..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Dim 19 Déc - 12:50


dans la peau d'une étudiante tu te mettras

Le café était bondé mais pas une seule trace de chevelure rousse. Je me dirigeai vers une table où un couple se levait : une chance vu le monde qui tentait de profiter de la fraîcheur qui régnait dans ces lieux, contrastant avec la chaleur extérieure. Mi-août où comment suffoquer rien qu’en mettant le nez dehors. La chaleur était étouffante et la population de la ville cherchait sans relâche le plus petit signe de fraîcheur comme ici, dans ce café, où la climatisation était comme une délivrance pour tous ces corps en sueurs que nous étions. Je m’assis à la table désormais libre et attendis qu’un serveur vienne prendre ma commande, j’attendais aussi mon rendez-vous…

J’avais été surpris lorsque mon téléphone avait sonné la veille et que j’avais vu le nom d’Eleanor s’afficher sur l’écran. Il m’avait d’ailleurs fallu plusieurs secondes pour me rappeler de qui il s’agissait. Il s’était passé tellement de chose depuis notre unique et très courte entrevue que j’avais totalement oublié la promesse que je lui avait faite en mai dernier. Mais elle, visiblement, elle n’avait pas oublié.
En fait, nous nous étions revus entre temps. Mais j’avais un peu occulté cette seconde rencontre parce qu’elle avait eu lieu le soir du bal de UCLA. Je l'avais aperçu alors que tout était en train de s'écrouler et de brûler. Un peu comme ma propre vie ce soir-là.
Je refermai ma main qui se mettait à trembler, activée par un sentiment mélangeant haine, douleur, remords. Repenser à ce soir là avait comme effet de me rendre fou. Non, en fait, j'étais fou. J'avais sombre dans la folie depuis que...
Maintenant, je serrai les dents, pour ne pas exploser, ne pas pleurer, ne pas laisser mes émotions prendre le dessus et ma capacité commettre à nouveau les mêmes erreurs. L'erreur de cette nuit de mai, je l'avais payé bien cher. Je l'avais payé d'une part de moi-même, de cette moitié de moi, de cette moitié de nous et c'était encore aujourd'hui insupportable parce que je restais persuadé que tout était de ma faute parce que c'était mon pouvoir qui avait endommagé les conduites de gaz...

Je secouai la tête vivement, chassant ces pensées. Je n'étais pas là pour ça. J'avais une promesse à tenir et je devais retrouver une partie de ma tête.
Je sentais bien que depuis deux mois, j'avais changé. Mais en même temps, j'avais perdu mon autre moi, mon autre tout. Je ne pouvais pas continuer ma vie tout en restant le même. C'était impossible, impensable. Je ne me reconnaissais même plus. Me regarder dans le miroir chaque matin me procurer inlassablement la même sensation : celle de ne pas savoir qui était le type dont le miroir renvoyait le reflet. Je n'étais plus moi. Aaron O'Hara était mort lui aussi, avec Aby ce soir-là. Mort.
Je dus joindre mes deux mains pour cacher un peu plus le tremblement. Tout mon être tremblait de rage depuis ce terrible soir. Et parmi les responsables, je tirais toujours deux noms du lot : le mien et celui de Holster. Pourquoi lui ? Tout simplement parce qu'une tel rassemblement de connards de Genetic à une fête d'étudiants n'avait pas été un hasard. Non, loin de là. Et j'avais aussi découvert que ce soir là, ils avaient une mission qui n'avait juste pas aboutie à cause de toute cette histoire. Mais qu'importe, il allait payer, parce que c'était la présence de Harwell qui avait tout déclenché en moi.
Je ne me trouvais pas d'excuses, je voulais simplement déverser ma haine sur quelqu'un et Holster était sûrement le type qui le méritait le plus. Je songeais chaque jour à lui faire la peau même si je savais que ce n'était pas la meilleure solution. Mais je ruminais ma vengeance chaque seconde de ma vie.
T'en fais pas Aby, je te ferai justice...
Cette vengeance commençait par me punir moi-même. Ma punition était celle que je m'étais déjà infligé pour réparer les erreurs de mes parents : Genome. Je m'y jetais désormais corps et âme, y vivant même. Je ne pouvais pas retourner dans notre maison de toute façon, elle était bien trop vide. A chaque fois que je m'y étais risqué pour récupérer des affaires, j'avais eu l'impression d'entendre son rire. Elle me manquait terriblement.
Une larme roula sur ma joue. Je l'essuyai d'un geste vif. Elle fut la seule à couler.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Dim 19 Déc - 15:28

    Eleanor s'était remise tout doucement de sa première soirée étudiante il y avait quelques mois. Et si elle reprenait bien ses études, rien n'était moins sur que l'assiduité qu'elle aurait pour ce genre de soirées.

    Elle aurait pu mourir car d'autres personnes y étaient passées, elle l'avait vu à la télévision. Comment un truc pareil avait pu arriver ce soir là ? Des idées, des tonnes d'idées avaient germé dans son esprit quand elle avait vu qu'elle n'était pas seule ou presque comme elle le pensait. Des mutants avec des pouvoirs très spécifiques, voilà ce qu'elle avait vu ce soir là.

    Et si la rouquine avait comprit quelque chose c'est qu'il y avait eu des affrontements donc deux camps, ou plus. Et elle y avait vu Aaron et avait compris qu'il était comme elle. La biologie pour le plaisir ? La canadienne n'y croyait terriblement plus, il devait être comme elle. Comprendre pourquoi et peut-être même trouver une solution.

    Il avait répondu à son appel la veille et elle en avait été fortement surprise et puisqu'il semblait prêt à la revoir alors elle irait de bon coeur.

    Et elle ne dirait pas un mot sur ce qu'elle avait vu de lui à moins qu'il ne commence à le faire. Si elle savait ce qu'il était alors il savait probablement pour elle aussi.

    Mais le mieux à faire était d'oublier cette soirée, ce gymnase et ne restait plus que quelques blessures qui continuaient de cicatriser doucement. Elle avait eu mal ce soir là et était passé prêt de finir à l'hopital mais elle s'était débrouillée avec les moyens du bord et en se disant que certains avaient certainement eu plus mal qu'elle.

    Le bar était bondé et malgré toute sa bonne volonté pour trouver son compagnon, il lui fallu de longues secondes pour le localiser enfin.

    Un sourire de circonstance sur les lèvres, sa robe bien ajustée, son sac en bandoulière avec un carnet un stylo prêt à être dégainé et elle était prête.

    Lui semblait ailleurs, dans son monde à penser à elle ne savait quoi. Et surtout, il avait l'air triste, si triste. Même elle qui ne le connaissait pas pouvait le voir sur son visage fatigué.

      « Hey... »

    La rouquine se laissa tomber sur une chaise face à lui et lui sourit sans se forcer cette fois.

      « Merci d'avoir accepté de me voir, j'imagine que tu dois être pas mal occupé donc on peut tenter de faire vite. »

    C'est fou comme elle avait l'impression de le connaître ou d'être proche de lui depuis cette soirée au gymnase.

      « Tu vas bien ? Tu profites de l'été ? »

    Des questions bateau mais que pouvait-elle faire de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Mar 21 Déc - 15:51

Un éclair roux, un sourire communicatif et Eleanor était là. Elle était superbe mais ce fut à peine si j’y prêtai attention. C’était comme si plus rien n’avait la même saveur. Et pourtant, je me souvenais parfaitement de ce que j’avais ressenti à notre première entrevue : je l’avais trouvé très belle et incroyablement agréable à vivre. Du moins, au cours d’une conversation parce qu’elle semblait quand même possédai son petit caractère la jolie rouquine, alors vivre avec elle devait être une toute autre histoire.
Je ne savais pas vraiment quoi répondre à ses questions. Aller bien ? Profiter de l’été ? Bien sûr que non. C’était même tout le contraire. Deux mois que ma sœur était six pieds sous terre et deux mois que j’étais au plus mal et que seule la colère rythmait chacune de mes journées sans exception. Je m’étais coupé du reste du monde en une certaine manière : même Luna avait du mal à me soutirer une conversation réellement consistante. Alors non, je n’allais pas bien.
Mais voilà, cette fille n’était pas là pour m’entendre me plaindre. Elle était là parce qu’elle avait envie de chambouler un peu sa vie en reprenant ses études et un jour, je lui avais promis de l’aider dans son entreprise. Je tenais toujours mes promesses. J’avais failli une seule fois, ce fameux soir de mai. J’avais rompu la promesse que j’avais faite à ma chère Abigaël lors de notre fuite de Genetic : ‘’Je te protègerai toute ma vie, quitte à donner la mienne pour la tienne, je te le promets Aby‘’. Je n’avais pas pu donner ma vie pour la sienne. Je n’avais pas tenu ma promesse. Et je m’en voulais terriblement. Mais j’allais tenir celle que j’avais faite à la rousse avant ce terrible drame parce que je savais qu’elle avait besoin d’aide et qu’aider les autres, c’était tout ce qu’il me restait. En plus, je savais désormais pourquoi la biologie l’attirait tant et pourquoi elle m’avait posé un flot de questions explicites lors de notre première rencontre : elle en était une et il n’y avait plus aucun doute possible. Elle avait été là le fameux soir et elle avait été au cœur de l’action, au milieu de tous ces mutants que nous étions. Mais je ne voulais pas aborder le sujet tout de suite. C’était comme entendu : je voyais dans ses yeux qu’elle savait. Alors nous aborderions le sujet le moment venu. Pas tout de suite. Dans un sourire forcé, je tentais de construire une réponse convenable à ses questions.

« Hum… on fait aller, j’essaie de ne pas fondre au soleil alors je prépare mes cours au frais, je ne sors que tôt le matin pour courir, je sors un peu le soir… »

Réponse pathétique, médiocre, minable. Mais si elle était perspicace, elle s’en contenterait. Je n’étais pas prêt à parler de tout ça et encore moins à une inconnue. Si je devais en parler, ce serait à Luna ou peut-être même à un autre membre de Genome. Mais pas à elle. Surtout pas alors que j’étais censée lui donner une motivation de plus pour reprendre les cours en Septembre.

« Alors toujours motivée pour reprendre les cours visiblement ? Tant mieux, parce que tu vas avoir pas mal de boulot à la rentrée. Peut-être même avant si tu veux prendre un peu d’avance. »

Un serveur finit enfin par débarquer à notre table. Il nous sourit mais c’était plus par habitude. Je me demandai même si son sourire n’était pas bloqué sur son visage : déformation due au travail. Chaque profession avait sa tare après tout.

« Qu’est-ce que je vous sers ? »
« Un café glacé noir et bien corsé pour moi. Eleanor ? »


Le café était mon unique moteur. Je ne dormais presque plus et consacrais tout mon temps à Genome qui restait en quelque sorte mon unique occupation, le seul moyen que j’avais de me vider la tête en faisant quelque chose d’utile.
La rentrée allait m’offrir une occupation plus normale avec la reprise des cours et la prise de mes nouvelles fonctions. J’avais obtenu la réponse à ma demande de poste une semaine après la mort d’Aby et si Ross ne m’y avait pas poussé, j’aurais refusé le poste alors que j’avais tellement envie d’enseigner pour pouvoir continuer mes travaux tout en étant au cœur du réseau UCLA. J’avais finalement accepté mais le cœur n’y était pas. De toute façon, plus rien ne faisait envie à part ce désir de vengeance qui m’obsédait de plus en plus…

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Lun 27 Déc - 13:23

    Eleanor écouta les réponses bateau de Aaron sans oser poser plus de questions. Il semblait ne pas être aussi en forme que deux mois plus tôt. Peut-être qu'il travaillait trop. Mais elle s'abstiendrait de poser quelconque questions.

