..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Dim 9 Fév - 15:07

10 avril 2011

Il était temps de reprendre une vie normale. Ingrid avait déjà manqué beaucoup de cours depuis février, sans compter sa première longue absence en janvier. Heureusement, elle avait toujours une âme charitable pour lui donner les cours. Cette fois-ci néanmoins, elle aurait peut-être besoin d’en savoir plus que par la lecture des cours. A savoir s’il y avait des devoirs prévus et les matières évaluées d’ici la fin de l’année. Elle avait un sacré retard à récupérer en somme.  Et Keaton avait été clair sur ce sujet, il fallait qu’elle retourne en cours. Elle qui pensait finir l’année comme ça quitte à redoubler. Elle trouvait ça plus simple tout simplement car elle n’avait plus vraiment goût aux études pour le moment. Il s’était passé bien trop de choses.  Le décès d’Andrew, la maladie, la perte de sa capacité et le soudain retour. Elle angoissait déjà à cette idée. Elle ne voulait blesser personne et elle n’avait aucune idée de quand il réapparaîtrait, ni sous quelle forme, et encore moins en présence de qui. Kate lui avait bien dit qu’ils n’avaient aucun moyen de mesurer toutes ces données par avance. Avec un peu de chance, elle serait chanceuse. Quel paradoxe !

En tout cas, elle était stressée à l’idée de recevoir Drew qui lui ramenait ses cours et devoir. L’école l’avait appelée à cet effet et à présent, pour se passer les nerfs, elle récurait chaque coin de la maison. Au moins, au retour de son père adoptif le soir, tout l’appartement brillerait de mille feux ! Le problème étant qu’à laver tout quinze fois, elle en avait oublié la notion du temps. Déposant les armes plus rapidement que son ombre elle fila alors dans la salle de bain. La question du moment : comment avoir l’air un minimum en forme ? En effet, Ingrid avait maigri et les cernes étaient toujours présents sous ses yeux d’un bleu profond.  Du coup, elle opta pour le classique Jean et T-Shirt, mit un peu de blush et brossa ses cheveux avant de mettre un peu de déodorant et elle fut enfin prête, quand la sonnette se fit entendre.

Rapidement, la jeune fille courut vers la porte, manquant de se ramasser sur le sol, comme elle avait l’habitude de le faire.  Heureusement, elle récupérait quelques réflexes pour se sauver des chutes les plus basiques. Ça lui servirait peut être de retour au lycée.  Elle souffla à cette pensée et ouvrit la porte avec entrain. Elle ne voulait pas montrer à son invité que la perspective de retourner en cours lui plaisait si peu. Elle devait le faire pour Keat néanmoins, pour tout ce qu’il avait fait pour elle et tout ce qu’elle lui devait, sa vie notamment.

« Bonjour Drew ! Entre… »

Et elle laissa la place pour qu’il puisse entrer dans l’appartement avant de refermer la porte derrière lui.

« Tu veux boire quelque chose ? Manger quelque chose ? »

Etait-elle stressée de revoir du monde extérieur ? Surement… Probablement… Oui, elle était carrément stressée même, mais ça irait mieux dans quelques minutes, lorsqu’elle se sera rendue compte qu’aucune catastrophe n’allait survenir. Elle l’espérait plus que tout, tout du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Drew Chambers


avatar

Messages : 162

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Dim 16 Fév - 10:11

Déjà qu'il avait du mal à s'occuper de lui-même, en classe... Peut-être, après tout, était-ce pour cette raison précise que son professeur d'histoire lui avait demandé, en plus, de se charger des devoirs de la petite Amelia. Drew la connaissait un peu - plus ou moins, de vue. Il avait juste le désavantage d'habiter non loin de chez elle, ce qui faisait de lui l'émissaire parfait pour la tâche. Il soupira, en se préparant pour aller chez la rousse, triant dans ses affaires celles dont il aurait besoin, les photocopies de l'enseignant, la liste des classes qu'elle avait loupé... Il y en avait un sacré paquet ! Qu'avait-elle donc, pour rester enfermée chez elle si longtemps ?
Après tout, ce n'était pas ses affaires. Il haussa les épaules, balança son sac dessus, et sortit sans dire un mot à sa mère, qui l'interrogeait du regard depuis le salon. Elle avait compris qu'il ne servait à rien de lui demander où il allait : au mieux, il mentirait, au pire, il s'énerverait. Elle le laissait donc libre d'aller et venir.

