..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon voisin le tueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

Sacha M. Kwon

Messages : 6278

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Mon voisin le tueur   Lun 10 Fév - 14:48

9 mai 2011

J’ai passé ces deux derniers jours à chercher un nouvel endroit où vivre. Depuis que j’ai rejoint Genetic, je n’ai pas dormi dans mon appartement. Il ne me rassurait plus et je  m’y sentais à l’étroit. Ce n’était pourtant pas une question de place. Le problème était ailleurs, il venait de moi. Chaque fois que je franchissais le seuil de la porte, je ressentais un mal être, mon estomac se nouait naturellement. Je suis retourné chez mon père en attendant de trouver un autre endroit où vivre. Peut-être que je cherchais à construire une nouvelle ère, plus radieuse et qu’un nouveau paysage m’y aiderait. Je demandais une place plus aérée, tranquille, loin de la proximité imposée par les bâtiments du centre où j’avais vite fait de me sentir étouffé.

Hier, mon père m’avait surpris fouinant sur des sites spécialisés dans la publication d’annonce pour des logements. Il ne me posa aucune question m’indiquant seulement, à titre indicatif, que la maison sur le pan ouest de Los Angeles de mon oncle et ma tante était inoccupée depuis quelques jours. Ma curiosité m’avait poussé à savoir pourquoi et où ils étaient partis. Les seules informations que je lui ai soutirées étaient que son frère et sa femme avaient débarqué à Tokyo pour raison professionnelle. Ils avaient des affaires à régler. Je n’eus pas d’autres nouvelles. C’était rassurant de voir à quel point la communication fonctionnait dans cette famille. Bref. Ce qu’il fallait en retenir c’est que mon père avait les clés. La porte était donc grande ouverte pour m’accueillir. Y emménager me laisserait le temps de m’installer sereinement, sans jouer contre le temps, avant de faire des recherches pour un nouvel appartement. Genetic payait assez pour vivre correctement mais de là à investir dans l’immobilier. A voir. Je songerai à trouver un second emploi si mes goûts seraient trop luxueux.

Autre nouveauté et pas des moindres : j’ai adopté un chien. Un chien de garde, un super beagle. A l’heure actuelle il n’est encore qu’un chiot, mignon et sans danger mais dans quelques mois, Pikachu sera craint par tous les autres chiens du quartier. Il est âgé de deux mois et était le dernier d’une portée de cinq chiots, exactement comme moi. Il est joueur et particulièrement affectueux. Il avait passé toute la journée d’hier chez mon père, le temps que je me charge de mes affaires.

Le déménagement a été assez rapide puisqu’il n’y avait pas de mobiliers à démonter, charger et décharger pour remonter. Le plus gros du travail avait été mes fringues et des objets en tout genre comme la décoration, les films, la vaisselle et j’en passe. En sachant que j’emménageais pour une durée déterminée, il est inutile de retaper la baraque, mon passage devra rester inaperçu. Ce changement fut si précipité que je n’ai averti personne. En fait, je ne suis pas encore certain de vouloir passer le mot à tous. J’ai tellement accumulé de boulets depuis quelques mois que je suis devenu plus farouche en quelque sorte. C’était dans l’esprit de Genetic après tout, il fallait croire que j’étais déjà formaté à leur image. J’espérais que non, que je demeurerai ce garçon sympathique, spontané et amusant que tout le monde connait. Mais est-ce compatible avec ma nouvelle situation ? J’aurai tout le temps nécessaire pour me prendre la tête et y réfléchir quand je m’emmerderai. Là, j’avais encore quelques cartons à ouvrir. Je déballais un à un mes vêtements, les rangeant dans une des chambres. Après ça, mon emménagement devint officiel.

Une fois que cette tâche fut terminée, je descendis me retrouvant confronté à la porte grande ouverte menant sur l’extérieur. Pikachu s’était sauvé. « Putain quel con ! » M’exclamai-je avant de déguerpir.  Je l’ai depuis hier ce chien et il a déjà fugué mais surtout j’habite depuis moins de vingt-quatre heure dans cette baraque et je provoque déjà les cambrioleurs.

Je m’arrêtai tout de suite devant l’entrée du portillon. « Pikachu !!! » Je criai dans ce quartier réputé pour être paisible. Ça, c’était avant que je débarque. Certes, ça ne faisait que deux jours que j’avais Pikachu et j’ai passé peu de temps avec lui, mais merde j’y tenais à ce chien ! « Pikachu !!! » Hurlai-je à nouveau. Je regardai dans chaque direction, tentant même de m’imaginer à sa place pour savoir quelle rue semblait la plus attrayante pour un chien.  « Pikachu !!! » Je commençai à m’avancer alors, laissant le hasard décider. C’était qu’un chiot, il ne pouvait pas être allé très très loin. Le souci, c’est qu’il pouvait être caché n’importe où. « Pikachu !!! » Je pris conscience qu’il était trop jeune pour reconnaître son nom. Cependant, je ne perdis pas espoir et entourai mes lèvres de mes mains pensant que cela élèverait ma voix dans un diamètre plus long. « Pikachu !!! » Voilà, il fallut que je crie son nom cinq fois pour réaliser la stupidité de la situation et l’horrible nom que j’avais affligé à mon chien... Pourtant, je l’aimais.

