..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You know I'll never be lonely, You're my best friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: You know I'll never be lonely, You're my best friend   Dim 9 Mar - 13:16


You know I'll never be

lonely,

You're my best friend

Sacha & Sonny

12 mai

Pour une fois, j’étais passée au stand de tir tôt le matin. J’avais tiré pendant une heure sans m’arrêter, avec des ratés et des réussites. J’avais changé mon horaire pour ne pas annuler ma séance. Ce serait un entrainement quotidien, je devais m’y tenir. Pour moi, pour Remington. Puis j’étais allée à la fac, m’accrochant encore à ce pan de ma vie « normale » comme si cela me permettrait de ne pas perdre pied. J’avais mangé à la cafétéria et échangé quelques sms avec Sacha. Mon meilleur ami avait enfin réapparu… J’avais bien reçu quelques textos depuis mai, mais rien qui ne m’avait réellement rassurée. Je l’avais perdu de vue depuis qu’Owen Harwell avait débarqué à UCLA. Juste un sms le soir même pour me dire que tout allait bien et puis plus rien. Mais enfin, il avait donné un signe de vie. Et moi j’avais besoin de lui, plus que jamais. Nous avions convenu de nous retrouver ce jour-là, et il s’était passé tellement de choses… J’avais tant de mauvaises nouvelles à lui annoncer… Il n’y aurait pas de mariage. Lui qui avait rêvé d’une grande fête, d’une robe de mariée sublime, pour le jour où j’épouserai Remington… eh bien, il n’y aurait rien du tout, parce que depuis le trois mai, ma bague de fiançailles reposait dans le tiroir de la table de chevet. J’avais dû renoncer à toutes ces choses auxquelles j’avais aspirées.

Mais je l’avais appâté avec quelque chose d’autre. Toutes les mauvaises nouvelles, qui nous feraient déprimer, nous avions le temps pour les évoquer. Et j’en avais assez de vivre dans le passé. Je voulais me tourner vers l’avenir, et Sacha allait m’y aider. Je ne pouvais pas compter sur Remington pour tout ce qui avait un rapport de près ou de loin avec notre couple, je devais me débrouiller, assumer cette part-là de ma vie. Assumer, devenir responsable… Je n’y étais pas vraiment préparée… j’avais toujours pu compter sur des adultes : mes parents, Anne et Liam, Remington… Cette fois, je devais devenir adulte. Mais moi… Sonny Malone, adulte responsable ? Sonny Malone mère « célibataire » ? Parce qu’il fallait être lucide, même si Rem vivait avec moi, j’ignorais s’il serait capable d’aimer notre enfant… Il ne désirait pas s’en occuper pour le moment en tout cas, tout comme il ne voulait plus réellement s’occuper de moi. Donc jusqu’à temps que son âme soit apaisée, son esprit libéré, et surtout que son cœur s’autorise de nouveau à nous aimer, je m’occuperai de notre enfant. Je m’occuperai de notre foyer pour l’accueillir à son « retour ». Car il reviendrait…

Après quelques échanges de sms avec mon meilleur ami, je lui avais demandé – supplié devrais-je dire – de venir m’accompagner pour une virée shopping un peu particulière. J’avais percuté, quelques jours plus tôt, que je n’avais pas acheté de vêtements ni d’accessoires pour mon bébé. J’en étais presque à sept mois et à part un lit, une table à langer, une commode… mon bébé n’avait rien. Pas de peluches, pas de layettes, pas de biberons, pas de couches… C’était quelque chose que j’aurais aimé faire avec Remington, mais déjà en temps normal cela aurait été compliqué, alors maintenant… Alors j’avais besoin d’aide, et qui de mieux placé que Sacha ? Le premier qui m’avait pris dans ses bras quand il avait appris, qui avait été ravi, qui avait aimé mon petit garçon ou ma petite fille dès la première seconde, qui lui avait parlé… J’avais donc planifié, après mes cours, une sortie shopping bébé à nous deux.