Arrivée devant la maison de la demoiselle, Drew se composa un visage blasé de circonstances, qui lui apportait en général la paix, et sonna plusieurs fois. Avec sa réputation de coléreux, elle ne le laissera pas attendre s'il montrait la moindre pointe d'agacement, c'était donc une décision tactique que d'insister comme s'il était pressé - ce qui n'était pas le cas.
Il n'avait rien de mieux à faire, en vérité, que de lui expliquer ses leçons, qu'il n'avait pourtant pas vraiment saisis à son âge, quand il était à son niveau.
Ingrid avait l'air enthousiaste en l'accueillant, et Drew s'en renfrogna d'autant plus.
Il n'aimait pas que les gens montrent trop d'espoir à apprécier sa compagnie, de peur de les décevoir, ou pire. Il préférait largement que ses camarades le détestent d'avance, pour être sûr au moins de l'issue de ses relation sociales.

    - S'lut, répondit-il donc d'un ton boudeur, en pénétrant dans la demeure d'un pas lourd sans entrain. Le parfait adolescent en rébellion - mais celle-ci, chez lui, était bien plus profonde qu'une simple crise due à l'éveil de ses hormones. Merci.


Il n'avait pas cependant oublié la politesse élémentaire, pour faire honneur à la mémoire de son paternel : il était hors de question qu'on le dise mal élevé... Enfin, pas dans ces conditions. Ingrid ne lui avait rien fait pour l'instant, et il n'y avait pas de raisons qu'il se montre méchant.

    - Non ça va, grogna-t-il, les dents serrées comme s'il faisait un effort considérable pour apprécier son hospitalité. On a du boulot.


Ne sachant guère où se mettre, il se laissa tomber sur une chaise après inspection des lieux et des endroits les plus propices à servir pour leur étude. Une fois installé, il sortit la pile de feuilles de son sac, tentant de se remémorer les indications qu'il avait reçu.

    - T'as loupé deux éval', une en géométrie, une en économie. Tu d'vrais les r'passer quand tu r'viendras, si j'ai bien compris. Il la jaugea des pieds à la tête, avec suspicion, analysant l'état de sa santé, ou du moins ce qu'il pouvait en voir. Elle avait l'air plutôt en forme, malgré son visage un peu creux. Il se demandait bien ce qu'elle avait... Mais il n'aurait jamais osé demandé, au risque de paraitre intéressé par quelqu'un - impossible à avouer. Sinon... Voyons voir... T'en étais où sur la seconde guerre mondiale ? Ta classe a presque terminé le chapitre sur les camps de concentration, voilà. Tiens, j'ai r'trouvé dans mes affaires le livre que j'avais lu quand j'avais eu ce cours, le Journal d'Anne Frank. C'est une juive. C'pas la joie mais bon, il est pas mal pour réviser.


Les petits gestes comme ça, mine de rien, c'était sa manière à lui de montrer qu'il n'en avait pas totalement rien à faire. Et ça lui évitait beaucoup de paroles inutiles.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Mar 4 Mar - 12:13

Drew n’était pas le parfait gentleman de ce qu’Ingrid en savait. Cependant, il avait la gentillesse de lui amener ses devoirs et c’était le plus important à ses yeux. D’autant, que même si elle restait distante avec la plupart des gens et qu’elle ne se voyait pas reprendre les cours convaincue de son échec scolaire, elle était tout de même contente de voir autre chose que les locaux de Genetic et les gens qui y travaillent. Et ce, même si elle en appréciait quelques uns. Il était tout de même difficile pour une adolescente qui déjà se renferme sur elle-même à cause de sa façon d’être et de son don, de devoir en plus vivre en solitaire plusieurs semaines, voir mois d’affilé.

Elle était donc carrément stressée mais également excitée de voir quelqu’un débarquer à la maison. Keaton voulait qu’elle reprenne une vie normale et c’était ce qu’elle était en train de faire. Autant de raisons d’être angoissée que d’être enthousiaste. Cette dualité des émotions ne paraissait pas à première vue, mais au fond, lorsque son don réapparaitrait, elle savait que cela lui donnerait plus de fil à retordre.

