..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My nanny named Max [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxime M

Invité

avatar


MessageSujet: My nanny named Max [Terminé]   Dim 5 Déc - 10:02

Citation :
Hello ma soeur ^^
Y'a longtemps qu'on s'est pas vu, je sais et mine de rien ça me manque. On va remédier à ça illico presto pour la peine.
Tu te rappelles quand je t'ai parlée que mon père cherchait quelqu'un pour me surveiller ? La dernière fois que j'ai voulu aller faire du shoping à New York, il m'a collée Owen sur dos. Tu parles d'une aubaine. J'ai rien pu faire en plus car c'est lui qui avait la CB du paternel :roll : Bref, j'te passe les détails... J'ai appris par hasard que William avait parlé de toi pour le poste de Nounou. Quand j'ai appris ça, j'étais trrrrrrrrrooooop contente. Mon père m'a dit qu'il devait recevoir quelqu'un à la maison pour un entretien cet aprem. Je pense que c'est toi, hein ? Dis dis, c'est bien toi j'espère !!!!! Parce que si c'est une vieille rombière, j'en veux pas mouaaaa
Pour les fringues t'inquiète pas, j'ai tout ce qu'il faut à la maison. Tu trouveras bien un truc à te mettre qui fasse bonne figure !
Bzou bzou



Maxime resta un moment interdite. Effectivement, William lui avait parlé d’une poste de nounou, et si elle avait accepté de se rendre au rendez-vous, c’était uniquement pour mieux rater l’entretient. S’occuper d’une adolescente en pleine crise ? Non, ça, pas question ! A aucun moment, celui-ci n’avait mentionné le fait que la fille de son patron était Mary Jane Holster. Ce qui changeait considérablement la donne.

Parce que, voyez-vous, MJ, ce n’était pas n’importe qui aux yeux de la française.
Elle répondit donc rapidement à son mail par un « J’arrive. » et éteignit l’ordinateur. Elle n’en dirait pas plus, préférant le face à fac à une discussion aseptisée via un ordinateur. Et puis c’était quoi ce qui clochait avec ses fringues ? Jean troué, basket, et sweet piqué à Wyatt.

Assise dans le bus, Maxime s’interrogea : n’était-elle pas en train de commettre une grave erreur ?

Ce n’est qu’une fois arrivée à l’adresse indiquée qu’elle eut la certitude que c’était le cas. L’immeuble lui paraissait immense et plus spacieux qu’un palace. Tout le bâtiment sentait l’argent à plein nez. L’idée de tourner les talons et de rentrer directement chez Ross lui effleura l’esprit. Elle ne voulait rien avoir à faire avec ces gens-là. Rectification : ces temps-ci, elle ne voulait rien avoir à faire avec personne. Et mine de rien, ça me manque , chuchota une petite voix dans tête.

- Fais chier, pesta la jeune femme en appuyant sur l’interphone du neuvième étage.

Elle attendit d’entendre la voix de Mary Jane avant de lui dire d’une voix plutôt cassante.

- Je suis en bas.

Les démonstrations d’affection, ce n’était pas franchement son truc à la base. Elle rajouta tout de même.

- Et je ne vois pas ce qui cloche avec mes fringues.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Dim 5 Déc - 18:53

- Yyyyesssss !

Mary Jane sauta de joie en lisant la réponse de Maxime. Elle ne savait pas encore si c’était elle qui avait rendez-vous avec son père mais elle était ravie de voir sa sœur de cœur. Et oui, c’était ainsi que l’adolescente considérait la française. Les deux jeunes filles ne se connaissaient pas depuis très longtemps, mais le courant était passé aussitôt. Pour une fois, la fille Holster arrivait à s’entendre avec une fille ! Mieux, elle avait de l’affection pour elle. Et ça, notez bien, ça n’arrivait pas tous les jours.

Lorsque l’interphone sonna, elle bondit de son siège et se précipita pour répondre.


- Trop bien ! Monte. Dit-elle toute excitée à l’idée de voir Maxime.

Elle était tellement contente qu’elle ne fit pas attention à l’histoire des vêtements. Pour l’adolescente, c’était un détail. Le principal était que Maxime vienne chez elle. Jusqu’à présent, elle avait toujours refusé sans comprendre pourquoi. Elle ouvrit la porte en grand et attendit que l’ascenseur s’ouvre. Dès qu’elle entrevit Maxime, elle lui adressa un grand sourire.


- C’est génial que tu sois là. Alors, dis-moi, c’est bien toi qui a rendez-vous avec mon père, hein ?

Elle était impatiente d’avoir la réponse mais redoutait une réponse négative. Si ce n’était Max que son père attendait, ça serait la catastrophe. Mary Jane ne voulait pas de nounou, elle n’en avait pas besoin. Elle savait cependant que sans cela elle ne pourrait pas aller où elle voulait. Elle mettait tous ses espoirs dans Maxime. Si elle était embaucher, elle pourrait faire ce qu’elle voulait avec ou sans elle. Et ça, ça n’avait pas de prix si ce n’était le prix de la liberté.

L’adolescente en oubliait les principes de bases d’une bonne hôtesse de maison. Elle n’avait pas attendu que son invitée soit entrée dans l’appartement. En même temps, ce n’était pas son fort de faire des courbettes. Elle avait la fougue de la jeunesse et ça lui jouait des tours. S’apercevant qu’elle parlait sur le pallier, elle se rattrapa.


- Viens, entre Maxime. Mets-toi à l’aise.

L’appartement des Holster était grand, très grand. L’entrée aurait pu être une pièce à part entière. Quant au salon qui jouxtait le couloir, il faisait au moins soixante mètres carrés. Toutes les pièces de l’appartement étaient vastes et décorées avec goût dans un style très design. Cela dit, Mary Jane n’en avait rien à faire. Ah si ! C’était quand même important pour elle d’habiter un grand appartement, cela lui évitait de croiser son père à tout bout de champ… quand il daignait être à la maison !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Lun 6 Déc - 9:53


Mary Jane était excitée comme une puce à la veille de son premier numéro dans un cirque. Et encore c’était peu dire. La petite en était presque effrayante. Mais étrangement, Maxime s’en trouvait attendrie. Elle avait tout de suite perçue la solitude de Mary Jane. En réalité, elle s’était reconnue en elle, même si leurs parcours respectifs étaient bien différents. Elle lui rappelait un peu les autres du domaine, la troupe d’adolescent qu’Anne avait pris en charge et qui pour Max était devenus comme des petits frères et des petites sœurs. Mary Jane, c’était un peu ça.

Lorsqu’elle l’invita à entrer, Maxime secoua la tête en découvrant un peu plus l’appartement. On aurait pu aisément y loger deux ou trois familles d’immigrants clandestins, et ce dans des conditions décentes. Ce n’était pas un appartement, c’était un château déguisé. Pourtant, la française ne percevait pas ça nécessairement comme une chance. Selon elle, les grandes maisons vides étaient bien plus remplies de solitude que les petits pavillons. Enfin, elle n’était de toute façon personne pour juger quand on considérait la maison dans laquelle elle vivait. Même si bien sûr, ce n’était pas chez elle.

- Oui, j’ai bien rendez-vous avec ton père. C’est William qui m’en a parlé.

Maxime avait toujours soigneusement évité de parler de sa propre relation avec William. Tout simplement parce que cela aurait impliqué de confesser les missions peu reluisantes qu’elle avait acceptées. Elle ne voulait pas décevoir MJ, ni que celle-ci ne prenne exemple sur elle à certains niveaux. Son superbe choix de carrière forcé en faisait partie. Suivre des gens, les espionner, ou ce genre de choses, ce n'était pas la plus glorieuse des situations. Surtout quand on finissait par être forcée de mentir à des personnes innocentes comme Josh.

D'ailleurs, depuis la mission Josh, Maxime restait un peu plus sur ses gardes à l'égard de William. Si elle s'en méfiait déjà avant, ce qu'elle avait appris de cette histoire n'avait fait que confirmer sa pensée. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il n'embarquerait pas Mary Jane dans ces histoires (mais elle ne le pensait pas dénué de conscience à ce point) et qu'il ne l'influencerait pas non plus ( ce qui était plus difficile à prévoir).

- Mais dis-moi, pourquoi ton père tient absolument à ce que t’aies une nounou ?


Parce que ça, elle, elle ne comprenait pas. Certes, elle n’avait pas de parents, mais Mary Jane n’avait tout de même plus quatre ans, et ce n’était pas une parfaite idiote. Elle était un peu rebelle sans doute, avait l’impétuosité de la jeunesse et se fichait dans des histoires problématiques mais elle n’était pas idiote. Et plutôt que d’enfermer et de punir sa fille, Maxime était persuadée que Mr Holster y aurait beaucoup plus gagné en lui faisant confiance. Mais ça, c’était son opinion personnelle et il valait mieux ne pas trop l’exposer.
Mais peut-être que…

- Rassure-moi, t’as pas fait de conneries récemment ?

Protectrice? Si peu.


Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Jeu 9 Déc - 17:31

Mary Jane poussa un cri de joie qui résonna dans toute la pièce. Elle était contente, très contente, super contente, super méga heureuse que ce soit Maxime qui ait rendez-vous avec son père. Il faudrait qu’elle pense à remercier William si elle arrivait à le croiser un de ces quatre. Oh puis, non, elle ne le remercierait pas ; elle commençait à en avoir marre de cet homme qui ne faisait pas cas d’elle.

- C’est trop trop troooop génial !!!!

Avoir Maxime comme nounou, c’était inespéré. Elle allait pouvait faire ce qu’elle voulait ! Maxime, elle, gagnerait de l’argent et ça l’aiderait à se sortir de ses galères. Depuis qu’elles s’étaient rencontrées et apprivoisées, Mary Jane aurait pu lui proposer de lui refiler du fric piqué à son père mais, connaissant un peu sa façon de penser et d’agir, c’était la dernière chose à faire à celle qu’elle considérait comme une amie. Jamais, elle n’aurait accepté. La française était trop fière. Elle aurait sans doute interprété son geste, pourtant amical et sincère, comme de la pitié ou un truc dans le genre qui l’aurait vexée.

- Pourquoi mon père veut que j’ai une nounou ? Répéta-t-elle comme si elle ne comprenait pas alors qu’elle connaissait très bien ses raisons.
- Pffff… Il me fait pas confiance. Genre il veut me protéger… Mais il n’en a rien à faire de moi en vrai. C’est juste pour se donner bonne conscience et être tranquille.

La jeune fille pensait connaître les motivations de son paternel mais elle ne les comprenait pas toutes. Pour la confiance, ok, l’adolescente n’était pas un ange, mais ce n’était pas un démon non plus. Fallait pas abuser quand même ! Pour ce qui était de sa protection, Mary Jane était convaincue que c’était pour la surveiller et comme elle venait de le dire à Max, c’était surtout pour être tranquille. Avec un garde chiourme sur le dos, elle était coincée et ne pouvait pas faire ce qu’elle voulait. Elle était persuadée qu’il n’en avait rien à faire d’elle. Pire, elle était certaine qu’il ne l’aimait pas. Comme son petit toutou d’Owen, il n’aimait personne. Oui bon, peut-être pas autant qu’Harwell, mais c’était tout comme, c’était même pire pour Mary Jane. Harwell n’avait aucun lien de parenté et elle se fichait complètement qu’il l’aime ou pas. Ce n’était pas la même chose pour son père. Il ne comprenait rien à rien. Il n’avait jamais fait l’effort, une seule fois dans sa vie, de l’accompagner ou de lui donner une marque d’affection. Mary Jane détestait son père. Ce manque affectif lui avait permis au moins d’être plus mature que son âge et elle avait appris à faire avec. Comment voulez-vous qu’un enfant évolue normalement dans des conditions pareilles ? Pas évident. Certains s’en sortaient très bien et d’autres moins. Donc, il n’y avait rien d’étonnant qu’elle fasse des bêtises de temps en temps. C’était le moyen qu’elle avait trouvé pour capter l’attention de son père… un tout petit peu.

Ah non alors, Maxime n’allait pas s’y mettre ! Voilà qu’elle la suspectait… La bouille ravie de Mary Jane cessa de sourire et une moue contrariée se dessina sur son visage.


- Récemment ? Euh...Non. Mais bon, tu ne vas pas jouer les flics toi aussi !

Bah oui quoi, récemment Mary Jane s’était tenue tranquille. Certes, elle n’allait toujours en cours, elle avait toujours de attirance pour l’alcool, mais elle n’avait tué personne. Elle n’avait volé personne non plus, à part son père, mais ça, ça ne comptait pas. SI ça n’avait pas été Maxime, Mary Jane n’aurait même pas pris la peine de répondre. Mais là, l’enjeu était de taille et elle tenait absolument que ce soit Maxime qui soit chargée de « veiller » sur elle lors de ses déplacements lointain. Allez hop, fallait passer à autre chose et oublier cette petite contrariété. L'excitation première reprit le dessus.

- Bon alors, faut absolument que mon père t’embauche. Pour ça, faut lui faire bonne impression. Il est pas comme nous, il fait très attention à l’apparence. Je sais, c’est con, mais c’est comme ça.

Mary Jane observa Maxime de bas en haut et fit une moue insatisfaite. Ce qu’elle portait n’était pas tip top. Elle avait peur que ça ne passe pas très bien et elle voulait mettre toutes les chances de son côté, de leurs côtés.

- J’vais prêter un truc qui fera plus classe, ok ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Mar 14 Déc - 8:40

Maxime haussa sceptiquement les sourcils. Elle, un flic ? Est ce que Mary Jane l’avait bien regardé, avait-elle un accès de folie passagère, était-elle sous exta ? D’ailleurs, sa dernière rencontre avec les forces de l’ordre ne s’était pas très bien terminée. Agacée par la réflexion de la jeune fille, Maxime secoua la tête et choisit de prendre sur elle. Après tout, elle était censée être l’adulte et même si cette situation ne la ravissait pas, elle accepterait de faire un effort. Mais que la jeune Holster ne pousse pas le bouchon trop loin si elle ne voulait pas voir Maxime se barrer et la laisser se démerder toute seule.

Cette envie de fuir se fit plus pressante quand elle vit sa petite sœur l’étudier sous toutes les coutures en arborant un air dubitatif. On en revenait donc à ses fringues… Maxime poussa un long soupire et tira son paquet de cigarette de sa poche.

- Je peux ?


C’était la moindre des politesses que de demander mais elle sentait qu’elle allait avoir besoin d’une dose de nicotine renforcée. Et si M.J voulait une cigarette, elle n’avait qu’à se servir. Maxime n’était pas chiante là-dessus et cela ne l’a gênait pas qu’on la taxe tant qu’il s’agissait de cercle très restreint des personnes à qui elle tenait. Autant dire qu’on ne la taxait pas tout les jours. Elle sembla réfléchir quelques instants en fixant la jeune fille.

D’accord, elle n’incarnait pas très exactement la petite femme d’affaire issue d’un milieu aisée mais elle n’en avait strictement rien à faire. Elle ne ressemblait à rien, vêtue de la sorte, en avait parfaitement conscience et surtout, parfaitement rien à foutre. Mais Mary Jane avait malheureusement raison, le monde du travail adorait la conformité.

Pour accepter de se travestir en vraie femme, Max se convainquit qu’il s’agissait d’une nouvelle mission donné par Will. Sauf que cette fois-ci, elle n’était pas payée.

- Si ça avait été tout autre personne que toi, je l’aurais envoyé chier. Profite, c’est mon jour de bonté, dit-elle, arborant un petit sourire ironique.

On allait tout de même pas lui demander en plus d’être aimable. En tout cas pas tout de suite. Elle fit un pas en avant et ajouta d’une voix monocorde comme si elle débitait une liste profondément réfléchie.

- Pas de couleurs criardes, pas de mini-jupes, d’ailleurs si tu pouvais carrément évitez la jupe ce serait bien, pas de décolleté, ça c’est même pas la peine d’y penser, et de toute façon, de ce côté là, la française n’avait pas grand chose à montrer, pas de maquillage peau de peinture, j’ai pas envie de devoir racler ma peau au couteau pour l’enlever après, et pas de talons hauts parce que je ne sais pas marcher avec. Et pour le reste, je pense que tu as carte blanche, même si je me réserve un droit de véto. Ca marche ?

Mary Jane n’était de toute façon pas en mesure de refuser. D’un autre côté, la liste des exigences de Maxime n’était pas ni si longue, ni si impossible à respecter que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Sam 18 Déc - 21:29

Remarquant que Maxime n’avait pas apprécié d’être comparée à un flic, Mary Jane se rendit compte qu’elle aurait mieux fait de se taire. Elle se pinça la lèvre inférieure pour sa maladresse mais ne s’excusa pas. Avec une autre personne, en fonction de la situation, elle aurait peut-être fait mine d’être confuse, ou n’aurait même pas relevé ou se serait moquer d’elle, mais avec Max, ce n’était pas pareil. L’adolescente était naturelle et franche, ça ne passait pas toujours bien mais elle ne voulait pas jouer la comédie. Elle ne souhaitait pas non plus que son amie fasse semblant. Elle tenait à garder une relation saine. C’était si rare d’avoir à faire à une personne vraie. Elle avait juste oublié la susceptibilité de son amie qui sortait ses griffes à la moindre attaque. Maxime devait se ressaisir et Mary Jane ne voulait pas se fâcher avec elle. Pas aujourd’hui, l’enjeu était trop important. Une petite dose de nicotine était la bienvenue.

- Bien sûr que tu peux ! J’t’en prend une ok ?

L’adolescente sautait sur l’occasion pour faire comme Maxime. Elle lui avait demandée la permission de prendre une cigarette sans vraiment attendre la réponse car elle savait que son amie n’était pas radine. Le peu qu’elle avait, elle le partageait. Rien que pour ça, Mary Jane trouvait la française géniale. Ce n’était pas donné à tout le monde de savoir partager. Elle était presque en admiration devant autant de générosité.

