..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I don't know anything about us. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: I don't know anything about us. [Terminé]   Mer 15 Mai - 17:51

Je me laissais aller à cette étreinte protectrice et chaleureuse que m'offraient les bras d’Élias. Il était inévitable que je subirai les assauts de la curiosité et du doute jusqu'à ce qu'il dévoile ses secrets, mais je me promettais patience et compréhension. Pourquoi ? Car je ne pouvais renoncer à ces bras qui m'enlaçaient et ce, même après une bêtise. J'étais une mutante, j'avais affronté bien des épreuves et pourtant un connard de première arrivait à me glacer les sangs d'un simple regard. Si encore j'avais pu y lire de la colère ou de la haine, j'aurais été en terrain connu, mais ce n'était pas ça. C'était bien pire ! Dans ses yeux, on avait pu lire cette lueur de désir malsaine... La seule protection qu'il m'était donné d'avoir ne pouvait venir que d'Élias. On pourrait croire que je restais avec lui par intérêt, mais vous auriez tort. Tout ce que je voulais dire c'était qu'il était capable de me rassurer tout en n'étant qu'un simple humain. J'avais confiance en lui, j'étais prête à lui confier ma vie les yeux fermés. Je l'avais déjà fait auparavant et il suffisait de me voir aujourd'hui pour être convaincu qu'il ne me voulait que du bien. Je l'aimais pour toutes ses qualités, des défauts et cette modestie qui le caractérisait. Nous étions en face d'un obstacle et il ne tenait qu'à moi de le passer avec lui ou de jouer les lâches en rebroussant chemin. Seulement... Ce n'était pas moi. Ce n'était pas nous.

Lorsqu'il confirma mes dires comme quoi je ne pouvais rester ici plus longtemps, un frisson me parcouru. Il était tellement bon d'entendre ces mots avec cette pointe d'autorité dans sa voix. Cette étreinte qui se refermait davantage autour de moi, les battements sonores de son cœur faisaient que je ne pouvais rompre cet instant.

- « Merci... »

Voici les seuls mots que je pouvais prononcer et il n'y avait sûrement rien de plus à ajouter, car ils étaient bien superficiels dans ces instants. Par contre, je n'aurai pas été contre l'idée de rester dans cette position plus longtemps, mais Élias semblait décidé à rassembler mes affaires pour fuir le plus rapidement possible cet endroit. Pourtant, j'y avais passé de bons moments. La patronne était une femme adorable avec le cœur sur la main, ce qui était rare de nos jours. Elle m'avait loué cette chambre en baissant le prix et s'était occupée de moi quand Élias ne le pouvait pas. A cette pensée, une bouffée de culpabilité m'envahit. J'allais la laisser après tout ce qu'elle avait fait pour moi... En avais-je le droit ? Sans aucun doute, mais le pouvais-je ? J'en étais moins sûre.

Quelques minutes plus tôt, je faisais la morale à Élias sur la manière dont il s'adressait à moi, lui demandais de se montrer plus égoïste envers moi et là, j'aurai aimé qu'il ne soit pas aussi autoritaire. Pour le coups, je devais reconnaître que j'étais contradiction et chiante. Il dû sentir mon hésitation car il se retourna vers moi pour m'expliquer sa vision des choses qui n'était pas si compliquée à comprendre. Il avait raison, je le savais. J'aurai pourtant aimé que tout se termine bien. Malheureusement, il fallait croire que les fins heureuses n'existaient que dans les contes de fée.

D'ailleurs, à peine m'avait-il lâché que je sentais mon corps se refroidir tout en se rappelant de ce regard. Ce fait n'échappa pas à Élias qui s'empressa de me reprendre contre lui. Je buvais ses paroles et me préparais à faire tout ce qu'il me demandait. Je n'avais plus envie de réfléchir, je devais arrêter et exécuter ce que l'on me demandait. Faire mes sacs ? J'en étais capable.

