..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Raise your glass ! and let me the scotch's bottle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Raise your glass ! and let me the scotch's bottle...   Dim 16 Jan - 20:26


scotch, you're my only love


Je pris mon porte-feuille et je me dirigeai vers la porte de mon bureau en maudissant Esteban Calloway, ce traître...
Il avait osé me lancer un ultimatum, me mettre au pied du mur... C'était soit sortir avec lui parce qu'apparemment, il avait besoin d'une soirée "entre hommes", soit prendre le risque de le voir filer. Oui, il m'avait menacé de quitter Genome. Je savais bien qu'il ne le ferait pas mais ça voulait dire ce que ça voulait dire : il voulait absolument que je sorte avec lui ce soir. Je n'en avais pas la moindre envie.
Une semaine que j'avais éparpillé ses cendres dans le bois où nous nous étions retrouvés un été, en vacances. Je savais qu'elle avait aimé cet endroit autant que moi. Alors j'avais voulu qu'il soit à elle et qu'elle soit ce bois à part entière. Pour l'éternité. Je repassais sans cesse le film de cette soirée dans ma tête et je n'arrivais toujours pas à comprendre. Enfin, si, je comprenais pourquoi elle morte morte : à cause de moi. J'aurais tout donner pour prendre la sienne.
Je sortis de mon bureau et je déambulai dans le couloir lentement, comme si les secondes que je perdais là ne seraient pas rattrapées dans ce bar... Comme je me fourvoyais complètement ! Esteban était aussi tenace que moi. Un brin de folie en plus peut-être. Alors s'il avait décidé que nous allions passer la nuit dehors à faire la "fête" entre potes, alors j'allais être contraint de le suivre dans cette aventure... Je tentais de me dire que ça ne pouvait qu'être une bonne chose pour moi, un moyen de reprendre le pas sur la vie et de recommencer à vivre.... sans elle... En avais-je seulement le droit ? Peut-être bien que non. enfin, je ne me le donnais pas, ce droit.
Mais j'avais encore le droit de faire plaisir à un ami. Parce qu'au fur et à mesure, c'était ce qu'était devenu Esteban : un véritable ami. Nous nous étions rapprochés ces derniers temps et depuis la mort de ma soeur, il avait été là. J'avais découvert une nouvelle facette de lui, un côté grand frère insoupçonné jusqu'alors. Au départ, je l'avais repoussé un peu, les deux premiers jours, m'enfermant dans ma solitude et mon mutisme. Mais il était tellement revenu à la charge que j'avais fini par laisser faire. Et je commençais maintenant à trouver ça normal. Alors peut-être que cette soirée n'était pas une mauvaise idée. Je n'étais pas sorti de Genome depuis une semaine déjà, je devais changer d'air...

Il m'attendait à l'entrée, un grand sourire affiché sur son visage, un sourire qui m'agaçait un peu : il semblait vouloir dire "tu vois mon pote, t'as pas pu résister à une beuverie et une soirée drague entre potes". Mouais... C'était à peu près le programme de la soirée, j'en étais certain. Je n'allais pas draguer, non. Je n'avais pas la tête à ça. Mais noyer mon chagrin et ma vie lamentable dans une bonne bouteille de whisky n'était pas un mauvais plan. Alors j'allais le suivre, ce type bien content de lui, content d'avoir réussi à faire sortir la souris de son trou, et passer ma soirée à l'observer séduire les plus belles femmes de Los Angeles tout en me saoulant comme le pauvre type que j'étais.
Au moins, je savais que j'allais sûrement trouver de quoi en rire au cours de la soirée. Je lui offris mon regard le plus sérieux, tentant de prendre une contenance sincère et peut-être même légèrement menaçante, avant de lui lancer :

« Ecoute-moi Calloway, ce soir, je suis là pour te regarder te pavaner, on est bien d'accord ? Et c'est toi qui paies la première bouteille, sinon je te jure que je retourne vite fait dans mon bureau. »

Je souris légèrement face à lui. C'était tout ce dont j'étais capable actuellement mais c'était sincère. Ce type, je l'appréciais vraiment. Il me connaissait et était là donc pour l'instant, c'était largement suffisant à mon goût.
Et puis s'il payait la première bouteille, je n'allais sûrement pas rechigner à payer la seconde... Peut-être même la troisième si la soirée s'allongeait jusqu'à devenir la nuit entière...