..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Learn to be strong I won't have to fake it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

Sonny Malone

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Learn to be strong I won't have to fake it   Sam 8 Mar - 22:52


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Learn to be strong

I won't have to fake it

Andrew Myers & Sonny Malone

13 mai

Les funérailles avaient été éprouvantes. Le 10 mai dernier, j’avais assisté à la cérémonie en l’honneur de Brennen, assise parmi la famille et les proches. J’avais vu Ben ce jour-là, mais ne m’étant jamais approchée de Remington qui avait besoin d’être seul et de dire en silence ses adieux à son frère, Blackwell n’avait pas remarqué ma présence ni fait le rapprochement avec son « fils ». Deux jours après, j'avais revu Sacha, ce qui avait été une très bonne chose et ce, à divers niveaux. Il me permettait de ne pas perdre pied et m’avait beaucoup aidée à me préparer – du moins matériellement – à mon rôle de future maman. Mais surtout, il était mon dernier espoir pour que ma résolution aboutisse. Même si Remington pensait que je n’y arriverais pas ou que cela ne servirait à rien, je n’avais pas renoncé à ma volonté de m’entrainer, de devenir plus forte, de savoir me défendre seule. J’allais d’ailleurs tous les jours en fin d’après-midi au stand de tir pour progresser. Par contre, je m’étais fait refouler de tous les cours de défense que j’avais tentés. Trop dangereux pour une femme enceinte, ils ne voulaient pas prendre de risques. J’avais évoqué cela avec Sacha et il m’avait parlé de son voisin – son nouveau voisin. Un coach sportif ? Peut-être qu’il voudrait bien… J’avais donc pris l’adresse, et j’étais bien décidée à ce qu’il m’accepte.

Le soir-même de mon entrevue avec Sacha, j’avais pris la décision d’appeler cet Andrew Myers dont il m’avait parlé… J’avais pris ma voix la plus sérieuse possible, lui faisant part, dès qu’il décrocha le téléphone, de ma volonté de prendre des cours de self-défense et de m’entrainer… Sauf que je m’étais fait rembarrer une nouvelle fois… pas si sympa que ça contrairement à ce qu’avait dit Sacha… Toutefois, ce Myers ignorait visiblement sur qui il était tombé. J’en avais marre de ces mecs qui me contrariaient, je n’étais plus du tout d’accord pour me laisser faire. Alors de gré ou de force, il m’entrainerait, foi de Sonny Malone ! Je me couchais ce soir-là, encore plus déterminée que jamais.

Je n’avais pas cours ce matin-là, une aubaine. J’avais donc enfilé une tenue de sport pour femme enceinte (car oui, à ma grande surprise, j’avais découvert que cela existait) et finalement, ça ne faisait pas si ridicule que cela. C’était même plutôt confortable. Mes cheveux étaient attachés en queue de cheval, j’étais parée. Je glissais des affaires de rechanges dans un grand sac, ne sachant pas si j’aurais le temps de repasser par la maison à midi avant d’aller à la fac, une petite bouteille d’eau et mon sac de cours. Je balançai le tout sur le siège passager, et me mis en route.

Je me garais dans un coin chic de Los Angeles, que je connaissais plutôt mal, mais le quartier avait l’air sympa. Je regardais une nouvelle fois le papier sur lequel j’avais noté les infos données par Sacha. L’adresse était bonne. Andrew Myers. Il devrait me dégager de son perron à coups de pieds au cul s’il voulait se débarrasser de moi, car j’avais décidé qu’il m’entrainerait et cela n’était absolument pas négociable. D’un pas résolu, je me dirigeai vers sa porte. J’inspirais un grand coup puis sonnai. Je profitai du temps qu’il vienne ouvrir pour gigoter… bras croisés ? Non… Bras le long du corps ? Non plus. Finalement, tout se précipita et j’avais une main sur la lanière de mon sac. Je ne me démontai pas, regardant mon interlocuteur – une armoire à glace au demeurant – bien dans les yeux, même s’il m’impressionnait un peu.