Le portail de mon voisin était ouvert. Avec de la chance, il avait foncé tout droit. Je courus alors rapidement pour toquer à sa porte.

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Mer 12 Fév - 21:11

C'était une belle journée. Enfin c'est ce qu'on pourrait penser; vu qu'il fait un soleil qui réchaufferait une frigide, qu'il y'avait pas un chat dans le quartier, et qu'Andrew revenait de déplacement. Les nouveaux propriétaires de son ancienne maison avait retrouvé des affaires personnelles de ses parents lors d'un rangement, et ils avaient contacté Andrew pour savoir s'il désirait les prendre ou pas.

Il valait mieux les récupérer. Ils risqueraient de les garder au lieu de les détruire, et au pire ils les vendraient au premier inconnu. Sacrilège ! Si de mauvaises personnes s'appropriaient des affaires personnelles, Dieu seul sait ce que dans ce monde de fou ils seraient capables. Manqueraient plus qu'ils clonent Andrew ou pire, lui fasse du vaudou. Bien que toutes ces idées soient farfelus, c'est plus pour le côté sentimental. Savoir qu'il existait quelque chose que ses parents avaient gardé secret allumait en lui un feu de connaissance et d'incompréhension. Qui sait ce qu'il découvrirait?

Il était arrivé il y'a à peine dix minutes, et pressé comme un gamin le jour de son anniversaire, il ne prit même pas la peine de refermer le portail derrière lui. Il avait tout juste éteint sa moto-cross et mit le cale-pied, qu'il avait déjà emmené la grosse boite noire dans son salon. Il se posa en face d'elle, et la regarda fixement avant de s'emparer d'un pied de biche et de défoncer littéralement le maigre verrou qui protégeait la boite.

Alors qu'il était sur le point d'ouvrir, il entendit un bruit sourd contre la porte. Mince, ça devait forcément être des gens malintentionné. Repoussant d'un coup de pied la boite quelques mètres plus loin contre le mur, il fonça vers la porte. Jetant un oeil dans le judas, il s'aperçut qu'il n'y avait personne. Ou plutôt, c'était ce qu'on essayait de lui faire croire. Soit c'était des méchants, ou alors c'était le sale gamin de la maison d'a côté qui lui faisait encore le coup de frapper à la porte puis de se tirer depuis qu'Andrew lui avait crevé son 4eme ballon de basket en 3 semaines.

Il ouvra la porte un grand coup, pied de biche à la main, prêt à malmener le premier malandrin venu! Et tout ce qu'il vit, c'était une boule de poil bicolore qu'on aurait pu confondre avec deux chaussettes dépareillées si il n'avait pas une langue toute rose qui sortait de sa bouche pas plus grande qu'un bouchon de coca. Et il était toujours là, le bras droit au dessus de sa tête, tenant fermement son pied de biche.

Et il le vit débouler dans sa cour. Son nouveau voisin d'en face. Andrew fit immédiatement le rapprochement. Ca devait être son chien. Son SUPER MIGNON PETIT CHIEN BORDEL DE MERDE. Il en tourna légèrement la tête sur le côté en le voyant, si c'est pour vous dire. Il avait dû se sauver, c'est joueur et surtout curieux à cet âge là, comme nos bébés à nous si on veut.

Ca aurait pu presque être une de ces pubs où tout un enchaînement de choses improbables se passent et finissent par conduire une personne dans une situation grotesque et surtout mal interprétée. La petite bête le regard ébahi, Andrew le bras en l'air menaçant l'animal avec un pied de biche.

C'est donc tout naturellement qu'il ne put s'empêcher de lâcher un :

- Oh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

Sacha M. Kwon

Messages : 6278

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Jeu 13 Fév - 22:57

J'aurais dû m'y attendre. J'aurais dû me préparer à ce qu'il y ait, au minimum, un dégénéré parmi mes nouveaux voisins. J'aurais juste espéré ne pas le croiser. C'était sans compter sans mon fabuleux chien qui, visiblement, avait hérité du même don que moi. Il était capable de se jeter dans la gueule du loup en un temps record. Pikachu allait me demander d'être responsable. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle j'ai souhaité avoir un chien. J'ai pensé gagner en maturité en prenant soin de quelqu'un d'autre que de ma petite personne. C'est mal barré.

J'accourus dans ce jardin inconnu espérant apercevoir mon chiot se prélasser dans l'herbe mais je fus contraint de stopper ma course devant cette vision plus que suspicieuse. Qu'est-ce cet homme fait à lever un pied de biche devant mon chien ? Dans une vie plus drôle, il aurait été un petit vieux agitant sa canne face à quelques petites canailles le taquinant. Sauf que Pikachu est un être innocent. Comme moi.

