..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retrouvailles en librairie [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jayden B

Invité

avatar


MessageSujet: Retrouvailles en librairie [terminé]   Jeu 21 Mar - 8:47

10 février

Doux retour aux Etats Unis. Jayden frissonnait légèrement à l'idée de retrouver son foyer, sa famille et ses amis. Elle était partie plus d'un mois et demi de l'autre côté de l'Atlantique et y avait passé de bons moments. D'après elle, tout était plus simple en Europe. On pouvait faire ses trajets à vélo ou avec de simples transports en commun. Pas besoin de prendre la voiture pour aller faire ses courses, poster une lettre ou encore rejoindre son campus universitaire. Elle avait tout particulièrement apprécié son séjour à Paris, lui rappelant les doux souvenirs de son adolescence. Toutes ces boutiques chics, ces restaurants dont le nom parcourait le monde tant la réputation était grande, ces bâtiments et ces musées qui vous faisaient tourner la tête, ces grands parcs à la française … ah Paris ! Douce France !

Quand elle déposa ses bagages dans l'entrée de la maison, pas un bruit, pas un salut, même pas le claquement d'une porte ne vinrent attirer son attention. Personne. Elle secoua la tête, puis se dirigea vers la cuisine, d'où s'échapper une délicieuse odeur de ragoût. Mais pas la moindre trace de sa mère. Elle jeta un coup d'oeil furtif sur son téléphone portable, mais aucun message n'indiquait que ses parents se porteraient absents à son retour. Elle haussa les épaules et tira ses valises jusqu'à sa chambre. Une fois fait, elle en ressortit tout un tas de vêtements et quelques souvenirs d'Europe.

La demoiselle descendit les escaliers, bien une demi heure plus tard. Son père lisait un journal dans le salon, tandis que sa mère venait de surgir de la cave, un bocal de cerises dans les mains.

« Jayden ! Ca fait plaisir de te revoir ! »

Les deux femmes discutèrent longuement autour d'une tarte aux cerises. Jayden avait tant de choses à raconter, que son débit de paroles était presque affligent. Ben Blackwell, quant à lui, restait coi, stoïque, le nez plongé dans son journal. Jayden s'efforçait de ne pas y prêter attention. Elle savait qu'il lui en voulait d'être partie, d'avoir fait ce qu'elle avait toujours voulu faire. Mais heureusement pour elle, il ne l'avait pas rejeté comme un vulgaire torchon. Non, il lui faisait simplement la tête.

Jayden demanda ce qui s'était passé durant son absence. Sa mère lui répondit d'un simple haussement d'épaules « la routine ». Pas la moindre nouvelle de ses amis. La musicienne remonta dans sa chambre, puis envoya quelques messages, notamment à Ingrid, Craig, Sonny et Wyatt … Wyatt qu'elle avait rencontré à Paris, alors qu'elle s'était proposé à donner des cours de musique. Pitoyable échange de savoir. Ils avaient passé plus de temps à rigoler, qu'à vraiment pratiquer. De fil en aiguille, elle avait appris à le connaître, assez bien pour se confier comme une amie. Partir en Europe lui avait fait le plus grand bien. Rencontrer ce garçon, encore plus.

Elle était différente. Ou du moins, semblait être revenue sur ses bases de départ. Elle songeait à Sonny, aux paroles douloureuses et exécrables qui lui avait jeté à la figure avant son départ. Comment recoller les morceaux brisés ? Elle s'en voulait terriblement. Son cœur se resserrait sur lui même. Elle jeta un coup d'oeil vers une boite de couleur bleue, qui pointait le bout de son nez hors de son sac à main. La jeune femme l'aurait volontiers jeté par la fenêtre, mais malheureusement, elle devait encore la garder quelques temps, avant de comprendre de quoi il s'agissait réellement.
Elle avait besoin de prendre l'air, sortir, voir autre chose.

« Je vais faire un tour en ville ! »

Sa mère ne fit aucune objection et son père grommela des paroles incompréhensibles. Jayden prit la voiture et se dirigea vers le centre ville. Au bout de 15 minutes de trajets, elle s'arrêta et se perdit dans les dédales d'un centre commercial. Enfin elle retrouvait son monde, son univers. Un nouveau magasin de musique venait d'ouvrir ses portes et elle ne put résister à l'appel du violon, qui siégeait en maître sur le devant de la vitrine. Après quelques purs essais et moment de jouissance, elle sortir un peu déconfite après avoir demandé le prix. Elle prit un jus d'orange dans un Starbuks, puis son regard se porta net sur la devanture d'une librairie. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas acheté, ni même lu un bouquin. Elle entra et parcourut les nombreux rayons qui offraient un incroyable choix en matière littéraire. Jayden s'arrêta quelques instants sur un roman policier, parcourut quelques lignes et le glissa dans son panier. Elle prit un escalator, puis déboucha dans le rayon BD. Elle n'avait jamais vraiment accroché à cet univers, mais quelques BD humoristiques lui donnait le sourire.

Elle se pencha vers une couverture de BD, puis soudain ses pensées se figèrent. Le visage de Remington lui revenait, comme des fragments de souvenirs qui formaient une mosaïque incomplète. Elle pivota sur ses talons et percuta vélocement le buste d'un grand gaillard. Elle porta sa main au visage, avant d'échapper un « aie » presque rauque. Après avoir levé ses prunelles sombres, son cœur ne fit qu'un bond lorsqu'elle croisa le regard froid et haineux de Remington. Que faisait-il ici ? Bon sang ! Bien sûr, il est citoyen de Californie, il est comme tout le monde … même si son grade de tueur à gage ne le rend pas ordinaire … Elle déglutit péniblement et afficha l'ombre d'un sourire.

« Re … Remington ?! Ah, qu'elle surprise ! » dit-elle d'une voix presque tremblante.

Elle ne devait pas montrer sa peur, son angoisse. Car elle savait. Elle l'avait laissé tombé en partant en Europe, elle avait fuit ses obligations. Et puis, Sonny lui avait sûrement parlé de ses remarques peu agréables. Elle s'en voulait tellement … elle se sentait tellement idiote d'avoir agit de la sorte. La jeune femme s'en mordit les lèvres inférieure, puis laissa échapper son panier qui s'écrasa sur le sol. Que pouvait-elle faire à part lui faire face ? Fuir n'était pas une solution. Fuir n'était pas digne d'elle. Après tout, elle avait changé et savait se contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Lun 25 Mar - 14:44

10 Février 2011 – Début d'après-midi

Jeudi, milieu de semaine. Nous n'étions plus qu'à quatre malheureux petits jours. Il approchait trop vite, beaucoup trop à mon goût et je n'étais pas pressé d'y arriver. Ce que je redoutais, ce n'était pas cette fête des amoureux qui était répugnante tant les commerces se faisaient de l'argent dessus. Ma préoccupation était toute autre. Lundi prochain, Sonny avait son rendez-vous du quatrième mois. Cela voulait dire une nouvelle échographie que je glisserai dans mon portefeuille, voir un médecin, supporter l'hôpital mais surtout tout un tas d'informations à digérer. Tout tueur à gage que j'étais, je n'en menais pas large à l'approche de cette date. J'avais promis à ma fiancée de l'accompagner à chacun de ses rendez-vous mais est-ce que je ne partirai pas en courant rien qu'en approchant de l'hôpital que je ne supportais pas ? Voilà une bonne question.

La veille au soir, Sonny avait perçu que quelque chose ne tournait pas rond. J'étais rarement nerveux, c'était à peine perceptible bien souvent mais elle le remarquait. Je lui expliquais alors cette crainte par rapport à son rendez vous du quatorze. Je n'étais pas obligé d'y aller, elle ne m'en voudrait pas. Pourtant j'irai. Et une de mes motivations, c'était qu'elle n'arriverait pas à se taire et demanderait le sexe du bébé au gynécologue. La connaissant, même si elle tenterait de garder le secret, il ne le resterait pas bien longtemps. Il fallait donc que je l'accompagne rien que pour l'empêcher de poser la question.

Pour le déjeuner, j'étais passé la chercher à l'université, à la fin d'un cours. Nous nous étions rendus dans un petit restaurant où l'on avait déjà mangé plusieurs fois. Il n'était pas très grand, n'avait pas l'apparence d'une machine commerciale. Le cadre y était agréable, accueillant et on y mangeait bien. Tout ce qu'il nous fallait, surtout quand mademoiselle avait des envies de nourriture. Ce que je me gardais bien de faire tout haut comme remarque car elle était du genre à taper. Une preuve d'amour soit disant. Une fois le ventre plein, il nous restait encore un peu de temps ensemble avant le prochain cours de Sonny. Même quelques heures. On se rendit alors à pieds dans une librairie assez fréquentée. Sonny était à la recherche de livres, soit pour ses cours, soit pour sa simple lecture personnelle. On se sépara à l'entrée, en nous donnant un point de retrouvailles. Le rayon des bandes dessinées car inévitablement, j'allais passer par celui-ci même si dans le fond, j'en achetais très peu comparé aux autres livres.

Je m'attardais un moment dans les rayons des livres d'Histoire. Les grandes batailles. Les grands changements de ce monde. Il y avait tellement à apprendre de certains livres qui relataient les erreurs passées et ce, même si l'homme avait le chic pour toujours les refaire. Au bout d'un moment, je finis par en choisir un et pas n'importe lequel. L'Art de la guerre par Sun Tzu, le premier traité de stratégies militaires écrit au monde. Voilà qui m'inspirerait peut être. Ensuite, je me pris la direction des bandes dessinées pour y jeter un œil le temps que Sonny me rejoigne. J'étais là, depuis quelques minutes à en parcourir une presque au milieu d'une allée quand je sentis une personne me percuter. Mes réflexes m'aidèrent pour ne pas lâcher la bande dessinée et le livre de Sun Tzu. Mes prunelles se portèrent ensuite en direction de la malotrue qui avait osé me percuter.

