..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We are alone but together ... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: We are alone but together ... [Terminé]   Dim 16 Jan - 0:14


we are alone but together

Quinze heures trente. Le vol avait déjà vingt minutes de retard. Assis l'un de ces sièges en plastique tout à fait inconfortable, je torturais le pauvre journal que j'avais acheté une heure plus tôt pour m'occuper l'esprit. Je l'avais à peine survolé avant d'en faire une sorte d'objet pour m'occuper les mains pendant que mon esprit s'agitait de toutes parts. L'avion se déposa alors au sol, pendant que je me levais pour aller m'appuyer contre la vitre qui donnait une vue panoramique sur la piste d'atterrissage...

Quand j'avais reçu ce coup de téléphone deux jours plus tôt, ça avait été comme un électrochoc, une sorte de coup de jus qui m'avait renvoyé direct à la réalité. Le clan O'Hara venait encore de se réduire. Nous n'étions plus que deux désormais. Elle et moi. Quand j'avais entendu un faible "c'est Shannon", je n'avais fait le lien que part son fort accent irlandais. Shannon, notre cousine. Celle dont j'avais eu des nouvelles chaque mois environ grâce à Aby qui correspondait avec elle par mail. Cette gamine, je ne l'avais jamais vraiment appréciée. En fait, non. Ce n'était pas tout à fait ça : je n'avais jamais eu l'occasion d'apprendre à la connaître et elle était pour moi comme une étrange.
Mais aujourd'hui, les règles avaient changé : elle était la seule famille qu'il me restait. Et elle aussi, elle était seule désormais. D'après ce que j'avais compris, enfin, ce que j'avais décrypté dans son mail et dans le peu d'informations qu'elle avait bien voulu me donner, ses parents, mon oncle et ma tante, avaient été tués par des types que Shannon ne connaissait pas. Un cambriolage ayant mal tourné ? L'expérience me faisait plutôt penser au fait que le hasard n'existait pas : peut-être que le frère à mon père était comme lui, un mutant. Comme nous.
Enfin, je ne pouvais la laisser désormais. Nous allions être deux à faire perdurer la lignée des O'Hara. Cette vieille famille irlandaise dont nous étions les derniers représentants. Ça m'avait forcé pour le coup à remettre les pieds chez moi et à préparer une chambre pour elle. Et à songer à me réinstaller dans la mienne. Je n'avais pas dormi chez moi depuis le mois de mai.... Y retourner hier avait été comme une grande claque. J'y étais passé plusieurs fois mais en coup de vent. Là, je savais que c'était pour y vivre à nouveau. Je ne pouvais pas laisser ma cousine seule.

« Les passagers du vol en provenance de Dublin viennent de sortir de l'appareil »

Je pris le temps d'aller acheter deux sandwich et je me dirigeai vers la zone à bagages. Je la reconnus immédiatement : une crinière brune, un visage typique de notre famille... Je me pris à faire le parallèle entre cette jeune fille bel et bien là et ma soeur perdue. Je secouai la tête : ce n'était pas Aby et je ne devais pas me mettre de telles images dans le crâne.
Elle avait cependant quelque chose de différent, un petit détail sur lequel je n'arrivais pas à poser le doigt. Enfin bref. elle était là, autant se tirer de cet aéroport. Elle attrapa sa valise avec force et, à mon grand étonnement, avec facilité. Je me postai à ses côtés, lui prenant ses bagages en lui offrant les deux sandwich en échange : je n'avais pas faim finalement.

« J'espère que le vol n'a pas été trop chiant. »

Je lui fis signe de me suivre et je commençai à m'élancer vers la sortie sans plus de cérémonie. Peut-être aurais-je du la serrer dans mes bras, lui sourire, la rassurer. Mais voilà, je ne la connaissais pas alors j'avais du mal à savoir quoi faire et puis, je n'aimais pas agir ainsi si ce n'était pas sincère : à l'heure actuellement, elle était ma cousine parce qu'elle était la nièce à mon père, pas parce que je la considérais comme l'une de mes proches.
Nous marchâmes jusqu'à la voiture en silence. Je déposai sa valise dans le coffre pendant qu'elle s'installait à l'avant. Je fermai le coffre et attendis quelques secondes avant d'aller prendre place au volant. allais-je être assez fort pour m'occuper d'elle ? Elle n'était plus une gamine mais elle était seule. Et rien que ça, ça faisait toute la différence. Je savais que désormais, j'étais responsable d'elle. Qu'elle le veuille ou non, maintenant qu'elle était avec moi, j'allais la protéger coûte que coûte parce qu'elle était tout ce qu'il me restait.
Le voyage s'effectua dans le calme. doux euphémisme pour décrire le silence pesant qui avait régné dans le véhicule. De son côté, elle semblait encore sous le choc et puis elle dévorait le maigre repas que j'avais acheté; et du mien, je voulais attendre d'être arrivé pour aborder le sujet, non, les sujets qu'il fallait mettre dès le départ sur la table : Aby et ses parents.

Je garai la voiture devant l'allée menant à l'entrée. Je ne bougeai pas. Elle non plus, comprenant que j'avais à lui parler. Je devais tout dire maintenant comme ça, la digestion se ferait pendant qu'elle déballerait ses affaires.
J'avais toujours mes deux mains sur le volant alors que le contact était coupé. Je me tournai vers elle et je vis alors ce que je n'avais pas remarqué, ou ce que j'avais tenté d'occulte jusqu'à maintenant. Je vis toute la détresse dans ses yeux, toute sa haine. Et je me vis dans ses yeux. Je vis tout ce que je ressentais depuis des mois, tout ce que je ne pouvais exprimer, tout ce que les autres n'arrivaient pas à comprendre. Quelque chose se modifia dans la perception que j'avais d'elle : nous étions dans la même situation et surtout, nous étions semblables...
Je pris ses mains sans y réfléchir. Je les serrai doucement,

« Je sais ce que tu ressens. Crois-moi. Pour tes parents. Et je ne parle pas de la perte des miens. Ça remonte à longtemps maintenant... » Un frisson me parcourut de toute part. Une vague de tristesse m'envahit soudainement alors que depuis des mois, je me débrouillais pour réfréner le moindre sentiment, la moindre émotion. « ... je... j'ai perdu... Aby est morte.... »


_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Dim 16 Jan - 14:29

    Shannon avait pris le premier avion pour Los Angeles. C'était une première fois pour elle. Et sa déception fut à la hauteur de la peine qui la rongeait depuis quelques jours. Elle regardait défiler les nuages, même le ciel était sombre et semblait partager sa douleur. Rien ne se passait, tout restait calme et morne. Pourtant, elle ne voyait pas le temps passé, elle ne sentait plus ses membres engourdies. Elle ne remarqua même pas qu'elle s'était assoupie quelques minutes. Réveillée par une hôtesse qui lui proposait a manger, Shannon sentit son estomac se nouer. De nouveau, les larmes se mirent à couler le long de ses joues. Elle se leva de son siège, regarda avec mépris la femme qui s'était permis de la réveiller, et s'enfuit aux toilettes pour soulager sa tristesse en silence. Essuyant les dernières larmes qui mouillaient son tee-shirt, elle retourna à son siège pour l'atterrissage. Pendant quelques secondes, elle pensa au pilote, et garda l'espoir qu'il arriverait en douceur.
    Shannon descendit de l'avion, avec une lenteur de chat paresseux. Elle n'aimait pas cet endroit. Il était 15H30, et le ciel était couvert, le vent s'engouffrait dans sa veste et l'orage menaçait. Tout cela ne prévoyait rien de bon. Dans un léger soupir, Elle continua sa route. Shannon n'était plus vraiment elle-même depuis quelques jours. Elle ne cessait de croire que la mort de ses parents était sa faute. Peut-être que si elle n'était pas sortie, ou qu'elle était rentrée un peu plus tôt, ils seraient toujours en vie. Elle ne pouvait croire à cet instant qu'elle ne les reverrait plus. Elle ne comprenait pas la raison de ce crime, mais elle s'était jurée, et a promis à son amie de venger la mort de ses géniteurs. Tantôt en colère, ses muscles se tendaient et son corps tremblait. Tantôt triste, elle s'écroulait sous le poids de sa solitude. On pouvait voir ses yeux rougis par les pleurs, mais son visage restait impassible, comme si son âme flottait hors de son corps. Elle avançait machinalement, vers un destin qui changera surement sa vie. Elle ne remarquait pas les personnes autour, elle ne les regardait même pas. D'ailleurs, elle ne comprit pas comment elle avait pu arriver jusqu'à sa valise sans se rappeler de quoi que ce soit. Elle attendit que le tapis roulant finisse son tour, pour prendre avec souplesse ses bagages. Sans se retourner, elle sentit le regard de son cousin posé sur elle, il la dévisageait. Shannon, anxieuse et irritée, l'examina à son tour. Il n'avait pas changé, juste grandi pour devenir l'homme qu'elle vit a cet instant. Il avait ses cheveux mi- longs bruns, un regard qui vous déconcertaient. Il ressemblait beaucoup à Aby, sa sœur jumelle. Shannon respira un bon coup puis marcha, tentant de faire un sourire qui ressemblait plus à une grimace.

