..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let me thank you [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Let me thank you [terminé]   Sam 8 Juin - 12:40


16 février 2011

La douleur m’avait terrassée alors que Keaton me procurait le sérum contre la maladie.  Mais j’étais vivante. Plus vivante que jamais. Et c’était en partie grâce à Dakota ; J’avais pu retrouver mon tuteur, celui que je considérais à présent comme mon père, et ma vie par la même occasion. Celle-là même qui deux jours auparavant encore m’échappée.  C’était une vrai vipère quand on ne cherchait pas à comprendre ou à la connaître mais j’étais persuadée qu’au fond elle était bien plus que ce qu’elle montrait en apparence. Une fille égoïste et prête à tout pour atteindre les sommets.

Bref tout cela pour dire que j’étais encore en piteux état et que finalement ce virus semblait bien accroché au système des malades, mais j’allais mieux alors je voulais la voir. Et je voulais aussi prendre l’air pur.  C’est pourquoi nous nous trouvions toutes les deux au bord de l’eau, sur la plage. Il n’y avait pas moyen de me faire plus plaisir en cet instant. Prendre l’air frais quand on n’était pas sortie depuis presqu’un mois, je crois qu’en réalité il n’y avait pas plus bénéfique.  De plus, cette grande plage de Venice Beach était mon refuge. J’y avais rencontré Maggie, mais aussi fait du surf avec elle et Keaton. J’y avais aussi rencontré Sacha et Dylan. C’était mon antre. J’aimais y venir, d’accoutumée, lorsque je ne me sentais pas bien. Ca me permettait de m’ouvrir à mon environnement, d’être isolée des bruits de la ville et de prendre des photos à différents moments de la journée, par différents temps, mais aussi différentes humeurs. En somme, c’était l’endroit parfait pour remercier quelqu’un.

« Dakota, je voulais te dire merci. »

Je savais que la jeune femme n’apprécierait guère que je fasse du sentimentalisme, mais il était important pour moi d’être juste avec les gens qui prenaient soin de moi que ce soit de manière intentionnelle ou non. Et toute manière, j’espérais bien lui faire entendre raison. La mère m’avait appris, plus jeune que la persévérance triomphait toujours. Quand on veut ardemment quelque chose on l’obtient toujours si on s’en donne les moyens. Je voulais que Dakota accepte des remerciements et de la gentillesse, je l’aurais donc.

Assise sur e sable, les genoux contre mon torse, j’observai donc la jeune femme. Elle était jolie, elle pouvait avoir tout ce qu’elle souhaitait, j’en étais sûre, et pourtant elle bataillait pour une cause qui n’était pas forcément la bonne. J’aurais souhaité comprendre. Mes rentrer dans la vie personnelle des gens ne faisait pas partie de mes habitudes, ni de mes attributions. J’étais plutôt du genre maladroite, alors je laissais toujours les gens venir vers moi. Cette fois-ci pourtant, si je voulais comprendre, il faudrait que ce soit moi qui aille vers elle. Ca promettait d’être bien fastidieux. Le jeu en valait surement la chandelle ! C’était ce que je me disais, ce que j’espère au plus profond de moi.

« Dis-moi Dakota pourquoi tu m’as aidé ? Pourquoi t’es venue me chercher ? »

Curiosité quand tu nous tiens. Mais j’aimerais tellement savoir ce qu’elle avait derrière la tête. D’un côté il était vrai qu’elle me faisait un peu peur, même si c’était de moins en moins le cas avec let temps qui passait, mais d’un autre côté elle me fascinait littéralement. C’était une battante. Elle avait ses idéaux et elle les gardait, les suivait ardemment, quoi qu’il en coûte. J’aurais tant aimé lui ressemblait de ce côté-là.

« Grâce à toi j’ai retrouvé mon père de cœur… »
Revenir en haut Aller en bas
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Sam 8 Juin - 14:26

Le mascara était parfait. Je me regardais une dernière fois dans le miroir des toilettes des femmes. J’étais revenue tôt au boulot, je n’arrivais pas à rester chez moi. Je l’aurais cru pourtant. Mon appartement m’avait manqué ces derniers jours. Mais j’avais ressenti le vif besoin de m’occuper, de travailler. J’étais redevenue Dakota Cooper, celle que tout le monde connaissait. J’avais remis le masque et ce reflet, dans le miroir, me le renvoyait. Chignon parfait, aucune mèche ne dépassant. Tailleur excellemment coupé. Maquillage sans défaut. Et pas la moindre trace de sourire. Sans trahir la moindre émotion, je quittai les toilettes, bousculant au passage une gratte-papier quelconque. Je me dirigeai d’un pas décidé vers la chambre d’Ingrid. Je ne savais pas pourquoi j’avais accédé à sa requête. Je n’attendais rien d’elle et elle n’avait rien à attendre de moi. Pourtant, j’avais fait une demande d’autorisation de sortie provisoire, qui m’avait été accordée.

« Dépêche-toi, on n’a pas beaucoup de temps. »

En quelques minutes, nous étions dans une voiture de Genentech. Je conduisais diablement mal mais elle n’avait pas intérêt à faire le moindre commentaire. Et peu de temps après, nous étions sur la plage, presque déserte. Je n’aimais pas le sable. Ça se faufilait partout. Dans les cheveux, dans les vêtements, dans les yeux. Non, vraiment, ce n’était pas mon élément. Mais en un sens, cela me faisait du bien, de ne plus être enfermée entre quatre murs. J’aimais Genetic, mais c’était aussi une prison. Je savais bien, que cela pouvait paraître étrange, mais c’était ainsi. Nous marchions alors le long de l’eau, mais non… il fallait qu’elle gâche ce moment.