Ma mine s'assombrit aussitôt quand je la reconnus. Il ne manquait plus qu'elle et de toutes les personnes présentes dans cette librairie, il avait fallu qu'elle me rentre dedans. Quand elle leva son visage dans ma direction, je lui adressais un regard froid, ne desserrant pas les dents, attendant de voir quelle serait sa réaction. Une surprise ? Désagréable pour elle, je l'espérais. Je la fixais, une lueur indéfinissable dans le regard, ne prenant pas la peine de jeter un œil à son panier qui s'écrasait sur le sol et ayant encore moins l'idée de le ramasser pour le lui rendre. Je finis par me décider à bouger au bout de quelques secondes dans l'intention de ranger la bande dessinée à l'endroit où je l'avais prise.

« Tu as de la chance que nous soyons dans un endroit fréquenté Jayden sinon tu baignerais déjà dans ton sang. » Menaçant moi ? Si peu. Ma sœur adoptive n'avait que ce qu'elle méritait. Elle était complètement folle, pire que moi. Si j'avais renoncé à tuer Ben Blackwell pour ne pas perdre la famille que je me construisais, je n'avais aucune idée de où sa folie l'avait menée. Je supposais qu'elle n'était pas encore passée à l'acte puisque je parcourais régulièrement les journaux et il n'y avait pas eu vent du meurtre de Ben. Ce n'était qu'un détail ceci comparé aux menaces qu'elle avait proféré contre Sonny, contre moi et contre notre futur enfant. « Un accident est si vite arrivé... Je crois que c'est ce que tu as dit à Sonny, non ? Disparais de ma vue avant que ça soit ce qui t'arrive. » 

[HRP : Sonny nous rejoindra dès qu'elle pourra, tu peux répondre si tu veux ^^ ]

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Lun 25 Mar - 17:37

Le temps c’était figé un instant. Remington. Il se tenait là, droit, un bouquin sous le bras, la mâchoire serrée et les muscles bandés. Qu’aurait-elle donné pour se volatiliser ? Pendant un moment, elle avait eu peur. Peur qu’il agisse, qu’il la frappe dans un milieu public, ou pire qu’il l’ignore. Au final, elle était plutôt contente qu’il lui adresse la parole. Ainsi, il montrait qu’il ne la dénigrait pas totalement et qu’il attendait certainement de bonnes explications. Peut-être était-il prêt à pardonner ? Mais ça, Jayden en doutait fort. D’ailleurs, elle ne cherchait pas son pardon, mais juste qu’il sache la vérité. L’endroit n’était peut-être pas propice pour balancer de lourds secrets, ou même mentionner le monde de dingue dans lequel ils vivent tous deux.

Jayden dégagea une mèche rebelle qui lui barrait la vue derrière l’oreille, puis toisa son frère un bon moment, sans prononcer le moindre mot. Les menaces de Remington ne la touchaient pas. En fait, elle n’en avait rien à faire. S’il souhaitait vraiment sa mort, alors elle n’aurait plus été de ce monde depuis longtemps. Il fallait profiter de ce moment, de cette occasion que le destin venait de mettre en place. Car, malgré l’amour qu’elle portait pour son frère, jamais Jayden n’aurait eu le courage de l’appeler, ni même de le revoir un jour.

Elle se rappelait des menaces qu’elle avait balancées à Sonny et elle le regrettait. Mais pas totalement. Car en quelque sorte, elle n’était qu’une victime dans cette histoire. Victime d’un don qu’elle ne souhaitait pas et qui s’était tout simplement joué d’elle. Jayden n’avait jamais voulu faire partie de ce monde de mutants. D’ailleurs, elle avait beaucoup de mal à les côtoyer et les considérait plus comme des erreurs humaines, plus qu’une évolution génétique. Son don de métamorphose la rendait malade et l’avait poussé à agir de façon bien étrange ces derniers mois. Mais heureusement, une âme charitable l’avait aidé à surmonter tout ça. Elle aurait tant voulu qu’il s’agisse de Remington, mais les évènements qui s’étaient passés entre eux, ne laissèrent pas ce loisir. Comment lui expliquer clairement qu’elle n’avait pas été elle-même ces derniers mois ? Comment ? Car après tout, Remington ne la connaissait pas. Il ne connaissait pas sa douceur, sa délicatesse, sa gentillesse. Il n’avait qu’une maigre vision d’elle, encore une gamine qui jouait à la poupée.

Sonny pouvait peut-être pardonner, car au fond, elle savait que Jayden n’était pas une tueuse. Jamais la musicienne ne porterait la main sur qui que ce soit. Et jamais elle ne le ferait. Elle avait simplement besoin d’aide, que quelqu’un la soutienne. Mais la haine se lisait trop facilement dans les prunelles sombres de Remington. Il n’était clairement pas prêt à écouter le discours de Jayden. Il n’était pas prêt à lui pardonner. Ce coup de poignard, il l’avait encore en travers de la gorge. Elle voyait bien comment son frère la dévisageait. Comme une vermine, un tas d’ordures, une femme certes, mais peu digne de confiance. Mais au bout du compte, c’est lui qui était trop buté pour essayer de voir la vérité. La réalité. Il était venu chez elle, 11 ans après avoir quitté le foyer, menaçant de tuer Ben Blackwell. Certes, Jayden n’appréciait pas son père, mais de là à vouloir sa mort … Sur le coup, elle n’avait pas cru Remington, pas le moins du monde. Il avait changé, la guerre l’avait transformé, elle ne l’avait pas reconnu. C’était un imposteur, un simple tueur et elle avait juste voulu se défendre. Mais ce coup de poignard, lui, ne l’avait pas vu de cet œil. Car au final, il savait qui il était.

Puis la jalousie de Jayden pour Sonny avait déclenché quelque chose en elle. Quelque chose de mauvais, de félin. Elle n’avait pas supporté l’idée que sa meilleure amie puisse vivre tout ce qu’elle n’avait pas connue durant sa jeunesse. Elle n’avait pas supporté le fait que Remington lui souris, la prenne dans ses bras ou encore la console quand tout va de travers. Parce qu’au final, c’est ce qu’elle avait désespérément cherché depuis dix longues années : l’amour d’un frère.
Son pouvoir l’avait totalement changé. Jayden était devenue plus sombre. Elle avait des envies de métamorphose, elle avait envie de se sentir vivante et pour se faire, elle avait besoin de chasser, de tuer. C’est après avoir menacé Sonny, qu’elle s’était enfin rendu compte du ridicule de la situation. Peu à peu, elle s’était écarté de tous ses amis, de sa famille et des êtres les plus chers qu’elle avait. Elle avait pris peur et s’était envolé pour l’Europe, tenter sa chance dans les grands conservatoires, repartir de zéro. C’est à Paris que tout changea pour elle, grâce au soutien de Wyatt. Wyatt, qu’elle ne savait pas comment remercier.

Elle serra les poings, puis se baissa pour ramasser son panier. Lorsqu’elle se releva, elle constata que Remington se tenait toujours devant elle, raide. Elle se rapprocha de lui, puis l’écarta des oreilles indiscrètes. D’une voix basse elle dit ;

« Je regrette ce que j’ai dit à Sonny. Sincèrement. Jamais je ne lui aurai fait le moindre mal Remington … Je ne suis pas une tueuse. Franchement, tu m’as bien vue. Je sais à peine me défendre … j’étais sous une mauvaise influence … j’étais jalouse et puis j’ai pris des choses que je n’aurai pas dut prendre … »

Jayden se mordit la lèvre inférieure. Son cœur battait si fort, qu’elle crut bien entendre sa cage thoracique craquer. Elle voulait qu’il puisse la croire, mais elle en doutait. Cependant, lui dire la vérité la soulagerait. Elle ne s’attendait pas à un pardon, et encore moins qu’il puisse lui accorder une place minime dans son cœur, mais simplement qu’il entende ce qu’elle avait à dire. S’il se dérobait maintenant, elle était certaine de ne jamais pouvoir lui dire ce qu’elle avait sur le cœur.

« Après la soirée d’Halloween, j’avais parlé à Sonny sur ma volonté de prendre ce vaccin que le Maire disait pouvoir nous guérir. Mais Sonny n’était pas convaincue. Selon elle, nous devons accepter ce que nous sommes. Mais je n’y arrivais pas. Je ne suis pas allée à Genetic pour me procurer ce vaccin, mais j’ai fait des recherches sur le net. Certains mutants disaient avoir trouvés un remède, des sortes de pilules qui permettaient de stopper les effets du pouvoir. Au début j’étais septique et je ne voulais pas me risquer dans une mésaventure. Du coup, je n’ai rien fait. J’ai attendue. Mais mes transformations devenaient de plus en plus récurrentes et elles me faisaient de plus en plus mal. Je souffrais beaucoup trop … du coup, je suis allé voir un certain Mike Stepton, un mutant qui avait le pouvoir de créer une sorte de glue toxique lorsqu’il se coupait. Il m’avait juré que ces pilules allaient changer ma vie. Et en effet, elles ont changés ma vie … Au début je ne sentais pas trop les effets. Mais je n’avais plus de métamorphoses. Ca a duré deux semaines. Donc j’ai continué. Mais petit à petit, je me suis sentie bizarre. De plus en plus agressive et j’avais toujours besoin de viande. Une soif de vengeance m’animait et l’envie de tuer était presque devenue vitale. Je devenais susceptible pour un rien, irritable. Quand Ben m’avait clairement dit qu’il s’opposait à mon voyage en Europe, j’ai voulu le tuer. C’est pour ça que je suis venue vers toi. Et quand tu m’as dit que tu n’étais pas prêt, j’étais dans une telle colère, que j’ai menacé Sonny … Mais je … »

Elle s’arrêta, puis baissa son regard vers ses mains frêles et tremblantes.

