..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emy M.

Invité

avatar


MessageSujet: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Sam 2 Fév - 18:22


Le 23 janvier 2011.

Emy était anxieuse. Sa générosité et son empathie naturelles l’avaient poussé à inviter la jeune adolescente rencontrée un mois plus tôt. Mais elle ne savait pas vraiment comment tout ceci allait pouvoir se passer. En effet, Ingrid avait perdu son meilleur ami peu de temps avant leur rencontre et l’étudiante savait pertinemment que c’était encore trop récent pour aller mieux. Emy était elle aussi passée par là lorsqu’elle avait perdu son cousin. Mais elle savait aussi qu’il était important de continuer sa vie quoiqu’il arrive. Voilà pourquoi elle voulait lui faire passer une soirée tranquille entre filles. Quoi de plus relaxant et convivial qu’une soirée pyjama ? Et si d’une certaine manière ça aidait la jeune fille à parler de ses craintes et de sa peine pour se libérer, Emy verrait la soirée comme réussie. Le but était bel et bien de soulager l’adolescente et aussi lui montrer qu’elle avait du soutien. Pour lui donner un peu plus la pression, la télépathe avait proposé à Kensie de se joindre à elle sans vraiment savoir pourquoi. La demoiselle était encore gênée face à sa colocataire. Il était toujours impossible pour elle d’affirmer qu’elle avait pu apprécier cette nuit passée avec elle. Emy reniait en bloc le fait qu’elle puisse éventuellement être attirée par les femmes. Bien qu’elle soit en quatrième année de psychologie, le mensonge à soi même faisait toujours partie de ses petites manies. Et le fait qu’elle n’en parle à personne, ni même ses proches étaient très révélateurs. Sacha était l’exception, peut être parce que lui aussi était directement concerné par l’homosexualité. Emy avait la manie de ne pas dire les choses qui pouvaient la tourmenter tant qu’ils étaient encore d’actualité. Et son éventuel bisexualité resterait longtemps sous silence vu comment tournait les choses dans son esprit.

Dans la journée elle était allée chez son épicerie française. Sur le trajet, elle dut passer sur le pont où elle avait rencontré Ingrid. C’est avec un sourire aux lèvres qu’elle acheta le fabuleux vin rouge qu’elle adorait tant. Un bon morceau de fromage était aussi de mise, et pour la peine elle se prit un Bria Savarin. Si son invité n’aimait pas, elle avait tout un autre tas de dessert possible dans ses placards. En effet les trois locataires étaient gourmandes. Pour le repas elle se mit en tête de préparer des légumes farcies. Tomates, poivrons et courgettes seraient de mise ce soir. Si vous ne l’aviez pas encore compris, la jeune femme était amoureuse de la cuisine française. Et elle n’avait plus qu’à espérer que les deux autres filles le soient aussi.

C’est en cuisine, qu’Emy se rendit compte qu’elle n’était pas aussi douée que sa mère avec de la nourriture. Le repas semblait de plus en plus compromis. Quelle imbécile elle faisait à tenter un plat qu’elle n’avait encore jamais fait elle-même ?  Dès que l’adolescente rentrerait elle pourrait sentir la délicate odeur du cramée dans tout l’appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Dim 3 Fév - 22:25

J’avais chaud. C’est la première pensée qui me traversa l’esprit lorsque je repris conscience, après une nuit de sommeil. C’était con, mais ça me rassurait. Avoir chaud me faisait un peu chier, mais ça me rassurait de me dire : oh tu penses. Ça voulait dire que je n’étais pas morte. Que je n’avais pas clamsé à Central Park, après m’être fait poignardée par Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Et rien que ça, ça me donnait envie de rire, de chanter, de danser. Sauf que ça ramenait l’autre souvenir. Celui qui plombait mon humeur, jour après jour. Il était mort. Harry Potter avait-il eu cette pensée en se levant le matin, après avoir tué Voldemort ? C’était une question vraiment conne à se poser, mais moi ça me turlupinait. Et oui j’avais bien employé le verbe turlupiner. Parce que merde à la fin hein. Il y a des mots comme ça, qui ont la malchance d’exister et qu’il nous faut employer, au moins pour leur faire plaisir. Enfin … je suppose qu’Harry Potter et moi sommes diamétralement opposés. Lui ne pouvait pas vivre tant que l’autre existait. Moi je vivais tranquillement ma vie avant que l’autre con fasse irruption et décide de me prendre comme bouc émissaire. C’est toujours les blondes les victimes, je vous le dit. Je vais finir par aller porter plainte.

