..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Ven 30 Nov - 22:28




29 décembre – Enterrement de Morgan Reese Jayden.

Le jour le plus triste de sa vie. Enfin l’en des plus tristes. Ingrid n’avait pas pu assister à l’enterrement de ses parents, mais celui-ci, elle ne le louperait pour rien au monde. Elle avait le cœur lourd, une boule à l’estomac et elle aurait tout fait pour y échapper, sauf que sans cela, elle savait qu’elle ne pourrait pas passer à autre chose, qu’elle ne pourrait pas le laisser partir en paix. Et puis, elle avait prévu une séance shopping le lendemain avec Jayden pour trouver un costume à Jared, ça lui ferait du bien elle le savait ! Surtout elle ne dirait rien à Jayden de ce qui était arrivé pour avoir l’occasion de vivre une journée d’innocence. Mais pour lors, elle devait faire son deuil.

Maggie était prête. Elle venait avec elle à l’enterrement, et Ingrid lui en était plus que reconnaissante. La jeune fille elle s’était habillait toute en noir. Ca représentait son humeur, mais aussi la couleur des cheveux de Morgan. Pourquoi avait-elle pensé à ses cheveux ? Aucune idée, surement parce qu’elle les trouvait beaux. Enfin prête, le visage caché avec un grand chapeau, elles partirent pour le cimetière. Ingrid n’arrivait pas à sourire. Depuis le 24 décembre elle n’arrivait plus à sourire.

L’enterrement, la cérémonie fut horriblement dure à vivre. Ingrid tenait fort la main à Maggie. Mary Jane était là aussi. Ses yeux rougis par les larmes n’avait plus de liquide lacrymale à offrir au bout d’une dizaine de minutes. Il n’y avait pas grande monde ce qui l’attristait d’autant plus. Et dire que quelques jours auparavant elle était venue à côté de ce trou pour s’expliquer avec Andrew… Mais ça c’était une autre histoire… Pour le moment, elle écoutait le prêtre, et lorsqu’il prononça les mots souflés par l’adolescente tout le monde se figea. Oui elle avait dit qu’il était un ami loufoque mais dévoué, et tant d’autres qualificatifs aussi farfelus les uns que les autres. Et surtout elle avait demandé au prêtre de prononcer les derniers mots que Morgan lui avait dit. Pour que les gens se rendent compte de son état d’esprit à ce moment-là. Et lorsque le discours fut enfin terminé, l’adolescente fondit en larmes dans les bras de sa nounou.

29 décembre 2010 – Central Park

Ingrid n’avait de cesse de pleurer, pleurer lui faisait évacuer. Elle avait demandé à Maggie de la laisser au parc, elle y prendrait des photos, pour s’apaiser. Elle se retrouverait seule avec elle-même pour faire le point. Bien sûr sa nounou avait été réticente, mais elle avait cédé. Ingrid se demandait si Maggie arrivait à se placer par rapport à elle, elle aurait aimé en tout cas, car elle était une femme géniale, elle l’aimait beaucoup même si elle ne savait pas le lui montrer. En fait, l’adolescente avait du mal à s’attacher, elle ne voulait plus s’attacher. Mais c’était Maggie, la meilleure amie de son père d’adoption…

Enfin, l’adolescente eut tout le loisir d’errer dans le parc à la recherche de la photo idéale. Elle se rappela cet arbre qu’Aleksandra lui avait montré, mais même ça, c’était fade pour elle Alors elle voulut retourner sur le lieu de sa rencontre avec Morgan, le collège. Pour y aller, elle devait passer près d’un pont. Elle ne s’en souvenait pas mais la vue était magnifique. Et le ciel gris à l’image de son humeur, lui offrait une belle lumière, une lumière qui créait de jolies ombres sur l’eau verte bouteille.

Alors Ingrid se dirigea vers le milieu de la structure suspendue. Les larmes aux yeux elle prit son appareil photo. Ses mains tremblaient trop pour stabiliser assez l’appareil, alors elle se pencha par-dessus le chambranle, dangereusement, bien qu’elle connaissait ses limites et qu’elle savait qu’elle ne craignait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Sam 1 Déc - 13:02

29 décembre 2010.

Les fêtes de noël étaient terminées et Emy était revenue la veille sur Los Angeles. Revoir ses parents lui avait fait le plus grand bien ! Décidément ils lui manquaient bien trop à son gout, mais elle ne pouvait pas non plus renoncer à sa vie ici. Même si rien n’allait vraiment ces derniers temps, c’était son petit chez soi et il y avait tous ses amis. Puis Genome prenait une place à part entière désormais. Même si elle le fuyait, ses idéaux se rapprochaient de ceux de l’organisation et elle voulait agir elle-même. Ce qu’il fallait savoir de la jeune femme, c’était qu’elle n’était pas d’un tempérament à laisser les choses se faire d’elle-même, bien au contraire. Toujours active, elle savait prendre les rennes pour avancer. C’était sa plus grande force au quotidien et le moteur était sa joie de vivre naturelle. Même quand elle allait mal, elle affiche un beau sourire, c’était sa manière de se protéger de ses propres démons.

Emy réfléchissait à ce qu’elle aurait pu faire pour le nouvel an. Ça se fêtait après tout mais elle ne savait vraiment pas quoi prévoir. Voir son meilleur ami ? Il était à l’autre bout du monde. Et sa meilleure amie ? Elle n’avait pas pris de nouvelles depuis un bon moment. Et elle avait d’ailleurs honte de son manque d’implication dans leur amitié. Puis les gens de Genome ? Ce n’était peut être pas une si bonne idée. Puis Dylan, non leur relation était bien trop tendue pour se voir de cette manière. Ainsi Emy ne savait vraiment pas quoi prévoir pour fêter le changement d’année. Pourtant elle se décida à sortir pour s’acheter une bonne bouteille de vin français pour l’occasion. Oui la belle blonde adorait toute la nourriture française ainsi que son vin. C’est pourquoi à chaque fois qu’elle fêtait quelque chose, elle prenait une bonne bouteille dans cette petite épicerie française non loin de Central Park.

