..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "You fell in love with a broken heart" ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: "You fell in love with a broken heart" ♪   Jeu 27 Mar - 9:16


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05

Puisque j'ai eu la brillante idée de me bourrer la gueule hier soir, j'ai passé la nuit à l'hôpital. Capucine était là, premièrement en tant que secouriste. Puis elle est restée jusqu'à ce matin.

A ce soir. Dit-elle en disparaissant.
Ces derniers mots ne me plaisent pas mais je ne parviens pas à déterminer pourquoi. Parce que je n’ai aucune envie de lui donner des nouvelles, de faire le petit protégé qui doit informer sa sauveuse ? Ou parce que je déteste l’idée qu’on soit contraint de mettre tant de distance entre nous, de s’envoyer de pauvres messages pour s’assurer que l’autre n’a pas tenté le diable ?
Que ce soit ma fierté déplacée ou la douleur de notre rupture, je vis très mal la tournure que prend notre histoire. Ce qu’il en reste. Quelle misère.
Je lance ma main dans sa direction pour exprimer un « au-revoir » sans réelle conviction. J’ai hâte de la revoir, mais si ça doit rimer avec ce qu’il s’est passé hier, ce n’est pas à espérer ;

Notre relation est devenue un calvaire. Elle n’a jamais franchement brillée il faut être honnête, mais quand même…ça peut difficilement être pire.

Le taxi se pointe avec quinze bonnes minutes de retard – bien qu’il n’avait pas donné d’heure – et je suis d’une humeur exécrable. A tel point que j'arrive à rendre muet ce chauffeur trop bavard. Qu’est ce que ça peut lui foutre la raison de ma présence à l’hôpital ? Il n’a pas peur de mettre les pieds dans le plat avec ses indiscrétions !
Je lui fourre quelques billets dans la main et me dépêche de rentrer chez moi.

Quand enfin j’ouvre l’appartement, la sensation de satisfaction est bien brève. Aussitôt la déprime refait surface et pour lutter je me précipite vers les fenêtres pour les ouvrir en grand, remonter les stores, secouer les coussins et débarrasser la cuisine. Ça ne change rien, au fond, mais ça me permet de croire que tout va bien en surface.
Un bon coup de ménage m’occupe et la sensation due aux endorphines est tout ce que j’ai trouvé pour faire légèrement remonter mon moral. Je termine de me détendre sous une douche fraiche et me retrouve tout beau, dans mon canapé, au milieu de cet appartement flambant neuf…
Tellement vide.

Je jette un coup d’œil à la mezzanine comme si la silhouette de Capucine pouvait soudainement apparaitre près du piano. Mes yeux se dirigent ensuite vers le coin d’Indio. Son lit est là, ses jouets aussi. La moitié de sa petite vie, l’autre étant chez sa mère.

J’ai tenté de m’occuper de mes dossiers mais rien à faire, aucun ne me passionne. Il faut dire qu’entre une affaire d’abus de biens sociaux et un divorce tordu, mon cœur balance. Tss. D’un geste bourru je dégage les documents de l’autre côté de la table basse puis j’allume la télé.
Qu’est ce que j’attendais ? Une révélation ? Un miracle pour que les programmes soient intéressants ? La télécommande finie au bout du canapé et je m’étale de tout mon long en soupirant.

Je n'ai pas mangé, j'ai surement dormi un peu. Passif, j'ose espérer que les choses rentrent dans l'ordre comme par enchantement. Mais ce n'est pas envisageable.

Je pourrais être un avocat fier ;
Un compagnon merveilleux.
Sauf qu’il n’y a qu’en étant père ;
Que je me sentais pleinement heureux.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣


    Nouveau message De: Elias
    Message envoyé à 17h56  ___________________________________________________________ Il n'est que 18h mais je m'ennuie à mourir...sauf que je suis toujours vivant. Évidemment. J'espère qu'on ne t'a pas trop engueulée pour ton retard.Bonne soirée, et merci.


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Jeu 27 Mar - 17:38


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart

La journée avait commencé sur les chapeaux de roues et elle promettait d’être longue encore. En effet, à mon arrivée à la caserne, ma chef m’attendait de pied ferme, la gueule de travers et de toute évidence avec cette humeur de chien légendaire. Bref, il était inutile de discuter ou de justifier mon retard car elle ne semblait pas prête à écouter mes arguments. Les actes étaient la meilleure des armes dans ces cas là et je me donnais à fond pour lui prouver que ma place était ici. Les tâches s’enchaînaient, mais continuaient malgré tout à se multiplier. Elle était diabolique… Mauvaise période du mois ? Dispute avec son mec ? Tout était possible, même si au bout de la troisième douche à nettoyer, son côté féminin ne me semblait plus du tout aussi évident. Mais j’acceptais et la fermais.

Je sautais même le repas du midi pour ne pas me retrouver dans la même pièce qu’elle au moment du repas. Ainsi, elle n’aurait pas l’occasion de me lancer une pique sur mon retard ou de me donner autre chose à faire avant de quitter les lieux. Ce qui n’arriverait pas avant au moins 19h… A cette idée, je regardais mon portable pour connaître le temps de mon calvaire avant la libération. Mon attention fut retenue par un nouveau message. C’était Elias. Il se couchait déjà ? Avait-il un problème ? Alors que je me sentais parfaitement calme quelques minutes auparavant, mon corps était désormais sous tension et ce n’était pas agréable. Je restais là, bêtement, à regarder cette notification de nouveau message sans pour autant sélectionner ledit texto. J’avais déjà une bonne demi-heure de retard pour lui répondre. Il devait peut être s’impatienter, s’inquiéter ou alors… Il s’en foutait totalement. Il avait proposé de m’envoyer un message pour éviter que l’inquiétude me gagne. Tout ceci pour m’éviter d’aller défoncer sa porte et m’assurer qu’il était sobre. Pffff… Crétine…


    Nouveau message De: Capucine Message envoyé à 18h32  ___________________________________________________________ Il ne faut pas trop leur en demander. Mais au moins, je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Tu pourrais te mettre au piano… Bonne soirée et de rien. N'importe qui l'aurait fait.