- Je sais…

Mary Jane savait que Maxime faisait de gros efforts mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’être ironique. Avec deux caractères bien trempés comme elles possédaient, les engueulades étaient inévitables mais ça ne durait jamais très longtemps. Au final, elles acceptaient chacune leur part d’erreurs et elles savaient qu’elles n’étaient pas toujours faciles à supporter. Mais au moins, elles se comprenaient et se pardonnaient assez rapidement. C’était un avantage car ça leur permettait d’avancer et de se corriger plus ou moins. Leur similitude avait créé un lien particulier. Elles étaient sur la même longueur d’onde en général sans vraiment se l’avouer. Et oui fières elles étaient et fières elles resteraient. Mais bon, là, il fallait mettre toutes les chances de leur côté pour convaincre le paternel d’embaucher Maxime. Mary Jane était prête à supporter le caractère bougon de son amie et à répondre à ses exigences.

- Ok ok, ça marche. Tu n’auras qu’à choisir toi même.

Sur ce, l’adolescente prit une clé qui traînait sur une petite desserte dans l’entrée. Elle fit signe à Maxime de la suivre jusqu’à l’appartement situé au même étage dont la porte était juste en face. Elle l’ouvrit et entra dans le grand salon transformé en dressing room digne des grandes maisons de couture, là où les gens de la haute société aimaient choisir après avoir assisté à un défilé privé. Il y avait de nombreux portants avec des tenues pour toutes les occasions. Elles allaient du jean troué à la robe de soirée. Sur plusieurs étagères trônaient des dizaines de paires de chaussures. Il y avait aussi un grand canapé blanc, deux grandes glaces, une coiffeuse avec plusieurs gammes de maquillage, et, le plus important pour Mary Jane, un bureau secrétaire avec plein de tiroirs dans lesquels elle stockait des centaines de bagues et colliers assortis. Ca puait le fric mais l’adolescente s’en fichait complètement. Pour elle, le principal était que Maxime trouve son bonheur dans tout ça.

- Vas-y sers toi, fais comme chez toi.

En attendant et pour bien lui faire comprendre qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait, Mary Jane se laissa tomber sur le canapé et alluma la cigarette prise dans le paquet de Maxime. Elle attendait de voir ce qu’elle choisirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Sam 8 Jan - 12:29

Et Mary Jane ouvrit les portes de l’enfer sur terre. Elle venait de conduire Maxime dans un monde qui lui était totalement étranger. Celui des fringues, du style et de la mode. Chez Ross, elle avait beau avoir une armoire de taille respectable, ses vêtements tenaient tous dans deux tiroirs. Et encore, ça, c’était parce qu’elle avait le bon sens de séparer ses tenues et ses sous-vêtements. C’était bien simple, la française n’avait pas d’allure. Jeremy le lui avait dit, Wyatt l’avait souvent taquiné sur ce sujet, et même Ross avait souligné que l’apparence aidait souvent pour faire bonne impression sur les gens du monde extérieur. Sauf qu’elle ne cherchait pas à faire bonne impression, elle ne cherchait d’ailleurs même pas à faire impression tout court. Et cela lui convenait très bien.

- Je te hais Mary Jane, tu le sais ça ?


Regard en coin, petit sourire complice. Game on.

La porte à peine refermée, elle poussa un soupire. Elle était sûre qu’elle allait se perdre au milieu des robes de soirée et des tenues sophistiquées. Peut-être même qu’entre un peu de Channel et de Gucci (qu’elle aurait de toute façon été bien incapable de différencier) se cachait un Cheshire Cat sain d’esprit et fou à la fois. Maxime au pays des cauchemars.

La française tira sur sa cigarette et recacha une volute du fumée.

- Au moins il n’y a pas de midinette prête à vendre son âme pour vendre une paire de bottes et toucher sa com.

Voyons positif.

- Tu sais que tu pourrais habiller les trois quarts des SDF de Los Angeles ?
Elle marqua une pause. Peut-être même avec les fringues de ton père.

Elle avisa un cendrier et y déposa sa cigarette. Ce fut sans aucune pudeur qu’elle se mit en sous-vêtement. Maxime n’avait aucun problème avec son corps. Non pas qu’elle réponde aux canons actuels de la beauté, quoi que sa maigreur actuel pouvait concurrencer n’importe quel mannequin, simplement, elle s’en foutait comme de ses fringues. Elle aurait pu être obèse que ça n’aurait rien changé. Et puis celui à qui ça ne plaisait pas, il n’avait qu’à ne pas la regarder.

Elle reprit sa cigarette et commença à fouiller entre les différents portants. Elle constata qu’il y en avait vraiment pour tous les goûts. D’ailleurs il y avait tellement de possibilités différentes qu’elle ne savait plus où donner de la tête. Elle en venait même à se demander si Mary Jane avait eu l’occasion de porter ne serait-ce qu’une seule fois chacune des tenues qu’elle possédait. Bon, peut-être que son aversion pour la mode la poussait à extrapoler légèrement, mais tout de même. Et là, précisément, comme si la destinée avait fait exprès de placer ce vêtement ici, Maxime tomba sur une perle. Elle tira une robe relativement courte, rose bonbon, ornée d’une sorte de petite fourrure blanche et la montra à sa chère petite sœur.

Avec un sourire moqueur, elle annonça :

- J’te jure que je tuerais pour te voir là-dedans. Sérieusement, qui t’a forcée à porter ça ? C’est un crime contre l’humanité !


- J’ai pris une petite liberté à la fin :p, si ça te gêne dis le moi, je modifierais sans problème -
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Dim 16 Jan - 20:08

[Meuh non, c'est trooop bien - Excuse moi pour le temps de réponse]

Maxime n’avait pas l’air enchanté de devoir choisir une tenue. Elle savait quand même que c’était nécessaire et qu’elle devait passer par là pour faire bonne impression. Ca lui coûtait mais elle se prêta au jeu quand même.

- Mais ouiiiii, je ssssais. Acquiessa-t-elle à la déclaration de haine de celle qu’elle considérait comme une amie.

Elle écouta les observations de la française. La jeune Holster n’y avait jamais pensé mais il était vrai qu’il y avait de quoi habiller tous les SDF de Los Angeles ou au moins une bonne partie. Elle n’avait pas d’état d’âme sur le sujet car elle n’avait pas choisi d’avoir un père riche. Si elle avait eu le choix, elle aurait bien troqué ses fringues contre un père aimant. Son père lui payait tout ce qu’elle voulait mais ça ne remplaçait pas les marques d’affection qu’il ne montrait jamais, si tant était qu’il avait de l’affection pour sa fille.


- Mouais… T’as sûrement raison. Mais ça ne fait pas tout…

Bon allez, elle ne devait pas se laisser aller à des pensées négatives, ça ne ferait que gâcher cette journée qui avait bien commencé. Après avoir fini sa cigarette, pendant que Maxime choisissait sa tenue, Mary Jane se leva du canapé. Elle retourna dans l’appartement de son père et en revint avec deux verres et une bouteille de vodka orange en la brandissant comme un trophée.

- Ca t’dis ? Demanda-t-elle avec enthousiasme.

Maxime s’était déshabillée pour faire des essais. Mary Jane la regarda à peine mais remarqua quand même que sa sœur de cœur était bien maigre. Un peu plus et elle ressemblait à une de ces gamines vivant dans un pays pauvre qui n’avait que la peau sur les os. La jeune fille était mal à l’aise de la voir dans cet état. Si la multitude de vêtements ne lui posait aucun problème, de voir Maxime aussi maigre lui en posait un. Mary Jane se retenait de ne pas lui refiler un paquet de billets pour qu’elle puisse mieux se nourrir. Elle savait que si elle faisait ça, son amie l’enverrait balader. Elle avait sa fierté, elle y tenait et l’adolescente comprenait très bien. Ce n’était pas pour rien que les deux filles s’entendaient bien.

Mary Jane ouvrit de grands yeux étonnés lorsque Maxime lui présenta un magnifique modèle de robe rose à fourrure blanche. Elle ne se rappelait même pas qu’elle avait cette horreur dans son dressing room. Elle était certaine de ne l’avoir jamais portée. Elle fut obligée de fouiller dans sa mémoire pour savoir comment cette robe avait atterri dans ses affaires. Elle l’avait peut-être piquée dans un magasin, après avoir cassé une vitrine pendant une de ses virées nocturnes avec ses potes du moment, et ramenée chez elle tel un trophée de chasse. A moins qu’elle ne l’ait acheté un jour où elle n’était pas dans son état normal, à savoir saoule comme ce n’était pas permis. Ou alors, c’était un cadeau de son paternel ; ça ne serait pas étonnant, il n’avait aucun goût concernant sa fille.


- Alors là, j’en ai pas la moindre idée. Répondit-elle et se retenant d’éclater de rire.

Les yeux emplis de malice, Mary Jane s’approcha de Maxime et se jeta à genoux, joignant les mains comme si elle se trouvait à l’église.

- Nooooon, ne commet pas de crime. J’t’en priiiiiiiiie !