Alors qu’elle marchait dans la rue, la demoiselle se réchauffait les mains à travers ses gants en soufflant aux creux de celles-ci. L’effet espéré n’était pas au rendez vous mais Emy persistait à tenter de se réchauffer. Encore une fois elle n’avait pas trouvé de place près de l’épicerie et elle devait même traverser un pont à pied pour la rejoindre. Soudain elle aperçut une jeune fille un peu trop penchée au dessus de la barrière. D’ici Emy ne pouvait pas voir qu’elle tenait un appareil photo et donc qu’elle ne faisait ça que pour prendre des clichés. De suite Emy tenta d’utiliser son pouvoir pour voir si la demoiselle n’était pas en danger. Mais peu habituée à son utilisation, elle ne perçut qu’une grande tristesse sans savoir si ça venait bien de la jeune fille ou n’importe qui d’autre non loin d’eux. Car il ne fallait pas se mentir, il y avait du monde autour d’elle et elle n’était pas en condition excellente pour user correctement de son pouvoir. C’est pourquoi, même si elle n’était pas persuadée de cette grande peine était ressentie par la demoiselle, elle fonça droit sur elle. Elle ne voulait pas l’effrayer en l’appelant vu sa position sur le rebord mais d’un autre coté, si elle voulait vraiment sauter pour mettre fin à ses jours, Emy ne pouvait pas prévenir de sa venue, ça ne ferait que la pousser à agir plus rapidement. Ainsi elle opta par l’attraper fermement par la taille, bien décidée à ne pas la laisser faire une si grosse bêtise !

- On va s’éloigner doucement du bord ma belle, fais moi confiance…

Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Sam 1 Déc - 22:22

Elle voulait le cliché parfait! Elle ne se laissait aucune chance à l’erreur. Triste, dévastée et prise aux mains de la peur de perdre tous ceux qu’elle aime successivement, Ingrid voulait une photographie sans défauts ! Une lubie qui naissait et qui lui permettait de se détacher de sa peine. Le pire c’était qu’elle se trouvait égoïste lorsqu’elle pensait à MJ qui avait-elle perdu le père de ses enfants et l’un de ses enfants. Comment le vivait-elle ? Elle n’avait même pas pris le temps de lui poser la question. Elle devait lui envoyer un mail pour s’excuser et pour prendre des nouvelles, et peut être même se prévoir une soirée entre filles pour évacuer tout ça !

Son appareil photo était bien allumé, mais le tremblement de ses mains ne lui permettait pas de stabiliser l’objectif. Il fallait qu’elle s’appuie quelque part, qu’elle pose ses bras pour stabiliser le tout. Elle s’approcha alors de la rambarde, puis cala l’un de ses genoux entre deux barreaux, et se pencha afin de poser ses coudes sur la surface froide. Elle passa alors la cordelette de l’appareil autour de son poignet. On ne sait jamais un mauvais geste est vite arrivé et puis elle tremblait tellement que ça en devenait dangereux pour le petit appareil.

Ingrid allait alors prendre sa première photo : un nuage qui se reflétait sur l’eau, une hirondelle qui passait en raz motte, quand une femme parla à côté d’elle la faisant sursauter. L’adolescente avait les yeux remplis de larmes. Des larmes qui s’apaisaient avec la concentration de la photo, mais qui restaient toujours sous forme de perles au coin des yeux. Vivement, pour se dégager de l'étreinte que la fille lui avait imposé, Ingrid se retourna faisant face à la jeune femme. De quoi parlait-elle ?

« Hein ? Je ne vais pas me jeter, je prends des photos…Et ne me touchez pas s'il vous plaît! Je ne vous connaît pas, j'aime pas qu'on me touche... »

L’idée de ne lui était même pas venue à l’idée. Ingrid n’était pas suicidaire, après tout ce qu’elle avait vécu. Elle ne lutterait pas c’est tout. Quant à la confiance, ça non elle ne l’accorderait plus aussi facilement. Et ce, même si la jeune femme avait l’air très sympathique. Elle avait peur de souffrir en s’accrochant aux gens, elle avait peur de se faire trahir, elle avait peur de gérer une relation, quelle qu’elle soit. C’était dur pour l’adolescente de quinze ans qu’elle était, car elle se voyait déjà solitaire avec ses dizaines de chats, alors qu’au fond elle n’était pas de ce genre-là. Enfin, la tristesse qu'elle ressentait devait exacerber le côté de sa personnalité qui n’aimait pas être touché, si bien qu'elle s'était éloignée assez pour ne pas l'être à nouveau.

« Pourquoi aurai-je confiance en quelqu’un que je ne connais ? » comment a-t-elle à voix haute.

Elle observa la jeune femme blonde, le regard hagard. Son cœur était toujours serré par la douleur provoquée par la perte de Morgan. Elle le voyait derrière l’épaule de la fille blonde, comme une ombre planante, comme un ange gardien. Son regard s’arrondit alors dans cette direction.

« Morgan ? »

Son esprit lui jouait des tours. Elle voulait plus que tout le revoir, alors elle le voyait, comme s’il était un fantôme, mais il n’était pas là, ce n’était pas possible. Elle secoua la tête et se frotta les yeux, l’appareil photo qui pendait à son poignet se déclencha alors et prit une photo verticale du pont et du cours d’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Dim 2 Déc - 13:52

L’adolescente se dégagea vivement. Il fallait s’y attendre, Emy aurait réagi de la même manière si un inconnu l’avait enlacé ainsi. Mais la blondinette ne pensait pas à mal, bien au contraire, elle s’inquiétait pour cette jeune fille qui semblait si perdue. Ainsi elle prenait des photos. Emy se sentait ridicule, comment avait-elle pu croire si vite que la demoiselle était en danger ! Puis son pouvoir l’avait trompé, et ça elle ne s’y était vraiment pas attendue. Elle se laissa repousser et s’éloigna même d’elle-même en mettant les mains sur la bouche, totalement confuse.