« Bonjour, on s’est parlé hier au téléphone. Je m’appelle Sonny, et je me fiche que vous ne preniez pas de nouveau client. Je veux m’entrainer, vous êtes coach, non ?  Alors vous avez le droit de ne pas me prendre au sérieux, mais je refuse le non et surtout qu’on me dise que c’est trop dangereux vu mon état. Sauf si vous êtes con, vous devez comprendre que je veux apprendre à me défendre justement pour mon bébé. Alors je ne partirai pas d’ici avant que vous m’ayez dit oui et quand on commence les séances. »

Je faisais la fière là, mais avec ses muscles, il me soulèverait super facilement pour m’envoyer dans les roses… mais je me le devais. C’était une promesse que j’avais faite. Pas seulement à Rem, mais à moi aussi. Je voulais m’endurcir, je voulais pouvoir affronter un de ses collègues s’il en débarquait un chez nous un jour, je devais pouvoir me défendre seule car il ne serait pas là tant que Brennen ne sera pas vengé… Et s’il m’arrivait quelque chose… il serait détruit. Et moi… moi je voulais être forte. Je ne voulais plus dépendre de qui que ce soit. Je voulais me battre, pour une autre cause, j’avais toujours Genome en tête depuis que Kensie m’avait révélé ce qui s’était passé. Et j’en avais marre qu’on me dise non, ou qu’on prétende savoir mieux que moi ce qui était bon pour ma personne.

Je restai donc plantée là, devant Myers, en le regardant droit dans les yeux et ce même s’il était bien plus grand que moi. Qu’il n’espère pas m’impressionner ainsi…

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Learn to be strong I won't have to fake it   Mar 18 Mar - 0:25

Nous sommes le 13 Mai. Andrew n'avait pas encore quitté son lit douillet ce matin là, profitant encore quelque peu de la chaleur de son matelas accueillant, et surtout de l'air froid que la clim projetait partout dans son appart. Quelques jours plus tôt Andrew avait fait un petit tour dans sa ville natale, récupérant un coffre contenant des objets familiaux, ces objets auraient peut-être pu lui apprendre quelque chose qu'il ignorait sur sa famille. Mais après sa rencontre avec son nouveau voisin, Sacha, Andrew oublia totalement l'existence de cette boite. Il attendrait encore un peu pour en découvrir le contenu, préférant s'adonner a la masturbation corporelle, reprenant donc un peu les séances d'exercices facultatives qu'il s'était permis d'occulter depuis l'apparition de Mr. Pillsbury. Ce bourreau de travail le forçait déjà assez régulièrement à surpasser ses limites pour qu'il en fasse le moins possible chez lui. Mais là, un peu de cardio et de muscu' ne lui ferait pas de mal.

Ayant qui plus est menti une nouvelle fois à propos de sa profession, il prétendit être coach sportif lorsque Sacha le questionna sur son train de vie. Il précisa néanmoins qu'il était surbooké et que ses élèves ne le laissaient guère le temps de s'amuser. Cela devrait calmer ses envie d'aventure et l'empêcher de fouiner dans sa vie privée, ayant un emploi du temps chargé, ses absences de plusieurs jours passeraient inaperçues pour le commun des mortels.

Il ne s'attendait cependant pas à un appel, provoqué par ce mensonge tout à fait bénin. Sonny Malone, qu'elle s'appelait. Elle désirait être entraînée, et apparemment avait jeté son dévolu sur Myers, bien qu'il ait dit EXPLICITEMENT à Mr Sacha qu'il était déjà plus que pris par ses élèves imaginaires. Jamais jusqu'à maintenant un de ses mensonges n'avait entraîné de réaction en chaîne, menant à une nouvelle rencontre, mais surtout, un nouveau double-jeu.

Il l'avait envoyé bouler. Après tout, elle ne devait plus être à son premier refus. Nous étions quand même bien avancé dans l'année, les salles de sports sont souvent pleines à craquer de personnes souhaitant être prêtes pour les prochaines vacances qui n'allaient pas tardé à arriver, et surtout pour l'été. Il n'était pas rare que les nouveaux arrivants soient chassés comme des pestiférés, car on ne pouvait leur prodiguer assez d'attention pour le prix qu'il payait. Ca pouvait finir en procès ces conneries là.

Il ne s'imaginait pas non plus qu'elle allait débarquer chez lui, cette psychopathe.