    Le serveur les fixait toujours alors que la rousse s'enfonçait dans ses pensées concernant le brun face à elle.

      « Un jus d'ananas, mettez moi en deux ou un double comme vous préférez. »

    C'est qu'elle avait si soif soudainement. Et Aaron qui était face à elle était un mutant aussi, et il lui était impossible de dire quoi que ce soit présentement sinon elle allait se trouver mal.

    Il était le premier vrai mutant qu'elle rencontrait et qui lui parlait... et qui savait pour elle. Bien entendu, sa mère ne comptait pas, elle avait été rayée de sa vie des années plus tôt. Quand elle l'avait mise à la porte et laissée pleine de questions en bonne adolescente qu'elle était.

    Le serveur partit, la rousse planta ses grands yeux bleus dans ceux de son nouvel ami, du moins elle l'espérait.

      « Et oui, c'est décidé, je reprends. Et je veux prendre de l'avance alors je t'écoute. Que puis-je faire ? Et qu'est-ce que je peux bien faire pour m'avancer ? Je suis certaine que j'ai des lacunes, et je vais avoir besoin de livres, de tonnes de livres et de revues à lire. Et peut-être même que je pourrais trouver des petites choses intéressantes rien qu'en lisant les journaux... »

    Ca c'était une petite pique et bien qu'il ait semblé comprendre l'allusion, il ne répondrait probablement pas.

      « Donc tu vas être mon prof l'année prochaine ? J'aurai le droit de te fréquenter ou c'est l'interdiction formelle ? Je ne sais pas du tout comment ça marche dans ce pays. Ah oui...et j'ai une autre question. »

    Et elle continuait de parler, de parler encore sans même reprendre son souffle. Qui sait ? Aaron aurait pu s'envoler.

      « Je suis canadienne... je ne sais pas si je te l'avais dit et je voulais savoir si j'aurai besoin d'un visa autre que mon visa pour travailler ici parce que j'ai besoin de reprendre et je ne sais pas si je vais avoir des problèmes avec la nationalité et tout... enfin tu vois le genre. Je veux juste savoir qui appeler et que faire parce que ça commence à devenir limite angoissant. »

    Le serveur revint rapidement et la rousse s'empressa de payer pour eux deux avant que son compagnon puisse dire quelque chose.

      « Je sais, je m'y prends un peu tard pour la rentrée en septembre mais j'ai eu des... problèmes. »

    Eleanor regarda ailleurs et passa une main dans ses longs cheveux ondulés. C'est que se souvenir de la soirée au gymnase n'était pas le meilleur moment de sa vie.

      « Enfin bref, la motivation est là, dis moi ce que je dois faire, je suis ton élève. »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Lun 27 Déc - 18:57

Elle parlait beaucoup. Et ça me faisait du bien. L'écouter parler d'autre chose que ce que j'entendais désormais quotidiennement était salvateur. Soit elle ne savait pas pour Aby, soit elle taisait ce qu'elle savait et je lui en étais reconnaissant. Depuis deux mois, je n'avais droit qu'à des "condoléances sincères" et des regards inquiets ou même des regards de pitié. Tout cela ne faisait que renforcer la douleur qui m'habitait. Mais cette fille était tellement différente des autres qu'elle ne faisait pas comme eux et c'était bon.
Elle posait de nombreuses questions sans même me laisser le temps de répondre mais je la laissais faire. Elle réussit même à me tirer un demi-sourire, chose qui n'était arrivée qu'une ou deux fois depuis ce soir de mai. Mais la voir toute excitée, telle une lycéenne allant à son bal de promo, ça me faisait sourire, voilà tout. Ils étaient bien loin mes tracas quotidiens face à une telle bonne humeur alors je ne pouvais rester de marbre et ne pas être réceptif. Premièrement parce qu'elle ne m'avait rien fait et deuxièmement parce que son entrain était contagieux et surtout, mon sourire, si petit soit-il, était sincère.
J'attendis qu'elle finisse avant de rassembler en une réponse assez complète les éléments qui lui manquaient. Dur vue la quantité d'informations qu'elle cherchait à dénicher dès le départ mais au moins, cela me permettait de m'entrainer un peu à trouver les mots justes pour répondre à une étudiante. Parce qu'il fallait bien que je m'y fasse : je n'étais plus étudiant désormais. J'étais docteur, j'avais achevé ma thèse et en plus j'allais donner quelques cours.
Lorsque le serveur revint, j'eus à peine le temps de glisser ma main vers le portefeuille qui se trouvait dans la poche arrière de mon jean que la rousse avait déjà payé. J'en restai bouche bée, ne m'attendant pas à ça. La prochaine tournée serait la mienne. Je bus une gorgée de mon café ce qui me rafraichit les idées par la même occasion.

« Je commence par ton problème de visa : je ne connais absolument rien à toute cette paperasse mais je connais une personne qui travaille au bureau du maire alors je pourrais peut-être t'y conduire pour t'aider à en savoir plus sur le sujet. »

Une mutante cette connaissance. Très mignonne de surcroît. Mais je n'avais jamais exploré en profondeur ses nombreux atouts. Dommage, parce que je savais qu'aujourd'hui, je n'avais plus le coeur à ce genre de petit jeu. J'aurais du saisir l'opportunité avant. De toute façon, les choses étaient différentes aujourd'hui. Et cette mutante avait été secourue une fois par Luna alors elle ne pourrait me refuser son aide. De toute façon, elle faisait en général tout ce qu'elle pouvait pour nous aider cette fille là. Et je savais qu'elle nous aiderait encore pour un bon moment : Luna lui avait tout de même sauvé la vie.

« Pour la suite, on va procéder par étapes : aujourd'hui, on ne parle pas du cours de façon ... comment dire... totalement pédagogique. Aujourd'hui, je vais d'abord te filer quelques tuyaux pour mener au mieux ta vie de future étudiante. Tout d'abord, les inscriptions : tu peux t'inscrire quand tu le souhaites. Aujourd'hui me semble une bonne idée mais il te faut tout un dossier donc c'est un peu tôt je pense. Ensuite, je ne serai pas ton professeur. Je serai une sorte d'intervenant qui approfondira certains des cours auxquels tu assisteras grâce à mes recherches et à ce que je sais ou ce que j'ai appris. Je ne sais pas si je t'en avais parlé mais j'ai terminé ma thèse donc j'appuierai une petite partie de mes cours là-dessus. Etant intervenant, je ne serai pas ton professeur de façon officielle : on pourra facilement se côtoyer... »

Et ça n'était pas pour me déplaire. Je voyais en elle le moyen de vivre cette vie étudiante que je n'avais pas vraiment vécu la première fois. Même si désormais je me jetais corps et âme dans la gestion de Genome, j'avais toujours des missions de terrain et j'allais me réserver celles se déroulant au milieu des étudiants pour faire d'une pierre deux coups.

« ... d'ailleurs, la première étape de ton retour à une vie d'étudiante aurait du être de participer à une véritable fête d'étudiants mais comme nous sommes encore en plein milieux de l'été, on est forcés d'attendre jusqu'au bizutage. Ne t'en fais pas, ce n'est pas aussi terrible que ce que l'on croit, ce bizutage. Du moins, quand on est du côté de ceux qui bizutent. »

Je lui fis un clin d'oeil avant de boire une nouvelle gorgée de café.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Jeu 30 Déc - 17:24

    Tant pis pour le visa, on verrait ça en tant voulu si quiconque lui disait quoi que ce soit. Elle pourrait toujours se débrouiller, elle se débrouillait toujours de toute manière.

    Et voir Aaron reprendre un peu des couleurs en parlant un peu plus la fit sourire. Elle qui avait cru qu'il s'était forcé à accepter de la voir... Et aussi bizarre que cela puisse paraître, la rousse avait presque l'impression qu'il était heureux de la voir. Ou du moins que cela lui changeait de ses idées pas vraiment marrantes qu'il semblait avoir en tête.

    Son verre posé devant elle, elle perdit tout de même son sourire quand il parla de fête étudiante, et surtout de bizutage. Quelle idée bizarre et surtout stupide la concernant. Perdre le contrôle rien que quelques instants pourrait être fatal ou du moins douloureux pour quelqu'un.

    Son soit disant 'don' la rendait encore plus nerveuse depuis la soirée ratée du gymnase et elle se demandait encore comment elle avait pu ne pas faire de mal à William quand il l'avait sortie de l'édifice en feu. Mais tout ça était une bien autre histoire.

      « Du bizutage ? Alcool et compagnie ? Je peux pas vraiment faire ce genre de choses... je ne peux pas vraiment me permettre de perdre le contrôle de moi-même. Et je ne préfère pas que des inconnus me touchent... on sait jamais ce qui peut arriver pas vrai ? »

    Un sourire faux sur son visage et Eleanor s'empressa de porter son verre de jus de fruits à ses lèvres. Il fallait vite qu'elle change de sujet si elle souhaitait que son interlocuteur ne revienne pas vraiment sur le sujet.

      « Tu n'as qu'à penser que je suis une sauvage canadienne pas du tout apprivoisée ! »

    Cette fois elle sourit un peu plus alors qu'elle se réinstallait un peu plus tranquillement dans son siège.

      « Donc tu seras un intervenant... c'est parfait, je pourrais te soudoyer si j'ai besoin d'infos pour les exams. Après tout tu seras bien en contact avec les profs... Je suis une bonne cuisinière il paraît, je te ferai ton gateau préféré et je te l'apporterai avec un grand sourire innocent. Ca t'irait ? »

    Le ton léger de la conversation qu'elle venait de réinstaurer lui allait tout de même mieux. Pas besoin de ressasser les évènements du gymnase ou de parler de pseudo bizutage qui la ferait mourir de rire après ce qu'elle avait vu.

    Il était tout de même plus sympathique de parler de choses plus agréables, comme les examens par exemple. Comme elle avait hâte de redevenir une étudiante, la barmaid allait passer son temps libre à lire et à apprendre des choses qui la passionneraient et d'autres moins. Mais c'était le jeu, et il était clair qu'il en valait la chandelle.

      « Alors je t'écoute, j'ai même prit un cahier pour te montrer à quel point j'étais motivée ! »

    Et elle les sortit pour montrer tout ça.

      « Vas-y, j'écoute les tuyaux. »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Ven 31 Déc - 14:46

Je n'avais pas raté le fait qu'elle craignait de toucher les autres. C'était clair comme de l'eau de roche : elle était mutante et son dos était dangereux. Du moins à ses yeux. Mais je n'avais pas envie de me lancer dans ce sujet-là. Je ne voulais pas me retrouver une fois de plus rattrapé par cette capacité qui était à l'origine de mes plus grands malheurs, ce gène qui allait finir tôt ou tard par bouleverser l'humanité toute entière. Mais pas aujourd'hui car j'étais venu ici en tant qu'Aaron O'Hara le futur enseignant, le jeune diplômé. Je ne voulais pas être Aaron O'Hara, le type à la tête d'une organisation qui n'était peut-être rien d'autre que le pâle reflet de Genetic en réalité. Je chassais vite fait ses idées noires qui revenaient sans cesse par vagues fracassantes dans mon crâne pour me rappeler que je ne pouvais fuir ma vie, ma triste réalité, ma solitude grandissante depuis la mort de ma soeur...
Je bus une autre gorgée tout en la regardant faire. Un grand sourire assez moqueur s'afficha sur mon visage : nous avions un peu plus d'un mois pour la préparer à ces séances de bizutage et je comptais bien évidemment sur le fait qu'elle y participe. Elle possédait un pouvoir qu'elle avait du mal à maîtriser ? Je ne la connaissais pas encore mais j'allais tout faire pour qu'elle soit capable de participer à toutes ces petites fêtes sans avoir peur. Je connaissais cette peur et je ne l'avais toujours pas dépassée. D'ailleurs, elle grandissait à une vitesse fulgurante depuis ce fameux soir mais je travaillais sur moi, comme toujours depuis plus de six ans. En tout cas, elle ressemblait de plus en plus à une étudiante avide de savoir et sortant tout juste du lycée : les petites étoiles dans ses yeux n'étaient pas sans rappeler celles qu'on voyaient à coup sûr chez ces jeunes adolescents qui commençaient la vraie vie d'adulte une fois le seuil de la fac franchi. J'avais connu cet état là, même si à l'époque, je n'avais pas vraiment eu la tête à tout ça. Peut-être que c'était ça justement, qui faisait que j'avais envie d'aider cette fille : au fond de moi, c'était peut-être mes débuts d'étudiant que je voulais retrouver, cette jeunesse que j'avais perdue bien trop tôt au profit de Genome. Et tout ça pourquoi ? Pour perdre la seule personne qui me restait encore au monde...