Ma main se posa furtivement sur mon estomac, là où reposait fièrement une cicatrice encore épaisse et rose, signe de sa récence. L’inconfort qu’elle me procurait était incessant, mais j’apprenais à vivre avec. Quel autre choix avais-je ? Le visage contorsionné dans une grimace, je repoussais les couvertures. Nous étions le 23. Cela faisait donc 20 jours que j’étais réveillée et en 20 jours, je pouvais dire que j’allais mieux. Mais je ne pouvais pas prétendre que mes muscles ne me faisaient plus mal, ni même que la douleur fantôme à mon estomac ne me réveillait pas dans la nuit. Je sentais encore le poignard s’enfoncer dans mon ventre, dans mes rêves. C’était probablement mieux que de revivre en boucle la mort de Bryton, mais ça n’était pas plus agréable que ça. Les pieds posés sur le parquet de ma nouvelle chambre, j’inspirais lentement. Mes abdominaux me faisaient un mal de chien à chaque fois que je me redressais et je n’attendais qu’une chose : que les courbatures disparaissent enfin. A chaque réveil j’avais vraiment l’impression d’être passée sous un rouleau-compresseur et je sais pas si ça vous ai déjà arrivé, mais je vous déconseille d’essayer. Quelque chose me dit que c’est mille fois plus douloureux que ce que je vis. Point positif : je n’avais plus mal à la tête. Qui aurait cru que l’énergie mettait autant de temps à atteindre le 100% ? Je comprenais enfin pourquoi il fallait quatre couches de couleurs pour buter un mec dans les jeux Dragon Ball. Et je comprenais enfin pourquoi je n’étais pas morte le mois dernier. Les mutants sont increvables. Yeaaaaah. Imaginez-moi en train de faire le signe du rock’n’roll.

Mon regard se posa rapidement sur mon réveil et un grognement fit vibrer mes cordes vocales. Il était 13h, j’avais perdu ma matinée. Putain, avec la cure de sommeil que je me payais tous les jours, pourquoi est-ce que je n’avais toujours pas retrouvé mon pep’s habituel ? J’entendais la voix de Maggie me répéter que tout le monde ne guérit pas à la même vitesse et gnagnagna. Je suis une danseuse : dormir et ne rien faire de mes journées c’est une torture. Pire que de passer sous un rouleau-compresseur. Enfin … ouais, non. « Je te maudis Santos. Sur trois générations et celles qui suivront. » marmonnais-je sous ma barbe inexistante. Prenant appuis sur mes jambes, je me levais enfin, profitant d’être debout pour étirer mes muscles endoloris. Une jambe après l’autre, un bras après l’autre et le ventre on oublie, si je ne veux pas finir par rouvrir la cicatrice. Déjà que pendant mon séjour à Genome, les points de sutures avaient sauté … revivre l’expérience n’était pas tellement numéro 1 sur ma liste de choses à faire.

L’appartement était désert. Kelly devait être au travail et Emy … probablement à la fac ? Je suppose … Non, nous étions dimanche … enfin je sais pas. C’est pas comme si on se tapait la causette jusqu’à 3h du mat’ quoi. « Et sinon t’as fait quoi aujourd’hui ? » « Oh j’ai rencontré Colette au Spar. Figure-toi qu’elle est en cloque. Ca te dit que je te fasse un chignon ? » Nan, c’était pas le genre de la maison. Que ce soit le chignon, ou la discut’ digne d’un mauvais film des années 50. Je suis sûre qu’on aurait pu le faire et que j’aurai même pu trouver ça amusant, si Emy acceptait de me regarder dans les yeux et d’arrêter de me fuir dès que je rentrais dans une pièce. C’est bon, on avait couché ensemble, c’était pas comme si j’avais révélé être la petite fille cachée d’Hitler. Enfin faut croire que si au final … Et sinon, quand on est-ce qu’on fait une fête pour célébrer le retour de Kensie la coincée du cul, trop amère pour sortir une bonne vanne ?

Donc, l’appartement était désert et le silence me soulait. J’allumais la radio en priant pour que de la bonne musique passe avant de passer dans la cuisine pour me nourrir. C’était tout ce que je faisais en ce moment : dormir et manger. Je prenais l’air parfois, quand j’en avais la force, pour aller à Central Park, parce que j’étais maso comme ça. Et c’est ce que je fis. Nourrie et douchée, j’étais sortie, couverte de la tête aux pieds parce qu’il faisait froid en hiver à LA, pour ne rentrer que plusieurs heures plus tard. L’heure exacte m’était inconnue et pour être honnête, je m’en fichais un peu. Le seul truc que je savais c’était qu’Ingrid venait à la maison ce soir et que j’avais été invitée à la soirée pyjama. Yppie tralala bong bong, sortons les journaux intimes et racontons-nous tous nos secrets les plus intimes. Je me faisais peur moi-même avec mon sarcasme plus facile que d’ordinaire. Faut croire que c’est ce qu’un mois sans danse fait à une personne accro. J’étais comme un singe en train de s’accrocher aux barreaux de sa cage et gueuler « Sortez-moi de làààààààààààààààà ». Je devenais folle. Un singe, ça ne parle pas.

