..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sacha & Micachu : le départ !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Sacha & Micachu : le départ !   Jeu 16 Mai - 8:46

    25 février 2011, 14h30


Vous savez ce que c’est d’être gay quand vous pratiquez un sport en club ?
Bien sûr que non...
C’est un combat constant. Je dois prouver qu’au-delà de la « tapette », de la « pédale » que je suis, demeure en moi un vrai athlète. Je dois démontrer sans cesse que mon orientation sexuelle n’est pas un handicap, que je suis tout aussi capable que n’importe qui. Je dois casser l’image de la chochotte. Lors de chaque match, j’ai une pression supplémentaire car je suis évalué non pas comme un sportif mais comme un sportif gay. Je ne sais pas si je peux considérer certains milieux sportifs comme plus homophobes que d’autres mais, par expérience, j’évitais de fréquenter les basketteurs.

Elle était là, l’origine de ma présence ici, dans la forêt de Los Angeles. Une tension entre les membres de l’équipe de basket-ball et ceux du volley-ball. Si je subsistais comme l’une des causes de ce conflit, il y avait toujours eu des rivalités entre nous. Les basketteurs ne nous prenaient pas au sérieux, d’autant plus en sachant qu’un gay traînait dans ce camp. Ils se moquaient délibérément de nous et n’hésitaient pas à nous traiter. Bien sûr, celui qui payait le plus cher, c’était moi. La tafiole. Mais chacun en faisait une affaire personnelle et tout le monde était concerné.

Heureusement, j’avais un coach extraordinaire. Un coach qui me poussait dans mes derniers retranchements. Un coach qui m’avait forgé un moral en acier. Je me souviens d’un entraînement en particulier pendant lequel il m’insultait comme un moins que rien pour laisser éclater ma colère. Celle que je cachais à travers mes pitreries. J’avais longuement souffert de cette ambiance. Non par mon équipe qui, au contraire, avait toujours été soutenante avec moi. Mais à cause du club de basket-ball. Nous effectuons nos entraînements dans le même gymnase et pour ce qui est d’humilier ou de se moquer, les basketteurs étaient doués. Plus doués que pour mettre des paniers d’ailleurs. Seulement nous ripostions par la violence. Surtout moi. Ceux qui me connaissent un minima savent que je fonce tête baissée, que j’ai le sang chaud et que je n’ai pas peur de me battre. Le gymnase n’était même plus un endroit sûr. La situation devint extrêmement urgente devant tant d’animosité.

Alors notre coach, ainsi que celui de l’équipe de basket, deux amis de longue date, avaient eu l’idée de nous faire faire un raid ainsi qu’une course. Pendant quasiment vingt-quatre heures, un basketteur et un volleyeur formeront une équipe de deux pour faire une expédition en forêt. Si un membre refusait, il était banni du club. Pour l’amour du sport, tout le monde était là. Une équipe de volley-ball se compose de six membres et une équipe de basket-ball de cinq. Nous avions un remplaçant et nos « amis », deux. Nous étions donc sept dans chacune des équipes. Le but était simple, à 14h30, chaque équipe partira d’un point géographique différent. Pendant vingt-quatre heures, ils devront avancer le plus rapidement possible pour atteindre la ligne d’arrivée. Chaque équipe disposait d’une boussole, d’une lampe torche, d’une boîte d’allumettes, d’une tente pour deux personnes et de quoi s’alimenter et s’abreuver pendant l’expédition (chips, sandwichs, eau).

« Micah Anton avec Sacha Kwon ! » J’entendis aussitôt les ricanements et les moqueries du genre « Micah, serre bien les fesses ! » La tension était lourde et je ne parvins pas à contrôler mes émotions. Je n’avais qu’une envie, leur foutre sur la gueule. A tous. Mais mes camarades m’en ont empêché me retenant avec eux par le bras malgré ma colère. Voyant notre mauvais état d’esprit, les entraîneurs prirent de nouveau le temps de remettre les choses au clair. « Sacha tu te calmes ! » Pourquoi organiser ce trek à pieds ? Ils se justifièrent. Pour faire en sorte que tout cela s’arrête. Nous sommes des compétiteurs, c’est-à-dire des hommes qui aiment se surpasser, être meilleurs. Mais ce n’est pas tout. Un sportif de haut niveau doit également savoir faire preuve de respect, de tolérance et de fair-play. Et c’est surtout ces valeurs que nous devrons retenir de cet exercice. Le sport, et surtout celui en équipe, consiste à faire émerger les potentialités et les ressources de chaque individu.

De tous, Micah était peut-être celui qui me poserait le moins de soucis. Je ne l’appréciais pas et je ne le détestais pas. Jamais, je ne l’ai entendu m’insulter. Néanmoins, s’il n’a jamais rien fait pour m’offenser, je ne l’ai jamais vu me défendre non plus. A mon sens, c’est pareil. Ne rien dire, c’est cautionner. Je pouvais, avec effort, entendre sa position car il pourrait être la risée de son équipe à prendre parti pour la tarlouze. Cependant, celui qui se faisait bousculer et insulter de « tantouse » dans les couloirs c’était moi. Au début, je n’étais pas atteint bien que froissé. Mais sur du long terme, ma patience – déjà pas bien grande – avait été consumée. Cela fait maintenant plusieurs mois que vous me lisez et je donne peut-être l’impression que tout allait bien, tout le temps. Que pour Sacha Kwon, la vie est belle et que rien ne m’atteint. Et pourtant, je vous assure que non. Je suis gay. J’assume qui je suis... Mais, je fais du sport et certains pensent que les deux sont incompatibles et me le font sévèrement comprendre. Affirmer mon homosexualité apportait autant de bons moments que de mauvais, seulement, je retenais que les bons. Je n’avais pas le choix, c’était une question de survie. Combien de personnes souffrent d’un profond mal-être à cause du harcèlement ? Hors de question que je sois l’un d’entre eux. Hors de question que le PD soit une victime. Alors oui, j’étais pointé du doigt, j’étais l’objet de méchancetés gratuites, de discriminations. Vous n’imaginerez jamais ce que c’est d’être jugé pour une nature que vous n’avez pas choisie et de devoir en assumer des conséquences illégitimes. Je crois que les gens n’ont pas conscience qu’on ne décide pas d’être homosexuel. On nait ainsi. Seulement les représentations sociales, la tolérance de notre entourage et notre capacité à faire preuve de courage font que nous l’assumons plus ou moins tôt. J’aurais tellement préféré aimer les femmes. Me marier, avoir des enfants... Tout aurait été tellement plus simple... Mais, je n’éprouvais aucune attirance pour elles.

Revenons-en à mon partenaire. Lorsque Micah et moi nous croisions, un simple bonjour par politesse. Peut-être une poignée de mains, une fois. Il était le frère de Lana et moi son meilleur ami. Malgré ce contact en commun, nous n’avons jamais pris le temps de discuter. Je crois que ni lui, ni moi, n’en ressentions l’envie et qu’au lieu de faire preuve d’hypocrisie, nous préférions être courtois. Je n’avais donc pas grand-chose à dire le concernant.

Toutes les équipes avaient été formées. Tout le monde avait été déposé au milieu de nul part. Je me retrouvais donc avec Micah. Mes premières pensées furent pour mon équipe, qui m’avait promis que tout se passerait bien. Malgré leurs encouragements, j’étais toujours sur les nerfs. Aucun sourire, aucune joie, seulement l’envie que tout se termine au plus vite. Je remettais sérieusement en question le bienfondé de ce trek. Ça ne changera rien. La seule activité qui nous permettrait à tous de nous respecter serait de nous retrouver sur un ring pour un combat à mort. Ah, ce fantasme me fit sourire. Je proposerai l’idée demain.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Jeu 16 Mai - 10:18

    Franchement, mais quelle idée de con... Micah maudissait son entraîneur à peu prêt avec tous les jurons qu'il connaissait mais intérieurement, bien entendu. Aucun des membres de l'équipe n'était ravi en cet instant. Ils se rendaient tous à la forêt, pour un trek complètement débile. Encore, s'ils avaient pu le faire ensemble, cela aurait pu éventuellement être amusant, bien que le jeune homme soit tout de même bien plus à l'aise parmi des livres que parmi des arbres. Pour lui, cet exercice revenait à faire un exercice de survie en milieu hostile et avec l'ennemi de surcroît ! Ah ben oui, parce que cela aurait été trop facile de mettre des hommes qui ont l'habitude de jouer ensemble en binômes pour renforcer leurs liens hein ? Non non non. L'idée de génie, c'était bien d'associer un basketteur avec un... Volleyeur. Et c'était là que les choses se gâtaient. Tout cela pour apprendre le respecte envers l'autre et bla bla bla... D'accord, les deux équipes ne manquaient pas de se balancer des piques à la tête, voire des ballons quand cela chauffait, mais il n'y avait rien de dramatique. C'était juste le comportement normal de jeunes hommes ayant besoin de prouver leur virilité par une bonne vieille rivalité. Mais ça, non, apparemment, ça dépassait ces cons d'entraîneurs...

    En plus, question virilité, chez l'équipe de volley, il y en avait un qui ne pouvait pas vraiment remporter la palme. Sacha était gay comme un pinson, cela tout le monde le savait et forcément, il en prenait plein la poire par les basketteurs qui faisaient preuve d'une intolérance qui virait à la méchanceté. S'il avait du soutien parmi les membres de son équipe, il n'avait le droit à aucune commisération de la part des basketteurs. Il se faisait régulièrement insulter et chahuter. Et si Micah ne participait pas, parce qu'il se fichait royalement de l'orientation sexuelle de Sacha, tant qu'il n'essayait pas de le draguer et par respect aussi vis à vis de Lana. Sacha était son meilleur ami, pas sûr qu'elle apprécie d'apprendre que Micah s'amusait à le martyriser. Elle lui aurait sans doute fait payer très cher son étroitesse d'esprit et le fait de suivre l'effet de foule comme un mouton. Mais pour autant, il ne s'était jamais interposé non plus.

    Micah avait été trop souvent le Sacha de quelqu'un dans son enfance pour oser aller contre ses amis et prendre sa défense. Il avait mis trop longtemps à devenir quelqu'un de cool et populaire, plutôt qu'un binoclard au cerveau trop rempli pour tout saccager si facilement. Ses co-équipiers ne lui auraient pas pardonné cette traîtrise et adieu le basket. Or, c'était bien le seul sport où il était doué et qui lui permettait de se défouler et de sortir de ses études prenantes. Il n'avait pas envie de tout gâcher maintenant. Ce qui n'était pas sans lui rappeler les propos de Lana 5 jours plus tôt, quand elle avait avoué l'avoir détesté au départ, avec ses lunettes, sa raie sur le côté, et ses airs de premier de la classe, dont il avait souffert.

    Et penser à cela, revenait aussi à penser à ce qu'il s'était passé ensuite... Et à ce que tout cela entraînait. Coucher avec Lana, avouer avoir des sentiments pour elle et devoir le cacher. C'était trop récent et il avait besoin d'un peu de temps pour s'habituer à cette idée. Mais sûrement pas d'aller vadrouiller en forêt pendant deux jours ! Cela avait bien fait rire Lana d'ailleurs. De le voir pester à ce sujet, mais ne pas pouvoir se défiler. Et finalement, ils ne récoltaient que ce qu'ils avaient semé. Merci de l'aide.

    Ils se retrouvèrent donc tous au point de départ, tous ravis d'être là (voyez par là avec des têtes d'enterrement, sauf ces deux couillons d'entraîneurs qui semblaient aux anges), avec tout le matériel nécessaire pour survivre dans les bois. Et là, quand Micah entendit son nom, il redressa la tête, avant de se figer en entendant avec qui il avait été assigné. Ahahaha... Mais le hasard jouait de drôles de tours dis donc ! Quand il allait raconter à Lana qu'il s'était retrouvé avec son meilleur ami gay, il imaginait déjà comment elle allait en rire. Sauf que là, sur le coup, il n'avait vraiment pas envie de rire alors que les blagues de mauvais goût fusaient, comme de serrer les fesses, de faire gaffe sous la tente... très spirituel.

    « Oh mais sérieux, fermez-la ! »

    Il lança un regard noir à ses coéquipiers goguenards. Ils devaient tous être soulagés de ne pas avoir été choisis... Et quelque part, Sacha devait aussi être soulagé de ne pas s'être retrouvé avec un de ces lourdingues qui aurait très bien pu lui en faire voir, malgré les consignes. Cela dit, se retrouver tout seul avec un mec qui aime les mecs... Ça a quand même de quoi mettre mal à l'aise. Sacha et Micah ne s'étaient croisés que quelques fois et n'avaient que Lana en commun, si bien qu'ils étaient courtois et n'avaient pas cherché à se lier davantage. Alors même qu'ils avaient le même âge. Ils avaient peut-être d'autres choses en commun, mais n'avaient pas cherché à l'exploiter.

    Chacun fut bazardé dans un coin de la forêt pour le point de départ, avec une boussole, une tente, des vivres et allez, roulez jeunesse ! Sacha ne semblait pas plus ravi que son partenaire.

    « Bon allez, plus vite on avance, plus vite on sera arrivés et tranquilles avec ces conneries. T'as déjà fait ça avant ? »

    Parce que Micah pas du tout. Zéro pointé en survie en milieu hostile, même s'il savait lire une boussole. Il sentait que ça allait être long, mais long... Il remarqua le sourire de Sacha.

    « Je ne vois pas ce qu'il y a d'amusant à crapahuter dans les bois sous un prétexte à la con, Sacha... Quand Lana va apprendre qu'on s'est retrouvé ensemble, elle va bien rire. »
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Jeu 16 Mai - 22:28

« Comme si ça t’intéressait vraiment. » Froid et distant. Après l’avoir envoyé voir ailleurs, je lui répondis franchement : « Non » sur un ton très sec. Quelle raison avais-je pour être aimable avec lui ? Peu. Très peu. En fait, comparativement, j’en avais beaucoup plus pour être désobligeant avec sa personne. Mes premières paroles à l’intention de Micah furent loin d’être agréables à entendre. Et la suite lui sera encore moins plaisante. « Mais je n’ai pas besoin d’avoir déjà fait ça avant pour savoir qu’avant de marcher, il faudrait savoir dans quelle direction aller. » L’intelligence est quelque chose de relative apparemment. Si tous les basketteurs démontraient autant de logique, je souhaitais bien du courage à mes coéquipiers. D’entrée, j’avertis Micah sur mon humeur. Massacrante, à couper au couteau. Le pauvre Micah en payait les frais. Qu’il ne se force pas à faire pote avec moi, cela m’agacerait. Ce qui, pour moi, était le plus dur à supporter, c’était sa lâcheté. J’en étais toujours à me demander ce que Lana lui trouvait comme qualité. Il est mignon... Mais... C’est tout. Au-delà de ce physique de minet, je n’étais pas certain d’y trouver un homme mais plutôt un petit garçon apeuré. Et Lana avait besoin de compter sur un adulte, sur un garçon qui la protégerait. Pourtant, j’étais malhonnête avec lui car ce qu’il venait de dire pour nous motiver à avancer, c’était exactement ce que j’aurais dit à sa place. J’avais juste ma mauvaise tête.

Je lui avais menti. Mes frères et moi avions déjà fait du camping en forêt. Histoire de partager une expérience fraternelle, un moment qui n’appartenait qu’à nous. C’était un loisir que j’appréciais. Se couper du monde pour réapprendre à se connaître. Allumer un feu, utiliser une boussole, monter une tente... Je m’étais familiarisé avec toutes ces techniques. Est-ce que j’avais envie d’en faire profiter l’autre ? ...

Super, en plus d’être un abruti, Micah était du genre grincheux. C’était ma veine. Finalement, un autre aurait été mieux. C’est trop tard pour procéder à un échange ? Allez Sacha, un minimum de bonne volonté... Je ne pouvais pas rester comme ça. A le critiquer, à être cassant alors que j’allais être à ses côtés pendant au moins vingt-quatre heures dans un milieu hostile. « Dis-toi que ça pourrait être pire. Il pourrait pleuvoir, nous pourrions être pourchassés par un ours. » L’oscar de la pensée positive du jour revient à... Sacha Kwon ! Au moins, je faisais l’effort.

J’étais dans une bonne dynamique là. Faut que je continue sur ma lancée. Afin que Micah comprenne mieux pourquoi j’agissais avec ingratitude, je lui expliquai : « Écoute, si tu as envie de faire la gueule, je comprends. Vraiment. J’ai un karma de merde en ce moment et j’ai toutes les raisons d’être en colère. » Ah oui, il y a deux jours, j’ai appris que mon père n’était pas mon géniteur. Mais ça, je m’abstenais bien de lui dire, il n’avait pas à savoir. Micah sera fixé sur mon humeur jusqu’à ce que j’ajoute : « Mais j’ai appris à faire de chaque situation un avantage. Alors s’il-te-plaît, je ne veux pas t'entendre te plaindre durant tout le trajet. » Bluff. Je cherchais encore l’avantage de cette situation. Apprendre à connaître Micah ? Je m’en foutais. J’avais fait un effort avec Remington parce qu’il comblait Sonny. Mais je n’avais pas la même relation avec Sonny qu’avec Lana. Sonny, c’était comme une sœur, je souhaitais plus que tout la protéger. Surtout depuis que j’ai appris sa grossesse. Quant à Lana, j’étais à mi-chemin entre l’amitié et l’amour. Mais un amour platonique et donc malsain. Alors, quand je remarquais qu’un gars lui plaisait, je faisais le coq car je voyais cet intrus comme un rival.