- « D'accord, je te fais confiance. Je te suis. »

Il n'y avait aucune hésitation dans ma voix alors même que notre situation n'était pas aussi stable qu'on aurait pu le désirer. Je voulais lui faire confiance. Je devais lui faire confiance. Alors je réunissais les affaires présentes dans cette chambre pour les mettre dans ma valise. Il n'y avait pas grand chose puisque la majeure partie était restée chez Élias vu mes derniers aller retour. La valise serait suffisante et elle le fut. La dernière chose que je rangeais précieusement était la photo de mon père. Que dirait-il s'il me voyait aujourd'hui ? Serait-il fier de la femme que j'étais devenue ou serait-il, au contraire, déçu ? J'aurai aimé connaître la réponse. J'aurai aimé lui présenter Élias quand bien même notre relation était atypique. J'aurai certainement dû le convaincre de lui laisser une chance et le rassurer quant aux intentions de l'avocat, mais, au final, il l'aurait accepté. Du moins, je l'espérais, car choisir entre mon père et Élias, j'en aurai été incapable.

- « Moi aussi je t'aime et c'est ma seule certitude... Partons et rentrons à la maison ! », fis-je en lui prenant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: I don't know anything about us. [Terminé]   Jeu 16 Mai - 12:22

Le discours de Capucine a complètement changé. En quelques secondes à peine. Il a fallut que son regard croise de nouveau ce garçon, la voilà on ne peut plus paniquée. Je peux comprendre – en tout cas j’essaye.
Plus de colère, de reproches ni de questions. Elle accepte et se range, docilement.
Il est fort possible qu’une fois calmée et loin de ce danger, la demoiselle reprenne un peu de caractère, de vivant et d’autorité. J’essaye donc de ne pas trop vite me rassurer quand elle me parle de confiance, ni même d’amour…Nous verrons plus tard.

Pour l'heure, ses mots sont tout ce dont j’ai besoin pour aller mieux, pour un peu moins m’en vouloir. Mon secret, ma rencontre avec Kate et mes doutes sur les sentiments de Cap sont un tout qui pèse lourd. Sur mes épaules, sur mon cœur.
Ainsi alors que la belle rempli sa valise, je me sens légèrement plus serein. Ça va aller. Elle a confiance en moi et va me suivre…si ce n’est pour la vie, si ce n’est dans ma démarche face à la découverte de ma capacité, ce sera au moins jusqu’à la voiture. Et c’est déjà pas mal. Il faut le reconnaitre.

J’essaye d’être optimiste, solide pour deux et très présent. D’ailleurs je ne lâche pas sa main tandis que nous descendons les escaliers.

Il n’est pas là. C’est la propriétaire des lieux qui, visiblement inquiète, nous observe attentivement. Je hoche doucement la tête – un salut ou une excuse, je ne sais pas – et m’arrête avec les affaires de Capucine en main. Je sais qu’elle ne voudra pas partir comme une voleuse et je préfère qu’elle aille se faire pardonner, ne serait-ce que pour expliquer qu’elle n’a pas le choix.
A cause de Thomas. A cause de moi. Je m’en fiche royalement. Elle doit partir c’est décidé, et elle ne reviendra pas.

Patiemment j’attends, en leur laissant quelques secondes d’intimité. Cette femme a quasiment recueillit Capucine, quand elle a quitté l’appartement. Je lui en suis reconnaissant et je peux bien lui accorder le respect de sa protégée.
Et puis ça me permet de surveiller les alentours. Il n’est pas là. Le gamin. Enfermé dans les toilettes ? Peut être dehors. Je ne le vois pas. Mais tout va bien. Je ne lui laisserais pas la moindre chance d’approcher de mon amour et c’est avec beaucoup d’assurance que je fais taire ma colère. Ma violence.

« C’est bon ? Allez viens, je suis garé juste devant. »

Mon bras passe autour de ses hanches, la valise dans l’autre main, nous quittons les lieux. Définitivement. Je ne veux pas qu’elle revienne. Quand bien même l’obsédé finirait par être viré, ou par démissionner que sais-je, je ne veux pas savoir Cap ici.
Il pourrait bien avoir l’idée de surveiller le coin, les visites données à la patronne et ainsi surprendre Capucine. Hors de question !
Les affaires dans le coffre, la demoiselle en copilote, je m’installe au volant, donne un dernier regard derrière nous et démarre la voiture. J’ai l’intention de ramener Cap à l’appartement. Là-bas elle sera en sécurité, il n’y aura aucun risque, elle pourra dormir, se reposer tranquillement et manger comme bon lui semble. Je m’arrangerais pour l’appeler et ne pas rentrer tard.
Je dois aller chercher Indio, de toute façon.

