..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 21 Juin - 13:05

19 Février 2011 – Début de soirée


Bientôt une heure que j'avais le combiné téléphonique collé contre mon oreille. Les vingt premières minutes avaient été pour Moïra. Ma jeune nièce avait une foule de choses à me raconter. J'avais eu des nouvelles de Sheeragh sa peluche, puis de ses amis, ce qu'elle travaillait à l'école, pourquoi sa maman Tammy l'avait punie quelques jours auparavant et tout un tas d'autres récits que j'avais tenté de suivre attentivement. La petite fille parlait encore et encore, c'était fou ce qu'un enfant pouvait être bavard à cet âge là mais c'était en même temps rassurant. Je préférais la savoir bavarde, notant cette joie de vivre dans l'intonation de sa voix plutôt qu'elle ne se replie sur elle-même. Au bout d'un moment, elle m'avait demandé des nouvelles de sa tata Kate. Mes doigts s'étaient resserrés sur l'appareil, je m'étais crispé. Le haut parleur devait être branché de l'autre côté car Tammy était venue à mon secours, prenant la relève pour me parler.


Nous discutions depuis plus de trente minutes. Elle me donnait les dernières nouvelles de l'Afrique du Sud. J'y avais passé peu de temps mais j'avais déjà appris à aimer ce pays. J'eus également des nouvelles du dispensaire où j'avais pris l'habitude de travailler ainsi que de l'hôpital où j'avais dépanné durant les fêtes de fin d'année. En l'écoutant, je me disais que cette vie me manquait quelque peu mais je ne pouvais pas la regretter. Trop de choses me retenaient à Los Angeles, mes priorités étaient de nouveau dans cette ville. À commencer par Kate. Je tournais longtemps autour du pot avant de me décider à demander à ma sœur si elle avait l'adresse de son hôtel. Il y eut un flottement à l'autre bout du fil. « J'ai son adresse oui. Mais je lui ai promis de ne pas te la donner. » Promesse difficile à encaisser en ce qui me concernait même si je comprenais la position de Tammy, toute aussi délicate que la mienne à Genetic. « S'il te plait Tam'... Elle ne décrochera pas si je l'appelle. » Cette fois, il n'y eut pas de silence et la réplique fusa direct. « ça peut se comprendre vu ton comportement, non ? » Enfin nous y étions, à ce fameux comportement que j'adoptais depuis quelques temps et qui ne me ressemblait guère. Tout ça à cause d'une fichue bonne femme dont je gardais encore le goût amer de notre dernière rencontre. Un goût qui avait pris la forme de traces de poison déposées sur mes lèvres et qui m'avaient valu de me sentir mal durant plus de vingt quatre heures.

En temps normal, cela aurait duré moins longtemps mais j'étais affaibli à cause du virus et même si je bénéficiais du sérum, mon corps n'en demeurait pas moins faible par moments. Je souffrais toujours de migraines, et durant la matinée, j'avais eu de grosses crispations, provoquées par des douleurs qui venaient et s'en allaient sans prévenir. « Je sais que j'ai déconné mais je l'aime. Tammy je t'en prie... » Il y eut un silence à l'autre bout du fil. Je ne savais pas exactement de quoi ma sœur était au courant, si Kate lui avait tout raconté ou si elle s'était contentée du strict minimum en lui demandant de ne pas me révéler l'adresse de l'hôtel où elle logeait. J'étais prêt à y passer la soirée pour l'avoir, jusqu'à ce qu'elle se décide à me la donner, ou me raccroche au nez. Au bout d'un moment, elle se décida à me répondre. « Désolée Keat mais j'ai promis. Tu devrais regarder du côté de Genetic, tes niveaux d'accès sont suffisamment élevés pour.... » J'aimais ma sœur. Elle refusait de trahir Kate même pour moi qui étais son frère mais me donnait une piste où chercher. Quelques minutes plus tard, je raccrochais, promettant à Tammy de prendre soin de moi, de faire attention par rapport à Tussle. Pas de leçon de moral sur mon comportement côté cœur, elle n'approuvait pas forcément mais elle était d'une discrétion qui faisait qu'elle se gardait bien d'émettre son opinion à voix haute.

La conversation téléphonique à peine terminée, je pris d'assaut le premier ordinateur de Genetic qui fut sur ma route et je fis quelques recherches. Tammy avait vu juste. Genetic savait tout et j'avais les accès requis pour enfin connaître le nom de ce fameux hôtel. Ne perdant plus de temps, je me mis en route, prenant le premier taxi que je hélais. Quelques minutes plus tard, je descendis devant un hôtel luxueux. Loin de mes goûts tous simples et de mon côté parfois un peu kitch mais cela ne m'étonnait guère de Kate. Cela avait toujours été un sujet à plaisanter cette différence de goût sur le luxe entre nous. Un portier m'ouvrit la porte, et je me dirigeais tout droit au comptoir de la réception. « Bonsoir. J'aimerais parler à Kate Reynolds s'il vous plait. » La femme de l'autre côté du comptoir m'adressa un sourire qui résonna faux tellement il semblait professionnel et non sincère. « Bonsoir monsieur... ? » « Keaton Wetherford. » « Veuillez patienter un instant monsieur Wetherford, je vais voir. » Et elle s'éloigna pour consulter un ordinateur avant de décrocher un téléphone. Sans doute appelait-elle Kate afin de savoir si elle acceptait de me recevoir. J'étais venu jusqu'ici mais désormais la suite n'était plus entre mes mains. Tout reposait sur la décision de Kate alors je pris mon mal en patience.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 21 Juin - 13:49

J'étais de retour à L.A depuis des semaines mais je n'avais toujours pas eu envie de me trouver un nouveau logement. C'était bizarre et assez idiot mais c'était ainsi. J'avais aimé mon loft mais ne m'y voyait plus du tout et mon appart londonnien me manquait je devais l'avouer.

J'avais imaginé y élever ma fille mais c'était dans un autre monde. Un univers dans lequel j'avais dit adieu à Genetic, univers merveilleux ou je recollais les morceaux avec Keat.
Un vrai conte de fée vis à vis de ce que je vivais maintenant. Quitter Genetic était encore une option mais je ne me voyais plus la saisir, pas dans la situation actuelle. Même si on m'avait tout prit, je n'étais plus rien, la preuve Tussle se faisait mousser avec mes résultats sur le sérum et il m'avait remis dans un placard en offrant mes recherches sur un plateau à l'un de ses toutous.

Ca me mettait dans une rage noire, d'autant que je n'étais pas certaine que ce scientifique se sente vraiment très concerné.
Je n'y pouvais rien, je devais uniquement serrer les dents et œuvrer dans l'ombre pour faire tomber ce sac à merde. Je finirais par y arriver, peu importait le temps qu'il me faudrait. Je pouvais supporter les brimades et le reste, tant que Keaton continuait à rester loin de moi tout irait très bien. Il pouvait aussi faire en sorte que sa poule de luxe en fasse de même ça me permettrait de conserver le peu de santé mentale qui me restait.

Et voilà je recommençais à penser à cette situation sentimentale de merde. J'avais tiré un trait, en tout cas je l'avais dit, et décidé, mais ça me bouffait. Je ne comprenais pas cette trahison surtout pour ce genre de paumée, sexy certes mais à part ça ? Le caniche de Tussle... C'était tout ce qu'il avait trouvé à se taper ?
Ces pensées ne servaient à rien, ça ne m'aidait pas à avancer. J'étais crevée et j'avais besoin de me détendre pas de ruminer.

Je pris une douche en essayant de faire le bilan de ce qui m'arrivait. La veille j'avais été voir Elias espérant je ne savais trop quoi. Au lieu de trouver un ami, et une épaule sur laquelle m'appuyer, j'avais découvert un mec fuyant qu'on avait mis en garde contre moi.
Ça commençait à faire beaucoup, même pour moi. J'en avais assez et le pire c'était d'être sans moyen de me défendre. Dépendre des autres était une faiblesse que je ne m'étais jamais permise.

Je fus tirée de mes si charmantes réflexions par le téléphone alors que je commençais à me sécher.
C'était une jeune femme de l'accueil qui me demandait si j'acceptais de recevoir la visite d'un monsieur Keaton Wetherford.
Je fus tellement scotchée par tant de culot que je restais soufflée. Que faisait il là ? J'avais envie de raccrocher le téléphone mais je ne le fit pas.

J'avais demandé à Tammy de ne lui donner mon adresse qu'en cas d'extrême urgence. Si elle ou la petite Moïra avaient un soucis... Était ce qui l'amenait là ?
Je n'en savais rien et ne pouvait poser la question à la standardiste qui s'inquiétait de mon silence.

« Tout va bien, merci. Laissez le monter.  »

Ceci dit avant de finir de me sécher et d'enfiler un peignoir. Je n'avais pas le temps de m'habiller ? Je ne voulais pas qu'il me voit comme ça, j'avais l'air désarmée...
Je mis la tête en bas pour donner du volume à mes cheveux qui bouclaient légèrement. Je me précipitais ensuite dans ma chambre, sautait sur la penderie et attrapais ce qui me tomba sous la main. C'était une petite robe rouge que je m'étais acheté quelques jours plus tôt.
Elle mettait mes formes en valeur tout en faisant discrètement oublier ma grossesse par un flou de tissu du meilleur effet. C'était habillé et donnait l'impression que je m’apprêtais à sortir mais basta, ça serait parfait.


Pas le temps pour des sous vêtements... Je soupirais d'énervement et m’empêchait de me regarder à nouveau. Je n'avais pas besoin d'être jolie ou désirable, plus pour lui en tout cas. J'entendis frapper et m'avançais lentement le cœur battant, oscillant entre émotion et rage, avant d'ouvrir la porte à la volée. Je lui lançais un regard peu amène avant de lui faire signe d'entrer. Je ne voulais pas que n'importe qui puisse être témoin de cette conversation.