« Je n’étais pas dans mon état normal Rem … Je te le jure ! »

Ses yeux étaient humides, mais elle ne pleurait pas. Elle n’avait pas le droit. Bien sûr, tout était de sa faute. Mais elle était jeune, elle était désespérée et avait voulu en finir avec cette vie de mutant. Elle avait juste envie d’accomplir son rêve, devenir une grande musicienne.
Revenir en haut Aller en bas
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 31 Mar - 9:19

Est-ce qu'un frère pouvait pardonner à une sœur une erreur commise ? La logique le dictait. Il était censé exister ce lien indéfinissable qui les unissait, un lien qu'un enfant unique ne pouvait pas comprendre et qui faisait que les deux seraient toujours liés. Je me demandais si ce lien avait seulement existé entre Jayden et moi. À sa naissance, je l'avais ressenti. Quand je l'avais tenu pour la première fois dans mes bras alors que je n'avais même pas dix ans, j'avais eu cette envie de la protéger contre vents et marées, de veiller sur elle pour que personne ne lui fasse du mal. Et ce, malgré que j'étais de nature solitaire et que la petite fille qu'elle était alors se montrait collante. Ben Blackwell avait voulu brisé ce lien dès la naissance de Jayden. J'avais résisté durant un moment. Au fil du temps, cette résistance s'était effritée. Ben me détruisait, et avant qu'il ne le fasse complètement, j'avais mis les voiles. Je n'avais que dix huit ans, j'avais conscience que je laissais derrière moi une petite fille qui ne comprendrait pas ma décision. Il fallait que je le fasse, que je disparaisse pour pouvoir survivre et exister par moi-même et non plus sous la pression de ce père adoptif trop présent et surtout pesant sur mon mental.

Des années s'étaient écoulées depuis. Sonny m'avait demandé de tirer un trait sur cette histoire, si je ne pouvais pas revenir en arrière, il fallait que je dise adieu à ma sœur pour en quelque sorte la libérer et qu'elle mène enfin sa propre vie, n'espérant plus mon retour. Je m'étais décidé à le faire, lui dire au revoir alors que je ne l'avais pas fait onze ans auparavant. En retour, j'avais eu droit à un coup de couteau dans l'épaule. J'avais pardonné cet acte, j'avais même ouvert ma porte à Jayden le temps d'un week-end pour que l'on passe un peu de temps ensemble. Il était prévu que l'on fasse disparaître notre père. Pour la première fois, on semblait être sur la même longueur d'ondes. Sauf que mes priorités n'étaient plus les mêmes, et j'étais prêt à renoncer à tuer Ben. Pas elle... J'aurais pu accepter cette perspective, la laissant se débrouiller et prendre son destin entre ses mains. Cela ne me dérangeait pas qu'elle puisse tuer Ben, je supprimais moi-même des vies dans le cadre de mes contrats. C'était ensuite que ça avait dérapé sans possibilité de retour. Qu'elle me menace, je l'acceptais. Mais Sonny... Je ne pouvais pas pardonner. Surtout qu'elle avait tout fait de son côté pour tenter une réconciliation entre Jayden et moi. Pour le remerciement qu'elle en avait eu.. Des menaces de mort sur notre enfant et sur elle...

Alors qu'elle se penchait pour ramasser le panier qu'elle avait fait tomber, j'eus l’irrésistible envie de me pencher pour lui tordre le cou. L'entendre craquer et voir ses yeux effrayés alors que je lui ôterais la vie. La seule chose qui me retenait ? Le lieu public. La présence de Sonny que je ne savais pas très loin. (Et l'interdiction de tuer un autre personnage...) Oh pitié, qu'elle m'épargne le refrain sur les regrets et les paroles qu'elle ne pensait pas. C'était presque à vomir. Sans compter qu'elle semblait me dire qu'elle était... droguée... ? Là où son explication ne tenait pas la route sur le fait qu'elle savait à peine se défendre et ne ferait pas de mal, c'est que ça se contredisait avec la cicatrice que j'avais désormais à l'épaule et avec ce cours improvisé dans ma cuisine. N'importe quel être humain était capable de tuer, même le plus inoffensif que l'on ne soupçonnerait jamais. Il suffisait d'un coup de folie, d'un facteur déclencheur d'une colère, ou même tout simplement d'une peur.

Je ne répondis rien. Je venais déjà de faire l'effort de me laisser entraîner un peu à l'écart pour écouter ce qu'elle avait à me dire alors que je n'avais aucune envie de l'entendre. Je pardonnais une fois, pas deux. D'ailleurs je m'apprêtais à tourner les talons quand elle reprit la parole. Je n'étais pas certain de tout comprendre de ce qu'elle me racontait. Des pilules qui avaient modifié son comportement ? Je la laissais terminer alors que son regard se détournait du mien pour fixer ses mains. Elles tremblaient, cela me faisait une belle jambe. Il y eut comme un froid polaire qui passa entre nous car je ne répondais toujours pas. Que dire de toute façon ? Que je lui pardonnais ? Inenvisageable que les mots sortent de ma bouche pour soulager sa conscience. Et finalement, au bout de quelques secondes, je finis par me décider à briser ce silence qui devenait de plus en plus lourd entre nous. « J'ai fait mon choix il y a onze ans Jay et j'ai appris à vivre avec mes erreurs. Tu fais les tiennes, fais-en de même. Si ce que tu dis est vrai, tu n'étais pas obligée de prendre ces pilules. C'est trop facile de te retrancher derrière. De toute façon, même si tu obtiens mon pardon, ce qui n'arrivera pas, tu as encore Sonny à convaincre et je doute que tu y arrives vu ce que tu lui as dit la dernière fois. Le mieux que t'aies à faire, c'est de tirer un trait sur elle et sur moi. » Comme je l'avais fait à l'époque quand j'avais coupé les ponts avec ma famille adoptive. Peut être que le temps jouerait en notre faveur pour un rapprochement. Peut être qu'il était juste venu ce temps où les chemins devaient se séparer définitivement.

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 31 Mar - 10:21

Le silence était trop lourd, trop dérangeant. Elle voyait bien que Remington se fichait éperdument de ce que pouvait raconter Jayden. Il n'était plus son frère depuis bien des années et la demoiselle ne pouvait le contester. Mais pourtant, elle n'arrivait pas à s'y faire. Croire qu'elle avait encore un lien avec lui, qu'elle pouvait se raccrocher à un homme dont elle ne connaissait rien au final. Elle enviait toujours Sonny de pouvoir approcher Rem d'aussi près, de savoir qu'elle avait un homme sur qui compter. Jayden, elle, était seule. Elle regrettait amèrement ses actes et ses paroles, mais Rem était bien trop têtu pour le comprendre.
Qu'aurait-elle donné pour tout recommencer de zéro ? Oublier tout ce qui s'était passé ces derniers mois ? Elle avait été fragile, très fragile même. Mais ça, son frère ne l'avait pas vu, ou n'avait pas essayé de le voir. Pourtant Sonny, elle, le savait. Combien de fois Jayden lui avait dit vouloir en finir avec cette vie maudite de mutant ? Combien de fois lui avait-elle fait comprendre qu'elle était prête à se jeter d'un pont ?

Bien sûr, Sonny avait agit en fidèle amie, lui remontant le moral du mieux qu'elle le put. Elle lui rappelait sans cesse qu'être mutant n'était pas une malédiction, ni même une maladie. Mais en vain, Jayden tenait de son frère. Elle était bien trop butée pour changer d'avis et d'ailleurs, elle se disait toujours dominée par cette malédiction. Elle aurait donné beaucoup pour tout changer, redevenir une étudiante modèle, normale, avec des soucis ordinaires. Elle n'en pouvait plus de tous ces complots, de ces complications, de ces histoires de famille absurdes et de Remington. Elle ne se fichait pas de le perdre à jamais, car au fond, elle l'aimait. Mais lui n'éprouvait plus rien pour elle. Simplement, de la haine. Une haine exagérée, car elle venait de lui expliquer la cause de ses paroles et que jamais elle n'aurait menacé Sonny dans toute sa lucidité.

Certes elle n'était pas obligée de prendre ces pilules. Personne ne lui avait mis le couteau sous la gorge. Mais elle était désespérée. Elle avait vu trop d'horribles choses, trop de malheurs et pensait qu'en prenant ces substances, tout reviendrait dans l'ordre. On lui avait promis une vie paisible. Mais bien au contraire … Elle regrettait cette décision, mais qui aurait eu le courage de renoncer ? On ne pouvait se fier à personne dans ce monde de dingues. Elle savait que Sonny serait plus attentive. Après tout, les deux jeunes femmes se connaissaient depuis des années. Elles se disaient même sœurs. Remington, lui, n'avait rien vécu avec Jayden. Limite elle avait été un poids pour lui. Alors elle pouvait comprendre sa froideur, la distance qu'il mettait. Une sorte de protection, pour ne pas montrer sa faiblesse.

La musicienne pouvait déballer un tas d'explications sur la cause de son comportement intolérable, mais le tueur lui, resterait de marbre. Non pas qu'il n'avait pas de cœur, mais dans sa tête, il n'avait tout simplement plus de sœur. Jayden serra les poings, puis respira lentement. Elle avait peur que cette haine qui animait son frère, l'empêcherait à tout jamais de revoir Sonny.

« Remington … tu es vraiment une tête de mule … Bien sûr que j'avais le choix de prendre ou ne pas prendre ces pilules, mais … je n'avais aucune idée des conséquences et j'étais désespérée ! Je souffrais et Sonny le savait ça, elle. Mais tu ne peux pas comprendre. Tu n'as jamais été désespéré au point de faire une bêtise. Une bêtise que tu n'aurais jamais faite en temps normal. J'en avais marre d'être mutante, je voulais retrouver ma vie d'avant. Parce que je n'ai pas toujours été ce monstre ! J'avais une vie, et je voulais simplement la retrouver ... »

Il écoutait, mais d'une oreille presque distraite. C'était blessant de voir quelqu'un à qui on se confiait, à qui on balançait des mots qui pesaient sur le cœur, et qui n'écoutait que brièvement. Il voulait partir, ou la détruire. Elle le sentait, elle le savait. Elle l'ennuyait. Mais Jayden n'en serait pas ébranlée, car elle avait appris à être forte. Malgré les actes innommables qu'elle avait commis, les paroles avilissantes qu'elle avait prononcées, Jayden avait mûrie et apprit de ses erreurs.

