elle, je ferais n’importe quoi. Je suis prêt à en assumer les conséquences.

« Oui c’est moi qui est fait enfermer Calloway… La seule mission que Cooper a daigné me refiler était de traquer O’Hara… » J’esquissai un petit sourire en coin. Oui, moi aussi je trouvais ça absurde qu’elle me confie la traque du mutant le plus recherché par Genetic, à moi, Jeremy Stenson, agent de terrain encore en formation, alors qu’il y avait des tas d’autres agents bien plus compétents dans l’organisation. Elle voulait me planter pour m’évincer, voilà tout, je ne voyais que ça ! « Quelle douce ironie pas vrai ! A moins qu’elle n’ai enfin daigné reconnaître mes qualités en tant qu’agent ! » oh que oui, j’étais fier de lui avoir cloué le bec à cette mégère ! Mais c’était bien la seule fierté que je pouvais tirer de cette mission pourrie ! « Elle me faisait tellement confiance d’ailleurs qu’elle m’a collé une furie pro Tussle aux miches. Manque de bol, c’est la cousine d’O’Hara qui a débarqué, avec Calloway. »

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Jeu 21 Nov - 12:47

Je découvrais que Jeremy était devenu exactement ce que j'avais souhaité en faire, et ça me faisait mal. Triste sort que d'être ainsi consciente à rebours de la violence du monde. Genetic aidait les mutants mais créait aussi des machines de guerre...

Ma fureur retomba devant sa mine, il ressemblait à un gosse pris en faute. Et qu'elle était sa faute ? Etre devenu un agent de terrain, et un bon ? Idiote, je ne pouvais lui reprocher de devenir grand... Il fallait que j'arrête de me comporter comme si j'étais sa mère. Il répondit à mes pensées en parlant de son rôle d'agent de terrain.

« Tu as raison, tu n'as fait que ton job, mais ce job c'est une saloperie. »

Je le pensais vraiment, même si j'avais participé à de nombreuses missions de terrain. J'avais changé et je considérais que la force de frappe de Genetic était mal employée ; la traque devait s’arrêter. Il fallait attirer les mutants par l'aide qu'on pouvait leur apporter. Les seuls qu'il fallait museler et mettre en cage c'était les gens qui pouvaient prendre plaisir à utiliser leurs dons pour faire du mal aux autres. Pas parce qu'ils étaient mutants mais bien parce que c'étaient des enculés. Dire que c'était moi qui pensait ça ? Hallucinant...

Jeremy poursuivit et j’écoutais attentivement. Je sentais la tension qui montait en lui et la déception de ne pas m'avoir vue retrouver ma place. C'était comme si une pellicule de glace se rompait. Il se livrait, plus sincère, plus ouvert, il se laissait aller à des révélations et à des confidences. Alors c'était aussi simple que ça ? Il suffisait que je m'ouvre un peu pour que les autres fassent de même ?

Nouveau pour moi et je devais avouer me sentir un peu ridicule. Je ne savais plus vraiment sur quel pied danser. Demandez moi de retirer des vésicule à la chaîne, aucun soucis, j'étais chirurgien. De mentir, de tromper, aucun problème j'avais été un cadre de Genetic. Mais si on me demandait de m'ouvrir, d'être douce et sincère ? C'était plus difficile.

J'entendais la douleur de Jeremy et je serrais les poings en l'entendant parler de Cooper. Cette espèce de salope c'était défoulée sur lui ? Juste parce qu'il ne m'avait pas tourné le dos ? Je lui arracherais les yeux à la petite cuillère, je lui retirerais les ongles un à un avant de verser du citron et du sel sur les cuticules ainsi mis à nu. Cette pute allait payer, pour tout ce qu'elle m'avait fait, ou je ne m'appelais plus Reynolds. Je m'imaginais occupée à fleurir sa tombe de tout ce que je trouverais de plus moche et ça me redonnait le sourire. Je mettrais surtout des renoncules, des « boutons d'or » pour rappeler la victoire écrasante de la blonde sur la brune.

Jeremy continuait et je me représentais maintenant mieux la souricière dans laquelle Esteban était tombé. De toute manière il ne fallait pas rêver, Genetic ne laissait jamais rien au hasard. Par contre le fait que cette mission de première importance ai été dévolue à Jeremy ne me disait rien qui vaille.
Dakota avait essayé de le détruire... C'était dégueulasse...