Il s'était levé tout guilleret ce matin là. Un bon petit-déjeuner à base de céréales, de jus de fruit et de bonne musique rock; une bonne douche et on était parti pour faire un petit tour en jogging. D'ici quelques heures il serait revenu épuisé et prêt à bûcher sur une nouvelle enquête volontaire. Le Révélateur avait fait des siennes, et le patron des patrons, Cristiani, souhaitait voir sa tête sur un piquet devant sa demeure. A l'employé qui lui mettrait la main dessus, serait promis gloire, récompense, et surtout un graaand pas dans les petits papiers du patron. Alors autant s'y mettre et sérieusement... Andrew songeait de plus en plus à demander son aide à Gillian Johnson, la femme qu'il avait capturé auparavant et qui disposait de formidables dons d'hacker pour retrouver sa trace sur le web, mais il s'y résignait à chaque fois; il se rappelait encore son regard froid la dernière fois qu'il s'était vu à l'Agence, ça avait de quoi décourager le plus courageux des téméraires du coin.

Quand tout à coup, un bruit de sonnette vint tirer Andrew de sa torpeur post-douche. Qui cela pouvait-il bien être, pensa t-il. A cette heure-ci, surtout.

Sonny Malone. Elle était venue jusqu'à chez lui. Avec la sérieuse envie de se faire entraîner. Merde, merde et re-merde. Andrew devait restait impassible, même si au plus profond de lui, il se disait qu'il devait se stabiliser et paraître le plus crédible possible. Il fallait paraître crédible, sur de soi, et un peu hautain. Ca la fera surement fuir. Ca fait tout le temps fuir les filles de toute façon.

En plus elle était engrossée jusqu'au cou. Mais elles ont quoi dans leur putain de cervelle? Cette histoire d'entraînement c'était un truc qui allait A COUP SUR entraîner une couille dans sa grossesse. Et ca allait tomber sur qui toute cette histoire? Sur BIBI. Parce que pour l'instant on avait Sonny Malone, la travaillée du ciboulot. Mais faut être deux pour faire un bébé - à moins que vous ne vous appeliez Vierge Marie mais ça on en reparlera hein, et selon une équation très simple, plus la nana est givrée, plus le mec qui l'a mise en cloque est givré lui aussi. Et s'il arrivait par pur hasard qu'elle fasse une fausse couche ou qu'il arrive quoique ce soit au gamin dans son gros utérus, c'était à coup sûr Myers qui allait trinquer d'un coup de machette dans la rue.

- Madame Malone. Je sens que ce que je vais vous dire va vous paraître redondant, mais il faut que vous compreniez. L'ÊTRE QUE VOUS PORTEZ EN VOUS ACTUELLEMENT, votre progéniture, vous savez, le fait d'être remuée dans tous les sens, ça peut ÉVENTUELLEMENT lui faire du mal. Une mauvaise chute, un mauvais impact, tout ça ça peut avoir des conséquences désastreuses sur votre grossesse.


Andrew n'avait pas hurlé, tout simplement bien appuyé ses mots pour les mettre en relief par rapport au reste de son discours. Il n'avait pas manqué d'argument pour essayer de la dissuader de le faire, mais il savait bien que si elle en était arrivée à débarquer devant chez lui, ce n'était pas les mêmes raisons débiles qu'avait dû lui sortir tous les profs de sports de la ville qui allaient refréner sa motivation. Faisant un pas vers elle et fermant sa porte derrière - il n'allait pas la laisser sur le pas de la porte et il ne comptait pas la laisser entrer, alors autant sortir dehors avec elle; il reprit son argumentation.

- Ce petit bout de personne qui grandit, doit bien y'avoir un Mr Malone quelque part qui tient déjà à lui. En plus des avocats qui vont me faire payer tout ce que j'ai dans un procès dantesque, jusqu'à ce que je sue chaque centimes qu'ils vont me voler, vous ne pensez pas que son hypothétique père ne va pas me couper en morceaux et me filer à manger aux cochons ?

Après tout, le problème d'argent, il ne valait pas trop l'évoquer. Parce que c'est marrant, mais si elle commençait à poser des questions par rapport aux prix des honoraires d'Andrew, ça allait être une autre paire de manches. Et les horaires? Oh seigneur, dans quoi s'était-il fourré. Il aurait dû dire à Sacha qu'il était conseiller marketing dans n'importe quelle boite un peu hype du monde et qu'il était en voyage constamment. Pourquoi le mensonge sur le coach sportif, bordel?