Elle haussa un sourcil lorsqu’elle comprit que Drew n’était pas spécialement content d’être là. Elle pouvait le comprendre, ce qu’elle ne concevait pas vraiment, cependant, c’était pourquoi était-il ici si ça l’embêtait tant que ça. Enfin, elle ne poserait pas la question, donc, comme ils avaient du boulot ainsi qu’il l’avait si bien souligné, elle n’ajouta rien de plus pour savoir comment il allait. Elle se contenta de prendre place sur la chaise à côté de lui et d’attendre qu’il prenne la parole. Elle angoissait déjà à l’idée de voir tout ce qu’elle avait loupé durant ces deux derniers mois.
Une grimace.

« Tu me donnes envie de reprendre les cours. Bam à peine de retour deux évals. »

L’avantage c’était qu’elle avait un peu d’avance puisqu’elle aimait bien étudier pendant son temps libre si ça pouvait l’aider. De même pour l’histoire. C’étaient des romans qu’elle lisait mais sans s’en rendre compte, elle apprenait pas mal de détails de cette manière.

« Hum je sais plus pour la seconde guerre mondiale. On en était au tout début, les faits principaux, établir une chronologie… mais j’ai lu un roman qui m’a donné des détails sur les camps. C’était passionnant d’ailleurs. »

Elle s’arrêta précipitamment, de peur de l’ennuyer. Il fouillait dans son sac. Mais non c’était pour lui prêter un livre, également sur la guerre.

« Merci, c’est très gentil Drew. »

Elle se leva, détournant le regard par la même et partit se chercher un grand verre de lait. Elle en boirait à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Elle n’apporta rien pour le jeune homme qui avait affirmé ne rien vouloir.

« Et en langue, tu sais si on a eu des dissertations ou d’autres exercices ? Je pense que ça que je vais avoir le plus de lacunes… »

Elle ne voulait pas non plus abuser, mais c’était toujours bien de savoir. D’ailleurs, il n’était pas dans sa classe et elle s’étonnait toujours que les professeurs le missionne lui pour lui donner ses devoirs. La curiosité finirait par ressurgir plus vite dans sa bouche qu’un éclair fouette le ciel de sa rage.

« Faudrait que je récupère mon petit job à la bibliothèque de la fac, ça m’aiderait à avoir plus de bouquins pour réviser. Mais bon j’ai peu d’espoirs sur cette année… »

Elle savait qu’en plus de son mal être personnel, tout le monde la jaugerait du regard lorsqu’elle reviendrait, comme Drew l’avait fait quelques minutes à l’avance, et là, elle ne savait pas du tout ce qu’elle raconterait si jamais on lui demandait ce qu’elle avait eu. Quelque chose qu’elle devrait voir avec Keaton. Un bon point à noter. Au pire, elle dirait qu’elle a été atteinte d’une maladie rare sans comprendre trop ce que c’était. Un bon départ non ?

« Drew, comment ça se fait que c’est toi qu’on envoie pour me porter mes devoirs. Ca doit être chiant, non ? »

Voilà qui était fait.
Revenir en haut Aller en bas
Drew Chambers


avatar

Messages : 162

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Mer 5 Mar - 12:25


Essayant de calquer les propos de la demoiselle à ses propres souvenirs, Drew fit un gros effort pour comprendre ce qu'elle avait pu manquer depuis là... Mine de rien, il prenait son rôle très au sérieux. Il n'avait jamais eu de sa vie l'intention de nuire à qui que ce soit, et s'il le faisait, c'était bien malgré lui - quand ils le cherchaient.
Enfin, de là à dire qu'il était très gentil... Drew grimaça imperceptiblement, perplexe à cette remarque. C'était surement l'une des premières qu'on lui faisait un tel compliment. Gentil. Ce n'était pas du tout lui, ou du moins, pas ce qu'il voulait que l'on retienne.

    - Ouais ok... Grogna-t-il, pas certain que ces onomatopées répondent vraiment au discours de sa camarade. En langue, c'est un contrôle continu à l'oral avec ce prof, d'jà, j'l'ai eu l'année dernière... Donc difficile pour toi d'rattraper, j'suppose. J'imagine que tu pourras lui demander d'te donner un exposé à faire, ou un truc comme ça.


Bon, sur le coup, il n'était pas d'une grande aide. Les cours de langue, il les passait en général à essayer d'en faire le moins possible, et sa propre note d'oral avoisinerait surement celle d'un absent. Par conséquent, l'enseignant n'était pas disposé à lui expliquer pendant des heures ce qu'il attendait d'une autre élève, sachant que lui-même ne retenait pas la moitié des consignes.