« Laisse tomber. »

Personne ne disait merci dans mon monde. J’étais rentrée, je m’étais fait contaminer pour épargner le têtard en gestation de son père et je n’avais pas récolté un merci. J’avais accompli presque intégralement ma mission et je n’avais pas récolté un merci. A part peut-être des mots forcés, balancés par devoir ou politesse. Je n’en attendais plus depuis longtemps.

Je la vis alors s’assoir. Je soupirai et levai les yeux au ciel. Génial. Il allait falloir que j’abîme ma superbe jupe droite à cause de tout ce sable. Prudemment, je m’installais à mon tour. J’espérais juste que cela ne durerait pas des heures. J’avais du boulot. Et je n’avais rien à faire avec une gamine. Je n’aimais pas les enfants. Et la seule que j’aurais pu éventuellement apprécier ou du moins supporter, on me l’avait enlevée. Pas de chance, le virus ne l’avait pas suffisamment épuisée pour qu’elle se taise. Je la regardais, la dévisageant comme si j’avais vu un extraterrestre. Après tout, c’était ce qu’elle était pour moi.

« Et pourquoi pas. Je ne suis peut-être pas aussi monstrueuse que toi. Et Reynolds t’aurait mis le grappin dessus. »

C’était en partie vrai. J’étais incapable de dire quelles avaient été mes véritables motivations. J’avais envie de fumer. Et je n’allais pas me gêner à cause d’elle, alors j’allumai une cigarette et en tirait une bouffée.

« Tu as retrouvé ton père de cœur, il a retrouvé sa copine. Tout est bien qui finit bien, non. C’est pas un joli conte de fée ? ça ne te suffit pas ? »

Je lui soufflais la fumée dans le nez. C’était bien ce que voulaient toutes les petites filles non ? Un papa et une maman, qui font de beaux bébés qui ressembleraient à des moutons jaunes canari ? Ils nageraient tous dans le bonheur, comme une belle et grande famille. Qu’est-ce qu’elle voulait de plus ? Un père absent, une trainée pour mère qui tape et vend ses gosses ? Une sœur qui ne donne plus signe de vie depuis un baille ? Non, elle, elle avait droit au parfait petit conte de fée. Alléluia !
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Lun 10 Juin - 5:30


Comme à son habitude et malgré le fait qu’elle ait été malade, Dakota était parfaite. Tailleur nickel, maquillage parfait, rien ne pouvait être laissé au hasard avec la jeune femme. La psychorigide dans toute sa splendeur. Je ne savais même pas pourquoi elle avait accepté ma requête. Je n’allais surement pas le lui demander maintenant que nous étions toutes les deux dans la voiture et qu’elle conduisait assez mal. En fait, pour l’instant je ne dirai absolument rien. Non seulement je n’étais pas rassurée mais en plus j’avais le mal de voiture. C’est ainsi que le trajet s’était passé en total silence.

Néanmoins, lorsque nous sommes arrivées sur la plage je pris directement une grande bouffée d’air frais et je me mis à courir dans le sable. Chose que Dakota ne semblait pas apprécier mais je n’en avais que faire. Je me sentais bien, je me sentais libre et c’était ce qui comptait le plus en cet instant. Et puisque la jeune femme avait accepté de passer du temps avec moi, elle devrait aussi me supporter. Toutes les catastrophes qui m’étaient arrivées m’avaient profondément changées et je venais de comprendre que ce qui avait forgé le caractère de Dakota devait être son passé. Un passé lourd. Et à présent, elle se cachait derrière un masque de prétention qui lui était que peu saillant.

« Je ne laisse pas tomber. C’est important de dire merci à quelqu’un qui l’a mérité. Surtout qu’on oublie bien trop souvent de remercier les personnes qui le méritent. »

Certes je devais bien la saouler au vu de ce que j’avais déjà vu d’elle. Cependant il est des choses qui ne se cachent pas. Comme le fait que malgré tout ce qu’elle pouvait bien dire, elle était là, sur la plage avec moi alors qu’elle aurait très bien pu refuser de me voir. Je n’avais rien imposé, j’avais juste demandé à la voir. Tout comme je ne lui avais pas demandé de venir sur cette plage. Enfin, j’étais quand même encore fatiguée et je voulais profiter du moment alors je décidai de m’assoir sur le sable, face à la mer, pour contempler le jeu des vagues et sentir le vent faire onduler mes cheveux. Je me sentais libre.

« En quoi est-ce si compliqué pour toi d’accepter des remerciements. T’es énervante ! D’accord tu ne veux pas qu’on s’attache à toi et tu ne veux pas t'attacher aux autres, ça j’ai bien cerné le truc, mais ce n’est pas en étant acerbe que tu trouveras ce que tu cherches ! Je ne suis peut être qu’une gamine pour toi, mais les faits sont là. Aujourd’hui tu es là, sur la plage à côté de moi. Tu savais à quoi t’attendre et ne me dis pas le contraire. Si tu laissais quelqu’un, une seule personne pénétrer tes défenses pour une fois et accepter qu’on te dise MERCI ! »

C’est vrai ! Ce n’était franchement pas grand-chose et elle en faisait une montagne. Ça m’agaçait, tout comme le jet de fumer en pleine poire. Mais ça, je ne comptais pas relever, elle serait bien capable de me dire que je suis une petite nature et d’en profiter pour changer de sujet. Je me souvenais de mon premier passage chez Genetic comme si c’était hier. Elle voulait faire de moi une femme forte et fatale. Et bien forte, je pouvais le devenir, et ça commençait par se battre pour ce qui en valait la peine.

