..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Lun 16 Déc - 18:43

23 Mars 2011 – Aux alentours de 3:00

Celui qui faisait tout foirer surtout lorsque ce n'était pas intentionnel. Voilà ce que voulait dire représentant du Cap. C'était une réponse explicative que j'aurais pu fournir à Calloway plutôt que le silence qui avait suivi sa question. J'aurais pu lui apporter une vraie réponse s'il n'avait pas été de Genome, ou plutôt s'il avait appartenu à Genetic. Mes lèvres avaient refusé de se délier. Puis tout s'était enchaîné rapidement. Nous étions parvenus jusqu'au hall en échangeant quelques mots. Quand j'avais vu ma voiture avec Kate au volant, je lui avais demandé de me taper. Pas trop fort. Nous ne devions pas avoir la même définition de la douceur car je m'étais retrouvé à terre rapidement. J'avais même presque pu compter les chandelles au dessus de ma tête. Il m'avait fallu plusieurs secondes avant de bouger, portant une main sur ma nuque. Il m'en avait fallu davantage pour relever la tête quand le silence s'était fait autour de moi. La corvette n'était plus dans les parages, éloignant Kate sans doute définitivement. Je ne savais même pas comment la contacter. Avec cette fuite, je doutais qu'elle garde son téléphone.

Il m'avait fallu un peu de temps pour me remettre sur mes pieds. Entre temps, l'agent de surveillance de nuit était revenu. Il m'avait aidé à me relever, m'interrogeant pour savoir ce qu'il devait faire. Je prendrai tout sur mon compte, expliquant comment un prisonnier s'était échappé en prenant à tour de rôle différents otages. Il n'avait pas de soucis à se faire de ce côté là, sa carrière au sein du groupe ne risquait rien. Il n'avait fait qu'obéir aux ordres. L'homme me conseilla de me rendre aux urgences pour faire examiner ma tête. J'avais répliqué que j'étais médecin, que ça irait. Tout avait bien été jusqu'à ce que je gagne mon bureau. J'avais allumé l'ordinateur dans le but de rédiger le rapport. J'avais même commencé à le faire quand mes mains s'étaient mises à trembler au dessus du clavier. C'était le contrecoup. La pression qui redescendait. Je n'avais plus été capable d'écrire une ligne, réussissant à peine à enregistrer le fichier avant de tout couper. Mes mains ne voulaient pas cesser de trembler, à tel point que je fauchais violemment le premier objet sur mon chemin qui se fracassa au sol. C'était un petit chien en porcelaine qui se tenait sur une planche de surf. Une babiole que nous avions acheté l'été dernier Kate et moi, alors que l'on se promenait le long d'une plage où l'on aimait se rendre ensemble. Je me baissais pour ramasser ce qui restait de l'objet, ne faisant pas attention et me coupant au passage. Quelques gouttes de sang glissèrent le long de ma main pour venir mourir en s'étalant sur le sol. Il était temps que j'arrête les frais. J'avais besoin d'air, de partir très loin de ce bâtiment. Ce fut ce que je fis, laissant tout tel quel derrière moi.

Je ne sus pas comment je me retrouvais dans ce lieu. J'entendais le bruit des vagues s'échouant non loin de là. La plage.. La mer... J'avais marché, perdant toute notion de temps mais également de lieu. Je me rendis compte de l'endroit où je me trouvais quand une lumière d'un réverbère se reflétant sur une vitrine me fit lever la tête. J'étais devant une boutique. Ce n'était pas celle où nous avions acheté la babiole même si elle était ressemblante. Je reculais de quelques pas, me retrouvant sur la route. Ce fut des appels de phare puis des coups de klaxon qui me forcèrent à gagner le trottoir de l'autre côté de la rue. Je reculais, ma main entra en contact avec une rampe d'un escalier menant sur la plage. Je l'empruntais, descendant jusqu'à ce que je me retrouve sur le sable. J'avançais un peu, m'éloignant des lumières pour gagner progressivement la pénombre. L'eau n'était pas loin. Je l'entendais de mieux en mieux. Je voulus aller jusqu'à elle, cet élément avait un don pour m'apaiser depuis des années. Je n'y parvins pas. Mes jambes finirent par se dérober et je m'affalais sur le sable, me retournant pour m'allonger sur le dos. Mes yeux fixèrent le ciel étoilé au dessus de ma tête. Je ne savais pas ce qui était en train de se passer. Est-ce que mon corps me jouait des tours ? Réclamait-il du repos car je n'avais pas encore bien récupéré depuis la prise de l'antidote ? Peut être que c'était un effet secondaire de celui-ci. Peut être que c'était le coup à la tête qui avait plus de conséquences que je ne le pensais. Peut être que je me sentais tout simplement trop mal intérieurement pour continuer à me montrer fort à l'extérieur. Mes paupières se fermèrent. Je sentais bien ma main qui me piquait un peu mais très vite je l'oubliais. J'oubliais même tout ce qui m'entourait, me concentrant uniquement sur le bruit des vagues venant s'échouer sur la plage. Je me raccrochais à elles, songeant que si j'arrêtais, l'oubli finirait par devenir inconscience.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Lun 16 Déc - 19:26

Tout était allé très vite. Cette évasion était au fond assez surréaliste. J'avais volé le pass de Keaton pour sortir Esteban de là, et finalement on ne devait notre évasion qu'au choix de Keaton de nous aider...
Complexe tout ça, comme toujours, entre Keat et moi rien n'était simple. En tout cas pas depuis que l'on s'était retrouvés. Tant que nous étions de simples amis c'était facile, naturel... Et tout avait volé en éclats. Je n'arrivais toujours pas à comprendre ni comment, ni pourquoi...

Certes il y avait eu Genetic dans un premier temps, mais ensuite ? Comment une histoire comme celle là pouvait partir en couilles à ce point ? Je n'avais pas de réponse, c'était sans doute ce qui me bouffait le plus la tête au final. Ne pas savoir...
J'avais le sentiment que mon meilleur ami m'avait été volé. Le Keaton que je connaissais n'existais plus, il avait été remplacé par un autre. Un type qui se tapait des Cooper, un type qui disait ne m'avoir jamais aimée, mais un type qui pourtant m'aidait ?

C'était trop questionnant, trop bizarre. Je devais savoir, comprendre... Esteban était en sécurité je pouvais le laisser. Je devais reprendre le contrôle de ma vie. Je devais affronter Keaton et avec lui tous mes démons. Il le fallait pour que je sois forte et épanouie pour ma fille. Elle méritait une mère solide capable d'affronter les aléas de la vie.
Esteban ne comprenait sans doute pas ce qui me poussait à rejoindre Genetic. Je ne le comprenais pas bien moi même. C'était une organisation plus que bancale mais malgré tout j'y étais chez moi.

Si Keaton tenait parole je pourrais bénéficier de l'antidote, c'était tout ce qui comptait pour le moment. J'eus du mal à laisser Esteban, mais je remontais pourtant dans la voiture de Keat. Il était trop tard pour que je puisse encore utiliser la capacité de Jeremy et je n'avais aucune envie de marcher.

Je roulais vite mais sans vraiment voir le paysage, j'étais dans mes pensées. Par moment je me demandais même si le feu dépassé était bien au vert ? En même temps à cette heure les rues étaient désertes. Il y eut un moment de flottement quand je me trouvais devant Genetic. Je me demandais si mon pass restait actif, si on allait me tomber dessus.

Je le passais pourtant et entrait avec assurance. Plus rien ne pouvait m'arriver, après ce que j'avais accompli ce soir j'étais invincible. L'agent de sécurité arriva rapidement. Il était limite obséquieux et j'avais franchement envie de lui cracher au visage. Je me contentais d'être arrogante et cinglante.

« Je vous dit que je vais très bien donc stop. Laissez moi tranquille. De toute manière ce n'est pas à vous que je vais faire mon rapport. »

Ceci dit avant de prendre l'ascenseur et de me diriger vers l'étage du bureau de Keat. Pas de réflexion, action. Je ne frappais même pas me contentant d'ouvrir la porte. Je pensais le trouver devant son ordinateur... Au lieu de ça je découvris une pièce vide, un ordinateur en veille. Je soupirais d'agacement et baissait la tête pour découvrir une tâche de sang, et à côté les débris de cette babiole que nous avions achetée ensemble.

C'était idiot mais ce débris semblait en adéquation parfaite avec ce qu'était devenue notre relation. Cette pensée m'arracha un sourire triste qui me permit de maintenir les larmes à distance. Il n'était pas là, basta, j'allais rentrer à mon hôtel et me mettre au lit. J'étais épuisée, j'avais des contractions, il était temps que je me pose... Je quittais la pièce quand les questions arrivèrent en rafale.

Etait il blessé à la tête ? Etait ce pour ça qu'il saignait ? Avait il vu un médecin ? Putain et voilà, maintenant que j'avais commencé à m'inquiéter je savais que je ne dormirais pas sans être fixée.
J'utilisais l'interphone pour avoir directement l'agent de sécurité.

« A t'il vu un médecin ? Allait il bien ? »

Les réponses n'étaient pas satisfaisante...

« Comment ça ? Vous n'êtes même pas foutu de trouver un toubib dans ce bouge pour examiner un membre du conseil... S'il lui est arrivé quelque chose je veillerais à ce que vous le payiez au prix fort. »

Ceci avant de reprendre les clefs de sa voiture pour foncer au parking. Ce petit surf en morceau venait de me donner une idée. Keat était un idéaliste persuadé que le bruit de la mer pouvait apaiser tous les maux. Peut être y était il allé ? Peut être avait il besoin d'aide ?