Il y eut ces quelques secondes de flottement. Je le fixai d'une façon anormalement neutre, ne semblant pas encore tout à fait assimiler les faits dont je fus témoin. Mais surtout, ce sont ses sourcils curieusement épilés qui avaient attiré mon attention dans un premier temps. Ma première réaction aurait été de crier à Pikachu : « attaque éclair », cependant, je n'étais pas certain qu'il réagisse. Il y eut alors ce conflit en moi entre le gamin impulsif qui lui aurait défoncer la gueule sans attendre et l'homme plus sage que j'aspirais à être. J'étais ici pour changer bien des choses dans mon comportement et ça commençait maintenant.

« Si tu le touches, je t'empale sur ton pied de biche. » Certes ; il a six abdomens et quatre pectoraux de plus que moi et fait deux fois ma carrure mais même pas peur. Faut être complètement taré pour s'en prendre à un chiot inoffensif. J'étais au maximum de ma sagesse et je pris difficilement sur moi pour ne pas lui foncer dessus et le plaquer avec la vivacité d'un joueur de football américain.

Mon regard devint accusateur. Mon minois bien moins innocent que d'ordinaire. Au moindre mouvement, je me tenais prêt à le charger. Cette situation était un test. Milo m'avait fait promettre d'être plus sage. Je me souviens précisément de ses mots : « apprends à te canaliser ». Il abhorrait la violence et ne supportait pas ce trait de caractère chez moi. Il avait été sensible à mes pleurs alors que mon agressivité lui faisait prendre de la distance. Il y avait une évolution du tout au tout entre l'emportement du gymnase où je lui avais fait atteindre ses limites et cette nuit où il m'avait pris dans ses bras parce que je n'avais plus la force de me battre. C'était ça son message. Je pouvais hurler, taper le premier venu, avoir la haine contre X... Il ne cautionnerait jamais cette violence. Ce fut un sujet de discorde. Par contre, le deal c'était d'exprimer autrement mes sentiments et si je faisais ça, il m'avait promis qu'il serait là. Ça me paraissait bien. Je luttais alors contre ma nature me contentant pour l'instant de menacer un homme que j'aurais déjà envoyé aux urgences il y a quelques jours.

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Lun 24 Fév - 20:22

- Tu... Quoi?

Andrew rêvait éveillé. Il était sérieux le gamin? Andrew devait avoir quoi, 10 ans de plus que lui ( bien qu'il ne les fasse pas évidemment ) et lui avec ces deux trois poils pubiens il croyait sérieusement pouvoir lui faire des menaces? Il ne savait clairement pas qui Andrew était. Il était arrivé comme apprenti tueur à gage ascendant maladroit à l'Agence, mais depuis ses entraînements avec Mr Remington qui lui avait inculqué moult techniques létales, plus certaines encore plus douloureuses - si si c'est possible, il n'avait plus rien de l'avorton gringalet qui était arrivé comme une fleur à L.A.

Il regarda le jeune homme de haut en bas, rangea son pied de biche derrière la porte et la ferma derrière lui en avançant vers son nouveau voisin. L'ambiance devint soudainement électrique. On aurait pu se croire à un combat de coq, ou de chiens dis donc, tellement il y'avait de phéromones projetés dans l'air à ce moment là. Il devait être à quoi, une dizaine de de centimètres de son interlocuteur, si ça n'avait pas été dans ces circonstances, on aurait presque pu croire qu'ils flirtaient ensemble.

- T'es sur ma propriété, j'ai le droit de te plomber l'estomac dans toute la légalité possible, et tu oses encore me menacer?

Il soutint son regard une dizaine de secondes, qui parurent une éternité. On ne menaçait pas Andrew. Il avait tendance à agir avec une partie du cerveau qui ne connaissait pas la logique ni les bonnes manières, et était souvent prompt à improviser. Mais on ne déconnait pas lorsqu'il s'agissait de menaces. Ca pouvait mener très loin, et l’hôpital le plus proche ça faisait une bonne balade en ambulance.

Le chiot tournait autour d'eux, jappant, sautillant, ne comprenant visiblement pas ce qui pouvait exploser à cause de son escapade. L'innocence à l'état pur, l'incompréhension la plus totale vis à vis des événements qui se déroule autour de lui.

Andrew n'avait nullement envie de taper ce jeune homme. Sa colère était compréhensible, il voyait quelqu'un qui lui tient à coeur en danger, et il réagissait au quart de tour. A quelques différences près, c'était le même schéma pour Andy. Il aurait été capable du pire si on s'avait menacé les gens qu'il aimait. Du pire, à aller en prison. Parfois, il se dit qu'il n'en peut-être pas assez fait avant que ses parents ne disparaissent, mais très vite ses idées noires se volatilisent en pensant à tout ce qu'il a accomplit depuis qu'il est arrivé à L.A.