« Tu sais, je ne te demande pas de dire « je t’aime » je me doute bien que ce serait comme te demander de ne plus mettre un tailleur. Mais d’accepter l’évidence. Ressentir, aimer, montrer aux gens qu’on tient à eux ce n’est pas faire preuve de faiblesse. C’est juste risquer de souffrir, c’est vivre aussi. C’est se rappeler qu’on est humain et qu’on a nos faiblesses pour mieux les contrôler et mieux se protéger. Alors au lieu de rejeter ceux qui t’approchent et refuser l’évidence, puisqu’elle est bien présente, contente toi d’accepter ce qu’on t’offre. On te demande pas de le rendre boudiou ! »

Je n’avais plus peur de Dakota, parce qu’elle avait beau se protéger, elle m’avait montré que je pouvais avoir confiance en elle en m’aidant à ne pas mourir et à retrouver mon père. Peut-être y avait-il des sentiments cachés sous tout ce petit masque de fausse retenue, mais ça, je ne lui demanderai jamais de montrer quoi que ce soit. Je n’étais pas si positive et optimiste !
Revenir en haut Aller en bas
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Mer 12 Juin - 11:44

Bon… depuis combien de temps étions-nous sorties ? Parce que je commençais déjà à trouver le temps long. Courir dans le sable, même m’y asseoir, ce n’était pas du tout mon délire. Pourquoi j’avais accepté de la voir ? Franchement. Certainement comme pour Keaton. Mettre les choses au clair et ne plus jamais la revoir. Tant pis si Reynolds mettait la main sur elle. Je ne voulais plus rien avoir à faire avec toute cette « famille ».
 
Je roulais des yeux.
 
« Ok, j’accepte ton merci. »
 
Voilà, comme ça, on n’en parlerait plus et on pourrait rentrer. Non mais… je rêvais où elle essayait de faire de la psychologie à deux balles sur moi ? Enervante ? Non mais c’était vraiment la digne fille de son père qui m’avait balancé un « tu m’agaces Cooper à la gueule » pas plus tard que la veille ! Ils commençaient à me saouler ces deux-là. Qu’est-ce qu’elle croyait ? Qu’elle savait qui j’étais ? J’espérais bien que ce petit jet de fumée dans le nez lui remettrait les idées en place. Ah… même pas. J’aurais peut-être dû la laisser crever. Non mais de quoi elle me parlait cette gamine ? Là, elle avait gagné. En un rien de temps, je me relevai et époussetai mon tailleur.
 
« Tu me gaves moucheron. T’es quoi, Aristote en couche culotte ? Putain mais merde ! A 15 ans je parlais de fringues et de mecs, je n’étais pas la réincarnation d’une vieille prof de philo mal dégrossie ! Tu ne me connais pas, ok, et tu n’as pas à me dire ce que je dois faire. En revanche, tu vas bien m’écouter. Premièrement, tu ne redis jamais « Boudiou », c’est les geeks puceaux boutonneux qui disent ça. Deuxièmement, si tu as envie d’être une proie pour le restant de tes jours applique donc ta jolie philosophie et expose bien tes failles en évidence. Troisièmement, vous faites une putain de belle paire avec ton père et il va falloir arrêter de croire que vous savez mieux que moi ce que je pense ou ce que je veux, c’est clair ? »
 
J’espérais que c’était clair, car je ne me répèterai pas. Pourquoi j’avais accepté d’aider cette gamine, sérieux ? Merde, dès que j’aidais quelqu’un, il croyait avoir un droit de regard sur ma vie ! Mais non, c’était ma vie ! MA vie ! Et plus personne à part moi n’aurait d’influence dessus.
 
« Lève-toi. On va rentrer parce que j’en ai ma claque. Tu voulais me dire merci, c’est fait ! Tu te sens mieux ? Maintenant, tu vas pouvoir attendre sagement ton père et m’oublier. Et mettre plus de maquillage, parce que les veines noires, ça ne fait vraiment pas. Mais je suis certaine que tu trouveras quelqu’un pour t’expliquer comment faire. »
 
Et je fis quelques pas chancelant – saleté de sable – avant de me retourner, constatant qu’elle ne semblait pas décidée à m’obéir.
 
« Je croyais avoir été claire la première fois qu’on s’est vues. Tu fais ce que je dis. Alors dépêche, tu as dit merci, tu as profité de l’air pur et de la mer – trop bien – maintenant, je n’ai pas que ça à faire. »
 
Je n’avais même plus envie d’en faire une jolie petite recrue de Genetic. Je refusais de devoir quoi que ce soit à la famille de Reynolds et de Wetherford. Plus ils se tiendraient tous loin de moi, mieux je me porterai.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Dim 16 Juin - 8:25

Elle acceptait avec un débordement de joie qui frôlait la frénésie. C’était fait de bon cœur, à tel point qu’Ingrid aurait pu en tomber dans les pommes. Non sérieusement, Dakota était désespérante. C’était tout ce qu’Ingrid pouvait constater en voyant son comportement. Qu’elle ne s’attache pas aux gens, soit, mais qu’elle soit même frileuse à l’idée d’accepter un remerciement, ça dépassait l’entendement.  Tout comme le monologue que la jeune femme sûre d’elle venait de jeter à la figure de l’adolescente.  D’ailleurs, Ingrid ne put que sourire face à la première réplique de sa sauveuse.  Ensuite, elle se posa et réfléchit quelques secondes.