Je fonçais la-bas, me garais en vrac avant de me mettre a crier son nom. Je perçus un léger mouvement dans la lumière lunaire et m'approchait prenant soin d'envoyer valser mes pompes pour être plus à l'aise. Il était allongé dans le sable et je pris la parole sur un ton cassant.

« Tu devrais être en train de te faire examiner par un toubib pas vautré comme un con dans le sable. Tu attend ta sirène peut être ceci dit ? »

Cette réplique me fit penser à Dakota et aussitôt je vérifiais du regard si elle était là. Si c'était le cas je repartirais immédiatement, envie de discuter ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Ven 20 Déc - 22:49

La musique créée par les vagues était si calme, si reposante. Plutôt régulière même s'il y avait toujours une note qui sortait du lot, annonçant un bref changement de rythme, à peine insignifiant avant que la mélodie ne reprenne son tempo habituel, au moins pour ce morceau. J'aurais aimé me glisser au milieu de celui-ci, ne faire plus qu'un avec cette vaste étendue. Seulement le temps de quelques minutes, pour oublier et m'apaiser. Je ne savais même pas pourquoi j'aimais autant la mer. Je ne l'avais vue qu'à de rares occasions durant mon enfance. Elle m'avait envouté, une attraction puissante contre laquelle je n'avais pas pu lutter contre. C'était ainsi que j'avais appris à nager, puis à surfer et que j'avais fait de l'eau mon élément. Il n'y avait rien de plus beau à cet instant que ce silence brisé par les vagues. J'en étais presque à oublier ce qui s'était déroulé cette nuit, effaçant tout, du moins provisoirement. Ceci jusqu'à ce que je finisse par entre le son d'une voix qui m'appelait. Toujours les yeux fermés, je remuais, levant légèrement un bras. « Je suis là ma chérie. Katie.. » Ces mots furent à peine prononcés, tout juste murmurés car ils semblaient tellement hors contexte par rapport à la réalité. La mélodie interprétée par les vagues me jouait des tours. Elle me donnait l'impression d'entendre cette voix que j'aimais par dessus tout, de la rapprocher de moi comme si elle était réelle alors que cela ne pouvait pas être le cas.

Je devais rêver. Il n'y avait pas de doute à ce sujet. Je songeais être conscient mais tout les sons que je percevais autour de moi n'étaient que le fruit de mon imagination, sortis directement d'un rêve. Le coup porté par Calloway devait vraiment être plus important que je ne le pensais. Mais il était trop tard pour en tenir compte. Je ne souhaitais pas bouger. Alors me faire examiner, encore moins. Je connaissais déjà le verdict, il était inutile que Kate me le rappelle, ni qu'elle en profite au passage pour me dire que j'étais comme un con. Mais... Kate ? Mes paupières s'ouvrirent brusquement, un peu trop rapidement. Nous étions dans la pénombre et j'eus l'impression qu'une lumière m'éblouit. Alors je refermais les yeux durant quelques secondes. Ce fut alors que je me rendis compte que j'avais mal à la tête. La douleur se faisait sentir alors que juste auparavant j'avais le sentiment d'être bien, plongé dans mon havre de paix. Je portais une main sur ma tempe, comme si ce simple geste pouvait chasser la douleur. Est-ce que c'était un rêve qui semblait si réel ? Est-ce que je délirais ou était-ce seulement la réalité ?

Je ne comprenais pas. Elle m'avait retrouvé, je ne savais comment. Je n'avais pourtant laissé aucune indication derrière moi. « Tu as déjà abandonné ton ami ? » La question franchit le seuil de mes lèvres, peut être un peu trop vivement. Elle n'avait rien à faire sur cette plage. Ce n'était pas pour venir me faire la moral sur mon état de santé qu'elle s'était donnée tout ce mal et avait pris autant de risques tout de même ? Cela me contrariait, je ne savais pas à quel jeu elle jouait. Pourtant, il y avait des émotions contraires qui m'animaient. J'étais heureux de la voir, et soulagé car elle me semblait aller bien. Je pensais l'avoir vu pour la dernière fois avant longtemps un peu plus tôt et pourtant elle se tenait devant moi, sur cette plage. « Écoute.. Si tu me cherches pour me demander de te procurer des doses de sérum pour Calloway, je le ferai. Je serai ainsi peut être digne d'être un père à tes yeux pour notre fille. » L'amertume était présente. J'acceptais de nombreuses choses, j'assumais également de nombreux mots ou actes mais non ceci. Pas quand elle remettait en cause ma paternité.

Je me redressais difficilement pour m'asseoir. Nous étions en pleine nuit, plutôt sur le petit matin. La soirée avait été longue, éprouvante. Et douloureuse physiquement en ce qui me concernait. « Je ne souhaite pas m'engueuler avec toi, je ne suis pas en état. Si tu veux discuter, reste. Mais si tu as envie qu'on se prenne la tête, pars... S'il te plait. » L'intonation de ma voix s'était adoucie. J'étais trop fatigué physiquement et moralement pour lutter contre elle. Je n'en avais même pas envie. Tellement pas, que je préférais faire abstraction de sa question sur la sirène. Nul doute qu'elle devait faire référence à Cooper qui m'attirait dans ses filets. Sauf que le chant des sirènes, que ça soit le sien, ou celui de Charybde et Scylla, n'avait plus d'effet sur moi. Je ne l'entendais plus depuis quelques jours, depuis que j'avais vraiment réalisé l'énorme gâchis que j'avais généré et qui m'avait poussé à rompre avec celle que j'aimais depuis toujours.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Sam 28 Déc - 11:02

En le voyant comme ça allongé dans le sable j'avais eu peur. J'avais eu peur et ça c'était traduit par de l'agressivité. Je lui en voulais bien trop de toute manière pour lui montrer mon inquiétude.
Quand il porta la main à sa temps je regrettais qu'il n'y ai pas plus de lumière. Etait il vraiment blessé ? Je me maudissais intérieurement de m'inquiéter pour lui, je ne devais plus faire ça. Je devais l'oublier, le rayer de ma vie, c'était la seule façon de me préserver.

Je le savais mais je n'avais jamais été douée pour faire attention à moi de toute manière. Quand il parla il y avait de l'amertume dans sa voix. Il parlait d'Esteban et j'haussais les épaules. Ca ne le concernait pas, il avait perdu le droit de me poser des questions sur ce que je faisais et avec qui.
J'allais l'envoyer paître mais la suite me laissa perplexe. Il proposait de m'aider en volant des doses de sérum ? Je fus surprise, d'autant plus quand il expliqua pourquoi... Ainsi ma pique sur sa paternité avait porté ? J'en pris bonne note avant d'ouvrir la bouche.

« J'ai déjà subtilisé des doses de sérum. Il en aura besoin. »

Autant qu'il le sache, après tout il était lui aussi mouillé dans cette affaire. Il c'était redressé pour s’asseoir et m'expliqua qu'il ne souhaitait pas qu'on se dispute. Pourtant c'était ce qu'on faisait de mieux depuis un certain temps déjà.

« Si tu ne veux pas qu'on se dispute ne parlons pas de Lou. Ni de ma fille, ni du fait que tu sois son père. Ca vaudra mieux. Et accessoirement tiens toi tranquille. »

Je me laissais tomber a genoux à coté de lui avant d'allumer la lampe torche de mon téléphone portable. Je ne le touchais pas tout de suite, me contentant de regarder sa tête. Il avait une énorme bosse et un peu de sang séché.
Je finis par poser une main délicate sur sa tête pour écarter ses cheveux. Le contact de ses boucles sur mes doigts me perturbait mais je ne m'écoutais pas. Il m'avait aidé, je devais être sûre qu'il ne paierait pas le prix fort pour ça.

« Tu as sans doute un traumatisme crânien, mais tu n'auras pas besoin de points de suture. Ceci étant il faudra nettoyer cette plaie. »

Pour le reste il était lui aussi médecin et savait ce qu'il fallait faire. Il lui fallait surtout du repos.
Je laissais retomber ma main tout en parlant et m'éloignais légèrement pour mettre une distance suffisante entre lui et moi. Ceci fait je m'installais en tailleur comme je l'affectionnais avant de reprendre la parole sur un ton toujours glacial mais plus calme.

« Pourquoi m'as tu aidé ce soir ? »

Clair simple et concis. J'étais presque efficace, en tout cas je dissimulais le bouillonnement d'émotions contradictoires qui valsaient en moi.
J'avais envie de l'engueuler, de l'insulter, de me mettre a pleurer, de crier, de comprendre, de savoir... J'avais plein de questions à lui poser et elles commençaient finalement toutes par le même mot : pourquoi. Finalement je décidais de me laisser aller et de livrer ce que j'avais sur le coeur. Je n'avais plus rien à perdre et il était temps que je crève l'abcès. J'en avais besoin pour tirer un trait, pour reprendre le cours de ma vie, pour aller mieux, pour aller de l'avant, pour survivre. Ma voix était douce mais éteinte quand je pris la parole.

« Je ne te comprends plus, je ne sais plus qui tu es. »

C'était vrai et c'était sans doute ce qui me faisait le plus mal. Je le connaissais depuis tant d'années, je ne supportais pas qu'il devienne pour moi un étranger.

« Tu as dit que tu ne m'aimais pas, que tu ne m'avais jamais aimé, et pourtant tu as voulu que je te suive en afrique du sud, et tu m'as aidée ce soir. J'en ai marre de ne rien comprendre Keat, j'en ai assez, je suis fatiguée de tout ça. Fatiguée de souffrir, fatiguée d'être traitée comme ça. Il est temps de t'expliquer, tu ne crois pas ? »

J'arrivais à parler sans passion, ou presque. C'était son amie qu'il avait devant lui en cet instant, parce que même si j'avais envie de le tuer il était de ma famille. Cette même famille du cœur dans laquelle je rangeais Esteban et qui expliquait tous les risques que j'avais pris ce soir.