Clef dans la serrure, je la tournais et ouvrais la porte pour être immédiatement assaillie par une odeur bizarre. Un mélange de … non pas de mélange. Juste du cramé. Refermant la porte derrière moi, je m’approchais lentement de la cuisine où Emy s’affairait aux fourneaux. Enfin … elle avait plus l’air dépité qu’autre chose. Oubliant la tension palpable qui s’installait à chaque fois que j’entrais dans une pièce, je m’asseyais sur le comptoir, un sourire aux lèvres. « Sinon, on a des chips et du coca aussi. Je suis sûre que ça plaira plus à une ado de 16 ans qu’un plat hyper sophistiqué dont je ne pourrai même pas prononcer le nom. » C’est surtout que ça me plairait plus à moi. « Ooooh, ou alors des burgers. Ou alors on commande une pizza. C’est une soirée pyjama, c’est pas censé être super diététique. Tu sais ce qu’on aurait dû faire ? Inviter Sonny. » Dans le genre awkward, on aurait pas fait mieux. Sonny savait que j’avais couché avec Emy et elle savait aussi qu’il ne fallait pas en parler. Pauvre Ingrid se serait retrouvée dans un monde parallèle. Déjà que celui dans lequel elle allait entrer d’ici quelques minutes n’était pas très sain … Priez pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Lun 4 Fév - 12:22

Dimanche 23 janvier 10h

En cette matinée fraîche de janvier, Ingrid avait décidé d’aller faire quelques photos au parc. Pas Central Park. Depuis la fusillade, pour ne pas dire « combat de mutants » elle avait peur d’y aller. Elle n’en avait pas parlé à Keaton, mais un jour viendrait où de toute manière elle ne pourrait plus le cacher. Pour le moment, elle n’était pas prête à en parler. Elle se contentait donc du petit parc à côté de leur appartement. D’un côté, Keaton devait être rassuré de la voir là. L’avantage était que l’adolescente avait trop besoin de voir l’extérieur pour rester enfermé dans sa chambre. La dépression risquait donc de lui passer au dessus. Par contre, elle ne parlait plus aux inconnus. Si cette fois une personne faisait comme Emy ou Elizabeth lors de la mort de Morgan, elle les fuirait très certainement. Ingrid n’avait plus confiance.

Dimanche 23 janvier 12h

C’était l’heure du repas. Comme d ‘habitude le dimanche, elle cuisinait quelque chose de plus sophistiqué, pour elle et son tuteur. C’était un accord silencieux et tacite qu’elle aimait particulièrement mettre en application. Ce midi, ce serait donc poulet au four avec petits légumes sautés, et en entrée une salade composée bien garnie. A vrai dire, Ingrid essayait aussi d’amadouer Keaton. Emy et Kensie l’avaient invité à une soirée pyjama et elle voulait y aller, histoire de se changer les idées, surtout que l’ambiance à l’école ces derniers temps n’était pas super. Et son argument de masse serait juste le fait que le lendemain elle n’avait pas cours, exceptionnellement. Et puis, elle avait déjà rattrapé tout son retard du à l’emprisonnement chez Genetic. Et pire, elle n’avait pas vu Kensie depuis le mois de novembre. Autant dire une éternité. C’était à se demander si elles habitaient vraiment dans la même ville.

En tout cas elle avait eu l’aval de son tuteur et se réjouissais déjà de pouvoir y aller. Elle avait d’ailleurs envoyé un sms de confirmation de suite, bien qu’elle avait déjà dit venir. En fait elle doutait fortement que Keaton n’accepte pas, elle connaissait les limites à présent, et du coup elle n’avait procédé qu’aux formalités.

Dimanche 23 janvier 18h

Le bus avait pris pas mal de retard, mais elle serait tout de même à l’heure. Avec son morceau de papier, Ingrid réussit à trouver le domicile des deux jeunes femmes assez rapidement. Elle n’en revenait d’ailleurs toujours pas qu’Emy se souvienne d’elle et la convie, mais encore moins qu’elle connaisse Kensie. Décidément, elle se demandait si elle connaissait vraiment quelqu’un qu’elle seule côtoyait. Surtout que d’un côté elle était jalouse car elle se disait qu’elle était la seule à ne pas pouvoir voir ses amis quotidiennement. Tous les autres semblaient être beaucoup plus liés. Probablement à cause de la différence d’âge. C’était quelque chose qu’on ne pouvait pas modifier.

Dans le couloir, elle sentit une odeur de cramé qui lui fit froncer le nez. Elle se demanda si les filles s’essayaient à une expérience, en espérant fortement que ce n’était pas ce qu’elles étaient sensées manger le soir même. A la milite elle préfèrerait de loin un plateau repas, une pizza ou une connerie du genre. Bref, elle toqua à la porte. Elle se savait attendue alors elle tourna directement la poignée et entra.

« Coucou ! Ca va les filles ! Dites, vous essayez de me faire fuir ? »

Elle fronça le nez sous le coup de l’odeur et s’approcha de chacun pour lui faire la bise, avant d’aller vers le four. Elle vit alors les pauvres gâteaux. Enfin si c’en était, parce qu’au final elle se rendait compte qu’elle ne voyait pas du tout la forme qu’avait le truc à l’intérieur du plat.