Envoyer. C’était désolant. Je rangeais mon portable en me sentant encore plus mal qu’à sa sortie de ma poche. Même si le contact n’était pas encore rompu, je me sentais seule. Terriblement seule. Mais pas le temps de pleurer davantage sur mon sort car des pas se rapprochaient de ma « cachette ». Merde. Ma supérieure m’avait trouvé et elle était prête à me donner une autre mission avant mon départ. Au moins, j’étais certaine qu’il s’agissait de la dernière. Je devais laver le vestiaire. Finalement, j’en ressortirai pour 20h. Je m’armais de mes dernières onces de bonne volonté et allais chercher un seau pour m’exécuter le plus rapidement.

C’était fastidieux, mais j’en ressortais victorieuse ! A 19h35… Je me dépêchais d’aller sur l’ordinateur pour faire les quelques recherches que je m’étais fixée et m’envolais sans demander mon reste. La boule qui était dans mon ventre ce matin faisait à nouveau son apparition car ma décision était prise. Je devais le voir. J’en avais besoin. Même si cela faisait mal au fond. Quelle masochiste je faisais… Arrivée devant la porte, j’angoissais littéralement et la fatigue de la journée ne m’aidait absolument pas à paraître indifférente. Tant pis ! Je sonnais à sa porte et attendais qu’elle s’ouvre sur son visage. Du moins s’il était chez lui et surtout… seul.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Ven 28 Mar - 12:48


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05

Elle a mis du temps pour répondre, mais je ne me suis pas inquiété. N’allez pas croire que je ne m’inquiète plus pour elle, je ne suis pas encore si égoïste…
Je sais simplement qu’elle travaille. Qu’elle est en formation ou je n’sais quoi. Ses journées sont bien remplies et c’est ce qui me rassure : jusqu’au début de soirée, Capucine est occupée et entourée. Elle a une supérieure, des collègues, sans doute des amies. Des amis aussi. Ainsi je mets de côté toutes mes angoisses la concernant, sauf peut être celle liée à ma jalousie ;
Mais c’est une autre histoire.

Les bras croisés derrière la tête, je fixe le plafond et lutte contre le sommeil pour qu’il ne m’embarque pas une fois de plus. J’en ai marre de pioncer. Je n’ai rien fait qui soit assez fatiguant pour mériter de devenir une pareille marmotte ! Et puis les cauchemars sont toujours trop présents.
Je m’apprête à me lever pour faire un tour de l’appartement – inutile réflexe, mais je n’ai que ça – quand mon portable s’active enfin. Capucine. Évidemment. Ce n’est pas comme si j’avais tant de connaissances proches et soucieuses de mon sort. Remarque, c’aurait pu être ma secrétaire.

Elle me conseille le piano. Non. Cap croit m’apprendre que j’ai la possibilité de me mettre derrière le piano. Que croit-elle ? Que je n’y ai pas pensé ?
Il me faut balayer cette colère gratuite, ces rancœurs mal placées. C’est compliqué. Je n’ai pas envie qu’elle me dise quoi faire, je vous rappelle qu’elle m’a déjà secouru la veille ! Je ne veux pas d’une sauveuse, encore moins que ce soit mon ex. pour ce que ce terme peut bien vouloir signifier.

Le portable rejoint la télécommande de l’autre côté du canapé. Quant à moi, après avoir tourné en rond plus d’une demi-heure, je replonge le nez dans mes dossiers.

Les minutes ont l’air de s’écouler plus rapidement, moins péniblement. Je focalise toute mon attention sur les affaires de M. Machin et Mme. Truc, à tel point que j’oublie Capucine, Indio, mes conneries et le reste. Il n’y a plus qu’un avocat studieux et appliqué, les yeux rivés sur son bureau, une musique jazz en fond et un parfum de café que j’ai préparé mais oublié en bas.
 Je me sens bien. C’est triste, mais je suis bien dans mon travail. Non ce qui est vraiment triste, c’est que je ne suis bien que dans mon travail.


Mais c’est trop demander d’avoir la paix.
Tout me revient subitement dans la gueule. Je me redresse et dépose mon stylo, retire mes lunettes et inspire un bon coup. Je reste pourtant incapable de me lever. Figé sur ma chaise, j’ai vite fait le tour des possibilités : Je n’en vois que deux. Sauf que Sarah n’attendrait pas, elle aurait insisté et appelé pour que je vienne ouvrir. Ce ne peut être que Capucine ;
Ça ne m’enchante pas.

Comme pour être plus présentable ;
Je referme ma chemise avant de te laisser entrer.
L’atmosphère est pénible, désagréable ;
Je referme la porte pour pouvoir m’y adosser.

« J’étais en train de travailler mais…c’n’est pas grave ça me fait une pause. Tu as passé une bonne journée ? Tu veux du café ou, manger un bout ? »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Lun 31 Mar - 10:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart

J’ignorais tout de ce que j’allais trouver à l’intérieur de cet appartement. Elias était rentré depuis plusieurs heures et, au matin, il semblait aller mieux. Seulement voilà… Plusieurs heures s’étaient écoulées entre temps et, malgré sa promesse, il existait encore une possibilité pour qu’il se soit remis dans un état lamentable. Je m’inquiétais sûrement plus que je ne le devrais et surtout, plus qu’Elias le voudrait. Qui étais-je maintenant pour le juger ? Je n’étais plus rien. Je n’avais plus aucun statut dans cet appartement, ni auprès de son propriétaire. Finalement, ma venue n’était, à coup sûr, pas la bienvenue. Mais il était trop tard. Elias ouvrait déjà la porte et d’un geste m’invitait à entrer. J’acceptais quand bien même je sentais une certaine réticence de sa part. C’était une mauvaise idée.

