..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Remember [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Remember [terminé]   Dim 3 Mar - 23:40

Aujourd'hui, Méira est de repos. C'est pas si souvent, et ce n'est pas si souvent qu'elle se repose. Ces temps-ci, la jeune fille jongle entre ses heures de résidente, et celles où elle est à Genome. Pas besoin d'être mathématicien, elle n'a souvent le temps de rien. Et ça lui va. Méira est une sacrée bosseuse et en demande toujours plus. Il n'est pas rare qu'elle n'arrive même pas à rentrer chez elle. Elle dort régulièrement à l'hôpital. C'est bien simple, dans son appartement il y a encore des cartons dans son salon. Pas le temps de ranger. Pas l'énergie de ranger. Pas l'utilité de ranger.

Mais aujourd'hui donc, c'est différent. Méira est de repos et se dirige vers le terrain de basket, déterminée. Sa dernière conversation avec Jeremiah l'a perturbé. Depuis qu'ils se sont retrouvés, après des années de silence, le jeune homme passe du sourire au rejet. Jusque là, Méira tâchai de ne pas en tenir compte, mais ce n'était pas évident à comprendre. Il n'est pas le garçon de son souvenir. Pourtant à l'époque, ils étaient inséparables. Mais voilà, un jour sa mère décède, et Jeremiah s'en va. Il fallait un véritable miracle pour que ces deux personnes se retrouvent, comme par hasard, dans la même ville. Méira marchait sur le trottoir, pensive - comme toujours quand elle marche dans la rue - et il était là. Malgré les années, ils s'étaient tout de suite reconnus. C'était déroutant, imprévu et bon de le revoir. Depuis, ils se revoient de temps en temps. Mais chaque fois qu'ils se retrouvent, la jeune femme ne sait pas sur quel Jer elle va tomber. Celui qui l'accueille les bras ouverts, le sourire aux lèvres. Ou celui qui prend bien soin de ne pas la toucher, fuyant son regard. A croire qu'il y a deux Jeremiah en un. La blondinette voulait clarifier les choses, une bonne fois pour toute. Quelque chose n'allait pas.

A force de trop penser, la voilà arrivée à destination : le terrain de basket. Vue l'heure, elle était certaine de le trouver ici. Bingo. L'effet de surprise serait peut-être un plus ? La jeune fille s'avance donc vers Jeremiah, une petite boule au ventre. Elle espérait qu'il soit dans un bon jour. Un jour où il apprécie sa compagnie. La discussion serai bien plus facile.

La jeune fille traverse le terrain pour rejoindre son ami. Doucement, elle lui tapote l'épaule l'épaule et esquisse un petit sourire."Excusez-moi jeune homme, voudriez-vous prendre une pause ?". Sur ses mots, elle sort de son sac deux canettes de jus de fruits, et un sachet qui contient quelques viennoiseries. "Et non, je ne te facilite pas les choses hein ? Difficile de résister à tout ça!", dit-elle avec un petit clin d'oeil. Il n'y avait plus qu'à croiser les doigts. Pour avoir le bon Jeremiah. Pour pouvoir lui parler, à coeur ouvert. Sinon, tant pis. Une autre fois, pour une autre chance. Maintenant qu'elle l'avait retrouvé, il n'était plus question de le lâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Lun 4 Mar - 6:50

La journée avait hyper mal commencée. Coup de fil du patron pour annoncer une mise à pied avec en prime un beau petit « j’en ai marre de tes conneries Jeremiah, ne reviens pas au boulot tant que tu ne seras pas clean ! ». En somme il était au chômage. Ainsi étaient les choses. Enfin au chômage provisoire. Le seul problème c’est que jusque lors, il n’avait jamais tenu les phases de sobriété très longtemps. Et là il avait un mois pour s’en sortir et pouvoir retourner au boulot. Il se sentait seul et désarmé. Complètement vide. Il n’avait, au fond, jamais lutté. A part pour Melinda. En dix ans il avait dû être clean deux ans pour une fille… Il était lamentable. Il se haïssait pour ce qu’il était peut être autant qu’il haïssait son père pour l’avoir abandonné. Et il avait beau montrer quelqu’un de fort avec un caractère de merde, au fond il était toujours l’ado de quinze ans qui venait de perdre sa mère dans un attentat et son père par la même occasion, puis celui qui avait perdu son grand amour. Il était brisé et il ne remontait pas la pente.

Le pire dans tout ça, c’était qu’il avait retrouvé Méira. Il se souvenait encore souvent de leurs sorties à New York. Ayant toujours vécu à Los Angeles, Jeremiah pouvait visiter la belle New York à chaque vacances. Ça lui permettait aussi d’être proche de sa mère. Et elle, elle pouvait prendre des vacances lorsqu’il était à Los Angeles. Ça leur permettait de se voir plus souvent. Enfin tout ça pour dire qu’ils s’étaient retrouvés, de la manière la plus soudaine qui soit, mais avec joie. Enfin, au début. Non, c’était un mensonge, Jeremiah était content de l’avoir, car elle avait toujours été un soutien pour lui quand ça n’allait pas avec son père. De même que lui avait toujours été là pour elle. Jusqu’au jour du décès de sa mère, où il n’avait que très rarement mis les pieds à New York. Et avec le temps, il s’était persuadé qu’elle le détesterait pour avoir perdu le contact, donc il n’avait jamais essayé de lui téléphoner ou de lui envoyer une lettre. Il avait eu presque honte en la revoyant. Surtout, qu’il n’arrivait pas à être vraiment proche d’elle comme avant, ce qui le rendait bi polaire. C’était du je t’aime moi non plus. Non pas qu’il ne l’appréciait, bien au contraire. Non pas qu’il n’était pas heureux de l’avoir de nouveau dans les pattes. Non, loin de là. Mais il avait peur de lui faire du mal. Et il ne voulait surtout pas avouer ses faiblesses. Avec le temps Jeremiah était devenu quelqu’un de distant et de froid, quelqu’un qui ne vivait que pour vivre, sans but, une âme errante dans un monde qui ne lui correspond plus. Et quelque part, il voulait l’éloigner, pour éviter de lui infliger ses sautes d’humeurs ou encore de le retrouver complètement shooté un matin au point de ne pas pouvoir se lever. Un jour, à ce rythme, il ferait une overdose.

STOP ! Il avait besoin de se défouler, et non de réfléchir. Direction le terrain de basket. La dernière fois qu’il y avait été, il avait rencontré un charmant jeune homme, Lucky, devant lequel il s’était écroulé. Ulcère. Bah oui, il ne lui manquait plus que ça, mais il avait été prévenu. Enfin, il allait jouer, quand même, parce qu’il n’était plus à ça près maintenant. Il ferait attention. Pourquoi ? Aucune idée… Quelque part, il devait avoir encore assez d’espoir pour se maintenir en vie. C’était un début. Un bon début. Alors, il commença les dribles, puis shoota, une fois, deux fois, trois… Ah bah non, le troisième fut coupé.

« Putain Méy ! Tu m’as foutu les jetons ! »

Il avait reconnu sa voix avant même de se retourner pour avoir le physique. Il aimait son sourire, c’était indéniable, et lorsqu’il la voyait il avait du mal à la repousser. Pourtant, il le faisait toujours plutôt bien. Il hésita alors un moment en la regardant. Il n’avait pas donné l’accolade habituelle, lorsqu’il acceptait sa présence, mais il ne l’avait pas tout de suite envoyée dans les roses. Il hésitait. Parce qu’il ne voulait pas lui faire du mal, pas à elle. Elle appartenait à son passé, et c’était précieux. C’était tout ce qu’il lui restait. Les bons souvenirs du passé. Mais comment réagir, comment lui dire, lui avouer tout ce qu’il s’est passé. Pire que ça, comment lui avouer qu’il était un drogué notoire et qu’en le retrouvant, elle avait capturé dans ses filets, un Jeremiah brisé et solitaire.

« Va pour la pause. »

Il se dirigea vers le banc en choppant une canette au passage. Il ne l’avait pas saluée, il n’avait pas eu un mot gentil, il ne l’avait pas touchée, mais il ne l’avait pas rejetée non plus. Etait-ce à un pas en avant ? Ou alors était-il trop perturbé par les nouvelles du matin et par comment trouver une solution ? Car certes il ne payait pas la maison, donc ses frais étaient réduits, mais plutôt gerber que de compter sur papa. Enfin, peut-être pourrait-il essayer de penser à autre chose…

« Ça va ? Qu’est-ce que tu fais ici ? » finit-il par dire avec un ton assez sec.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Lun 4 Mar - 11:31

Râté. Râté, râté et complètement râté. Le Jeremiah présent aujourd'hui, c'était l'autre. Bon, pas encore au point de lui parler comme à un chien avant de l'envoyer promener ailleurs, mais c'est plutôt limite. Elle avait eu le droit de s’asseoir à côté de lui, fallait pas se plaindre non plus! Méira est embêtée. Doit-elle quand même lui dire ce qu'elle a sur le coeur ? Pourtant lui non plus, n'est pas très en forme, elle le voit dans ses yeux, dans son attitude. Ca se ressent, une personne qui va mal. Non, une personne proche qui va mal. Peut-être que finalement, ça n'a rien à voir avec leurs retrouvailles, que ça n'a rien à voir avec elle. Elle pousse un petit soupir, avant de plonger sa main dans le sachet pour prendre un petit pain au chocolat. Méira le regarde un instant, sans mordre dedans, mais sans dire un mot non plus. Elle a bien entendu la question de Jer. Enfin la question ... Presque un ordre d'ailleurs. On sentait le point d'interrogation, mais c'était tout juste. La jeune fille jette un petit coup d'oeil vers son ami, en train de boire le jus de fruits. Il prenait encore soin de ne pas trop la regarder. Voilà encore quelque chose qui lui facilite les choses... "Ca va pas trop mal ... Enfin je crois." finit-elle par répondre, avant de prendre une bouchée. C'est plutôt malin de sa part, elle n'est pas obligée de continuer son discours. Bon d'accord, en fait c'est stupide, c'est le genre de phrase qui aiguise la curiosité de n'importe qui, même de Jeremiah.

Seconde bouchée, juste pour se donner du courage. Elle tient à Jeremiah, elle ne veut pas le perdre. Pas une seconde fois. Et si ce qu'elle s’apprêtait à lui dire le répugne au point de couper les ponts définitivement ? C'est plutôt rare que Méira ait peur de parler à quelqu'un. Surtout quelqu'un qu'elle connaît. Mais là, c'était le cas. Sa boule au ventre ne bougeait pas, ce qui rendait le goûter plus difficile à avaler ... "Jer ... Je ne veux pas que tu le prenne mal, d'accord ?" Oui, commencer une conversation comme ça, ça aide ... "Est-ce que tout va bien ? Je veux dire, par moment tu te montre un peu ... Agressif envers moi, et je ne comprends pas pourquoi". Elle laisse passer quelques secondes avant de reprendre "Est-ce que j'ai fais ou dis quelque chose de mal ?"

Cette fois, Méira ne quittait plus son ami des yeux. Qu'il la regarde ou non, elle avait besoin de lire chacunes de ses réactions, même les plus infimes. Elle se met en mode "analyse de la personne" pour espérer récolter de petits détails. Elle veut comprendre. Elle veut être là pour lui, comme à l'époque. C'était peut-être trop demandé ? Ils n'étaient plus des ados maintenant, mais des adultes. Le temps a passé depuis. Mais pourtant, Méira reste sûre que leur lien n'a pas disparu. Elle sait qu'il est quelque part, au fond de Jeremiah. Elle approche sa main de celle du jeune homme, et la pose, tout doucement, sans le quitter des yeux. "Tu sais que tu peux tout me dire, Jer, n'est-ce pas ? Même si c'est dur à entendre, je peux encaisser. Je sais que quelque chose ne va pas, et j'aimerais pouvoir t'aider. Si tu m'en laisse l'occasion".

Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Mar 5 Mar - 6:51

Quel paradoxe que de faire fuir le peu de gens que l’on aime lorsque l’on se sent seul. Jeremiah avait trop pris l’habitude d’être seul et quelqu’un qui essayait de le comprendre ou de rentrer dans sa vie, le braquait presqu’instantanément. Avec Méira, c’était différent, parce qu’il avait envie qu’elle entre de nouveau dans sa vie, il luttait donc perpétuellement contre sa nouvelle nature. Il luttait pour ne pas l’écraser tel un moucheron, car la jeune femme était la délicatesse incarnée. Il n’en restait pas moins distant et savait qu’il devait la blesser rien que de cette manière. Heureusement qu’il arrivait à se contenir, ce qui n’était pas toujours chose aisée. Comme aujourd’hui. Il contenait ses mots mais pas ses gestes et il restait distant. Aucun touché, aucun mot gentil, rien. C’était Jeremiah, le Jeremiah paumé et solitaire. Complètement brisé par le décès des deux seules femmes que se soient jamais intéressées à lui à part Méira. Enfin dans sa vision des choses…

Ils s’étaient alors installés sur le banc, l’un à côté de l’autre et il laissa la parole à Méira après lui avoir demandé si elle allait bien et ce qu’elle faisait là. Après tout, elle n’avait pas à s’expliquer, mais pour le coup c’était plus de la curiosité qu’autre chose. Il essayait aussi de faire un effort et de ne pas être trop sec et distant, en vain. Bizarrement, il savait, il sentait qu’une explication allait pointer le bout de son nez. Il voyait quand la jeune femme était soucieuse. Pour ça, ils n’avaient pas changés, et le courant était toujours bien passé entre eux, à tel point, qu’ils s’en étaient toujours très bien soutenus. Et c’était le moment de jouer les bons samaritains. Son « je crois » le laissait perplexe. D’habitude, Méira allait toujours bien ou pas bien y’avait jamais de « je crois » ou « peut-être ».

« Qu’est ce qui ne va pas ? »

Jeremiah regardait dans le vide, à l’horizon, attendant la réponse de son amie. Pouvait-il encore la considérer ainsi vu comme il la traitait ? Il avait des doutes… Et quand il la voyait manger sa viennoiserie avec dépit comme elle le faisait, il avait de grands doutes. Chez elle, cette manière de se nourrir n’était pas bon signe. Et voilà nous y étions. Et la sauce montait, et il se contenait, et ça ne fonctionnait pas à merveilles et :

« Mais tu n’es pas le nombril du monde Méira »

Froid. Comme la glace. Jeremiah avait osé. Il s’en rendit compte. Presqu’automatiquement. Il se frappa le front. Et ajouta aussitôt avant qu’elle n’ouvre de nouveau la bouche :

« Je suis désolé »

Il la sentait pétrifiée. Il avait peur qu’elle ne parte en courant et ne veuille plus jamais le voir. Comment avait-elle pu s’habituer à se faire traiter ainsi ? Ça c’était une question à dix mille dollars ! A sa place, ça fait longtemps qu’il se serait lui-même giflé. Alors il l’observa parce qu’elle le fixait et qu’elle méritait au moins la pareille, et il attendit. Il attendit parce qu’il ne savait pas quoi dire. Parce qu’il n’était plus le petit garçon ouvert et charmant qu’elle connaissait, qui avait la joie de vivre et qui surtout n’avait pas de souci de drogue.

« Pourquoi tu es si gentille avec moi depuis ton retour Méy ? Je ne te mérite pas, de même que ta compassion ou ta gentillesse. Je ne suis plus celui de l’époque, même si parfois j’aimerais retrouver notre innocence d’antan. »

Une nouvelle fois, il ne répondait pas directement à la question. Il n’y arrivait pas. Comment pouvait-il lui dire : *écoute Méy je suis un rogué notoire qui vient de perdre son job officieusement, et qui est malade parce qu’il fume trop et qui en plus à fait de telles conneries qu’il a été quelques fois en prison. Tu t’attaches à un mec paumé, sans vie, sans amis un gros con.* Oui, non, il avait beau se le retourner dans la tête dans tous les sens, ça ne fonctionnait pas vraiment. Il faudrait surement qu’il trouve autre chose, ou qu’elle lui arrache les vers du nez, ou que ça sorte en désespoir de cause. Il ne voulait pas la perdre. Pas elle. Pas la seule qui croyait encore un minimum en lui. Il voulait laisser l’illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Mar 5 Mar - 10:20

Outch. Même quand on est préparé au pire, on n'encaisse jamais bien un truc pareil. Et non, en effet, Méira n'est pas le nombril du monde. Elle le sait très bien ça, mais qu'on prenne la peine de lui faire remarquer, pour lui faire mal ... Et bien, c'était réussi. Elle ne peut pas entendre le reste des paroles de Jer, elle n'entend pas qu'il s'excuse. Maintenant elle se contient. L'émotivité, toujours l'émotivité. Elle venait d'être touchée fortement, elle commençait donc à se sentir triste. Mais il ne faut pas être triste, pas trop. Sinon les conséquences sont les mêmes, aqua-girl ... Sa main, posée sur celle de son ami, commence à trembler, alors elle la retire rapidement pour la mettre dans la poche de sa veste. Et puis l'autre aussi tiens, c'est le même problème. Si ça continue, le goûter va prendre fin plus tôt qu'elle ne l'imagine !

Alors elle se contient. Elle tâche de respirer, ferme les yeux, essaye de se calmer, de penser à autre chose. Elle sait que le Jeremiah qui dit ces horreurs n'est pas celui qu'elle a toujours connu. Il a beau faire des efforts pour la rejeter, elle sent que le vrai Jer est quelque part, un peu perdu, mais quelque part. Et elle est déterminée à le retrouver.

Pourquoi elle était aussi gentille ? Elle se tourne vers lui, très étonnée d'entendre tout ça. Et oui, là elle entend. Elle ne sait pas trop quoi répondre pour le moment, mais elle entend cette fois ! C'est bien, ça l'occupe, de devoir réfléchir - et tâcher de comprendre pourquoi il pense ça de lui-même. Elle en oublie sa tristesse, alors ses mains ne tremblent plus. Aqua-girl est de nouveau sous contrôle. "Si je le suis c'est que ..." Bon il pose une sacrée colle aussi celui-là. "Et bien déjà, je l'ai toujours été avec mes proches, suffit de t'en souvenir un peu ... Et puis..." Elle souffle. Elle passe une main dans ses cheveux, jette un coup d'oeil à Jeremiah et souffle encore. "Tu es le Jeremiah de l'époque, il est seulement au fond de toi. Quand je te regarde, je sais qu'il est encore là. C'est pour ça que je reste, même si tu me fais mal. Parce que je veux t'aider à être toi de nouveau".

Elle fini son pain au chocolat et ouvre sa canette de jus de fruits pour en prendre quelques gorgées. C'est jamais évident de s'ouvrir comme ça. Surtout quand l'atmosphère ne s'y prête pas trop. Cinq minutes auparavant, il l'a traitait d'égocentrique quand même. "Alors tu peux me malmener tant que tu veux Jer, je ne bougerai pas. Tu peux tout faire, je resterai à tes côtés."
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Mar 5 Mar - 21:37

Jeremiah n’était pas prêt à changer, pas tout de suite, pas soudainement. Il n’y était pas arrivé jusqu’à présent et ça ne se ferait pas en quelques secondes. Il avait des faiblesses et il en aurait toujours. C’étaient ces faiblesses qui l’avaient fait chaque fois replonger dans la drogue. Ces faiblesses, elles mettraient du temps à disparaître. Il le savait et rien que ça, ça le décourageait. Pourtant, il y avait au moins une personne qui croyait en lui. Une seule et unique. C’était Méira. Ils s’étaient retrouvés il y a peu de temps, mais c’était la seule et unique personne qui continuait de prendre de ses nouvelles et de venir le voir.

Il ne comprenait pas cette farouche envie qu’elle avait d’être prêt de lui alors qu’il était vulgaire et méchant, quand il n’était pas distant et froid au point de jouer les inconnus. Il était devenu une énigme, et surtout il s’était perdu en route. Jeremiah n’était plus le petit garçon qu’elle avait connu et pourtant elle semblait croire le contraire. Il la brisait, il essayait de l’éloigner de lui, mais elle s’accrochait et elle bataillait, elle continuait d’avoir de l’espoir pour lui. C’était hors de son champ de compréhension. Il voyait bien qu’encore une fois il avait été trop loin. Elle se repliait sur elle-même, il avait même l’impression que les larmes allaient couler. D’un côté il se disait « bien fait », d’un autre il avait envie de se traiter de lâche ingrat et d’enfoiré !

Ainsi donc elle faisait appel à leurs souvenirs d’enfance. Elle y pensait toujours, et elle croyait que le garçon de l’époque était toujours là quelque part en lui. Mais pourquoi était-ce si important pour elle ? Ils avaient vécu plus de dix ans sans se donner de nouvelles, et elle avait très bien vécu sans lui, alors pourquoi maintenant, pourquoi de cette manière ? Les gens se passent habituellement facilement de lui. Même son père s’en foutait. Il l’avait abandonné dans sa grande maison et n’était là que pour payer ses cautions. Il l’avait fait deux fois, et par deux fois Jeremiah l’avait remboursé car il ne voulait rien devoir à celui qui avait préféré sa défunte femme à son fils vivant.

Jeremiah observait Méira sans savoir quoi lui dire. Il la voyait croquer pensivement dans son pain au chocolat et la boule qui serrait son ventre grandissait. Une boule de panique et de tristesse. C’était qu’un pauvre naze qui finirait seul.

« Pourquoi tu veux le retrouver, tu as vécu dix ans sans lui ? Et s’il n’existe plus et si je n’étais qu’un pauvre con comme un autre qui ne peut pas être sauvé. Je ne suis plus le même depuis bien longtemps. Je me drogue tu sais… Je bois aussi. Et surtout j’ai été capable de m’introduire dans une rixe et de finir en prison. Ça ne m’étonnerait pas si on m’apprenait que j’ai perdu le contrôle avec une nana ou un gars un soir et que je ne m’en souvienne pas. Tu crois que ce type mérite d’être sauvé ? »

Il lui en faisait voir de toutes les couleurs et elle-même venait d’avouer qu’il lui faisait du mal. Elle n’aurait pas dû. C’était mauvais, une perte de contrôle, un manque de lucidité et il s’en servirait contre elle. Avait elle conscience du combat dans lequel elle s’engageait. Il se leva alors et lui fit face. Posant ses mains sur le banc, une de chaque côté de Méira, son visage vraiment très près du sien…

« Tu crois que vraiment que tu arriveras à faire face à ce que je suis juste pour retrouver un souvenir d’enfance Méy ? »

Son regard était dur, il la défiait. Il lui lançait un défi inavoué.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Jeu 7 Mar - 10:31

Le masque est tombé. La drogue et l'alcool, voilà ce qui avait effacé le Jeremiah que Méira avait connu. Rapidement, tout devient plus clair dans sa tête, c'est facile de lier ses changements de comportements, pourquoi il la repoussait à ce point par moment. En tant que médecin, elle en aurait des choses à lui dire, lui conseiller, mais c'est sûrement pas le médecin dont il avait besoin. Elle le sent bien, qu'au fond ... Il n'a plus personne. Peut-être elle ? Et encore, il remet en question sa motivation, son amitié. A croire que ses souvenirs sont partis en fumée, loin derrière lui. Ils comptaient l'un pour l'autre, fut une époque, est-ce qu'il l'a oublié ? Oui, ils étaient des gamins, loin de connaître la vie et l'eau a coulé sous les ponts, et il en a bavé pendant ce temps, bien plus que Méira - tranquille sans sa petite vie pleine d'amour et de tolérance ... Alors voilà, le masque tombe. Drogue, alcool, prison, bagarre et peut-être même abus sexuels - en tout cas c'est ce qu'il semble dire/croire. Il ne mâche pas ses mots cette fois. Pourquoi une telle violence d'ailleurs ? Il pense lui faire peur ? La faire fuir ? Est-ce qu'il mérite d'être sauvé, ce Jeremiah à la dérive ? "Oui, je le crois". Méira ne se laisse pas démonter pour autant. Elle en a vu d'autres.

Le jeune homme se relève et se positionne en face d'elle, les bras de chaque côté de là où elle est assise. Comme un piège peut-être ? Son regard est très dur, froid, mais Méira ne lâche pas. Elle comprend rapidement que ce n'est pas tout à fait un jeu. Si elle perd, elle le perd et il se perd. Il ne fallait pas se tromper. Il ne fallait pas se louper. La jeune fille est déterminée et ne quitte surtout pas son regard. Elle lui renvoie toute sa détermination et sa force. Elle n'a pas peur. Elle lui a bien dit qu'elle ne bougerai pas, elle ne bouge pas ... "Je ne suis pas prête à faire face à ça pour un simple souvenir d'enfance ... Je suis prête à faire face à ça pour toi." Cela ne sert à rien de lui faire comprendre qu'il est toujours ce même Jeremiah. A peu de chose près, bien sûr. Il a grandi, il est devenu adulte, il n'a plus les même espoirs, ni les mêmes rêves, il a changé, comme on change forcément dans la vie. Mais il semble se définir comme un pommé, drogué, alcoolique, qui ne mérite la présence de personne dans sa vie. Il pense n'être que ça. Méira n'y croît pas une seule seconde. Elle sait qu'il y a plus. Elle sait qu'il y a mieux. Et elle sait aussi que ce ne sera sûrement pas évident de le convaincre. Elle va devoir se battre, et tenir le coup. Oui, elle se doute que ce n'est qu'un début, qu'il va la défier encore. Qu'il ira p'tet encore plus loin.