    - C'est pas marqué quelque part, dans ce qu'il m'a filé ? Demanda-t-il en désignant les notes qu'il venait de lui remettre, et qui allaient surement lui prendre des semaines à déchiffrer. J'suis désolé, j'ai pas vraiment regardé.


A vrai dire, il commençait à être embarrassé de ne pas être plus assidu, maintenant qu'il se retrouvait face à quelqu'un qui avait envie de travailler, et qui en était incapable. Il se demanda si lui-même, dans sa position, aurait autant fait pour ne pas louper son année... Par esprit de contradiction, il en aurait été fort capable.
Il n'osait pas lui demander jusque là à quoi était du son isolement, mais sa remarque sur la bibliothèque finit d'attiser sa curiosité. Oui, finalement, peut-être qu'il s'intéressait un peu plus aux autres qu'il ne le laissait voir.

    - Pourquoi pas ? Entre les exams et tout, y'a toujours besoin de remplaçants là-bas... Enfin, pour ce qu'il en savait... Il n'y mettait que très rarement - et sous l'obligation - les pieds. J'veux dire, quand tu s'rais... Enfin, rétablie, quoi.


Il n'arrivait pas à voir si la jeune femme avait un handicap physique ou mental qui l'empêchait de reprendre les cours, et il n'osait pas pousser trop ses observations, de peur d'avoir l'air intéressé par autre chose. Il se contenta donc d'afficher une moue sceptique.
Et elle buvait du lait en plus, du lait nature, froid, comme ça, dans un verre... Manquait-elle de calcium ? Est-ce qu'un manque aigu de calcium pouvait obliger quelqu'un à rester cloitré chez lui ? Drew regretta presque de n'avoir pas suivi ses classes de biologie avec plus d'attention.

    - C'moi le plus près j'crois, répondit-il à son interrogation légitime, sur les raisons de sa promotion au poste d'émissaire. Enfin, Joanna n'était pas loin, mais elle a pas été collée, elle.


Il hocha la tête, se moquant un peu de lui-même, et de sa propension débordante à cumuler les retenues pour un oui ou pour un non... Maintenant, les enseignants décidaient de transformer les punitions en service public, pourquoi pas.
Drew était sans doute mieux là qu'enfermé dans une salle à copier des lignes, ou à faire des exercices d'éducation civique, visant à faire entrer chez ces petits délinquants des valeurs, à force de bourrage de crâne. Bien sur, la méthode était encore à revoir.
Dans un sens, ce n'était donc pas si chiant que ça d'être le distributeur de devoir.  

    - C'toujours moins chiant qu'd'écouter Mr Hopkins nous faire la morale, puis ronfler pendant 1h pendant qu'on regarde la pendule, admit-il enfin, en haussant les épaules. C'était peut-être des anecdotes qu'Ingrid ne partageait pas, si elle n'avait jamais subit de réprimandes.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Dim 9 Mar - 17:18

En fait Ingrid était carrément lassée de parler de cours. Qu’advenait-il d’elle ? Cette brillante élève qui aurait donné n’importe quoi pour retourner en cours était aujourd’hui à mille lieues de cette idée. Elle ne le réalisait pas encore, mais elle était devenue une jeune femme avec des priorités et els études n’en faisaient plus vraiment parties, bien qu’elles la mènent là où elle le voudrait. Bien que pour le moment, elle ne savait pas vraiment où aller. En tout cas, pour lors, elle était plus dans ses pensées que dans la réalité des contrôles qu’ils soient continus ou finaux.

« Au pire je demanderai à Sonny… »

Après tout elle était en lettres et elle parlait français, qui de mieux placé qu’elle pour l’aider dans ce domaine. Et puis, comme il l’avait suggéré, elle demanderait à faire un exposé également, même si le cœur n’y était absolument pas pour le moment. Elle prit alors les notes et toutes les feuilles que Drew venait de déposer sur la table et les posa plus loin.

« Tu sais quoi, au diable les cours pour le moment ! J’ai vraiment pas la tête à ça. »

Puis, elle lui expliqua qu’elle souhaitait reprendre son petit boulot à la bibliothèque de la fac. Non seulement elle aurait accès aux livres qui l’intéressent, mais en plus, elle pourrait se faire un peu d’argent pour commencer à économiser. Elle savait pertinemment qu’elle n’avait pas envie de reprendre les cours cette année, mais d’un autre côté elle était plus que déterminée à le faire à et valider son année. Seulement, elle ne parviendrait pas à se concentrer sur les cours tant que certaines choses ne seraient pas réglées. Comme aller voir Andrew au cimetière, ses parents et Morgan.