« Et tu sais très bien, si je suis la digne fille de mon père, que je ne vais pas troquer mon optimisme contre la lâcheté de ressentir. L’amour, l’espoir peuvent aussi bien être une faiblesse qu’une force.  Tu as le droit de ne pas aimer ce que je suis ma petite Gollum, mais tu me façonneras pas à ton image. Je préfère restée enfermée dans une cellule. Le monde doit être bien fade avec la vision que tu as du monde. En plus tu me demandes de ne pas te dicter ta conduite, mais c’est exactement ce que tu fais avec la mienne.  Fais ce que je dis pas ce que je fais… c’est donc ça la moralité de l’histoire ? »

Un mois auparavant, Dakota aurait encore impressionné Ingrid avec de telles paroles mais deux événements majeurs avaient tout changé. Frôler la mort et voir Dakota l’aider.  Et elle ne s’empêcherait plus de l défier, surtout qu’elles étaient à la mer, et que personne n’était là pour les déranger. D’autant que Dakota ne pouvait pas partir sans la ramener si elle ne voulait pas de problèmes. Elle était coincée. Ingrid en profitait. Ce n’était pas là ce qu’elle lui avait appris ? Prendre avantage de chaque situation ? Alors, elle resta assise, le derrière fermement ancré dans le sable. Elle ne partirait pas tant qu’elle ne lui aurait pas dit ce qu’elle avait à dire.

« Ce n’est pas vouloir contrôler ta vie que de se demander pourquoi tu ne laisses personnes être sympa avec toi ! Je suis pas une poufiasse, et même si tu as envie plus que tout que je le devienne, je ne le deviendrai pas. Quand t’es petit, tu sais on te demande toujours ce que tu veux être quand tu seras plus grand. J’ai toujours répondu que je serai moi. Personne ne changera ça. On peut très bien s’en sortir dans la vie sans être une personne horrible, qui envoie chier tout le monde !  Et pour le moment c’est pas avec mon père que j’ai envie d’être mais avec toi… Tu peux me foutre une claque jm’en fous. »

Exit le maquillage, les veines noires et toutes ces paroles acerbes qu’elle pouvait bien balancer. Ingrid n’y faisait plus attention.  Les faits étaient là. Elle se leva alors. Epousseta ses habits avec grâce, ce qu’elle n’aurait pas fait en l’absence de Dakota puis se présenta devant elle, le regard dur, un regard qui n’appartenait pas à Ingrid.


« Je ne te demande pas de changer, tu me demandes pas de changer, nous sommes quittes. Par contre je chercherai toujours à comprendre. »

Et sur ce, aussi téméraire qu’elle pouvait l’être, avec cependant un pincement d’appréhension qui lui pinçait le cœur, Ingrid enlaça Dakota par la taille. Un câlin. Elle allait se faire jeter, elle le savait. Elle s’était même préparée à voler dans l’océan.
Revenir en haut Aller en bas
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Mar 18 Juin - 16:41

Qu’est-ce qu’elle avait cette gamine ? Bon sang, vieille prof de philo de collège, sort de ce corps ! Il était grand temps que cette gosse se prenne une cuite ou se fasse tirer un bon coup ! Qu’est-ce qu’elle avait à me coller et à jouer les mères la morale ? Bordel mais même Keaton était moins con ! Et il fallait le faire ! Et encore ! Elle était mentalement plus blonde que son père aux bouclettes de Candy, la blondasse du dessin animé ! Elle avait eu ce qu’elle voulait et elle m’avait bien tapé sur le système là. Donc fin de l’histoire, la petite balade sur la plage, finie !elle allait retourner dans sa cellule et faire comme tous les autres, plus question de traitement de faveur ! Et puis au nom de quoi elle en aurait ? Parce qu’elle était la fille adoptive de Super Wetherford, membre du CA ? Wouhouuuu super ! Eh bien je l’emmerdais !
 
« Pardon ? »
 
Je rêvais ou cette garce en culotte hello kitty se foutait ouvertement de ma gueule ? Je me retins au prix d’un effort surhumain de l’étrangler quand elle parla exactement comme son putain de père.
 
« Te façonner à mon image ? Personne n’est comme moi et tu ne m’arriveras jamais à la cheville moucheron. Tu ne seras visiblement qu’une petite fille propre sur elle toute sa vie. Et il va se passer quoi, dans ton pays de bisounours ? Un beau prince charmant viendra et t’aimera pour ce que tu es ? Eh bien non ! Tu n’en as pas eu l’expérience avec Andrew ? L’amour c’est un mensonge, ils t’ont tous abandonnée au moins une fois, ils recommenceront. Mais là, il n'y aura plus personne pour t’aider. Et tu sais quoi ? Ton vœu va être exaucé. Tu vas rentrer dans ta cellule, pendant que moi je ferai la fête et je profiterai de l’air libre.»
 
Elle ne semblait pas me prendre au sérieux. Elle prenait de l’assurance, comme je le lui avais préconisé. Sauf que j’avais été très précise. Face à certaines personnes, il fallait savoir fermer sa gueule. Est-ce que je l’ouvrais moi, face à Tussle ? Non, ce serait suicidaire. Eh bien il fallait croire qu’Ingrid ne tenait pas plus que ça à sa vie. Non mais j’hallucinais. Si je croyais en Dieu, j’aurais prié pour qu’il la rende muette parce qu’écouter le flot de conneries qu’elle pouvait débiter à la minute c’était pire que l’injection du sérum. J’allais lui renvoyer une salve quand elle fit la dernière chose à faire quand j’étais dans cet état. Elle se colla à moi ! J’avais l’impression d’un appendice disgracieux, d’être l’un des monstres de Freaks avec cette… chose qui me tenait par la taille. Je détestais ça. La seule qui avait eu le droit de faire ça, c’était Adalia. Elle et elle seule et on me l’avait prise. Elle, elle n’avait pas le droit de faire ça, elle était comme son père, elle manipulait tout le monde en jouant sur les gestes, en cherchant à faire naitre des émotions. Violemment, je lui agrippai les poignets et l’obligeai à me lâcher. Je ne la lâchais pas et au contraire, ma prise se resserra.
 