Et pour finir, une pointe d’humour que Micah appréciera très certainement. « Si tu veux je passe devant. Ça t’évitera de serrer les fesses. » Bien qu’il n’ait rien à craindre de moi pour deux raisons : la première car le cul d’un mec, je ne fais que le mater, et, deuxièmement, car je ne touchais jamais les potentiels fiancés de mes amis, j’avais senti l’appréhension de Micah me concernant. Et plutôt que de le rassurer pour éventuellement faire un pas vers lui, je préférais m’en amuser voire le taquiner.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Jeu 23 Mai - 9:11

    OK...

    Hum l'ambiance était chaleureuse dis donc, ils allaient s'éclater comme des petits fous ! Mais à quoi ce que Micah pouvait bien s'attendre alors qu'il faisait une tête de six pieds de long et qu'il parlait à Sacha avec un petit ton sec qui montrait clairement que ça le faisait chier d'être là et avec lui ? Ce n'était même pas spécialement contre Sacha finalement, il aurait été avec n'importe qui d'autre, qu'il aurait fait la même tête, mais là, les blagues de ses potes, bien lourdes, le mettaient de fort méchante humeur, alors qu'elle était déjà massacrante.

    Donc Sacha lui répondit quelque peu sèchement, que de toutes façons, Micah n'en avait sûrement rien à carrer de sa réponse. Le jeune homme se renfrogna. Mais qu'est-ce que ça allait être long ce treck à la con... En plus, la réponse l'intéressait réellement, pour des raisons pratiques : si Sacha avait un peu d'expérience dans la course d'orientation, le camping sauvage et toutes ces joyeusetés d’américain moyen, ils iraient plus vite et s'en sortiraient mieux. Hélas pour Micah, son père n'était pas très adepte du retour à la nature, préférant le luxe des hôtels. Ainsi n'avait-il jamais campé avec son paternel comme beaucoup pouvaient le faire, ni même avec des amis.

    Il était ici, aussi à l'aise qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Ou une star de télé réalité dans une librairie.

    Sacha renchérit en disant que non, il n'avait jamais fait ça avant, s'attirant un soupir de la part de son binôme.

    « Génial. »

    Et là, le gentil Sacha décrit par Lana sortit les griffes, faisant sourire Micah devant la pique qui ne le vexa même pas.

    « Tiens, je ne te pensais pas capable de pareille mesquinerie. Un visage que Lana n'a pas du voir. »

    Il était plus qu'habitué à subir les piques de sa sœur, autrement plus blessantes que celle de Sacha. S'il pensait le blesser il allait en faire pour ses frais.

    « Faut pas tout prendre au pied de la lettre, quand je parlais d'avancer, c'était arrêter de nous regarder en chien de faïence et comment on appelle ça d'ailleurs... Rhaaa, le but de notre présence ici... Je l'ai sur le bout de la langue... AH OUI ! Collaborer ! »

    Micah jouait d'ironie. Et si Sacha n'avait pas comprit que ça le lourdait de se retrouver en pleine forêt sous un prétexte complètement fallacieux, c'est qu'il avait un QI d’huître. Cela dit, se plaindre ne servait à rien, sinon à rester sur place et à prolonger le supplice. Alors autant s'y mettre à deux et commencer à se mettre en route. Sacha ajouta que cela pourrait être pire, genre une pluie torrentielle ou un ours gourmand. Il leva le nez vers le ciel pour y regarder les nuages.

    « A ta place, je ne parlerais pas trop vite. »

    Mais bon, pas la peine de faire la gueule toute la journée, cela ne ferait que la rendre plus longue encore. Sacha reprit la parole, parlant de son karma de merde qui lui donnait toutes les raisons d'être en colère. Mais il prit son binôme de faire un minimum d'effort pour ne pas se plaindre pendant tout le trajet. Cette fois, par contre, il fut quelque peu piqué au vif, alors que Sacha le traitait comme un sale mioche capricieux. Ce qu'il n'était pas et n'avait jamais été.

    « Je n'avais pas l'intention de me plaindre pendant tout le trajet. Plutôt chercher à trouver le point d'arriver rapidement. La survie en forêt, ce n'est pas mon truc, d'accord ? Je n'ai jamais allumé un feu de camp, jamais monté une tente. Alors si tu avais eu une quelconque expérience, cela nous aurait sûrement fait gagner un peu de temps. Désolé, tu ne te retrouve pas avec le campeur de l'année, va falloir t'y faire. »

    Voilà au moins, Sacha savait que de ce côté là, Micah ne lui serait pas d'une grande aide. Oh cela ne devait pas être bien difficile de faire un peu. Il savait le faire en théorie ? En théorie seulement. Quant à monter un tente, sans doute que n'importe quel idiot pouvait le faire, restait à savoir combien de temps ça prenait. Pour l'orientation, il serait sûrement un peu plus doué quand même. Dommage que l'intelligence théorique de Micah soit plus difficile à utiliser en pratique comme maintenant. Ses connaissances en physiques ne lui seraient pas forcément d'une très grande utilité maintenant.

    Et là, Sacha termina en faisant remarquer qu'il pouvait passer devant s'il avait peur pour ses fesses comme l'avaient soulignés de façon subtile et délicate ses coéquipiers. Micah sourit légèrement, se détendant malgré lui. C'était ridicule. Qu'est-ce qu'il avait à craindre franchement ? Que Sacha le viole au milieu des bois ? N'importe quoi.

    « J'ai un jean bien épais, je pense pas que tu puisses traverser ou alors, tu défies les lois humaines. »

    Voilà, ça, c'était fait. Allez on se concentre un peu maintenant.

    « Bon, je crois que maintenant que les choses sont claires, on va pouvoir faire quelque chose de constructif. Alors si t'as une idée de par où faut commencer, ne te gêne surtout pas. L'occasion de prouver la supériorité des volleyeurs sur les basketteurs, tu vas pas t'en priver, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Mar 28 Mai - 23:37

Il fallait s’y attendre tôt ou tard. Lana. L’argument béton de Micah. La seule personne capable de le protéger. Micah n’était pas capable de se défendre par lui-même. « Même quand elle n’est pas là, tu as recours à Lana pour te défendre. C’est pathétique. » Problème de virilité ? Problème de confiance ? Triste Micah. C’était tout à fait représentatif de ce qu’il était au fond : un trouillard. Micah avait besoin d’utiliser sa sœur comme d’un bouclier dès qu’il se sentait en difficulté. Et comme un rien le mettait en difficulté ; il appelait régulièrement Lana. Pensait-il réellement que sa sœur ne connaissait rien de mes côtés sombres ? Lana m’a vu violent et bagarreur. Alors ces simples piques relevaient du bac à sable pour elle qui ne serait, par ailleurs, nullement surprise par mon comportement. Et s’il voulait jouer sur ce terrain, j’étais tout à fait partant. Comment réagirait Lana en sachant que son frère laissait son meilleur ami se faire harceler ? J’avais ma fierté, je ne voulais pas que Lana le sache, ni personne d’ailleurs. Et j’étais assez grand pour me débrouiller seul. Si la situation avait été différente, si c’était Micah qui subissait les injures, les moqueries et les humiliations au quotidien, je me serais battu à ses côtés. Mais moi, je suis un connard qui croit toujours que l’être humain est naturellement bon.

Micah se donna ensuite la peine de s’expliquer. Une peine inutile, car j’avais bien saisi ce qu’il voulait dire mais j’avais simplement décidé de le faire chier. C’était à un moment où je ne l’écoutais pas, trop préoccupé à détailler les environs. Bon, d’accord, je gardais une oreille ouverte. « Collaborer... » Ah, le degré de la connerie avait atteint son paroxysme. « J’appelle ça une aide contrainte. » Et inégale. Disons- le clairement : Micah avait besoin de moi bien plus que moi j’avais besoin de lui. D’ailleurs, je ressentais davantage mon compagnon comme un handicap que comme un allié. Alors la collaboration, je n’y crois pas une seule seconde. Sans compter qu’elle fait appel à un minimum de confiance entre les deux partis et pour le moment la confiance n’avait pas la moindre existence dans mes rapports avec Micah.

Sortez les violons, Micah Anton fait son mea culpa ! Ah non, il se plaint juste de ne pas être un bon scout. Juste retour des choses, je lui ai fait le même genre de scène juste avant. Qu’est-ce que je pouvais tirer de ses confidences ? Pas grand-chose si ce n’est qu’au moins, le pauvre garçon était réaliste sur sa condition. Pour résumer, notre survie dépendait entièrement de moi. Je n’avais aucune pression. La survie de Micah, je m’en contrecarrais. A la limite, s’il pouvait avoir un accident quand j’avais le dos tourné, ça m’arrangerait et m’éviterait d’avoir un minimum de culpabilité vis-à-vis de Lana. En ce qui me concernait, j’avais assez confiance en moi pour savoir que je m’en sortirai sans aucune égratignure. J’exploitais une mine désolée pour Micah mais spontanément, l’expression sur mon visage reflétait plus d’un amusement.

Un sourire de Micah plus tard – ça donne assez d’indices au niveau du temps qui s’écoule – le jeune homme me lança au défi de traverser son jean. Enfin, ce n’est pas exactement ce qu’il avait dit mais c’est ainsi que j’avais interprété ses propos. Que j’avais envie d’interpréter serait plus juste. Micah visait un domaine dans lequel j’étais passé maître. « Tu serais surpris de savoir ce que je suis capable de faire. » Est-ce que j’essayais de lui faire peur ? Non, ce n’était pas mon genre. « Aucun jean ne m’a jamais résisté. » Bon d’accord, peut-être un chouïa. J’aurais adoré avoir un pouvoir qui me permettrait de désintégrer les jeans des autres. Quoique je prenais beaucoup de plaisir à défaire les boutons les uns après les autres : ça faisait monter l’excitation avant de déballer la surprise.

La discussion avait abouti au souhait de commencer sérieusement à démarrer l’expédition. Souhait partagé autant par Micah que par moi. Cependant, ce premier avait une drôle de façon d’amener la question. Je souris. « N’inverse pas les rôles Micachu. Je n’ai jamais vanté la supériorité de mon équipe sur la tienne. » En ce qui concerne le surnom, il pourra dire ce qu’il veut, il était déjà adopté. « Même si c’est une réalité. » Et tac.

« Ok ! » M’exclamai-je soudainement pour nous lancer dans une nouvelle dynamique. « Commençons par regarder notre carte. » Dis-je ensuite pour répondre à la demande de mon binôme. Je posai la carte à terre afin que Micah puisse avoir un regard dessus, peut-être repérera-t-il des éléments autres que les miens. « La ligne d’arrivée se trouve au nord-ouest de notre position actuelle. Pour y accéder plusieurs chemins sont possibles. Ce qui me gêne, c’est ce trait bleu sur plusieurs d’entre eux. Je pense qu’il doit représenter une rivière. Si nous voulons prendre le chemin le plus court et nous éviter des kilomètres supplémentaires, il faudra la traverser en espérant qu’elle soit peu large et que le courant ne nous mette pas en danger. » Je me relevai en regardant Micah. « Qu’est-ce que t’en penses ? L’audace ou la sagesse ? » Si j’avais été seul, j’aurais pris le chemin le plus court. Pratiquant la natation depuis ma plus tendre enfance, l’eau n’est pas un élément qui m’effraie. Au contraire, j’avais très envie de tenter l’expérience et de nager. Cependant, cette décision devait être prise d’un commun accord avec Micah. Ce dernier avait dit qu’il souhaitait avancer le plus rapidement possible pour arriver le plus vite possible. S’en tiendra-t-il à cette philosophie ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Sam 29 Juin - 13:28

    « C'est marrant ta façon de tout interpréter... »

    Si Micah était sur les dents, Sacha était clairement sur la défensive et prenait de travers absolument tout ce que son collègue d'infortune lui disait. Lana n'était pas un moyen de se défendre. Simplement, Micah voyait la différence entre ce qu'elle avait pu lui dire de son fabuleux meilleur ami gay et le gamin qui était avec lui aujourd'hui et avait décidé de passer sa mauvaise humeur sur lui. Le gentil Sacha, le fabuleux Sacha, avait ses humeurs on dirait. Le jeune Anton décida de mettre un peu d'eau dans son vin. Parce que si en plus de subir cette course d'orientation à la con, il fallait en plus se bouffer le nez, il allait réellement commettre un meurtre et assassine rSacha dans la forêt n'était sans doute pas la meilleure chose à faire. Cela dit, Sacha n'y mettait pas beaucoup du sien, ce qui arracha un soupir d'exaspération au jeune homme. Putain, il allait s'éclater à reprendre tout ce que disait Micah rien que pour l'emmerder ? Ils n'allaient pas aller bien loin comme ça. Et si l'un faisait des efforts, l'autre pas du tout.

    Franchement, il n'était pas violent. Ce n'était pas son trip d'aller tabasser des mecs, mais là, il devait admettre que Sacha avait une bonne tête à claques qui pouvait très bien lui faire changer de comportement. Il avait l'impression de s'adresser à un mur et renonca finalement à parler du treck un moment, alors qu'un autre sujet tombait sur le tapis : l'homosexualité de Sacha et ce qu'il pourrait bien faire à son compagnon pendant les prochaines 24 heures. On ne pouvait pas vraiment dire que Micah était très à l'aise avec ce genre de discussion... Il était tout ce qu'il y avait de plus hétérosexuel, mais il n'était pas non plus un nazi qui allait tabasser de la tapette pour s'éclater. Il ne côtoyait pas les gay, voilà tout, ou s'il le faisait, il n'en avait pas conscience.

    Est-ce que Sacha essayait de le tester ou de le mettre mal à l'aise ? Peut-être. En tous les cas, il choisit la carte de l'humour pour faire passer la pilule, ce qui ne démonta nullement le meilleur ami de Lana. Il répliqua qu'il serait bien surpris de savoir ce qu'il pouvait faire et qu'aucun jean ne lui avait jamais résisté. Un fin sourire en coin se dessina sur les lèvres du jeune homme devant cette affirmation.

    « Vantard. Et non, pas la peine de me proposer de me montrer pour que j'y crois, ça ira. »

    Bon, trêves de plaisanteries, il fallait bien commencer par vraiment se mettre en route. Il demanda alors si Sacha avait une idée de par où commencer, lui disant qu'il allait ainsi démontrer la supériorité de son intellect de volleyeur sur celui des basketteurs. Cela le fit sourire, avant qu'il ne réplique qu'il n'avait jamais vanté la supériorité de son équipe par rapport à celle de Micah... Avant de conclure que c'était pourtant la réalité. Micah tiqua au Micachu, mais ne releva pas et se contenta de hausser les épaules.

    « Franchement, je m'en contrebalance de savoir qui est supérieur à qui. Tout ça est totalement ridicule. Comme dirait n'importe quelle fille, on en est réduit à juste savoir qui a la plus grosse. »

    C'était un peu le principe même des mecs. Toujours se comparer aux autres, toujours vouloir être plus fort, plus grand, meilleur, juste parce que cela donnait l'impression d'affirmer sa virilité, ce qui était parfaitement puéril au final. Et s'ils ne s'étaient pas amusés à cela, ils ne se retrouveraient pas ici aujourd'hui... Sacha se décida enfin à aborder le sujet du départ. Il sortit la carte et l'étala à terre tandis que son binôme se penchait au dessus de lui et observait le terrain déployé sous ses yeux. Il n'avait aucune idée s'il était bon en orientation ou pas, puisque c'était la première fois qu'il s'y essayait. Mais en revanche, lire une carte, prendre en compte les dénivelés, ça, il comprenait complètement. Comme la mémoriser. C'était un élève studieux, avec une grande capacité de mémorisation et de déduction. Peut-être que cela allait lui servir après tout.

    Sacha fit alors un résumé de ce qu'ils devaient faire. Facile. Ils étaient au point A et ils devaient se rendre au point B. Il y avait plusieurs façons de s'y rendre, mais beaucoup étaient interrompus par une rivière... Le soucis étant qu'ils n'avaient aucune idée de la profondeur de la rivière en question. En théorie, dans une forêt, ce n'est jamais un truc infranchissable, mais bon... Sacha demanda alors son avis à son binôme. Audace, sagesse ? En voilà une bonne question... Éviter la rivière et se taper des bornes en plus, ou avancer tout droit et prier pour que la rivière soit franchissable... Si ce n'était pas le cas, il leur faudrait longer la rivière jusqu'à pouvoir la traverser... Ou faire une boucle de plusieurs kilomètres, ces kilomètres même qu'ils voulaient éviter. Mica n'était pas très chaud à l'idée de devoir nager dans des eaux inconnues et légèrement froides en cette saison... Restait à espérer que la rivière serait peu profonde.

    « Allez, on va au plus court, on verra bien sur place. »

    Il sortit la boussole de sa poche et se tourna vers le Nord Ouest.

    « Dans cette direction donc. »

    Et les deux sportifs se mirent alors enfin en route. La promenade en forêt était totalement inédite pour le jeune homme. Et à vrai dire, il ne savait pas si cela était plaisant ou non. Dans d'autres circonstances, peut-être que cela aurait été plus facile à déterminer, mais là... Ils devaient avancer rapidement, mais en prenant garde. La terre était parfois meuble sous leurs pieds, les racines traîtresses.