« Prends bien note : tu participeras aux bizutages car tu ne peux pas y couper, c'est comme ça. tu ne sera spas obliger de tout faire mais tu devras être présente. Sache d'ailleurs que l'alcool n'est qu'une option parmi tant d'autres. Et j'accepte avec plaisir les gâteaux faits maison : j'ai une préférence pour les gâteaux moelleux et pas trop secs, tu es prévenue. »

Je lui fis un clin d'oeil. Je me sentais plus léger. J'oubliais un peu ma vie là, dans ce café, alors qu'il faisait une chaleur étouffante dehors et que les cours approchaient à grands pas. J'avais besoin deu début de ces cours pour ne pas faire que des gardes à Genome. Qu'allais-je faire de ma maison d'ailleurs ? Je ne pouvais me résoudre à la vendre : même si je considérais Chicago comme mon véritable chez moi, cette maison nous avait abrité durant près de quinze ans et j'y avais de nombreux souvenirs heureux. Il me faudrait du temps, voilà tout. Beaucoup de temps pour espérer pouvoir y vivre à nouveau en paix.
Je recommençais à accueillir cette vague de pensées parasites. C'était inévitable et épuisant à la longue. Alors je bus une nouvelle gorgée de mon café glacée comme pour chasser tout ça et je poursuivis, lui souriant toujours.

« Si vraiment tu veux prendre un peu d'avance sur le programme pour ne pas être trop perdue et submergée à la rentrée, je peux t'indiquer la liste des bouquins étudiés au cours de l'année mais il faut savoir que le professeur qui enseigne actuellement fait surtout cours en fonction de son propre savoir et tu ne trouveras pas tout ce qu'il a à t'offrir dans des bouquins. Par contre, je veux bien partager mes vieilles notes si ça te tente. A savoir que ce n'est pas gratuit : tu dois accepter de te faire bizuter un peu... »

C'était cruel mais c'était aussi un moyen de m'assurer qu'elle allait venir et surtout, qu'elle allait bosser sur sa capacité à faire face. Je sentais qu'elle avait les épaules pour. A savoir si elle en était consciente ou non.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Sam 1 Jan - 22:00

    Sérieusement ? Il n'avait donc pas un peu de jugeotte ? L'homme face à elle qui semblait avoir des tonnes de réponses à toutes ses questions les plus folles n'avait même pas l'impression que son donc pourrait être dangereux ? La rouquine avait quand même laissé passer quelques informations sur cela mais apparemment, le doctorant n'avait pas bien compris.

    Mais il y avait ses notes au bout du tunnel et ça, ce n'était pas négligeable. Si on ne la touchait pas et qu'on ne la surprenait pas alors tout irait bien. Et s'il était là, sachant qu'elle le connaissait, alors il pourrait toujours lui venir en aide en cas de besoin. Même s'il ne pourrait probablement pas la toucher en cas de pépins majeurs.

    La canadienne soupira fortement avant de planter ses yeux bleus dans ceux de son compagnon.

      « Ca marche, mais pas d'alcool et personne qui me touche sans me prévenir. Va pas croire que je sois une rabat-joie surtout... »

    Et ce n'était pas le cas, du moins elle l'espérait. C'est vrai qu'elle était plutôt sauvage pour une femme de 24 ans. Pas d'amis, peu de connaissances, simplement un petit-ami bizarre (ce qui était extrêmement nouveau dans sa vie d'ermite). Eleanor avait tellement bougé depuis son adolescence, ne pouvant compter que sur elle-même que se laisser aller à faire de simples rencontres lui était difficile. Ce n'était bien entendu pas pareil avec Timothy mais avec le reste du monde, si.

      « Et bien entendu, j'accepte tes notes avec plaisir Monseigneur l'intervenant, je ne compte pas souffrir pour rien, tu crois quoi ? Et j'aurai mon boulot en plus le soir, alors peut-être pour que je ne pourrais même pas venir. Je ne peux pas me permettre de dire non à mon patron, ce serait un bon moyen de me faire virer et je ne peux pas me le permettre avec deux enfants en bas âge. »

    Elle rigolait bien évidemment et elle espérait qu'il ait compris la chose ou elle allait rire, vraiment.

      « J'irai m'inscrire dans la semaine je pense quand j'aurai tout ce dont j'ai besoin. Je t'appellerai en ca de besoin mais je pense que je pourrais me débrouiller comme une grande pour les papiers. Par contre si j'ai des choix d'options je pense que j'aurai besoin de toute ta science. Je sens que tu vas devenir mon mentor... »

    Son prof X. des X-Men ou quelque chose comme ça, elle serait Ororo Munroe et ils ouvriraient une école spécialisée pour les mutants d'ici quelques années. Ou un institut ou quelque chose comme ça. Ou encore, elle serait Jean Grey, sans les morts à répétition à cause de son don incontrôlable bien évidemment. Ca lui plairait peut-être ce genre d'idées, elle n'allait pas rester derrière un bar toute sa vie, c'est bon, la rousse connaissait par coeur des tonnes de cocktails différents et connaissait tout les alcools possibles et inimaginables. Il fallait évoluer désormais.

      « Tout ça pour te dire qu'on ferait bien de se donner des rendez-vous course plus souvent. Enfin si tu as le coeur bien accroché parce qu'il est évident que j'ai plus d'entrainement que toi... »

    Elle sourit largement avant de porter son verre à ses lèvres de nouveau.

      « C'est quand même plus sympa que d'être seule même si j'ai les chiens parfois. Enfin pas tous, j'ai toujours Piwi mais les autres sont en général trop blasés pour me suivre. Donc si tu aimes les chiens, je pense qu'on pourrait s'entendre... »

    Ca lui changerait d'avoir quelqu'un avec elle, et si c'était Aaron, ce serait encore mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Lun 3 Jan - 22:18

« Donc je vais pouvoir commencer à faire la liste de ce que tu auras à faire lors de ton initiation... »

La rouquine avait déjà changé de sujet.
Elle passait du coq à l'âne avec aisance, du bizutage au cours, des cours à ses papiers, de ses papiers au jogging et du jogging... aux chiens. J'arquai malgré moi un sourcil. Je n'osais imaginer comment tout ça se déroulait dans sa tête : peut-être avait-elle des diapositives à la place des éternelles cases qui étaient le modèle créé par l'humanité pour mettre une image sur la mémoire. Elle, ce n'était sûrement pas des cases qu'elle avait : c'était une sorte de film qui se déroulait au fur et à mesure et sur lequel devait se trouver plusieurs choses différentes qui lui faisaient penser à tout d'un seul coup.
Du moins, c'était l'impression que ça me donnait.
J'aurais du trouver la situation bizarre : une fille que j'avais rencontré sur une piste de course, à qui j'avais fait une promesse lors de cette même rencontre et que j'avais revu dans de terribles circonstances se tenait face à moi et me parlait de chiens. Mais ça semblait tellement naturel en sortant de ses lèvres que je trouvais ça presque normal. C'était simple. C'était tout ce dont j'avais peut-être besoin finalement.

« C'est bon pour les courses ma chère. Mais sache qu'on ne se verra pas seulement sur une piste si tu désires vraiment bosser plus vite et plus efficacement : comme tu l'as si bien souligné, tu es plus entrainée que moi et je risquerais d'avoir un peu de mal à te faire cours tout en essayant de tenir la distance à tes côtés. »

C'était un peu d'humour mais je n'en pensais pas moins. J'avais pu constater par moi-même ses qualités de joggeuse et je savais que, malgré ma condition physique, nous n'avions pas du tout le même niveau. De toute façon, je ne courrais quasiment plus alors elle serait en quelques sortes mon mentor : un échange de bons procédés, voilà tout.
Je fourrai la main dans mon sac que j'avais pris soin d'emporter avec moi et j'en sorti mon porte-feuille. Je l'ouvris et attrapai un vieux morceau de papier glacé, légèrement froissé par les épreuves du temps et le lui tendit.

« Lui, c'est Jack. Il a été mon plus fidèle ami quand j'étais gosse. Nous l'avions eu pour nos quatre ans avec Aby... »

Ma gorge se serra illico. Je n'y pouvais rien, tout me ramenait sans cesse à elle. Je tentais d'éviter soigneusement le sujet depuis sa disparition mais ça demeurait bien compliqué quand on savait que j'avais passé près de vingt-cinq ans à ses côtés. Je bus une gorgée de mon café pour aider ma gorge à retrouver sa mouvance.
Jack avait été un compagnon fidèle, je ne l'avais jamais oublié, un bon gros Bouvier Bernois qui gambadait gaiment dans notre jardin à Chicago. Nous l'avions même emporté avec nous à L.A. mais il avait fini par devenir vieux et nous avait quitté peu de temps avant la disparition de nos parents. Nus aurions peut-être du prendre ça comme un signe.

« Il est mort il y a un bon moment mais il adorait m'accompagner quand je partais me balader : mais lui, il ne courait pas, c'était un feignant le type. Il préférait marcher tranquillement ou attendre à l'ombre d'un arbre. Enfin, tenter l'expérience avec Piwi ne me dérange pas du tout. Il est de quelle race ton compagnon ? Ça fait longtemps que tu l'as embarqué dans tes courses folles ? »

Peut-être que qu'il aurait fallu que je prenne un compagnon pour combler le manque. J'avais du mal à être moi-même avec les autres ces derniers temps et je me terrais bien souvent dans les locaux de Genome, me débrouillant pour avoir des bricoles à faire dans les zones les plus reculées du bâtiment.
Je n'arrivais plus vraiment à communiquer avec eux, tous ceux qui tentaient de me consoler à chaque instant, me considérant presque comme un malade. Mais avec cette fille, je ne ressentais rien de tout ça et ça me faisait du bien. D'ailleurs, ça faisait une bonne dizaine de fois que je me répétais ça. C'était donc sans doute possible la vérité pure.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Mar 4 Jan - 16:25

    Ils en étaient là ? Si rapidement ? A se montrer leurs chiens respectifs, enfin le sien était mort et Piwi n'était pas vraiment le sien. Mais quand même !

    La rouquine se saisit de la photo et sourit avec attendrissement avant de la lui rendre. Tim allait être dans un état incroyable quand un de ses chiens passerait l'arme à gauche. Ils étaient comme des humains pour lui, sa famille (inconnue pour elle) c'était eux, les quatre monstres, la rate et le perroquet. Bob avait déjà une dizaine d'années, mais ça lui laissait encore quelques temps.

