..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Evan could you be my hope ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Sam 1 Juin - 11:18

28 décembre 2010

Larmes et frissons. Ingrid est terrée dans un coin de sa chambre. Non pas celle qui l’accueillait chez Maggie, mais plutôt celle qui avait été la sienne depuis sa sortie d’hôpital jusqu’au départ de son tuteur au Cap, en novembre dernier. Il lui manquait, et actuellement plus que jamais. Demain serait un jour terrible. Le deuxième plus terrible de sa vie. Ou le troisième. L’enterrement de Morgan. Les larmes ne cessaient de couler. Elles ne voulaient pas s’arrêter.  Tout comme son portable n’arrêtait pas de vibrer. Elle n’avait pas le courage de regarder pourquoi il faisait tant de vacarme. Des coups de téléphone ou encore des messages. Aucune envie d’y répondre. Rien qui ne puisse la distraire de sa tristesse. C’était de sa faute si Morgan l’avait quittée.

Son monde s’écroulait, et actuellement, Ingrid se voyait seule au milieu d’un no man’s land. D’abord ses parents qui étaient partis en cendre puis Keaton qui était partit au Cap, John qui avait quitté Maggie alors qu’elle arrivait chez elle et Morgan qui trouvait la mort pour aller chercher un ingrédient pour un repas qui aurait été tout aussi bon sans.  Depuis, elle ne cessait de se poser une question en boucle : quelle serait la prochaine personne à la quitter que ce soit dans la distance ou dans la mort ? Et plus elle y pensait, plus elle se vidait de sa vie et de sa bonne humeur. Tout semblait éradiqué par un seul et unique événement.
Pourtant, elle ne cessait de se dire qu’il fallait qu’elle tienne bon. Pour ses parents et pour Morgan qui auraient souhaité la voir sourire, et la voir avancer, continuer à aller de l’avant et se construire une vie. Elle ne percevait juste pas le chemin à emprunter. Celui qui la conduirait sur la bonne route. Celle de son « soi » adulte et fort.  Seulement pour arriver à ce stade, il faut déjà le vouloir et se battre.

Ingrid releva le visage qu’elle avait plongé, ruisselant de larmes, dans ses mains tremblantes. Elle s’observa de longues minutes dans le grand miroir en face d’elle. Elle y voyait une adolescente aux traits de plus en plus femme, le visage bariolé de noir à cause du crayon qui avait coulé et tiré par des cernes à cause du manque de sommeil.  Lentement, elle s’essuya le visage d’un revers de main et respira une bonne bouffée d’air avant de se lever et d’aller récupérer son portable qui était posé sur le bureau. Elle avait des dizaines de messages. Certains d’Andrew, ce garçon dont elle tombait amoureuse et d’autres de…

« Zut ! Evan ! »

Léthargique mais tenant encore debout, la jeune fille tapa un message : « viens chez Keaton si tu veux parler. » Bien sûr c’était sans conviction et avec la certitude qu’il ne viendrait pas qu’elle avait envoyé ce texto.  Evan était un camarade de lycée. Ils s’entendaient bien et faisaient leur devoir ensemble. Elle appréciait sa simplicité et c’était surement la seule personne autour d’elle qui n’était pas au courant pour sa capacité. Elle avait l’impression d’être normale avec lui. C’était reposant. Mais aujourd’hui, ce n’était pas lui qui ramènerait la tranquillité dans sa vie. Comment la retrouver après avoir assisté à la mort de celui qu’on considère comme un grand frère de cœur ?

Elle reposa alors le téléphone sur le bureau puis s’installa sur son lit, recroquevillée dans l’angle que formait le mur. Des minutes défilèrent, peut-être même des heures, sans qu’elle ne le voit. Son estomac criait famine, mais elle ne l’entendait pas. Des bruits de pas évoluaient au sein de la maison, mais elle n’y faisait pas attention, enfermée dans sa vision de l’accident. Le monde extérieur était à mille lieux de l’endroit où se trouvait son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Dim 2 Juin - 7:56

Assis au bord de la fenêtre, je regardais la rue d’un air songeur. Il ne neigeait pas à Los Angeles, mais malgré tout on fêtait Noël. Les décorations sur les maisons en banlieue étaient si extravagantes, que s’en était presque grotesque. La guitare entre les mains, je grattais quelques cordes essayant de reproduire une chanson des Beatles à l’aide de ma simple mémoire. Pas évident. De temps à autre, je jetais un coup d’œil furtif sur mon portable, espérant recevoir une réponse d’Ingrid. Elle ne m’avait pas contacté des vacances, chose que je trouvais étrange.
On s’était très vite bien entendu. Parcourant le même chemin pour gagner le Lycée, on avait appris à se connaitre. Elle était de nature joviale, presque un peu trop, mais j’appréciais cette facette complètement décalée dans sa personnalité. Malgré son jeune âge, elle avait tout d’une adulte. En rien Ingrid ne ressemblait à toutes ces majorettes qui ne juraient que par leur physique et cette chance de devenir populaire. Bien sûr que la vie d’un lycéen est importante pour un américain, mais je trouvais toujours qu’on en faisait trop, pour pas grand-chose. J’avais une certaine notoriété au Lycée, sûrement le résultat d’une belle gueule et de mes talents de chanteur … je ne le cache pas, mais pourtant, la célébrité et la popularité ne m’attire pas.

Combien de fois ai-je déjà refusé des contrats avec des maisons de disque ? Non, franchement … j’aime la musique, mais je ne me vois pas en vivre. Micah m’avait porté dans une toute autre voie. Aller à l’université, étudier la physique et devenir, si j’y arrive, un bon ingénieur, voilà ce qui me plaisait. Mes parents trouvaient ça dommage, mais pourtant je m’en fichais. C’était Sam qui voulait devenir la vedette, la star d’Hollywood et briller sous les projecteurs. Moi, j’étais bien trop timide pour ça.

Je fixais toujours ce portable, qui semblait accaparer tout mon espace. C’est dingue comme je m’étais attaché à Ingrid en si peu de temps. On se connaissait vraiment depuis combien de temps ? Deux mois à tout casser ? Pourtant, j’avais la vague impression que ces deux mois furent des années. Toutes les vacances sans nouvelles, ça m’inquiétait. Pourtant, je n’étais pas du genre à insister. On se reverrait en cours et les choses retourneront dans le bon sens. Mais j’avais un mauvais pressentiment. Avais-je fais quelque chose de mal ? Dis quelque chose de travers ? Les filles étaient d’un compliqué …

Bip !

Un message : « viens chez Keaton si tu veux parler. »

Je détestais ce genre de phrase. Surtout avec ce point. C’était laconique et je n’arrivais pas à déceler si elle voulait vraiment me voir ou pas. Bon, tant pis, j’avais envie de parler, alors j’irais chez Keaton. Sans tarder, je pris ma veste en cuir, les clés de mon cadenas et descendis en trombe les escaliers manquant de percuter ma mère au passage.

« Je vais voir Ingrid ! Je ne rentre pas pour diner ! » criais-je par-dessus mon épaule.

J’entendais à peine ma mère me répliquer tout un sermon et j’enfourchais mon vélo. De bons kilomètres me séparaient de ma maison à l’appartement de Keaton. J’y étais allé plusieurs fois, alors malgré le long trajet, j’y serai en quelques minutes seulement en passant par les raccourcis. A bout de souffle, enfin arrivé à bon port, je descendis de mon vélo pour grimper les marches de l’immeuble, quatre par quatre. Me voilà devant la porte de l’appartement. Celle-ci est entrouverte, chose anormal. Suspicieux, j’entre m’armant de courage. Je détestais entrer à l’improviste, mais là c’était vraiment étrange. Personne dans le salon, ni dans la cuisine. La chambre de Keaton était fermée et j’entendais à peine des sanglots venant de la chambre d’Ingrid. Soudain, une boule désagréable me monta à la gorge. Quelqu’un était-il venu voler Ingrid et l’avait frappé ? Je courus jusqu’à sa chambre, ouvrit vélocement la porte et découvrit Ingrid lové dans ses coussins et ses draps, pleurant comme une madeleine.

« Ingrid ? Bon sang, mais qu’est-ce qui se passe ? Tu t’es faite agressée, j'ai vu que la porte était ouverte ?! »

Plus de peur que de mal, elle n’avait rien. Son visage paraissait déformé par la tristesse et hormis des hoquetement et des sanglots, je ne comprenais pas un traitre mot de ce qu’elle me disait. Je pris place au bord du lit et lui fit signe de poser sa tête sur mes épaules.