Andrew ramassa le chiot et le tendit à son propriétaire. La violence ne résoudrait rien, et il ne tenait pas à faire de vagues dans le quartier qui était à l'ordinaire si paisible. Ils s'étaient tous les deux emportés, c'était balaud, et il n'y avait pas de quoi faire couler du sang de la figure de jouvenceau.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

Sacha M. Kwon

Messages : 6278

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Mar 25 Fév - 18:49

Je n'avais pas baissé le regard. C'était une question de fierté et de confiance. Il aurait pu garder son arme, s'avancer, me mettre autant la pression qui le voulait, ça n'aurait rien changé. Je fixai son regard sans vaciller, sans cligner, n'attendant qu'une chose : qu'il me frappe. Ça m'aurait ensuite donné tout le loisir de lui rendre deux fois ses coups. C'était considéré comme de la légitime défense et ça, Milo ne pourrait m'en blâmer. Je lui avais promis de ne plus être violent, ce sera un travail de long haleine...

Heureusement, la pression chuta rapidement. Pikachu nous alertait de sa présence en sautillant tout autour de nous. Il était très loin du chien de garde que j'avais imaginé mais soit... On dira qu'il est dangereux à sa façon. Mon voisin le prit dans ses bras et me le donna. « Pikachu ! » Dis-je avec un grand sourire. Je le serrai contre moi, lui donnant quelques caresses sur le crâne alors qu'il s'agita en réponse à mon enthousiasme. Pikachu n'avait que deux mois mais il était particulièrement énergique.

Je le calmai alors pour reporter mon attention sur l'autre individu. « Pardonnez-moi monsieur Myers, je vous ai mal jugé. » Oh, je n'étais pas – encore – devin. J'avais seulement aperçu son nom figurant sur sa boîte aux lettres. Même si ce n'était qu'un malentendu, la scène avait été si particulière que je m'étais montré menaçant. Milo avait raison, j'aurais évité bien des ennuis si seulement j'apprenais à réfléchir avant d'agir. Il n'était pas trop tard pour slalomer entre les erreurs à venir.

Je déplaçai mon chien sur  le côté, le soulevant qu'avec un seul bras. « Je m'appelle Sacha. Je vis en face » J'avançai ma main droite par respect. C'était une façon de me faire pardonner et de partir sur une nouvelle base, moins méfiante. Je n'avais pas voulu qu'on commence par là mais c'était ma façon de défendre les gens que j'aimais. Et ça comprenait mon chien dorénavant. J'espérais que monsieur Myers le comprenne, ne voyant chez moi qu'un gamin impulsif mais protecteur. Il aurait tout le temps, s'il le souhaitait ou si les occasions s'y prêtaient, de m'enchérir d'autres qualités et d'autres défauts.

« Vous me conseilleriez d'avoir un pied de biche chez moi ? » J'avais cru que le quartier était calme mais si Andrew dégainait le pied de biche dès qu'il y avait un tantinet d'agitation à l'extérieur, il faudrait peut-être que je pense à me procurer une arme. A moins que mon arme soit Pikachu... Je ne parierai pas sur la dangerosité de la chose mais bon... « A défaut d'un pied de biche, je m'équiperai au minimum d'un bouclier en polycarbonate. Je tiens pas à me faire tabasser pour une broutille... » Je pris deux secondes pour réfléchir au sens de ma phrase. Quelque chose clochait... « Enfin... Rassurez-vous, je ne viendrai pas non plus tous les jours. » C'était pas mon intention. Mais le rôle du voisin consistait bien à dépanner l'autre comme par exemple en cas de besoin vitale de ressource en mayonnaise ou encore pour apprendre à démarrer la tondeuse...

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Mar 25 Fév - 22:59

- Ce n'est rien Sacha. Je m'appelle Andrew.

Ca ne servait à rien de mentir sur un faux prénom, ils seraient forcément amenés à se revoir dans le quartier et un vite tour des autres habitants lui révéleraient certainement cette information. Il serra la main de son nouveau voisin fermement, afin de sceller cette nouvelle rencontre dans un état de respect et non de violence. Ce n'était pas le but qu'il s'était donné en arrivant ici de se mettre tout le quartier à dos, et jusqu'à présent il s'était bien débrouillé. Un voisin sans histoires, qui disposait visiblement de moyens puisqu'il passait qu'une infime partie de son temps dans sa demeure.

Entre les contrats et les besognes à l'Agence, Andrew n'avait malheureusement pas énormément de temps à consacrer pour lézarder chez lui comme bon lui semble. Bien qu'il ait un attrait tout particulier pour la position allongé-une-jambe-par-terre dans le canapé tout en matant un bon match de basket. Il s'était trouvé une maison où il y faisait bon vivre, pour le peu de temps qu'il y passait. C'était le plus important, après tout. Il aurait pu se faire loger chez Alejandro, ou du tout moins tout près, et être proche d'un membre de l'Agence, mais il avait besoin d'un lieu qui ne lui rappelle pas le boulot et qui de surcroît ne puisse pas être relié à l'Agence. Et un local près d'un autre membre n'aurait rendu le travail d'un fouille-merde encore plus aisé.