- Oh mon Dieu, je suis désolée, vraiment, j’ai cru…

Comment avait-elle pu croire ça, sérieusement ? Stupide, voilà ce qu’elle était ! Elle s’en voulait terriblement, puis la jeune fille était tellement sur la défensive qu’Emy ne savait plus où se mettre. La jeune fille en face d’elle était perdue, encore bien plus qu’elle. La jeune femme était déstabilisée face à autant de crainte. Oui Emy usait malgré elle de son pouvoir et l’adolescente avait peur, ça elle en était sûre. Par contre elle n’arrivait pas à savoir de quoi, le manque de calme et de concentration en était la cause. Sa virulence déstabilisa Emy, évidement qu’elle avait raison de ne pas faire confiance. Mais la demoiselle était vraiment là pour l’aider, elle n’avait aucune mauvaise idée en tête, bien au contraire. Elle aurait pu partir, fuir cette situation embarrassante mais elle n’était pas de ce genre là, aider voilà pourquoi elle était faite. Et la psychologie n’avait pas été choisi au hasard, c’était vraiment sa voie. Puis c’était surement ce qu’elle ferait à Genome quand elle aurait de nouveau le courage d’y retourner. Elle ne voulait plus fuir, elle s’en rendait compte dans cette situation, ce n’était plus possible. Cette évidence la frappa de plein fouet. Elle n’était pas faite pour laisser les choses décidaient d’elle-même, il fallait qu’elle agisse sinon elle se sentait inutile, seule, et ridicule. Comment en était-elle arrivée là ? S’en vouloir autant pour des choses qu’elle ne contrôlait pas ? C’était pire qu’elle le croyait. La détresse de la fillette lui faisait se rendre compte qu’au final elle n’était pas si seule, pas si perdue, pas si…

Son nom ? Comment la demoiselle savait son nom de famille ? C’était incompréhensible. Se connaissaient-elles ? Elle semblait si tourmenter, c’était horrible pour une personne aussi empathique qu’Emy de voir ça sous ses yeux. Elle voulait l’aider, elle voulait prendre cette fille dans ses bras et lui dire que tout irait bien désormais, lui dire qu’elle n’était pas seule. Mais qu’en savait-elle au fond ? Rien du tout…

- Oui, c’est moi, c’est mon nom de famille : Emy Morgan. On se connait ?

La demoiselle ne se rendit même pas compte qu’au final l’adolescente ne la regardait pas elle quand elle utilisa ce prénom.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Lun 3 Déc - 11:49

Ingrid n'aimait pas qu'on la touche. Ce trait de caractère ne ressortait pas souvent, car le peu de gens qui avaient eu un geste envers elle c'était bien souvent pour l'aider ou parce qu'ils la connaissaient, ou encore parce qu'elle allait vers eux. Mais dans la rue, dans ce monde rempli de gens mal intentionnés, elle ne supportait pas. Encore moins lorsqu'elle était dans un moment de faiblesse comme celui-ci. La mort de Morgan était trop dure à supporter, même si elle ne pourrait pas le reconnaître aussi facilement à voix haute, et qu'on la touche ainsi l’oppressait. C'était comme si on lui avait soudainement coupé le souffle. Pourtant, lorsqu'elle vit la réaction de la jeune femme, atterrée comme elle l'était, Ingrid ne put rester froide et distante. Elle se rapprocha à nouveau.

"Non ce n'est pas grave, vous ne pouviez pas savoir. Et puis au final ça collerait bien avec mon état d'esprit."

Elle tint cependant à indiquer à la jeune intruse, que la confiance ne se donnait pas si facilement. D'autant plus lorsqu'elle devait être accordée à quelqu'un rencontré dans la rue. Jusqu'à présent, l'adolescente avait eu plutôt de la chance. Mais jusqu'à quand en aurait elle? C'était comme si la mort de son meilleur ami, couplé à la tristesse qu'elle avait perçu chez Mary Jane lui avait ouvert les yeux sur le monde. On peut être heureux et se faire trahir nombre de fois sans pour autant sans rendre compte et en souffrir encore plus après.

En réalité, Ingrid était complètement confuse. Secouée par l'enterrement, le double enterrement même, elle ne reconnaissait plus le monde dans lequel elle vivait. Elle désirait tant revenir à il y a quelques mois. Elle souhaiterait tant ne pas avoir perdu ses parents ! Mais sans cela, elle n'aurait pas rencontré ses amis actuels, ni même Keaton. Oui ce papa adoptif qui lui manquait tant. Alors, elle ferma les yeux quelques secondes, pour reprendre contenance. Et lorsqu'elle els rouvrit pour s'excuser auprès de la demoiselle, elle le vit.

Le visage de Morgan, derrière l'épaule de la jeune femme qui avait voulu l'empêcher de faire le saut qu'elle ne comptait pas faire. Elle observa, tranquillement silencieusement, le visage de son meilleur ami qui planait, si près d'elle. Elle ne se rendit pas compte qu'elle le nomma, et la jeune femme ramena Ingrid sur terre en quelques secondes. Celle ci se secoua la tête, comme pour faire partir la fausse image, et se reconcentra sur ... Emy, ainsi donc.

"Hein, Morgan, ah euh oui non, hein, ah non je savais pas. On ne se connaît pas."

Quelle belle bourde! Comment allait-elle expliquer à une inconnue qu'elle avait le même nom de famille que le prénom de son meilleur ami défunt qu'elle pensait avoir vu derrière elle. "X-Files, bonjour". Ou peut être "Asile psychiatrique, bonjour !". Ingrid pointa du doigt un endroit au dessus de l'épaule d'Emy.

"C'est à dire que j'ai cru voir mon meilleur ami... mais je suis stupide" finit elle par dire en soupirant d'une manière lasse, déçue et triste. Enfin, elle tendit la main à la jeune femme. Après tout elle venait de se présenter, alors Ingrid devait faire de même. Elle agissait plus par automatisme, que par réflexion sociale et logique.

"Ingrid Amelia... adolescente un peu cinglée suite à l'enterrement de mon meilleur ami..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Mar 11 Déc - 10:12

Emy ne comprenait plus vraiment ce qui se passait, la situation prenait une tournure très spéciale. La jeune femme avait rapidement entendu ses pensées sombres, c’est pourquoi elle s’était précipitée, sans réfléchir ! Elle ne se savait pas l’âme d’une héroïne et ce qui venait de se produire la poussait un peu plus dans ses retranchements. Elle avait toujours voulu protéger ses amis, sa famille, ses proches, mais jamais un inconnu. Le fait qu’elle était une adolescente si désemparée devait expliquer le pourquoi du comment. Mais Emy ne savait pas encore qu’un jour elle chercherait à aider toutes les personnes qu’elle croiserait, c’était sa nature profonde mais le monde actuel l’empêchait de s’exprimer librement. Elle regardait cette adolescente, un sourire se voulant rassurant, avant de comprendre qu’elle ne l’appelait pas. Morgan était son nom de famille et la jeune fille l’utilisait en prénom. Emy regarda intriguée la rouquine puis lança un regard derrière elle avant de voir qu’il n’y avait personne dans le champ de vision de la demoiselle. C’était très étrange, la belle blonde ne savait pas quoi penser. Est-ce que cette enfant avait besoin d’aide ? Elle ne savait pas, mais son comportement était très étrange. Et ses paroles l’étaient encore plus, elle s’embrouillait elle-même sans réussir à faire une phrase compréhensible. Ainsi elle ne se connaissait pas, Emy en avait presque douté mais maintenant qu’elle avait confirmation, elle y croyait. Puis elle lui expliqua qui elle croyait avoir vu derrière elle.