Elle continue néanmoins de le regarder. Son visage est tellement proche, qu'elle sent son souffle sur son visage à elle. Elle espère que pendant qu'il l'écoute, son regard s'adoucisse, juste un peu. Même quelques secondes, ce serait déjà un petit pas de fait. "Je te l'ai dis, tu peux tout faire, je reste là, Jer" Elle pose une main sur sa joue, puis reprend. "Tu peux me rejeter aussi fort que tu le veux, je ne te lâcherai pas ... Alors ça serait un peu plus facile, si tu ne me rejetai pas ..." Elle esquisse un faible sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Ven 8 Mar - 12:15

On dit souvent qu’avec l’âge vient la sagesse. Dans le cas de Jeremiah, c’était tout autre. Non pas qu’il n’avait pas mentalement grandit, mais il s‘infligeait le pire pour se punir et pour essayer d’attirer l’attention de son père, sans que jamais cela ne fonctionne. Il avait décidé de laisser vivre son fils, de le laisser grandir tout seul, loin de la seule famille qu’il avait. Imaginez ce qu’est de grandir sans un membre de sa famille à ses côtés… une mère décédée d’une manière violente, un père absent, pas de frère ni de sœur, et le reste de la famille décédé ou inconnu. Il était seul, dans une spirale qu’il ne contrôlait pas et sans repères précis. La nounou s’était occupée de lui, mais c’était une vieille stricte et sans âme. Jamais un câlin, jamais une attention. Elle surveillait de loin, lui faisait la cuisine et basta ! Et voilà où il en était arrivé.

Méira voulait le sauver, elle croyait que ça en valait la peine et qu’il le méritait. Etait-ce vrai ? Avait-il sa place dans ce monde où personne ne l’avait vraiment aimé à par sa mère et sa copine, toutes deux décédées. Peut être qu’il était ainsi fait pour connaître l’amour et le perdre aussi vite. Peut être était-il maudit. C’était pourquoi il ne comprenait pas l’acharnement de la jeune femme qu’il venait de retrouver. Non pas qu’il ne se souvenait pas de leur complicité d’antan, bien au contraire. Il en était nostalgique, parce que c’était une époque de sa vie où il était heureux et où il aimait aller à New York. Il y voyait deux des femmes qu’il chérissait le plus. Ce n’était pas négligeable. Maintenant, il ne valait plus rien…

Il s’était approché de Méira, à un point où leurs visages auraient presque pu s’entrechoquer. Il sentait le souffle de la jeune femme sur sa peau et ce devait être la même chose pour elle. Son regard était dur, mais au fond de son cœur, il ressentait un profond attachement à cette fille qui s’accrochait à l’espoir qu’il n’avait plus. Elle était incroyable. Trop peut être. Et s’l lui faisait du mal en la laissant réintégrer sa vie. Et s’il lui arrivait quelque chose comme à sa mère ou comme à Melinda ? Melinda… C’était il y a quelques années déjà, mais elle était toujours présente. Et surtout, il était frustré de n’avoir pu retrouver ces violeurs pour leur rendre leur monnaie de leur pièce.

Il ferma les yeux lorsqu’il sentit la main de son amie sur sa joue. Depuis quand n’avait il pas reçu un geste si authentique de la part de quelqu’un ? Depuis quand n’avait il pas eu une relation sincère et durable avec quelqu’un ? Il avait bien quelques personnes quand même, mais ce n’était pas pareil. Par exemple Craig était un pote avec lequel il était uni par le Basket… Mais ce n’était rien de comparable. L’affection d’une femme changeait beaucoup de chose. Elle s’impliquait plus, et s’inquiétait de ses intérêts, pendant que les autres ne portaient pas attention à sa vie et ne cherchaient pas spécialement à l’aider. Il ne demandait jamais d’aide.

« Méy, tu mérites d’avoir des amis mieux que moi. Qui sauront te soutenir et t’aimer comme il se doit. Je suis un type à problème et quand on s ‘attache à moi, c’est plus souvent pour le pire. Je te rejette pour t’épargner tout ça et pour m’éviter de souffrir à nouveau… »

Elle savait pour sa mère, mais pas pour son père ou encore pour Melinda. Probablement qu’elle ne comprendrait pas, pourtant les faits étaient là. Il se redressa alors, les yeux rougis, et s’éloigna de celle qui fut autrefois sa meilleure amie. Une nouvelle fois, elle se montrait présente, après plus de dix ans de silence. Elle méritait vraiment mieux.

« Actuellement je n’ai rien à offrir… Rien qui ne soit bon pour toi. Ce n’est pas ça l’amitié. C’est un échange. Or je ne suis pas capable de te donner quoi que ce soit. »
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Ven 8 Mar - 13:32

Méira se souvient du jour où la mère de Jeremiah est morte. Elle avait une certaine affection pour cette femme, c'était quand même la mère de son meilleur ami. Alors quand Jer n'était pas là, Méira faisait un petit tour chez elle, même si la jeune fille savait parfaitement que son ami était absent. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Il suffisait qu'elle rêvasse - comme cela lui arrive si souvent en marchant - pour que ses pieds la guident jusqu'à cette maison. Et après sa mort, quand Jeremiah est parti, avant que Méira ne déménage, elle continuait de revenir. Perdre Jeremiah avait été une sacrée épreuve. Il était parti peu de temps avant qu'elle sache pour son pouvoir. Et même s'ils s'étaient retrouvés, jamais la blondinette n'avait osé lui avouer sa mutation. Ce n'était jamais le moment, elle ne le sentait pas assez réceptif, trop ailleurs, trop instable aussi. Elle avait confiance, mais pas à celui qui la rejetait sans cesse.

Qu'est-ce qui avait bien pu se passer dans sa vie, pour qu'il soit si fermé, si inaccessible ? Qu'est-ce qu'elle avait manqué ? Pourquoi ne voulait-il pas lui en parler ? Elle mérite des amis mieux que lui, mais ça n'avait aucun sens ! Il doit forcément se rendre compte des bêtises qui sortent de sa bouche. Il ne peut pas être sincère. Et pourtant. Il n'y a pas une once d'ironie ou de tremblement dans sa voix. Il semble penser ce qu'il dit. Il l'évite pour ne pas qu'elle souffre, pour ne pas qu'il souffre. Méira ne comprend pas. Elle le regarde, bouche-bée, sans trouver de quoi répondre. Et pourtant qu'elle a de la répartie ! Mais là, elle reste scotchée au banc de basket - soudée même serait le mot. Mais il ne comprend pas non plus. Premièrement, Méira a des amis. Deuxièmement, en la rejetant, elle souffre quand même de toute façon.

Il s'éloigne et dejà son coeur se serre. Gérer ses émotions ... Ses mains recommencent à trembler, mais elle doit garder le contrôle. Pourquoi il a fallu qu'elle soit émotive et que - comme de par hasard - son pouvoir se manifeste à travers ce qu'elle ressent ? Vraiment la nature n'est pas si bien faite que ça ! En tout cas, elle semble assez ironique. Il n'a rien à offrir, mais elle alors ? Elle en a des tonnes de choses à offrir ! Il faut qu'elle se calme, mais il faut aussi qu'elle se lève. Bon, tant pis pour le calme, Jeremiah fait de plus grand pas qu'elle - il n'a pas de mal, elle fait naine à côté de lui. La jeune fille abandonne le goûter surprise sur le banc et accélère le pas pour rejoindre son ami.

Elle tend la main vers son bras, qu'elle attrape et tire assez fort pour le forcer à s'arrêter. Ses mains tremblent toujours, et sa voix, c'est pas mieux, m'enfin elle n'a pas le choix, c'est maintenant ou jamais. "Et tu ne te dis pas que moi j'ai des choses à t'offrir quand même ? Tu ne me laisses même pas une petite chance d'essayer ?". La jeune fille tente par tous les moyens de ne pas le prendre trop personnellement. Enfin si ... Bien sûr, elle le prend personnellement, mais il faut savoir gérer. Il faut qu'elle s'imagine avec un patient. Avec ses patients, elle arrive à tout contrôler - ou presque. Elle doit s'imaginer qu'elle est à l'hôpital, face à un patient qu'elle désire aider. Mettre un tout petit peu de distance, sinon elle aura vite fait de se transformer en plein milieu du terrain de basket. Avantage ? Plus de secret, il saura. Désavantage ? Pas le lieu, ni le moment. Méira continue de tenir le bras du jeune. "Tu ne t'es pas dis que je pouvais être la chance de te sortir de tout ça ? Tu crois quoi exactement ? Que parce que je suis petite, et que je suis une fille, je ne suis pas de taille à affronter tes problèmes ? Si tu savais tout ce que j'ai déjà vu, je ne suis pas sûre que ton estomac tiendrait le coup Jeremiah ... En plus, ce n'est pas à toi de me dire ce que je mérite ou non. Je sais dire stop." Et elle a décidé. Pas question de dire stop. Qu'importe ce qu'il peut encore cacher, parce que sûrement qu'elle ne sait pas tout, elle encaissera.

Alors qu'elle lui tient le bras, Méira commence a sentir ses doigts humides. Très rapidement, elle remet ses deux mains dans les poches de sa veste, mais ne quitte pas Jeremiah du regard. Tant pis pour son secret, s'il doit éclater sous ses yeux ici, il éclatera. Elle a fait un choix. Parce que si elle part maintenant, Jeremiah risque bien de ne plus jamais lui donner une autre chance. C'est maintenant ou jamais. Alors elle a décidé. Maintenant. Il faut juste qu'elle prenne un tout petit peu de recul, avant qu'il ne soit trop tard ...
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Sam 9 Mar - 11:26

Il devrait la remercier, il devrait lui faciliter les choses et accepter son aide, sans rien dire, avec le sourire et toute la gratitude que l’on pouvait avoir dans ce genre de situation. Mais Jeremiah en était incapable. Depuis ses quinze ans, il passait son temps à se protéger du monde extérieur. Il se fermait, faisait des conneries pour faire fuir les autres et apprenait à vivre de plus en plus seul chaque jour. Cela ne voulait pas dire qu’il ne s’attachait pas du tout aux autres. Bien au contraire, les gens de son passé, tels que Méira, ou même Craig qu’il avait rencontré récemment mais qu’il ne voyait que très rarement avaient toute son affection. Mais il n’arrivait pas à le montrer. D’une part par peur de souffrir et d’autre part par peur de faire souffrir. Faire souffrir car il ne savait plus ce qu’était montrer son affection à quelqu’un mais aussi à cause de toutes ces substances illicites qui finissaient par altérer son comportement. Et même les phases de sobriétés ne faisaient plus rien puisque le manque le mettait souvent sur les nerfs. Méira ne se doutait pas qu’elle s’attaquait à quelque chose d’horriblement difficile à combattre. Elle était tel un enfant face à un dragon.

Pourtant, malgré toutes les horreurs qu’elle pouvait entendre, malgré son regard des plus durs, malgré tout, Méira restait là. Elle le fixait dans les yeux, elle lui parlait calmement, elle le touchait. Elle pénétrait ses défenses, sans le moindre effort en utilisant leur passé. En lui rappelant celui qu’il était et tous leurs bons moments. Ils étaient comme frère et sœur à l’époque. Que seraient-ils à présent s’il n’avait pas simplement coupé les ponts du jour au lendemain, trop apitoyé sur son sort ? Seraient-ils bien plus ? Seraient-ils bien moins ? A quoi bon se poser la question ? L’évidence était là… Jeremiah avait toujours une personne qui l’aimait pour ce qu’il était… avant. Mais tout ça c’était avant. Plus jamais il ne serait le même homme. Plus de confiance. Plus d’espoir. Plus d’envie. Si ce n’est celle d’en finir avec tout ça. Il était nostalgique du « avant ». Le plus triste fut le jour de l’attentat. Tout le monde était choqué, mais de tous les amis qu’il était censé avoir, personne ne s’était inquiété pour sa mère. Personne n’avait semblé se souvenir qu’elle était là-bas. Personne n’avait compatis à son sort. Il s’était retrouvé seul, en classe, debout, prostré, à penser à celle qu’il venait probablement de perdre, pendant que les autres étaient accrochés à la télévision. Et de ce jour, l’amitié était devenue quelque chose de fortuit. Une notion dont Jeremiah n’avait plus les tenants et aboutissants. Son monde s’était écroulé. Littéralement. Comme un château de cartes.

Et à présent, il fuit son seul espoir. La seule personne qui pourrait l’aider à retrouver celui qu’il était parce qu’elle l’avait connu était là devant lui, et il partait. Il fuyait, encore. Au risque de briser un autre cœur. Mais tout comme il ne croyait plus en lui, il pensait impossible que quelqu’un l’apprécie encore et se batte encore pour lui. Jamais on ne s’était battu pour lui. Ou presque. Une seule personne venait à sa mémoire. Et pourtant, Méira ne lâchait pas prise, pire elle l’agrippait et le forçait à s’arrêter. Il ne luttait pas. Il ne pouvait pas lorsqu’il la voyait si démunie, et étrangement mal. Et tout commençait comme il l’avait prévu.