Et pourtant aussi bizarre que ça puisse paraître ça me faisait plaisir. Elle me détestait, très bien, ça prouvait que j'étais une épine dans son petit pied délicat. Une putain d'épine qui avec un peu de chance la conduirait à sa perte. Déjà elle était déchue, chacun son tour n'est ce pas ?
Quand j'avais appris ça, mon dieu, ce que j'avais aimé. J'avais presque pu voir les petits lapins qui courraient et dansaient en ronde autour de moi, ça et les papillons roses, les libellules délicates... Un vrai tableau de dessin animé. Le sort me donnait une infime partie de ma vengeance...
Je me laissais tomber dans le canapé près de Jeremy et posait une main délicate sur son épaule pour qu'il me regarde.

« Je suis désolée, pour ma colère, pour ce que Peste Cooper t'as fait par ma faute. Je sais que tu as fait ce pour quoi je t'ai formé. De toute manière Esteban ne restera pas enfermé, je ferais le nécessaire pour ça. Évidemment tu ne m'as jamais entendu dire ça. »

Je lui montrais à ma manière que ma confiance lui restait toute acquise. En même temps avec moi il ne fallait pas qu'il s'attende à mieux. Les grandes effusions et autres câlins ça n'était pas vraiment mon style. J'étais froide ou volcanique mais je ne connaissais pas bien l'entre deux.

« Elle va payer pour tout ça, j'y veillerais. »

Plus aucune douceur dans ma voix sur ces paroles, juste un éclat métallique. J'avais changé, oui... Mais je n'étais pas pour autant devenue docile. Je ne tendrais jamais l'autre joue.
Elle avait détruit ma vie, cherché à atteindre Jeremy... Elle méritait maintenant que je décharge ma rancoeur... Mon âme, mon cœur en lambeau, tout mon corps criaient vengeance...

« Cette mission était un vrai casse pipe. Tu aurais pu te faire tuer. J'espère que tu fais attention. Il est assez imprudent de venir me voir d'ailleurs. Tu vas devoir te faire bilanter pour le virus. »

Et voilà, je recommençais à me conduire en mère poule, m'enfin en même temps, que je lui refile cette merde et j'aurais vraiment tout gagné...
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Lun 25 Nov - 0:36

Ce n’était pas dans mon tempérament de me justifier auprès de quelqu’un. J’estimais que mes choix ne regardaient que moi et que je ne devais rien à personne. Sauf que pour Kate, c’était différent. Je lui devais beaucoup. A commencer par la vérité. Je plaidais coupable, sans aucune hésitation, et je ne regrettais pas mes actes. Oui, j’avais fait enfermer ce type, mais si je ne l’avais pas fait, j’en aurais payé le prix fort. Je l’avais déjà imaginée, l’autre morue, venir fanfaronner sous mon nez, sans prendre de gants pour revendiquer haut et fort mon incompétence et ma trahison si jamais j’avais failli à ma mission. Elle se serait fait une joie de me descendre plus bas que terre, et je n’osais mieux pas imaginer les répercutions que ça aurait pu avoir sur mon avenir professionnel. D’autres diraient qu’il n’y a rien au monde qui n’est un moment décisif, et pourtant. Je ne pouvais pas me le permettre, pas maintenant. Et encore moins après le coup que Max m’avait fait.

Le regard accusateur de mon mentor ne me plaisait pas, mais je lui devais la vérité, autant qu’elle me l’avait donnée en répondant sincèrement à mes questions. J’avais fait mon job, sans discuter, oui. Mon job ? de la saloperie ? J’avais du mal à la suivre. C’était pour ça qu’on me payait, et c’était pour ça qu’elle m’avait formé pourtant. Même si avec elle, j’avais eu le sentiment d’avoir plus de marge de manœuvre, peut-être aurait elle toléré l’échec en cette danse ou se joue le hasard. … Sa réaction me laissait penser que oui.

Je continuai cependant mon argumentaire. Si je m’interrompais, je n’étais pas sûr de pouvoir aller jusqu’au bout. Alors je décidais de tout balancer, tout ce qui m’avait rongé les entrailles pendant ces longs mois de servitudes auprès de Cooper et ça me faisait du bien. J’avais terminé sur ce dernier aveu qui me bouffait. J’avais fait enfermer un innocent pour me sauver moi, mais avant tout pour être capable de sauver Max. Je m’étais gardé cependant de lui avouer mes convictions les plus profondes. Je savais que c’était moche, mais le pire était encore à venir. Cette mission n’avait pas été une altercation réjouissante, et je n’étais pas de ceux qui prenaient un malin plaisir à torturer les autres comme cet enfoiré d’Harwell.