Un pied de biche? Un bouclier en polycarbonate? L'avait-il si troublé que ça? Bon, ok le quartier était sympa et calme, mais quand même, il n'avait jamais vu un voisin tirer une arme à feu de derrière sa porte pour tirer sur mec qui posait une pêche sur son jardin? A croire que la ville de naissance d'Andrew était plus aliénée qu'Andrew croyait. Mais ça n'était pas le cas de tout le monde? Ca se faisait quand même. Les voisins teigneux qui sortent la batte de base-balle pour cogner sur le malotru qui vient sonner à leur porte tous les matins à 04h30. Non, personne?

Andrew rigola doucement avant de répondre. Il lui tourna le dos et se dirigea vers la porte de sa maison, tout en indiquant à Sacha le portail encore ouvert derrière lui.

- Ferme le j'te prie. Non je ne pense pas qu'un pied de biche ou un bouclier soit d'une quelconque aide ici, plutôt une insigne quarantaine pour éloigner les démarcheurs et autres fanatiques religieux cherchant à te rallier à leur secte. T'as soif?

Il laissa la porte ouverte en entrant dans sa maison. Il n'avait rien à cacher, toutes informations sensibles et liées à l'Agence étaient sous clef sur son ordi protégé. Une maison rien de plus normal si quelqu'un y pénétrait. A part le coffre sous le meuble de la télé, déglingué et ouvert, rien n'était suspect. Il n'était pas sur si Sacha était du genre à prendre une bière avant le coucher du soleil, et dans ce cas là il devait bien avoir quelque chose de non-alcoolisé à lui proposer.

Cet élan de sympathie vous laisse sans doute pantois, n'est ce pas? C'est très simple. Qu'est ce qui donne le plus envie aux fouineurs de fouiner? Un endroit où on a pas le droit de fouiner évidemment. Andrew devait installer un sentiment de confiance chez Sacha, pour qu'il soit le parfait voisin qui ne fait pas d'histoire. S'il avait fermé sauvagement la porte au nez de Sacha, qui sait ce que ce parfait inconnu irait vérifier pour en comprendre les raisons?

Autre raison? Il était bien plus facile de faire disparaître quelqu'un chez soi. Andrew savait que son histoire concordait, l'installation, le chiot, et j'en passe, mais Sacha pouvait très bien être quelqu'un de mal-intentionné. Nombreux sont ceux qui ne portent pas l'Agence dans leur coeur, et qui essaierait par tous les moyens de s'en débarrasser, quitte à envoyer au boulot des jeunes adolescents à peine poilu pour faire le travail. Andrew n'était pas plus entraîné que le plus corniaud des badauds lorsqu'on lui demanda d'assassiner sa première cible, et il ne ressemblait pas à une menace à cette époque. L'histoire dit qu'on a envoyé des cochons dopé au combustible, inoffensif, auquel un archer tirait dessus une flèche enflammée pour faire exploser le tout. Intéressant, n'est ce pas? Comment un être aussi bête et stupide qu'un porc, pouvait devenir soudainement, en une fraction de seconde, un outil de destruction.

Revenant sur le pas de la porte, Andrew s'adressa de nouveau à Sacha.

- J'ai de la bière ou du jus de fruit, c'comme tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

Sacha M. Kwon

Messages : 6278

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Ven 28 Fév - 16:52

Aussitôt mes excuses présentées, monsieur Myers se présenta et accompagna ses paroles d'une ferme poignée de mains. Mon dieu, la sienne était une fois et demi plus grosse que la mienne... Sa main. Sa main était une fois et demi plus imposante que la mienne et pas un autre de ses membres. Je n'étais pas encore assez intime pour avoir des détails à ce niveau. Mais bon, si la proportion est en adéquation avec le reste, ça doit être assez balèze. En fait, tout ce que je me dis, c'est que je n'aimerais pas recevoir une baffe. Avec ses muscles, il serait capable de faire pivoter votre tête à 360 degrés en une pichenette. Andrew devait être coach sportif ou bien peut-être être dans l'armée. Dans les deux cas, son corps avait été incroyablement sculpté et très bien entretenu.

Il me demanda d'aller fermer son portail, ce que je fis sans me poser de question. Je me stoppai net en l'écoutant et plaçai mes mains devant mon torse, paumes face au sol comme pour calmer une situation explosive. « Non c'est vrai ? Ils viennent jusqu'ici ? C'est le genre de truc qui me fait psychoter déconnez pas... » Je restai immobile quelques secondes. Je ne plaisantais pas avec les sectes, et oui, ça me faisait grave flipper. C'était le genre à vous kidnapper un soir, vous attacher sur une table dans un sous-sol misérable et vous faire saigner pour invoquer un démon. Et évidemment, le diable prend possession de votre corps et après vous avez une gueule [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et vous vous mettez à faire des trucs chelou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Alors non, les trucs de religieux détraqués c'est pas mon trip... En plus, ma peau est super belle et douce. Il ne pourrait rien m'arriver de pire.