Il me faisait même comprendre que je le dérangeais tout en essayant de diminuer les conséquences de mon intrusion sur son emploi du temps. Essayais-je de m’accrocher à un homme qui souhaitait me voir partir ? Tentais-je pitoyablement de pardonner à cette personne chère à mon cœur alors que lui-même ne voulait plus de moi dans sa vie ? Ouais… Mon immixtion dans sa vie n’était pas appréciée.

- « J’ai connu mieux, mais je ne vais pas te déranger très longtemps. »

Je ne bougeais pas de ma place, préférant rester près de la sortie. Au moins, il sera rassuré en se disant que la gamine comprenait le message et quittait sa vie. Pfff… J’allais devoir arrêter de réfléchir car j’arrivais à me miner le moral toute seule. Peut être que cette attitude n’était pas faite exprès et n’était le résultat que d’une longue après midi de travail. Néanmoins, celle-ci n’allait pas s’améliorer lorsqu’il verrait les recherches que j’avais effectuées avant de venir. Il allait me tuer. Peut être pas. Mais me virer de son appartement par la peau des fesses… Ca c’était fort possible. Autant le faire maintenant. Je n’étais pas du genre à dire les raisons de mes actes après avoir passé un bon moment de complicité… Intérieurement, je levais les yeux au ciel. La pilule n’était toujours pas passée et vu ce que j’en pensais, il faudrait encore un moment. Je m’énervais moi-même et malheureusement pour moi, je ne pouvais pas me détacher de moi-même envoyant valser cette petite partie de moi vers la sortie. Je m’embrouillais. Mieux valait arrêter et se mettre à table.

- « J’ai effectué quelques recherches pour toi. Tu vas sûrement m’envoyer me faire foutre quand tu les liras, mais au moins, ça traînera dans un coin si un jour, tu en éprouves le besoin. »

Je déposais mon sac par terre pour farfouiller dedans et en sortir les fameuses feuilles. Celles ci comportaient diverses adresses et horaires de réunions de groupes de paroles. Il y avait forcément les alcooliques, les personnes qui avaient perdu un proche, etc... Il y avait également le numéro de téléphone de Ross McGregor. C'était un homme de confiance qui ne poserait pas de question si Elias parlait de mutation sans faire exprès... Dans un sac vide, il serait facile de les sortir en un quart de seconde, mais j’avais ma vie dedans en ce moment. Pas très léger, mais pratique si quelqu’un avait besoin de gel douche, de maquillage and co… Ma formation n’était pas prête de se terminer, mais j’y arriverai. Je devais seulement me montrer patiente et continuer de cette manière. Personne n’avait rien remarqué et puis… Qui en serait gêné ? Mes voisins étaient des meubles… Je les voyais mal appeler les flics en me voyant rôder dans le coin. Il y avait tout de même un avantage à vivre ainsi !





© EKKINOX

Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Lun 31 Mar - 11:04


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05

Je me demande sincèrement ce qu’elle fait là. Si mon message ne l’a pas rassurée, si elle pense que j’ai menti, elle pouvait aussi bien téléphoner. Un bourré ne peut pas cacher son état, même au téléphone ! Je me dis que Capucine voulait avoir la preuve, en chair et en os, que je ne suis pas étalé sur le sol, imbibé d’alcool.
C’est sympathique, sans doute touchant. J’acquiesce lentement quand elle parle de ne pas me « déranger très longtemps » car ça confirme ce que je supposais : elle est passée pour s’assurer, visuellement, que je suis en un seul morceau.

J’ai proposé à boire et même à manger, mais aucune remarque de sa part. Je prends ça pour un non, l’inverse serait stupide. Imaginez que je me mette à confectionner un petit plat et que je mette le couvert, le temps de me retourner elle aura décampé !

« …Des recherches ? »

Ah ça y est. J’ai oublié l’espace de quelques secondes qu’aux yeux de Cap, je suis un enfant. On se rend ivre une soirée et voilà qu’on ne sait plus rien faire tout seul, qu’on a perdu toute notre maturité. Merde. Je prends sur moi et fais mine d’être intéressé en m’approchant…
Sauf que ces papiers ne me donnent aucune envie ! Sans être certain de ce dont il s’agit, une pénible appréhension s’empare de moi. A nouveau je hoche la tête, serrant les lèvres, dans un faux air de reconnaissance. Soit. J’y jetterai un œil mais si elle est persuadée que tout ça va m’énerver, autant attendre d’être seul.

« C’est, euh, merci. »

Ça m’arrache presque la gueule, mais c’est dit. Parce que j’en avais envie et qu’elle le mérite probablement. Je déteste le fond de sa démarche, mais dans les formes, c’est très admirable pour une demoiselle qui a été trompée et qui est à la rue à cause de son connard d’ex.

Je détache mon dos de la porte et je viens poser mes mains sur la table, faisant tapoter mes doigts avec nervosité.
Quitte à paraitre très lourd et dans le genre « je ne comprends pas les sous-entendus » je réitère ma proposition :

« Il doit vraiment rester quelques trucs à grignoter, si tu veux ? »

Je me dirige aussitôt vers le frigo pour confirmer mes propos…en vain. C’est vide là-dedans. Je soupire et décide de confier l’avenir d’un potentiel repas au placard : ouf ! Des bricoles, assez appétissantes finalement. Je n’ai rien avalé depuis la veille.
J’attrape deux paquets de chips d’une main que je tends derrière moi – en espérant qu’elle les attrape ? – tout en me penchant pour m’emparer des bouteilles mais…
Stop.

« …Ah, non. On…on peut bien faire l’apéro sans alcool. Ça t’embête pas ? »

Tu n’as jamais dit que tu allais rester ;
Mais je fais comme si c’était le cas.
Je ne te demande pas de me pardonner ;
Juste de tuer un peu de temps avec moi.



© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Lun 31 Mar - 12:04


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart

Arrête… Stop… Je voyais bien que ma présence n’était pas désirée et que mes recherches ne l’intéressaient nullement. Cet intérêt feint était facilement décelable car malheureusement pour lui, je commençais à le connaître. Venir était une grossière erreur. Je continuais de m’accrocher à un homme qui voulait seulement se débarrasser de moi et ce, avec un minimum de classe. Il fallait reconnaître que mon premier départ ne s’était pas fait en très bons termes, si bien qu’il cherchait sans doute à faire amende honorable cette fois-ci. Il devait se dire : * boh allez, ce n’est que l’affaire de quelques minutes… Cette blondasse se cassera et je pourrais en trouver une autre * Même si cette pensée était exagérée par la fatigue et cette impression de nullité que m’avait laissée ma supérieure, le fond devait être à moitié vrai. Même son merci sortait avec difficulté… Je n’étais qu’une bonne poire.

Elias s’effaça de la porte pour se rendre près de la table. Ce devait être le fameux signe du * Dégage de chez moi *. Prenant une profonde inspiration pour ne pas me mettre à chialer pathétiquement devant ce gâchis, je restais à ma place alors qu’il faisait mine de me proposer à nouveau quelque chose à grignoter. Que cherchait-il ? Tout son être et ses gestes prouvaient qu’il ne me voulait pas ici et il se permettait d’insister. Essayait-il de me blesser ? Se foutait-il de ma gueule ? En plus, ses mains se dirigeaient déjà vers les bouteilles… Si je n’avais pas été là, il ne se serait certainement pas ravisé.

- « Arrête de faire semblant… Je ne sais pas à quoi tu joues… Si c’est pour te donner bonne conscience ou tout simplement me blesser. Mais arrête… »

Je lui tournais le dos et portait une main sur mon front pour garder une certaine contenance. J’étais fatiguée, à la rue, seule et, après cette journée, mes nerfs étaient à fleur de peau. J’aimerai tellement retourner dans le passé au moment où je n’étais qu’une petite fille cherchant par tous les moyens de ressembler à sa maman. A ce moment là, tout était simple. Ma vie était cadrée. J’étais aimée et protégée. Tout ça avait volé en éclat à la mort de mes parents. Depuis, j’avais été laissée pour compte, abandonnée, trahie etc… Je n’arrivais même plus à me souvenir quand j’avais été heureuse pour la dernière fois. Bien sûr, avant la mort d’Indio, mais même à ce moment là, nous avions nos problèmes. C’était désespérant ! Nous étions désespérants…

- « Tu n’as pas envie de me voir ici. Reconnais-le et cessons cette mise en scène. Si tu ne veux plus que je vienne te voir, dis-le… »

Je m’approchais jusqu’à me planter devant lui et le regardais droit dans les yeux.

- « C’est aussi simple que cela. Dis : "Capucine… Je ne veux plus jamais te revoir." Dis-le…. »

Je commençais à perdre patience. Penser qu’il puisse se foutre de moi pour me blesser et me virer de sa vie me rendait triste… En colère…

- « Dis le ! », hurlais-je en déposant mes mains sur son torse sans grand ménagement.

Il devait être sincère. Il devait arrêter de mentir. Je méritais la vérité. Il me devait au moins ça puisqu'il m'avait balancé qu'il en avait tenu une autre dans ses bras sans problème. Pourquoi n'arrivait-il pas à dire qu'il ne voulait plus de moi dans sa vie ?

J'en avais marre. Marre de tout ça. Marre de... souffrir. Si ce con n'était pas capable de s'occuper de lui même, comment pourrais-je m'occuper de moi ? Il fallait que tout cela cesse. Cette peine devait disparaître.






© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Lun 31 Mar - 20:56


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05

Mon sourire nerveux ne doit pas lui plaire, à moins que ce ne soit le « repas-apéro ». Mais je ne me décourage pas face à son visage dépité, ses traits fatigués. Elle a eu une dure journée je le sens bien, je ne vais pas me vexer si elle n’a pas envie de chips !

Mais Capucine ne se contente pas de tirer la gueule ; elle prend la parole et me demande d’arrêter. Elle se met à cracher sur mon effort de politesse en reprenant son rôle de bonne petite persécutée. J’encaisse ses propos et la laisse terminer pour ne pas entrer dans une stupide dispute. Ce n’est pas comme si on s’était assez pris la tête ces derniers temps…et je n’ai pas le cœur à crier. Je n’ai rien à débattre, aucune cause à défendre. Je voulais simplement qu’on s’installe pour se remplir un peu le ventre avant de retrouver Morphée.

Quel con je fais ! Même l’ancien petit ami, infidèle et alcoolique, n’est pas un rôle que j’arrive à tenir. J’agis ce soir avec la simple envie que le ton ne monte pas, que les tensions s’apaisent sans que les cœurs n’aient besoin de se lamenter.
Je dois être ridicule, en tout cas peu convaincant. Cap me reproche mon attitude comme si elle savait parfaitement ce à quoi je pense, ce que je cherche à faire et comment.
Elle est bien gentille de me tenir au courant : mais je sais mieux qu’elle ce dont j’ai envie !!!

« Mais ! Bordel Capucine qu’est-ce qui te prend ? »

Dis-je en haussant les sourcils et levant les mains, réellement surpris. Rapidement j’essaye de trouver une explication à son comportement, je ne vois que la fatigue. Épuisée par ces derniers jours, par mes bêtises, et peut être son stage. S’il lui était arrivé quelque chose ? Je m’en voudrais de réagir avec autant d’impulsivité qu’elle cette fois-ci.
Quand elle vient à plaquer ses mains contre moi dans un geste de colère et de rancœur, je suis totalement perplexe. Peut-être réagit-elle enfin à l’annonce de mon infidélité. Elle est partie l’autre jour sans être capable de m’insulter ; est-ce l’heure ? Dois-je recevoir sa haine maintenant ?
Honnêtement je n’en ai pas envie et puis…je la connais, je ne comprends pas cette soudaine crise.

