..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Lun 7 Juin - 13:27


One way or another I'm gonna find ya
I'm gonna getcha getcha getcha getcha

Je parcourrais les rues de Los Angeles au hasard, cherchant simplement à la prendre sur le fait. Cette petite fouine qui commençait à me taper sur le système. Je savais qu'elle me suivait en cet instant et ce qu'elle allait voir ne la décevrait pas. Le voyage allait valoir le détour et elle serait surprise. Il était temps que je mette les choses au point, savoir qui elle était et surtout, ce qu'elle voulait et ce qu'elle savait. Pour la suite, cela dépendrait de ses réponses et de leur véracité.

Cela faisait déjà plusieurs jours que j'avais bien compris qu'une étudiante de UCLA me suivait. Je l'avais vu me scruter intensément, son appareil photo à la main. Et cette vision m'avait fat comprendre que ce n'était pas la première fois que je la croisais "par hasard". Je n'y avais jamais fait attention mais l'éclair de lucidité qui m'avait traversé ce jour là avait mis en lumière toutes ces fois où elle avait été là. J'avais donc décidé d'entreprendre quelques recherches à son sujet et je ne fus pas surpris de constater qu'elle était étudiante en journaliste : une vrai fouine. Mais surtout, elle avait déjà consulté le mien à l'université (merci Mme Scharwtz qui me filait des tuyaux de temps à autre). J'avais découvert qu'elle travaillait pour un journal assez mal réputé : potins et scandales en première page à chaque numéro. J'avais alors commencé à comprendre le danger qu'elle pourrait représenter.

Aujourd'hui, j'avais pris la décision d'agir. J'avais bien veillé à ce qu'elle me suive à travers les rues de Los Angeles, feignant de vérifier régulièrement derrière moi pour faire comme si je cherchais à ne pas être suivi. Et j'avais bien remarqué qu'elle me filait : bingo ! La nuit commençait à tomber, les lampadaires s'allumaient lentement, diffusant une lumière blafarde et inquiétante au coeur des ruelles sombres. Je m'enfonçais de plus en plus au coeur de la ville, cherchant à atteindre une impasse sombre d'où elle ne pourrait s'échapper à sa guise une fois le piège refermé. Elle me suivait avec une distance de 15 mètres environ. De quoi me laisser le temps de préparer mon "entrevue".

soudain, je pris un virage à quatre-vingt dix degrés et disparus dans une impasse. Je me postai derrière un recoin sombre et humide, attendant ma proie. J'étais prêt en cas de fuite. 'étais calme mais mon agacement était palpable : soit elle savait beaucoup trop de choses, soit elle n'avait pas conscience de ce qu'elle pourrait découvrir en me suivant. Dans les deux cas, elle se mettait en danger. Et puis, peut-être même qu'elle représentait un danger. Il fallait que j'en aie le coeur net. J'attendais donc calmement et silencieusement qu'elle prenne le même chemin que moi...


_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Lun 7 Juin - 22:51


    *21h environs, mois de Mai. La nuit tombe doucement. Je n’aime pas cet entre deux, mauvaise lumière, mauvaise ombre. Ni l’un ni l’autre. La lumière électrique s’en mêle. Je ne suis pas au maximum. Mauvais timing. Être plus attentive que jamais.
    Pourquoi marcher lorsqu’on à deux voitures ? Où va-t-il ? Cette escapade ne colle pas avec ce que j’ai observé de son emploi du temps cette dernière semaine.
    C’est la septième fois que je le suis. Un petit peu chaque jour. Je commence à cerner. J’ai des idées, j’ai des doutes. Pas de preuves, c’est encore trop tôt. De bonnes pistes cela dit. Encore quelques efforts.
    C’est la neuvième fois qu’il se retourne. Pourquoi ? Est-ce parce qu’il sent ma présence ? Parce qu’il redoute d’être suivit ? Il n’est pas tranquille, c’est évident. J’espère qu’il se rend dans un endroit qui me prouvera que j’ai raison. Je sais que j’ai raison mais je veux des preuves. Je les aurais. Mais je sais que j’ai raison. Une photo, une seule. C’est tout ce qu’il me faut.*


    Ses longs cheveux châtains attachés en une queue de chevale, Nell met un pied devant l’autre tel un automate, réglée sur la vitesse de sa cible.
    Aaron O’Hara. 24 ans, nés en 86, comme elle. Grand, cheveux bruns, yeux bruns. Une sœur jumelle, Abigaël. D’origine Irlandais. Parents décédés. Etudiant en biologie, spécialisé en génétique… et probablement un mutant. Le ‘probablement’, c’était parce qu’elle n’avait pas encore de photo pour le prouver. Une bonne photo valait tous les discours du monde. Les bonnes photos créaient les légendes urbaines. Le yéti, Nessi, le mythe venait des quelques bonnes photos qu’on trouvait sur internet. Même si elles étaient fausses. Une bonne photo vous propulsait au sommet. Surtout une bonne photo représentant un mutant en pleine action. Un mutant possiblement membre de l’organisation secrète appelée Genome. Les Robins des bois des bizarreries génétiques de son genre.
    Les mutants, ce trucs cools à la à mode…

    Cela fait une semaine maintenant que la jeune étudiante s’acharne sur son nouveau chouchou.
    Au départ, c’était juste un essai, juste pour voir. Aaron était le genre de personne qui agaçait profondément Nell. Horriblement parfait. Tout pour réussir, qui réussi effectivement. Lisse. Un peu trop. Ce genre de mec branchouille cachait toujours quelque chose. C’était presque une règle mathématique. Au début, déçue. Un type un peu chiant : Les études, les amis, une vie bien active, indépendante, saine, rien à se reprocher. Mais lorsqu’on à le sens du détail, on apprend à déchiffrer ceux-ci. On se rend alors compte que le moindre tiroir, la moindre penderie cache son lot de cadavres et de secrets. Celui-là, il n’avait rien de différent, des secrets il en avait des remorques entières. Et il était doué aussi, attentif. Sur ses gardes.
    Il avait fallu son talent pour le remarquer, son sens de l’observation hors norme. Heureusement qu’elle était douée, sinon elle serait passée à côté. Quel dommage.

    Au début donc, rien de spécial, puis des regards, des messes basses, des départs précipités, des coups de téléphone étranges. La puce qui vivait dans son oreille lui avait bien vite soufflé de creuser un peu plus. Elle l’avait fait et ne le regrettait pas. Elle s’était donné la peine de le suivre en dehors de l’Université, en dehors du Campus, et c’est là qu’elle avait compris.
    Double vie, double jeu. Elle avait d’abord misé sur un petit trafique de drogue, stimulant, emphèts, des drogues de geeks et d’acharné du cervelet. Elle avait déjà repéré l’un ou l’autre réseau l’année précédente. Rien de bien extraordinaire.
    Mais elle avait vu trop petit. Une fois de plus, trois jour auparavant, elle l’avait suivit durant l’un de ses jogging matinaux, puisqu’en plus de toute sa perfection, Monsieur était un sportif endurci. A l’abri des regards, oui, mais pas à l’ abri du sien. On n’était jamais à l’abri de son regard. Il avait fait sa première bourde, et il l’avait fait dans une flaque de boue… Nell se trouvait un peu loin et n’avait pas réussir à obtenir une photo correcte. Ses yeux eux, avaient tout enregistré, le moindre mouvement de la terre, le moindre pli sur le front du garçon, sa mâchoire légèrement tendue.
    C’était un mutant, pas un dealer.
    C’était en réalisant cet état de fait qu’elle avait recollé les morceaux. Un éclaire de lucidité. Les autres indices un peu louches prenaient tout leur sens. Du moins, devenaient moins nébuleux.
    Nell s’était donc mit à le suivre deux fois plus souvent, et commençait à entrevoir de quoi se composait la vie secrète de l’étudiant en Bio.

    S’arrêtant tout net de marcher, Nell plisse ses grands yeux verts derrières ses larges lunettes de soleil. Elle les ôta et jeta un regard au ciel de plus en plus mauve. Elle fronça le nez lorsque ses pupilles sensibles rencontrèrent les lueurs artificielles des réverbères de rue. Ces saloperies lui écorchaient les yeux. Peu importe, ce crétin avait complètement disparu en l’espace d’une fraction seconde. Il avait bifurqué, comme ça, sans que rien ne le laisse présager.

    *Etrange. Pourquoi fait-il ça ? Pourquoi cette ruelle ? Qu’est-ce qui s’y trouve ? Est-ce qu’il m’a repéré ? Est-ce une planque pour Genome ? Si seulement. Je dois aller voir. Mais s’il m’a repéré c’est dangereux. Non, il n’a pas le profile du tueur. Je dois aller voir*

    Après avoir lancé un regard circulaire sur la rue et les passants qui l’entourent, la jeune femme décide de se remettre en marche pour se diriger vers l’endroit où Aaron vient tout juste de disparaître. La ruelle est sombre. Nell glisse ses lunettes dans son sac à main en cuire, elle n’en à plus besoin. Un seul clignement de paupière lui suffit pour que la nuit qui englue cet endroit ne s’évapore. Ses pupilles sont maintenant si larges que le vert de ses yeux à lui aussi disparu. Elle y voit parfaitement, rien ne lui échappe. De toute façon il n’y a rien à voir. Un cul de sac, humide et puant. Pas un chat, mais un rat quelques part près de quelques palettes moisies qui traînent là.
    Encore quelques pas en avant, ses talons claquent sur le sol, le son se réverbérant sur les murs étroits de la petite rue glauque.

    *Pas bon, trop calme. Va t’en*

    Donnant immédiatement suite à son idée, la jeune fille se retourne pour s’en aller, faisant balancer vivement sa queue de cheval…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Mar 8 Juin - 18:52

J'attendais. Les bruits de la ville était dense mais différent à partir d'un endroit incurvé dans la pierre : je n'avais jamais remarqué à quel point les impasses étaient différentes du reste d'une ville. C'était tout moi ça : dans des situations pas possibles, mon esprit divaguait. Comment pouvais-je penser au son de la ville alors que je risquais de mettre la main sur une petite garce de journaliste ? Je n'y pouvais rien : l'attente de son arrivée me forçait à être silencieux et mon silence me forçait à entendre le bruit de la ville. Cercle vicieux. Je secouai la tête doucement pour tenter de remettre un peu d'ordre et surtout de sérieux dans mes pensées. Surtout que je venais d'entendre des pas. Elle se rapprochait. Je m'enfonçai un peu plus dans ce petit recoin qui m'offrait une façon de rester discret.

La jeune fille s'engagea doucement dans la ruelle, le regard à l'affut. J'eus soudain l'impression qu'elle savait ce qu'elle faisait : son attitude laissait paraître un professionnalisme certain. Les coups d'oeil qu'elle lançait vers le fond de l'impasse ne pouvaient laisser de doutes. Je sentis soudain monter une pointe de stress : et si elle en savait trop ? Merde. C'était bien ma veine ça : il fallait toujours qu'il m'arrive une merde comme ça pour me rappeler que je devais rester sans arrêt sur mes gardes. La jeune femme mit quelque chose dans son sac puis avança doucement. Le bruit de ses pas résonna contre les murs, créant une sorte de bourdonnement persistant. J'attendais le bon moment pour me poster devant elle : je ne voulais pas l'effrayer pour éviter une réaction sur le vif mais je voulais tout de même lui faire comprendre qu'elle ne devait pas se risquer à ce jeu-là. Et là, contre toute attente, alors que j'étais encore occupé avec mes pensées pour ne pas changer, elle fit demi-tour et commença à sortir de la ruelle. Et voilà, il fallait que je fasse vite maintenant.