      « Piwi ? Il vient avec moi tous les jours enfin ça doit faire un mois et quelque. Mais c'est pas mon chien, c'est le chien de mon copain. On en a quatre, je crois que je t'avais dit. Je pense que seul Piwi est susceptible de m'écouter. Rasta n'en ferait qu'à sa tête, Watson je devrais le porter et Bob préfère rester avec Tim, donc... j'ai mon Jack Russell avec moi. Il est tout petit alors si besoin je peux le porter. Et il adore courir donc c'est juste parfait.... »

    Eleanor éclata de rire après avoir fini son verre d'une traite.

      « Il est pas croyable, il saute tout le temps quand on est que tous les deux. J'essaie de l'embarquer le plus souvent possible. Je crois qu'il carbure à l'ecstasy, il est toujours prêt... ou alors des amphétamines pour chien... c'est possible ce genre de choses ? »

    Aaron allait devenir un ami, c'était clair comme de l'eau roche. Elle aimait déjà sa présence et son sourire discret et ses manières de jeune homme futur professeur. Ah comme elle bénissait le jour où elle l'avait rencontré sur la piste de course.

      « Enfin bref... je sais pas si tu pourras arriver à mon niveau, quand je peux je cours deux fois par jour. C'est pas pour me moquer de toi hein... c'est juste que je pense que je cours trop. Ca me calme, ça m'aide un peu à évacuer mais je mets une heure à être fatiguée. »

    Facile de courir plus longtemps quand on ne ressentait aucun changement de chaleur. La plupart des personnes attrapait des points de côté avec leur respiration qui s'emballait et la chaleur qui leur montait aux joues. Mais pas Eleanor, elle trichait même sans s'en rendre compte. Au départ, elle devait se concentrer pour modifier sa chaleur corporelle, mais avec le temps, tout en devenait automatique.

    Prendre une douche glacée, courir pendant plus d'une heure, rester trop longtemps dans un sauna ou même faire de la montagne extrême sans rien ressentir. Tout était possible pour elle et cela pouvait tout aussi bien se montrer dangereux. Combien de fois s'était-elle brulée sans ressentir la chaleur typique de la flamme sur sa peau ? L'automatisme de son don lui faisait parfois peur mais elle préférait ne point y penser, choisissant les bons côtés plutôt que les mauvais.

      « Il faut qu'on travaille sur ta respiration surtout et ensuite tu pourras me suivre sans aucun problème. C'est plutôt simple en fait. Et ne joue au héros, si tu ne peux plus me suivre, hurle ! Et je m'arrêterai peut-être pour toi... »

    Un sourire espiègle sur le visage, ses yeux bleus plissés pour le scruter, la future étudiante ne se lassait pas de cette conversation.

      « Et fais attention à moi pour ce bizutage, je ne veux pas de problèmes alors souviens-toi, pas de grosses surprises en me touchant. Je pense que tu sais que ça peut faire des dégâts... »

    Ca, c'était dit.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Jeu 6 Jan - 0:25

Elle n'était pas croyable : chiens amphétamines... Très peu de gens auraient fait cet enchainement d'idées. Enfin, elle me dérobait quelques sourires et c'était agréable.
Elle possédait cette fraîcheur qui me manquait, alors que je vivais désormais dans mon bureau de quinze mètres carrés. A force de passer mes journées cloitré à Genome, j'en avais presque oublié ce qu'était la vie. Je ne vivais presque plus, je m'en rendais compte. Mais je n'y pouvais rien : je savais qu'il me faudrait encore beaucoup de temps pour faire mon deuil. Pour nos parents, ça avait été très long et pourtant, ils étaient tombés de leur piédestal le jour où ils étaient morts. Mais Aby... c'était différent. Elle avait été la seule et unique personne qu'il me restait et pour qui j'aurais donné ma vie si je l'avais pu.
C'était le contrat : sa vie contre la mienne. Sauf qu'on ne m'avait pas laissé l'occasion de l'honorer, ce contrat. Et chaque jour depuis le drame, ça me rongeait de l'intérieur. Je n'en pouvais plus et sortir pour voir d'autres personnes me faisait un bien fou. Surtout avec tout ce qu'il se passait actuellement à Genome : certains de mes choix étaient assez mal vus et je sentais chaque jour un peu plus le regard pesant de ceux qui réfutaient mes actes. Mon acte plus précisément. Mais je m'en foutais : j'avais agi sur un coup de tête et cela pourrait finalement finir par payer un jour...
Mais pas aujourd'hui, aujourd'hui je voulais parler d'autre chose et j'étais en compagnie d'une très grande bavarde, ce qui avait deux avantages : premièrement elle me faisait penser à autre chose, deuxièmement elle parlait largement assez pour deux alors mon côté peu loquace depuis la disparition d'Aby transparaissait un peu moins face à cette pipelette. Et ce n'était pas un reproche : loin de là.
Trop de monde à Genome se contentait de me regarder sans parler, sans savoir quoi dire. Ça ne me faisait pas plus de mal, je ne pensais pas que ce soit réellement possible de toute façon, mais l'atmosphère en devenait trop pesante. Bref : cette sortie était une superbe occasion d'oublier...

Sauf que la rousse n'en avait pas décidé ainsi visiblement : elle m'avait taquiné sur mon endurance puis elle avait clairement lancé un sujet épineux qui appelait, j'en avais la quasi certitude, à parler de mutation. Elle venait de dire que la toucher était dangereux en me lançant une ben explicite : dommage, moi qui avais décidé de ne pas parler des sujets qui fâchent...
J'avais déjà contourné la chose une fois, lors de son arrivée. Je n'étais pas certain de pouvoir le faire une seconde fois : visiblement, elle voulait en parler.
Une nouvelle gorgée, une inspiration et je fus prêt.

« Je vois ce que tu veux dire... Je t'ai vu ce soir-là, à UCLA. Et je suppose que toi aussi, tu m'y as vu. Je ne sais pas ce que tu as vu, jusqu'à quel moment tu es restée, mais je pense que maligne comme tu l'es, tu n'as pu passer à côté de la chose essentielle. Tu sais, la présence de nombreuses personnes comme dans les comics dont nous avions parlé ce jour-là, en courant. »

Je pris une nouvelle inspiration. Allais-je mettre les pieds dans le plat illico ? Allais-je parler de suite du fait que je savais qu'elle était comme moi ? Ou que tout du moins, je le supposais avec une certaine conviction ?
Oui, j'allais sûrement le faire. Maintenant ? C'était la question que je me posais. Avais-je réellement envie d'aborder ce sujet si tôt, alors que je ne la connaissais même pas ? Pourquoi me posais-je ces questions ? Après tout, j'avais l'habitude de parler de ce genre de choses aux inconnus en danger, quand je leur parlais de Genome, de Genetic, de tout ce qui se passait en réalité.
Avec elle, les choses étaient légèrement différentes : je l'appréciais et c'était autre chose qu'une simple relation comme celle que j'avais avec les mutants que nous aidions. Aussi, je ne savais plus trop. Le mieux était sûrement d'arrêter de réfléchir et de foncer. Comme Aby l'aurait fait.

« Enfin, cette nuit-là, lors de la soirée, il s'est passé des choses horribles. J'ai d'abord une question à te poser : as-tu été en contact direct avec des personnes disons... différentes ? » Si elle avait été repérée par Genetic, la donne allait changer. Je venais tout juste d'avoir ce déclic : et si elle faisait partie de la liste désormais. Peut-être que je me trompais et qu'elle n'était qu'une simple humaine avec un code génétique normal après tout.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Jeu 6 Jan - 20:50

    Il avouait ! C'était fait, il l'avait vu et elle l'avait vu, cette fois c'était clair. Mais tout n'était pas si simple, la rousse ne savait plus vraiment comment enchaîner sur ce sujet. Elle n'en avait parlé qu'à une seule personne avant cela et c'était son petit ami qui semblait ne pas se rendre compte de ce que cela représentait.

    Alors que devait-elle faire ? Tout balancer sur le tapis au risque qu'il lui apprenne qu'elle se plantait totalement ? Jouer à l'ignorante même si tout était déjà allé bien loin niveau révélation ?

    La rouquine secoua la tête une fraction de secondes avant de poser ses deux coudes sur la table pour se rapprocher de son interlocuteur. Elle était trop sanguine pour cacher son jeu ou pour faire des faux semblants, autant y aller franchement. Une longue mèche rousse réajustée derrière son oreille et elle était lancée.

      « Ce que j'ai vu ce soir là ? J'ai faillit mourir parce qu'un soi disant tremblement de terre a ravagé le gymnase. Mais j'ai vu clairement deux 'clans' ou plus se mettant sur la tronche à coup de drôle de pouvoirs. Et tu en faisais partie ! »

    Eleanor jeta un coup d'oeil autour d'eux pour être certaine que personne ne les écoutait. Une fois cela fait et une fois rassurée, la demoiselle reprit.

      « Et si tu veux tout savoir, j'étais avec William Smith, mon ancien patron. Il trainait avec un asiatique plutôt mignon et quand j'ai filé, il est parti avec une grande blonde. Je suis venu le chercher parce que tout tremblait et elle m'a regardé bizarrement et elle s'appelait Kate d'après ce que j'ai compris. J'ai un cerveau qui fonctionne à plein régime et une très bonne mémoire photographique alors je suis certaine de tout ça. Mais il y avait tellement de monde, c'était dingue. »

    Tout lui revenait en mémoire par des flashs dans le désordre le plus total. Si ce moment pouvait être la dernière fois qu'elle parlait de tout ça, alors ce serait parfait.

      « Et quand tu parles de 'personnes différentes', tu parles de mutation génétique pas vrai ? Jouons carte sur table, toi comme moi savons parfaitement que nous faisons partie de ce groupe. Les questions qui s'imposent dans ma tête de linotte sont en somme assez simples : qu'est-ce que tu peux faire et qu'est-ce qu'il s'est passé au Gymnase ? »

    Ca faisait du bien, peut-être qu'il pourrait répondre à tout cela ou peut-être pas. Mais la rousse se sentait bien plus légère que quelques mois plus tôt. Il avait survécu lui aussi, alors il la comprendrait probablement. 

      « Mais on est pas obligé de parler de ça, je pourrais trouver des réponses par moi même. Et puis ma scolarité est plus importante je pense donc on peut continuer de parler bizutage en buvant du café froid ou du jus d'ananas... bien que j'ai envie de jus de fraises. J'adore les fruits, j'ai un espèce de mixeur spécifique pour créer les meilleurs smoothies du monde. Et les meilleures soupes froides ou soupes chaudes. Je pourrais t'en faire si tu veux, je suis une spécialiste de la nourriture liquide, j'adore ça ! Et c'est beaucoup plus simple que de faire des plats séparés parce que bien entendu Tim est végétarien... »

    Elle s'interrompit avant de pouffer de rire en plantant ses yeux dans ceux d'Aaron.