« Oh ce ne sont pas des gâteaux ! » dit elle en ouvrant le four. « Pizza ?? » demanda-t-elle alors avec un grand sourire en direction de Kensie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Mer 13 Fév - 16:58

C’était une catastrophe ! Ouvrir le four se résumait à laisser se répandre une épaisse fumée noire dans tout l’appartement. Et même si c’était l’hiver, Emy dut se résoudre à ouvrir les fenêtres pour faire un courant d’air. Son visage se déformait à cause d’une grimace de dégout, elle n’aimait vraiment pas cette odeur de brulée. Alors qu’elle essayait de chasser ce parfum désagréable à l’aide d’un torchon qu’elle secouait dans tous les sens, Kensie entra dans la pièce. Comme une enfant prise en faute, elle arrêta aussitôt son geste et posa le torchon. De toute manière, ça ne servait pas à grand-chose… Déjà qu’elle était mal à l’aise face à la jeune femme, la situation ridicule dans laquelle elle se trouvait n’aidait vraiment pas. Elle regarda Kensie s’assoir sur le comptoir laissant tomber le mince espoir qu’elle continue sa route et l’ignore. Heureusement elle lui fit une remarque qui la fit sourire, l’auto dérision était une bonne chose.

- Ce n’est pas hyper sophistiqué, c’est des légumes farcis… Enfin c’était ! Je te ferais gouter, tu comprendras de suite. Puis bon, je m’étais dis qu’un bon repas français ne ferait pas de mal…

Son idée était foireuse. Elle avait beau le comprendre, elle était déçue d’être encore une fois tombée à coté. La spécialiste des boulettes était une nouvelle fois sous le feu des projecteurs. Quand elle évoqua la pizza, Emy hocha la tête. Ca restait la meilleure des solutions désormais. Puis, on ne pouvait pas dire non à une bonne pizza !

- Va pour la pizza ! Puis question calories, ne t’en fais pas les farcis ça envoie !

Quand la demoiselle évoqua Sonny, Emy posa une main sur sa bouche. Quelle était bête, elle n’y avait même pas pensée. Elle n’était pas vraiment proche de la française mais elle l’appréciait. Les soirées tranquilles permettaient de mieux connaitre les gens, la prochaine fois elle y penserait, ça c’était certain.

- Je fais tout de travers en ce moment ! J’ai vraiment pas pensé à Sonny, tu crois qu’on peut l’appeler maintenant ou c’est trop tard ?

Ça devait être trop tard mais ça valait le coup de demander. Pour ce qui concernait la maladresse de la télépathe c’était tout simplement car elle était perturbée, chamboulée et tout ce qui pouvait signifier similairement la même chose. Encore plus quand Kensie était dans les parages. La gêne n’était vraiment pas une chose qu’elle savait camoufler. Que voulez-vous on ne pouvait pas s’improviser acteur !
Ingrid tomba à pic, permettant facilement à Emy de changer de conversation, ou plutôt d’interlocuteur. Elle lui dit de la rejoindre dans la cuisine, laissant la jeune adolescente se guider à l’aide de sa voix. Quand elle entra enfin, elle s’avança vers elle pour lui faire la bise. Emy était contente de la voir, d’autant plus que celle-ci avait bonne mine, c’était rassurant.

- C’est ma faute, j’ai essayé de cuisiner… Qu’est ce que vous voulez ?

Alliant le geste à la parole, Emy prit le combiné téléphonique sur le comptoir, prête à commander.


Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Ven 22 Mar - 22:18

Des fois je me demande ce que ça fait de vivre sans avoir le poids du monde sur les épaules. Sans se sentir écraser par le poids de toutes les erreurs commises par le passé. Des fois je me demande ce que ça fait, d’être vraiment heureuse. De se lever le matin et d’avoir une raison de sourire. Je ne sais pas si c’était quelque chose de désirer, mais je n’ai jamais été entourée dans ma vie. J’avais ma famille, jusqu’à un certain âge, j’avais des amis, des copains, des copines, j’avais tout ce qu’une ado ordinaire a, mais je ne suis jamais sentie vraiment entourée ou soutenue. Lorsque ma mère est morte et que Kelly est partie, j’ai eu le sentiment de n’être rien d’autre qu’une particule d’eau perdue dans un océan. Dans un sens, c’est le cas de tout le monde, mais depuis ce jour, je n’ai jamais réussie à retrouver l’impression que j’appartenais réellement à quelque chose, que j’étais intégrée dans un groupe. (C’est peut-être pour ça que j’ai intégré Genome.) Depuis ce jour, j’enchaîne les faux pas, les erreurs, les bêtises. Depuis ce jour, je vis avec et je n’ai jamais réussie à retrouver une raison de sourire à longueur de temps. Ça m’arrive des fois, de repenser à quelque chose qui me fait sourire, au réveil. Mais ces derniers temps, j’ai l’impression d’avoir oublié ce que c’est.