Avant qu'elle n'eut fini de se retourner, je m'étais posté en travers du passage qui menait vers la rue principale. Sans même avoir pris le temps de choisir la meilleure place, je m'étais placé pile dans le rayon blafard du lampadaire, ce qui plongeait tout mon coeur dans une sorte d'obscurité. En me rendant compte de ça, je me dis que ce serait une bonne chose. Mais je ne savais pas à quel point c'était inutile. Sa queue de cheval balançait encore quand elle se retrouva face à moi. Ses longs cheveux châtains, rassemblés en une masse fluide et ordonné, étaient rythmés au son de la rue. Ah, encore le bruit de la rue. Mais qu'est-ce que j'avais avec ça ? Je tentai de me ressaisir, encore une fois, et je l'observai encore. Elle portait une tenue foncée, parfaite pour le camouflage, et son sac était assez grand. Il aurait largement pu contenir un appareil photo. Ou même une arme. Je ne pensais pas être en danger physique mais on était jamais sûr de rien, phrase que j'avais pu vérifier de multiples fois à mes dépends.

    Pas si vite. J'ai deux ou trois questions avant que tu ne partes. Ah oui, vu que tu as lu mon dossier, que tu me suis depuis plusieurs jours et que tu sembles être partout, on est assez intimes pour se tutoyer il me semble. Qu'en dis-tu, Miss Robinson ?

J'avais été direct, un peu trop, mais je n'avais pu contenir cet agacement croissant au coeur de mon esprit. Et puis, les questions fusaient sans retenue. Beaucoup de questions mêmes, qui me brûlaient le bout de la langue avec un doux goût amer. Que me voulait-elle ? Que savait-elle sur moi ? Sur mon pouvoir ? Avait-elle découvert quoi que ce soit sur Genome ? Avait-elle vu l'objet de mes missions ? Si oui, certaines personnes que nous protégions étaient désormais en danger. Savait-elle seulement dans quoi elle s'embarquait en me suivant ? J'espérais que non. Mais il allait falloir attendre qu'elle veuille bien ouvrir la bouche et surtout, qu'elle prenne la décision de dire la vérité. Pas facile. Surtout pour une journaliste. Mais si elle m'y poussait, je serais forcé d'employer des moyens très persuasifs. Mais pour l'heure, je décidai de rester simple et surtout, de na pas dévoiler quoique ce soit sur ce dont j'étais capable. De fait, je la toisais, plongeant mon regard dans la sien, tenant fermement le contact et exprimant seulement un sentiment de défi. Oui, je la défiais : je la défiais de mentir, de tenter de s'échapper, ou de me dire ce qu'elle savait. Je rêvais, bien évidemment. Mais bon, j'étais comme ça : prêt à croire que la vérité s'obtenait sous simple commande. Quand l'avais-je déjà obtenue ainsi ? Jamais...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Ven 11 Juin - 23:19

    Il n’y avait pas de mot. Pas de mot pour décrire la surprise, la frustration, l’écœurement, l’injustice. Pas de mot pour décrire toute la colère, la rage que ressentait Nell à cet instant.
    Prise sur le fait. La main dans le sac. Ca ne lui était encore jamais arrivé. Jamais. Pas une seule fois depuis tous ce temps. Et ce type venait de se jouer d’elle.
    Non seulement il avait remarqué qu’elle le suivait, mais en plus de cela, la jeune femme songeait désormais qu’il avait mit tout ça en scène dans le seul espoir de la surprendre comme il venait de le faire. Il connaissait son nom, elle n’arrivait pas à le croire. Elle en aurait hurlé toutes ses tripes s’il n’avait pas été là, à la toiser avec supériorité.
    Il devait jubiler ce salopard, jubiler de l’humilier de la sorte. Cette simple idée la rendait malade.
    Et muette aussi. Elle s’était fait avoir comme une stupide petite gamine, une débutante ignare. Une écervelée ridicule. Il avait compris depuis plusieurs jours.

    Monsieur Parfait venait de prouver son imbuvable perfection une fois de plus. Et c’était bien pour rabaisser leur caquet à ce genre d’énergumène qu’elle faisait ce qu’elle faisait. Tous ces gens qui pensaient que tout leur était du, que tout était acquis, qu’il n’y avait plus d’effort à faire, ni pour rien ni pour personne. Il était le prototype même de ce qu’elle aimait le moins sur cette foutue planète. La preuve qu’on ne naissait pas tous égo et que certain n’avaient qu’a claquer des doigts en se prenant pour des héros tandis que d’autres, tout aussi qualifiés, tout aussi compétent, devaient se battre et se faire un chemin tout seul.

    *Il est interdit qu’il s’en tire comme ça. Interdit qu’il ait le dernier mot. Je le déteste. Je le déteste. Pour qui se prend-il ? Il pense qu’il à gagné ? Il n’a encore rien vu…*

    Quelques secondes déjà qu’elle le fixait de ses grands yeux verts redevenus normaux maintenant qu’elle avait rétabli sa vue. Des yeux qui lançaient des éclaires courroucés. Les mâchoires serrées par la colère, la respiration courte.
    Sa rage atteignant son paroxysme, elle s’empêcha de penser et de s’angoisser à propos des possibilités de dommages physiques. Après tout Aaron était un garçon sportif, beaucoup plus grand qu’elle, et un mutant avec une double vie par-dessus le marché, qui sait de quoi il était réellement capable ?
    D’un geste sec, accompagné d’un grognement colérique, elle repoussa le jeune homme avec force, ses paumes cognant contre sa poitrine.

    Elle ne prit même pas la peine d’inventer un mensonge, elle fit porter son regard par-dessus l’épaule du jeune homme, les poings serrés. L’espace d’une seconde, elle lui jeta un regard mauvais et narquois, puis prit une grande inspiration et se mit à hurler à pleins poumons. Un cri strident et terrorisé déchira le soir naissant.

    « AU SECOURS AIDEZ-MOI !! IL ESSAYE DE ME VIOLER AU SECOURS !! »

    Et elle continua d’hurler aussi fort qu’elle le pouvait. Quelqu’un allait très certainement l’entendre, et si ces poltrons étaient trop lâches pour intervenir eux-mêmes et venir voir ce qui se passait dans cette fichue ruelle, elle était certaine qu’au moins l’un d’entre eux appelleraient la police. Si on l’avait capté, d’ici quelques petites minutes seulement, des sirènes retentiraient en échos à ses hurlements déchirants…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Sam 12 Juin - 16:59

Je vis dans son regard la surprise : réussite incontestable de ce côté-là. Si je n'avais pas été si préoccupé par les informations qu'elle détenait et surtout celles qu'elle pourrait détenir, j'aurais sûrement été amusé par sa réaction première. Les yeux écarquillés, la bouche figée, le mouvement stoppé. Je n'avais pourtant pas vu ses pupilles dilatées de façon anormale se resserrer. Mais je vis alors son regard passer de la surprise à la colère : la demoiselle n'était pas fière de s'être faite berner par un individu tel que moi. Elle m'avait semblé sûre d'elle dès le départ et son incompréhension face à sa bêtise ne faisait que confirmer la confiance qu'elle avait en elle. J'étais loin d'imaginer ce qu'elle allait faire.

Si elle avait pu me tuer d'un seul regard, elle l'aurait fait sans aucune hésitation : orgueil, orgueil, quand tu nous tiens ! Quel vilain défaut (dont je n'étais bien sûr pas exempt moi-même, mais qui pouvait réellement se vanter d'une telle chose ?). En une fraction de seconde, la colère avait laissé place à la haine : cette fille était fabuleuse, je n'essayais même pas d'imaginer ce qu'elle avait dans la tête mais j'étais certain que les pensées y fusaient aussi rapidement que ses changements d'expression faciale. J'aurais du tenter de prévoir au mieux sa réaction. En tout cas, je ne fus pas déçu de la visite. D'un coup, d'un seul, elle se jeta sur moi pour me pousser de son chemin dans un son roque, sorti des profondeurs de sa gorge, la fureur emplissant ses yeux, et avant que je n'ai pu comprendre ce qu'elle allait faire, elle se mit à hurler à pleins poumons.

    AU SECOURS AIDEZ-MOI !! IL ESSAYE DE ME VIOLER AU SECOURS !!

Je m'étais attendu à tout sauf à ça ! Merde, elle allait tout faire foirer ! Il fallait que j'agisse vite. Heureusement, j'avais eu la bonne idée de l'emmener dans un quartier moins fréquenté que le reste de la ville. Et puis, vu la réputation des lieux, même si quelqu'un l'entendait hurler, il était quasi certain que personne ne prête attention à ses dires : il est des endroits où le silence permettait de survivre. Je dus réagir à toute vitesse, me jetant sur elle afin de trouver le moyen de la faire taire. Tant pis pour la douceur : plus le temps et de toute façon, je n'en avais même pas envie. Sa réaction m'avait fait oublier tous mes principes et la seule chose à laquelle je pensais était de la faire taire. Je détestais ce genre de cherche merde qui ne vous apporter que des emmerdes. Et je savais qu'elle en faisait partie. Je n'aimais pas les journalistes et encore moins ceux qui étaient prêts à tout pour un scoop à deux balles. Mais que cherchait-elle avec moi ? Soit elle ne savait rien et elle cherchait juste une personne à qui nuire, soit elle savait et elle cherchait des preuves pour tout dévoiler. Dans le premier cas, j'allais la remettre à sa place sans ménagement et avec la certitude qu'elle ne recommencerait plus. Mais dans le second cas, il allait falloir que je détermine si elle travaillait sur un article pour le compte de son journal miteux ou s'il s'agissait de quelque chose de plus sérieux. Et dans ce cas, il faudrait aussi que je découvre qui était au courant pour son investigation. Merde.

Il fallait que j'arrête de penser et que je me concentre sur l'électron libre que j'avais face à moi, enfin, que j'essayais surtout de maîtriser. Tâche peu aisée vu l'agressivité et l'énergie dont elle était constituée. Comme un si petit bout de femme pouvait être aussi nerveuse ? Pour l'heure, je tentais de lui fermer la bouche à l'aide de ma main : je ne voulais pas utiliser mon pouvoir : si elle ne savait rien, mieux valait ne pas aggraver la situation.

    Ecoute-moi bien, tu as deux solutions : soit tu la fermes et je n'emploierai pas la force, soit tu décides de foncer dans le mur en continuer ta tirade assourdissante et je peux te garantir que je te ferai taire quel que soit le moyen employé. De toute façon, l'issue sera la même : tu devra répondre à mes questions. Réfléchis bien.