« Là, là … c’est fini. »
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Dim 2 Juin - 15:51

*Morgan tu me manques. Je te revois, chaque jour, allongé sur cette route, un endroit où tu ne devrais pas être. Et toi fichu gosse, tu me fais encore une remarque légère, alors que la vie s’échappe de ton corps. Tu seras toujours dans mon cœur. Toujours. Mais s’il te plaît ne disparaît pas de mes souvenirs…. * Les larmes coulaient à flot le long des joues d’Ingrid. Son grand frère, celui qu’elle n’avait jamais eu parce que ses parents ne voulaient qu’un enfant, était partit à jamais. Chaque jour, elle faisait ce petit rituel. Il était décédé seulement quatre jours auparavant, mais déjà, elle avait peur de l’oublier. Tout comme elle luttait contre l’oubli du souvenir de ses parents et tous les bons moments passés avec eux. C’était pourquoi aussi, elle avait étalé une photo d’eux et plusieurs de Morgan et Morgan et elle sur le lit. Son regard s’était perdu à travers ces images. Celle avec ses parents avait été prise lors d’un pique-nique à Central Park. Elle faisait la folle et ses parents riaient. Elle était persuadé de ne jamais oublier leurs sourires tant ils étaient expressifs. Elle savait tenir cela d’eux. En ce qui concernait Morgan, il y avait celle du bar où il faisait un geste obscène, lorsqu’elle lui était tombé dessus et qu’ils avaient fini fasse à un chocolat avec la promesse d’un string en cadeau à la prochaine rencontre contre une présentation aux parents d’Ingrid, au cimetière, la semaine d’après. Il y avait d’ailleurs cette photo d’elle qui avait un string sur son jean et un chapeau sur la tête. Enfin il y avait la photo prise alors qu’elle était dans les bras de Morgan, au cimetière, elle appuyée contre son torse. C’était sans doute sa préférée.

Les yeux fermés n’empêchaient pas les larmes de couler. Enfermée dans ses souvenirs, Ingrid ne se rendait plus compte de ce qu’il se passait autour d’elle. Persuadée d’être seule et en sécurité, elle se laissait aller, oubliant même la possibilité qu’Evan débarque d’une minute à l’autre. Sur le coup, elle ne croyait pas en cette petite chance, et pourtant elle fut bien obligée de constater son erreur, lorsque sa voix la fit sursauter. Il était là, devant elle. Elle avait beau le voir trouble à travers les larmes qui coulaient, il était bien présent avec elle. Elle essaya de lui expliquer que ce n’était rien, d’une part c’était totalement faux, d’autre part il ne comprendrait pas un traître mot de ce qu’elle disait à cause des tremblements et de sa voix qui étaient devenue complètement rocailleuse. Alors Ingrid abdiqua et secoua la tête pour lui dire qu’elle ne s’était pas faite adresser juste avant de poser sa tête contre son épaule et d’essayer de se calmer.

Les sanglots finissaient pas se calmer et pour se donner du courage, elle prit la main d’Evan, entremêlant ses doigts aux siens. Avoir quelqu’un à côté l’aidait plus qu’elle ne l’imaginait finalement. Evan et elle c’était comme Bonnie and Clyde. Très vite ils avaient fait connaissance. Ils avaient une classe de différence mais l’écart ne se ressentait pas plus que ça. Elle l’appréciait beaucoup, au même titre qu’Andrew, mais jusqu’à présent c’était différent.

« C’est pas fini Evan… ça commence… demain y’a l’enterrement… » avait-elle fini par articuler.

Ingrid se décolla de l’épaule de son ami sans pour autant lâcher sa main. Plongeant son regard humide dans celui du garçon, elle tenta de sourire.

« Désolée… je ne suis pas assez forte… »

Puis elle prit la photo où elle était appuyée contre le torse de Morgan et elle se contenta de la tendre à Evan. Pour qu’il comprenne, pour qu’il voie sans qu’elle n’ait besoin de prononcer le moindre mot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mer 5 Juin - 20:16

Elle venait de prendre ma main, entremêlant ses doigts dans les miens. C'était assez étrange comme sensation. En fait, je me sentais vraiment mal à l'aise. Premièrement, parce que je n'étais pas très doué pour réconforter les gens et deuxièmement, parce qu'il s'agissait d'Ingrid. Elle était de nature douce, généreuse et toujours joyeuse. La voir dans un tel état me perturbait. Je ne savais pas quoi dire, surtout que je ne comprenais pas la cause de sa tristesse si évidente. De mon autre main, je lui frottais vigoureusement l'épaule pour essayer de montrer ma compassion. Soudain, elle me montra la photo de Morgan. Je ne connaissais pas ce type. Enfin, vaguement. Elle m'en avait parlé, comme s'il s'agissait d'un frère un peu loufoque. Je ne l'avais jamais vu et je dois bien l'avouer, je ne me l'imaginais pas comme ça.

Elle pleurait toutes les larmes de son corps. Ca me faisait de la peine, surtout que moi, je n'éprouvais pas la moindre tristesse pour la disparition de ce type. J'aurai pu lui souffler des mots réconfortant, ou bien lui adresser toutes mes condoléances, mais visiblement, je trouvais que ce n'était pas le bon moment. Alors comment faire pour qu'elle oublie Morgan, juste quelques heures ? Car honnêtement, je n'avais pas envie de passer mon temps aux côtés d'une personne complètement déterrée. Il fallait lui rendre le sourire, qu'elle libère son cœur et qu'elle lâche tout ce qu'elle a. Bien sûr, je n'avais aucune idée de ce que ça pouvait faire de perdre un proche. A ma connaissance, je n'étais encore jamais allé à un enterrement. Mes grands parents étaient toujours en vie et tous les membres de ma famille se portaient en bonne santé. Je n'avais aucune idée, vraiment.

« T'inquiète pas Ingrid, ça va passer. Je sais que ça doit être difficile … mais mieux vaut t'occuper l'esprit et faire autre chose, que pleurer sur des photos non ? Car je pense bien que tu souffres, mais ton petit cœur ne risque pas de tenir le choc bien longtemps. Tu ne voudrais pas le soulager ? »

En me levant, je me déliais de la main d'Ingrid. D'un signe de tête, je l'invitais à me rejoindre dans la cuisine. Elle pouvait rester vautré sur son lit à pleurer sur son album photos, ou bien me rejoindre pour boire un bon milk-shake. Au moins, j'étais doué pour ça et une boisson bien fraîche, pleine de fruits et de glace ne pouvait que faire du bien. Enfin, j'en étais convaincu. Je connaissais la cuisine presque comme ma poche. Keaton me laissait quelque fois manger avec Ingrid après les cours et c'était devenu une sorte d'habitude au fil du temps. Je connaissais l'emplacement de chaque plat, de chaque ustensiles de cuisine. D'ordinaire, je ne prêtais jamais la main à la pâte. A la maison, la cuisine était réservé à ma mère. J'avais le droit de toucher aux verres d'eau et quelques fois aux couverts lorsqu'il était question de mettre la table. Alors ici, je pouvais « m'éclater ». Keaton étant absent, je me demandais comment Ingrid se nourrissait. Mais voyant le creux de ses joues, je doutais qu'elle pensait à se nourrir ces derniers jours. Elle était plus préoccupée à pleurer la mort de son ami.

« Je suis le roi des milk-shake ! Tu m'en diras des nouvelles ! Au fait, tu as mangé ces trois derniers jours ? Tu es aussi rachitique que ces mannequins que l'on voit dans les magazines de mode ! Fais pas ces yeux là, ce n'est pas un compliment hein ! Je trouve que ces filles ressemblent à de vrais squelettes ! Sauf qu'elles ont de la peau … Si je cuisine, tu manges un bout ? »

La nuit tombait sur l'horizon. Je n'allais pas la laisser toute seule ce soir. Il fallait que je prenne soin d'elle, comme un véritable ami.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Jeu 6 Juin - 5:58

Evan était là, mais le pauvre garçon devait être surpris de la voir ainsi. Elle qui cachait souvent ce qu’elle ressentait lorsqu’elle était à ses côtés, elle qui se contentait d’être une adolescente joyeuse et gaffeuse, elle était à présent complètement démolie par le chagrin. Ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans cet état, sauf que la première fois elle avait été gavée de calmants, la première fois elle était à l’hôpital et montrer ce qu’elle ressentait à une assemblée n’avait pas fait partie de ses projets. Mais là c’était Evan. Ils commençaient à plutôt bien se connaître à présent. Et même si elle ne les avait pas présentés, même si elle n’avait pas pris le temps de parler en détails de l’autre à chacun, elle aimait probablement autant Evan qu’elle appréciait Morgan.

Sauf qu’Evan était présent. Il était venu, contre toute attente, et avoir les doigts entremêlés lui confirmait ce qu’elle voyait. Il avait donc le droit de la voir moins triste et plus joyeuse. Même si aujourd’hui, un sourire serait probablement difficile à entre-apercevoir venant d’elle. Ce qu’elle savait néanmoins, c’était que Morgan aurait voulu la voir sourire. Ingrid ne put s’empêcher de réprimer un sanglot alors qu’Evan se détachait d’elle. Jusqu’à présent, elle n’avait pas vraiment parlé, elle n’avait pas su quoi dire, quoi rétorquer.

Oui ça allait passer, comme sa tristesse s’était amenuisée avec le temps pour ses parents, oui elle avait envie d’alléger la douleur et de sourire de nouveau, mais présentement, elle n’avait aucune idée de comment faire. S’était donc interloquée, les yeux rougis mais grand ouverts qu’elle fixe Evan. Qu’avait-il en tête ? La cuisine visiblement. Il savait parler aux filles lui ! Du chocolat… oui Ingrid avait envie de chocolat. Heureusement elle en avait acheté et ramené. De même qu’elle avait ramené des fruits, du lait et des pâtes quelques jours auparavant, pour quand elle venait faire un tour. Seulement, il était vrai que son estomac criait famine et qu’elle était incapable de dire depuis combien de temps elle n’avait pas mangé.