Sans attendre, elle arracha la robe des mains de son amie et couru se planquer derrière le paravent en prenant au passage une paire d’escarpins roses à talons aiguilles. Elle se déshabilla et enfila la robe en riant. Elle se présenta devant Maxime, la tête haute et se mit à arpenter la pièce telle une mannequin fière de présenter le dernier modèle du créateur en vogue.
-Bah quoi ? Il n’est pas formidable ce modèle ? Demanda-t-elle naïvement en essayant de garder son sérieux.
Exercice difficile car, comme l’avait dit Maxime, celui qui avait fabriqué cette robe avait du le faire dans l’espoir de rendre aveugle l’humanité toute entière.


- Mais bon, si tu veux la porter pour l’entretien avec mon père, te gènes pas hein ! Dit-elle en riant de bon coeur.
- Ca devrait lui plaire, surtout si c’est lui qui me l’a offerte… Ajouta-t-elle en essayant de reprendre son sérieux.



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Mer 26 Jan - 22:29

Noa semblait ailleurs, il avait passé sa matinée à rêvasser et à négliger son travail… dédaignant à peine jeter un œil sur les bénéfice hebdomadaire de son casino. Écoutant que d’une oreille les soucis technique et les réparations à envisager. Lisant sans lire les CV, les lettres de motivations et les demandes de congés. Négligeant même de licencié un de ses croupiers qui avait été pris à piquer un peu trop dans la caisse.

Il arrive que parfois notre motivation se fasse la male dans une dimension très lointaine et que la seule pensée du mot travail n’existe que quelques secondes dans notre esprit avant de disparaître sous un million de mauvaises excuses… Noa ne manquait pas à cette règle et avait annulé tout ses rendez vous de l’après midi pour avoir le luxe de n‘en faire qu‘à sa tête. Ce genre de caprice ne lui arrivait que très rarement mais son équipe savait qu’elle ne pouvait rien en tirer avant qu’il ne se remette de lui-même dans l’engrenage.

Dans ce genre de situation il n’est pas rare de le voir buller, jouer de la musique, regarder la télé… Mais dans la plupart des cas il se rend chez une de ces connaissance intime, et pas pour jouer au scrabble… Propre sur lui, dans une tenue qui valait le prix d’une voiture de sport et un cigarre cubain au bec, il sortit sa Gran Torino pour se rendre chez une riche, célèbre, jeune et belle amie, une certaine Mary Jane Anderson… Évidemment après l’avoir préalablement prévenu de sa visite… Ce qu’il ne savait pas c’était que la belle lui avait donner une fausse adresse… N’appréciant pas être mis devant ce genre de situation, il y a fort à parier que personne au monde ne saura jamais rien de cette histoire. D’ailleurs à ce moment précis, lui-même ne s’en doutait pas lui-même.

Il faut savoir quelque chose sur l’homme dont je narre les péripéties, il y à certaine chose qu’il emporte toujours avec lui, même pour un rendez vous galant. Ses deux téléphones portables,du tabac, son portefeuille et une arme de poing. Ceci est le strict minimum pour lui, maintenant que vous savez ce qu’il emporte pour voir une femme, imaginez ce qu’il a sur lui lorsqu’il se déplace dans des quartiers moins sûrs.

9eme Etage? Il paraîtrait que l’appartement faisait tout l’étage, ce qui n’était pas du genre à le surprendre étant donner qu’il vivait presque à l’année dans une des plus belle suite du monde. Il s’approchait de la porte, réajusta sa coiffure et appuya sur la sonnette… Il était à deux kilomètre de penser que d’une, il n’allait pas pratiquer de la sexualité tout l’après midi, de deux qu’une certaine Mary Jane s’était moquée de lui en lui disant habiter ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Jeu 27 Jan - 11:11

Bien sûr qu’une garde robe bien remplie et un porte feuille blindé de carte de crédit ne faisait pas tout. Maxime le savait pertinemment et s’arrêta un moment pour regarder cette petite sœur. Elle ne lui ferait pas l’affront de compatir avec pitié, ce n’était pas son genre et elle aurait sans doute manqué de tact pour dire ce qu’elle pensait. Mais tout de même, Mary Jane ne s’en sortait pas si mal pour quelqu’un qu’on traitait comme une princesse des beaux quartiers en oubliant que c’était avant tout autre chose un être humain. Elle vivait dans un endroit bien trop vide de chaleur et de considération pour l’être humain. Elle aurait pu devenir une petite peste arrogante et parfaitement détestable, une de ses filles que Max foulait allègrement du pied mais non, au contraire, MJ avait du cœur, bien plus que la majorité des personnes de sa connaissance. Alors même si elle pouvait parfois agir en petite fille gâtée, ce n’était pas si grave que cela.

La française ne fut que d’autant plus fière de sa protégée étant donné que celle-ci ne se laissait pas abattre et retombait rapidement sur ses pattes en lui proposant un verre. Elle était persuadé que son père perdait quelque chose à refuser de la connaître et qu’il n’en avait même pas conscience, l’imbécile.

Elle accepta la proposition alcoolisée avant de retourner à ses investigations. C’est ainsi qu’elle découvrit une perle de mauvais goût qu’elle soumit immédiatement au regard de la jeune fille. Celle-ci s’empressa de se jeter à ses genoux d’un air théâtral, ce qui ne manqua pas d’arracher un éclat de rire à Maxime.

- Non mais sérieusement…

La petite asiatique fila avec la robe pour aller s’empresser de l’enfiler. Sa bonne humeur et son énergie était communicative et c’est avec un léger sourire que Maxime se dirigea vers son verre de vodka et le porta à ses lèvres. Elle se sentait simplement bien. Envolé le stress des essayages et l’angoisse de son prochain rendez vous professionnel. Elle se laissa tomber sans ménagement dans le canapé.

Son verre dans la main droite, sa cigarette dans la gauche, les jambes croisées. Portrait burlesque à souhait d’une ancienne SDF dans un univers inapproprié à sa petite personne.
Mary Jane refit apparition et la française plissa les yeux, amusée, en rejetant sa tête en arrière, ne pouvant s’empêcher de rire.

- T’as presque l’air d’une petite fille modèle là-dedans ! annonça-t-elle en se lavant d’un bond pour mieux apprécier la scène, ou d’un immense Chamallow à moitié fondu.

L’autodérision, une quatre qualité de sa petite sœur.

- J’crois pas qu’il me prendrait au sérieux avec une telle tenue !


Et le but n’était pas de se faire virer avant même d’être embaucher, non.

Maxime avait bien du mal à dissimuler son amusement. Ses yeux brillaient étrangement et sa bouche se fendait en un semi-sourire complice.

- Je vais quand même opter pour quelque chose de plus sérieux, je doute que ton père veuille te laisser au bon soin de Barbapapa.

La sonnerie retentit, coupant court à leurs jeux d’enfants comme dans une cours de récréation. Le naturel de Maxime revint au galop et elle se crispa légèrement. Être en sous-vêtement dans un appartement qui n’était pas le sien, et se faire surprendre dans une telle tenue ne la gênaient pas le moins du monde. Elle avait également assez confiance en Mary Jane pour savoir que celle-ci ne lui avait pas fait de coup foireux en invitant elle ne savait qui. Pourtant, quelque chose au fond de son ventre, pareil à une vieille angoisse, reprit le dessus sur sa jovialité. Elle trempa ses lèvres dans la vodka pour essayer de chasser le mauvais pressentiment qu’elle ressentait.

Cependant, elle ne dit rien et s’abstint de poser toute question. Échangeant un regard avec son amie, elle attendit simplement que Mary Jane aille ouvrir la porte du monde extérieur pour la suivre. Elle resta cependant en retrait pour qu’on ne la remarque pas de prime abord, comme ça, elle pourrait s’éclipser si jamais cela était nécessaire. Dans l’embrasure de la porte, elle observait le couloir de l’immeuble. Vérifions si ce pressentiment n’était qu’une idiotie…
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Jeu 27 Jan - 20:47

La robe rose bonbon était horriblement désopilante. Elle était affreuse mais avait un avantage non négligeable : elle faisait rire les deux jeunes filles. C’était un véritable exploit car elles n’avaient pas le rire facile en général. L’intimité du lieu, sans public, l’ambiance et la joie de se revoir contribuaient sans doute à la bonne humeur du moment. Maxime surenchérit sur la tenue de l’adolescente, la comparant à un immense Chamallow à moitié fondu. C’était une image hilarante et de voir Maxime rire ainsi, Mary Jane n’en pouvait plus. Prise d’un fou rire, les yeux embués de larmes, elle se jeta au sol en se tordant comme un asticot. Elle fit des grands signes de la main à Max pour qu’elle cesse de parler et de rire. L’adolescente allait mourir asphyxiée si elle ne reprenait pas sa respiration. Après plusieurs tentatives d’inspiration profonde, elle se calma un peu.

- Oh Oh ouuuuuuuu, j’en peux plus làààà…

Elle se releva souriante en soufflant un bon coup. Elle réajusta sa tenue qu’elle épousseta machinalement C’était la première fois qu’elle voyait sa sœur de cœur aussi décontractée et aussi souriante. Il y avait longtemps aussi que la fille Holster n’avait pas autant rigolé ! Ca lui faisait un bien fou. Alors autant dire qu’elle n’allait pas retirer l’objet du délire de sitôt surtout qu’il n’y avait pas de témoin et donc personne pour la ridiculiser.