- Oh votre meilleur ami ? Il serait peut être bien de l’appeler pour rester avec lui, vous semblez si triste, il pourrait s’occuper de vous.

Emy ne voulait pas être maladroite mais elle se devait de faire comprendre à cette jeune fille qu'il ne fallait pas rester seule quand on était si fragile. Puis la jeune fille se présenta, laissa Emy dans une situation plus que périlleuse. Elle venait de lui proposer de rejoindre son meilleur ami décédé. Qu’elle était stupide ! Elle n’aurait pas pu faire mieux ! La culpabilité et la colère se mêlèrent en un instant provoquant un flux violent de pensées toutes emmêlées les unes aux autres. Elle appuya rapidement avec ses doigts sur sa tempe droite en poussant un petit « Aie ». Celui-ci lui avait échappé, elle n’aimait pas se mettre en scène ainsi, puis si quelqu’un devait être le centre d’attention à cet instant bien précis, c’était Ingrid. Mon Dieu qu’Emy s’en voulait d’être si sotte ! C’était impardonnable. Reprenant le dessus sur sa vilaine migraine, la jeune femme ajouta d’une mine sincèrement confuse :

- Oh mon Dieu, je suis désolée, je ne voulais vous mettre dans une situation si désagréable. Mais vous devriez quand même rejoindre un proche avec qui vous vous sentez en confiance, ne restez pas seule dans un moment pareil, croyez moi ! Vous voulez que je vous prête mon téléphone ?

La demoiselle cherchait à réparer les pots cassés en sortant son téléphone de son sac, mais évidemment rien n’était réparable. Elle ne pouvait que s’assurer qu’Ingrid ne se retrouve pas seule après un évènement si violent, surtout à son âge. Ceci replongea Emy dans son passé, quand elle perdit son cousin Nathan. L’épreuve avait été dure, c’était la première fois qu’elle perdait un proche. Elle regardait la jeune fille, pleine de compassion, sachant pertinemment ce qu’elle vivait à cet instant précis. On disait souvent que le temps atténué les choses, mais Emy se réveillait parfois la nuit pour pleurer, prise d’une grosse crise de panique face à la perte de Nathan. Ces choses là, rien ne pouvait les effacer mais elle se gardait bien de le dire à la pauvre adolescente.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Jeu 13 Déc - 6:55

Ingrid s’en rendait compte, elle devait passer pour une folle à lier. Mais voir ainsi Morgan, du moins croire le voir, derrière l’épaule de cette inconnue n’avait fait que lui tordre davantage le cœur. Il était décédé dans ses bras, cet ami loufoque qu’elle avait tant aimé. Si à leur rencontre elle avait pu imaginer qu’elle s’attacherait autant à lui, elle n’aurait jamais lutté pendant des mois contre sa mesquinerie, et aurait plutôt profité du temps qu’il leur restait. Mais personne n’est devin à ce point-là. Quoi qu’avec des capacités comme elle avait pu en voir, comme la sienne… Tout devait être possible au fond. Enfin, dans l’instant présent, ce qu’elle voyait n’était qu’un désir profond de son esprit, et de son cœur de voir devant elle son meilleur ami. Peut-être que lorsqu’elle était en danger elle le verrait. C’était glauque de penser ça, mais aurait tout donné pour le revoir lui et ses parents Mais jamais encore ses parents ne lui étaient apparus sous cette forme. Jamais elle ne les avait vu derrière l’épaule de Keaton, ou de Sonny ou de quiconque autre. Pourquoi ? Les oubliait-elle tout simplement ?

Puis la jeune femme dit quelque chose d’étrange. Rejoindre Morgan parce qu’elle avait l’air triste. Pouvait-on être moins triste dans la mort ? Elle ne le savait pas mais ce n’était pas vraiment sa préoccupation première. Ingrid, malgré tout tenait à la vie. Elle était encore jeune. Elle lui expliqua alors que Morgan était décédé. Qu’il fut mais qu’il n’était plus. C’est alors qu’elle s’agita. Ingrid transpercée par son chagrin, vit la joie blonde se masser les temps avant de reprendre contenance. Pendant ce temps l’adolescente s’était rapprochée dans le but de demander à la fille comment elle allait bien qu’elle l’avait devancé. Il ne manquerait plus qu’un autre personne meurt ou finisse à l’hôpital ! Elle se croirait maudite à coup sûre. Mais ce n’était pas le cas, et Emy voulait qu’elle aille rejoindre un proche.

« Pourquoi les inconnus qui me croisent quand je vais mal veulent toujours que j’aille voir un proche ? C’est stupide, on se sent pas mieux avec un proche, et je ne veux pas montrer mes faiblesses à mes proches, on s’apitoie assez sur mon sort comme ça ! … Non ce que je veux c’est prendre une belle photo du pont mais mes mains tremblent trop »

Et elle finit par craquer, littéralement, les larmes coulant à flot comme le jour de la mort de Morgan. Ingrid ne savait pas si cela s’arrêterait un jour. Elle se laissa glisser le long du poteau du pont suspendu et prit ses genoux recroquevillés contre sa poitrine dans ses bras. Elle observa alors Emy…

« Désolée de vous avoir fait peur mais vous n’y pouvait rien. J’ai juste besoin de pleurer… »

Les sanglots saccadaient sa voix, mais Ingrid tenait à s’excuser. Elle en avait assez, elle avait l’impression de n’attirer que l’inquiétude des gens qu’elle croisait, leur provoquant un souci inutile. Mais pour faire son deuil elle aurait besoin de pleurer tout son saoul, comme elle l’avait fait pour ses parents. Et dans quelques temps on pourrait lui demander : alors ça fait quoi de perdre trois personnes qui nous sont chères en six mois ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Lun 24 Déc - 14:52

Quand Ingrid se rapprocha pour s’assurer que la blondinette aille bien, Emy leva la main et fit un signe négatif avant d’ajouter qu’il n’y avait pas à s’en faire, qu’elle était souvent prise de migraine et que ce n’était pas grave. Autant ne pas inquiéter un peu plus cette enfant après tout ! Puis Emy n’allait pas raconter dès sa première rencontre qu’elle avait un pouvoir, ça aurait été de la folie pure. Qui pouvait vraiment croire à cette histoire mis à part aux gens comme elle. Elle se re concentra sur la demoiselle, essayant d’ignorer au mieux sa douleur.