J’avais encore le cœur lourd en repensant aux évènements de Décembre, à ce que j’avais fait, dit à Sonny. Je m’en voulais encore d’avoir mis plus d’un mois à revenir vers elle en rampant. Elle me parlait, semblait m’avoir pardonné et peut-être que c’était le cas, mais il me faudrait du temps, avant de me pardonner moi. De n’avoir jamais été vraiment entourée, j’ai appris à chérir ceux qui le faisaient, mais je ne l’avais pas fait avec elle. Je l’avais jeté aussi facilement que je jetais une chaussette trouée et je m’en voulais. Je m’en voudrais pendant un moment. Tout comme je m’en voulais encore, d’avoir dépassé les bornes avec Emy. Sonny n’était pas la seule que j’avais perdue, mais elle était la seule que j’avais réussie à retrouver. Et le poids sur mes épaules semblait s’alourdir.

Assise sur le comptoir, je l’observais, parce que c’était tout ce que je pouvais faire, pendant qu’elle parlait. Elle souriait et cela me faisait sourire aussi. J’étais nerveuse, mais au moins je savais que ce qui avait été brisé entre nous n’était pas irréparable. « Les légumes c’est mauvais pour ma santé, Emy. » Surtout si l’odeur de cramé qui sortait du four était celle qui accompagnait généralement le reste de sa cuisine. Rappelez-moi de lui offrir des cours de cuisine, pour son anniversaire. « Quitte à collectionner les calories, autant que ça soit avec quelque chose qui ne me rend pas malade. » J’accompagnais ma remarque d’un clin d’œil pour être sûre qu’elle comprenne que je n’étais pas sérieuse. Je l’étais pourtant, mais pas sur ça. J’étais sérieuse sur le fait qu’elle me manquait et que mon objectif pour cette soirée était de commencer à recoller les morceaux d’une amitié qui pouvait aller loin. Une amitié dont j’avais autant envie que besoin. « Oublie pour Sonny. Elle boudera cinq minutes avant de réclamer des pop-corn et de tout oublier. » Et pour être honnête, ça me soulageait qu’elle ne soit pas là. Le poids sur mes épaules n’avait pas besoin d’être plus lourd qu’il ne l’était déjà.

Dix secondes plus tard et Ingrid était là. Il était temps pour moi d’oublier tout ce qui me rendait morose, d’arrêter de m’apitoyer sur mon sort, de faire comme si je n’étais pas en train de couler. Il était temps de sourire à nouveau. Et rire. Même si je n’avais aucune raison de le faire. Même si j’avais envie de me cacher dans un coin et de pleurer. Même si la douleur dans mes muscles me donnait envie de crier toutes les obscénités du monde. Parce qu’Ingrid avait autant que moi, besoin d’un clown. Personne n’avait jamais voulu être le mien, ce soir, je le serai pour nous deux. Si Emy choisissait ce moment pour lire dans mes pensées, elle verrait la différence dans ma posture. Les muscles de mes bras qui se détendaient, le sourire qui s’étendait un peu plus … presque imperceptiblement, le masque était en place et personne – pas même moi – ne réaliserait qu’il y en avait un.

J’éclatais de rire en voyant la mine déconfite d’Ingrid en ouvrant le four. « S’il y avait eu des gâteaux, je les aurai déjà mangés, Ingrid, voyons ! » Moins de deux secondes après qu’Ingrid ait proposé la pizza, le téléphone était dans la main d’Emy et j’applaudissais, comme une gamine de cinq ans à qui l’on vient de promettre son dessert préféré. Ça me faisait mal, mais je ne laissais rien paraître. Ingrid ne savait rien et je ne voulais pas inquiéter Emy. « Peppéronis et poulet ! Extra large. » J’avais faim tout d’un coup et comme je ne la finirai pas, ça me ferait quelque chose à manger pour demain. « Ingrid, tu veux faire quoi ? En sachant que : pas d’alcool, pas de drogues, pas de films interdits aux moins de 18 ans et évidemment pas de sexe. » Oh mon dieu. Est-ce que je venais vraiment d’insinuer que si elle le voulait, il pourrait y avoir du sexe ici ? Les yeux exorbités je jetais un regard à Emy avant de retourner mon attention sur l’adolescente. A son âge je les avais tous faits et je ne doutais pas qu’elle aussi, peut-être, mais là c’était trop. Même pour moi. Elle avait 15 ans bordel ! Je savais que j’avais des problèmes, mais pas à ce point-là! « Oh mon dieu ! Je reformule ! Pas d’alcool, pas de drogues, pas de films d’horreurs et pas de pornos. » C’était déjà mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Jeu 28 Mar - 18:56

Ingrid était contente d’avoir été invitée par Emy à une soirée pyjama. Elle qui croyait qu’on la repoussait sans cesse de par son âge, pour une fois la rège était abrogée. C’était l’exception qui confirme la règle en réalité. Ça lui permettrait de se changer les idées et de penser à autre chose qu’à ce qu’il lui était arrivé en janvier. Blessée, enfermée dans les cellules de Genetic, puis Keaton qui l’en avait ressortie. Elle était contente d’avoir retrouvé son père d’adoption. Parfois, elle rêvait même, en secret, de pouvoir former une vraie famille avec lui. Mais son esprit était occupé par Kate et leur enfant, et d’un côté, même si Ingrid en était un peu jalouse, elle ne pouvait pas lui en vouloir. Tout comme Keaton ne pouvait pas lui en vouloir de penser encore à ses parents biologiques et de leur rendre visite régulièrement.

