..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We're bound to be afraid, but making up for all this mess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Jeu 6 Mar - 9:56


We're bound to be afraid,

but making up for all this

mess

Addison & Sonny

15 mai

Une nuit blanche… Encore une. Remington n’était pas rentré de toute la nuit. Je savais que la veille avait été une épreuve pour lui. Brennen aurait eu trente ans. Je savais qu’il avait besoin de s’isoler, mais de là à ne pas rentrer de la nuit. Ce serait comme ça à chaque fois ? Toute la nuit je l’avais attendue, en nuisette, dans le canapé. J’étais incapable de dormir s’il n’était pas là. Mission ou vengeance, je n’avais plus la moindre idée d’où il était. Et surtout, s’il était parti pour venger Brennen, il prendrait tous les risques. Je me battais contre lui pour nous, mais lui, il n’avait plus qu’une chose en tête.

Je restais donc éveillée, encore une fois. J’avais toutefois trouvé à m’occuper… J’avais pris une décision. Grave. Lourde de conséquences. Mais il fallait que je le fasse. Pour moi. Pour Wyatt, Dean et les autres. J’avais dû convaincre Kensie… ce qui n’avait pas été une mince affaire. Je ne lui en voulais pas de ne pas me faire confiance aveuglément. J’avais merdé, et sérieusement en plus. Mais je ne comptais plus faire les mêmes erreurs. J’avais changé, je commençais à entrevoir qui j’étais. Alors oui, Kensie avait des doutes, et c’était normal, mais je voulais lui prouver ce dont j’étais capable, que j’étais déterminée, et que je pouvais aider. Elle avait fini par me donner un numéro. Celui d’Addison. Je la connaissais peu, ne l’ayant croisée qu’une ou deux fois, à l’infirmerie de Genome après quelques bobos sans gravité.  J’avais donc profité de l’absence de Rem pour échanger quelques sms avec elle. Atkins, voilà donc qui serait mon chemin vers Genome, ou la porte claquée au nez. Je doutais qu’Aaron ou Ross m’acceptent, mais peut-être qu’Addison me donnerait ma chance.

Sur le petit matin, j’entendis la porte s’ouvrir. Il était là, l’air fermé, comme d’habitude. Fatigué aussi. Je me levai. J’étais en colère. Je ne saurais dire lequel de nous parla en premier, mais très vite, les choses s’envenimèrent. Il voulait me faire croire qu’il avait voulu être seul ? Mais il oubliait qu’il avait accepté de rester, et que j’étais toujours là…. Et puis seul… Et ce parfum d’alcool et de femme… J’étais épuisée, lui aussi, et des mots durs furent prononcés… De part et d’autre. Je ne supportais pas son ton cassant, je l’accusai de m’avoir trompée… Chose parfaitement stupide, je le savais, mais ce parfum était bien là. Des insultes, une mise au défi de me prouver qu’il n’avait rien fait, et des corps qui se sont cherchés. On arriva à la chambre, une nouvelle fois, et les « tu fais chier » devinrent des stimuli. C’était aussi intense, si ce n’est plus, qu’avant. Tout en douceur et en violence. C’était le seul moment où j’avais l’impression qu’il était revenu, qu’il était lui, mon fiancé. Nos corps se connaissaient, et les humiliations de la journée laissaient place, la nuit, à des gestes tendres, des baisers dans le cou, à l’expression de l’amour qu’on ressentait et qui n’était pas mort. Si j’avais toujours su contrairement à mon accusation qu’il ne m’avait pas trompée, j’en eus la preuve, et on s’endormit une nouvelle fois épuisés, en sueurs, mais on s’était aimés.

Etrangement, je fus la première à me réveiller après quelques heures de sommeil. Le soleil filtrait à travers les volets et je sentais le souffle chaud et régulier de rem contre mon épaule. Doucement, je me dégageais de son bras et il se mit sur le dos… ça me rappelait la fois où je l’avais réveillé d’une caresse, il avait pris la même position. Mais pas cette fois ; J’allais le laisser dormir car j’avais d’autres choses à faire. Des choses pour moi, dont il était exclu et sur lesquelles il n’avait pas son mot à dire. Je me levai, enfilai quelques vêtements confortables et quittai la chambre, après avoir déposé un baiser sur sa joue… Certainement le dernier de la journée, sauf s’il était de meilleure humeur quand je reviendrai. Je bus, à la demande du bébé, un verre de jus de fruit, mangeai un de ces gâteaux diététique immonde et sortis la voiture du garage, faisant un peu trop rugir le moteur, comme d’habitude, mais pas suffisamment pour réveiller Rem, du moins, je l’espérais.

Je pris la direction de la plage, à un endroit bien précis. Je garai la voiture, pour terminer à pied. J’ôtais mes chaussures pour marcher plus librement sur le sable. Quelques familles étaient déjà là, assez éparpillées… Pas d’attroupement, pas d’oreilles indiscrètes… Nous ne serions que deux filles se promenant le long de la plage. Addison… Je marchais résolument vers elle, ne baissant pas les yeux.