Emy avait conscience que tout ce qu’elle ferait ne changerait rien à la peine de l’adolescente. Il n’y avait rien à faire à vrai dire mais son caractère l’empêchait de voir les choses ainsi. Elle tenait son téléphone, en vain, la demoiselle ne le prendrait pas, il fallait se rendre à l’évidence. La belle blonde se souvenait qu’elle aussi voulait rester seule quand elle avait perdu Nathan. Il était hors de question que ses proches la voient si mal, elle déteste se montrer si fragile. C’est pourquoi elle rangea son téléphone, sachant pertinemment qu’il ne servirait à rien. Puis Ingrid parla. Ce qu’elle disait reflétait parfaitement ce qu’avait pensé Emy quand elle était dans la même situation. Rien ne pouvait soulager et encore moins les proches.

- Je sais bien, vous avez raison mais je m’inquiète pour vous, au moins vous seriez en sécurité. Une photo ? Je vais vous aider, laissez moi faire !

Sauf que l’adolescente fondit en larmes. Emy ne savait plus quoi faire, c’était délicat d’assister à un tel désarroi quand on ne connaissait pas la personne. Mais il était hors de question de l’abandonner à son propre sort ! Ingrid se sentit obligé de s’excuser, ce qui fit sourire malgré tout la demoiselle. Il n’y avait pas de quoi être désolée, ces choses là étaient toujours mieux dehors qu’enfouies au plus profond de soi.

- Ne vous excusez pas, ce n’est pas grave.

Emy prit l’initiative de lui tendre la main pour l’aider à se relever. Elle avait une idée derrière la tête, c'est pourquoi elle ajouta :

- Laissez-moi-vous aider à prendre une photo.

Rapidement elle se posta derrière la demoiselle, étant plus grande qu’elle, et enserra les mains d’Ingrid déjà posés sur l’appareil. Doucement elle leva l’appareil, stabilisant les tremblements de l’adolescente. Si seule la photographie pouvait aider cette petite, Emy se débrouillerait pour qu'elle puisse prendre des photos.

- Vous êtes prête ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Mer 26 Déc - 12:24

Ingrid n’avait pas ressenti autre chose du de la tristesse et du vide depuis le 24 décembre. C’était comme si ces deux émotions s’étaient liées dans un sombre dessein et avaient chassé toute joie de son âme. C’était effrayant. C’était angoissant. Et plus encore, l’adolescente était perdue. Elle ne savait où elle allait, ce qu’elle devait faire et comment se comporter. Elle apprendrait à dompter sa peine, elle le savait, elle ‘lavait déjà fait, mais pour cela elle devait être seule, car nous étions toujours seuls face à nos émotions. C’est pourquoi elle précisa à Emy qu’elle voulait rester seule, qu’elle ne voulait pas que ses proches la voient ainsi, au fond du trou. C’était dégradant et elle se sentirait comme un petit insecte qui peut être écrasé à tout moment. Non elle devait se reprendre, mais paraît il qu’il faut arriver au plus bas avant d’atteindre cet accomplissement.

Emy voulait l’aider, elle le savait mais tout ce qu’elle voulait elle c’était prendre cette photo. Elle lui rappelait Morgan. Allait savoir pourquoi. De même qu’il était stupide de se borner sur cette satanée photo, puisque de toute manière elle ‘n’arrivait pas à la prendre. Elle était bonne a rien. Elle fondit en larme. Elle craqua, ses nerfs lâchaient. Ils avaient tenus plus ou moins jusque là, mais apparemment les larmes avaient décidé de couler à flot et maintenant. Ca lui faisait une belle jambe. Heureusement aussi qu’elle ne s’était pas maquillée ça éviterait l’effet gothique ! Elle finit par s’excuser entre deux sanglots. C’était normal. Offrir un tel spectacle à quelqu’un qui n’y pouvait rien et qui ne faisait que s’inquiéter d’une inconnue, ce n’était pas juste.

« Merci. »

Elle se releva, les jambes flageolantes. Elle avait son appareil photo dans la main. Il était tout ce qui lui restait de positif ces derniers temps. Même Maggie n’était pas très présente, elle avait son propre chagrin à gérer. Et Ingrid le comprenait, plus que sa nounou ne devait s’en rendre compte. Enfin nous n’en étions point là. Emy, la gentille et douce Emy, vint se placer derrière Ingrid et l’aida à stabiliser l’appareil. C’était adorable. La chaleur que dégageait le corps de la jeune femme lui apportait une espèce de baume au cœur. Comme si toute sa bienveillance se diffusait dans le corps de l’adolescente. Bam. Une photo de prise. Puis une deuxième.

« Je crois que c’est bon. » dit Ingrid en reniflant. Elle se dégagea de la prise qu’avait Emy puis elle la prit en photo.

« Pour ne jamais oublier le visage de la personne la plus bienveillante que je n’ai jamais vu. »

Et là quelque chose d’incroyable se passa. Ingrid serra fort Emy dans ses bras. En fait, elle avait besoin d’une étreinte, et sentir la gentillesse de la jeune femme à son égard alors qu’elles ne se connaissaient pas l’avait poussé à chercher le réconfort dans les bras de cette inconnue. C’était diablement imprudent, c’était complètement fou, mais Ingrid en avait besoin, et surtout elle n’avait plus peur de rien, comme si elle n’avait plus rien à perdre à présent. C’était à la fois terriblement désespéré et inconscient.

« Je ne sais pas si vous êtes psy, mais merci ! Et… je suis désolée Emy. Au fait tutoyez moi, j’ai que quinze ans… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Lun 7 Jan - 15:16

Emy regagnait peu à peu sa bonne humeur et sa joie de vivre. Voir une adolescente ainsi en détresse l’avait troublé, mais constater en contre partie qu’elle pouvait l’aider malgré l’épreuve qu’elle venait de vivre lui rappela ce qu’elle aimait faire par-dessus tout : aider ! Alors oui c’était minime, mais la demoiselle voyait que ça ne pouvait qu’être bénéfique. Au fur et à mesure qu’Ingrid prenait des photos, Emy se concentrait pour stabiliser au mieux les mains de la demoiselle qui tremblaient encore un peu. Le contact humain était la chose la plus importante sur terre, la plus bénéfique aussi. L’enrichissement auprès des autres était si primordial pour apprendre à se connaitre et se trouver des repères. Ainsi lorsque ces repères étaient déstabilisés, on ne pouvait que s’écrouler. Oui, le contact humain était le plus bénéfique mais aussi le plus destructeur. La belle blonde savait pertinemment qu’elle serait incapable de se couper du monde et vivre loin des autres. Et le choix pour la psychologie n’était pas un hasard, quoi de plus normal que d’essayer de comprendre le comportement humain. Elle avait cependant très vite ce qu’apporter l’autre à l’homme mais aussi les méfaits d’une mauvaise influence. Tout était relatif mais Emy était persuadée que le bonheur se trouvait auprès des autres.
Soudain Ingrid se dégageant en justifiant qu’elle avait terminé. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle la prit en photo pour la garder en souvenir.