« Ne refais plus jamais ça ! Écoute-moi bien gamine. Ton père m’a déjà fait ce coup là et crois-moi, je ne me fait pas avoir deux fois. Le coup de la gentillesse, des marques d’affection, ça ne prend plus. J’ai marché avec lui mais j’apprends vite et il n’a fait que confirmer ce que je pense des gens. Ce ne sont que des menteurs qui se servent de ce que tu peux ressentir pour te faire du mal. Tu ne m’auras pas à ce petit jeu. On ne se reverra plus, c’est clair ? Tu n’es strictement rien pour moi, tu n’étais qu’un divertissement et tu ne m’amuses plus. Donc tu vas rentrer, te cacher dans les bras de ton papounet et m’oublier, parce que je ne répondrai plus jamais présente à tes appels. Tu diras merci à ton père. »
 
Ma main me démangeait. J’avais envie de la baffer c’était… c’était… si difficilement répressible comme pulsion. Est-ce que c’était ce que j’avais inspiré à ma mère à chaque fois qu’elle m’avait cognée ? Mes doigts se contractèrent encore un peu plus sur sa peau… Comme à l’époque avec ce Jer’ que j’avais failli étrangler. C’était puissant et violent.
 
« On rentre ! »
 
Et cette fois, je la trainais derrière moi. Qu’elle ait mal, qu’elle se traine à terre, je n’en avais rien à foutre. Même par les cheveux je la ramènerai à Genetic. Ma prise était forte et j’étais un agent entrainée. Elle n’avait aucun moyen de se faire la belle.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Dim 23 Juin - 10:31

Ingrid énervait Dakota, elle le savait, elle cherchait à la faire réagir et ça fonctionnait à merveilles. Elle avait ce sentiment de supériorité que tout le monde connaissait chez elle. Elle était-elle, et personne ne pouvait lui arriver ne serai-ce qu’à la cheville. Du moins, c’était ce dont elle voulait se convaincre tout comme en convaincre les autres. Elle ne supportait pas qu’on essaye de la comprendre et pire qu’on compatisse.  Alors, pendant que Dakota l’engueulait comme du chien pourrit, Ingrid lui souriait. Provocante, à l’image de son aînée.  Elle l’avait touchée et elle se sentait obligée de toucher Ingrid à son tour. Aye ! C’était fait !

« Andrew ne m’a pas abandonné. Il a risqué sa vie pour être à mes côtés alors que j’étais malade… » dit alors Ingrid les dents et le cœur serré.  Elle avait appris la veille qu’il était malade aussi et Dieu seul savait si on allait le sauver ou non. L’adolescente qui avait trop vécu de drames ces derniers temps essayait d’occulter ce détail.  Tout comme elle l’occulterait avec Dakota.

« Oh non il est hors de question que tu te venges sur moi ! Ce n’est pas ma faute si t’es mal… » non fallait pas qu’elle dise ça. C’était vulgaire et en plus elle ne le savait même pas. Mais plus ça allait, plus Ingrid semblait percevoir une rancœur de Dakota envers Keaton. Que s’était-il passé entre ces deux-là ? Ce n’était pas aujourd’hui qu’elle le saurait étant donné son état. D’ailleurs l’adolescente tenta alors le tout pour le tout. Elle aprpéciait Dakota, pour ce qu’elle avait fait mais aussi pour la détresse qu’elle ressentait dans son comportement. Et elle voulait lui montrer qu’on peut ressentir sans être spécialement faible et surtout qu’elle peut elle aussi être appréciée, qu’on peut voir au-delà des apparences, sans forcément tout prendre au pied de la lettre. Alors, Ingrid fonça sur elle et l’enlaça. Effet escompté coulé.

Dakota lâcha alors un flot de paroles et Ingrid resta pantoise. Keaton lui avait fait le coup ? Keaton avait utilisé ses sentiments ? Il l’avait manipulée ? Pour le coup Ingrid ne luttait plus, elle restait droite comme un « i » à essayer de comprendre. Ce n’était pas possible, son père adoptif n’était pas de ce genre il en était même très loin. Il était naturellement gentil avec les gens, tout comme elle Ingrid l’était avec Dakota après s’être certes méfiée un moment d’elle.

« Pourquoi t’es toujours obligée de croire que les gens se servent de toi parce qu’ils te montrent de l’affection ? Ton monde n’est pas celui des bisounours, ni le mien d’ailleurs, il en est bien loin sinon j’aurais pas perdu mes parents, mon meilleur ami et celui que j’aime ne serait pas sur son lit de mort, mais ca n’empêche pas qu’on puisse essayer d’être agréable pour les autres ! Je ne sais pas ce qu’il s’est passé avec Keaton mais tu n’as aucun droit de dire que je m’amuse avec tes sentiments Dakota. Si tu ne voulais pas que je t’apprécie il ne fallait pas être là pour moi… tu ne veux pas que j’essaye de te comprendre ? Soit…. Mais tant que tu continueras à faire ta peste juste parce que j’ai voulu te remercier, tu ne me feras pas bouger. »

Ah bah si ! Elle la faisait bouger, et violemment en plus. D’accord ! Elle voulait jouer à ce petit jeu ? Ingrid essaya de planter ses ongles dans la peau de la jeune femme pour qu’elle la lâche. Sans succès (premier lancé de dès). Alors, elle réfléchit en tirant arrière et essaya de la mordre, mais ça bougeait trop elle n’y parvenait pas… Jusqu’au moment où ? Sa bouche toucha l’un des poignets mais pas assez longtemps…

« Dakota lâche moi ! Je ne suis pas ta chose ! T’as beau être en colère tu n’as pas le droit !!! GRRRR une chance que ma capacité ne marche pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Dim 23 Juin - 10:31

Le membre 'Ingrid Amelia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Jeu 27 Juin - 11:03

Qu’est-ce qu’ils avaient tous à vouloir m’analyser ? Sérieusement ? Si j’avais voulus que des glandus tentent de déchiffrer mon cerveau, je me serais payé un psy ! Au moins, on aurait pu baiser sur le divan ! Mais là ! Il n’y avait rien à tirer de cette famille et j’avais été conne de croire le contraire. Autant en ce qui concernait Keaton qu’Ingrid ; j’avais été faible, mais je ne le serai plus. Un cœur de pierre, voilà ce que je redeviendrais. De toute manière, c’était bien ce que ma mère m’avait toujours dit. L’amour c’est une couillonnade sans nom, juste une illusion pour se dire qu’n n’est pas seule. Mais qui pour aimer des gens comme nous ? Brennen… Keaton… adalia, que des erreurs. Des erreurs que je payais cher aujourd’hui.