J'avais besoin de comprendre, j'étais d'accord pour rester calme autant que possible mais il fallait qu'il arrête les faux semblants et qu'il se livre. Qu'il m'explique ses motivations, ce qu'il foutait avec une pétasse comme Cooper,...
Ce qu'il attendait de moi vis à vis de Lou à qui il avait dit être prêt à renoncer et qu'il semblait maintenant investir plus que tout.

J'étais paumée et épuisée et les larmes ne tardèrent pas à couler sur mes joues. Silencieusement...
J'éteignis mon téléphone, je ne voulais pas qu'il me voit comme ça. Je me tus et fixais mon regard sur la mer. J'attendais des réponses...

Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Sam 28 Déc - 20:26

Ma proposition allait à l'encontre de la raison. Ce qui s'était passé cette nuit ne semblait pas avoir suffit. Le coup que j'avais reçu sur la tête n'était pas une assez bonne mise en garde. J'étais prêt à récidiver, à utiliser ma position, mes talents de comédien et ma qualité de médecin pour faire disparaître quelques doses de sérum. Parfois, ceci se produisait dans les hôpitaux alors pourquoi pas au sein même de Genetic. Ce ne serait guère étonnant vu le contexte actuel provoqué par le virus et les motivations de certains membres du personnel qui retournaient leur veste auprès des têtes pensantes comme on changeait de chemise. Le seul soucis, ce serait les caméras. Il faudrait les détourner le moment venu, ou planifier minutieusement pour que tout paraisse normal. Je réfléchirai à tout ceci, mais avant je souhaitais que mon mal de tête disparaisse. Il n'était pas prêt de se faire la malle quand elle m'annonça avoir dérobé deux doses de sérum. Au moins, elle avait l'honnêteté de me le dire. Il ne me restait plus qu'à trouver une idée de génie pour expliquer cette disparition dans le rapport que je n'avais pas terminé de rédiger. Cela faisait beaucoup à réfléchir d'un coup mais chaque chose en son temps. Je devais me centrer sur Kate qui était bien présente. J'acceptais de discuter si elle le désirait, non de me disputer. Je sentais ma tête prête à exploser si nous haussions la voix.

Elle alla dans mon sens, du moins en instaurant un sujet tabou. Celui de notre fille, ou plutôt de sa fille selon ses dires. Ma mâchoire se crispa, mes dents se serrèrent. Mais soit, s'il fallait ne pas en parler, je ne le ferai pas. Je pouvais au moins faire cet effort, afin d'éviter une nouvelle dispute sur la reconnaissance de ma paternité. Je hochais la tête en guise d'approbation, aussi bien pour Lou mais aussi pour le fait de me tenir tranquille. Je n'avais pas la force de me lever pour courir le long de la plage, ou piquer une tête dans la mer si elle songeait à ceci. J'aimais le faire mais je n'étais pas non plus suicidaire. Mon corps ne me porterait pas pour ces petites folies alors oui, je ne bougerai pas et resterai tranquille, au moins pour cette nuit. Du moins, si elle ne se tenait pas trop près de moi car un frisson me parcourut quand elle se laissa tomber à mes côtés et celui-ci se transforma en trouble quand sa main se posa sur ma tête. Je fermais les yeux, ne bougeant pas et la laissant faire. Ce geste était purement médical, j'en avais bien conscience. Il me perturbait pourtant plus que de raison. Si bien que l'annonce du probable traumatisme crânien que j''avais ne me provoqua aucune réaction. J'aurais bien le temps de m'allonger, et de me reposer après cette nuit. Je savais ce que je devais faire pour ma santé, je n'étais pas complètement inconscient.

Le contact fut bref. Pourtant je ressentis comme une sorte de froid ou de vide quand la main de Kate se retira. J'aurais aimé que ce geste soit prolongé de quelques secondes. Je l'observais alors qu'elle prenait place à proximité, instaurant une distance respectable entre elle et moi. Quand sa question tomba brusquement, sur un ton glacial, mon regard se déroba, s'accrochant au premier point qu'il put croiser dans la pénombre. Je ne souhaitais pas qu'elle lise la réponse que mes prunelles trahissaient. Je l'aimais, c'était la seule et unique raison, il n'y en avait pas d'autres. Je ne répondis pas dans l'immédiat, cherchant une explication qui tiendrait la route mais qui ne vint pas. Mon silence lui permit d'enchaîner. Je lui donnais raison et je le lui avais déjà annoncé. Je ne comprenais pas mes gestes, mes mots depuis quelques temps. Je le lui avais déjà annoncé quand elle était venue me voir peu après la mise au point du sérum. Malgré tous nos différents de ces derniers temps, nous étions au moins d'accord sur ceci, je n'étais plus le même qu'avant.

Et ces derniers temps, chaque mot qui franchissait le seuil de mes lèvres était une invitation à la dispute, à un déchirement. J'étais fatigué de tout ceci, de mon propre comportement. Je n'étais pas le seul, mon entourage en faisait les frais. Kate la première. Elle m'invitait à m'expliquer, m'offrant l'occasion de le faire. Ce n'était peut être pas le bon moment vu l'état dans lequel je me trouvais. Ou alors peut-être était-ce au contraire le meilleur. Nous étions peut être d'accord pour ne pas nous disputer en discutant simplement. Cela ne durerait peut être que deux minutes. C'était tout de même deux minutes dont il fallait profiter. Je n'oubliais pas non plus qu'avant que nous devenions aussi intimes, elle était ma meilleure amie, celle qui m'écoutait toujours même si j'acceptais rarement de me confier. Et elle l'était toujours à mes yeux. La lumière du portable s'éteignit. Je me décidais à tourner la tête vers Kate mais ne croisais pas son regard, perdu en direction de la mer.

« J'ai menti, croyant que c'était la meilleure solution pour toi. C'est stupide et je sais que je n'ai aucun droit pour décider ce qui est le mieux pour toi mais... J'ai pensé que tu passerais à autre chose et te détacherais plus facilement si je déclarais ne t'avoir jamais aimée. Ça m'a coûté de le dire car je tiens toujours à toi. Sauf que ses sentiments, je ne peux plus les laisser s'exprimer, pas après tout l'immense gâchis que j'ai provoqué. » Je m'interrompis pour reprendre mon souffle. On pouvait dire que j'étais vraiment doué, j'avais provoqué un véritable tsunami autour de moi, atteignant différentes personnes. Je n'étais pas digne de son amour. Je n'avais pas été assez digne pour avoir un comportement irréprochable et la garder. J'avais perdu son amour et très certainement son amitié au passage. Il m'avait fallu moins de trois mois pour détruire ce que nous avions mis plus de vingt ans à bâtir. Comme quoi, tout ne tenait qu'à un fil... « Ces derniers mois, je suis resté détaché, ne voulant pas penser à cette fameuse vision que mon père avait eu et qui me concernait, qui expliquait pourquoi il ne m'avait pas élevé. Inconsciemment, je n'ai pas arrêté d'y penser, trouvant toujours une excuse pour tout ramener à Genetic. Ton enlèvement, ce que tu faisais avant, nos disputes, ma nouvelle position, mon changement de comportement.... Je me suis conforté dans cette explication. Pourquoi me désigner comme coupable alors que j'en avais un à disposition. » J'avais choisi la facilité, c'était clair à présent dans ma tête. « Calloway n'est pas con.... Est-ce que Genetic justifie que je perde complètement mon âme ? Car c'est ce qui est en train de se produire mais je ne peux plus laisser faire. C'est fatiguant de ne plus être moi, je recommence à me détester, comme lorsque j'ai découvert mon pouvoir... » Et seule elle savait par quoi j'étais passé avant de finalement l'accepter, grâce à son soutien, car elle m'avait aidé. « ça n'a plus de valeur mais je suis désolé Kate. Réellement. »

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Mar 31 Déc - 12:43

J'étais venue sur cette plage pour quelque obscure raison. Je ne comprenais pas vraiment ce qui m'avais amenée ici. C'était un besoin, une envie irrépressible de comprendre, de tourner une page.
C'était aussi autre chose, mais je ne voulais pas me l'avouer. Je refusais de ressentir une quelconque émotion positive à son égard.

Il m'avait bafoué à deux reprises en si peu de temps... Je ne devais plus lui accorder la moindre confiance sinon je souffrirais encore. La preuve, j'étais là, comme une idiote, en larmes. Les larmes coulaient silencieusement, je regardais la mer, je laissais le sable s'écouler entre mes doigts.

Ce contact m'apaisait, mais ne parvenait pas à me faire oublier celui de ses cheveux. J'étais bouleversée et me forçait à garder les yeux perdus au loin quand il prit la parole.
Les mots qu'il prononçait j'en avais rêvé la nuit mais maintenant ? Je ne savais pas si je pouvais le croire. Je ne savais plus quand il était sincère, quand il jouait la comédie. C'était dingue, je le connaissais pourtant depuis si longtemps... Je le laissais parler, prenant le temps de réfléchir, de me tempérer. Je ne voulais pas répondre du tac au tac pour éviter de l'agresser. J'avais accepté de rester à la condition de rester zen. Je n'étais plus une gamine et je devais être capable de me tempérer à minima.

La suite me fit mal au cœur, je souffrais pour lui. Pour le jeune garçon que j'avais connu et qui avait tant souffert de la mort de sa mère, pour ce môme forcé de se construire sans père. Je le haïssais depuis des jours mais en cet instant ça ne comptait plus. Il me faisait revenir à un avant lointain mais tellement plus heureux malgré toutes les horreurs traversées à l'époque.