Voilà pourquoi j’avais avancé l’heure de mon entrainement de tir. J’avais autre chose à faire, pour mon avenir et celui de mon bébé. Donc dès la fin des cours, je quittai UCLA, direction le centre commercial où j’avais rendez-vous avec Sacha. Il était déjà là quand j’arrivais. J’avais espéré faire bonne figure… mais je fus incapable de simplement lui sourire et lui sortir les formules de politesse traditionnelles. Je me nichai dans ses bras, m’attardant peut-être trop…

« Tu m’as manqué… Je commençai à croire qu’on ne te reverrait plus. En plus, tu as manqué les premières fois où il a bougé… D’ailleurs…il gigote, là, il doit reconnaitre son tonton Sacha. »

Je lui souris, doucement, les mains glissant sur mon ventre dans un geste protecteur, avant de l’inviter à se diriger avec moi vers la première boutique de vêtements pour bébés… Mais ma curiosité revint au triple galop.

« Qu’est-ce que tu as fait depuis tout ce temps ? »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: You know I'll never be lonely, You're my best friend   Mar 25 Mar - 18:58

Cela faisait plus d’un mois que je n’avais pas vu Sonny. Je lui ai parlé pour la dernière fois le 30 mars, le même soir que ma capture. En fait, c’était Sonny qui m’avait demandé de venir à l’UCLA pour la raccompagner chez elle. Son appel, bien qu’innocent, a été l’élément déclencheur de tous les évènements qui ont suivi. Et, tout ce que j’en retenais c’était Milo. Sans cet appel, il n’y aurait jamais eu de Genetic et lui et moi n’aurions jamais été aussi intimes. A moins que cela soit notre destin mais je n’aime pas penser que tout est joué d’avance.

Je patientais dans un grand centre commercial aux abords d’une fontaine. J’observai l’eau être projetée puis retourner à sa place initiale. Les secondes défilantes, je jetai un œil à mon téléphone pour regarder l’heure. J’avais oublié que Sonny fonctionnait avec un décalage horaire. Je me retournai alors, désespérant de la voir apparaître mais bizarrement c’était le cas. Elle était bien moins en retard que d’ordinaire. Néanmoins, elle était quand même à la bourre. « Le jour où tu seras à l’heure, je… » N’eus pas le temps de terminer ma phrase qu’elle se jeta dans mes bras. Le temps ne m’avait pas paru aussi long mais elle avait raison, j’ai été absent pendant un mois. Et je n’ai pas pu donner la moindre nouvelle. Dire que j’avais manqué les premiers mouvements de son enfant me fit culpabiliser. Je voulais être là, pas de façon lourde et omniprésente, mais je m’étais projeté comme un tonton présent. Je ne me blâmerai pas pour cela, Genetic m’avait enfermé et malgré toute la bonne volonté du monde, je n’aurais pas pu leur échapper. Sonny me fit remarquer que le bébé réagissait à mon contact, ce qui me fit sourire. « Oui, je fais cet effet à beaucoup d’hommes. » Répondis-je sans embarras et même en plaisantant. Maintenant, elle connaissait le sexe du bébé.

Je n’avais pas mis autant de conviction que Sonny dans ces retrouvailles. Mes mains s’étaient juste posées sur son dos avec délicatesse et sincérité mais sans la même fermeté qu’elle. « Désolé, j’ai peur d’écraser le bébé. » Ou bien la serrer contre moi serait inapproprié quand je sais que, d’une certaine façon, j’ai l’ai trahie. Encore que, on peut toujours en débattre. Techniquement, je ne me suis jamais approché de Genetic, c’est Genetic qui m’a approché. Sauf que l’idée c’était de ne pas me mêler à eux et moi, j’ai carrément sauté dans leur bateau. Alors, j’ai manqué à ma promesse, d’autant plus que… « Je suis désolé pour Wyatt. » Je sais combien ce garçon était important à ces yeux et sans doute qu’il n’avait pas mérité ce sort.