« C'est Tammy qui t'envoie ?  »

Pas de bonjour, pas de formule de politesse, soit il répondait oui à cette question soit il pouvait aller au diable.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 21 Juin - 14:45

Et si elle refusait de me recevoir ? Cette question revenait sans cesse dans mon esprit et les secondes qui défilaient en attendant le retour de la standardiste ne m'aidaient pas du tout. J'étais d'un naturel patient sauf que là, je savais que je risquais gros. Si la jeune femme revenait avec une réponse négative, cela voudrait dire que c'était quasiment mort et que l'espoir que la flamme se ravive serait réduit au néant. Je m'étais appuyé sur le comptoir, patientant tant bien que mal. Mes doigts pianotaient légèrement sur le bois, reproduisant une musique dont moi-même j'étais incapable de donner un titre. J'avais envie de fumer. Je me refusais à sortir devant l'hôtel pour m'en griller une. Ce n'était pas ma priorité, elle se trouvait à l'intérieur, quelques étages au dessus de ma tête. Et je ne partirai pas sans savoir. Au bout d'un moment qui me sembla réellement une éternité, elle revint pour m'annoncer que je pouvais monter, m'indiquant l'étage et le numéro de la chambre. Je suivis le couloir qu'elle m'indiqua, m'engouffrant dans un ascenseur.

Le temps qu'il grimpe, je m'appuyais contre la paroi, fermant les paupières. J'avais de nouveau mal et sûrement une légère fièvre dont je refusais de me préoccuper. J'aurais bien le temps de me reposer, plus tard. Le son si caractéristique de la cabine s'arrêtant à un étage retentit. J'en sortis, remerciant brièvement le préposé à cette tâche. J'avançais lentement le long du couloir. On aurait presque pu croire que j'étais en train de traverser ce fameux couloir de la mort, celui qui emmenait les condamnés jusqu'à leur exécution. Est-ce que ça allait être la mienne ce soir ? Très certainement. Peut être que je repartirai anéanti même si pour le moment, je refusais de songer à cette possibilité, ne souhaitant pas partir perdant. J'avais l'impression de monter sur un ring de boxe, m'apprêtant à jouer le combat de m vie. Et le coup de gong annonçant le début du round, c'était les quelques coups que je donnais sur la porte.


Même pas le temps de réajuster ma chemise que la porte s'ouvrit à la volée révélant Kate. J'eus un pincement au cœur en la voyant. Sa silhouette, son allure, son regard... C'était d'elle dont j'avais besoin même si elle ne me croirait jamais. Je ne me laissais pas perturber par ce regard qu'elle m'adressa. Il aurait certainement poussé un inconnu à rebrousser chemin. Pas moi, pas alors que ça faisait plus de vingt ans qu'on se connaissait. J'y avais eu droit des centaines de fois à ce regard. Il ne m'effrayait pas même si je savais au fond qu'il était beaucoup plus sérieux que tous les précédents qu'elle avait pu avoir à mon encontre. Elle me fit signe d'entrer et je ne me fis pas prier, refermant la porte derrière moi. J'aurais aimé m'approcher et la prendre dans mes bras. Je ne le pouvais pas. J'avais trop de choses à me faire pardonner. Je risquais également de la contaminer. Alors je restais à bonne distance, me concentrant sur son visage. Pas de salutations, le contraire aurait été étonnant. Le round avait déjà débuté. Je pouvais choisir d'être spectateur, un adversaire passif, ou lutter pour ce en quoi je croyais.


« Ce n'est pas Tammy qui m'envoie, non. Elle a refusé de me donner l'adresse de ton hôtel. » Autant mettre les choses au clair dès le départ sur ce point. Ma sœur ne l'avait pas trahie si c'était ce qu'elle croyait. Au contraire, elle était plutôt de son côté même si elle ne me le disait pas ouvertement. Mes mains s'enfoncèrent au fond de mes poches. En apparence, j'étais décontracté, j'adoptais cette allure nonchalante qui donnait souvent l'impression que je restais neutre en toute circonstance. Ce n'était que façade car à l'intérieur, la pression avait monté d'un cran. « Cette robe te va bien. » Mes prunelles avaient quitté son visage pour détailler un peu plus sa silhouette et cette robe rouge qu'elle portait. Certes, elle dissimulait son ventre qui abritait notre enfant mais elle la mettait également en valeur. Je me rendis alors compte d'une chose en laissant glisser mon regard sur elle. « Tu t'apprêtais à sortir ? Je peux patienter dans le hall le temps qu'il faudra. » J'en étais fort capable et il suffisait de lire la détermination au fond de mes prunelles si elle doutait de l'intonation de ma voix. Je ne tournerai pas les talons, tant que j'aurais la conviction qu'un espoir subsisterait. J'étais conscient de marcher sur des œufs, d'avoir encore de nombreuses choses à me reprocher mais à présent j'y voyais clair. Il m'avait fallu un peu de temps, beaucoup aux yeux de certains mais je savais ce que je voulais. C'était elle, depuis notre première rencontre. Il m'avait fallu du temps pour le comprendre, également pour retrouver ma route mais je savais dans quelle direction avancer et quel port d'attache je voulais gagner. « Je ne sais pas combien de temps tu m'accordes alors je ne vais pas tourner autour du pot. J'ai remis de l'ordre dans ma tête et je sais ce que je veux. Toi. »

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 21 Juin - 16:17

J'avais essayé de me préparer à cet instant, j'avais eu peu de temps mais quand même, je ne voulais rien laisser paraître. Rien du malaise, rien de la souffrance, rien de la colère, rien de ce maelström qui me bouffait de l'intérieur. Le résultat fut assez réussi, mon regard resta glacial et méprisant mais je pris par contre une claque bien plus grande que ce que je pensais.

J'étais face à lui, face à l'amour de ma vie qui m'avait brisé le cœur en miettes quelques jours plus tôt. Il n'y avait plus de portes entre nous cette fois, plus rien que ce malaise. Il avait une sale tête, encore quelques veines noires. Pas terrible... Mais il était vivant, ma fille aurait un père et j'étais fière de ça. Je lançais la conversation sur un ton peu amène voulant savoir directement si c'était pour moi qu'il était là ou pour autre chose.

Je comptais le virer, manu-militari si ça n'était pas pour raison de famille. Raison de famille, pfff, quelle famille ? La mienne ? Non ! Je n'avais pas de famille, rien ni personne, à part cette toute petite fille qui allait voir le jour. Une main distraite caressa mon ventre tandis que j'écoutais Keaton. Tammy ne m'avait pas trahie ? Soit mais alors ? Une petite lumière s'alluma dans mon esprit.

** Pour quelqu'un qui déteste les fichages je vois qu'on apprend vite à s'en servir.**

Cette pensée fusa mais je la gardais pour moi me contentant de durcir encore mon regard si cela était possible. Mes lèvres étaient pincées et j'affichais je l'espérais une expression dédaigneuse. Je voulais ce soir être la reine des glaces, c'était tout ce qui me restait pour faire face.

Il se mit à me parler de ma robe et je haussais les sourcils l'air de dire « qu'est ce que tu me fais là ? ». Il faisait quoi d'ailleurs ? C'était une très bonne question...
Il percuté tout à coup ce que cette tenue pouvait suggérer et je réagis en secouant la tête avant de parler.

« Le fait que j'ai une vie sociale te concerne ? »

Dure et glaciale j'étais sur la bonne voie. Pourtant la suite me sécha sur place. Keaton venait de me balancer qu'il avait fait le point qu'il savait ce qu'il voulait, que c'était moi...
Mon cœur manqua un battement mes yeux s'emplirent de larmes de rage. Comment osait il ? Il m'avait rejetée, laissée choir comme une merde alors que je lui offrais mon pardon et mon cœur. Et maintenant il débarquait avec sa bouche en cœur ? Me parlait de ma jolie robe et espérait que ça passe ? Y avait il marqué « grosse truffe » sur mon front ?

« Tu te fous de moi? Ta chère et tendre n'écarte plus les jambes ? Pour que tu te souviennes, oooh mais oui cette bonne vieille Kate que j'ai engrossé, si j'allais lui dire que finalement j'ai changé d'avis. Ça doit être ça... »

Ceci dit en restant droite comme un I, le menton haut et les yeux flamboyants. J'étais décidée à ne pas me laisser aller à ma rage. Je ne briserais rien, je ne le laisserais pas me consoler parce que mes nerfs lâchaient. Pour une fois je ne perdrais pas la face. Pas alors qu'il me prenait pour une abrutie.
Faire un pas vers lui lors de notre dernière rencontre avait été terrible, moi qui était si fière j'avais tout laissé tomber pour ses beaux yeux. Hors de question qu'il me piétine une nouvelle fois, je devais m'en défendre.


« A moins que tu te dises qu'une épouse et une maîtresse ça à du style ? C'est un style Keaton Wetherford, mais pas le mien.»
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 21 Juin - 22:38

Je n'aimais pas quand Kate était ainsi. Le regard dur, une expression peu amène sur ses traits. Elle donnait l'impression que si on remplaçait ses prunelles par des armes, on allait terminer avec quelques balles en pleine tête. Peut être songeait-elle d'ailleurs à ce genre de possibilités en ce qui me concernait. J'hésitais à faire un pas dans sa direction. Je craignais en retour d'en faire trois dans l'autre sens. Ne pas bouger ou reculer pour mieux sauter ? C'était un peu ça même si je risquais de ne rencontrer que le vide en dessous. Le vide d'un gouffre sans fin qui me laisserait avec des blessures. Un premier coup me fut porté quand elle répliqua au sujet d'une éventuelle sortie. Elle marquait un point. Sa vie sociale ne me concernait plus à l'heure actuelle. Je n'avais aucun droit sur elle et même si nous avions été ensemble, je n'aurais rien dit, ne souhaitant pas l'enfermer dans une bulle de possessivité qui ne nous correspondait pas. Alors, j'enchaînais et je ne pris pas par quatre chemins pour aller directement au but de ma visite. J'étais dans cette chambre d'hôtel uniquement pour elle et rien d'autre.