« Je ne sais pas. »

Ses yeux s’étaient arrondis de surprise lorsqu’Evan lui avait avoué qu’elle était maigre. De sorte qu’elle avait même tiré ses habits pour les plaquer contre elle et se regarder.

« Je suis si maigre que ça ? » demanda-t-elle alors qu’un hoquet de sanglot se fit entendre.
Elle n’avait pas pu perdre du poids si facilement tout de même ! Elle vivait chez Maggie et même si la jeune femme n’était pas toujours présente, les placards étaient toujours pleins. C’était sûr elle avait de quoi manger. Et en réfléchissant, elle pouvait faire la cuisine autant de fois qu’elle le souhaitait. Sauf que depuis… oui depuis ce jour-là elle n’avait pas touché à un aliment de la cuisine de Maggie.

« Je suis pas contre un bon milkshake alors. A quoi ? … Et y’a du chocolat aussi ! »

Ingrid ne pleurait plus, mais la tristesse qu’elle ressentait était toujours là, gravée sur ses traits aussi doux soient-ils aussi enfantin rendaient-ils son visage.

« T’aime bien les filles bien en chaire ? » finit-elle par demander pour continuer sur la lancée d’Evan qui parlait des mannequins trop maigres.

Ca étonnait Ingrid qui savait que la plupart des garçons de son âge adoraiennnnnt les mannequins et leurs silhouettes filiformes. Par contre si son ami n’aimait pas ça elle avait au moins l’avantage de ne pas risquer grand-chose avec lui. Surtout, que pour le moment il venait de l’entraîner dans la vague « cuisine » . Par conséquent, elle était en train de lui sortir tous les ingrédients pendant qu’il se servait dans son coin pour récupérer les ustensiles.

« Je suis désolée Evan… je voulais pas que tu me vois comme ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Lun 1 Juil - 19:56

Elle paraissait au bout de sa vie. Les larmes continuaient doucement à ruisseler sur les joues creuses de son visage, tandis que ses yeux rougis lui donnaient un air de zombie affamé. Si je ne la connaissais pas assez bien, j'aurai pris peur. Je prends le mixer qui se trouve près de levier, j'y incorpore deux grosses boules de glace à la vanille, la bonne dose de lait, quelques copeaux de chocolat et hop ! j'appuie sur le gros bouton. Ça fait un boucan monstre cette machine, mais je garde le sourire, une main sur le couvercle, l'autre sur le bouton. Plus facile tu meurs. Je verse le tout dans deux énormes verres et y plante une paille verte et une paille rose. Sans dire un mot, je tends le verre avec la paille rose à Ingrid, puis me dirige vers le salon.

C'est bizarre. Cet appartement j'y vais juste après les cours, le temps de bosser avec Ingrid et généralement je m'en vais avant le diner. Pourtant, j'ai l'impression d'être là comme chez moi. Je connais les lieux par coeur. Je me pose sur le canapé, en face de la télé, pourtant mon regard ce porte vers la grande baie vitrée. J'adore observer LA de cette hauteur, ça laisse tellement de place aux rêves et à la musique. Un sourire léger se dessine sur mes lèvres. Je fais signe à Ingrid de me rejoindre, alors qu'elle est déjà en train de siroter le milk shake. Ca me fait rire intérieurement, mais j'essaie de me montrer neutre le plus possible. Elle vient de perdre quelqu'un, alors je ne sais pas trop si je dois me montrer drôle, ou juste compatissant.

- Viens pose-toi là.

Elle s'assoit. Je porte mon verre aux lèvres et le pose sur la table basse. Il est trop froid pour le garder dans les mains. Mon attention se porte entièrement sur Ingrid. Elle m'avait posé une question sur les filles bien en chair. Je ne sais pas trop quoi lui répondre. A vrai dire, je m'en fiche. Je n'aime pas les filles grosses, mais pas les maigres non plus. La norme quoi ... De toute façon, je ne suis pas du genre à flasher sur le physique. Enfin, je mito un peu en disant ça, mais ce qui importe, c'est si on est bien avec la personne non ? Non. Enfin, j'm'en fiche, mais je veux quand même lui répondre. Après tout, ça lui fera plaisir et j'étais là pour elle.

- Bah pas spécialement.

Je vois qu'elle ne comprend pas trop. Normal, je réagis bien en retard à sa question.

- Je veux dire, pour les filles bien en chair. Je m'en fiche un peu. Je m'arrête pas qu'au physique. Après j'dis pas que ça ne compte pas, mais si t'es bien avec la personne, c'est l'essentiel non ? Tu sais, c'est pas grave si je te vois triste. Ca arrive à tout le monde et puis c'est normal quand on a perdu quelqu'un de cher. Tu le connaissais bien Morgan ? Il était comment ?

Je me dis que si je lui fais parler de Morgan, peut-être qu'elle arrêtera de pleurer. Qu'elle se remémora que les bons souvenirs et qu'au final, ça la soulagera. Mais j'en sais rien. Je n'ai jamais connu la perte de quelqu'un de proche. Dans ma famille, ils sont encore tous en vie. Sauf mes grands parents du coté de mon père. Mais je ne les ai jamais connu, donc ça me fait ni chaud ni froid. J'ose poser une main sur la jambe d'Ingrid. Mon coeur bat plus vite. J'aime pas trop toucher les autres, car j'ai toujours peur qu'ils s'imaginent des trucs ... mais bon, souvent dans les films, ils font ça pour consoler les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mer 3 Juil - 5:54

Ingrid voyait bien qu’Evan ne savait pas trop comment gérer la situation, et elle s’en voulait un peu de lui avoir dit de passer. Même si au fond, elle voyait très bien qu’il s’en sortait à merveilles, même s’il ne s’en rendait pas compte. Et il arrivait à la désintéresser du sujet quelques secondes ce qui lui permettait de relativiser et de prendre le temps de se dire « oh hey Ingrid ton ami n’a pas à subir tes émotions ! » Et puis ça allait mieux. Elle était émerveillée par l’aisance avec laquelle il se servait d’une cuisine, de cette cuisine. Il ne restait pas souvent manger quand il venait habituellement aussi était-elle surprise de voir à quel point il savait bien où se rangeaient les ustensiles.

Sirotant son milkshake Ingrid observa Evan se diriger vers le salon et observait le paysage via la baie vitrée. La vue était magnifique, c’est vrai, pourtant la jeune fille ne se laissait plus subjuguée. Elle connaissait le paysage par cœur maintenant. Elle avait passé des soirées entières à observer l’horizon en se demandant si Keaton ne serait pas dans l’un des avions qu’elle voyait traverser dans le ciel. Au fond, la réponse avait toujours été « non » puisqu’il n’était de toute évidence pas à Los Angeles, mais l’espoir est incontrôlable. Il nous prend et se répond à l’intérieur comme du chient dent se répand sur les terres.

Finalement, tous deux s’installer sur le canapé en cuir. Il est confortable. Ingrid ne regarde pas Evan et se contente d’aspirer de petites gorgées de cette délicieuse boisson avant qu’il ne prenne la parole. Il répondait enfin à sa question, même si au fond peu lui importait puisqu’elle n’était pas du genre à draguer. Mais c’était toujours intéressant d’avoir l’opinion des autres. Ingrid mit pourtant du temps à comprendre. En effet, elle était passée à autre chose dans sa tête et Evan avait mis du temps à répondre. Quand la lumière se fit, elle ouvrit grand les yeux de compréhension.

Puis Evan la désarçonna totalement alors qu’il parlait de filles la discussion se dirigea sur Morgan. Son cœur se serra et elle jaugea Evan d’un regard grave et triste. Non elle n’allait pas pleurer, plus maintenant, ce n’était pas possible.

« Euh… il était comme mon grand frère. On se voyait à la sortie de l’école pendant un moment parce qu’il venait y chercher quelqu’un. Il me charriait tout le temps et il m’agaçait jusqu’au jour où on est tombé l’un sur l’autre en ville et que notre discussion d’abord emprunte de sarcasmes nous a amené à nous revoir pour accomplir des paris. Nous nous sommes revus au cimetière ce jour-là et je lui avais présenté mes parents. C’est étrange je sais… un peu glauque même. Mais il n’était pas contre, puis Morgan était un garçon des plus excentrique. Nous devions fêter Noël et son anniversaire ensemble. Il est né le 24 … il est mort le 24… C’est bizarre ça me fait drôlement penser à la phrase religieuse « tu nais poussière tu redeviendras poussière… »

Le regard dans le vague, l’évocation que venait de faire Ingrid lui avait mis le sourire aux lèvres parce qu’elle se souvenait bien de leur histoire commune et c’était bien ça qu’elle avait peur d’oublier. C’est à cet instant qu’Evan posa une main sur sa jambe alors elle se laissa tomber conte lui, la tête posée dans le creux de son épaule.