J’ai rejoint Genetic. C’est ce que je devrais lui dire, là, maintenant, et ce mensonge n’existerait plus. Je ne me sentirais pas mal à l’aise. La tournure de sa question n’avait rien arrangé. J’aurais préféré quelque chose de simple comme : quoi de neuf ? Mais dans ce cas, elle me demandait ce que moi j’avais fait, quelles avaient été mes actions, comme l’auteur et unique responsable des évènements. Ce qui était le cas et je le savais. « Ah tu sais, j’ai joué au con. Mais je vais bien, c’est le plus important. J’imagine… » Relativisai-je. Impossible de mentir mais j’avais ma carte mystère. Sonny devra malheureusement se contenter de ça et aussi vite qu’elle me demandera des précisions, je lui demanderai de patienter parce que j’avais une idée de la façon et des conditions dans lesquelles j'avouerai toute la vérité.

« Donc, j’ai été recruté parce que comme tout bon pédé qui se respecte, j’ai un goût exquis pour la mode, c’est ça ? » Lançai-je pour me débarrasser de mes tracas. Elle m’avait emmené dans un magasin de vêtements pour nourrisson. Je fis défiler les vêtements, faisant glisser chaque cintre de façon mécanique pendant que mon attention persista sur chaque habit pour ne pas regarder Sonny.

Mon visage n'avait affiché que bonheur. J'étais heureux, vraiment. Pour une raison particulière. Je me sentais bien, il n'y avait que ce secret qui barrait la route vers la quiétude. Mais dans les prochains jours, je ferai en sorte qu'il ne soit plus. Il y avait deux personnes à qui je devais rendre des comptes et l'une d'elle était juste à côté de moi. Malgré ça, il y avait une expression changée chez moi. J'avais le regard illuminé, est-ce que Sonny s'en apercevra ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: You know I'll never be lonely, You're my best friend   Mer 26 Mar - 14:18

[quote="Sonny Malone"]

You know I'll never be

lonely,

You're my best friend

Sacha & Sonny

“ Je ne suis jamais en retard… ”

Non jamais. Pas même pour présenter le père de mon bébé à mon meilleur ami. Jamais. Mais j’étais là et lui aussi était là et je réalisai soudain à quel point il m’avait manqué, à quel point j’avais besoin de lui, surtout en ce moment. J’avais perdu des amis, un frère, mon mariage était tombé à l’eau. Et même si j’apprenais lentement à ne compter que sur moi-même et à me débrouiller seule, j’avais besoin de mes proches, plus que jamais. Et il en faisait partie. En plus, il était l’un des rares à avoir accepté sans la moindre hésitation ma grossesse. Et mon bébé devait lez sentir puisqu’il sembla se réveiller alors que j’étais dans les bras de Sacha.

“ Oui eh bien, tu es trop vieux pour lui, il devra revoir ses prétentions à la baisse. ”

Je souris doucement en passant les mains sur mon ventre quand nous nous séparâmes. Et si c’était un petit garçon ? Est-ce qu’il ressemblerait à Rem ? Ou à moi ? Est-ce qu’il aurait des cheveux aussi noirs que les miens ? Est-ce qu’il aurait les yeux bleus comme Rem l’avait un jour rêvé ?

“ Tu ne vas pas l’écraser, t’inquiète pas. Il a de la place, il me fait prendre plein de kilos le bougre. Mais tu peux le sentir gigoter. ”

C’était vrai que désormais, mon ventre ne laissait plus planer le doute sur l’avancée de ma grossesse. Encore deux mois. Seulement deux mois ? Je n’arrivais vraiment pas à me projeter aussi loin, surtout avec les derniers évènements en date. Mais cela confirmait une chose : il était tout de même temps que je me prépare à son arrivée, parce que Remington ne m’aiderait pas. Mon sourire, à demi sincère et à demi de circonstance s’évapora en un éclair quand il mentionna Wyatt. Mon fils aurait dû avoir deux tontons pour lui apprendre à faire une tonne de bêtise. Sacha devrait remplir seul ce rôle désormais. Wyatt ne connaitrait jamais mon bébé, ni Logan. Mon bébé ne connaitrait pas celui qui avait sans le faire exprès réconcilié ses parents la première fois. Mes yeux s’étaient baissés. Je ne voulais pas qu’il les voit embués de larmes. Pleurer ne ramènerait pas Wyatt. Rien ne le pourrait. Par contre, Genetic paiera. Ça c’était une promesse que je m’étais faite, et j’étais bien décidée à grossir (et ce n’était pas rien de le dire) les rangs de Genome pour leur faire mordre la poussière. Ils paieraient. Tous ceux qui y étaient en sachant pertinemment ce que ce groupe faisait. Je balayais cette évocation d’un revers de la main.

