..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Is it just for a courtesy call ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Jeu 9 Mai - 16:37

29 janvier 2011

La journée s’annonçait encore passionnante. Sa supérieure adorée lui avait infligé une superbe corvée de classement de paperasse qui allait l’occuper plusieurs jours, sans aucun doutes. Mais s’il voulait parvenir à ses fins, il devait se plier à ses quatre volontés. Ce qui le motivait, c’était qu’il avait un entraînement au tir dans l’après-midi, ça lui ferait une heure de répit dans son travail laborieux et l’autre raison, c’était qu’il avait découvert qu’une personne inattendue foulait de nouveau le sol de Genetic. Seulement, cette information n’était pas fiable et il lui était nécessaire de la vérifier avec la plus grande prudence. Car si miss Cooper s’en rendait compte, il allait passer un sale quart d’heure, et tous les efforts qu’il avait faits pour la supporter et gagner sa confiance seraient vains.

Comme chaque matin, il s’informait sur les activités de Miss Cooper et la bonne nouvelle du jour, c’était qu’elle était partie en rendez-vous. Sans éveiller ses soupçons, il questionna la secrétaire afin de savoir quand elle serait de retour, il était son subordonné, il ne prenait pas trop de risque à poser cette question. Celle-ci ne savait pas, mais lui affirma qu’elle en aurait pour une bonne heure ou deux. Génial ! c’était plus de temps qu’il ne lui serait nécessaire.

Jeremy gagna son bureau, il était bien plus petit que celui qu’il occupait au temps de Reynolds, ce qui était paradoxal étant donné le temps qu’il y passait. Il commença sa corvée et commença à compter les minutes. Il connaissait le bureau de Dakota par cœur. S’y rendre serait un jeu d’enfant, comme dans beaucoup d’autres endroits à Genetic tout compte fait s’il n’y avait pas cette foutue sécurité ! C’est en partie à cause de cela qu’il ne s’était pas encore risqué à visiter le bureau de Tussle, ni les anciens quartiers de Reynolds. Mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Il avait étudié l’emplacement des caméras de sécurité, du moins, celles qui étaient visibles et savait exactement où il pouvait se rendre sans prendre trop de risques.

Il savait que le bureau de miss Cooper était verrouillé quand elle était absente, et nécessitait un badge pour tout accès. Il n’y avait pas de caméra de surveillance. Le badge que possédait Jeremy ne lui donnait pas accès à son bureau, mais il pouvait quand même se balader à l’étage du PDG, sans pour autant pouvoir entrer dans toutes les salles. Il y avait quand même un avantage à être le sous fifre de la secrétaire personnelle de Tussle.

Au bout d’une grosse demi-heure, il se leva et gagna les toilettes. Il valait mieux être trop prudent. Il se téléporta dans le bureau de sa chef adorée. Vide, comme escompté. Tout était parfaitement rangé, il devait faire vite et rester prudent. Il jeta un coup d’œil aux dossiers sur le bureau, rien d’intéressant. Il bougea la souris de l’ordinateur, celui-ci n’était pas allumé. Il n’avait pas encore les codes d’accès pour se connecter, l’allumer ne servait à rien. Il ouvrit les tiroirs, chercha parmi les documents qu’ils contenaient s’il pouvait trouver l’information qu’il cherchait. Rien ! Fait chier ! Il jeta un œil à la liste des derniers numéros appelés. Il y avait eu des échanges en interne avec Tussle, et d’autres, mais rien de significatif. Echec. Il avait prit soin de tout remettre en place au fur et à mesure. Il entendit un bruit de pas dans le couloir, il n’avait plus le temps de chercher, il se téléporta de nouveau dans les toilettes.

Enervé, il du se calmer un instant avant de regagner son bureau. Il fut pris d’une sueur froide lorsqu’il tomba nez à nez avec Dakota. Il n’était vraiment pas d’humeur là, qu’est-ce qu’elle lui voulait encore ! Il ne savait jamais sur quel pied danser avec elle.

« Bonjour Miss Cooper, que me vaut l’honneur de votre visite ? » lança-t-il calmement sur un ton mielleux accompagné d’un sourire forcé.
Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Ven 10 Mai - 14:15

*Oh oui ma douce Leung, masse moi encore…*. C’est dingue ce que les massages peuvent être jouissifs. Et cette femme avait des mains diablement expertes. Elle pressait mon dos avec une délicatesse qui n’avait d’égale que sa fermeté… j’allais avoir un orgasme, je le sentais, il était là… il allait… arri….

*TULULUT… TULULUT…*

Merde ! Pourquoi tu sonnais téléphone de mes deux ! En ronchonnant, je fis signe à Leung de cesser ce délice. Me couper en pleine montée d’orgasme, franchement ! Qui osait faire une chose pareille ? Ça avait intérêt à être sacrément urgent !

« Allô ! »

Oups, je n’aurais peut-être pas dû hurler car c’était Tussle à l’autre bout du fil. Mais de quoi me parlait-il ? Je l’avais envoyée cette fichue note de service. Je m’en souvenais bien, j’avais rédigé le communiqué moi-même deux jours auparavant et je l’avais remis à ce bourricot de Jeremy en lui disant bien de l’envoyer à l’une des filiales de Genentech… avant de l’accabler d’un merveilleux tri de dossier sur lequel il planchait à l’heure actuelle alors que je me prenais mon pied avec un massage interrompu. Le con ! Il avait dû oublier ! Purée, mais pourquoi on m’avait refilé le toutou de Reynolds ? Heureusement qu’il était meilleur au pieu qu’au boulot ! Je présentais de plates excuses à mon boss alors que je me rhabillais, et lui assurais que l’erreur serait réparée. Dire que j’avais refilé une tonne de paperasse à Jeremy pour prendre ma matinée. Il allait passer un sale quart d’heure ce crétin !

Je marchais vite, tête haute, talons claquant sur le sol, ne voyant rien ni personne et ne répondant pas aux salutations de ces coincés du cul d’employés. Moi, énervée ? Si peu… J’entrai en furie dans le cagibi de Jeremy qui lui servait de bureau.

« STENSOOOOOOOOOOON ! »

Même pas là ? Pas là alors que je lui avais donné un boulot ? Mais il se foutait de moi le morpion ! Je plaçais la chaise de sorte qu’elle soit bien en fasse de la porte d’entrée et je m’installais, bras et jambes croisées. Quand il entra, je savourais cet éclair dans ses yeux, qui disaient « eh merde ». A mon tour, je pris mon sourire le plus carnassier.

« Une de vos conneries, monsieur Stenson…. Tu as un boulot ici, et sous MA responsabilité, tu as intérêt à le faire bien, parce que si Tussle m’appelle encore une seule fois aussi furax qu’il l’était, parce que tu as oublié de transmettre une note, je te jure que je m’occuperais personnellement de ton cas et que tu repartiras la queue entre les jambes et que tu appelleras la première femme que tu croiseras « maman » avant de pleurer dans ses jupes ! »

Il était certain d’avoir une ennemie lors de son rapport d’évaluation s’il me refaisait un coup pareil. Je desserrai les bras et mes ongles vinrent tambouriner sur le bureau.

« Tu avais un travail à faire ce matin. Je peux savoir où tu étais passé ? Ces dossiers ne vont pas se classer tout seul et je ne crois pas qu’errer sans but ou draguer la dernière recrue soit très bien pour ton avancement…»

Je me levais alors et fis quelques pas vers lui, le regardant bien dans les yeux.

« Le temps de Holster et de Reynolds est révolu. Ici, tu dois produire, tu n’es qu’un outil. Et tu sais ce qui arrive aux outils inefficaces ? A la poubelle. Il n’y a personne pour te protéger ici, Jeremy. Alors ne prends pas ton job pour des vacances. Tussle est sur le pied de guerre. Entre ce crétin qui veut révéler au monde notre existence et ce putain de virus, il ne fera pas de cadeau. Et je te préviens, hors de question que ma tête saute à cause de toi. Qu’est-ce que tu foutais ? Et où est le boulot que je t’ai demandé ? »

Au pire, je le foutais avec les autres malades sans protection et ce sera bien fait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Mar 14 Mai - 20:49

La tension dans l’air était plus que palpable et il ne fallu pas longtemps à Jeremy pour comprendre que la journée allait être longue et qu’elle était à deux doigts de se transformer en cauchemar.