Suite à mon annonce, je remarquais l'expression un peu plus brillante dans son regard. Je me doutais que ça ne présageait rien de bon. J'aurais pu lui dire tout ça quelques jours auparavant, quand elle avait décidé de nous laisser une chance que j'avais refusé de saisir, ne sachant plus où j'en étais à cause de mon comportement. Je m'attendais à un orage, à une pluie qui s'abattrait sur moi. S'il ne se passait rien, je m'inquiéterais. Ce ne fut pas le cas, elle rattaqua. Mes poings se serrèrent au fond de mes poches. Décidément, elle était butée sur cette histoire en ayant l'intime conviction que j'avais couché avec Dakota. Je lui avais pourtant dit que ce n'était pas le cas mais peut être songeait-elle que depuis notre dernière rencontre, nous avions franchi cette étape. Je ne savais pas, je n'avais que des suppositions en tête. Mon regard soutint le sien sans se détourner. La secrétaire de Tussle avait-elle raison en m'appelant le roi des glaces ? Elle n'avait peut être pas tort à un certain point. Je restais stoïque, affrontant Kate du regard même si au fond du mien, il n'y avait aucune animosité. Seulement une expression neutre et peut être une étincelle qui indiquait l'amour que je ressentais pour elle.

Je tardais tellement à réagir qu'elle enchaîna et cette fois, ce fut ma mâchoire qui se contracta. Je ne pouvais pas rester sans rien dire. Même si elle ne me croyait pas, je ne pouvais pas la laisser continuer sur cette pente, en me mettant les pires choses sur le dos. « Je n'ai jamais couché avec elle et ça ne se produira pas. Tu es libre de ne pas me croire une nouvelle fois, mon discours ne changera pas pour autant puisque c'est la vérité. » Cette fois, mes mains sortirent des poches de mon jean. Mes poings s'étaient desserrés. J'esquissais un pas dans sa direction mais m'arrêtais avant de le faire, me souvenant que j'étais contagieux. Je n'étais pas libre de mes mouvements. Je ne voulais pas la mettre en danger et encore moins notre fille. S'il lui arrivait quelque chose à cause de moi, elle ne me le pardonnerait jamais. Et moi non plus d'ailleurs, il suffisait de voir l'état dans lequel m'avait mis la mort d'un patient quelques années plus tôt. Alors mon propre sang... Ce n'était pas envisageable pour moi de mettre en danger Lou.

« Je n'ai jamais changé d'avis Kate. J'ai toujours dit que je t'aimais. J'ai juste demandé du temps pour comprendre mon comportement et mettre les choses au clair dans ma tête. Je sais qu'il est peut être trop tard, que j'ai trop attendu mais j'ai besoin que tu le saches quand même. Une maîtresse ne m'intéresse pas. C'est une épouse que je veux, l'unique femme pour qui j'ai des sentiments et la mère de mon enfant. Vire-moi d'ici si c'est ce que tu souhaites, je comprendrai mais ça ne changera rien. Je t'aime Kate Reynolds et dans vingt, trente ou quarante ans, je le dirai mais surtout je le penserai toujours. » J'avais eu une légère hésitation, manquant l'appeler Katie avant de me rappeler in extremis qu'elle m'avait interdit de la nommer ainsi. C'était dur car j'avais toujours eu cette habitude depuis des années. Je me pliais à son souhait même si ça ne m'enchantait pas. Cette distance ne me plaisait pas non plus et contre toute prudence, je fis ce que je ne devais pas faire. J'avançais de deux pas dans sa direction, réduisant ainsi la distance mais augmentant d'un cran sur l'échelle du risque potentiel de contamination.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Dim 23 Juin - 13:40

Je ne comprenais pas ce qu'il faisait là, je ne voyais pas ou il venait en venir. Soit parce que je ne voulais pas le croire, soit parce que c'était inimaginable à mes yeux. Je m'étais offerte à lui et il m'avait rejeté, il ne pouvait pas croire que ce retour suffirait ? J'étais déboussolée, malgré tout heureuse de le voir en bonne santé. Je ne savais plus vraiment ce que je voulais, alors je l'attaquais, pour me protéger des sentiments contradictoires qu'il m'inspirait, pour me protéger de la souffrance.
Je refusais de souffrir encore par sa faute. Ca suffisait ! J'étais survoltée et je me faisais violence pour maintenir l'illusion du calme, je ne voulais pas faire voler d'objets à travers la pièce. Je devais rester posée et réfléchie, il fallait que je comprenne les tenants et les aboutissants de tout ça. Quand il dit ne pas avoir couché avec Dakota un poids quitta ma poitrine, c'était débile mais je ne pouvais m’empêcher d'en être soulagé.
Il n'était tout de même pas aller jusqu'à coucher avec elle... Rassurant ? Oui sans doute, quoique, s'il en avait eu envie ça revenait au même. Voilà que je réfléchissais de façon bizarre... Pourquoi chercher à déterminer ce qui était grave de ce qui l'était moins ? De toute manière j'avais décidé de ne pas lui pardonner de m'avoir tourné le dos... Pas encore... J'écoutais la suite avant d'éclater d'un rire amer et douloureux.
« Comment oses tu dire ça ? Tu m'aimeras encore dans 40ans ? Tu oses me sortir ça alors que tu passes ton temps à me laisser tomber ? Tu m'as demandée en mariage avant de me tourner le dos, j'ai essayé de te retrouver, j'ai voulu pardonner, je me suis offerte à toi, j'ai tout fait pour que tu me choisisses mais tu avais des doutes. Tu as choisi de réfléchir parce que cette pouffiasse te tournait autour. Et maintenant tu oses dire ça ? »
Ma voix montait crescendo tout comme ma colère.
« Pourquoi je te croirais ? Parce que tu n'as pas couché avec elle ? Ce qui me rend malade c'est que tu ai eu des doutes Keat...on »
Pas de surnom, pas de douceur, je me rattrapais au dernier moment mais cette hésitation me trahissait sans peine pour cet homme qui avait toujours su lire en moi.
J'étais blessée, profondément meurtrie et je ne savais pas si je voulais de nouveau risquer d'avoir si mal. J'avais eu envie de mourir et sans ma petite fille je serais sans doute passée à l'acte.
« La dernière fois tu as parlé de tes doutes, tu n'étais pas sur que le bonheur soit possible pour nous. Je partage maintenant ces doutes. »
Il c'était approché et je fis un pas en avant à mon tour pour me trouver tout près. En tout cas suffisamment pour enfoncer mon doigt dans son torse alors que je parlais.
« Tu cherches quoi au juste ? Tu espères quoi ? Tu te rends compte de ce que je vis depuis des mois ? Ta demande en mariage, Ma détention, Halloween, ton choix de me planter là, l'afrique du sud, mon départ, le silence, puis ce rapprochement par mail ensuite ton départ précipité, de nouveau le silence, mon retour ici pour te retrouver à demi mort mais en très bonne compagnie, ton rejet, ton rétablissement, le vol de mes recherches par ton ami Tussle... C'est pas un peu beaucoup tu crois ? Tu devrais rejoindre ta chère Dakota je suis sure que deux trois mots d'excuses suffiront à réjouir son cerveau de poule et elle te pardonnera. Pour ma part il faudrait bien plus qu'un discours creux. »
A chaque mot je lui enfonçais le doigt dans le torse l'autre main accrochée à mon ventre. Il fallait que je me calme, et vite, ça n'était pas bon pour moi ce genre de crise. Pas en ce moment, je n'avais nul envie d'accoucher prématurément, encore moins alors qu'il n'y avait pas de remède clair contre ce putain de virus. Je l'agressais, c'était idiot, mais ce simple contact me donnait envie de me réfugier dans ses bras. J'avais besoin de cette sécurité même si elle n'était qu'illusoire. J'étais seule depuis tellement longtemps... Pourtant je luttais de toutes mes forces contre cette faiblesse, je ne voulais plus me laisser aller à l'aimer, je ne voulais plus aimer personne si ce n'était ma princesse en devenir. Plus de sentiments, plus de souffrance, c'était une équation mathématique qui séduisait mon coté cartésien et m'avait évité de péter totalement les plombs durant ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Dim 23 Juin - 15:55

Est-ce que l'amour pouvait être plus fort que tout, nous aidant à surmonter les épreuves ou causerait-il notre perte à force de déchirures ? C'était la question que je me posais. Nos caractères divergeaient. Notre manière d'aborder les épreuves également. Quand je restais calme, elle s'enflammait. Quand je demandais du temps et de la distance, elle mettait les pieds dans le plat, laissant parler sa fougue. Nous étions si différents... Et pourtant nous nous aimions. Quoique nous fassions, il y avait toujours eu cette petite flamme entre nous. Elle perdurait depuis notre rencontre, avait pris de l'ampleur depuis quelques mois que l'on s'était révélé nos sentiments. Et là, elle menaçait de nous consumer car on n'arrivait pas à retrouver notre route. Quand je disais blanc, elle disait noir. Quand elle disait blanc, c'était mon tour de dire noir. Et nous n'avions jamais eu le temps de discuter du mariage. Il ne fallait même pas imaginer les disputes que sa préparation aurait amené. À coup sûr, on n'aurait été d'accord sur rien. Cela m'aurait plu, que l'on se chamaille pour des détails. Le coche était peut être passé et nous l'avions laissés passés. Non pas nous, plutôt moi. Kate avait raison. Quel droit j'avais de lui sortir tous ces mots alors que je l'avais repoussée ? Aucun.