Encore une phrase que j'avais employée plusieurs fois au cours de mes différentes interventions. Comment une vie telle que celle que je vivais à Genome pouvait parfois sembler si banale et habituelle ? Un paradoxe assez troublant que je n'arrivais pas à m'expliquer...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Sam 12 Juin - 21:37

    Elle était certaine qu’en y mettant toute sa rage elle pourrait se défaire de sa poigne, qu’elle réussirait à s’enfuir et à le semer. Et pourtant rien à faire, impossible d’échapper à ses gros bras de Monsieur muscle. Elle avait essayé de lui coller son genou entre les jambes à plusieurs reprises mais le bougre semblait être au fait de la technique et ne devait pas beaucoup se forcer pour parer ses coups. C’était dans ce genre de moment que Nell regrettait amèrement de n’avoir jamais le temps de prendre des cours de self-défense.
    Pourtant la frustration de ne pas savoir se défendre n’était rien comparée à la frustration de ne même plus pouvoir crier pour appeler de l’aide. Elle ignorait si qui que ce soit l’avait entendu, involontairement comme volontairement…

    *Aucune assurance que quelqu’un arrive pour m’aider. Quartier pourri. La nuit est presque totalement tombée, et je suis seule dans une ruelle sombre avec un mutant possiblement membre d’une organisation secrète, incapable de faire le moindre mouvement ni même de crier. Je ne dois pas paniquer. Paniquer c’est pour les faibles. Je dois réussir à m’enfuir*

    Nell fut interrompue dans ses ruminations de maigre espoir par la voix basse et coléreuse d’Aaron. La menace était claire et nette. Une fois de plus, elle sentit la panique poindre et lui pincer douloureusement le cœur et la gorge. Pourtant, après un dernier soupir d’effort pour se dégager de l’étreinte du garçon, elle laissa tomber. Impossible qu’elle y arrive par la force, c’était fichu de ce côté-là. Elle allait devoir se débrouiller autrement et improviser. Elle cessa donc de se débattre et d’essayer de crier pour demeurer totalement immobile durant quelques secondes. Les yeux baissés sur le sol sale elle tenta tant bien que mal de réguler sa respiration. C’était difficile avec sa bouche close par la grande main de son agresseur.
    Ravalant toute sa fierté et sa rage, elle tenta de trouver une échappatoire à cette fichue impasse.

    *Pas de panique. Je peux m’en sortir. Je sais que je suis plus maligne. Je suis plus maligne que ça. Plus que lui. Il a gagné la première manche c’est tout. Pense. Trouve une idée. Rapidement. Réfléchi. Tu connais son profil. C’est un avantage. Je dois l’utiliser*

    Mais son cerveau avait du mal à fonctionner. Elle était plus du genre à peaufiner ses plans durant plusieurs heures et à laisser mijoter longtemps. Elle préférait agir de loin, avec prudence. Et cette fois, elle s’était magistralement vautrée. Son esprit perfectionniste restait bloqué sur ce fait, sur cette cruelle vérité qui lui déchirait les entrailles.
    Et malgré ça, elle continuait de rester immobile. Ce furent d’ailleurs ces quelques secondes qui persuadèrent surement Aaron que la jeune femme s’était décidée à coopérer. Sa poigne se fit moins forte, et sa main s’enleva lentement de sa bouche.

    Nell releva lentement ses grands yeux verts sur ceux, bien plus sombres, du jeune homme. Elle l’observa à la fois un peu craintive et défiante. Elle n’en menait pas large mais elle gardait tout de même une certaine dignité.

    *ou peut-être pas… justement. Et Merde.*

    Elle ouvrit donc les vannes, laissant sa bouche et son menton se mettre à trembler. Quelques secondes plus tard, les fameuses vannes désormais ouvertes la submergèrent de tension et d’émotion jusque là contenue. Une première larme commença à poindre, puis une seconde, et bientôt, ses deux joues se mouillaient de petite perles argentées.
    Honteuse, elle s’arracha au regard du jeune homme, boudeuse, et baissa à nouveau les yeux, préférant fixer les poubelles éventrées qu’Aaron qui la maintenant toujours prisonnière.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Dim 13 Juin - 20:48

Cette Robinson avait tout tenté pour se libérer de mon emprise, même les coups portés légèrement trop bas. Elle était bien mesquine mais en même temps, j'aurais réagi de la même façon. Sauf que j'avais plus de ressource qu'elle visiblement : malgré son incroyable faculté à se sortir de toutes les situations, quand elle se retrouvait confrontée à quelqu'un directement, elle ne pouvait pas faire grand chose. Elle redevenait la petite fille trop frêle pour se défendre. Et je n'avais pas idée de sa réaction enfantine qui allait suivre d'ailleurs. Mais lorsque je lui avais expliqué ce qui allait se passer, elle s'était immobilisée d'un seul coup, me laissant totalement la maîtriser. J'avais alors relâché mon emprise, laissant sa bouche à nouveau au grand air. Elle était beaucoup plus petite que moi et devait lever la tête pour plonger son regard dans le mien. J'y voyais de la honte et une grande colère. Et puis là, contre toute attente, je vis ses yeux s'humidifier à grande vitesse. En un instant, elle se mit à pleurer. Pas des petites larmes que l'on laisse couler timidement et humblement, mais de grosses larmes qui lui permettaient d'évacuer toute la tension et tout le stress accumulés en quelques minutes. Je ne savais comment réagir face à ça. Tenter de la consoler ? Je n'en avais pas la moindre envie. A vrai dire, j'avais toujours en tête le fait qu'elle m'avait suivi, espionné, traqué. Elle avait violé mon intimité et peut-être même mis en danger Genome. Alors non, je ne voulais pas me laisser attendrir par cette fille. Mais comment réussir à rester ferme quand on était du genre à vouloir sauver chacun de ses malheurs ? Merde. Quelle idée aussi d'être aussi sensible aux autres.

Je tentais de me raisonner de garder en tête pourquoi je l'avais attirée ici. Pourquoi il fallait que je l'interroge et que j'obtienne des réponses. Je la regardai et me rendis compte de l'absurdité de nos positions : au cours de notre altercation, j'avais mis une de mes mains autour de sa bouche et celle-ci se trouvait à présent autour de ses épaules, la bloquant contre moi, et mon autre bars était autour de sa taille, la tenant fermement pour ne pas qu'elle s'en aille. Au départ, elle avait été dos à moi mais lorsque j'avais relâché mon emprise, elle s'était retournée vers moi pour me faire face et maintenant, je me décidai à la relâcher, mais gardant tout de même une distance enter nous qui me permettrait de la bloquer à nouveau en cas de tentative désespérée. J'avais les bras le long du corps, je les croisai. Je décidai de lui parler de façon directe pour garder un peu de fermeté.

    Bon, je te la fais courte : que cherches-tu ? Pourquoi est-ce que tu me suis comme ça et pour qui tu travailles ? Essaie de ne pas perdre de temps avec des mensonges inutiles, je le saurai.

Elle pleurait toujours mais elle m'écoutait. Il fallait que je lutte contre moi-même pour ne pas la prendre dans mes bras et la consoler. Non mais sérieusement, comment pouvais-je être aussi naïf face à la détresse des gens ? Une petite larme et je me retrouvais transformé en Papa Ours. Putain, si quelqu'un arrivait un jour à pénétrer au coeur de mon esprit, ce serait la fin des cacahuètes. Et voilà, je monologuais avec mon esprit. Merde.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Mer 16 Juin - 21:24

    Et voilà, premier bon point, il l’avait lâché. Aaron avait desserré son emprise sur elle, et avait même finit par se reculer d’un pas avant de lui poser ses fameuses questions d’une voix abrupte.
    Elle n’y répondit pas immédiatement, faire attendre, c’était un privilège de fille qui pleure. C’était ce qu’elle était pour le moment. Une petite poupée pleurnicheuse et fragile, faites en porcelaine. Pour que cela soit crédible, il fallait y croire soi-même du moins.
    D’accord, c’était sacrément humiliant et rien que pour ça, elle aurait voulu le surprendre nu comme un ver, en position scène compromettante avec un singe, le prendre en photo et la placarder partout dans Los Angeles, de Redondo Beach à Hollywood.
    Cela dit elle n’était pas encore sortie de toute cette embrouille, il faisait clairement barrage entre elle, et la sortie de celle ruelle sans autre issue. N’empêche qu’elle avait tout de même réussit à échapper à ses grands bras pour le moment. Ses grands bras de brute au cœur d’artichaut qui perdait toute sa superbe à la moindre petite larme. C’était mignon à vomir. Surtout à vomir puisqu’en temps normal, elle préférait encore manger du savon plutôt que de fondre en larme devant un inconnu de la sorte. Mais aux grands maux les grands remèdes, comme disait l’autre.

    *Trouve un moyen d’enchainer, il doit forcément y avoir un moyen. Ce type n’est pas James Bond après tout. Pour qui il se prend ?! C’est un pays libre ici. Je suis qui je veux. Quand je veux. S’il croit qu’il me fait peur, c’est râpé*

    Bien sûr, il lui faisait tout de même un peu peur, malgré ce qu’elle se répétait intérieurement. Mais elle essayait de se donner le courage nécessaire pour trouver une issue, maintenant qu’elle avait grappillé quelques secondes en jouant les demoiselles en détresses stupides.

    *Réfléchi ma fille. Pas question de perdre encore une fois. Sois plus maligne. Tu sais que tu es plus maligne que cet idiot*

    Ses grands yeux d’un vert brillant de larmes se relevèrent sur le jeune homme. Elle cligna des paupières et de nouvelles larmes roulèrent sur ses joues déjà bien humides. D’une main un rien tremblante, elle essuya son menton ou goutait une petite perle d’eau salée. Déglutissant ensuite péniblement, elle laissa échapper un petit sanglot avant d’ouvrir la bouche, essayant d’exprimer toute l’innocence dont elle était capable, chose facile, avec la tête d’adolescente pré pubère qu’elle pouvait arborer parfois, et qui lui était fort utile.

    « Je… c’n’est pas ma faute, d’accord ? Ils m’ont obligé, ils ont dit que si je ne te suivais pas, ils s’en prendraient à mon père »

    Elle observa le garçon quelques secondes encore avant que son menton ne se remette à trembler et qu’elle ne plonge son visage dans ses deux mains pour l’arracher à la vue d’Aaron.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Ven 18 Juin - 13:47

Elle leva de grands yeux vers moi : ils étaient emplis de larmes et n'allaient pas sécher visiblement. Je détestais ce côté trop humain chez moi : il me jouait souvent des tours même si la plupart du temps, j'arrivais à faire la part des choses. Là, j'avais du mal à définir qui elle était : une fille chagrinée d'avoir été prise la main dans le sac ou simplement une manipulatrice prête à tout pour avoir des informations ? D'ailleurs, j'en revins aux informations justement. Il fallait que je sache ce qu'elle avait découvert ou non.