    « J'espère qu'on n'aura pas la mauvaise surprise de trouver un ravin sur la route... »

    Il ne manquerait plus que ça tiens...
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Sam 27 Juil - 21:06

Quand j’ai décidé d’être chiant, je suis chiant. Extrêmement. Tête à claques et insupportable, Micachu n’avait pas idée de l’horreur que je pourrais lui infliger durant ces vingt-quatre heures. Je réalisai que mon compagnon et moi n’avons jamais joué dans la même cours. Nos fréquentations – hormis Lana –, nos loisirs – hormis le sport - ... Bon finalement, nous avions peut-être des trucs en commun... Cependant, dans le caractère, nous demeurions différents. En soit, cela n’a rien de gênant au contraire. Alors pourquoi avec lui ça ne fonctionnait pas ? ... Dans un autre contexte, je lui aurais facilement grimpé dessus pour qu’il devienne un homme. Enfin, un autre contexte... Une autre vie aurais-je dû dire car sa relation ambigüe avec Lana me déplaisait fortement. J’aimais... Je voulais, être le seul pour qui cette fille craque – ce qui, je conçois, peut être estimé comme extrêmement salopard et égoïste si l’on tient compte de ma sexualité à la fois gay et instable. Lana... C’est compliqué. Je sais que je ne suis pas celui qu’il lui faut. Mais Micah... J’ai du mal ! Non par esprit de rivalité. C’est lui. Ou non. C’est n’importe quel mec finalement. Et Lana, elle est si... Parfaite. Je sens au fond de moi que je vais avoir du mal et je m’en veux ! C’est tellement malsain ! Mais c’est ce que je ressens à son égard. Est-ce que c’était ça le fond du problème avec Micah ? Cela expliquerait pourquoi je suis aussi injuste avec lui. Mais qu’il ne me parle pas d’injustice quand je suis victime de l’intolérance d’autrui sur quelque chose qui fait partie de moi et que je n’ai pas désirée. Mon tort avait été d’assumer cette différence. Et peut-être que finalement, la discrétion de Micah à ce sujet ne jouait pas en sa faveur. Ce n’est pas faute d’avoir écouté maman me répéter que je ne devais jamais juger ceux qui pensent différemment. Je n’ai de cesse de me demander, dans l’hypothèse où elle serait toujours là, si je serais le même garçon aujourd’hui. Enfin, j’aurai tout le temps d’y réfléchir plus tard.

Revenons-en à notre plan foireux. Lorsque nous avions abordé la question du jean, Micah avait anticipé ma réponse me précisant qu’il était inutile de me proposer pour lui prouver. Dommage. Mais il me perçait vite.

Micachu et moi pensions exactement la même chose au sujet de cette histoire. J’avais lancé un petit pic face à sa provocation et nous rejetions tous les deux ce comportement parce que c’était exactement à cause de ce genre d’attitude et de remarque que tout avait dégénéré. Ça commençait par une simple blague, ça devenait une habitude, ça se concluait par du harcèlement. Il était de notre responsabilité à tous de ne pas nous manquer de respect et même si au début il ne s’agissait que d’une simple compétition sans méchanceté, la tournure avait pris une dimension chaotique. Mon camarade s’empara d’une image pour expliquer la situation : le besoin des hommes de montrer lequel était le plus viril en comparant la taille de leurs pénis. « Ça, c’est une bonne idée pour ce soir. » Je souris malicieusement espérant que Micachu serait un peu plus disposé à rire comme moi maintenant que ma crise était passée.

Après avoir délibéré sur notre itinéraire, nous prîmes la course en mains. S’engageant progressivement dans l’hostilité de la forêt, mon co-équipier me fit part de sa crainte de trouver un ravin sur notre chemin. Je tentai de le rassurer. « Ce ne sont pas les ravins qui m’inquiètent mais plutôt les pièges qu’auraient pu poser des braconniers. » Euh... Oups. Réagis, réagis, réagis ! « Mais je suis sûr que nos entraîneurs se sont assurés de ne pas nous faire encourir de danger. » J’avais parlé rapidement, trop, et cette volonté de l’apaiser, Micah l’avait très certainement démasquée. Gêné je continuai ma marche et reprit avec hâte la conversation. « Ça fait combien de temps que tu joues au basket ? » Allez, un peu de sociabilité pour que le chemin nous apparaisse moins long. Lana étant exclue des sujets à aborder, j’utilisais la seule information que je détenais sur lui.

Nous avions très mal commencé ce trek. J’avais fait comprendre à Micah que je ne lui faisais pas confiance et j’avais été bien plus virulent à son égard que lui vis-à-vis de moi. Ma seule excuse était que je m’étais habitué à être sur la défensive avec les basketteurs. C’est légitime non ? Je me demandais comment les autres se débrouillaient, s’ils parvenaient à s’entendre, si, en cas de difficulté, ils se soutiendraient... Il y avait Milo, mon binôme... Est-ce qu’il allait bien ? Je me faisais du souci pour eux.

Puis, soudainement, je fus extirpé de mes pensées. « Micah attend ! » Quel con, j’avais complètement zappé l’une des règles que m’avait apprise Spencer. « On devrait faire des flèches sur les arbres avec notre couteau. » Ah oui c’est vrai, je ne suis pas censé m’y connaître... « J’ai vu ça dans des films... » Je préférai maintenir mon mensonge même si un dialogue s’était amorcé entre mon Micachu et moi. Si je venais à lui dire que j’avais déjà expérimenté ce genre d’aventure, j’avais peur que Micah en attende trop de moi. Ça faisait un bail que je n’avais pas fait de randonnée et de camping en forêt. Il y a sûrement des astuces qui m’ont échappé depuis tout ce temps. Graver des flèches sur les troncs visait trois objectifs. Premièrement : s’assurer de ne pas tourner en rond. Secondement : nous faire savoir quel chemin nous avons emprunté si nous devions revenir sur nos pas. Troisièmement, indiquer aux secouristes notre itinéraire si jamais nous venions à nous perdre... Je m’abstenais d’expliquer tout ça à Micah pour ne pas être suspect mais je compris vite que tôt ou tard je devrai lui dire que je lui ai menti. Micah n’était pas mon ami et absolument rien n’avait changé sur ce que je pensais de lui. Alors pourquoi ressentais-je une légère culpabilité à ce propos ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Sam 17 Aoû - 10:01

    Il semblerait que la mauvaise humeur de son compagnon d'infortune soit en train de passer. Certes, Micah ne s'était pas montré très engageant, mais pas ouvertement hostile non plus, étant assez intelligent pour conclure qu'il valait mieux agir de concert, que de se tirer dans les pattes et ne se lancer que des piques à la gueule pendant les longues heures qu'ils allaient passer ensemble. La situation était déjà assez pénible comme ça, pas la peine de la rehausser d'un cran en étant à couteaux tirés durant toute la durée de l'épreuve. Sauf que bon, Sacha le cherchait, alors forcément, il répliquait, même s'il mettait un point d'honneur à tenter de se montrer relativement courtois et ne pas s'abaisser au niveau des insultes de primaire. Et finalement, cela sembla payer, quand Sacha préféra faire une blague au sujet de la comparaison de leur pénis à garder pour le soir quand ils seraient tous les deux, sans personne pour les déranger... Ah brrr, l'image lui filait la chair de poule... Il espérait sincèrement que c'était juste pour plaisanter et que l'ami de Lana ne s'amuserait pas à le draguer et le foutre mal à l'aise avec des avances... Il n'était pas certain de totalement garder son calme s'il insistait trop lourdement. Il pouvait plaisanter avec ça, mais les plaisanteries les plus courtes étaient les meilleures.

    « Ouais, je fourmille de bonnes idées... Mais rappelle-moi de ne pas toutes te les confier. »

    Cependant, le ton de Micah était plus léger, même s'il demeurait un poil méfiant. Comportement sans doute normal d'un hétéro avec un homo. C'était toujours délicat de savoir comment se comporter avec... Comme il était délicat de se comporter avec une fille qui pouvait interpréter certaines attitudes pour de l’intérêt quand ce n'était pas le cas. Enfin, Sacha devait sans doute savoir repérer les signes d’intérêt. Il ne devait pas draguer tous les mecs qui lui plaisait sans s'assurer un minimum que le mec en question pouvait aimer les autres hommes. Sinon, il avait du se prendre un sacré paquet de râteaux. A moins qu'il s'en fiche totalement, tente sa chance et attende de voir. Ce ne serait même pas étonnant.

    Quoiqu'il en soit, après un début chaotique et mouvementé, les deux compères décidèrent de se mettre en route, préférant l'itinéraire le plus court, en espérant que cela ne les bloquerait pas, les forçant à faire un détour. Il y avait toutes sortes d'obstacles qui pouvaient se mettre sur leur chemin... Des ravins notamment, en plus des cours d'eau, mais Sacha ne semblait pas inquiet pour cela, parlant plutôt de pièges mis par les braconniers. Il ralentit le pas, alors qu'il reprenait rapidement que les entraîneurs avaient du s'en assurer. Pour quelqu'un qui n'avait jamais randonné ou campé, il semblait penser à tout...

    « Ou pas... T'as jamais remarqué comme ils peuvent être sadiques des fois ? »

    Bon, pas au point de risquer la santé de leurs élèves... Même si rien que les foutre dans cette situation pouvait sérieusement les amener à se poser des questions sur ce que les coachs étaient capables ou non de faire.

    « Je crois que je préfère encore les ravins. »

    Parce que ça se voyait un ravin. Enfin normalement. Alors qu'un piège, c'était bien dissimulé. L'image d'une cheville coincée dans un piège à loup lui vint en tête et il pinça les lèvres en regardant où il mettait les pieds. Non sans s'interroger sur les compétences de son coéquipier de fortune. Il aurait sans doute tout le loisir de le voir à l’œuvre au cours de ces heures. Il allait peut-être même pousser le vice jusqu'à jouer les idiots et laisser Sacha gérer. Il saurait alors s'il lui avait dit la vérité ou non en se disant novice en la matière lui aussi.

    Il décida alors de changer de sujet, de façon pas très subtile d'ailleurs, ce qui mettait la puce à l'oreille de Micah, qui ne le poussa cependant pas dans ses retranchements et se contenta de répondre :

    « 6 ans. Je m'y suis mis pour sortir un peu de l'image d'intello coincé et gringalet. Dés qu'on te colle une étiquette, c'est quasiment impossible de s'en défaire. Et celle-là me collait à la peau. »

    Et il en avait souffert. Mais le sport lui avait permis de s'épanouir, de se sociabiliser, l'adolescent gringalet avait laissé la place à un jeune homme plus athlétique. Et puis, cela forgeait l'esprit également. Il n'était plus qu'un intello, qu'une grosse tête, il était devenu un mec plutôt cool.

    « Cela a été sans doute la meilleure décision de ma vie. »

    En termes d'étiquettes, Sacha devait en connaître un rayon non ? Lui aussi devait être enfermé dans les préjugés... Micah ne s'était jamais posé la question avant.

    « Maintenant, je suis un connard de basketteur homophobe, c'est mieux non ? »

    Il sourit à Sacha avec un rien d'ironie. Connard, ouais, il pouvait l'être parfois, même si, franchement, il n'arrivait pas à la cheville de Lana quand elle décidait de se la jouer garce et punaise. Quant à homophobe, il ne l'était pas vraiment. Il n'avait jamais créché sur un gay, ni voulu en tabasser un, il n'était pas particulièrement dégoûté par eux, juste qu'il ne fallait pas le draguer quand on était un homme, cela le mettait terriblement mal à l'aise. Il espérait que Sacha serait assez malin pour ne pas se lancer là dedans. Cela dit, encore aurait-il fallu qu'il trouve Micah à son goût, ce qui n'était sans doute pas le cas. Sans compter que le jeune homme savait que le frère de son ami était plutôt dans la catégorie des séducteurs, ayant quelques conquêtes à son actif et pas les plus moches (à défaut d'être les plus intéressantes). Finalement, il s'ennuyait assez vite avec les filles superficielles et n'avait jamais vraiment trouvé son bonheur. Jusqu'à Lana, mais ça, c'était une autre histoire.

    « Pourquoi tu as choisi le volley ? »

    Autant faire la causette, cela paraîtrait moins long. Mais Sacha lui demanda alors d'attendre et le jeune home stoppa net alors qu'il lui disait qu'il fallait faire des flèches sur les arbres avec les couteaux... Avant d'ajouter qu'il avait vu cela dans un film. L'ajout de trop. Le besoin de se justifier. Ouais, Sacha avait menti.

    « Tu sais, être sportif ne veut pas dire que je suis totalement con Sacha. Je veux bien que tu sois un grand cinéphile, mais j'ai l'impression que tu en sais plus que tu ne veux me le dire, sauf que je ne saisis pas très bien pourquoi tu m'aurais menti sur tes expériences passées dans la forêt ou le jeu de piste. Mais bon, je dois sûrement me faire des idées, hein ? Si ça se trouve, t'es juste un grand fan de Man VS Wild et si on manque d'eau, tu vas tuer un serpent, le dépecer, garder sa peau pour faire une gourde et uriner dedans. »

    Il sortit son couteau, avant de graver dans le tronc et de lâcher avec un petit sourire en coin :

    « Comme ça ? Je sais pas, j'ai du louper cet épisode là. »

    Il n'était pas accusateur, même pas fâché en fait, même s'il n'aimait pas qu'on lui mente. Mais ils ne se connaissaient pas, ne s'appréciaient pas, pourquoi se livrer l'un à l'autre hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Mer 21 Aoû - 21:00

Non. Aucune chance. Micah a une immunité : frère de meilleure amie. Il fait partie de ce que j’appelle « les intouchables ». Ce sont des proies, à l’origine potentielle, qui ne correspondent pas à ma chaîne alimentaire grâce/à cause – tout dépend de sa position face à l’affaire – de leurs réseaux. Ils sont alors hors catégorie pour mon régime c’est-à-dire : pas de drague, pas d’essai. Et si je me permis la plaisanterie sur une quelconque ouverture avec lui c’est que je ne tenterai rien. Dans ce cas, je fus assez sûr de moi pour m’amuser d’un possible flirt car en réalité, et même en considérant Micachu comme très mignon, il m’était impensable de le toucher. Qu’il souffle donc, je ne descendrai jamais au-dessous de sa ceinture. S’ajoutait à cela sa relation complexe avec Lana qui faisait de ma meilleure amie une personne vulnérable, peut-être amoureuse ? Bref, des sentiments indescriptibles, foireux et qui me filent le bourdon. Je m’interdisais alors tout contact sensuel, sexuel avec Micachu, au nom de beaucoup de choses. La meilleure réponse aurait été d’affirmer que je n’en avais pas envie. Pas ici, pas maintenant et surtout pas avec lui. Mais c’est impossible : j’ai toujours envie.

L’atmosphère pesante s’était progressivement adoucie. Nous jouâmes tous deux sur l’humour pour nous comprendre. Une valeur qui peut réunir deux jeunes gens, que tout oppose d’apparence, pourvu que le genre soit partagé. Et concernant mon binôme et moi, cela fonctionnait plutôt bien. Finalement, peut-être que nous finirions par développer une affection amicale ? Qui sait ? C’était trop tôt pour le prédire, néanmoins, il suffisait d’analyser nos comportements pour comprendre que nous faisions un pas l’un vers l’autre. De ma part, cela ne réquisitionnait pas de grands efforts. Pour Micah, je n’en avais pas la moindre idée ; comme j’ai dû l’expliquer précédemment, lui et moi n’avions jamais essayé de nous apprivoiser.

Mon pokémon avait été plus ou moins réceptif à ma proposition. Il admit tout d’abord être un génie. Puis, plus réticent, il termina par se méfier de mes ambitions. Etait-il gêné ? C’était chou ! S’il restait dans une certaine passivité et qu’il acceptait le second degré, je pouvais m’amuser d’une certaine ambiguïté sans y apporter une touche concrète. Mais avant cela, j’avais besoin de savoir quel joueur j’avais face à moi. « C’est pas vrai... » M’exclamai-je. Comme si j’avais su percer un secret, je lui demandai avec enthousiasme : « Je te fais peur ? » Si tel était le cas, j’en étais comme qui dirait ravi sans que je comprenne pourquoi pourtant.

Sur le chemin Micah m’avait confié ses quelques craintes quant à des possibles obstacles en forêt. Ravins, pièges à loup... Nous ne soumettions que des cas dangereux. Evidemment, il aurait été stupide d’imaginer un simple tronc d’arbre qui nous barrerait la route. Et pour le traverser, nous aurions besoin de résoudre une équation comme Dora l’Exploratrice – sinon c’est moins drôle évidemment. Puis, après un suspense insoutenable, Micah et moi finirions par trouver la solution – enfin surtout Micah – et nous chanterions C’est gagné, we dit it ! en gambadant tout guilleret main dans la main vers l’arrivée. Bbbrrr ! J’eus quelques frissons en imaginant devoir faire des mathématiques. C’était dérangeant... Non, c’était carrément angoissant. Sincèrement, je préférais de loin les pièges posés par les chasseurs aux difficultés plus cérébrales. Les pièges m’handicaperaient mais les opérations elles, elles m’enterreraient dans la forêt. Je n’eus besoin de réfléchir longtemps avant d’acquiescer me mettant ainsi d’accord avec Micah. Les coach savaient être sadiques. J’ignorais de quoi serait capable celui des basketteurs mais le nôtre n’attendait pas de nous que nous donnions le meilleur de nous-mêmes. Il espérait aller au-delà encore. Alors, je ne serais pas étonné qu’à la fin de l’exercice, la leçon soit : « jouez un match comme si vous jouez votre vie. » C’était peut-être ça l’idée. Aller jusqu’à épuiser notre dernière ressource pour faire de nous des hommes endurants, forts, des gagnants. Le fait de mixer des équipes et d’avoir un co-équipier en qui nous n’avions pas confiance n’étant qu’une difficulté supplémentaire.