Peut-être que s’il ne s’était pas passé tout cela j’aurais aimé qu’Ingrid me tienne tête. Parce qu’au moins elle mettait en pratique ce que je lui avais dit. Sauf que ce n’était pas le moment. Il faut savoir choisir la fenêtre, l’angle d’action quand on veut se la jouer pétasse. Il y avait des degrés, des nuances. Et elle ne les maitrisait pas. Avec un minimum de jugeote, elle aurait compris que je n’étais pas en état de supporter son petit jeu. Là, avec son sourire de princesse Disney, elle me rappelait moi face à ma putain de mère, quand je ne connaissais pas encore les limites à mon impudences.

« Arrête tes conneries, pitié. »

Andrew avait juste voulu se la faire, point barre. Bien un salopard de mec à faire croire aux filles qu’elles sont spéciales, à les retenir, à les toucher comme si elles étaient extraordinaires. Tout ça pour quoi ? La gentillesse… tu parles ! Rien de plus qu’une ruse sournoise pour manipuler les gens. Pour prendre ce qu’on attendait d’aux quand on en avait besoin avant de les jeter comme des merdes ! Belle tactique au demeurant. Très belle tactique, je devais l’admettre.

Mon dieu, j’avais envie de gerber à l’entendre débiter son flot de conneries et de mièvrerie. Non, je m’étais trompée, il n’y avait rien à sauver chez elle. Il n’y avait rien à sauver chez personne. Et… non mais je rêvais où… Elle essayait de me griffer et me mordre cette garce ? Et elle menaçait de se servir de sa capacité que JE lui avais appris à contrôler ?

La claque partit. Ce fut plus fort que moi, plus fort que toute la volonté que j’avais eue de protéger cette minable famille. Quelque chose d’autre avait pris le dessus sur moi et je venais de la gifler. Je l’avais lâchée et giflée. Et je restai un instant suspendue comme ça, sans rien faire, prenant conscience de toutes les fois où je m’étais retrouvée dans la situation d’Ingrid et que ma mère craquait. J’avais agi exactement comme elle. Elle avait toujours eu raison. J’entendais encore ses paroles. « Tu vois Dakota, les chiens ne sont pas des chats, t’es bien la digne fille de ta mère à te faire sauter par tout ce qui bouge. Tu vaux pas mieux que moi, personne ne t’aimera plus longtemps qu’un cinq à sept dans un motel minable. » J’étais elle et ça me dégoûtait. J’avais aidé Adalia, poussée par je ne sais quoi. J’avais eu en moi un instinct que je ne soupçonnais pas, ne supportant pas l’idée qu’on puisse lui faire du mal. L’espace d’un instant, je m’étais cru meilleure qu’elle. Au lieu de cela … j’étais un cinq à sept, la fille qu’on veut sauter parce qu’elle est bonne mais qui n’a absolument rien pour qu’on reste. Et visiblement, j’avais aussi hérité d’elle mon goût pour l’alcool et le fait de frapper les gamines. Ça ma mère ne m’avait pas prévenue. Mais j’aurais dû m’en douter. Finalement, c’était mieux qu’on ne m’ait pas confié Adalia… Qui sait ce que j’aurais été capable de faire… Les chiens ne font pas des chats, c’était écrit.

« Tu veux toujours me dire merci maintenant ? C’est fini, on rentre. Tu seras bien mieux là-bas qu’ici. »

Et moi je n’aurais plus de punchingball vivant à portée de main pour me transformer un peu plus comme Elle. Je n’étais pas la personne qu’Ingrid espérait. Là, au moins, elle avait bien dû le comprendre. Qu’elle parte, qu’elle s’en aille, comme tous les autres. Je lui agrippai le poignet une nouvelle fois, plus doucement cette fois, mais ma prise était toujours ferme. Et je l’entrainais dans mon sillage. J’avais envie de me saouler ce soir. Pourquoi pas de la tequila dans un motel minable ? Le pire, c’était qu’avec cette connerie, son « père » risquait une nouvelle fois d’entrer dans mon espace vital.

« Le dernier conseil que je peux te donner, moucheron. Parfois, il faut savoir laisser tomber. »
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Mar 2 Juil - 5:55

La nouvelle détermination d’Ingrid ne semblait pas plaire à Dakota. Mais ce nouveau elle, elle lui devait alors la jeune femme devrait s’en accoutumer en se disant bien que c’était elle qui avait provoqué ce changement. Elle avec ses beaux discours de femme forte alors qu'elle était emprisonnée dans les locaux de Genetic, elle alors qu’elle lui parlait par mail, elle qui l’avait amenée à nouveau dans la géante multinationale pour qu’elle y trouve les soins adéquats. L’adolescente ne voulait plus se laisser toucher par la tristesse, seul l’espoir demeurait à ce jour parce qu’elle savait qu’elle avait échappé de peu à la mort. La mort… beaucoup y étaient passés autour d’elle. Non elle n’arrêterai pas ses conneries. La dernière personne connue qui risquait d’être sur son lit de mort c’était Andrew, qui était venu la voir pendant plus d’une semaine pour la soutenir. Andrew qui avait risqué sa vie pour elle, sans jamais essayait autre chose que d’être là pour elle.