« Tu as peut être à m’offrir beaucoup de choses, mais je n’ai rien. L’amitié c’est un échangé. Tu vas t’épuiser avec moi alors que moi je ne ferai peut être aucun effort. Ce n’est pas juste Méy. Tu ne mérites pas ça. Regarde, je te fais déjà souffrir… »

Une grimace accompagna ses mots. Il la voyait, trembler, transpirer, et résister. Mais elle ne le lâche pas. Elle reste là et se défend. Elle lui arrache un sourire. Ironique. Amusé. Elle ne cessera jamais de l’étonner, mais elle ne comprend pas. Il allait devoir lui expliquer. Il allait devoir se mettre à découvert. C’était dangereux. Pour lui et pour elle. Peut-être même qu’il la perdrait. Il ne savait pas. Il ne savait plus. Perdu.

« La taille n’a rien à voir la dedans Méy. C’est juste que… je ne veux pas m’accrocher, je ne veux pas de bouée, pour ne pas avoir à ensuite la perdre une fois que je serais guéri… Tu comprends ? Les attaches, le peu que j’ai eu, leur pertes m’ont fait mal ou alors c’est moi qui n’ai pas su leur donner le change. Ma mère est décédée dans un attentat, ma copine avec qui j’avais de grand projet s’est faite violée et assassinée, et si toi, maintenant tu deviens mon pilier j’ai peur de trop m’accrocher et de te perdre. Toi aussi… Et je préfère que tu gardes de moi le bon… Qu’il y ait encore une personne ici-bas qui sache qu’un jour j’ai été un gosse normal et pas un pourri… »

Méy ne le savait peut- être pas, mais elle assistait à un vrai miracle. Jeremiah n’avait plus parlé à cœur ouvert depuis des années. Son toucher le calmait. Probablement parce que cela faisait tout autant d’années que personne ne l’avait touché de la sorte. Pour autre chose qu’un plan cul d’une nuit ou que pour une baston de rue. Puis elle le lâcha. Il allait la perdre. C’était certain. Il le savait. Tout lui dire ainsi était une erreur. Mais au fond n’était-ce pas ce qu’il cherchait ? La faire fuir ?

« Tu vois je m’ouvre et tu pars… Fais en sorte d’être heureuse Méy, c’est tout ce que je te souhaite… Moi je me débrouillerai… »

Il baissa la tête, et commença à se retourner pour partir…
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Sam 9 Mar - 12:24

Méira n'a jamais été le genre de personne qui baissait les bras. Elle avait cet acharnement, pour toutes choses qui avaient de l'importance à ses yeux. Sa petite taille pouvait impressionner de gros molosses, parce qu'elle ne baissait pas la tête, qu'elle trouvait les mots justes, qu'elle n'avait aucune peur. Ses supérieurs ne voyaient pas toujours ça d'un bon oeil. Un jour, pensaient-ils, ça lui retombera dessus. Elle trouvera plus fort qu'elle. C'était peut-être le cas. Elle se bat de la même façon, avec la même force, mais rien. Jeremiah reste froid et distant. Il répète la même chose. Le mérite. Elle ne mérite pourtant pas plus ou moins que n'importe qui. Il lui donne l'impression de voir leur amitié comme un naufrage. Le bateau est en train de couler, et lui l'a déjà quitté. Elle reste seule dedans. Parce que pour elle, le bateau ne peut pas sombrer. Et si oui, alors elle sombrera avec, tout simplement.

Et puis, un miracle. Jeremiah s'ouvre enfin. Et oui, la mort de sa mère le hante encore. Comment lui en vouloir pour cela ? Des années se sont écoulées depuis, mais une maman, ça ne se remplace pas. Une maman, on en a besoin toute sa vie - le plus longtemps possible en tout cas. Et sa mort n'est pas quelque chose qui est venue naturellement. Elle était dans les tours, ce jour-là. Méira s'en rappelle. Et quand elle a su, la jeune fille a continué son rituel quand même. Sans Jeremiah, sans sa maman. Elle s'arrêtait devant cette maison, qui abritait une autre famille, et elle maudissait le 11 septembre. Finalement, Jeremiah ne l'a jamais su ça. Etait-ce la peine de le lui dire ? Et il n'a pas perdu que sa mère en chemin, Méira l'entend bien. Son amie aussi, morte de façon très violente. Pas étonnant qu'il en soit là. Tout devient plus clair. Voilà pourquoi il prenait soin de la mettre à l'écart.

Il s'était ouvert, et Méira aurait gagné son premier combat, si Aqua-girl n'était pas toute proche d'arriver. La blondinette a fait l'erreur de lui lâcher le bras. Mais il se serait vite rendu compte que ses mains n'étaient plus vraiment des mains. Et voilà, maintenant il se ferme de nouveau et lui tourne encore le dos. Il doit penser que c'est trop pour elle. Elle se mord la lèvre inférieure. Jamais son état ne l'avait mise autant en colère ! A ce moment précis, elle s'en veut d'être mutante, d'être différente. Elle n'a plus vraiment le choix maintenant ... De nouveau, elle va à sa rencontre. Cette fois, elle se positionne devant lui. Elle tend ses bras, pour lui faire signe d'arrêter. Mais ses mains, comme elle le sentait, déjà ne sont plus que de l'eau. Toujours en forme de mains, mais juste de l'eau. Le jeune homme peut voir à travers, puisqu'elle peut le voir elle. Ca n'allait pas s'arrêter là. C'était maintenant à lui de lui prouver que peut-être, elle a eu raison d'avoir confiance en lui. "Je suis partante pour argumenter encore et encore, jusqu'à ce que ma langue tombe toute desséchée par terre, pour te prouver que quoique tu me dises, je suis là pour toi ..." Elle la les joues en feu, mais ne le quitte pas du regard. Elle espère juste ne pas y lire du dégoût, ça l'achèverai ... "Avant l'attentat, quand tu n'étais pas chez ta mère, je venais lui rendre visite. Je ne pouvais pas m'en empêcher, ta maison était devenue une sorte de repère, j'y allais même les yeux fermés. Elle avait fini par avoir l'habitude de mes visites. Elle laissait la porte d'entrée ouverte, elle nous faisait du thé et on discutait. Et quand ta mère est morte ... J'ai eu mal. Pas autant que toi, bien sûr. Mais j'ai compris ce que tu endurais. Il y a des jours où je ne comprends pas pourquoi mes parents sont morts dans un crash. Pourquoi je n'ai pas eu l'occasion de les connaître. Pourquoi je n'ai aucun souvenirs ... Et quand tu as déménagé ... J'ai continué de venir chez vous. Même si c'était plus chez vous. Je m'asseyais sur un petit coin d'herbe, et je ne quittais pas votre maison des yeux. Jusqu'à ce que je parte, je n'ai pas cessé de retourner là-bas. C'était mon seul lien avec vous. Tout ce qui me restait de vous, c'était cette maison. Sa voix commence à trembler de plus en plus, et des larmes s'accumulent dans ses yeux. Se remémorer ce genre de moments, mauvaise idée blondinette ... Mais tant pis, il faut au moins ça. Pour qu'il sache pourquoi elle ne veut pas le laisser. Pourquoi il compte autant. Et il faut au moins ça pour qu'il continue de la voir comme quelqu'un d'humain. Dans son explication, ses bras eux aussi avaient disparu.

"Je pourrais continuer d'essayer de te convaincre ... Mais comme tu peux le voir présentement, j'ai un petit problème, qui risque de devenir bien plus grand dans peu de temps. Tu peux m'amener dans un endroit où personne ne peut me voir ? Je ne suis pas encore prête pour le cirque!" Petit sourire. Faible, mais bien présent sur ses lèvres. Cela faisait peut-être longtemps qu'une personne n'avait pas eu autant besoin de lui. Méira n'a de toute façon pas le choix. Soit il l'aide, soit elle se changera en eau en plein milieu du terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Dim 10 Mar - 7:55

Il n’avait pas oublié que Méira n’avait pas connu ses parents biologiques. Ça aussi c’était une des raisons pour lesquelles il l’éloignait. Il ne voulait pas qu’elle voit ce qu’il devenait après deux décès quand elle avait perdu elle aussi ses parents. Elle était devenue quelqu’un de bien, de doux et elle bossait dans la médecine au service des autres. Lui il était devenu un délinquant drogué, alcoolique qui ne faisait pas bien son boulot à cause des effets néfastes des substances illicites qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’ingurgiter. Pertes de mémoire, tremblements et désorientation étaient son lot quotidien. Dix ans à faire des conneries, et il le payait comme il se devait. On l’avait prévenu, il n’avait pas eu le courage de tenir ses bonnes résolutions chaque fois qu’il en avait eu, et maintenant c’en était fini de la petite vie de rêve.

Quoi que peut être pas au final. Méira semblait déterminée à l’aider et à ne pas le lâcher. Une nouvelle fois elle le rattrapait. Une nouvelle fois elle se dressait au travers de son chemin et elle ne le laissait pas filer. Mais… Pourtant, il avait cru que… Ne l’avait-elle pas lâché après qu’il se soit confier à elle, ouvert comme il ne l’avait jamais fait encore auparavant à part avec Melinda. Il fallait croire que non puisqu’elle était encore là. Ses mains presque posées sur son torse pour ne pas qu’il avance. Enfin des mains qui… qui … qui…

« Méira ? »

Ce ne fut qu’un murmure et la jeune femme répondit à côté de ce qu’il demandait. Techniquement, il n’avait pas posé de réelle question. Il était juste figé sur ces mains qui se transformaient en haut. Il se força alors à fixer son beau regard azur. Que lui arrivait-il ? Avait-il des hallucinations ? Etait-ce dû à une défaillance quelconque de son système à cause du shit ou de de la coke ? Il se secoua la tête et regarda à nouveau. Non décidemment, c’était toujours là. Puis la jeune femme recommença à parler. Elle était prête à arguer encore longtemps, mais là pour le coup ce qu’il voyait lui avait complètement coupé le sifflé. Il se contenta de la laisser plonger son regard dans le sien, à nouveau, et l’écouta. Ce qu’il y avait sous l’horizon de son regard était perturbant mais Jeremiah ne bougeait pas. Et surtout son esprit commençait à avoir du mal à se focaliser sur l’une ou l’autre chose. D’un côté il pensait à ce qu’il venait de voir, de l’autre à ce que Méira lui disait. Ainsi, elle ne l’avait jamais oublié, ni même sa mère. Il avait envie de s’écrouler tellement cette affluence de sentiments lui écrasait l’estomac. Il ne se doutait pas, de rien. Pourquoi ne lui avait-elle jamais dit ? Pourquoi n’avait-elle pas rétablit la vérité plus tôt ? La réponse était simple : jamais il ne l’avait aidé à aller en ce sens en la repoussant toujours plus. Au contraire, il la repoussait et elle avait peur de le perdre, être sincère était un risque de le pousser à bout et de le perdre à tout jamais. Maintenant, il comprenait. Mais il ne savait toujours pas quoi dire. Tout était flou.

Il voulait lui dire quelque chose, mais d’un autre côté ses pensées étaient à moitié tournées vers ce qu’il était en train de voir. Il croyait littéralement halluciner ou délirer, et ça le boquait. Il avait perdu la parole. Pendant quelques instants des tas de phrases tournaient en rond dans sa tête, pour qu’au final, il la prenne par le bras pour l’amener chez lui. Heureusement, il n’habitait pas loin du terrain de basket. Elle pourrait être à l’abri des regards indiscrets. Mais sa main passa à travers le bras. Ca ce n’était pas pratique du tout. Toujours sans mot dire, il ôta sa veste de jogging et la posa sur les épaules de son amie pour cacher ses bras d’eau. Purée. Il n’arrivait toujours pas à parler, mais là fallait déverrouiller la machine.

« Euh, tu vas pouvoir marcher dix minutes ? J’habite dans le quartier… »

Puis il la guida et changea totalement de sujet.

