..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Ven 17 Mai - 21:01




Mercredi 9  février, très très tôt dans la matinée.

Citation :
On pouvait observer deux corps distincts, l'un allongé ventre contre terre en haut d'une falaise, l'autre flottant dans le vide, retenu uniquement par la main du premier. La scène était lugubre, il faisait froid, un brouillard épais engloutissait les alentours. La neige tombait ici et là, par petits flocons glacés. La nuit était présente, et quand bien même le soleil aurait été à son zénith, l'énorme voile opaque du dit brouillard empêchait la lumière de le traverser. Depuis la vue du corps prêt à tomber, il n'y avait rien, rien à part le visage et la main de l'homme qui le retenait. Depuis celle du second corps, pas grand chose de plus, si ce n'était le vide abyssale qui ouvrait grand sa bouche et se tenait prêt à dévorer tout ce qui tomberait... De partout les rires effrayants et les hurlements stridents arrivaient à leurs oreilles. Les doigts commencèrent à glisser, et les mains se détachèrent petit à petit. Les larmes se mirent à couler et une douleur inqualifiable vint perforer le coude du corps allongé... Les doigts s'écartèrent par réflexe et lâchèrent...

Shaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan...

La fin du prénom se perdit dans un hurlement de vent glacial, un rire effrayant remonta du vide et entraîna le corps allongé dans une chute identique. Les mains maculées d'un sang qui n'était pas le sien, cherchant à s’agripper à ce qu'il pouvait. Les éléments contre lui, la roche se fractura sous sa prise et le poussa dans les ténèbres. Le corps lourd tomba pendant plusieurs minutes avant d'heurter la glace...

Je me redressai en sursaut, trempé de sueur et le cœur battant à un rythme endiablé. Un cauchemar... Ce n'était qu'un putain de cauchemar, encore et toujours... La même mort, celle de Dusty que je rembobinais et regardais d'une manière chaque fois différente à celle d'avant. Il fallait que j'arrête d'y penser, il fallait que ces cauchemars cessent ! Mais comment ?! Arrêter de dormir résoudrait le problème oui, mais pour quelques jours, le temps que la fatigue reprenne le dessus. Peut être prendre rendez-vous chez un médecin du sommeil... Ou un psy... Non, non j'suis pas fou. Enfin... J'veux dire, je serais le premier à le savoir si j'étais fou, non ? Merde, je sais pas... Raaaah. Je me secouai la tête et fis faire quelques mouvements à mon coude, comme à la rééducation. Je ne sais pas comment c'était arrivé ou ce que j'avais fait pendant mon sommeil, mais ce putain de coude m'envoyait des décharges de douleurs plutôt intenses.

Je me levais alors, glissant mes jambes en dehors de la couette et marchai lentement vers la salle de bain, m'essuyant le visage avec mon bras, j'avais vraiment transpirer comme un sauvage... J'arrivai devant le lavabo, j'entrepris d'ouvrir la pharmacie mais ma jambe droit me lâcha. Je me retrouvai à genoux au sol sans savoir pour quoi. Peut être que les tests que j'avais effectué la veille à Genentech m'affectait plus qu'ils n'avaient voulu le dire, peut être qu'ils étaient en train de me tuer à petit feu... D'abord la jambe, puis l'autre, puis la tête... Non, si ça se trouve, la tête était déjà infecté et la jambe était la seconde étape, j'allais peut être mourir d'une maladie inconnue dans la demi-heure qui arrivait et personne en trouverait mon corps ! Non non, sois pas con, Mary Jane vit toujours ici, elle me retrouverait, à moins qu'elle ne pousse son petit jeu aussi loin... Elle m'ignorait, enfin « ignorer », elle faisait plutôt comme si je n'existais pas. Alors qu'est-ce qu'une personne morte qui n'existe pas pour elle ? Merde.

Toutes ces mauvaises pensées finirent par s'évaporer quand ma jambe reprit ses forces. J'ouvris alors la pharmacie et me saisis de deux analgésiques que j'avalais dans un verre d'eau. Ainsi soit-il, je n'avais plus qu'à attendre que ces petits gars foutent une raclée à la douleur et la vire de chez moi. N'ayant pas envie de dormir, je m'assis dans le canapé. Sans bouger, lumières éteintes, j'étais vêtu d'un boxer et d'un maillot sans manches, je serrais les dents et attendais. En sueur, le maillot trempée, j'avais l'air d'être tout droit sortie d'un film d'horreur où le tueur avait tenté de me noyer... Pas vraiment beau à voir tout ça...

Le silence avait reprit son royaume, la douleur s'apaisa et le sommeil vint toquer à la porte. Mais je n'eus pas le temps de lui ouvrir, une autre porte s'ouvrit avec un peu moins de discrétion... Celle de l'appartement. Je sursautai un peu et me frottai les yeux, essuyant encore mon cou.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Sam 18 Mai - 21:30

Quelle soirée ! De la danse, de la musique, des chansons, de l’alcool à volonté, un feu de camp, des bains de minuit, des engueulades, des rigolades, composèrent la fête organisée par Bryan sur le thème d’Hawaï. Ca faisait longtemps que je ne m’étais pas éclatée autant. La preuve, je ne rentrais qu’au petit matin. Je m’étais amusée comme une folle avec mon pouvoir, un peu trop peut-être. J’étais vidée. Le taux d’alcoolémie dans le sang accentuait ma fatigue. Je n’étais pas ivre mais pas sobre non plus. Je n’avais plus qu’une envie, aller me coucher. Le sort semblait en décider autrement. Je n’arrivais pas à ouvrir la porte. Le trou de la serrure était trop petit ou la clé trop grande. L’idée que Shante ait changé la serrure m’effleura alors l’esprit. Il n’aurait pas fait ça sans me prévenir ! Après tout, pourquoi pas ? Il s’était bien absenté pendant de nombreux jours sans me prévenir. Ok on n’avait pas de compte à se rendre, mais me laisser sans nouvelle tout ce temps, mine de rien, ça m’avait inquiétée. Je m’étais sentie délaissée. Je détestais ce sentiment d’abandon qui surgissait à chaque fois qu’on me mettait sur la touche. La période noire, dans laquelle j’étais depuis la mort de Sacha et de Morgan, n’arrangeait rien. Cependant, je faisais tout pour ne pas y penser, pour passer à autre chose. Mais quand je voyais que je n’intéressais personne, ça me foutait le moral en l’air. Pour m’en défendre, je devenais encore plus capricieuse, plus hargneuse, plus imprévisible, chiante quoi !

Quand Shante était revenu chez lui en m’expliquant qu’il avait été blessé et qu’il avait été soigné chez Genentech, j’ai pensé qu’il se fichait de moi. Ok, il avait un bras dans le plâtre, mais pourquoi n’avait-il pas été à l’hôpital comme tout le monde ? Il aurait pu au moins m’envoyer un sms aussi. Non, au lieu de cela, monsieur avait fait le mort, comme si la mort n’était pas déjà assez présente dans ma vie. Il m’avait laissée, délaissée, abandonnée à mon triste sort. Depuis, je lui faisais la gueule. Il ne semblait pas comprendre mais il avait l’intelligence de ne pas me poser de questions. De toutes les façons, je n’étais absolument pas disposée à parler avec lui. Mon père disait que l’indifférence avait souvent plus d’impact qu’une engueulade. Je ne savais pas s’il avait raison, quand bien même il était dans le vrai, je ne l’admettrais pas. Mais mine de rien, je suivais son conseil. Je vivais chez Shante mais je faisais comme s’il n’existait pas. Un bonjour banal était le seul mot que je m’autorisais à lui dire quand je le croisais. Je ne pouvais pas faire moins, il m’hébergeait quand même ! Faut dire que Shante avait une sacrée patience, ou alors il était le gars le plus j’m’en foutiste du monde. A sa place, je n’aurais pas supporté qu’on me fasse la gueule aussi longtemps.

Bref ! Tout cela n’était pas à l’ordre du jour. J’avais passé une soirée mémorable et je comptais m’endormir sereinement. La clé de la serrure finit par ouvrir la porte. J’entrais dans l’appartement, la tête encore pleine de musique en tous genres. J’avais adoré le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et ce fut tout naturellement que je me mis à chanter et à danser pour rejoindre la chambre que j’occupais.


- Ladies dallé, fellas dallé,
Ladies dallé, fellas dallé,
Latino del mundo
Latino del mundo
Latino del mundo

J’avais juste oublié d’allumer la lumière. Le canapé se trouva sur ma route et par sa faute, je me retrouvais assise de force, une fesse sur un genou qui traînait là et l’autre presque dans le vide. En équilibre précaire, je me rattrapais à ce que je pus. J’éclatais de rire de ma maladresse, contente de ne pas m’être retrouvée le cul parterre. Il me fallut quelques secondes pour réaliser que j’étais accrochée au maillot de ...

- Shhhhhhaaaaaante ! Mais qu’est-ce que tu fous là ? M’exclamais-je comme si c’était anormal qu’il soit chez lui.

C’était encore plus anormal que je lui adresse la parole. Je n’étais pas agressive, simplement surprise dans ma [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] quelque peu froissée.
Mettons ça sur le compte de la fatigue et de l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mer 22 Mai - 16:40

Et beh... C'était un sacré raffut qu'elle venait de mettre la petite. Question discrétion, peut être devait elle revoir deux ou trois trucs. Je lui dirais sûrement, mais bon, elle ne m'avait pas réveillé après tout. Non parce que bon, ne pas réussir à ouvrir la porte du premier coup, bon... à la limite, elle est un peu ivre, le trou est plutôt petit, difficile de faire pénétrer la clé dans la serrure, je comprend. Mais alors qu'elle rentre dans l'appartement en chantant a toute voix son truc là, mouais. M'enfin comme je disais, elle ne m'avait pas réveillé et de toute façon, je n'étais pas vraiment dans l'esprit de lui faire un reproche sur sa discrétion, j'avais juste envie d'oublier ce mauvais rêve, d'oublier cette partie de ma vie, ce soir dans la ruelle de Los Angeles, si j'avais le moyen de l'oublier...

Je la regardai sautiller et chantonner dans un espagnol yaourt plutôt rigolo et j'eus un sourire. Mais je la voyais se diriger vers le canapé et je m'attendais au pire. Elle avançait comme si la lumière était allumée dans un univers qu'elle ne connaissait pas vraiment comme sa poche. Certains auraient tâtonné, d'autres auraient même allumé la lumière, c'était là des choses logiques. Mais elle en était dépourvue à cette heure du matin. Elle se prit alors les jambes dans le canapé et tomba à la renverse, à moitié sur moi, à moitié à côté. Je n'eus même pas besoin de la retenir, elle l'avait fait d'elle même. Elle agrippa mon haut et arrêta ainsi sa chute vers le sol. Ce maillot allait sûrement être détendu maintenant ! Tant pis pour lui. Elle s'esclaffa alors et je mis une main dans son dos, supposant qu'elle aurait rapidement fait de lâcher le tissu qui retenait sa chute. Elle réagit alors au fait que c'était sur moi qu'elle était à moitié assise et m'interrogea de manière assez forte. Alors je reculai un peu les oreilles de sa bouche pour éviter d'en perdre l'usage et la faisais basculer à côté de moi sur le canapé. Je n'étais pas sûr de l'avoir fait basculer correctement et de sa position actuelle, mais je savais qu'elle était à côté de moi, alors je lui répondis à voix basse, de manière plutôt lasse.