« Ne laisse pas Genetic prendre ton âme, elle a déjà la mienne... »

Ma voix n'était qu'un souffle, comme si un voile la recouvrait. C'était mieux de parler bas de toute façon, ainsi j'avais une chance de dissimuler mes larmes ridicules.
Je ne voulais pas qu'il vende son âme au diable, pas alors qu'il était l'une des seules belle personne que je connaissais.

« Je ne sais plus si je peux te croire Keat, je ne sais même pas si j'en ai envie ou non. »

Je parlais calmement, je voulais aller au bout des choses, pour exorciser la douleur.

« Comment as tu pu croire que renier ce qui c'est passé entre nous pouvait me faire du bien ? Comment peux tu imaginer que mettre à mal notre amitié pourrait m'aider ? »

Je secouais la tête tout en parlant.

« Je pouvais entendre que tu ne veuilles plus de moi, plus de cette vie que j'imaginais. Mais que tu dises ça ? Nous étions amis Keat, bien avant ta demande en mariage, bien avant Genetic, bien avant L.A. Et maintenant quoi ? Je ne sais même plus si tu me mens ou si tu es sincère maintenant... »

Je resserrais les bras autour de moi comme pour me réchauffer. J'avais froid mais pas à cause de la température, c'était mon âme qui gelait.  J'étais complètement paumée et je ne parvenais pas à stopper mes larmes.

« Regarde ce que l'on est devenus ? »

Sur cette dernière phrase ma voix se brisa et les sanglots me serrèrent la gorge. J'avais tellement mal, je n'en pouvais plus. Lou remuait et de violentes contractions me serraient le ventre. Je pleurais de douleur et de souffrance morale, un savoureux cocktail qui me vidait de mes dernières forces.
Je pensais avoir mis tout ça derrière moi mais je prenais maintenant conscience que c'était impossible.  Il fallait éclaircir tout ça pour que je puisse avancer.

« Sincèrement, je pense que je ne pourrais jamais te pardonner... »

J'étais sincère, je doutais vraiment d'être capable de passer au dessus de ça. Même s'il disait souffrir, même s'il sous entendait ressentir encore des sentiments... Il m'avait déjà dit ça, m'avait fait des promesses, avait dit qu'il m'aimait... Et finalement il avait piétiné mon cœur que je lui offrais. Moi qui me voulait une femme forte et indépendante j'avais été prête à accepter la tromperie, j'avais accepté de renier mes principes, juste par amour pour lui.

Je souffrais de cette trahison, je souffrais aussi de mon ego blessé. Je ne supportais pas de valoir moins qu'une Dakota à ses yeux. Ne voyait il pas à quel point elle était sans intérêt ? Certes bien foutue mais à part ça ? La simple idée que cette vipère puisse approcher Lou me rendait dingue.
Je ne devais pas y penser sinon mes bonnes résolutions allaient voler en éclat.
Par contre cette réflexion fit parvenir une question à mon esprit embrumé.

« Ce jour là, tu as dit avoir rompu ta promesse, C'est à dire ? »

Mon ton froid était de retour, je reprenais peu à peu du poil de la bête. Je savais que ça me ferait du mal mais j'avais besoin de tout savoir. J'avais aussi envie de voir s'il me dirait les choses ou s'il choisirait les faux semblants. Je me comportais comme une vulgaire femme trompée, bafouée... Mais finalement c'était ce que j'étais... Une femme qui avait perdu son cœur et ses illusions, une femme qui renaîtrait pourtant de ses cendres. Je me devais d'être un phénix, majestueux et renforcé par la souffrance. Plus exactement, je le devais à ma petite fille à naître. Cette discussion allait sans doute marquer un tournant dans ma relation avec le père de Lou. Serais je capable de lui laisser une place auprès d'elle ?

Serais je seulement capable de l'en priver ?
Il avait beau m'avoir traité comme une merde je savais qu'il serait un bon père, qu'il la protégerait, qu'il l'aimerait même... Mais... Pouvais je supporter de le voir au quotidien ? Est ce que j'arriverais à gérer cette proximité ? Tant de questions... Il suffisait de voir a quel point je pouvais être bouleversée par son contact... Je me navrais moi même.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Dim 5 Jan - 18:44

La machine était en marche et je ne savais pas s'il existait sur celle-ci un bouton sur lequel appuyer pour faire un arrêt, voire même un retour en arrière pour rembobiner la cassette. Une fois que nous étions dans son engrenage, il ne semblait plus être possible d'en sortir, malgré tous nos efforts. Alors peut être que Genetic finirait par avoir mon âme comme elle avait eu celle de nombreuses personnes avant moi, dont celle de Kate. Je n'aimais pas qu'elle le dise mais je ne pouvais pas non plus le nier que Genetic l'avait en partie changée tout comme elle était en train de le faire avec moi. Alors quelle solution existait-il pour me sauver et tenter de récupérer l'âme de Kate au passage ,car il était hors de question que je la laisse. Lou aurait besoin de sa mère, tout comme j'avais besoin d'elle. Il fallait peut-être faire comme lorsque nous étions gosses. Trouver un crayon pour rembobiner la cassette manuellement sans plus utiliser la machine. Restait juste à savoir quelle forme pouvait prendre ce crayon dans le cas présent. J'aurais le temps d'y penser dans les prochains jours, pour le moment je revenais aux propos de la jeune femme.

Je comprenais ses doutes, son indécision. Je ne fis aucun geste, ne prononçais aucun mot pour lui demander de me croire. Alors je la laissais continuer et à chaque mot qu'elle prononçait, je me sentais de plus en plus stupide du comportement que j'avais eu. J'avais cru agir au mieux pour elle sans songer une seconde aux conséquences inverses de mes actes. Si j'avais eu encore un doute sur les conneries que j'enchaînais ces derniers temps, une nouvelle preuve de ma fausse route était en train de s'étaler sur le tapis. Le pire, c'était que tout au fond de moi, je voulais toujours d'elle et je désirais cette vie qu'elle avait imaginé. J'en avais même rêvé un moment. Tout s'était écroulé, tel un château de cartes sur lequel on avait soufflé dessus, balayant les espoirs pour ne laisser à leur place que de la désolation.

Regarde ce que l'on est devenus ? Quand la voix de Kate se brisa, je me rendis enfin compte qu'elle pleurait. Ma première réaction fut de tendre mon bras dans l'intention de poser ma main sur son épaule pour la ramener vers moi. Mon geste se suspendit dans l'air, s'arrêtant avant que mon bras ne retombe. Ce geste ne serait pas le bienvenu. Il serait surtout égoïste de ma part alors que c'était moi qui l'avais mise dans cet état. Je n'étais pas violent mais je ne valais pas mieux qu'un mari qui battait sa femme et qui la soignait ensuite avec douceur, comme si de rien n'était. L'impact n'était pas le même, moralement, c'était pire.

« Je ne te demande plus de me pardonner Kate, car je ne pourrais jamais me pardonner non plus. » Coupable. Il ne restait plus qu'à me trancher la tête. Qu'elle ne puisse pas me pardonner, qu'elle ne me croit plus sincère dans mes propos, je le concevais tout à fait. Je ne savais même plus ce qu'il restait à sauver entre nous et surtout ce qui pouvait être sauvé. J'avais fait voler en éclats l'amour et l'amitié, que restait-il derrière tout ceci, un semblant d'entente pour notre fille ? Un vent froid se mit soudain à souffler entre nous. Ce jour là, elle ne m'avait pas demandé davantage d'explications, se laissant porter par la colère et la douleur. Mon regard se fixa sur elle. Je ne souhaitais pas ranimer la colère, encore moins la douleur. Durant quelques secondes je fus tenté de me taire, de ne pas lui apporter de réponses avant de me résoudre à penser que ça ne serait pas la solution. Je n'avais aucun droit sur elle, je ne pouvais pas décider ce qui était le mieux ou non. Il fallait que je fasse à cette idée et que je l'accepte.

« Je n'ai pas couché avec elle si c'est ce à quoi tu penses. Et ce n'est pas d'actualité alors ne me ressors pas que je devrais le faire. Je t'en prie. » Je préférais anticiper car nul doute qu'elle me la sortirait cette phrase comme elle l'avait déjà fait auparavant. « La veille, j'étais sorti prendre l'air et je l'ai croisée. Son état était pitoyable après que Tussle l'ait virée et pour ne pas changer, on s'est pris la tête. L'idiot que je suis refusait qu'elle arrête de se battre, je lui ai proposé un poste sachant dans la position que ça me mettrait. Elle a menti à Tussle, elle devait me tuer et elle a décidé de ne pas le faire. Je suis trop idéaliste pour accepter qu'une personne meurt sans que je ne fasse rien pour la retenir et l'en empêcher. Je suis trop con pour l'avoir de nouveau embrasser. Je ne regrette pas de l'avoir embauchée mais je regrette d'avoir tout foutu en l'air.  Une fois de plus, comme si je suis incapable d'apprendre mes conneries. »

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Dim 12 Jan - 20:51

Mettre cartes sur table, exprimer ce que j'avais sur le cœur, serait ce suffisant ? Je l'ignorais mais je savais en avoir besoin. Pour lui pardonner ou bien pour passer totalement a autre chose, ce même si j'avais du mal à concevoir ma vie sans lui. J'y étais pourtant parvenue ici avant de le retrouver. J'avais déjà vécu sans qu'il soit à mes côtés, j'avais tendance à l'oublier parce qu'il avait pris beaucoup de place.

Je pouvais vivre sans personne d'autre que moi même. J'étais capable d'être froide et dure comme la glace. La question c'était : avais je encore envie de vivre comme ça ? En me privant de tout contact humain doux ou délicat ? La réponse fusa du plus profond de moi, un NON catégorique et vibrant.

Il y avait Jeremy que je ne pouvais abandonner, Thalya cette jeune femme si touchante... Il y avait des gens qui valaient le coup, je ne pouvais me retrancher dans mon château d'argent. Je voulais vivre, partager, m'amuser, m'ouvrir... C'était en plus ce qu'il fallait pour que ma petite fille ai un entourage solide.