Kate se laissa tomber sur le canapé, juste à côté de moi, je me rassi à mon tour. Ses excuses me touchèrent et encore une fois, elle me fit un aveu auquel je m’attendais quand elle m’avait dit s’apprêter à faire une connerie tout à l’heure. J’aurais fait la même chose s’il s’était agit de Max. Elle devait beaucoup tenir à ce mec là. Peut-être était-il le père de son enfant ? va savoir ! J’esquissai un petit sourire, sincère et compatissant : « J’espère qu’il en vaut la peine… » et je le lui souhaitais, vraiment, car j’avais vaguement idée du risque que ça représentait de faire évader un prisonnier. J’y avais déjà réfléchi. Je savais ce que cela signifiait, pour Kate. Tous mes espoirs s’effondraient. Elle ne retrouverait jamais sa place. Elle signerait par cet acte son départ définitif de Genetic. Même si je sais qu’il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur, pour moi, ça m’a tout l’air d’en être un. Quoi qu’il en soit, ça ne me regardait pas, sa décision lui appartenait et elle n’avait pas besoin de me demander de garder le silence à ce propos, c’était une évidence pour moi.

En guise de réponse, je lui livrais moi aussi un dernier aveu, à demi-mot : « J’ai tiré sur ma coéquipière, et j’ai volontairement laissé filer Shannon O’Hara. » j’avais pris un grand risque en le faisant ce jour là, et j’en prenais un nouveau en avouant que la fuite de Shannon n’était pas seulement faute de malchance. L’extérieur de la maison O’Hara n’était pas filmé, je n’avais pas la prétention de dire que j’aurais peut-être pu l’arrêter, je n’avais juste pas cherché à la poursuivre et j’avais même lourdement insisté pour qu’elle se tire. Je n’avais aucun regret de l’avoir fait, même si j'avais pleinement conscience que si ça se savait, je courrais à ma perte. « Je n’ai pas pu laisser filer Calloway. Je suis désolé. »

En clair, j’avais limité la casse sur cette mission, qui de toutes façons, était un échec, étant donner que la cible première était Aaron O’Hara, et que selon moi, nous n’aurions pas du intervenir, ou bien nous aurions du les suivre, tout simplement, ils nous auraient peut être conduits à Genome. J’avais désobéit aux ordres délibérément, mais subtilement, car je ne cautionnais pas cette foutue traque !

Je sentais tout la haine et la rancœur de Kate à l’égard de Cooper, et je fus soulagé qu’elle ne me tienne pas trop rigueur de m’en être pris à un de ses proches. Quelque part, elle me rassurait, à sa façon, et son sermon me fit chaud au cœur. J’esquissai un sourire gêné : « Ouai, t’inquiète. » Je n’avais pas le droit de mourir avant d’avoir assouvi ma vengeance, qu’il allait falloir que je songe à mettre à exécution d’ailleurs. Par contre, elle me rappela à l’ordre sur un détail qui m’était complètement sorti de l’esprit. Ce putain de virus sur lequel je lui avais posé maintes questions quand j’avais cru que Max l’avait contracté… Je m’étais exposé, un peu bêtement, même si les risques de contagion étaient minimes grâce au sérum, j’osais espérer pouvoir faire confiance à la science pour une fois. « Oui, je viendrais me faire analyser demain matin à la première heure. » Ca serait vraiment pas de bol que je choppe cette merde en plus !

« Toi aussi, fais attention à toi.» pris-je la peine d’ajouter à son intention, sans vraiment formuler le fond de ma pensée. Mais je faisais bel et bien allusion à son projet de libération suicidaire. Même si elle disposait peut être encore des accès aux sous-sols pour libérer son protégé, son petit séjour là bas risquait d’être tout sauf une visite de routine.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   Lun 25 Nov - 9:46

Sur le moment je dois avoué, j'ai été, surprise, fâchée même. Je ne suis pas du tout raisonnable de toute façon quand ça touche à mes proches. Esteban c'est encore plus compliqué. Quelque part j'ai toujours su qu'on en arriverait là. J'étais convaincue que son engagement pour Genome le conduirait un jour dans une gêole. Peut être que j'aurais pu l'éviter ? Peut être que si je ne m'étais pas plantée en beauté avec Holster ?