Bah... J'habite ici...

Puis je lui posai quelques questions à mon tour, on aurait dit que j'étais le papa et elle l'enfant, le père qui se renseignait sur sa fille, savoir si elle allait bien et si tout s'était bien passé.

T'as soirée c'est bien passée ? Je pensais que tu serais restée dormir là bas.

Cela faisait pratiquement un mois qu'elle ne m'avait pas décroché plus d'un mot, alors là, toute une phrase, l'étonnement était présent, mais je profitais de l'opportunité pour renouer le dialogue de manière douce et plutôt délicate. He, qui a dit que Shante Cassidy n'était pas mature hein ?
En revanche, je transpirais encore de tout à l'heure et je n'avais pas la moindre envie de me lever pour aller allumer la lumière, alors pour le moment, nous resterons dans un noir presque complet... Oui presque, parce que les petites lumières de la télé éclairaient quelques millimètres de noir. Alors non, ce n'était pas suffisant pour voir le sol, mais quand même ! Je discernai MJ, pas plus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Sam 25 Mai - 20:49

Si Shante n’avait pas mis sa main derrière mon dos, je pense que j’aurais perdu l’équilibre. Malgré ses deux de tension, il avait du réflexe quand il était pris au dépourvu. Cette pensée me fit sourire intérieurement. Il était vrai qu’entre lui et moi, côté comportement, il y avait un monde. Il était du genre calme alors que moi j’explosais facilement. Il parlait doucement alors que je n’étais pas la discrétion incarnée, surtout quand j’avais un verre dans le nez !

- J'sais bien que t’habites là ! Répondis-je en haussant les épaules à sa réponse que je trouvais complètement idiote.

Shante ne semblait pas comprendre ma question en me donnant l’impression de le faire chier. Qu’il ne comprenne pas, ça pouvait passer mais qu’il soit las de moi, ça non ! Deux solutions se présentaient alors à moi. Soit je faisais comme si je n’avais rien remarqué et je passais à autre chose, soit je lui demandais ce qu’il avait contre moi. Je me doutais qu’il m’en voulait de lui faire la tête depuis son retour de Genetic, mais bon, ce n’était pas une raison de le prendre comme ça ! Si ? Remarquez, à sa place, il y aurait longtemps que j’aurais pété un câble ; je détestais quand on m’ignorait et j’aurais été la première à taper un esclandre pour avoir le fin mot de l’histoire. Il ne me lassa pas le temps d’exprimer mes furtives pensées et me demanda si ma soirée c’était bien passé. Du fait qu’il s’intéresse à ma petite personne me fit oublier mes petites solutions de réaction.


- Oooooh vvvouiiiiiiiiiii, c’était trop trop, troooop coool ! Il y avait plein de monde. On a dansé sur des musiques débiles mais c’était trop marrant. Les parents de Bryan, le mec qui a organisé la soirée, ont une maison de folie, au bord de la mer. C’est énooooooooorme ! - Grands gestes pour mimer l’énormité - Ils ont même une plage privée ; tu t’rends compte ? Une plage privée rien que pour eux ? C’est coooool non ? En tout cas, moi j’ai kiffé. - Grand sourire avec hochement de tête - Y’a eu quelques bagarres, comme d’hab quand y’a des gens bourrés qui ne supportent pas l’alcool, mais bon personne ne s’est retrouvé à l’hôpital, enfin je crois... - Air de réfléchir intensément - En tout cas, moi, j’ai pas vu d’ambulance ou de pompiers débarquer.

Me poser une question, c’était s’exposer à un flot de paroles et d’explications pas spécialement désiré. Tant pis pour Shante si c’était le cas. S’il était fatigué ou s’il n’avait pas envie de parler, c’était trop tard, il avait appuyé sur le bouton marche. J’étais tellement à fond dans mon récit que j’en oubliais que j’étais crevée.

- OH ! Et piiiis tu sais quoi ? Demandais-je après avoir repris ma respiration et en bondissant sur place pour continuer.
- J'me suis entraînée sans que personne s’en rende compte. Ils n'y ont vu que du feu. C’est coool ça aussi hein ? Bon j’avoue que j’ai la tête comme une pastèque - Mains à hauteur des oreilles mais écartées de la tête pour mimer - et qu’il va me falloir trois jours - 3 doigts de ma main droite se retrouvent sous le nez de Shante un court instant - au moins pour récupérer, mais j’ai fait plein d’essais. En plus j’ai fait faire des économies aux parents de Bryan. Un whisky égal trois whisky ! C’est génial hein ? Bon ok, j’ai essayé cinq ou six fois, j’sais plus... mais ça a marché deux fois quand même !

Je n’avais jamais parlé de ma capacité à Shante. Sans doute ne comprendrait-il rien à ce que je racontais. Mais que voulez-vous ? Je n’avais pas décroché plus d’un mot à Shante pendant presque un mois, mine de rien ça m’avait manqué ! Attention, je lui en voulais toujours, mais ce soir, enfin ce matin, je n’avais pas envie de bouder. Quand les effets de l’alcool ingurgité tout au long de la nuit se dissiperont, peut-être que je reprendrais ma tête des mauvais jours. Pour l’instant, j’étais ravie que Shante s’intéresse à moi ; ça me faisait du bien et c’était bon à prendre ; je n’allais pas cracher dessus.

- Alors, au fait ! Qu’est-ce que tu fous sur ton canapé de si bon matin ? Demandais-je à nouveau en donnant une petit tape sur l’épaule de mon logeur.
- Aaaah, mais t’es tout mouillé ! Observais-je en m’essuyant la main sur l’assise du canapé.
Je me levais alors pour allumer la lumière qui m’éblouit un petit moment. En posant mon regard sur Shante, j’ouvris de grands yeux étonnés.

- Tu transpires comme un bœuf ! Constatais-je avant de lui demander :
- T’es malade ?
Et hop, je me retrouvais assise à côté de Shante en me laissant tomber de tout mon poids. Mes jambes avaient de plus en plus de mal à me porter, mais chuuuuuuuut, faut pas le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mer 29 Mai - 21:40

Elle était assise à côtés de mon genoux, je l'avais fait tomber sur le côté mais elle me touchait toujours. Je la regardais, enfin je regardais où elle était, imaginant son visage avec son petit sourire de chipie. Je mis peut être un peu de temps à répondre, mais je le fis. Mais je n'avais pas dû comprendre sa question, elle n'était pas très clair d'un côté, qu'est ce que je faisais là... Bah je vivais ma vie dans mon appartement, le truc que je paie tout les mois quoi. Rien de bien extraordinaire, je n'avais pas le droit d'être assis dans mon canapé la nuit ? Quand même, j'étais chez moi, je faisais ce que je voulais, non ? Alors je lui répondis ce que je pensais, que, tout bêtement, j'habitais ici et que c'était normal de me trouver dans mon appartement. Mais alors là, elle me répondit d'une manière presque logique, tellement logique que je ne comprenais pas... Elle m'informa qu'elle savait que j'habitais ici. Bah j'imagine bien oui, ça fait genre deux mois qu'elle squattait mon chez moi, je savais bien qu'elle le savait... Je sentis son mouvement des épaules, elle venait de les hausser, comme si cette petite était aussi surprise que moi de sa réponse. Bref, je passais donc sur cette mauvaise compréhension de ma part, enfin je pense que c'était ça et je lui demandais si ça soirée c'était bien passé.
Mauvaise idée.

Oulah, que quelqu'un la fasse taire ! Elle parlait de tout, comme un flot ininterrompue de paroles. Comme une machine gun qu'on avait posé à l'entrée d'un bunker, elle crachait des mots aussi rapidement qu'il lui était possible sans pour autant s'enrayer. TATATATATATATA une vrai mitrailleuse avec des munitions comme si il en pleuvait, elle parlait et parlait encore, j'avais l'impression que j'aurais pu partir prendre une douche et revenir qu'elle serait toujours dans la même position à parler, à gesticuler pour mimer ses mots. C'était marrant mais tellement agaçant, pas qu'elle parle sans cesse non, mais le fait de ne pas tout comprendre. Qui était Bryan ? Le fait qu'ils aient une plage privée, ça marche comment ? Un morceau de plage encadré par des barbelés ? Si on met un pied dessus la police nous embarque, je comprenais pas le concept d'avoir un bout de plage privée. A moins que la maison soit dans une espèce de crique sauvage et que toute la crique soit à eux... La vache, ça c'est grand, un lagon pour toi tu sais, le mec riche, cocktails et bitchs, trop bon. Je m'imaginais tellement en train de siroter un cocktail avec plusieurs créatures magnifiques de la gente féminine sous un soleil de plomb, un lagon au sable blanc plus fin que fin, à l'eau plus clair que l'eau minéral, une petite chemise hawaïenne en mode GTA, un chapeau de paille assez large... Oh man, le pied... La demi molle rien que d'y penser ! Brrr.

Son bond hors du canapé me ramena à la réalité et à son discours qu'elle n'avait toujours pas terminé, il me fallut un petit temps d'adaptation pour reprendre le rythme. Elle me demanda alors si je savais, ne sachant même pas de quoi elle parlait, je haussai alors par réflexe et fis non en secouant la tête. Elle me parla alors d’entraînement, qu'il lui faudrait trois jours, qu'elle indiqua avec ses doigts. Je les avais discerné, mais j'avais surtout sentit la chaleur de sa main près de mon visage. Elle aurait pu me crever l’œil l'andouille. Elle disait qu'ils avaient obtenu des bouteilles gratos... Je comprenais pas tout, mais en mettant tout les éléments à la suite, je devinais qu'elle s'était entrainer à tenir l'alcool, qu'elle pensait avoir une gueule de bois pour trois jours et qu'ils avaient sûrement volés des bouteilles ou un truc du genre. J'allais quand même lui demander, pour être sûr. Mais le temps d'ouvrir ma bouche, elle avait recommencé à parler. Elle mit sa main sur mon épaule en me demandant finalement ce que je foutais sur mon canapé, ce devait être la question qu'elle m'avait posé en arrivant. Elle retira alors sa main très rapidement, beuglant que j'étais mouillé. Oui MJ, merci, ça aussi je l'avais remarqué...