Andrew s'était autorisé à me tutoyer. Il l'avait fait naturellement, comme raccourcissant la route de la sympathie au détriment de celle des bonnes manières. La différence d'âge m'imposait de le vouvoyer malgré tout. Il n'était pas âgé mais sa maturité écrasait la mienne. Une fois chez lui, j'observai sa maison comme n'importe quel curieux l'aurait fait. C'était un endroit propre et modeste. Rien de farfelu, laissant comprendre qu'Andrew était un homme aux nobles valeurs. Personnellement, j'appréciais cette ambiance mais d'autres pourraient lui reprocher son manque de personnalité.

Il me posa une question simple : bière ou jus de fruit ? Alcool viril d'hétérosexuel ou boisson fruitée d'homo ? Choix compliqué... Toute ma future relation avec Andrew se basait peut-être sur cette décision. La bière faisait figure d'assurance, elle imposait un rapport d'égale à égale alors que le jus de fruit m’accoutrerait d'un comportement plus enfantin. Et si je jouais la Suisse en demandant une vodka orange ? Là, je me ferais passer pour un chieur. Ce que j'étais, indéniablement. Mais c'est mieux qu'il ne l'apprenne pas de suite. Je me lançai, après tout il ne m'avait pas demandé la racine carré de neuf... « Un jus de fruit, s'il-vous-plaît. » Je me sentis libéré d'un poids, un sentiment qui m'indiqua que j'étais satisfait de moi.

Andrew partit chercher les boissons. Le temps de sa disparition, je mis mes mains dans mes poches et regardai de façon plus précise son salon. Je vis cette étrange boîte sous le meuble de la télévision. Elle était complètement défoncée la pauvre... Je soupçonne monsieur Myers Andrew dans le salon à l'aide du pied de biche, ah ! « Alors... » Dis-je en augmentant le volume de sorte à ce qu'il m'entende dans une autre pièce. Alors quoi ? Trouve vite une question avant d'avoir l'air con... « Ca va ? » Bravo, tu as l'air beaucoup plus intelligent maintenant...

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Mer 5 Mar - 4:05

- Oh que oui ils viennent ici, mais ils sont assez compréhensifs. En tout cas ils l'ont toujours été avec moi, faut dire que toutes les requêtes du monde paraissent soudainement plus accessibles lorsqu'on colle un pied de biche sous le nez.

Andrew rigolait. Sacha était le nouveau du lycée, à sa manière. Le petit fraîchement débarqué, à qui on pouvait faire gober n'importe quoi sur le milieu puisqu'il n'y connaissait rien, sur l'endroit où il venait d'arrivé. Il avait lui-même subi ce genre de moqueries lorsqu'il arriva à l'Agence, comme quoi Rem' tuerait les recrues incompétentes pour s'en nourrir ou alors que les recrues étaient abattues comme du gibier lorsqu'elles n'étaient plus indispensables, qu'un des capos aurait le don de changer tout ce qu'il touche en or - ce qui expliquerait la réserve de thunes inépuisable de cette famille, ou bien que Snow soit un travelo. Pour la dernière, Andrew a eu la joie de le constater par lui même.

Il rassura Sacha sur les "fanatiques religieux" et lui expliqua qu'ils étaient compréhensifs et arrêtaient de venir chez toi si c'était demandé poliment. Il sortit une brique de jus fruit, goût pomme pour les curieux, et en versa un verre à Sacha. Lui il décidait de prendre une bière. Il fait chaud, il a un invité, il va pas boire de l'eau. Une bière, en verre. Une Corona. C'est international, c'est bon, et ça vient du Mexique. Bien l'une des rares choses ramenées du Mexique sur quoi les Américains ne crachent pas, pensa Andrew.

Avant de donner le verre en main propre à Sacha, Andrew le fixa dans les yeux et lui dit, non pas comme un reproche, mais plutôt une correction bénigne, un erratum pour qu'il ne refasse plus la même erreur à l'avenir:

- Ne me vouvoie pas s'il te plait, j'ai l'impression que tu me vois déjà en gilet à carreaux avec une moustache et les cheveux blancs.


Indiquant le canapé à son invité, Andy fit non de la tête, et insista : Non non non non non, c'est toi l'invité. Comment TU vas, et qu'est ce qui t'amène dans notre quartier? Racontes moi tout.