« C'est sûr, je ne recommencerai pas la même bêtise. Je ne cherche pas ton pardon Rem, mais simplement que tu saches la vérité. Tu as beau croire que je mens, qu'on ne peut pas me faire confiance, mais regarde toi … tu n'es pas mieux. Après tout, tu es un assassin non ? Moi non. Et jamais je ne pourrai tuer pour de l'argent. Alors menacer Sonny, oui je l'ai fais, mais ce n'était que des paroles … des paroles que je ne pensais pas. Et si elle fut vraiment mon amie, alors elle me connaît assez bien pour savoir que je ne le pensais pas vraiment, que je n'étais pas dans mon état normal ... »

HJ: So sorry pour les fautes >_< ! Mais j'ai de la famille pendant deux jours qui vient, du coup j'ai fait vite. J'espère que ça va te plaire quand même :s !
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 31 Mar - 13:24

Quand la sonnerie retentit enfin, j’en fus soulagée. Les cours me pesaient de plus en plus et cela me lassait, mais je ne voulais plus gâcher la somme mirobolante que Remington avait dépensé pour cette année à l’UCLA. Alors j’y allais et je faisais de mon mieux. Mais la passion n’y était plus et j’étais de plus en plus isolée. Je n’avais pas d’ami dans ma filière, Kensie n’était plus à la fac. Bref ça craignait. Donc comme à mon habitude, j’étais la première sortie de l’amphi. EN plus, Remington devait m’attendre, nous avions prévu d’aller manger en ville, un petit resto près de la fac où nous avions nos habitudes et de passer par la librairie, faire le plein de nouveaux ouvrages avant que je doive retourner en cours. J’avais vite enfilé ma veste en cuir par-dessus ma marinière qui marquait délicatement mon ventre arrondi. En plus, j’avais enfin trouvé un jean de grossesse. Bon, ce n’était pas du vrai jean, mais au moins, je ne ressemblais plus à un clown comme ça, je n’étais plus obligée de porter les pantalons de Remington…

Il m’avait attendue près de sa voiture… Le contraire m’aurait étonnée ! Je l’embrassai, retrouvant ma bonne humeur, avant de lui prendre la main pour rejoindre à pieds le resto où j’avais déjeuné un excellentissime carpaccio de bœuf avec une sauce au basilic. Puis nous nous étions dirigés vers sa librairie favorite. Là, nous nous séparâmes afin de mieux repérer nos prochains coups de cœur. J’avais beaucoup de choses à faire avant de le rejoindre au rayon BD. J’avais besoin d’un livre pour un cours, de bouquins pour le plaisir aussi. Mais j’avais aussi été attirée par des livres sur la grossesse et la préparation à l’arrivée du bébé. J’avais regardé autour de moi si Rem n’était pas dans les parages. Je ne voulais pas qu’il voit cela, parce qu’il appréhendait de plus en plus. Pourtant, il avait géré… Quelques jours plus tôt, il avait commencé la fresque dans la chambre du bébé. Il m’avait aussi mise au supplice en m’empêchant d’y entrer tant qu’il n’avait pas fini. Il avait même fermé la porte à clé ! Comme si c’était mon genre d’y aller en cachette ! Bon, ok, je l’avais fait, mais ce n’était pas une raison. Et ce qu’il avait fait, c’était juste magique. J’avais fait de grands yeux émerveillés et je m’étais tournée vers lui alors qu’il avait ses mains sur mon ventre. Je l’avais embrassé. Passionnément. Pourtant, rien que le rendez-vous chez le gynécologue le stressait. Alors que ce serait plutôt moi qui devrait être effrayée. Etre allongée, les jambes en l’air pendant qu’un homme, qui n’est pas votre homme, s’active sur une zone intime… se faire recouvrir le ventre d’un gel froid… voir cette vie qui grandissait en moi et me changeait… cela m’impressionnait. Bien plus que je ne pouvais le montrer. Je devais être forte et rassurante pour lui. Je lui avais même dit qu’il pouvait faire l’impasse sur ce rendez-vous. Alors qu’en réalité, je crevais d’envie qu’il vienne avec moi. Parce que ça me faisait quand même quelque chose de me dire que j’allais rencontrer mon fils ou ma fille. De voir ce bébé formé. Et si quelque chose clochait, je ne tiendrais pas le coup toute seule. Mais ça, je ne pouvais pas le dire. Je me motivais simplement en me disant que s’il ne venait pas, cela me permettrait de demander au médecin le sexe de notre bébé. Mais finalement, il m’avait dit qu’il viendrait.

Bref, je lus quelques pages. Ça parlait des problèmes de femmes enceintes, des aliments à manger à satiété – des légumes, beurk – des exercices de relaxation etc… Je reposais le livre, je préférais ne pas me monter la tête avant de voir le médecin. Lui me donnerait de bons conseils, alors il fallait que je patiente encore quelques jours. Je notais juste dans un coin de ma tête quelques noms de crèmes contre les vergetures. Mon corps n’était pas encore marqué, mais cela me faisait peur. Je redoutais ces traces rouges ou violettes sur la peau, j’avais peur du reflet, ou de ce que Remington pourrait voir ou toucher. Je passais au rayon littérature et embarquais quelques livres dans un panier avant de prendre l’escalator pour atteindre le rayon BD où je devais rejoindre mon fiancé. Je m’y attardais un peu, en feuilletant tranquillement les séries dessinées, me demandant alors où il en était dans la sienne. Peut-être qu’un jour nous verrions des planches avec écrit dessus « Remington Pillsbury ». J’en achèterais, à coups sûr. Je découpais déjà ses dessins dans les divers journaux pour lesquels il travaillait en freelance. J’avais un vrai book maintenant, caché dans mes affaires de cours. Je ne le lui avais jamais montré, parce que c’était ridicule dans le fond… Mais c’était plus fort que moi. Il faudrait vraiment que je lui demande pour sa BD… Il travaillait déjà dessus quand on s’était rencontrés, elle devait avoir bien avancé maintenant. Où était mon fiancé d’ailleurs ? Je le vis enfin de dos. Oh, cette nuque… je la reconnaîtrais entre toutes. Par contre, j’avais l’impression qu’il parlait avec… une silhouette féminine. Et je n’aimais pas trop cela. Déjà que j’avais appris qu’il avait une « amie » fille dont il ne m’avait jamais parlé alors que cela faisait des années qu’ils se connaissaient… Si ça tombe… c’était elle. Une fille marrante, pas enceinte… Merde, j’en avais marre d’être jalouse. Mais il fallait que j’en aie le cœur net, d’autant qu’il m’avait bien semblé entendre mon prénom. Je voulais lui montrer deux livres de Hargreaves, un Monsieur Casse-Pieds et une Madame Casse-pieds, c’était le prétexte idéal. Je m’approchais de lui et je glissais la main droite sur sa hanche tandis que je tendais les livres de ma main gauche.

« Je crois qu’on devrait demander un droit à l’image, mon co… »

Mon sang se glaça dans mon corps. Je n’arrivais pas à la croire, ça ne pouvait pas être possible. Tous mes muscles se tendirent. Les livres chutèrent lourdement au sol alors que mes doigts se crispèrent violemment sur le corps de Rem. Je ne me sentais pas bien, l’angoisse et la colère m’envahissaient. J’aurais préféré que ce soit la fameuse « amie » de Rem, même une ex ! C’était pour dire. Mais non… c’était pire que tout. Elle était là. Et elle, c’était Jayden. Elle avait disparu de notre vie depuis plus d’un mois et j’aurais souhaité qu’elle en sorte pour toujours, mais elle était là. Elle avait menacé de s’en prendre à mon bébé et elle se tenait devant nous, comme une personne normale. Je l’avais crue. Je l’avais considérée comme ma sœur, ma meilleure amie durant tant d’années… J’avais cru qu’elle était heureuse pour moi, qu’elle ferait partie de la vie de mon fils ou de ma fille… avant qu’elle ne nous menace. Je ne pourrais jamais oublier ses mots et son regard. Son regard plus que déterminé, sa haine. Pendant des jours après cela, je n’étais plus capable de sortir sans arme. Si j’en avais eu une là, j’aurais été capable de tirer. Là, dans un lieu public.

« Je ne sais pas où tu étais depuis tout ce temps, mais tu aurais dû y rester. Tu n’as pas à parler de moi, tu n’as pas à nous approcher. Je ne sais pas ce que tu veux, mais tu ne l’obtiendras pas. Rem, on s’en va, je veux partir. »

A moins que je la cogne… car déjà mon corps se tendait vers elle dans un élan et un coup était prêt à partir… Nous menacer c’était une chose. S’en prendre à mon fils ou à ma fille, ce n’était pas pardonnable.

« Jamais on ne te pardonnera, « à moins que tu ne reposes dans une tombe », c’est ça ta phrase ? »

J’étais si en colère… je n’étais même plus capable de dire si dans mon élan j’allais vraiment la frapper ou si tout se passait dans ma tête…

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Mar 2 Avr - 8:05

Partir ou rester... Quand le départ est donné... Faire comme les autres qui font que s'en aller... Ces autres auxquels j'appartenais.. En partant, je tirais un trait définitif sur ma vie passée, rangeant dans un coin de ma tête que j'avais une sœur adoptive qui, cette fois n'existerait plus du tout à mes yeux. Si je décidais de rester, j'aurais toujours en tête les menaces qu'elle avait proféré à l'encontre de Sonny et du bébé. Je me poserai sans cesse la question, me demandant si un jour elle ne les mettrait pas à exécution, à un moment où on aurait baissé la garde et qu'on lui aurait vraiment accordé notre confiance. C'était un choix radical à faire. J'y réfléchissais même si je savais déjà qu'en ne lui accordant jamais mon pardon, la décision avait déjà été prise en ce qui me concernait. J'étais sûrement trop tête de mule pour ouvrir les yeux et être tenté de croire aux propos de Jayden. Également un peu paranoïaque en y regardant mieux mais je n'y arrivais pas.

Une des raisons qui me poussait à agir de la sorte, c'était que Jayden se trompait quand elle affirmait que je n'avais jamais été désespéré. J'avais vécu le désespoir durant plusieurs semaines en Irak. J'avais du supporter des douleurs dont elle ne soupçonnait même pas qu'on pouvait les ressentir. C'était à cause de cette période que je voyais l'être humain sous un autre angle, que j'accordais difficilement ma confiance, et que je me retranchais encore davantage derrière des barrières de cynisme, de froideur et de sarcasme, même si dans le fond, c'était également ma nature d'être ainsi. Quant au pouvoir, je savais exactement ce qu'elle pouvait ressentir. Je détestais le mien. S'il pouvait disparaître, ce serait une bénédiction pour moi. Mais sur ce point, je n'étais pas désespéré comme elle, à faire des conneries et à prendre des substances sans me renseigner sur les effets qu'elles auraient. Souffrir, se renier ok. Agir stupidement, non ce n'était pas possible.