« Je suis rétablie Drew, tu ne serais pas là sinon. J’ai eu une grave maladie infectieuse. Mais ça va mieux, même si j’ai encore l’air d’un cadavre. »

Elle n’avait finalement pas gardé longtemps le silence à propos de son état de santé, mais une part d’elle comprenait qu’il aurait bien voulu savoir. Juste par curiosité. L’intérêt ‘n’avait pas lieu d’être. Et puis ce n’était pas si faux que ça, vu que cette maladie est hautement contagieuse et mortelle. Il faudrait juste qu’elle informe son père d’adoption de ce qu’elle venait de dire pour couvrir la vérité. Elle n’en revenait même pas qu’elle eut été capable de mentir de la sorte. D’ailleurs en parlant de mensonges, cela n’avait aps vraiment de rapport, mais elle voyait bien que Drew n’était pas non plus le plus heureux du monde d’être là avec elle en train de lui parler de cours, ce qui amena la jeune fille à se demander pourquoi c’était lui qui était de corvée.

« Arf, je suis désolée alors. Est-ce que je peux faire quelque chose pour me rattraper ? On peut faire quelque chose de plus sympa après tout, je n’ai pas vraiment la tête pour les cours, faut que je règle certaines choses avant. »

Elle ne voulait pas lui raconter ce pan de sa vie, mais elle était prête à le traîner où qu’il veuille pourvu qu’ils passent un bon moment.

« Ecoutes, je suis restée cloîtrée des mois donc je ne suis pas contre une sortie, parc, bowling ou autre. Enfin comme tu ex, si tu veux tu peux aussi rentrer chez toi, je dirai au prof que tu as fait ton devoir de toute façon. »

Elle sourit toute compatissante, en attendant qu’il lui indique ce dont il avait envie ou non à l’instant présent.
Revenir en haut Aller en bas
Drew Chambers


avatar

Messages : 162

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Dim 16 Mar - 17:10

Sonny, Sonny... Le nom de la jeune femme résonna dans son corps, comme si les battements de son cœur tentaient d'imiter les tambours d'une marche militaire, sourde, puissante. Ingrid les entendait-elle ? C'était toujours la question, dans ces cas-là, celle qui ne faisait qu'aggraver les choses. Il baissa les yeux, pour éviter que sa surprise ne soit trop visible. Elle connaissait donc Sonny ? Ou alors, une autre, qui portait le même nom... Il n'y croyait pas. Il pouvait sentir quand on parlait de Sonny, sa voisine aux cheveux sombres, dont il rêvait toutes les nuits depuis qu'elle avait emménagée.
Du coup, tout à ses pensées, et à la concentration qui lui était nécessaire pour ne pas rougir comme une pivoine, Drew n'entendit pas vraiment la suite des propos, ce qui rendit plus cocasse encore la manière dont Ingrid repoussait à présent ses cahiers.

    - Mais... Voulut-il protester, ne sachant plus trop sur quel pied danser : il était venu pour l'aider à travailler, et voilà qu'elle refusait... Était-il sensé la forcer ? Il haussa les épaules. Ce n'était vraiment pas son genre du tout. Ah ok, bah tant mieux pour toi alors, répondit-il d'un air à moitié blasé, à moitié soulagé, à l'annonce du rétablissement de la jeune fille.


Il se demanda, un court instant, si cette maladie n'était pas contagieuse... Ah, il se maudissait vraiment de n'avoir pas écouté plus durant ses cours de biologie, et notamment ceux sur les virus. Il lui semblait que quelque chose disait quelque part qu'une infection était virale, et un virus transmissible... Bref, il espérait qu'elle en avait éliminé toute trace dans son organisme, histoire de ne courir aucun risque.
Enfin elle n'avait pas l'air complètement dans son assiette non plus, car elle lui proposait de se rattraper. Il fronça les sourcils. Il ne comprenait pas où elle voulait en venir. Etre absente n'était surement pas fait exprès, et il ne voyait pas en quoi elle devait se racheter parce qu'il avait été assigné à cette tâche : il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même, ou à la limite au professeur.
Et là, elle était en train de lui proposer quelque chose qui ressemblait fort à un rencart. Le genre de truc qu'il ne supportait pas vraiment, car les filles finissaient toujours par essayer de le toucher, et ça ne marchait évidemment pas très bien, avec quelqu'un qui fuyait le contact avec autant de volonté.