Mes yeux s'étaient détournés et mon regard venait de se baisser. Elle avait raison sur toute la ligne. Je n'étais même pas certain de me croire si j'avais été à sa place. J'encaissais sa colère sans réagir, je la méritais et cela me semblait une chose normale. C'était encore un point de divergence. Je restais maître de mon corps et de mes mots alors que sa voix montait crescendo, tout comme sa colère. Pourtant, je n'avais pas pu m'empêcher de faire deux pas dans sa direction. Je n'avais pas le droit, c'était un risque mais je ne supportais plus cette distance. Déjà la dernière fois, il avait fallu parler à travers une porte ou au téléphone. Quand elle avait quitté l'Afrique du Sud, nous communiquions par mails. « Mes doutes n'étaient pas sur ton amour, ni le mien mais sur ma manière d'aborder les choses. Je refusais de te faire de nouvelles promesses si je n'étais pas capable de les tenir et te faisais du mal au passage. C'était stupide car je t'ai quand même blessée. » Et ça me blessait également par la même occasion car je détestais la voir souffrir. Il n'y avait qu'à voir la réaction que j'avais eu quand elle s'était pliée en deux de douleur à cause d'une contraction. Cela m'avait rendu dingue, j'avais détesté cette porte qui nous séparait.

« Je comprends tes doutes et je les respecte. J'ai eu les mêmes. Mais.... dans le fond, ce n'est pas dans mon caractère de baisser les bras et renoncer. Je l'ai trop fait dernièrement en me laissant dépasser par tout un tas de choses. » Je m'en rendais à présent compte. Que ça soit par rapport à elle, Ingrid, Tammy, Tussle ou même Dakota. Je m'étais perdu en cours de route et je commençais seulement à retrouver ma route. Je m'accrochais à un espoir. C'était peut être stupide mais j'avais l'impression qu'il était bien présent sinon elle n'aurait pas eu cette hésitation quand elle avait prononcé mon prénom. Cela avait failli être mon diminutif, preuve de douceur, de familiarité et que ce n'était pas encore complètement mort. Elle fit un pas également dans ma direction et son doigt se posa sur mon torse, à travers ma chemise. J'eus envie de reculer car je risquais de la contaminer mais je n'y arrivais pas. Mon cerveau refusait de dicter à mon corps de le faire. J'avais l'impression d'être à un tournant et que ce qui allait suivre serait décisif.

La situation n'aurait pas été aussi sérieuse, j'aurais pu sourire. Et ce sourire se serait crispé dans une grimace sur la fin. Une nouvelle fois, il fallait qu'elle l'inclut dans la danse. Je pouvais le comprendre mais javais encore un peu de mal. Kate m'enfonçait le doigt sur le torse quasiment à chaque mot. Comme pour me les imprégner et que j'ouvre les yeux sur ce que j'avais fait et ce que je lui faisais endurer depuis nos retrouvailles. Quand elle eut fini, mes doigts se posèrent sur son poignet avec douceur. « C'est ton pardon que je veux. Je sais que je ne l'aurais pas ce soir, tout ce que je demande, c'est que tu nous laisses une dernière chance. Pas pour Lou, mais juste pour nous si tu penses que c'est possible. » Et si ça ne l'était pas ? Je n'aurais pas d'autre choix que d'accepter sa décision. Je ne l'avais pas lâchée. J'aurais du, pourtant mon geste suivant fut tout sauf raisonnable. J'avançais d'un dernier pas et l'attirais contre moi. Je n'avais pas lâché son poignet ramenant sa main contre mon torse. Ma main libre se posa dans le creux de son dos. « Je sais que je ne devrais pas à cause du virus... Je sais que je me maudirais ensuite si tu es contaminée... » Mais je ne pouvais pas suspendre mon geste et remettre de la distance entre nous. Elle était la seule à le pouvoir car je me refusais à le faire, et je ne la serrais pas vraiment pour la laisser libre de ses mouvements si elle souhaitait se dégager. « Ma crise de la trentaine est pire que ma crise d'adolescence... » Elle savait de quoi je parlais. Quand je l'avais faite, je n'avais eu de cesse de repousser les limites, de risquer ma vie et de me battre pour un rien. Elle avait toujours été présente, réussissant à me remettre dans le droit chemin. Je n'espérais pas qu'elle me remette dans le droit chemin une nouvelle fois, je comptais le faire par ma propre volonté. Ce n'était plus son rôle que de jouer à la grande sœur avec moi. Je ne la voyais plus ainsi depuis bien longtemps. « Tussle ne sera jamais mon ami.. Je me fiche d'avoir un pardon de Dakota. Je ne suis pas là pour Genetic ou pour tout ce qui s'en approche. Je suis là uniquement pour toi. Je veux savoir si notre amour est assez grand pour mettre de côté ces doutes que l'on a, s'il est encore possible de vaincre les obstacles sur notre route pour qu'on forme une famille sans être seul et malheureux chacun de notre côté. J'ai merdé sur toute la ligne. Pas seulement ces dernières semaines mais depuis Halloween.. Je suis désolé de ne pas avoir été à la hauteur pour toi Katie... »

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Lun 24 Juin - 14:50

Je voulais le croire, toutes les fibres de mon corps se tendaient vers lui. L'espoir, voilà ce qu'il venait de me rendre cet abruti.
L'espoir d'une vie différente, qui ne serait pas un désert aride... Je ne voulais plus d'espoir, ça faisait beaucoup trop mal. Je voulais qu'on me laisse tranquille, c'était pas trop demandé pourtant...

Toute cette conversation me rendait malade et je le fis savoir en lui enfonçant le doigt dans le torse à chaque mot. J'avais besoin de me libérer de tout ce que j'avais enfoui, de lui crier ma colère et ma frustration au visage. Il m'avait abandonné au moment ou j'avais sans doute le plus besoin de lui. Le preux chevalier Keaton Wetherford avait laissé sa putain de dulcinée se viander comme une merde pour se taper la sorcière canon. Triste histoire quand on parlait du gendre idéal avec les jolies bouclettes et la bouche en cœur... Pourtant c'était bien lui qui avait le mauvais rôle alors que la reine de glace avait perdu sa couronne.

Navrante histoire que la mienne depuis des mois, depuis le blue lake en fait, enfin non depuis que j'avais eu la délicieuse idée de m'allier à ce cher O'Hara pour me sortir de genome, en faisant enlever mon patron au passage. Comme quoi, peut être que finalement je ne pouvais m'en vouloir qu'a moi même ? Oui, et non, Keaton avait sa part de responsabilité, et le pire c'était qu'il le reconnaissait sans soucis. Pas de mauvaise foi, pas de fausses excuses et c'était ce qui me laissait pantoise.

Que pouvais je faire fasse à ça ? M'engueuler avec lui était impossible s'il restait stoïque et doux... Voilà qu'il m’attrapait le poignet, m'attirait contre lui. Je humais son odeur avec délectation avant de me reprendre. Je n'avais pas envie de replonger, pas maintenant, peut être même jamais, je me l'étais affirmé, presque promis. Voilà j'y étais ce connard descendu de son cheval blanc était en train de me faire replonger dans le panneau ? Noooon, hors de question, j'étais assez forte pour me défendre.
Je me raidis dans ses bras, m'éloignant imperceptiblement de lui. Je redressais le visage pour le fixer dans les yeux. Je ne comprenais pas bien ce qui nous avait mené à tant de proximité, il y'avait la douceur de son ton, son humour sur son adolescence, mais aussi mon besoin de tendresse. Pourtant c'était à l'opposé de ce que je voulais. Je fis un pas en arrière sans lâcher ses yeux du regard.

« Je ne sais pas ce que tu escomptes en me prenant dans tes bras mais je doute sérieusement que tu l'obtiennes.  »

Le ton dur et mesuré était de retour, je reprenais le contrôle de mes émotions et c'était une bonne chose. C'était impossible s'il me touchait, ça l'avait toujours été, même après Halloween, même maintenant que je savais avoir été trompée. Il y avait toujours du désir entre nous, de la passion qui vibrait. Même alors que j'étais enceinte, c'était assez fou tout de même d'ailleurs mais je ne pris pas le temps de m'appesantir sur la question. Pour éviter cette pente savonneuse je devais l'attaquer, c'était un bon moyen de le tenir à distance, d'autant qu'il risquait de se décourager, ce qui me donnerait une bonne raison de croire que je prenais la bonne décision.
J'avais évidemment choisi de

« Tu es venu pour recoller les morceaux, mais t'es tu demandé si je n'avais pas d'autres plans ? Quelqu'un dans ma vie ? Ça ne t'as pas traversé l'esprit ? D'autant que j'aimerais bien savoir comment tu peux me dire tout cela alors qu'il y a a peine quelques jours tu roulais des pelles à Dakota Cooper ?  »


Ma voix en prononçant ce nom désignait sans doute possible mon aversion pour la personne concernée. Je ne l'a portais pas dans mon cœur avant tout ce merdier alors maintenant ? J'oscillais entre l'envie de lui arracher les yeux et celle de la briser professionnellement. Peut être les deux ? Mmmm en tout cas je veillerais à ce qu'elle chute tout en bas de l'échelle si Tussle s'écrasait. Il perdait elle perdrait elle aussi, pas de soucis à se faire.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Lun 24 Juin - 20:55

Presque deux mois que nous n'avions pas été aussi proches physiquement... J'avais attiré Kate contre moi et je ne bougeais plus. Le parfum de son shampoing parvenait à mes narines. Je fermais les yeux savourant ce bref moment de bonheur. Je me doutais qu'il ne durerait pas, que d'ici quelques secondes, je pourrais le graver dans ma mémoire comme un souvenir heureux car la suite ne le serait certainement pas. J'espérais qu'elle me laisse ma chance. Je doutais très fortement au plus profond de moi que ça soit si facile et même que j'en ai une. Je la connaissais peut être trop. Tout était peut être déjà écrit, pourtant je refusais de me contenter de ce chemin déjà tracé. Je l'aimais trop pour l'emprunter et renoncer dès ce soir. Quelques secondes s'écoulèrent et je la sentis se raidir contre moi. La petite bulle volait déjà en éclats et la réalité revenait tristement prendre sa place.