    « J'espère que le vol n'a pas été trop chiant. »

    La jeune femme n'avait jamais réfléchis aux salutations. Elle avait eu d'autres soucis. Mais là, son malaise la fit quelque peu bafouiller.

    « Je... Long surtout. »

    Voilà plusieurs années, 6 exactement, qu'elle n'avait pas revu son cousin. Le dernier souvenir qu'elle avait de lui, était son visage imperturbable pour l'enterrement de ses parents. Aujourd'hui il était le même, impassible. Mais à présent, Shannon ne pouvait plus jouée les fillettes timides et apeurées. En quelques jours, elle avait perdu toutes notions de la réalité et il fallait qu'elle revienne à elle, ne serait-ce que pour survivre. Aaron était la seule personne qu'il lui restait, la seule famille qu'elle aurait pendant les prochaines années. En guise de remerciement, elle fit un demi-sourire à Aaron qui lui tendit des sandwichs. Dans un gargouillement, on entendait l’approbation de son estomac. Elle n’avait presque rien mangé depuis la mort de ses parents. Elle le laissa prendre ses valises, et presque sauvagement elle entama le premier. Dans un silence pesant, ils se dirigèrent vers la voiture. Elle alla s’installer à l’avant côté passager tandis qu’il rangeait ses bagages dans le coffre. Elle interrompit son gloutonage et jeta un coup d’œil dans le rétroviseur. Il arrivait. Le voyage se fit sans un bruit. Tous deux n’avaient pas spécialement envie d’aborder le sujet tout de suite. Ils préféraient retarder l’échéance. Un peu d’insouciance, avant la vérité. Les paysages étaient tristes et gris. C’était la première fois qu’elle venait aux Etats-Unis, et elle regrettait déjà la verdure de Dublin, le train de vie calme des irlandais, leur courtoisie. Ici tout était gris, tout était grand, bien trop grand. Elle jeta un regard furtif a son cousin, et se demanda si elle trouverait du réconfort dans ses yeux. Il semblait aussi déconcerté, haineux et triste qu’elle.
    Il gara la voiture devant l’allée et coupa le moteur. Ils se dévisagèrent quelques secondes attendant avec amertume les mauvaises nouvelles de l’autre. La gorge de la belle se noua, ses yeux se mouillèrent. Aaron ressemblait également au père de Shannon, ils avaient le même regard, les mêmes lèvres. Une bouffé de culpabilité se mit à ronger Shannon. Il fallait qu’il parle avant qu’elle craque la première. Et tout à coup, Aaron prit les mains de la jeune femme et les sera entre les siennes. Elle n’eut pas le temps de les retirer qu’il se mit à parler d’une voix étranglée

    « Je sais ce que tu ressens. Crois-moi. Pour tes parents. Et je ne parle pas de la perte des miens. Ça remonte à longtemps maintenant... » Shannon, effrayée, tentait de retirer ses mains, jusqu’à ce qu’il se mette a trembler et lui avouer le nouveau drame. « ... je... j'ai perdu... Aby est morte.... »

    Shannon cessa de se débattre et s’écroula dans son siège. Il ne restait plus qu’eux deux, ils étaient les derniers de la lignée des O’Hara. Sa cousine n’était plus là, elle allait devoir vivre seule dans cet enfer avec Aaron. Elle sentit les larmes débordées une fois de plus. Elle se tourna vers lui, et regarda son visage déformé par le désespoir. Elle ne le connaissait pas, et pourtant ils ressentaient la même détresse. Dans un geste qui se voulait rassurant, Shannon prit son cousin dans ses bras et lui murmura dans un sanglot :

    « Je suis désolée pour ta sœur, désolée que tu aies dû affronter tout cela seul. Je suis la maintenant… »

    Shannon était terrifiée, mais essayait de ne pas le montrer. Elle voulait s’enfuir à toute vitesse mais elle ne pouvait pas. Elle était désormais reliée à son cousin, et elle allait devoir l’aider. Ils en auraient tous les deux besoin. Elle se retira puis le regarda. D’un revers de la main, elle essuya les larmes sur les joues de son nouvel allié et sortit de la voiture pour respirer un peu d’air frais.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Lun 17 Jan - 18:19

Je ne savais pas comment décrire ce que je ressentais alors qu'elle venait de claquer la porte de la voiture. Sentir ses bras autour de moi avait eu le genre d'effet qu'Aby pouvait produire en me touchant. Shannon m'avait serré dans ses bras et ça m'avait fait un bien fou. Je pris conscience que malgré le fait qu'elle me soit totalement inconnue, il y avait chez elle quelque chose qui faisait que je l'aimais. Oui, c'était ça; sûrement la puissance de la famille ou une connerie du genre. Pourtant, je me souvenais parfaitement des cours de philosophie et du scepticisme permanent sur les instincts de l'être humain qui n'étaient en fait que des leurres : l'instinct maternel, l'amour familial, etc... Mais en même temps, c'était le côté emmerdant de la philo : tout prouvait que ces instincts étaient des inventions de l'homme et tout prouvait en même temps qu'ils existaient... C'était un peu ce débat qui animait une toute petite partie de mon esprit.

Elle était sortie en pleurant et mon estomac me faisait comprendre que ça ne me plaisait pas. Il y avait une sensation tout à fait désagréable qui trottinait en moi alors que je la regardais... Elle observait le jardin, immobile, me tournant le dos. Elle me ressemblait en ça : ne pas pleurer devant les autres, garder ses émotions pour soi, faire d'un moment de faiblesse quelque chose de pudique, de personnel. Peut-être que c'était ça qui faisait que nous n'avions jamais été proches et surtout, que nous n'avions jamais pris le temps de nous apprécier. Dans mon esprit, elle avait toujours été la gamine chiante et beaucoup trop bavarde, même insupportable. Celle avec qui je n'avais jamais pris la peine d'être patient parce que rien que son regard me donner envie de la fuir. Pas par peur de devoir affronter une gamine bornée et emmerdante : je venais de me rendre compte que j'avais simplement fui celle qui devait sûrement me ressembler le plus.
Aby et moi avions toujours étaient différents. De faux jumeaux et ça avait été le deal : nous nous complétions parfaitement, remplissant les lacunes de l'autre, ou creusant un fossé en nous pour faire de la place à l'autre. Ça avait été une fusion parfaite, nous aurions pu ne faire qu'un. Elle était tout mon contraire mais nous nous comprenions à chaque fois. Si je n'avais jamais pris le temps de m'approcher un peu de Shannon, c'était parce qu'elle me renvoyait l'image de moi-même au même âge. Je venais enfin de comprendre ça dans ses yeux, sa façon de s'exprimer, de se comporter... Et ça me mettait mal à l'aise. Mal à l'aise parce que je me détestais. Je ne supportais plus de vivre en étant moi, le monstre qui avait tué sa soeur et dix-sept autres personnes par la même occasion. Peut-être pas directement, certes, mais c'était moi, moi qui avais provoqué tout ça. Et voir en elle une part de moi ça me faisait peur. Peur parce que je me cachais de moi-même depuis ce terrible soir et que là, j'avais Shannon pour me forcer à voir tout ça. Heureusement, elle n'en était pas consciente. J'espérais qu'elle n'en serait jamais consciente d'ailleurs.