J'étais décidée a tout lui dire, mais aussi à tout lui demander. Quitte a me faire du mal je voulais savoir jusqu’où il était allé avec l'autre... J'avais beau pleurer et trembler de crainte j'attendais avec impatience d'être fixée. Je vis son geste tendre se suspendre a quelques centimètres de moi et un sourire amer orna mes lèvres. Il me connaissait bien et savait que c'était le meilleur moyen de déterrer la hache de guerre. Je ne voulais pas de proximité physique parce que c'était dangereux. Même en colère je savais risquer de fondre. Il y avait toujours eu une émotion, une tension, presque palpable entre nous. Même avant d'avoir cédé à nos sentiments, a chaque fois qu'il me touchait je me sentais vibrer, j'avais envie de me fondre en lui, de lui arracher ses vêtements. C'était sans doute pour ça que je n'avais jamais supporté de le voir avec ses diverses petites amies.

En tout cas je savais que me blottir contre lui c'était le meilleur moyen pour emprunter une pente que je regretterais ensuite. Il ne pouvait rien y avoir entre nous, en tout cas pas tant que tout ne serait pas clair. Il prit la parole et mon souffle se suspendit à ses mots.

Il commença par dire qu'il n'avait pas couché avec elle, ce qui dans mon esprit signifia qu'il en avait eu envie et me fit mal. J'écoutais la suite et la rage monta en moi comme un tsunami. J'avais envie de le frapper, de lui arracher les yeux, de lui hurler des horreurs au visage. Je me contentais d'abord d'un reniflement et d'une longue inspiration. Il se livrait à ma demande donc lui sauter à la gorge n'était pas logique. Ceci étant je ne comptais pas non plus me montrer douce et compréhensive. C'était impossible tant ça me prenait aux tripes.

« C'est là que je suis sensée te plaindre ? Que je suis sensée comprendre ? Je ne comprends pas. Je ne peux pas. »

Le ton montait, ma rage se sentait, j'étais sur le point d'exploser.

« Je ne vois même pas ce que tu peux lui trouver. Elle est bien foutue et encore dans le genre pute de luxe mais sinon ? Je ne pensais pas que ce genre de fille pouvait intéresser les mecs comme toi. J'ai du me tromper lourdement sur la personne que tu es finalement.  »

Je serrais les poings dans le sable essayant de me retenir de hurler. C'était de plus en plus difficile.

« Ne pas la laisser crever. C'est ça ton excuse pour lui rouler des patins dès que tu la croises ? Pathétique, non ? Elle laisse crever n'importe qui la gueule ouverte si ça peut lui servir. Sauf toi c'est vrai. Apparemment l'idiote a un cœur, ou en tout cas un appendice équivalent et il ne murmure que ton nom. A se demander qui est le plus minable de vous deux... »

J'étais blessante et méchante mais c'était tout ce qui me restait pour me maintenir debout. Savoir qu'il avait choisi de tout ruiner entre nous pour cette fille que j’exécrais c'était un coup tellement rude que je ne m'en remettais pas. Je finis par me taire, je n'avais rien a ajouter si ce n'était d'autres joyeusetés du même genre, et pour le moment je préférais le silence. Le bruit du ressac et des rouleaux sur le sable. Il n'avait pas tort c'était apaisant... Même pour une citadine comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Dim 12 Jan - 21:44

C'était un moment crucial dans nos vies. Il fallait qu'il ait lieu une nuit durant laquelle j'avais un mal de tête pas possible. Des coups résonnaient à l'intérieur de mon crâne. Je refusais qu'ils prennent le dessus tant que nous ne serions pas allés assez loin dans cette discussion pour y voir un peu plus clair. Ou tout du moins pour réussir à mettre les choses à plat et peut être à trouver un nouveau terrain d'entente. Alors, quand j'eus fini de m'exprimer, j'accueillis comme un soulagement ce léger moment de flottement. Juste le temps d'un reniflement, d'une longue inspiration. Une brève trêve de quelques secondes avant que le cours des choses reprenne et que les hostilités reprennent de plus belles. « Non, je ne te demande pas de me plaindre... » Je ne le méritais pas de toute façon et je n'étais pas à plaindre, seulement à claquer. Je pus à peine placer une phrase. Kate était lancée. Le son de sa voix montait dangereusement dans la aigus. Adolescent, je m'éloignais quand ça se produisait, la laissant éclater et faisant mine de l'écouter que lorsqu'elle était prête à ne plus s'en prendre à moi. Mais je n'étais plus un adolescent et agir de la sorte n'aurait été qu'une preuve que je n'assumais pas les conséquences de mes actes. Il n'était pas non plus question de s'amuser, c'était juste la réalité, aussi triste était-elle.

Je ne savais même pas moi non plus ce que je trouvais à Cooper. Peut-être cette certaine fragilité qu'elle cachait derrière ses airs mais Kate possédait la même. Ce n'était pas ceci mais quoi donc alors. Si encore elle me rendait heureux mais chaque baiser que nous avions échangé n'était que synonyme de torture mental en ce qui me concernait. Il ne fallait pas mais je faisais, à croire que je provoquais pour détruire l'équilibre de ma vie. J'avais pourtant tout pour être heureux, une femme qui m'aimait, une fille, une autre sur le point de naitre, une sœur et une nièce. Qu'est-ce que je désirai de plus alors que je n'avais jamais rêvé d'une telle chose durant toute ma vie jusqu'à ce que je finisse par enfin laisser mes sentiments envers Kate. Peut être que j'aurais du les taire, les garder une dizaine d'années de plus pour moi. C'était ce que faisaient les mecs comme moi, non ? Une pointe de colère monta. Ils étaient tous là à savoir qui j'étais, ou du moins à le croire. Les hommes comme moi... Les mecs comme moi...  N'étais-je qu'une image représentative de l'idée que l'on se faisait de moi et je devais la suivre ? Je faillis lui demander qui j'étais, quelle image elle avait de moi, avant de me retenir de le faire. Quelle que soit cette représentation, je n'étais plus en accord avec apparemment.

J'encaissais sans broncher. Je m'en prenais plein la tronche mais je ne disais rien, la laissant poursuivre. Chaque mot faisait mal, était dur à encaisser mais je supportais car je le méritais. Difficilement mais je ne disais pas un mot. Je n'étais qu'un minable, il n'y avait pas besoin de me rappeler. J'étais assez grand pour faire mon auto critique et m'accabler. Mais vu mon comportement de ces derniers temps, il était peut être d'en rajouter une couche pour que ça s'enfonce bien dans mon crâne, n'est-ce pas ? Minable. Voilà qui n'arrangeait pas mon mal de tête. Puis le silence seulement entrecoupé par le bruit des vagues. Il ne dura que quelques secondes car cette fois, ce fut mon tour d'éclater même si ma voix ne monta pas crescendo, contrairement à elle juste auparavant.

« Je suis minable, pathétique, c'est ça que tu veux que je te dise ? Pitoyable également, un beau salaud. Je ne suis pas le preux chevalier que tout le monde s'imagine, dont la conduite est irréprochable et sur qui on veut prendre exemple. Je fais des erreurs, énormes et lourdes de conséquences. Et je ne suis pas comme on s'imagine que je suis. D'ailleurs, j'aimerais bien savoir comment je suis censé être car je ne le sais pas moi-même. Je suis.. » paumé et seulement un homme. C'était les mots même si je ne le prononçais pas. Je décevais, je n'entrais plus dans le moule auquel j'avais habitué tout le monde, un moule irréprochable. Et je ne te tenais plus en place. Alors je me levais brusquement, vacillant légèrement à cause de ma tête. J'avais besoin de marcher même si je devais m'écrouler vingt mètres plus loin. Ce n'était pas Kate que je voulais fuir, seulement moi car si elle me détestait, je connaissais une personne qui me détestait plus qu'elle. C'était tout simplement moi. Je fis deux pas mais déjà je flanchais. Pas de geste brusque et du repos. J'avais du oublier les bases en cours de route mais je n'étais plus à ça près.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Lun 13 Jan - 13:34

J'avais l'impression d'être prise dans le courant, comme si une lame de fond avait déferlé sur ma vie. Plus rien n'était pareil. Je ne pouvais plus croire en rien, ni en personne, pas alors qu'il m'avait trahi. Pas alors que mon meilleur ami, mon amant, le père de ma princesse, avait choisi de me laisser au bord du chemin pour une misérable Dakota Cooper.

C'était intolérable et ça se ressentit immédiatement sur mes propos et le ton de ma voix. Je pouvais être méchante, et même pire que ça. Il ne l'ignorait pas même s'il n'était pas ma cible en général. Mon surnom de reine des glaces me suivait depuis longtemps, et n'était pas apparu par l'opération d'un dieu quelconque. Je le méritais amplement et j'en étais fière.

J'étais une femme forte et dure quand il le fallait. Bon, le pendant négatif, c'était mon incapacité à exprimer mes émotions profondes. Ceci étant ça me réussissait jamais donc ça n'était pas plus mal.
Quand je finis par me taire j'étais tendue comme un arc prête au combat. C'était triste d'en être là.
J'attendais une réaction mesurée et je fus surprise de le voir s'énerver.

C'était rare qu'il laisse tomber le masque et bizarrement ça me faisait du bien. Même s'il était aussi tendu et mauvais que moi pour le coup. Il se leva comme un ressort et fit quelques pas. Il tanguait et n'avait pas l'air en forme.
Je me levais à mon tour de façon plus mesurée. J'avais un beau petit bidon qui m'empêchait de faire des cabrioles. Je m'approchais dans son dos tout en bougonnant des insanités dans ma barbe.