- Qu’est-ce que t’en sais, il a des goûts bizarres le father ! J’ai pas l’intention de te la prêter, d’abooord ! Indiqua-t-elle en fronçant les sourcils d’un air faussement déterminé.

De l’enfantillage ? Non. Elle s’amusait juste à faire sa capricieuse pour garder son trésor. Elle rit encore de bon cœur à ce que dit Max puis reprit son verre de vodka et en but une gorgée. Trop rire donnait soif ! Elle allait s’affaler dans le canapé, à côté de Maxime, lorsque la sonnette retentit.


- Ah zut alors ! Lâcha-t-elle en croisant le regard de son amie qui avait déjà revêtu sa carapace de méfiance.

Etait-ce son père qui venait pour l’entretien avec Maxime ? Elle espérait bien que non. La française était encore en sous-vêtements et il ne serait pas bon qu’il la voit ainsi. En plus, il devinerait sans problème qu’elle était dans le dressing room de sa fille pour se vêtir. Mary Jane jeta un œil sur la pendulette qui, comme par hasard, était arrêtée sur 10 heures 10.


- T’avais rendez-vous à quelle l’heure au fait ? Demanda-t-elle en se dirigeant vers la porte d’un pas hésitant.

Mais non ! Ce ne pouvait pas être son père. Il n’aurait pas pris la peine de traverser le pallier pour vérifier si sa fille était là. Aux mieux, il aurait passé un coup de fil, comme ça pour voir… Il ne se serait pas poser de question concernant Maxime qui n’attendait pas sur le pallier. Après avoir subi un petit échantillon d’adrénaline, ce fut plus tranquille qu’elle ouvrit la porte sur un homme d’une trentaine d’années, inconnu au bataillon. Elle toisa l’intrus qui n’avait rien à faire ici. Si c’était un représentant ou un enquêteur, elle n’avait absolument pas une minute à lui consacrer. D’ailleurs, elle ne les calculait même pas en général, sauf si un détail important attisait sa curiosité ou son intérêt. Mary Jane détailla la silhouette de l’homme sans se gêner s’apprêtant à refermer la porte. Son premier sentiment négatif fut très vite remplacé par une pensée positive poussant un léger sourire à se dessiner sur ses lèvres boudeuses.


*Trop canon !*

Sur ses talons aiguilles, elle se grandit pour paraître plus adulte. Les inconnus lui donnaient 17 ou 18 ans mais en faisant un effort de comportement, elle gagnait un ou deux ans. Elle avait juste omis un détail : La robe couleur chamallow fondu ! Mais bon, après tout, ce n’était absolument pas le genre de robe qu’une jeune fille porterait, à moins d’être aveugle. Et là, l’inconnu risquait fortement de perdre la vue car Mary Jane ouvrit largement la porte et inclina la tête avec grâce.

- Quel bon vent vous amène ? Monsieur… ? Demanda-t-elle en plongeant ses prunelles dans celles du jeune homme.

Le regard de la jeune fille était très expressif en général. Il n’était pas nécessaire d’être fin psychologue pour deviner ses premières pensées. Sur le pas de la porte, Mary Jane était comme une esthète admirant une peinture de maître venant d’être découverte après avoir passé des siècles dans un endroit oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Jeu 27 Jan - 21:14

[Je tiens à préciser que j’écris ce message avec trois grammes d’alcool dans chaque bras, aussi je vous demanderais d’être magnanime quant aux fautes d’orthographes… Et éventuellement aux idées saugrenues. De plus je me rend compte qu‘il est également court… Je m‘en excuse également.]

Mettez vous à la place de Mr Valentino…. Invitez à un après midi coquin, imbu de sa personne et avec une fierté frôlant le summun de la possibilité humaine (juste sous les gallinacés mâle: le coq et le paon). Une jeune femme lui ouvre la porte dans une robe moche mais affriolante, elle le reluque sans retenu… Vous vous posez des questions? Non. Merci de soutenir cet homme que l’on vient de manipuler. Il pensa immédiatement à un plan sexuel avec plusieurs partenaires qui durerait jusqu’à… Il ne préférait pas imaginer la fin en l’occurrence.

« Enchanté mademoiselle. Noa Valentino pour vous servir »

Dit il avant de lui prendre délicatement la main avant de poser un baiser dessus. Il était aux anges mais ne laissait rien paraître, il était passer maître dans l’art de dissimuler ses sentiments. Il toisa également la jeune femme… féminine, jolie avec ce petit côté occidental qui ne pouvait pas laisser un homme indifférent.

Noa Valentino, ce nom devait signifier quelque chose pour une grande partie des habitants de Los Angeles… Un homme riche, influant et médiatisé à souhait… Ca c’est ce qui était su des gens du commun, ceux qui s’intéressaient aux mutants savaient ou devinait qu’il en faisait partit, sans pour autant savoir quels étaient ses pouvoirs ou ce qui le motivait.

« J’ai rendez vous, je pensais être le seul invité. »

Dit il avant de relâcher doucement la main de Mary Jane. Il était courtois et charmeur à souhait, même dans son ignorance et dans ses pensées les moins avouables… La jeune demoiselle lui avait mis en tête de nombreuses idées mettant en scène des positions que la moralité me force à ne pas retranscrire ici… Il parait que des mineurs peuvent tomber dessus.

Il fit un pas en avant, franchissant le palier pour entrer dans la maison… Il n’imaginait toujours pas qu’on l’eusse pris au piège et réfléchissait désormais avec son deuxième cerveaux: le plus utilisé par la gente masculine en général.


« D’autres agréable surprises m’attendent? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Dim 6 Fév - 21:19

- 15 h, répondit-elle d’une voix morne.

La porte de l’étage s’ouvrit sur une silhouette qui lui glaça le sang : Noa Valentino. Ce que Maxime savait avec certitude à son sujet se résumait à quelques éléments :

    - Il possédait le Royal Florentin et peut-être même d’autres casinos.
    - Il savait se montrer courtois et charmeur.
    - Il était à craindre.


A craindre parce qu’il était affilié à William Smith et que, de facto, il ne pouvait que tremper dans des affaires louches. Elle en était persuadée depuis la soirée qu’elle avait passée en sa compagnie au casino. Il était le genre d’homme dont il fallait se méfier.

Naturellement, la française se crispa tout en l’observant de loin. Que faisait ce type ici ? Et de quel droit se permettait-il de faire les yeux doux à Mary Jane. Chat sauvage, elle se tint immobile et le fusilla du regard, attendant patiemment qu’il la remarque, elle, la fille en sous-vêtement au bout du couloir. Elle était prête à lui sauter à la gorge à tout moment et la froide agressivité de son regard en aurait mis mal à l’aise plus d’un.

Maxime se moquait tout un coup éperdument de n’être pas chez elle. Elle frémit en le voyant faire un baisemain à sa petite sœur. Ce type était ridicule. Et elle, elle n’était plus tenue d’être polie avec lui et pouvait donc lui faire sentir l’immensité de son mépris sans craindre quoi que ce soit. Elle avait cessé d’être dans son camp dès lors qu’elle avait tout avoué à Josh au sujet de sa mission.
Car si elle rencontré Noa et été aimable avec lui, ce n’était qu’à cause de cela : parce que William lui avait donné la mission d’emmener Josh au Royal Florentin.

Très loin au fond de son esprit, une petite voix lui soufflait qu’être désagréable avec un ami de William n’était pas l’idée du siècle et lui mettrait peut-être la puce à l’oreille quant à son insubordination. A cela, elle répondait qu’elle n’était pas tenu d’être aimable avec qui que ce soit, et que William lui même savait qu’elle était bornée et dotée d’un caractère pour le moins asocial.
L’hypothèse d’être aimable s’envola à l’instant même où elle comprit que l’italien était clairement en train d’essayer de séduire Mary Jane. De son côté, la fille des Holster n’était visiblement pas insensible au personnage d’aristocrate de Mr Valentino. Voir la jeune fille se transformer en midinette minaudant la révulsa profondément. Réaction épidermique.

S’il s’approchait un peu trop de Mary Jane, Maxime le tuerait. Sans aucune hésitation.

Et la conscience qu’elle serait véritablement capable d’un tel acte ne l’effrayait pas le moins du monde, ni ne l’interpellait. Instinct de protection. Mieux valait ne pas s’attaquer à ses proches.
Sans faire le moindre mouvement vers le nouvel arrivant, elle l’accueillit d’une voix glaciale :

- Qu’est ce que vous faîtes ici ?

Le vouvoiement pour marquer le gouffre qui les séparait. Pas de monsieur Valentino, qui l'aurait fait croire qu'il lui était supérieur. Pas de Noa, qui aurait instaurer une intimité. La question pour lui indiquer qu’il n’était pas le bienvenue dans les parages contrairement à ce que sa petite sœur pouvait bien lui avoir fait croire. Et Mary Jane pouvait bien s’offenser d’un tel manque de diplomatie, elle n’en avait que faire. Comme du fait d’être en sous-vêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Ven 11 Fév - 22:50

Le rendez-vous de Maxime avec son père était à 15 heures. Tant mieux, ça leur laissait encore un peu de temps. Du moins, elle le supposait car la pendule était arrêtée. En tout cas, il le fallait, ne serait-ce que pour trouver une tenue potable à sa grande sœur et pour faire connaissance avec le bel inconnu. Un baise main, c’était désuet mais tellement charmant. Ce n’était pas tous les jours que les garçons de son âge s’adonnaient à ce genre d’exercice, Plus précisément, cela ne lui était jamais arrivée et ça lui faisait tout drôle.