« Salut… Je te remercie d’avoir accepté de me voir et de me laisser une chance. C’est peut-être une surprise… ça… Kensie ne t’a peut-être pas dit… »

Par « ça », j’entendais mon ventre arrondi. Il m’empêcherait d’aller sur le terrain, mais pas de les aider.

« Tu sais peut-être pourquoi j’ai quitté Genome, ou pas, dans le fond ça n’a pas d’importance, j’espère juste que tu vas me laisser une chance. J’ai fait des erreurs. Il y a des choses que je regrette, mais j’assume tout ce qui s’est passé. J’suis enceinte, mais pas bête. Je sais tirer, je sais donner les premiers secours, j’suis douée pour parler avec les gens. Mais surtout… J’ai perdu trop de gens. Soraya… Dean… Wyatt surtout. Je veux que ça cesse. Avec ce qui s’est passé le trente avril, vous allez avoir besoin de toutes les bonnes volontés, non ? J’en ai. Je sais que je vais devoir faire mes preuves, vu que je vous ai déçus, mais je veux aider. »

Je n’avais pas cillé. Ma voix était posée et assurée, et je l’avais regardée droit dans les yeux. Je savais qu’elle avait un caractère bien trempé, et je voulais lui prouver que je n’étais pas une lâche.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Addison Atkins


avatar

Messages : 55

MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Mer 12 Mar - 9:14

Une truffe froide se colle contre mon épaule, un petit coup de museau pour s'assurer que je suis bien réveillée. Je ronchonne et me tourne dans le lit avant de me cacher sous l'oreiller d'où s'élève ma voix encore endormie.

 « Le réveil n'a pas encore sonné Clyde, Il semble qu'il ne soit pas disposé  à attendre car il saute sur le lit, il sait qu'il n'en a pas le droit et que je vais forcément m'agiter pour rouspéter. Qui a dit que les bêtes l'étaient ? Ça va, ça va, je me lève mais descends de là-dessus !

Il ne met pas longtemps à obéir, il sait que de toute façon il a gagné. Il trottine vers la porte et m'y attend histoire de s'assurer que ce ne soit pas une ruse de ma part pour me planquer à nouveau sous la couette. Je jette l'oreiller à travers la pièce, me frotte le visage en soupirant. Un regard à ma montre et je pousse une flopée de jurons. Pourquoi cette foutue alarme n'a pas sonné ? Grognant toujours, je m'extirpe du lit et le chien me fait la fête. Direction la salle de bain suivi de la cuisine. Ne pas se tromper en versant mes céréales dans la gamelle du chien ou ses croquettes dans mon bol... Quelques coups de cuillère plus tard, un regard à la pendule me fait passer la seconde vitesse sinon je vais vraiment être à la bourre.

Une fois lavée et habillée, Clyde et moi sortons courir direction Venice Beach. Il marque son mécontentement de ne pas aller dans le parc pour renifler ses petits copains habituels et relever ses messages sur les bancs ou autres lampadaires. Tout cela est vite oublié quand il renifle l'odeur alléchante de viande en provenance du marchand de hot-dogs. Nous trottinons un moment, je me demande parfois qui promène l'autre. Enfin j’aperçois une brune au ventre rond. Je marque une hésitation, je ne l'ai pas croisé beaucoup et elle semble changée. Mon compagnon à quatre pattes la salue en humant son  parfum, la queue battant l'air.

- Salut Sonny. Et non la petite cachottière ne m'a rien dit. Elle doit savoir que j'adore les surprises.

J'avise ses formes, cherchant à évaluer à quel mois de grossesse elle en est. L'obstétrique n'est pas ma spécialité néanmoins. Ses paroles finissent par capter toute mon attention tandis que le chien comprenant que la balade s'arrête le temps d'une pause s'installe sur son séant à mes côtés. C'est marrant, son discours j' aurais pu le prononcer quelques semaines plus tôt lorsque je suis venue gratter à la porte de Genome, du moins si je n'étais pas aussi fière et bornée. Je me trouvais dans une position assez semblable à la sienne, la destruction de notre QG en moins, pas de polichinelle dans le tiroir non plus d'ailleurs. Je suis donc sans doute la mieux placée pour savoir ce qu'elle ressent et pour donner à mon tour une seconde chance.

- On commet tous des erreurs, je pourrais écrire un essai sur les conneries que j'ai faite concernant le groupe. Moi aussi j'ai tourné le dos à un moment. J'ai pensé à moi, plutôt qu'à ce que je pouvais apporter et à ce pourquoi les autres se battaient. Enfin on n'est pas là pour disserter sur mon foutu caractère... Je ne vais pas te mentir, c'est pas la joie en ce moment. On ne cracherait pas sur des gens motivés et investis prêts à relever les manches. D'un autre côté, vu ton état et vu ce qui s'est passé il y a peu, tu es vraiment certaine de vouloir rempiler ? Je ne peux pas te garantir que tu seras à l'abri si tu zones avec nous.