« Tu es obligé de jouer les grands cons en prime ? T'exciter comme ça n'est pas une bonne idée vu ton état. Me faire te courir après non plus ceci étant. Au cas ou tu l'aurais oublié je suis légèrement enceinte. »

Je l’attrapais par le bras et l'obligeait à me faire face.

« Quand on s'est retrouvés tout à sans doute été trop vite. Dans ta vie avec Tammy et l'apparition de Genetic. Entre nous aussi certainement. Tu t'es précipité et tu as regretté. Je peux l'entendre. Je l'ai admis. Je ne te dis pas que je l'accepte, je ne crois pas le pouvoir, ça me fait trop de mal. Ceci étant avant toute cette merde tu étais mon meilleur ami. Pas parce que tu te la joues chevalier admirable, parce que tu es toi. Un type bien, profondément honnête et droit. Que tu sois paumé c'est une chose, que tu deviennes un enfoiré sans âme ça en est une autre. »

Je parlais aussi calmement que possible, ma main retenant toujours ton bras.

« Tu sais que je ne fais pas facilement confiance, je n'ai pas vécu ce qu'il faut pour ça. Mais putain ! Tu m'as prouvé plein de fois que tu étais un type en or. Même ce soir, je ne comprend toujours pas pourquoi tu m'as aidée au fond. Je te sens près à basculer et même si je te déteste pour Cooper, je... »

Avais je envie de le lui dire ? Avais je encore envie de partager mes sentiments avec lui ?

« .. Je ne veux pas être témoin de ça. Tu as Ingrid, elle a besoin de toi, confiance en toi. Et il y a Lou, qui sera bientôt là. Pour elle tu dois redevenir le Keat que je connais. »

Je me sentais vidée par cette journée, par cette conversation et une contraction plus forte me fit froncer le nez avant que je ne vienne caresser doucement mon ventre.

« Tu sais pertinemment que tes filles auront besoin de toi. Pour elle tu te dois de remonter la pente. Je ne sais pas ce qui se passe entre toi et Cooper, et je ne veux pas le savoir finalement. Le mal est fait. Mais si elle ne t'apporte rien de bon, tranche dans le vif. Elle ne mérite aucune sollicitude, c'est une vipère, rien de plus, rien de moins. »

Dire ce que j'avais sur le cœur me faisait du bien. Je poussais un petit soupir avant de lâcher son bras. Perdre le contact me faisait bizarre mais je ne m'en souciais plus. J'étais crevée et je me sentais comme extérieure à moi même. Je planais, l'esprit complètement embrumé par toutes les émotions vécues au cours de cette journée.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Lun 13 Jan - 15:39

Si j'avais été capable de venir sur cette plage à pieds, je devais tout autant être capable d'en repartir par le même moyen de locomotion, c'est à dire, aucun. J'avais imposé à Kate une discussion calme plutôt qu'une énième dispute entre nous dans laquelle on y laisserait encore de l'énergie. Elle avait accepté bien que son ton était monté. Je n'avais pas prévu que ça serait moi dont les barrières lâcheraient, moi qui finirais par m'énerver tellement je n'en pouvais plus que beaucoup de monde autour de moi me prête une image depuis le Blue Lake qui n'était pas vraiment la réelle. Je n'étais pas cette représentation, je ne savais même plus qui j'étais et je ne voulais pas correspondre à ce que l'on attendait de moi. J'étais en train de perdre pieds, il fallait que je m'éloigne avant de rompre complètement et de m'en prendre à Kate. Parmi toutes, elle était bien la dernière personne que je voulais descendre, aussi bien dans mes actes que dans mes propos. Et pourtant, j'étais doué pour le faire.

Je haussais légèrement les épaules, continuant à avancer. Être un grand con, je n'étais plus du tout à ça près. Un qualificatif de plus ou de mois, cela ne faisait pas de différence. Quant à mon état, je m'en préoccupais encore moins. Par contre la suite me stoppa, permettant à Kate de revenir à ma hauteur. Aussitôt je songeais à Lou, mais également à l'état de sa mère. Alors quand sa main vint se poser sur mon bras pour m'obliger à me retourner, je n'émis aucune résistance. Je ne cherchais même plus à fuir, attendant de savoir ce qu'elle allait me dire. Sûrement un nouveau reproche en perspective. Je respirais profondément, la laissant poursuivre même si j'avais l'irrésistible envie de l'interrompre. Je profitais d'une pause de sa part pour reprendre son souffle pour la fixer, bien dans les yeux. « Effectivement, tout a été trop vite que ça soit avec Tammy, Genetic et même toi. Mais que ça soit clair, je regrette beaucoup de choses mais pas ce qui s'est passé entre nous. Je l'ai désiré, je l'ai toujours voulu depuis fort longtemps. Alors oui je me suis précipité quand je t'ai retrouvée et je regrette, mais pas ce que tu crois. Mon regret c'est de n'avoir pas su gérer, non pas notre relation mais tout ce que j'ai laissé venir la parasiter.... car si j'avais été plus fort, nous n'en serions pas là... »

A nous déchirer une nouvelle fois sans savoir ce que nous étions capables de sauver. Probablement plus rien mais dans le fond, cela n'avait plus d'importance. Elle désirait que je sois honnête et droit, je l'étais. J'étais en train de m'ouvrir, exprimant vraiment ce que je ressentais, ne cherchant pas à me cacher derrière un masque de façade, retranché derrière l'indifférence et un jeu de comédie pour ne rien laisser transparaître. J'ouvrais la porte pour laisser exprimer mes émotions, ce que je pensais. Cela ne s'était produit que très rarement depuis une vingtaine d'années. Et... Vraiment ? Elle ne savait pas pourquoi je l'avais aidée cette nuit ? Pourquoi j'acceptais de tout prendre sur moi pour la protéger ? La réponse se lisait pourtant dans mon regard. Elle était là, au fond de mes prunelles même si je ne dirai plus ces trois petits mots. J'étais prêt à tout, même si on pouvait penser le contraire surtout avec mes dérapages de ces derniers temps. J'avais perdu le contrôle, j'étais paumé, je commettais des erreurs et pourtant mes sentiments envers elle étaient inchangés, bien au contraire.

L'évocation d'Ingrid, puis de Lou eut pour effet de faire retomber la pression et de m'aider à me calmer. L'adolescente avait besoin de moi. Quant au bébé... Je ne savais pas si c'était intentionnel de la part de Kate mais elle me laissait une chance indirectement, de prendre part à l'éducation de notre fille, d'être présent pour elle. La condition, c'était que je redevienne moi. Ce n'était pas exprimé ainsi de sa part mais je le comprenais tel quel. Son nez se plissa ce qui eut pour effet de me faire froncer les sourcils. Quand sa main se posa sur son ventre, je voulus faire la même chose, me demandant si c'était Lou qui s'agitait, en ayant conscience que ses parents étaient dans une grande discussion qui changerait certainement beaucoup de choses ou mettrait fin à d'autres. Mon geste fut rapidement avorté et se suspendit. Je n'étais pas invité à poser une main sur ce ventre qui abritait mon enfant. Je n'étais plus en mesure de le faire sans lui demander sa permission. Chose que je ne fis pas.

J'écoutais les propos de ma meilleure amie. Elle s'était toujours exprimée ainsi dans le passé pour m'aider à me remettre dans le droit chemin. Malgré tout le mal que je lui avais fait et que je lui faisais encore, elle réussissait à le mettre de côté pour m'aider à me reprendre, pour que je trouve ce déclic qui me permettrait de remonter la pente. Le retrait de sa main sur mon bras laissa un vide. Je ne le laissais pas m'envahir. Je ne voulus pas que le silence s'installe se prolongeant pour devenir pesant. Alors je l'interrompis rapidement. « Aide-moi.. » Un appel à l'aide, alors que je m'étais refusé à le faire dix ans auparavant, préférant fuir que faire face à la perte de mon patient pour me relever ensuite. « C'est déplacé après tout ce que j'ai fait mais j'ai besoin de toi Kate. J'ai tout foiré entre nous, aide-moi à ne pas faire la même chose dans mon rôle de père. Tu es la seule à me connaître vraiment et en qui j'ai confiance pour m'empêcher de foirer ça aussi. » Je ne mentais pas, j'avais vraiment besoin d'elle, ce n'était pas seulement pour Ingrid ou Lou, mais bien pour moi dans le fond. J'espérais sauver notre amitié même si c'était davantage que je désirai. Je souhaitais également me sauver mais encore fallait-il qu'elle accepte d'être non loin pour m'aider et sur ce point, c'était la grande énigme. En fait, je penchais sur un refus de sa part, ce qui serait tout à fait légitime vu comme je l'avais traitée ces derniers mois.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Lun 13 Jan - 19:07

Parler d'Ingrid et de Lou était un coup bas. Je le savais, c'était le meilleur moyen de le faire réagir, de le faire s'arrêter. Il fallait qu'il se retourne, il fallait qu'on parle, ça ne pouvait se terminer comme ça, sur cette plage. Notre histoire allait au delà d'une simple histoire de cœur ou de cul. Nous étions amis depuis des années. Il était mon plus vieil ami. Le seul qui connaissait mon ancienne vie.

Quand il me coupa dans mon élan pour exprimer ses émotions ça me fit du bien. Je le retrouvais, sincère, sans faux-semblants. C'était déjà quelque chose que de savoir que je n'avais pas été une erreur à ses yeux. Qu'il en avait eu envie pendant longtemps, comme moi me mettait un peu de baume au cœur.

Peut être que si notre histoire avait commencé à l'époque de nos études ? Non, inutile de remuer le couteau dans la plaie. Nous aurions eu plus de chances d'être heureux ensemble, il n' y avait pas Genetic dans l'équation, mais il n'aurait jamais connu sa sœur. Et je savais a quel point Tammy et Moïra avait de l'importance pour lui.