      « Je parle trop pas vrai ? Tu peux prendre tes affaires et filer, je ne t'en voudrais pas.... »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Dim 9 Jan - 13:35

Je ne m'étais pas attendu à ça. Enfin, j'avais bien compris que la demoiselle assise en face de moi dans ce café était très directement, mais je ne pensais pas avoir droit à tout d'un seul coup. Je compris une autre facette de sa personnalité : elle savait ce qu'elle voulait et prenait le chemin le plus direct pour l'obtenir. Pas d'esquive, pas d'entourloupe, pas d'hésitation. Quelque part, elle poussait à l'admiration cette fille. Et en plus, elle courrait vite.
Je n'avais pas perdu une miette de ce qu'elle m'avait raconté et elle savait pas mal de choses. Enfin, elle n'avait surtout rien raté de ce qu'il s'était passé ce soir-là et elle avait bien agencé tout ce qu'elle avait vu dans sa tête pour en sortir des hypothèses qui étaient tangentes à la réalité.
Le nom de Kate ne m'avait pas échappé. Si vraiment elle avait croisé la route de cette femme, les choses allaient sûrement se compliquer pour elle sous peu. Après tout, Reynolds était désormais à la tête des opérations chez Genetic. Et ce William Smith.... Ce nom m'était-il connu ? Non, ça ne me disait rien. Mais ça restait à creuser.
Elle cherchait des réponses. Qu'avais-je à lui offrir ? La vérité peut-être, tout simplement.

« Pour commencer, tu ne te trompes pas. C'est bien à cause des mutants tout ce bordel à UCLA. Et à cause de moi aussi. Je... je suis géokinésiste : je contrôle les minéraux présents un peu partout et quand j'utilise ma capacité dans son extrême, je peux provoquer des.... enfin ... des séismes.... »

Nous étions toujours très près l'un de l'autre pour ne pas laisser filtrer cette conversation au-delà de nos deux paires d'oreilles. Je pris une nouvelle fois une claque en repensant au fait que c'était de ma faute. Que j'avais tout provoqué, qu'Aby était morte à cause de moi et que j'étais la cause de ces dix-huit morts. Ce nombre ne quittait pas mon esprit et il y resterait probablement jusqu'à ce que j'y reste.
Je sentais mes poings se crisper à nouveau, sous la table, mes avant bras appuyés sur mes cuisses. Je déglutis lentement. Je ne pouvais pas m'arrêter là, elle attendait beaucoup plus de toute façon, je le voyais dans ses yeux. Ce que je redoutais, c'était de finalement lire de la peur ou du mépris dans son regard, une fois qu'elle aurait compris que tout avait été uniquement de ma faute.

« Je ne sais pas ce que tu sais sur ta nature, sur notre nature mais nous sommes nombreux. Et avec des capacités très variées : electrokinésie, capacité à voler, à se métamorphoser, à changer certaines propriétés des corps, copier la capacité des autres... Les possibilités sont immenses. C'est pour ça qu'il existe bien un clan qui était là ce soir-là et qui fait absolument tout pour en savoir plus sur l'évolution et notamment sur les différentes capacités. Ils... pratiquent toutes sortes de tests sur leurs cobayes et ce n'est jamais bien joli.»

Je revoyais sans cesse la scène se déroulait sous mes yeux dès que j'abordais le sujet et c'en était difficilement supportable. Même deux mois après. Je n'avais pas recroiser Harwell depuis. Mais si tel avait été le cas, je ne savais pas ce que j'aurais été capable de faire. Peut-être le tuer. Sûrement...

« Ils étaient là ce soir-là et notamment un type que je déteste réellement. Je connais bien Genetic poour y avoir été retenu un bon moment avec ma.... Avec ma soeur. Et le type dont je te parle c'était fait un plaisir à l'époque de pratiquer sur nous toutes sortes de tests, même ceux qui n'étaient pas nécessaires d'après leur boss. Du coup, le revoir là, ça m'a un peu... fait péter un plomb. Et j'ai perdu le pas sur ma capacité... Tu connais la suite je pense. »

Je ne pouvais aller plus loin. Pas sans savoir si elle allait me considérer comme un monstre ou non. Peut-être allait-elle tout simplement se lever de sa chaise, me regarder une dernière fois et tourner les talons pour fuir.
Je la comprendrais. Je me serais fui moi-même si j'en avais l'occasion...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Mar 11 Jan - 13:14

    Là encore tout s'emballait et tout ce que lui disait Aaron était... terrifiant.

    Pas concernant son dérapage de pouvoir qu'elle ne pouvait que comprendre mais cette histoire de Genetic. Cela ressemblait à une histoire de Comic-books, et elle ne voulait pas vraiment y prendre part, pas sans y être obligée. Et cela semblait dingue qui plus est, de nos jours ? Un truc pareil sans que personne ne dise rien ?

    Mais elle avait failli perdre la vie indirectement à cause de cette organisation. Si Aaron avait perdu le pied c'était à cause d'un des types de là-bas qui l'ait torturé... Ok, cette conversation était dingue ! Mais c'était Aaron le joggeur qui lui inspirait confiance depuis leur rencontre, alors...

      « Je te crois et je ne pense pas que tout soit entièrement de ta faute. Si les autres n'avaient pas attaqué, tout le monde serait sorti à temps sans problèmes alors même si c'est dur, ne crois pas que tout vient de toi. »

    Elle était calme, peut-être un peu trop, les enjeux de ce que lui exposait Aaron n'étaient pas encore bien clair. Pour le moment, il était certain que la rouquine ne se rendait pas réellement compte de ce qu'il se passait. Tout ce qui était certain c'est qu'elle aimait voir Aaron sourire et qu'elle était fichtrement désolée pour lui.

      « Tu sais quoi ? Le jour où tout a commencé pour moi, j'ai plongé mon petit ami de l'époque dans le coma et j'ai presque tué mon frère. Et tout ça juste parce qu'ils m'ont touché... Et je ne peux pas avoir de relations normales avec les gens parce que je peux les tuer en cas de grosses émotions. J'ai fait convulser mon propre copain rien qu'en le touchant. Tu te rends compte ? Et si je peux courir autant c'est parce que je ne ressens rien du tout. La température de mon corps change à volonté, et je fais pareil aux autres. Mes organes sont capables de supporter des chaleurs monstrueuses tout comme un froid polaire. Je pourrais marcher pieds nus et en maillot de bain dans la neige en plein hiver tout en ressentant une grosse chaleur si je le veux. Bon, je perdais probablement mes doigts de pied mais ça c'est même pas sur ! Donc niveau problème de maîtrise, je ne peux que compatir. »

    La rousse sourit quelque peu tristement avant de lui prendre la main pour lui envoyer une vague de chaleur. En général les gens réagissaient plutôt positivement... mais ils n'étaient au courant de rien. Tout ce qu'Eleanor espérait c'est qu'il se sente un peu mieux, moins... coupable comme il semblait le prendre. Qu'il se confie même s'il voulait. Parce que même si elle monopolisait beaucoup l'attention, elle restait très observatrice et muette quand il le fallait.

      « Et y'a pas un moyen de les arrêter les Genetic ? Appeler les flics ou le président ou un truc comme ça. Dans votre pays c'est toujours ce qu'il se passe, enfin dans les films en tout cas. Et j'avoue que depuis que je suis à LA, j'ai l'impression d'être dans un film constant. Les obèses en plus. »

    Une main dans ses longues boucles rousses et elle dodelina de la tête, pas certaine de ce qui allait suivre.

      « Ca te dirait qu'on se voit demain ou plus tard ? Pour courir un peu et mon dossier d'inscription et tout ça... Enfin tu vois... »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Mer 12 Jan - 17:58

Cette fille avait un don. Et je ne pensais pas à sa capacité, non. Elle était tellement différente, comme détachée de ce qui définissait en général les êtres humains. Là où les gens qui savaient pour le drame du gymnase et qui ne me connaissaient pas me juger en criminel, elle, elle me comprenait. Sans même me connaître. Elle me bluffait.
Son pouvoir était fascinant. Il avait quelque chose de réellement dangereux comme le mien et de tellement attractif aussi ! Visiblement, elle ne le maîtrisait pas et ça lui posait problème. En même temps, j'étais sensé maîtriser le mien mais la catastrophe du gymnase m'avait assurée tout le contraire. Maîtriser la température de son corps devait quand même avoir certains avantages : comme se calmer direct en cas de coup de chaud imprévisible.
En tout cas, la vague de chaleur qui crépitait de ses doigts aux miens eu un drôle d'effet sur moi : malgré la chaleur de l'été, ce petit coup de chaleur là n'était pas dérangeant, au contraire...

« Le Président... Toi qui visiblement connais les films américains, tu n'as pas remarqué qu'à chaque fois, dans chacun des scenarii de film aussi originaux et uniques soient-ils, les hommes différents sont pourchassés, traqués, enfermés ? Alors imagine un peu ce que ça donnerait si tu transposes tout ça au niveau de la réalité... »

Nous voulions à tout prix éviter qu'une telle chose se produise : là, Genome et Genetic agissaient dans le même sens, cacher jusqu'au bout toute cette histoire d'évolution au monde.
Elle avait tout un lot de questions visiblement. A commencer par ce qu'elle avait vu : elle avait bien parlé de deux "clans" et elle cela menait bien sûr vers l'opposant à Genetic.... Genome. Je ne pouvais pas lui en dire trop tout de suite. Et puis, tant qu'elle n'était mêlée à rien, autant la préserver, qu'elle puisse profiter de sa nouvelle vie d'étudiante en toute tranquillité, sans avoir à se soucier du fait qu'elle soit pourchassée ou non...

« Il y a des résistants bien sûr. Personnellement, dès que je peux aider d'autres personnes comme nous qui sont en difficultés, je le fais. C'est un moyen pour moi d'occulter mon enlèvement, de l'effacer en aidant les autres. Je me sens utile comme ça. Mais c'est trop peu et Genetic est une machine bien trop puissante avec des appuis partout, comme au bal où les agents de l'organisation étaient en nombre...»

Je repassais certaines scènes dans ma tête, revoyant chaque personne que j'avais identifiée comme étant de Genetic. Il y en avait eu pas mal. Et ils étaient quasiment tous passés par les vestiaires...

« Merde »

Je venais soudain de faire le lien. Je venais d'ouvrir enfin les yeux sur ce qui m'avait paru être un tout petit détail. Comment n'avais-je pas pu comprendre ça plus tôt ?
Cette sensation de chaleur étrange dans mes doigts, elle ne m'était pas inconnue, sauf que lorsque je l'avais ressentie, c'était dans sa phase glacée et sur ma cheville, se propageant le long de toute ma jambe....
Reynolds. Elle avait piqué ce pouvoir à Eleanor ce fameux soir. La rouquine venait de me citer une Kate. J'étais alors comme dans un pseudo état de panique : elle n'était peut-être pas en sécurité finalement. Surtout depuis que j'avais laissé filer Kate pour récupérer Holster...
Une nouvelle fois, en voulant bien faire, je venais de créer des catastrophes en chaine. Et si Reynolds s'était parfaitement souvenue de la jolie rousse ? Et si elle avait apprécié son pouvoir au point de vouloir réitérer l'expérience ? Je sentis mes mains se crisper, encore. Comment était-il possible de tout faire de travers constamment ? N'avais-je donc pas droit à un répit ? A une chance de bien faire, comme je le souhaitais.
e pris sa main, et dans un souffle, lui posai une question cruciale.

« Cette Kate, que tu as vu ce soir-là, elle connait ton nom ? »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Jeu 13 Jan - 18:30

      « Arrête un peu, c'est pas parce qu'on a quelques gènes qui partent en vrille qu'on nous enfermerait pour autant ! Peut-être que Genetic comme tu dis sont des vrais cinglés, mais votre gouvernement e laisserait pas ce genre de choses arriver ! Sérieusement ! »

    Un peu négatif le Aaron, il devrait rencontrer Tim et sa vision des choses en sortirait plus que changée.