Je chasse une mèche blonde que la brise marine vient de m'envoyer devant les yeux. Clyde s'étire et baille à mes pieds avant de quémander quelques caresses pour rappeler sa présence.

- J'imagine que tu as déjà pensé à tout cela, que tu n'es pas venue là sur un coup de tête ou une lubie de femme enceinte bouffeuse de fraises. Je dois juste m'assurer que tu sais ce que tu fais parce que Aaron ne manquera pas de me tomber dessus si je te ramène avec moi au refuge. Un sursaut de bonnes manières me revient. Oh et je suppose que je suis censée te féliciter. Est-ce que le gentil papa est au courant de tes plans ? Je ne voudrais pas devoir calmer non plus un père affolé un de ces quatre.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Jeu 13 Mar - 17:56


We're bound to be afraid,

but making up for all this

mess

Addison & Sonny

Une brise délicate soufflait. Au choix, elle nous accompagnerait toute la journée, ou se transformerait en tempête. Un peu comme mon entrevue  avec Addison. J’ignorais ce qu’elle savait, ce qu’elle ignorait. Aaron avait dit que Genome serait toujours là pour moi, mais me laisserait-il être là pour eux ? C’était question à un million. Mon regard ne se porta que très brièvement sur le chien aux côtés d’Addison, je ne voulais pas me laisser distraire, je ne voulais pas qu’elle pense que je puisse facilement me laisser distraire. C’était une affaire entre elle et moi… et tout Genome. Une histoire de détermination, et j’en avais à revendre. Enceinte ou pas enceinte. Utile, ou inutile. Je savais pertinemment que ma grossesse ne jouerait pas en ma faveur. Si j’avais un doute, son regard suffit à me le faire comprendre. Il paraissait évident qu’à presque sept mois, je ne pourrais ni courir, ni me faufiler… je serai plus un poids mort qu’autre chose sur le terrain. Mais pour avoir fréquenté Genome, je savais aussi très bien qu’ils auraient besoin d’aide à l’arrière du front. Aider les blesser, ça je savais faire. Apprendre à certains à maitriser leurs pouvoirs, je pouvais essayer. Parler et écouter, aussi. Il y avait certainement d’autres petites choses que je pouvais faire. Et c’était elle qui déciderait de mon sort. J’eus un espoir quand elle commença à me répondre.

Le pardon pouvait exister. On pouvait comprendre que j’avais choisi ma famille au détriment du groupe. Je souris, même, quand elle parla d’elle. Nous nous connaissions réellement peu, mais son caractère était plutôt connu à Genome. Car malgré tout ce qui était arrivé, il y avait de forts caractères dans cette organisation. Elle pourrait se relever, elle pouvait faire très mal si elle s’en donnait les moyens. A l’image d’Addison. Je savais qu’il ne fallait pas la chauffer et en même temps, elle était capable de beaucoup de douceur et de justice. De justesse aussi peut-être. Mais une nouvelle fois, mon « état » me revint en plein visage. Oui, j’étais enceinte. Mais oui, j’étais certaine de vouloir rempiler.

« Plus que jamais. Addison… je n’étais pas prête la dernière fois, je ne savais pas non plus ce dont j’étais capable. Mais… Genetic a détruit le centre où je vivais en France. Tussle s’est servi de nous comme des cobayes humains à Halloween. J’ai cru comprendre qu’il y avait eu des combats et des morts. Et ça maintenant ? Quand est-ce que ça va s’arrêter ? Alors oui, j’ai merdé, et je m’en veux. Et ok, je suis enceinte, mais justement, il y a de grandes chances pour que ce bébé soit… Différent lui aussi, comme beaucoup d’autres qui vont naitre, comme le fils d’Anne et Ross certainement. Ce n’est pas que pour nous, ou pour ceux qui y sont restés que je veux aider, mais pour tous ceux qui vont suivre. »

Je repris ma respiration. Au moins, je n’avais pas perdu cette capacité à parler vite et beaucoup.

« On n’est plus en sécurité nulle part, et je le serais peut-être encore pus à Genome que chez moi… »