Elle se leva alors et alluma la lumière, je protégeais mes yeux avec mon avant bras et entendis encore sa voix forte de tonalité et pleine d'étonnement, oui j'étais trempé, oui oui. Je secouais la tête lorsqu'elle demanda si j'étais malade et je tournai alors ma tête vers elle.

Non, juste fait un de ses putain de cauchemars que je fais presque toutes les nuits là...

Elle venait de s'éclater comme un poids mort dans le canapé. Je secouais la tête et passa mes mains dans mes cheveux, l'idée me trottait dans la tête depuis quelques jours, il fallait que je change de coiffures.

Je crois que c'est depuis que je vais passer des tests chez Genentech là, mes cauchemars sont plus affreux et plus réalistes de jours en jours... Toujours pareil, j'en peux plus...

Les cauchemars m'empêchaient de dormir comme je le devais. J'avais la rééducation de mon coude qui m'épuisait et je ne pouvais pas récupérer comme je le devais. Je craquais, peut être la présence de MJ qui faisait ça, mais je craquais et une larme, une seule, coula le long de ma joue...
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Sam 8 Juin - 23:56

- Ah bah tant mieux si t’es pas malaaaaade ! Parce que mouaaaah, j’suis pas infirmière, hein... Mais depuis quand tu fais des cauchemars ? C’est quoi comme cauchemar pour que ça te fasse transpirer comme un bœuf ? C’est diiiiiiiiiingue quand même ! Moi quand je fais un cauchemar, je ne transpire pas…. Remarque j’en fais pas souvent, ou alors j’m’en souviens pas. Alors, dis, dis, diiiiiiiis, c’est quoi ce cauchemar que tu fais toutes les nuits ?

Je m’installais en travers du canapé afin d’avoir Shante bien en ligne de mire. Bon ok, il était de côté par rapport à moi, mais je le voyais mieux. Je m’accoudais sur le genou de Shante et je relevais un peu la tête vers lui en l’interrogeant du regard. Je voulais absolument savoir ce qui le faisait suer de la sorte. Moi curieuse ? Meuh non ! Juste un peu.

Lorsqu’il supposa que c’était à cause des tests passés chez Genentech, je décollais brusquement le menton de ma main, manquant de cogner celui du jeune homme en me relevant. Je fronçais les sourcils d’un air étonné et coléreux à la fois. Je savais très bien que les laboratoires de Genentech se trouvaient à San Francisco. Il serait étonnant que Shante soit allé si loin pour subir des tests. A Los Angeles, pour le tout venant, il n’y avait que des bureaux. Donc j’en déduisais qu’il avait été pris en main par Genetic.


- Oh my Gooooood ! M’exclamais-je presque affolée par ce que je découvrais.
- Me dis pas que t’es un mutant toi aussiiiiii ? Non j’y crois pas ! Si ?

Je posais la question mais je connaissais déjà la réponse. Genetic ne s’intéressant qu’à la mutation génétique, il ne pouvait en être autrement. Par ma question, Shante pouvait également en déduire que j’étais comme lui. Encore fallait-il que ses deux neurones se connectent. Oui parce que avec ce que j’avais raconté précédemment, il n’avait rien relevé. A croire qu’il n’avait rien compris ou alors il n’avait rien écouté. Ca ne m’étonnerait pas d’ailleurs, mais bon, c’était Shante dans toute sa splendeur. Au moins, avec lui, je pouvais parler des heures sans qu’il ne m’interrompe. Ceci dit, j’aimerais qu’il prête un peu plus attention à ce que je disais car parfois j’avais l’impression qu’il n’en avait rien à foutre. Enfin, pour l’instant mon intérêt se focalisait surtout sur ce qu’il venait de me dire, d'autant plus que Shante lâcha une larme, ce qui n’était pas son genre.

- Non mais, comment t'as connu ces tarés ? Ils vont te faire la misère si t’y retourne ! Faut pas y retourner. J’espère que t’es pas tombé sur la folle ? Kate, tu connais ? Attends, j’reviens…

Je me levais d’un bond pour aller dans la cuisine et revint avec une bouteille de vin préalablement débouchée par mes soins. Exercice périlleux mais exercice réussi. En revenant dans le salon, je bu quelques gorgées au goulot et me rassit sur le canapé.

- Alooors ? Demandais-je d’un air inquisiteur.

Je voulais tout savoir de ce qu’il avait fait chez Genetic. Je voulais tout savoir de ce qu’il savait réellement. Je ne quitterai pas le canapé tant que Shante n’aura pas satisfait ma curiosité. Et il avait intérêt à tout me raconter s’il ne voulait pas me voir le bombarder de questions et l’empêcher d’aller se coucher. Avec tout ça, j’en avais oublié ma fatigue et mes maux de tête. Je risquais de le payer plus tard mais pour le moment je n’y pensais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mer 12 Juin - 16:51

La petite tornade de curiosité avait encore frappé. Maintenant que je lui avais dit que c'était des cauchemars répétitifs qui me faisaient transpirer de la sorte, il fallait bien évidemment que je lui raconte ces dit-cauchemars. J'aurais dû m'en douter, prévoir cette question. Mais peut être qu'au fond de moi, peut être que mon cerveau subconscientif (quoi, ça n'existe pas?) avait envie d'en parler à quelqu'un. Quelqu'un d'autre qu'un psychologue qui aurait desceller derrière ça une maladie grave dans ma tête et qu'il fallait payer des centaines de dollars... Alors non merci, payer deux cents dollars pour apprendre que je suis sur une pente glissante vers la folie, je passe ! Mary Jane était là, à côté de moi, prête à écouter avec attention, enfin je crois, du moins avec l'envie de savoir de quoi je cauchemardais. Et elle au moins, elle n'allait pas me diagnostiquer une quelconque maladie puante du cortex machinchouette de la tête, genre celui de gauche un peu en haut. Alors j'inspirais profondément, d'une manière plus intense que si j'avais fumer un bong. Je fermais les yeux puis expirais lentement. Enfin j'ouvris la bouche et les mots sortirent d'eux mêmes, sans y réfléchir au préalable.

C'était y'a genre trois mois, t'as sûrement entendu parler de ce meurtrier qui bouffaient ses victimes ? Bah je me suis retrouvé dans une ruelle un soir avec lui. On était pas que tout les deux, y'avait des gens armés, des gens qui étaient là pour tuer le cannibale et d'autres pour le capturer, ou un truc comme ça. Et Dusty... Dusty était là, elle aurait pas dû être là, moi j'avais une raison, pourquoi elle était là ? Pourquoi hein ? Ce putain de psychopathe a jeté son corps sur elle et lui a manger un bout de l'estomac. Elle était enceinte. ELLE ETAIT ENCEINTE T'ENTENDS ?!

Je frappais du poing sur la table basse devant nous et commençai à trembler de colère, légèrement. Puis je reprenais.

Elle est morte en se vidant de son sang dans mes bras... Tu voulais que je fasse quoi ? Je pouvais rien faire ! J'avais ma main sur le trou béant dans son ventre mais ce putain de liquide poisseux voulait pas s'arrêter de couler... Depuis je rêve d'elle, de manières différentes à chaque fois, elle meurt toujours dans le rêve et je n'arrive jamais à la sauver... Jamais ! J'aurais dû la sauver !

Je virais la télécommande de la table basse, des magasines et des conneries qui étaient là. Je cherchais mon paquet de clope et quand je le trouvais, je m’empressai de m'allumer une cigarette et d'aspirer la merde qui était dedans. La colère s'échappa dans la fumée et je retrouvai mon calme d'avant. La fumée... Elle avait toujours été là pour moi quand j'en avais besoin, mine de rien, la fumée était bonne pour moi. Une fois calmé, je lui proposa ma théorie sur laquelle les cauchemars s'étaient amplifiés depuis le jour où j'avais commencé mes tests à Genentech. Alors elle releva le menton, faillit me cogner et hurla en demandant si j'étais, moi aussi, un mutant. Pour tout dire, je n'avais pas vraiment écouter sa question et, inconsciemment, la fumée de la cigarette prit la forme du visage de Dusty. Comme une image en trois dimensions, Dusty apparut dans la fumée sans que je ne le remarquais. En haussant un sourcil, je regardai Mary Jane.

Un mutant ? Tu t'emballes Speedy, je peux juste manipuler la fumée...

Voilà, c'était dit, si elle n'avait pas relevé le visage de Dusty au plafond de la pièce, elle savait à présent. Il y avait peu de personnes à qui je l'avais confié, en fait, je crois que c'était la troisième... après ma sœur et Dusty. Mary J emmancha encore une farandoles de mots contre les gens qui m'avaient fait des tests. Elle parla d'une certaine Kate, je réfléchis à cette Kate le temps qu'elle aille chercher la bouteille de vin et secouai la tête.

Connais pas de Kate. Ils sont pas tarés, ils ont raison. Il faut en apprendre plus sur ces dons là, il faut que les « mutants » soient recensés, que les dangereux comme l'autre fils de pute de cannibale soit enfermés pour la vie, ou qu'on les exécute avant qu'ils ne tuent. Je les aide à mettre en place ce qu'il faut, tu devrais faire pareil si t'es comme moi. Il FAUT faire quelque chose contre les gens comme le cannibale!

Finissant de parler, je pris la bouteille de vin des mains de ma squatteuse et la posai derrière le canapé, de mon côté en lui disant.

Je pense que t'en a largement assez pour ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Sam 15 Juin - 19:50

Shante m’expliqua les mauvais rêves qu’il faisait toutes les nuits. Effectivement j’avais eu vent du cannibale mais je ne m’y étais pas intéressée. J’avais accouché prématurément des jumeaux après avoir été enlevée. J’avais eu d’autres chats à fouetter, comme trouver le moyen de partir de l’hôpital sans me faire remarquer et trouver un endroit où me planquer.  Mon intérêt se fit grandissant au fur et à mesure de sa narration. Déjà il s’était trompé dans les dates, ça ne faisait pas trois mois mais deux mois que cette sombre histoire s’était déroulée sauf si ce n’était pas le même fait divers. Le prénom de Dusty me fit tilter une première fois. Etait-ce la même fille que celle rencontrée à la maudite soirée d’Halloween ? La copine de Ryan qui était tombée dans un trou et qui avait eu l’idée d’enterrer la fille devenue folle qui voulait tous nous tuer ?  Je ne savais pas pourquoi mais quelque chose me disait que c’était elle. Depuis quelques temps, à chaque fois que je dépassais l’étape de la rencontre, je découvrais des liens existants entre les personnes que je côtoyais. Le fait qu’elle fut enceinte me fit réagir aussitôt.

- Dustyyyyy ? Dusty, la fille qui se bat comme un mec et qui n’a pas peur d’enterrer les gens ?