- Je comprends que ça vous travaille et que vous voulez remédier à votre.... manque de répondant dans l'art de vous défendre. Mais je vous assure que vous feriez mieux d'apprendre à user d'une arme à feu, c'est plus sûre qu'un art martial et au moins vous êtes très loin du corps à corps.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

Sonny Malone

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Learn to be strong I won't have to fake it   Ven 21 Mar - 15:53


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Learn to be strong

I won't have to fake it

Andrew Myers & Sonny Malone

Alors ? Etais-je impressionnante ou pas ? J’étais déterminée à prendre ces cours, j’espérais au moins que ce monsieur Myers s’en rendrait compte. Cela pourrait le convaincre non ? Et je serais une bonne cliente… élève… cliente ? Bref, je serai assidue et pas trop chiante. Alors oui, ce serait un peu plus délicat avec moi parce qu’il faudrait éviter les coups malheureux au niveau du ventre et que je fasse gaffe à ne pas tomber… Mais c’était faisable, non ? Alors j’attendais, bien plantée sur mes deux pieds et soutenant le regard de ce coach, bien plus crédible que moi dans le rôle du gars sûr de lui. Mais dès qu’il ouvrit la bouche, je ne pus résister à mon instinct. Mes yeux se portèrent brièvement sur mon ventre, ainsi que mes mains… Merde, non. Je ne voulais pas faire de mal à mon bébé, je voulais le protéger parce que ce petit gars, ou cette petite fille, s’accrochait à la vie malgré tout ce qui lui était déjà arrivé. Mais je laissai retomber mes bras le long de mon corps et replongeai mon regard dans le sien.

« Je ne suis pas une DEBILE, je COMPRENDS, et merci, j’ai un médecin pour me dire tout cela. Je ne vous demande pas de faire de moi un ninja. Je vous demande juste de m’enseigner quoi faire si justement on essaie de me donner un coup. Et si vous êtes vraiment doué, vous saurez arrêter les coups. C’est pas la première chose qu’on apprend au judo ? Ou au karaté… ou au taekwondo… enfin, un sport dans ce genre-là ? »

Voilà qu’on me parlait comme à une débile profonde. Et je détestais particulièrement cela. Je n’étais plus une gamine. J’étais une femme, enceinte, et consciente de ce qu’elle réclamait. Je voulais apprendre à me défendre. Non, correction : je « devais » apprendre à me défendre. Parce que s’il m’arrivait quelque chose, Rem ne se le pardonnerait jamais et serait brisé pour toujours. J’avais choisi de rester auprès de lui. Je m’étais opposée à sa décision de me quitter, ce qui l’aurait pourtant apaisé. Il fallait donc que je fasse tout mon possible pour être forte et à sa hauteur. Enfin, non, je ne serai jamais à sa hauteur. Mais si je pouvais au moins lui arriver à la cheville, ce serait pas mal. Je crus l’espace d’un instant que ça avait marché, mon plaidoyer quand je le vis bouger… sauf qu’en fait, il « s’enferma » à l’extérieur avec moi. Ok… pas le droit d’entrer… mauvais signe. La suite ne fut pas plus encourageante.

Rho mais sérieux ? C’était une gonzesse ou quoi ce type ? Normalement, un homme, ça ne se préoccupe pas autant d’un bébé ? Si ? Il n’y avait que Rem ? J’eus un pincement au cœur lorsqu’il parla de « Monsieur Malone »… Non, il avait failli y avoir un « monsieur et madame Pillsbury », mais finalement, la promesse de notre mariage gisait dans le tiroir de notre table de chevet. Quant à tenir déjà à lui… Rem n’avait jamais vraiment manifesté d’amour pour cet enfant. Mais je savais qu’au fond, tout au fond, il y avait quelque chose qui ne demandait qu’à germer. Après tout, il y avait encore peu, quand on s’engueulait, il allait dans la chambre du petit. Il avait demandé à s’en occuper. Ça voulait forcément dire quelque chose… Peut-être que Rem le découperait en rondelle s’il me faisait perdre le bébé… parce que j’aurais mal. Ou peut-être pas, parce que ce serait de ma faute et une bonne leçon. Franchement, je n’en savais rien.