*Wooooouuuhaaaa ! Il est trop ce mec*

Mary Jane était charmée par autant de prévenance et ne décrochait plus son regard du jeune homme. Elle devait se forcer pour contrôler ses émois et ne pas se mettre à brailler comme une fan déchaînée devant son intangible idole. Pour une fois qu’un homme, un vrai, voulait la servir de ses douces mains, elle n’allait pas le laisser repartir.

- Enchantée également, Noa. Je ne sais pas ce que vous entendez par « autres surprises » mais vous êtes le bienvenu. Moi c’est Mary-Jane. Dit-elle très aimablement en l’invitant à entrer dans l’appartement-dressing-room, se déplaçant avec grâce pour lui laisser le passage.

Pas facile de montrer une certaine constance avec des hormones qui se bousculaient au portillon. Il le fallait cependant. La jeune fille ne devait pas paraître puérile. Il disait avoir rendez-vous. Peu importait avec qui, il était là. Enfin si, ça comptait quand même, car s’il avait rendez-vous avec son père pour le même poste que Maxime, ça dérangerait ses plans. Ce n’était pas qu’elle ne serait pas ravie d’avoir Noa comme garde-chiourme mais leurs futurs rapports risquaient d’en souffrir. En tout cas, Mary Jane préférait avoir Maxime comme nounou. Avec elle, au moins, elle était sûre de bien s’amuser et de faire ce que bon lui semblait.


- Vous n’avez pas rendez-vous avec mon père j’espère ? Demanda-t-elle avec délicatesse, les yeux scintillant d’admiration.

Et zut, elle avait dit « mon père » au lieu de dire « père » comme dans la haute société ou encore « Monsieur Holster ». Il allait la prendre pour une gamine c’était sûr. Peut-être pas, après tout, elle pourrait avoir trente ans, son père resterait son père. Et puis, si elle avait dit « Monsieur Holster » il aurait pu la confondre avec la secrétaire ou, pire, la servante. Pour le dernier métier cité, il ne manquait que le tablier de soubrette sur la robe rose bonbon pour faire illusion… à son désavantage. Cela dit, il ne pouvait pas deviner qu’elle était la fille d’Holster, il n’y avait aucun nom sur les portes du pallier. Pour une fois, le paternel avait eu une bonne idée surgit de son esprit tordu qui n’aimait pas voir son nom étalé à tout bout de champs. Fausse modestie sans aucun doute mais c’était très bien car ainsi Noa s’intéressait à elle, comme elle l’espérait, et ce ne serait pas par intérêts financiers.

La voix glaciale de Maxime ramena la jeune fille à la réalité. Elle tourna la tête vers son amie, toujours en sous-vêtements.


- Tu le connais !? Demanda-t-elle sans cacher sa surprise.

Surprise de voir Maxime toujours dévêtue et encore plus surprise de l’entendre parler de la sorte alors que deux minutes avant elle riait de bon cœur. Comment une fille comme Max pouvait-elle connaître un homme comme Noa ? C’était sans doute une question ridicule mais ce fut celle qui traversa son esprit. Mary Jane ne voyait pas quels points communs les auraient fait se rencontrer. Le hasard sûrement ! En tout cas, le hasard n’avait pas bien fait les choses car il était évident que Maxime n’appréciait pas le galant homme. Que lui avait-il fait pour qu’elle réagisse de la sorte ? Rien peut-être ! La jeune Holster connaissait son amie et elle était loin d’être abordable. Il fallait une bonne dose de patience et de diplomatie pour apprivoiser la sauvageonne. De plus, Maxime était terriblement méfiante, bien plus que la belle en rose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Lun 14 Fév - 8:59

Alors la situation avait radicalement changé en quelques secondes, Maxime Matthews présente, ne s‘attendant pas à le voir… Un rendez vous probable avec le père de la jeune demoiselle… Deux solutions nouvelles étaient à prendre en compte. La première on l’avait amené ici dans le but de le piéger, ce qui était une situation peu enviable, un espace clos et seul contre dieu sait combien d’ennemis. La deuxième était que la nana s’était foutue de sa gueule purement et simplement… Mais dans ce cas là quelle était la chance qu’il rencontre une des employés de son vieil ami?

Le changement d’expression de Noa fut subtil mais bien présent, surtout pour un homme qui la plupart du temps parvient à en garder un contrôle strict. Mary Jane était probablement trop surexcitée pour s’en rendre compte mais ce n’était pas le cas de sa copine en sous vêtements. C’est donc Maxime qu’il fixa dans les yeux répondant sur un ton bien plus dégagé.


« Il est fort étonnant en effet de vous rencontrer ici mademoiselle »

Il aurait du se renseigner sur elle auprès de William… Elle en savait sûrement plus sur lui que le contraire et il n’aimait pas ça. Dans le doute il la considèrerait comme dangereuse, même si sa surprise ne semblait pas feinte… Il ne savait toujours pas s’il s’était réellement fourré dans un guêpier ou si tout cela n’était qu’une série de malencontreuses malchances.

Il devait tenter de se sortir de là dans le doute, car de toute évidence, elles n’étaient pas là pour assouvir tous ses fantasmes… Même si la jeune Asiatique était pourtant fort bien partie. Il réfléchissait à vitesse grand V pour savoir si oui ou non il devait disposer le plus vite possible ou s’il devait rester pour savoir pourquoi on l’avait voulut ici avec ces deux demoiselles.

Il se retourna vers la jeune femme vêtue de rose, toujours sur le qui-vive, cela pouvait toujours être un piège rudement bien orchestré. Au moindre mouvement suspect il aurait son arme à la main et tout les objets magnétiques alentours allaient voler en tout sens… Il était confiant en ses réflexes et en son pouvoir qui n’avaient jamais étés mis en défauts.


« Je suis véritablement flatté de l’accueil mademoiselle, cependant par la surprise de votre amie, un doute s’insinue en moi… Peut être me suis-je tout simplement trompé d’endroit… Comment se nomme votre père? »

Un moyen simple et non détourné pour savoir au moins dans quelle endroit il s’apprêtait à mettre les pieds, ou à les détourner pour se diriger frustré et désappointé vers l’ascenseur. Il n’avait pas le moindre soupçon sur l’identité de son interlocutrice, mais s’il apprenait son nom ou celui de son père, nul doute qu’il tenterait une investigation plus avant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Ven 4 Mar - 21:58

Elle bouillait, elle bouillait littéralement. Prendre ses affaires et se casser d’ici en quatrième vitesse. Voilà ce qu’elle aurait du faire. Mais elle ne pouvait pas laisser Mary Jane avec cet homme peu fréquentable devant lequel la jeune fille fondait comme neige au soleil en tombant en pâmoison. C’était révulsant, elle en avait la nausée.

Pour palier à ce trop plein d’émotion, Maxime se ferma au reste du monde. Elle affichait un air buté et froid, fusillant Valentino du regard, comme s’il avait été un insecte qu’il fallait éradiquer au plus vite. Il lui parla d’un ton courtois à la manière des gens de la bonne société. La bonne société, quelle arnaque ! Un endroit où corruption était le maître mot, talonné de près par prétention. Il la fixait dans les yeux. Pensait-il qu’elle allait baisser les yeux ? La française n’en fit rien et sa réponse fusa :

- Je vous renvoie le compliment.

Lui que foutait-il ici ?


Son regard se posa un seconde sur sa petite sœur alors que celle-ci lui demandait si elle le connaissait sans cacher sa surprise. La seconde d’après, elle défiait de nouveau l’italien. C’était instinctif, comme de respirer ou de cligner des yeux. Maxime prit son temps pour répondre. Que pouvait-elle dire sans s’attirer une foule de question et sans mentir pour autant.

- Nous nous sommes déjà rencontrés, oui.

Le ton de sa voix avait été sec, pour couper court à la discussion. Maxime n’avait pas envie de rentrer dans les détails et cela se sentait.

Le travail qu’elle faisait pour William, ses petites filatures et tout ce monde étrange autant qu’inquiétant, elle voulait en tenir Mary Jane à l’écart. Et le meilleur moyen pour que la jeune fille ne se retrouve pas impliquer dans ces histoires était qu’elle ignore totalement qu’elles existaient. C’était la façon la plus sûre de la protéger. Maxime se moquait du peu d’honneur et de moralité qu’on pouvait lui attribuer, mais elle ne se pardonnerait pas que ses activités déteignent sur ses proches ou leur portent préjudice. Elle ne le permettrait pas.

C’était d’ailleurs pour ça, qu’elle restait ici, droite comme un i, à observer Valentino et à écouter ce qu’il racontait. Elle préférait rester à moitié nue plutôt que de lui laisser une chance de faire tourner la tête de Mary Jane plus que ce n’était déjà le cas.