J’avais engagé la conversation sur un autre terrain, demandant à Micah depuis quand il pratiquait le basketball. Sa réponse fut encore plus précise que ça. Il m’expliqua quel avait été son but en s’inscrivant en club. Mon Micachu avait été victime de moqueries. Je ne l’ai pas connu à cette époque mais j’imaginais la scène comme si j’en avais été le témoin. Dans une classe, il y a le binoclard boutonneux et chétif, premier de la classe au premier rang. Il n’est pas intégré et se réfugie dans ses livres. Derrière lui, ses camarades lui jettent des boulettes en papier en lui donnant tout un tas de surnoms ridicules. Ces mêmes brutes le bousculent dans les couloirs. Et si par la même occasion ils peuvent l’humilier, c’est une valeur ajoutée. C’est comme ça qu’ils forgent leur popularité. Son témoignage était intéressant, touchant. Micah ajouta qu’il s’agissait de la meilleure décision de sa vie. Il s’était libéré de son étiquette en rejoignant l’équipe de basket. Je pense qu’il lui avait fallu beaucoup de courage pour affronter ses harceleurs. Et il avait réagi autrement que par la violence. Ca méritait d’être souligné. Moi, j’en serais incapable. Chacun ses points forts : Micah utilise la subtilité là où j’ai recours à mes poings. Finalement, nous nous complétions. Mais inévitablement, quand vous soufflez, pensant être à l’abri des regards, vous vous apercevez que vous serez toujours là bête noire de quelqu’un. Pour Micah, il était la mienne. Et il n’avait pas tout à fait tort. « Peut-être... » La seule chose qui avait changé au fond, c’était son assurance. Selon moi, ce n’est pas le sport qui change un homme, c’est sa volonté. Sous prétexte que Micah sache mettre un ballon dans un panier, il peut changer de catégorie sociale ? Ce n’est pas vraiment le genre d’amis que j’aimerais avoir. Malgré lui, Micah confirmait ma méfiance concernant ces individus. Est-ce qu’ils étaient amis ? Je veux dire réellement ? Ou bien Micah avait été accepté simplement parce que les règles l’exigeaient ? Bref, si Micah semblait plus heureux aujourd’hui, je n’étais toutefois pas convaincu sur la solidité de ce bonheur car, si je comprenais bien sa situation, le jour où il quitterait l’équipe de basket, il redeviendrait l’intello de service et ceux qu’il considérait comme ses alliées seront de nouveau ses tortionnaires. Si ce n’était pas le cas – et sincèrement, je l’espérais pour lui – alors ma première hypothèse se vérifiait et c’est Micah lui-même qui a changé. Ce dernier se définit avec ironie comme un connard de basketteur homophobe. Je souris. J’appréciai grandement son innocence et sa générosité. M’offrir une perche aussi grande pour me moquer de lui, ça devrait être interdit. « J’ai quelques hésitations sur basketteur. » Connard d’homophobe suffisait comme résumé. Allez Sacha, ne sois pas si mauvais. Qu’est-ce que dirait maman ? Bwarf. Après ce que j’ai découvert, j’imagine que son opinion m’importe moins. « Mais un connard de basketteur homophobe lucide. » Une petite parole réconfortante pour mon Micachu, qu’il sache que ce n’était que pure taquinerie.

Micachu me demanda pourquoi j’avais choisi le volley. Pour tellement de raisons que je m’embrouillais moi-même dans mes pensées. Pensées que j’essayais d’organiser. Déjà l’esprit d’équipe. Pour moi, le volley est le seul sport qui demande une réelle coordination entre ses différents membres pour la simple raison que tu ne peux pas jouer seul. Mais surtout, si j’ai choisi le volley c’est parce qu’il ne faut jamais laisser tomber la balle. Peu importe ce qu’il se passe. Tu dois être là au bon moment au bon endroit parce que les autres comptent sur toi. Par affinité également. L’ambiance m’y paraissait plus saine. Le volley est un sport moins admiré et donc moins polémiqué. Par goût. La tenue des volleyeurs est tellement plus sexy. J’avais des tas d’explications. Mais elles furent bien trop sérieuses à mon goût. Elles laissaient paraître une maturité inhabituelle – excepté la dernière je vous l’accord. Je ne sentais pas l’envie d’accorder plus de profondeur à mon personnage. « Parce que les plus beaux mecs s’y trouvent. » Logique. De plus, c’était assez vrai.

La suite avait réveillé ma mémoire et je conseillai à Micah de faire des flèches sur les troncs d’arbre pour indiquer notre direction. Spontanément, je lui avais expliqué comment j’avais eu vent de cette astuce. Et sur une impression, Micah me fit part de ses interrogations. Il était septique concernant mes sources. Je savais qu’il était perspicace, malin mais je n’imaginais pas à quel point. Sa réflexion ne semblait avoir aucune limite. Ma première réaction fut de me défendre, en attaquant évidemment. « Woah. Et t’es quoi toi au juste ? Un genre de profiler ? » Ou simplement qu’il était bon détective. Il observait, analysait et concluait. J’avais laissé trainer trop d’indices et il suffisait à Micah d’encourager son interprétation. Enfin, cela n’avait plus d’importance. Maintenant que j’étais sur la défensive, je savais que je lui donnais encore plus de raisons de douter de moi. Cependant, je conservais le silence sur mon rapport à la nature, faisant un simple hochement de tête lorsqu’il me demanda s’il s’y prenait correctement. Puis nous reprîmes la marche. Moi devant. Il me fallut quelques minutes pour tout lui dire. « J’ai fait des randonnées avec mes frères quand j’étais plus jeune. J’ai quelques souvenirs qui reviennent mais j’ai peur que tu en attendes trop. » Ce qui répondait à sa question : pourquoi mentir ? Quitte à faire des aveux, je finis par lui exprimer l’étendu de mes capacités. « Par contre pour ce qui est de tuer un serpent et de le dépecer pour en faire une gourde, ça, je sais faire. » Ce qui était absolument faux. En fait, si les serpents pouvaient rester dans leurs nids ça m’arrangerait. Vraiment.

Il s’écoula quelques heures. Nous avions bien avancé. Aucun piège à loup. Pour l’instant. Par contre, nous tombâmes face à un ravin. Évidemment. Dix mètres plus bas, un cours d’eau plutôt puissant. Oui je jugeais assez bien les distances. Surtout quand il y avait écrit ‘10m’ à côté d’une flèche verticale sur un panneau en bois en face de moi. Et juste à côté, un pont suspendu. « C’est une blague ? » Demandai-je à haute voix à... N’importe qui. C’était digne d’un mauvais film. Le pont suspendu au-dessus d’un ravin qui mène droit vers une rivière agitée. La structure semblait être en bon état mais je n’étais pas assez bon en maçonnerie pour le parier. Il y avait des planches de bois pour soutenir le corps des passagers et deux cordes sur les côtés afin de se tenir. Niveau sécurité, c’était assez précaire. Bon et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Traverser et prendre le risque de plonger dans l’eau. Si ce n’est pas la chute qui nous tue sur le coup, ce sera le courant qui nous amènera dans les profondeurs de l’eau. Allez Micachu ! Je t’en prie. A toi l’honneur.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Sam 24 Aoû - 22:00

    « Hein ? »

    Il lança un regard incrédule à Sacha. Est-ce qu'il lui faisait peur ? Non, c'était ridicule. Il ne lui faisait pas peur, mais il le mettait mal à l'aise dans le sens où il pouvait avoir des vues sur lui. C'était sans doute crétin, mais s'il n'était pas homophobe, il n'aimait pas non plus se faire draguer par un mec, c'était tout.

    « Non pas du tout, pourquoi tu me ferais peur ? Juste que tes inclinaisons sexuelles et les miennes ne sont pas compatibles, si t'es d'accord avec ça, y'a pas de lézards. »

    Au moins, c'était dit. S'il n'avait pas compris, c'est que c'était désespéré, mais Micah soupçonnait Sacha de jouer de cela et de s'en amuser. Tant que ce n'était qu'un jeu, il avait absolument rien contre et pourrait se détendre et faire un peu d'humour également. Maintenant que les points étaient mis sur les i, ils pouvaient passer aux choses sérieuses et chemin faisant, ils engagèrent la conversation. Non, parce que bon, c'était quand même chiant de marcher dans la forêt, avec le bruit des oiseaux pour seul fond sonore. Micah était un gosse des villes, alors le calme, ce n'était pas forcément sa grande tasse de thé. Cela langoissait presque ce grand espace vierge de toute présence humaine. Même s'il savait qu'il y avait d'autres binômes dans les environs, il ne les voyait pas, ni ne les entendait. Et cela renforçait l'impression qu'ils étaient seuls au monde. Soudain, il comprenait très bien le Petit Poucet et tous ces pauvres gamins de contes de fées qui étaient abandonnés dans les bois. Super flippant.

    Et même si, en théorie, ces bois là étaient moins dangereux que ceux des contes (pas d'ogres, pas de loups, pas de monstres ou d'arbres qui vous agrippaient), il y avait quand même quelques bestioles, des pièges (merci Sacha pour la précision), des ravins, des rivières... Plein de joyeusetés aussi diverses que variées qu'ils ne pouvaient pas anticiper. Ils leur faudrait aviser une fois devant. Ah non franchement, quel pied cette balade. En attendant, ils papotaient. Micah expliqua pourquoi il avait décidé de se mettre au sport. La question était de savoir pourquoi il en disait autant à Sacha. Parce que finalement, il ne lui en avait pas demandé tant. Peut-être pour essayer d'arrondir les angles avec lui. Après tout, puisqu'il était l'ami de Lana, ils seraient sûrement amenés à se revoir à l'avenir et les choses seraient plus faciles s'ils ne se crachaient pas à la gueule comme deux idiots. Peut-être aussi pour ne pas passer totalement pour un gros connard prétentieux... L'avis de Sacha n'aurait pas du avoir d'importance. Normalement. Et pourtant, voilà qu'il lui confiait qu'il avait connu les moqueries et le mépris et avait décidé de choisir sa propre façon d'y répondre.

    S'était-il perdu en route en jouant ce rôle de mec populaire ? Possible. Pourtant, il savait qui il était, de quoi il était capable... Avec ses proches, il était vrai et sincère. Et prêt à tout. Il l'avait prouvé en décembre en attaquant ce mafieux pour sauver Lana... Au risque d'y passer. Et depuis, il se passait rarement une nuit sans qu'il ne rêve de cette scène, que le visage de cet homme qu'il avait tué ne revienne le hanter, lui rappelant l'acte qu'il avait commis, même si c'était de la légitime défense. Quand il conclut que c'était la meilleure décision de sa vie, Sacha se montra assez réservé. Micah enchaîna alors sur une pointe d'autodérision et le jeune homme lui rendit la pareille, arrachant un petit rire à l'intéressé.

    « Ok, je suppose que je l'ai mérité. »

    Il ajouta qu'il était au moins un connard de basketteur homophobe lucide.

    « Ah oui, merci pour la précision. T'as raison. Mais des fois, c'est chiant d'être trop lucide, tu vois. »

    Ça empêchait de se bercer d'illusions, de se complaire dans une image faussée, mais réconfortante. C'était pénible parfois. Mais si Micah avait des défauts, il avait aussi ses qualités. Bien cachées et pas forcément visibles pour le premier quidam venu. Il fallait gratter un peu le vernis. On pouvait comparer cela aux couches d'un oignons, il fallait en retirer plusieurs pour découvrir sa vraie nature, tant il pouvait offrir de visages, sa façon à lui de se protéger des épreuves de la vie, de se blinder contre les coups durs. Il demanda alors à Sacha pourquoi il avait choisi le volley, et après un silence du à la réflexion, il répliqua que c'était parce que les plus beaux mecs s'y trouvaient.

    « Ah ben évidemment. Moi qui m'attendais à un truc un peu plus profond... Euh non, le terme est mal choisi. »

    Il rit de nouveau légèrement devant les doubles voire triple sens, un peu plus détendu qu'au début de leur aventure.

    « Je te fais confiance pour ce critère de sélection. »

    Il n'avait jamais lorgné sur les mecs de son équipe, ni d'aucun sport d'ailleurs. Il était plutôt amateur des petites jupes courtes des cheerleaders par exemple. Pour le coup, il ne risquait pas de discuter filles avec Sacha. Et pourtant, il mourrait d'envie de lui demander comment il trouvait Lana, ce qu'il pensait d'elle. Quel visage lui montrait-elle ? La trouvait-il séduisante ? Ce n'était pas parce qu'il était gay qu'il ne pouvait pas trouver une fille jolie, n'est-ce pas ? Cela dit, ces questions là auraient paru déplacées, à moins d'être bien amenées... Et il ne voulait pas que Sacha découvre qu'il avait un intérêt plus que fraternel pour la jeune femme.

    Sacha parla alors de faire des flèches sur les arbres pour ne pas se perdre, avant de se rattraper et de dire qu'il avait vu ça dans un film. Ben voyons, prends-moi pour un lapin de 6 semaines aussi. Micah ne manqua pas de faire remarquer à Sacha qu'il savait qu'il lui mentait et se foutait léger de sa gueule, sans pour autant être agressif, par contre, l'autre jeune homme se montre légèrement sur la défensive, achevant ainsi de confirmer les doutes de son acolyte. Le fait de l'accuser d'être un profiler le fit sourire. Il prit un petit air rêveur.

    « Ah putain, ça ce serait vraiment la classe. Mais non, désolé, mon truc, c'est la physique, pas la psychologie, même si c'est sûrement passionnant. Juste que je sais additionner deux et deux et remarquer des anomalies dans l'équation quand j'en vois... Que ce soit des chiffres ou autre chose. »

    Il expliqua alors avoir fait des randonnées étant plus jeune, mais craindre que Micah en attende trop de lui, se reposant sans doute totalement sur lui en se montrant passif. Il mit ses mains devant lui en signe d'apaisement :

    « C'est bon, relax Sacha, c'est pas grave. »

    Avant d'ajouter avec un sourire en coin :

    « Tu crois que je suis juste un suiveur ? OK, j'ai jamais campé, ni crapahuter dans les bois avec une carte et une boussole, mais je vais pas te laisser tout décider, c'est mal me connaître. C'est pas parce que t'as déjà fait, que tu vas forcément prendre les bonnes décisions. »

    Il lui lança un grand sourire un brin moqueur, avant de reprendre la route, mais Sacha revint sur le coup de la gourde en peau de serpent.

    « Ah cool. Mais j'pense pas qu'il y ai de gros serpents, ici, on aura tout juste une gourdette. »

    Oui, une gourdette, c'était une petite gourde, tout à fait. Il n'y avait pas de gros serpents à Los Angeles, hein ? Non, allez, pas la peine de se faire des films avec ça ; aucun risque de croiser un anaconda ou un python. Là dessus, ils continuèrent leur chemin, tranquillement. Sans encombres. Oh, se pouvait-il que ce soit si facile ? Ah ben non. Sacha s'arrêta, exprimant à voix haute le sentiment de Micah en avisant le pont devant eux. Un machin qui n'avait pas l'air super solide, mais bon, s'il était là, c'est que c'était praticable non ? Il ne voyait aucun panneau indiquant que le pont était dangereux ou délabré. Cela dit, il suffisait de jeter un coup d’œil en dessous pour ne pas avoir très envie de tester la solidité du machin.

    « Pas drôle la blague. »

    Il échangea un regard avec Sacha. Rebrousser chemin ? Cela allait leur prendre des heures et des heures... Ah fait chier tiens. Micah s'approcha, agrippant les deux cordages et testant la solidité de la première planche du pied.

    « Ça me rappelle la journée accrobranches qu'on avait faite avec des potes... Sauf que là, y'a pas de harnais, pas de sécurité... »

    Il se retourna vers Sacha, avant de lancer d'un air faussement joyeux :

    « Allez, t'as jamais rêvé de te la jouer Indiana Jones ? C'est le moment ou jamais. Bon, en mettant de côté le pont qui lâche, bien sûr. »

    Il avala sa salive, et cessa de faire le malin, avant de poser le pied sur la première planche. Qui ne céda pas. Bon aller, et d'une, il n'en restait que... allez quoi ? 50 ou 60 à vue de nez. Cool. La traversée allait être longue. Il passa à la seconde, et cela tint bon aussi. Il aurait presque prit confiance en lui en fait. Mais le pont balançait légèrement, rendant l'équilibre un peu précaire et les planches de bois vermoulues lui semblaient quand même un peu fragiles. Il sentit soudain une planche craquer sous son pied et elle se fendit alors qu'il passait à la suivante, le cœur battant un peu plus vite.

    « Fais gaffe, certaines planches sont un peu pourries, mais si elles ont supporté mon poids, je suppose qu'elles supporteront le tien... »

    Ou pas en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Lun 26 Aoû - 18:07

Est-ce je pouvais concevoir qu’un homme soit hétérosexuel ? Sans doute. Oui, je crois que j’arriverai à me faire à l’idée. Difficilement mais avec quelques efforts... « Je suis gay Micah, pas nymphomane. » Bon ok peut-être légèrement. Mais ça, Micah l’ignorait. A moins que Lana lui ai longuement parlé de moi et de mes activités nocturnes, ce dont je doutais. Micah nous tolérait moi et mon homosexualité – ce qui, du point de vue des basketteurs, était déjà un exploit – mais il restait tout de même méfiant. C’est du moins ce qu’il laissait paraître et c’est la seule chose que je lui reprochais. Sans lui demander d’être un fervent militant de la cause Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres, j’aurais aimé qu’il s’impose davantage auprès de son équipe. J’étais d’autant plus frustré en sachant maintenant qu’il avait souffert des mêmes injustices que moi. Tout le monde à son rôle à jouer, Micah n’échappe pas à cette règle et peut-être que oui, étant touché personnellement, j’en fais des tonnes mais je ne suis pas le seul concerné. L’homophobie est une intolérance, l’intolérance entraîne le mépris, la haine et pour certains extrémistes : la mort. L’histoire en est témoin avec la déportation des homosexuels lors de la Seconde Guerre Mondiale. C’est un autre niveau évidemment mais au même titre que les personnes de couleur touchées par la ségrégation, je pense que tout combat pour la tolérance, aussi modeste qu’il soit, mérite qu’on y prête attention.