« Désolé Méy, c’est quoi ça ? »

Il fallait qu’il pose la question. Et même si au fond il en avait des dizaines, à la fois sur leur passé, sur son combat pour lui, pour retrouver le Jeremiah de son enfance, il ne pourrait pas parler d’autre chose tant qu’il n’aurait pas la réponse à ce qu’il était en train de voir. Il n’avait pas de préjugés. Il hypnotisait les gens en chantant, ça n’était pas non plus la chose la plus commune.
Et arrivé chez lui, il lui fit passer le pas de la porte et la serra très fort dans ses bras. En réponse à sa longue tirade qui lui expliquait qu’elle ne l’avait pas oublié même après le décès de sa mère, tout comme elle n’avait pas oublié sa mère. Il voulut sécher les larmes de Méy, et les siennes éclatèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Dim 10 Mar - 12:59

Et voilà, elle avait tout déballé. Maintenant, elle le regarde, dans les yeux, à moitié suppliante. Pour l'instant, elle ne lit dans son regard qu'un grand étonnement - elle ne peut pas trop le blâmer pour ça - mais aussi beaucoup d'émotions. Malgré ses membres qui prennent l'eau, le jeune homme a tout même réussi à l'entendre aussi. Ça lui fait du bien, à vrai dire, d'avoir enfin lâché tout ce qu'elle avait sur le coeur. Elle aurait voulu lui dire tout ça depuis un moment. Mieux vaut tard que jamais paraît-il ... Même si là, elle faisait fort. Ça faisait deux révélations en une, finalement.

Ils restent là. Silencieux. Méira fini tout de même par pencher un peu la tête, ne le quittant pas des yeux. "Tu es toujours avec moi ?" Non pas que le silence la dérange d'habitude. Elle se doute qu'il lui faut quelques minutes pour se remettre de tout ça. Sauf que chaque minute compte pour elle, pour pouvoir se cacher, pour ne pas être vue de tout le monde. Alors il faut qu'il reprenne ses esprits - pour les reperdre ensuite s'il le veut après ! Ça y est, il parle enfin. Méira jette un oeil à ses bras, pour constater le temps qui lui restait. "Dix minutes, ça devrait aller ... Enfin j'espère !"

Les deux amis se mettent en route. Jeremiah avait bien essayé de la prendre par le bras - peine perdue - puis il lui a posé sa veste de jogging sur ses épaules. Ça cache la misère ! La jeune fille esquisse un petit sourire. Il s'en sort pas trop mal pour l'instant, mieux que certains de ses proches. Peu savaient la vérité sur sa mutation. Ceux de Genome bien sûr, étaient au courant. Ses parents - une évidence. Pour le reste, la blondinette avait gardé le secret. Les gens peuvent changer face à ce qu'ils ne connaissent pas. Elle en avait fait l'expérience étant adolescente. Aucun de ses amis de l'époque ne l'a plus jamais contacté, ni approché. C'était plus simple de garder le silence. Pas toujours pratique, parce que Méira déteste les secrets, mais essentiel.

Après tout ce qu'elle lui avait confié quelques minutes auparavant, Jeremiah s'intéressait bien plus à Aqua-girl. C'est plutôt normal comme réaction, on rencontre rarement des blocs d'eau dans sa vie ! Pendant qu'ils marchent, l'eau continue son chemin le long de son corps : sa poitrine, son ventre, son cou ... "Ça c'est ... C'est moi. J'ai découvert ça un an après que tu sois parti. Je faisait l'imbécile sur un balcon et je suis tombée ..." elle marque une pause. Elle jette un oeil à son état et grimace. Elle accélère donc le pas ! "Au lieu de me briser la nuque, ce qui aurait dû logiquement se produire, j'étais de l'eau ... Je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite, j'étais sous le choc de ma chute. J'ai mis un sacré temps avant de me rendre compte que j'étais devenue ... Ça...." Temps de pause. Autant se jeter à l'eau et lui dire clairement les choses. "Je suis une mutante, Jer." Elle se pince les lèvres. Est-ce qu'il allait pouvoir tout encaisser le même jour ?

Arrivés chez lui, Méira était devenue Aqua-girl. C'était elle, les formes de son corps, sa coiffure, sa bouche, même ses yeux. On pouvait tout deviner. Elle était simplement en eau. Sans qu'elle ne s'y attende, le jeune homme la serra dans ses bras. C'était étrange, comme sensation. Jamais personne encore ne l'avait prise dans ses bras sous cette forme. Bien entendu, c'était sûrement mouillé, plutôt froid aussi - et sans consistance. Ça n'en restait pas moins agréable. Le jeune homme pleure, et elle aussi.

Au bout de quelques minutes, la blondinette redressa la tête. "Autant te prévenir aussi, quand je reprends forme humaine, je tombe dans les pommes ..." elle hausse doucement les épaules " ... Mais je finis par reprendre connaissance, hein ! C'est l'effet secondaire de ma ... Transformation". Elle retrouve peu à peu le sourire, qui se voyait légèrement sous sa forme aquatique.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Mar 12 Mar - 20:40

Jeremiah était désorienté. Cela faisait énormément d’information d’un seul coup. Et surtout tout était important, tout avait une incidence émotionnelle. Quoi privilégier ? Quoi mettre de côté ? Il ne savait pas et il n’arrivait pas à faire le tri. Il aurait souhaité pouvoir parler de tout en même temps. Résultat, il n’arrivait plus à parler. Et sa seule réaction lorsque Méira lui demanda s’il était toujours là fut de sourire, avant de lui dire qu’ils pouvaient être chez lui en dix minutes à pied si elle tenait. Heureusement pour eux, elle le pouvait. Toutes ces histoires avaient fait perdre ses murs de défenses à Jeremiah. Il ne pensait plus à faire fuir son amie, bien au contraire il souhaitait la protéger et en savoir plus. Quoi de plus normal. Elle n’était pas comme tout le monde ! Que cela soit sur le plan physique, métaphysique ou encore sentimental. Elle se transformait en eau et elle avait continué de penser à sa mère et à lui-même après l’accident, même après qu’il ait coupé les ponts. Elle était incroyable sur tous les points, même si cela n’avait aucun rapport.

« Ca je crois que j’avais remarqué. »

Pendant qu’ils étaient dans les confidences, peut-être pourrait-il lui avouer son secret mais pour le moment c’était trop de nouvelles d’un coup. Il était complètement paumé. Devait-il la protéger ou la rejeter ? Devait-il parler ou se taire ? Même les choses les plus simples, il ne savait plus comment les faire. Il était comme paralysé. Le chemin même semblait immobile. C’était comme si le temps s’était arrêté pour les laisser seuls face aux révélations, face à un combat mutuel et silencieux. Il ne comprenait plus où elle voulait en venir et il ne savait pas quoi faire face à sa révélation, une fois qu’ils étaient arrivés chez lui et qu’il avait tenté de la prendre dans ses bras. Que devait-il comprendre.

« Que doit-on fait pour te rendre ta forme normale ? »

La toucher alors qu’elle n’était façonnée que par de l’eau était étrange. Il avait eu l’impression de faire un câlin dans le vent mais bizarrement ça lui avait fait un bien fou. Il manquait de la consistance, mais son odeur était toujours là, malgré tout. Peut-être l’imaginait il tout simplement, mais la chaleur de l’étreinte demeurait. Surement parce que les larmes l’accompagnait.

« Pourquoi tu as continué ton rituel ? Comment tu as fait pour ne pas m’en vouloir ? »

Voilà qu’il retournait à la discussion initiale. Mais il se posait beaucoup de questions. Et, dans le même temps, il lui montrait le chemin jusqu’au salon. Il lui indiqua le canapé, mais au fond, il ne savait même pas si elle pouvait s’assoir ou non. C’était une bonne question. C’était incroyable, donc elle pouvait surement défier les lois de la métaphysique.

« Je peux hypnotiser les gens en chantant. »

Quoi ? Comment avait-il pu sortir ça de but en blanc. Une manière de se libérer puisqu’ils étaient dans les confidences ? Peut-être, mais ça n’allait pas arranger leur état des plus déséquilibrés. Méira avait besoin de gérer ses émotions pour gérer ce qu’il lui arrivait, chose sur laquelle Jeremiah n’avait pas vraiment d’avis, et lui avait besoin de mettre de l’ordre dans toutes les informations qu’il possédait et au lieu de cela il ajouter un poids ans le côté penché de la balance. Ils étaient foutus !
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Mer 13 Mar - 15:10

Il ne semble pas prendre la nouvelle trop mal. Bon, après tout, elle était devenue Aqua-girl, c'était assez logique de dire qu'elle était mutante. C'était une précision tout à fait inutile, maintenant qu'elle y pense ... Elle est plutôt impressionnée par le calme de Jeremiah. Ses parents n'ont jamais été à l'aise avec sa forme aquatique. Ils n'osaient pas la toucher, lui parlaient autrement. Ils étaient un peu maladroits, mais la jeune fille ne leur en tenait pas rigueur. Ils faisaient de leur mieux. Même elle avait du mal à accepter cette autre facette. Elle avait du mal à se regarder dans un glace. Dans les début, elle restait immobile et attendait que l'effet passe, tout simplement. Ce n'est que plus tard qu'elle s'amusa avec son état. "Il n'y a pas grand chose à faire, il suffit juste d'attendre que ça passe. C'est assez aléatoire ... Mais comme je me sens plutôt détendue, ça devrait être rapide".

Changement de sujet. Plutôt radical et sans rapport aucun. Enfin, presque sans rapport. Après tout, les deux sujets étaient arrivés sur le tapis à peu près en même temps. Méira suppose qu'il fait de son mieux pour gérer à la fois Aqua-girl, et l'amie d'enfance qui lui révéla des choses qu'il n'avait encore jamais su jusque là. Elle esquisse un petit sourire. "J'ai continué, parce que c'est un rituel justement. Ta mère et toi comptiez énormément pour moi. Tu comptais énormément ..." La jeune fille se râcle la gorge, un peu gênée. Autre question ? Ca tombe bien ! "Pourquoi? Je dois t'en vouloir pour être parti ? Pour n'avoir pas donné de nouvelles ? ... Je ne t'en ai pas donné non plus tu sais ... La vie a défilé plus vite que je ne l'aurais pensé ... Après ça me semblait trop tard. Mais tu es toujours resté dans un coin de ma tête, Jer". Tout en discutant, le jeune homme lui montre le canapé. Dans son état, ce n'est pas bien utile de s’asseoir sur du tissu ... Elle peut se contenter de rester debout, le temps que l'effet passe. Puis elle allait probablement tourner de l'oeil dans quelques minutes, autant profiter qu'elle tienne encore sur ses jambes !

Révélation de Jer. Alors ça, Méira ne s'y attendait pas du tout. Il hypnotise les gens en chantant ... Mais alors, lui aussi est mutant ! La jeune fille est dans un entre-deux : à la fois très étonnée - choquée même - mais aussi très heureuse. Il est comme elle un peu en fait. Il peut la comprendre. Même si son pouvoir est bien moins contraignant, parce que plus facile à cacher qu'un bloc d'eau ... En parlant d'eau, la jeune fille reprend peu à peu forme humaine. Elle n'a d'ailleurs pas le temps d'ouvrir la bouche. Elle a pourtant des tonnes de choses à lui demander, elle est euphorique, contente de voir qu'ils ont plus en commun encore qu'elle ne pouvait l'imaginer. La meilleure nouvelle qu'elle avait entendue ! Malheureusement, Aqua-girl choisit ce moment précis pour la laisser, vide de toute énergie. La blondinette a la tête qui tourne. Elle n'a pas le temps de faire le moindre pas, qu'elle s'évanouie en plein sur Jeremiah.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Dim 17 Mar - 8:40

Si la drogue l’aidait pour au moins quelque chose c’était bien pour se détendre, parce qu’en cet instant précis, alors que la plupart des gens paniqueraient, lui était plutôt du genre force tranquille. A moins que cela n’ait absolument rien avoir. Peut-être tout simplement qu’il était plus tolérant que la moyenne, peut être que le fait qu’elle fasse quelque chose d’étrange comme lui le rassurait et qu’il se sentait moins bizarre ? Quoi qu’il en soit, il était là et soutenait celle qui avait été sa meilleure amie. Avait été, car au final, il ne savait toujours pas ce qu’il restait de leur relation d’enfant. Il ne savait pas s’il était encore capable d’être ami avec une femme sans lui faire du mal. Et comme ses neurones étaient courcircuités par le trop plein de nouvelles, Jeremiah ne se posait plus de questions, il agissait.

Mais il n’y avait rien à faire. Elle était détendue ça viendrait tout seul. Détendue… A ce mot il se rendait compte que ce n’était pas du tout son cas. Son estomac se tordait sous l’appréhension, sous la tension. Il se posait des tas de questions que ce soit sur les dons qu’ils avaient, ou bien sur le comportement de sa meilleure amie à la mort de sa mère, ou encore sur le fait qu’elle soit là à le pousser à être bon. Comment pouvait-il l’être, et surtout comment pouvait-il se désintoxiquer à long terme. La dernière fois qu’il avait tenu, c’était pour Melinda, sa fiancée. Donc non, il n’était pas détendu bien que cela ne se lise pas sur son visage.