Je retirai la clé du contact et pris lentement mes affaires. J'inspirai un grand coup pour me donner du courage : la fin de la journée allait être longue et pénible mais il allait falloir passer par là pour être débarrasser des mauvaises choses et repartir sur de bonnes bases. J'allais devoir retrouver cette grande maison vide de son rire, de ses affaires trainant n'importe où, de sa cuisine expérimentale et souvent dangereuse, de sa bonne humeur contagieuse... J'allais devoir apprendre à vivre avec Shannon sans Aby, à accepter que ce soit elle que j'allais avoir à mes côtés désormais.
Et c'était dur. Mais je n'étais pas le seul à souffrir alors j'allais devoir faire avec. Et puis, je devais penser à elle aussi : elle venait de perdre ses parents alors que j'avais déjà deux mois de deuil derrière moi. Elle quittait son pays alors que j'étais ancré à UCLA depuis pas mal de temps déjà. Et surtout, elle débarquait là où sa seule connaissance était son cousin qu'elle ne connaissait même pas d'ailleurs.
J'ouvris la portière et sortis de la voiture en la refermant derrière moi. Je sortis ses affaires du coffre et la rejoignis. Je restai là, quelques secondes, à ses côtés, sans même la regarder. J'observais moi aussi la maison. Quelque part, son appréhension du changement se mêlait à la mienne. Je n'avais pas dormi là depuis la mort d'Abigaël et elle, elle n'avait pas vécu ailleurs que chez ses parents. « Viens, on y va... » Dans cette maison mais aussi, dans l'inconnu et la peur qui s'en dégageait un peu plus à chaque instant. Peut-être qu'à nous deux, avec nos histoires similaires, notre famille décimée et notre air de survivants malheureux, nous allions réussir à nous reconstruire et à colmater ses trous béants laissés dans nos vies par ceux qui étaient partis. Peut-être qu'à nous deux, nous allions réussir à avancer à nouveau et qui sait, peut-être un jour, à voir à nouveau de la lumière éclairer le chemin de nos vies...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Ven 21 Jan - 11:59

Il arrive parfois que la vie ne fasse pas de cadeau, qu’elle exprime son mécontentement par de la jalousie. Elle envoie valser tout ce qui lui semble bon de se débarrasser. Elle met au grenier, ou au paradis, toutes les personnes qui se mettent en travers du chemin qu’elle avait dessiné. Beaucoup d’humains parlaient de destin. Beaucoup d’entre eux étaient naïf et préféraient croire que les malheurs dont ils étaient victimes étaient prédits. Ainsi, leur deuil était plus paisible, ils ne voyaient plus la part de responsabilités qu’ils avaient dans leur futur, et celles qu’ils avaient dans le futur des autres. Tout paraissait plus simple a accepté, si cela devait se passer ainsi, c’est Dieu qui l’avait voulu. Mais dans le monde de Shannon, il n’y avait rien de tout cela. Elle se refusait de croire que sa vie qui avait été si belle jusqu’à présent ait basculé par la seule force du destin. Elle pensait que notre avenir était fait de choix, et construit sur nos décisions, aucunes puissances divines n’avaient le droit d’imposé sa volonté dans la vie des individus. Et pourtant, une chose invraisemblable, dont Shannon se sentait en quelque sorte responsable, venait de se produire. Ses parents, ainsi que sa cousine, avaient disparu. Ils avaient laissé derrière eux deux âmes solitaires, qui étaient perdues. Ils avaient laissé derrière eux deux personnes dont l’esprit serait a jamais briser par cette souffrance impromptue. Aujourd’hui, ils étaient réunis pour une raison que Shannon voulait rationnelle. Elle avait toujours été rationnelle. Dès son plus jeune âge, elle n’avait jamais aimé la magie, et en trouvait toujours les secrets et les astuces. Elle n’avait jamais cru aux fées et aux monstres dans le noir. Elle n’avait jamais craint l’invisible, elle ne croyait que ce qu’elle voyait. Pourtant, elle se trouvait là, devant la maison de son cousin, aussi perdu que lui. Il n’y avait aucunes solutions rationnelles à cela. Tout était allé beaucoup trop vite pour que Shannon trouve la chose qui trahirait son irrationalité. Elle n’avait pas eu le temps de trouver le secret de la vie pour qu’elle puisse la démasquer. Elle était désemparée face à son avenir qui avait été détruit. Plus rien ne serait comme avant. Cette idée la terrifiait, et pour la première fois, Shannon était effrayée par cette sensation invisible, cette douleur qu’elle n’arrivait pas à définir. Elle ne pouvait que la ressentir, rien d’autre. Elle ne pouvait que subir.

Elle sentait dans ses cheveux le vent froid, et imperturbable. L’Irlande allait lui manqué. Ici, il n’y avait rien de vert, tout était brûlé par le soleil. Le côté sauvage de son pays natal allait réellement lui manqué. Ici, il n’y avait que des bâtiments, des magasins, des rues grises qui n’en finissaient pas, des individus qui couraient dans la rue stressés par leur travail. Tout puait la souffrance, et l’imperfection. En Irlande, la vie était présente jusque sur les pans des maisons. Des plantes grimpantes s’accrochaient au mur, des parcs au milieu de maisons étaient imposés pour un peu plus d’air frais. Tout était différent. Souvent, on lui avait dit que Los Angeles était baigné de soleil, que le temps était idéal. Mais aujourd’hui, tout semblait lourd. L’orage grondait, le ciel était noir, mais il ne pleuvait pas. Il y avait cette tension électrique dans l’air qui faisait hérisser l’échine de Shannon. Les pluies, c’est cela qui allait surement lui manqué le plus.
Perdue dans ses pensées, Shannon en avait oublié son cousin qui était toujours dans la voiture. Elle le sentait inquiet et retissant. Pour lui aussi, la situation devait lui sembler étrange. Shannon respira un bon coup, et tenta de jeter un coup d’œil en arrière. Mais quelque chose l’en empêcha, la culpabilité surement. Elle se sentait à la fois coupable et remerciante. Coupable, par le simple fait qu’elle s’imposait alors qu’il était en deuil. Remerciante, parce qu’il l’acceptait sans lui poser trop de questions. Elle ne savait plus où elle devait allée, et il restait a ses côtés, du moins pour le moment. Comment vivrait-il le caractère exaspérant et agaçant de la belle ? Supporterait-il ses mauvaises manies qu’elle aimait tant ? Dans leur enfance, ils n’avaient jamais été proches, jamais ils ne s’étaient appréciés l’un l’autre. Et les voilà aujourd’hui, enchainés et prisonniers de leur douleur qu’ils devront partager. Shannon fixa la maison du regard. Aaron vint à ses côtés. Ils étaient tous les deux réunis face à leur avenir, tendus et anxieux

« Viens, on y va... »

Au son de sa voix, Shannon tourna son visage pour le regarder, l’appréhension qu’elle lisait dans son regard la dérouta. Il paraissait impatient et frustré d’entrer dans cette maison. Shannon soupira, voilà la première difficultée. Elle ne s’était pas doutée une seconde que c’était leur maison, celle d’Abby et d’Aaron, en fait elle n’y avait même pas réfléchi. Ils avaient vécus ensemble, pendant des années ici. Et elle, elle débarquait de nulle part prenant la place de sa cousine. Aaron avait pris ses affaires, et les avaient posé à ses pieds. Elle se tourna vers lui et fit un demi-sourire.

« - Sinon, on pourrait aller boire un verre quelque part ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Dim 23 Jan - 16:47

Comme ça me tentait ! J'aurais préféré mille fois plus me retrouver au milieu de personnes inconnues, dans un lieu bondé où la chaleur était bien trop étouffante pour être réellement supportable. Mais voilà, il fallait que je le fasse une bonne fois pour toute, il fallait que je m'habitues à cette vie sans celle. La présence de Shannon me rappelait qu'il était peut-être grand temps de faire mon deuil et d'accepter que la vie sans elle pouvait continuer.
Mais est-ce que c'était réellement possible ? Est-ce que j'étais capable de vivre sans mon double féminin, sans cette fille qui me complétait parfaitement ? Je n'y croyais pas. Je n'y croyais toujours pas même deux moi après. Par contre, avec le temps, cette impression de ne plus pouvoir vivre sans elle était érodée : elle se faisait légèrement moins pesante que deux mois auparavant. Alors, je préférais me dire qu'un jour, je finirais par y arriver.
Je lui rendis son petit sourire : l'image de la petite peste irlandaise allait-elle elle aussi s'estomper ? Parce que c'était tout ce que j'avais retenu de cette cousine que j'avais trop peu vu finalement. Nous ne nous connaissions absolument pas et nous allions nous retrouver à vivre ensemble. Au fond de moi, je savais que ça allait être très dur. Et surtout, j'allais devoir me débrouiller pour la tenir hors de Genome et la protéger coûte que coûte : il était hors de question que je la laisse filer à jamais elle aussi. Je n'étais pas encore sûr d'apprécier sa compagnie mais elle était la seule famille qu'il me restait désormais, mon seul et unique port d'attache alors je devais m'y raccrocher.

Je repris les valises et demandai une bonne dose de courage à mon cerveau pour être capable d'avancer, pas après pas, jusqu'à cette porte. J'étais revenu quelque fois pour mes affaires mais là, ça sonnait différemment : je revenais pour de bon. C'était effrayant parce que ce que j'allais découvrir derrière cette porte était une nouvelle vie.
Je tournai ma tête vers Shannon une nouvelle fois. C'était fou ce qu'elle me faisait penser à Aby, avec son regard trahissant sa force et sa faiblesse. Elle lui ressemblait tout en étant totalement différente. Qu'allait donner tout ça ? Du bon ? Du mauvais ? Peu importe, il fallait y aller et voir.