C’est peut-être ce qui m’avait poussé à le traiter – gentiment – de connard d’homophobe. Etonnamment, Micah s’en accommoda très bien. Plus un pour lui. Il arriverait presque à me faire regretter cette insulte. C’est pour cette raison que je cherchai à atténuer mon offense d’une façon si particulière que j’en étais le seul à détenir la recette. Un connard d’homophobe lucide. C’est-à-dire réaliste sur sa condition. Là aussi, Micachu accepta la remarque. Par contre, cette lucidité était ce qui le gênait le plus. Pour lui, sûrement. Pour les autres, c’était plus d’être un connard qui serait fatiguant. Pour moi, c’était l’homophobe. L’homophobe étant forcément un connard, ça me fatiguait deux fois plus que les autres. Malgré tout ce que j’avais pu dire sur lui et même si ça me coûtait de dire ça, Micah était loin d’être un mauvais bougre, je le savais. Il me le prouvait une fois de plus à travers son calme et son autodérision.

Un soupir amusé, c’est ce qu’il parvint à décrocher alors qu’il venait de se rendre compte du double sens de sa phrase. Finalement, je m’amuserai peut-être bien avec Micah. Il fallait avoir une certaine perversité pour comprendre encore que l’allusion était flagrante même pour l’esprit le plus innocent. Même si pour Micah la raison n’avait pas assez de légitimité, pour moi, elle était la meilleure de toutes celles que j’aurais pu citer. Et Micah ajouta qu’il me faisait confiance là-dessus.

Nous avions parcouru des centaines de mètres, peut-être quelques kilomètres, la distance en forêt est difficilement évaluable à cause de la sinuosité des chemins et le paysage emboisé empêchait de mesurer une longue distance, lorsque je me rappelai les conseils de mon frère sur la survie en forêt. J’incitai Micah à dessiner des flèches sur le tronc des arbres pour pointer la direction dans lequel nous nous dirigions. Il n’en fallu pas plus à Micah pour faire tomber mon masque. Dans une autre vie, il aurait aimé être un profiler. S’il changeait d’avis, je n’en avais pas le moindre doute, il aurait les capacités pour le devenir. Et ensuite, c’est comme s’il connaissait mes failles et qu’il les exprimait à voix haute. Ah non. C’est ce qu’il fit. Micah raviva ma parano. J’en eus des frissons et je regardai sur les côtés pour m’assurer qu’un chimpanzé ne pende pas à une branche d’arbre et me demande de faire un calcul. Bbbrrr ! « Tu te souviens des ravins ? Les équations, ce sont mes ravins à moi. » Soyons réaliste deux minutes. Il était impossible que les entraîneurs aient réalisé des épreuves de ce genre. Le trek c’était physique, sportif. Ils ne pouvaient pas prévoir des épreuves de logique, ils n’avaient aucune base pour mettre en place cette cruauté. Nous ne manquions de rien côté équipement. Mon expérience était un atout, mais pour Micah, ce trek se jouait à deux. Encore une fois, nous étions d’accord. Il en profita pour me taquiner, juste retour des choses. Je tentai vainement de dissimuler un sourire amusé. Belle répartie.

Nous atteignîmes le fameux pont. Une  mauvaise blague ?  Oui. Très mauvaise. Face à un défi commun, nous devions faire un choix commun. Micah se rappela alors quelques souvenirs dont il me fit part. « Non mais là nous avons une chute de dix mètres et une rivière. C’est le parcours pro. » Chemin destiné uniquement aux expérimentés, cette formule vous propose un véritable parcours sans aucune sécurité. Une aventure digne d’Indiana Jones. Micah utilisa d’ailleurs cette même référence. « Si. Mais je me rends compte que ça avait l’air vachement plus drôle dans les films. » Je ris nerveusement. Allez, ne fais pas ta mauviette Sacha ! Quoi le pont qui lâche ? Carrément ?!? Moi j’avais juste pensé à une ou deux planches... Micah était aussi doué que moi pour rassurer les gens.

Nous n’avions pas eu besoin de discuter pour savoir quelle décision prendre. Par contre, Micah, même s’il ne fit pas le fier, s’était lancé en premier. Sa réaction me déconcerta. Il avait plus de cran que je ne l’aurais cru. Instinctivement, je dis : « Tiens-toi bien aux cordes Micah... » J’étais sincère. Il n’était pas mon meilleur ami mais de là à le voir tomber de dix mètres de haut dans un torrent... Même si je m’en étais amusé au tout début de ce trek, je n’aurais jamais voulu que cela se produise. Alors oui, j’étais inquiet, et j’étais comme tout aussi stressé que lui si ce n’est plus. Etrangement. Je lui avais même donné le conseil de bien s’accrocher. Le pont vacillait légèrement. Pour cette raison je décidai d’attendre que Micah ait terminé de le traverser. Je fus conforté dans ma décision en voyant une planche succombée sous le poids de Micah. « Micah !!! » Il n’avait rien. Je soufflai intensément. Tout va bien. Il va bien. Enfin... Il n’est pas tombé. J’aurais préféré passer le premier, j’aurais été moins angoissé bizarrement. « Non sans blague ! » Et en plus il se fout de moi ! Ce con fait des blagues. Il est sur un pont suspendu à dix mètre de haut, et il fait des blagues... Il est fou. Juste fou. Et moi je râle ! « Hey !!! Déjà, je ne suis pas gros ! Ensuite, fais pas ton malin ou je déboule sur le pont pour te mettre ta raclée ! » Et s’il m’énerve trop, j’en serais capable quitte à nous tuer tous les deux.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Ven 30 Aoû - 15:51

    « Oh, pas matheux pour un sou, Sacha ? »

    Le jeune homme ne put dissimuler un sourire. Oh, c'était compréhensible, quand on n'aimait pas les maths, quand on n'y comprenait rien, malheureusement, cela devenait vite une sorte de kryptonite. Mais Micah avait un esprit logique. Il agissait en fonction de données. Rarement à l'instinct. Sacha devait être tout son contraire à ce sujet, sans doute prompt à se fier à son instinct. Mais tout en discutant, et chemin faisant, ils se retrouvèrent bien vite devant un pont de cordes. Au dessus d'un... et bien d'un ravin tiens ! Avec un cours d'eau en bas. Comme dans les films dis donc. Merci Sacha de porter ainsi la poisse. Le fait était qu'ils ne pouvaient pas vraiment perdre de temps à contourner, ignorant totalement combien de temps cela leur prendrait et surtout, si cela était possible. Alors quoi ? Traverser ? Oui, c'était sans doute la meilleure chose à faire et le terre à terre Micah se lança le premier. Il n'était pas un aventurier, il n'était pas téméraire, mais les conditions se prêtaient à se prendre au jeu, même si la chute, si chute il y avait, elle, ne serait pas vraiment amusantes. Il n'y avait pas de filet en bas, pas de garde fou... Mais bon, si le pont existait, c'est qu'il était utilisé, non ? Il n'y avait aucun panneau indiquant qu'il était en train de se décomposer sur place.

    Micah décida de faire confiance à ces données inexistantes et à sa logique pour se lancer sur le pont. Cela avait un petit air d'Indiana Jones, non ? Sacha semblait nettement plus frileux pour le coup. Étonnant, il l'aurait pensé un peu plus téméraire que lui. A moins qu'il ne fasse preuve de davantage de bon sens ? C'est vrai que là, c'était du haut niveau. Est-ce que c'était plus amusant dans les films ? Le prudent Micah se voyait bien tenter l'aventure finalement, y prenant goût alors qu'un frisson d'excitation lui parcourait l'échine.

    « J'pense que tu testeras si tu deviens un acteur reconnu. »

    Et oui, il savait ce que Sacha faisait de sa vie, par Lana bien sûr. S'il n'était pas au fait de toutes les frasques et la vie intime du jeune homme, il savait deux trois petites choses, qui n'avaient rien de secrètes d'ailleurs.

    « De toutes façons, on n'a pas vraiment le choix. T'as pas un fouet avec toi ? »

    Il lança un sourire à Sacha, affectant beaucoup plus d'assurance qu'il n'en éprouvait, mais se lançant quand même dans l'aventure. Il entendit le jeune homme lui conseiller de bien se tenir.

    « Merci du conseil, c'est vrai que là, j'avais envie de la jouer sans les mains ! »

    Malgré l'ironie, la voix était un peu moins assurée que sur la terre ferme, vous pensez bien. Et il serrait plus que convulsivement les cordes entre ses doigts, en ayant même mal aux mains dont les jointures étaient blanches. Il la jouait léger, titillant Sacha, mais notant quand même que le jeune acteur était nerveux pour lui, voire tendu et inquiet. Il préférait ne pas faire d'excès de sentimentalisme pour le moment. Après oui, il pourrait décompresser, mais là, il était concentré. Et cela ne l'empêcha pas de sentir une planche pourrie céder sous son poids, le forçant à se cramponner davantage encore, le cœur battant, alors que Sacha criait son nom, tout aussi surpris et affolé par cet incident. Micha reprit sa respiration, se forçant à respirer calmement et à se montrer objectif. Il se permit alors une petite pique pour Sacha, prouvant que ça allait bien et faisant enrager son compagnon d'infortune.

    « Parce que tu crois que c'est toi qui gagnerais ? »

    Micah lui tira la langue, comme un gamin malicieux. C'était peut-être le retour à la nature et la situation surnaturelle, ou juste en écho à la façon dont Sacha se comportait, mais, étrangement, il se sentait plus léger. La première fois depuis fin décembre. Malgré sa vie dans la balance.

    « Non, t'es clairement pas gros. »

    Plutôt fin le garçon. Mais finalement, Micah et lui étaient plus ou moins de la même corpulence.

    « Mais déconne pas, j'ai pas envie de mourir maintenant. J'te propose de régler ça quand on sera tous les deux de l'autre côté ! »

    Allez, on s'y remet. Il avança prudemment, ayant l'impression que cela durait des heures et des heures, qu'il était aussi rapide qu'un escargot, mais bon sang, quand il mit le pied sur l'herbe de l'autre côté, il sauta presque à terre, avant de se permettre un petit geste enthousiaste.

    « Yes ! I did it !»

    Pouaaah le soulagement de rejoindre le plancher des vaches ! Il se retourna alors vers l'autre côté avant de crier vers Sacha :

    « Allez, je suis vivant, faut que tu me lattes, alors viens. Mais sois prudent. »

    C'était bien de déconner, mais il ne fallait pas tout précipiter quand même au risque qu'il ne tombe. Il ne pourrait sans doute pas vivre avec ça.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Ven 13 Sep - 19:28

Je grimaçai, ravalant ma salive suite à la question de Micah. « Non, j’ai horreur des chiffres. » J’ai horreur des gens qui râlent tout le temps, tout comme ceux qui manquent de respect et j’ai horreur des mathématiques. Certains s’amusent à faire des probabilités, à compter, à résoudre des équations... Personnellement, une pièce me suffit. Pile égale option A. Face égale option B. Dès qu’il était question de chiffres, de longueurs, de calculs, mon allergie s’enclenchait. Mais là, je n’avais pas besoin de faire appel au hasard – encore que je suis sûr que Micah trouverait une explication rationnelle à ce que la pièce tombe d’un côté plutôt que de l’autre. Il nous suffisait de passer sur un pont et d’atteindre l’autre côté.

Brave garçon, Micah s’était élancé le premier, se permettant même quelques boutades sur la situation. Son excès de confiance me surprit, moi qui avais une image plutôt négative de lui. Image dont la tendance s’inversait progressivement. Il me dit que j’aurai l’occasion de retenter si je devenais célèbre. Encore faut-il que je réussisse ce pari... Je débutais plutôt bien professionnellement, avec une série qui devrait être lancé sur les écrans en juillet. Avant de poser un pied sur les pauvres planches en bois qui, je l’espérais, le maintiendrait en vie, Micah me demanda un fouet à l’image de l’un des personnages les plus aventuriers de tous les temps : Indiana Jones. Pourtant, le mot fouet m’évoquait bien d’autres choses. « Pourquoi Micachu, tu as de nouveaux projets pour ce soir ? » Répondis-je malicieusement. Je n’avais rien contre une séance bondage cette nuit sous la tente. Je n’ai peur de rien. Et certainement pas d’un pont ! Bon peut-être légèrement.

Le voici parti. J’ai les intestins noués pour lui. Il aurait été un ami, jamais je ne l’aurais laissé passer devant. Dans le pire des cas, on aurait tiré à pile ou face. Mais Micah avait pris les choses en mains. Même si, comme il me le dit de façon ironique, mon conseil était si évident qu’il en était inutile, je n’avais pu m’empêcher de lui crier mon appréhension. Il aurait fallu que j’éprouve une haine sans pareil pour lui souhaiter la mort. Une haine que je n’ai éprouvée qu’une seule fois dans ma vie et qui n’était étrangement pas la mienne. Le résultat fut celui que j’ai toujours prédit. La mort. Une mort qui planait sur Micah alors que l’une des planches céda. Je m’essoufflai alors après avoir hurlé derrière lui. L’espace de quelques secondes son sourire avait complètement disparu. Finalement, je préférais lorsqu’il faisait le clown, il me rassurait. Un état d'esprit que Micah reprit rapidement. Il me cherchait des noises celui-là. Je me rapprochai du pont voyant que celui-ci était bien plus fragile encore que je ne l’avais estimé. Micah continuait de me taquiner me faisant comprendre qu’il était plus fort que moi. Puis, il revint sur sa parole admettant que j’étais bien foutu – ou quelque chose qui s’en rapprochait. Pour la bagarre, Micah négocia de régler l’affaire une fois que nous serions sur la terre ferme. Bien vu, j’étais dans la même optique.

Après cette petite frousse, il reprit son chemin avançant avec sagesse jusqu’à ce qu’il y parvienne. Le voilà en sécurité. Je fus profondément soulagé et la peur se fit moins grande même en sachant que mon tour était venu. Pour me motiver, mon binôme savait s’y prendre. Je soufflai d’un coup sec, fort et je m’aventurai sur ce pont. Je zieutai le bas et continuai en toute tranquillité. Finalement ce n’était pas si terrible. Micah avait assuré le chemin. C’est limite si j’avais envie de gambader.

Me voilà à destination avec un grand sourire en prime. En espérant énerver Micah devant cette facilité qui m’avait été donnée. « Allez, sois pas dégoûté, la prochaine fois c’est moi qui passe le premier. » Si prochaine fois il y a. Chose qui n’arriva pas car après de nouvelles heures de marche et de conversation, je décidai de m’arrêter. « C’est un bel emplacement pour camper, ça te convient ? » Un terrain assez dégagé dans la forêt, ce n’était pas donné. Nous pouvions aisément faire notre feu de camp et placé notre tente. La nuit tomberait rapidement, il fallait nous hâter. « Alors Micachu, tu préfères monter la tente ou chercher le bois ? » S’il n’avait aucune expérience du camping, il serait logique qu’il choisisse le bois. Mais peut-être que Micah souhaitait apprendre. Cette idée me fit sourire. « Non en fait, je vais te laisser la tente. A toute à l’heure ! » Et sans qu’il ne puisse répondre quoi que ce soit pour me faire revenir, je m’éclipsai d’un pas rapide.

Non seulement savoir Micah en galère me ravissait mais en plus, je profitai de ce moment d’intimité pour faire le point. Faire un point sur ma rencontre avec Elias. Une rencontre qui bouleversera absolument toute ma famille. Je n’étais plus un Kwon et je ne serai jamais un Climber. J’étais un bâtard, résultat d’un préservatif craqué et d’une cuite. D’une pseudo-passion mêlant la connerie de ma mère à la manipulation d’un être abject. Je le détestais. Toute ma vie n’avait était qu’un mensonge. Cette pensée fit grimper follement une rage et je ne m’attardai pas pour briser un bout de bois avec mes mains. « Calme-toi Sacha. » Je ne suis pas très doué lorsqu’il s’agit de me tempérer. J’essayai juste de ne pas utiliser ma force. Elias avait pensé bien faire... J’étais d’accord avec lui... Mais est-ce que je le suis toujours ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Ven 27 Sep - 16:08

    « Les chiffres, la kryptonite de Sacha, c'est bon à savoir ! »

    Le jeune homme se permit un petit rire. Il ne se moquait pas vraiment du jeune acteur, du moins pas sérieusement. Chacun son truc. Micah serait incapable de se mettre en scène devant du monde. Il n'était pas timide, mais il n'aimait pas spécialement attirer l'attention de façon aussi poussée. Même s'il paraissait arrogant et sûr de lui, il ne passait pas son temps à se regarder dans un miroir et n'était ni narcissique, ni vaniteux. Il connaissait ses forces, son intelligence et il en jouait, mais même s'il plaisait aux filles physiquement, il n'en était pas encore au point d'adorer se voir en photo ou sur un film. Et s'il était capable de retenir des formules complexes, pour les textes, c'était une autre paire de manche. Il n'était pas bon en orthographe, souffrant de dyslexie et il ne s'était jamais intéressé à la littérature.

    Par contre, il était plutôt cinéphile et même sans aimer le cinéma, qui n'avait pas vu Indiana Jones ? Qui n'aurait pas pensé à ce film en voyant cette forêt, ce ravin, cette rivière en bas et se pont à la con ? Il plaisanta à ce sujet et Sacha ne loupa pas l'occasion de dévier vers un sujet moins aventureux et plus intime. Quoique, pour Micah, si, ce serait du domaine de l'aventure que de tenter ce genre d'expérience, mais il n'était pas très motivé pour cela, soyons honnête.