« Orientale ! Et Sonny, elle ne viendra pas ?»

Ou comment mettre les pieds dans le plat, leçon numéro une. En tout cas, pour Ingrid la question était des plus naturelles, tout comme proposer de la pizza en échange des farcis brûlés. Une proposition qui fit d’ailleurs l’unanimité, et heureusement, parce que l’adolescente avait terriblement envie d’une orientale. Mais en effet elle était étonnée que son amie ne soit pas là. Elle savait qu’elle est Kensie se connaissaient tout comme elle croyait se souvenir qu’Emy la connaissait aussi. Ou peut-être était-ce quelqu’un d’autre. Ah non Sacha et Sonny se connaissaient mais peut-être pas Emy et Sonny. Que bordel. Elle ne savait même plus qui connaissait qui. Enfin, on s ‘en fichait, l’important était de s’amuser et qu’elle ne fut pas sa surprise lorsque Kensie lui demanda ce qu’elle voulait faire. Ingrid prit son temps, elle se hissa sur le rebord du plan de travail et commença à reprendre les activités de Kensie une à une.

« Boire, déjà fait, j’ai même pris une grosse cuite, drogue, déjà testé, je ne sais pas si je recommencerai… Sexe ? Euh pas encore, mais je suis curieuse de savoir ce que ça fait que de coucher avec quelqu’un ? »

Ou comment mettre les pieds dans le plat, leçon numéro deux. Enfin, elle avait plutôt démonté les croyances de surface de Kensie une à une. C’était assez amusant et l’adolescente arborait à présent un grand et immense sourire.

« Alors Kensie, qu’est-ce que ça fait ? C’est quoi les sensations ? »

Si un jour elle devait passer le cap, ne serait-ce qu’avec Andrew, elle voulait avoir un avant-goût c’était normal, non ? Et regardait un film à caractère sexuel ne l’intéressait pas plus que ça, dans le sens où dans son esprit il s’agissait de fiction et que personne ne faisait les choses de la même manière, elle en était persuadée. Elle voyait ça plus romantique que ce qu’on lui avait dit de ce genre de films. Et elle espérait que ça l’était. Cependant, en attendant que Kensie se décide à lui expliquer, elle se retourna vers Emy, son grand sourire toujours accroché aux lèvres.

« On fait un gâteau Emy ? »

Elle se fit glisser du rebord en sautant sur ses pieds et se frotta les mains d’impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Sam 11 Mai - 14:13

Emy regarda une nouvelle fois le carnage dans le four. Bravo, c’était du joli ! La demoiselle devrait bien évidemment prendre des leçons de cuisine auprès de sa mère. Mais ce n’était pas le moment de penser à ça, elle n’était pas prête de retourner à New York de si tôt. Quoique la ville lui manquait, il fallait se l’avouer, on ne pouvait pas se lasser d’une telle ville. Enfin si, mais ce n’était pas le cas de la télépathe. Son enfance restait une chose très importante dans sa vie, et New York en restait le synonyme parfait. Alors hors de question de s’en détacher. Jongler entre deux villes n’avait jamais été difficile pour elle, bouger était quelque chose de vital et le retour que ce soit à L.A. ou à N.Y. lui faisait songer à des vacances à chaque fois. D’un coté la famille et de l’autre les amis. Son amie Kensie réussit à la faire sourire avec ses remarques, permettant à Emy d’être moins déranger par l’atmosphère lourde lorsqu’elle était ensemble. Elle avait l’impression que leur amitié avait perdu en spontanéité et naturel, rien de plus désolant pour la newyorkaise. L’arrivée d’Ingrid était aussi un bon moyen de ne pas se laisser plonger dans le cercle vicieux qu’était la gêne chez Emy. Un sourire entendu et elle tenait déjà le combiné dans les mains, souriant face aux remarques taquines de la belle blonde.

- Bonjour, ça serait pour commander une Peppéronis et Poulet, une orientale et une royale toutes extra large. Alors l’adresse… Emy termina enfin de passer son coup de téléphone et posa le combiné. Rapidement, elle prit les farcis et ouvrit en grand la poubelle. Au revoir repas adoré.

C’est un regard interloqué qu’elle tendit à Kensie quand celle-ci parla de sexe. On touchait le fond, ce qu’Emy aurait du redouter toute la soirée arrivée à peine l’adolescente arriver. Se reprendre accentua encore plus le malaise que pouvait commencer à ressentir Emy. Puis pour sa bonne bouteille de vin rouge, c’était râpé. Discrètement, la télépathe détourna son activité vers l’état du plat contenant un peu plus tôt les farcis. Vu la difficulté qu’elle allait avoir à faire partir le cramé, se concentrer sur cette tache pouvait rester très plausible. Personne ne se douterait qu’elle essayait simplement de ne pas parler de sexe avec sa colocataire. Ou pas.
C’est le mot gâteau qui lui sauva la mise. Excellente idée même si les trois femmes avaient tout un tas de cochonneries dans leur placard. Emy sortit les gourmandises en question pour qu’Ingrid choisisse.