Il était déjà de mauvais poil du fait de ne pas avoir trouvé ce qu’il cherchait dans le bureau de Dakota, de plus, la trouver assise ici n’arrangeait pas son mal être. Vu l’air suffisant qu’elle arborait, elle devait être sacrément remontée contre lui. Il prenait pourtant toutes les précautions nécessaires pour faire en sorte que tout se passe pour le mieux, mais il avait l’impression que quoi qu’il fasse, elle l’avait toujours dans le collimateur. L’étiquette qu’elle lui avait assignée lui collait à la peau et il peinait à s’en défaire. Il avait encore un long chemin à faire afin de gagner sa confiance et ce genre de situations ne l’aidaient pas à avancer. Miss Cooper n’était pas quelqu’un de facile à supporter. L’avoir sur le dos s’avérait parfois être un véritable calvaire ! Elle était loin de la nana frivole qu’il avait rencontrée lors de cette fameuse soirée. De plus, elle semblait prendre un malin plaisir à le faire tourner en bourrique, ce qui n’était pas très bon pour sa couverture. Jouer le petit sous-fifre docile était un exercice bien plus ardu que prévu.
Cependant, il devait garder la tête froide et prendre sur lui afin de ne pas lui donner plus de grain à moudre. Elle était rentrée plus tôt que prévu. Mauvais timing. Il pouvait déjà s’estimer heureux qu’elle ne l’ai pas pris en flagrant délit en train de fouiner dans son bureau. Il n’y avait pas mort d’homme en somme. Zen Jeremy ! Respire.

Elle lui reprochait d’avoir oublié de transmettre une note ? Elle voulait s’occuper de son cas, il aurait bien aimé voir ça, mais il n’allait pas lui tendre le bâton pour se faire battre non plus. Il était suicidaire, mais pas complètement inconscient.

« Ah oui ! ce document que tu as posé sur mon bureau l’autre jour tandis que tu étais occupée au téléphone avec je ne sais quel personnage important, et que tu m’as demandé d’envoyer avant de me noyer sous une pile de documents à classer ? »

Cette pile là même qui encombrait encore son bureau depuis deux jours et dont il avait l’impression qu’il ne viendrait jamais à bout ! cette note là, oui ! Ca lui revenait maintenant. Elle devait toujours être dessous d’ailleurs. Etonnement, il l’avait zappée.

« C’est fort ennuyeux en effet. Il va falloir la retrouver dans toute cette paperasse ! » ajouta-t-il, désignant les piles de documents qui ornaient le petit bureau juste derrière Dakota.

Mais celle-ci avait visiblement décidé de passer ses nerfs sur lui et s’évertuait à l’accabler de reproches, l’accusant de glander dans les couloirs ou de draguer ??!! Est-ce qu’il avait bien entendu ? Pour qui le prenait-elle ? C’était l’hôpital qui se foutait de la charité !
Il savait qu’il ne devait pas entrer dans son jeu, mais elle commençait sérieusement à lui taper sur le système. Il avait peut être plein de défauts, mais il ne tolérait pas s’entendre traiter de branleur. Il acceptait de se soumettre dans une certaine mesure, toutefois, sa patience avait des limites.
Il parvint à rester calme au prix d’années d’entraînements en la matière, mais son regard s’assombrit, seul signe évocateur de la colère qui s’était emparée de lui. Il lâcha un petit rictus.

« Ben voyons ! J’ai le regret de t’informer que tous les employés qui quittent leur poste de travail, ne se livrent pas systématiquement à des frivolités dans les couloirs ! Ca peut paraître dingue ! mais les humains ne sont pas des machines, il y en a qui font des pauses pour prendre un café, ou qui se rendent aux toilettes parfois! » répondit-il non sans une pointe d’ironie.

La jeune femme avait perdu patience, s’était levée de sa chaise et le foudroyait du regard. La tension montait d’un cran. Jeremy savait qu’il marchait sur des œufs et qu’il avait peu de marge de manœuvre. Dakota était sa supérieure, sa chance pour atteindre son but. Il était tenu de se plier à ses quatre volontés mais il n’allait pas se laisser piétiner sans broncher. Il soutint son regard sans sourciller.

« Je l’ai bien compris, ne t’en fais pas ! Je ne suis peut-être qu’un outil, mais pour qu’un outil soit efficace, encore faut-il savoir s’en servir ! Je suis agent de terrain je te rappelle ! pas gratte papier ! »

Il avait répondu froidement sans pour autant hausser la voix, mais le ton y était. Mademoiselle Cooper avait beau être la seconde de Tussle, ça ne lui conférait pas le droit de le traiter comme de la merde. Il savait qu’il prenait des risques en lui répondant de la sorte, car comme elle le lui avait judicieusement fait remarquer, il n’y avait plus personne pour le protéger. Mais faire le lèche cul, très peu pour lui. De toutes façons, la brune n’était pas dupe, ne rien dire serait trop beau pour être honnête et lui mettrait probablement la puce à l’oreille. Bref ! trop tard pour se trouver des excuses, ce qui était dit était dit.

« Je suis peut être un bleu, mais j’ai oublié d’être con. Ce n’est pas dans mon intérêt de nous mettre Tussle à dos ! Et pour ta gouverne, le boulot que tu m’as demandé est juste sous ton nez. La pile de droite constitue les documents déjà classés. Et si tu veux tout savoir, j’étais aux toilettes ! »

La pile de droite étant la pile la plus grosse, comme quoi il n’avait pas chômé comme elle semblait le croire. Il ne s’était absenté qu’un tout petit quart d’heure, le temps d’une pause clope en gros. Ni vu, ni connu. De ce côté-là, il était irréprochable, comme dans son boulot en général. C'est ça qui devait l'énerver en fait. Elle devait chercher à le coincer par tous les moyens, attendant sans doute qu'il fasse un faux pas. Il avait juste commis l'erreur d'oublier une malheureuse petite note...
Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Mer 15 Mai - 12:34

Nous étions tous sur des charbons ardents. Tussle en tête et moi, pas loin derrière. Le virus était une réalité, tout autant que la présence de Wetherford malade dans nos locaux. Et tout cela me stressait. Et j’aurais pu me détendre si cet abruti de Stenson n’avait pas fait foirer ma séance de massage ! Alors oui, j’étais énervée, mais j’en avais parfaitement le droit. On ne déconnait pas au boulot. Ça, il allait vite l’apprendre. Genetic, Genentech, c’était tout ce que j’avais pour le moment. C’était ce qui m’avait tirée du bourbier et ce par quoi j’allais m’élever. J’avais bossé dur pour y arriver et quoi qu’on puisse en croire, j’étais plus que compétente dans mon boulot, travaillant parfois plus tard que la majorité des employés. Quand j’étais ici, je vivais pour mon job et je ne comptais pas laisser un petit sous-fifre gâcher tous mes efforts. J’ignorais ce que Jeremy attendait de cette organisation, et sérieusement, je m’en foutais à un point indéfinissable. Mais il bossait sous mes ordres, alors il allait marcher droit.

« Tu te fous de moi, là ? Parce que c’est l’impression que tu donnes. Si tu n’es pas capable de faire deux choses en même temps, fais-toi teindre en blond ! »

Oui je parlais de cette note, triple abruti ! Car j’étais capable de rédiger des notes, de répondre à des membres du conseil au téléphone et même de contrôler certains documents internes en même temps, MOI ! J’allais le tuer… sérieusement… j’allais le tuer. Surtout s’il continuait sur le ton de la plaisanterie comme il le faisait. Alors autant mettre les points sur les i, ce que je fis de bon cœur. Mais c’est qu’il osait me répondre en plus ?

« T’es pas un humain ici, Stenson. Tu es un rouage de la machine. Je prends des pauses, parce que j’ai bossé pour ça. Quand j’étais à ta place, tu crois quoi ? Que je disais à mon supérieur « pardon, monsieur, mais il faut que j’aille faire pipi » ? NON ! Tu fais ton boulot et après tu prends une pause, quand je te le dis. »

S’il n’avait pas encore compris ça, je me demandais ce qu’il fichait encore à Genetic. Je m’étais relevée et je n’avais qu’une envie… lui injecter une petite dose de poison… juste une petite, pour lui passer l’envie de jouer au con avec moi.