    « Je… c’n’est pas ma faute, d’accord ? Ils m’ont obligé, ils ont dit que si je ne te suivais pas, ils s’en prendraient à mon père »

Boulette chère demoiselle. Tu ne me suivais pas simplement mais tu m'espionnais, c'est une nuance que même le plus merdique des journalistes auraient réussi à me donner. Enfin, je ne voulais pas tirer de conclusion trop hâtives mais cette simple petite erreur de langage m'avait permis de me remettre sur mes gardes : j'avais lu son dossier et j'avais fait quelques recherches qui m'avaient permis d'apprendre deux trois petites choses sur elle dont sa fâcheuse tendance à prendre les gens pour des cons. Et apparemment elle était très douée à ce jeu-là. Mais en même temps, si elle avait mis la même sur quelque chose, et si l'on supposait qu'elle bossait pour Genetic, elle aurait très bien pu être menacée comme elle l'affirmait. il fallait donc que je sache ce qu'elle me voulait pour en avoir le coeur net. Pour l'instant, je ne la perdais de vue : je bloquais toujours l'accès à la sortie de façon à pouvoir la faire rester encore là. Il fallait qu'elle réponde à mes questions.

    « Ils ? Alors là, je dois avouer que je ne comprends pas. Qui pourrait bien te menacer pour que tu me suives ? Aurais-je un oncle caché qui veut connaître tous mes faits et gestes ? Je ne pense pas. Il doit y avoir méprise sur la personne. »

Parfait mon petit. Feinter l'ignorance. On avait déjà vu mieux comme défense mais ça me permettait de la garder encore et de la faire parler. En général, je m'en sortais plutôt bien pour faire parler les gens. D'une façon ou d'une autre. Mais là, je savais que j'avais face à moi une grande spécialiste. Mais comment savoir si elle jouait la comédie ou non ? Merde. Parfois, cette vie là m'emmerdait et j'avais envie de tout plaquer ! Mais pour l'instant, il fallait que je m'occupe du problème...

    « Mais qui a bien pu menacer ton père pour que tu suives un étudiant comme moi ? Ok, j'ai un peu d'argent, mais rien de bien exceptionnel, juste ce que m'ont laissé mes parents après leur mort... »

Parler de mes parents était douloureux. Parce qu'ils me manquaient, parce que je les haïssais. Parce que la découverte de la vérité m'avait anéanti. Parce que même le temps n'efface pas la trahison, surtout lorsque les coupables n'ont pas l'occasion de justifier leurs actes. Et puis, je ne pouvais cesser de les aimer. Et c'était dur...

    « Mais pour ton père ? »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Dim 20 Juin - 23:27

    Nell se doutait un peu qu’elle aurait droit à ce genre de réponse. Elle savait qu’il était loin de l’être mais qu’Aaron jouerait d’abords les innocents. C’était normal après tout. Vu sa position, du moins, celle qu’elle pensait qu’il avait, il devait se montrer très prudent. Chose certaine, c’était un mutant, et rien que pour ça, la prudence était de mise, elle en savait quelque chose depuis le temps. Il allait être compliqué pour elle de lui faire baisser sa garde alors qu’il l’avait surprise entrain de le suivre. Elle improvisait seconde après seconde et n’avait pas vraiment une idée précise de ce qu’elle voulait. Du moins, elle savait qu’elle voulait en savoir plus, c’était un fait, mais pour l’heure elle devait faire passer en priorité le fait de sortir de cette maudite ruelle. Elle détestait ne pas avoir l’avantage. Pour l’instant, Aaron dominait complètement la situation, son but était de renverser la vapeur. Mais si en chemin, elle pouvait en apprendre plus sur son compte, alors elle ne devait pas rater cette opportunité de faire un bond en avant dans son enquête.
    Ce qui la dérangeait c’était justement l’improvisation. Elle préférait et de loin savoir toujours où elle mettait les pieds avant de le faire. Il était inutile d’avoir des gros muscles si l’on était prudent et conscient des enjeux. Cette fois-ci elle avait perdu la manche, et sa fierté la poussait à oublier ses préceptes et à avancer en aveugle. Dieu seule savait comme c’était ironique dans son cas.

    Maintenant, de sa réponse allait dépendre la suite des évènements. Redressant légèrement la tête, elle essuya ses joues avec brusquerie, durcissant légèrement son regard olivâtre, tout en gardant cet air chagriné et ses yeux humides.

    Elle avait été prise la main dans le sac, d’accord, elle l’avait grandement sous estimé d’accord, mais c’était surtout dû au fait qu’elle était en réalité tombé sur un bien plus gros poisson qu’elle ne l’avait d’abord pensé. Pourtant elle avait eut le temps de cerner un peu le personnage. Sous ses airs un peu trop sérieux et froids, elle sentait qu’Aaron était l’un de ces chevaliers servant, l’un de ces Robin des Bois des temps moderne. Le genre que quelques larmes ne laissaient pas indifférent. Le souci était qu’elle ignorait ce que lui savait d’elle et que de ça dépendrait sa réaction.

    Elle déglutit puis croisa ses bras fins sur sa poitrine d’un air contrarié et butté.

    « Ecoute moi bien, tu m’attire ici et tu me secoue comme un prunier en me demandant de pas te mentir, et quand je te répond enfin, tu joue à l’imbécile et à l’innocent ! Soit tu veux parler sérieusement, soit tu me laisse tranquille. Si tu ne veux pas m’aider O’Hara, j’me démmerderais seule pour mon père, après tout, ce n’est pas comme si j’avais besoin de toi. Je sais me débrouiller toute seule et de toute manière, je sais déjà tout ce que j’ai besoin de savoir sur toi pour m’éviter les ennuis... »

    *Ne pas en dire trop. Provoquer, mais pas trop. Si ça tourne mal je peux encore m’en sortir. C’n’est pas un tueur. Il n’en sait pas assez sur moi.*

    Elle attendit la réponse de son interlocuteur, tendue et sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Jeu 24 Juin - 12:10

    « Écoute moi bien, tu m’attires ici et tu me secoues comme un prunier en me demandant de pas te mentir, et quand je te réponds enfin, tu joue à l’imbécile et à l’innocent ! Soit tu veux parler sérieusement, soit tu me laisse tranquille. Si tu ne veux pas m’aider O’Hara, j’me démerderais seule pour mon père, après tout, ce n’est pas comme si j’avais besoin de toi. Je sais me débrouiller toute seule et de toute manière, je sais déjà tout ce que j’ai besoin de savoir sur toi pour m’éviter les ennuis... »


Bras croisés sur sa poitrine, elle me fixait avec rage. Je n'arrivais pas à lire dans son regard donc impossible d'y déceler un quelconque mensonge ou une quelconque vérité. Mon instinct me disait néanmoins de rester sur mes gardes. Je n'y pouvais rien, c'était comme ça : j'avais cette capacité à comprendre qu'il ne fallait pas faire confiance à certaines personnes et cette fille avait tiré le gros lot. Je la regardais et la seule chose à laquelle je pensais était de faire gaffe. En même temps, je voyais en moi s'incarner l'image de l'ange et du diable se disputant pour représenter ma conscience. Cliché n'est-ce pas ? C'était exactement l'histoire de ma vie. Toujours cette conscience qui était tiraillée par les situations auxquelles j'étais exposé. Le pire, c'était qu'avec Genome, j'étais souvent obligé de prendre certaines mesures en contradictions totales avec mes principes. Au final, peut-être que je ne savais plus quels étaient réellement mes principes : je devais me rendre à l'évidence, les épreuves m'avaient changé et il ne fallait pas que je me laisse avoir par mes états d'âme d'adolescent trop sensible.

J'analysai ses paroles : elle ne m'avait pas demandé de l'aider mais elle venait de dire que si je ne voulais pas l'aider, elle se débrouillerait. Bizarre, non ? Et puis, qui aurait pu lui demander de me suivre ? A part avec Genome, je n'avais aucune raison de me faire des ennemis et si elle avait été employée par Genetic, je supposai qu'elle aurait agi différemment et avec plus de moyens. Quelque chose clochait dans ses propos et je m'en rendais bien compte. Marcher dans son jeu ? Pas sûr que ce soit la meilleure solution. Si ça me laissait l'occasion de la cuisiner, pourquoi pas. J'en avais ras le bol de ces emmerdes qui tombaient du ciel à cause de mon ADN légèrement différent...

    « Alors je vais être clair jeune fille : je ne te dois absolument rien, c'est toi qui t'es foutue dans la merde en me suivant pour je ne sais quelle raison. Et puis, si je ne sais rien de la situation, je vais comment pour comprendre ce qu'il se passe ? Fouineuse intelligente, ok, mais apparemment, la finesse d'esprit n'est pas trop compatible avec l'intelligence... »


J'avais fait un lancé assez fort mais je n'y pouvais rien. Je ne savais toujours pas pourquoi elle m'espionnait et ça commençait à me courir sur le haricot. Et il était hors de question de la laisser partir tant que je n'aurais pas eu une réponse assez convaincante : et oui, je ne m'attendais pas à avoir la vérité mais au moins une réponse éclairante sur la chose. elle avait beau être maligne, je n'étais pas en reste de ce côté là et les gens finissaient toujours par faire des erreurs. Toujours. C'était un fait. Du coup, je revérifiai ma position dans la ruelle : aucune issue pour mademoiselle Robinson. Aucune. A moins qu'elle ne soit là à cause de Genome et qu'elle possède elle aussi un pouvoir...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Sam 26 Juin - 22:33

    Nell ne put s’empêcher de froncer ses sourcils clairs, ses yeux verts envoyant des éclairs de colères à son interlocuteur. Un interlocuteur buté, d’ailleurs.
    « Je ne te dois rien jeune fille » lui avait-il dit, non mais qui parlait comme ça, franchement ?

    *Mais quel blaireau ! Il fait vraiment très bien semblant de ne rien comprendre. On y croirait ! Sauf que j’ai tout vu mon gros loup. Comme toujours, j’ai tout vu. Mais ce n’est pas grave. Continue de faire l’innocent. La nuit sera bientôt tombée. On verra bien à ce moment si tu es si malin*

    La nuit qui tombait, c’était sa seule chance d’avoir un peu d’avantage dans cette situation désastreuse. Elle avait fait preuve d’un vrai manque de professionnalisme et rageait encore de s’être ainsi fait prendre. Et elle rageait également sur lui, sur Aaron, avec son air de boyscout. Pourquoi les choses réussissaient toujours mieux à ce genre de type ? Le méritait-il seulement ?
    Surtout qu’il se permettait d’insulter sa finesse d’esprit ! Il essayait de la provoquer ou quoi ? De lui faire perdre le sang froid qu’elle avait de temps en temps du mal à garder ? Il pouvait toujours se brosser pour que ça arrive, elle l’avait vu venir ! Elle ne se laisserait pas avoir par son petit air suffisant insupportable, comme si il valait mieux qu’elle.

    D’ailleurs, s’il voulait la jouer comme ça d’accord ! S’il voulait la lancer dans un long débat d’argumentation, dans un combat verbale à celui qui serait le plus malin, à celui qui aurait le dernier mot, très bien ! Qu’il continue à parler seulement, pendant ce temps, le soleil lui, continuait de descendre doucement pour les plonger dans la pénombre… et ça, c’était une bonne nouvelle.