Après tout, je dormais toutes les nuits dans les bras d’un homme qui pouvait se transformer en lynx à n’importe quel moment et me dévorer tout aussi vite. Je vivais avec un homme qui venait de perdre pieds et qui allait prendre tous les risques pour venger Brennen. J’habitais avec un homme travaillant pour une agence de tueurs qui n’hésiteraient sans doute pas à venir s’en prendre à lui ou à moi au sein même de notre maison. Et Genetic nous retrouverait. Partout. Où qu’on aille. Je me perdis un instant dans la contemplation dans vagues, charriées par la brise, plissant les yeux à cause du sable. La façon qu’elle eut de caresser son chien me rappela panpan. Je n’avais plus d’animal moi… J’eus un petit rire nerveux lorsqu’elle mentionna la lubie de femme enceinte bouffeuse de fraises… Si elle savait que cela m’arrivait… je n’aurais plus aucune chance. Déjà que j’en avais peu visiblement… J’imaginais déjà le sermon qu’Aaron nous passerait. Pour moi, ce serait mérité, et je n’aurais rien d’autre à faire qu’à accepter en silence si je voulais rester à Genome. Toutefois, l’un de ses mots me marqua. Il y avait donc un refuge. Au moins, ils existaient toujours, l’espoir perdurait. Quant à me féliciter… A part en s’appelant Sacha, il n’y avait pas à me féliciter. Et encore moins à parler de gentil papa… Cette fois, je ne pus m’empêcher de rire. Il n’y avait vraiment qu’elle pour penser que Remington pourrait être un père affolé. Je doutais même qu’il soit affolé le jour où j’accoucherai, surtout dans son état. Je me passais la main sur le visage et dans les cheveux, secouant ma crinière noire au vent.

« Tu me féliciteras si j’arrive à lui donner naissance car il n’y a que cela qui me parait infaisable aujourd’hui. T’inquiète pour le père, j’en fais mon affaire et il ne se mêlera pas de cette part de ma vie. Par contre, Aaron nous passera un savon, ça c’est certain. Mais je n’ai pas peur de lui et je ne pense pas que tu en aies peur toi non plus. »

Je lui fis un petit signe pour l’inviter à marcher, alors que son chien nous suivait comme son ombre. Mon bébé commençait à bouger, mais je me forçai à ne pas toucher mon ventre.

« Personne ne débarquera à Genome à cause de moi, je ne referai pas les mêmes erreurs. Tant que je n’aurais pas accouché – et c’est prévu pour juillet – physiquement je… je serai certainement peu utile. Mais je suis sûre que vous aurez besoin de petites mains pour soigner les blessés ou calmer Kensie et ça c’est dans mes cordes. Vous n’aurez pas à me protéger, j’ai une arme et j’ai appris à m’en servir même si je n’aime pas et je prends des cours pour apprendre à me défendre. Sans compter que… si vous avez des noms, il suffit que j’approche d’un de nos ennemis assez pour reconnaitre son « aura » et je pourrais le hanter toutes les nuits, jusqu’à le rendre fou. »

Si elle ne connaissait pas ma capacité, elle me prendrait certainement pour une folle. Elle refuserait peut-être comme Jayden avait refusé que je fasse cela avec Ben Blackwell, mais ça ne coutait rien de demander.

« Par contre, je ne sais pas faire la cuisine, alors j’espère que c’est pas ce que vous attendez là-bas, dans votre refuge… »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Addison Atkins


avatar

Messages : 55

MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Ven 21 Mar - 11:50

Je ne sais pas ce qu'elle vaut dans l'action, au moins elle sait parler. Je respecte cela vu qu'à moi la diplomatie et l'emphase font défaut. Et puis ses propos se tiennent. Si on laisse Genetic faire, ils n'auront sans doute plus aucune limite. Paraît qu'il n'y a pas pire enragée qu'une mère voulant défendre sa progéniture. A part le bidon tout rond évidemment et  le désert sentimental dans ma vie, Sonny et moi avons une part de notre expérience Genome en commun. Je suis donc bien placée pour comprendre ce qu'elle dit et ressent. J'ai quand même quelques doutes tant sur la suite que pour sa sécurité. Même Anne en est venue à avoir ce dilemme : protéger son enfant ou bien les siens. Peut-on ménager les deux ? Pas facile de le dire. Je ne crois pas que je serais douée non plus pour l'instinct maternel, comme l'esprit de famille on ne me l'a pas inculqué. Cela se limitait pour ma mère à savoir me tenir assez loin d'elle avant que je ne sache marcher pour éviter que je tâche ses jolis habits. Si c'est dans les gênes, je suis foutue. Mon regard en tous cas détaille la brune. On dirait plus un gentil petit lapin qui se fera croquer par le premier prédateur venu qu'une louve. D'un autre côté, je suis bien placée pour savoir qu'on ne doit pas se fier aux apparences.

- Ok, ok... Je ne voulais nullement te traiter d'incapable ou dire que tu ne servirais à rien. Je mets juste le doigt là où ça peut faire mal parce que d'autres le feront. J'ai la délicatesse d'un éléphant il paraît, au moins tu seras préparée au pire après moi. Bref, je ne vais pas te réduire à ton état. Je suis bien placée pour savoir ce que vaut la détermination et t'es une grande fille. Donc je considère que tu sais ce que tu fais, du moins tant que tu ne parles pas d'aller poser une bombe chez nos ennemis. C'est juste qu'avec un petit à naître tes priorités vont changer tôt ou tard, faut pas se voiler la face. Tu as quand même raison sur un point : c'est son avenir aussi qui se joue ici.