« Un superbe agent de terrain incapable de retenir sa vessie, superbe ! »

Non mais franchement… Agent de terrain. Et qu’est-ce qu’il dirait à ses collègues ? Euh… retenez-les une minute, je vais pisser… une chose était sûre, ce n’était pas avec ce genre de réponse qu’il obtiendrait de moi des avis favorables pour qu’il monte en grade. Peut-être même que je le ferai encore régresser dans la fourmilière des gratte-papiers puisqu’on ne pouvait pas compter sur lui. Oh, il avait encore envie de se défendre et de frétiller comme un poisson hors de son bocal. Encore heureux qu’il avait conscience que se mettre Tussle à dos était une très très mauvaise idée. S’il n’avait aucun sens de la survie, je ferais même acte de charité en l’achevant, non ? Lui jetant un regard glacial, je me tournais vers la pile de dossiers, en ouvris quelques-uns au hasard, pour vérifier. Mouais… ça semblait trié. Je n’aurais plus qu’à tout emporter pour aller les ranger.

« Mets une couche, la prochaine fois. »

Mais en attendant, il fallait que je retrouve cette foutue note. Je commençais donc à bouger les dossiers, avant de m’arrêter et de jeter un regard noir à Jeremy.

« Bouge tes fesses et trouve-moi cette note, c’est très urgent. A moins que tu veux qu’on soit connus comme les deux blaireaux qui ont fait foirer une mission parce que monsieur ne sait pas faire deux choses en même temps. »

Je ne le regardais même plus. J’avais droit à des primes en temps normal. Avec ce type dans les pattes, c’était mal parti pour ce mois-ci, alors il me fallait cette note. En bougeant les dossiers, les noms qui défilaient me parlaient. Des scientifiques, qu’on mettait sur le coup pour étudier la pandémie. Des malades. Des mutants. Mutants… Une minute… il y avait quelque chose que je n’aimais pas. Il était mutant, j’avais lu son dossier. Et un don particulièrement utile. Particulièrement pratique et insoupçonnable. Voilà qu’un doute s’insinuait en moi. Un doute tenace. Infondé, sans la moindre preuve mais…

« Tu n’aurais pas fait de connerie, n’est-ce pas ? Je veux dire… un truc vraiment déconseillé. Parce que je suis de méchante humeur et qu’une porte est close pour une bonne raison. Si tu as des questions, pose les moi. Si tu n’as pas de réponse, c’est encore pour une bonne raison. Ne cherche pas plus loin que ce que l’on te demande. Tu étais vraiment aux toilettes ? Aucun bureau n’aura été dérangé, aucune feuille de papier n’aura bougé même de quelques millimètres ? »

J’étais même prête à faire relever les traces d’urines dans les toilettes s’il le fallait. Je devais assurer mes arrières, et je ne saurais dire pourquoi, il ne m’inspirait aucune confiance. Soit parce qu’il était passé entre les mains de cette Reynolds, soit parce qu’il me rappelait un peu trop l’opportuniste que j’avais été à mes débuts…
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Lun 20 Mai - 18:30

Jouer au plus malin avec Dakota était un sport à risque, et le retour de flamme ne se fit pas attendre. Même si l’envie de riposter démangeait grandement Jeremy, il ferma sa gueule pour ce coup-ci. De toute façon, quoi qu’il puisse dire pour sa défense, il était mort, il aurait tort, il le savait. Il avait merdé, il allait ramer pour rattraper le coup, inutile d’aggraver son cas avec de la mauvaise fois en prime. Son sourire s’estompa.

Elle profita de son silence pour déchaîner sur lui une tempête de reproches. Une chance qu’il ne soit pas sujet au mal de mer et qu’il était bien arrimé à la frêle embarcation qui le maintenait à flots. Il se contenta de subir ses brimades sans broncher, ne pouvant s’empêcher de penser un cause toujours, tu m’intéressesvas-y défoule toi sur moi si ça peut te faire plaisir, il ouvrit la bouche pour rajouter un ça y est t’as fini ? quand elle eut terminé son petit caca nerveux, mais il se ravisa, se mordit l’intérieur de la lèvre pour ne pas qu’il sorte car il savait qu’il allait remettre de l’huile sur le feu, et qu’il risquait bien plus gros qu’une simple engueulade. Ce genre d’enfantillages n’avaient pas leur place ici. Son objectif n’était pas de se faire virer mais de conquérir la confiance de sa responsable, et ce n’était pas en jouant au con que ça allait fonctionner.

Jeremy fut satisfait qu’elle n’ait rien à redire sur son travail lorsqu’elle jeta un œil aux dossiers classés. Ca valait mieux que n’importe quelle argumentation foireuse qu’il aurait pu émettre. Il s’exécuta en silence quand elle lui ordonna de l’aider à retrouver la note parmi les dossiers sur le bureau. Il déplaça une pile de documents lorsqu’il sentit de nouveau le regard désagréable de Dakota se poser sur lui. Il avait sous estimé sa perspicacité, de ce fait, il devrait se montrer on ne peut plus prudent à l’avenir. Il fut pris d’une nouvelle sueur froide à l’évocation de son petit séjour dans son bureau. Il avait pris bien soin de tout remettre exactement à sa place. Techniquement, elle n’avait aucune preuve de ce qu’elle avançait même si elle touchait juste.

« Biensûr que non ! tu crois que vraiment que je suis stupide ? » mentit-il avec aplomb, ayant pris soin de ne rien laisser paraître.

Il ne démentit rien de plus, ça n’était pas la peine. Elle avait fait le lien avec sa capacité, elle serait encore plus méfiante à l’avenir, et ça n’était pas bon pour lui ou alors, il allait devoir se montrer bien plus rusé qu’elle. Cependant, elle pourrait vérifier tout ce qu’elle voudrait, il avait pris ses précautions et s’était bel et bien rendu aux toilettes avant de se téléporter. Il avait même croisé des collègues en y allant qui pourraient attester en sa faveur.

Il coupa court à l’interrogatoire en tirant un document qui dépassait de la pile qu’il avait en main et le tendit à la jeune femme :

« Je crois que c’est ça. »

Tandis qu’elle lui arrachait des mains, il reprit la parole :

« J’avoue, j’ai merdé. » Ces mots lui écorchaient la bouche. « Je peux faire usage de ma capacité pour aller la remettre en main propre aux intéressés, leur transmettre nos plus plates excuses et leur dire que… Ca ne se reproduira plus. »

Il plongea un regard déterminé dans les yeux de sa supérieure. Il voulait lui prouver son utilité, c’était l’occasion rêvée, encore fallait-il qu’elle lui laisse la possibilité de se racheter.

« Enfin… sauf si tu penses que je ne suis pas suffisamment digne de confiance pour rattraper le coup. »

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Lun 27 Mai - 15:14

Je n’étais pas vieille – et le premier qui dirait le contraire, je le tuerais sans hésiter – mais j’avais appris beaucoup de choses. Et surtout quand il s’agissait du boulot et de Genetic. Il fallait être méthodique, organisé, ne pas faire de vague et toujours paraitre marcher dans les clous. Je dis bien paraître car il ne faut pas se leurrer, on n’arrive jamais au sommet sans emprunter quelques chemins de traverse. J’aurais été à la place de Jeremy – et je l’ai été – j’aurais profité de mon absence pour fouiller, fouiner et avoir plein d’armes pour me hisser au sommet. En réalité, et contrairement à ce que je disais, il serait bien con de n’avoir rien tenté. Même si cette fois, j’étais de l’autre côté, et qu’il n’avait pas intérêt à jouer au plus fin avec moi. Parce que je n’avais pas prévu de m’arrêter si tôt dans l’échelle sociale et encore moins de régresser.