C'était douloureux d'y penser, et finalement assez inutile. J'avais été quelqu'un a Genetic mais c'était bel et bien terminé. Je n'avais plus la petite once d'importance. C'était atroce, pour moi, mais ça avait l'air compliqué pour Jeremy également. Je n'avais pas réalisé l'importance que ça pouvait avoir pour lui. Parce que je n'avais pas été attentive, je m'étais autocentrée, en bonne petite égoïste persuadée sans doute que j'étais la seule à avoir des emmerdes. J'aurais été fière de moi si j'avais su faire ça... Je n'étais pas comme ça. Je me souciais des autres, oui mais je ne savais pas l'exprimer. J'étais là, solide, dès qu'on me sollicitait, je pouvais proposer mon aide, mais je ne percevais pas toujours ce qui se passait de bon ou de mauvais autour de moi. Bizarre, j'étais pourtant quelqu'un d'assez observateur. Parfois ce qu'on a sous le nez est plus dur à percevoir, ça devait être ça. Bon pas d'auto-flagellation, ça ne me conduirait nulle part. Je devais être attentive maintenant, faire attention à lui, aux révélations qu'il me faisait.

« Oui il en vaut la peine. Vraiment. »

La suite arriva, Jeremy parlait de sa mission et je fus fière de lui. Il avait laissé Shannon s'échapper. Il avait fait mieux que moi. Cette môme ne méritait pas de se faire chopper une autre fois. Elle avait en plus subit les pressions d'Harwell...
Harwell, putain... Si ce connard approchait d'Esteban je jurais sur tout ce que le monde comptait d'important de le tuer, lentement, en le faisant souffrir plus qu'il ne l'avait jamais fait lui même.

Ce dégénéré, putain, comment voulait on faire passer Genetic pour une entreprise d'utilité publique alors qu'elle gardait ce genre de mec dans ses rangs ? Nous eûmes été bien crétins que de le croire. En même temps je ne devais pas jouer la fausse candide, je savais exactement en quoi et pourquoi Harwell avait son utilité. Je connaissais une bonne part des secrets de Genetic et pourtant j'étais encore là, fidèle au poste. Quoique...

« Tu as bien fait. Shannon en a assez bavé comme ça. Et pour Esteban je ne t'en veux pas, tu ne pouvais faire autrement, je le comprend. C'est autre chose, il faut que la traque s'arrête. Il faut que je vois Holster, que je lui parle. Je ne vois plus du tout les choses comme avant. C'est con à dire mais j'ai enfin retiré mes œillères. »

Je serai bien étonnée qu'Holster accepte de me causer. C'était l'ennui dans l'équation. J'avais fait enfermer mon patron, je n'avais pas pu lui parler depuis... Il n'avait sans doute plus la moindre confiance en moi. En même temps vu mes projets d'évasion j'étais assez mal barrée pour la retrouver cette confiance... Je vais croire que ça reste possible. Juste parce que ça va m'aider à me sentir solide, à n'avoir peur de rien.

Je serais allée dans son bureau si j'avais eu la moindre certitude d'être écoutée. Je connaissais la force de caractère d'Holster et son intransigeance. De toute manière la question ne se posait pas je serais heureuse si je finissais par oser aller le voir.

« Sois prudent, je ne plaisante pas. Ce virus tu le sais, c'est vraiment la merde. Et en étant détecté suffisamment tôt tu évites l'apparition de trop de symptômes. »

Il savait déjà tout ça, mais l'exprimer me faisait du bien. Il était compliant et admettait la nécessité de se faire suivre. Parfait.

« Aie exprimé ta confiance en toi, quand on se reverra. Ne fais confiance a personne d'autre. »

J'aurais bien ajouté, sauf à moi, mais c'eut été très présomptueux et en plus assez peu réaliste. Nul n'est infaillible, surtout pas moi... J'étais exténuée et les contractions commençaient à poindre. Nous avions discuté, éclairci certains points. Il était maintenant temps que je me pose. Que je me retrouve seule et que je pleure encore, que je pleure la fin de mes amours, que je pleure la mort de mon cœur, que je pleure avant de me relever et de me battre. Que je pleure mes dernières larmes avant de faire pleurer mes ennemis à leur tour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We have to talk...Maybe. [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: HOTELS-