Sa remarque sur Aaron prêterait à sourire même si cela ne se lit pas sur mon visage. Je respecte beaucoup ce garçon, bien que je ne sois pas toujours d'accord avec lui sur les méthodes. Je hausse les épaules, confirmant que je ne crains pas de me faire taper sur les doigts. J'assume tout ce que je fais, même les pires conneries. On apprend de ses erreurs, je suis retournée à Genome comme ça.

- Ah ça ce sera moins facile de le convaincre. Il croit toujours qu'il est responsable de tout le monde là-bas et que tout ce qui nous arrive est forcément sa faute. Il oublie un truc tout con que moi j'adore : le libre-arbitre. Si je ne suis pas assez maternelle, lui il nous couve trop.  

Ce n'est pas une critique dans ma bouche, plutôt une remarque. Je ne suis pas du tout du genre à débiner les autres et surtout je préfère leur dire leurs quatre vérités en face. Et puis je ne me crois pas du tout supérieure à quiconque pour prétendre mieux savoir comment gérer les choses. Mener un groupe ce n'est pas facile, je me suis endurcie moi alors je suis sans doute moins tendre que lui. On se met à marcher pour le plus grand plaisir de Clyde qui trottine devant et hume la moindre odeur.

- Nous verrons bien, je ne peux pas faire de promesses puisque je n'ai aucune idée de ce qui nous attend. On est en sécurité au refuge, je ne sais pas pour combien de temps. Anne est assez occupée voir préoccupée comme tu t'en doutes. Avoir quelqu'un pour jouer les mamans de service ne sera pas inutile. A toi de voir si c'est un rôle qui te convient ou ce que tu veux apporter à la place, il n'est pas fait pour moi.  

Elle marque un point avec son pouvoir. Son don est assez utile. Il faudra juste s'arranger sur le terrain avec son handicap provisoire. Je sens déjà que O'Hara ne va pas apprécier. Tant pis, je ne veux pas faire de coup d'état mais on trouvera bien un moyen.

- Genome s'est sacrément ramassé là, je ne vais pas mentir et te servir un discours tout fait sur notre combativité ou je ne sais quoi. Certains d'entre nous sont toujours prêts à se battre, d'autres peinent à se relever. Les pertes ont été lourdes et chacun vit ça à sa manière. Des bras en plus ne seront pas de trop et visiblement tu sais dans quoi tu mets les pieds.

Nous suivons le sentier qui longe le rivage, ne croisant que quelques promeneurs ou coureurs. Chacune de nous se tait quand quelqu'un avance à notre hauteur. On a appris la prudence j'imagine et la méfiance aussi.

- Ne t'en fais pas, je ne te recrute pas pour jouer les Cendrillons. C'est vrai qu'on a pas mal de bouches à nourrir, on a repris le rythme de l'ancien QG. Les tâches sont assez bien réparties et tournent entre les résidents.

Mon regard se perd vers l'horizon un moment, je repense à Tom, à ces derniers jours et à ce qui nous attend. Je ne sais pas où je vais, je suis certaine par contre d'où je veux aller. Reste à savoir ce que je trouverai en chemin et à l'arrivée.

- Tu as peut-être des questions sur le refuge, ce qui s'est passé à l'ancien quartier ou ce genre de choses ?
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Mer 26 Mar - 14:02


We're bound to be afraid,

but making up for all this

mess

Addison & Sonny
Aller poser une bombe chez Genetic. Ce serait une solution. Bien méritée au demeurant. Qu’ils sachent un peu ce que cela faisait que d’être touché en son sein, de ne plus se sentir en sécurité nulle part, de se coucher en sachant que dans l’obscurité quelqu’un attend pour vous détruire. Ceci dit, cela reviendrait à utiliser leurs méthodes… elles seraient certes efficaces mais encore fallait-il que l’on vive avec cela sur la conscience. Nous n’étions pas une force de frappe, nous devrions utiliser des méthodes plus utiles, et j’étais prête à être mise à contribution sur ce point. Si on me laissait faire. Je comprenais Addison. Ce bébé occupait déjà énormément de mon temps et de mes pensées et je voulais être une bonne mère pour cet être qui n’avait rien demandé à personne, tout en étant un bon élément pour Genome. Même si mon bébé serait prioritaire. Mais cela ne voulait pas dire que j’abandonnerai de nouveau Kensie et les autres. Il me faudrait trouver un autre équilibre, mais j’étais bien décidée à changer. Je ne pouvais plus être cette gamine insouciante et irresponsable que j’étais jusqu’à présent… Non. Ça, c’était fini.