C’est fou ce qu’un avis peut changer quand on est d’un côté ou de l’autre. Je méditerais peut-être là-dessus à l’occasion de ma prochaine manucure. Pour l’heure, l’important était qu’il comprenne que j’étais encore dans le coup et qu’il ne pouvait pas se permettre de nous torpiller. Et s’il voulait tricher, libre à lui, mais qu’il triche intelligemment et surtout, que je n’en fasse pas les frais. Parce que si un gamin mettait en péril ce que j’avais mis tant de temps à construire, ce serait la guerre. Une guerre totale dans laquelle tous les coups seraient permis.

« Stupide, non, un peu chien fou, et ambitieux, certainement. »

Car oui, je faisais la nuance. Ses conneries, je les avais faites avant lui. Et tout avait été savamment calculé… s’il était intelligent, ça rendrait les choses encore plus compliquées, mais soit. Je le vis alors brandir un bout de papier fièrement. La fameuse note de service. Je l’attrapai rageusement.

« En effet. Sauf qu’elle n’est pas là où elle devrait être… »

Il semblait l’avoir compris. Prêt à reconnaitre ses torts. Dans la vie privée, c’est une erreur. Dans la vie professionnelle en revanche, c’était plutôt bien vu. Il fallait être capable de s’écraser. Que les supérieurs se sentent importants, comme s’ils maitrisaient tout… merde. C’était ma stratégie qu’il appliquait. Oh, je ne le croyais pas incapable de rattraper son erreur… au contraire. Je le croyais très doué. Trop doué. Pas question qu’un moustique tente de prendre ma place… Mais en même temps… ma mission était aussi d’en faire quelque chose et de proposer un produit fini à Tussle. J’avais étrangement l’impression d’être un funambule en pleine représentation là. En même temps… Il avait un don, moi aussi… et je savais d’expérience que ce n’était pas habituel qu’on puisse sans contrecoup l’utiliser deux fois de suite. Je verrai très vite, à son état de retour, s’il avait ou non activé son don tout à l’heure ou si ce n’était qu’une idée. Faisant une petite moue dubitative, je lui tendis la note.

« Toutes nos plus plates excuses, certes, mais reste ferme. Les ordres viennent d’en haut et tu les représentes, donc ne t’écrase pas non plus. Le boulot doit être fait dans les plus brefs délais et toi, tu ne t’attardes pas. Tu vas au bureau du service du personnel, tu reviens aussitôt. Et on enchaine sur le rapport. »

J’attendis qu’il disparaisse de ma vue pour dégainer le portable.

« Cooper à l’appareil. Placez-moi le bureau de Stenson sous surveillance. Micro, caméra, tout ce qu’il faut. »

Je raccrochai. Plus qu’à attendre le retour de Jeremy. J’avais toute confiance en cette équipe et leur talent. Il ne trouverait jamais les mouchards. Et en même temps, cela lui ferait une bonne expérience. Même si Tussle m’accordait sa confiance, je n’avais aucun doute sur le fait d’être épiée en permanence. Je le soupçonnais même d’avoir placé mon propre domicile sous surveillance. Est-ce que cela me dérangeait ? Oui et non. Car c’était compréhensible. La trahison vient toujours de la proximité… à sa place, c’est aussi moi que j’aurais mise sous surveillance prioritaire. En fait… en y repensant… les agents de surveillance devait en voir de sacrées… je penserai à encore mieux m’épiler, si jamais j’étais effectivement filmer. D’ailleurs, je prendrais rendez-vous chez l’esthéticienne dès ce soir. Après avoir passé un coup de téléphone au service du personnel pour m’assurer que Jeremy aura bien fait son boulot et qu’il n’en aura pas essayé d’en profiter pour me doubler en allant porter cette note.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Ven 21 Juin - 23:33

Dakota avait mieux cerné Jeremy qu’il ne l’avait imaginé. C’était comme si elle lisait dans ses pensées. S’en était presque flippant. Elle était vraiment redoutable. Il se demandait si elle n’avait pas une capacité de ce style d’ailleurs. Non, c’était impossible ! Si elle était réellement capable de lire dans les pensées, elle ne se donnerait pas tout ce mal pour démêler le vrai du faux. Il était jeune et avait encore beaucoup de choses à apprendre. Dakota avait juste plus d’expérience que lui voilà tout. Il se devait de l’admettre.

Le français réprima un rictus quand elle le traita de chien fou et d’ambitieux. Elle ne se trompait pas beaucoup en effet, même si son ambition n’avait rien à voir avec un banal déroulement de carrière. Sa motivation était tout autre, même si le résultat serait sans doute le même aux yeux de la jeune femme et de n’importe qui d’autre à Genetic d’ailleurs. En tout cas, si elle le croyait, il ne la contredirait pas. Tout ce qu’il voulait, c’était arriver à ses fins, peu importait les moyens employés. S’il pouvait se servir d’elle pour y parvenir, il n’allait pas s’en priver. C’était entre autre pour cela qu’il avait refréné ses ardeurs et qu’il avait décidé de fermer sa gueule, même si ça lui déplaisait fortement de s’écraser devant elle. Il devait prendre son mal en patience, tant que son objectif n’était pas atteint. Il devrait être patient.

Au prix d’un immense effort pour paraître le plus aimable et serviable possible, Jeremy avait proposé à sa supérieure de se racheter. C’était aussi un défi qu’il lançait pour lui prouver sa valeur. Elle accepta de lui donner sa chance. C’était inespéré.

Il avait soutenu le regard de Dakota et n’avait pas cillé. C’était une manière de montrer sa détermination. Et il l’était réellement. Il acquiesça d’un bref hochement de tête et saisit le document qu’elle lui rendit.

Il connaissait le bureau du service du personnel, pour s'y être déjà rendu du temps de Reynolds. Il se remémora l’étage ainsi que le couloir. Il n’aimait pas se téléporter directement dans un bureau à la vue de tout le monde, même si sa capacité n’était plus vraiment un secret au sein de Genetic. Mais on n'était jamais trop prudent ! Il se remémora un coin discret, évitant les toilettes cette fois par souci de ne pas révéler toutes ses stratégies à Dakota, même si techniquement, elle ne pouvait pas le voir une fois qu’il y serait. Il ne doutait pas une seconde qu’elle allait l’épier et le fliquer maintenant qu’elle s’était rendue compte de l’utilité de sa capacité. Lui, c'est ce qu'il aurait fait s'il en avait les moyens. Et elle les avait, il le savait.

Elle pouvait le faire suivre autant qu’elle voudrait cependant, s’il se téléportait ailleurs, personne ne pourrait le suivre. Il avait déjà échappé à des agents expérimentés de Genetic de nombreuses fois par le passé. C’était aussi sa capacité qui l’avait sauvé d’un enfermement certain en guise de vulgaire rat de laboratoire à l’époque. En revanche, ce devait être son côté intrépide qui l’avait mené à se livrer lui-même à Genetic, à entrer au service de Reynolds, la numéro 2 après Holster, pour finir par se retrouver à la botte de Dakota, bras droit du nouveau numéro 1 de Genetic. Drôle de coïncidence...

Après s’être souvenu de son recoin à l’abri des regards indiscrets, il le visualisa dans son esprit et se volatilisa. Il réapparu quelques longues minutes plus tard dans son petit bureau où sa supérieure l’attendait toujours.
Le retour fut plus facile que l’aller car il avait un meilleur souvenir de son propre bureau que du couloir menant au bureau du service du personnel. La tête lui tourna légèrement. Cela faisait partie des effets secondaires dus à la distance parcourue et au fait qu’il utilisait deux fois sa capacité en un laps de temps assez court. Heureusement pour lui, il avait de l’entraînement, et y était habitué. Il maîtrisait relativement bien les courtes distances en terrain connu. Ce petit désagrément à peine perceptible ne le perturba pas plus que ça. Son regard ne resta dans le vague que quelques secondes seulement.

« Mission accomplie. » lâcha-t-il en reprenant ses esprits.

Il appréhendait la suite des instructions, se doutant bien qu'elle n'allait pas simplement lever l'éponge juste parce qu'il avait exécuté un de ses ordres. Ce serait trop facile.

Il resta silencieux un instant, puis risqua :

"Est-ce que tu comptes m'envoyer prochainement sur le terrain ? que je puisse te prouver que je suis meilleur à l'action qu'à jouer les grattes papiers ?"