« Tu es gentil Evan, merci. Désolée pour tout ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mer 17 Juil - 16:39

J'essayais d'afficher un sourire sur mon visage, mais Ingrid semblait tellement démunie, que je ne savais plus comment me comporter. C'était un peu hypocrite de rester pour la soutenir, alors qu'au fond la mort de son ami ne me touchait pas du tout. Je ne le connaissais absolument pas, mais d'après les propos d'Ingrid il semblait être important à ses yeux. Visiblement, il était dérangé dans sa tête et avait entrainé mon amie à faire des choses bien étranges. Mais qu'importe, ce n'était pas mes affaires après tout et il appartenait à Ingrid de choisir ce qu'elle voulait faire de sa vie. En réalité, j'avais envie de fuir cette situation devenue trop pesante et pénible. Je n'avais pas l'habitude de la voir pleurer. Pour moi, Ingrid était une fille sans soucis, pleine d'entousiasme, qui adorait la cuisine et les jeux de société. Elle était toujours ouverte à toutes propositions. Je ne l'ai jamais vu en colère, ni même me refuser une sortie au cinéma ou une soirée karaoké.

Les vacances d'hiver étaient longues. J'avais pas mal d'amis au lycée, mais bizarrement je ne m'attachais pas à beaucoup d'entre eux. J'avais plus l'impression qu'ils trainaient avec moi par intérêt. Je suis un bon atlèthe, je joue bien de la musique et plusieurs maisons de disques m"ont contactés pour devenir le nouveau Justin Bieber. Pourtant, j'ai à chaque fois refuser. Certain trouve ça prétentieux, mais personnellement la gloire et l'argent ne m'attire pas. Ces choses là nous enferment dans une prison dorée, empêchant pleinement de vivre sa vie tranquille. J'avais réussi à attirer l'attention au Lycée et depuis bon nombre de personne dont je ne connaissais même pas le nom, me tournaient autour, dans l'espoir que j'accepte un jour de devenir une star.

Seule Ingrid me manquait. J'avais espéré la voir en pleine forme, qu'on puisse faire quelque chose d'amusant ensemble, entendre son rire, ses petits commérages de quartier. Pas un discours larmoyant, qui plombait fortement l'ambiance. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir. Elle était peinée de perdre un être précieux, alors que voulez vous ? Je ne savais pas quoi dire, ni même comment réagir. Elle venait de poser sa tête sur mon épaule et soudain, je crus que mon coeur venait de s'arrêter. Je n'avais pas l'habitude d'être si proche d'elle, c'était vraiment étrange... Je déglutis péniblement, me décalant légèrement vers la gauche, comme pour lui faire comprendre que cette situation m'était inconfortable, sans pour autant la brusquer. Mais elle semblait bien et ne décidait pas de lever sa tête. Intérieurement je voulais échapper un long soupire, ou lui dire d'arrêter d'être aussi pot de colle. Mais bon, c'était ma faute, je n'aurai pas dû poser cette main sur sa cuisse. Parfois, je maudissais mes réactions débiles.

Sans prévenir, je me mis debout, sans être brutal. J'accordais un sourire crispé à Ingrid et pris mon verre vide pour le nettoyer. Elle était toujours assise dans le salon, mais ne sanglotait pas. Alors que je frottais énergiquement le verre entre mes doigts, mon regard se perdait vers la fenêtre qui donnait une vue plongeante sur les avenues de LA. J'enviais tellement Ingrid et Keaton de vivre ici, à une telle hauteur.

- Tu sais Ingrid, la vie continue. Je sais que c'est triste, mais met toi à la place de ton ami. Je pense qu'il aurait préféré te voir sourire, plutôt que pleurer sa mort non ? Enfin si un jour je meurs, j'aimerai qu'on me fabrique quelque chose ... je sais pas, n'importe quoi. Quelque chose qui puisse faire en sorte qu'on ne m'oublie jamais. Un symbole, du style un signe en origami !

C'était nul comme idée, mais je cherchais quelque chose pour la faire sortir de cette attitude flegmatique qu'elle adoptait depuis je ne sais combien de temps. Je continuais à frotter sous l'eau chaude, si fort que je verre se brisa dans ma main.

-Aie ! Satanée de ... bordel de merde ça pisse le sang !!

Je me retenais de ne pas lâcher une larme, mais putain qu'est-ce que ça faisait mal. Avec l'eau chaude et le produit vaisselle, j'avais l'impression que ma main allait exploser. Une profonde entaille dans la paume de ma main droite s'était formée. Je voyais le sang dégouliner le long de mes doigts, pour finir dans le lavabo. Je posais automatiquement ma main sous l'eau, me mordant les lèvres pour ne pas gémir tant la douleur était forte. J'avais l'impression qu'un bout de verre était enfoncé dans la chair, mais je n'osais regarder. C'était bizarre, mais c'était comme si mon coeur se retrouvait dans le creux de ma main au lieu de sa place habituelle ... Je voyais encore l'arrière de la tête d'Ingrid sur le canapé. Elle devait être dans ses pensées, pour ne pas avoir régit à mes jurons.

-Ingrid !! Allô ici la Terre ! Besoin d'une trousse de secooours !!!

Voilà qu'elle s'affaire, heureusement, j'ai l'impression de faiblir et .... oh non ! Pas maintenant, pas ça ! Mes veines commencent à gonfler, mon avant bras devient bleu. Fais chier. J'essaie de me concenter, de penser à autre chose, mais la douleur est là, vivace et prenante. Le bout de mes doigts est violet, j'espère juste que l'eau du robinet ne va pas commencer à geler.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Lun 29 Juil - 20:12

Inconsolable, Ingrid venait de poser sa tête sur l’épaule d’Evan alors qu’il avait posé sa main sur sa cuisse. Pour elle, c’était un signe, celui qui voulait dire je suis là pour toi si tu as besoin d’une épaule compatissante. Elle ne pensait pas à mal. Malgré sa effroi du toucher à cause de sa capacité qui s’activait un peu n’importe comment au gré de ses émotions, elle avait besoin de se sentir en sécurité et elle avait tout autant besoin de câlins. Pourtant, elle se rendit bien vite compte que la situation gênait Evan. Ce n’était pas comme ça entre eux. Ce n’était pas niais, ce n’était pas si intime. Ils étaient des amis qui se divertissaient l’un l’autre, qui parlaient, qui jouaient aux jeux de société, qui allaient au cinéma aussi bien que voir une exposition dans un musée. Ils étaient des compagnons sans prise de tête. Voilà tout. Elle le laissa donc naturellement s’enfuir dans la cuisine.
D’abord attentive aux bruits qu’il produisait, elle se laissa happer par son idée de fabriquer quelque chose à Morgan en sa mémoire. Une chose qui permettrait par la même de canaliser toute la peine d’Ingrid. D’autant qu’Evan avait raison. Connaissant Morgan, il aurait voulu, préféré même qu’elle évoque des souvenirs se moquant de lui plutôt que pleurer. C’était compliqué. Elle culpabilisait tellement. Elle pensait que tout était de sa faute. Sans elle il n’aurait pas voulu fêter son anniversaire, sans elle il n’aurait pas fait la cuisine et il n’aurait pas manqué d’un ingrédient, il ne serait pas sorti et Andrew ne l’aurait pas percuté. Avec des si on pourrait refaire le monde.

Pour le moment, elle ne pouvait rien faire, alors elle chercha quoi fabriquer. Cette idée n’était pas si ridicule. Elle pensa à un string en rappel à leur sortie sur la tombe de ses parents mais elle avait toujours ce bout de tissu en sa possession cela ne servait donc à rien. Un chapeau peut être ? Trop banal. Elle songea alors à des griffes. Ce serait parfait. L’image de Morgan jusqu’à sa mort où il avait réussi à se plaindre de s’être pété un ongle. Ingrid triturait ses doigts en souriant à cette image. Premier sourire depuis des jours, quand Evan la réveilla de sa stase. Blessure ?? Sang ?? Ahhh ! Panique.

L’adolescente sauta du canapé et se dirigea vers la salle de bain où Keaton avait accumulé une vraie pharmacie. Il n’était pas pédiatre pour rien après tout. Elle prit alors du désinfectant des compresses et du sparadrap pour faire un pansement. Puis, rapidement, elle revint dans la cuisine, Evan toujours devant l’évier sa main sous l’eau froide. Bon réflexe, sa ralentissait les saignements. Lorsqu’elle se positionna à coté pour commencer les soins, elle s’arrêta net.

« Ton bras ? »

Il était bleu, mais pas la couleur qu’on a quand on a un peu froid, il était bleu bleu. Le genre de bleu possible que lorsque l’on est congelé en fait. En réalité c’était violet foncé, même pas bleu.
Doucement, elle toucha la peau et fut surprise de la chaleur de celle-ci… Puis l’eau… pouff, l’eau se congela. Elle fit un pas en arrière et observa Evan, complètement coi. Il était comme elle ?

« Tu es comme moi ? » dit-elle incrédule, oubliant totalement qu’il ne savait pas ce qu’elle était.