Buvant une gorgée de bière et cherchant son paquet de cigarettes dans ses poches, il attendait d'en savoir plus sur le jeune homme. Mieux valait le ranger tout de suite dans une catégorie, nuisible, comme la propriétaire qui voulait tout le temps savoir ce que Andrew faisait, ou sympa, comme Mémé Campbell qui propose à Andrew de faire sa pelouse et de le payer en tarte aux poires. Oui, la tarte aux poires est une monnaie d'échange, et si l'Agence en faisait d'aussi bonne que cette grand-mère, Dieu seul sait à quoi ressemblerait leurs agents aujourd'hui...

Retournons à nos moutons tandis qu'Andrew s'allumait sa clope, installé sur une chaise en face de Sacha, attendant patiemment d'écouter ce qu'avait à dire le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

Sacha M. Kwon

Messages : 6278

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Jeu 6 Mar - 20:12

Qu’ils coopèrent ou non, ma peur restait la même. Elle était sans doute idiote et j’en avais bien conscience, cependant, je paniquais d’une façon déraisonnable lorsque j’étais face à une personne de foi. A côté de ça, je peux porter des cobras sur mes épaules, prendre une araignée dans la main, monter sur le toit d’un immeuble, faire des montagnes russes… C’est quelque chose que je ne contrôlais pas. Il m’était impossible de mettre les pieds dans des bâtiments tels que les églises. Les vitres colorés, les sculptures d’on ne sait qui, les gargouilles, les bougies, l’ambiance poussiéreuse, le silence… Tout ça m’oppressait. J’espérais juste qu’Andrew me croit et s’il a l’occasion de les voir leur transmettre le message de ne jamais frapper chez moi. Je ferai une crise dès que quelqu’un toque à ma porte maintenant. Je comprenais l’utilité du pied-de-biche. Au final, ce qui apparût comme invraisemblable au départ devint tout à fait censé pour moi.

Mais pour le moment, nous étions bien loin de ce problème. Andrew revint, un verre de jus de pomme à la main. Avant de me le remettre, il me fixa franchement dans les yeux pour me demander d’arrêter ces formules de politesse qui le vieillissaient. J’évitai alors de le regarder franchement, toujours gêné par ma capacité. J’ignorais tout d’Andrew et il se peut qu’il cache des choses que lui-même ne supposait pas. J’acquiesçai tout simplement. Je m’assis alors sur le canapé qu’il me montra de la main.

Andrew agit exactement comme je l’aurais fait s’il s’était intéressé à moi. J’avais fait la même chose avec Drew quelques jours plus tôt au cimetière. Tout faire pour ne rien dévoiler sur sa vie. Malheureusement, il insista tellement que je ne pus m’échapper. Il me demanda quelles étaient les raisons de ma présence dans ce nouveau quartier. « C’est provisoire. » M’empressai-je de répondre. Comme Milo me l’avait fait remarquer, j’avais le chic pour ne pas répondre aux questions qu’on me posait. Mon père est dans la politique, ça a souvent été contraignant mais j’ai appris à me dépatouiller des questions gênants. « Je squatte simplement le temps de trouver un endroit où je me sentirai bien. »

Je bus vite un verre de jus de pomme avant d’enchaîner. Je trouvai rapidement le moyen de recentrer la conversation sur lui, l’air de rien. « Si je t’avais croisé dans la rue, je t’aurais imaginé dans une grande villa au style moderne sur la côte californienne avec une salle de sport, une piscine et un gros chien. Tu vis ici depuis combien de temps ? » Ni vu, ni connu, une conversation qui paraît tout à fait normal. Pourtant, elle faisait suite à mon empressement de ne pas parler de moi. Mentir était facilement dans mes capacités, mon expérience en tant qu’acteur était un véritable atout. Néanmoins, plutôt que de lui raconter des bobards, je préférais encore rester secret. Je comptais sur Andrew pour simplement ne pas faire attention à moi, je serai simplement ce gamin sympa d’en face, sans histoire, qui sera là pour quelques mois.

_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Myers


Andrew Myers

Messages : 215

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Mer 12 Mar - 10:12

Provisoire hein. Intéressant. On ne savait jamais ce que les voisins provisoires pouvaient nous apporter comme ennuis. Andrew écarta la thèse du policier en filature. Ca se faisait parfois que les forces de l'ordre réquisitionne un appartement pour pouvoir surveiller quelqu'un d'important. Mais dans ce cas là ils prenaient le moins de choses et tâchaient de sortir le moins souvent de l'appartement. Un chiot était donc la preuve vivante que ça ne collait pas ensemble. A moins que la police devienne encore plus conne, ou soit prête à réellement rentrer dans le personnage du petit jeunot venant d'arriver.

Il squattait. Comme les junkies dans les maisons vides aux abords de la ville, en quelque sorte. Andrew pensa à le raisonner sur sa conception d'un "endroit où il se sentirait bien" en lui disant qu'on était jamais mieux que chez soi, mais il se rattrapa et aucun mot ne sortit de sa bouche. C'était sa vision des choses après tout. Un enfant battu par un de ses parents se sentirait-il réellement bien chez lui? Où se sentirait le mieux un enfant de divorcé? Tant d'idées lui traversèrent l'esprit et lui firent comprendre que, ne sachant rien du gaillard en face de lui, il ne pouvait se permettre de lui donner des conseils aussi philosophiques.