« Il faut qu'on le fasse, tu sais ? Repousser l'échéance ne sert à rien. Tôt ou tard, il faudra qu'on se confronte à l'inconnu et qu'on accepte qu'on est plus que deux... » Ça sonnait tellement grave, tellement dur que je fis une pause, pour déglutir et oublier deux petites secondes ma tristesses. Impossible bien sûr : j'étais trop touché encore par tout ça pour ne y penser. Tant pis, j'allais trouver d'autres moyens pour oublier : un coup de fil à Calloway et la tournée des pubs commencerait. « Et puis je dois avoir ce qu'il faut côté verre à l'intérieur. Du pur Scotch irlandais que mon père adorait importer directement de Cork et pour toi... hum... peut-être de quoi faire de légers cocktails, rien de bien extravagant : tu n'es pas encore majeure alors je ne veux pas non plus te dépraver... » Je lui fis un clin d'oeil et me tournai à nouveau vers la maison.

J'inspirai longuement puis je me mis en marche. Lentement, faisant peser chacun de mes pas sur le sol, comme pour marquer l'instant. Je devais faire sonner ça comme un nouveau départ, du positif : la seule image que j'avais en tête était le trou béant qu'elle avait laissé en disparaissant et je voulais la remplacer par une image de joie. Si la joie pouvais un jour revenir animer mon esprit. Je voulais y croire même si j'avais beaucoup de mal.
Peut-être que je devrais un jour parler de Genome à Shannon parce qu'après tout, j'y passais énormément de temps. Mais était-ce nécessaire de le faire tout de suite ? Non. Non tout simplement parce qu'elle venait de voir sa vie bouleversée d'un seul coup et qu'elle n'avait pas besoin d'apprendre qu'un gène stupide mettait un peu le bordel dans le programme génétique de certains êtres humains et que cela créait des monstres. Enfin, quelques monstres vu qu'il y avait des gens très bien. Encore aujourd'hui, je me classais dans la catégorie des monstres. La catégorie des assassins, des types dangereux, des types à enfermer. C'était peut-être pour ça que j'avais passé autant de temps enfermé dans mon bureau à Genome : pour me protéger mais aussi pour protéger les autres.
J'avais du me faire une raison ce soir-là : je ne pouvais pas protéger tout le monde et surtout, j'étais un danger pour eux...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Dim 30 Jan - 9:26

    La tension se faisait ressentir. Et Shannon se sentait de trop, elle n'aimait pas prendre la place des autres, elle ne voulait pas remplacer Abby. Et pourtant c'est ce qu'elle faisait. Elle allait commencer par s'installer avec Aaron, puis prendre un rythme de vie avec celui qu'elle connaissait a peine, et reconstruire sa vie en fonction de d’un être qu’elle n’avait guère apprécié il y a fort longtemps. Non, elle n'aimait pas s'imposer dans la vie qu'une personne. Mais lorsqu'elle regardait Aaron, lorsque ses yeux trahissaient son désespoir, et lorsqu’elle sentait son hésitation, Shannon ne réfléchissait plus. Il fallait qu'elle reste à ses côtés. Il fallait qu’elle le soutienne. Elle se sentait prisonnière de ce nouveau monde, prisonnière de cette peine et de cette nouvelle sensation d’impossible. Sans Shannon, Aaron ne résisterait pas. Sans lui, elle ne résisterait pas. La jeune femme avait horreur de dépendre de quelqu'un. La dépendance, c'était la soumission. Autrefois, elle avait toujours gardé une certaine indépendance, même si elle habitait encore chez ses parents. Ces derniers la laissaient faire ce qu'elle désirait, tant qu'elle les avertissait. Son monde, elle l'avait construit, petit à petit de ses propres mains. Malheureusement, il y a quelques nuits, son monde s'était écroulé devant ses yeux. Des monstres l’avaient détruit et elle ne pourrait jamais revenir en arrière. La seule base solide qu'il pouvait lui rester était Aaron, mais même lui était effondré, même lui paraissait épuisé par ce combat contre le néant. Il reprit de nouveau les valises, et dit dans un son qui trahissait sa frustration et sa sensibilité :

    « Il faut qu'on le fasse, tu sais ? Repousser l'échéance ne sert à rien. Tôt ou tard, il faudra qu'on se confronte à l'inconnu et qu'on accepte qu'on est plus que deux... »

    Shannon soupira un bon coup, respira profondément, et sourit a son cousin de nouveau. Après tout, inutile de compliqué les choses, inutiles de les rendre encore plus difficiles. L'inconnu. Shannon n'en avait jamais eu peur, au contraire, elle aimait les nouveaux défis, elle aimait découvrir tout ce qu'elle ne connaissait pas. Pourtant, elle tremblait, de froid espérait-elle, de peur comme lui criait son esprit. La peur lui tordait le ventre et embrouillait ses idées. Elle ne savait pas ce que sa nouvelle vie lui réservait, et toutes ses questions qui tournaient dans sa tête ne lui laissaient aucun répit. Elle n’arrivait pas à réfléchir sans devoir penser au chagrin que lui infligeait le décès d’Abby et de ses parents. Il ne serait plus que tous les deux, seuls, contre le reste du monde. Du moins, c’est ce que la jeune fille croyait…

    « Et puis je dois avoir ce qu'il faut côté verre à l'intérieur. Du pur Scotch irlandais que mon père adorait importer directement de Cork et pour toi... hum... peut-être de quoi faire de légers cocktails, rien de bien extravagant : tu n'es pas encore majeure alors je ne veux pas non plus te dépraver... »

    L'alcool, l'oubli. Ca paraitrait peut-être plus simple pendant quelques instants, mais le lendemain, en plus d'un mal de tête déroutant, tout redeviendrait normal, la difficulté de survivre serait de nouveau présente. Shannon se souvenait de ses premières extravagances. A la fois un bon et un mauvais souvenir. Elle avait seulement 15 ans quand ses amis et elle était sortis. Ils avaient fait la tournée des bars. En fait elle a toujours eu des amis plus vieux, elle ne supportait pas les personnes immatures de son âge. La tournée des bars était une sorte de tradition irlandaise. Tout le monde y passait. Personne n'avait le choix. Discrètement, ses amis l'avait fait boire, et rapidement l'alcool faisait son effet. Ses membres étaient engourdis, sa tête tournait et ses pensées divaguaient. Elle avait réellement aimé cette sensation, d'être la reine du monde... Jusqu'au moment où son estomac n'avait plus supporté d'avoir tant de liquide d'un coup. Elle ne contrôlait plus son corps, elle n'arrivait plus à marcher seule. Son meilleur ami l’avait soutenu, et l’avait ramené chez lui pour que ses parents ne se rendent compte de rien. Le lendemain, elle ne se souvenait plus exactement de tout. Malgré son mal de ventre, et de tête, elle en gardait un bon souvenir. Cela l'avait calmé un certain temps bien-sûr, ses parents ne l'avaient jamais su. Mais en bonne irlandaise, elle avait recommencé sans tomber vraiment dans l'excès. Petit à petit, il fallait de plus en plus d’alcool pour que ses effets se produisent sur le corps de la belle irlandaise.
    Alors, elle eut un sourire en coin lorsque son cousin fit retentir ses paroles. pensait-il vraiment qu'elle était novice ? Au contraire, elle était peut-être un peu trop avancée pour son âge. Elle se demandait même, avec un brin de prétention et d’insouciance, si son cousin tiendrait vraiment le rythme étant donné qu'il n'avait pas été en Irlande depuis un long moment.

    « - Tu devrais plutôt inversé les rôles. Contrairement à toi, j'ai toujours habité l'Irlande. Et là-bas la majorité est finement ignorée dans les bars... »

    Elle lui sourit de plus belle. De l’insouciance, et elle allait pouvoir oublier pendant un certain temps tous les problèmes dont elle avait été victime ses derniers temps. Elle lui prit une de ses valises. Elle était une fille, certes. Mais elle n'aimait pas qu'on la traite comme plus faible. Elle était forte, même si à cet instant tout ce qu'elle voulait c'était oublié cette situation plus qu'étrange.

    « - Allons-y ! »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Sam 5 Fév - 22:26

Je levai un sourcil, ne m'attendant pas du tout à ça. Se pouvait-il que ma jeune cousine, celle que j'avais toujours vue comme une petite fille chiante mais innocente, ait un meilleur levé de coude que le mien ? Non. Impossible. J'étais bien trop doué dans cette discipline (et puis l'âge faisait que l'expérience était plus grande chez moi) pour qu'elle puisse me battre. Et puis de toute façon, je ne voulais même pas savoir...
Je venais de prendre conscience d'un autre aspect de cette nouvelle vie : elle était plus jeune que moi et je m'en estimais déjà responsable. Alors, il était tout à fait hors de question qu'elle s'entraine à cette discipline dans les bars de la ville. Oui, elle restait bien la gamine de huit ou dix ans à mes yeux et c'était bien comme ça, voilà tout. Je prenais alors toute l'ampleur de la situation en pleine tête : j'allais passer ma vie à m'inquiéter pour elle... Et si la gamine insupportable s'était en fait transformée en une jeune femme fougueuse mais surtout rebelle et intenable ? J'en avais déjà des migraines. Je décidai de penser à tout ça plus tard, histoire de laisser mes neurones tranquilles encore un peu plus longtemps, pour ne pas imaginer tous les scenarii de débauche trop vite...