Je n’avais pas une haute opinion de cette jeune femme. Même si elle avait contribué à sauver la vie du petit groupe que nous formions avec Ryan, Jill, Tamy et moi, son comportement m’avait terrifiée. En y réfléchissant, c’était sans doute à cause d’elle que Ryan, habituellement doux comme un agneau, s’était transformé en monstre. Shante avait crié cette nouvelle. C’était la première fois que je l’entendais hausser le ton de la sorte. Je sursautai quand il tapa du poing sur la table. C’est qu’il me ferait peur cet idiot ! Je le fixai d’un air dépassé. Il ne m’avait pas habitué à de telles réactions. Il se sentir responsable de quelque chose pour parler ainsi. A tous les coups c’était lui le père, non ?

- Mais elle est enceinte de qui ? De toi ? C’est dingue ça !

*Non pas possible.*  Non pas que je ne voyais pas Shante coucher avec une fille mais je ne le voyais pas devenir père. Si ça se trouvait, il n’avait rien à voir avec ça, aussi revins-je sur ma déduction.

- A moins que ce ne soit Ryan ? Alors ça, si c’est lui… il va m’entendre ! Genre il m’a fait la morale et tout… Il est pas mieux que moi. Non mais j’y crois pas.

Shante continua son explication mais dès que j’entendis le mot « morte » je mis mes mains sur mes oreilles. Je n’avais aucun sentiment pour Dusty,  je ne voulais simplement pas entendre parler de la mort. Malgré mon geste, ses mots me parvinrent au cerveau. Non mais c’était horrible ce qu’il me racontait là. Hey ! J’étais une jeune fille innocente ; il ne fallait pas me raconter des trucs gores comme ça.
*C’est moi qui vais faire des cauchemars après.* Pensais-je en secouant la tête. Non, je ne voulais pas !
Shante se sentait responsable et disais qu’il aurait du la sauver. Si ce qu’il avait raconté était vrai, il n’aurait rien pu faire.

- Bah t’y peux rien, c’est pas toi qui l’a tuée quand même !

Ce serait bien pour lui s’il arrêtait de culpabiliser pour rien. Je le regardais virer tout ce qui se trouvait sur la table. Wouoh wouoh wouoh, il n’était vraiment pas bien dans sa tête pour faire ça. J’aurais bien voulu lui remonter le moral mais je n’étais pas psychologue et pas spécialement douée dans le domaine. Je pris à mon tour une clope dans le paquet de Shante. Je ne l’allumais pas car mon regard fut attiré par la fumée formant le visage de Dusty. Si j’avais des doutes avant, je n’en avais plus aucun. Shante était un mutant. Personne n’était capable de faire un truc pareil.

- Si, si ! Moi j’suis sûre que t’es un mutant sinon Genetic ne s’occuperait pas de toi. Dis-je avant de quitter la pièce pour revenir avec une bouteille de vin que Shante me confisqua après avoir dit qu’il approuvait ce que faisait l’organisation créée par mon paternel.

*Non mais je rêve !* Il était naïf ou quoi ? Sans doute que les personnes rencontrées là-bas ne lui avaient pas montré la face cachée de Genentech. Je ne comprenais pas ses déductions. Que venait faire le cannibale dans sa théorie ? Ce n’était pas parce que ce type était complètement dingue qu’il était un mutant. Les détraqués mentaux avaient toujours existés ! Genetic n’était pas une organisation faite pour éradiquer les fous dangereux. Apparemment c’était ce que Shante croyait ; en plus, il voulait les aider et il voulait que j’en fasse autant. Alors là, c’était n’importe quoi ! De ce fait, je voyais mon logeur sous un autre angle. Son côté cool cachait-il un sadique ?


- Non mais ça va pas ! T’es complètement dingue ou alors c’est que t’a rien vu là-bas… Jamais, JAMAIS je ne les aiderai ! Depuis que mon père n’est plus à la tête de tout ça, c’est encore pire qu’avant.
Je me levais du canapé et le contournais pour reprendre la bouteille que Shante m’avait prise des mains.
- T’as pas à m’faire la morale ! J’fais c’que veux. 

Je repris la bouteille de vin en défiant le jeune homme du regard. Non mais oh ! Ce n’était pas parce qu’il m’hébergeait qu’il avait autorité sur moi. Je n’avais aucune leçon à recevoir de lui, surtout pas de cette façon et pas après ce qu’il m’avait dit. Je bus une nouvelle gorgée et je fourrai la bouteille entre les jambes de Shante.

- Tiens, la v’là ta bouteille ! J’te la rembourserai si y’a que ça. Dis-je d’un air méprisant.

J’étais en colère après le jeune homme et ma capacité se déclencha sans que je puisse la contrôler, triplant le volume d’alcool contenu dans le vin. Si Shante y goûtait, il allait être surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mer 3 Juil - 14:28

C'était bizarre quand même, de toutes les choses étranges, déphasés de la réalité et digne d'un film d'horreur, la seule chose sur laquelle Mary Jane rebondit était l'identité de la fille. Le fait que ce soit un cannibale, qu'elle se soit fait grignoter un bout d'estomac, le fait que j'étais là avec plusieurs personnes armées, de tout ça, elle me posa une question uniquement sur son identité. C'était bizarre... Enfin, bizarre, plutôt troublant. Si c'était elle qui me racontait l'histoire, j'aurais immédiatement demandé si elle avait été blessé, ce qu'il en était du cannibale. Je l'aurais certainement prise dans mes bras. Je sais pas... Et puis voilà ce qu'elle me demanda aussi, qu'est ce que j'en savais moi si Dusty se battait comme un mec, et pourquoi me parle t-elle t'enterrer des gens ? Je comprenais même pas sa question, attendait-elle une réponse de ma part au moins ? Quoi qu'il en soit, seul un haussement d'épaules et une petite moue répondirent à sa question. Elle devra s'en contenter. Elle demanda ensuite si Dusty était enceinte de moi ou non. Elle n'avait pas écouté ce que je racontais ? Elle s'était faite dévorer le ventre par l'autre enculé de psychopathe, elle était morte ! C'est vrai que je n'avais pas clairement annoncé qu'elle était décédée, mais c'était pourtant évident, non ? Alors je la repris sur sa conjugaison, pour lui faire comprendre.

Elle était enceinte... Non, d'un autre gars, je sais plus qui...

Elle répondit presque du tac au tac, me laissant à peine le temps de reprendre mon souffle. Elle prononça un prénom que j'avais déjà entendu en parlant avec Dusty, Ryan. Maintenant, de là à savoir si c'était lui le père, aucune idée. Peut être que Dusty me l'avait dit, mais je ne m'en souvenais pas. Bravo. On peut me confier des trucs moi, si je les oublis c'est impeccable tu sais. N'importe quoi mon vieux ! Je haussais les épaules à nouveau et répondis.

Ryan ça me parle, mais rien de sûr... Je sais pas.

Puis je reprenais mon histoire, parce que oui, il fallait que je la finisse, on arrête pas de raconter une histoire en plein milieu, non non non ! Une histoire, c'est jusqu'au bout, non mais oh ! Lorsque le mot « morte » sortit de ma bouche, Mary Jane se boucha les oreilles avec la paume de ses mains, mais je n'y fis pas attention et je continuais de parler. Elle retira ses mains et se voulut consolante, affirmant que ce n'était pas moi qui avait tué Dusty, mais c'était faux, j'étais là et je n'ai rien su faire pour la sauver, pour la maintenir en vie... C'était de ma faute si elle était morte et ce le sera jusqu'à la fin de mes jours. Elle avait perdu la vie à cause de moi et de l'autre fils de pute d'anthropophage.
Alors elle prit une cigarette mais ne l'alluma pas. Elle se contenta de piailler que j'étais un « mutant ». Je secouai la tête.

On est pas dans les x-men ou superman là hein. Et puis t'as l'air bien au courante toi pour une gamine de ton âge.

Elle délirait complètement. On était loin du contrôle du métal de Magnto ou de la régénération de malade de Wolverine là, je pouvais faire bouger de la fumée, c'était pas plus fou que les gens qui pouvaient lire les cartes ou des mecs qui marchaient sur des clous quoi... Je lui confisquais la bouteille et elle s'énervait à moitié.  Elle douta de ma santé mentale et parla de son père. Elle se leva et vint vers moi, en gueulant que je n'avais pas à lui faire la morale. Elle reprit sa bouteille et c'est là que je m'emportais.

Ton père ? P't'être que tu devrais retourner le voir ton père ! Si t'avais été un minimum éduquée, p't'être que j'devrais pas te la faire la moral.

Elle fourra le goulot dans sa bouche et siffla une nouvelle grosse gorgée de la bouteille. Elle la mit agressivement entre mes jambes et recommença à parler, en colère. Alors je répondis de la même manière, et me mis également en colère, quoi que, j'y étais déjà depuis quelques minutes...

Tu d'vrais p't'être retourner voir ton père et chialer dans ses bottes que Shante n'est pas sympa ! Si t'es pas contente, la porte est ouverte ! Personne te retient !

Je pris alors la bouteille, et fis couler l'équivalent d'une gorgée de vin dans ma bouche. Horrible. Ce n'était pas du vin qu'il y avait dans la bouteille mais de l'alcool a bruler, de l'alcool a 90%, si ce n'était pas plus... Imbuvable. Elle avait bu ça ? Moi non. Je crachais tout vers l'avant, sur Mary Jane en fait, et toussai.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mer 17 Juil - 21:51

Shante n’avait pas trop l’air de comprendre ce que je racontais. En même temps, comment aurait-il pu savoir ce que Dusty avait fait pendant la soirée d’Halloween ? Elle ne s’était sans doute pas vantée de ses exploits morbides. En tout cas, j’étais certaine qu’on parlait de la même fille. Ca me faisait bizarre que le jeune homme se sente responsable de sa mort. Il devait tenir à elle même si ce n’était pas lui le père de l’enfant qu’elle portait. Peut-être qu’il aurait aimé l’être ? En tout cas, cette histoire l’avait vachement chamboulé puisqu’il en faisait des cauchemars au point de transpirer comme un bœuf. En plus il s’énervait en me répondant comme si j’avais quelque chose à voir là-dedans.  Lui, habituellement super zen ne m’avait pas habituée à une telle réaction. Mes quelques mots de réconfort n’eurent pas l’effet souhaité. Même si Shante ne dit rien, je me rendis dompte qu’il restait persuadé de sa responsabilité dans mort de Dusty. Bon bah tant pis,  je ne savais pas quoi dire d’autre. S’il préférait se conforter dans sa culpabilité et continuer à faire de mauvais rêves, je n’y pouvais rien.

Après le ménage fait sur la table pour retrouver son paquet de cigarettes, Shante fit un truc de fou : il dessina le visage de Dusty avec la fumée de sa cigarette. Avec ce qu’il m’avait dit, il n’était pas difficile d’en déduire que c’était un mutant. Cette fois, mon logeur ne s’énerva pas mais il ne me crut pas. Pffff ! Quand je mentais, on me croyait et quand je disais la vérité, on ne me croyait pas. C’était à n’y rien comprendre. S’il y avait quelqu’un à qui je n’avais presque pas menti, c’était bien Shante. Bonjour la confiance ! En plus il me traitait comme si j’étais complète idiote.