- Ben j'ai la piscine, des haltères et pour le gros chien, Andrew pointa du doigt le beagle qui s'amusait à gambader partout dans la pièce, je pense que j'ai déjà trouvé.

Réellement? Andrew n'avait jamais songé à faire aussi friqué. Il tâchait de s'habiller convenablement, parce qu'être habillé comme un dépravé alors qu'on côtoie l'équivalent de la Mafia, ça fait un peu mauvais genre. Il n'était pas du genre à mettre un costard pour aller au supermarché, mais un pantalon des baskets et un t-shirt propre étaient pour lui le minimum vital avant de sortir. La tenue de Mr tout le monde sans l'élégance naturelle du costume, et ça ne donnait aucun indice sur le métier qu'il pouvait exercer.

Buvant une autre gorgée de bière, Andrew s'installa plus profondément dans son fauteuil et continua à regarder le jeune homme en face de lui fuir la conversation. Il n'avait pas envie de parler de lui, et ça sentait un peu. Il recentrait la conversation, le regard fuyant, les mains occupées à tenir son verre et le corps un peu recroquevillé sur lui même, alors qu'au contraire, une personne prête à partager un peu de son intimité - n'allez pas croire n'importe quoi, aurait le corps beaucoup plus détendu, une position beaucoup plus ouverte à l'échange verbal. Mentir était facile, mais le corps était une mine d'informations qu'on ne pouvait pas dissimuler aussi facilement. Même les plus grands bluffeurs du monde ont un tic, un signe d'anxiété qu'il était plus ou moins facile de discerner. Et bien qu'Andrew soit toujours à l'affût des réels motivations de Sacha, il décida d'abandonner la fouille aux informations. Soyons simples et arrêtons d'être méfiants un instant, il n'avait pas l'air bien dangereux après tout.

- Je ne pense pas que mon maigre salaire puisse supporter l'achat d'une villa, mais ça fait plaisir de savoir que j'ai le genre fortuné !

Il rit doucement en tirant une nouvelle latte, puis reprit :

- T'as fini tes études?

Il testa une nouvelle approche, donnant donnant. En en révélant un peu, il espérait pouvoir appâter Sacha à se dévoiler un peu plus. Si ça ne donnait rien il se déciderait à donner une nouvelle fausse profession qui collerait avec son mode de vie. Il n'avait que l'embarras du choix.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

Sacha M. Kwon

Messages : 6278

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   Dim 23 Mar - 17:24

« Te moque pas de Pikachu ! Tu vas voir, dans quelques mois, il sera sacrément coriace. » Promis-je à mon nouveau voisin. C’était bête, Pikachu n’avait pas du tout le caractère d’un chien de garde. Il ne grognait pas et passait son temps à courir et à sauter. Mais j’espérais lui apprendre à défendre sa propriété et à se méfier des inconnus. Il deviendra obéissant sous mes ordres tout en m’engageant à respecter sa nature de joueur. Il était aussi crédible en caïd que moi en agent de Genetic mais en le regardant, avec sa tête d’idiot, je savais que lui et moi créerons une belle relation.

La discussion allait bon train. Je me relaxais progressivement au contact d’Andrew. Cela faisait quelque temps que je n’avais pas rencontré quelqu’un et c’était plaisant de voir un nouveau visage. C’était aussi plaisant de vivre une situation normale, sans parler de pouvoir, dans un cadre nouveau, sans se méfier ouvertement. J’ai vécu à peu de choses près la même situation avec Drew au cimetière il y a deux jours. Aujourd’hui, je me montrais un peu plus ouvert mais Drew avait posé des questions de l’ordre des sentiments qui m’avaient mis mal à l’aise.

Andrew s’amusa de mon regard sur lui. Il m’expliqua que ses revenus ne lui permettaient pas d’investir dans une villa. Néanmoins, ma vision lui plaisait et il en rit. Il ne vivait pas malheureusement, c’était tout ce qui comptait.

Il s’engagea alors dans le domaine des études. « Abandonné serait plus juste… » Au grand damne de mon père. Mais cessons de toujours aborder les échecs et tournons-nous vers l’avenir. Je pris une gorgée de mon jus de fruit. « J’aimerais enseigner le volley-ball à des enfants mais je ne sais pas encore comment devenir entraineur. » Précisai-je en souriant. Je n’avais rien de concret, je ne savais pas encore comment m’y prendre, combien de temps ça prendra, s’il fallait refaire mes études… Bref, c’était bien pour remette de l’ordre dans ma vie que j’étais là. Ces prochaines semaines seront faites pour rattraper les erreurs passées.


_______________________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Mon voisin le tueur   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mon voisin le tueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: MYERS'PLACE-