    « Rester en vie, ça me paraît déjà bien. Et le côté obscur de la force ne m'attire pas. »

    Il lança un sourire malicieux à Sacha, avant de retourner à ses moutons. Il se surprit lui-même à se lancer sur cette satanée passerelle ou ce pont de singe pour être un peu plus précis. Non sans quelques petites frayeurs. Faut avouer qu'il se sentit drôlement rassuré quand il se retrouva de l'autre côté. C'était plus facile de crâner sur la terre ferme. Sacha se lança à son tour après avoir râlé après Micah pour son inconscience. Il avançait plus vite et avec moins d'appréhension. Ben c'était normal en même temps, Micah avait ouvert la route, prouvant que le mont était relativement solide et en bon état. Pff, il pouvait bien afficher un grand sourire.

    « Ça marche. Crâneur. »

    Ils reprirent donc leur petit périple ennuyeux. Malheureusement aucun pont ne revint leur barrer la route. Micah ne pourrait pas rendre la monnaie de sa pièce au jeune acteur. Flûte. Même si, en toute objectivité, il n'avait pas envie de recommencer. Se retrouver suspendu à plusieurs dizaines de mètres du sol sans sécurité, très peu pour lui. Finalement, Sacha rompit le silence morne qui s'était installé pour décider d'un endroit où camper. Franchement, Micah n'avait aucune idée de ce qui faisait ou non un bel emplacement. Il y avait de la place, un terrain assez plat.

    « Je suppose que oui. »

    Après, fallait juste espérer ne pas être sur le territoire d'une bête aussi dangereuse que pas sympathique, mais ils n'avaient aucun moyen de le savoir. Sérieusement, il n'allait pas pouvoir dormir en étant aussi proche de la nature et des bestioles du coin. Un royaume pour des murs solides et une porte... Mais il n'allait pas se plaindre et passer pour une lavette. Sacha lui demanda s'il préférait monter la tente ou chercher le bois, mais avant qu'il ai pu répondre, Sacha prit le ramassage du bois.

    « Eh non, Sacha attends ! Putain, fais chier ! »

    Même pas le temps de discuter... Micah souffla bruyamment, avant de déballer la tente. Misère, comment il allait s'en sortir ? Il n'avait aucune idée de comment s'y prendre ni par où commencer. Ils auraient pas pu prendre une tente qu'on jette et qui se déplie toute seule, hein ? Ben non ! Fallait la bonne vieille tente avec des tiges en fer qu'il fallait arrimer au sol. La galère. Le jeune homme pesta, déballant tout pour avoir une vue d'ensemble, avant de se risquer à un début de montage. Qui s'avéra peu fructueux. Micah pesta un moment, avant de comprendre un peu le système. Merde alors, avec son esprit pratique et mathématique, ce n'était quand même pas une fichue tente qui allait le mettre en échec. C'était qui le patron ?

    « Alors, c'est qui le patron ? C'est qui le patron ? C'est moi le patron ! »

    Rien ne valait l'autopersuasion. Il commença à enfoncer les tiges dans le sol avec le maillet, non sans riper et s'écraser le doigt au passage, lâchant une nouvelle salve de jurons bien sonores. En plus, il commençait à faire vraiment sombre là. Le pouce dans sa bouche pour atténuer la douleur, il se redressa.

    « Sacha, qu'est-ce que tu fous avec le bois ? OHE ?! »

    Non pas qu'il commence à baliser... mais si en fait. Il entendit un hululement qui le fit sursauter. Voilà, il était seul, il faisait sombre, il commençait à flipper et à imaginer n'importe quoi.

    « Sacha, ramène tes fesses ! »

    S'éloigner du camp était sûrement une mauvaise idée. Il sortit un briquet de sa poche et l'alluma pour s'éclairer un peu. Sacha était parti par là... Mais s'il revenait d'un autre côté, il risquait de se perdre en le cherchant.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Mar 8 Oct - 19:54

C’est avec un sourire satisfait que je me débarrassai vite fait de cette épreuve à risque. Micah avait eu des sueurs froides, je ne comprends toujours pas pourquoi. Ce fut même plutôt simple. Petit joueur. J’avais bien envie de le taquiner, ah ça, pour sûr, Lana en entendra parler de son trouillard de frère ! En vérité Micah s’était comporté avec beaucoup de courage et d’aplomb. S’il est sage ce soir, je lui vanterai sûrement quelques qualités auprès de sa sœur.

Après quoi, nous avons marché des heures durant sans jamais regarder derrière nous. J’insistai auprès de chaque arbre pour y laisser des marques. Puis, j’aperçus un coin assez dégagé pour nous installer. Micah tombait d’accord avec moi, il suffit ainsi plus qu’à s’organiser en nous répartissant les tâches pour camper dans de bonnes conditions. Naturellement, je laissai à mon équipier toute la joie de construire notre modeste habitation tandis que je m’occuperai du bois. Pour une fois, et en tout sincérité, il n’était pas question de faire mon emmerdeur. J’enchaînais les surprises – mauvaises ou bonnes, ça, je suis incapable de le dire – et à aucun moment je n’avais eu le temps de prendre du recul sur ma vie et sur mes relations. Alors, même si je ne disposais que de cinq minutes, j’en avais besoin. Faire une mise au point devant Micah était exclue, je n’avais donc plus qu’à profiter de cette intimité que je m’étais octroyé. Micah rouspéta et je disposai, je le pensais assez débrouillard pour enclencher trois baguettes et planter la tante. Mais bon, ça reste Micah, il est plus intellectuel que manuel. Encore que le garçon puisse s’avérer plein de ressources et que je ne suis pas à l’abri qu’il me réserve de nouvelles surprises.

Elias. Il était ma principale source de contrariétés. Un coup de fil, une rencontre, une vie qui change. J’ai toujours pensé que ça n’arrivait que par amour. Finalement non. Rien n’est fixe, tout peut changer. Est-ce qu’il disait vrai ? Pour quelle(s) raison(s) me mentirait-il ? Ne devrais-je pas lui demander une preuve plus sure ? Qu’est-ce que je dois faire ? Est-ce que je dois chercher à le revoir ? Est-ce que je dois le dire à ma famille ? Comment est-ce possible ? Pourquoi ma mère a-t-elle fait ça ? Pourquoi avoir caché ce secret ? Tant de questions qui m’empêchaient d’avancer, de faire un choix. Le mieux était sans doute de continuer comme si de rien n’était. Mais mentir ? Je peux jouer la comédie mais passer ma vie à faire semblant d’être quelqu’un d’autre auprès de ceux que j’aime, ça allait au-delà de mes possibilités. Tout ce qu’il me faut au fond, c’est la certitude d’être le rejeton de monsieur Climber. En attendant, je devais me rapprocher d’Elias, lui seul pourrait m’aider.

Et je réfléchissais sans jamais trouver réponse. Je m’énervais sans trouver de solution. Et de toute façon, je n’étais pas certain qu’elles existent. Je ne regardais pas ce que je faisais, amassant des branches sans me méfier de ce que mes mains frôlaient. Je fus interrompu par le cri de mon pokémon. L’espace de quelques secondes, je restai fixe, les yeux rivés sur le bas-côté comme si je suppliais n’importe quelle religion de m’accorder quelques minutes de plus. Micah ne le souhaita pas. J’ignorais combien de temps je l’avais abandonné mais celui-ci s’impatientait et je ne voulais pas que mon tamagotchi meurt. Je répondis donc à mon devoir et regagnai mon territoire.

L’air de rien, j’arrivai avec le plus charmant des sourires. « Tu sais, je ne crois pas que hurler en pleine forêt alors que la nuit commence à tomber soit une bonne idée. Tu pourrais attirer de vilaines bêtes... » J’oubliais tout. Je n’avais qu’à tenir quelques heures et demain matin je serai libéré de Micah. Chacun continuera sa vie comme si ce trek n’avait pas eu lieu. « Désolé, je n’ai pas vu le temps passé. » Et j’étais préoccupé. Cependant, j’avais ramené des bouts de bois fiables, épais qui nous permettront d’être bien un temps. J’avais pris un tronc assez imposant sous un bras et une trentaine de brindilles de différents calibres. Je posai tout à terre et mon visage se tourna vers la tante. « Woah ! » M’extasiai-je alors. « Tu t’es découvert un talent caché mon Micachu. » Question ? Affirmation ? A lui de voir mais j’entrevoyais un fort potentiel chez lui. Il ferait sans doute un bon scout. Une bonne capacité physique et surtout des méninges, de la réflexion, il pourrait être le chef des écureuils – à savoir que je n’ai aucune idée de l’organigramme des scouts, j’ai juste décidé qu’il rejoindrait le groupe des écureuils. « Je te fais confiance, je ne vérifie pas ? » Là encore, je lui laissais la chance de faire le choix. La tante était montée, certes, est-ce qu’elle était stable, bien fixée ? ...

Et maintenant ? « Si tu as froid, je peux faire le feu. J’irai rechercher du bois s’il en manque. » Je pouvais en prendre soin, il avait quand même traversé le pont en premier conscient des risques qu’il prenait. S’il avait su faire l’effort de me protéger, je devais bien lui rendre la pareille encore que ce ne soit pas de la même façon. Je n’aimais pas vraiment être redevable, j’avais une fierté haut placée et je n’avais rien demandé mais quelque part, j’avais envie d’être plus attentionné à son égard. J’estimai que Micah avait assez fait pour aujourd’hui. Il méritait du repos. Contrairement à moi, c’était sa première expérience en forêt. Nous n’avions pas la même capacité à s’adapter à ce milieu alors il était temps d’inverser les rôles et que je prenne les choses en mains.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Mar 29 Oct - 10:45

    Petit con va ! Sacha se pointait l'air de rien après avoir disparu sans laisser de traces pendant un bon moment ! Non pas que Micah ai eu peur mais... Bon, OK, étant donné son expérience très limitée concernant le camping et la survie en forêt, il s'était demandé si Sacha ne s'était pas fait dévorer par un ours. Ou un raton laveur. Il ne fallait rien sous estimer ! Et puis, avec la nuit qui tombait, il avait l'impression que tous les bruits de la forêt étaient amplifiés et ça, c'était franchement flippant. Alors ouais, il avait sans doute eu une petite crise de panique, rien de bien méchant, mais même s'il avait envie de balancer un truc dans la tronche de Sacha pour effacer son sourire, il était aussi soudainement soulagé de ne plus être seul dans cet environnement hostile.

    « J'pense pas que les vilaines bêtes aient besoin de m'entendre pour se diriger ici. »

    Elles pouvaient les repérer à l'odorat. Soit en les sentant eux, soit en sentant la nourriture. Mais bon, suffisait de faire un feu pour déjà s'assurer que 90% des bestioles ne s'approcheraient pas non ? Les animaux avaient peur du feu. Enfin c'était le cas dans les bouquins et les films, en réalité, Micah n'avait jamais tenté l'expérience. Sacha s'excusa quand même d'avoir disparu si longtemps, permettant ainsi au jeune homme de se détendre légèrement.

    « OK. »

    Micah n'allait pas ajouter qu'il avait l'impression que cela faisait des heures qu'il était seul avec cette saleté de tente à monter. En fait, pendant qu'il la montait, cela était passé relativement vite alors qu'il s'énervait. Pourquoi est-ce qu'il n'y avait pas de mode d'emploi ? Il avait du tout déballer et analyser les éléments, faire quelques essais, avant de deviner quelle baguette allait dans quel segment de toile et pouvoir faire quelque chose de correct. Après, mieux valait espérer qu'il n'y aurait pas une tempête, parce qu'il ne jurait pas que ça tiendrait le coup. Il jeta un regard au bois ramassé par Sacha, se disant qu'il devait lui faire confiance pour avoir prit ce qu'il fallait pour faire un feu conséquent mais qui n'allait pas échapper à leur contrôle, ou s'éteindre. Sacha avisa alors la tente et félicita son partenaire du moment.

    « Ouais, même si je ne pense pas m'en servir souvent. Et je n'irais pas jusqu'à dire que c'était inné. »

    Autant l'avouer, il en avait chié quand même. A la question de Sacha, il eut une mine un peu perplexe. Lui laisser le soin de vérifier et s'éviter ainsi des soucis, au risque de passer pour un blaireau ou jouer le gars sûr de lui, quitte à ce que ça s'effondre dans la nuit et là aussi, passer pour un blaireau ? Entre les deux, sont cœur balança.

    « Jette un coup d’œil quand même, je préfère éviter de la prendre sur la gueule dans la nuit. »

    Pas facile de faire taire son ego pour le coup, mais franchement, qu'avait-il à prouver à Sacha ? Rien. Ce dernier demanda alors s'il fallait faire le feu au cas où Micah aurait eu froid. Certes, ça se rafraîchissait, mais en réalité, il préférait la lumière du feu à sa chaleur en cet instant.

    « Ouais j'veux bien. Suis curieux de savoir comment on fait. Faut faire un cercle avec des pierres tout ça ou c'est des conneries de films ? »

    Pis bon, Sacha devait avoir un briquet, pas besoin de s'éclater à frotter deux morceaux de bois l'un contre l'autre ou tenter de faire des étincelles avec des pierres quand même. Ils n'étaient pas non plus des Cro-Magnons, ils avaient un minimum d'équipement. Cependant, il notait que Sacha était beaucoup moins cassant avec lui. Se pourrait-il qu'ils commencent à s'apprécier ? Peut-être pas, mais au moins, ils se toléraient. Chacun faisait des efforts. Sacha pour être aimable, Micah pour ne pas être l'éternel boulet de service.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Lun 4 Nov - 0:20

J’ai rejoint Micah. Il était seul, la nuit nous saluait. Il fallait que quelqu’un s’en occupe sinon il allait déprimer. J’ai pensé qu’il me haïrait de m’être absenté pour une durée plus longue que prévue. Et en même temps, il m’adorait parce que je savais comment survivre en forêt. Lorsque j’aperçus cette tente parfaitement construite, je me dis que Micah aurait eu assez de ressources pour faire ce trek seul. C’est clair, il venait de mettre une sacrée rouste au binoclard de son enfance. Je lui proposai tout de même de vérifier. Personnellement, j’aurais pu dormir dans notre petite loge sans crainte, sans vérifier contrairement à Micah qui préféra l’avis d’un scout plus expérimenté. Je fis le tour de notre abri tapotant à quelques endroits. « Tout est ok. Tu as assuré. » Le félicitai-je spontanément.

C’était tellement plus agréable cette relation avec lui. Je n’étais toujours pas d’accord avec ce comportement que je trouvais lâche. Certes ça lui permettait d’être en bon terme avec son équipe et je savais que trop bien à quel point c’était important. Milo... C’était tout ou rien. Mais aujourd’hui c’était différent et le regard que nous nous étions lancés avant que l’épreuve ne débute était significatif de notre rapport. Il avait gardé son expression neutre, presque froide, mais j’avais perçu son inquiétude, sa crainte. Crainte que j’avais tenté d’adoucir avec un regard déterminé. Depuis un mois, je le forçais à sortir avec moi. Il n’avait pas énormément de volonté, surtout lorsqu’il s’agissait de parler de sa vie et il y avait certaines ombres qu’il refusait de me laisser éclaircir ce que je pouvais parfaitement entendre.  Là où il était bavard, c’était sur son métier par exemple. C’était un passionné. Et j’aimais ça. Je n’ai pas toujours tout écouté, c’était trop d’endurance pour moi.