“ Il faut croire que je suis destinée à perdre tous mes proches. Malheureusement c’est la loi des séries. J’ai cru que tu n’avais pas fait exception. ”

Alors comme ça il avait joué au con ? Pourquoi cela ne me surprenait pas ? Je m’apprêtai à lui poser une nouvelle question quand il commenta mon SOS. Mon dieu mais je n’avais pas voulu dire ça ! Rhoo, et puis zut.

“ Exactement, du moment que tu ne me sors pas de body rose avec des froufrous, tout ira bien. Non mais… on a sa chambre, mais j’ai du mal pour le reste. Je n’ai acheté qu’un seul body, ça craint. Et puis il lui faudra des jouets et des peluches. Alors quoi de mieux qu’un gamin pour m’aider ? ”

Et le tout dit avec un sourire désarmant et mon regard de chien battu innocent à la Malone. De toute manière, je savais que je l’avais eu dès que j’avais parlé de bébé, alors… Et puis, dès que nous sommes entrés dans la boutique, il commença à passer en revue les tenues. J’en fis de même de mon côté, m’arrêtant de temps en temps sur une petite salopette ou sur une robe – même si apparemment c’était un garçon aux tendances homosexuelles, je pouvais aussi être enceinte d’une fille, c’était une possibilité à ne pas exclure. Mais je n’y arrivais pas. J’avais déjà du mal à concevoir qu’un jour – deux mois ! – mon bébé serait dans mes bras, alors l’imaginer assez grand pour rentrer là-dedans. Non, c’était au-delà de mes forces pour l’instant. Parce que sinon, j’allais devoir penser à l’inscription dans une crèche si je voulais poursuivre mes études, puis choisir la maternelle. Il y aura le sport à payer aussi. Et les études ! Bon sang, il faudrait mettre de l’argent de côté pour l’université alors que je n’étais même pas capable de garder un boulot plus de trois mois. Ok, il fallait que je me concentre sur autre chose. Et pourquoi pas Sacha ! Autant qu’il serve, non ? Et puis, il était étrangement silencieux… il prenait son rôle de tonton autant à cœur ? Je l’observai du coin de l’œil. Si moi j’avais été dévastée quelques jours plus tôt, si mon couple partait dans tous les sens sauf le bon, lui en revanche, semblait… heureux ? Un fin sourire naquit sur mon visage.

“ Si je ne te connaissais pas, Sacha Morgan Kwon, je penserai que tu es amoureux. Et je serai presque vexée que tu ne m’en parles pas. ”

J’avais dit tout cela très nonchalamment, tout en continuant à observer les layettes, jusqu’à ce que j’en trouve une avec des petites oreilles d’ourson, pour après le bain. Je m’en emparais et la montrai à Sacha.

“ Qu’en penses-tu ? Hum… ça pétille moins tout de suite dans tes yeux que lorsque tu étais perdu dans tes pensées. Tu as l'air... épanoui, et c'est louche. C’est à mon fils si mignon que tu penses comme ça ? ”

Je savais très bien que non. J’étais amoureuse, encore et malgré tout, alors je connaissais cet air niais. J’attendais juste… que ça vienne, qu’il me raconte. Il avait le droit d’être heureux après tout, et cela me ferait surement du bien de voir quelqu’un de content en ce moment.  