Alors je l'écoutais même si mon attitude signifiait que je ne me préoccupais pas de ce qu'elle disait. Dans le fond, ce n'était pas faux, j'aurais aimé être ailleurs. J'aurais préféré que cette rencontre s'écourte pour que Sonny ne la croise pas. Car c'était ce qui allait se produire d'ici quelques minutes si on poursuivait. Même plus tôt que prévu car je sentis une main se posant sur ma hanche. Nul besoin de me retourner, je me doutais que c'était elle. Sa voix me le confirma et à l'instant où elle s'interrompit, je compris que ses prunelles noisette s'étaient posés sur Jayden. Mon regard se tourna pour observer les livres qu'elle tenait et qui venait de tomber. Tiens un monsieur et madame casse pieds. Elle prenait goût à Hargreaves même si ce n'était pas pour les mêmes raisons que moi. Les doigts de Sonny s'étaient crispés sur ma hanche. Elle n'aurait pas eu une force de moustique, sûrement qu'elle aurait pu me faire mal. Sauf que ce n'était pas le cas. Je savais ce qu'elle ressentait, bien souvent, il n'y avait pas besoin de paroles entre nous, un simple regard suffisait.

Elle me réclama de partir, une demande à laquelle j'étais favorable. Par contre, je ne m'attendais pas à ce qu'elle se laisse aller ou plutôt je le savais au fond, et j'aurais du me méfier. Elle était en train de s'élancer sur Jayden, aveuglée par sa colère. Si je ne l'arrêtais pas, elle la cognerait. Est-ce que je désirais l'arrêter ? Non pas vraiment mais si je ne le faisais pas... J'interrompis Sonny dans son élan, l'attrapant par la taille pour la ramener contre moi. « Ne fais pas ça... » Elle était capable de se jeter sur Jayden telle une furie si je ne l'empêchais pas. Nous étions dans un lieu public, il y avait des témoins... Je comprenais ses raisons mais il fallait garder un minimum son sang froid. Si j'agissais comme elle, il n'y aurait déjà plus rien de Jay. Même si mes intentions devaient être pires que celles de Sonny, il fallait se raisonner, quitte à me montrer le plus civilisé des deux.

Je me penchais vers elle pour approcher mes lèvres de son oreille. « Souviens toi de ce que tu m'as dit mon ange. Laisse-la partir.. Libère-la.. Si c'est ce que tu veux, fais le mais sans violence. Pas ici. » Je desserrais un peu mon étreinte pour la laisser libre de ses mouvements. Cela ne me plaisait pas ce que j'allais faire mais si Jayden avait eu droit à quelques minutes avec moi pour tenter de se justifier, je supposais qu'il fallait lui en accorder quelques unes également avec Sonny. Ma décision était prise mais ma fiancée avait le droit de prendre la sienne, sans que je sois à côté et que Jayden vienne à penser que je la poussais par je ne sais quel moyen. Mon regard se posa sur ma sœur. « On va voir si tu regrettes vraiment. » Si elle tentait quelque chose contre Sonny, ne serait-ce que lever une main dans l'intention de la gifler, j'interviendrai aussitôt et à défaut de pouvoir la tuer dans ce lieu, je n'hésiterai pas à mettre un terme à sa carrière de violoniste. Elle aimait la musique, cela lui tenait à cœur. À elle de faire en sorte que son rêve ne se brise pas en même temps que quelques doigts. « Je ne m'éloigne pas, ne t'inquiète pas. » Mon souffle effleurait la joue de Sonny. Je me reculais d'un pas, puis d'un seconde, mettant une certaine distance pour que les deux jeunes femmes puissent s'expliquer mais pas suffisante pour m'empêcher d'intervenir rapidement si ça devait déraper en violence.

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Mer 3 Avr - 17:44

Elle avait perdu Remington depuis longtemps et Jayden ne pensait plus le récupérer. Mais Sonny restait sa meilleure amie et l’idée de ne plus jamais la voir, lui serrait le cœur. Bien sûr, elle comprenait qu’elle ne veuille plus jamais lui adresser la parole après les douloureuses menaces qu’elle avait prononcé à l’encontre de son bébé et de Remington, mais Jayden espérait pouvoir la retrouver un jour. Car après tout, leur amitié tenait le choc encore quelque part, si elle cherchait bien au fond de son cœur. Elles avaient traversés bien des obstacles ensemble, elles avaient été trop longtemps des sœurs pour que tout disparaisse du jour au lendemain.

Ce que Jayden voulait, c’était un simple pardon. Car il s’agissait d’une erreur, d’une simple erreur. Lorsque le visage de Sonny apparut derrière celui de Remington, Jayden se mordit la lèvre inférieure. Comment allait-elle réagir ? Resterait-elle sur place ? Lui balancerait-elle quelque chose à la figure ? Lui crierait-elle dessus ? Car oui, elle ne s’attendait pas à des larmes de joie, ni même qu’elle saute dans ses bras. Mais la réaction de la cubaine fut plus grande que ne l’aurait souhaité Jayden. Elle vociférait des paroles dures à entendre, elle était si folle de rage, que Remington dût la retenir pour ne pas qu’elle commette un meurtre.

Une boule dans la gorge empêchait Jayden de déglutir. Ses yeux sombres ne pouvaient s’empêcher de fixer le ventre légèrement rond de son ex meilleure amie. La culpabilité lui montait aux yeux, le remord la rongeait de l’intérieur et là, Jayden aurait bien souhaité retourner en Europe pour de longs mois encore. Elle ne savait pas trop comment se comporter devant l’attaque de Sonny, ni même quoi répliquer. Alors elle resta silencieuse, lançant un regard empli de déception à l’adresse de la jeune fille, animée par la rage.

Remington lui demanda de se calmer. Après tout, ils étaient tous trois dans un lieu public et les regards s’étaient retournés vers eux, lorsque Sonny s’était mise à hurler et agiter vivement les bras dans tous les sens. C’était une chance pour Jayden de les avoir rencontrés ici, et elle remerciait le destin d’avoir choisi un tel lieu. Peut-être qu’au final, elle devait continuer à vivre ? Peut-être même, réussirait-elle à retrouver sa vie d’avant ? Enfin, Remington balança quelques menaces à Jayden qui ne retinrent pas son attention. Après tout elle commençait à cerner le personnage et doucement, elle l’effaçait un peu plus de sa vue et de son cœur. Mais Sonny, elle ne pouvait pas. Sa meilleure amie avait une place trop importante dans sa vie et il lui était maintenant vital de lui expliquer. Lui faire des excuses épiques, lui dire ce qu’elle avait sur le cœur et surtout d’avoir son pardon. Car après tout, elle n’avait jamais voulu en arriver là.

« Sonny, avant que tu me sautes à la gorge, écoute-moi … »

Elle pouvait lire la déception de Sonny dans ses yeux. Et la jeune violoniste avait du mal à constater que Sonny se forçait pour ne pas quitter les lieux sur le champ. C’était dur à supporter, pénible même, mais Jayden devait avoir du courage … réparer ce qu’elle avait brisé.

« Je te demande pardon … sincèrement pardon. Jamais je n’aurai dût te menacer et encore moins ton bébé. Je … je n’étais plus la même. Mon pouvoir avait pris le dessus et j’ai voulu m’en débarrasser. Je suis allée voir quelqu’un qui me semblait digne de confiance et au lieu de ça il m’a dupé. Au lieu de disparaitre, mon pouvoir à détint sur ma personnalité … Tu sais très bien que jamais je ne menacerai quelqu’un comme ça ? Tu le disais toi-même, que j’étais différente … »

Jayden détourna son regard. C’était trop douloureux de lire l’animosité dans les perles noires de son amie.

« Après t’avoir menacé, je suis partie en Europe. Je pensais qu’en quittant le pays, je ne ferai plus de mal à personne. Ni à toi, ni à ma famille et ni à mes amis. Car l’envie de tuer était grandissante. Mais j’avais tort. En arrivant à Paris j’étais en manque. J’ai failli tuer quelqu’un … Alors j’ai décidé de mettre fin à mes jours. Mais Wyatt, un garçon que j’ai rencontré là-bas, m’a ouvert les yeux. Il m’a appris à accepter ce que je suis et à contrôler mes émotions. Il m’a en quelque sorte désintoxiqué. J’ai de la chance, parce qu’il habite aussi LA. C’est un garçon formidable et il me faisait penser à toi … Toi qui as également essayé de me faire comprendre qu’il fallait que j’accepter ce que je suis. »

Elle tourna son regard vers Sonny, plus décidée, plus déterminée. Les larmes au bord des yeux, les poings serrés, elle aurait pu tomber en sanglots, mais se retint.

« Je me considère toujours comme un monstre, mais je ne veux pas que cette histoire de mutation, de pouvoirs, de transformation détruise tout. Nous avons été les meilleures amies du monde, on s’est tout dit, on se connait trop bien pour en arriver là. Sonny je t’en supplie … tu me connais mieux que personne ! Tu sais que je ne t’aurai jamais menacé et encore moins la vie de ton bébé, tu sais que je n’aurai jamais fait ça si j’avais été moi-même … »

Jayden venait d’avancer. Elle se tenait à un mètre seulement de Sonny. Ses mains étaient agrippées sur son panier, et l’envie d’enlacer Sonny était grande. Elle voulait qu’elle lui pardonne, mais avait peur du rejet. Car Sonny était capable d’écouter plus le discours de Remington, que son propre cœur et Remington haïssait Jayden.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Jeu 4 Avr - 12:01

Une femme enceinte, ça ne devait pas boire de café. Hum… raté. Une femme enceinte, ça ne doit pas manger trop de sucre. Hum… encore raté. Une femme enceinte doit éviter les contrariétés… Hum… vraiment besoin d’un commentaire là ? Nous aurions dû passer un moment à deux, tranquillement. Pour nous détendre avant que je ne retourne en cours. Tout venait de voler en éclats car elle était là. Jayden. La plus grande trahison de ma vie. Elle qui m’avait adressé des regards et des sourires enjôleurs avant de me dire que je m’étais fait avoir comme une conne. C’était une erreur que je ne commettrai plus. J’avais déjà eu du mal à pardonner à Kensie… Elle, ce serait pire que tout. J’avais envie de l’étriper… non, je n’en avais pas envie, j’en avais besoin. J’avais besoin de savoir qu’elle ne nous ferait jamais de mal. Plus jamais. Et j’étais prête à l’étrangler là, devant tout le monde, si Remington ne m’avait pas attrapée, pour me caler contre lui… Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ce geste, à bien y penser. Il y avait eu le Montana et cette femme en mère Noël qui se pavanait à moitié nue devant lui. Rouuuuuuuuuuuuuu. Si je pensais à elle, ça allait encore plus m’énerver, ce qui n’était pas une bonne chose.