- MJ, tu devrais peut-être proposé quelque chose à boire à ton invité non ?

Et par la même occasion, laisser à Maxime l’occasion de s’entretenir avec l’italien et de tirer cette affaire au clair. Que foutait-il là, sérieusement ? William la faisait-il suivre, avait-il des doutes sur sa loyauté ? Non, impossible, il aurait envoyé quelqu’un d’autre faire le sale boulot. Quoi que…
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Dim 6 Mar - 17:37

Les quelques mots échangés entre Maxime et Noa laissèrent Mary Jane sans voix. Il était évident que ces deux là ne s’aimaient pas. Maxime coupa court à aux interrogations de son amie. Elle l’avait déjà rencontré mais elle ne voulait pas en dire plus. Connaissant sa grande sœur de cœur, elle n’insista pas. C’était une vraie tête brûlée quand elle s’y mettait et si elle persistait dans ses questionnements, Maxime en dirait encore moins. L’adolescente restait quand même sur sa faim. Elle se demandait pourquoi diable Maxime n’aimait-elle pas ce bel homme calme et courtois ? C’était peut-être une façade qu’il affichait mais elle s’en moquait, il était tellement… tellement… wahou ! Trop classe quoi. Il parlait bien, il avait fière allure et en plus il était beau. Ce n’était pas tous les jours que la demoiselle rencontrait un garçon pareil. Son père aussi était classe, mais c’était son père.

Bon bref ! Il fallait s’occuper de l’apollon avant qu’il ne fasse demi-tour. Mary Jane reporta son attention sur lui en affichant un sourire enjôleur. Et zut, il venait de lui demander qui était son père. La jeune fille n’avait pas envie de dire qui il était tout simplement pour ne pas que Noa sache qu’elle était une Holster. Ce nom était un peu trop connu et il y avait de fortes chances pour que l’italien sache qu’il était riche. Dans ce cas, elle ne pourrait plus savoir si il s’intéressait à elle réellement ou si c’était pour son argent Elle devait répondre quelque chose mais quoi ? Lui dire que son père cherchait une nounou pour sa fille, hors de question ; elle aurait été ridicule. Elle répondit ce qui lui passa par la tête.


-. Mon père essaie de recruter quelqu’un pour me seconder. Je ne pense pas que ce poste soit pour vous. Vous ne recherchez pas un emploi quand même ? Demanda-t-elle pour évincer la question et passer à autre chose de plus affriolant.
- En tout cas, je ne sais pas si vous vous êtes trompé d’endroit mais si c’est le cas, le hasard fait bien les choses.

Un petit clin d’œil ponctua sa phrase avant qu’elle ne tourne la tête vers son amie qui venait de lui suggérer de proposer un verre à l’invité. Mary Jane fut une nouvelle fois surprise par Maxime. Elle n’appréciait pas Noa mais elle voulait qu’elle lui offre à boire. C’était à n’y rien comprendre. C’était dans des moments pareils qu’elle se rendait compte qu’elle était encore un peu jeune pour comprendre toutes les subtilités de la femme adulte.

- Bonne idée ! Approuva-t-elle avec enthousiasme tout en invitant le jeune homme à entrer dans le grand salon, là où se trouvaient une multitude de vêtements bien rangés sur des dizaines de portants, les canapés, la coiffeuse et un tapis pour défiler.
- Tu veux bien faire le service Maxime ? Demanda-t-elle gentiment.

Mary Jane avait l’habitude d’être servie et il lui paraissait normal de faire ce genre de demande. Elle avait quand même fait attention de ne pas donner d’ordre. Maxime, n’était pas une servante et elle savait qu’elle le prendrait mal, et elle aurait bien raison. Mais bon, après tout, elle allait devenir sa nounou et elle devrait s’habituer aux petits caprices de la jeune fille jusqu’à ce qu’elle arrive à lui faire comprendre que tout ne marchait pas comme ça dans le monde dit « normal ». Et puis c’était Max qui avait lancé l’idée après tout.


- Mais tu devrais te mettre quelque chose sur le dos avant. Conseilla-t-elle en regardant son amie encore en sous-vêtements.

N’avait-elle donc aucune pudeur pour rester dans cette tenue ? Mary Jane n’aurait jamais osé se balader à poil devant un homme, de surcroit un homme qu’elle n’appréciait pas.


- Mettez-vous à l’aise Noa. Je vous en prie. Que voulez-vous boire ? Alors dites-moi, vous cherchiez quoi avant d’avoir la bonne idée de frapper à cette porte ? Si ce n’est pas trop indiscret bien entendu…

Mary Jane prenait des airs de bonne hôtesse de maison. Elle faisait attention à ne pas faire trop de gestes et posait sa voix du mieux qu’elle le pouvait. Elle devait se montrer à la hauteur devant ce bel italien si elle voulait qu’il s’intéresse à elle. Elle n’était pas idiote et savait parfaitement que les hommes de l’âge de Noa la considéraient trop souvent comme une gamine. Heureusement, sa tenue rose, même affreusement moche, avait l’avantage de la vieillir et le fait de se comporter comme une petite bourgeoise lui donnait un air d’adulte, encore jeune certes, mais elle faisait un peu plus que son âge tout de même : 18 ou 19 ans, non ? Si si, au moins la majorité, juste histoire de ne pas être accusée d’incitation à la luxure sur mineure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Mar 15 Mar - 8:21

Il n’est pas aisé de se retrouvé dans une situation avec deux jeunes femmes en tenues affriolantes… Enfin en général ce n’est pas si difficile que cela mais lorsqu’une semble tout faire pour que vous restiez alors que l’autre semble vouloir vous voir vous désintégrer dans la seconde, la situation est moins évidente. Mais Noa aimait bien se genre de challenge, et de toute façon les autres plans qu’il avait en tête pour ce jour étaient tombés à l’eau alors pourquoi pas faire le curieux? Sans oublier que la plus jeune des deux semblaient vouloir dissimuler le nom de son père… Immense appart + nom dissimulé… Ce devait être quelqu’un d’important. La thèse du hasard commençait à paraître de moins en moins plausible.

Son regard était toujours planté dans celui de Mary Jane, un regard qui avait fait fondre tant de membre de la gente féminine… Si quelqu’un vous à déjà regardé comme si vous étiez seul au monde, alors vous savez ce que c’est, dans le cas contraire c’est très difficile à imaginer… Mais bien qu’ensorceleur invétéré, Noa n’en était pas moins prudent, et la jeune femme n’était pas la seule qui importait dans l’instant présent, mais l’autre demoiselle de qui échappait une envie de meurtre, de désossement, de remeurtre, d’incinération, avec un remeurtre derrière.


« Non je ne suis pas là pour un quelconque emploie je vous rassure… Mais je pense en effet que nous pouvons remercier le hasard et j’accepte votre invitation avec plaisir. Une telle demande fait passer n’importe quel rendez vous pour secondaire. »

Il suivit donc la demoiselle toute de rose vêtue jusqu’à un salon visiblement utilisé par une gente féminine très désireuse de trouver une tenue pour le grand bal de fin d’étude… Dans un magasin… On aurait dit que quelqu’un avait chercher une aiguille dans une botte de foin… Et avait soigneusement rangé en fagots le foin dépecé. Évidemment il ne fit pas par de ses pensées aux deux jeunes filles, toujours sur ses gardes, après tout la thèse du piège infâme n’était pas à écarter… Mais il était plus dangereux qu’un rat et une cage, si belle soit-elle ne suffirait pas à l’enfermer… Enfin c’est ce qu’il pensait.

La façon de s’installer sur un canapé peut dévoiler de nombreuses choses à celui qui prend la peine d’y réfléchir, en effet l’homme qui s’assiérait dans un coin ou dans un canapé stipulerait son aversion pour le contact physique… Noa lui s’installa dans un canapé à une vingtaine de centimètre d’un des accoudoirs… Une seule personne pouvait donc prendre place à ses cotés, tout en choisissant la distance qu’elle désirait.

Il serait impoli dans une maison humble de demander à boire avant de savoir ce qu’il s’y trouve, le maître de maison se sentirait vexé s’il ne possède pas ce qui est demandé… Dans une telle demeure cela se faisait avec moins de scrupule étant donné qu’ils devaient posséder une cave imposante.


« J’apprécierais réellement un verre de whisky, si vous en possédez évidemment. Pour répondre à votre question, avant d’être aussi agréablement reçu, je devait avoir un rendez vous d’affaire… Mais c’était visiblement un canular »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Dim 3 Avr - 11:30

« Mon père essaie de recruter quelqu’un pour me seconder. » « - Tu veux bien faire le service Maxime ? » « - Mais tu devrais te mettre quelque chose sur le dos avant. » Non mais elle la prenait pour qui là ? Sa sous-fifre ? Sa soubrette ? Elle pouvait toujours rêver si elle espérait passer son temps à lui donner des ordres. Maxime voulait bien être conciliante et compréhensive. Après tout, Mary Jane était une gamine capricieuse née avec une cuillère en argent dans la bouche. Mais il y avait des limites à tout et elle ne supportait pas qu’on l’assaille de demandes et d’exigences.