« Mon but sera de le protéger, oui. Bien sûr qu’il sera ma priorité. Mais… les femmes qui bossent. Les femmes dans l’armée, les femmes… les femmes en général, elles ont leur enfant en ligne de mire, mais ça ne les empêche pas d’être forte et de ne pas perdre de vue leurs idéaux. Dans tous les cas, notre priorité, pour cet enfant et pour tous les autres, c’est de mettre un terme aux agissements de Genetic. Et je suis bien décidée à le faire, avec ou sans vous, mais ce sera plus difficile sans vous. »

Quelque chose s’était cassé en moi, quand j’avais surpris Rem faisant ses valises. Une part de moi était morte, mais une autre était née. Plus forte, plus déterminée, plus consciente aussi. Même si beaucoup ne croyaient pas en elle et voudraient la tuer dans l’œuf. Peut-être pas Addison avec un peu de chance. Elle semblait avoir compris beaucoup de choses me concernant, et elle avait bien conscience que Genome avait besoin de toutes les bonnes volontés qui voudraient bien se lier à l’organisation. Je ne valais pas grand-chose, mais j’étais là. C’était déjà ça, non ?

« Vous vous complétez au moins. Et pourquoi il veut que tu sois la maman de tout le monde. Sans vouloir te vexer, t’as un fichu caractère, et je t’imagine plus en grande sœur qu’en maman poule. Ceci dit… j’ai fait une grosse bêtise. Je ne la regrette pas, j’étais persuadée d’être dans mon bon droit. Mais aujourd’hui, je referai les choses différemment. Même si je pense qu’on va m’en vouloir à cause de la personne que j’aime. Ça, je ne le changerai pas. Mais… J’ai appris certaines choses. J’ai… changé et je ne mêlerai plus ma vie privée et Genome, même si… ça va forcément se mêler… vu ce qu’il s’est passé. Navrée pas de preuve à apporter, ni à Aaron ni à toi, mais je comprendrais si vous imposiez une sorte de… mise à l’essai. »

Je ne savais pas trop en quoi elle pourrait consister, mais ce serait étonnant que je passe au travers. Surtout que Rem s’était trouvé à Genome, surtout que… Le protéger me rendait complice et tout le monde, là-bas, saurait que je vivais avec quelqu’un qui était un ennemi de Genome. D’un autre côté, cela me permettrait de prouver à Kensie et Aaron que j’avais décidé de grandir et que pour une fois, je faisais des choix réfléchis et conscients. Des choix pour moi. Je ne savais juste pas réellement ce que je pourrais apporter, mais c’était là-bas qu’était ma place. C’était la seule certitude que j’avais. Et la maman de service ? Je souris à cette remarque. Je savais calmer kensie et je savais que chez certains, leur rentrer dedans était la pire chose à faire. Non, certaines personnes ne réagissaient pas à l’attaque frontale et les secouer ne servaient à rien. Pour quelques-uns, de la patience et du dialogue seraient bien plus efficaces. Est-ce que je saurais faire, en attendant de pouvoir me battre réellement ? Bonne question.

« Une sorte d’entrainement avant que j’ai le mien, c’est ça, je m’occuperai de dizaines d’enfants plus vieux que moi ? J’en sais rien. J’ai le contact facile, si ça peut aider alors je suis partante. Mais je crois que je ne suis pas aussi douée qu’Anne pour parler aux jeunes mutants… »

J’avais encore le souvenir de mes échecs cuisants avec Drew… il n’avait pas voulu apprendre à maitriser sa capacité malgré toutes mes mises en gardes. Alors est-ce que je saurais convaincre d’autres personnes ? Ou est-ce que je saurais les aider psychologiquement ? Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir après tout.

« D’un autre côté, à part parler, je n’ai pas beaucoup de talent. Alors j’accepterai n’importe quel rôle que vous voudrez bien me donner Aaron et toi. Donc prendre le relais d’Anne tant qu’elle s’occupe de son bébé, pourquoi pas. Mais simplement, je ne veux pas être dispensée d’entrainement. Je veux dire, je le fais de mon côté, mais je ne veux pas m’encrouter, je veux pouvoir me battre si vous en avez besoin. »

Tout comme mon don. Je pouvais m’en servir contre Genetic même si on me l’avait interdit jusqu’à présent. Mais nous devions penser à autre chose qu’à protéger quelques individus – dont moi. Nous nous battront pour une cause, qui nous dépassait tous. Et il faudrait du temps pour que le combat soit équitable après un tel fiasco.

« L’endroit où j’ai grandi a été réduit en cendres par Genetic. Il n’y avait que des gosses, tous morts. Oui, ils n’en sont pas à leur premier coup, alors je sais ce que ça fait. J’étais morte de trouille et j’ai quitté mon pays après ça. Je suis bien placée pour savoir ce que certains peuvent ressentir. »

Quant à participer aux tâches… je le ferai, même si ce n’était pas vraiment mon truc. Quoique… depuis quelques temps, nettoyer me permettait de me vider la tête. Alors peut-être que je serai plutôt douée dans ce rôle… J’avais jamais vraiment participé à la vie en « communauté » de Genome. Et je vivais toujours chez moi, avec Rem, alors je ne serai jamais vraiment une résidente à part entière, mais je contribuerai.