    - Ouais euh... Bafouilla-t-il, ne sachant pas quoi répondre. Elle n'avait pourtant pas l'air de s'intéresser à lui. Elle voulait probablement juste prendre l'air et il pouvait la comprendre. J'passe par le square, pour rentrer. Des fois y'a des skaters, qui font des trucs sympas...


C'était une sorte de proposition, bien déguisée. A vrai dire, il ne se voyait pas faire mieux, sans que ça devienne un peu bizarre. Il se fichait qu'on le voit en compagnie de la demoiselle, mais dans un parc, ce serait déjà moins embarrassant. Il rassembla ses affaires, évitant soigneusement de ne répondre à son sourire que par une esquisse de rictus poli. Qu'elle le suive si elle voulait... Il n'allait en aucun cas montrer que l'une ou l'autre des alternatives lui plaisait.

    - Comment ça s'fait qu'tes potes viennent pas t'voir ? Lâcha-t-il soudain, poussé par la curiosité, sans aucun tact. Après tout, elle était plutôt mignonne, elle avait l'air sympa, gentille. Il n'avait guère fait attention à elle dans les couloirs, mais il lui paraissait qu'une fille comme ça ne devait pas manquer d'entourage. Et pourquoi y'a un autre nom, sur la boite aux lettres ?
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Lun 17 Mar - 11:58

Ingrid avait souvent cette mauvaise habitude de nommer ses proches devant d’autres gens sans se dire qu’ils ne les connaissaient pas forcément. Cela pouvait être troublant, mais elle, elle se comprenait. Ce qu’elle pouvait moins comprendre du coup, c’était le malaise qu’elle pouvait provoquer en citant un seul et unique prénom. Los Angeles c’était grand, vraiment très grand et parfois elle se demandait franchement comment c’était possible de rencontrer des gens qui connaissaient des proches à elle. Et pourtant… car même si elle ne le déchiffrait pas sur le visage de Drew, elle venait encore une fois de faire mouche. A ce rythme là, elle allait finir par se demander si Sonny ne connaissait pas tout Los Angeles ! Quoi qu’il en soit, elle ne fit pas remarquer son comportement étrange à Drew. De toute manière il l’était toujours un peu. Etrange…

Là, cependant, il était carrément distrait par quelque chose dont l’adolescente n’avait pas connaissance. Cela dit, elle l’était aussi puisqu’elle mit volontairement les cours de côté proposant directement une sortie. Prendre l’air, elle en avait besoin pour mettre de l’ordre dans ses affaires et dans sa tête surtout. A voir la réaction du garçon, cependant, elle comprit rapidement que quelque chose le gênait même si elle ne savait pas vraiment quoi. Ingrid l’innocence même. Un jour, il faudrait qu’elle prenne des cours sur les garçons, elle était certaine que ça l’aiderait.

« Un square, des skateurs, nickel, je prends mon appareil photo et on y va ! »

S’il pensait l’éloigner comme ça, c’était fouttu. Ingrid était plutôt du genre faire tout et n’importe quoi sans préjugés, surtout là qu’elle voulait se détendre et penser à autre chose qu’aux cours. Puis surtout le voir obligé de l’aider la démotivait totalement. Elle ne mit alors que quelques secondes pour remettre la main sur l’appareil photo que Keaton lui avait prêté et qu’elle avait délaissé depuis tant de mois maintenant. C’était tellement agréable de pouvoir sortir à nouveau à l’air libre et reprendre ses vieilles habitudes.

Ils se mirent alors en route. Dans la plus grande simplicité. Elle n’avait pas donné plus de détails à Drew sur sa maladie, elle en était de toute manière bien incapable et il semblait plutôt bien l’encaisser ce qui lui faisait énormément plaisir… jusqu’au moment où il mit les deux pieds dans le plat pour ne pas dire les pieds, les mains et la tête ! Les potes… le nom… les démons d’Ingrid.

« Euh… » elle baissa la tête, son regard se perdant sur quelque chose qu’elle ne voyait pas de toute façon.