Lui filer un coup de main pour qu’elle ne se retrouve pas avec une nounou intransigeante, d’accord. Faire le service et être à ses ordres ? Non ! Elle pouvait toujours rêver. Devant Noa, Mary Jane redevenait une simple gosse de riche insupportable qui ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. C’était véritablement horripilant. Maxime devait se faire violence pour ne pas l’envoyer bouler, elle, son entretien, et sa petite cage dorée. Sauf que la française avait tout de même besoin d’argent et qu’elle se refusait à laisser la jeune fille avec Noa Valentino, l’un des hommes les moins fréquentables qu’elle connaissait. Oh comme elle regrettait le temps où elle n’avait rien d’autre à faire qu’à penser à sa petite personne !

Maxime pinça les lèvres et serra les poings. Ils lui tapaient sur le système tous les deux.
Par chance, Noa demanda un whiskey d’un ton dégoulinant d’une politesse mielleuse. Maxime entreprit de fouiller dans le premier portant de vêtements pour leur tourner le dos. Elle attrapa la première tenue qui lui semblait convenable. Non, elle n’avait plus envie de faire plus d’effort que ça, et si ça ne convenait pas, qu’ils trouvent quelqu’un d’autre. D’une oreille distraite, elle écouta la réponse de Mary Jane tout en enfilant un pantalon à pince noir et une sorte de bustier prune en elle-ne-savait-quelle-matière mais qui avait le mérite de n’être ni vulgaire, ni couvert de paillette ou autres pierreries de petite starlette.

Lorsque Maxime se retourna, Mary Jane quittait la pièce. A peine la petite métisse eut elle passé le pas de la porte que la française croisa les bras sur sa poitrine en fixant Noa. Son visage était impassible, ses yeux laissaient transparaître sa méfiance.

- William me fait suivre ? Sérieusement, vous êtes là pour quoi vous ?


A bas les masques.

- Qu’est ce que vous voulez ?
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Dim 10 Avr - 21:52

Haaaan ce regard ! Noa n’avait d’yeux que pour l’adolescente. Mary Jane se sentait désirée, admirée et ne demandait pas mieux. Un sourire des plus enjôleurs se dessina sur ses lèvres gourmandes. Elle fut ravie d’apprendre qu’il ne cherchait pas un emploi ; ce qui laissait supposer qu’il n’était pas sans le sou. La demoiselle ne lâchait pas des yeux le bel italien. Elle observait le moindre de ses mouvements et sourit de plus belle lorsqu’il s’installa confortablement sur le canapé. C’était bon signe et de plus il acceptait de boire un verre. Tout ceci lui laisserait le temps de faire plus ample connaissance avec cet homme tombé du ciel. La demoiselle s’installa juste à côté du jeune homme. Elle croisa les jambes lentement et continua de dévisager Noa sans aucune gène.

- Bien entendu qu’il y a du whisky ! Dit-elle en se tournant vers Maxime qui ne semblait pas décidée à faire le service.

Cela ne l’étonnait qu’à moitié. Maxime n’aimait pas recevoir des ordres. Pourtant Mary Jane lui avait demandé gentiment, mais ça ne passait visiblement pas. Au moins, elle enfila une tenue plus adéquate, ce qui était déjà pas mal !


- Ok, j’ai compris. Je vais faire le service dans ce cas. Dit-elle en se levant.
- Je vous abandonne deux minutes Noa. Le temps de rapporter ce que vous désirez.

Dans un mouvement élégant, la jeune fille tourna les talons sans porter un regard sur son amie. Elle sortit de la pièce pour aller chercher une bouteille qui se trouvait dans la pièce d’à côté. Elle s’arrêta net en entendant le prénom de William et se colla au mur du couloir, de façon à ne pas être vue, pour écouter la petite conversation.

William faisait-il suivre Maxime ? Pourquoi donc ? Comment Noa pouvait-il être au courant de ce genre de choses ? Maxime était méfiante et se demandait ce que l’italien voulait. Dans la tête de Mary Jane tout se bousculait. Sa sœur de cœur trempait-elle dans des affaires louches ? Noa aussi ? Oh non, pas lui, pas elle ! En tout cas, elle était certaine d’une chose, l’italien ne faisait pas partie de Genetic. Elle ne l’avait jamais vu traîner dans les locaux comme William. Ou alors, il était très rusé. Mais que venait faire Maxime dans tout ça ? L’adolescente ne pouvait pas imaginer un seul instant que son amie oeuvrait pour Genetic, ni pour Genome d’ailleurs ; elle tenait trop à sa liberté. Noa encore passons ! Après tout, elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Par contre, Maxime l’avait déjà rencontré, c’était une certitude, sinon elle ne lui aurait pas posé ce genre de questions accusatrices.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Jeu 12 Mai - 20:37

- Je crois que vous faîtes erreur mademoiselle.

Maxime ne le croyait pas. Pas du tout. Il avait beau lui sortir le jeu du nanti bien sous tout rapport, la française ne mordait pas à l’hameçon et elle le gratifia d’un haussement de sourcils méprisants. Noa se leva. Ses mouvements étaient fluides et rien ne laissait à penser qu’il se sentait mal à l’aise, au contraire, on aurait pur croire qu’il était comme un poisson dans l’eau. Agaçant personnage. Il rajusta sa veste et lui dit dans un sourire :

- Vous m’excuserez auprès de notre si aimable hôtesse pour ma méprise.

- Bon vent.



Il ne lui tendit pas la main, elle ne l’aurait de toute façon pas serrée. Sans plus de politesse, Noa Valentino s’approcha de la porte et l’ouvrit. Il parut surpris de découvrir Mary Jane mais ne s’en offusqua pas. Il s’excusa de son départ précipité et prétexta quelques affaires importantes.

Maxime attendit d’entendre la porte d’entrer se claquer en serrant les dents. Cette entrevue lui laissait une impression amère et frustrante. A la visite de Valentino s’ajoutait la tentative d’espionnage de sa petite sœur qui lui restait en travers de la gorge. Mieux valait qu’elle se taise sinon elle risquait de dire des choses qu’elle regretterait par la suite. Elle enfila une paire d’escarpins de la même couleur que le bustier, agrémenta son costume d’une veste de tailleur, et décida qu’elle était prête à affronter le paternel Holster.

En parlant des Holster, elle se tourna enfin vers sa fille pour lui dire :

- Ecouter aux portes, c’est vraiment minable comme comportement, je pense que tu le sais. Et peu importe ce que tu as entendu, ça ne te regarde pas alors je te prierais de ne pas t’en mêler.


Maxime hésitait à se barrer pour laver cet outrage mais son caractère relativement loyal envers ses proches l’empêchait de faire faux bond à sa sœur de cœur.

- Je vais à l’entretien.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   Sam 21 Mai - 20:37


Mary Jane aurait mieux fait de rester dans la pièce et de servir au jeune homme ce qui lui tombait sous la main. Après tout, ce n’était pas open bar ici ! Cela aurait évité qu’il s’en aille sans demander son reste.

Pas bien d’écouter aux portes parait-il ! Tu parles !

La jeune fille n’apprit rien de spécial. Maxime avait parlé de William et demandé ce que Noa voulait. Le bel italien fit celui qui ne comprenait pas. Il demande à Maxime de l’excuser de son départ précipité. Il ne prit même pas la peine de présenter ses excuses directement à son hôtesse. Pfff, ce ne serait pas encore aujourd’hui que l’adolescente testerait ses pouvoirs de séduction sur un homme. Dommage ! En tout cas, une chose était certaine, Noa n’était pas tout blanc ; il devait avoir des choses à se reprocher pour partir si vite. Maxime devait le connaître et elle lui avait fait peur. Pourtant son amie, même si elle n’avait pas l’air très aimable, n’était pas une terreur. C’était bizarre tout ça ! Que s’était-il passé entre eux ?

Maxime était énervée et elle ne voulait pas que Mary Jane s’en mêle. Ca ne la regardait pas ! Oui peut-être mais ça l’intéressait quand même ! Ce n’était pas le moment de poser des questions. Maxime était sauvée par le gong. L’heure du rendez-vous avait sonné. Elle ne pouvait pas retenir son amie. Arriver en retard à un entretien d’embauche avec Holster était une fin de non recevoir. Le dirigeant de Genetic n’embauchait que de gens ponctuels et efficaces, c’était du moins ce qu’elle croyait.


- Ok… Répondit-elle à contre-cœur.

Mary Jane était bien avancée maintenant. Noa était parti et Maxime allait à son rendez-vous. Encore une fois, l’adolescente se retrouvait seule, dans une splendide robe rose certes, mais seule. Elle retira cette pièce de collection qu’elle jeta loin d’elle, enfila un jean et un t-shirt négligemment en boudant comme elle savait si bien le faire. Elle quitta l’appartement dressing-room et rentra dans l’appartement à vivre. Le chat l’accueillit en se frottant à ses jambes. Mary Jane prit l’animal dans ses bras et l’emporta dans sa chambre. Avec lui, elle se sentait déjà moins seule.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: My nanny named Max [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

My nanny named Max [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: N°36 OVER PLACE-