..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We are alone but together ... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: We are alone but together ... [Terminé]   Dim 16 Jan - 0:14


we are alone but together

Quinze heures trente. Le vol avait déjà vingt minutes de retard. Assis l'un de ces sièges en plastique tout à fait inconfortable, je torturais le pauvre journal que j'avais acheté une heure plus tôt pour m'occuper l'esprit. Je l'avais à peine survolé avant d'en faire une sorte d'objet pour m'occuper les mains pendant que mon esprit s'agitait de toutes parts. L'avion se déposa alors au sol, pendant que je me levais pour aller m'appuyer contre la vitre qui donnait une vue panoramique sur la piste d'atterrissage...

Quand j'avais reçu ce coup de téléphone deux jours plus tôt, ça avait été comme un électrochoc, une sorte de coup de jus qui m'avait renvoyé direct à la réalité. Le clan O'Hara venait encore de se réduire. Nous n'étions plus que deux désormais. Elle et moi. Quand j'avais entendu un faible "c'est Shannon", je n'avais fait le lien que part son fort accent irlandais. Shannon, notre cousine. Celle dont j'avais eu des nouvelles chaque mois environ grâce à Aby qui correspondait avec elle par mail. Cette gamine, je ne l'avais jamais vraiment appréciée. En fait, non. Ce n'était pas tout à fait ça : je n'avais jamais eu l'occasion d'apprendre à la connaître et elle était pour moi comme une étrange.
Mais aujourd'hui, les règles avaient changé : elle était la seule famille qu'il me restait. Et elle aussi, elle était seule désormais. D'après ce que j'avais compris, enfin, ce que j'avais décrypté dans son mail et dans le peu d'informations qu'elle avait bien voulu me donner, ses parents, mon oncle et ma tante, avaient été tués par des types que Shannon ne connaissait pas. Un cambriolage ayant mal tourné ? L'expérience me faisait plutôt penser au fait que le hasard n'existait pas : peut-être que le frère à mon père était comme lui, un mutant. Comme nous.
Enfin, je ne pouvais la laisser désormais. Nous allions être deux à faire perdurer la lignée des O'Hara. Cette vieille famille irlandaise dont nous étions les derniers représentants. Ça m'avait forcé pour le coup à remettre les pieds chez moi et à préparer une chambre pour elle. Et à songer à me réinstaller dans la mienne. Je n'avais pas dormi chez moi depuis le mois de mai.... Y retourner hier avait été comme une grande claque. J'y étais passé plusieurs fois mais en coup de vent. Là, je savais que c'était pour y vivre à nouveau. Je ne pouvais pas laisser ma cousine seule.

« Les passagers du vol en provenance de Dublin viennent de sortir de l'appareil »

Je pris le temps d'aller acheter deux sandwich et je me dirigeai vers la zone à bagages. Je la reconnus immédiatement : une crinière brune, un visage typique de notre famille... Je me pris à faire le parallèle entre cette jeune fille bel et bien là et ma soeur perdue. Je secouai la tête : ce n'était pas Aby et je ne devais pas me mettre de telles images dans le crâne.
Elle avait cependant quelque chose de différent, un petit détail sur lequel je n'arrivais pas à poser le doigt. Enfin bref. elle était là, autant se tirer de cet aéroport. Elle attrapa sa valise avec force et, à mon grand étonnement, avec facilité. Je me postai à ses côtés, lui prenant ses bagages en lui offrant les deux sandwich en échange : je n'avais pas faim finalement.

« J'espère que le vol n'a pas été trop chiant. »

Je lui fis signe de me suivre et je commençai à m'élancer vers la sortie sans plus de cérémonie. Peut-être aurais-je du la serrer dans mes bras, lui sourire, la rassurer. Mais voilà, je ne la connaissais pas alors j'avais du mal à savoir quoi faire et puis, je n'aimais pas agir ainsi si ce n'était pas sincère : à l'heure actuellement, elle était ma cousine parce qu'elle était la nièce à mon père, pas parce que je la considérais comme l'une de mes proches.
Nous marchâmes jusqu'à la voiture en silence. Je déposai sa valise dans le coffre pendant qu'elle s'installait à l'avant. Je fermai le coffre et attendis quelques secondes avant d'aller prendre place au volant. allais-je être assez fort pour m'occuper d'elle ? Elle n'était plus une gamine mais elle était seule. Et rien que ça, ça faisait toute la différence. Je savais que désormais, j'étais responsable d'elle. Qu'elle le veuille ou non, maintenant qu'elle était avec moi, j'allais la protéger coûte que coûte parce qu'elle était tout ce qu'il me restait.
Le voyage s'effectua dans le calme. doux euphémisme pour décrire le silence pesant qui avait régné dans le véhicule. De son côté, elle semblait encore sous le choc et puis elle dévorait le maigre repas que j'avais acheté; et du mien, je voulais attendre d'être arrivé pour aborder le sujet, non, les sujets qu'il fallait mettre dès le départ sur la table : Aby et ses parents.

Je garai la voiture devant l'allée menant à l'entrée. Je ne bougeai pas. Elle non plus, comprenant que j'avais à lui parler. Je devais tout dire maintenant comme ça, la digestion se ferait pendant qu'elle déballerait ses affaires.
J'avais toujours mes deux mains sur le volant alors que le contact était coupé. Je me tournai vers elle et je vis alors ce que je n'avais pas remarqué, ou ce que j'avais tenté d'occulte jusqu'à maintenant. Je vis toute la détresse dans ses yeux, toute sa haine. Et je me vis dans ses yeux. Je vis tout ce que je ressentais depuis des mois, tout ce que je ne pouvais exprimer, tout ce que les autres n'arrivaient pas à comprendre. Quelque chose se modifia dans la perception que j'avais d'elle : nous étions dans la même situation et surtout, nous étions semblables...
Je pris ses mains sans y réfléchir. Je les serrai doucement,

« Je sais ce que tu ressens. Crois-moi. Pour tes parents. Et je ne parle pas de la perte des miens. Ça remonte à longtemps maintenant... » Un frisson me parcourut de toute part. Une vague de tristesse m'envahit soudainement alors que depuis des mois, je me débrouillais pour réfréner le moindre sentiment, la moindre émotion. « ... je... j'ai perdu... Aby est morte.... »