      « Et puis cette Kate, elle m'a juste regardé, elle sait pas qui je suis et je ne vois pas pourquoi ce serait un problème. Tu sais que je travaille dans un bar... et bien j'ai des tonnes de clients qui connaissent mon nom et je n'ai jamais eu aucun problème. Rien du tout. Alors une de plus... »

    Eleanor sourit sans vraiment comprendre l'agitation soudaine qui s'emparait de son interlocuteur. A moins que cette fameuse Kate soit une personne de Genetic, et là, ça s'annonçait complètement différent. Et vu la tête de son compagnon de mésaventure, c'était bel et bien le cas.

      « Ok... donc en gros, je suis fichée si elle connaît mon nom. C'est ça ? Je dois faire quoi ? Me teindre en blonde et prendre la poudre d'escampette ? C'est une cinglée du projet des expériences sur humain pas vrai ? Comment est-ce que c'est possible que personne ne se rende compte de rien ? Tu m'expliques ? »

    Oh que ça l'énervait cette histoire tout droit sortie d'un bouquin de science fiction. Et par la même, elle était elle aussi tout droit sortie de ce genre de livre. Si elle n'était pas elle même une mutante, elle n'aurait jamais imaginé que ce que disant le doctorant était véridique.

      « Si plusieurs personnes sont au courant de ce qu'ils font et si tu sais qu'il y a des résistants, pourquoi ne créez vous pas un groupe commun pour les faire tomber ? Après tout on a des donc nous aussi, on pourrait les faire tomber non ? Enfin je dis 'on' mais je maîtrise même pas le mien, je suis au courant de rien du tout alors VOUS devriez faire quelque chose ! Ca me semble logique ! »

    Logique en théorie, parce que tout ce qu'elle apprenait était tout neuf, trop irréel et tout ce qui lui venait à l'esprit était du réchauffé des dessins animés qu'elle avait vu à la télévision étant petite.

    Un groupe de méchant se battant contre un groupe de gentils et les méchants finissaient par devenir des gentils. Sauf le grand méchant bien entendu qui finissait par mourir tout à la fin. Et tout allait bien pour tout le monde après ça. Et bien sur ils étaient aussi tous riches grâce aux dons d'un des grands parents d'un inconnu.

    En bref, Eleanor était complètement à côté de la plaque sur le coup.

      « Je crois que je panique à cause de cette histoire, ça fait beaucoup d'un coup. Est-ce que tu crois que je suis en danger ou quoi que ce soit ? »

    Un bref regard à la pendule derrière le comptoir et la rousse se retint de se lever.

      « On peut se voir plus tard ? Il faudrait que je rentre pour faire ce dossier d'inscription... »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Ven 14 Jan - 23:38

Elle recommençait. Au début, c'était drôle, mais là, le sujet était disons assez épineux et la jolie rousse recommençait ce qui allait tôt ou tard finir par m'agacer. Oui, elle recommençait à poser des tas de questions sans attendre d'avoir reçu de réponse avant de passer à la suivante. Rien de mieux pour laisser son interlocuteur sur la touche. J'avais réussi à suivre tout ce qu'elle disait et surtout, ce qu'elle voulait savoir, mais impossible d'en placer une pour répondre entre deux questions : elle avait du souffle la petite. Restait à savoir si c'était grâce à son entrainement à la course ou justement à son côté très bavard parce qu'elle possédait un débit de parole de compétition !
Alors j'avais décidé d'écouter jusqu'à ce qu'elle fasse une pause. Elle y était obligée de toute façon, qu'elle soit une infatigable pipelette ou non, elle restait humaine et allait nécessiter un peu d'oxygène à un moment ou à un autre.
Voilà que maintenant je divaguais sur son étrange talent alors qu'elle abordait des sujets extrêmement sensibles. Peut-être que c'était mon moyen de relativiser sur la chose après tout : me concentrer sur sa façon de s'exprimer et de s'intégrer plutôt que de me pencher de suite sur le problème. Maintenant, à mon tour, pendant qu'elle regardait encore l'heure : il ne fallait pas rater le coche, sinon elle allait rajouter encore plus de questions et là, je ne saurais réellement plus par où commencer...

« Premièrement, ne sous-estime pas Genetic : ce soir-là, cette Kate a utilisé ton pouvoir sur moi. Elle en sait suffisamment désormais à mon avis pour te retrouver. Quand je dis qu'elle a utilisé ton pouvoir, c'est qu'elle l'a copié : c'est son don à elle visiblement. S'il s'avère que j'ai raison, il y a plusieurs voies possibles : soit ils ne savent rien sur toi et dans ce cas, tu as de la chance mais il faut absolument que tu évites les hôpitaux et tout ce qui est susceptible de leur donner ton ADN - je parle bien sûr des prises de sang et compagnie - et venons-en à la seconde voie, celle où Kate a réussi à trouver ton nom... »

Si tel était le cas, c'en était fini de la rousse. Enfin, fini de sa vie actuelle, insouciante au possible avec une capacité pareille. Si son dossier avait été constitué et s'il était sur le bureau qui désormais était celui de Reynolds, alors Eleanor était en danger. Peut-être le moment était-il venu de parler de Genome....
Non. Je devais d'abord connaître la situation : inutile de la plonger dans le côté sombre de l'évolution si ce n'était pas nécessaire. A ça place, j'aurais aimé être épargné par tout ça...

« ... dans ce cas-là, tu es en danger immédiat. C'est à dire qu'à chaque instant, tu peux être filée ou même "réquisitionnée" pour passer des tests. Mais tu as plus de chance d'être en sécurité je pense. »

C'était ce que je devais lui dire parce que je venais soudainement de me rendre compte que j'y étais allé un peu fort. Je ne voulais surtout pas la faire paniquer pour rien. Quoique, visiblement, côté panique, ça avait l'air d'aller parce qu'elle semblait plus indignée par le fait que Genetic avait le monopole dans son enchainement de questions, quelques instants plus tôt. Elle semblait bien courageuse la rousse. Peut-être même un brin téméraire. Ça me plaisait.
Alors même si la conversation avait soudain pris un virage bien trop sérieux, je ne pus m'empêcher d'esquisser un léger sourire avant de répondre aux dernières questions que j'avais réussi à rattraper au cours du bombardement oratoire.

« Pour ce qui est de la résistance... Tu te souviens de ce que tu m'as dit, n'est-ce pas ? Deux clans qui se mettaient sur la tronche ? Ce n'est pas tout à fait ça, bien sûr, mais sache que tout le monde ne reste pas les bras croisés à attendre que ça passe, en fermant les yeux et en priant pour pouvoir les rouvrir une fois l'orage terminé. De mon côté, il m'est arrivé d'aider des personnes recherchées par Genetic : en les hébergeant et en les aidant à disparaître par exemple... » et ce n'était qu'un demi-mensonge : le mensonge par omission. Mieux valait la laisser dans l'ignorance tant qu'elle n'avait pas besoin de savoir vu que tôt ou tard, tout le monde finirait bien par savoir... « d'où mon contact au niveau paperasse, vois-tu ? »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Dim 16 Jan - 13:09

    Il croyait vraiment l'aider en lui disant tout ça ? Malgré tout ce qu'il venait de dire, une boule d'angoisse commençait à grossir dans son ventre.

    Elle était peut être fichée et elle allait peut-être être traquée par des cinglés. Tout allait mal et Eleanor maudissait cette soirée au gymnase, cela faisait déjà quelques temps que tout était fini mais les conséquences de cette sortie étaient de plus en plus nombreuses. Et surtout, tout cela risquait d'être désastreux pour elle, et par extension pour son petit ami.

    Et après tout ce qu'il lui annonçait, le jeune mutant lui expliquait qu'elle avait plus de chances d'être en sécurité que le contraire... ALLELUIA... ou pas. Eleanor s'était sentie blêmir fortement alors qu'il continuait de parler. C'était du grand n'importe quoi tout ce truc, elle allait finir enfermer par Genetic si elle ne faisait rien. Qu'ils débarquent chez elle, et elle pourrait se débrouiller. Son fusil de chasse était encore dans sa penderie, la rouquine savait encore bien tirer et ce petit engin pouvait faire de gros dégâts.

    Le problème restait quand elle était à l'extérieur, incapable de se battre, elle serait une cible facile. La conclusion était donc simple... elle ne sortirait plus jamais de chez elle et de chez Tim. Ce qui tombait bien puisqu'ils étaient voisins même si elle déménageait (sans s'en rendre compte) de plus en plus chez le beau brun. Tout avait commencé avec une brosse à dents puis un pyjama, et quelques vêtements, et du maquillage, et son sèche-cheveux... ça sentait fortement le squat.

    Tout ça pour dire que la canadienne se sentait mal, terriblement mal au fur et à mesure que la conversation avançait. Elle avait rencontré Aaron, puis s'était rendue à cette fête où tout avait brûlé et elle revoyait enfin Aaron qui lui racontait tout ça. C'était un gros complot contre elle, voilà la vérité !

    Et qu'est-ce qui lui prouvait qu'il n'était pas lui même de Genetic ? Avec pour mission de faire ami-ami pour ensuite mieux l'attraper et la mettre dans une cage ?

    Toute tremblotante, la jolie demoiselle porta son verre vide à ses lèvres sèches sans réellement le réaliser. Ses yeux restaient bloqués sur son interlocuteur. Elle divaguait, là c'était clair, plus que clair.

      « Mon cerveau est en train de lâcher... Tout ce que tu me dis est en train de me rendre dingue ! J'ai l'impression que je vais me faire dézinguer au coin de la rue. Je dois faire quoi pour avoir la paix ? Je suis juste une immigrée par clandestine qui essaie de faire sa vie dans vitre pays. Et ça commence à tourner au vinaigre. Je ne veux pas finir dans une cage et avoir mal pour rien. C'est juste dingue ! »

    Eleanor regarda autour d'elle quelque peu effrayée avant de reposer ses yeux sur Aaron.

      « Je dois faire quoi pour être en sécurité ? Je suis censée reprendre les cours en septembre, j'ai un petit ami et je commence à avoir des amis... enfin un seul. Je ne veux pas disparaître Aaron ! »

    Et elle espérait qu'il comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Lun 17 Jan - 9:49

Au départ, j'avais voulu lui faire comprendre que ce n'était pas un jeu, que c'était on ne peut plus sérieux. Mais là, j'avais frappé un peu trop visiblement parce que la rouquine aux yeux clairs commençaient à vraiment paniquer. Je n'avais pas eu l'intention de lui faire peur à ce point.
Je me rendis une nouvelle fois à l'évidence : je faisais tout de travers côté relationnel. J'étais incapable de communiquer normalement avec les autres, de trouver les mots juste, le bon dosage. Avant, j'en étais capable. Pourquoi plus aujourd'hui ? Peut-être tout simplement parce que je n'arrivais plus à analyser les situations aussi bien qu'avant, je n'arrivais plus à savoir à quel moment il fallait lancer une information précise sur le tapis, à quel moment il fallait mise un peu plus gros, à quel moment il fallait se coucher ou au contraire faire tapis et tout envoyer d'un coup.
Là, il fallait que je trouve un moyen de la rassurer un peu : après tout, je n'étais pas certain qu'elle soit directement en danger. Je ne savais pas si Reynolds la pourchassait ou non. Mais la prudence restait le mot d'ordre dans ma vie depuis que toute ça avait commencé. Alors il fallait qu'elle reste sur ses gardes.... Tout en continuant à vivre sa vie !