Je ne pouvais pas être égoïste au point de souhaiter qu'il ne les ai pas rencontrées. Elles étaient sa famille, au même titre que Lou ou Ingrid, au titre que j'avais espéré obtenir. J'avais rêvé d'être sa famille... D'en avoir une d'être en sécurité auprès de quelqu'un... Un rêve dont il fallait se réveiller.
Pourtant je n'avais pas envie d'être méchante. Il n'en avait pas besoin, il s'auto-détruisait et j'avais du mal à le supporter.

Je refusais de toutes mes forces de l'aimer encore, c'était un fait. Mais je ne pouvais pas le voir au plus mal sans rien faire. Pas après ce qu'il avait fait pour moi. C'était une preuve d'amour non ? Même s'il ne le disait pas. Un manque de courage ? Une négation de ses sentiments ? Peut être que c'était bien de l'amour mais dans un autre registre. Celui de notre profonde amitié ? Tant de questions qui se bousculaient dans ma tête.

Je le vis tendre le bras pour toucher mon ventre et n'esquissais pas le moindre geste de recul. C'était sa fille qui grandissait là et ça me semblait tout naturel. Finalement il n'alla pas au bout de son mouvement. Il me demanda de l'aider...

Je restais figée, comme une idiote, complètement choquée et déboussolée. Keat ne m'avait jamais habituée à ça. Au contraire, même dans la plus profonde des mouises il faisait celui capable de s'en sortir tout seul. Quand je l'avais aidé par le passé, je l'avais fait pratiquement contre son gré...
Comment pouvais je lui tourner le dos maintenant ?

La suite me laissa encore plus pantoise... Il exprimait sa crainte de ne pas être un bon père. C'était touchant, bouleversant même et mes yeux se mouillèrent de larmes. Je comprenais tellement cette peur. Je la vivais au quotidien. Je ne savais pas ou ça me mènerait mais je me laissais aller à mes émotions. C'était ce que j'avais décidé après tout. Moins contrôler, lâcher prise,montrer qui j'étais sans me soucier des conséquences. Je voulais moins me protéger et c'était le moment de commencer.

J’attrapais sa main et la posait sur mon ventre. J'avais réduit l'espace entre nous et sentir sa paume posée sur moi me fit frisonner. La tension sexuelle était présente, malgré la colère, le ressentiment et ma grossesse avancée. C'était assez fou finalement.

« Je ne sais pas si je peux t'aider, je ne suis pas certaine d'être capable d'être gentille et douce au quotidien. Mais je ferais ce qu'il faudra pour que tu sois un super papa pour notre petite fille. Pour elle et pour Ingrid. Cette gamine a du cran, je crois que je l'aime bien, même si elle a un certain don pour me faire sortir de mes gonds. »

Je souris en disant ça avant de poser mon autre main sur sa joue le temps d'une caresse éphémère.

« Elle doit tenir ça de son père, je pense. »

Je le taquinais et il comprendrait sans problème que c'était ma façon d'enterrer la hache de guerre.

« Par contre jouons cartes sur table. Vis à vis de ta si dévouée secrétaire, je ne fais aucune promesse. »

Je m'en fit une à moi, à nouveau. Cette femme payerait. Pour le mal qu'elle m'avait fait, pour les ruines de mon grand amour qu'elle laissait dans son sillage. Elle paierait cash et le montant risquait de ne pas lui plaire. Ca se sentait dans la froideur de mon ton, mais il valait mieux pour lui qu'il évite d'essayer de m'en dissuader.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Lun 13 Jan - 22:00

J'avais lancé un appel désespéré, acceptant pour une fois qu'on tende une main dans ma direction pour me venir en aide. C'était tellement rare que je me résolve à ce genre de choses. J'avais déjà accepté des aides jusque présent mais elles n'avaient pas la même profondeur ni la même portée que ce que je demandais à Kate à cet instant. Parfois il fallait lâcher prise et se laisser porter par quelqu'un d'autre. Parfois, il fallait mettre sa fierté de côté pour ne pas continuer à faire des erreurs. Parfois, il fallait tout simplement se dire que l'on ne pouvait pas porter tous les malheurs des autres, répondre toujours présent pour écouter et secourir et accepter que l'on avait soi même besoin de secours. C'était un pas en avant, comme je n'en avais jamais fait jusque présent. Je caressais l'espoir que Kate accepte tout comme je m'attendais à essuyer un refus de sa part. Je ne lui en voudrai même pas si tel était son choix, le seul que je blâmerai, ça serait moi.

Ce fut ce que je fis quand je constatais, malgré la pénombre, que des larmes perlaient à ses paupières. J'étais encore en train de la blesser. Je me disais que je lui en demandais de trop et déjà j'étais prêt à me rétracter, annonçant qu'il valait mieux qu'elle oublie. Je trouverais bien les ressources au fond de moi pour être un père irréprochable, aussi bien pour Ingrid que pour Lou. Elles méritaient mieux que ce que j'avais à leur offrir actuellement, surtout Ingrid qui était le témoin direct de mon comportement et qui subissait mes silences de ces derniers temps, arrivant à peine à me dérider malgré de gros efforts de sa part. La logique voulait que ça soit l'inverse, non l'adolescente qui tente d'aider l'adulte à voir la vie sous un meilleur jour. Surtout quand on connaissait le passif de l'adolescente. Vraiment, elle méritait beaucoup mieux et autre chose que des nuages sombres dans sa vie. Il faudrait que j'ai une discussion avec Ingrid, que je m'excuse une nouvelle fois de mon comportement. Et surtout que je ne recommence plus. Oui, c'était ce qu'il fallait faire. Rien que le fait de m'ouvrir à Kate pour demander de l'aide, cela me débloquait un peu et me permettait de réfléchir un peu plus rationnellement si on pouvait le formuler ainsi.

Par contre ma capacité à réfléchir s'envola brusquement quand je sentis sa main qui agrippa la mienne pour la poser sur son ventre. Nos corps se rapprochèrent. Je me crispais, non par répulsion mais à cause de ce que ce geste provoquait en moi. Si je m'écoutais, s'il n'y avait pas eu ce passif désormais entre nous, je me serais laissé aller et l'aurais embrassée. Ce n'était pas l'envie qui me manquait mais je ne fis aucun geste déplacé, recentrant tant bien que mal mon attention sur son ventre que je caressais doucement, comme un geste naturel venant de lui-même, avec la volonté de sentir ce petit être même si je n'aurais jamais les même sensations qu'elle qui vivait la grossesse à chaque minute qui s'écoulait. « Elle bouge beaucoup... ? » Je soufflais ma question à voix basse, désireux de savoir, de tenter de comprendre ce qu'elle ressentait, n'étant qu'un simple spectateur extérieur.

Puis enfin elle me répondit et comme je m'y attendais, elle ne savait pas si elle pouvait m'aider. Mon regard resta fixé sur son ventre même si je le relevais rapidement, esquissant un faible sourire. Gentille et douce au quotidien. Ce n'était pas possible que Kate le soit. « Je suis l'eau, tu es le feu. » Non, même avec des efforts, c'était vraiment impossible qu'elle devienne trop douce et trop gentille. Ça ne serait plus elle, j'aimais son tempérament de feu et je ne l'échangerais pas. Pour rien au monde. La suite fut intéressante, dans le sens où elle aiguisa ma curiosité. « Un don pour te faire sortir de tes gonds ? » Je ne comprenais pas. De quoi donc parlait-elle ? Qu'avait bien pu faire Ingrid pour l'énerver ? J'avais raté un épisode quelque part que l'adolescente n'avait pas jugé bon de me raconter pour une raison qui lui était propre. Cela ne faisait que renforcer ma volonté de lui parler. Je ratais bien trop de choses de sa vie ces derniers temps.

Ma main libre vint rapidement couvrir celle de Kate sur mon visage. Ce simple geste faisait un bien fou. Tout comme ce petite sourire qu'elle m'adressait et la taquinerie qui l'accompagnait. Est-ce que nous étions réellement en train de trouver un terrain d'entente ? Une trêve imminente allait être signée entre nous. Enfin, pas dans l'immédiat car la hache de guerre n'était pas complètement enterrée. Le sujet Cooper revenait sur la table, une fois de plus. Ça ne serait certainement pas la dernière tant qu'elle bosserait pour moi. Mes doigts ne lâchèrent pas ceux de Kate. Je la fixais durant un instant en silence. Je savais très bien qu'elle était sérieuse. Je n'étais pas en état avec ma tête de me lancer dans un long débat pour tenter de la dissuader. Le monde ne pouvait pas être tel que je le voyais. On ne pouvait pas tenter de vivre avec tout le monde comme il m'arrivait de le faire. Il fallait accepter les autres points de vue et que des personnes puissent se détester. « Ok. » Mais cela ne voulait pas pour autant dire que je cautionnerai qu'elles s'entretuent sous mon nez. « Je ne dirai rien, je ne me mêlerai de rien tant que ça n'empiète pas sur ma position à Genetic et les intérêts de Tammy. Ni sur Ingrid ou sur Lou. Mais ne fais rien d’insensé, je ne veux pas qu'elle grandisse sans sa mère ni élever notre fille seul. » C'était peut être de la folie de ma part d'espérer que sa haine envers Cooper ne prendrait jamais le dessus sur l'amour pour notre fille mais j'y croyais. C'était une motivation suffisante pour qu'elle étouffe les envies de meurtre qui lui trottaient dans la tête.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Mar 14 Jan - 13:03

« Oui elle bouge énormément, c'est impressionnant. Par contre elle n'a plus assez de place pour se retourner maintenant. »

Il était pédiatre, je ne lui apprenais rien... Mais en même temps c'était différent avec son propre enfant. Je regardais les échographies comme si c'étaient des objets magiques alors que j'en avais vu des centaines. Ne serait ce que pour les opérations in utero que j'avais eu à pratiquer. Ou encore les échographies cardiaques que je voyais à longueur de journée. Amusant comme un petit bébé pouvait tout faire relativiser. C'était un trésor, une vraie merveille et elle rendait tout plus beau, plus fort.