Nos regards se croisèrent. J'aurais aimé embrasser cette femme que j'aimais. Un geste aurait suffi pour que nos lèvres s'effleurent. Je souhaitais faire le premier pas pourtant je savais également que je n'avais pas le droit de le faire. Les cartes n'étaient plus entre mes mains. En tout cas, plus les atouts et je devais me contenter de celles qui restaient pour plaider en ma faveur. Kate s'écarta d'un pas. Nos regards ne se quittèrent pas. J'ôtais la main que j'avais dans son dos et mes doigts libérèrent les siens. Le moment de flottement et de douceur déjà envolé, j'encaissais une nouvelle fois la dureté de son ton. Mes prunelles ne se détournèrent pas. « Je n'espère pas te faire craquer en jouant sur le désir qu'il y a entre nous si c'est ce à quoi tu penses. » Mon ton était toujours aussi doux, je n'avais aucune envie de m'énerver, ni de perdre patience. Peut-être que j'aurais pu jouer cette carte du désir qui nous attirait l'un vers l'autre. Cette attirance que l'on ressentait nous avait rapprochés depuis la soirée d'Halloween. Physiquement oui mais mentalement, on avait continué à se déchirer. Je désirais son corps mais ce n'était plus suffisant à mes yeux. C'était également son amour et son âme que je souhaitais reconquérir, qu'il y ait de nouveau cette alchimie entre nous et ce, même s'il y aurait toujours des disputes à cause de nos différences.

J'étais revenu pour recoller les morceaux. Tous les morceaux effectivement. Et j'étais égoïste au point de ne pas avoir songé une seule seconde que tout avait peut être changé du côté de Kate. Quelqu'un dans sa vie ? Cette fois, j'encaissais moins bien. Non effectivement, ça ne m'avait pas traversé l'esprit. Et d'y songer à présent, cela faisait mal. Je ressentais sans doute cette douleur qui la parcourait à cause de mes péchés. Je venais de me figer, l'imaginant dans les bras d'un autre. Ma mâchoire se contracté, c'était à peine perceptible. « Est-ce que c'est le cas ? Est-ce que tu aimes quelqu'un d'autre ? » S'il y avait effectivement un autre homme, le coup serait rude. Je pouvais envisager la possibilité qu'il y ait quelqu'un d'autre. Mais pas qu'elle l'aime. Sinon elle ne m'aurait jamais dit quelques jours auparavant qu'elle m'aimait. Elle n'aurait pas été prête à oublier ce qui s'était passé pour qu'on reparte de zéro. Je ne pouvais concevoir qu'on tire un trait sur l'amour pour s'accrocher à quelqu'un en si peu de temps. Déraper et faire des conneries oui. Mais pas aimer. Peut être que je me leurrais et me berçais d'illusions, refusant de voir la réalité en face ?

« Tu avais raison à son sujet... Quand tu parlais de sentiments. J'étais trop stupide pour le voir, et si j'en avais pris conscience, tout aurait cessé avant. Je dois être complètement débile et je n'ai pas pris au sérieux ses baisers jusqu'à dernièrement. » Est-ce que je devais dire ce qui s'était passé à Kate ? Cela anéantirait sans nul doute mes chances de la reconquérir. En même temps, je ne me voyais pas lui mentir et qu'elle l'apprenne de la bouche d'une autre personne. Quitte à me faire condamner, je préférais jouer la carte de l’honnêteté et de la transparence avec elle. Une boule se formait dans le creux de mon ventre. C'était douloureux de faire ça. « Je l'ai revue il y a quelques jours pour qu'on s'explique. Je lui ai dit qu'elle n'était pas la vision que j'avais du mariage et de l'amour. Elle m'a provoqué une nouvelle fois, tentant de faire naitre des doutes en moi avec ses questions et ses suppositions... J'ai répondu à sa provocation, coupant court à ses suppositions. Je l'ai embrassée et... Rien. Ses suppositions sont fausses, je ne l'aime pas. Je ne perdrais pas le contrôle et il n'y aura plus de baiser entre elle et moi. Je sais que je viens de me condamner mais je te devais la vérité. »

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Jeu 27 Juin - 14:32

Je voulais être froide, dure et distante et au lieu de ça je finissais blottie dans ses bras ? Non il fallait vraiment que j’arrête je devenais pathétique. Je finis par réussir à reprendre mon contrôle sur mes émotions pour lui faire un geste évasif.

« Tu as perdu le droit de me poser ce genre de questions, désolée ! »

Je n'avais pas a lui répondre, il n'avait pas à savoir ce qui se passait dans mon lit ou dans ma vie. Je préférais d'ailleurs qu'il pense que c'était peut être le cas. C'était puéril mais l'expression douloureuse de son visage montrait que ça le touchait. Il venait d'avoir un petit aperçu de ce qu'il m’avait fait vivre quelques temps plus tôt. De ce point de vue ça remettait les choses à niveaux. Un point partout, ou presque, j'étais légèrement distraite sur le coup mais je revins à la réalité pour cette fois faire une moue dédaigneuse.

« Pas compris qu'elle est amoureuse de toi ? Tu as des œillères alors, franchement ça devient grave. »

Cassante et détachée, nickel je m'améliorais même si je doutais qu'il soit dupe. Il me connaissait assez pour connaître le bouillonnement que je ressentais à l'intérieur. D'un autre coté me voir rester calme devait être bien plus perturbant que des cris.
J'étais maîtresse de moi même et je ne me laissais pas déstabilisée, parfait, mais la suite me cloua.

Je l'attaquais sans bien savoir ce qu'il me répondrait, mais ce qui était certain c'est que je ne m'attendais vraiment pas à ça. Cette annonce comme ça là ? Un truc aussi abject que lui fricotant avec cette pouf ? Et il me l'annonçait comme ça ?
J'avais froid, j'avais mal, j'avais envie de vomir, mes jambes tremblotaient. J'avais envie de hurler comme une bête blessée. Je levais la main pour le gifler avant de finalement la laisser retomber et de tourner les talons.

Je pris la direction du canapé et envoyait valser un vase contre le mur. Je n'avais pas pu m'en empecher et regrettais fugacement de ne pas le lui avoir lancé au visage. Je me laissais tomber, assise les deux mains sur le ventre, j'avais le regard vide sans en être consciente et je pris la parole d'une voix blanche.

« Vos autres entrevues ne t'avaient pas suffit ? Tu en avais encore puisqu'il a fallut l'embrasser. Tu vas embrasser toutes les salopes qui passent ? Juste pour vérifier ? Je suis sensée accepter ça ?. »

Un rire légèrement hystérique m’échappa et je rejetais la tête en arrière pour l'appuyer au dossier avant de fermer doucement les yeux.

« Va t'en maintenant. Va vérifier si finalement tirer un coup avec elle ne te ferais pas quelque chose. »

Ma voix c'était faite tremblotante et je peinais à ne pas pleurer, Lou bougeait et je ressentais les prémices d'une contraction. J'étais mal, triste et je ne voulais pas qu'il me voit pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 28 Juin - 15:51

C'était la première fois de ma vie que je ressentais une émotion aussi forte, qui me prenait au plus profond des entrailles. Elle avait tendance à me pousser dans mes retranchements, abattant ce flegme que je réussissais à maintenir très souvent pour laisser place à une envie de taper. Qui ? Je ne savais pas. Quand ? Aucune idée non plus. En avais-je le droit ? Non pas du tout. Mais rien que l'idée d'imaginer un autre homme avec Kate et surtout qu'elle puisse l'aimer, cela me renfrognait et me rendait presque dingue. Comme la fois où j'avais été chez elle en juillet, que je l'avais trouvée dans un triste état à cause d'un autre homme. Nous n'étions pas encore ensemble à cette période là mais je n'aurais pas hésité à effleurer le visage de l'autre avec mon poing. Kate n'apportait aucune réponse à mes questions. C'était de bonne guerre même si j'en souffrais car elle invitait mon esprit à imaginer tout et n'importe quoi. Ainsi qu'à prendre conscience de certaines choses qui m'était obscures auparavant.

« C'est sûr que je dis tellement souvent je t'aime que je suis un pro pour repérer ce genre de choses. » La réplique venait de fuser direct, échappant à mon contrôle. J'avais des œillères, c'était sûrement vrai. Je n'y pouvais rien. Je n'avais jamais été amoureux avant elle. Depuis de nombreuses années, je savais tout au fond de moi qu'elle était la seule à qui je dirais ces trois petits mots. Il m'avait fallu du temps pour me les avouer et ensuite pour les prononcer. Comment voulait-elle que je repère ce genre de choses, que je repère qu'une femme pouvait tomber amoureuse de moi en si peu de temps alors qu'il m'avait fallu des années de mon côté pour voir la réalité ? Et puis, ce ton cassant qu'elle adoptait, je ne l'aimais pas. Elle agissait presque comme si elle était extérieure et que ça ne l'importait pas. Ce n'était pas son tempérament, c'était le mien que celui-ci. Elle devait être une cocotte minute à l'intérieur, prête à exploser à tout moment, la connaissant.