Ne fais pas ça, ne fais pas ça… il en avait de bonnes… Je ne pouvais pas mettre cela sur le compte des hormones ? Non ? Vraiment ? Tant pis… J’étais furieuse… enragée… hors de moi…. Et Remington qui essayait de me raisonner. En reprenant mes mots en plus, le satané voleur. Il avait dû me haïr en entendant ces paroles… je comprenais mieux ce qu’il avait pu ressentir quand je lui avais sorti ce ramassis d’idiotie. Il n’y avait donc vraiment que des conneries dans ma tête, c’était affligeant. La libérer… mais la libérer de quoi ? C’était une folle furieuse, une malade qui avait voulu s’en prendre à nous !

Ma tête se tourna vers Remington lorsqu’il se recula et que je ne le sentis plus contre moi… J’ignorais même ce à quoi je pensais. Mon visage devait être fermé et mes prunelles noires. En un sens, j’en voulais à Rem de me laisser face à elle, même s’il n’était pas loin. C’était la même chose à chaque fois. Il voulait que je grandisse, il désirait me rendre plus forte, et pour cela, il me forçait à affronter mes peurs. Seule, simplement en restant prêt de moi. Je le détestais, à chaque fois qu’il faisait cela. Il me faisait mal, à me mettre à l’épreuve, même si c’était pour que j’en ressorte grandie. Je ne lui répondis même pas et mon regard se reporta sur Jayden. Quelques minutes, c’était tout ce qu’elle aurait. Et ce n’était pas son regard qui allait m’attendrir, ça ne prenait plus. Que je l’écoute… comme la dernière fois ? Et depuis quand ils se permettaient tous de reprendre MES mots pour les retourner contre moi ? Son pouvoir qui prenait le dessus… Je ne savais pas quelle était la véritable Jayden, voilà la vérité.

« Tu aurais dû rester en Europe… »

Et je n’aurais pas eu à supporter ce ramassis de mensonges. Son histoire de suicide… ça aurait dû me toucher mais non… même pas. J’aurais aussi pu tilter à la mention du nom de Wyatt… Wyatt… en France… Non, ça ne pouvait pas être « mon » Wyatt. Je refusais de croire qu’elle ait pu approcher un autre membre qui comptait pour moi. Je n’arrivais pas à entendre les soi-disant améliorations de sa vie. J’avais essayé un millier de fois de l’aider… Et là, elle aurait laissé un parfait inconnu l’aider et réussir ? Non, trop irréaliste.

Instinctivement, je reculai d’un pas. Elle venait d’avancer, prétendant qu’elle n’aurait jamais pu nous faire du mal.

« Menteuse ! Jamais fait de mal ? Tu m’as déjà griffée, tu m’as menacée. Sous l’effet de… de… de ce que tu sais ! Je t’ai tendu la main. Je t’ai offert mon aide pour lutter contre ça. Tu savais que je pouvais t’aider. Même Rem voulait t’aider à sa manière. Tu nous as craché dans la main, tu n’as jamais voulu qu’on t’entraîne. Et merde, tu veux me faire croire que tu as laissé un parfait inconnu t’aider avec un secret dont tu as honte ? »

J’avais besoin de réfléchir. Je n’arrivais pas à la croire… J’avais toutes les peines du monde à croire à ses larmes. Je lui avais proposé mon aide. Plus d’une fois ! Elle savait ce que j’avais vécu, elle savait que je pouvais l’aider. Jamais elle n’avait accepté. Jamais.

« Ton frère que tu détestes tant, il me semble qu’il t’avait proposé de t’aider. Tu avais une place dans notre vie, Jay. Tu avais une famille ! Tu étais notre famille. Nous t’avions fait une place. Tu n’en as pas voulue. Et tu nous l’as fait comprendre de la pire façon qui soit. »

C’est vrai ! Je ne savais pas vraiment jusqu’à quel point Remington et elle s’étaient rapprochés, mais il y avait eu du progrès. Jayden avait même passé tout un week end chez lui alors que nous avions rompu. Il devait lui apprendre à se défendre, mais au lieu de cela, elle s’était enfermée dans une jalousie encore plus maladive que celle dont j’étais capable.

« Tu te caches derrière le monstre Jay, mais tu le laisses te bouffer. Rem a un monstre lui aussi… mais il lui résiste. En dépit de tout, il a accepté d’aller de l’avant, de me donner une chance et de t’en donner une. Voilà la différence entre vous deux. Tu avais un frère et une amie, tu n’en as pas voulu, il se bat pour être lui et ne pas laisser le reste prendre le dessus. Toi, tu es le monstre. Au point que je sorte armée les jours qui ont suivi. Je ne t’ai pas volé ton frère. J’ai fait ma vie avec un homme que j’aime. Tu avais ta place… Comme Rem m’a fait une place, toi tu en as été incapable. »

Mes paroles étaient dures, je le savais. Mais j’étais épuisée d’un coup. Je me tournais pour approcher de Remington et alors que ma main droite reposait sur mon ventre, ma main gauche caressa ses doigts. Je ne baissais pas la voix, me fichant qu’elle entende ou pas.

« Je ne sais pas pourquoi tu l’avais laissée revenir dans ta vie ce fameux week-end. Si c’était important pour toi et que tu la crois, je ne t’en voudrais pas. Je sais que tu l’as aimée quand tu étais enfant. Ben avait tort. T’es quelqu’un de bien. De bien meilleur que cette famille. Mais si tu veux avoir un semblant de lien avec elle… Je sais que les gens changent. Tu ne te croyais pas capable de faire de belles choses et pourtant… Peut-être qu’elle le peut encore, moi, j’en sais rien. »

[HJ : j'ai décidé de faire ma chieuse red]

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Sam 6 Avr - 7:43

La déception. C’était surement le maitre mot qui l’animait au moment présent. Les bruits qui l’entouraient, les mouvements des consommateurs qui animaient cette vaste salle remplie de bouquins, revenaient subitement à elle. Oui Jayden, revenait dans le monde réel, où les gens ne pardonnent pas. Où ils craignent n’importe quoi, où la générosité n’existe pas, où l’égoïsme écrase les petites personnes comme elle, qui croient qu’avec de belles paroles, elles peuvent tout reconstruire. Jayden était déçue et bouleversée par les propos de Sonny. Que cherchait-elle ? A lui montrer à quel point les menaces qu’elle avait proféré à son encontre lui avait fait mal ? Mais ça, Jayden le savait très bien, pas besoin de le lui rappeler.

Pourquoi n’essayait-elle tout simplement pas de pardonner, chercher ce lien encore existant au fond de son cœur et tout reconstruire ? Car c’était encore possible et Jayden le sentait. Elles pouvaient redevenir amies, oublier le passé et affronter l’avenir ensemble. Mais Sonny avait visiblement l’intention d’emprunter une autre voie, celle de la solitude. Elle n’avait d’yeux que pour Remington, un homme qui vraisemblablement, réduisait sa vie à un cercle restreint. Et le jour où rien n’ira plus, vers qui Sonny se retournerait-t-elle ? Vers qui ? L’idée qu’elle puisse se retrouver à l’abandon lui fendait le cœur. Car après tout, c’est ce qu’elle avait subi, elle. Arrivée en Europe, elle s’était sentie plus seule que jamais, avec ses problèmes et ses remises en questions. Et plus jamais elle ne voulait revivre un tel enfer.

C’est vrai, Jayden avait déjà griffé Sonny. Mais ne s’était-elle pas excusée après ça ? Ne lui avait-elle pas expliqué qu’elle était une menace pour les autres ? Bien sûr, Sonny lui avait proposé de l’aide, son aide. Mais Jayden avait tout bonnement refusé. Par fierté ? Non, certainement pas. Elle n’avait tout simplement pas voulu blesser Sonny d’avantage. Elle avait souhaité se débrouiller seule, pour éviter de blesser quiconque.

Les propos de Sonny étaient durs. Et chaque mot semblait avoir un impact direct dans le cœur de la violoniste. Comment pouvait-elle encore tenir debout ? Elle l’ignorait. Mais les larmes lui montaient aux yeux. Bien que Sonny n’ait plus que de l’amertume pour la musicienne, celle-ci ne pouvait se contenir plus longtemps. Alors elle lâcha des larmes, lourdes et impossibles à retenir. Sa gorge se nouait, ses tripes se retournaient. Elle n’avait pas envisagé une rencontre aussi brutale, de revoir Sonny aussi pleine de rage. Elle l’avait menacé, oui, c’est vrai … mais ne l’avait-elle pas soutenue toutes ces dernières années ? Toutes ces années d’amitiés, que signifiaient-elles pour elle ? Elle l’avait menacé, mais Sonny n’avait-elle pas remarqué un changement dans le comportement de son amie ? N’avait-elle pas eu des doutes ? S’était-elle inquiétée pour Jayden ?

Quand Sonny se retourna enfin vers Remington, Jayden ne lui laissa pas le temps de répondre. Car elle ne voulait pas qu’il gâche tout. Car elle ne voulait pas qu’il dise qu’il était temps de dire au revoir pour la dernière fois. Il n’avait pas le droit de lui voler Sonny. Il n’avait pas le droit de dicter sa vie.