- Hey ! Vous m’avez prise par surprise, je n’ai même pas eu le temps de poser ! Répondit-elle avec ironie.

Mais au fond la demoiselle était touchée, émue parce que venait de lui dire l’adolescente. Comment pouvait-on si facilement se laisser atteindre ? C’était déconcertant, mais tellement humain. Puis la jeune fille prit Emy dans ses bras, laissant celle-ci encore plus effarée. Le mal à l’aise s’effaça très vite lorsqu’elle décida de répondre à cette étreinte en la serrant elle aussi dans ses bras. C’était étrange comme situation, terriblement étrange mais bel et bien enrichissant. Voilà qu’une personne qu’elle ne connaissait p as lui apportait toute l’affection dont elle avait tant besoin ces derniers temps. Oui Emy avait des amis, mais personne à protéger, personne pour manifester ouvertement de l’affection, et Dieu seul savait comme elle en avait besoin. L’étreinte terminée, Ingrid la remercia.

- Ne me remercie pas voyons, c’est normal ! D’accord, je te tutoie mais seulement si tu fais pareil. Je ne suis pas ton ainée de beaucoup alors je pourrais me vexer si tu ne le fais pas. Et non je ne suis pas une professionnelle, même si je suis en 4ème année de psychologie. La Et toi que fais tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Mer 9 Jan - 6:57

La peine nous fait vivre, sans elle nous ne saurions pas si nous sommes en vie ou non. Enfin la peine va avec l’amour, les deux sentiments sans doute les plus importants qu’un homme puisse ressentir, avec la haine. Mais comme on dit, sans amour pas de haine ! Ingrid était une jeune fille passionnée, qui ressentait es choses à fond. Son amitié avec Morgan elle l’avait ressentie si intensément, qu’à présent elle se sentait vide. Sa mort avait écorché toute une partie de son être. Elle avait un manque. Elle n’avait pas besoin de le voir beaucoup à l’époque, mais savoir qu’à présent elle ne le verrait plus, qu’il n’était plus une option dans son téléphone en cas de problème, la détruisait de l’intérieur. Elle ne savait pas à quoi penser d’autre. Son sourire, son côté complètement loufoque capable d’offrir un string à une adolescente de quinze ans, sa détresse, son côté sombre, tout en lui manquait à Ingrid. Même ce côté martyr qu’il s’était donné à cause de Mary Jane. D’ailleurs Ingrid ne pouvait cesser de penser à elle aussi, qui aujourd’hui avait enterré un ancien amant père de ses enfants et l’un de ses jumeaux. C’était triste, et surtout c’était bien trop jeune pour avoir autant de pertes d’un coup. Mais l’adolescente était forte surement plus qu’elle, alors elle lui faisait confiance lorsqu’il s’agissait de refaire surface.

Refaire surface… Ingrid aussi devrait y arriver. Elle y était parvenue pour ses parents, avec l’aide de Keaton et de Sonny et aussi de Morgan… Mais cette fois-ci, Keaton n’était pas là, Sonny ne donnait pas de nouvelles et Morgan… Morgan n’était plus. Seule face à elle-même, l’adolescente avait terriblement besoin de cette photo. La photographie était son psychologue. C’était sa manière d’évacuer sa tristesse, sa colère, tous les sentiments négatifs qu’il y avait en elle. Elle prenait une photo qui représentait ce qu’elle ressentait et puis la regardait inlassablement comme pour y transposer son sentiment. Une thérapie par l’image et le silence. Mais voilà qu’aujourd’hui, ses mains tremblaient trop. Heureusement, Emy était intervenue. Gentille jeune femme inquiète pour la survie d’une pauvre adolescente qui ressentait tout bien trop intensément. Ou qui accumulait un peu trop les pertes. Et dans tout ça, il y avait Maggie, Maggie qui ne savait pas comment faire avec elle, Maggie qui ne se doutait pas une seconde de ce qu’elle ressentait. Ou du moins qui ne voyait pas tout car Ingrid lui cachait beaucoup de choses sachant son fiancé dans le coma. Bref, Emy, cette inconnue en qui elle aurait dû se méfier car elle ne la connaissait absolument pas, était là, elle lui maintenait les mains et l’aidait à prendre le cliché qu’elle souhaitait. En retour, Ingrid saisit l’instant sans prévenir la jeune femme.

« Vous n’avez pas besoin de poser vous êtes jolie au naturel ! »

Ce qui était parfaitement vrai. Et puis saisir un instant dans son action était bien plus enrichissant qu’attendre que la personne ne pose. Car au final, une personne qui pose ne transmet pas forcement son caractère, alros que par surprise, il y a plus d’émotions. C’est comme photographier une rivière. Lorsqu’elle est en mouvement, nous pouvons voir si son cours est rapide ou non, si des poissons sautent par-dessus les remous, elle est vivante. Si on l’arrêtait pour la prendre en photo, ce serait fade, il n’y aurait aucun intérêt. L’intérêt d’une photographie pour Ingrid était vraiment de reflétait la personne ou l’endroit à un instant précis. C’était tout l’intérêt des photos qui pouvaient être prise en de multiples occasions. Elles ne se ressembleraient jamais.

« Donc vous faites quand même de la psychologie. Ça doit être dur ? Moi je suis encore au collège. Je rentre au lycée l’année prochaine. «

Elle devait paraître terriblement jeune à sa sauveuse. Mais qu’importe, elle n’avait rien demandé de toute façon, bien qu’avoir Emy en face d’elle la rassurait. Elles s’étaient rencontrées sur un quiproquo, Ingrid était désemparée, au point de ne pas être très soucieuse de l’intérêt de la jeune femme pour elle, au point d’être encore plus naïve que d’habitude, mais elle avait la sensation qu’elle pouvait lui faire un minimum confiance.