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Mar 25 Juin - 21:44

J’attendais. Stenson allait revenir. Quand il quitterait le boulot ce soir, une équipe serait sur le pied de guerre pour installer micro et compagnie dans son petit bureau de gratte papier. Soit je devenais parano et il faudrait que je me prenne des vacances – et il en était hors de question – soit il se tramait véritablement quelque chose. Et certains agents avaient vraiment des têtes de fouineurs ou je ne m’appelais pas Dakota Reese Cooper. Holster avait-il encore une quelconque influence ici ? Parce que Stenson avait pris ses fonctions sous son règne… Holster l’avait placé sous la tutelle de la Reynolds, qui avait elle aussi disparu de la circulation. Il y avait tout un schéma qui était en train de se dessiner dans ma tête, et je ne l’aimais pas du tout.
 
J’avais pris place sur son fauteuil, à tourner et retourner tout cela dans ma tête quand Jeremy fit son apparition. C’était toujours impressionnant, de voir une capacité en action. Et la sienne l’était particulièrement. Un instant là, un instant disparu. Même pas un nuage de fumée pour rendre le tout spectaculaire. Quel dommage ! Je plissais les yeux, tentant de savoir s’il souffrait, s’il était épuisait comme certains – dont moi – pouvaient l’être après une activation.
 
« Félicitation. Et tu oses te téléporter devant moi ? Nous avons atteint un degré d’intimité très… profond dis-moi. »
 
Je rivais mes yeux dans les siens, un sourire au coin des lèvres. Il avait fait avec moi des choses bien plus impudiques que cela. Et la téléportation n’avait rien de sexy pour être honnête. J’avais juste envie de m’amuser un peu. Bref, je ne parvins pas à savoir s’il avait déjà utilisé ce don aujourd’hui. Je n’avais pas confiance… et ça voulait retourner sur le terrain, hein ? Mais comment l’envoyer là-bas alors que j’avais ce doute…
 
« Oh, d’après mon souvenir, tu occupes bien le terrain. »
 
Moi ? Essayer de le mettre mal à l’aise ? Comme si c’était mon genre ! Ok, il s’était avéré un amant plutôt doué et endurant, et si je m’étais bien éclatée avec lui, je ne voulais pas remettre le couvert. En plus, à tous les coups, je l’avais dépucelé, alors non merci !
 
Je me relevai, me plaçai derrière la chaise de bureau et la tournai vers lui, avec un grand sourire.
 
« Ce n’est pas moi qui gère les mission de terrain. Tout ce que je peux faire sur toi, ce sera de faire un rapport positif sur ton cas, disant que tu es fiable et prêt. Pour l’instant, je ne suis pas encore décidée et tu vas devoir taper le rapport de ta petite mission de gratte-papier, disant que tu as bien porté cette note et que tout le monde est content. »
 
Je m’écartai ensuite du bureau et pris le téléphone. Ligne interne, direction un des services du groupe. Alors que j’attendais qu’on décroche, je ne quittai pas Jeremy des yeux.
 
« Il va falloir me convaincre que je peux me fier aveuglément à toi, et ce n’est pas chose aisée. Ne jamais me mentir et surtout me prévenir s’il y a la moindre menace sur Tussle. L’ascension, ça se monnaye. Je t’enverrai sur le terrain lorsque tu auras… payé le droit de passage. Qu’as-tu as offrir ? Oui, bonjour, Cooper à l’appareil. Je voulais m’assurer que vous aviez bien reçu la note… parfait. Nous aurons les premiers résultats quand ? Excellent. »
 
Je raccrochai, sourire carnassier aux lèvres. Qu’allait-il offrir, ce jeune ambitieux ? Jusqu’où était-il prêt à aller pour gravir les échelons ? A moins qu’il n’ait pas les couilles nécessaires…
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Jeu 4 Juil - 23:41

Il ne me fallu que quelques secondes pour que mon regard fasse la mise au point sur ce petit bureau qui m’était devenu plus que familier. Et bien sûr, Miss Cooper était toujours là, et m’attendait de pied ferme. J’aurais été bien naïf de croire qu’elle me foutrait la paix après ça. Ca aurait été trop beau. Mais non, elle n’était pas décidée à me lâcher et m’accueilli avec une remarque déplacée. Je n’étais pas dupe et j’avais vite saisi l’allusion. Etonnant d’ailleurs qu’elle ne me l’ai pas ressortie avant celle-là ! J’avais pensé que elle comme moi, garderions ce genre de choses dans le domaine du privé… Visiblement, j’avais tort.

Oui, nous avions été « d’une intimité profonde » une fois, pour reprendre ses mots, mais ça n’avait absolument rien à voir avec le boulot. De ce fait, je décidais d’ignorer sa remarque. Je soutins son regard comme si de rien n’était, lui demandant quand je pourrais enfin me remettre à bosser sérieusement sur le terrain.

Vile perverses ! Voilà qu’elle remettait ça avec ses allusions douteuses… Elle avait décidé de me faire chier avec ça ! Où cette harpie voulait-elle en venir au juste ? Même si c’était plutôt flatteur et je ne niais pas avoir pris du bon temps, mais je ne voyais pas ce que nos ébats sexuels de ce soir là venaient foutre dans l’histoire. Je n’avais absolument rien à me reprocher ! Je ne me laissais donc pas désarçonner par sa tentative de déstabilisation. Il faudra trouver mieux ma belle ! Je plissais légèrement les yeux et répondit avec un sourire en coin :

« Tu m’en vois ravi ! »

Je fis quelques pas sans la quitter des yeux avant d’insinuer :

« Tu ne verrais donc pas d’inconvénient à ce que je l’occupe de nouveau… »

C’était périlleux comme approche et légèrement insolent, j’en avais conscience et je ne m’en cachais pas. Je prenais de grands risques à jouer sur son terrain. D’ailleurs, nous parlions bien de mon travail sur le terrain, pas vrai ? Je savais ce que je voulais. Mes propos étaient calculés et mesurés. C’était une manière de lui faire comprendre qu’elle ne me faisait pas peur, et qu’elle ne me prendrait ni à ce jeu là, ni à aucun autre. Je ne la laisserais pas gagner. Il en était hors de question.

Je m’attendais à la réponse qu’elle me fit. J’étais con de poser la question aussi ! C’était Romanov qui gérait les missions des agents de terrain, pas Cooper. Et je savais aussi que tant que j’étais sous le joug de la grande manipulatrice en chef, la russe ne marcherais pas sur les plates bandes. Elle avait donc tous les pouvoirs contrairement à ce qu’elle voulait me faire croire. Qu’elle ne me raconte pas de salades !

« Très bien. A vos ordres ! » répondis-je avec un sourire effronté, pas vraiment ravi de me coltiner de la paperasse en plus. Mais avais-je vraiment le choix ?

« Avant ou après avoir terminé tout le classement ? »

Afin d’allier le geste à la parole et de me démontrer son manque total de confiance en mon auguste personne, Dakota s’assura sous mes yeux que mon travail avait été fait correctement. Si j’avais été du genre à me formaliser pour si peu, s’en aurait presque été vexant.
Je ramais depuis des mois à essayer d’obtenir sa confiance et j’avais le sentiment de ne pas avoir avancé d’un poil avec elle. Ma connerie du jour n’avait rien arrangé. C’était rageant !
Je ne baissais pas les yeux par pure fierté, mais qu’est-ce qu’elle pouvait m’énerver ! Je serrais les dents sans me dépeindre de mon sourire forcé, attendant le verdict. Elle profita de l’attente pour poser ses conditions me provoquant du regard. J’acceptais le défi, arborant mon plus beau masque d’imperturbabilité. On y était ! Elle voulait que je fasse mes preuves. Que pouvais-je lui offrir ? Je réfléchis un instant avant de répondre posément :

« Je sais comment marche le monde. Je n’ai pas grand-chose à offrir pour l’instant, je suis juste un pion sur l’échiquier. Mais un pion, s’il est joué par des mains expertes peut être un atout considérable pour mettre le roi en échec. »

C’était métaphorique, mais tellement juste. J’avais pesé mes mots sans la quitter du regard. J’étais pieds et poings liés et je savais exactement où je voulais en venir. Un pion qui atteignait la huitième ligne pouvait être promu au rang de cavalier, fou ou encore dame. Je comptais gravir les échelons et j’étais prêt à tenter le diable si ça me permettait d’avancer dans mon ascension afin de me rapprocher d’une quelconque manière que ce soit de mon objectif.