« Eh… » Je quitte un instant la route des yeux pour lui sourire, doucement. « Tout va bien chérie, ne pense plus à lui. Je te ramène à l’appartement, ça te va ? Tu préfères qu'on s'arrête boire quelque chose ? »

Qu’importe le rendez-vous ;
Tout peut être remit à demain.
J’agirais d’abord pour nous ;
En m’assurant que tu vas bien.

Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: I don't know anything about us. [Terminé]   Dim 19 Mai - 20:47

C'était sous le regard protecteur et aimant d’Élias que la dernière page d'un chapitre de ma vie se tournait. Bien évidemment, ce n'était pas sans ressentir un pincement au cœur puisque cette chambre avait été la bienvenue lorsque je m'étais retrouvée à la rue. En effet, sans prétention, elle avait recueilli mes soupirs fatigués, mes larmes de désespoir, m'offrant un coin calme où je pouvais me laisser aller, sans craindre d'être épiée. Malheureusement, tout avait changé en l'espace de quelques minutes. Cette ombre menaçante avait ternis l'image de cette chambre douillette. Il ne me restait plus qu'une seule solution : quitter les lieux en essayant de taire ces craintes liées à mon avenir. Car je n'avais pas grand chose, je n'étais personne. Ma relation avec Élias n'était pas stable, loin de là. On pouvait même la qualifier de conflictuelle. Qui pouvait me garantir que demain, je ne serai pas, de nouveau, à la rue ? J'avais peur d'aujourd'hui, de demain, de ce que cet avenir aux côtés d’Élias me réservait.

Mais il me fallait laisser de côté mes interrogations le temps de présenter mes excuses à la patronne du salon de thé. Son aide avait été plus que précieuse et je n'osais imaginer ce qui serait advenu de moi si nos chemins ne s'étaient pas croisés. Je n'avais pas besoin de tout lui expliquer puisque notre petite prestation avait attirée l'attention et elle comprenait ma situation. Elle m'autorisait à quitter l'établissement, même si c'était à contre cœur, et me conseillait de me méfier de mon avocat. Apparemment, elle avait du mal à accepter ma relation et peu importait ce que je pouvais dire, elle n'en démordait pas. Au point, de me dire qu'elle était prête à me reprendre si ma situation venait à dégringoler une seconde fois et si la place était toujours vacante. Je ne pouvais la contredire si bien que je préférais garder le silence tout en acquiesçant.

Après une énième embrassade, je m'empressais de retrouver ma place aux côtés d’Élias qui se dépêchait de placer un bras autour de moi. Il devait sentir que j'en avais gros sur le cœur, car il ne cherchait pas à parler ou à me questionner. Je lui en étais reconnaissante, même si mon regard se contentait de fixer la devanture de ce petit commerce jusqu'à ce qu'elle ne soit plus visible. C'était fini...

- « Hmm ? Ah oui, ça va... Je pense que le mieux est de retourner à l'appartement et si tu veux, j'irai chercher Indio à l'école. Je ferais également quelques courses avant cela pour le dîner de ce soir et voilà... »

Eh oui... Et voilà. C'était tout ce que je pouvais faire aujourd'hui. Il y avait peut être un peu de rangement ou quelques tâches ménagères qui pourront augmenter le nombre de minutes occupées, mais bien vite, je serai à cour d'idée. Il me faudrait également passer du temps avec Indio pour que nous puissions nous apprivoiser et faire en sorte de rendre la cohabitation aussi plaisante que possible pour tout le monde. Peut être avait-il des devoirs à faire ? A son âge, cela m'étonnerait, mais de nos jours, tout était possible ! Je pourrais aussi jeter un œil sur mes cours, ce qui – je devais l''avouer – ne serait pas du luxe ! Mais voulais-je réellement continuer ? Telle était la question !