« Je n’ai pas voulu de ton aide, c’est vrai … mais parce que j’ai toujours voulu me débrouiller seule avec cette maladie. Je ne voulais pas que tu me vois souffrir, faible, dans un piteux état. Cet inconnu comme tu dis, m’a sauvé la vie … j’étais sûr le point de tout abandonner Sonny ! Quand j’étais en Europe, je n’ai pas cessé de repenser à ce que je t’ai dit, de ce que je suis, à la situation dans laquelle j’étais. Je me suis torturé l’esprit au point de me dire que je ne méritais pas la vie, car j’étais sur le point de vouloir la mort des gens que j’aimais le plus. Ce garçon m’a aidé à m’en sortir. Il m’a redonné le gout de la vie et m’a fait comprendre par des mots simples, que je pouvais remonter cette pente. »

Elle déglutit péniblement, reprit son souffle et continua.

« Je t'en prie Sonny, tu sais que c’est parfois plus facile de s’expliquer devant un inconnu quand rien ne va plus, car après tout, on se dit qu’on ne le reverra plus. Je sais que tu me détestes … mais je sais aussi que tu peux réussir à me pardonner. Tu dis que Remington a le même monstre en lui et qu’il arrive à le contrôler et bien excuse-moi de ne pas être lui. Je n’ai pas fait l’armée, je n’ai pas subi de tortures, je ne suis pas une tueuse à gage … Excuse-moi d’être ce que je suis. Un être faible … Oui j’étais jalouse. Jalouse que tu sortes avec Remington, que tu vives des choses que je ne pouvais avoir. Il était mon frère et tu peux le comprendre non ? Hayden venait de me quitter, tu débarques à LA, je retrouve mon frère que je cherche depuis des années, puis j’apprends que tu es amoureuse de lui … normal que je sois jalouse. Même si j’aurai voulu que cette jalousie ne prenne pas des proportions exubérantes. Oui, Remington m’a fait une place, mais juste par intérêt. Parce que j’étais obnubilée par une idée débile de vouloir tuer mon père … non mais, tu ne trouvais pas que ça sonnait faux de ma bouche ? Tuer mon père ?? C’est vrai, je lui en voulais de m’interdire ce voyage en Europe, de me freiner dans mes ambitions de violoniste. Mais au point de l’assassiner, sûrement pas. C’est après avoir pris ces maudites pilules que j’ai eu des pulsions de tueuse. Et ma colère envers mon père s’est transformée en haine.
Remington à juste vu en moi une potentielle complice pour un meurtre. Après quoi, il m’aurait délaissé comme il l’a fait il y a 11 ans. Je ne lui en veux pas. Mais je veux juste que toi, tu comprennes que je n’étais pas moi. Que tu as la possibilité de pardonner à celle qui fut ta meilleure amie, qui t’a soutenue durant de longues années. On fait tous des erreurs Sonny … Mais j’ai besoin de toi … tu me manques …
»

Les yeux bouffis par le chagrin déformaient son visage de porcelaine. Elle qui avait d’habitude cette tenue si parfaite, si droite, si propre, semblait se décomposer sur place.

HJ: je crois que Jayden n'a jamais autant parlé de sa vie XD !
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 7 Avr - 16:41

J’étais naïve. Cela avait été mon plus grand défaut. Terriblement naïve, de croire que Jay se réjouirait du retour de son frère, qu’elle accepterait ma relation avec lui. Naïve de croire que Genome était un endroit de paix où tous les mutants étaient admis. Naïve de croire qu’on me ferait confiance. Et je ne pouvais plus me permettre d’être naïve. J’avais un enfant à protéger, et il avait déjà trop souffert à cause de moi et de mes choix. Je ne pouvais pas trancher. Je ne parvenais pas à me faire une idée sur Jayden en si peu de temps, car je n’avais plus le droit de prendre des décisions à la légère. Mes choix n’engageaient plus que ma petite personne. Je devais protéger mon enfant, celui de Remington. Entre être seule, mais en sécurité et être accompagnée mais avec la crainte d’un couteau dans le dos, mon choix était fait.

J’étais incapable de réfléchir. Incapable de dire si oui ou non les larmes étaient sincères ou si elle me mentait encore. Pas en état de penser, pas assez lucide pour cela. Je préférais faire mal que d’avoir mal une nouvelle fois. J’avais perdue trop de monde et trop de monde m’avait trahie. Je ne pouvais pas prendre plus de risque. Je voulais juste rentrer à la maison, me sentir en sécurité, ne pas avoir à me demander constamment si la personne en face de moi désirait encore me tuer ou faire du mal au bébé. C’était peut-être là, mais je désirais différer. Et pire, je faisais quelque chose de mal et de salaud en remettant la décision entre les mains de Remington, mais je n’y parviendrais pas. Pas toute seule et pas maintenant. J’avais besoin de lui, qu’il prenne une décision pour moi parce que je ne m’en sentais pas capable.

Mais elle ne semblait pas décidée à me faire grâce d’un délai, d’un temps de réflexion. Ses mots résonnaient toujours dans mon crâne et ils tambourinaient méchamment. Bien sûr qu’elle avait l’air sincère et bien sûr que je savais qu’on pouvait être désespéré au point de tenter de se tuer…. Je savais ce que cela faisait que d’avoir mal au point que plus rien n’ait de sens… et je savais qu’il y avait des gens pour trouver les mots. Tout semblait vrai mais il était trop tôt. Bien trop tôt. Alors que je m’appuyais toujours sur rem, ma tête se pencha un peu vers Jayden mais mon regard demeurait fixé sur ses pieds. Elle savait tout de Remington, tout et pourtant, elle ne comprenait rien. Remington n’avait pas d’intérêt particulier à tuer son père avec elle. S’il l’avait désiré, il l’aurait fait seul. Pourquoi j’arrivais à comprendre que c’était pour elle qu’il avait fait cela et qu’elle ne le voyait pas ? Remettre tout sur le compte des pilules, c’était petit. Certes, j’avais vu les effets du soit disant vaccin de Genetic lors de la fête d’Halloween mais j’avais du mal à concevoir qu’elle n’ait à ce point rien compris. Ben Blackwell les martyrisait depuis leur plus tendre enfance, et elle, elle ne parlait que de son voyage et de son violon, comme si le passé n’avait jamais existé. Et voilà qu’elle voulait me faire culpabiliser au nom de toutes ces années ? Mais de qui se fichait-elle ?

« Tu n’as donc rien compris ? »

Je lâchais alors Remington pour faire un pas vers elle. Je n’avais bizarrement plus peur. Elle n’avait rien compris. Je pouvais la laisser partir, parce qu’un fossé serait à jamais creusé entre nous.

« Le coupable dans l’histoire, c’est votre père, qui a tout fait pour vous détruire. Rem pouvait le tuer seul, il n’avait pas besoin de petites mains. Il voulait le faire avec toi car Ben a brisé votre lien à tous les deux. Ce n’est pas que sa vie qu’il a foutu en l’air, c’était votre lien. Il voulait t’aider à te libérer, mais tu es trop aveugle pour le comprendre. Ce n’était pas une complice qu’il cherchait. »

Je me tournais, j’en avais plus qu’assez. Je ne pouvais vraiment pas trancher aujourd’hui et quelque chose se passait en moi…

« Je dois aller m’asseoir. Jay, je me suis inquiétée pour toi, plus que tu ne sembles le croire. Mais pour régler nos problèmes, il faut que tu parles avec Remington. Lui seul peut t’aider à comprendre, si seulement tu arrivais à entendre… »

Si tant était que Rem veuille lui parler et j’en doutais. Je pris les mains de mon fiancé et l’obligeai à se tourner, de sorte qu’il tournait le dos à Jayden.

« Je viens de sentir le bébé… Je vais aller m’asseoir… »

Pour la première fois, j’avais senti le bébé bouger. Ça faisait comme des petites bulles dans mon ventre, certainement trop tôt pour que Remington puisse le sentir lui aussi, mais moi, je n’avais aucun doute. Je les laissais là, sans rien ajouter de plus et m’éloignais vers la salle de lecture pour me reposer, réfléchir à tout cela et essayer de sentir mon enfant, en posant la main sur mon ventre.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 14 Avr - 8:39

Je le devinais au regard qu'elle me lança. Sonny m'en voulait pour ce que j'étais en train de faire. M'éloigner de quelques pas pour l'obliger à affronter ses peurs mais également sa colère. Il n'y avait pas besoin de mots, je lisais tout à travers son regard. Nous n'aurions peut être pas le temps ensuite à cause de ses cours, mais d'ici à ce qu'on s'endorme l'un contre l'autre, il y aurait une explication sur le sujet. Je m'attendais à des reproches de sa part. Je serai prêt à ce moment là pour lui expliquer calmement que c'était pour son bien, même si c'était un moment difficile à passer. Je restais en recul, écoutant les propos des deux jeunes femmes. Ma fiancée parlait de moi. Est-ce que j'avais vraiment voulu aider Jayden. Peut être, nous n'avions jamais abordé le sujet en profondeur, je n'avais jamais expliqué à Sonny mes motivations profondes. Elle m'avait fait grâce de ne pas me les demander, se contentant d'observer de loin et d'être présente si je ressentais le besoin de parler.

J'écoutais mais c'était en quelque sorte dérangeant qu'elle puisse en dire autant à mon sujet. Même si c'était pour me complimenter, je n'aimais pas ça. Tout le monde s'arrêtait à la façade tueur à gage et homme dangereux en ce qui me concernait. On en avait eu une belle preuve à Genome. Rares étaient les personnes qui allaient au delà des apparences et qui tentaient de creuser en ce qui me concernait. Certains tentaient de le faire avec plus ou moins de succès. Il n'y en avait qu'une qui me perçait à jour, suivant mes raisonnements, ma logique et mon humour parfois foireux. Elle se tournait d'ailleurs vers moi pour se rapprocher. Nos mains s'effleurèrent. J'adressais un regard rassurant à Sonny. Elle était forte, elle venait de se le prouver. Par contre, elle était en droit de se taire pour la suite. Je lui jetais un regard qui voulait dire « tais-toi, ne dis rien à ce sujet » alors qu'elle évoquait l'amour fraternel que je ressentais pour Jayden quand j'étais enfant. Elle n'avait pas besoin de savoir ça. J'étais le frère qui avait renié sa famille, qui était parti sans se retourner, c'était tout ce qu'elle avait besoin de savoir.