« Demande-moi ce que tu veux. » lançais-je d’un ton mielleux.

C’était osé, mais en même temps, si je ne prenais pas le risque, je n’avancerais jamais. Si elle voulait me mettre à l’épreuve, qu’elle le fasse ! J’étais prêt.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Ven 5 Juil - 15:43

Sa bêtise m’avait interrompue en plein massage et il m’avait passablement énervée. Il fallait bien que je me détende d’une façon ou d’une autre. Et pourquoi ne pas le faire en lui gâchant ses espoirs et en me foutant de lui ? C’était une façon comme une autre ! Et au moins, il était amusant à jouer sur le même terrain. Les garçonnets, de nos jours, ça se laissait trop vite désarçonner. Et du coup, je m’ennuyais. Un sourire en coin naquit sur mes lèvres quand je l’entendis me répondre sur le même ton. Mais je n’étais pas conne, il parlait bien du terrain au sens propre du terme.

« Tu n’occuperas ni l’un ni l’autre terrain mon grand. L’homme propose, la femme dispose, ce n’est pas moi qui le dis. »

Si encore il avait été un amant extraordinaire, je ne disais pas. Et en prime un agent compétent et digne de confiance, alors là… le pied total ! Mais c’était Jeremy. Certes, un bon coup, mais bon… et encore moins digne de confiance. Donc, tant qu’il ne m’aurait pas convaincu, je ne le validerais pas. Et vu comme j’aimais bien faire chier mon monde, ça pouvait prendre du temps.

« Hum j’aime quand on me dit ça. Tu gagnerais presque des points. », dis-je en poussant un soupir d’aise.

A mes ordres, j’adorais. Toute ma vie j’avais été aux ordres des autres… Bon, techniquement, je l’étais encore. Tussle restait le commandant et je n’avais pas à refuser d’être un cobaye humain pour les petits scientifiques obscurs de Genetic. Mais c’était un détail.

« Pendant… je sais que t’es un mec et que c’est donc très difficile pour toi de faire deux choses en même temps mais va falloir apprendre à être polyvalent mon grand. »

Bon, au moins, cette fois, il avait joué franc-jeu avec moi. Mais je voulais savoir de quel bois il était fait. Il fallait savoir se vendre, connaitre ses atouts sur le bout des doigts dans ce milieu. Par contre, vouloir la jouer au plus malin en utilisant des métaphores à deux balles pour m’impressionner ou me manipuler ça ne le faisait pas du tout. Wetherford avait déjà essayé et ça me gavait.

« Le coup des échecs, on me l’a déjà fait, Stenson. Et manque de chance, je n’aime pas du tout ces métaphores. Alors tu pourrais me dire tout de suite qui te dirige pour renverser Tussle. Ça nous ferait gagner du temps. Je ne suis pas stupide, Jeremy. Deux options, ou c’est une menace dissimulée, ou tu essayes de m’envoyer sur une autre piste. Et franchement, je m’en fous. Mais crois-moi, je hais les types qui utilisent ce jeu en métaphore. Donc tu viens de retomber dans mon estime et de reculer ton envoi sur le terrain. »

Je ne souriais plus. Ce n’était pas en disant ce genre de choses devant moi qu’il parviendrait à ses fins. Il pouvait toujours courir pour que je lui donne un avis favorable celui-là. Oh, il tentait encore. Non mais il avait quoi dans le cerveau ce Stenson ?

« Putain Jer ! T’es plus actif au pieu qu’ici ! Quand tu baises, tu restes couché et tu laisses la meuf faire ? Non tu bouges, que je sache. Je t’ai demandé de te vendre et toi tu restes planté comme un poireau et tu attends ? Je devrais te demander de coucher avec moi, peut-être que tu remuerais un peu. Et encore, si c’est pour rester comme un con la queue pendant entre les jambes. Laisse tomber, mon coco. T’es pas prêt. »

Je le repoussai sans ménagement pour passer. J’en avais fini avec lui. Il m’avait déçue. Rien à offrir. Aucune initiative. S’il ne se bougeait pas plus que ça, pour moi, l’affaire était pliée.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Dim 7 Juil - 21:58

J’évoluais sur un terrain instable dans le but de rattraper ma connerie et Miss Cooper ne me facilitait pas la tâche. Elle était difficile à impressionner et à satisfaire. Enfin, c’était surtout du au fait que je ne l’avais pas encore complètement cernée, je finirais par trouver comment répondre au mieux à ses exigences.

Je tentais différentes approches, m’aventurant sur son terrain sans pour autant perdre de vue mon objectif et le fait que notre relation ici n’était que professionnelle ! même si elle s’évertuait à vouloir ramener notre épisode de coucherie sur le tapis. Je ne savais pas si elle avait lancé ça uniquement pour m’emmerder, ou s’il y avait un message subliminal derrière et qu’elle tentait de me manipuler en me tenant par les couilles. Elle en était bien capable cette vipère !

Je constatais qu’en dehors du sexe, Madame avait besoin d’être flattée. Ou plutôt je me confortais dans l’idée que je m’étais déjà faite. Pas vraiment étonnant, mais ce n’était pas mon truc de jouer les lèches cul. C’était donc ça qu’elle voulait ? M’humilier au point de me réduire à un petit toutou remuant la queue au moindre claquement de ses doigts ? Même pas en rêve ! Je réajustais mon masque afin de ne pas laisser transparaître la grimace qui poignait sur mon visage et serrais les dents afin de ne pas laisser échapper un juron. Rappelles-toi Jeremy, elle est ta responsable hiérarchique ! me répétais-je à moi-même.

Je me re-concentrais sur mon travail, pris discrètement une profonde inspiration et répondit à sa nouvelle pique avec mon sourire le plus angélique :

« Ca va de soit. Mais j’apprends vite. »

J’allais m’asseoir derrière mon bureau quand le sol sous mes pieds sembla se dérober. C’était une métaphore bien sûr ! C’était typiquement le genre de figure de style que j’adorais employer et que, sans vouloir me vanter, je maniais plutôt bien, chose qui ne plaisait visiblement pas à ma chef tyrannique préférée. J’avais tout faux sur ce coup là, elle était trop suspicieuse pour comprendre le fond de ma pensée. Elle cherchait un double sens où il n’y en avait pas et elle me fit ravaler ma rhétorique sans aucun ménagement ! Elle m’aurait flanqué une grande gifle que ça aurait eu le même effet. Oh putain ! Elle commence sérieusement à me les briser ! J'étais en train de lui expliquer comment s'approprier mes services et elle n’était jamais contente !

« Loin de moi cette idée ! Tu te méprends ce n’est pas du tout ce que j’ai dit ! Je… »

Elle me coupa la parole. Jouer au plus fin avec elle ne prenait pas. J’allais devoir changer de tactique.
« Jer’ ? » est-ce que j’avais bien entendu ? Ce surnom, m’avait été attribué par Max. Il n’y avait qu’elle et quelques gamins du domaine qui me surnommaient ainsi autrefois, autant dire qu’il n’y avait plus qu’elle aujourd’hui... Depuis quand étions nous suffisamment intimes avec Dakota pour qu’elle m’appelle de la sorte ?  ce fut la goute d’eau qui menaçait de faire déborder le vase. Je ne savais pas quelle mouche me piquait, mais la maîtrise de mon calme s’en retrouva fortement altérée.

Elle me bouscula au passage, je vrillais. Je lui attrapais fermement le bras tout en la foudroyant du regard, mon sourire bienséant s’était envolé.

« Sauf que là, on est pas au pieu ! Commence par comparer ce qui est comparable ! » lançais-je sur un ton on ne pouvait plus froid qui trahissait que ma patience atteignait ses limites.

Je resserrais mon étreinte sur son bras et rapprochais mon visage du sien avant d’ajouter sur un ton d’un calme feint, chargé d’ironie et emprunt d’une colère froide que je contenais pour ne pas me mettre à hurler :

« T’aimes pas les métaphores ! C’est dommage, c’est un domaine dans lequel j’excelle ! Mais très bien ! Tu veux que je joue franc jeu avec toi, dans ce cas je vais être on ne peut plus clair ! »

Je lâchais son bras, la contournais doucement afin de me placer en obstacle entre la porte de mon bureau et elle.