La main posée sur mon ventre me semblait toute naturelle pourtant j'étais tendue. C'était bizarre, je ne savais plus que penser. Je lui en voulais énormément et en même temps je venais de faire le choix de l'aider. J'aurais pu lui faire mal, essayer de me venger, pourquoi en avais décidé autrement ? S'il me posait la question je me rendis compte que j'étais bien incapable de répondre.

« Le feu ou la glace oui sans doute. »

Je me parlais à moi même, il n'avait pas tort. En même temps il me connaissait bien, depuis longtemps. J'évoquais ensuite Ingrid et sa capacité à me rendre folle de rage. Il releva et je vis dans ses yeux que l'adolescente ne lui avait pas parlé de notre entrevue, de ma violence.

« Le lendemain de notre dernière entrevue. »

Je ne pouvais pas dire, « rupture », ce mot me donnait la nausée.

« Elle avait un rendez-vous médical, et elle en a profité pour me cuisiner. Elle voulait défendre son cher et tendre papa, qui était trop malheureux. Elle semblait penser que c'était de ma faute. »

Cartes sur table, jusqu'au bout.

« J'ai eu franchement envie de l'étrangler et je le lui ai fait savoir. »

Ceci dit avant de signifier au jeune homme que je pouvais prendre sur moi sur tout, sauf sur ce qui concernerait la poule de luxe qu'il avait choisi comme employée. Il ne fallait pas exagérer, je n'avais pas cette grandeur d'âme, loin de là.
Je m'attendais à des protestations qui mettraient fin à la trêve, pour relancer les hostilités, mais non.
Il paraissait avoir admis que je ne sois pas capable de passer outre. Il savait l'affrontement inévitable et je hochais la tête, satisfaite.

« Je fais rarement des trucs insensés, en général je réfléchis un minimum, et dans ce cas précis je ne compte mettre personne en danger. Je la briserais sur son terrain, je n'en veux pas à sa vie si c'est ce qui t'inquiète. Je n'ai jamais tué personne de sang froid et je ne compte pas commencer pour une personne de cet acabit. Ceci étant dit je ne veux plus en entendre parler. Si un jour j’apprends qu'elle s'est tenue dans la même pièce que Lou, par contre, je la tuerais, et tu ne reverras jamais ni ta fille, ni moi. J'espère que c'est clair. »

Ma voix était tellement froide qu'elle semblait venir d'outretombe. Je ne contrôlais pas ma haine, je ne pouvais pas, sinon elle me rongerait le corps et l'esprit.
C'était assez idiot parce que finalement il était plus coupable qu'elle. Mais lui était quelqu'un d'important dans ma vie... Elle n'était qu'un cloporte, une garce qui avait pris plaisir à jouer les cerbères, qui jouissait du mal qu'elle me faisait. C'était la différence entre ma captivité et la sienne. Je la traitais en cobaye à l'époque certes, mais je n'avais jamais pris de plaisir à la savoir enfermée. C'était un état de fait et d'après ce que j'en savais elle était volontaire... Je l'a détestais pour cette captivité d'abord, mais surtout pour son comportement quand Keaton était au plus mal. Elle m'avait empêcher de l'approcher... Il aurait pu mourir sans que je ne puisse vraiment lui dire au revoir... Tout ça pour refermer ses griffes de vautour autour de lui... Rien que d'y penser je sentais des bouffées d'agressivité qui montaient. Je ne voulais pas la tuer, ce serait trop doux pour cette engeance...

« J'ai froid, et je commence à avoir mal au dos et au ventre. Tu veux bien qu'on aille dans la voiture. Je pense qu'il faut profiter de cette nuit de trêve pour discuter. Non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   Sam 18 Jan - 17:21

Notre bébé s'agitait énormément dans le ventre de sa mère. De l'apprendre, c'était du pur bonheur. J'oubliais complètement mon côté médecin, ma place de père prenant le dessus. Déjà la première fois que j'avais vu les échographies qu'elle m'avait envoyé depuis Londres, je m'étais émerveillé devant. J'étais resté longtemps à les fixer, à faire connaissance avec ma petite fille. Chaque jour qui passait était un pas de plus vers une concrétisation, celle de la naissance d'un enfant non programmé mais tellement désiré par chacun de nous. Il restait encore un peu de temps avant sa naissance, et Lou avait une grande sœur dont je devais m'occuper et qui apparemment avait quelque peu contrarié Kate. Le lendemain de notre rupture... Je me souvenais avoir emmené Ingrid pour l'injection de son sérum. Je ne l'avais pas accompagnée jusqu'au bout ce jour là, n'ayant pas le courage d'affronter Kate. Mon moral était trop bas, complètement dans les chaussettes.

Ingrid avait été fidèle à elle-même, désireuse de remonter le moral, que tout aille bien autour d'elle. Il fallait que ses proches se sentent bien pour qu'elle le soit également. Je ne l'étais pas depuis la veille, elle l'avait senti, n'avait rien dit et fait le choix d'interroger Kate plutôt que moi. « Je suis désolé. Elle n'aurait pas du s'en mêler, je lui parlerai.. C'est seulement de ma faute. » Et il allait falloir que je me décide à le dire à l'adolescente, le plus en douceur possible. Contrairement à Kate qui me fit froncer les sourcils une nouvelle fois. Est-ce que je tenais réellement à savoir ce qui s'était passé entre les deux ce jour là ? Certainement mais je ne souhaitais pas cuisiner Kate dès cette nuit. Chaque chose en son temps. L'équilibre était si fragile et nous avions tellement de choses à parler sans savoir de quel côté de la balance le résultat pencherait. Quand je crus que ça commençait à s'apaiser entre nous, le sujet Cooper revint à la charge. Kate se montra franche et je le fus tout autant. Je n'interviendrai plus tant qu'il n'y aurait pas de répercussions sur ma famille ou ma position au sein de Genetic. Tant qu'il n'y aurait pas non plus de grosses bêtises de faites qui seraient lourdes de conséquences sur le bébé. Je le fis savoir à la jeune femme.

On mettait carte sur table, chacun partageant son point de vue, annonçant ses positions sur le sujet. La neutralité de mon côté, la volonté de briser moralement du côté de Kate. Je n'aimais pas beaucoup cette façon de procéder mais je prenais sur moi. Je ne pouvais pas sauver tout le monde et faire en sorte que tout aille bien. Je devais commencer à apprendre à vivre avec et dès cette nuit serait le mieux. Par contre, je jetais un long regard à Kate, l'air de dire que je me demandais pour qui elle me prenait avec ses menaces. « Je déteste le chantage... » Et c'était faible de le dire ainsi. Sans doute s'attendait-elle à un refus de ma part, qu'elle était déjà en train d'imaginer que Lou serait mise en présence de Dakota car je coucherai avec cette dernière et qu'elle deviendrait en quelque sorte sa belle-mère. De pures spéculations qui n'étaient guère étonnantes vu mon comportement mais tout de même... « Il n'y a aucune chance pour qu'elles soient dans la même pièce. Elle ne viendra jamais chez moi et il est hors de question que l'on emmène Lou à Genetic. Je compte bien l'éloigner le plus longtemps possible de tout 'ça'. » Je poussais un léger soupir. En y réfléchissant deux secondes, ce bébé serait pour le moment l'héritière directe des 5% que notre famille possédait sur Gen&tech si on se basait seulement sur les liens du sang et si Tammy et moi venions à disparaître. C'était un lourd fardeau quand on connaissait Genetic et sa manière de fonctionner. Alors si on pouvait préserver notre fille le plus longtemps possible, on le ferait. Ce n'était pas négociable et je doutais que Kate soit d'un avis contraire sur le sujet.

Elle me sortit ensuite de ma réflexion sur le sujet en évoquant le froid. Je ne le sentais pas. Je ne songeais même plus à mon mal de tête en fait. Ma concentration se focalisa sur son état de santé. Je me décidais enfin à lâcher sa main, ne m'éloignant pas complètement et lui proposant à la place mon bras pour l'aider à marcher dans le sable jusqu'à ce que l'on retourne sur le parking. « J'étais sérieux, je vais vraiment changer ma corvette pour une voiture familiale. » Je ne pensais même pas qu'elle était toujours intacte. J'avais fait une croix dessus un peu plus tôt dans la nuit, m'attendant à ce que la police m'appelle pour me dire qu'elle avait été brûlée ou au fond d'un canal. On regagna le parking puis la voiture. Je laissais le siège conducteur à la jeune femme, c'était plus prudent. Le moteur fut démarré, un peu de chauffage fut mis mais le véhicule ne bougea pas durant un moment. Quand les portes se refermèrent sur nous, la discussion reprit. De l'extérieur, on ne pouvait pas deviner la nature des propos. Ils n'appartenaient qu'à nous. Parfois, il y avait une légère agitation, un geste, un regard qui se détourna avant de revenir se plonger dans celui de l'autre. Tension et douceur, c'était peut être ce que l'on pouvait percevoir de l'extérieur. Toujours était-il que cette discussion dura un long moment avant que l'on se décide à partir. Certaines choses avaient été réglées, d'autres ne l'étaient pas encore et quelques unes ne le seraient sans doute jamais. Mais peut être qu'avec du temps...

FIN

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

All we wanted was to break our walls, all we ever did was wreck us. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: VENICE BEACH-