« Tu crois que la peine s’arrêtera un jour ? tu crois que j’arriverai à avoir une vie normale un jour ? »

Ingrid avait toujours l’impression que ses aînés avaient réponse à tout, mais comment répondre quoi que ce soit, lorsque l’on ne connaît pas l’histoire de son interlocuteur ? Quoi répondre à part des phrases basiques, insipides et impersonnelles ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Ven 11 Jan - 18:52

Emy sourit face au compliment. Il était toujours agréable d’entendre dire qu’on était joli, d’autant plus si on lui assurait que c’était le cas au naturel. La demoiselle était pourtant modeste. Évidemment certain matin devant sa glace, elle allait se trouver mignonne mais il arrivait aussi que d’autres matins elle se sente beaucoup moins attirante. Tous ces sentiments étaient normaux, on ne pouvait pas s’aimer éternellement. Emy observait cependant qu’on pouvait se détester de manière continue. C’était étrange de voir à quel point l’homme pouvait être critique d’autant plus quand c’était avec lui-même. Elle la remercia d’un sourire.

La tendresse que lui apportait Ingrid à ce moment précis était saisissante. Totalement désemparée, Emy avait réussi à lui apporter un minimum de réconfort. La demoiselle se savait d’un naturel protecteur mais elle n’aurait jamais pensé pouvoir le faire avec de parfaites inconnues. Cependant c’était bien plus facile car la fille en face d’elle était une adolescente. Emy savait pertinemment qu’elle n’aurait peut être pas fait ça avec n’importe qui.

La jeune femme sourit quand Ingrid lui dit que la psychologie devait être dure. Elle ne la jugeait pas dur mais plutôt complexe et il fallait s’y invertir à fond pour réussir. Mais au final c’était pareil pour toutes les études.

- Disons qu’il faut fournir beaucoup de travail personnel. Elle marqua une pause songeant avec un léger sourire à ses années lycées. Son premier amour, c’était le souvenir le plus troublant car elle avait aimée, elle avait été heureuse mais elle avait aussi souffert. Reprenant la parole elle ajouta « Le lycée ? Profite bien de ces années là, tu garderas toute ta vie ces souvenirs. » C’était peut être une phrase bateau, mais Emy croyait à ce qu’elle disait, elle en était même sur et certaine. On était si proche de l’âge adulte mais avec encore un certain coté enfantin et le mélange des deux pouvaient être terrible si on n’apprenait pas à prendre du recul. Pourtant Emy n’aurait peut être pas dit non à un retour en arrière. Mis à part ses études, elle n’avait pas spécialement réussi. Sa vie amoureuse était catastrophique, son meilleur ami était à l’autre bout du monde, sa famille à l’autre bout de l’état. Puis plus on avançait, plus nos doutes étaient destructeurs comme si on ne pouvait plus se permettre de changer maintenant qu’on était adulte. Non elle n’aimait vraiment pas la manière dont tout était stéréotypés, bloqués et réducteurs. En disant ça, elle pensait évidemment à son histoire avec Kensie. C’était déstabilisant, la demoiselle ne pouvait pas s’avouer qu’elle avait été attirée par une femme. Non elle ne pouvait pas permettre qu’une telle chose se promette. Elle n’avait évidemment aucun problème avec les homosexuels, mais ça ne pouvait pas lui arriver à elle. Elle n’avait pas les épaules pour l’assumer pleinement et être heureuse.
Ingrid la sortit de ses doutes, et ce n’était pas plus mal. Elle lui demandait si la peine avait une fin. Emy se pinça le coin des lèvres face à la réponse qu’elle allait devoir lui apporter. Il ne fallait pas lui mentir, le mensonge était loin d’être une protection. Il fallait cependant prendre des pincettes, ne pas tout détruire. Cherchant ses mots, elle ouvrit la bouche, puis la referma. Avant de se ressaisir :

- Il ne faut pas raisonner comme ça. Évidemment que tu connaitras encore la peine, c’est un des sentiments humains les plus marquants, voilà pourquoi il est si dur à gérer. Mais il faut que tu gardes en tête qu’il y a plein d’autres choses qui te rendront heureuse. Concernant ta peine, elle s’atténuera pour toute fois revenir parfois, aussi violente et destructrice qu’au début mais le temps t’aura appris à prendre du recul et te ressaisir. Emy ne savait pas si elle avait été claire, mais elle ne voyait pas comment le dire autrement. Elle parlait en pensant à son cousin Nathan, qu’elle avait perdu il y avait 4 mois maintenant. Concernant la vie d’Ingrid, elle était encore plus incapable de répondre. « Ingrid, écoute moi, la vie c’est à toi de la construire, de lui donner un sens. Ne laisse de coté ta volonté, car c’est ça qui fait avancer. Elle était bien placée pour le savoir. Sauf qu’on pouvait aussi lui reprocher de se mentir à elle-même mais au final elle s’en sortirait surement avec le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Ven 18 Jan - 22:11

Ingrid, plus que d’accoutumée, était réceptive aux ondes positives que dégageait Emy, de son nom Morgan, comme son défunt meilleur ami. Etait-ce une coïncidence, ou bien un signe du destin ? Etait-ce Morgan qui s’exprimait, d’une certaine manière, au travers d’Emy ? La question demeurait, et l’adolescente n’irait pas jusqu’à évoquer cette idée avec la jeune femme. C’était délicat, tout comme il était étrange de croire voir son meilleur ami, tel un fantôme derrière l’épaule de la jeune femme. Symbolique, réalité, ou tableau parfaitement imaginé par un esprit en deuil ? Telle était la question.

En tout cas, la jeune femme faisait preuve d’une fine psychologie. Elle n’empêchait Ingrid de faire ce qu’elle voulait l’obligeant à rentrer chez elle comme beaucoup de gens le feraient. Le fait qu’elles ne se connaissent pas était-il un plus ? Peut-être… Elle se souvenait d’Elizabeth. Elle ne la connaissait pas mais elle avait insisté pour la ramener chez elle, alors qu’elle pleurait à ne plus pouvoir bouger. Finalement ce n’était peut-être pas la donner à prendre en compte. Ou peut-être que si. Tout dépendait des gens.