Je lui offris une occasion d'exploser à mes dépends. Je me condamnais, je m'en doutais mais je ne me voyais pas garder la vérité et qu'elle l'apprenne de la bouche d'une autre personne. Quitte à perdre complètement celle que j'aimais, je préférais endosser mes torts le même soir plutôt que de les éparpiller, lui laissant la surprise des découvertes. Je n'aimais pas l'expression de son regard. Durant quelques secondes, je me demandais si je n'aurais pas du m'abstenir pour l'épargner avant de chasser cette idée. Cela aurait été reculé pour mieux sauter. J'avais déjà botté une fois en touche, gagnant du temps pour y voir plus clair et pour découvrir si je déraperai vraiment. Ce n'était plus le moment de perdre du temps mais d'avancer sur le terrain.

Kate se détourna sans un mot. Elle fit ce qu'elle avait déjà fait quelques mois auparavant. Un vase se fracassa contre un mur, me faisant cligner des paupières au son de l'impact. J'aurais presque cru qu'il aurait été envoyé dans ma direction, elle avait réussi à se contenir de faire un tel geste. Je m'avançais d'un pas vers elle alors qu'elle s'installait les mains sur son ventre. Mon regard se posa sur celui-ci, il abritait notre enfant. Je l'aimais tellement déjà cette petite fille. Pourtant, il fallait que je la laisse de côté, j'étais là pour sa maman. Cette femme qui avait un regard sans expression à cet instant et qui m'inquiéta. Elle était enceinte, c'était sûrement trop d'émotions d'un coup et je ne l'aidais pas du tout à se détendre et à se sentir mieux.

Elle m'attaqua, à juste titre. Je ne pouvais pas la blâmer. Sûrement que je me poserai les mêmes questions si les situations étaient inversées. Je secouais négativement la tête. « Tu n'as pas à l'accepter non. Et ça ne se reproduira plus. » Des paroles qui semblèrent résonner comme un écho dans la pièce. J'y croyais mais je ne m'attendais pas à ce qu'elles l'atteignent et qu'elle y croit également. J'avais envie de la prendre dans mes bras, la serrer contre moi jusqu'à la convaincre que je ne ferai pas une telle chose. Mon envie augmenta d'un cran quand elle ferma ses paupières, basculant la tête en arrière. Kate me demandait de partir. Je ne pouvais m'y résoudre.

« Laisse-moi une dernière chance. » Au lieu de prendre congés, je couvrais la distance pour me rapprocher du canapé et m'accroupir auprès d'elle. « Je ne te trahirai plus Kate et je n'aurais de cesse de te prouver chaque jour que je t'aime. Accorde-moi cette chance s'il te plait... Je te promets de disparaître de ta vie définitivement si je viens à merder de nouveau. Ce ne sont pas des paroles en l'air, je sais que tu ne les crois pas et c'est légitime vu ce que j'ai fait. Mais... » Je marquais un court temps d'arrêt, hésitant à prononcer la suite. « ... si je te trahis une nouvelle fois, non seulement je disparaitrai de ta vie, mais également de celle de notre fille. » Bon sang, cela me coûtait de dire cela et ça me déchirait au plus profond de prononcer de tels mots. Pourtant c'était le seul moyen pour qu'elle accorde foi à mes propos. Si elle n'avait plus confiance en mon regard pour y lire la vérité, ni à mon amour pour elle, je savais qu'elle ne remettrait pas en cause ce que je ressentais pour notre fille. Elle n'était pas encore née mais je la considérais comme un joyau. J'étais tellement heureux d'être bientôt père, de m'imaginer serrant notre bébé dans mes bras... Je donnerai tout pour cette petite fille. Mais je désirais l’élever en étant aux côtés de sa mère. Si je devais perdre celle-ci de nouveau, j'étais prêt à prendre le risque de perdre mon propre sang pour qu'elle me croit, qu'elle ne doute plus de mes promesses. Je ne tentais pas de la manipuler en jouant sur la corde sensible, j'espérais qu'elle le comprendrait si elle croisait mon regard. Je ne pouvais juste pas imaginer faire ma vie sans elle, c'était une réalité dont j'avais vraiment pris conscience en prenant du recul dernièrement. Je voulais Lou, je voulais Kate. Je réclamais ma famille. « Si ce n'est pas suffisant à tes yeux, je me résoudrai à partir. J'attendrai. » En vain probablement.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Ven 28 Juin - 16:58

Sa réplique fusa et je me fendis d'un sourire moqueur. Je ne voulais pas l'entendre dire que l'amour était quelque chose qu'il maîtrisait mal. Il croyait que je disais « je t'aime » tous les quart d'heure ?
Je préférais laisser tomber ce sujet pour écouter la suite, mal m'en pris. Quoique, il valait sans doute mieux que je sache.

M'enfin, bien ou mal , j'avais pris une gifle retentissante, je pouvais presque sentir la brûlure cuisante qui l'accompagnait, pourtant ce choc n'était pas physique. C'était un coup porté à mes émotions, à mon ego aussi sans doute mais surtout un coup violent auquel je ne m'attendais pas.
Je pensais parvenir à me maîtriser pendant toute cette conversation, c'était raté, j'étais dans tous mes états. Littéralement bouleversée, j'avais du mal à aligner deux pensées. Je me jetais sur le canapé comme on s'accroche à une bouée. Sans l'avoir frappé, me défoulant sur un pauvre vase sans intérêt.

Une fois les yeux fermés je pus lui dire de foutre le camp, c'était pathétique dans le ton mais l'intention y était. Je voulais qu'il me laisse tranquille, je voulais avoir enfin la paix. Panser mes plaies, oublier cette conversation, oublier les images qu'elle évoquait. J'étais révulsée rien que d'y penser...

Évidemment il n'écouta rien comme à son habitude et préféra se rapprocher. Je n'ouvris pas les yeux pour autant. Je les fermais plutôt encore plus fort, obstinément, plissant les paupières de toutes mes forces comme si ne pas le voir allait tout résoudre...
Il se mit à parler et je résistais à l'envie de me couvrir les oreilles comme une petite fille. Je ne voulais pas en entendre plus. Pas aujourd'hui, c'était bien assez...

Je ne pouvais bien entendu pas faire ça. Contrainte et forcée je devais l'entendre. J'inspirais doucement par le nez essayant de calmer les battements désordonnés de mon cœur. Peine perdue, mais je ne perdais rien à essayer.
Je faisais mon possible pour rester détachée, à l'écart, il ne fallait pas s'impliquer, je l'avais appris à mes dépends. Je devais m'éloigner, me protéger. Là encore peine perdue, en même temps facile à dire quand votre premier amour vous brisais le cœur avant de vous faire de grand discours.

J'écoutais presque religieusement sans qu'un mouvement ne trahisse le tumulte intérieur qui me déchirait. J'y parvenais en restant concentrée sur ma respiration. Inspirer, expirer, ne pas penser.
C'était a peu près efficient jusqu'à ce qu'il parle de sortir définitivement de ma vie. J'ouvris alors les yeux en relevant la tête pour planter mes iris dans les siens. Je fulminais de rage qu'il ose seulement dire ça. Se barrer encore ? Était ce là tout ce qu'il était foutu de m'offrir ?

Je n'eus pas le temps de répondre qu'il embrayait, il disparaîtrait de ma vie, et de celle de Lou... Mes yeux s'écarquillèrent devant ce discours. Il déconnait totalement du bulbe, même si je comprenais l'intention. Je savais son amour pour notre princesse, elle n'avait pas été prévue mais elle était un cadeau, pour lui comme pour moi. Il voulait être père, et pourtant, c'était une façon de me dire qu'il était vraiment sur...

Une façon fichtrement idiote au demeurant. Avec son air triste il me touchait profondément mais me mettait aussi en colère de façon impressionnante. Je posais les mains sur ses épaules pour le pousser en arrière de façon qu'il se retrouve assis par terre. Ceci fait je me laissais glisser à genoux par terre devant lui.

« Ne redis jamais ça, jamais !! Tu ne peux pas abandonner Lou, pas a cause de moi, quoi qu'il arrive. Je l'aime bien trop pour ça, et tu l'aimes aussi. Et ... »

Je me tus un instant effarée de ce que j'allais dire. Je m'approchais encore plus près pour me coller contre Keaton.

« … et, je t'aime moi aussi. »

Une toute petite voix faiblarde mais qui se raffermit un peu pour la suite.

« Par contre je ne suis pas sure de pouvoir te pardonner un jour, mais je veux bien essayer. Il va falloir que tu m'expliques comment tu imaginerais ça... »

Ceci dit d'un ton assez froid que j'atténuais tout de même d'un petit bisou au creux de son cou. Je ne songeais même pas une seule seconde au virus... J'étais au delà de ce genre de contingence.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Dim 30 Juin - 17:22

J'avais rarement fait de telles promesses, si sérieuses et pourtant si déchirantes de l'intérieur. Être prêt à renoncer définitivement à la femme que j'aimais, à ma fille, si ma conduite dérapait une nouvelle fois. Cela me rendait malade rien que de l'envisager, pourtant je n'avais pas le choix. Il fallait que Kate ouvre les yeux, me regarde et surtout me croit. Ce n'était pas des paroles vaines à mes yeux et la première petite bombe lui fit ouvrir les yeux. La colère, c'était ce que je pouvais lire dans son regard. Elle souhaitait que je parte mais ne pouvais pas s'empêcher de réagir quand je disais que je sortirai de sa vie. Comportements contradictoires mais qui me permettait de maintenir allumée cette petite flamme d'espoir qui subsistait. La seconde petite bombe eut également son effet. Elle devait penser avoir rêvé que j'avais prononcé de telles paroles. Je venais pourtant de le faire. J'étais prêt à renoncer à Lou. C'était le pire des châtiments que je pouvais m'infliger. Le seul qui faisait qu'elle ne pourrait plus remettre en doute ma parole.