    Nell décida d’abandonné son petit numéro de jeune fille éplorée. Ca ne fonctionnait pas vraiment avec lui, et si il s’était sentit coupable, il l’avait bien caché. Essayé de l’attendrir ne mènerait nulle part, il fallait qu’elle essaye autre chose.
    Comme si elle appuyait sur un interrupteur, ses yeux arrêtèrent de déverser leurs larmes de crocodiles presque instantanément, et les quelques dernières grimaces boudeuses qu’elle avait continué d’afficher jusque là disparurent tout aussi rapidement.
    A la place elle afficha plutôt un air blasé et récalcitrant comme il était de bon ton ici apparemment.
    Décroisant ses bras, elle vint poser une main sur ses hanches fines.

    « Tu es vraiment idiot ou tu le fait exprès O’Hara ? Encore une fois, laisse-moi te résumer tes incohérences, mon pauvre garçon ! Si tu voulais vraiment savoir pourquoi je te suis, tu aurais plutôt dû réagir lorsque j’ai affirmé avoir déjà toutes les informations dont j’avais besoin pour ne pas avoir d’ennuis… du genre : en me demandant de quelles informations je parle ! Mais c’est trop tard maintenant. Si tu m’avais posé la question de toi-même, peut-être que j’aurai consenti à te répondre. Mais puisque je dois faire les questions ET les réponses, maintenant tu peux te brosser ! … sauf si tu me file 100 dollars, bien entendu. Là, ça peut s’arranger ! »

    *bah quoi ? …*
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Lun 28 Juin - 14:05

Elle changea du tout au tout : expression, posture, ton de la voix. Cette fille était une véritable actrice. Pas étonnant qu'elle soit douée pour les investigations. En tout cas, son attitude confirmait son talent : en faisant des recherches à son sujet, j'avais appris qu'elle était douée et j'en avais la confirmation. J'allais devoir rester encore sur mes gardes. J'allais reprendre le fil de mon monologue quand elle ouvrit la bouche vivement et avec un ton qui se voulait cassant et assuré. Ce qui était le cas.

    « Tu es vraiment idiot ou tu le fais exprès O’Hara ? Encore une fois, laisse-moi te résumer tes incohérences, mon pauvre garçon ! Si tu voulais vraiment savoir pourquoi je te suis, tu aurais plutôt dû réagir lorsque j’ai affirmé avoir déjà toutes les informations dont j’avais besoin pour ne pas avoir d’ennuis… du genre : en me demandant de quelles informations je parle ! Mais c’est trop tard maintenant. Si tu m’avais posé la question de toi-même, peut-être que j’aurais consenti à te répondre. Mais puisque je dois faire les questions ET les réponses, maintenant tu peux te brosser ! … sauf si tu me files 100 dollars, bien entendu. Là, ça peut s’arranger ! »

100 dollars ? Non mais qu'est-ce qu'elle croyait ? Elle n'était pas la première fouine à laquelle je me frottais et je n'allais pas céder aussi facilement; D'ailleurs, je n'étais pas du genre à jeter mon argent par les fenêtres : je préférais investir mes économies dans Genome pour les autres, ces personnes en difficultés assaillies par les problèmes incessants dus à cette légère différence génétique qui nous pourrissait parfois la vie. Et puis, je détestais ceux qui me mettaient des bâtons dans les roues comme cette fille là et je n'allais pas tarder à perdre ce sang froid si utile à mon self-control. Je ne voulais pas utiliser mon pouvoir devant elle. Je ne voulais pas lui donner raison. En tout cas, elle savait. Peut-être qu'elle ne savait pas pour Genome, mais elle savait pour mon pouvoir. De quoi d'autre aurait-elle pu m'accuser ? Rien. J'étais tellement concentré sur Genome que je n'avais même pas l'occasion de faire des conneries dans ma vie d'étudiant ou d'homme alors.

    « Qu'est-ce que tu crois fillette ? Que c'est toi qui tiens les rennes ? Laisse-moi te rappeler à mon tour quelque chose : c'est moi qui te retiens ici il me semble et non le contraire. bien sûr, grâce à tes recherches, tu as du découvrir que je n'avais aucun acte de violence à me reprocher si ce n'est quelques bagarres d'adolescent datant de quelques années en arrière mais rien de bien méchant. Par contre, ça confirme que je sais régler les problèmes autrement qu'avec mes poings, n'est-ce pas ? »

Ce n'était pas de réelles menaces, plutôt un moyen de lui faire comprendre qu'elle n'était pas au bout de ses peines et peut-être aussi un moyen de gagner du temps. Oui, j'avais besoin de temps pour trouver son point faible. Pour l'instant, j'avais vu que son orgueil pouvait la pousser rapidement à la faute et il semblait assez facile de titiller cet orgueil. Ensuite, elle n'aimait pas perdre. Encore un lien avec son orgueil. Il fallait que je trouve d'autres faiblesses en me servant de ça.

    « Bon passons là-dessus et attaquons les choses sérieuses. Combien as-tu touché pour me suivre ? Pas grand chose puisque tu me réclames 100 dollars... »

Bingo ! Je n'y avais pas fait attention mais le fait qu'elle me réclame de l'argent prouvait soit une certaine cupidité maladive, soit qu'elle n'avait pas touché grand chose voire rien du tout pour me suivre. Ce genre d'information pouvait certainement écarter Genetic de la liste des employeurs : Holster ne lésinait pas sur les moyens vu qu'il s'entourait toujours des meilleurs et des plus chers. Mais si ce n'était pas Holster, qui cela pouvait bien être ? Qui pouvait avoir envie d'en apprendre plus sur moi ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Sam 3 Juil - 19:55

    La jeune femme croisa à nouveau ses bras, prenant bien soin d’afficher sur son visage harmonieux une expression d’intense réflexion. Ses yeux verts étaient rivés sur son interlocuteur aux cheveux sombres et elle scrutait son visage comme dans une vaine tentative de le comprendre.
    Elle prenait grand soin d’arborer également un petit air méprisant qui ne manquerait pas d’agacer le garçon, du moins, elle l’espérait.
    Ce qu’il était désagréable ! Et fichtrement aucune répartie. Il était toujours désolant de constater lorsque l’air en valait la chanson, surtout lorsqu’on avait l’air de rien…

    Bref, après son petit silence et son expression pleine de jugement, la jeune journaliste fit claquer sa langue contre son palet en signe d’agacement.

    « Dis-donc… tes questions me laissent sans voix O’Hara… combien j’ai gagné ? Sérieusement ? » elle afficha un sourire fermé qui n’exprimait pourtant aucune joie intérieure « Et bien figure-toi… que j’ai gagné 600 dollars, une décapotable coupé sport, un abonnement de 6 mois à chippendales Magazine, des chèques-repas, et un adorable petit canard… en plastique bien entendu. Pour mettre dans le bain ! »
    Et pour soutenir visuellement cette description des plus complètes, elle mima le bec du dit canard avec l’une de ses mains.
    Cela fait, elle leva ses deux mains au ciel dans un signe d’exaspération, elle les laissa retomber durement sur ses flancs dans un bruit sec.

    « Tu te fiche de moi ? Tu pense que des personnes capables de menacer mon père pour m’obliger à obtenir des informations sur toi prendraient la peine de me dédommager ?! Franchement ?! Il faut être sacrément idiot pour poser ce genre de question. De toue façon O’Hara, peu importe ce que je réponds, qu’est ce qui te prouve que je mens ? Qu’est ce qui te prouve que je dis la vérité ? Je pourrai te raconter n’importe quoi que ça ne t’avancerais pas beaucoup. Pas que je te reproche ton manque de confiance en moi, je peux comprendre » sourit-elle encore d’un air faussement aimable « Juste que cette conversation nous fais perdre du temps, à toi comme à moi, puisque je parie que tu n’as aucun détecteur de mensonges sous ton bras »

    Elle poussa un léger soupir désolé, l’air de dire ‘et oui ! C’est comme ça mon mignon’.

    « Alors en résumé, tu vois, on est bloqué dans cette ruelle jusqu’à ce que tu sois malin et me laisse partir. J’te promets que je te laisserais tranquille »
    minauda-t-elle en affichant une moue de petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Dim 4 Juil - 20:04

J'avais une réelle confirmation : sa répartie était vive et d'ailleurs, bien trop vive pour une personne qui s'était mise à paniquer quelques instants plus tôt. Elle tentait bien de me vendre ses conneries et j'avais failli lui donner de quoi financer cette merde ! Enfin, elle n'était pas si maligne que ça la petite Robinson et j'allais me faire un plaisir de la descendre. Perdais-je mon sang froid ? Oui. Sans aucun doute. Il faut dire que j'avais failli tomber dans le piège et mon orgueil venait donc d'en prendre un joli coup. Mais contrarier un O'Hara n'était pas réellement facile d'ordinaire et donnait de très mauvais résultats...

    « Alors en résumé, tu vois, on est bloqué dans cette ruelle jusqu’à ce que tu sois malin et me laisse partir. J’te promets que je te laisserais tranquille »


La laisser partir ? Pourquoi ça ? Les festivités n'avaient pas encore commencé. un tel moment devait se savourer du début à la fin ma chère détective en herbe...

    « J'admire ta façon de faire de l'humour : rire d'une situation dramatique c'est si merveilleux... »

Je ne pus retenir un rire : nerveux ? Pas vraiment : je commençais d'ailleurs à entrer dans une sorte de sérénité malsaine. Allais-je aller trop loin ? Il n'y avait aucune raison pour cela mais en même temps, j'avais bien compris qu'elle savait quelque chose alors je devais m'attendre à tout, je le savais.

    « Mais pourquoi partir alors que la discussion ne fait que commencer ? Suis-je de si mauvaise compagnie ? Voyons, je suis sûre que nous avons beaucoup de choses à nous raconter... »

Jouer cette carte là n'était peut-être pas la meilleure tactique mais j'avais laissé tomber les tactiques : mon instinct serait désormais ma plus belle arme. Je n'aimais pas laisser mon côté réaction à vif prendre le dessus car je perdais parfois mes limites mais je ne voyais que ça pour la faire parler. qui à entendre des mensonges : je commençais à voir la différence entre ses mensonges et la vérité.

    « ... et l'honneur est aux dames, bien sûr; Je t'écoute donc avec la plus grande attention. »

Je m'approchai d'elle de façon à la coincer : tant pis si je paraissais menaçant ou même dangereux, ce n'était désormais plus mon problème...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Dim 4 Juil - 22:38

    La jeune femme pouvait sentir Aaron s’échauffer. Il commençait à perdre patiente. Et Nell n’allait rien faire du tout pour endiguer le problème, elle allait même se faire une joie d’en rajouter une belle et grosse couche, pour tenter de le faire sortir de ses gongs et de voir un peu de quoi il était fait.
    La colère était un parfait révélateur de personnalité, et souvent, propice aux débordements, à la perte de contrôle. Et lui faire perdre le contrôle de la situation, c’était précisément ce que Nell espérait faire. La jeune femme espérait juste ne pas être blessée en chemin…
    Après tout, c’était un mutant qui possédait de tout évidence une double vie, on n’était donc sûr de rien.