Pour en revenir à mon Micachu, je lui avais proposé de faire le feu. Je serais prêt à parier qu’il était frileux ! Au vu de sa physionomie, je comprenais, il n’avait rien pour lui tenir chaud. Aucune graisse. Que ce soit pour cette raison ou non, Micah me demanda de faire naître cette chaleur. « Non, c’est bien une astuce. Ils te permettent de coincer le bois et d’éviter la propagation du feu. » Je me tournai vers le bois puis m’aspirai mes lèvres, embêté, en m’apercevant de nos manques. « Evidemment il n’y a aucune pierre. On va se contenter de faire un cercle qui délimitera le feu en dégageant les feuilles. Je surveillerai. » Les rochers placés autour m’auraient permis de pouvoir aller dormir sans penser à la possibilité d’un incendie. J’aimerais autant que possible ne pas mourir brûlé cette nuit. Nous avions survécu au pont, il serait idiot d’y passer alors que nous pensions avoir échappé au pire. Les genoux pliés, je m’attelai alors à former un cercle de terre assez large pour éloigner les végétaux du brasier que j’avais pour intention de créer. Puis j’y déposai un bon nombre de brindilles de bois et des troncs quelque peu plus gros en-dessous. A cela, j’ajoutai quelques feuilles pour faire vivre le feu jusqu’à ce que le bois se consume de lui-même. Ce n’était pas une tâche facile. Il fallait suivre chaque orientation des flammèches, s’assurer que l’intensité ne diminuait pas. J’étais concentré sur ma tâche, avoir un briquet était un véritable bonus mais ça ne faisait pas tout. Ca demandait aussi de l’habilité et surtout de la patience. Soudainement, une flamme plus grosse jaillit. « Là, voilà... »

Nous étions installés, nous n’avions pu qu’à attendre demain. Je m’assis, mon regard s’intéressant de prêt aux flammes. Nous pouvions manger et discuter. Nous pouvions rester aussi chacun dans notre coin. Involontairement, je me dirigeais vers cette option. J’étais pensif. Ce trek, les entraîneurs, mes camarades, l’équipe de basket, Micah... Nous n’étions pas les mêmes qu’au début. Est-ce que ça avait fonctionné ? A partir de quel moment exactement ? Est-ce qu’il avait simplement fallu faire des efforts pour changer ? Et plongé dans ma réflexion, je prononçai ces quelques mots sans vraiment m’en rendre compte. « Tu crois vraiment que tes coéquipiers me détestent uniquement parce que je suis gay ? » Comment pourrai-je faire des efforts là-dessus ? Je pouvais moins l’affirmer, éviter de draguer le premier sportif aussi... Mais est-ce que je devais changer ma nature pour être accepter ? Est-ce que la norme avait le droit de décider pour moi ? Est-ce que cette haine n’était pas le fruit de leur ignorance ? Peut-être d’une peur irrationnelle ? Qu’est-ce qu’il voyait en me regardant ? Un PD ? Un joli jeune homme ? Un joueur de volley ? Il semblait que mon orientation sexuelle avait la priorité sur mon identité. Et pourtant, tout comme eux, j’estimais que les femmes ne devraient pas conduire, parfois je me curais le nez discrètement, je m’affalai sur le canapé, ma main plongée dans mon boxer et regardai un match de baseball à la télévision avec une bière à la main...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Dim 1 Déc - 17:47

    Allez, il fallait se reprendre. Franchement, après coup et alors que Sacha était revenu, il se trouvait passablement idiot d'avoir paniqué parce qu'il s'était retrouvé seul et dans le noir. C'étaient des peurs de gamin ça... A sa décharge, il n'était pas spécialement habitué à faire de la rando en solitaire dans une forêt totalement inconnue. Il aurait du se renseigner sur ce qu'il y avait comme bestioles dans le coin. A moins que l'ignorance ne lui évite quelques angoisses en sachant EXACTEMENT ce qui pouvait rôder autour du campement. De toute évidence, il n'allait pas passer une très bonne nuit, il se sentait trop vulnérable. Mais où était passée son goût de l'aventure, hein ? S'il l'avait eu un jour, c'était quand il était gamin. Depuis, il avait grandi, dans un univers aseptisé et protégé. Son truc, c'était la théorie et les labos. Son âme d'aventurier était endormie. Elle s'était réveillée sur le pont avant de se rendormir dans le noir. Il avait monté le tente, du mieux qu'il pouvait et non sans avoir eu quelques petits soucis au départ en se demandant où allaient les baguettes et dans quel sens tout ceci allait. Quand Sacha demanda si tout était OK, Micah ne poussa pas le vice jusqu'à assurer que oui et pria humblement Sacha de jeter un coup d'oeil. Cela dit, il eut un petit sourire de fierté quand le jeune homme le félicita.

    « Merci. »

    La hache de guerre était plutôt enterrée maintenant. Il subsistait des doutes et des rancœurs, mais au delà de tout cela, ils apprenaient à se comprendre. A passer outre leurs préjugés et la mauvaise image de l'autre. Quand ils bossaient ensemble, ils étaient bons. Et Micah se prenait à apprécier Sacha. A comprendre pourquoi Lana l'adorait, d'une certaine manière. Sacha n'était pas une grande folle avec des manières énervantes. C'était un truc que Micah n'aurait sans doute pas supporté. Quand le volleyeur demanda s'il souhaitait faire le feu, il préféra laisser la main, parce que sur le coup, sans aucune expérience, il doutait de s'en sortir aussi bien qu'une tente à monter. Ce qu'il savait, il le tirait des films et il savait que ce n'était pas une source très fiable, même si, apparemment, le cercle de pierres pour délimiter le feu, c'était véridique. Sauf que pas de pierres... Pas de pierres. Ils allaient devoir faire autrement.

    Sacha se mit alors à faire le feu, sous le regard curieux et intéressé de Micah qui n'en perdait pas une miette. C'était comme regarder un mec qui faisait de la survie dans un coin paumé du monde et vous montrait comment faire. Là, c'était encore mieux, c'était en direct, même si Sacha n'avait pas trop le profil du survivor typique. Micah nota la technique dans un coin de son esprit. Cela ne lui resservirait sans doute jamais, mais bon, ça faisait un bonus pour sa culture générale.

    « Génial ! Même si ça aurait été encore plus impressionnant en frottant deux bouts de bois. »

    Il adressa un sourire goguenard à Sacha. Bon, fallait pas pousser, même les pros avaient du mal à le faire, il ne fallait pas trop en demander non plus. C'était déjà bien un bon feu et Micah s'installa près du foyer, sentant les flammes chauffer l'air. Et lui avec. Il observait le feu, comme hypnotisé. Franchement, il était crevé par cette journée riche en émotions et par ces kilomètres à crapahuter dans la forêt. La chaleur, le silence, cela le berçait. Mais la voix de Sacha le ramena à la réalité, alors qu'il posait une question qui avait de quoi mettre Micah mal à l'aise. Et pourtant, c'était un sujet de fond, un sujet sensible...

    « Détester est un bien grand mot... C'est pas de la haine, juste de l'incompréhension... Tu sais, la plupart sont dans un âge où justement, il faut s'affirmer en tant qu'hommes... Et puis à 20 ans, on n'est pas forcément très intelligents. Être un homme, c'est collectionner les filles, c'est afficher un beau palmarès, c'est être viril... Alors se foutre de la gueule de ceux qui ne sont pas dans la norme... C'est un moyen de s'affirmer soi-même, de se donner de l'importance. Un connard commence, il attire les copains et par phénomène de groupe, on se sent fort à mépriser les « faibles ». Sans vouloir te vexer. »

    Micah n'était pas forcément fier de parler de cela. Son analyse n'était pas forcément juste, mais c'était son point de vue. Il se passa la main dans les cheveux, avant de se masser la nuque, trahissant son malaise.

    « Et puis, c'est pas évident d'être en présence d'un mec qui pourrait avoir des vues sur vous... Il y a toutes sortes de pensées qui vous traversent l'esprit... Je te laisse imaginer les blagues de mes coéquipiers quand on se retrouvera tous après ces deux jours... J'ai pas fini de me faire charrier. Ils ne sont pas méchants, ils sont idiots. Et je suppose que je ne vaux pas mieux en la fermant. Mais je n'ai pas vocation de défendre la veuve et l'orphelin. Ou le gay. »

    Il se tut, songeur. Sacha voulait une réponse, il en avait une. Il pensait déjà que Micah était un lâche de toutes façons. C'était confirmé désormais. Et, chose idiote, Micah attendait presque le jugement de Sacha en rentrant la tête dans les épaules, pas fier de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Jeu 2 Jan - 19:43

Le temps s’était écoulé plus vite que je ne l’aurais imaginé. Le trek fut moins pénible également. Nos entraîneurs nous avaient forcés à participer à cette activité. En temps normal, une activité se doit être ludique, stimulante, enthousiasmante mais dans ce cas c’était l’inverse. J’avais eu de l’appréhension sur la finalité de l’exercice alors que nos mentors paraissaient si surs d’eux. Et je commençais à comprendre pourquoi. S’il y avait une progression aussi importante chez les autres que dans notre binôme, je pouvais espérer un changement. Je ne leur demandais pas plus que de l’ignorance.

Dans l’attente du verdict, c’était un climat bien plus sain et détendu. Cela ressemblerait à une soirée entre deux potes. Chacun sa tâche, Micah avait construit la tente, j’avais fait le feu, nous étions donc installés comme de vrais princes. Des princes bas de gamme mais des petits princes quand même. Et maintenant, ils nous suffisaient plus qu’à faire la conversation, à dormir et demain après-midi nous serons chez nous. Engager la conversation fut très naturelle pour moi. Je n’avais pas eu à chercher bien loin en fait. Je remis sur le tapis mon homosexualité, non pas par envie de parler de ma personne mais car c’était la cause de notre présence dans ce monde sauvage. Plus précisément, c’était le manque d’ouverture d’esprit des basketteurs qui était à remettre en question. Et peut-être bien ma façon de me défendre. Je profitai de ce moment de pause et de sérénité pour recueillir l’avis mon compagnon. Micachu était dans le « camp ennemi » si l’on peut dire et il avait toujours adopté un comportement en retrait. Son regard sur la situation m’intéressait. Là-dessus je lui faisais confiance car il avait le recul nécessaire sur les évènements et jusqu’à maintenant il a fait preuve de justesse et bonne volonté.

Et je ne m’étais pas trompé. Il avait commencé par recadrer ma question en la peaufinant. Rien que le début démontrait qu’il était engagé dans ce qu’il pensait. Peut-être avait-il déjà réfléchi au sujet avant qu’il ne lui soit posé. A son niveau, il pâtissait également de ce conflit. Mon regard se perdait dans les baises mais mon écoute restait intacte. Selon Micachu, si ses équipiers se montraient si agressifs c’était pour plusieurs raisons. J’avais conscience de ce qu’il me rétorqua mais étrangement, ça me faisait du bien de l’entendre. Ça me calmait. Il y avait toutefois un aspect que je n’avais jamais envisagé c’était celui d’effet de groupe. Je me suis toujours battu contre l’équipe, comme s’il s’agissait d’un gang et cela sans obtenir de résultat. A aucun moment j’avais soupçonné un des membres être un leadeur et entraîner les autres dans un conflit qui ne les intéressait pas vraiment. Il est possible qu’individuellement ce soit de gentils garçons. Je ne dirai pas qu’ils sont victimes mais en un sens peut-être que si. Et alors, si je trouvais la source précise et que je l’éliminais – je pourrais demander à Remington de le faire ? – les basketteurs me laisseraient tranquille ? Il aurait fallu que je règle le problème avec un angle différent. Non plus de voir mes agresseurs comme une entité mais comme une hiérarchie dirigée par un gouverneur. Et si ce gouverneur tombe, tout s’arrête.

Micah continua. Il se caressa la nuque quelque peu embarrassé par ses pensées. Il n’était pas dans son élément. La sociologie, la psychologie, des phénomènes bien plus hasardeux que la logique des sciences et des chiffres. Mais Micah s’en sortait extrêmement bien. On pourrait penser que les scientifiques sont des débiles mais finalement ils ont bien une déduction ce n’est pas que du bluff ! Puis, Micachu finit par plaider sa cause. Encore que sa défense fut extrêmement légère. C’était honnête de me dire qu’il n’avait jamais pris ma défense simplement parce qu’il n’en avait pas le caractère. Grosso modo, il ne changera pas. Et il savait ce qui l’attendait une fois ce trek terminé. Je souris et c’était mauvais signe. Je pensai que si Micah devait se faire charrier, autant que ce soit pour un motif valable, qui s’est réellement passé. Ca aura beau être une boutade, j’avais compris qu’il préférait que je garde pour moi ce genre de blagues. « Je gagnerais beaucoup à avoir un ami aussi intelligent... » Concluais-je. Il ne partagerait sûrement pas mon avis, se disant qu’il vaut mieux être loin de moi pour ne pas devenir sujet aux moqueries. Et que pourrait-on penser de lui ? Micah, le coming-out ? J’allais lui épargner ça. Et j’imaginais bien Lana se moquer de cette mignonne petite scène.

Micah ayant bien fait son devoir, je n’allais pas poursuivre le débat. A quoi bon ? Cela n’avancera pas le casse-tête. Et puis, j’étais fatigué de me prendre la tête là-dessus. Je repliai mes genoux jusqu’à mon menton et encerclai mes jambes avec mes bras. Je ne quittai pas le feu des yeux. J’aurais aimé que Milo soit là. Je me demandais comment ce serait passé la soirée. J’aimerais être une petite bête pour pouvoir l’épier avec le basketteur. Il devait y avoir une ambiance au top là-bas. Je n’avais aucune idée de quel comportement il aurait. Calme, distant, froid, agressif, hautain, diplomate, rassurant... Ce qui serait terriblement sexy c’est qu’il en maltraite un. Juste pour moi. Comme un mafieux, dangereux et menaçant du genre : « si toi ou tes potes emmerdez de nouveau Sacha, je vous fais la peau. » Et moi, je suis sacrément dérangé pour m’enticher de ce genre de psychopathe. Mais le danger a toujours animé une vive excitation chez moi. Plus c'est tordu et plus ça me plaît. Enfin dans une certaine limite quand même...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Dim 12 Jan - 16:09

    Un bon feu, une atmosphère un peu intimiste et voilà comment deux ennemis se retrouvaient à sympathiser. Enfin, deux ennemis... C'était sans doute un peu exagéré. Il n'y avait pas de haine entre Micah et Sacha. Juste une sorte d'indifférence pour le premier et de la rancœur de la part du second. Au cours de ces quelques heures passées en compagnie l'un de l'autre, ils avaient compris qu'ils n'étaient pas vraiment ce qu'ils semblaient. Sacha n'était pas une grande folle efféminée. Micah n'était pas un homophobe affiché. Tous deux avaient été entraîné par les événements, par les autres. Sacha subissait, Micah cautionnait, sans s'en mêler. Mais ne pas agir revenait à approuver, non ? Dans un cas plus extrême, si certaines personnes avaient osé s'élever contre des idées extrémistes, bien des drames auraient pu être évités. Et si Micah ne pensait pas que Sacha risquait un jour d'être lapidé, il savait ce que pouvaient impliquer des brimades constantes. Cela fragilisait le psychisme.

    En vérité, si Micah pensait se moquer totalement du sort de Sacha, il devait avouer qu'il ne se pardonnerait pas un drame qu'il n'aurait pas pu empêcher par lâcheté. Sans compter que Lana ne lui pardonnerait pas davantage de perdre son meilleur ami. Le jeune homme n'avait pas mauvais fond, loin de là. Et Sacha lui apparaissait comme sympathique au fil des heures. Jusque devant ces confessions devant le feu. Pour le coup, Micah se livrait totalement, expliquant ses motivations et essayant de répondre au mieux à Sacha. Il n'avait plus ce petit air supérieur, plus cette arrogance morgue. Il semblait presque vulnérable à la lueur tremblante du feu, alors qu'il avouait sa propre lâcheté et sa faiblesse.

    C'était un risque après tout. Le risque d'être jugé par son vis à vis. Normalement, il n'aurait rien du en avoir à faire. En quoi l'opinion de Sacha lui importait-elle ? Et pourtant, passer pour un connard homophobe, ou une lopette lâche lui déplaisait fortement. Il garda le silence. Il attendait une sentence de la part de Sacha et releva la tête vers lui quand il lâcha qu'il gagnerait à avoir un ami aussi intelligent. Surpris, Micah l'observa, cherchant la raillerie ou l'ironie dans ses paroles. Il n'en décelait pas... Serait-il sincère ? C'était étrange. Il n'arrivait pas à déterminer les intentions de Sacha, ni ses pensées. Tiens, s'il devait avoir un super pouvoir, lire les pensées aurait été assez sympa de temps en temps. Même si ça devait vite prendre la tête. Et blesser quand cela vous concernait et que ce n'était pas en bien.

    Sacha se recroquevilla sur lui-même, le regard ailleurs, perdu dans ses pensées. Il n'y eut soudain plus un bruit entre les deux jeunes gens, sinon le crépitement du feu et les bruits nocturnes qui ne rassuraient pas Micah. Il n'allait pas fermer l’œil de la nuit.

    « A quoi servent les amis s'ils ne sont pas prêts à se battre quand l'un d'eux est en difficulté ? »

    Il laissait entendre qu'il n'était pas encore prêt à livrer ce combat, à totalement retourner sa veste. Mais rien dans sa voix ne laissait entrevoir que cette idée lui paraissait absurde. C'étaient juste les circonstances qui rendaient cela difficile. Micah avait son confort, il n'allait pas tout balancer pour une hypothétique amitié avec Sacha. Mais il pouvait aussi se montrer un peu moins passif et essayer de raisonner les autres. Avec subtilité et doigté. Il soupira profondément en fourrageant dans ses épais cheveux, les ébouriffant au passage.

    « Peut-être un jour... Je t'ai mal jugé. Ou du moins, je n'ai pas essayé d'en savoir davantage sur toi. Je suis désolé pour... ma passivité. »

    Il marqua un temps d'arrêt, avant d'ajouter avec un petit sourire :

    « Ce n'était pas une si mauvaise idée ce treck. Même si je ne vais pas fermer l’œil de la nuit. Et non, ce n'est pas à cause de ta grosse bête, au cas où tu te poserais la question. »

    Il eut un petit rire malicieux. L'atmosphère était un peu tendue après ces confidences, il avait besoin de lâcher un peu de pression là.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Ven 17 Jan - 18:35

Doucement, je comprenais ce que Lana appréciait chez son frère. Micah me rendait ce trek plus facile à vivre. Cela aurait dû être une épreuve d’endurance nous plongeant chacun dans une réflexion de remise en question. Il avait fallu une journée entière pour prendre conscience que notre seul ennemi c’était nous-même. J’aurais pu les ignorer ces types, ne pas répondre à leurs provocations ; mais j’aurais été contraint de luter trop difficilement contre ma nature. J’étais incapable de demeurer passif, fallait que je m’affirme, que je fasse bloc contre des valeurs que je n’admettais pas. Bref, la compétition et la rivalité étaient mises de côté. Nul doute qu’un sentiment de lassitude nous avait poussés à stopper nos querelles. Il n’en était rien ressorti et nous puisions donc inutilement dans notre énergie. Ce soir, c’était fini.

J’étais replié sur moi-même proche du feu de camp. Micah fit part de son avis après que je lui pose la question du pourquoi ses équipiers s’en prenaient-ils gratuitement à moi. Je terminais par comprendre que ce garçon était bien moins lâche qu’il n’y paraissait. Il avait affirmé son choix de ne pas agir. Ce n’était pas comme s’il n’y avait jamais réfléchi. Il avait conscience qu’il ne faisait peut-être pas le choix le plus juste ou en tout cas qu’il faisait preuve d’égoïsme. Je ne pouvais pas l’obliger à me défendre, déjà parce que je n’étais pas son ami, ensuite car il n’en tirerait aucune leçon. Je suis le premier à me préoccuper de mon intérêt. Cela ne m’empêchait guère d’être bienveillant envers mon prochain.