« Qu’est-ce qu’il y a à dire ? Genetic a attaqué. Kensie m’a dit qu’ils n’étaient pas seuls. Il reste plus rien, je suis allée voir. On a des noms ? Des infos sur des membres de Genetic ? Si je peux en approcher et en rendre dingues… Je sais pas. Pour ce refuge, vous êtes vraiment en sécurité ? Vous surveillez les parages ? Vous êtes surs qu’ils n’y a pas de taupes ? »

Le chien d’Addison me bouscula légèrement au passage et je me rendis compte que je devais être plus que pénible avec toutes mes questions. Comme s’ils n’y avaient pas déjà réfléchi ! C’était idiot.

« Désolée. J’aimerai bien voir ce refuge, je n’en avais jamais entendu parler avant. Aaron avait un second local qu’il gardait au cas où ? »

Un coureur nous frôla, je suspendis mes paroles. Les oreilles étaient partout, et nous n’étions plus en sécurité nulle part.

« Pas de représailles pour l’instant je suppose ? On reprend des forces ? »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Addison Atkins


avatar

Messages : 55

MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Lun 7 Avr - 8:04

Sonny n'a pas tort concernant ces femmes qui arrivent à ménager boulot et éducation. Je ne peux m'empêcher de penser malgré tout que les deux en pâtissent au moins un peu dans la majeure partie des cas. Il sera toujours temps d'aviser si un problème survient, je vois déjà venir les remontrances d'Aaron à mon égard. C'est curieux, d'habitude je m'en fous de contrarier les gens, d'être pointée du doigt ou de provoquer des désaccords. Là ça me fait chi... ça me gonfle en somme. Il me fait de plus en plus confiance et je respecte ce garçon. J'ai néanmoins l'habitude de me fier à mon instinct ou disons à cette petite voix intérieure qui analyse tout. Or je suis tentée de croire que la petite demoiselle au ventre rond a son rôle à jouer dans l'histoire à venir. Et puis les derniers événements ont prouvé une nouvelle fois qu'on ne fait pas le poids contre le colosse que représente Genetic. On ne peut pas refuser de l'aide. Je me contente d'acquiescer à ses propos pour le moment, sans émettre mes doutes et mes objections. Elles ne tiendront pas face à sa résolution et je n'ai pas envie qu'elles tiennent pour le coup. Contrairement à ce que pensent ceux qui me connaissent mal, je ne tiens pas toujours à avoir raison.


- Ah non O'Hara n'a rien demandé de tel, le pauvre. Il sait bien comment je suis, comment je fonctionne. C'est plutôt moi qui fais le constat que ma méthode ne fonctionne pas sur tout le monde. Écouter, caresser dans le sens du poil, être patiente et compatissante c'est pas là où j'excelle. Quand ça ne va pas moi je bouge, je secoue, je prends le taureau par les cornes. Je ne reste pas assise à larmoyer, alors face aux comportements inverses du mien j'ai rarement la bonne attitude. C'est un simple constat.

Je suis bien consciente de tout cela, je n'ignore pas que la méthode douce fonctionne aussi. Seulement douceur ne rime pas tellement avec Addison. Il est possible que ce soit parce que j'en ai manqué dans mon enfance. Cela ne me parle pas trop quoi qu'il en soit. Je suis du genre électrochoc moi, sauf que certains quand on les secoue ils sont pleins de larmes. J'ai beau avoir la tête dure et passer parfois pour une sans-cœur, je n'aime pas faire pleurer les gens.

- Bof, tu sais nous ne sommes pas une entreprise qui va te faire signer un contrat pour la vie. Bien sûr pour fonctionner, Genome a besoin d'un véritable engagement. C'est presque un sacerdoce, tu sais à quoi t'attendre il me semble. Je doute que tu prennes cela comme un loisir entre deux layettes à tricoter. De toute façon seul le temps nous dira si j'ai eu raison de te ramener avec moi ou pas.

Y a quand même une chose qui me fait tiquer dans ses paroles. Je me sens donc obligée de revenir sur ce détail, qui n'a pas l'air d'en être un.

- La personne que tu aimes ? Pitié ne me dis pas que gentil papa est un brave monsieur au grand cœur de chez Genetic parce que là je te plante ici. Je veux bien que l'amour soit aveugle et-cetera et en effet, tu es libre de coucher avec qui bon te semble... Ce serait sacrément irresponsable de ma part de t'ouvrir notre refuge si tu côtoies notre ennemi jour après jour.  