« Arrête de me prendre pour un con ! C’est toi la responsable, la supérieure en toutes choses, l’expérimentée ! Je ne demande que ça de me bouger pour satisfaire tes sautes d’humeurs et faire mes preuves et j’en passe et des meilleurs ! je suis sous ta responsabilité ! Ordonne, j’obéis ! c’est aussi simple que ça !»

Mon débit de paroles s’accélérait, signe de mon énervement, mais je contrôlais encore l’intonation de ma voix afin de ne pas me mettre à hurler. Elle se foutait ouvertement de ma gueule, trop occupée à me rabaisser plutôt que de faire son boulot ! Fallait-il vraiment que je lui donne la définition du mot subordination ?

« Je suis dévoué corps et âmes à mon travail ! En tant que responsable, tu devrais t'en être rendue compte ! Je n’ai que ça ! Je ne vis que pour Genetic ! » mentis-je avec aplomb. C’était vrai avant que je ne laisse Max reprendre sa place dans ma vie, mais ça, elle n’avait pas à le savoir.

« Je suis sous tes ordres. Je ne peux pas faire mieux ! Et ce n’est pas dans mon intérêt de faire tomber Tussle, si ce sont là tes craintes. Mais si tu ne me lâches pas du leste, je ne pourrais rien faire pieds et poings liés !  Bordel ! Je suis une formation d’agent d’infiltration et pour l’instant j’infiltre que dalle !»

Je désignais virtuellement du bras le centre de formation, me rendant compte que j’avais haussé le ton sur la dernière phrase, j’inspirais profondément puis laissais retomber mon bras avant de reprendre, un octave en dessous :

« Reynolds, elle, me faisait confiance ! Elle m’a donné ma chance ! Contrairement à toi !
J’ai bossé avec Romanov ! J’ai participé au nettoyage du bordel qu’avait foutu Harwell à ULCA, j’ai ramené une mutante à Genetic, j’étais en première ligne au Blue Lake où ça a été un bordel intersidéral ! Tu veux mon pédigrée ? Je pensais que tu l'avais déjà ! Je suis un bleu certes, je manque encore d’expérience, mais je ne demande qu’à apprendre pour devenir le meilleur !
Et sous prétexte que tu peux pas saquer Reynolds, c’est moi qui en paie les frais !
J’ai bien compris, tu ne peux pas m’encadrer non plus ! je ne sais pour quelle raison ! Et à vrai dire, je m’en tape !
Je suis navré d’avoir été à son service ! Ca te va ? Elle s’est barrée maintenant ! ou elle a été virée, peu importe ! je ne lui dois plus rien ! Je ne sais même pas où elle est et je n’ai plus aucun contact avec elle si tu veux tout savoir ! Notre collaboration s’est arrêtée aux portes de Genetic et elle s’est bien gardée de s’inquiéter de ce que je devenais ! »


Inconsciemment, je balançais au passage toute ma frustration sur le départ de Kate ce qui rendait mon petit monologue que plus authentique. J’avais découvert que Reynolds était potentiellement de retour, mais je n’étais pas parvenu à vérifier l’information dans le bureau de Dakota et je rageais qu’elle ne m’ai pas prévenu de son retour. M’avait-elle vraiment oublié ? N'étais-je rien d'autre qu'un pion pour elle aussi ?

« Tu peux dormir tranquille, je n’irais pas lui conter tes exploits au plumard ! » rajoutais-je sur un ton plus las.

« Et puis merde ! Ce qui s’est passé entre nous n’a rien à voir là dedans ! Si t’es frustrée, j’y peux rien ! Ne mélangez pas tout Dakota Reese Cooper !! »

Je rivais mon regard dans le sien, bien décidé à ne pas lâcher le morceau aussi facilement même si je ne savais pas vraiment ce qu’elle attendait de moi, si encore elle attendait vraiment quelque chose.

« Si tu veux que je sois aussi bon sur le terrain qu’en baise, arrête de faire ta frigide, fais moi un minimum confiance et je te montrerais de quoi je suis capable ! »

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Ven 12 Juil - 6:17

Tic-tac, c’est pas tout ça, mais je commençais à m’ennuyer moi. Merde à la fin, j’avais gâché un massage à cause d’une de ses boulettes et il voulait vraiment que je l’envoie sur le terrain ? Il fallait être irréprochable dans le boulot. Ici, les écarts et les erreurs ne pardonnaient pas. Et vu qu’en plus, il était sous ma responsabilité, alors tout ce qu’il faisait retomberait sur moi. Je travaillais trop dur depuis trop longtemps pour laisser un minable tout gâcher en faisant des conneries dignes d’un gamin de cinq ans. Oh, il apprenait vite ? Non mais sans blague, il se fichait vraiment de moi ! Et en plus il remettait ça avec cette image du jeu d’échec. Je la haïssais, cette métaphore. Parce qu’à cause du blondinet peroxydé qui servait de super héros au rabais de Genetic j’avais dû apprendre les règles d’un putain de jeu à la con bien prise de tête. J’en avais vraiment ma claque là. Il ne comprenait vraiment rien, j’avais l’impression d’avoir un pauvre plouc qui débarquait dans l’organisation. Il était incapable de se vendre, de se battre pour ce qu’il voulait, et je ne souhaitais pas m’encombrer de bras cassés. N’ayant plus rien à lui dire, je voulus regagner mon bureau quand je sentis une résistance… mon regard se posa tout d’abord sur l’objet du délit. Monsieur se permettait de me bloquer et de me saisir par le bras ? Et en plus de me faire une réflexion. Mes yeux glissèrent alors lentement vers les siens. Cette fois, je ne plaisantais plus du tout.

« Tu as intérêt à retirer ta main ou crois-moi, tu ne pourras plus t’astiquer le manche tout seul. »

Et ce n’était pas une menace en l’air. Il avait peut-être un regain de virilité, mais ce petit couillon n’allait pas faire le paon très longtemps. Il espérait vraiment que j’aurais peur de lui, de ce freluquet ? Pitié, encore une grossière erreur. Oh et là, c’était pire parce qu’il se sentait pousser des couilles en resserrant sa prise. Je levais un sourcil… Des menaces ? Ah non, un véritable élan de… calimero en couche-culotte. Pauvre petit, il n’aimait plus son statut de chienchien ? C’était bien dommage. Il voulait me faire croire qu’il se dévouait à son travail ? Possible, franchement, je m’en fichais. Enfin, non, ça comptait, mais là, je me demandais jusqu'où il était capable d’aller.

J’explosais alors de rire en applaudissant des deux mains.

« Bravo, quelle grandiloquence, quel sens du théâtre ! »

Et monsieur qui fait des arcs de cercle… « J’infiltre que dalle ! », non vraiment, pas du tout dans le genre soap opéra. Par contre, le soap allait finir en thriller horrifique avec son propos suivant. Oh… Kate Reynolds lui faisait confiance… La grande reine des glaces qui avait fait ses putains de tests sur moi lui faisait confiance ? Je l’écoutais, j’avais un vrai demeuré en face de moi ou quoi ?

« Bouh, bouh, le monde est trop injuste. Non mais c’est fini de chialer Stenson ! Maman Reynolds t’a abandonné… mais tu as quel âge ? Ici c’est chacun pour sa pomme, personne n’en a rien à foutre de ce que tu deviens. Tu crois quoi ? Si demain j’avais un accident, tu crois que Tussle s’en soucierait ? Non, ça le ferait juste chier de devoir se trouver un nouveau bras droit à former. Ça te surprend vraiment pour Reynolds ? Va falloir t’endurcir et devenir un homme. »

Lui raconter mes exploits au plumard ? Non mais qu’est-ce qu’il racontait ? Premièrement, il n’y avait pas de rapport et deuxièmement, mes exploits étaient  connus sans avoir besoin de faire de pub.