Cependant, j'étais prêt à partir et à attendre si elle ne me croyait toujours pas. Elle n'avait qu'un seul mot à dire et je me résoudrai à quitter cette chambre, au moins pour ce soir. Elle se redressa, ses mains se posèrent sur mes épaules, exerçant une pression. Je me sentis basculer vers l'arrière, n'ayant aucune résistance jusqu'à ce que je me retrouve les fesses à terre. Je ne la quittais pas du regard. Je ne pouvais pas alors qu'elle se mettait à genoux devant moi. Les mots franchirent ses lèvres, m'interdisant de tenir de nouveau des propos comme ceux que je venais d'avoir. Bien évidemment qu'on l'aimait ce bébé même s'il n'était pas encore là. Mais je désirais tellement qu'elle me croit. Sa dernière phrase resta en suspend. Je retins mon souffle sans même m'en rendre compte, guettant la suite.

Kate se rapprocha de moi. J'eus envie de lui dire de ne pas s'approcher car j'allais la contaminer. Aucun son ne sortit une nouvelle fois alors que sa tête venait se caler contre mon épaule. Au contraire, mes bras se refermèrent sur elle et je recommençais à respirer quand elle avoua qu'elle m'aimait toujours. Je respirais mieux. Mes yeux se fermèrent un instant tandis que j'appréciais ce moment. Ma tête se cala sur ses cheveux et je ne bougeais plus. D'un côté j'étais soulagé. De l'autre, je savais que ce n'était que le début d'une nouvelle route à emprunter et qu'il ne tenait qu'à moi de ne pas sortir de sa trame cette fois. Si ce moment fut un pur délice à savourer, la réalité revint très vite à la charge, me faisant redescendre du petit nuage sur lequel je n'avais pas eu le temps de m'installer. Le ton était froid, c'était mérité, je l'avais bien cherché. Par contre je ne m'attendis pas à cette caresse que je sentis sur mon cou et qui me fit frissonner. Bon sang, un simple petit bisou de sa part et mon corps réagissait. Il fallait que je reste concentré sur comment j'imaginais ça...

« Un grand château, ils vécurent heureux et eurent une ribambelle d'enfants... ? » L'intonation de ma voix contrastait avec la sienne qui était froide juste avant. Ce n'était qu'une pointe d'humour qui dura quelques secondes car je repris très vite mon sérieux. Il ne manquerait plus qu'elle vienne à penser que je prenais la situation à la légère alors que ce n'était pas du tout le cas. « Je vais saisir la chance de bonheur que tu nous as offert l'autre jour.. Te draguer, te séduire, t'aimer... Reprendre depuis le début tout ce qu'on n'a pas fait dans l'ordre... T'inviter au restaurant, t'offrir des fleurs, te proposer des sorties rien que tous les deux... Je te laisserai le temps ainsi que l'espace vital dont tu as besoin et le jour où tu te sentiras prête à occulter sans forcément pardonner, je te soumettrai l'idée de s'installer ensemble, dans une maison qui abritera notre famille. » Je m'interrompis brièvement, reprenant mon souffle. J'en profitais au passage pour déposer un baiser dans ses cheveux. « Par contre... Il n'y a qu'un seul point sur lequel je refuse de me tenir à distance le temps qu'on établisse de nouvelles bases... Surtout si ça doit prendre plusieurs mois... Je veux être présent quand tu accoucheras, te tenir la main, te dire à quel point je t'aime et te remercier de me donner un magnifique bébé. »

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Lun 1 Juil - 12:04

J'avais fait un choix, en toute connaissance de cause. Je ne savais pas encore si j'étais en mesure de lui pardonner un jour mais je désirais essayer. Je l'aimais, envers et contre tout et ma fierté ne devait pas m'empêcher d'accéder au bonheur.

Il était mon premier amour, le père de ma fille, il était ma famille. C'était tout simple mais c'était beaucoup. Une fois installée contre son torse j'avais beau jouer les dures j'appréciais le moment. Respirer son odeur, sentir le poids de ses bras autour de moi, c'était vraiment délectable.

Un petit sourire m'échappa devant sa blague et un léger sourire effleura mes lèvres. Il ne pouvait vraiment pas s'en empêcher...
J'écoutais la suite attentivement en restant blottie contre lui et mon sourire s'accentua. Ce discours venait tard, mais il venait. C'était tout ce que j'avais voulu entendre. J'inspirais à fond les yeux fermés  profitant de l'instant avant de revenir à la réalité.

« On se croirait dans un disney là ! Mais ça me va. A la condition sine qua none que tu ne me caches rien. Je ferais de même. Pas de cachotteries, pas de silence, pas de mensonge. »

Je me rendis compte que ce discours pouvait passer pour de la possessivité pure.

« Je ne parle pas d'avoir un jardin secret, ou d'aller boire un verre avec des amis. Pas de soucis. Je pense à Genetic, à tout ce qui fait que ce monde a mis des barrières entre nous. »

Je me redressais alors pour le regarder dans les yeux et lui faire un sourire charmeur. Nous avions le temps pour parler de tout ça, il n'y avait pas d'urgence.

« Cette robe est bien trop habillée pour rester enfermés ici, non ? »

Un petit clin d'oeil et j'ajoutais.

« Je vais quand même passer des sous vêtements non ? »

Je laissais échapper un petit rire avant de plaquer ma bouche sur la sienne. J'avais besoin de lui, besoin qu'il me fasse oublier toute cette histoire.
Je voulais me griser à son contact, retrouver cette passion qui vibrait entre nous et oublier tout le reste. Je ne songeais plus à rien trop occupée à apprivoiser ce bonheur que je croyais à jamais perdu.

Je n'étais plus seule et perdue, je me sentais entière, désirable... C'était vraiment fou quand on connaissait mon état d'esprit quelques minutes plus tôt.
J'avais envie d'être froide et distante... C'était raté, mais génialement manqué !!
Mes mains s'enfouissaient dans ses cheveux, mon souffle se faisait court, à ce moment Lou bougea et je me redressais.

J’attrapais sa main et la déposait doucement sur mon ventre. Lou vint y donner un petit coup et je guettais sur son visage sa réaction. Il était pédiatre et médecin donc ça n'était pas la première fois qu'il touchait un ventre de femme enceinte, mais là, c'était sa fille qui gesticulait. Qu'allait il en penser ?
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Sam 10 Aoû - 16:08

On se croirait comme dans un Disney. Il manquait pourtant un point essentiel que l'on trouvait dans quasiment tous les dessins animés de cet univers : les animaux qui parlent et chantent. Donc non, nous n'étions pas tout à fait dans un Disney, la réalité était beaucoup plus cruelle et la fin était tout sauf écrite, sans garantie que ça se termine bien comme dans les contes que l'on raconte aux enfants. Il tenait en partie à nous de l'orienter, en prenant des décisions qui auraient une influence sur nos vies. C'était là où nous en étions avec Kate, pardonner ou ne pas pardonner, être ensemble ou rester séparés, s'offrir une dernière chance ou la laisser passer. J'étais prêt à tout reprendre depuis le début, garder mes distances, lui laisser le temps qu'il faudrait, mais qu'il me faudrait également pour construire cette fois quelque chose de solide qui ne s'écroulerait pas à la moindre bourrasque de vent. Il n'y avait qu'un seul point sur lequel je refusais de discuter et je venais de lui en faire part. Cela semblait lui convenir même si elle exprima une condition. Ne rien cacher... C'était un peu brut formulé ainsi. J'avais toujours eu un jardin secret, un petit monde dans lequel je pouvais me réfugier sans avoir de compte à rendre à personne si ce n'était à moi-même.

« Hum.... » Signe de désapprobation de ma part ? C'était fort possible. La suite ne vint pas car Kate reprit la parole, se rendant peut être compte que je n'étais pas tout à fait d'accord, ou que ce point de vue allait très vite m'étouffer. Elle ne parlait pas de nos vies privées mais de Genetic... Voilà qui était différent mais tout aussi compliqué. Elle avait raison, je savais que Genetic avait mis des barrières entre nous. Mais étais-je prêt à tout lui dévoiler pour donner une chance à notre couple, sachant que ça la mettrait forcément un peu plus en danger, ainsi que Lou. J'hésitais sur la conduite à tenir, pour lui répondre. Réfléchir n'était peut être pas ce qu'il y avait de mieux à faire, surtout à cet instant. Trop tergiverser non plus. « Je ferai des efforts mais ma position au conseil ne me permet pas de tout dire... Même pour toi... » Est-ce qu'elle le comprendrait ? Je l'espérais. Elle était médecin après tout, nous étions tous les deux tenus au secret professionnel, tout comme pouvait l'être un avocat.

On aurait le temps de discuter de tout ça dans les jours à venir. Tout n'était pas obligé d'être résolu ce soir, n'est-ce pas ? Et comment rester concentré quand elle me faisait comprendre qu'elle ne portait rien sous sa robe. Ma bouche s'ouvrit. Les circonstances auraient été différentes, et surtout j'aurais eu une meilleure santé que celle que j'avais actuellement, l'envie de lui faire l'amour aurait commencé à m'effleurer l'esprit. Sauf que je n'étais pas en état, nous n'avions pas la tête à ça. Un baiser, voilà qui convenait. Mon étreinte qui se resserra un peu plus autour de la taille de Kate. Je me laissais porter par le contact de nos lèvres, par ses mains qui s'enfouirent dans mes cheveux. J'avais failli la perdre, je risquais à tout moment de la perdre à cause de Genetic. J'allais manquer de souffle, mon état de santé à cause du virus se ressentait dans le moindre des efforts que je pouvais faire, comme un simple baiser s'il durait trop longtemps.