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: You know I'll never be lonely, You're my best friend   Dim 6 Avr - 13:40

Jamais en retard. Non jamais. Sonny était la personne la plus ponctuelle que je connaissais. Quitte à être dans le déni, autant y aller en profondeur. Plus sérieusement, ce serait intéressant de savoir comment elle se débrouillait pour ne jamais être à l’heure. Est-ce qu’elle calculait mal le temps de trajet ? Ou bien est-ce qu’elle quittait son foyer à la bourre ?  Etait-elle la tortue, à prendre son temps pour arriver à bon port ou bien le lièvre, à se dépêcher mais à se dissiper au moindre claquement de doigts ?

Qu’elle ait pris son temps ou non, les retrouvailles n’en furent pas moins chaleureuses. Sonny me sauta dessus, littéralement et au fil de la conversation je compris vite qu’en plus du temps s’étant écoulé, ma meilleure amie avait craint de me perdre. J’aurais voulu la rassurer mais malheureusement rattrapé par la réalité du contexte, je me résignai à me taire. Wyatt était mort, ça aurait pu être moi. Si Sonny savait que j’étais à Genome ce jour, si elle savait qu’en échange de ma liberté, j’avais accepté de participer à cette attaque… Je n’imaginais pas comment elle réagirait. Et encore moins Ross.

Changer précipitamment de sujet m’aida à ne pas m’enfoncer dans mes tourments. Et le meilleur que je puisse trouver était son enfant. C’est en plaisantant que je lui demandai si j’avais été choisi pour mes goûts certains en matière de mode. Elle me précisa qu’elle n’avait encore aucun vêtement pour lui et qu’il manquait également d’amusements. Elle n’oublia pas de me lancer une petite vanne, gentille. « Alors c’est parti. » Mon comportement demeurait en total paradoxe avec mes sentiments. Si d’apparence j’étais abordable et amicale, intérieurement, j’étais dévoré par la culpabilité. Je ne voulais pas gâcher ce moment et Sonny était heureuse comme ça alors… Pourquoi ça devrait changer ?

Peu importe ce que je disais, ce que je faisais, j’en revenais toujours à ça. Impossible de me détacher de ce mal être dissimulé par un sourire pourtant honnête. C’était juste une question de dosage. Et parmi ce foutoir, il y avait une chose de bien rangée : Milo. C’était grâce à lui, grâce à notre nuit du 6 mai que j’avais pu me ressaisir. Et s’il n’avait pas été là, Sonny ne m’aurait certainement pas revu. Pas aujourd’hui. Sonny me fit rapidement remarquer mon drôle de comportement. Un soupir amusé s’extirpa spontanément. Elle avait visé juste et je pris conscience que malgré ce mois d’absence, elle lisait toujours si bien mon caractère. Elle me montra alors un habit pour le bébé en m’assurant que mon regard me trahissait. « Non. Et crois-moi, c’est préférable. » Répondis-je.

Un silence commença à naître. Un silence que je brisai aussi vite. « Je suis amoureux. » Percutai-je spontanément à voix haute. De toute façon, Sonny n’attendait que ça. « Et c’est vraiment bizarre de le dire comme ça. » Ajoutai-je en toute sincérité. Il fallait attendre de tomber sur le seul mutant assez tordu pour se mettre nu et se rendre invisible pour m’embrasser. Il fallait que ce soit un homme torturé, un homme incertain de ce qu’il est mais qui passerait son bras autour de moi, refusant ses doutes, lorsque je m’allongerais à côté de lui. Je n’avais pas peur de l’affirmer. Même si mon affection n’était pas réciproque, du moins pas à ce stade, je savais que je tenais une place particulière auprès de Milo. Et quand bien même notre histoire est complexe, j’étais prêt à prendre le risque. Il est le premier à m’inspirer un futur à deux. C'était la plus belle chose qu'on puisse me souhaiter. « Je préfère les oreilles de girafes, c’est plus rigolo. »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: You know I'll never be lonely, You're my best friend   Ven 11 Avr - 15:25