« Peut-être, mais je n’aime pas. Disons que je suis loin d’être la fille populaire. Et depuis mon séjour prolongé à l’hôpital, j’ai loupé la rentrée et on me regarde encore plus de travers. Ils savent que je suis orpheline, ils ont pitiés… Ces années sont déjà foutues pour ça. »

Crise d’adolescence ou trop plein d’émotions ? Quoi qu’il en soit, Ingrid en avait assez. Comme Emy le disait, ces années resteraient gravées à vie dans sa mémoire, et elles étaient déjà pourries jusqu’à la moelle. Se souvenir de ses quinze ans, reviendrait à se souvenir de trois décès, de solitude, de ballotage… Plus tard, elle en rigolerait peut-être. Mais plus tard…

Alors qu’Ingrid réfléchissait à tout ça, elle voyait qu’Emy aussi était en pleine réflexion. Son regard était perdu dans le vide, un peu comme celui de l’adolescente lorsqu’elle était en phase de coquille vide. Alors, Ingrid la sortit de ses songes. Enfin c’était ce qu’elle croyait, en lui demandant i la souffrance s’arrêterait un jour. Au fond, elle connaissait la réponse, mais elle aurait surement espérer qu’on lui dise le contraire. Qu’on lui dise qu’en fait il existait un médicament contre la douleur morale comme il en existait pour la douleur physique. Mais ce n’étaient que des illusions. Des espoirs de petite fille. Car Ingrid avait beau être une adolescente de quinze plus mûre que son âge, au fond elle ne perdait pas son innocence de petite fille, ses espoirs de petites filles. C’était ce qui la retenait de fuir.

Ingrid baissa la tête.

« Je sais, mais pour le moment je n’ai pas la force de la construire…Elle est nulle, je perds tout le monde… Je suis seule. C’est dur d’avancer seule. »

Son regard s’humidifiait à nouveau. Adolescente, elle était solitaire car douée à l’école et dans son monde de littérature fantastique. Elle avait perdu ses parents et aucun de ses soit disant amis n’étaient venus prendre des nouvelles. De retour au lycée, elle était l’orpheline. Elle avait certes gagné un Keaton, mais celui-ci était parti avec sa fiancée enceinte au Cap dans l’espoir de renoué la laissant aux mains de Dwayne son meilleur ami. Ils ne s’aimaient pas alors elle avait atterri chez Maggie. Et dans tout ça, elle n’avait plus un repère solide. Même Sonny ne lui avait plus donné de nouvelles. Heureusement, elle voyait Jayden le lendemain. Mais même avec elle ce n’était plus pareil. Surtout depuis qu’elle avait exprimé son sentiment envers Tussle. Enfin elle releva la tête.

« Je crois que je vais y aller Emy. »
Revenir en haut Aller en bas
Emy M.

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   Mer 30 Jan - 10:04

La jeune femme n’en cru pas ses oreilles, ainsi Ingrid avait perdu ses parents ? Le sort s’acharnait un peu trop sur cette adolescente. Emy ne pouvait pas lui enlever cette peine, il fallait apprendre à vivre avec. Mais comment pouvait-elle l’affirmer, elle qui avait encore ses parents ? Son cousin Nathan était partie bien trop tôt, bien trop vite et elle vivrait toute sa vie avec ce poids sur le cœur. Il était sensée s’atténuer, et ce n’était pas totalement faux, mais les moments soudain de détresse replongeaient n’importe qui dans ce fléau infernal qu’était la perte d’un proche. L’adulte en aurait voulu à la terre entière à ce moment précis et encore plus à une quelconque divinité si elle y avait cru car une si jeune fille ne méritait pas de perdre trois piliers. Car oui les parents, la famille et les amis étaient ce qui permettait de se construire, d’avancer malgré les difficultés dans la vie et de garder de l’espoir. Elle maudissait intérieurement le destin de s’acharner sur une innocente qui voyait sa vie bien mal commencer. La volonté et l’espoir restait ses seules armes contre la vie qui s’annonçait tumultueuse pour elle.  Emy se rendait soudain compte de toute la chance qu’elle avait, une famille aimante, des amis présents même si à l’autre du monde pour l’instant, une réussite dans ses études, un groupe sur lequel elle était certaine de pouvoir compter et des années lycées merveilleuses. Il fallait qu’Ingrid s’entoure des bonnes personnes, il n’y avait que ça qui pourrait lui tenir la tête hors de l’eau. La regardant dans les yeux sans vouloir manifester toute la compassion qu’elle pouvait ressentir à cet instant précis, Emy annonça de sa voix douce :

- Garde juste à l’esprit que la volonté, ta volonté, te fera toujours avancer. Les jeunes sont ingrats entre eux, la compassion n’existe pas, ils veulent juste qu’on entre dans le moule. Tu pars avec de l’avance pour l’avenir, tu ne jugeras pas les autres pour les évènements de leur vie et ça crois moi, c’est précieux, ça amène à de magnifiques rencontres riches humainement.

Elle ne voulait pas accuser la vie de chienne, non la belle blonde était bien trop optimiste pour ça mais elle ne pouvait pas se mentir, Ingrid n’avait pas eu le meilleur karma. Il ne fallait plus qu’espérer que les choses changeraient positivement pour elle. Alors que la demoiselle baissait la tête, Emy lui releva délicatement pour lui répondre :

- Ingrid, tu n’es pas seule, ils sont là dit elle en posant sa main sur sa propre poitrine, écoute moi bien c’est pas des conneries tout ça, c’est toi qui va continuer à les faire vivre, en te rappelant les moments heureux ou un peu moins, tout ce que tu as pu partager avec eux : la musique, les rires, la nourriture, les phrases cultes,… Les souvenirs sont une force que tu dois utiliser pour y repenser avec le sourire. La peine sera toujours là, mais bien plus douce si tu abordes les choses ainsi, n’oublie pas ça !

Elle savait de quoi elle parlait, le décès de sa grand-mère alors qu’elle avait 17 ans avait été sa première épreuve face à la mort. Et chaque petite chose de la vie qui lui rappelait la vieille femme était une bénédiction, une manière d’y repenser sereinement. Pour Nathan c’était encore un peu tôt mais elle savait bien que ça viendrait pour lui aussi.  

La jeune fille voulait y aller, ce qu’Emy comprenait parfaitement, ce n’était pas une journée facile. Elle hocha la tête pour lui faire comprendre qu’elle ne chercherait pas à la retenir. Elle lui demanda juste de lui promettre de ne pas se mettre en danger. Suite à quoi elle lui donna son numéro tout en lui demandant le sien : elle voulait revoir cette petite et s’assurer qu’elle avancerait plus sereine pour ce que lui réservait l’avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

My pain is nothing compared how much i miss you ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CENTRAL PARK-