« Tu as déjà oublié ce qu’on s’est dit cette nuit à l’hôpital ? Bien sûr que j’ai envie de te voir, pour qui tu me prends ? Je suis capable de bien des horreurs mais tirer un trait sur celle que j’aime, ce n’est pas si facile. Et je n’en ai aucune envie. »

Je ne voulais pas m’emballer, je soupire donc pour me détendre comme je peux et je m’empare de ses épaules en douceur. Il faut qu’elle se calme, nous devons relativiser. Ma culpabilité ne fait aucun doute, les problèmes que je fais subir à la demoiselle sont complexes et la disparition d’Indio se rappelle à moi régulièrement, aussi violemment que si je prenais une balle en plein cœur.
Cependant il nous faut gérer ça…il le faut, pour nous. Ensemble, ou non. C’est ce que j’ai tiré de la conversation que nous avons eu à l’hôpital, mais il semblerait qu’elle ait déjà oublié…

« Je ne comprends pas, tu voudrais que je dise ça pour pouvoir tourner la page ? Si tu as besoin de prendre des distances je…enfin…tu es venue Cap. Ça me touche, je t’assure. J’essaye comme je peux de prévoir un en-cas, au dernier moment et très maladroitement certes, mais ce n’est que pour te faire rester un peu plus. »

Ton instabilité me perd ;
Et j’en suis clairement responsable.
Nous n’avons plus aucun repère ;
Notre attitude est pitoyable.

« Mes réactions te mettent surement mal à l’aise, mais je ne les explique pas. Si je t’invite c’est que j’y tiens et…c’est surement trop tôt. Je m’excuse. »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Lun 31 Mar - 22:43


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart

J’explosais. Toute la pression emmagasinée aujourd’hui s’échappait littéralement de mon corps, sans qu’il me soit possible d’arrêter. Même s’il avait fait une erreur, il n’était en aucun cas fautif de ce qui s’était passé. J’avais décidé de rester avec lui cette nuit. J’étais la seule fautive dans mon retard dans la mesure où je ne voulais pas le quitter aussi rapidement ce matin. C’était nul de ma part et comme je m’en rendais compte, je me sentais encore plus minable. Il ne comprenait pas. Normal. Moi-même je ne comprenais pas mon attitude détestable. Je me reculais de lui, hésitant à quitter ces lieux une bonne fois pour toute. Ainsi, il n’aurait pas à subir le comportement hystérique d’une gamine en manque de stabilité. Comme si c’était possible. Comme si ma vie pouvait reprendre un sens normal après ces dernières années ?

Fatiguée, dépitée, les mots avaient du mal à pénétrer ma petite cervelle de moineau. Je me contentais de m’éloigner, de lui tourner le dos pour ne pas montrer ma peine car retenir mes larmes me demandait beaucoup d’efforts. Seulement, il ne méritait pas ça. Cette situation le mettait déjà mal à l’aise alors si en plus la petite blonde se mettait à chialer, cela n’arrangerait en rien nos affaires. A l’heure actuelle, nous ne savions pas ce que nous attendions de l’autre. Elias voulait être présent mais ne savait pas comment l’être alors que moi… Je ne voulais pas être là, mais ne pouvait m’empêcher d’aller le retrouver.

Ses mains se déposaient sur mes épaules, sans doute dans le but de m’apaiser, de me rassurer. Au moins, lui essayait d’établir un dialogue entre nous. Il ne me hurlait pas dessus, ne me frappait pas. Bien sûr, il avait eu sa période difficile après la mort d’Indio, mais les circonstances particulières l’excusaient largement. Quant à moi… Je n’avais rien. Aucune excuse. Aucun argument. Je ne pouvais que me taire et le laissais continuer sur sa lancée.

Les mots que je lui demandais de prononcer me serviraient-ils de moyen pour trancher à jamais ce lien presque malsain qui me maintenait à lui ? Peut être, mais ce n’était pas intentionnel de ma part. Qu’est ce que je voulais vraiment en fin de compte ? Qu’est ce que j’attendais de lui ? La seule chose qui me venait en tête était de retourner dans le passé pour convaincre Elias de ne pas nous rendre à cette manifestation. Si nous ne nous étions pas retrouvés dans cette rue, nous n’aurions pas été pris dans cette attaque et Indio serait encore en vie. Maintenant, tout était brisé. Elias n’arriverait sûrement pas à se remettre de la mort de son fils et moi… Moi… Je resterai toujours cette petite blonde en fuite et sans réelle attache.

- « Ne t’excuse pas… »

C’était encore pire quand il s’excusait. Maintenant, je me sentais coupable de réagir de la sorte sans savoir quoi lui dire, lui demander.

- « Laisse tomber, je suis ridicule… Non pas ridicule, masochiste serait plus exact.»

Venir ici n’était pas une bonne idée. Cela me donnait l’impression que nous pourrions nous retrouver mais je commençais à croire que ça ne se ferait plus jamais. En effet, quand la porte se refermera sur moi, je serai à nouveau seule. Je devrais peut être commencer à m’y habituer dès maintenant. Mes journées allaient se ressembler. Elle consisterait à me lever pour aller travailler et en ressortir à pas d’heure pour me coucher. Etait-ce cela la vie ? Ce n’était pas celle que j’avais imaginé quand je partageais celle d’Elias. Quel monde pourri !

- « Et si on les bouffait ces chips ? »







© EKKINOX
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Mar 1 Avr - 18:32


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05


J’ai tenté d’être honnête, clair et compréhensif…il faut croire que ça a fonctionné.
Capucine se calme progressivement et je suis presque fier de la ramener à la raison. Remarque, je mérite bien entendu qu’on m’engueule ! Il s’agit simplement d’éviter une dispute entre nous. Car elle ne nous servirait à rien. Tout a été dit, nous savons ce qu’il s’est passé, ce qui n’aurait jamais du être fait, ce qu’on ne pourra pas changer…nous savons aussi ce que nous ressentons. Cap et moi nous connaissons assez bien pour ça, c’est pourquoi une altercation n’est qu’un moyen de plus pour nous blesser ;

Ça suffit. Cessons les enfantillages. Si nous ne sommes pas capables de partager trois chips, soit. Séparons-nous, encore une fois. Mais c’est inutile de hausser le ton je ne la laisserai pas nous faire du mal.