« Si encore ce n’était que mes exploits sexuels, ça lui rappellerait peut-être ce qu’elle a pu vivre avant de devenir une vieille bonne femme inutile. »

Moi, acerbe ? Non, si peu, mais ça me saoulait que cette femme qui n’appartenait plus à Genetic revienne constamment sur le tapis. Il osait me parler comme cela ? En m’appelant par mon nom entier !

« Mon gars… est-ce que tu sais seulement ce que le mot « frigide » veut dire ? C’est pas parce que tu n’es pas doué et que tu ne fais pas gueuler tes meufs quand tu les baises qu’elles sont frigides. Au boulot c’est pareil. Tu es peut-être appliqué, mais tu n’es pas doué. Gueule autant que tu veux mon con, tu as raison, je fais ce que je veux. Et tu sais quoi, ça me plait. Tu veux savoir ce qu’il faut faire pour que je sois contente ? Plus de bourde et surtout, aucune tentative pour me doubler, c’est clair. Tu parles un peu trop de la vieille peau, si tu as la moindre info sur elle, tu as intérêt à m’en faire part. Tu ne traines pas avec les fortes têtes ou ceux qui font du remue-ménage. Je ne suis pas débile, je sais qu’il y a des choses qui se trament, et tu as intérêt à me tenir au courant de la moindre info que tu dégoteras. Pour l’instant, on n’a pas besoin d’agent d’infiltration. Quand ton heure sera venue, tu le sauras, ça ne sert à rien de réclamer en tapant du pied comme un gamin. Donc pas de vague, tu fais ton taf, et tu ne vis que pour Genetic. Peut-être qu’à ce moment je réfléchirais à ton cas. »

Je m’approchai alors de lui et, d’un mouvement brusque, m’emparai de son poignet avant de le tordre.

« Et ne me touche plus jamais. Hausse encore le ton avec moi et ça se passera très mal. Compris ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Stenson


avatar

Messages : 2854

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Mer 7 Aoû - 18:04

J’avais beau m’égosiller, ça ne servait à rien. Elle m’avait dans le collimateur et ne changerait pas d’avis. Telle la divine connasse qu’elle était, elle balaya mon argumentaire par une vulgaire moquerie, ne s’attachant qu’aux détails lui permettant de me rabaisser encore.
Elle se foutait ouvertement de ma gueule, ce n’était plus à prouver et à cet instant très précis, si elle n’avait pas été une femme, je lui aurais sans doute collé mon poing dans la gueule. Je ne pensais pas être quelqu’un de violent, mais il n’y avait qu’elle pour me mettre dans un état pareil. Il n’y avait plus que ça pour lui faire entendre raison. Je serrais mon poing et me mordit très fortement l’intérieur de la joue, me contentant d’un regard noir. Foutu principes de merde ! Pour elle, j'étais tenté de faire une exception !

J’avais espéré lui rabattre son caquet par ma dernière réplique cinglante. J’avais été trop optimiste.  Visiblement, personne ne pouvais lui faire fermer sa gueule. Je le saurais pour la prochaine fois. Discuter avec elle ne servait à rien. Ca n’en valait pas la peine. J’encaissais le coup, la mâchoire crispée, me répétant de rester zen, qu’elle était ma responsable, tout ça, tout ça… Je devais me calmer ! N’empêche que j’avais quand même foutrement envie de lui en coller une afin de gagner du temps et de peut être me soulager.

Un frisson fort désagréable remonta le long de mon bras lorsqu’elle s’en saisit afin de me menacer. Je tressaillis. Le temps sembla s’être mis en suspend. Je savais que je ne devais pas réagir mais j’avais les nerfs à vif et je ne savais pas ce qui me prenais, j’avais amorcé machinalement un réflexe de défense conditionné par mon entraînement afin de me dégager de son étreinte. Instinctivement, je pivotais sur moi-même afin de lui asséner un coup de coude dans les gencives. La colère m’avait presque aveuglé. Une chance pour elle que j’eus un éclair de lucidité au moment de porter le coup. Je m’arrêtais à quelques centimètres de son visage, plongeais à nouveau mon regard mauvais dans le sien avant de lui adresser un sourire carnassier à mon tour :

« Compris ! Il en va de même pour toi. »

Je me dégageais brusquement de son étreinte, elle n’avait plus aucune emprise sur moi grâce à mon petit tour de passe passe. Je soutins un instant son regard, sans rien ajouter. Tout avait été dit et démontré. Je reprenais mon calme, réajustant le col de ma chemise. J’avais bien compris que je n’aurais jamais le dernier mot avec elle et je ne voulais pas devoir en venir aux mains. J’étais quasiment sûr que c’était ce qu’elle cherchait et je ne lui ferais pas ce plaisir.

Je me détournais et allais m’installer derrière mon bureau. Je pris une pile de dossier et recommençait mon classement, comme si de rien n’était.

_______________________________________________________________

"I'll be here...
I'll be waiting...... for you... so......
If you come here......
You'll find me......
I promise."

You know what :
 

Revenir en haut Aller en bas
http://edfantasy.over-blog.com/
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   Ven 9 Aoû - 21:36

C’était bien un putain de mec. Un minable, abruti et pauvre con. En un mot : Jeremy. Qui était le super chef des crétins qui avait un jour fait croire à tous les autres qu’en faisant preuve de violence envers une femme, il obtiendrait d’elle tout ce qu’il voulait ? Non mais… les mâles détenaient un gène de la connerie ou quoi ? Est-ce qu’un jour un type serait intelligent ? Merde, c’était une question à un million de dollars. Et je pourrais en acheter des chaussures avec un million de dollars…

Mais avant de pouvoir m’acheter une nouvelle paire, il fallait bien apprendre à petit bébé Stenson qu’on ne jouait pas avec maman Cooper. Putain, c’était dégueulasse ce nom. En plus, moi maman. Beurk, autant imaginer… non rien de supplantait cette horreur. Cela n’empêchais pas que Jeremy se comportais comme un de ces trucs là… des marmots gueulards faisant des caprices. Si ça tombe, il avait pissé dans son froc en plus.

Mon souffle se suspendit lorsque son coude frôla ma mâchoire. Plait-il ? Il venait de me menacer ? Ce vermisseau en couche culotte venait de lever la main sur moi ? Sans rien dire, je le laissais faire l’Homme puisque cela l’amusait. Et vas-y que je fais semblant d’avoir le contrôle. Quel sens du théâtre décidément. Et il était enfin derrière son bureau à faire ce pour quoi il était payé. Lentement, je passais derrière lui et posai mes mains sur ses épaules avant de me pencher, de sorte que mes lèvres effleuraient ses oreilles.

« Ne me menace pas, ça ne sert à rien à part t’épuiser. Et tu es parfait ici… là où est ta place… derrière un bureau. »

Je m’écartai de lui. J’avais été très claire, il connaissait ma position sur son avancement et je n’étais pas prête de changer d’avis. Il devait me prouver qu’il nous était dévoué ; sans cela… il ne représentait rien du tout pour moi. Qu’il trie donc ses papiers, c’était la meilleure chose qu’il avait à faire. Et tout ce dont il était capable pour le moment. J’ouvris alors la porte de son bureau, qui n’aurait bientôt aucun secret pour moi. J’aurai un œil sur lui et sur ce qu’il manigançait. Mieux valait être prudent et je n’étais pas du genre à prendre les choses à a légère en ce qui concernait mon boulot. Alors que je quittai la pièce, je le regardai une dernière fois.

« J’ai entendu quelque part « jeux d’humains, jus de vilains ». Si ça ne signifie rien pour toi, réfléchis-y. Tu apprendras beaucoup sur la façon dont fonctionne Genetic… et sur tout ce que je suis capable de faire pour rester à ma place. »

Oh oui, si mes ennemis voulaient jouer, à cause de leur ambition, de leur naïveté ou de leur orgueil, je les réduirai en bouillie, je les presserai jusqu’au jus. Sur le grand échiquier de la vie et de la politique, j’étais gagnante, j’étais un bulldozer. Qui jouait avec moi s’y brûlerai les ailes. Et les fesses de Jeremy rôtiraient dans un beau feu de joie, si jamais il s’avisait de jouer double jeu…

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Is it just for a courtesy call ? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Is it just for a courtesy call ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: GENETIC HEADQUARTERS :: 1ER SOUS-SOL-