« Attends avant de te terrer dans un trou ! Rien ne dit que tu es en danger immédiat, je te rassure. C'est une simple hypothèse parmi tant d'autres. Pour l'instant, continue à vivre comme tu le fais tout en restant sur tes gardes : n'utilise pas ton pouvoir devant les autres, ne parle à personne de la biologie et de l'évolution comme tu l'as fait avec moi alors qu'on ne se connaissait pas et débrouille toi pour éviter toutes sortes de publicité... »

De mon côté, j'allais me débrouiller pour voir s'il y avait la moindre trace d'elle dans les fichiers de Genetic que nous avions réussi à pirater. J'allais tout faire pour la tenir hors de portée de Reynolds : ce n'était pas parce que je lui avais offert Genetic sur un plateau qu'elle allait nous laisser en paix. J'avais agis sur un coup de tête en chopant Holster et en foutant Kate à sa place. Je savais au fond de moi que ça avait été débile comme action mais tant pis. Là, le plus important, c'était qu'il était évident que Kate allait tôt ou tard se débrouiller pour remonter vers Genome et il allait falloir redoubler de vigilance...
Je voyais qu'Eleanor n'était toujours pas rassurée et je me sentais un peu coupable de son pic émotif. Je ne pouvais pas lui dire clairement que j'allais veiller sur elle jusqu'au bout et qu'une fois en cours, j'aurais tout le loisir de garder un oeil sur elle encore plus souvent... Je ne pouvais lui dire tout ça parce que ça incluait automatiquement Genome et que la mettre au courant la faisait entrer immédiatement au coeur du danger. A chaque fois qu'une nouvelle personne s'engageait à nos côtés, je commençais par ça : l'avertir des risques et du non retour en arrière possible quant au visage dévoilé à l'ennemi. Toute personne étant passée par Genome était considérée par Genetic comme dangereuse et gênante, qu'elle soit active ou non. Et là était tout mon problème de conscience vis à vis des alliés de Genome...
Alors je ne pouvais lui dire qu'en cas de pépin, elle trouverait une organisation capable de l'aider, de la cacher, de la surveiller et, si elle le souhaiter, capable de la faire disparaître et de lui offrir une nouvelle vie. Mais je pouvais lui promettre mon aide...

« ... de mon côté, je me débrouille pour savoir ce qu'il en est grâce à deux trois contacts. Mais si jamais tu as le moindre problème, de nuit comme de jour, à L.A. comme à l'autre bout du monde tu m'appelles. A n'importe quel moment. D'accord ? »

La conversation sur la légèreté de la vie étudiante venait de virer à une conversation beaucoup plus sérieuse et effrayante même. Nous en revenions toujours à Genome et Genetic. Quoi que je fasse, quoi que je dise, c'était ma mutation et mes engagements qui revenaient sur le plateau. Je ne pouvais plus détacher ma vie de tout ça. C'était comme gravé en moi, marqué au fer blanc. Mais j'assumais et de toute façon, je n'avais plus que ça...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Jeu 20 Jan - 17:42

      « Tu sais, va pas t'imaginer que je montre ou que je parle de ça à tous les gens que je croise ! Toi je t'ai juste vu trop de fois et j'ai confiance en toi même si je te connais pas. Mais j'ai pigé tout ça, merci. »

    La rouquine soupira, quelque peut mal à l'aise par toute cette histoire. Cet après-midi aurait du être placé sous le signe de l'avancement dans sa vie d'étudiante, de son rendez-vous avec un ami potentiel. Et au lieu de cela, elle apprenait des tas de choses, probablement trop de choses en si peu de temps.

    Elle risquait sa vie en gros. Tout ça parce qu'un de ses gènes ou plusieurs, avaient décidé de faire la fête et de partir complètement en cacahuète avant de s'agiter un beau soir alors qu'elle était une adolescente.

    Que devait-elle faire ? Devenir parano et refuser de sortir de chez elle ? Quitter la ville et s'installer ailleurs en suppliant Timothy de la suivre ? Ou encore se calmer comme elle savait parfois le faire pour continuer comme si de rien n'était, ou presque ?

    La réponse n'était pas bien simple, elle venait tout juste de se surprendre à fixer tout le beau monde autour d'eux. Qui sait ? Genetic était peut être dans le coin...

      « J'ai toujours cru que j'étais seule du moins avec ma mère, jusqu'à ce que je vois un client faire quelque chose d'inhumain et du coup je me suis dit qu'on était quelques uns à avoir les gènes détraqués mais pas plus. Et je ne pensais pas que d'autres soient au courant. Pas au point de créer un gros truc de psychopathes ! »

    Eleanor cessa de parler pour reprendre sa respiration qui s'emballait. Et comment pouvait-il en être autrement ? Aaron s'attendait vraiment à un « Yo Man, c'est cool, je m'en fais pas ! »... Tu parles.

      « J'en ai parlé à mon petit ami et à toi, c'est tout. Personne d'autre n'est au courant de ça. Et puis comment je suis censée balancer ça sur le tapis au cours d'une conversation mondaine ? »

    Elle remit une longue mèche de cheveux derrière son oreille avant de se redresser et de prendre une voix d'aristocrate.

      « Très chers amis, si vous saviez le don que j'ai, c'est ma foi fort amusant, je suis une sorte de mutante et je peux changer la température des êtres vivants. »

    Reprise de sérieux.
      « Non mais sérieusement, tu m'as passé l'envie d'en parler. C'est bon, j'ai fait l'erreur d'en parler à un ancien inconnu qui s'avère être toi mais je ne le ferais plus. Je voudrais tellement n'être jamais allée dans ce foutu gymnase ! J'avais quoi dans la tête ? J'aurai du rester chez moi à déprimer comme chaque soir depuis notre rupture mais au lieu de ça, j'ai choisi de sortir. Non mais c'était tellement stupide... »

    Mais d'un côté, grace à ça, elle s'était remise à son petit ami. Si tout avait été plus simple, alors cela aurait été encore plus parfait. Et aussi bizarre que cela paraisse, elle ne voulait pas se faire avoir, elle ne voulait pas se cacher, elle voulait vivre et réaliser des choses importantes dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Dim 23 Jan - 12:48

Moi aussi, j'aurais aimé ne jamais être allé dans ce gymnase. Bien plus que tout ce que la rouquine en face de moi pouvait imaginer. Si je n'avais pas été dans ce gymnase ce soir-là, Aby aurait été toujours là, toujours en vie. Si j'avais été capable de me maitriser et de ne pas jouer au con avec Harwell, aurait toujours été à mes côtés.
Sauf qu'aujourd'hui, j'étais seul. J'avais perdu la personne que j'aimais le plus au monde en un soir, en quelques heures. Et ça, c'était tellement injuste qu'en plus de m'en vouloir, j'en voulais à l'univers et à la nature de nous avoir plongés dans cette vie juste à cause d'un gène ridicule.
Je ne savais rien de ce que la rousse avait vécu ce soir-là mais je n'étais pas certain de vouloir aborder le sujet. Se raconter mutuellement notre petite fête allait finir par l'instant où j'allais lui dire que j'avais tué ma soeur et probablement les dix-sept autres victimes. Et puis, je ne la connaissais pas suffisamment pour aborder le sujet. Mais en même temps, peut-être qu'elle avait des informations importantes sur cette nuit dont je ne disposais pas. Non, je ne voulais pas replonger dans cette horreur. J'y pensais sans cesse mais en parler à quelqu'un était juste au-dessus de mes forces, c'était bien trop dur pour que je puisse le faire.

« Je ne te parle pas que des inconnus. Il faut savoir que nous sommes plus nombreux que ce que nous croyons : les premiers cas de mutation remontent sûrement au début du dix-neuvième siècle. L'essor ne s'est réellement fait sentir que vingt à trente ans en arrière, à l'époque de nos parents et grands-parents. »

Et on pouvait sûrement trouver des cas de mutation tout au long de notre histoire : l'équivalent d'une génération chez les humains correspondait à environ un million d'années côté évolution des espèces. Il était tout à fait possible que certaines légendes de nos contrées soient basées sur des faits réels, non ? Qui pouvait savoir ? Pour le passé, peut-être personne. Mais à notre époque, nous avions peut-être bien les moyens de comprendre et d'espérer pouvoir un jour anticiper. C'était le but de Genetic au fond. Le but de chaque chercheur....

« En gros, il se peut que certains de tes proches soient des mutants, il se peut que certains sachent pour toi : des personnes ont le pouvoir de sentir cette chose-là. Il n'y a pas que les inconnus. Mais ce n'est pas une raison pour avoir peur de vivre : il faut juste que tu sois plus méfiante et que tu y repenses à deux fois avant d'accorder ta confiance à quelqu'un... » Peut-être même quelqu'un comme moi après tout... « Et pour ce qui est de ce gymnase, personne ne recommencerait l'histoire si nous pouvions revenir en arrière... Absolument personne... »

Je ne lui avais pas dit que cette soirée avait dérapé à cause du fait que Genetic était venu faire une rafle : après tout, c'était en rapport avec la fac et elle s'apprêtait à commencer sa vie d'étudiante, je ne pouvais pas lui enlever ça. Elle semblait tellement heureuse de recommencer à zéro et de vivre une nouvelle vie que je n'avais pas le droit de la faire douter.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Mar 25 Jan - 15:57

      « C'est quand même pas si simple. Toi tu es au courant de tout ça depuis longtemps et moi pas du tout. Ca vient de me tomber sur la tête là. Alors laisse moi le loisir d'être terrifiée quelques minutes. J'ai un fusil de chasse dans mon armoire mais ça ne suffira peut-être pas. Mais au moins j'ai quelque choses au cas où je sois découverte... »

    Super comme discussion, la rouquine aimait les surprises quand ce qui en résultait était positif mais là... Un arrière goût amer et tenace restait dans sa bouche, si seulement elle avait su tout ça en avance.

    Mais il avait raison, elle ne pouvait pas arrêter de vivre et cela n'était pas son genre. Il allait donc falloir qu'elle vive avec comme si de rien était ou presque. S'empêcher de regarder par dessus son épaules tous les trois mètres et se forcer à sortir de chez elle même si l'envie allait lui passer un certain temps.

      « Mais j'ai ton numéro donc je t'appelle en cas de pépins, j'ai compris le truc. »

    Et il était logique que la mutation ne soit pas un élément neuf, leur siècle n'avait pas tout inventé non plus. Si seulement la barmaid pouvait savoir qui était quoi. Peut-être même que le président des USA en était un ! Après tout comment être certain de quoi que ce soit ? Toutes ces révélations, aussi effrayantes soient-elles lui donnait quand même envie de continuer son apprentissage sur le sujet.

    Qui était quoi ? Où s'arrêtait la mutation ? Combien de personnes ? Comment les autres le vivait-il ?

      « Tu en connais beaucoup toi ? Ma mère en était une et quand j'ai presque tué mon frère et mon petit ami, elle m'a mise à la porte sans rien m'expliquer. J'étais une ado paumée et elle ne m'a même pas tendue la main. Quel genre de mère fait ça ? J'aurai pu finir junkie ou je ne sais quoi. Je ne suis même pas certaine comment j'ai fait pour tenir le coup toute seule pendant toutes ces années... »

    Son regard azur se perdit dans le vide alors que des tonnes de souvenirs lui revenaient en mémoire. Voyager dans le temps, ou même se téléporter devait être un cadeau sans nom comme pouvoir. Alors que le sien... à choisir, elle s'en séparerait volontiers même si ses aptitudes sportives risquaient de chuter terriblement.