Nous étions face à cette porte. Je mis la clé dans la serrure et la tournai d'un coup sec, pour que ça passe plus vite. J'actionnai la poignée puis me laissai envahir par la fraîcheur émanant de l'entrée. Les rideaux étant tous tirés depuis des semaines, la chaleur pesante de l'été n'avait pas réussi à s'immiscer de façon efficace dans la demeure familiale. Ça aurait du être salvateur mais voilà, cette froideur me rappelait le grand vide qui régnait désormais ici et c'était dur. Très dur. Tout me rappelait qu'elle n'était plus là, tout me rappelait que la vie sans elle ressemblait à un immense lac gelé : froid et immobile, comme suspendu dans le temps. C'était ce que je ressentais depuis mai et ça allait sûrement durer encore un moment. Heureusement, je n'étais plus seul. Cette perspective commençait à me plaire en fait : l'idée d'avoir une personne à mes côtés était appréciable. Je n'aurais jamais imaginé une telle chose mais c'était ce que je ressentais.
Je pénétrai dans l'entrée en inspirant lentement. J'ouvris les rideaux les plus proches et me tournai vers Shannon, qui avait eu la délicatesse d'attendre mon signal. Peut-être que la petite fille s'était transformée en une jeune femme prévenante et compréhensive, pleine de bon sens et oui, de débauche (une toute petite part de débauche, je l'espérais vivement). En tout cas, sa présence m'aidait. C'était si étrange : nous ne nous connaissions pas et je n'avais jamais eu d'affinités avec elle jusqu'à ce jour. Comment cela était-il possible ? Les mystères des relations humaines me fascinaient et m'effrayaient à la fois : il y avait toujours des sentiments plus ou moins forts et inexplicables qui venaient foutre le bordel dans nos vies. Enfin, là, les sentiments qui m'animaient étaient étranges et indescriptibles, probablement positif, mais ne semblaient pas être là pour mettre le bordel donc ça allait. La présence de Shannon dans ma vie allait marquer un tournant et nous nous dirigions vers l'inconnu. Un inconnu effrayant mais vers lequel je voulais aller parce qu'il était la promesse d'un retour à la vie progressif.

« Alors voici l'entrée, comme la porte que nous venons de franchir l'indique. » dis-je en ouvrant les deux bras vers le reste de la pièce. Je lui pris sa valise des mains et la posai à côté de la première. Je commençai à aller vers le salon, lui faisant signe de me suivre. « Le living-room avec la salle à manger là-bas et la cuisine à notre gauche... »

Elle était désormais chez elle. Nous avions une chambre d'amis à l'étage, celle qui se trouvait juste à côté de la bibliothèque. J'avais hésité à l'installer dans la chambre d'Aby mais au final, j'avais considéré que le mieux pour elle était de prendre une chambre neutre pour qu'elle puisse s'y plonger et la rendre à son image à elle. Et puis, lui donner la chambre d'Aby aurait sûrement causé un grand trouble dans mon crâne qui était suffisamment malmené comme ça. J'espérais qu'elle allait trouver ses marques et se sentir chez elle. J'espérais aussi la même chose pour moi : réapprendre à vivre entre ces murs et redécouvrir les lieux sans elle, sans ma soeur adorée... Je retournai à l'entrée et pris les deux valises, en tendant une à ma cousine. « On monte : ta chambre est là-haut. Tu y déballera tes affaires en prenant ton temps plus tard. Je veux d'abord te faire visiter. »

Oui, la demeure familiale était loin d'être petite...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Dim 13 Fév - 10:30

    Aaron la regardait, le sourcil arqué, un regard perplexe sur son visage. Il semblait douter de la capacité de Shannon à boire, comme il buvait. Certes, elle n’avait que 20 ans, mais son innocence avait été réduite à néant, il y a plusieurs années déjà… Elle répondit par un sourire en coin a cette hésitation. Elle commençait a comprendre que la vie qu’elle allait mener avec son cousin, ne risquait pas d’être toujours facile. Elle qui aimait sortir, qui aimait sa liberté, avait l’impression qu’elle allait devoir se justifier pour chacun de ses actes, chacun de ses choix. Elle n’aimait pas qu’on lui impose des règles, et certainement pas venant d’une personne qui n’était pas son père ou sa mère. Son cousin avait 4 ans de plus qu’elle, mais cela ne l’empêcherait pas de continuer sa route comme elle l’entend.

    C’est ce que Shannon préférait penser, elle préférait croire qu’elle n’avait plus d’attache et qu’elle pouvait s’en sortir seule. Elle voulait croire à une nouvelle forme d’indépendance, plutôt que de voir qu’elle aurait plus que jamais besoin d’Aaron pour se sortir de cette mauvaise passe. Depuis le décès de ses parents il y a quelques jours, la belle supportait mal toutes formes d’autorité. Elle a toujours eu ce côté rebelle et prétentieuse. Elle embêtait souvent ses camarades, était restée solitaire durant le collège pour finir populaire au lycée. D’ailleurs, elle avait toujours préféré les garçons aux filles. Ses parents disaient toujours que son côté garçon manqué était son côté le plus féminin. Chaque erreur qu’elle faisait, à chaque faux pas, ses parents étaient là, la remettant sur la bonne voie, ne cessant de l’aimer. Aujourd’hui, elle ne voulait pas réaliser, que sa nouvelle famille, son unique reste de famille, Aaron, serait là pour elle, s’inquiétant surement. Elle contempla de nouveau la maison, son nouveau futur, sa nouvelle vie.

    Ils étaient face à cette immense porte. C’était la dernière barrière, la dernière barrière entre leur ancienne vie, et leur nouvelle. Elle suivit du regard Aaron, il tourna la clef dans la serrure, et ouvrit la maison des O’Hara. Elle vit son cousin pénétré dans la maison, patiemment, regardant tout autour de lui, surement plongé dans ses pensées. Par respect, Shannon attendit l’autorisation pour entrer. Cette maison renfermait tant de souvenirs pour Aaron qu’il devait se sentir quelque peu déboussolé, et triste. Une certaine fraîcheur émanait de la demeure, une demeure qui était bien plus grande qu’elle ne paraissait. Les rideaux lourds et épais avaient empêché le soleil de plomb de réchauffer la maison. Mais ils n’avaient pas empêché cette odeur de renfermer. Shannon n’a préféré rien dire et laisser Aaron lui faire signe d’entrée. Elle, qui par habitude ses serait sentie mal à l’aise dans une maison inconnue, la présence de son cousin l’apaisait. C’était étrange étant donné qu’ils ne se connaissaient pas. Mais il était là, et son âme emplissait la maison, la rendait à la fois plus accueillante et plus rassurante. Rien ne serait comme avant. Shannon faisait face à l’inconnu, mais elle ne serait plus seule et abandonné comme elle l’avait été ces derniers jours. Elle se raccrochait surement déjà à son cousin, plus qu’il n’aurait fallu. La peur que ce sentiment engendrait la rendait nerveuse. Elle n’avait jamais été si effrayée, et rassurée. Cet inconnu était le nouveau tournant de sa vie, et elle allait l’affronter avec Aaron. Elle entra donc chez les O’Hara, sa nouvelle maison, du moins pour le moment…

    « Alors voici l'entrée, comme la porte que nous venons de franchir l'indique. » Shannon eu un sourire à cette réflexion et retint un petit rire, peut-être nerveux. Aaron prit la valise de la nouvelle jeune femme de la maison et continua sa visite. Se contentant d’être docile, Shannon le suivit. « Le living-room avec la salle à manger là-bas et la cuisine à notre gauche... »

    Elle écoutait attentivement ce qu’il disait, elle n’avait jamais eu le sens de l’orientation. Elle jeta quelques petits coups d’œil furtif à chaque pièce sans un mot. Elle se demandait depuis combien de temps Aaron n’était pas revenu ici. Et puis le décès d’Abby lui revint en mémoire. C’était surement depuis ce tragique incident. Enfin, Shannon supposait, Aaron ne lui avait rien dit, rien expliquer. C’était tout de même étrange que les parents de Shannon ait été tué a la même période que sa cousine. Peut-être que la famille O’Hara était maudite. Si seulement Shannon se doutait des raisons pour lesquelles il y avait tant de décès.