« Le monsieur Malone j’en fais mon affaire, ne vous en faites pas pour ça. Ecoutez, je veux bien vous signer toutes les décharges nécessaires, vous promettre de ne pas vous attaquer en cas de soucis, mais encore une fois, je ne veux pas être Xéna la guerrière. Mais si on s’en prend à moi, je ne veux pas jouer le rôle de la blondasse californienne dans tous les films de série B. »

Autrement dit, hors de question que je me contente de hurler sans pouvoir rien faire. Je devais me débrouiller seule, qu’il y ait un « monsieur » ou pas. Alors, oui, c’était un peu tard, mais est-ce que je ne méritais pas une chance ? Combien de temps j’allais encore devoir parlementer ? Il n’était pas très commerçant, franchement ! J’étais une cliente, prête à payer et à en plus lui signer une décharge. Qui aurait craché là-dessus ? En tout cas, son disque tournait en boucle et cela commençait à devenir réellement agaçant. Je croisais les bras sur mon ventre et tapotais du pied, je perdais patience avec ce type monomaniaque et borné.

« Je sais déjà me servir d’une arme à feu. Mais si je suis là, c’est parce que ça ne suffit pas toujours. Imaginez qu’on me désarme ou qu’on m’attaque par derrière, j’aurais l’air maligne. Et le jour où vous lirez dans le journal que je me suis fait égorger comme un vulgaire cochon pour reprendre votre image, eh bien vous vous retrouverez bien con, si vous voulez mon avis ! »

Etait-ce judicieux de parler ainsi à un mec super grand et baraqué ? Ce n’était pas certain… encore moins d’avoir pointé mon doigt sur son torse et de l’avoir « martelé »…  Mais je voulais changer, je voulais grandir et devenir plus forte et je ne pourrais pas le faire si on m’infantilisait tout le temps de la sorte ! Je reculai ma main, consciente de ce que je venais de faire quand mon téléphone sonna, me signalant un message. Je le dégainai, et regardai brièvement l’écran… Une photo de Rem et moi, le fameux « monsieur Malone »… je fis rapidement glisser l’écran pour lire le message. Juste une « collègue » du LA Times, rien qui ne puisse attendre. Très vite, je rangeai mon téléphone.

« Je me suis fait virer de partout. S’il vous plait. Je veux juste apprendre la base, de la self défense, rien de plus. Je vous jure que je suis prête à m’asseoir en plein milieu de votre allée et de ne pas bouger tant que vous ne m’aurez pas dit oui. »


_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Learn to be strong I won't have to fake it   Mar 1 Avr - 1:31

Son médecin n'avait pas su lui faire prendre l'ampleur des choses. Soit! Si vous n'écoutez pas l'avis tout-puissant d’Hippocrate, que le sort vous soit favorable dans vos décisions! Si à partir de maintenant elle se fichait de l'avis de son docteur, elle n'avait qu'à rayer les vaccins à mettre à l'année prochaine, les visites médicales et tout ce qui s'en suit. Elle n'aurait qu'à s'en remettre au vaudou lorsqu'il s'agira de la santé de son marmot. En espérant que le Mr Malone il était fort pour demander de l'aide aux esprits.

Elle se fichait de Mr Malone aussi apparemment. Une maman forte et indépendante comme on en fait plus. Dans quelques années elle assurera son travail de cadre avec son marmot sous le bras comme dans toutes les bonnes propagandes féminines. Qu'à cela ne tienne ! Elle commencerait par là, en apprenant un art martial seul, entre les séances d'éducation pré-natale et ses études de droit. On trouvait de tout sur internet désormais, alors apprendre à castagner ça ne devait pas si difficile. Quoi qu'il en soit, Andrew ne changerait pas d'avis. Il n'allait pas se changer en coach personnel parce qu'une bonne femme lui en implorait le service. Il ne changeait d'identité que pour les missions, après tout. Avait-il commencer à tailler des buissons lorsqu'il avait menti à Calista? Non. Il avait mis son mensonge dans sa poche et était rentré chez lui, conservant l'information erronée qu'il avait fourni à la jeune femme et avait continué son petit bonhomme de chemin. Si il la revoyait un jour, il lui dirait qu'il s'est documenté sur les jardins japonais et le tutti cuanti, ni vu ni connu j't'embrouille.