« Ah… »fut alors sa seule réaction. Ca viendrait tout seul. Bah d’accord. Il ne pouvait rien faire ni dire de plus sur ce fait là. Par contre, pour ce qui était d’autres questions qu’il se posait il pouvait bien en dire davantage. Comme savoir pourquoi elle avait continué son rituel alors que plus personne n’était là. Et on pouvait bien dire que Jeremiah était sans cœur ce n’était pas le cas, c’était d’ailleurs peut être bien pour ça qu’il avait sombré dans la drogue, parce qu’il en avait de trop et qu’il était trop sensible. Et d’avoir l’estomac qui se sert un peu plus lorsque Méira lui avoue qu’il comptait beaucoup pour elle, au même titre que sa mère.

« Toi aussi tu comptais beaucoup pour moi Méira. »

Employer le passé était étrange, car quel ne fut pas son bonheur lorsqu’ils s’étaient retrouvés. Même si le petit garçon innocent qu’elle avait connu était partit, ses sentiments à son égard n’en demeuraient pas moins importants. De fait, il voulait la prendre dans ses bras, mais son état ne le permettait pas. Il aurait au moins voulu bien l’installer, mais elle ne voulait pas s’assoir. En effet, de l’eau sur du tissu, ce n’est pas une très bonne idée… Que faire ? Son cerveau bloque. Il ne sait pas réagir, et alors, presque sans qu’il n’ait à commander neurologiquement quoi que ce soit, il avoue tout. Lui aussi est un mutant. Cette phrase lui trotte dans la tête depuis qu’il l’a vu se transformer en eau, et elle ne sort que maintenant. Il attend, qu’elle dise quelque chose. C’est légitime. Mais rien, elle reprend consistance, elle va tomber dans les pommes. Elle tombe dans les pommes.

Jeremiah la rattrape. Méira est petite mais fait son pesant de poids. Il la traîne jusque sur le canapé, puis s’assied et pose sa tête sur ses jambes. Il l’observe, tranquille dans son sommeil, tout en lui caressant les cheveux. Il réfléchit. Que faire ? Que leur arrive-t-il ? Sera-t-elle la personne qui le motivera à devenir clean jusqu’au bout des ongles ? Va-t-elle donner un nouveau sens à sa vie ? Iront-ils ensemble découvrir s’il existe d’autres gens comme eux ? Autant de questions qui circulent en attendant son réveil.

« Bonjour la belle au bois dormant… »

Méira ouvrait les yeux. Il n’avait pas vu le temps passer. Il lui caressait toujours les cheveux.

« Ça va ? » Question simple mais nécessaire en l’état actuel des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Jeu 21 Mar - 11:35

Méira était redevenue humaine. On avait l'impression qu'elle venait de prendre une douche, toute habillée. La jeune fille était trempée des pieds jusqu'à la pointe de ses cheveux. Mais c'était le cadet de ses soucis à vrai dire, puisqu'elle était inconsciente, allongée sur le canapé de son ami d'enfance. Sa tête repose d'ailleurs sur les genoux du jeune homme, qui n'a pas d'autre choix que d'attendre qu'elle se réveille. Quant à elle, dans ses songes, tout se bouscule. C'est sans aucun doute lié à leur conversation, tout ce passé remué. Personne, jusqu’à aujourd'hui, n'était au courant du rituel de Méira. Même ses parents ne savaient pas où elle passait ses journées. Ils ne s'inquiétaient pas plus que ça, elle revenait toujours à des heures très raisonnables et semblait sereine, souvent plus apaisée qu'à son départ. Et c'est vrai que ça lui faisait du bien. Elle aimait cette maison. Elle aimait surtout ses habitants, mais quand elle s'est retrouvée toute seule, il restait quelques souvenirs du temps où les gens qu'elle aimait étaient là. Au moins la maison ne pouvait pas bouger. La blondinette se revoit, toute jeune, assise sur ce même coin d'herbe. Elle observait la nouvelle famille, jouant avec quelques brins dans sa main. Elle y restait des heures, à se rappeler de comment c'était décoré. Ah il n'y avait plus le banc, juste en-dessous de cette fenêtre, et les rideaux n'étaient pas de la même couleur, même la sonnette n'a pas le même bruit. La famille était différente, elle aussi. Elle s'attendait à quoi exactement ? A des clones ? C'était une famille qui comprenait deux enfants, plus jeunes que Méira, et les deux parents. Un chien aussi. Ils semblaient heureux. Et c'est bien vrai que cette maison l'avait rendue heureuse elle aussi. Mais maintenant ? Son ami était loin, sa mère n'était plus là. Il ne restait plus qu'elle. Ce n'était pas ce qu'elle avait prévu. Ce n'était pas leur plan. Ils s'étaient promis de ne jamais se quitter. Le genre de promesse que l'on tient volontiers étant jeune. Parce qu'on ne se rend pas compte que la vie prend une autre tournure. Et on oublie vite les vieilles promesses. Il suffit de se revoir, il suffit de perdre connaissance, pour tout se remémorer. La promesse, comment avait-elle pu oublier ?

Au bout d'une heure, la jeune fille commence à ouvrir un peu les yeux. Elle a du mal à se repérer, à savoir où elle se trouve. Mais rapidement, elle se souvient. Elle voit la tête de Jeremiah, juste au-dessus d'elle, et elle sourit. Il n'avait pas bougé. Il n'aurait pas pu aller bien loin, il l'avait installé sur lui de toute façon. Elle est très reconnaissante de ce geste. Ca prouve qu'il n'a pas peur d'elle, qu'il n'a pas peur d'attraper son gène mutant. "Bonjour ..." dit-elle, d'une voix encore un peu ensommeillée. "Ca va oui ... Un peu la tête qui tourne encore ... Tu ne t'es pas trop ennuyé comme ça ?" elle le regarde, amusée de la situation.

Méira ne se relève pas immédiatement. Elle est éveillée mais encore bien faible pour bouger. Et puis, elle est bien ici. Elle se sent en sécurité. Le genre de sensations qu'elle éprouvait déjà à l'époque, chaque fois qu'elle était à ses côtés. "Tu sais ... J'ai fais un drôle de rêve à l'instant ... Tu te rappelle de notre promesse ? Elle demandait ça tout naturellement. Jeremiah avait sûrement bien plus important en tête qu'une pauvre promesse entre deux adolescents rêveurs. Mais après tout, ces adolescents y croyaient dur comme fer. "Je n'ai pas non plus oublié tes propos sur ta propre mutation Jer, t'en fais pas. Je suis même assez contente en fait. On a un nouveau point en commun" Petit sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Jeu 21 Mar - 12:20

Tant d’année étaient passées, à fuir aussi bien les souvenirs que les personnes et pourtant, en cet instant précis, Jeremiah était loin de parvenir à détester et repousser Méira. Elle était la seule personne en dehors de sa mère, Melinda ou Craig avec qui il avait été proche, et surtout c’était la seule qui l’avait connu avant. Avant que sa mère ne meure et qu’il ne prenne le mauvais chemin. Et savoir que quelqu’un peut nous voir avec notre vraie personnalité, celle qu’on ne montre pas, reste rassurant. Jeremiah avait beau se faire passer pour un bad boy, et le drogué qu’il était, il n’en restait pas moins qu’un homme brisé en quête d’une vie. Vivre passer par ressentir et c’était lorsqu’il était complètement stone qu’il ressentait le plus. Ca vie était insipide et c’était au travers des substances illicites qu’il avait trouvé le change. Triste.

Il profitait donc de ce morceau de passé qui revenait le heurter de plein fouet. Il avait de gros problèmes de mémoire dus notamment à sa prise constante de substances illicites, mais il se souvenait toujours très clairement de leur complicité, de ces moments où ils se confiaient et aussi de la boîte à vœux qu’ils avaient cachés dans un mur près du travail à sa mère. Dommage, elle était partie en fumée lors de l’attentat. Il se souvient encore de quelques messages. Jamais ils ne se réaliseraient. Il en était conscient, mais c’était ce qui le raccrochait le plus à la réalité. Et c’était aussi en câlinant une Méira endormie, la tête posée sur ses genoux, qu’il se remémorait ces bons moments. Le fait qu’elle soit mouillée, lui rappelait d’ailleurs leurs batailles d’eau des vacances d’été. C’était le bon vieux temps. Les moments d’insouciance que l’on aimerait garder toute notre vie. De même qu’il pourrait la regarder dormir pendant des heures. Elle l’apaisait, sans même qu’il ne s’en rende compte.

Plus d’une heure était passée ; Toujours assis, la main effleurant le visage de son amie, il observait le moment de ses paupières. C’est ainsi qu’il remarque presqu’immédiatement son réveil. Il ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, alors il ne dit rien et ne fit rien jusqu’à ce qu’elle ouvre ses prunelles. Visiblement tout était pour le mieux. Sa voix était embrumée, comme lorsque l’on se réveil d’un profond sommeil. Peut être cela avait-il était le cas. Il sourit. Il devrait la repousser à cet instant. Lui dire de bouger, et de partir. Mais il n’en fit rien. Il n’en avait pas la force, il n’en avait plus la force. Alors, pour la laisser parler plus facilement il posa la main qui caressait sa joue, sur son ventre. Il la sentait respirer ainsi.

« Non je réfléchissais. » dit-il simplement.

Au fond, Jeremiah avait tellement de choses à dire, mais rien ne sortait. Rien ne parvenait à se mettre en ordre dans sa tête, alors pourquoi exprimer un flot continu et sans logique ?

« Désolé Méy… Mon côté junkie a tendance à altérer ma mémoire… Mais je me souviens de notre boîte à vœux… »

Rien que pour se souvenir des bons moments il aurait dû aller en maison de désintoxication pour garder ce qui lui était le plus précieux ; Mais ça lui faisait mal de se souvenir, alors il détruisait tout, il se détruisait lui-même, à petit feu. Quant à Méira, elle réussissait toujours à s’émerveiller, leur trouvant même de nouveaux points communs. Ne comprenait-elle pas qu’elle ne pouvait pas retrouver ce qu’elle avait perdu ?

« Un point commun qui ne nous servira à rien. On retrouve rarement ce qu’on a perdu malheureusement. »

Plus un sourire, plus une boutade, plus de rejet violent, juste de la tristesse et un trou béant qui creusait son âme et son envie de vivre. Plus rien ne l’animait réellement. Où allait-il ?

« Comment tu gères tout ça toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Dim 24 Mar - 11:34

La boîte à voeux ! Bien sûr, comment Méira avait pu oublier ça aussi ? Elle se rappelle maintenant, des derniers surtout. Quelques un. Bien sûr, ils ne se sont pas réalisés. Ils sont partis en fumée, et tout a changé. Alors forcément, cette boîte est loin. La jeune fille s'en veut presque d'avoir effacé également ce souvenir de sa tête. Et pourtant qu'elle s'accrochait au moindre détail. Cette boîte était une exception. Peut-être que ça faisait un peu trop mal. De se rappeler tout ce qu'ils n'auront pas réalisé. Qu'à cause de ces foutus avions, leur avenir entier à été chamboulé. Et que reste-t-il de leur amitié maintenant ? Méira est toujours aussi ouverte, douce, à l'écoute. Elle n'a pas changé tant que ça depuis l'adolescence. Jeremiah en revanche, c'est autre chose. Malgré la complicité visible entre ces deux jeunes gens, il garde des distances. Il se protège - ou veut la protéger elle ? Toujours est-il que ce n'est plus comme avant. Chaque fois que la blondinette reprend espoir, Jer dit des choses comme ça. On retrouve rarement ce qu'on a perdu. Il fait allusion à leur relation, elle en est presque sûre. Mais ce n'est pas pour la blesser, il semble le penser sincèrement. Elle décèle de la tristesse dans cet aveu. Elle grimace. Méira n'aime pas voir son ami comme ça. Elle n'a jamais aimé la souffrance de ses proches. Et lui c'était pire. Parce qu'elle lisait dans ses yeux une détresse énorme.

La jeune fille se relève, mais pose sa tête contre l'épaule de Jeremiah, sa main cherchant la sienne. Elle la serre doucement, entremêlant ses doigts dans les siens et pousse un grand soupir. Que répondre à une telle phrase ? Elle n'avait pas toutes les réponses. Elle ne pouvait rien promettre. Ou presque. "On s'est pourtant bien retrouvé, non ? La preuve : on est là, tous les deux, et je ne l'aurais jamais parié y a encore un mois de ça. Alors on peut sûrement retrouver d'autres choses ... C'est pas fini tant qu'il n'y a pas marqué le mot fin." Méira disait souvent ça étant plus jeune. C'était une sorte de mantra. Ca l'aidait à surmonter certains de ses problèmes, quand elle ne voyait pas de solution à l'horizon. Elle se répétait cette phrase, et elle pouvait avancer, se battre un peu plus fort. La jeune femme espère donc rappeler à son ami que les dès n'étaient pas jetés pour toujours. "On a toujours le choix Jer, à n'importe quel moment de la vie. Il n'y a que la mort qui peut nous en empêcher. Le reste, c'est une question de choix" Elle serre un peu plus sa main, mais plus pour montrer qu'elle ne le laissera pas. Un soutien "Tu as encore ce choix. Et tu n'es pas seul ... Moi je suis là" Bon, p'tet bien que ça lui fait une belle jambe. Et p'tet bien qu'il s'en moque, ou qu'il ne veut plus avancer. P'tet bien que c'est son choix de s'auto-détruire. Mais Méira n'y croyait pas. Elle l'a lu dans son regard. Il y a cette lueur. Il peut encore s'en sortir. Le chemin sera long, douloureux, mais elle sait qu'il en est encore capable. D'autant qu'elle n'est pas prête à le lâcher.