    « On monte : ta chambre est là-haut. Tu y déballeras tes affaires en prenant ton temps plus tard. Je veux d'abord te faire visiter. »

    La tirant de ses pensées, Aaron lui tendit une valise. Elle allait donc avoir sa propre chambre. Au fond, elle espérait que ce ne serait pas celle d’Abby. Shannon croyait aux esprits, et elle n’aurait pas aimé empiété sur la présence de sa cousine. Elle n’aurait pas aimé s’imposer. Elle jeta un coup d’œil à son cousin, qui semblait quelque peu agité, et le suivait, silencieusement dans les escaliers… Elle préférait rester en retrait, laissant le temps a son cousin de respirer, car elle avait beaucoup de questions à lui poser.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Sam 19 Fév - 22:50

Chaque marche me semblait immensément grande, comme une nouvelle barrière dure à franchir, mais savoir que Shannon me talonnait était d'une grande aide. Je nous emmenai directement vers la chambre que je lui avais réservée, celle qui touchait la bibliothèque... Je n'ouvris pas la porte, lui demandant juste de déposer ses valises là et de me suivre. « Je vais d'abord te faire visiter avant de te laisser ton moment de liberté... »
J'avais dans l'idée que découvrir sa nouvelles chambre allait sûrement nécessité du temps, et surtout, un minimum d'intimité. Je le concevais comme ça : ça allait être son territoire, sa nouvelle vie, son repère pour remplacer les marques qu'elle venait de perdre. J'estimais qu'elle avait le droit d'en profiter pleinement pour y aller doucement.
Je levai lentement le bras avant de le laisser retomber le long de ma jambe... J'avais failli lui prendre la main, comme je le faisais parfois avec Aby : je lui prenais en général la main pour la guider dès que j'avais quelque chose à lui montrer, à lui faire découvrir. Mais ces instants avaient toujours été clairsemés de grands éclats de rire et de regards brillants à souhait. Là, l'instant était silencieux et grave. Je m'étonnais presque de ne pas entendre un morceau de Tchaikovsky en guise d'accompagnement, ou peut-être même du Purcell... Un bel air grave de violoncelle s'installa alors dans on esprit, alors que je commençai à aller vers la bibliothèque.

Je poussai doucement la porte et l'invitai à entrer avant moi. Cette pièce avait fait la fierté de ma mère. Elle l'avait emménagée selon ses goûts qui étaient à la fois simples et distingués. La pièce était aussi grande qu'on salon et au centre se dressaient un sofa et deux fauteuils. Une unique fenêtre assez grande donnait sur la jardin et sur la vue des montagnes de Californie : mes parents avaient fait en sorte d'élever suffisamment la maison pour que notre vue extérieure ne se limite pas au jardin des voisins, aussi, nous jouissions d'un panorama à couper le souffle. Aucun des murs de la pièce n'était visible : ils n'étaient qu'étagères recouvertes de centaines de bouquins. Il y en avait pour tous les goûts : sciences, romans, traités, recueils, quelques objets anciens... C'était la partie qui semblait être la plus rustique de la maison : en réalité, cette pièce respirait l'Irlande...
La nostalgie de ma mère : elle avait mis toutes ses racines dans cette pièce et y avait passé des heures par le passé. Un pan entier de mur étai recouverts de bouquins sur l'Irlande ainsi que des lectures de ma mère : ses livres d'enfant, les romans qui avaient bercé son adolescence et ceux qui avaient le plus marqué sa vie. Cette pièce avait été sa fierté, son refuge, refuge qu'elle avait maintes fois partagé avec Aby et moi. J'adorais cette pièce. J'y avais travaillé durant toute ma scolarité, aimant la quiétude de l'endroit, l'atmosphère propice au calme et surtout la vue.... Cette pièce m'enchantait autant qu'elle me troublait : elle représentait cette mère qui m'avait trahi et menti toute ma vie. Elle représentait cette femme qui m'avait mi au monde et qui était aujourd'hui morte...
Je me tournais vers Shannon, affichant un sourire mélancolique.

« Je crois que c'est la partie que j'aime le plus dans cette maison : la bibliothèque de ma mère. Tu trouveras de quoi ne pas oublier l'Irlande et garder ton adorable accent rempli de fraîcheur... » Je me dirigeai vers un rayon de la bibliothèque, celui où reposaient les romans préférés de ma mère. J'en sortis un volume ancien mais dans un état remarquable. Je le tendis à ma cousine. « Jane Eyre. Je ne sais pas si tu l'as déjà lu mais, même si c'est déjà fait, lis-le encore. Tu verras que notre histoire n'est pas trop éloignée de celle-ci : Jane aussi était sans famille quand elle s'est découvert des cousins... » Je n'avais fait le rapprochement qu'une fois que j'avais vu la couverture. Je l'avais lu deux fois déjà. Et, même si j'avais trouvé l'histoire bien trop dramatique, je n'avais pu m'empêcher de penser que ce n'était pas si loin de la réalité de la vie humaine après tout...
Je lui fis signe de me suivre jusqu'à la grande fenêtre dont je tirai alors l'immense rideau qui cachait la lumière du jour. Les montagnes à l'horizon, surplombant les toitures si peu caractérielles des maisons bourgeoises de L.A., avaient un aspect majestueux et puissant : elle avait toujours cet effet apaisant sur moi, effet que j'avais oublié depuis quelques semaines... « Un jour, je t'emmènerai là-bas, pour un weekend. J'y étais allé avec Aby et je veux partager ça avec toi aussi... »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Mer 2 Mar - 14:18

Les escaliers n’en finissaient plus. Chaque marche rendait la visite plus cérémonieuse et plus morne. Plus cérémonieuse par ce silence à la fois apaisant et lourd, morne par cet aspect interminable, comme si la lumière au bout du tunnel ne venait jamais. On dirait que la malédiction qui pesait sur la famille O’Hara n’en finirait jamais. C’est ainsi que, plongée dans ses pensées, Aaron s’arrêta devant elle, déposa sa valise au pied de la porte. Il la laissa fermée et déclara qu’il préférait terminer la visite avant de me laisser un moment d’intimité. Pour le moment, Shannon préférait le suivre et l’écouter. Elle déposa donc sa valise à son tour pour le suivre. Elle était curieuse de découvrir l’espace qu’il lui avait réservé. C’était surement étrange comme question, mais après tout Shannon elle-même était un spécimen étrange. Lorsqu’elle releva la tête pour suivre son cousin, ce dernier eut un étrange mouvement en direction de la jeune femme, comme s’il attendait qu’elle lui prenne la main. Shannon avait toujours eu horreur du contact, particulièrement avec des inconnus. Elle ne supportait pas leur main moite et disgracieuse. Elle n’aimait certainement pas faire la bises, et encore moins les câlins. C’est ce comportement qui avait fini par déterminer son côté garçon manqué dans son enfance. Elle aurait aimé pouvoir prendre la main de son cousin, ne serait-ce que pour le rassurer, mais elle n’avait pas l’habitude, après tout, ce n’était pas exactement une personne que l’on aurait pu qualifier d’inconnu. Elle n’avait pas l’habitude d’être rassurante, c’était plus fort qu’elle. Elle vit alors la main d’Aaron se rabattre paresseusement le long de son corps. Shannon fit mine de ne rien voir, et sourit timidement. Elle le suivit du regard, il marchait de façon plutôt impérieuse, presque religieuse, comme si chacun de ses pas, était une victoire, un remerciement envers Dieu. Shannon se secoua vivement la tête, voilà qu’elle faisait des références à dieu maintenant. Elle rattrapa rapidement son cousin qui s’arrêta devant une porte. Il ouvrit la porte qui était fermée a clef, et me laissa passer devant lui.

Sous les yeux admiratifs de Shannon, il y avait une bibliothèque, une immense bibliothèque pour une maison. Elle souffla un léger « Wahou ». Les pans de murs étaient recouvert de livres, la pièce était immense, et en son centre se trouvait une simple taille et deux fauteuils en cuir. Shannon avait toujours aimé lire dans son enfance. Un raison de plus qui avait fait d’elle ce petit garçon aux allures féminines. Tandis que les filles allaient faire du shopping avec leur mère pour s’acheter les dernières fringues à la mode, Shannon passait son temps dans les rayons de bibliothèques, ou de librairies. Elle avait toujours un faible penchant pour les histoires fantastiques. Elle aimait s’évader dans un monde qui lui appartenait en quelque sorte… Elle ferma les yeux quelques instants et respira l’odeur. Oui, ça sentait le renfermé, les vieux bouquins, et la poussière. Etrange, mais elle aimait cette odeur, cette pointe de mystère. Elle fit un tour sur elle-même et rouvrit les yeux sur l’unique fenêtre de la pièce. La vue était tout simplement magistrale, on voyait les montagnes de Californie. Elle n’aimait pas vraiment le ski, mais elle adorait ses paysages sauvages. Elle n’avait pas senti son cousin se rapprocher de derrière elle, et lorsqu’il se tourna pour la regarder il se mit à lui parler.