Elle l’observait, n’osant pas toucher sa main pour le soigner. Elle ne savait pas si elle pouvait ou non.

« Je peux te soigner, malgré la couleur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Lun 29 Juil - 23:18

Elle revient avec une trousse de secoure, armée jusqu'aux dents. Je souris légèrement, lorsqu'elle pointe mon bras avec des yeux ronds. L'eau gèle soudainement, sous le coup de la surprise. Mince, je suis grillé ... comment va-t-elle régir ? Un jour, alors que je grimpais un arbre pour récupérer une balle prise entre deux branches, je me suis mal cramponné et j'ai fait une chute de trois mètres avant d'atterrir sur le dos. C'était comme si l'impact avait chassé tout l'air de mes poumons. Je suis resté allongé là, m'efforçant d'inhaler, d'exhaler, de faire quelque chose.

Voilà ce que je ressens en ce moment. Je tâche de me souvenir de respirer, incapable de parler, totalement abasourdie tandis que les paroles d'Ingrid résonnent dans mon crâne. Puis la douleur revient, me ramenant sur Terre. Je ne sais pas quoi dire, pourtant Ingrid à l'air d'aller bien. Pas vraiment surprise devant ce phénomène des plus étranges. Elle avait à peine hoqueté, reculé de quelques pas, mais s'est vite rapproché, le pansement dans les mains. Que signifiait "tu es comme moi ?" Je ne comprenais pas. Elle aussi était étrange ? Exceptionnelle ? J'en doute, mais pourtant elle ne me prend pas pour un monstre.

Elle s'approche, prend le risque de toucher ma peau et remarque que celle-ci n'est pas froide. Non. Mais j'ai mal. Mes veines me font souffrir et ma blessure au doigt me lance terriblement. J'ose à peine regarder. J'ai peut-être atteint l'os ? Je serre des dents et transpire à grosses goutes. Bordel, je suis le dernier des imbéciles ...

- Oui c'est pas grave ... ça pisse le sang, faut arrêter l'hémorragie, c'est le plus important !

Je commence à être pris d'une fièvre. Bon sang ce que j'ai chaud... Ingrid me désinfecte le doigt et me bande l'index assez fort. J'ai l'impression de sentir mon coeur battre au bout de mes doigts, c'est très bizarre. J'ai du sang sur le t-shirt et le jeans. C'est pas cool et je sens que ma mère va encore me faire une misère, mais qu'importe, y'a plus urgent pour le moment. Avec mon poing gauche, je brise la glace qui s'est formée au bout du robinet. Je regarde Ingrid un peu hébété, sans savoir quoi lui dire.

-Je... merci Ingrid. Mais j'crois que je devrais y aller. Ma mère m'attends sûrement pour le diner ...

C'est faux, j'ai dit que je ne rentrais pas pour manger. Mais ça, Ingrid ne le sait pas. Autant fuir la conversation, même si au fond, je suis curieux de savoir ce qu'elle voulait dire par "tu es comme moi". J'avais envie qu'elle me montre quelque chose d'exceptionnel, qu'elle m'affirme être aussi étrange et qu'on est loin d'être les seuls. Mais en même temps, je redoute terriblement cet instant. Ingrid est mon amie. Je n'ai pas envie de la perdre pour des bêtises pareilles. J'ai déjà l'impression de la perdre, car au final elle vient de découvrir quelque chose sur moi ... quelque chose que je lui ai caché depuis que nous nous connaissons. Et ça ... c'est loin d'être cool. J'enfile ma veste en cuire et je cherche mon sac du regard.

- Tu sais où est mon sac ?

Dans sa chambre. Il est dans sa chambre ... et elle se tient entre la cuisine et sa putain de chambre. Raaah, non, je vais devoir lui faire face. Qu'est-ce que je peux détester ça. Mon coeur bat à cent à l'heure. Je me sens misérable, j'ai plus envie de parler. Je veux juste fuir et qu'on me fiche la paix. Finalement Elias avait raison. J'aurai dût faire plus attention. J'aurai dût me cacher et pas être aussi maladroit. Je me déteste tellement !
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mar 30 Juil - 16:45

Il ne réagit pas et Ingrid a envie de le secouer. Elle n’en revient pas. Alors là, si elle avait su… elle ne savait pas si ç’aurait changé quelque chose, mais en tout cas, dans la situation actuelle des choses, ça avait au moins eu le mérite de la couper de son chagrin perpétuel. Elle ne pensait plus qu’à Evan en cet instant-là.  Evan et l’eau gelée au bout du robinet.  Enfin par chance, elle pouvait le soigner malgré tout. Elle avait essayé de le toucher, sa peau était chaude, mais elle ne voulait pas risquer de provoquer la moindre réaction désagréable en le soignant.  C’est alors qu’elle se dépêcha comme si elle était une pro. Compresse avec désinfectant, compresse propre camouflage du doigt sparadrap et le tour était jouer. Un doigt tout beau tout propre mais qui devait surement toujours saigner un peu sous le pansement. L’adolescente avait fait exprès de serrer le sparadrap pour couper l’hémorragie mais ce ne serait pas éternel il faudrait vite le changer et relâcher un peu le tout qu’il ne perde pas son doigt bêtement.  Enfin Ingrid finit par tout poser sur le plan de travail et reprit son observation de l’eau congelée.

Soudain, Evan donne un coup dedans et elle se brise. Ingrid elle sort de sa stase, à nouveau, pour observer Evan. En réalité elle ne sait absolument pas quoi dire. Elle est entre le « est-ce qu’il est comme moi ? Si oui c’est génial super cool … » et le « s’il est comme moi est-il sincère sur le reste ? ». Mais elle n’a pas le temps de se poser réellement ces questions. Il veut partir. Hein ? Quoi ? Non, son sac ?

« Non je ne sais pas… »

*Mais ne t’en vas pas, attends !* Bon elle avait même perdu la parole. En fait, lui non plus ne devait pas comprendre ce qu’elle venait de dire. Il devait avoir peur. Elle avait eu peur aussi qu’on le découvre. Elle voyait là une occasion de faire tomber les masques et de ne plus se cacher avec un ami. Elle voyait là une occasion d’arrêter de devoir se cacher sans cesse, et c’était tellement plus rassurant quand c’était un ami qui découvre une telle face cachée plutôt qu’un inconnu. Parfois ça resserrait les liens, parfois ça les brisait totalement.  Elle ne disait rien et cela devait être horrible pour Evan qui avait le temps de se faire tout un tas de film dans sa tête. Alors, elle décida d’agir. Vu l’état actuel des choses et vu son état, ce n’était pas difficile. Dans la chambre, déjà, quand il était arrivé, sa capacité menaçait déjà de la submerger, elle n’avait qu’à se mettre dans de bonnes conditions.

Ingrid attrapa le bras d’Evan et à nouveau, elle créa un contact physique proche. Elle passa une main sur son ventre elle se colla à lui, puis lui chuchota à l’oreille.

« Je crois que nous sommes pareils, attends… »

Elle ferma les yeux, lentement, et se concentra sur sa tristesse. Quelques jours auparavant, elle avait littéralement pris feu, ses flammèches bleues illuminant la plage alors que Sacha venait de la trouver et l’avait alors vidée de ses émotions.  Ingrid laissa la chaleur l’envahir. Ses bras devinrent rouges comme la braise pendant que sa température corporelle augmentait. Alors, lentement elle s’éloigna d’Evan, un petit sourire coincé, perdu et tatillon sur les lèvres.

« Tu vois, nous sommes pareils… Ne me fuis pas… je ne dirais rien Evan.  Ce qui est amusant c’est que nous sommes antagonistes : tu es la glace je suis le feu.  Belle complémentarité non ? »

L’adolescente maintenait une certaine distance de sécurité à présent par respect pour Evan qui semblait avoir du mal avec la situation actuelle. D’abord il la voyait au fond du trou à cause d’un décès, puis il révélait son don. Il avait de quoi se sentir mal, elle ne le brusquerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mer 31 Juil - 14:14

Pour la énième fois, Ingrid vint se coller à moi. Je ne comprends pas les filles et leur besoin de toucher tout ce qui bouge. Ça m'énerve et ça me met surtout mal à l'aise. Ingrid est une simple amie. Je n'éprouve rien pour elle, comme je n'ai jamais rien éprouvé pour personne. Je ne suis pas sans cœur, loin de là, mais je n'ai pas envie de m'attacher à quelqu'un, du moins pour l'instant. Il y avait trop de filles au Lycée qui voulaient sortir avec moi, trop de personnes attachantes et Ingrid en faisait partie. Pourtant, je me suis posé une barrière pour tomber amoureux le plus tard possible. Absurde ? Peut-être ... mais que voulez-vous ? Je trouve ça tellement niais.
Je me raidis lorsqu'elle se plaqua contre mon torse. Nous sommes pareils ? Non, c'est impossible. Personne n'est pareil que moi. Ça serait trop irréel ! Surtout pas Ingrid. Je me sens mal, surtout lorsqu'elle me dit d'attendre et que je la vois se concentrer. Qu'est-ce qu'elle va faire ? Léviter des objets ? Causer quelque chose en moi de surnaturel ? Ou se transformer en vampire ? Punaise, faut que j'arrête de lire mes comics, je délire complètement.