Je repris mon souffle quand les lèvres de la jeune femme se détachèrent des miennes. J'étais quelque peu essoufflé, je ressentais une légère douleur à l'intérieur de la poitrine. Je détestais me sentir aussi faible mais je ne pouvais rien contrôler. Il me fallait un répit. Je m'apprêtais à lui en faire part, lui dire ce que je ressentais physiquement quand elle agrippa ma main pour la poser sur son ventre. Mes yeux se posèrent dessus. Sur le moment, il ne se passa rien. Puis je le ressentis. Ce coup donné, provenant de l'intérieur de son ventre. Suivi d'un second coup que je ressentis sous mes doigts même si la robe faisait office de barrière. Sur le moment, mes yeux s'écarquillèrent, mais l'étonnement laissa très vite place à l'émerveillement. Notre petite fille s'agitait, se manifestait pour signaler sa présence. Un sourire naquit sur mes lèvres malgré l'émotion qui me parcourait. J'avais raté les échographies jusque présent mais j'étais bien là pour ce moment. Cela n'avait rien à voir avec ce que j'avais déjà pu ressentir en exerçant mon métier. Je me penchais sur le ventre de Kate, approchant mon visage sans retirer ma main. « Bientôt Lou... On pourra te tenir dans nos bras. On veille sur toi et on t'aime déjà très fort. »

Veiller était un bien grand terme car ce soir nous étions tout sauf prudents. Je m'écartais alors légèrement, me calant dos contre le canapé. Mes doigts restèrent quelques secondes encore sur le ventre de Kate avant que je ne me décide à les retirer. « Plus je reste et plus je risque de vous contaminer toutes les deux... Peut être vaudrait-il mieux que je parte... ? » Vu mon état de fatigue grandissant, je ne tiendrai plus longtemps de toute façon.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Lun 2 Sep - 17:48

Voilà, j'étais une pauvre petite chose lamentable. J'avais craqué, cédé, je m'étais faite avoir. Complètement ridicule, quand on y repensait. Femme des glaces moi ? Ouais peut être mais alors elle avait bien fondu la terreur hein...

C'était sans doute ce gros bidon et les hormones qui provoquait ça ? Mouais triste excuse... C'était pire, j'avais eu envie d'en arriver là... Envie de fondre dans ses bras, envie de l'embrasser à perdre haleine... Je l'aimais. C'était aussi simple que ça. Malgré toute la souffrance qu'il venait de me faire endurer pendant des mois.

Je me sentais minable mais aussi tellement heureuse, grisée par le contact de sa bouche sur la mienne. Fini les batailles incessantes ? Non sans doute pas. Le chemin ne pouvait être calme pour nous deux. Il était écrit que nous passerions d'épreuve en épreuve. Un chemin de croix mais qui nous conduirait au bonheur. En tout cas je voulais le croire...

Il fallait que ça marche, pour moi, pour Lou... Cette petite princesse qui se manifestait en moi devant tout ce tumulte émotionnel.
J'avais saisi sa main pour lui faire sentir ce mouvement et un sourire attendri ce dessina sur mes lèvres alors qu'il lui parlait doucement. Il avait un don avec les enfants, ça me rassurait. J'avais tellement peur de ne pas être une bonne mère, de ne pas savoir lui apporter ce don elle aurait besoin.

Keaton saurait, ça je n'en doutais pas. Parce qu'il était pédiatre ? Non, même pas. Juste parce qu'il était lui, délicat et tendre avec les enfants.
Notre petit moment de paradis éclata comme une bulle quand Keaton me rappela le danger de contagion qu'il nous faisait courir à toutes les deux. J'avais envie d'envoyer le risque et la fatalité aux pelotes mais je ne pouvais pas.

« J'aimerais te dire que je m'en fous. Que maintenant qu'on s'est retrouvé je ne veux plus te quitter. C'est vraiment ce que j'ai au fond du cœur. Pourtant tu as raison, la contagion, c'est trop risqué. Pour Lou. Il est encore trop tôt pour qu'elle vienne au monde. »

Je déposais un bisou tendre au creux de son cou avant de me redresser.

« Tu as l'air épuisé. J'espère que tu suis bien ton traitement. Tu m'as vraiment fait très peur. »

Il était rare que je reconnaisse ce genre de chose. Je faisais plutôt semblant de ne jamais rien ressentir. Être un robot, ou passer pour tel ça mettait à l'abri de pleins de complications.

« Le type à qui vous avez refilé mon boulot, j'espère qu'il est bon. Parce que franchement pour le moment ça n'a pas l'air d'avancer beaucoup. »

On sentait l'amertume dans ma voix malgré mes efforts pour ne rien laisser paraître. Je détestais me sentir mise à l'écart. D'autant plus quand je n'étais pas certaine de la qualité de l'équipe en place.

« Laisse tomber tu veux ? Oublie ce que je viens de dire... Pas le moment de parler de Genetic et de s'engueuler. De toute façon tu n'en as même pas la force à ce que je vois. Sinon j'ose espérer que tu aurais entrepris de me retirer ma robe. »

Ceci dit avec un clin d'oeil en prenant une pose sexy plus que provocante. Je laissais échapper un petit rire sensuel avant de poursuivre.

« Tu peux rester dormir si tu veux. Ici sur le canap'. C'est con mais pas le choix tant qu'on aura pas trouvé de quoi te guérir. »

Le coq à l'âne façon Reynolds, j'étais de plus en plus douée. Façon comme une autre de gérer des émotions qui me submergeait.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   Mar 17 Sep - 15:33

D'une discussion glaciale qui avait débuté, nous en étions à parler avec calme à présent, les esprits s'assagissant. Une certaine demoiselle y était pour beaucoup. Nous avions des divergences d'opinions mais Lou nous réunissait. Elle se manifestait à un moment inespéré et la sentir bouger sous mes doigts me rendait heureux. J'avais hâte de voir sa petite frimousse, de la tenir dans mes bras et de déposer un baiser plein d'amour sur son front. J’espérais en avoir l'occasion pour sa naissance car pour l'instant, il fallait se montrer prudent. Je risquais de les contaminer toutes les deux et c'était la dernière fois que je souhaitais faire, rendre malade Kate et prendre le risque que notre fille naisse trop tôt. Mes propos avaient été formulés comme une interrogation et pourtant, je connaissais déjà la réponse au fond de moi. Je savais ce que j'allais faire et je ne changerai pas d'avis. Et ce, même si Kate m'embrassait dans le cou juste avant de s'écarter.

De la femme amoureuse, elle passait presque à la mère poule avec moi. « J''ai une injection par semaine oui et je ne fais aucun effort physique, ne t'inquiète pas, ça ira. » C'était juste que le sérum avait été découvert à un stade où la maladie avait pris une certaine ampleur en moi, mais également pour Ingrid. Le moindre effort me coûtait énormément, il me fallait plusieurs heures pour m'en remettre. La moindre contrariété, le moindre énervement... Il fallait que je reste aussi calme que l'eau qui ne sortait jamais de son lit. Sauf que c'était impossible de l'être toujours, alors je faisais avec, faisant attention pour me reposer autant que je pouvais. Je n'aimais pas inquiéter mon entourage. Tammy m'appelait régulièrement, me demandant comment je me sentais. Et au moindre signe d'agacement de ma part, elle détournait le sujet pour parler de Genetic et du conseil. Elle pensait son manège discret, je n'étais pas dupe. Genetic m'apprenait à être sur mes gardes tout le temps, et à une vitesse folle. Je contrôlais beaucoup plus de choses qu'auparavant. Je lisais même régulièrement les rapports qui étaient fait sur la progression des recherches.

Et ces recherches, cela aurait du être à Kate de les poursuivre. Je pouvais comprendre l'amertume que je ressentais dans sa voix d'avoir été mise ainsi sur la touche. « C'est un spécialiste, sans doute un des meilleurs dans son domaine. » Peut-être en effet qu'il fallait que je l'écoute et que je n'en rajoute pas davantage. Oublier le sujet de la génétique et des recherches. Nos opinions divergeraient. Je comprenais son regret mais je ne pouvais pas remettre en doute la décision du conseil d'avoir privilégié un spécialiste en génétique à un chirurgien cardio thoracique pour avancer les recherches. Peut être que j'aurais pu monter au créneau pour qu'ils continuent les recherches ensemble, en binôme. Sauf que je ne l'avais pas fait. Et le pire, c'était que je ne le regrettais pas car cela l'exposait moins au virus.

Genetic était définitivement le sujet à ne jamais aborder entre nous. J'en avais de plus en plus confirmation, nous n'étions jamais d'accord et vu le nombre de disputes qu'il y avait déjà eu entre nous à ce sujet, autant tenter d'avorter les prochaines avant qu'elles n'éclatent en revenant à une discussion beaucoup plus légère. Une lueur illumina mes prunelles et je souris face à sa pose provocante. Nul mot n'était nécessaire, la réponse devait se lire dans mon regard. S'il n'y avait pas eu le virus ni la contagion peut être qu'en effet j'aurais entrepris d'aller plus loin... Mais là, il fallait rester raisonnable et je me décidais à me relever à mon tour. « J'aimerais rester mais ce n'est pas possible tant que j'ai le virus en moi... C'est préférable que je parte. Autant pour toi que pour Lou. Il y a aussi Ingrid qui a besoin de moi. Derrière ses airs courageux, elle reste une enfant. » Qui avait assez souffert ces derniers mois entre la perte de ses parents ou de certains de ses amis. Et il était hors de question que je la fasse passer après mon bien être personnel une nouvelle fois. J'avais envie de serrer Kate contre moi mais nous avions trop joué avec le feu déjà. Alors je reculais de quelques pas en direction de la porte. « on va avoir l'impression de revenir à la période de l'adolescence à passer du temps au téléphone. » Même si je ne l'avais guère fait durant cette période, mes préoccupations étant ailleurs. J'adressais un clin d’œil à Kate et mes doigts se portèrent à mes lèvres et je mimais un baiser que je lui envoyais. Sans un mot, mes lèvres remuèrent pour lui dire que je l'aimais. Puis j'ouvris la porte et je quittais la chambre pour prendre le chemin du retour à Genetic.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Please forgive me, I can't stop lovin' you [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: HOTELS-