« - Je crois que c'est la partie que j'aime le plus dans cette maison : la bibliothèque de ma mère. Tu trouveras de quoi ne pas oublier l'Irlande et garder ton adorable accent rempli de fraîcheur... »

Elle fit un demi-sourire, bien-sur, l’Irlande. Ca lui manquerait probablement, mais au moins ici, le souvenir douloureux de ses parents s’apaiserait peut-être

« C’est toi qui a un accent étrange tu sais. L’Irlande va me manquer… »*

Il s’éloigna, pour aller chercher un bouquin dans l’étagère. Un gros livre qui devait être resté la depuis quelque temps. Et il le lui tendit

« Jane Eyre. Je ne sais pas si tu l'as déjà lu mais, même si c'est déjà fait, lis-le encore. Tu verras que notre histoire n'est pas trop éloignée de celle-ci : Jane aussi était sans famille quand elle s'est découvert des cousins... »

Shannon regarda la couverture, et par un réflexe qu’elle adorait, elle souffla dessus. Bien-sûr, elle avait vu ça dans les films, quand les acteurs trouvent de vieux livres précieux.

« Merci. Etrangement je ne l’ai jamais lu. Peut-être que j’espérais que cette situation ne se produirait jamais… »

Elle ne se rendit pas compte de ce qu’elle venait de dire. Elle ne voulait pas être blessante ou quoi que ce soit d’autre, mais c’était pure vérité. Si elle avait pu éviter par tous les moyens le meurtre de ses parents elle l’aurait fait. Aaron n’a rien dit, il s’est contenté de se diriger vers la fenêtre et de soulever le léger rideau qui protégeait les vitres, et qui empêchait la lumière de s’infiltrer dans la pièce. Lorsqu’il lui fit signe, elle s’avança jusqu’à lui, se postant a son tour devant la vue imprenable.

« Un jour, je t'emmènerai là-bas, pour un weekend. J'y étais allé avec Aby et je veux partager ça avec toi aussi… »

Les yeux de Shannon se mirent a picoter ; elle ne reverrait plus Aby, et c’était une certitude. Elle voulut poser sa main sur l’épaule de son cousin, mais n’y arriva pas. Peut-être qu’un jour elle arriverait à être plus tendre que cela. Peut-être qu’un jour, elle s’autorisera a s’abandonner dans les bras de quelqu‘un, pour de bon…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Jeu 10 Mar - 11:18

Je sentais bien que le moment était lourd, pesant : il y avait tout autour de nous de la gêne, de la gravité, de la tristesse... Et sûrement qu'un sentiment de vengeance n'allait pas tarder à surgir de tout ça parce qu'après tout, c'était ce que je voulais depuis le mort d'Aby : la vengeance, la justice. Si Shannon était une véritable O'Hara, ce sentiment n'allait pas tarder à germer en elle si ce n'était pas déjà fait. Je voulais la préserver de tout ça parce que ça me bouffait littéralement depuis la mort d'Aby. Je ne voulais pas qu'elle soit rongée elle aussi par tout ça. J'allais devoir être là pour elle, coûte que coûte, même si cela signifiait faire un très grand pas en avant en venant à nouveau vivre ici, dans cette maison où le bonheur connue avec ma soeur hantait encore les lieux. J'avais l'impression que trois personnes de plus parcouraient cette pièce avec une insistance sur la troisième aura : mes parents et ma soeur. Je fermai lentement les yeux. Je revis ma mère assise sur l'un des fauteuils, lisant un vieil ouvrage, ses lunettes posées sur le bout de son nez et ses sourcils légèrement froncés, marquant sa concentration profonde. Elle avait été une très belle femme. Une superbe femme grande et possédant une classe sans pareille. Oui, elle avait été très belle. Je revoyais mon père assis à ses côtés, lisant son journal... Non. Ses journaux, dans de nombreuses langues toutes plus farfelues les unes que les autres, et levant régulièrement les yeux pour observer avec tendresse cette femme qu'il avait aimé depuis le tout premier jour. Et enfin, je revoyais Abigaël qui venait toujours ici pour lire toutes sortes de choses ou simplement pour être là, assise près de la fenêtre et qui regardait sans ciller l'horizon prometteur. L'horizon de notre bonheur, un peu comme le faisait maintenant Shannon. Elle me rappelait tout ça à la fois et ça ne me faisait pas mal, bien au contraire : ça me faisait du bien. Je rouvris les yeux pour les poser sur Shannon qui regardait encore par la fenêtre. Qu'allions-nous finir par devenir ? Je n'en savais rien mais pour la première fois depuis bien longtemps, l'ignorance et l'avenir ne m'effrayaient pas...

Après quelques minutes de silence et d'égarement autant chez moi que chez elle, je lui dis de me suivre. Nous sortîmes lentement de la bibliothèque que je refermai derrière nous sans tourner la clé cette fois. Désormais, cette pièce serait une pièce commune et j'allais la partager avec elle sans retenue. Je lui fis traverser tout le couloir en lui détaillant succinctement chaque pièce : ma chambre, celle de mes parents, celle de ma soeur, une seconde chambre vide... Chaque chambre avait sa propre salle de bain, tout comme la sienne. C'était un luxe que mes parents avaient décidé de s'accorder non pas par simple caprice, mais par soucis d'intimité. En y repensant, je ne savais rien du pouvoir de mes parents. Je n'avais jamais rien su et même une fois notre nature et la leur de découverte, je n'avais pas trouvé quoi que ce soit à leur sujet. Je me doutais bien qu'il y avait des réponses à Genetic. A Genome même depuis que Holster "séjournait" chez nous. Il y avait aussi deux pièces qui n'avaient jamais servies. Elles étaient encore vides. Je n'avais jamais su ce que mes parents voulaient en faire mais peut-être qu'en fait, ils les avaient gardées pour le jour où, avec Aby, nous saurions... Un étroit escalier placé au fond du couloir de droite, juste à côté de ma chambre, conduisait au grenier. En général, les maisons toutes récentes n'avaient pas de greniers mais mes parents avaient toujours eu ce côté un peu fantaisiste et ancien qu'ils avaient cultivé pendant des années. Alors nous avions un grenier qui couvrait toute la maison et vers lequel je conduisis Shannon. La pièce était plus sombre que le reste de la maison : les murs de la maison étaient tous clairs mais pour cette pièces, mes parents avaient choisi le bois comme isolation alors ça se répercutait dans l'ambiance générale. Il y avait pas mal de choses dans ce grener comme nos vieux jouets, nos vieux vêtements, des antiquités datant de adolescence de nos parents, des cartons que je n'avais jamais même ouverts, ... Cette pièce nous avait appartenu avec Aby. Ma mère avait la bibliothèque et mon père avait la cave où il possédait son tourne-disque, ses vinyles et son armoire de vieux scotch en tous genres. Oui, cette maison avait été construite une quinzaine d'années plus tôt mais elle avait tout d'une très vieille maison dans sa façon d'être. « Toutes ces pièces te sont libres d'accès. Tu y découvriras peut-être même des choses intéressantes qui sait ? »

Je la conduisis enfin devant la porte de sa chambre. Je ne l'ouvris toujours pas. C'était à elle de le faire et j'avais aussi de mon côté quelques petites choses à faire. Elle avait de quoi prendre son temps. C'était son moment à elle qui l'attendait derrière cette porte. Elle devait être seule. En tout cas, j'aurais aimé être seul si j'avais été dans sa situation. « Prends ton temps. Déballe tes affaires, prends une douche si tu veux te détendre, dors si tu es fatiguée... De toute façon, je dois ouvrir toutes les pièces de cette maison, je dois me débrouiller pour tout remettre en marche et retrouver mes marques. Tu me trouveras sûrement en bas ou dans le jardin quand tu auras terminé. Je te le repète : prends tout ton temps. On est pas pressés... » Et c'était vrai puisque Esteban, Ross et Bobby s'occupaient de tout à Genome pour la journée. J'étais à sa disposition et nous avions de quoi prendre tout notre temps pour appréhender cette toute nouvelle vie qui s'offrait à nous...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Mar 5 Avr - 16:28