Soudain, je sens une vague de chaleur m'envahir. Je lâche un soupire, car au début je croyais qu'il s'agissait de ma fièvre qui voulait me clouer au sol. Mais finalement cette source de chaleur semblait provenir du corps d'Ingrid. Ses bras étaient étrangement rouges, comme les miens étaient bleus. La belle paire que nous formions. Elle s'écarta, fit quelques pas en arrière et me considéra un instant. Elle n'avait pas peur, ne paraissait pas gênée par la situation, comme si pour elle, c'était normal. Elle arrivait même à blaguer sur la situation. Pour ma part, c'était un peu chaotique dans ma tête. Ingrid paraissait contente, insouciante, voire soulagé d'apprendre qu'on est pareil. Pourtant, Elias m'avait dit de faire attention. Il m'avait limite menacé de ne plus jamais en parler et que nos routes ne se croiseront plus de si tôt. Mince, les mutants sont d'un complexe.

- Ingrid ...

Franchement, je ne sais pas quoi dire. Mes bras redeviennent peu à peu normaux, mais la douleur persiste. Je prends place dans le canapé en cuir blanc, sans prononcer le moindre mot. Mon regard se perd vers la bée vitrée, observant l'étendue de Los Angeles. J'ai mal au ventre et je comprends à présent que ma vie a totalement basculée. Au départ je trouvais ça drôle d'exercer mon pouvoir sur tout et n'importe quoi, dans le dos des gens. Ca m'amusait d'être différent, de posséder un pouvoir hors du commun. Mais depuis que j'ai rencontré Elias, je ne sais plus quoi penser. Puis Ingrid. Voilà qu'elle aussi est une personne évoluée. Il y en a combien comme ça ? Se cachent-elles toutes tant qu'elles ne savent pas que l'on est mutant ? J'ai l'impression de vivre dans un cauchemar et que je n'arrive pas à me réveiller.

Ingrid se pose à mes côtés. Je tourne la tête, l'observant d'un air triste. Ses bras sont toujours rouges et elle le vit plutôt bien. Je me rappelle de l'histoire de ses parents, morts dans un incendie. J'essaie de me persuader qu'elle n'est pas la responsable, mais bon ... à la découverte de son pouvoir, on fait souvent une grosse connerie. Je déglutis péniblement, puis serre les poings sur mes genoux.

- Ça ne te fait pas peur ... ce qu'on est ?

Mon coeur se serre. Je pense à ma famille et à mes amis. Qui est mutant dans cette histoire ? Qui me ressemble ? Et si jamais je suis seul ? A qui pourrais-je le dire ? Si on me découvre, quelle tournure ma vie va-t-elle prendre ? Trop de questions se bouscules dans ma tête et je n'ai aucune réponse. Personne ne pourra m'en donner, car visiblement, je ne suis pas encore entré dans le cercle.

- Keaton est au courant ?
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mer 31 Juil - 17:36

Ingrid devint audacieuse car elle voulait faire comprendre à Evan ce qu’elle était. Le toucher était le meilleur moyen pour ressentir la chaleur qu’elle provoquait. Tant pis si ça l’agaçait. Même si en une soirée deux signes d’affection pouvaient s’avérer bien trop. Ce qui était étrange c’était de savoir qu’à la base quand tout s’est déclenché, Ingrid refusait qu’on la touche et voilà que ces derniers temps c’était elle la plus demandeuse. Enfin, elle se concentra pour faire venir les choses. Ce qui n’était pas bien compliqué étant donné son état émotionnel. Sa capacité se met vite en scène et dans une tentative désespérée de le voir réagir, Ingrid s’essaye à l’humour. Mais rien ne se produit. Il prononce son prénom puis se ferme à nouveau allant se poser sur le canapé et observant la ville des hauteurs de l’appartement. Elle ne savait pas vraiment quoi faire, l’ambiance semblait dramatique. Elle se contenta alors de venir se poser à ses côtés. Elle le regarde, quelques instants. Il semble complètement perdu. Ca l’attriste, tout simplement car elle l’apprécie beaucoup et qu’il a toujours été gentil et drôle. Jamais elle ne l’a vu dans cet état avant. Elle comprend alors ce qu’il a ressenti en la retrouvat en larmes tout à l’heure.

Finalement, le regard de son ami se pose sur elle qui lui sourit tendrement. Elle a envie de le rassurer sans vraiment savoir pourquoi. A demi-mots, il lui avoue être effrayé par ce qu’il est. Elle ne peut pas lui en vouloir. Une moue résolue se grave alors sur les traits de la jeune fille qui prend alors la parole.

« Bien sûr que j’ai peur Evan. Chaque jour je dois me contrôler parce que mes émotions déclenchent des crises aléatoirement. J’ai peur parce que je suis responsable de la mort de mes parents et que ça m’a laissé quasiment morte pendant un mois. J’ai peur de faire du mal aux gens que j’aime. J’ai affreusement peur de finir seule à cause de ce que je suis. Mais oui, Keaton est au courant, et il m’aide. Du moins avant de partir, il m’aidait. J’ai des gens qui me soutiennent et puis j’ai trouvé une activité pour me détendre et contrôlé mes émotions et depuis ça va mieux. Mais encore il y a quelques jours, lors du décès de Morgan j’ai pris feu sur la plage. Donc oui Evan, je suis terrifiée, et si tu l’es je pense que c’est normal. »

Compatissante, elle le regarde les larmes aux yeux avec cependant un sourire maternel accroché aux lèvres, si jeune et si adulte en même temps. Elle lui prend alors sa main blessée, laissant la chaleur apaiser la douleur de son doigt. Elle avait remarqué avec Morgan que la chaleur pouvait faire du bien parfois sur les bobos. Ca détendait en fait surtout au vu de la saison fraîche dans laquelle ils évoluaient en décembre.

« Evan, nous ne sommes pas seuls… Et… » Ingrid se mord la lèvre inférieur. « Et, nous devons faire attention, être vigilants et ne pas se montrer à n’importe qui. Keaton m’a prévenu, quand il m’a prise sous son aile, qu’il existait des organisations qui cherchaient les personnes évoluées et qui se servaient d’elles pour leurs intérêts. Ton secret sera bien garder avec moi Evan, tu es mon ami. Je ne le dirai même pas à Keaton, c’est promis. »

Enfin, elle lâcha sa main puis se leva pour aller leur chercher à boire. Un coca, elle en avait acheté avant de se réfugier dans l’appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Jeu 1 Aoû - 12:05

Gros blanc. Je ne sais pas quoi répliquer à tout ça. Bon sang, qu'est-ce qui m'arrive aujourd'hui ? J'ai perdu ma langue ou quoi ? Ingrid à l'air d'en savoir gros sur le sujet. A mon avis, elle en sait bien plus qu'elle ne le laisse croire. Et puis, sa réaction devant ma transformation était bien trop ... bizarre pour me laisser croire le contraire. Elle n'a pas poussé le moindre cri, ne m'a même pas traité de monstre et l'idée que j'ai pu lui mentir tout ce temps sur ma réelle identité n'a pas l'air de la gêner. Pourtant, moi, ça me gêne. Curieusement, devant Elias j'avais été emballé par l'idée de ne pas être le seul mutant dans cette ville. Je l'avais presque harcelé de questions comme un pauvre gosse perdu. Mais il m'avait ouvert les yeux. Il m'avait dit ce que je n'avais pas envie d'entendre, et Ingrid venait tout simplement d'amplifier la chose.

Des organisations ? Sérieusement ? Alors quoi, on va me capturer maintenant ? On va essayer de me disséquer pour comprendre d'où vient mon pouvoir ? Punaise, qu'est-ce que je peux me détester. C'est pas possible, pourquoi je ne suis pas resté normal ? Et puis d'où ça vient cette merde de pouvoir ? Je me pose trop de questions et j'ai l'impression que ma tête va exploser. Ingrid n'aurait pas dût me montrer son pouvoir, elle aurait mieux fait de le garder pour elle. Même si je me réjouis à l'idée d'avoir une amie mutante avec qui je pourrais tout partager, j'ai peur qu'il lui arrive aussi quelque chose. En plus de ça, elle a l'air d'être impliqué dans je ne sais quoi, et moi je veux juste être libre. Qu'on me fiche la paix. Finalement, l'idée de découvrir d'autres gens comme moi ne me plait plus. J'ai trop peur qu'on puisse s'en prendre à ma famille. D'ailleurs, j'ai peur qu'elle me rejette ou tout simplement de les tuer comme l'a fait Ingrid. Merde ... elle a tué ses parents.