- « Tu rentres à quelle heure ? J'imagine que tu as encore pris du retard à cause de moi. Déjà hier, maintenant ce matin... Il ne faudrait pas que cela devienne une habitude... »
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: I don't know anything about us. [Terminé]   Ven 24 Mai - 10:57

Je viens arracher Capucine à ces lieux. Je viens la retirer de ce salon de thés, dans l’idée de la protéger. La couvrir, lui donner le meilleur de ma personne et l’aider – peut être – à trouver un avenir préférable. Je viens, en fait, sur mon blanc destrier – enfin presque – sauver la demoiselle en détresse, frapper le gueux et conduire la belle jusqu’au château.
Non. Ça ne marche pas. Non ça n’est pas moi. Non, je ne saurais pas lui offrir une vie de rêve tout simplement parce que je l’emmène avec moi et ma vie est loin d’être idéale. Je ne suis pas malheureux évidemment, et ça me conviendrait, si ça n’était que pour moi. Mais Indio est impliqué, et Capucine aussi, désormais. J’aimerais tant qu’elle soit comblée en marchant à mes côtés ;

Pourtant sur son doux visage, je ne lis que tristesse, regret et amertume.
Quitter cette patronne lui coute sans doute beaucoup et j’en suis navré, j’aurai préféré qu’elle garde ce petit boulot qui semblait parfaitement lui convenir à l’heure actuelle. Mais ce n’était pas possible ! Impensable, avec ce Thomas sur les lieux, je serais devenu fou. C’est ce départ qui la met dans cet état ? Je peine à y croire.
Tout se mélange. Ce que j’ai appris avec Kate. Mon don, les doutes qu’il impose sur les sentiments des gens qui m’entourent, sur l’amour que prétend me porter Cap…et si ce chapitre de sa vie, si ce morceau d’histoire qui porte mon nom ne lui convenait pas et que mon bordel de pouvoir lui cache la vérité ?! La pauvre.

Ma mâchoire se contracte alors que tristement, elle énumère les faibles activités que la journée va lui laisser.
Et que puis-je faire de plus, à part lui offrir ce que je suis ?

« …D’accord ; fais ce que tu veux tu sais. Tu es chez toi à l’appartement, n’hésites pas. »

Dis-je en essayant, comme je peux, de lui offrir quelque chose de rassurant. Matériellement du moins, parce qu’une fois que je l’aurai déposée, je ne pourrais être présent autant que je le souhaite.
Ma main se pose doucement sur sa jambe et j’insiste sur mon sourire dans l’espoir d’en voir un naitre sur ses lèvres délicieuses.

« Ne t’en fais pas pour mon boulot ; eh, ça va. Je gère. Et puis si je dois réduire le nombre de dossiers à prendre, je le ferais. J’ai pris la décision de calmer le jeu avec l’arrivée d’Indio, ce n’est pas de ta faute. Tu entends ? »

La voiture nous guide enfin jusqu’au bâtiment et je ne peux me contenter de m’arrêter sur le côté. je décide donc d’aller jusqu’au garage sous-terrain pour me garer. Je vais monter avec elle, quoiqu’elle en dise. Il me suffit d’appeler mon client et lui parler d’un procès qui s’étale ; que pourra-t-il objecter ?
Je prends sa main quand son regard m’interroge sur mes intentions pour lui sommer de me laisser faire, et nous voilà bientôt dans notre chez nous.

« Bon…ça va aller ? On peut aller chercher Indio ensemble si tu tiens à le faire mais sinon ne t’en fais pas je m’en charge. Comme tu veux ! De toute façon je t’appelle et euh… » Je rapporte une main à ma nuque, embêté, incapable de ne pas bêtement sourire. « On loue un film ? On n’peut pas sortir alors…sauf si tu veux voir des amis évidemment. Et… »

J’ai si peu à te donner.
Je voudrais changer ce que je suis ;
Afin de tout bousculer ;
Et t’offrir la plus belle des vies.

Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: I don't know anything about us. [Terminé]   Dim 2 Juin - 22:41

Oui... Les journées risquaient d'être longues si je ne trouvais pas rapidement un autre boulot, car passer mes journées à étudier n'était pas fait pour moi. J'avais besoin d'avoir du monde autour de moi, d'être au contact des gens quand bien même ceux-ci m'étaient inconnus. J'aimais assister à ces petites scènes de tous les jours, ces gestes, paroles d'amour ou d'amitié autour d'un café ou d'un thé. La vie semblait tout de suite plus simple et plus sensée que celle passait le nez dans les bouquins. Les notions de la sociologie s'apprenaient bien évidemment dans les livres, mais il y avait également cet aspect pratique qui n'était possible d'apercevoir qu'en regardant le monde dans lequel nous vivions. Il me suffisait de regarder les infos pour être convaincue que ce monde ne tournait plus très rond et le phénomène mutant était la cerise sur le gâteau. Plus rien ne serait comme avant. L'homme était créé pour se détruire, alors pourquoi perdrais-je mon temps à lire des bouquins qui me ramèneraient forcément à cette triste réalité. Voilà pourquoi j'aimais bien ce salon de thés. Je n'avais qu'à mettre mon joli petit tablier blanc et sourire au client avant de leur apporter leur consommation. La vie y était simple et je n'avais pas à réfléchir sur cet avenir sombre qui se profilait à l'horizon.

Élias tentait de me réconforter et je le voyais essayer de tout son cœur. J'appréciais, mais force était de constater que ce n'était pas suffisant. C'était horrible de ma part, seulement, cet endroit avait été mon refuge quand lui n'était pas là. Il ne savait pas à quel point cette « famille » m'avait aidé. J'aurai préféré que cette histoire ne se termine jamais ou alors qu'elle se termine dans de meilleures conditions si tant est que cela existe. Mais bon... Je devais faire une croix dessus et saisir la main d’Élias qui s'était déposée sur ma jambe entre temps en décidant de lui faire confiance. Même si j'avais renoué contact avec certains amis ces derniers temps, je ne me voyais pas débarquer chez eux après une hypothétique rupture avec lui. Finirais-je à nouveau seule ?

- « Tu dis ça, mais je ne suis pas Indio... Tu avais du travail ce matin et, finalement, tu as... dû te battre parce que j'ai pas su gérer la situation. A la base, tu as peut être choisi de venir de ton plein grès, mais à cause de moi, ça s'est encore étendu sur la matinée... J'arrive à le deviner. »

Je détournais le regard pour admirer le paysage, même s'il n'y avait rien d'extraordinaire, tout en me raccrochant à cette main salvatrice. Elle était la seule que je pouvais saisir aujourd'hui et, même si cela pouvait sonner pathétique, ça me convenait. Il me fallait juste du temps pour faire mon « deuil » de cette petite routine.

Soudain, je constatais qu’Élias entrait dans le garage. Ne devait-il pas retourner travailler ? Allait-il me faire porter un peu plus de culpabilité ? Pourtant, dans ses yeux, tout m'indiquait qu'il tenait absolument à m'accompagner jusqu'à l'appartement. Peut être avait-il peur que je retourne au salon de thés...

- « On peut aller chercher Indio ensemble si, toi aussi, tu veux y aller. Ainsi, je prendrai un film en chemin. Il me semble qu'il y a un magasin dans le coin... Enfin, je verrai bien. »

Je m'arrêtais ne sachant plus trop quoi dire. Le début de journée avait été suffisamment éprouvant pour expliquer ce sentiment de fatigue, mais il n'y avait pas que ça. Je devais m'avouer que j'étais fatiguée que ma vie soit aussi compliquée. Que ce soit au niveau financier, amoureux, scolaire, santé, professionnel, je finissais par foirer dans tous les domaines... Quand est-ce que cette spirale infernale s'arrêterait ? Je laissais de côté cette interrogation pour souhaiter bon courage à Élias qui insistait sur le fait qu'il m’appellerait un peu plus tard. Je n'en doutais pas, il le ferait, mais nous échangerons une fois encore des banalités sans aborder le cœur du problème. Mais qu'importe. J'étais fatiguée de tout ça. Je décidais de me laisser porter sans me poser de question. Sur ces bonnes pensées, je me dirigeais vers la mezzanine où seul le bruit de mes pas rendait cet appartement moins vide et me recouchais, toute habillée. Nous verrons bien plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I don't know anything about us. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't know anything about us. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CLIMBER'S PLACE-