« Tu ne sais pas de quoi tu parles Dakota, tu crois que le monde entier se ressemble, mais il y aura toujours des gens pour être dans TON moule…ET tu auras beau me dire que e suis trop optimiste idéaliste, comme mon père ce que tu veux, je ne changerai pas d’avis ! Tout comme je suis convaincue que tu ne pourras pas porter ton masque toute ta vie sans en souffrir. Et de toute manière, je ne te demande pas de m’aimer je sais que tu en es incapable ! »

Pourquoi Ingrid la provoquait elle ainsi. C’était comme si un petit démon s’était insinué en elle. Mais quelque chose la poussait dans ce sens, comme si au plus profond d’elle-même, remercier Dakota revenait à lui faire prendre conscience qu’elle était autre chose que cette peste qu’elle montrait à tout le monde et qui se refusait de ressentir et de souffrir. Mais la souffrance est le lot quotidien de tout le monde. Car, même lorsqu’on pense se protéger et qu’on s’isole des autres, qu’on se force à faire le contraire de ce que l’on voudrait, nous sommes malheureux, C’est indéniable.

Mais déjà la jeune femme la tirait vers la voiture. Ingrid avait décidé de ne pas y aller de ne pas y rentrer tant qu’elle n’aurait pas obtenu ce qu’elle voulait d’elle. Une once d’humanité. Donc elle se débattrait jusqu’au bout pour ça, dans l’espoir de montrer à Dakota son humanité et le fait qu’on peut ressentir sans forcément être trahie. Ingrid n’était pas du genre à trahir ceux qui l’aidaient. Du haut de ses quinze ans, elle essayait d’être le plus juste possible. Cela fonctionnait-il ? C’était une autre histoire.

PAF !

Une claque. Ingrid se tint la joue. Dakota venait de la gifler. Elle ne pleurait pas, elle ne rougit pas, elle ne dit rien. Un seul mot lui vint en tête. Une seule manière de la traiter. En cet instant elle voulait que sa capacité fasse surface, mais rien. Damn ! L’énervement monta, et la douce et gentille Ingrid s’envola. La vulgarité qui s’insinuait dans son esprit la surprenait, lui faisait presque peur, mais les mots devaient sortir. Les mots étaient au bord de ses lèvres. La remercier ? Maintenant ? Non. Ca ne retirait rien du fait qu’elle l’avait tout de même sauvée. Qu’elle le veuille ou non ce qui était fait était fait, donc ce merci resterai.

« Garce prétentieuse et insensible ! »lui dit-elle, persuadée que Dakota finirait bien par prendre ça pour un compliment. « Tu ne comprends vraiment rien ! Tu crois que c’est parce que tu vas mal me traiter que je vais changer d’avis ! Ce que tu fais maintenant ne change pas ce que tu as fait par le passé. Je ne connais pas ta vie et je me fais pas de souci je la connaîtrai probablement jamais, manque de pot tu m’as laissé entrapercevoir une autre femme Dakota… »

Puis elle se laissa faire, elle ne résistait plus Cela ne servait à rien d’autre que de l’énerver un peu plus et de risquer le pire. Or si elles retournaient à Genetic avec Ingrid en mauvais état, c’était Dakota qui allait prendre. Il fallait donc se résigner, savoir juger les limites.
Revenir en haut Aller en bas
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Mer 3 Juil - 20:12

Qui étais-je ? Jusqu’à il y a peu, je le savais parfaitement. J’étais Dakota Cooper, pétasse dévergondée notoire et heureuse. Je ne me posais aucune question, j’étais parfaitement libre et oui, j’étais heureuse. Alors qui étais-je depuis quelques jours ? Je n’aimais pas cette part de moi, cette part qu’ils voulaient tous voir. Qu’y avait-il à voir ? Moi je n’aimais pas cette Dakota-là, faible, qui doutait. Non. Eprouver des sentiments, ce n’était vraiment pas moi. Preuve en était, j’avais frappé une gamine. J’étais une salope, une pourriture, certes… mais jamais je n’avais toléré qu’on touche à une gamine. C’était même cela qui m’avait poussée à m’occuper d’Adalia. Et pourtant, les gosses, ça me révulsait. Tout ça pour quoi… j’avais fini par aider Adalia, Ingrid, et Lou, indirectement. Mais on nous avait suffisamment cogné dessus, sur ma sœur et moi, pour que je refuse cela. Et voilà que je réitérais le schéma de ma mère et de mes beaux-pères de passage.

J’entendais ses mots, même si je ne répliquais pas. Incapable d’aimer. J’avais aimé. Ça m’avait mené à quoi ? A être ko et à me poser des milliards de questions alors que j’avais été heureuse. Incapable d’aimer. Si elle savait. Et si elle savait pourquoi je refusais ce mensonge… Il fallait rentrer, couper les liens pour elle comme pour moi. Oui, j’avais voulu l’aider. Vraiment. Oui, je l’avais fait ramener sans arrière-pensée, ou celle de la protéger de Reynolds. Oui, je voulais d’ailleurs toujours lui épargner certaines choses que j’avais vécues. Mais je n’étais pas ce genre de personne. J’étais faite pour être seule.

Silencieusement, je la trainais jusqu’à la voiture et l’obligeais à prendre place. Normalement, quand on emmerde les gens, ils se cassent. J’avais été claire avec son père et j’osais espérer qu’il avait compris malgré son côté blond. Mais elle ? Une baffe ne lui suffisait pas ? J’allais démarrer le moteur quand je renonçai, posant mes pains sur le volant.