Comment elle gère tout ça ? Méira hausse les épaules. De quoi parlait-il exactement ? De la mutation ? De la vie en général ? Misons sur le truc du mutant. "Il suffit de mettre un pied devant l'autre ... Et de ne pas se préoccuper des autres. De faire attention, de continuer à vivre - parce qu'on en a le droit comme tout le monde. D'espérer la tolérance des proches à qui on veut avouer cette vérité qui nous ronge ..." La jeune fille pousse un petit soupire, ne quittant pas leurs deux mains liées des yeux. "C'est comme dans la vie finalement. Tout le monde porte en lui un secret. Le tout c'est d'être heureux le plus possible. Le reste ça vient tout seul."
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Dim 24 Mar - 19:09

*Je souhaiterai passer toute ma vie auprès de Méira. » C’était là le dernier vœu qu’avait fait Jeremiah avant que la boîte ne soit exterminée. Après ce jour, plus jamais il ne l’avait revue tout comme sa mère. Ca l’avait brisé. C’était une première cassure qui jamais ne s’était réparée. La seconde, il la passe d’autant plus sous silence. Mais avoir Méira dans ses bras, ainsi, réveillait tous ces souvenirs enfouis. Des souvenirs qui s’étaient estompés pour la pluparts, mais dont les plus forts restaient bien présents. Aussi les gestes qu’il avait pour elle n’étaient qu’une réminiscence de la douceur qu’il avait avec elle lorsqu’ils étaient jeunes. Il avait changé, profondément, mais lorsqu’il la voyait c’était comme si tout était resté à l’identique. Au final ses sentiments n’avaient en rien changés. Mais c’était une bulle, une bulle qui n’acceptait que deux personnes et dès qu’il retournait dans le monde réel il redevenait e Jeremiah drogué et je m’en foutiste qu’il était devenu avec le temps.

Pour le moment il entretenait cette bulle avec les gestes mais faisait des petits trous dedans avec ses questions. Est-ce qu’ils pouvaient retrouver ce qui était perdu ? Ce qui avait existé il y a plus de dix ans ? Est-ce qu’ils retrouveraient leur complicité ? L’avaient-ils ne serait-ce que perdue ? Jeremiah n’avait aucune idée de où ils allaient de quel chemin ils empruntaient. Tout ce qu’il savait c’étiat qu’il était un homme écrasé par le poids de la culpabilité et qui se complaisait, finalement, dans la débauche. Ainsi il ne souffrait pas, ainsi il ne se souciait pas de ce qui était bien ou non, et il vivait tranquillement, sans accroches, sans risquer de souffrir à nouveau. Sauf que l’arrivée de Méira, son retour dans sa vie, rouvrait les portes de la souffrance, et il n’arrivait pas à agir correctement avec elle. A moins qu’il ne le fasse naturellement, mais vu le nombre de fois où il avait essayé de la faire fuir, il en doutait allègrement.

Il observa alors la main de Méira se poser sur la sienne et leurs doigts s’entremêler. La dernière fois c’était avec… Non il ne devait pas penser à ça mais plutôt écouter les paroles sages qu’elle prononçait.

« Tu es incroyable. Je t’ai littéralement abandonné, toi et tous nos vœux qui auraient pu se réaliser, et maintenant qu’on s’est retrouvés et ce malgré le type pourri que je suis devenue, tu continues de garder espoir. Tu sais que je t’aime Méy » ?

Ou comment piquer en phare en dix secondes chrono. Il n’avait dit ça qu’à deux personnes dans sa vie. Encore. C’était fatigant, car au final la quasi-totalité de sa vie se résumait à ses tragédies.

« C’est bien le problème la mort… » dit-il triste, froid et distant.

Elle ne s’en rendait peut être pas compte, mais depuis toutes ces années Jeremiah n’avait pas avancé. Il n’avait rien eu dans sa vie qui l’avait aidé à avancer en réalité. De fait, il s’était enfermé et enterré dans son passé, aussi tragique fut-il. Cela dit, il était touché par ce qu’elle lui disait, touché par sa présence et son soutien indéfectible. Aussi se permit-il de délier leurs mains, pour passer son bras autour des épaules de la jeune femme qu’il serra contre lui.

« Tu es là, mais jusqu’à quand me supporteras-tu ? Et quels efforts serais-je capable de faire ? Quels sont mes choix ? En ai-je réellement ? Que dois-je faire ? Je suis devenu le spectateur de ma propre vie, et je ne sais plus comment en devenir l’acteur, car je me complets dans la facilité. »

Il déposa un baiser sur ses cheveux encore mouillés, quand il réalisa qu’il n’avait même pas pris garde à sa santé.

« Tu veux peut être une serviette et un sèche-cheveux pour te sécher avant d’attraper la mort, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Lun 1 Avr - 9:04

Où trouvait-elle tout cet espoir ? Il suffit de regarder dans les yeux de Jeremiah, avec ses yeux à elle, pour comprendre pourquoi elle s'accroche autant. Cette lueur, qui lui permet de savoir que son ami est toujours là, piégé dans ce trop plein de détresse - mais toujours là. Elle ne sait pas trop encore comment le sortir de tout ça, elle n'a pas toutes les réponses, mais elle allait faire au mieux. Parce qu'il compte pour elle, plus que n'importe qui d'autre. Elle se donnait déjà toute entière pour sauver des inconnus, alors imaginez ce qu'elle se sent capable de faire pour lui. Mais lui ne s'en rend pas bien compte sûrement. Il est trop aveuglé par sa tristesse pour le moment, tellement qu'il ne voit d'ailleurs plus que ça. Pour lui, pas de fin heureuse possible, pas de lumière au bout du tunnel. Tant pis, elle lui montrerai.

Tu sais que je t’aime Méy ? Il avait dit ça comme ça, naturellement. C'était sans doute sorti plus vite que ses pensées. Méira le regarde un instant, silencieuse. Que pouvait-elle répondre ? Ses joues sont en feu, elle les devine déjà rouges comme des tomates. Ce qu'il peut faire chaud tout à coup ici ! La jeune fille cherche quoi répondre, mais rien ne lui vient sur le moment. Elle se souvient par contre de l'un de ses voeux. Ca lui revenait tout à coup, comme une petite étincelle. Lui avouer un jour ... La blondinette avait fini par développer d'autres sentiments envers cet ami d'enfance. Jamais elle ne lui avait dit. Pas le temps, il était si vite parti, c'était sa meilleure excuse pour ne pas regretter. Mais au fond, bien sûr qu'elle avait eu le temps de lui dire. Des milliers de fois. Elle avait peur, c'est tout. Peur que leur amitié ne change à cause de cette révélation. Que lui ne ressente pas la même chose, que ça brise leur relation. Tu sais que je t’aime Méy ? Elle savait que c'était une façon de parler. Pourtant lui aussi rougit un peu. La gène d'avoir parlé trop vite peut-être ? Ou qu'elle le prenne au pied de la lettre. Elle esquisse un petit sourire en coin. "Tu ne m'as pas abandonné, tu es parti. Et dans cette histoire je ne t'ai pas davantage recherché. Nous sommes tous les deux fautifs." Elle pose sa main sur la joue de son ami "Tu sais, moi aussi je t'aime Jer, et je t'interdis de parler de toi en ces termes. Tu n'es pas un type pourri. Il t'ai arrivé des choses horribles, tu as fais des choses en réponse à ce qui t'arrivait. Ca ne fait pas de toi quelqu'un de pourri."

Elle baisse la tête, se mordillant la lèvre inférieure. Bien malin de parler de la mort, même en simple métaphore, à quelqu'un qui a déjà perdu trop de proches pour le fragiliser à ce point. Méira s'en veut d'être aussi maladroite parfois ... "Désolée Jer, je ne voulais pas dire ça de cette façon ...." Et là, Jeremiah sort tout. Toutes ses questions arrivent dans les oreilles de la blondinette, une à une. Elle ne sait pas quoi répondre à la plupart. Elle sait bien qu'elle ne sait pas tout, qu'elle n'a pas toutes les réponses. Elle ne peut même pas lui assurer sa guérison. Cela ne dépend pas d'elle, mais de lui. "Tu es conscient de n'être que le spectateur, c'est déjà un pas de fait. Certains passent à côté de leur vie jusqu'au bout, sans jamais réaliser ce que toi tu sais. Et oui tu as le choix. On a toujours le choix. Si tu veux vraiment guérir, moi je t'aiderai du mieux que je peux .... Je ne te laisserai pas Jer. Je n'ai pas l'intention de partir et je te supporterai jusqu'au bout" petit sourire. Le jeune homme dépose un baiser dans ses cheveux humide, Méira ferme les yeux. Ces petits gestes de tendresse, comme ils pouvaient lui manquer ... Toujours les yeux fermés, elle répond "Oh, non ne t'en fais pas, ça va sécher tout seul" Elle ne sentait pas le froid. Elle était bien, contre lui. Il ne lui en fallait pas plus, pour se sentir aussi sécurisée.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Lun 1 Avr - 19:18

La situation lui échappée et il ne contrôlait plus rien. Le Jeremiah qui s’était construit une carapace de bad boy que rien n’affecte se désagrégeait petit à petit pour laisser place aux résidus de l’adolescent qu’avait connu Méira. C’était elle qui provoquait ça. Sa présence, ses mots, ses espoirs ne faisaient qu’un pour briser la moindre parcelle de noirceur qu’avait acquise son ami au fil du temps. C’était déstabilisant et Jeremiah ne savait plus comment se comporter. Il laissait ses émotions déborder et ne savait plus ce qu’il disait. Je t’aime Méy… Avait-il vraiment dit cela ? Il semblerait, en effet, mais cela avait-il la consistance que ça aurait dû ? Le disait-il dans le sens amical du terme, ou bien le plus concrètement du monde ? Intérieurement, la panique le prenait. Il ne savait plus ce qu’il ressentait, ni même s’il devait ou non la repousser et mettre un terme à leur discussion et à leurs confidences. Que devenait-il ? Pourquoi laissait-il Méira percer ses défenses ? Pourquoi lui laissait-il une chance de le changer et de lui faire retrouver le petit garçon si désemparé qui avait fui. L’homme si tourmenté qu’il était devenu au fond et qui se cachait derrière la drogue ?

En somme ses conneries les perdaient tous les deux. Il voyait bien qu’elle était mal à l’aise, qu’elle ne savait pas quoi dire et qu’elle rougissait. Et si elle se méprenait ? Et si c’était lui qui se méprenait et qu’il n’était même pas capable de se rendre compte lorsque ses sentiments étaient réels ou non ? Il n’était qu’un pauvre con qui faisait du mal autour de lui, et qui s’auto détruisait. C’était la seule chose qu’il savait faire après tout, bien que son amie pense le contraire et soutienne cette idée. Pour elle, ils étaient deux fautifs, mais elle ne voyait que le départ et le manque de recherches. Lui voyait plus loin, il était fautif car il était partit avec un tas de choses inavouées sur la conscience et il s’était égoïstement enfermé sur lui-même alors qu’elle aurait pu avoir besoin. Peut-être qu’elle aussi à l’époque avait perdu des proches dans l’attentat ? Et il n’avait pas été là pour elle. Et savoir qu’elle était passée chaque jour devant son ancien chez lui, devant la maison qu’habitait sa mère. Il n’avait jamais compris le mode de vie de ses parents, ils n’étaient pas séparés mais l’un vivait à Los Angeles et l’autre à New York, pour lui s’était à la fois déchirant et à la fois revivifiant, car il aimait plus que tout passer ses vacances avec sa mère et sa meilleure amie depuis qu’ils s’étaient connus. Et a final, la quitter ainsi, sans un mot avait fortement contribué à la perte de son équilibre.

« Je fais du mal autour de moi volontairement. C’est quoi si ce n’est pas être pourri ? Et je dis des choses sans savoir ce que je pense ou ressent vraiment là, et je vais encore te faire du mal, je le sais, je ne suis bon qu’à ça. »

Elle venait de lui dire qu’elle l’aimait aussi, mais dans quel sens ? Ils étaient en train de se torturer l’un l’autre et Jeremiah qui était déjà paumé ne voulait plus subir les frais de l’attachement à qui que ce soit. Il y avait trop de révélations aujourd’hui, trop de remontées de souvenirs, trop de sentiments. Il n’assumait plus ! D’autant que le toucher de Méira n’arrangeait rien. Son cœur se déchirait sous les dilemmes qui se présentaient à lui.