- Ah bon ! On n’est pas dans X-men ? Oh bah ça alors, j’y crois paaaas. Dis-je d’un air désabusé en me moquant ouvertement de mon interlocuteur qui commençait sérieusement à m’agacer en me rappelant toujours mon jeune âge.

- En tout cas que tu le veuilles ou non, t’es un mutant. J’le sais ! Et j’suis pas une gamine... Par contre, toi, t’es un gros ignorant.

Et paf, dans les dents du zombie excité. C’était ma petite vengeance. Il n’avait pas à me traiter comme une gamine. J’étais jeune mais j’en savais plus que lui sur la mutation génétique. Si ce n’était pas le cas, c’était qu’il jouait bien la comédie ; dans ce cas, il était plus menteur et bien meilleur comédien que moi. A moins qu’il prêche le faux pour savoir le vrai ? Une bonne tactique que j’employais souvent pour parvenir à mes fins. Là, ce n’était pas le cas. Au contraire, je le mettais en garde contre Genetic et il ne me croyait pas. Rageuse, je m’emparai de la bouteille préalablement confisquée.

Shante explosa alors  en me disant de retourner chez mon père. Cette nouvelle réaction m’étonna. Il me faisait presque peur ! Les yeux écarquillés, je l’écoutais déverser son lot de méchancetés. Une bonne gorgée d’alcool pour faire passer la pilule fut la bienvenue. Non non, je ne partirai pas d’ici ! Il était hors de question que je retourne chez mon père. D’ailleurs, je ne savais même pas où il se trouvait à l’heure actuelle. De toutes les façons je n’avais pas besoin de lui.

Très en colère, j’avais activée ma capacité en fourrant la bouteille entre les jambes de Shante. Je constatai à mes dépens que mon pouvoir avait fonctionné. Shante recracha ce qu’il but sur moi. J’étais partagée entre lui sauter dessus pour l’étrangler et sauter de joie pour avoir réussi mon petit tour de passe-passe. Le premier sentiment prit le pas sur le second. Sachant que je n’avais pas la force de l’étouffer de mes mains, je lui donnais un coup de pied dans le tibia. Le sentiment de rejet m’était insupportable et je retenais difficilement des larmes de rage.


- Pauv' NAZE ! Lançais-je en filant dans ma chambre dans laquelle je m’enfermais à double tour.
- J’partirai pas d’ici ou alors tu devras défoncer la porte pour me faire sortir de force. Criais-je à travers la porte.
- Mais j’s’rais toi, j’y réfléchirais à deux fois. J’suis une mutante comme toi ! Comme Dusty aussi ! Annonçais-je plus doucement avec une certaine fierté dans la voix.

Pas fière d’être une mutante mais fière d’avoir une longueur d’avance sur un prétendu adulte. Alors ? Les réactions ? Ca lui en bouchait un coin ou pas ? Allait-il me forcer à partir de chez lui ? Allait-il jouer la carte de l’entraide entre mutants ? Allait-il encore ne pas me croire ? En attendant, je retirais mon costume trempé par l’alcool recraché par Shante et qui avait déjà bien souffert tout au long de la soirée sur la plage. Je me retrouvais ainsi en maillot de bain, enfermée dans une pièce. Comment allais-je faire pour prendre une douche avant de me coucher ?
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Lun 29 Juil - 16:37

Je l'écoutais sans vraiment l'écouter, comme la majeur partie, si ce n'est la totalité, des gens en prise avec la colère ou la peine, mais pas la petite peine de merde, ni la peine des bas quartiers, non non le truc royal quoi, le genre d'émotion qui s'assoit sur le trône du cerveau et qui clame son royaume, le genre qui dit « ça c'est à moi maintenant, va casser cette fenêtre et après frappe ce mur avec ton poing, tu verras ça ira mieux. » Tu vois de quoi je parle ? Tant mieux. J'étais déjà pas super en forme niveau psychologie à l'heure actuelle, mais alors avoir la petite voix de Mary Jane qui me rouspétait et qui faisait sa Madame Jesaistout me tapait sur le système assez violemment. Et pourtant en temps normal, je l'aime bien ça petite voix, mais là... Là elle m'agaçait. Alors avec ça, plus ça et plus ça, et beh boom. Elle avait cracher dans le vase déjà remplit à ras bord et avait tout fait déborder. La petite idiote.

Je m'énervais, haussant le ton comme jamais, pour dire, je n'étais pas sûr d'avoir déjà haussait autant la voix qu'en cet instant, mais l'accumulation m'avait fait craquer. Il était clair qu'une fois la pression redescendu, je me mordrai les doigts et m'en voudrais d'avoir été comme ça avec Mary Jane, mais cette nuit je m'en foutais comme de ma première cigarette. Je l'incendiais sur son éducation, sur son père et lui proposait même de prendre la porte si cela ne lui convenait pas. Puis je pris la bouteille et crachai ce que j'avais bus sur la petite asiatique. Ce vin était encore moins buvable que de l'alcool à brûler et je te dis ça en connaissance de cause, j'en ai déjà bus quelques gouttes et ce truc n'est bon qu'à allumer le feu... Elle était trempée et serrait les poings. Ses yeux se mirent à rougir et elle se leva comme une fusée, me cognant le tibia du bout de pied. J'avais mal oui, peut être... L'adrénaline du moment me fit passer outre la douleur engendrée par le coup. Elle me traita alors de « naze », franchement, je m'attendais à beaucoup plus violent au vu de la situation, mais que voulez-vous. Avant une quelconque réponse de ma part, elle partit s'enfermer dans MA chambre, il n'y avait qu'une chambre dans mon appartement et jusqu'à preuve du contraire elle m'appartenait.

Je m'allumais alors une cigarette, puis deux que je fumais en même temps, comme un vrai toxicomane en manque cruel de sa dose de nicotine. La fumée s'empara de la pièce qui souffrait d'une mauvaise ventilation si les fenêtres n'étaient pas ouvertes. Cette dernière commença à tourner en rond dans tout l'espace, créant un tourbillon de fumée. C'était jolie à voir, mais mauvais pour les poumons. Il s'était écouler quelques secondes depuis que Mary Jane s'était enfermé et elle cria, cherchant la petite bête... Il n'en fallut pas plus au Roi Colère pour me faire lever. Je me redressais sur mes jambes assez rapidement et la fumée vint continuer son tourbillon autour de moi, j'étais pris dans une sorte de tornade de fumante et je me retournais vers la porte de la chambre. Speedy ajouta autre chose, moins fort qu'avant, elle me menaçait ? Je devais faire attention à elle ? Blague. Elle m'annonçait haut et fort qu'elle aussi était mutante mais je m'en foutais, elle pouvait bien avoir le pouvoir de me foutre le feu et de me tuer, je viendrais la hanter dans la mort. Puis elle finit encore plus doucement sa phrase, ajoutant un détail que je ne pus percevoir. Mes tympans tambourinaient au rythme assez élevé de mon cœur et, jetant les deux cigarettes dans le cendrier, je m'approchai de la porte. Je frappais du plat du pied la porte au niveau de la serrure et elle s'ouvrit. Exactement, je venais d'enfoncer la porte de ma propre chambre dans mon propre appartement. Je repris le même ton qu'avant, énervé et fort et m'adressai à elle, la regardant du haut de mon mètre quatre vingt douze, toujours entourant par le tourbillon de fumée.

Qu'est ce que j'en ai à foutre que tu sois un mutant ?! Tu vas faire quoi ? Me brûler ? Me faire disparaître ? T'vas sortir tes griffes en acier ?

Elle était en maillot de bain mais je m'en foutais, je me tenais devant elle les bras écartés de mon corps. Je m'approchai d'elle de deux pas et repris.

Dégage de chez moi ! Casse toi ! Et me casse pas les couilles avec ta mutation et toutes tes conneries de gamines là. Allez dégage !

C'était méchant, c'était gratuit et je n'avais pas le droit de lui faire ça, mais c'était comme ça. Par politesse, je lui montrai la sortie de mon appartement de la main.

M'oblige pas à te faire sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Jeu 1 Aoû - 20:19

- J’y crois paaaas ! Observais d’un air désabusé après que Shante m’ait clairement dit qu’il se fichait que je sois une mutante.

Pauvre mec ! Ne comprenait-il pas que c’était une information importante à se mettre dans le crâne ? Je venais de dire que, tout comme moi, Dusty et lui étaient des mutants et il ne captait pas. Ou alors il jouait les idiots pour se protéger. Après tout, le monde actuel n’étant pas des plus sûrs pour des personnes comme nous, il était normal d’être méfiant. J’étais la première à ne pas le chanter sur les toits. C’était moins normal que Shante s’énerve comme il le faisait après moi. Il avait mal dormi et avait été réveillé par un cauchemar ; d’accord, mais maintenant, il était réveillé, il n’avait pas à avoir peur. Je n’avais rien dit de blessant en plus, si ? Ok, je m’étais énervée, je l’avais traité de naze et d’ignorant ;  j’avais fait ma capricieuse, j’avais bu plus que de raison, je lui avais donné un coup de pied et je m’étais enfermer dans la chambre ; mais bon, rien de méchant dans tout ça. Certes, si quelqu’un m’avais fait ce que j’avais fait, j’aurais sans doute péter un câble bien plus rapidement. Moi oui, mais Shante ? Non, pas lui,  était si cool habituellement. Là il était en train de sortir de ses gonds comme jamais. C’était un test ou quoi ? J’avais du mal à croire que l’homme qui se trouvait devant moi était celui qui avait accepté de m’héberger.

Non seulement il venait de défoncer la serrure de la porte mais en plus il me foutait dehors sans ménagement. La surprise fit que je restai plantée sans rien dire pendant plusieurs secondes, le regard éberlué. Si ça n’avait pas été Shante, j’aurais été terrifiée, j’aurais sans doute hurlé en prenant mes jambes à mon cou sans me poser de question. Je tenais à ma vie, moi !


- J’y crois pas ! Répétais-je dans ma barbe.

Je ne comprenais pas cette réaction violente. Oh bien entendu, mon logeur ne me toucha pas physiquement, ce n’était pas son genre. Si ? Euh, en fait je n’en savais rien. Je devais me méfier. Après de mauvaises paroles, rien ne me garantissait qu’il n’allait pas faire un mauvais geste. Je reculais d’un pas quand il me montra la sortie. Non, non, je n’allais pas l’obliger à me faire sortir. J’étais têtue mais pas idiote au point de me prendre un mauvais coup. Fixant mon interlocuteur, je me déplaçais dans la chambre pour me saisir du premier vêtement qui me tomberait sous la main. Victoire, j’avais un tee-shirt de Shante en main que je fourrais sous mon bras en passant rapidement devant lui. Je sortis de l’appartement en maillot de bains, claquais la porte derrière moi.
Arrivée sur le trottoir, j’enfilais le tee-shirt trop grand pour moi. Pieds nus, je me mis à marcher sans but.