« Oublie cette autre personne que tu as vue, Ingrid. Pour toi comme pour moi, comme pour ta précieuse famille. Cette Dakota-là ne gagne pas et ne vaut rien. Elle ne me réussit pas. Ne creuse pas et contente toi de ce que tu as. T’as un père et t’auras bientôt une saleté de mère et une sœur. Tout sera parfait si je n’entre pas dans l’équation. Alors ne te pose pas de question, ok ? »

Continuer à voir Ingrid pour quoi ? La connaissant, elle foncerait dans les bras de la Reynolds qui jouerait à la putain de mère parfaite. Elle gagnerait. Encore. Alors autant ne pas jouer contre elle sur ce terrain que je ne maitrisais absolument pas. Tout le monde l’aimait, Ingrid ne ferait pas exception. Je ne voulais plus rien avoir à faire avec cette femme et je ne supportais plus le rôle de seconde ? Alors autant en finir maintenant. Garce prétentieuse. Oui, parfaitement, il fallait que je le redevienne. Ce serait plus simple pour tout le monde.

Je me décidai à mettre le moteur en route, toujours sans la regarder. Elle ne savait pas ce qui s’était passé dans ma vie ? Tant mieux. Je voulais enterrer cela, je ne voulais plus me retrouver dans le même état qu’il y a deux ans...

« Désolée pour la claque. Et de rien pour être allée te chercher. Maintenant, il y a des gens plus compétents que moi pour t’aider. »

Je fis crisser les pneus. Je n’aimais vraiment pas la plage, ça craignait. Direction Genetic et tout rentrerait dans l’ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   Ven 5 Juil - 5:48

Ingrid cherchait juste à faire réagir Dakota. Même si elle ne parlait pas, même si elle réfutait tout ce qu’elle pouvait dire… parfois c’était vrai, parfois c’était faux. L’adolescente savait bien qu’on pouvait ressentir des choses et agir totalement différemment. Elle savait aussi que les gestes parlaient d’eux même. Il était ainsi évident, pour elle, que Dakota avait peur d’aimer, peur d’être trahie. En conséquence, elle se refermait sur elle, et se cachait derrière un masque d’arrogance et de bêtise. Oui parce que pour elle ce n’était que bêtise que de vouloir repousser les autres et se montrer sous un mauvais jour à eux. Mais quelque chose avait dû se passer, parce qu’elle rejetait Ingrid comme elle ne l’avait jamais fait. Avant, Dakota ne l’aurait pas giflé, mais brisée avec des mots et obligée à se tenir bien à avoir un comportement irréprochable. Elle lui aurait expliqué que là, il s’agissait du genre de situation où l’on fait chou blanc mais où l’on se tient généralement à carreaux pour éviter d’énerver les mauvaises personnes.

Sauf, que quoi qu’elle en disait, au fond, Ingrid était persuadée que Dakota ne lui ferait pas de mal quel que soit le niveau. Physique, une claque ne faisait pas de dégât. C’était surtout un geste impulsif qui en disait plus long sur la personne. Moralement, les mots basés sur des choses non fondées ne blessent pas non plus. Surtout lorsqu’il s’agit de dire que l’adolescente est comme son père, trop gentille, trop bisounours. Elle n’avait jamais pris ça comme une insulte bien au contraire. On dit bien que l’amour déplace les montagnes, et elle était persuadée que c’était le cas.

« Tu me demandes l’impossible Dakota. Tu l’as dit toi-même… je suis trop bornée je ressemble trop à mon père. Or, il a toujours l’espoir de sauver les gens que ce soit d’une catastrophe ou d’eux même. Il ne m’aurait pas prise sous son aile sinon. Prends ce que je dis comme tu veux Dakota, mais que tu le veuilles ou non je te considère comme quelqu’un d’important dans ma vie. Certes tu as tes manières de Gollum notoire, mais ce que tu laisses entre-apercevoir fait partie de toi. Au lieu de partir dans les excès tu devrais peut être apprendre à équilibrer tes deux facettes. Tu restes persuadée qu’on va te trahir si tu montres autre chose. En attendant réfléchis à une chose : est-ce que je t’ai trahi ? Est-ce que j’ai été méchante avec toi ? Est-ce que j’ai fait quelque chose qui pourrait te porter préjudice ? Tu sembles avoir une dent contre Keaton, et franchement j’ai pas envie de savoir pourquoi, mais en attendant, il m’a laissé être avec toi aujourd’hui… Et si je te voulais vraiment du mal, je courrai lui dire ce qu’il s’est passé ou alors j’aurais tenté de m’enfuir. Il n’en n’est rien. Il en sera toujours ainsi… Tu pourras le vérifier. Réfléchis."

Puis elle accrocha sa ceinture et attendit sagement que la jeune femme démarre la voiture et les ramène dans les locaux de Genetic. Elle ne supportait pas l’idée de devoir être à nouveau enfermée entre ses quatre murs, mais elle n’avait pas le choix avec le virus. Il était bloqué, mais elle était toujours faible. Elle n’avait pas beaucoup mangé depuis le 24 janvier et elle s’était considérablement amaigrie

Enfin, Dakota s’excusa et lui rendit le « pas de quoi » conventionnel pour son « merci » qui avait déclenché tout ça. Elle se contenta alors de sourire. Parler ne servait plus à rien. Les mots étaient parfois fortuits. Mais pour quelqu’un de dur et qui ne voulait pas montrer son autre facette, elle parvenait tout de même à avoir des remords et à être polie. C’était un bon début. A présent, restait à savoir si elles allaient de nouveau se croiser chez Genetic…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Let me thank you [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let me thank you [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: VENICE BEACH-