Elle savait se servir d'une arme à feu. A la bonne heure, pensa Andrew. Trouve toi une revolver et canarde dès qu'un mec te demande le chemin. Tu pourras prétexter ça pour de la légitime défense. Y'avait-il réellement plus compliqué? A moins que ça ne soit elle qui s'acharne à rendre tout si compliqué. Elle était ENCEINTE et cherchait à apprendre comment mettre des TATANES. Et puis que lui importe si elle se faisait égorger comme une truie dans les rues de L.A. Il aurait vite fait d'oublier son visage et sa visite. Il en ferait peut-être un petit post-it pour se souvenir qu'il doit casser deux pieds à Sacha, tout comme Mme Malone lui cassait les siens en ce moment même.

Andrew se pinça le nez en fermant les yeux, désespéré. Bon, que pouvait-il faire pour se débarrasser de cette chipie? Le mauvais genre de chipie, celle qui vous les brise pendant 3/4 d'heure alors que vous ne désirez rien d'elle, donc ça vous donne encore moins envie de la supporter. Avec MJ c'est pas pareil, c'est le bon genre de chipie. C'est la nana qui peut vous dire que vous allez tous les deux à Vegas dans la minute qui suit juste parce qu'après tout, elle s'en fout un peu et que ça peut-être marrant. CA c'était un bon genre de chipie. Vous lui dites non, elle rouspète un peu et elle se CASSE.

Elle faisait le sitting maintenant. Elle promettait, non, jurait! de ne pas sortir de devant chez Andrew jusqu'à ce qu'il cède. Et bien soit ! Andrew lui porterait de la nourriture trois fois par jour, lui creuserait un trou pour ses besoins naturels et finirait sans doute par lui installer la télévision. Après tout, si elle croyait qu'il allait céder c'était se mettre le doigt dans l'oeil. Il avait connu plus coriace et plus menaçant qu'une femme enceinte dans sa vie, et certes son ventre proéminent intimidait sans doute le commun des mortels, mais pour un mec comme Andrew, c'était rien. Il n'avait qu'à fermer sa porte et retourner à sa vie de tous les jours. Il sortirait par la porte de derrière aujourd'hui, et d'ici quelques heures il espérait bien ne pas la revoir.

Une idée de génie lui vint alors.

- J'accepte mais à une seule condition, on commence seulement après votre accouchement. Avant, on fera des étirements, on verra la théorie, et après, vu que votre corps sera déjà prêt, on pourra commencer la pratique.

Ca lui laissait encore quelques bons mois pour changer d'adresse et de numéro de téléphone.

- Je vais vous donner mes coordonnées utiles pour me joindre plus rapidement que mon téléphone, que je ne laisse RAREMENT à mes élèves. Vous avez de quoi noter? Ou alors ajoutez-le à ma fiche de contact, tant qu'à faire, puisque je sens que vous n'allez pas effacer mon numéro même si je le demande gentiment.

Il espérait qu'en titillant son orgueil, elle supprimerait le numéro sur l'instant pour lui montrer sa bonne foi. Ca pourrait être sympa, suivi d'une adresse mail bidon et d'un rendez-vous donné à la semaine prochaine au parc, ça lui laisserait la semaine pour se trouver une petite place pour dormir à l'Agence...
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

Sonny Malone

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Learn to be strong I won't have to fake it   Jeu 3 Avr - 11:09


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Learn to be strong

I won't have to fake it

Andrew Myers & Sonny Malone
Parfois les hommes étaient lents à comprendre. Et cet Andrew ne semblait pas faire exception à la règle. Je ne savais pas du tout ce qui leur passait par la tête pour se permettre de me juger. Remington avait barré ma résolution comme si je ne parviendrais jamais à m’y tenir, comme si j’étais trop faible. Et ce type, là, il me prenait pour une imbécile qui faisait un caprice sans avoir réfléchi le moins du monde aux conséquences de ses actes. Et c’était faux. Tellement faux. Les mots des médecins étaient gravés en moi. Mon bébé s’accrochait, il voulait vivre, mais moi, il fallait que je fasse attention. J’aurais dû me reposer, limite être couchée pour la fin de ma grossesse. Or c’était impossible, pas dans les circonstances actuelles. Tout mon monde s’était écroulé, et moi, je ne pouvais pas me permettre de rester passive. Mais cet idiot là, sur le pas de sa porte, ne comprenait rien et paraissait avoir un pois chiche à la place du cerveau. Je m’en voudrais à mort s’il arrivait quelque chose à mon enfant, mais je m’en voudrais tout autant si je n’allais pas au bout de ma résolution.