    Il s’était rapproché d’un pas qui plus est. Le sourire suffisant de Nell avait donc laissé place à une mine scrutatrice et à de la méfiance. Elle ne plus ne devait pas perdre le contrôle d’elle-même. Tout était dans le détail, aussi bien pour soi-même que pour les autres.

    *Il est comique ce crétin. Même si je voulais répondre à ses questions, j’pourrai pas. Faudrait déjà qu’il en pause* songea-t-elle avec amertume
    Mais elle ne se laissa pas démonter pour autant, elle plissa ses grands yeux de poupées aux reflets d’émeraude, y faisant luire une lumière mauvaise.

    « Hm… tu as raison O’Hara… je pense qu’on à assez joué pour ce soir. C’est qu’il commence vraiment à faire sombre, et que le coin est réputé pour être plutôt mal fréquenté » elle balaya Aaron des yeux, de haut en bas « … de toute évidence » ajouta-t-elle avec appuis « Si c’est une confession que tu veux, alors qu’il en soit ainsi ! »

    Elle redressa la tête, son nez bien haut et son air hautain affiché avec style, elle posa une main sur ses hanches et l’autre sur son sac qui pendait à son épaule.
    Après avoir prit une profonde inspiration, elle réitéra son petit numéro d’un peu plus tôt et éclata en sanglots. C’était facile, elle s’était beaucoup entrainée au court des dernières années, et aujourd’hui, passer du rire aux larmes était aussi simple que d’allumer l’interrupteur de la salle de bain…
    La crédibilité était un facteur de réussite.

    « Faut pas que tu m’en veuille, j’ai pas choisi d’être comme ça. Ma maman m’a abandonné quand j’étais petite et mon papa travaillait tout le temps et n’était jamais à la maison ! Et quant j’avais sept ans, j’ai tué un rat en le balançant contre le mur, et j’ai déposé le cadavre devant la porte de notre vieille voisine parce que son chien avait essayé de me mordre. J’ai eu un ami imaginaire jusqu’à mes 15 ans, il s’appelait Bil, c’était un hérisson qui avait des ailes et il arrachait les yeux des gens qui n’m’aimaient pa. Et une autre fois, j’ai bu l’eau des toilettes pour gagner un pari ! J’ai vomi partout dans la classe de science, et j’ai fais accuser Jimmy Page en disant qu’il m’avait fait boire de l’alcool et il s’est fait renvoyé ! » débita-t-elle à la vitesse de l’éclaire, d’un air désemparé.

    Elle savait qu’elle allait sûrement pousser le bouchon un peu trop loin et terminer d’énerver le chevalier servant des pauvres et des déguenillés, mais tant pis, il faisait assez sombre pour que son petit atout tout personnel entre en scène, et elle n’allait pas se faire prier, si ce qu’il voulait était un peu d’action…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Mar 6 Juil - 13:08

Crac. C'était le bruit que faisait ma cervelle : ces conneries commençaient bien à faire tout péter dans ma tête. Comment pouvait-on être aussi insupportable ? Je savais bien que la mythomanie était une sorte de maladie mais là, j'avais plutôt l'impression de me retrouver face à une belle garce et c'était même le cas. Pourquoi fallait-il que les pire emmerdeuses soient toujours sur mon chemin ? J'avais parfois l'impression d'être un aimant à connards et là, c'était le pompon. Je donnais tout pour aider les autres et j'étais persuadé d'aller dans le bon sens même si je savais que parfois, il fallait appliquer le proverbe qui disait "la fin justifie les moyens". Mais malgré mon investissement, toutes les merdes de la vie semblaient me retomber dessus. Je n'attendais pas quelque chose en échange des actions de Genome mais je ne voulais pas non plus que ça me pourrisse la vie. Aujourd'hui, c'était cette gamine qui allait prendre; Tant pis pour elle.

    « Vas-y, fais ta maligne. C'est autant de temps perdu. De toute façon, je n'avais rien prévu pour ce soir : les beuveries de riches sont sympathiques mais il faut parfois prendre du temps pour éliminer les sangsues... »

Oui, ces beuveries de riches que je détestais et auxquelles je ne m'étais jamais mêlé. Peut-être que si je m'étais contenté de cette vie là...


    « Première question : fais-tu partie de ces personnes qui cherchent à pomper le fric des gens comme moi par n'importe quel prétexte ? Parce que je ne vois pas pour quelle raison quelqu'un t'aurait payé pour me suivre et je n'ai pas l'impression que tu es du genre à faire ça pour tes loisirs. »


Réponds fillette. C'est ta première chance avant que je ne me fâche... Je ne voulais pas perdre mon calme mais peut-être que relâcher toute la pression accumulée sur cette emmerdeuse me ferait du bien. Ah, il fallait peser le pour et le contre et visiblement, j'étais plus enclin à lui faire passer un très mauvais quart d'heure. Etais-je comme ça ? Au fond de moi ? Une personne qui était capable de se vider sur les autres ? Oui. Mais je me contrôlais. Enfin, pas tout le temps visiblement...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Sam 10 Juil - 22:10

    *Tiens, tiens. On dirait que Robin des Bois est entrain de s’énerver doucement mais sûrement. Craqueras, craqueras pas ? Parfait, je vois où sont tes limites, beau brun. Essayons d’éviter la vague si tu le veux bien…*

    Gagner du temps pour essayer de s’en sortir sans trop de dommages et de pots cassés, c’était une chose. En perdre était une autre, et c’est ce qu’elle était entrain de faire avec lui. Elle captait bien désormais, quel genre de garçon était ce O’Hara, mais il ne fallait pas abuser des bonnes choses, comme on disait. Elle en avait apprit assez, et il était temps pour elle de prendre congé du jeune homme. Celui-ci ne serait très certainement pas consentant, et il allait falloir ruser.
    Ca tombait bien, puisque O’Hara lui, ne l’était pas tant que ça.

    Lorsqu’il lui était tombé dessus, elle avait été à sa merci. Et il n’en avait pas assez profité. Rien de tendancieux là-dedans, juste qu’il ne lui avait pas prit son sac, et qu’il n’avait même pas prit la peine de la fouiller pour s’assurer qu’elle n’avait pas d’arme.
    Et elle en avait bien entendu. Elle ne sortait jamais sans sa bombe lacrymale, et son taser. Ils étaient sagement dans son sac, à côté de son appareil photo, de son carnet bien rempli et de toutes ses autres affaires.

    Se reculant discrètement d’un pas, la jeune femme lança a son vis-à-vis un regard plein d’agacement.
    Ce qu’il pouvait être cliché.

    « On dirait une mauvaise réplique d’un film avec John Wayne. Il ne te manque que les santiags. »
    sourit-elle, haussant un sourcil moqueur « Qu’est-ce que tu connais de mes loisirs, gros malin ? Tu serais bien étonné si tu savais ! »

    Encore un pas en arrière, plus rapide celui-là, et la main qu’elle gardait posée sur son sac en cuire depuis quelques minutes plongeait à l’intérieur de celui-ci. Ses doigts tâtèrent quelques secondes à peine avant de rencontrer la petite bombe qu’elle ressortit et pointa vers Aaron. Et l’instant d’après, elle pressait le vaporisateur en direction du mutant.
    Elle aurait préféré lui mettre un bon coup de jus dans les côtes et le voir s’écrouler à terre, secoué de spasmes, mais c’était la bombe qu’elle avait trouvé en premier dans son sac, alors tant pis. Elle aurait sans doute d’autre occasion de se faire plaisir, et l’aveugler n’était pas mal non plus.

    Mais bref, elle venait de marquer un point, une fois de plus.
    Du moins, elle le pensait, parce qu’elle n’avait pas prit la peine de s’assurer qu’elle avait bien atteint le garçon et s’était empressé de le contourner pour se faire rapidement la malle.
    Pour l’instant, elle était entrain de mettre le plus de distance entre elle et lui, avant qu’il ne reprenne ses esprits et ne la course.

    Malheureusement, elle avait été un peu stupide sur ce coup-là. Il fallait dire qu’elle n’avait pas prévu de course poursuite haletante à la Bruce Willis, et qu’elle n’avait donc pas enfilé les meilleures chaussures pour ça. A bas les talons lorsque l’on était talonnée.
    Sa chance était d’atteindre le vieux parc malfamé et délabré à une rue de là, certainement plongé dans le noir à cette heure-ci. Et sans doute rempli de violeur et de camés aussi, mais tant pis. Tant qu’elle restait dans la rue principale, les lumières de rues et celles des magasins ne l’aidaient pas à être discrète, loin de là.
    Il y avait bien quelques personnes dans les rues, mais elle le savait, on ne pouvait jamais vraiment compter que sur soi-même, elle l’avait constaté aujourd’hui, pour la millième fois seulement…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Mer 14 Juil - 10:03

Elle recula avant de me répondre. Enfin, répondre... Elle me balança surtout une réplique digne d'une vraie gamine jouant les cyniques. Elle avait trop bouffé de séries télés où les femmes prenaient le contrôle. Ce qu'elle n'avait pas retenu de ça, c'était que ces filles savaient toujours à qui elle se frottait, au moins dans leur script. Si elle avait été face à une autre personne mutante, elle aurait surement pris bien plus que les quelques menaces que je lui avait faites. Mais voilà, elle n'avait pas peur visiblement et heureusement pour elle qu'elle était tombé sur une personne comme moi. Heureusement....

Psssccchttt ! Je me pris sa bombe lacrymo en pleine gueule avant de comprendre quoi que ce soit. Je l'entendis déguerpir pendant que mon oeil gauche commençait à ruisseler de larmes. Elle n'avait pas viser l'intégralité de mon visage dans la panique. Peut-être qu'elle avait senti un quelconque danger finalement. Mais si ce moyen de défense était le seul qu'elle possédait, il valait mieux pour elle qu'elle ne se retrouve pas coincée par plusieurs types à la fois. Il me fallut plusieurs secondes pour réussir à retrouver la vue de mon oeil droit : quand on est habitué à avoir ses deux yeux, passer à un seul est assez complexe. J'entendais toujours ses pas dans la nuit : clap clap clap. Mais oui ! Elle portait des talons ! Mais quelle cruche ! Faire une filature en talons et ensuite tenter de s'échapper était vraiment digne d'une série : j'allais la ramener illico dans la vraie vie. Je partis de la ruelle à mon tour pour la poursuivre.

Ça aurait pu s'arrêter là mais voilà, elle m'avait poussé à bout et à trop jouer au plus malin, il fallait bien qu'on finisse par s'y brûler. Elle allait se brûler. Je la vis bifurquer dans le parc le plu proche. Le plus sombre et mal famé aussi. Quelle idée. enfin, au moins je pourrais avoir un accès direct à la terre sans avoir à niquer tout le béton autour. Voilà que je pensais déjà à utiliser mon pouvoir sur elle. Il fallait que je me calme un peu si je ne voulais pas lui sauter à la gorge une fois la course poursuite terminée. J'avais réduit la distance qui nous séparait. Je n'étais plus qu'à quelques mètres d'elle et je commençai à accélérer pour atteindre ma cible. il faisait vraiment très sombre mais par chance, l'allée principale du parc était éclairée.