Il y eut cette séquence émotion provoquée par notre discussion. La fatigue devait me faire tourner la tête pour que j’en arrive à sympathiser et à lui faire une déclaration. Et ce fut mon tour d’entendre une gentillesse. Il s’excusa sans me dire qu’il regrettait. J’avais toujours pensé que ces deux notions ne pouvaient se distinguer l’une de l’autre mais Micah m’avait prouvé le contraire. J’aurais pu utiliser mon pouvoir et essayer de lire en lui. J’aurais pu savoir s’il était sincère et s’il connaissait la culpabilité. Mais je ne fis rien. Je ne maîtrisais pas assez mon don pour m’amuser avec. Je me contentais de lui faire confiance, ça ne devait pas être si compliqué. En y pensant, c’était tout de même difficile à concevoir. Il s’excusait de ne pas intervenir mais sous-entendait qu’il n’y changerait rien. Alors pourquoi est-ce qu’il se montrait désolé ? C’est qu’il me ferait tourner en bourrique le Micachu. Sale gosse.

Puis il déclara un sourire. Ce sourire que nous en avions en commun. Nous avions tous les deux un minois d’enfant, fin et expressif. Il me dit que cette randonnée n’était finalement pas une si mauvaise chose bien qu’il ne réussirait pas à dormir sereinement. Amusé, il précisa que je ne serais pas fautif de son insomnie. « Tant que tu ne la touches pas, elle est inoffensive. » Continuai-je sur le ton de la plaisanterie. Ma « bête » pour reprendre le mot employé par Micah, devenait bien plus agressive si l’on venait à s’intéresser à elle. Evitez les caresses et les flatteries et vous ne craignez rien. Ignorez-là, ne la provoquez pas et elle restera bien au chaud, au fond de son enclos. Si Micah et moi avions un point commun c’était bien celui d’autodérision et de faire d’une situation peut-être embarrassante un moment amusant. Je retrouvais ce même humour que je partageais avec Jeremy. J’imaginais très bien ce que pouvait donner une soirée tous les trois. On serait comme les power rangers.

Je chopai alors mon sac-à-dos pour sortir un sandwich, un paquet de chips et une bouteille d’eau. Autant dire un repas cinq étoiles au vu du contexte, très approprié aux circonstances. « Depuis que je fais de la randonnée, je n’ai jamais été attaqué. Mes frères m’ont toujours dit que les animaux craignent la présence de l’homme. » Ils n’attaquaient que s’ils se sentaient menacés. Les ours sont intéressés uniquement pas la nourriture, de même que les loups qui généralement préfèrent s’attaquer à des petits gibiers qui leur procurent le plaisir de chasser. Seuls les sangliers sont susceptibles de nous charger spontanément. « Crois-moi Micachu. Le seul drame qui peut t’arriver ce soir c’est d’être piqué par des moustiques. » J’entamai alors mon repas croquant à pleine bouche le sandwich.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Mer 5 Fév - 14:16

Un éclat de rire accueillit la réponse de Sacha. Micah n'était pas du genre à broyer du noir indéfiniment. Ni à s'épancher bien longtemps sur ses états d'âme. Et là, il avait eu son quota de séquence émotion pour les quinze prochains jours. Il n'aurait jamais pensé quand on lui avait annoncé ce trek stupide et que le nom de son compagnon d’infortune était sorti que cela se terminerait dans une atmosphère amicale, autour d'un feu de camp. Bon, la périple n'était pas encore fini, c'est vrai, mais il n'y avait, à priori, aucune raison, pour que les choses dégénèrent d'ici le lendemain et la fin de cette idée sadique. Il avait apprit à connaître Sacha davantage. Oh bien sûr, il en avait déjà eu des échos par Lana, sans qu'elle ne s'étende et ne lui fasse toute la liste des défauts et qualités de son ami homo. En plus, Micah n'écoutait pas spécialement.

« Bon, ça devrait aller alors. »

Il n'avait aucunement l'intention de toucher cette partie là de l'anatomie de Sacha, même si l'envie de pousser la plaisanterie le taraudait. Mais il tint sa langue à ce sujet. Il était un peu moins guindé, mais de là à être totalement à l'aise avec ce sujet, il y avait quand même un gouffre. Il n'était pas homophobe comme Sacha aurait pu le penser de prime abord, mais il n'était pas non plus super pote avec tous les homosexuels qu'il pouvait croiser. Tant qu'on ne l'emmerdait pas, il s'en fichait en fait. Mais si un mec se risquait à le draguer, Micah répondait avec agressivité, gêné.

Sacha trifouilla alors dans son sac pour sortir de quoi manger, rappelant alors à Micah qu'il était temps de se nourrir. Il l'imita alors, sortant ses propres provisions, quasiment identiques à celles de Sacha, hormis qu'il n'avait pas de chips mais des cacahuètes soufflées (OUI DES CURLYS). Son compagnon ajouta alors qu'il n'avait encore jamais été attaqué au cours de ses randonnées et que les animaux craignaient la présence de l'homme. Micah n'en était qu'un peu rassuré.

« Et bien, j'espère qu'on ne fera pas mentir tes statistiques... »

Non parce que Micah n'avait pas forcément énormément de chance, voyez-vous. Il était parfois un peu poissard. Mais s'il y avait bien une nuit où il aimerait que cette poisse le lâche, c'était celle-là. Il n'avait pas envie de se retrouver nez à nez avec un lynx, un chat sauvage ou il ne savait quelle autre bestiole... un raton laveur ? Une belette ? Un écureuil ? Bon ça, il saurait gérer à peu près. Tant qu'il n'y avait pas d'animal plus dangereux que le lapin adulte.

Sacha assura alors que le pire qui puisse arriver, c'était de se faire piquer par des moustiques. En tous les cas, lui, il ne s'en faisait absolument pas. Micah haussa alors les épaules et fit de même.

« Déconne pas, une allergie aux piqûres et paf, aussi mortel qu'une attaque d'ours, tu sais ! »

Bon, heureusement, il n'était pas allergique aux piqûres de moustiques. Ni à rien d'autre à priori, bien qu'il n'ai sans doute pas été confronté à tout ce qui pouvait être allergène dans sa vie. Mais là, c'était son esprit scientifique qui parlait. Il devait vraiment mettre son cerveau sur off parfois. Et juste se laisser porter. Il devenait pessimiste avec ces conneries quand même. Il se mit à jouer avec une branche d'arbre, traçant des dessins sur le sol.

« Je viens de penser que c'est ma première veillée devant un feu de camp... Je me demande si j'aurais aimé ça enfant, avec mon père... »

Il fit la grimace, se permettant un petit rire sarcastique.

« Non, en fait, je ne le vois pas faire ça, et pas avec moi de toutes façons. »

Avec un ton de désillusion, il laissait entendre à Sacha que ses relations avec son père étaient loin d'être idéales. Il se demandait si Lana lui avait déjà parlé de leur famille.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Sam 8 Fév - 14:16

Le prévenir des risques qu’il encourait cette nuit me fit croire que cela apaiserait ses craintes. J’ai été stupide, même avec ça, il réussit à trouver une faille, s’imaginant un scénario catastrophique. Je devais lui montrer que j’avais la situation bien en mains, peu importe le problème. « Dans ce cas, je devrai te sucer pour retirer le venin. » C’était sorti si spontanément et sérieusement que je ne pris pas en compte le double sens qu’avait cette phrase. Dans un premier temps du moins. Et évidemment, une fois que la possible métaphore débarqua dans mon esprit, j’entamais ma première gorgée de cette eau délicieusement plate que je recrachai alors brusquement. Absolument rien n’avait été calculé et je ris à cause de mon esprit pervers. Malgré moi cette fois-ci, j’avais encore trouvé le moyen de donner une connotation sexuelle à une situation qui n’avait rien d’excitante.

Micah avait tout du garçon surprotégé. Enfant, il avait dû être recouvert de trente-six couches de crème solaire sur la plage. De même, lorsqu’il faisait du roller ou du skate, loin d’être rassurés par les protections de base, ses responsables avaient dû l’emballer de papier bulle jusqu’à l’étouffer. C’est sûr, gamins nous devions être strictement opposés. Lui-même m’avait dit qu’il était le premier de la classe quand moi je passais mon temps à emmerder gentiment mes professeurs. Je souris à cette image, continuant mon repas.

Le silence ne m’était pas dérangeant. Au contraire, je le trouvais plutôt sain. Je me dis que l’évolution de nos rapports en quelques heures avait été flagrante. Au fond, si nous n’avions pas été conditionnés par toutes ces histoires, nous aurions sûrement été de bons amis. Il y avait ce feeling naturel entre nous qui avait su être plus fort que nos aprioris. Disons aussi que Micah comme moi préférons rendre ce trek plus intéressant que des heures de prises de tête constantes.

L’air pensif, Micah dessinait sur la terre à l’aide d’un bâton alors que ma seule préoccupation était de me retirer ce fichu bout de salade coincé entre mes dents. Cette saloperie me gênait vraiment. Pendant que je me tripotais le dentier, Micachu brisa le silence pour exprimer ses pensées. Je ne dis rien, tentant toujours de virer ce parasite dans ma gueule. Micah avait à peine fini de se livrer que je m’exclamai : « Ah je t’ai eu ! » Je passai un coup de langue le long de mes canines avant de reprendre : « Oh toi aussi tu as des relations compliquées avec ton paternel ? » J’avais entendu sa réponse, y voyant là un nouveau point commun. Je ne nous pensais pas aussi proches au point d’aborder des sujets de ce genre. Micah brûlait les étapes ou bien il avait assez de recul sur ses rapports avec son géniteur pour l’aborder librement. A moins que ces quelques heures d’endurance lui fassent penser que je suis quelqu’un de bien et de confiance et qu’en plus d’être le meilleur ami de sa sœur, je pouvais éventuellement l’écouter. Ou encore il n’avait pensé à rien, influencé par le cadre intime de ce feu de camp et s’est laissé aller à quelques confidences malgré lui.

« Tu devrais emmener William. » Lui conseillai-je alors. Mon père n’est jamais venu avec nous. Nous avions toujours fait ça entre frangins. Loin de la civilisation, sans aucun téléphone, personne pour se mettre entre nous... Ces weekends en forêt avaient renforcé nos liens. Il y avait des moments inoubliables, aussi bien des fou-rires interminables que des engueulades qui finissaient toujours par de belles réconciliations. En fait, ça restait des plus beaux moments de ma vie. Cinq frères en forêt, chacun avec son caractère et ses secrets. Y songer me rendait heureux parce que c’était des instants privilégiés que j’avais pu passer avec les personnes que j’aimais le plus au monde.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Micah Anton


avatar

Messages : 777

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [2/3]

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Mar 18 Fév - 18:03

Micah regarda un instant Sacha sans rien dire, surpris de sa phrase, à double, voire triple sens. Non, c'était lui qui avait l'esprit mal placé, ce n'était pas possible autrement. Sacha ne parlait que des moustiques de rien d'autre... Et pourtant, le jeune homme ne put s'empêcher d'éclater de rire alors que son cerveau interprétait cette petite phrase anodine en quelque chose de beaucoup plus pervers. Il aurait du en être gêné... Mais en fait non, c'était facile d'en rire et de ne pas sans cesse se demander si Sacha le matait ou le trouvait à son goût. Ce qui était un peu égocentrique en plus. Le rire de Micah fit écho à celui de Sacha, qui avait bien failli s'étouffer en plus.

Ce qui était inconcevable en début de journée, se produisait pourtant à la faveur d'un feu de camp et d'un peu d'intimité. Les deux jeunes hommes, du même âge, n'avaient rien en commun à priori et pourtant ils s'entendaient bien. Il y avait l'artiste, qui avait eu une enfance plus aventureuse, sans doute un peu cancre à l'école et puis il y avait le gosse protégé, qui n'avait jamais crapahuter en forêt, qui était une tête à l'école... Qui avait quand même réussi à s'émanciper à l'adolescence, se construisant une réputation plus sympa que celle de l'intello coincé.

Ils mangèrent ensuite en silence, chacun perdu dans ses pensées. Un silence qui n'était pas oppressant. Micah écoutait le craquement du feu, les bruits de la nuit, qui étaient moins apaisants. Il jouait avec un petit bâton improvisé, avant de finalement rompre ce silence confortable, faisant part de ses réflexions à voix haute. Il sursauta quand Sacha s'exprima qu'il l'avait eu, lui jetant un regard d'incompréhension, mais il ne s'attarda pas sur l'air triomphant de Sacha alors que ce dernier lui demandait s'il avait lui aussi des relations compliquées avec son père... C'était aussi le cas de Sacha ? Étrange.

« On peut dire ça. Il a un certain idéal me concernant et malheureusement, je ne m'en approche même pas. Je l'ai déçu. Quoique je fasse, ce ne sera jamais satisfaisant. Nous n'avons rien en commun. »

Micah haussa les épaules et se força à sourire. Il n'avait pas envie qu'on le plaigne et pas envie de plomber l'ambiance non plus.

« Mais de toutes façons, même si on avait une relation père/fils normale, je ne le vois pas quitter son confort pour tenter ce genre d'aventure. C'est pas son truc, c'est tout. Et je ne sais toujours pas si c'est le mien. »

Il ajouta alors que Micah devrait emmener son petit frère. Il cessa de jouer avec son bâton pour lui lancer un regard surpris. C'était toujours bizarre de constater que quelqu'un qu'il ne connaissait pas beaucoup en savait autant sur sa vie. Via Lana, bien sûr.

« Ouais, mais avant, je vais essayer de survivre cette fois et avoir l'air moins quiche devant mon petit frère. Suis sûr qu'il me collerait la honte en étant plus doué que moi. »

Il rit légèrement en imaginant la scène.

« Mais ça pourrait être sympa, on fait rarement des trucs entre frères... A cause de notre différence d'âge, principalement. »

Il regarda Sacha. Le fait qu'il semblait aussi avoir des soucis avec son père ne lui avait pas échappé.

« T'as combien de frères ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   Sam 22 Fév - 13:53

« Plus tu parles de ton père et plus j'ai le sentiment que tu parles du mien. » Bien que mes rapports avec mon paternel s'amélioraient, il fut une époque où je me sentis le fils que d'un parent : ma mère. Spencer a joué un rôle de tuteur, il a remplacé ce manque en s'affirmant comme une source d'autorité et de fermeté. Il n'en demeurait pas moins affectueux et je ne compte plus le nombre de fois qu'il m'a pris dans ses bras. Les quatorze premières années, mon père était distant, me refourguant un sentiment d'abandon. Il aura fallu que ma mère disparaisse pour qu'il daigne me regarder comme son enfant. Tout comme Micah, j'avais emprunté un chemin dont il avait honte. Une carrière d'acteur, c'était aléatoire et faillible alors que le droit... C'était concret et en pleine expansion. Des années ont été nécessaires pour concevoir que mes atouts n'étaient pas les siens. Je lui avais promis de me lancer dans le domaine du sport si j'échouais. Étrangement, mon homosexualité n'avait pas été l'objet de conflits contrairement à ma scolarité ou mes études. Peut-être car l'orientation sexuelle n'est pas une entrave à la réussite.

Les relations entre Micah et son père se précisèrent. Je comprenais ce qu'il éprouvait. Néanmoins, lui semblait en souffrir davantage. Son père conservait encore aujourd'hui l'espoir de cet « idéale » alors que le mien en avait fait le deuil. Le seul moyen d'aider Micah était que son père en fasse de même. A moins que son héritier change sa voie et devienne malheureux. Il conviendrait alors de redéfinir toute la conception de l'amour et de lui ajouter la notion de « mensonge ». Si le but était de contrôler nos vies et si Micah et moi n'avions pas eu le courage de se désunir du regard de nos pères, nous n'aurions été que des pantins faits de chairs, représentant de façon irréprochable la fierté de nos géniteurs. Mais une fierté qui n'a jamais été soumise à la déception est-elle vraie ?

Et même si son père l'avait accepté, Micah continuait de croire qu'il ne camperait jamais avec lui dans une forêt. Il dit que ce dernier appréciait trop sa situation pour la quitter au profit de la nature et d'un confort précaire. Je lui proposai alors l'idée d'emmener son petit-frère. A son âge, toute activité séduit, surtout si elle est faite avec son grand-frère. Je fus une nouvelle fois confronté à son manque de confiance. « Et alors ? » Qu'est-ce que je m'en foutais que mes frères soit doués ou non. Au contraire, ça crée d'amusantes anecdotes. Je pensai que Micah n'aimait simplement pas le camping. « Et pourquoi pas du bateau ? Je te verrais bien sur un voilier. »

« Quatre. Spencer, Sean, Shane et Shawn. » Cinq 'S'. Cinq garçons très différents. J'avais treize ans de moins que Spencer alors je ne comprenais pas en quoi la différence d'âge était un frein. Micah devait simplement trouver une activité ou encore un passe temps que lui et son frère aimeraient. « Quatre fois plus d'ennuis et quatre fois plus d'amour. » Et de l'amour, je n'en avais jamais manqué avec ces idiots. « Il y a aussi Riley qui se rapproche d'une sœur pour nous. » Je ne pouvais pas l'oublier, elle m'était tout aussi chère que les quatre autres.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Sacha & Micachu : le départ !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sacha & Micachu : le départ !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: ANGELES FOREST-