« Oui…installe-toi. »

J’évite le « fais comme chez toi » qui entretiendrait trop sadiquement la tension ambiante. Pour ne pas consommer d’alcool je sors un jus de fruits entamé du frigo ainsi qu’une bouteille d’eau fraiche et un sirop. Les biscuits apéritifs feront parfaitement l’affaire, je suis affamé bien que mon ventre ne se soit pas manifesté de la journée.
Après nous avoir servi à boire, j’attends qu’elle entame, de peur de me jeter sur les vivre comme si j’en avais été privé depuis des jours !

« J’étais sur deux dossiers que je dois travailler assez rapidement. »

Complètement absurde comme sujet de conversation, mais je ne vois rien d’autre qui ne soit risqué. J’esquisse un sourire en haussant les épaules, m’offrant enfin à manger.
Reprendre un peu mon boulot est surement un bon signe. Après tout, si j’ai la tête à plancher sur un divorce et je ne sais quelle affaire tordue, c’est que je suis de nouveau en mesure d’être avocat. Un minimum. Ce constat me permet de souffler, comme si la réalité que j’ai récemment perdue me revenait, morceau par morceau.

« J’présume que tu travailles demain ? On pourrait s’voir à midi. » J’avale une gorgée puis secoue la tête en reposant mon verre. « On peut plutôt prévoir un diner en fin de semaine pour…pour souffler un peu. »

N’allons pas trop vite. Surtout que j’ignore la direction à emprunter. Où sommes-nous sensés nous diriger désormais ? Hier soir nous avons évoqués notre couple, les dégâts qu’il a du subir et nous avons sous entendu la difficulté de le reconstruire. Pour ne pas dire l’impossibilité
Je ne veux rien gâcher, pas même ce qu’il nous reste. Si je dois me contenter de rester une « connaissance » de Capucine, je veux que ça se fasse doucement. Le plus sainement possible. Ce que j’éprouve aujourd’hui est un foutu mélange de mélancolie, de déception et de frustration. C’est loin d’être recommandable ou de me permettre d’être objectif !
Je ne peux rien entamer dans ces conditions.

Il me faut retrouver un équilibre ;
Sans quoi je n’avancerai pas.
Je veux me sentir à nouveau libre ;
Être libéré de ces maux et ces poids.



© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Mer 2 Avr - 7:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart

Quelle attitude adopter dans ces cas là ? Existait-il seulement un mode d’emploi ? Les sentiments se confondaient entre tristesse, colère, déception et… amour. Ce cocktail explosif était en train de me tuer. Pourtant, il serait tellement simple de ne plus l’aimer, de trancher ces liens une bonne fois pour toute pour être libérée. Mais nous ne pouvions pas vivre séparer l’un de l’autre comme nous ne pouvions être ensemble. Alors quoi ? Quelle solution s’offrait à nous ? Etions nous condamnés à vivre et ressentir ces sentiments contradictoires jusqu’à la fin ? J’envisageais un quart de seconde ce que serait nos vies si tel était le cas. Le voir sans pouvoir le toucher à chaque fois, m’apercevoir un jour qu’une autre femme partageait sa vie et qu’elle le rendait heureux. Rien que d’y penser, j’en avais la nausée.

Je m’installais sur le fauteuil après qu’il m’ait proposée de m’asseoir. Il était inutile de prendre place sur le canapé si c’était pour entretenir cette proximité malsaine, désarmante et tellement désirée. Ce ne serait pas nous rendre service de nous mettre au supplice, même si Elias semblait mieux supporter la situation que moi. Quoique cela puisse être un faux semblant. Encore une fois. Nous devenions forts à ce petit jeu. Ne pas parler de l’éléphant en plein milieu du salon était notre truc juste avant qu’une dispute ou une belle partie de jambes en l’air n’éclate. Il allait falloir trouver une troisième possibilité car celles envisagées causeraient notre perte. Je n’aurai vraiment pas dû venir, surtout qu’il partait sur un sujet de conversation neutre : son travail. Au moins, il ne parlait pas de la météo…

- « Et tu avançais comme tu voulais avant que je débarque ? »

Je doutais de pouvoir creuser davantage le sujet dans la mesure où il était tenu par le secret professionnel. Lui demander de me raconter les histoires de ces personnes n’était pas possible et encore moins intéressantes si celles-ci concernaient des couples malheureux. Il y en avait déjà un dans cette pièce, c’était amplement suffisant.

Pour me donner une certaine contenance, j’avançais la main pour m’emparer d’une chips, mais Elias eut la même idée, au même moment. Nos doigts se frôlèrent provoquant chez moi une petite décharge électrique. Je me saisissais de celle qui se tenait à côté et l’engouffrait dans ma bouche en tentant de cacher mon trouble. Putain… Putain… Putain… Calme-toi ! Bordel !

Lisait-il dans mes pensées ou mon attitude parlait-elle d’elle-même ? Elias me proposait de nous revoir demain, avant de se raviser et reculer le rendez-vous. Nous étions dimanche et la fin de semaine laissait à penser qu’il s’agirait de vendredi ou samedi. Pour ma part, peu importait. Je travaillais tous les jours pour m’empêcher de penser. Six jours sur sept à la caserne et un jour, à parler avec Ryan de son association ou à étudier. Autant d’activité qui me permettaient de ne pas me retrouver trop longtemps seule dans mon « chez moi ».

- « Je ne sais pas encore à quelle heure je terminerais, mais ça devrait être possible, oui… On se tiendra au courant. Soit tu m’envoies l’adresse par texto ou on se retrouve ici, c’est comme tu veux. »

N’importe quel endroit sauf « chez moi ». Le connaissant, il se sentirait davantage coupable en allant la bas et il se sentirait obligé de m’aider encore une fois tel le prince charmant qu’il était. Il insisterait peut être pour me payer un appartement carrément ou de retenter une colocation. Si la première solution était la moins terrible des deux, il n’en était hors de question. Je ne voulais plus qu’il m’entretienne. Nous n’étions plus ensemble et je devais apprendre à me débrouiller par moi-même. C’était la seule chose à retenir.