L'air frais mis en mouvement par la course me fouettait le visage ce qui avait, aussi bizarre que cela puisse paraître, pour effet de calmer l'effet de la bombe sur mon oeil. Je pleurais encore de cet oeil mais ça allait mieux. Dommage pour toi fillette. 'étais très près d'elle désormais et je n'eus qu'à tendre le bras pour stopper sa course. L'attrapant par le bras, je la fis pivoter vers moi. Elle était rouge et essoufflée. Je voyais sur son visage qu'elle n'était pas rassurée mais tant pis. Autant la secouer un peu pour lui expliquer que le vie n'était pas un jeu.

    « Maintenant, tu vas devoir répondre à mes questions puisque tu sembles adorer faire mumuse avec de grandes réparties dignes des plus minables séries d'adolescents... »


_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Lun 19 Juil - 11:07

    *Et merde ! Merde, shit, fuck ! MERDE !*

    Elle hurlait de rage en son fort intérieur. Elle aurait voulu lui ouvrir le ventre, et le jeter dans une rivière pour qu’il serve d’encas aux poissons. Ou alors le débiter en petit morceaux avant de le jeter dans une mangeoire à cochon ! Peu importe, elle voulait lui faire mal à ce vaniteux, machiste et insupportable personnage qui pensait pouvoir lui apprendre la vie. Pour qui se prenait-il à la fin ?!
    Il était à peine plus âgé qu’elle et pensait pouvoir lui donner des leçons sur quoi que ce soit ?!
    Elle le détestait cordialement maintenant, c’était certain ! Mutant ou pas, la race humaine ne lui inspirait que du dégoût, surtout celui-là d’ailleurs.
    Et ça n’était absolument pas dû au fait qu’il avait réussit à la rattraper non, elle savait être objective… et se mentir aussi.
    Peu importait. Maintenant ils se trouvaient dans ce parc pourri, et elle était à la merci de tous les toxicomanes en manque qui passaient dans le coin. Puis surtout, à la merci d’un mutant en colère.
    Y’avait de quoi contrarier. Et y’avait de quoi flipper un peu aussi. Même beaucoup.
    Elle était une fille seule, et en talon, qui ne pouvait pas fuir bien loin, et malheureusement, mère nature ne l’avait pas doté d’une capacité lui permettant de se défendre. Si ça avait été le cas, le problème ‘O’Hara’ aurait déjà été régler depuis un long moment.
    Il était d’ailleurs heureux qu’il n’ait pas la même mentalité qu’elle. Si les rôles avaient été inversés, elle aurait utilisé ses capacités sur lui dès la première minute, dans cette ruelle miteuse.
    Aaron n’était pas des plus doué dans le domaine de l’interrogation, c’était certain.
    Mais pour quoi l’était-il ? Tel était la question.

    Il la tenait maintenant fermement par un bras. Nell se débattit quelques instants, grognant toute sa colère à l’encontre de son ennemi de la soirée.
    Ce ne fut que lorsque son sac à main glissa le long de son autre épaule jusqu’à son coude replié qu’elle eut l’idée de s’en servir autrement que pour stocker ses affaires …
    Elle le laissa glisser encore et agrippa fermement la hanse de sa main libre, puis s’en servit comme arme contre cet abruti d’O’Hara, qui n’apprenait décidément RIEN de ses erreurs, ce pauvre garçon.
    Ses capacités physiques palliaient malheureusement à son déficit mental grave. Il avait des réflexes ce bougre d’abruti. Et lorsqu’elle avait balancé son grand sac jusqu'à la jolie petite gueule du jeune homme, il avait plus ou moins esquivé l’attaque.
    Mais elle l’avait déstabilisé assez pour qu’il ne la lâche à nouveau.

    Son sac toujours en main, la jeune fille se détourna vivement, dérapa un peu dans l’herbe et la terre meuble du petit parc sombre, et quitta le chemin principal pour s’enfoncer encore plus dans ce pseudo coin de verdure. Elle ne lâcherait pas l’affaire. Elle avait décidé de ne rien lui dire. Point.

    « Va te faire voir O’Hara ! » cracha-t-elle tout en continuant à cavaler aussi vite que ses stupides chaussures le lui permettaient.

    D’ailleurs, à ce propos : De deux coups secs, elle ôta ses tâlons qu’elle laissa en plan derrière elle.
    Elle espérait vivement qu’il n’y ait pas de seringue trop pleine de crack et de SIDA un peu partout…
    Elle allait ruiner ses bas et perdre ses chaussures qui lui avaient coûté bien cher, sans compter que dans le sac dont elle s’était servit pour frapper le garçon, il y avait tout ses affaire et son appareil photo surtout. Peut-être que tout s’était brisé sous l’impacte, mais peu lui importait, tout ça mit bout à bout, sa vie, et encore plus, sa fierté valaient plus cher…
    Elle s’enfonça donc entre quelques sapins mal en point, dans la pénombre des tréfonds de ce parc aux allures de film d’horreur…
    Ce qu’elle pouvait le détester…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Jeu 22 Juil - 19:05

La garce. J'avais envie de la secouer dans tous les sens comme une gamine prise en faute. en fait, c'est tout ce qu'elle m'inspirait : une gamine qui ne comprenait rien à la vie et qui voulait pourrir la vie des gosses de riches parce qu'en réalité, elle en était jalouse. Mais voilà, j'étais un gosse de riche mais j'étais différent. J'étais un mutant et l'horreur créée par mes parents était mon fardeau, ce qui me poussait à aider les autres. J'espérais racheter les erreurs de mes parents même si je savais pertinemment que ça ne marcherait jamais. Voilà à quoi se résumait ma vie. Pathétique. Aussi, j'avais besoin de relâcher la pression de temps à autre et ce soir, cette morveuse allait en faire les frais.

Elle me balança un coup de sac à main, chose qui m'était arrivé plusieurs fois avec les filles que j'avais fréquenté : je n'étais pas un salop mais j'aimais profité de la vie de temps en temps alors forcément, certaines demoiselles n'étaient pas forcément d'accord. question de point de vue tout ça, du "simple détail", deux mots qui m'avaient donc valu quelques coups de jeunes femmes en furie. Aussi, je réussis tant bien que mal à esquiver l'accessoire avec lequel elle me menaçait. Toujours se méfier des objets que possèdent les femmes : elles sont si ingénieuses qu'elles savent trouver de nombreux usages au moindre bâton de rouge à lèvre. en tout cas, elle avait réussi à me filer entre les doigts et elle courait vers l'autre bout du parc. Elle avait aussi pris soin d'enlever ses talons. Malheureusement pour elle, elle courait dans l'herbe. Qui dit herbe dit terre et qui dit terre dit pouvoir pour moi. Merci ma petite.

Tout en m'élançant à nouveau derrière elle, je décidai d'utiliser mon pouvoir finalement : ras le bol d'être trop calme tout le temps. La nature m'avait doté d'un pouvoir alors autant qu'il me serve, non ? Et puis, j'allais lui faire un peu peur, voilà tout. Surtout, j'allais me débrouiller pour qu'elle ne sache pas que c'était moi : elle savait peut-être déjà qui j'étais mais comme il y avait un doute en jeu, mieux valait être discret. J'avais du mal à la distinguer mais je voyais vers où elle se dirigeait. Je courrais toujours et je commençai à faire pénétrer mon esprit au coeur de la terre. Le temps était aussi venu d'essayer de nouvelles choses. Etais-je capable de suivre sa course rien qu'en me liant étroitement avec la terre ? Toute expérience était bonne à prendre. Je pouvais sentir la terre s'affaisser sous ses pas mais il fallait que je prévois la direction qu'elle prenait. Je commençai par frapper au pif, levant des mottes de terre près de ses pas précédents, espérant qu'elles se retrouveraient tôt ou tard sur sa route : un faux pas et hop, patatra la petite emmerdeuse...


_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Mar 27 Juil - 11:54

    Nell continuait de courir avec détermination, elle n’en n’avait pas vraiment le choix, elle sentait qu’il la talonnait de près. Et elle ne doutait pas non plus qu’O’Hara soit un garçon plein de ressources. Surtout qu’elle savait qu’il était sportif et que ce petit sprint l’épuiserait elle avant lui.
    Mais que lui voulait-il à la fin ? Était-ce si grave qu’elle l’ait suivit quelques jours ? Pourquoi tant d’acharnement, elle n’avait rien fait de si grave ! Rien fait de si punissable.
    Il fallait croire que si puisqu’il en avait après elle comme on en aurait après une criminelle de guerre.
    Pourtant il n’avait pas l’air si bête après tout, il avait bien du comprendre qu’elle ne cracherait pas le morceau. Pas par principe, juste par fierté. Elle ne se cachait pas qu’elle l’avait prit en grippe.
    De toute façon même si il finissait par la rattraper, elle ne dirait rien. Y’avait juste des fois comme ça. Il allait falloir qu’il s’y fasse. Et il allait falloir qu’il comprenne qu’on n’avait pas toujours le dessus tout le temps.

    Mais bref, plus elle s’enfonçait dans la pénombre plus elle avait de chance de le semer. Comparé aux autres filles, pour elle, les tréfonds sombres et ténébreux d’un vieux parc prenaient des allures salvatrices. Elle y voyait bien entendu comme en plein jour, pour elle, rien n’était jamais vraiment sombre et ténébreux. Nell pouvait observer le décor comme en plein jour, et elle repéra bien vite un groupe d’arbuste un peu défraichis, non loin d’elle, sur la gauche. Elle bifurqua brusquement et c’est à ce moment là qu’un étrange mouvement ce fit sentir sous ses pieds nus.
    Elle perdit quelques instants l’équilibre, mais ne chuta pas. Et même si son souffle commençait à se faire plus rare, elle accéléra le pas.
    Elle avait l’impression que quelque chose, un étrange animal, venait de lui frôler les pieds. Un étrange animal qui se serait déplacé sous la terre…
    Les battements de son cœur augmentèrent sensiblement, et ça n’était en rien du à sa course effrénée et a son manque d’endurance physique. Elle sentait le coup fourré à trois kilomètres et elle était certaine que son poursuivant et ses étranges capacités n’y étaient pas pour rien.
    Pour l’instant, elle n’était pas vraiment certain du don d’Aaron, mais plus la soirée passait plus cela commençait à se préciser…

    Parfais, fuir semblait l’obliger à se révéler. Elle aurait du mal à obtenir la moindre preuve sur photo, mais si déjà elle pouvait le constater de ses yeux, elle en serait des plus heureuses. Il fallait juste espérer qu’il n’essaye pas de la tuer pour qu’elle puisse aller raconter tout ça à quelqu’un. N’importe qui intéressé par ce genre de phénomène.