« Euh, je n’ai pas beaucoup d’amis et le peu que j’ai ne sont pas à l’école et sont très occupés…ou pas au courant de mon retour à la maison… Et le nom et bien, je suis orpheline et Keaton m’a prise sous sa protection… »

Ou comment donner une piètre image de soi à un garçon qui avait plutôt l’air cool et dont elle était sûre qu’il avait la côte. Ils faisaient là une belle paire d’êtres complètement aux antipodes. Du moins selon l’avis propre de l’adolescente qui finalement se sentait bien mal dans ses baskets tout à coup.

« S’il te plaît n’aie pas pitié de moi ! Ca va, je vis bien hein… »

C’était ce qu’elle craignait le plus des autres. Qu’on la prenne en pitié et qu’o l’apprécie presque par devoir. C’était aussi pour ça qu’elle ne se liait pas si facilement, bien qu’elle soit des plus sociables.

[HJ : désolée pour la mise en forme j'ai un bug j'ai plus aucun outils pour la faire et les balises fonctionnent pas, je le fais dès que je peux.]
Revenir en haut Aller en bas
Drew Chambers


avatar

Messages : 162

MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   Dim 23 Mar - 18:51


Sans même s'en rendre compte, Drew fut donc parti pour le square en compagnie de la jeune Amelia... Il ne savait pas trop pourquoi il lui avait proposé ce détour à vrai dire, l'idée lui était venue assez spontanément, sans qu'il ne réfléchisse aux conséquences de cette sortie. Il ne connaissait pas Ingrid tant que ça : pourrait-elle mentir juste pour s'évader de chez elle, alors qu'elle n'y était pas encore autorisée ? Il ne voulait pas se retrouver avec une camarade qui faisait un malaise, ou une crise, en plein parc.
A ses explications, Drew ne rajouta rien. Elle avait l'air suffisamment gênée ainsi, et il ne tenait pas à l'enfoncer, alors qu'il voulait paraitre désintéressé. S'il commençait à lui poser plus de questions, à entrer dans les détails, il craignait qu'elle ne s'arrête plus - les filles qu'il avait connu jusque là étaient souvent trop bavardes pour son bien.

Le manque d'amis, c'était déjà une chose qu'ils avaient en commun. Drew ne s'embarrassait pas vraiment de ce genre de liens, qui pouvaient trop vite se retourner contre lui, et le blesser. Il trainait avec quelques connaissances, au lycée, en général de ceux qui pouvaient lui être utiles, pour intégrer des soirées, et récupérer de quoi planer, en toute discrétion. Il cultivait ce genre de fréquentations, qui ne menaient nulle part à long terme, car il ne tenait pas à être déçu.
Pour ce qui était de l'adoption, il y avait surement une histoire là dessous, mais il sentait bien qu'il n'était pas le moment qu'elle sorte. Elle avait l'air heureuse de sa nouvelle famille, et c'était, dans ce genre de cas, une information suffisante.


    - J'ai pas pitié, répondit-il, avec une esquisse de sourire, légèrement moqueur, mais profondément déterminé. Non, il n'avait pas pitié, même s'il commençait à éprouver une sorte de sympathie pour sa camarade, qui paraissait avoir vécu bien plus que les autres adolescents qu'il côtoyait. T'as réussi à esquiver pleins d'évaluations, et la face du principal pendant plusieurs semaines... J't'envies, presque.



Rien à voir avec ces aveux, mais bon, c'était histoire de détendre l'atmosphère. Leur promenade se poursuivit ainsi, sous le signe de la bonne humeur. Drew tenta de faire un effort de socialisation, et l'accompagna pendant près d'une heure, parlant parfois, écoutant surtout. Le silence qui s'installait souvent entre eux n'était pas pesant comme souvent : ils se contentaient d'observer les prouesses des jeunes athlètes, d'être les témoins indésirables de couples enlacés, ou de disputes d'enfants.
A la grande surprise de Drew, le temps passa plutôt vite, et l'heure de se quitter arriva sans qu'il ne s'en rende compte.
Il ne lui promit rien, ni de la revoir, ni de l'aider pour ses futurs devoirs... Mais bizarrement, il savait qu'il la recroiserait, et qu'il n'avait pas besoin de se perdre en rendez-vous inutiles et surfaits. Au pire, elle arpenterait bientôt, de nouveau, les couloirs de leur établissement.

[ Je clos ici, puisque je pars, comme ça on en ouvrira un autre à mon retour Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la réalité nous rattrape au galop [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: WETHERFORD & AMELIA'S PLACE-