© EKKINOX


Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Jeu 3 Avr - 12:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05


Si j’avançais - sur mes dossiers - ou non n’est pas important. Mon travail ne compte pas actuellement – bien que si je devais décrire sa place et son importance dans ma vie, elle serait capitale. Je n’ai pas envie de développer ce sujet avec Capucine, allez savoir pourquoi je l’ai lancé ! Juste pour ouvrir la bouche, articuler quelque chose de différent que des insultes ou des déclarations.
Je ne veux pas que notre relation soit ce reflet de sentiments excessifs. Nous sommes des gens normaux – si on oublie un temps que nous sommes mutants. Nous sommes deux adultes avec des vies bien opposées, éloignées l’une de l’autre, qui pourtant un jour se sont croisées. Pour ne pas dire percutées. Nous avons fait un bout de chemin ensemble, Cap et moi, je ne veux pas qu’on gâche ce précieux passé – si récent – par des sautes d’humeur inutiles.

J’évoque alors un rendez-vous. C’est maladroit, surement imprudent. Ça ne nous mènera nulle part si ce n’est à une autre conversation houleuse sur nos sentiments, que nous ne savons ni expliquer ni maitriser. J’ai peur de ce que nous pouvons avoir à affronter, j’ai peur de ce que nous étions, ce que nous sommes et pire encore de ce que nous allons devenir…si nous devenons quelque chose.
Mais, impuissant, j’essaye. Je tente. Je me cache derrière ce semblant de prudence, comme pour m’accorder bonne conscience. Si je l’invite poliment, si le sujet de notre couple n’est aucunement évoqué vendredi soir, ce sera un premier pas.
Pour aller où ? Je n’en sais rien. En tout cas je me sentirai moins fautif, je pourrai me rassurer en affirmant « ce n’était qu’un dîner, tout s’est bien passé. C’est ce qu’il fallait faire ».

« Oui je t’enverrai l’adresse. On verra d’ici là, si on a le temps et qu’on y arrive. »

On verra si on est capable d’accepter ce cirque. Un restaurant en tête à tête sans laisser parler nos émotions, négatives ou non. Un gros mensonge, une plaisanterie. Voilà ce à quoi rimerait un dîner à la fin de la semaine. Cependant je ne peux concevoir le déroulement de ma vie autrement :
> Si je ne la vois plus je vais sombrer – plus profondément encore.
> Si j’ouvre le sujet de mon amour pour elle, nous sombrerons à coup sûr tous les deux.

Prudence. Prudence et lâché prise. Car il n’est même plus question de confiance tant nous sommes mal.

Le calme laisse rapidement place à une nouvelle tension. Ce silence qui gêne des inconnus et rend nerveux des coupables. Capucine n’est ni l’un, ni l’autre, mais nous sommes là à grignoter discrètement, détournant le regard, ravalant nos pensées.
Je vide mon verre en décidant bizarrement que je n’avalerai plus rien, puis je lui souris en douceur.

« Ça va beaucoup mieux. Mieux qu’hier, je veux dire. Les « problèmes » qui me déchirent sont toujours d’actualité et c’est… » Ma mâchoire se contracte un instant alors que mes paupières peinent à se rouvrir. « …C’est mieux. Ça va mieux. Merci pour ce que tu as fait. Je vais tout faire pour, avancer. »

Ce mot me coûte cher ;
J’insulte ma chair et mon sang.
Comme le plus infâme des pères ;
Je suis détestable, bientôt indifférent ?


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Ven 4 Avr - 9:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart

Silence. Grand silence. Quoique… A ce niveau là, ce n’était pas seulement un silence, mais bel et bien un vent. Elias avait lancé la conversation sur son travail – mieux valait cela que rien du tout -  et alors que j’enchaînais, il ne répondait pas à ma question… Tout ceci était ridicule. Nous luttions pour entretenir un rapport, mais de toute évidence, cela nous était impossible. J’ignorais si je pourrais supporter cette situation encore longtemps. Ne pas savoir… Marcher sur des œufs… Craindre de dire quelque chose qu’il ne fallait pas… A quoi bon faire autant d’efforts si ce n’était que pour nous blesser mutuellement ? Nous avions autant de raisons de nous aimer que de nous éloigner.

Pour autant, cette situation n’empêchait pas Elias de proposer un rendez vous. Un dîner… En fin de semaine… Il me fallait cesser de me poser des questions sur le sens de ses décisions car il ne devait pas y en avoir. A tous les coups, nous ne ferions que dîner… Dans un restaurant (logique)… Dans un silence peut être tout aussi gênant que celui que l’on entendait. Tout ce qui m’importait, en réalité, c’était le lieu de rendez vous. Tant que ce n’était pas chez moi, tout irait pour le mieux ! Par contre, sa réponse me désespéra encore plus. Il doutait déjà de sa propre proposition. Je m’enfonçais davantage dans mon fauteuil en soupirant, le regard perdu sur la table. En apparence, il essayait de sauver notre relation – quelle qu’elle soit – mais il n’y croyait pas lui-même. Peut être était-ce seulement un moyen de ne pas se sentir trop coupable vis-à-vis de moi et me pousser à couper définitivement les ponts.

Surtout qu’il me faisait savoir qu’il allait mieux – tant mieux pour lui -  même si ses soucis restaient d’actualité. En effet, malgré ceux-ci, Elias était prêt à avancer. Qu’attendait-il ? Que je lui laisse le chemin libre ? Plus cette conversation perdurait, plus elle me déprimait.