      « Enfin bon, on va pas déprimer pour si peu pas vrai... il faut que je fasse toute la paperasse maintenant, je deviens étudiante... à la base. »

    Et un sourire forcé, un !
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Sam 29 Jan - 22:56

« Comme je te l'ai dit, j'ai quelques connaissances dans quelques domaines divers et variés... Nous sommes nombreux dans L.A. mais aussi à travers le monde. Et nous sommes plus nombreux au fil des naissances... »

J'avais répondu mécaniquement, restant bloqué sur le fusil de chasse. Qui donc avait un fusil de chasse dans son appartement à Los Angeles ? Personne. Les gens ne parlaient pas de fusil mais de calibre, celui de leurs armes à feu qui pouvaient rentrer dans les plus petits des sacs à main. Pas de fusil de chasse dans un sac à main : cette fille était vraiment différente. Un aspect rustique du Canada ? Possible, mais ce n'était pas une image négative qui émanait d'elle.
Enfin, fort heureusement, elle reprit le sujet des études... Je n'avais pas à coeur à raconter pour la énième fois la tragique vie de Aaron O'Hara, pauvre petit gosse riche ayant été trahi par papa et maman puis ayant été cobaye et enfin, ayant tué sa propre soeur. Je trouvais ça assez pathétique rien qu'en y pensant alors le dire à voix haute encore une fois... Autant se pendre de suite. Et puis, avait-elle besoin de savoir ? Son ignorance faisait que j'oubliais presque que j'étais un monstre alors autant préserver un peu de mystère pour se préserver soi-même et ne pas entacher d'une connotation tout à fait pessimiste cette conversation qui au départ devait être placée sous le signe de la jeunesse et de l'insouciance.
Je portais ma boisson glacée à ma bouche en me rendant compte qu'il s'agissait là de ma toute dernière gorgée. Depuis combien de temps étions-nous là ? J'avais l'impression que le temps était passé très vite, ou peut-être était-ce du au fait que je buvais vite en règle générale. Bref. Mon verre était vide et j'avais encore soif : elle avait été maligne en commandant non pas un verre mais deux. Je retins donc qu'elle prenait de bonnes initiatives. C'était bête comme remarque sur sa personne mais à mon goût c'était ce genre de petits détails qui faisait qu'on apprenait à connaître une personne. Le genre de détail que personne ne remarque à part vous, parce que vous êtes focalisé sur votre interlocuteur et que c'est passionnant.

« Qui aurait cru qu'un jour, pour revenir à des sujets plus légers, nous serions obligés de passer par les études ? Quand j'étais au secondaire, je voulais parler de tout sauf des cours : ça me déprimait. Puis les choses ont changé et je trouvais la vie étudiante tellement belle dans sa banalité que c'était une sorte d'échappatoire. Tu verras, c'est un peu l'effet que ça fait à tous ceux qui sont différents.... »

Un serveur passa près de notre table et je réussis à le faire dévier de sa trajectoire pour qu'il prenne ma commande : ce serait un grand thé glacé, pour rester dans la lignée des boissons ayant la faculté de vous tenir éveillés tout en activant le processus d'évacuation de la vessie. J'étais peut-être un peu accro à toutes ces substances ; je me rendis soudain compte qu'il me restait des traits de ma personnalité, de mes goûts qui restaient inchangés. Finalement, il arrivait que certains détails sur nous-même nous rappelaient qui nous étions vraiment. Je n'avais pas entièrement changé. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Peu importait : ce n'était pas à l'ordre du jour parce que le sujet était la rentrée de la jolie rouquine.
Je l'imaginais très bien sur les bancs de la fac, sa paire de lunettes spécialement achetée pour l'occasion, ses cheveux roux retenus dans une queue de cheval, et son crayon coincé entre ses deux, un regard songeur tandis que l'un des professeurs expliquerait une théorie sur la biologie qu'elle chercherait à décortiquer à sa sauce. Etait-elle ce genre d'étudiantes ? C'était l'impression qu'elle donnait mais en même temps, j'avais appris à ne pas me fier aux apparences alors peut-être que j'allais la retrouver dans un cours, au fond de la salle en train de faire des mots croisés pour tuer le temps.
Non, je ne l'imaginais que comme l'étudiante passionnée par les cours qu'elle choisirait. Pourquoi ? Parce que ses yeux reflétaient toute l'envie et toute la détermination dont elle était dotée. Et puis, reprendre ses études tard était quelque chose de courageux et de totalement fou : pas de quoi s'ennuyer en cours !

« Biologie... Qu'est-ce qui te plait dans la biologie exactement ? Que je puisse t'aiguiller sur les cours à choisir ou non ? »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Dim 13 Fév - 11:22

      « Tu sais, j'ai toujours adoré l'école parce que j'ai du partir de chez moi très jeune et j'ai du faire des boulots minables pour tenir le coup vu que personne ne me payait rien. Donc l'école c'était un peu le rêve. Alors je me suis prise en main et je faisais des trucs par correspondance le soir ou derrière la caisse quand j'étais à San Francisco. Et même quand tout allait bien chez moi, j'aimais bien y aller, ça changeait de la maison. Et on était quand même beaucoup à l'extérieur, sauf en hiver. Je viens du nord du Canada, je sais pas si je te l'avais dit. Ca me manque terriblement d'ailleurs. »

    La neige, les animaux, l'ambiance, le silence. Tout ça était complètement révolu depuis des années et pourtant la rouquine rêvait de repartir chez elle. Pas pour voir sa mère à qui elle ne pardonnerait jamais de l'avoir mise à la porte sans le sou, mais juste pour se souvenir de ce qu'elle était avant. Une simple petite fille, une ado ayant grandie trop vite et s'étant faite punir pour ça. Si elle n'avait pas eu ce gène défaillant, ou mutant (selon le choix), tout aurait été bien différent.

    Mais elle n'avait pas tourné trop mal pour une demoiselle lâchée dans la nature avec un fusil de chasse et une vieille voiture. Franchir la frontière des USA était peut-être la meilleure idée qu'elle avait eu même si tout avait été dur, trop dur pour une fille de cet âge. Mais elle avait survécu et elle survivrait toujours, elle était comme un chardon, de la mauvaise herbe increvable.

      « Je sais pas trop, y'a vraiment tout qui me plaît. La biologie moléculaire peut-être plus vu que je voudrais m'y connaître plus sur l'ADN et les protéines. Mais j'aime aussi la biologie des populations et l'histologie... donc je ne sais pas. Ca doit dépendre des cours et de ce que tu y apprends. J'ai été obsédé pendant des années par l'ADN, les gènes et l'évolution... mais c'est plutôt simple de voir pourquoi. Après est-ce que je veux vraiment ça ? Passer mon temps à étudier l'évolution, comprendre pourquoi on en est là ? Et bien je t'avoue que je n'en sais strictement rien. Peut-être que je devrais me diversifier d'abord pour plus me recentrer, en lisant tout ce que je peux pour trouver des pistes parce que je ne pense pas que l'université me permette de toucher à tout... »

    Intenable... Il fallait qu'il lui lance une perche et elle parlait, parlait, parlait sans s'arrêter et tout ça sans boire ou reprendre son souffle. Elle avait hérité de deux mutations en fait, elle pouvait parler sans respirer, c'était ça la vérité.

    En tout cas cet entretien avec Aaron lui avait démontré plusieurs choses. Elle aimait déjà beaucoup cet homme, elle comptait bien reprendre ses études, elle était peut-être fichée par Genetic, était peut-être poursuivie à l'instant même mais Eleanor ne réalisait sûrement pas car elle était définitivement bien calme.

      « Qu'est-ce que tu penses ? On va pouvoir faire quelque chose de moi ou il n'y a pas d'espoir ? Je peux entendre la vérité, ne me cache rien même si ça pas l'air ton genre du tout. Si jamais je dois te dire des choses même désagréables, je n'hésiterai pas donc ne me prend pas pour une créature fragile, je peux tout entendre. Et par pitié fais moi un sourire, tu es bien trop mignon pour tirer une tête pareille. Et si ça t'aide, je te ferais des cocktails du feu de dieu avec extra alcool un de ces jours. Ca je suis très douée ! »

    Elle sourit largement avant de se concentrer sur les moindres expressions qu'affichaient Aaron. C'est vrai qu'il était beau garçon, mais il n'avait pas encore parlé d'une petite amie. Un célibataire endurci ?
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   Mer 9 Mar - 21:24

Elle était tout ce qu'il y avait de plus motivé et ça me plaisait bien : la biologie était ma passion alors aborder le sujet avait un petit quelque chose de très agréable et de surtout très excitant. Oui, dès que le mot biologie s'immisçait dans une conversation, c'était comme si mon visage se rallumait d'un seul coup et comme si le monde extérieur n'existait plus. J'avais dans ces instants là une faculté à mettre en mode veille tout le reste à un point que ça en pouvait devenir presque déconcertant voire inquiétant. Et là, mes yeux étaient tout emplis d'étoiles...
Je remerciais encore la providence qui avait mis cette fille sur ma route : j'allais l'aider à reprendre ses études mais elle allait de son côté sûrement m'apporter bien plus. Grâce à elle, je venais de trouver un moyen d'oublier ma vie et mes obligations en retombant au plus profond de mes envies et de mes passions. Je tenais entre mes doigts la possibilité d'un échappatoire ponctuel et je comptais bien pouvoir le conserver aussi longtemps que possible. Et puis surtout, cette fille me plaisait bien : une langue bien pendue, un humour sans faille et un charme fou.

Je bus une gorgée de mon thé glacé tout en écoutant avec un sourire sans gêne la rouquine qui s'emportait. Elle était si vivante, si enjouée et si passionnée qu'en contraste, je faisais bien pâle figure. Ma vie ? Pouvais-je encore qualifier mon existence de vie ? Je n'en étais plus sûr. Je me refermais sur moi-même et ne vivais plus que pour faire tenir la route à Genome... Voir cette fille croquer sa vie à pleines dents et prendre son destin en main me faisait comme l'effet d'une claque : je devais réagir bon sang !

« Bien sûr que UCLA pourra faire quelque chose de toi : mais pour ça, c'est toi qui va mener la barque ! Et tu verras, dès tes premiers cours, tu sauras. Ce sera comme une évidence : ce qui te plait t'obsède dès la première rencontre. C'est comme avec le sexe : il y a cette tension dès le départ quand tu rencontres une personne dont tu ne pourras détacher ton regard. Tu seras attirée sans comprendre pourquoi mais plonger la tête la première sera bon et jouissif ! » Et je savais à qui je pensais en disant cela : une jolie blonde qui avait enflammé une partie de moi petit à petit depuis que je l'avais rencontrée...

« Et puis tu as cette étincelle en toi qui fait que même moi, je peux voir que tu es faite pour ça. Tu vas... » Mon portable sonna, mon regard changea, ma main se crispa sur mon verre. Je savais que ça ne pouvait qu'être Genome. Comment ? Je le savais, voilà tout. Mon moment d'espoir venait d'être balayé d'un seul coup : je devais revenir à la réalité et ça, c'était le signal de rappel. Je le sortis de ma poche, lança un faible "désolé. Esteban. Je décrochai. « Oui ? Hum... Très bien... Une adresse ? ... Je suis là dans dix minutes. »

Je raccrochai et remis le portable dans ma poche. Je gardai deux secondes les yeux rivés sur mon verre avant de le porter à mes lèvres pour le terminer. Je regardai Eleanor avec un sourire fautif et honteux et je tentai de lui donner une excuse à peu près correcte. « Hum... J'ai un léger soucis d'ordre familial... Je vais devoir te laisser. Je suis vraiment désolée... Ecoute, dès que je mets la main sur ma liste de bouquins, je te la fais passer. De toute façon, on se revoit bientôt... » Je me levai, lui fis un signe de la tête accompagné d'un "merci et bonne journée" puis je pris la direction de la sortie. Je partais comme un voleur et je me sentais poisseux. Encore une fois, la vraie vie m'avait rattrapé...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Avant de bosser, se mettre en condition [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: MARINA-