    Mais elle fut tirée de ses projets d’avenir par une nouvelle bosse sous ses pas. Cette fois elle trébucha, et réussit à se rattraper de justesse, penchée en avant, une main dans l’herbe pour retrouver son équilibre.
    Se retournant rageusement, elle jeta un profond regard de haine dans la direction du garçon. Puis se détourna pour atteindre les arbustes qu’elle avait repérés un peu plus tôt. Sauf qu’apparemment, Aaron semblait métriser la technique de mieux en mieux et que chaque pas qu’elle faisait semblait la cible d’un nouveau soulèvement de terrain. Heureusement qu’elle y voyait clair, sinon elle se serait sans doute brisé un orteil et se serait étalée de tout son long dans l’herbe, à sa merci. Quelle idée horrible et humiliante.
    Une fois enfin arrivée aux arbustes, elle les contourna et se pencha derrière ceux-ci pour se cacher. Tant bien que mal elle essaya de réguler sa respiration un peu sifflante et les battements de son cœur affolé. C’est qu’elle n’avait pas l’habitude de sautiller en chaussette dans l’herbe pour éviter des mottes d’herbe d’une agressivité rare… elle ne s’était pas trompé, O’Hara était plein de ressource.
    Elle laissa quelques secondes passer en espérant qu’Aaron passe à côté d’elle sans la voir et décide de s’en aller. Son instinct d’emmerdeuse lui soufflait discrètement que ça ne serait sans doute pas aussi simple mais tant pis… l’aventure, c’était l’aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Dim 22 Aoû - 19:34

J'usais de mon pouvoir tout en continuant à courser la fouineuse. Plus j'avançais et plus je sentais que je détestais cette fille. Je ne le connaissais pas, enfin, juste à partir de son dossier d'étudiant et de quelques uns de ses articles, mais j'avais la sensation que nous étions trop différents pour s'entendre. Comment aurais-je pu avoir une conversation sensée et sérieuse avec une fille comme elle ? Non, je savais d'instinct que ça n'arriverait jamais. Il y a toujours des situations comme ça où l'on sait dès le départ si on peut apprécier une personne ou non et là, j'avais l'intime conviction qu'une telle emmerdeuse ne pouvait que me taper sur me système. chose qu'elle avait faite dès le départ d'ailleurs.
Saleté de gamine.
Elle n'avait pas l'air plus jeune que moi mais je n'y pouvais rien, son attitude n'était que puérile à mes yeux. J'avais tendance à cerner certaines personnes au premier regard. Je pensais l'avoir cernée de suite.

La course continuait et malheureusement, mes efforts n'étaient pas aussi payant que ce que j'avais osé espérer. Elle avait compris ce qui se passait quasiment instantanément et elle oscillait entre les pièges que je lui tendais avec une agilité surprenante, comme si elle pouvait calculer mes coups à l'avance. Je devais bien avouer que j'enrageais. Je bouillonnais même. J'étais plus rapide qu'elle et je gagnais à chaque foulée un peu plus de terrain. Enfin, elle trébucha. Elle se rattrapa de justesse mais j'avais profité de son erreur pour me rapprocher encore. Je n'étais plus qu'à une quinzaine de mètres derrière elle mais l'obscurité m'handicapait de plus en plus, surtout que la garce s'amusait à zigzaguer pour me semer. Comment pouvait-elle ne pas tomber ? Soudain, je la vis bifurquer puis plus rien.
Merde.
Il était hors de question que je la laisse gagner. Même si je ne voulais pas me l'avouer, elle avait toucher mon orgueil et ma fierté. J'avais besoin de la choper pour me sentir mieux et surtout, pour savoir ce qu'il en était. Oui, il ne fallait pas que je perde de vue le but de cette course : ce n'était pas pour lui faire peur mais plutôt pour savoir ce qu'elle voulait. Même si elle ne m'aurait rien dit, je devais la choper. Je n'avais pas besoin de ça en ce moment. Et puis, nous avions assez de soucis à Genome. Il fallait tuer son entreprise dans l'oeuf.

Dans un élan désespéré, je pris la boucle empruntée par cette fille juste avant. C'était pour m'enfoncer dans un coin encore plus sombre. Aucune trace d'elle. Je m'arrêtai pour reprendre mon souffle mais surtout, pour réfléchir. Comment la trouver dans le noir ? Dans ce parc ? Ma capacité. Encore. Il fallait que je sonde la terre autour de moi en cherchant le poids au dessus d'elle. C'était la seule idée qui me venait à l'esprit et je n'avais jamais tenté un tel usage de mon pouvoir. Comment m'y prendre ? J'insinuai à nouveau mon esprit dans cet élément qui était mien. Je pouvais sentir les racines de chaque végétal ancré dans le sol. Je tentai alors de sentir la pression exercée par le poids de ces végétaux. Il me fallut plusieurs secondes pour réussir une telle chose mais c'était une entreprise enivrante : à chaque fois que j'explorais un nouvel aspect de ma capacité, j'en apprenais plus sur moi et sur ma façon de me servir d'elle. Parfois, j'avais même peur de l'ivresse que me procurait mon pouvoir. Heureusement, pour ce soir, j'étais encore capable de me maîtriser. Je tournai alors ma façon d'appréhender la pression faite sur le sol vers autre chose que les végétaux. Mon esprit se mouvait au rythme de mes battements de coeur dans les micro failles du sol jusqu'à ce que je la sente, là, tout près, à seulement quelques mètres. Il fallait agir vite.

D'un coup, je rendis la sol où elle était mou. Je séparais chaque grain minéral de ses voisins en compactant ceux des extrémités entre eux créant ainsi une sorte de zone totalement inconsistante. La zone où je sentais le poids. Etait-ce vraiment elle au dessus de ce lopin de terre ? Je l'espérais...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Jeu 2 Sep - 15:44

    Ce pot de colle ne la lâcherait jamais ! Mais qu’est-ce qu’il avait à la fin ? Il était amoureux ou quoi ?! Pourquoi ne laissait-il pas tomber une bonne fois pour toute ? Qu’est-ce qu’il y avait de si dramatique après tout ?
    Apparemment ils n’étaient pas d’accord là-dessus, Aaron avait décidé de faire un caca nerveux pour une toute petite filature de rien et maintenant il était à ses basques et elle ne pouvait plus s’en défaire. Elle l’avait voulu, elle l’avait maintenant ! Jusqu'à l’overdose !
    Et après avoir ruiné, puis perdu une paire de chaussures au prix désagréablement cher, il ruinait sa jupe et ses collants !
    Comment ? Magie, magie !

    * Le cul dans une saloperie de marécage, j’y crois pas ! Ce mec à tout gagné ! Tu le sais pas encore mon mignon mais avec cette soirée, tu viens de gagner l’une des trois places de choix sur le podium de ma haine *

    Si ça n’était pas ce soir, c’en serait un autre, mais là c’en était trop, il allait vraiment falloir qu’il paye un tel affront. Il voulait une discussion, il allait en avoir une ! Restait à savoir si cette discussion allait lui plaire ou pas. Elle espérait que ça ne soit pas le cas. Rien n’était trop mauvais pour ce boy scout imbuvable.

    « HEY !!! Harry Potter ! J’te préviens que je vais faire une liste de toutes les fringues que tu m’as déjà bousillées ce soir et que j’enverrai la facture ! J’te signale que t’en as déjà pour à peu près trois cent dollars ! » et elle en rajoutait à peine…

    Toujours assise dans cette gadoue étrange qu’elle n’avait pas vu venir avant que celle-ci n’infiltre sa petite culotte, elle attendit que ce bon Monsieur O’Hara ne la rejoigne. Elle pouvait le voir comme en plein jour et elle le détestait plus encore d’avoir cet air si supérieur affiché sur sa gueule de jeune premier. Elle le toisa un instant avec colère et frustration avant de réaliser qu’il ne pouvait pas la voir aussi clairement qu’elle le faisait.

    « Rah mais reste pas planté là, espèce de demeuré, aide-moi à me redressé !... je partirai plus, promis !... je vais te dire ce que tu veux savoir et tu me foutras la paix ! Ca s’appelle du harcèlement ce que tu es entrain de faire je te signal !... d’ailleurs t’as intérêt à te grouiller de me poser de manière claire et concise toutes tes petites questions parce que j’ai eu le temps d’appeler la police. Ils devraient arriver d’une minute à l’autre »
    ajouta-t-elle avant de tendre les mains vers le garçon…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   Sam 18 Sep - 20:17

Bingo ! Je t'ai eu fillette !
Elle l'avait bien cherché. J'étais plutôt fier de ce nouvel usage de mon pouvoir. J'aimais tester les limites de cette capacité mais je me forçais à ne pas trop forcer pour ne pas arriver au point de non retour. Alors parfois, je devais me creuser la cervelle pour trouver quoi faire et là, j'avais trouvé le moyen de la coincer tout en l'agaçant. J'adorais ça.

    HEY !!! Harry Potter ! J’te préviens que je vais faire une liste de toutes les fringues que tu m’as déjà bousillées ce soir et que j’enverrai la facture ! J’te signale que t’en as déjà pour à peu près trois cent dollars !

Un sourire s'affichait sur mes lèvres. Heureusement qu'il faisait sombre, sinon elle aurait sûrement pété un plomb en me voyant. Enfin, c'était ce que je pensais...
Je me ressaisis en allant vers elle. Il fallait que je remette en ordre mes priorités et là, c'était découvrir ce que cette fouineuse me voulait. Pourquoi me suivait-elle comme ça ? Elle savait ce que j'étais; "Harry Potter" ne pouvait que confirmer qu'elle savait. En était-elle aussi ? En tout cas, aucune manifestation d'une capacité quelle qu'elle soit. Enfin, rien de visible en tout cas. Elle était là, le cul dans la gadoue, une véritable lueur de rage mêlée à la haine dans le regard. Si elle savait à quel point cela me faisait jubiler intérieurement ! Je n'étais pas sadique mais là, je devais avouer qu'elle m'avait tellement énervé que la voir comme ça me rendait tout guilleret.

    Rah mais reste pas planté là, espèce de demeuré, aide-moi à me redressé !... je partirai plus, promis !... je vais te dire ce que tu veux savoir et tu me foutras la paix ! Ca s’appelle du harcèlement ce que tu es entrain de faire je te signal !... d’ailleurs t’as intérêt à te grouiller de me poser de manière claire et concise toutes tes petites questions parce que j’ai eu le temps d’appeler la police. Ils devraient arriver d’une minute à l’autre.

Ni une ni deux, je la choppai par le bras et la redressa d'un coup. Sans ménagement d'ailleurs. Je ne souriais plus. Je retrouvais mon sérieux. Elle parlait de police : rien à foutre. Premièrement, elle n'était pas toute blanche et deuxièmement, qu'avait-elle contre moi ? Une création de boue comme piège ? La bonne blague. Enfin, e, finir au plus vite me permettrait de me détendre un peu avant de prendre mon tour de garde à Genome.

    Pas de problèmes. Plus vite tu vas coopérer, plus vite tu pourras refaire ta manucure. Pourquoi tu enquêtes sur moi ? Et va droit au but s'il te plait, je pense que tu as bien compris que tu viens de mettre les pieds dans un merdier où tu vas t'enliser jusqu'au cou.

Jeu de mots ? Moi ? Quelle idée... Juste une manière de ne pas lui faire perdre de vue ce dont j'étais capable...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Où la curiosité vous attire des ennuis... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: STREETS & AVENUES-