Je m'éloigne un peu d'elle. Comment peut-elle dire ça sur un ton aussi léger ? A-t-elle une conscience ? Je sais bien qu'elle commet pas mal de boulettes et c'est pour ça que je l'apprécie, mais là ... c'était le truc à pas dire sérieux ... Je la regarde perplexe, ne sachant toujours pas quoi dire. Merde, elle doit me trouver terriblement ennuyeux. C'est pas mon genre d'habitude. J'ai carrément envie de lui proposer une partie de cartes pour détendre l'atmosphère. Mais avant que je ne puisse prononcer le moindre mot, elle se lève pour chercher un coca. Heumm ... je viens de boire, mais peut-être que sa chaleur corporelle lui donne soif ? Je me lève, sans vraiment savoir si je dois partir ou rester. Je me tiens à trois mètres de la porte d'entrée, mais mon regard est posé sur Ingrid.

- Ingrid, tu te rends compte que tu viens de m'avouer des trucs là ... qui sont un peu durs à digérer ?

Mon ton n'est pas accusateur, je veux juste savoir si elle est consciente de ce qu'elle a put avancer précédemment. Nous sommes amis, certes, mais pas les meilleurs amis du monde. Pour ma part je m'entends bien avec elle, mais je ne serais pas prêt à lui confier mes plus grands secrets. Même si en quelque sorte, mon plus grand secret était mon pouvoir de geler l'eau. Mais c'était un accident que je n'ai pas pu maitriser ... Sinon, j'aurai gardé la chose sous silence, pour ne jamais la mettre en danger et surtout pour ne pas qu'elle change d'avis à mon sujet. Je l'aime toujours autant, mais là, j'ai du mal à encaisser. Le fait qu'elle ait tué ses parents déjà ... c'est quelque chose que j'ai du mal à m'imaginer. Etre pote avec une meurtrière ça fait froid dans le dos. Ensuite le truc des organisations qui nous cherchent pour "leurs intérêts", ça me fait encore plus flipper. Si je rentre chez moi, est-ce qu'on me kidnappera sur le chemin ? Suis-je surveillé ? Je secoue la tête. Bon sang, encore des questions ! Je serre les poings et Ingrid se rapproche, son verre de coca dans les mains, la mine un peu déçue.

- Tu pourrais m'en dire plus sur ces "organisations" ? Que font-ils ? Qui sont-ils ? Nous surveillent-ils ?

Toutes mes pensées se dirigent curieusement vers mes parents, mon frère et ma soeur. J'ai peur qu'on s'en prenne à eux maintenant. Parfois, il vaut mieux vivre dans l’insouciance. Ouais, on est tellement mieux, jeune et insouciant.

HJ: désolé c'est un peu pourri, j'savais pas comment le faire réagir... Je me rattraperai =)
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Jeu 1 Aoû - 17:54

Evan était complètement affable. Il ne réagissait pas. Il laissait Ingrid parlait dans le vent sans même sourciller. Il ne présentait pas la moindre réaction corporelle. Pas un mouvement, pas même un battement de cil. Jusqu’à ce qu’elle évoque la mort de ses parents. Comme la plupart des gens qui savaient c’était la surprise puis le dégout et la peur. On la prenait pour une meurtrière. Ca mettait souvent du temps pour se rendre compte qu’elle ne l’avait pas voulu, qu’elle ne savait pas ce qu’elle était capable de faire et surtout qu’elle ne pouvait pas contrôler quelque chose qu’elle ne connaissait pas à l’époque. Une histoire assez étrange et difficile à appréhender.

Elle ne supporte plus vraiment de le voir si inerte alors elle s’éloigne plus de lui et va chercher du coca. Ils ont déjà bu mais elle a chaud et puis elle veut s’éloigner par rapport à ses révélations. Elle arrive à en parler librement maintenant, mais chaque fois elle a peur de la vision qu’on a d’elle. Elle se souvient de Dylan avec sa poêle qui l’avait menacé en découvrant ce qu’elle était. Alors qu’elle, ça ne l’étonnait guère avec ce que Keaton lui avait dit. Elle se faisait à l’idée en fait.

« Oui je me rends compte, tout comme j’imagine que tu me prends une meurtrière et que tu te sens soudainement persécuté. Je sais. J’ai appris à faire avec voilà tout. Et surtout je sais que pour mes parents j’ai été victime de ma capacité comme d’autres mutants le sont de la leur. Regarde je parie que tu n’as pas contrôlé pour la glace tout à l’heure, et que sans ça tu ne m’aurais jamais dit que tu étais spécial…Ne me regarde pas comme ça s’l te plaît Evan, c’est blessant. »

Son ton ne l’accusait pas mais son regard était dur voire dégoutté parce qu’il venait de découvrir. Elle pouvait comprendre, mais le deuil plus tout ce qu’il se passait ce soir et Ingrid se sentait mal, très mal. Elle lui donna alors son coca sans un mot et sans un regard, se dirigeant vers la baie vitrée de l’appartement tout proche, une main posée sur la vitre. Sa peau avait quant à elle repris une couleur tout à fait normal.

« Je n’en connais pas beaucoup sur ces organisations, si ce n’est qu’une d’entre elle fait des expériences horribles. A Halloween, nous étions invités par le Maire à une soirée à thème. Résultat nous avons été enfermés dans des pièces hermétiques et dans chacune d’elle le thème était vivant. Avec Keaton, nous étions dans un lieu fait de tornade et nos capacités étaient bloquées. Certaines personnes étaient folles et j’ai failli être tuée. Keaton aussi, et son collègue aussi. Il ne faut pas leur faire confiance. Tant qu’ils ne savent pas ce que tu es tu es en sécurité. Si tu n’as montré ta capacité à personne d’autre tu es en sécurité. C’est flippant Evan, chaque jour je me réveille avec la hantise d’être approchée par un de leur membre ou même d’être kidnappée mais on ne peut pas arrêter de vivre. »

Elle lui tournait le dos et parlait en regardant son reflet dans la baie.

« Evan ne m’abandonnes pas s’il te plaît ? Je sais que nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde mais nous avons toujours été là l’un pour l’autre pour se changer les idées… rien ne change… enfin pour ma part

HJ : j'aime bien ton post perso Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Lun 5 Aoû - 17:05

J'écoute attentivement les propos d'Ingrid sur cette fameuse organisation. Ils n'ont pas l'air de rigoler visiblement et comme l'avait si bien dit Elias, il vaudrait mieux pour moi de rester le plus discret possible. Mais n'est-ce pas plus simple de le dire que de le faire ? Bien sûr que si. Mon pouvoir se déclenche n'importe quand et je n'arrive pas à le contrôler. J'aurai bien voulu qu'Elias m'aide, mais apparemment il a d'autres chats à fouetter et nos routes risquent fort bien de ne plus se recroiser. Je regrette amèrement cette situation. Même si Ingrid semble en connaitre plus que moi, elle n'en reste pas moins vulnérable. Nous ne sommes que des gosses dans un univers dont nous ne savons rien. J'ai envie de crier, de m'arracher les bras, comme si mon pouvoir venait d'eux.

Je ne suis pas du genre à paniquer pour n'importe quoi, mais cette histoire me monte à la tête et semble me liquéfier le cerveau. Sérieusement, ça n'a aucun sens. Je suis presque sûr qu'on m'a kidnappé dans mon sommeil et qu'on m'a injecté un truc pas net dans le sang. Je veux redevenir normal, sans pouvoirs bizarres, sans cette vie flippante et avoir des amis les plus normaux du monde. Oui, parce que maintenant je vois Ingrid différemment. Elle me rassure, mais en même temps elle me fait flipper. Et si elle commençait à cramer l'appartement sous le coup d'une émotion trop forte ? Est-ce que j'en sortirais vivant ? Elle à l'air d'avoir besoin de moi... Bon ok, je ne vais pas faire mon connard en me barrant et en coupant les ponts. Non, ce n'est pas digne d'un ami. Mais gérer cette situation me semble impensable. J'y connais rien et elle non plus !

- Bon cette histoire me fait vraiment flipper ... tu sais comment s'appelle cette organisation ? Tu sais de quoi ils ont l'air ?

Je soupire, puis croise les bras. J'aimerai quelqu'un de plus âgé face à moi, quelqu'un qui puisse me dire ce qui se passe réellement et qui puisse me guider. Mais bon, on fait avec ce qu'on a. Peut-être qu'Ingrid ne m'a pas tout dit ? Peut-être même qu'elle sait comment gérer cette situation totalement absurde et démente ?

- Parce que bon ... mon pouvoir se déclenche un peu à n'importe quel moment. Je ne contrôle rien là dessus et il se peut que je fasse un malaise dans la rue, comme la semaine dernière. Comment tu fais toi ?

Je suis curieux de savoir comment gère-t-elle ce stresse permanant. Comment le vie-t-elle au quotidien ? Après tout, la vie d'un mutant doit bien changer certaines habitudes, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mar 6 Aoû - 17:47

La spontanéité d’Ingrid la perdra. Elle croyait qu’Evan était un pilier un de ces garçons qui ne craignent rien et qui n’ont peur de rien. Elle pensait, en lui disant la vérité, que lui trouverait une solution. Comme s’il était un héros. Bizarrement, elle ne le voyait pas comme tel. Seulement, elle pensait tout le monde plus fort mentalement qu’elle, du coup elle ne s’attardait pas spécialement sur le fait que chacun à ses peurs et que chacun à ses faiblesses. Elle observait donc son ami, perdu et sans doute effrayé, sans pouvoir y faire quoi que ce soit. Se contentant, par la même, de répondre à ses questions. Que pouvait-elle faire de plus ? Surtout que Keaton ne lui avait pas tout dit. Elle ne savait qu’une partie infime de l’iceberg alors elle se demandait si c’était judicieux d’en dire un peu plus sans pouvoir donner toutes les explications ou de ne rien dire et de laisser dans le suspense Evan qui déjà se sentait mal par rapport à la situation ?