*C’est dingue ça. J’hallucine !* Si ça se trouvait, Shante était une nouvelle victime de Genetic. Il devait subir des tests sans le savoir pendant que lui pensait que l’organisation de mon paternel le soignait. Quel naïf ! Quel idiot ! Quel con ! Rien qu’en y pensant, ça m’énervait mais je ne voyais pas d’autres explications aux violentes réactions de mon logeur… mon ancien logeur. Euh mais, j’allais dormir où maintenant ? Partie précipitamment, j’avais oublié toutes mes affaires. Je n’avais pas un rond sur moi, pas de téléphone ; je ne pouvais pas marcher des kilomètres pieds nus pour me trouver un coin pour dormir. Non, impossible pour moi de m’exposer aux dangers de la rue. Hors de question aussi de retourner chez Shante. Après ce qu’il venait de me faire, je préférais mourir. Han, nnnnnnnon, pas mourir !

- J’veux pas mourir ! Dis-je pour moi-même.

J’accélérais le pas, jetant un œil à droite et à gauche comme une paranoïaque. Je n’en menais pas large mais ma fierté me poussait à avancer. Malgré tout, je pensais à regarder où je mettais les pieds. Je n’avais pas envie de marcher dans la merde. Il parait que ça porte bonheur, mais bon, pas pour moi. Je déambulais ainsi pendant une heure, deux ou trois heures peut-être. Je commençais sérieusement à fatiguer. Un bon lit serait le bienvenu. Je baillais à gorge déployée en fermant les yeux lorsqu’une voix connue se fit entendre.


« Hey MJ, qu’est-ce tu fous là? T’as pas trouvé mieux pour dormir ? »
- Fous-moi la paix ! Répondis-je en faisant un grand geste de la main comme pour chasser une mouche tournant autour de moi.

- Aîe ! Fis-je en me réveillant.

Je venais de me cogner les phalanges contre la porte de l’appartement de Shante. J’avais mal à la main, mal au crâne. J’étais en tee-shirt et j’avais les pieds sales. Qu’est-ce je fichais là, dans cet état ? Trou noir. Après mon petit périple, plongée dans mes pensées noyées par l'alcool, je m’étais retrouvée sur le palier et m’étais endormie comme une loque sur le paillasson. Comme un meurtrier, j'étais revenue sur le lieu du crime !
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Sam 10 Aoû - 20:15

C'était étrange comme sentiment, j'avais l'impression de ne plus être moi-même, j'avais la sensation de n'être plus capitaine à bord de mon propre vaisseau. C'était comme voir un film de l'intérieur sans pour autant pouvoir agir sur les événements... Dérangeant, c'était le terme, effrayant, c'était ce que je ressentais. Mais pourquoi maintenant, pourquoi moi ? Je ne m'étais jamais mis dans une situation de la sorte, je n'avais jamais perdu le contrôle comme je venais de le faire, m'avait-on jeté un mauvais sort ? Une malédiction vaudou ? Ou était la patte de poulet ? Sous mon lit ? Mary Jane reculait, apeurée certainement, choquée elle aussi par la situation. Elle avait raison, c'était la première fois que je lui faisais ça et, honnêtement, même moi je n'avais pas la moindre idée de ce dont j'étais capable à l'heure actuelle... Cela lui faisait peut être peur, moi aussi. La petite tâtonna rapidement la chambre à la recherche de quelque chose à enfiler, elle tomba sur un de mes hauts, bien large et le prit avec elle avant de sortir. Elle passa très rapidement en faisant plein de petits pas, comme les enfants font pour se dépêcher de passer devant leur père en colère, et sortis par la porte qu'elle claqua bruyamment.

Le claquement de porte fut comme un rappel à l'ordre psychologique. Mon pouvoir s'arrêta, la fumée reprit ses mouvements aléatoires et je posai un genou au sol et me secouai la tête. Comme si j'avais été possédé, mon esprit mit quelques longues secondes à reprendre ses marques. Les événements qui venaient de se passer défilèrent rapidement dans ma tête et, ouvrant les yeux en grand, je me levais rapidement vers la porte de mon appartement. J'ouvris cette dernière rapidement, appelant Mary Jane a voix haute, criant un peu trop fort son nom dans les couloirs de l'immeuble. C'était trop tard, Speedy avait déjà fait son bout de chemin est n'était plus dans le bâtiment. Me fichant de ça, je descendis en courant les escaliers et sortis dans la rue, en boxer et vieux t-shirt. Les quelques gens déjà (ou encore) présents dans la rue me regardaient bizarrement mais je m'en foutais. De ma haute taille, je scrutais les têtes des gens à la recherche de la noirceur de MJ, mais rien. Je me mis alors à courir dans une direction, pas forcément la bonne mais celle que mon instinct me disait de suivre, appelant Mary Jane dans la rue, interpellant des gens au hasard pour leur demander si ils n'avaient pas croiser une jeune fille asiatique avec un t-shirt trop grand pour elle.

À l'angle de la rue, juste avant que mon cerveau ne me commande de rentrer, j'aperçus la coiffure de mon asiatique au loin, de l'autre côté du carrefour. Je courus vers elle, manquant de me faire renverser par un taxi. Je posai alors ma main sur l'épaule de la jeune fille, grand sourire aux lèvres et, la retournant vers moi, je prononçais quelques mots de réjouissances. Hélas, comme tout bon film dramatique, ce n'était pas la bonne mi-japonaise... Je m'excusais déçu et repartis la tête baissée vers mon appartement. Je rentrais dans mon appartement et poussai la porte qui était restée ouverte. Je mis un coup de poing dans le mur à côté de la porte et me mis la tête sous l'eau froide. Je m'essuyai et m'étalai dans le canapé, m'en voulant à moi-même pour ce que j'avais fait cette nuit...

Le sommeil me faucha et se fit tuer quelques heures plus tard par un léger coup suivit d'un grincement de porte. Il s'agissait de la porte d'entrée de mon appartement, je n'avais pas du la fermer correctement et le coup que Mary Jane venait de mettre avait suffi à la pousser. Je me redressai lentement et me dirigeai machinalement vers la porte pour la refermer, mais quelque chose bloquait. Je jetais un regard sur le pas de la porte et mes yeux s'agrandirent d'un seul coup. Mon sang ne fit qu'un tour et je dis à voix haute.

Speedy !

Je m'agenouillai à côté d'elle et la pris dans mes bras pour la porter dans le canapé sans rien dire, honteux de ce que j'avais fait. Je m'assis à côté d'elle, laissant une distance de honte entre nous deux et, à voix basse, je répétais.

Je suis désolé MJ... Excuses-moi... Je suis désolé... Je sais pas c'qui s'est passé... Désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Dim 11 Aoû - 21:07

- Hein ? Quoi ? Comment ? Marmonais-je stupéfaite d’être à moitié affalée devant l’appartement de Shante.

Comment m’avait-il appelée ? Speedy ! Non mais c’était quoi ce surnom ? Je n’avais rien d’une surexcitée à ce moment précis, j’étais plutôt en mode loque. Ebahie, j’examinais dans l’état où je me trouvais en me demandant ce que je foutais là. Il se passa quelques secondes avant que mes neurones endormis ne se réveillent. *Ca y est ! Je sais* Non seulement j’étais revenue chez le logeur qui m’avait donné congé sans préavis, mais j’avais dormi sur son paillasson. Beurk ! Trop dégoutée, je fis une grimace. C’était quoi ce délire ? Je pensais ne pas être dans mon état normal pour mettre ainsi ma fierté de côté. *N’importe quoi ma pauvre MJ ! Va falloir te ressaisir.* En attendant, ce fut Shante qui me saisit, dans tous les sens du terme. Il me surprit en me prenant dans ses bras sans rien dire. Ooooh ! J’avais l’impression de flotter dans les airs. J’étais comme une jeune mariée  portée par son époux pour franchir le seuil du domicile conjugal. Sauf que je n’avais pas la tenue adéquate, que Shante n’était pas un prince charmant, que nous n’étions pas passés devant le maire et qu’aucun sentiment amoureux ne nous liait. Notre accoutrement ressemblait plus à celui de gueux errants venant d’être dépouiller qu’à un jeune couple princier.

Bref ! Le jeune homme me déposa sur le canapé toujours sans dire un mot. Je n’ouvris pas non plus la bouche car je n’avais rien à dire.  Je ne comprenais plus rien. Il y a, euh… une heure, deux ou trois heures, il m’avait foutue à la porte et là il me faisait entrer chez lui comme si rien ne s’était passé. Avait-il oublié ce qu’il m’avait dit ? Ah non, il n’avait pas oublié ; il semblait confus en arguant qu’il ne savait pas lui-même quelle mouche l’avait piqué. Nous étions deux idiots, assis à distance respectable, se demandant sûrement ce que nous fichions là au lieu de dormir paisiblement. Je l’écoutais s’excuser sans le regarder. Je n’avais absolument pas envie de croiser des yeux furibonds. En tout cas, il m’avait complètement scotché sur ce coup là. Je ne l’aurais jamais cru capable de déverser une telle colère. Le gentil Shante était devenu un démon. J’avais toujours entendu que les chiens qui aboyaient ne mordaient pas, mais alors, ceux qui n’aboyaient pas, mordaient-ils ? La réaction de Shante me laissait supposer que oui. Désormais, je resterai sur mes gardes. Non mais oh ! Une fois, pas deux.

Comme si j’avais peur qu’un geste trop brutal ne déclenche à nouveau sa fureur, ma tête tourna lentement vers mon logeur. Je posais les yeux sur lui et constatais qu’il avait honte de lui. Son air de chien battu m’attendrit, balayant le restant de colère qui j’avais en moi. Peut-être que les effets de l’alcool ingurgité tout au long de la soirée amoindrissaient ma vitalité aussi. Je n’avais plus envie de me battre. Je n’avais plus envie de râler et encore moins de crier. Je me serais bien révoltée, mais je n’en avais pas la force. J’étais crevée et n’aspirait qu’à dormir confortablement. Je regardais une nouvelle fois l’état dans lequel je me trouvais. Un bain avant ne serait pas du luxe  !


- J’peux prendre un bain ? Demandais-je d’une toute petite voix.