Qui plus était, je ne désirais pas devenir une pro du kung-fu. Ça à la rigueur, ce serait pour après l’accouchement. Non, là il était juste question de défense. Je ne pouvais plus demander à Rem d’être là pour me protéger, il était plus que temps que je sois capable d’échapper à Genetic ou à tout autre ennemi par moi-même. Peut-être qu’un jour qui plus est je devrais affronter un de ses « collègues ». Son Agence avait approché Genome en son sein et j’étais décidée à rejoindre leurs rangs. Par le fait que je vive avec Rem, que je sois traquée par Genetic et qu’en prime je retournai à Genome, alors je serais une victime et une proie de premier choix. Et il était primordial que je sois apte à leur opposer une résistance.

Je l’énervais. C’était un don naturel chez moi. Mais j’étais un parasite, alors je ne bougerai pas tant que je n’aurais pas obtenu ce que je voulais. J’étais prête à signer tous les documents qu’il désirait pour le protéger en cas de problème. Jamais je ne penserai à l’attaquer de toute manière s’il arrivait quelque chose au bébé. Ce serait à moi et à moi seule que j’en voudrais. Je ne me le pardonnerais pas, ce serait certain, mais ça, c’était ma conscience que cela regardait, et non lui. Je le menaçais de ne pas lui laisser de répit, de ne pas bouger de chez lui, après avoir reçu un message sur mon, téléphone. S’il y avait eu une infime petite et minuscule chance que je cède, après avoir vu sur l'écran la photo de Rem et moi, cette chance avait été tuée, piétinée, déchiquetée. Pour nous, pour lui, pour moi, je n’avais pas le droit de reculer. Alors oui, quitte à faire la chieuse de base, il me donnerait des cours. Et non, il n’avait pas le choix.

Il tenta alors de négocier. Fatiguée et passablement énervée, je levai les yeux au ciel. Non mais il ne m’avait réellement pas regardée ou alors il était vraiment débile. En soit son idée n’était pas mauvaise. Pour une toute autre personne elle aurait même été acceptable. Mais pas pour moi. C’était maintenant, pas dans deux mois qu’il fallait agir. Sinon ça laissait une trop grande marge de manœuvre à nos ennemis pour parvenir à leurs fins. Et... il se foutait de ma gueule ou quoi ? Il voulait me donner des coordonnées pour le jour plus rapidement que le téléphone ? Non mais… c’était officiel, ce type n’avait pas de cerveau.

« Hey ! Je ne sais pas pour qui vous me prenez, mais comme je le dis souvent, vous voyez ces cheveux ? Ils sont noirs, pas blonds, donc arrêtez vos sarcasmes et de croire que vous allez me berner comme ça. Non, en effet, je ne vais pas effacer votre numéro. Vous êtes coach, faites votre boulot merde. Je suis une cliente qui paie et pour la dernière fois, je ne veux pas être parée pour les JO, je veux me défendre, vous comprenez ça ou quoi ? »

Je dus me retenir de lui en coller une. Tout sur mon visage devait exprimer la colère et l’énervement qui m’habitaient devant cet abruti de base. Jusqu’à ce que j’ai moi aussi une idée. Je dégainai mon téléphone pour lui coller sous les yeux.

« En fait, je vais le faire, regardez. Voilà, j’ai supprimé votre numéro. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que j’ai le moyen le plus rapide pour vous joindre. Je ne vais pas vous lâcher d’une seule semelle jusqu’à ce que vous me donniez ces cours. Vous voulez attendre l’accouchement, ok, ça ne change rien pour moi vu que je ne vais pas vous lâcher et que je suis très sérieuse. Et si vous me bousculez, je hurle. Et je crie vraiment très fort. Et entre une jeune et jolie femme enceinte inquiète pour son bébé et un baraqué mal embouché comme vous, devinez qui on va croire… »

Mes yeux étaient maintenant rivés dans les siens et nos corps se frôlaient. Partout où il irait, j’irais. Même chez lui. Même s’il voulait pisser, je serai là. S’il voulait jouer au con, j’allais jouer avec lui.

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Learn to be strong I won't have to fake it   

Revenir en haut Aller en bas
 

Learn to be strong I won't have to fake it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: MYERS'PLACE-