- « Je suis… contente pour toi. Et de rien… Comme je te l’ai dis, je n’ai fait que mon travail ou du moins, j’ai laissé ma supérieure faire le sien. »

Que dire ? Que ma vie était un bordel monstre depuis mon départ ? Que je m’obligeais à continuer ce stage pour m’empêcher de m’ouvrir les veines ? Quelle connerie ! Venir était une grossière erreur. J’avais encore des sentiments pour lui, d’accord ! Mais il était hors de question que je m’inflige pareille torture. Le voir me rappeler ce que nous étions, ce que nous avions brisé et ce que nous ne pourrions plus jamais avoir. Se cacher derrière une hypothétique réparation de ce lien qui nous unissait était seulement une part de lâcheté de ne pouvoir mettre un terme à ce qui nous détruisait.

- « Je vais y aller. Merci pour les chips ! Tu as encore du travail et je… »

Je me levais me rendant compte que j’étais sur le point d’être lâche une nouvelle fois. Cela devait cesser. Pour notre bien, il était temps de mettre un peu plus de franchise entre nous.

- « Tu sais… J’admire tes efforts, mais ce dîner… Reconnais-le, ce n’est pas une bonne idée. Nous ne sommes même pas capables de tenir une conversation plus de cinq minutes dans ton salon. Tu souffres encore, moi aussi et nos sentiments nous coulent. Enfin, c’est l’impression que j’ai. Tu peux peut être y arriver, mais te voir me rappelle chaque seconde ce que nous essayons de retrouver. Je t’aime… C’est vrai. Mais s’il existe un moyen de m’arracher le cœur, je n’hésiterai pas une seule seconde. Cette indécision, cette tension me tue. »

J'avais commencé et je ne comptais pas m'arrêter tant que je n'aurai pas vidé mon sac.

- « Je ne sais pas ce que je dois ou peut faire. C'est encore pire avec ce que je peux dire pour que nous nous en sortions. Ce que je suis en train de faire gâche sûrement mes espoirs de retourner auprès de toi. Seulement, j'ai trop de respect pour ce que nous étions pour me cacher derrière des non dits. Tu as tes problèmes. J'ai les miens. Réglons ça d'abord et nous verrons dans plusieurs semaines, mois ou années si nous sommes prêts à nous remettre ensemble. Mais rester en contact "en potes" alors que nous sommes plus que ça serait nous imposer plus d'inconvénients que je ne peux gérer actuellement. Je dois apprendre à me... débrouiller et à me supporter. »








© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   Lun 7 Avr - 8:40


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You fell in love with a broken heart
Capucine & Elias
15/05



Je ne parlais pas de son travail. Enfin, bien sûr, sans cette intervention professionnelle j’aurai pu subir plus de souffrances, risquer le coma éthylique et y laisser la vie ? Mais ce n’est pas ce que j’évoquais.
Figurez-vous que je tenais davantage à la remercier pour l’humanité qu’elle arrive encore à m’accorder après toutes les horreurs que je lui ai fait endurer.

Merci d’avoir surmonté les différentes émotions qui l’ont transpercées quand elle m’a trouvé allongé dans le couloir, qu’elle a été obligée d’oublier ce que nous étions pour n’être qu’une secouriste appliquée. Merci d’avoir ensuite fait en sorte de me tenir éveillé, d’évoquer brièvement notre histoire pour que mes pensées se détournent quelques minutes de la mort de mon fils pour se focaliser sur ma réalité. Merci, d’avoir passé la nuit sur une chaise désagréable, d’exprimer à travers ses jolis yeux tout l’amour qu’elle ressent malgré la haine que je devine.
Merci d’avoir été Capucine, alors qu’une fois de plus, j’ai tenté de rayer mon existence de ce monde. Lâchement. Elle a été là pour me rattraper en pleine chute, et c’est grâce à ça que je vais mieux.

Je me suis sans doute mal exprimé. Sinon, c’est pire que je ne le pensais : nous ne sommes vraiment pas faits pour nous comprendre. Est-ce indispensable pour s’aimer ?

Cap se lève pour se retirer, et j’en suis surpris. Bêtement. Je ne m’y attendais pas, je pensais, naïvement, que nous allions parvenir à discuter. C’était mal parti mais pas impossible que je sache !
Pour l’accompagner – à défaut de pouvoir la retenir – je me lève à sa suite cherchant déjà mes mots pour m’excuser, la rassurer et je ne sais quelle autre miracle. Mais c’est elle qui prend la parole la première. Déterminée et visiblement excédée, elle me balance une partie de ses ressentis.
J’écoute, silencieux, fixant mes chaussures tout en hochant la tête. Non je ne comprends pas parfaitement ce qu’elle traverse. Mais nous avons deux rôles opposés, n’est-ce pas ? Je ne peux pas comprendre ce qu’elle endure. Je ne peux qu'accepter d’être le responsable de son malheur.

Mes lèvres s’entrouvrent mais je ne peux articuler quoique ce soit. C’est d’abord un soupir, bouleversé, puis je passe mes mains sur mon visage avec nervosité.
Waouh. Mes tentatives sont vaines, elles nous font du mal et il vaut mieux tout arrêter que de tenter un minimum ? Que de s’essayer à une amitié même si c’est moins que ce qu’on a déjà partagé ?

Je voyais ça comme une base, Capucine envisage mon idée comme un échec.

« Je…très bien Capucine. Je ne peux qu’imaginer tes souffrances et, je m’excuse sincèrement. C’est malheureusement tout ce que je peux faire, m’excuser ! Désolé. Si tu peux un jour me pardonner, fais-le moi savoir. En attendant, prends soin de toi. Tu as raison. Tu as besoin de temps, de recul, de distance visiblement. Je ne voulais pas te brusquer. »

Ma mâchoire se contracte ;
La vie s’annonce finalement bien compliquée.
Si ce n'est pas le dernier acte ;
L'avenir sans ta présence est l'ultime pénalité.


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "You fell in love with a broken heart" ♪   

Revenir en haut Aller en bas
 

"You fell in love with a broken heart" ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CLIMBER'S PLACE-