J’aurais peut-être du m’excuser avant mais ce n’était pas dans mes habitudes. Au jeune homme de comprendre qu’en lui adressant la parole, j’acceptais ses excuses. C’était déjà bien non ? Pour une fois, je n’enchainais sur rien d’autre. J’attendais sagement qu’il réponde à ma question, frottant mes pieds meurtris par le bitume. Je retins une grimace de douleur. En aucun cas je ne voulais montrer que j’avais mal. Au pire, il pouvait penser que ma mine défaite était le résultat d’une soirée très animée. Fierté, le retour !
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Jeu 15 Aoû - 16:49

La scène parlait d'elle même, aucun de nous deux n'avait besoin d'ouvrir la bouche pour commenter nos pensées. Le silence pesant qui régnait dans l'appartement rendait l'atmosphère encore plus lourde et gênante. J'étais déjà recouvert de tout un tas de honte et ce silence la rendait encore plus insupportable. Je me sentais assez coupable comme ça... J'étais d'un côté du canapé et elle était de l'autre, mon regard était posé sur la table basse, évitant ainsi de croiser le sien. Il me semblait également qu'elle ne cherchait pas vraiment à croiser le miens et c'était facilement compréhensible après ce que je lui avais fait subir quelques heures auparavant. Je le sentis alors bouger lentement, se tournant vers moi délicatement, comme si elle ne voulait pas briser le silence présent. Une bien belle attention. La tête toujours en direction de la tête, je déplaçais mes yeux le plus possible pour essayer de voir son visage, sans succès. Alors elle brisa le silence, d'une voix faible et presque silencieuse. Un type de voix que l'on utilise lorsque l'on s'adresse à des animaux que l'on ne veut pas effrayer. MJ me croyait-elle capable de m'énerver à nouveau ? Pire, de lui faire du mal ? Remarque, moi même je n'en étais pas sûr... Bien qu'il soit hors de question de la frapper... On se bat pour une femme, on ne bat pas une femme. Elle me demandait si elle pouvait prendre un bain...
Quelle question.

Je hochais la tête, la tournant par la même occasion vers elle. Je lui fis un sourire qui se voulait réconfortant, cherchant avant tout à la rassurer, à lui prouver qu'elle n'avait plus à avoir peur de moi, qu'elle n'avait jamais eu besoin d'avoir peur.

-T'es chez toi. Tu sais où c'est.

Un ton sympathique et agréable accompagné le sourire et les paroles. Gêné oui, forcement un peu, encore plein de remords... Je l'observais se frotter les pieds noircis par la rue et je m'en voulu encore plus. Je me redressai alors du canapé et avançai d'un petit pas vers elle.

-Tu veux que je te porte jusqu'à la baignoire ?

Puis je me tapais intérieurement la tête, la secouai un peu et repris...

-Bien sûr que non... Tu veux que je te fasse couler ton bain ?

Sans qu'elle ne réponde, je partis dans la salle de bain et mit l'eau à température, commençant à remplir la baignoire d'eau chaude. J'enfilai un short et enfilai un bonnet, puis revins dans le salon.

-Je vais à la boulangerie française dans la rue d'à côté, tu veux un truc ? Croissant, pain au chocolat ? Tu connais peut être pas remarque, tu verras c'est trop bon, je t'en prend un de chaque. Je fais vite.

Je chopais mon porte monnaie sur le bar et quittais l'appartement, revenant une dizaine de minutes plus tard. Mary Jane n'était pas dans le salon, j'en déduisis qu'elle était encore dans le bain. Je posai le sac de viennoiseries sur la table basse et dis à haute voix.

-C'moi Speedy, ça sent trop bon.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mar 20 Aoû - 23:14

Je pouvais prendre un bain, avec un sourire en prime, s’il vous plait. C’était toujours ça de gagner mais je me demandais si ce sourire était vraiment sincère et ne cachait pas quelque chose. Après ce qu’il s’était passé, j’étais sur mes gardes. Le ton, pourtant sympathique de Shante, ne me rassurait pas vraiment. Après mon petit périple dans la rue, mon instinct m’avait guidée de nouveau jusque chez mon hôte mais ma mémoire n’oubliait pas qu’il m’avait foutue à la porte. J’avais du mal à croire qu’on pouvait changer son fusil d’épaule en si peu de temps. Ou alors, c’était les médocs que lui refilait Genetic qui le rendait fou. Qu’elle qu’en soit la raison, méfiance ! Aussi préférais-je ne pas me précipiter afin de ne pas avoir à subir un nouveau rejet. J’aurais l’air fin s’il me jetait dehors à poil. Bah oui quoi ! Il m’avait dit de me casser, de dégager de chez lui, deux fois et de ne pas lui casser les couilles. Il pouvait très bien refaire la même chose. Effectivement, je savais où se trouvait la salle de bain mais, contrairement à ce qu’affirmait Shante, je ne me sentais plus chez moi. Je ne bougeais donc pas de ma place, continuant de me frotter les pieds en attendant une confirmation. La proposition de me porter me fit ouvrir de grands yeux étonnés. Euh… Comment dire non, je pouvais encore marcher. Ah bah, pas besoin, le jeune homme partit me faire couler un bain et revint à moitié habillé pour aller à la boulangerie française. Bonne idée !

- Ok. Dis-je d’une voix neutre en restant assise sur le canapé.

J’attendis qu’il sorte de l’appartement pour me lever, retirer mon costume que je jetais négligemment dans le salon et me plonger dans la baignoire. J’avais gardé mon maillot bain. Sait-on jamais qu’un grain de folie ne vienne perturber la zen attitude de mon logeur ! Ce n’était pas très pratique pour me laver mais je pouvais me décrasser un minimum. Le silence avait repris ses droits, l’eau chaude me faisait du bien ; je pouvais enfin m’allonger sans crainte dans l’eau et me détendre. Ma tête tournait un peu, cette sensation n’était pas désagréable ;  j’avais l’impression que mon corps flottait jusqu’à ne plus sentir l’apesanteur. Ereintée par la soirée sur la plage, l’alcool et tout ce qui s’en était suivi, je m’endormis en quelques secondes comme un bébé.

Le mot speedy me tira brutalement de mon sommeil. Un sursaut me fit lâcher les bords de la baignoire et ma tête s’enfonça comme une pierre sous l’eau alors que j’étais sur le point de parler. Non seulement je bus la tasse de ma vie mais j’avalais de travers. Me débattant contre un ennemi invisible, je parvins à refaire surface. Je toussais comme un tuberculeux pour régurgiter l’eau passée dans le mauvais trou. J’avais du mal à respirer et je me voyais déjà mourir étouffée. Quelle mort ridicule n’est-ce pas ? Foi de MJ, la faucheuse ne viendrait pas me cueillir de la sorte. Tant bien que mal je sortis de la baignoire, continuant de recracher mes poumons. Et comme le voulait la loi des séries, mon pied dérapa et je me retrouvais les quatre fers en l’air.


- P’tain, merde ! Fait chier ! Jurais-je en donnant un coup contre le sol.

Oh mais la chute avait finalement été bénéfique. Je pouvais respirer de nouveau normalement. Je vérifiais que je ne m’étais pas blessée et jetais un œil autour de moi. Il y avait de l’eau partout ! Pour éviter de glisser encore une fois, je sortis de la salle de bain en avançant sur les genoux ; comme ça, je n’avais pas mal aux pieds et si je tombais, ce ne serait pas de très haut.


-Oups ! Dis-je bêtement en percutant les jambes de Shante.

Je levais le nez vers lui et fis une petite moue désolée. A genoux devant le jeune homme qui me paraissait plus grand que d'habitude, j’avais l’air malin ! Oh lala, si quelqu’un arrivait par derrière, il pourrait mal interpréter cette scène. Cette pensée me fit sourire puis pouffer comme une idiote.


- Je…. Oups… Wouaaah ahahaha ! Baragouinais-je en éclatant de rire.

Je riais tellement que j’en avais mal au ventre. C’était nerveux aussi et je n’arrivais pas à m’arrêter jusqu’à ce que l’odeur des viennoiseries chaudes me parvienne aux narines. Du rire aux larmes, il n'y a qu'un pas.  


- Euh… j’crois que… Nooooon….  Dis-je en éclatant en sanglots.

Après la nuit mouvementée, mon estomac déclarait forfait. Si j’avalais encore le moindre truc, je risquais de baptiser le sol du salon comme personne ne le souhaiterait.  Même si ça sentait bon, ça me soulevait le cœur. C’était trop triste de constater que Shante voulait enterrer la hache de guerre mais que je ne pouvais pas fumer le calumet de la paix.


- Je… J’veux….

*J’veux un câlin* Non, je ne le dirai pas. Je me retrouvais comme une conne, assise au sol avec un air de chien battu, incapable de me lever. Trop d’émotions pour moi, je n’avais pas l’habitude. J’étais game over !
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Mer 21 Aoû - 22:44

Posant les pains au chocolat et les croissants que je venais d'acheter sur la table, j’appelais Mary Jane et balançai mon bonnet sur le lit de ma chambre. Je me dirigeai vers la cuisine quand j'entendis un vacarme en provenance de la salle de bain. L'eau avait apparemment heurté le sol et ce n'était pas la seule chose. J'entendis MJ pestiférer contre Dieu sait qui, au fond de moi je rigolais de l'entendre jurer comme ça, si il n'y avait pas eu le vacarme d'avant j'aurais rit à haute voix, mais là non. Là je me contentais d'avancer vers la porte de la salle de bain. J'allais toquer du doigt à la porte et demander si elle allait bien, mais mon doigt frappa dans le vide et la petite allumée se cogna dans mes jambes... Elle fit une sorte de « oups » digne de ceux des enfants et je lui souris. Puis, regardant la salle de bain, j'ouvris un peu la bouche. Il y avait de l'eau partout... Quelle merde.

Elle se mit alors à rire, bredouillant quelques mots particulièrement incompréhensible. Honnêtement, je ne l'avais jamais vu comme ça et elle m'inquiétait un peu... Je riais un peu, légèrement, elle me forçait à rire avec le sien, c'était con mais c'était comme ça. Je haussais les épaules en regardant l'eau, me disant que ça pouvait bien attendre, que l'eau n'allait pas s'envoler. Quoi que, techniquement, elle pourrait s'évaporer... Mais oulah, c'est compliqué et tout, laisse ça tranquille. J'arrêtais de rire et repris un peu de sérieux.

-Ça va ? Tu t'es pas fait mal ?

La position dans laquelle on était de m'avait même pas interpellé. Il était vrai que si quelqu'un rentré et voyait MJ en maillot de bain, à genoux presque contre moi... Aie... Mais personnellement je n'y avais pas fait attention. Elle s'arrêta brusquement de rire et me répondit qu'elle croyait que... Non. De la façon qu'elle venait de me répondre, je n'étais pas bien sur qu'elle réponde à ma question ou qu'elle soit dans un délire étrange... J'avais l'impression qu'elle avait rajeunit d'une quinzaine d'années et qu'elle était redevenue une gamine qui ne savait pas parler correctement. C'était agaçant en premier lieu, mais au final, c'était plutôt attendrissant... Je mis la paume de ma main sur son front, ma mère avait l'habitude de faire ça quand on était malade petit. Outre le fait de savoir si on était chaud ou pas, je trouve que cela rassuré, la chaleur d'une main amie était agréable. Je me levais et fis deux pas sur la pointe des pieds dans la salle de bain. J'attrapais sa serviette et l'entourais avec, frottant un peu au niveau de ses épaules. Elle venait une salle tête et bredouillait à nouveau quelques mots que je compris cette fois. Elle désirait quelque chose, mais je ne sus jamais quoi.