De parler de ces choses, c'était pire que de remettre la décision entre mes mains. C'était exactement ce que Sonny était en train de faire. Mais Jayden revint à la charge avant que je me décide à ouvrir la bouche pour faire part de la sanction. Ah voilà, je lui avait fait une place par intérêt, c'était une explication qui me convenait mieux et beaucoup moins dérangeante. Merci Jayden de penser de la sorte. Bon, on pouvait y aller à présent. La main de Sonny quitta la mienne et de nouveau elle fit face à sa meilleure amie, ou ex meilleure amie plutôt. Non pas ça... Tais-toi. Pourquoi j'avais utilisé mon bon du silence, j'aurais pu m'en servir pour la faire taire. « Sonny... » Impossible de l'arrêter. Fichue bonne femme incapable de se taire une fois lancée et qui ne disait pas que des bêtises quand elle le voulait. Quand elle se retourna, cette fois mon regard disait « c'était un coup bas de révéler ce genre de choses, on en discutera plus tard ». Sans forcément qu'il y ait une dispute derrière mais si elle pouvait éviter d'en révéler trop à mon sujet ou de la manière dont elle me percevait, ça m'arrangerait.

Mes mains se resserrèrent sur les siennes alors qu'elle m'obligeait à me tourner. Elle voulait me dire quoi... Prends la décision pour nous, tente de la raisonner. Fais ce qui est le mieux pour toi ? Ah non le bébé.. Il venait de bouger. Mes prunelles se posèrent aussitôt sur son ventre, comme si une main ou un pied allait en sortir. Peut être même une tête. Ok... à choisir entre aller m'asseoir avec Sonny pour tenter de sentir un bébé bouger et me tourner pour affronter Jayden, j'optais sans hésiter pour la seconde option. La première était un paramètre inconnu pour moi. Je n'étais pas prêt, j'aurais préféré que ça se produise chez nous plutôt que dans un lieu public pour me sentir à l'aise. « Ok.. Je te rejoins d'ici quelques minutes.. » Je regardais Sonny s'éloigner vers la salle de lecture avant de me décider à me retourner vers Jayden.

Et voilà, un nouveau face à face. Sonny lui avait conseillé de parler avec moi pour comprendre certaines choses. J'étais peut être la clé, le facteur ou peu importe le nom qui pouvait permettre de débloquer la situation. Il fallait que ça repose sur mes épaules alors que je n'avais rien demandé, la décision était prise en ce qui me concernait. Alors que dire à Jayden ? « Je ne changerai pas d'avis en ce qui me concerne Jay... Si Sonny veut te pardonner avec du temps, je n'irai pas contre son choix mais tu ne seras pas la bienvenue chez moi. Vous vous verrez ailleurs, dans un lieu public. Pour le moment, fais toi juste oublier quelques temps. Ne cherche pas à le revoir dans l'immédiat, contente toi de lui envoyer des messages. Peut être qu'elle y répondra un jour, je ne sais pas. Tu verras bien. » Les numéros de nos portables n'avaient pas changé, il y avait toujours moyen de nous contacter. Je me gardais bien par contre de dire à ma sœur adoptive que nous avions déménagé. Je ne souhaitais pas la voir débarquer chez moi. Pas après les menaces qu'elle avait proféré contre Sonny..

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 14 Avr - 18:06

« Rem … » répondit-elle d'un ton as.

C'était fatiguant de se confronter continuellement. Comprenait-il que ses paroles étaient blessantes ? Peut-être … Il ne voulait plus la voir, ni même lui parler, c’était évident. Il était si borné qu’il lui serait impossible de pardonner. Jayden comprenait parfaitement, car elle n’avait toujours pas digéré le fait qu’elle fut sur le point de tuer son père par la faute de Remington. Elle avait été influencée, elle avait voulu agir comme une criminel dans le seul but qu’il la regarde, qu’il l’admire, qu’il l’encourage. Elle avait voulu l’amour de ce frère, mais avait tout gâché avec de simples mots. Tant pis. Elle savait à présent que jamais elle ne pourrait retrouver Remington. Jamais plus.

Mais comment osait-il dire qu’elle ne pouvait revoir Sonny quand elle le souhaitait ? Comment pouvait-il lui balancer des ordres ? Sonny ne lui appartenait pas et il n’avait pas à décider pour elle. Ni même pour Jayden. Si elle voulait revoir Sonny et ne pas se cacher dans un lieu public, alors elle le ferait et Remington n’avait rien à dire là-dessus.

« D’accord. »

Que pouvait-elle dire de plus ? Son cœur se resserrait. Elle aurait voulu balayer Remington d’un simple revers de la main, se diriger vers Sonny et l’enlacer. Lui dire pour la énième fois qu’elle était désolée, qu’elle regrettait ce qu’elle avait fait ou dit. Qu’elle souhaitait repartir de zéro, aider Sonny dans sa grossesse et la soutenir comme elles l’avaient fait jadis. Elle voulait retrouver de l’espoir dans les prunelles de Sonny. Mais voilà, Rem lui bloquait la route, éternellement. Il était trop fort pour qu’elle l’affronte, trop égoïste pour lui laisser une dernière chance. Elle ne savait plus si elle éprouvait de la peine, de l’angoisse ou de la haine envers eux.

« Alors … au revoir. »

Rien. Elle n’adressa même pas un regard à Remington, mais un simple sourire gêné à Sonny, accompagné d’un faible signe de la main. Quand elle se retourna pour s’en aller payer ses articles, les larmes lui roulèrent le long des joues. Ses jambes semblaient ne plus supporter son poids. Elle avait envie de s’effondrer là, devant tous ces gens. Mais fille bien élevée comme elle était, elle déglutit péniblement, s’efforçant de faire bonne figure pour fondre en sanglots chez elle.

HJ: désolé c'est pourri .___________.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   Dim 14 Avr - 20:57

Je ne m’attendais pas à cela en me levant ce matin. Je n’avais jamais imaginé me retrouver face à Jayden ou que Remington me laisse me dépêtrer de cette histoire. Je savais pourquoi il le faisait. Il n’avait jamais voulu que je me sépare de mes proches et il désirait me rendre forte. Mais je n’aimais pas ces mises à l’épreuve. Parce qu’elles faisaient mal. Le feu… Le tir et encore bien d’autres. Mais là, j’avais l’impression que je ne surmonterais jamais cet obstacle.

Jayden n’entendait pas. Pourtant, je lui disais la vérité. Je lui livrais les clés pour qu’elle comprenne que le lien entre elle et Remington était bien réel, mais elle n’entendait pas. Le pire, c’était que je contrariais mon fiancé en lui révélant cela. Je le voyais au regard qu’il me lançait. Nous n’en avions jamais réellement parlé. Je ne lui avais jamais demandé pourquoi il l’avait accueillie tout un week end alors qu’elle l’avait poignardé, ni pourquoi il lui avait proposé cette chose incroyable que de tuer Ben Blackwell ensemble. Il fallait dire que lors de nos retrouvailles, nous avions été occupés à autre chose. Et après… je ne savais pas, je sentais juste que c’était entre eux… à deux… je ne devais pas entrer dans cette équation. Là, je voyais que j’en avais trop dit, Remington n’appréciait pas que je parle de l’homme que je voyais en me levant tous les matins, dans les bras duquel je m’endormais le soir. Mais cela me tuait tellement qu’on le juge toujours… j’en savais plus sur sa part noire et sombre que n’importe lequel de ses détracteurs et je voyais l’homme qu’il était.

C’était comme si elle ne m’avait pas écoutée. Aucune réaction, rien. Alors que mon fils ou ma fille venait de réagir et de bouger pour la première fois. Indescriptible… C’était si bizarre, car c’était vraiment… à l’intérieur. Je me demandais ce que cela ferait quand il serait plus grand. Quand je verrais mon ventre bouger. Quand Remington pourrait lui aussi le sentir. J’étais aussi contrariée que cela arrive à cet instant et en cette compagnie.

J’avais fait tout ce que je pouvais, n’entendant même pas Rem prononcer mon nom. Elle s’en fichait. Elle ne voulait pas me croire et prétendait désirer qu’on soit de nouveau amies… Cela me dépassait. Et Remington m’en voulait, ça sentait la discussion et la mise au point à plein nez. Mais pas maintenant. Le bébé avait bougé, et j’avais besoin de calme. Ce fut pour cela que j’allais dans la salle de lecture, loin de leur conversation que je ne pouvais entendre. Et je ne lisais pas sur les lèvres… Je vis juste Jayden me faire un signe, auquel je ne répondis pas. Je ne pouvais pas prendre de décision aujourd’hui… au-dessus de mes forces. Quand Rem se tourna vers moi, je me relevai pour le rejoindre.

« Avant que tu ne dises quoique ce soit, je suis désolée. Je sais que j’aurais dû me taire, mais je ne suis pas aussi forte que toi pour me moquer de ce que les gens pensent. Anne et Ross me prennent pour une gamine inconséquente et ça fait mal. Et je déteste ce qu’ils pensent tous de toi. Et puis… fallait pas me laisser face à elle. Ça fait mal… »

Il ne devait pas être bien fâché, puisqu’il me serra contre lui et déposa un baiser dans mes cheveux, murmurant un « on en reparlera à la maison, calmement. » Mais il fallait encore que j’aille à la fac… Remington m’accompagna jusque sur le campus, mais je n’avais clairement plus la tête à étudier. Le soir, nous nous étions assis dans le canapé, l’un contre l’autre et il m’avait demandé de ne plus évoquer ses sentiments, même et surtout devant ceux qui ne l’appréciaient guère. Moi seule avais accès à cette part de lui. Sinon, toutes les femmes seraient folles de lui. Je ris à sa plaisanterie. Et moi j’avais ouvert les vannes. Sans pleurer toutefois, mais je lui avais dit à quel point j’avais mal des jugements qu’Anne avait de moi, à quel point j’avais besoin de quelqu’un qui m’aime et qui l’aime aussi. Et que j’avais peur de mon propre jugement sur Jayden, et qu’il avait eu raison dans ce qu’il lui avait dit. Juste une discussion dans le canapé, pour sceller des retrouvailles inattendues…

FIN

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Retrouvailles en librairie [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles en librairie [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: SHOPS-