« Genetic… De quoi ils ont l’air, bah de gens normaux avec des idées flippantes. Mais j’ai l’intime conviction que si on connaît les bonnes personnes, on est protégés. Je sais que Keaton me protège, et Maggie aussi. »

Ingrid vint à nouveau se poser sur le canapé, pensante. C’était compliqué finalement d’expliquer ce qu’on avait vu quand on ne savait pas les tenants et les aboutissants. C’était compliqué d’imaginer des choses qui dépassent notre entendement. Et plus encore, Ingrid ne savait pas vraiment quoi dire à son ami. Elle avait peur de l’effrayer encore plus. Heureusement, pour ce qui était de la maîtrise il n’y avait rien d’angoissant.

« Tu sais, pendant longtemps j’ai pas voulu qu’on me touche et quand Keaton m’a prise sous son aile j’ai pas voulu retourner directement au collège de peur de blesser quelqu’un. J’ai eu des pertes de contrôle. Et finalement j’ai rencontré quelqu’un qui m’a aider, qui m’a apaisé et qui m’a montré qu’en apaisant mes émotions je contrôlais ma capacité. Du coup, j’ai cherché quelque chose qui pourrait m’aider à me canaliser, et à apprendre qui je suis vraiment, comment je ressens les choses et comment tout se déclenche. J’ia parlé, beaucoup et puis j’ai repris la photo. C’est une discipline où il faut se concentrer et être maître de soi si on veut vraiment réussir à faire quelque chose de bien. Et c’est comme ça, avec le temps, que j’ai appris aussi à maîtriser mes crises ou du moins à prendre mes responsabilités quand je les sens venir. » Ingrid s’assit en tailleur et regarde fixement Evan. « Quant au reste, et bien je crois que j’ai peur des fois, c’est sûr, surtout après ce qu’on a vécu à Halloween, mais quand je vois Keaton, Maggie, moi aussi et les pertes qu’on a tous subis je me dis qu’on a qu’une seule vie et que même si on est triste à en pleurer jour et nuit pendant un moment, même si on a l’impression que notre vie nous échappe il faut se battre pour la vivre parce qu’elle est trop courte. Et puis Evan, tu n’es pas seul…. Je suis là si tu as besoin, tu le sais. »

Elle ne put s’empêcher de finir avec un longue gorgée de coca.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Mer 7 Aoû - 19:38

Debout, face à elle, les bras ballants, je ne sais pas comment réagir. En fait, je ne sais pas comment réagir depuis le début. Je me sens minable et débile. Sérieusement, c'est trop galère à gérer comme situation. Qui l'aurait cru ? Moi, un jeune de 17 ans, devoir me cacher contre une mafia anti-mutants ? Bon sang, je croyais que c'était que dans les films ou les séries. Il me faudrait bien une dizaine de claques pour me réveiller de ce cauchemar. Ouais c'est ça, je vis dans un cauchemar et demain je vais me réveiller, normal et aller au lycée sans flipper. Ingrid me raconte comment elle gère la situation. Comment elle arrive à ne pas paniquer, ni s'enflammer pour un rien. C'est beau et très mature pour son âge, mais je ne sais pas si moi, j'y arriverai. Après tout, nous sommes tous différents et nous gérons de différentes manières le sens de la vie.

Au début je prenais ça pour une blague. J'attendais avec une certaine impatience que mon pouvoir se déclenche et parfois même, je m'amusais à le provoquer. Geler l'eau rien qu'avec sa pensée c'était quelque chose de flippant, mais de tellement dingue ! C'était triste de ne pas pouvoir partager quelque chose d'aussi extraordinaire avec quelqu'un, puis je suis tombé sur Elias. Elias qui par ses propos m'a un peu ouvert les yeux sur le monde qui m'entourait. Je sais pas quoi faire. J'ai le cerveau embrouillé et mes idées ne sont pas clairs du tout. Ingrid à l'air de s'en sortir, mais elle a Keaton sur qui compter. D'ailleurs, est-il mutant lui aussi ? Et Maggie ? Pfff, trop de choses en même temps, trop d'infos à digérer. Je me sens pas bien. Dire que j'étais venu réconforter Ingrid, c'est bien moi qui ai besoin de réconfort. Qu'on me dise que tout ceci n'est pas vrai, que la réalité est toute autre. Mais non ... Je ne suis pas dupe.

- Ouais je sais ... je sais que je peux compter sur toi.

Je lui adresse un petit sourire en coin, puis me dirige vers mon sac que je porte sur mes épaules. Je me dirige sans tergiverser une seconde de plus vers la sortie, puis me retourne dans l'encadrement de la porte.

- Je vais y aller ... ma mère doit être morte d'inquiétude. On en reparlera au Lycée ? Pour ce qui est de ton ami, n'oublie pas, fais lui quelque chose de marrant à mettre sur sa tombe. Les gens ne comprendront peut-être pas, mais tu t'en fiches. C'était ton ami, et s'il était aussi dingue que tu me l'as décrit, alors il en sera tout honoré.

Je hausse un sourcils, la considère de tout son long pendant quelques secondes à peine et passe une main dans mes cheveux.

- A plus Ingrid.

HJ : tu peux clôturer Smile
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   Jeu 8 Aoû - 5:53

Ingrid venait de perdre Evan en un instant. Une révélation qu’il avait engagée et plus rien n’allait, tout avait changé et ce même si elle essayait de se persuader du contraire. Triste vérité. Cette soirée provoquait chez elle un réel ascenseur émotionnel. Elle avait essayé de ne plus pleurer pour lui et quand elle ne le faisait plus elle découvrait qu’il était un mutant comme elle. Là où Ingrid voyait de l’excitation et une opportunité de se sentir moins seule, lui ne voyait que le côté négatif, la frayeur d’être découvert puis poursuivi. Mais pourquoi diable lui avait-elle parlé de tout ça ? Pourquoi n’avait-elle pas pu se la fermer comme une bonne fifille qui garde très bien un secret ? Elle fit alors une moue triste avant d’engager le discours sur comment elle gérait tout ça ? Finalement, elle ne le gérait pas spécialement, elle s’était juste focalisée sur autre chose et elle faisait confiance aux adultes qui l’entouraient tout en se disant que de toute manière la vie est courte et qu’il faut la vivre à fond peu importe les dangers que cela comporte. Evan ne semblait pas être à ce niveau d’appréhension de la vie.

Elle le vit alors se lever et se diriger vers son sac. Il allait partir. Son cœur se pinça. Elle ne voulait pas rester seule, elle ne voulait pas qu’il parte. Il n’avait même pas l’air convaincu de pouvoir compter sur elle, et l’adolescente voyait bien que ça n’allait pas. Les larmes montèrent à nouveau à ses yeux, elle avait l’impression d’avoir tout gâché. Elle avait tout gâché. Cependant, elle resta forte et rien ne sortit. Elle se contenta de se lever à son tour pour aller se placer près de la porte où son ami était aussi à présent, lui expliquant que sa mère devait s’inquiéter… personne ne s’inquiétait pour Ingrid actuellement. Quand il partirait elle retournerait à nouveau dans sa catatonie abandonnée et terriblement seule face à sa tristesse.  Une fois qu’il serait partie, elle ne savait pas si elle serait capable de fabriquer cette petite chose folle à déposer sur la tombe de Morgan.

« Evan, je… tu…. »

Elle ne savait pas vraiment quoi dire alors qu’elle le voyait passer le pas de la porte. Elle ne savait plus vraiment non plus comment elle se sentait actuellement. Alors elle le laissa simplement sortir de l’appartement, puis de l’immeuble sans regarder en arrière. Il était sous le choc et elle le comprenait parfaitement. Elle lui laisserait du temps.

Quand la porte se referma sur Evan, les larmes d’Ingrid s’échappèrent d’un seul coup et elle ne put s’empêcher de se laisser glisser contre le mur. Qu’allait faire à présent. Qu’allait-elle devenir ? Keaton était au cap, Maggie avec Ryan qui était dans le coma. Elle se sentait chez elle nulle part bien qu’elle se sentait mieux ici que n’importe où ailleurs et elle ne savait même pas quoi faire pour mettre sur la tombe de Morgan. Une terrible envie de voir ses parents lui prit alors elle s’habilla chaudement pour aller dehors alors que la nuit était tombée, et elle s’empressa de se diriger vers le cimetière de LA, en vélo. Quelque chose que jamais ni ses parents, ni Keaton, ni Maggie ne l’auraient laissé faire.


HJ : et voilà dis moi si ça te va. C'triste c'est déjà fini ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Evan could you be my hope ? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Evan could you be my hope ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: WETHERFORD & AMELIA'S PLACE-