    Le ciel était dégagé, aucuns nuages ne venaient déposer son voile sur la maison de vacance. Cette maison que Shannon avait tant chérie, cette maison où elle avait passé le plus clair de son temps à apprécier la chaleur du soleil sur sa peau, cette maison, son enfance. Elle se dressait devant elle, toute en pierre, emplissant l’espace de son charme rustique et apaisant. Shannon se trouvait là, allongée dans l’herbe, attendant que ses parents ne l’appellent pour venir manger. Elle respirait l’odeur de l’herbe fraîchement coupé. Son cœur battait a tout rompre. Elle n’aurait pas dû se trouver ici, elle ne comprenait pas, et elle ne voulait pas comprendre. Le temps s’arrêtait et elle aurait voulu rester allonger pour le restant de ses jours dans l’innocence et l’insouciance. La voix de son père retentit. Elle fit un demi-sourire dans le vide et se releva. Ses parents l’appelaient, souriant à Shannon. Shannon qui n’était qu’à cet instant un enfant. Elle leur sourit en retour, fit un signe de la main. Elle avait les ongles rongés, quelque chose n’allait pas. Elle regarda ses chaussures, elles étaient cirées. Elle regarda sa jupe, elle était écossaise. Elle toucha ses cheveux, ils étaient attachés. Ses parents l’appelèrent une nouvelle fois, elle n’eut pas le temps d’y réfléchir. Elle avança pas à pas. Ils lui manquaient tant depuis leur disparition. Ils lui manquaient tant depuis leur assassinat. Elle se rapprochait, mais l’air changeait, le ciel s’obscurcissait, de lourds nuages pesaient au-dessus de sa tête. Shannon s’arrêta, regarda le ciel. Une nouvelle voix l’appelait, elle se retourna. Aaron et Aby l’attendait à l’orée d’une forêt, la suppliant de ne pas rejoindre sa maison, sa famille et ses parents. Ils se mirent à hurler son prénom, et la pluie se mit à battre. Elle tombait si fort, que Shannon fut trempée en quelques secondes. L’orage menaçait, tout allait beaucoup trop vite. Un premier éclair et Aby disparut. Effrayée, Shannon regarda ses parents ; un éclair et ils disparurent. Elle n’eut pas le temps d’appeler son cousin qu’on la frappa à la tête. Quelques secondes plus tard, elle se retrouva dans le néant, dans le vide, elle avait perdu tout sens de l’orientation, elle ne savait plus qui elle était. Elle ferma les yeux quelques secondes, et se prit la tête entre les deux mains. Quand elle les rouvrit, un miroir s’était installé face à elle. Son reflet n’était que chair brûlée. Elle recula écœurée. Elle ne se reconnaissait pas. Elle hurla, de toute ses forces pour que quelqu’un l’entende.

    Brusquement, Shannon se réveilla en sursaut, le front en sueur. Elle mit du temps à reconnaître la pièce. Elle était allongée sur le lit, les couvertures à moitié par terre. Elle regarda sa montre. Une heure qu’elle était dans sa nouvelle chambre. Elle avait déposé ses affaires dans l’armoire, soigneusement, elle avait pris son temps. Puis elle avait étalé ses bouquins favoris sur la table de chevet, posé son ordinateur portable sur le bureau et avait mis quelques photos au mur. Epuisée, elle avait voulu s’allongée, quelques secondes. Puis elle s’était endormie, épuisée par son vol, laissant ses cauchemars remontée à la surface. Mais celui-ci avait été surement plus terrifiant que les autres. Elle s’assit doucement sur le rebord de son lit, essuya la sueur de son front, d’un revers de la main. Elle alla ouvrir complètement les rideaux, et ouvrit la fenêtre. Il faisait chaud, mais l’odeur du renfermé l’emportait sur la température étouffante. Elle respira un bon coup et s’assit devant son ordinateur sur sa chaise où était posée sa veste. Elle commença à l’ouvrit, lorsqu’elle entendit qu’on murmurait son prénom. Son cousin l’appelait-il ? Elle sortit de sa chambre, dévala les escaliers. Elle entendit la voix d’Aaron, comme un murmure, un bruit de fond. Elle s’approcha, plus lentement cette fois-ci. Arrivant au salon, elle vit Aaron qui faisait les cent pas au téléphone. Rassurée pour une part, Shannon était heureuse qu’il ne soit pas un vieillard qui parlait tout seul. Suspicieuse d’un autre, Aaron parlait d’elle à quelqu’un, alors qu’elle ne connaissait personne ici. Elle s’adossa contre le mur, et attendit qu’il daigne la remarquer. Il paraissait affolé et tendu, mais il parlait trop bas pour que Shannon puisse en comprendre la raison. Elle se redressa, fit semblant de tousser, et afficha son sourire le plus innocent. Aaron se tourna vers elle, et raccrocha rapidement. L’irlandaise se frotta les joues, peut-être par peur d’avoir une marque d’oreiller. Elle passa la main dans les cheveux, et tentant un brin d’ironie, elle dit :

    « - Tu me fais déjà de la pub pour que je devienne miss USA ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   Lun 11 Avr - 16:43

Je m'étais affairé à remettre en état de marche la maison : remise de l'eau, d'une partie de l'électricité... J'étais aussi allé dans la voiture pour en sortir les courses que j'avais faites avant de récupérer Shannon à l'aéroport... Il fallait faire vivre cette maison une nouvelle fois, il fallait redonner vie aux lieux pour en chasser le fantôme d'Aby... Juste le fantôme, pas son souvenir. Sa chambre allait rester la même, ses affaires ne quitteraient son armoire que si Shannon allait s'y servir... Non, Aby resterait à jamais gravée dans ces lieux. Je voulais simplement qu'elle soit l'image que je préférais conserver d'elle : ma soeur en vie, pas son corps sous les décombres...

J'allais commencer à remplir le frigo quand mon téléphone sonna. Je posai les sacs pleins de victuailles de toutes sortes - ne connaissant pas vraiment les goûts de ma cousine - sur le sol et sortis le téléphone de ma poche. Le nom d'Esteban était affiché sur l'écran, mon regard se ferma. S'il me téléphonait, c'est qu'il y avait un problème. il savait que j'étais censé récupérer Shannon aujourd'hui et que j'avais besoin de ma journée. Je sentais que les choses allaient tourner au vinaigre, tant chez Genome que chez O'Hara-Orphelins.com et j'en avais déjà la lassitude qui allait avec. « Qu'est-ce qui se passe Calloway ? » Un assaut de Genetic visiblement. L'absence de Holster aux commandes ne semblait pas arrêter l'organisation. J'avais cru que sans la tête, le corps n'allait pas réussir à survivre et je m'étais lourdement trompé. J'avais cru que Reynolds ne serait pas capable de mener la barque mais visiblement, elle s'en sortait plutôt bien. Une tentative d'enlèvement avortée par l'intervention d'Esteban et Luna. Mais apparemment, ils avaient peut-être été suivis. Les choses tournaient au vinaigre et je devais aller leur filer un coup de main pour renforcer la sécurité de Genome. « Allez vite à la casse où Greg travaille. Il vous filera un autre véhicule. Tenter de les semer avant d'y arriver pour ne pas mettre Greg dans la merde. Sinon, prenez-le avec vous. Je me débrouille pour être chez Greg dans moins d'une heure... » J'entendis Shannon dans mon dos, me tournai vers elle et murmurai une dernière chose à Esteban avant de raccrocher.

Elle venait de se réveiller si j'en croyais ses yeux encore embués et son air légèrement flou... Mais elle avait capté ma conversation et ça, c'était un problème. Comment lui expliquer que j'allais devoir filer ? J'étais coincé. C'était notre premier jour ensemble et je devais déjà lui faire faux bond. Je m'en voulais. Mais je n'avais pas le choix. Non. Elle était belle et semblait forte sous ses airs de jeune fille frêle. Un vrai sang irlandais pur O'Hara coulait dans ses veines, ça se voyait. Je souris en remettant le portable dans ma poche. Elle en avait même l'humour : elle ressemblait beaucoup à Abigaël et c'était bien parce que je savais quand même qu'elle avait ses propres particularités. « Evidemment ! tu ne croyais quand même pas que j'allais laisser la jolie jeune fille que tu aies dans cette maison : je vais t'exposer à toute la ville ! » ce qui était complètement faux parce que cette ville grouillait de dangers en tous genres. Rien que le nom de O'Hara la mettait en danger... Mais moins elle en saurait, plus elle serait préservée de tout ça. Et je voulais qu'elle soit préservée. Je me dirigeai vers le sac de courses et le lui tendis : « Je te laisse organiser tout ça comme ça te fait plaisir, j'ai jamais été doué pour ça. » Je me dirigeai alors vers la porte et lui lançai rapidement, pour surtout éviter les questions en tous genres : « J'ai une course à faire, j'avais oublié que je devais faire réviser ma voiture et un ami garagiste me l'a rappelé. J'en aura pour deux heures grand maximum. Profite de ce temps pour prendre tes aises et faire ce qui te plait de cette maison parce que tu es ici chez toi. Je fais très vite. Et si tu as une idée du genre de voiture que tu aimerais, envoie-moi un message, on ne sait jamais... » Je lui fis un clin d'oeil et sortis bien vite de la maison pour ne pas avoir à me frotter à la curiosité maladive d'une O'Hara, surtout d'une O'Hara dont je n'étais pas sûr de pouvoir me défaire avec facilité en cas d'attaque...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: We are alone but together ... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We are alone but together ... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: O'HARA'S PLACE-