You know I'll never be

lonely,

You're my best friend

Sacha & Sonny

Ma bague reposait dans le tiroir de ma table de chevet. Mes fiançailles étaient rompues. Rem ne me parlait presque plus sinon pour que tout vire à la dispute. Nous n’avions plus aucun geste tendre l’un envers l’autre si ce n’était dans notre lit. Pourtant, je savais encore ce que cela signifiait que d’aimer. Je reconnaissais cet air absent qu’il affichait, ce petit éclat dans ses yeux et ce sourire, là, sur ses lèvres. J’aurais préféré qu’on soit heureux en même temps, Sacha et moi, mais au moins, il y avait quelqu’un qui était encore habité par une certaine joie de vivre. Et je préférais que ce soit lui, quelqu’un de bien, d’extérieur à toutes les horreurs commises ces derniers jours, plutôt qu’un de ces enfoirés de Genetic. Je ne voulais pas penser à eux aujourd’hui. Je désirais la vie, croire qu’elle pouvait continuer. Et elle continuait pour Sacha. Je le taquinai donc pour savoir ce qu’il en était, qui était cet homme qui avait su me le mettre dans cet état. Cela faisait un moment que je le connaissais. Je l’avais déjà vu alors qu’il avait des relations sans conséquence. Je l’avais déjà vu sourire – c’était une marque de fabrique chez lui – mais pas comme ça.

Sacha amoureux. Et qui en plus le reconnaissait à haute et intelligible voix. Beaucoup de choses avaient changé. Et certaines personnes plus profondément que d’autres. Rem était brisé, moi j’étais paumé. Et Sacha aimait. Le meilleur des changements. Et oui, le dire à haute voix, c’était toujours bizarre. Car ça rendait la chose réelle.

« C’est pire de le dire à la personne concernée. On ne se sent jamais autant vulnérable qu’à ce moment-là. Mais on ne se sent jamais aussi fort qu’au moment où on nous le dit. Quand Rem me l’a dit, je me suis sentie… différente. Enfin moi… ça me manque un peu… »

Quand m’avait-il dit qu’il m’aimait pour la dernière fois ? Jamais en ces termes, mais je savais lire derrière ses insultes et son ton glacial. Ne pas se lamenter. La priorité, c’était mon bébé et son tonton amoureux. Même s’il n’avait aucun goût pour les vêtements de nourrisson au final.

« Des oreilles de girafe ? Ça va être mon fils et celui de Rem, tu l’imagines vraiment avec des oreilles de girafe ? Bon, on laisse tomber la grenouillère, il lui faut quoi à ton avis. Quelques bodys et des vêtements neutres, au cas où ce serait une fille. Des chaussons. Et le nom de l’homme qui a su percer ta coquille. »

Peut-être que si je mettais cette curiosité sur le bien-être du bébé il accepterait plus facilement de me répondre, allez savoir.

« Je suis contente. Et si tu veux garder le secret sur l’identité de ce mystérieux jeune homme, c’est ton droit. Dis-moi juste si… tu sais si c’est réciproque ? Des choses graves se sont passées ces derniers jours et je crois que notre avenir s’est considérablement obscurci. Entoure-toi des meilleures personnes qui soient, entoure-toi des gens que tu aimes et ne les laisses pas s’enfuir. C’est comme ça qu’on aura une chance… Et je veux que mon bébé connaisse un foyer heureux donc montre lui l’exemple. »

Parce que son foyer à lui… si Rem ne parvenait pas à venger Brennen, il n’aurait rien d’heureux. Donc s’il pouvait voir autre chose qu’un coupe qui s’ignore ou passe son temps à se disputer, ce n’en serait que meilleur pour son épanouissement. Et j’avais une totale confiance en Sacha, il était l’un des rares à qui je confierai mon bébé sans hésiter en cas de problème. D’ailleurs avant que Rem ne brûle notre contrat de mariage, je lui avais promis des week end rien qu’à deux, comptant sur Sacha pour garder notre petit.


_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: You know I'll never be lonely, You're my best friend   

Revenir en haut Aller en bas
 

You know I'll never be lonely, You're my best friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: SHOPS-