- Alors tu as tout ça, et si tu veux vraiment un gâteau, on doit avoir le sucre, la farine, les œufs, la levure et peut être même du chocolat !

Elle fit les gros yeux à Kensie lorsqu’elle fut certaine que l’attention d’Ingrid était essentiellement sur la nourriture, une manière de tenter de lui faire comprendre qu’elle n’avait plus intérêt à relancer de tels sujets.
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Ven 21 Juin - 16:31


J’en ai eu des moments de solitude, mais jamais ils n’avaient été aussi violents. Je disais ça de tous mes moments de solitude, alors ce n’était peut-être pas vrai, mais quoiqu’il en soit … c’était violent. J’avais l’impression d’être au milieu d’une scène géante, avec un projecteur rivé sur moi, sans savoir quoi faire. Bizarrement, c’était pas le truc le plus agréable du monde. C’était terrifiant, carrément flippant. J’aimais bien Ingrid. Je ne lui avais parlé qu’une fois, mais c’était suffisant pour savoir qu’elle était gentille et ne ferait pas de mal à une mouche … enfin je crois. Et puis point bonus : elle connaissait Sonny. « Nope. » fut ma seule réponse, d’ailleurs. Pour le coup, malheureusement, j’avais envie de la taper, la miss.

J’étais loin de la fille qu’on pouvait désigner de coincée. J’étais capable de parler cul sans aucune gêne, je pouvais être très crue dans mes propos et j’étais même capable de faire semblant d’avoir un orgasme dans un amphi blindé – on ne dira pas que je l’avais déjà fait – mais là …   là j’étais bouche bée. Qu’elle se soit rebellée niveau fumette, drogues et cuites, j’en avais rien à ciré, à son âge j’avais déjà fait pire – même si j’avais du bien vite me calmer. Qu’elle me demande ce que c’était de coucher avec quelqu’un … j’avais déjà plus de mal. Qu’est-ce qu’on répondait à ce genre de questions ? Je supposais qu’elle avait déjà eu la « discussion » avec son tuteur ou sa tutrice, qu’elle savait déjà que sexe = protection et qu’à son âge il est déconseillé d’avoir des bébés. Au mien aussi d’ailleurs – Sonny aurait eu besoin de cette discussion par contre.  Mais les sensations … Gonflant mes joues, je faisais un bruit de pet avec mes lèvres, lorsque l’air s’échappa de ma bouche.

Voyant qu’Emy était trop occupée à surveiller inutilement le four – je rêve ou elle refusait de m’aider ? Vilaine – j’haussais les épaules et me grattais le cou. « Euuuh … » Et là … qu’est-ce que je devais dire ? « Ca dépend d’avec qui tu le fais ? » Et à peine avais-je répondu qu’elle demandait de faire un gâteau avec Emy … ok, tout ça pour ça.


Apparemment, puisque l’attention d’Ingrid avait été détournée, Emy voulait bien tourner la sienne vers moi. 1) Lâche. 2) C’était pas comme si l’interdiction de coucher avec quelqu’un était pour nous, même si je ne voyais pas avec qui on pourrait le faire. Ses yeux ronds me firent lever un sourcil. « Quoi ? » lui demandais-je alors en ne faisant qu’articuler silencieusement le mot, de façon à ce qu’elle seule ne voit et n’entende – si elle décidait de lire dans mes pensées, en espérant que non. Esquissant un sourire taquin je pointais le doigt sur elle puis sur moi, comme pour lui demander si sa réaction était due au fait qu’elle me voulait à nouveau dans son lit. C’était peut-être pas le truc à faire, mais ça faisait plus d’un mois qu’elle ne me parlait presque plus à cause de ça, il était temps de crever l’abcès. Et vite, avant qu’Ingrid ne remarque la tension entre nous. J’avais juste la boule au ventre à l’idée que ça n’empire les choses.

« Les muffins c’est meilleur qu’un gâteau. » Juste comme ça, à titre d’information. Message subliminal ? Ca veut dire quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Mer 3 Juil - 18:18

La soirée s’annonçait plutôt pas mal et Ingrid était d’humeur taquine. Penser à autre chose pour oubier le chagrin et le passé tumultueux, il n’y avait rien de tel ! Elle avait testé au mois de décembre avec Mary Jane et elle se souvenait encore de cette soirée de fou. C’était un bon nombre de premières fois d’ailleurs ! Il ne manquait plus que « coucher avec un garçon » sur la liste des « je me lâche » mais ce ne serait pas pour le moment visiblement. A la bonne heure ! Il y avait une soirée pizza en vue et c’était une bien meilleure optique pour le moment, et surtout c’était beaucoup plus sain, même si la pizza tomberait directement sur ses hanches. Après tout e n’était pas comme si elle était grosse ! Elle pouvait se le permettre.