« Ne t’inquiète pas. C’est pas toi qui va t’excuser pour une fois que tu es maladroite alors que je n’ai fait que te repousser jusqu’à aujourd’hui… »

Oui et d’ailleurs, pourquoi aujourd’hui était différent ? Qu’est ce qui avait tant changé que ça ?

« Tu vois c’est ça le problème. Je suis conscient des choses depuis longtemps et je n’ai rien fait pour changer, et pour guérir comme tu dis. Est-ce que j’ai vraiment envie de guérir ? Donne-moi une seule bonne raison de guérir Méy ! »

Oui Jeremiah en était à ce point-là. Il lui fallait la raison qui l’obligerait à guérir et à prendre ses décisions ainsi qu’il le fallait. Il lui fallait une motivation et il n’en n’avait plus, plus une seule. Jusqu’à présent, rien ni personne n’avait pu réussir à le faire décrocher de la drogue. Le changement était-il aujourd’hui ? C’était une question bien trop importante qu’il ne voulait pas aborder maintenant. Du moins, il ne voulait pas se poser la question, alors il opta pour le bien être de son amie. Mais visiblement, elle était bien comme ça, et elle ne voulait pas bouger. N’attrapait-elle jamais froid ?

« Tu ne crains pas le froid ? T’es immunisée ? Non parce que je sens ta peau toute froide et on est en janvier quand même, c’est pas le mois le plus chaud, va pas me chopper une pneumonie. »

Il n’y avait qu’avec elle qu’il était comme ça. Il se rappelait encore sa dernière rencontre particulière avec une femme : elle avait voulu l’étrangler. C’était bien qu’il n’était plus le garçon doux et gentil qu’il aurait pu être avant. Mais avec Méira tout était différent.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Sam 6 Avr - 8:24

Méira soupire. Elle l'écoute une fois de plus se descendre en flèche. Dans la tête de Jeremiah, il ne vaut rien, il fait du mal, c'est un voyou, bon qu'à faire du mal à tous ceux qui osent un tant soit peu l'approcher. C'est pas évident de le convaincre du contraire, il a toujours un argument, s'entête et la blondinette ne sait plus vraiment quoi répondre. Alors elle soupire, la tête toujours posée sur l'épaule de son ami. S'il ne vaut vraiment rien, pourquoi est-elle encore ici alors ? C'est ce qu'elle veut lui poser comme question, mais elle n'ose pas. Il trouvera encore une parade. Elle ne peut pas non plus le laisser dire des horreurs pareilles sans réagir ! "Si tu pense tout ce que tu dis, alors pourquoi tu vis encore dans ces cas-là ? Quelque chose te rattache à ce monde, c'est l'autre Jeremiah, le vrai Jeremiah ..." Non, elle ne veut surtout pas lui donner des envies de suicide - et sûrement qu'il y a pensé - mais n'empêche qu'il était encore là. En morceaux, bien amoché, bien ancré dans sa détresse, mais encore là. Ça voulait dire qu'une part de lui n'a pas fini avec la vie, qu'elle se bat. "Tu as des remords pour m'avoir peiné par exemple, ça prouve que tu ne fais pas tout volontairement. Et oui dans le passé tu as fais des choses, mais ton futur n'est pas tout tracé, tu peux le changer."

Et bah voilà, elle s'en doutait. A force de lui répéter qu'il a le choix, qu'il peut encore changer, qu'il existe forcément une happy end pour lui, voilà qui lui demande une raison de se battre. Comme si elle pouvait savoir ce qui l'anime encore ... Elle se mord de nouveau la lèvre inférieure et quitte le nid douillet de son épaule, se redressant doucement. Elle est assise sur le bord du canapé, les coudes sur ses jambes, la tête sur ses mains et elle réfléchit. Une raison .... trouver une raison. Elle tourne la tête vers le jeune homme et le regarde, silencieuse, pendant de longues minutes. "La question qu'il faut poser avant c'est est-ce que tu as envie de t'en sortir ?" C'est une question dont elle craignait la réponse, c'est pour ça qu'elle avait mis du temps à la sortir. Dans sa tête, il est évident que Jeremiah veut guérir. Mais si ce n'était pas le cas ? Une réponse négative lui briserait le coeur, mais au moins elle saurait ... Parfois, il ne faut tout simplement pas passer par 36 chemins, et demander tout net.

Son ami lui demanda si elle était immunisé contre le froid, ce à quoi elle répondit par son petit sourire en coin "Non, je n'ai pas d'immunité, je crains le chaud, le froid, comme tout le monde ! C'est juste ... J'étais bien contre toi, j'avais chaud ..." Elle frissonnait très légèrement maintenant qu'elle n'était plus en contact physique avec Jeremiah. Si elle s'écoutait, elle se loverait contre lui en attendant que ses vêtements ne sèchent. Mais elle se retient. Elle attend une réponse importante. Elle ne veut pas l'influencer, de quelque façon que ce soit. Alors elle attend, bien sagement.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jenson


avatar

Messages : 332

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Dim 7 Avr - 18:34

Le vrai Jeremiah. Y avait-il donc deux versions de la personne qu’il était ? Méy semblait le croire, mais lui… Oui lui, Jeremiah Jenson, ne savait plus qui il était. Son amie voulait retrouver l’adolescent qu’il était lorsqu’ils se côtoyaient pendant que lui ne voyait que le bouffon de service qu’il était devenu avec le temps, les coups durs et la drogue. En somme un type inintéressant bien que l’image qu’il renvoyait de lui était toute autre. Il voulait montrer qu’il était fier de lui voire imbus de sa personne et que rien ne le touchait. Au fond il était un homme doux et intelligent avec une petite montagne de défauts comme le tout à chacun, mais ça cela devait bien faire dix ans qu’il ne s’était plus montré sous ce jour. Et il s’en portait bien. Donc oui, il avait des remords vis-à-vis du comportement qu’il avait eu envers Méira, mais c’était uniquement en souvenir du vieux bon temps, de cette époque où ils passaient tellement de temps ensemble qu’on les prenait pour frère et sœur. En vérité c’était un lien plus profond qui les liait.

Cependant, ce lien était désormais rompu. Ils avaient grandi, et Jeremiah ne cherchait pas à s’en sortir parce qu’il n’avait pas de raison de se battre pour ça. A côté de ça, Méira se battait pour lui et contre lui, mais il voulait qu’elle lui donne une raison de le faire, autant pour elle, que pour que lui se mette à changer d’optique. Seulement, il savait qu’elle n’en trouverait pas. Il savait que son cas était perdu et désespéré. Il savait que jusqu’à la fin de ses jours ce serait le shit son meilleur ami. Triste, mais réaliste.

« En effet je peux le changer, encore faut-il que je sois motivé pour ça. »

Et avec cette phrase il avait amené la réplique logique : avait-il envie de s’en sortir ? C’était une bonne question, celle qu’on met généralement à un milliard de dollar. Il devrait avoir la réponse, il s’agissait de sa propre vie, mais elle ne ressemblait à rien, concrètement il était seul, n’avait pas d’amis, juste des connaissances, des gens avec qui il s’entendait bien et qu’il ne voyait que très rarement, et donc aucune attache. Même à son boulot il s’isolait de ses autres collègues, alors qu’espérer d’une vie qui ne ressemble à rien depuis des années ? Il n’avait pas de vie intime et sa vie professionnelle s’écroulait un peu plus chaque jour, sans compter qu’il ne savait même pas s’il avait de la force. Il ne pouvait pas lui répondre et changea de sujet. Avait-elle froid ? Voulait-elle une veste ? Non rien de tout ça. Etait-elle immunisée ? Non plus.

« Et bien reviens » dit-il en espérant continuer sur un autre sujet. Mais vu la moue de Méira et le fait qu’elle restait ancrée à sa place en train de frissonner, elle attendait juste une réponse à sa question. Une réponse qu’il ne pouvait pas donner. Comment dire à quelqu’un à qui l’on tient qu’on veut s’en sortir quand on se détruit volontairement à petit feu parce qu’on n’est pas assez courageux pour se suicider et quitter le monde qui nous oppresse ? Comment avouer une telle faiblesse.

Pendant de longues secondes il observa son amie dans les yeux. Son réflexe aurait été de la repousser, de lui dire qu’il ne voulait pas d’elle ici, mais comment repousser la seule personne qui donne un minimum d’importance à votre existence. Puis la réponse s’imposa à lui, juste au travers d’un regard.

« Je crois que si j’avais une raison de me battre, je me battrais… Pour le moment je me laisse dériver. »

Entre sincérité et envie son cœur battait à tout rompre. Les effets secondaires des substances illicites qu’il prenait, ou bien autre chose. Peu importait, il ne se sentait pas très bien, mais il essayait d’être honnête envers la seule personne pour qui il comptait. Du moins s’il s’en tenait à ce qu’elle lui disait et à son acharnement.

« Dis-moi quelque chose… »

Il avait peur de la faire fuir et d’avoir dit une bêtise. Car oui derrière cette immonde bête qu’il montrait, il y avait juste un homme brisé qui autrefois était quelqu’un de doux.
Revenir en haut Aller en bas
Méira Woods


avatar

Messages : 197

MessageSujet: Re: Remember [terminé]   Ven 17 Mai - 8:45

Encore faut-il que je sois motivé pour ça. Cette phrase résonne dans la tête de Méira. Elle a l'impression qu'un poignard est venu s'enfoncer dans ses entrailles, tant elle se sent inutile. Une motivation, bah tiens ! Et elle, est-ce qu'elle a forcément une motivation pour avancer ? Pourquoi les gens ont-ils besoin de raison pour faire un pas devant l'autre, pour se sortir la tête de l'eau, pour vivre ? C'est tout de même dingue cette histoire ! Elle souffle, ne sachant pas quoi répondre. Alors lui continue dans sa lancée. Lui parle encore d'une raison qui lui faudrait pour se battre. Et elle bouillonne. Finalement, elle finit même par ne plus ressentir le froid. Elle ne tremble plus, tellement la colère grimpe. Une chance qu'Aqua Girl soit déjà passée il y a peu, elle ne risque pas de se transformer à nouveau. Elle peut se laisser aller dans ses émotions. C'est d'ailleurs ces petits moments qu'elle apprécie. Elle a le droit d'être quelqu'un de sensible, d'être quelqu'un de normal, elle peut tout lâcher. - et ça fait un bien fou quand on passe le reste du temps à marcher sur des oeufs, à tout le temps se contrôler.

Jeremiah lui propose de revenir dans ses bras. C'est presque tentant, mais elle secoue la tête de gauche à droite. C'est trop facile, c'est trop faible de se laisser fondre dans ses bras. Elle veut garder sa colère, pour l'exprimer au mieux. Pour le réveiller aussi peut-être ? Elle se relève, et fait les cent pas dans le salon, jetant quelques regards noirs à son ami. Tout à coup elle pense. Que dirait sa mère en le voyant maintenant ? Elle lui donnerait un bon coup de pied aux fesses, c'est certain ! Elle n'était pas le genre de personne à avoir besoin d'une raison pour avancer, tout comme Méira d'ailleurs. Les raisons, elle finissent par montrer parfois le bout de leur nez, mais on n'est jamais surpris tout au long de notre vie, chaque jour, chaque minute. Il n'y aurait plus rien d'important, plus rien de précieux. Les bonheurs de la vie arrivent par petite dose et on ne sait jamais quand. Au bout de longues minutes, qui peuvent sembler interminables, Méira ouvre enfin la bouche. "Je suis désolée, moi je n'ai pas de motivation particulière à te proposer, pas de petits sachets de bonheur dans ma poche, pas de solution miracle qui serait la clé pour que tu te relèves. Je n'ai rien de tout ça, et personne n'a ce genre de chose, crois-moi. Si tu attends une raison d'exister, tu risques d'attendre bien trop longtemps et de passer à côté de pleins de choses, pleins de merveilles que tu n'auras pas vu, trop occupé à attendre LA raison." Elle vient s’asseoir à ses côtés. "Tu as envie de t'en sortir ? Tu as envie de relever la tête ? Tu as envie d'être heureux ? Alors fais-le. Dis ce que tu as sur le coeur, racontes tout ce qui te bloque, et avec mon aide, bats-toi pour connaître les raisons que tu attends. Elles viendront quand tu seras prêt à les recevoir, quand tu te seras battu. Parce que la vie, majoritairement, c'est un combat. Et quand on n'est pas seul, ce combat est bien moins lourd."

Méira approche son visage du sien et lui fait un bisous esquimau - nez contre nez - comme dans le temps. "Je veux me battre avec toi Jer ... Reprends les armes" Elle avait tout juste murmuré ces derniers mots. Mais elle sait qu'ils les a entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Remember [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remember [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: COMPLEXE SPORTIF-