Je m'arrête brusquement sur le chemin pour me tourner vers elle. C'est un point de notre échange qui mérite un sérieux éclaircissement. Je me fous bien de paraître intrusive. D'habitude je ne m'intéresse pas à qui couche avec qui, seulement les confidences sur l'oreiller cela peut s'avérer dangereux pour nous. Ce n'est pas que ma sécurité que je vais mettre dans la balance.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   Ven 11 Avr - 15:23


We're bound to be afraid,

but making up for all this

mess

Addison & Sonny
Du genre rentre dedans. Oui, ça ne m’étonnait pas de ce que j’avais pu voir d’Addison. Par contre, il fallait se rendre compte d’une chose : je genre d’attitude – foncer dans le tas en détruisant tout sur son passage – ça pouvait avoir précisément l’effet inverse à celui recherché et briser un peu plus la personne en face. Parfois, il fallait simplement prendre le temps. Ecouter et discuter. Si cela pouvait aider quelques membres de Genome, il m’arrivait de savoir me taire pour laisser les autres s’exprimer, et suite à une bonne discussion, d’aviser la meilleure marche à suivre. Au moins, Addison n’était pas bornée et savait que son attitude ne fonctionnerait pas à coup sûr. Je ne savais pas bien quel pourrait être mon rôle dans l’organisation mais parler et discuter, je saurais faire. Par contre, je voulais qu’elle comprenne bien. Je savais ce qu’avait fait Remington. S’il ne m’avait rien dit, je l’avais vite deviné, soupçons confirmés par Kensie. Je savais que tout le monde savait et me pointait du doigt. Je savais que je m’en prendrai plein la tronche, qu’on m’accuserait de le défendre, ou pire, de lui donner des informations. Après ce que j’avais fait, ce serait certainement de bonne guerre, mais si Kensie, avec toute la haine qu’elle vouait au père de mon bébé avait su me faire confiance et m’autoriser un accès à Genome, alors les autres finiraient aussi par comprendre que pour moi aujourd’hui les choses étaient clairement définies et séparées. Je voulais aussi être claire avec elle sur ce point, avant de l’interroger sur la suite, puisqu’elle m’avait autorisée à lui poser toutes les questions qui me viendraient à l’esprit.

Sauf qu’au lieu de me répondre, elle revenait sur une de mes phrases, dites genre cinquante ans plus tôt. Le papa à Genetic ? Bordel mais… c’était elle à qui Aaron faisait confiance pour recruter et personne ne lui avait dit ? Ça n’était pas logique… Elle savait forcément qui avait tué Adam. Kensie l’aurait forcément dit. Elle n’avait tout de même pas gardé le secret ? Si ? Son amitié pour moi allait-elle jusque-là ? Jusqu’à ne pas révéler aux têtes du groupe qui avait tué Adam, que c’était le mec qu’ils avaient laissé filer de Genome à cause de moi ? Même si je savais pertinemment qu’il n’avait pas utilisé ce qu’il savait pour attaquer, jamais il ne m’aurait trahi à ce point. Je ne l’aurais jamais cru… Kensie l’avait « protégé » ? Ou Addison n’était-elle pas du tout au courant des petits secrets qu’Aaron gardait ? Il me fallut faire un choix, très vite… Je fis peut-être le mauvais.

« Il n’est pas de Genetic, rassure-toi, je l’aurais tué de moi-même sinon. Je ne fais pas de confidences sur l’oreiller, si c’est ce qui te fait peur. Quand je couche avec le père de mon bébé, j’ai d’autre chose à faire que lui décrire par le menu les plans d’accès à Genome. Et nous sommes très clair lui et moi, on ne parle jamais du boulot. Car ce sera un peu mon boulot. Si je te dis ça, c’est parce qu’il a déjà fait un tour par l’infirmerie de Genome, et il n’est pas vraiment… sociable, donc il a un peu remué dans les brancards, ce qui n’a pas plu. Il ne se mêlera pas de cette part de ma vie, crois-moi, il ne veut strictement rien savoir de l'organisationet préfère s’en tenir bien à l’écart. »

En soi, je n’avais pas menti et si Kensie avait tenu sa langue, Rem serait à jamais celui qui avait tenu tête à Aaron dans l’infirmerie des anciens locaux. Il ne serait jamais celui qui avait tué Adam. Ce n’était pas très réglo de ma part et elle aurait toutes les raisons du monde de me casser la figure le jour où elle apprendra la vérité, mais je ne pouvais pas courir le risque qu’elle me plante là, sans me laisser ma chance, juste parce qu’elle me penserait trop faible pour aller au bout de ma résolution. Alors ouais, je n’avais pas dit la vérité et c’était dégueulasse, mais j’étais prête à prendre le risque, car Genome ne pouvait pas de permettre de perdre une bonne volonté juste parce qu’ils avaient la trouille.

« Avec ou sans toi, j’aiderai Genome, d’une façon ou d’une autre, et je lutterai contre Genetic. Ce sera juste plus difficile si tu ne m’aides pas, je te l’ai déjà dit. Donc Si tu ne me fais pas assez confiance et que tu ne veux pas répondre à mes questions, autant ne pas perdre de temps et repartir chacune de notre côté. Mais je ne laisserai pas tomber pour autant, à toi de me dire si vous pouvez vous passer d’une aide supplémentaire surtout en ce moment. »

Je croisai mes bras sur la poitrine et gardai les yeux dans les siens, attendant sa décision.


_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: We're bound to be afraid, but making up for all this mess   

Revenir en haut Aller en bas
 

We're bound to be afraid, but making up for all this mess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: VENICE BEACH-