Quoi qu'elle veuille, je la pris dans mes bras et la déposai dans le canapé. Le fait de tremper dans l'eau qui refroidissait n'était pas forcément bon pour elle. Je la laissai un instant et pris ma serviette dans la salle de bain que je lui lançai sur la tête. Je mis une grande serpillière sur le sol puis remplis un grand verre d'eau avec trois ou quatre morceaux de sucre, petite astuce personnelle. Je lui déposai sur la table devant elle et m'assis à côté, prenant un morceau de croissant que j'avalai rapidement. Je mis mon bras autour d'elle et frottais un peu la serviette contre sa peau.

-C'est moche les gueules de bois hein... J'attrapais le verre et lui tendis devant son ventre en rigolant. Tiens bois ça doucement, t'es déshydrater tête de cul.

L'habitude de filer des verres d'eaux sucrés à mes potes les lendemain de soirée, c'était un peu l'insulte qui sortait le plus fréquemment... « tête de cul », « manche à couilles », des trucs organiques quoi... Elle allait peut être mal le prendre ou peut être que cette insulte la ferait rire. Je pris la télécommande de la chaîne hi fi en rigolant.

-Ça craint ici, tout mort comme ambiance, un peu d'old school pour la forme.

J'allumais le son, pas trop fort avec du hip hop des années 1990. Actuellement un morceau de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] si j'avais bonne mémoire. Du lourd quoi.

-Ahah, t'étais même pas née quand cette chanson est sortie ! He hésites pas pour les viennoiseries Speedy hein, j'sais que ça passe mal, mais ça fait du bien... Au pire tu vomiras, pas grave. Tant que t'évites mes fringues et le canapé, c'est cool.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Lun 26 Aoû - 22:39

Je me fichais complètement que la salle de bains transformée en piscine mais je fus surprise que Shante ne râle pas. Et oui, j’étais étonnée car le dealer était un gros maniaque ; il ne supportait pas que quelque chose soit dérangé dans son appartement. Mais bon, faut croire que depuis de je vivais chez lui, il avait mis de l’eau dans son vin. Le fait qu’il s’inquiète plus de mon état me fit chaud au cœur. Je lui répondis par un signe de tête ; non, je ne m’étais pas faite mal mais j’eu très peur quand je n’arrivais plus à respirer correctement. Les traces de cette petite frayeur étaient encore visibles dans mon regard mais ça allait déjà beaucoup mieux. Rien de cassé, tout allait bien, sauf l’odeur des viennoiseries qui m’écoeurait. Mon état déplorable me faisait pitié ; j’éclatais en sanglots. J’en pouvais plus, j’étais fatiguée, éreintée, décalquée, j’avais mal un peu partout et aux fesses en plus. Oui parce que même si j’avais dit à Shante que je n’avais pas mal, la rencontre avec le carrelage avait été brutale. En plus, je commençais à avoir mal aux genoux sur lesquels je me tenais.

Je ne fis pas gaffe à la main qu’il se posa sur mon front, par contre j’appréciais la serviette et le frottement sur les épaules que je remuais légèrement. A croire que mon logeur devina ma pensée. Il me prit dans ses bras ! Pour me faire un câlin ? Ah bah non, juste pour me déposer sur le canapé. En plus, il me balança une autre serviette sur la tête. Non mais, n’importe quoi ! Ce n’était pas du tout ça que je voulais moi. Je voulais un câlin, qu’il me tienne dans ses bras pour me réchauffer. Le contact humain, quand il est tendre, a des vertus apaisantes qui dépassent de loin la tisane de grand-mère. Et bien non, ce n’était pas pour moi, à croire que je ne le méritais pas. Bon ok, j’avais été chiante mais lui aussi l’avait été. Ca faisait un partout, alors pourquoi ne pas effacer l’ardoise ? Il voulait refaire le match ou quoi ? Même pas, il semblait s’inquiéter plus du sol de sa salle de bains.


*Pfff ! Quel naze !* Pensais-je en soupirant.

Ne pleurant plus, j’observais son petit manège. Et une serpillère par ci, et un grand verre d’eau par là, et un mec sur le canapé, et un croissant avalé. J’étais censée faire quoi là ? Boire son verre d’eau tout pourri ? Pour l’eau, merci, j’avais eu ma dose ; j’en avais avalé contre mon gré dans la baignoire. D’ailleurs, j’avais encore un peu mal à la gorge avec cette histoire ! Je déglutis péniblement juste au moment où Shante passa son bras autour de moi. Je lui lançais alors regard traduisant mon incompréhension et ma surprise. Quelle gueule de bois ? Je n’en voulais pas de son verre d’eau ! Et comment il m’a appelée ? Tête de cul ! Non mais n’importe quoi… Heureusement pour lui, les petites frictions dont il me faisait grâce eurent raison de moi. Au lieu de repousser violemment le verre d’eau qu’il me tendait, je le bus comme une gentille petite fille obéissante. Enfin presque, car je ne pus m’empêcher de protester, mollement certes, mais protester quand même.


- Nan mais... c’est deg ton truc là ! Dis-je en faisant la grimace.

Je reposais le verre à moitié vide sur la table basse pendant que Shante se levait pour mettre de la musique. C’était clair que pour l’ambiance c’était complètement mort. J’étais morte de fatigue et la musique n’y faisait rien. Et pourquoi fallait-il toujours, qu’à un moment ou à un autre, on me rappelle mon âge ! C’était quoi le problème ?


- Ouais, booon... ça va… Observais-je exaspérée à ce propos avant de répondre :
- J’en veux pas d'tes trucs français. J’veux pas dégueuler mes tripes.

Non, je n’aimais pas vomir. Comment faisaient les boulimiques pour se faire vomir plusieurs fois par jour d'ailleurs ? C’était trop dégoûtant. Ca faisait mal à la gorge, au ventre et ça laissait un goût acide dans la bouche dont on avait du mal à se débarrasser, qui vous donnait encore plus envie de dégueuler. Non et puis, c’est pas très classe, n’est-ce pas ?

- Par contre ce qui s’rait cool, c’est que j’puisse dormir... un peu… Dis-je en laissant tomber ma tête en arrière sur le dos du canapé.

J’irais bien squatter le lit de Shante mais après tout ce qu’il m’avait dit, je ne voulais pas faire ma difficile. Oui parce que, faut pas croire, toutes les méchancetés qu’il m’avait balancées me restaient en travers de la gorge. Il me faudrait sans doute plusieurs jours pour m’assurer qu’il n’y avait pas un fond de vrai dans tout ça. Et en attendant de trouver un autre endroit où loger, j’étais un peu obligée de faire contre mauvaise fortune bon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   Dim 15 Sep - 15:36

J'insistai un peu pour qu'elle boive l'eau sucrée... La voir faire une grimace me fit rire à haute voix. Sa grimace était rigolote, ses mimiques en général étaient rigolotes. M'enfin là je comprenais pas trop, c'est vrai que l'eau sucrée n'était pas la meilleure boisson du monde, mais je ne trouvais pas ça dégueulasse non plus, normal quoi. Je rigolai donc en haussant les épaules puis mis la musique, petit son west coast bien vieux, bien agréable et je fis remarquer à Mary Jane que ce son était beaucoup plus vieux qu'elle, dans un but joyeux, je voulais la faire sourire, détendre l'atmosphère ou quoi, mais non. Elle râla, à la limite de lever les yeux au ciel... Je continuai de frotter son épaule avec mon bras et elle refusa les croissants... Tant pis, il en restera pour demain quand elle ira mieux, ils seront plus très frais mais toujours bon. Au pire si elle est motivé et qu'elle y pense un tour au micro onde est c'est terrible. Pour rattraper le coup avec son âge, que je ne connaissais pas vraiment en fait, je le devinais grossièrement, elle avait moins de 20 ans c'était sûre, 18 ? 19 peut être. Enfin bref, pour rattraper le coup, je lui dis en rigolant.

Non mais, ce son est plus vieux que moi aussi hein, de quelques mois mais quand même, t'imagine que ce truc a 23 piges ? Comparé à cette merde qu'ils te balancent maintenant, tu verras que dans 10 ans, on entendra même plus parlé de l'autre tafiote de Bieber !

Je repris alors un morceau de croissant et lui dis pour qu'elle y pense demain, parce que j'avoue qu'un croissant mou de la veille, c'est pas forcément très bon.

Au pire quand t'auras faim ou genre demain matin, tu le passes au micro onde à peine trente seconde, tu le coupes en deux et tu mets du Nutella dedans... Pow terrible tu verras !

Je n'étais pas sûre qu'elle sache où était rangé le pot de pâte à tartiner, mais elle était là depuis suffisamment longtemps, elle n'avait qu'à ouvrir tout les placards, je ne doutais pas un seul instant qu'elle ne le fasse pas. Anyway... Je posai mon autre main sur la cuisse de MJ, l'autre était toujours sur son épaule, et je frottais lentement pour la réchauffer. Elle ne tremblait pas mais était toujours humide, elle n'avait peut être plus froid en fait... Speedy posa alors l'arrière de son crâne contre le crâne tout en me demandant si elle pouvait dormir. Elle ne me le demandait pas vraiment mais ça semblait pareil, une sorte d'autorisation qu'elle recherchait dans ma parole, bizarre... Si elle avait envie de dormir, elle n'avait pas besoin de me demander. Je hochai la tête et baissai un peu le volum de la musique et me levai.

Je t’emmène dans le lit, tu vas pas dormir sur le canapé p'tite marmotte.

Je tendis les bras vers elle et les passai au niveau de ses hanches. Je la soulevais du canapé délicatement et la mis contre mon torse, de la même manière qu'avec un bébé. J'avais fait ça seulement une ou deux fois dans ma vie, avec London, quand elle était malade. J'emmenais donc MJ de cette manière jusqu'au lit. Elle était sèche, juste son maillot de bain qui était encore humide, mais je n'allais pas le changer, ça non, c'était une autre histoire ça. Je l'assis sur le lit et ouvris mon armoire pour chopper un de mes vieux tee shirt que je posai à côté d'elle.

Enfiles ça, tu s'ras mieux.

Je retirai la couette du lit et laissai se coucher comme elle le voulait. Je lui fis un bisou sur le front et sortis de la pièce, baissant à nouveau le volume de la musique... Je laissai tout en plan dans la salle de bain et allai faire une petite sieste sur le canapé, moi aussi... Demain je reprenais le boulot...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

'Cause kissin' you was very nice... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CASSIDY'S PLACE-