Tout comme elle ne se gênait pas pour déstabiliser Kensie. Bien sûr tout était fait avec amusement et Ingrid ne cherchait pas la moindre réponse concrète. Juste embêter son aînée. C’étaient toujours des questions délicates, et déjà les parents ramaient pour expliquer comment on fait les bébés à leurs enfants tout jeune, alors une amie expliquer ce que fait que de faire l’amour avec quelqu’un à une adolescente… Elle se marrait d’avance. Puis finalement après sa réponse elle se fit happer par Emy qui essaya de la divertir avec les ingrédients pour les gâteaux. Mais elle n’avait oublié, ça non. Ingrid, cerveau multifonction. Choisissez la fonction selon votre convenance, mais Ingrid est un robot rebelle et peut parfois vous jouer de mauvais tours.

« Kensie t’es pas douée tu sais ! Je sais comment on fait les bébés tu pourrais juste dire que si le gars s’y prend bien on prend son pied ! »

Bah oui ! Elle avait quinze ans, bientôt seize et plus cinq ans ! Elle avait vu des films, entendue parlé les jeune et surtout en travaillant à la bibliothèque de l’UCLA, qu’est-ce que ses oreilles n’avaient pas captées ! Toutes les filles un peu pouffent sur les bords adoraient laisser entendre leurs histoires d’une nuit avec le plus beau quater back ou le plus beau basketteur. C’en était lassant à la fin, mais l’adolescente préférait en rire et en sourire alors qu’elle commençait à mélanger tous les ingrédients.
Elle n’avait d’ailleurs pas relevé le message subliminal de Kensie préférant la faire languir. Elle préparait des muffins, elle adorait ça aussi. Avec un bon chocolat chaud, il n’y avait vraiment rien de tel !

« Vous avez couché avec beaucoup de garçons les filles ? »

A tête d’innocente, question innocente. Elle faisait sa curieuse et n’avait pas beaucoup à parier qu’elle était en train de choquer ses amies, mais elle avait besoin de parler comme une vraie fille et de couper la corde de l’écart d’âge. C’était un poids tout au long des derniers mois et elle voulait s’en soulager.

« Hum j’aimerais bien que mon premier soit doux et qu’on s’aime vraiment. Je fais un peu princesse je sais, mais qui ne rêve pas de l’amour, du vrai, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Mar 9 Juil - 22:23

Pourquoi fallait-il toujours qu’Emy ressente une gêne incohérente face à Kensie ? Peut être était-elle terrorisée après avoir couchée avec elle ? Oui mais c’était bien plus important que ça. Emy avait apprécié ce moment et elle ne l’acceptait pas, elle avait peur de tout ce que ça pouvait vouloir dire, ou ne pas dire. Alors que la jeune adolescente approche le sujet, même de loin, ça ne lui disait vraiment rien qui vaille. Se faire toute petite et inspecter le four n’y changeaient rien, elle pouvait entendre distinctement la conversation qui continuait, même si la voix de Kensie lui montrait qu’elle aussi ne semblait pas des plus ravies d’aborder le sujet. Plus elle s’enfonçait dans son four pour de fausses raisons, plus elle redoutait qu’Ingrid s’adresse à elle. Évidemment ce fut le cas, et Emy n’était pas certaine de vouloir lui dire le nombre de tous amants qu’elle avait pu avoir. Sans réellement réfléchir, le chiffre lui vint à l’esprit, quatre hommes dans sa vie… Et une femme. Emy lança un regard désabusé à sa colocataire et sans laisser un répit à la jeune adolescente, elle ajouta de sa voix légèrement aigue :

- On a toute la soirée pour parler Ingrid, cuisinons plutôt.

Serait-elle devenue une professionnelle pour détourner les conversations gênantes ? Elle n’était pas prête à miser sur elle, ça allait une fois de plus lui retomber dessus. Elle ne savait pas si c’était la présence de Kensie ou de la curiosité d’une fille de 15 ans qui la mettait dans un tel état. En fait si, elle savait pertinemment qu’elle ne voulait pas parler de ses anciens amants devant celle qui avait partagée son lit un mois avant. Pendant qu’Ingrid se penchait sur les aliments proposés quelques secondes plutôt, Kensie mimait l’innocence, du moins c’était ce que croyait Emy. Elle arqua un sourcil, alors que la situation l’aurait fait éclater de rire si elle n’était pas traumatisée par tout ce qui se passait dans sa tête. Elle leva la main en affichant une tête déconfite, une manière explicite de lui dire d’arrêter ses conneries avant que la télépathe parte en courant de cette pièce. C’était fou comme elle pouvait accorder de l’importance à une situation pourtant pas si méchante. Ce n’était pas étonnant que la belle blonde ne comprenne pas où Emy voulait en venir. Reportant son attention sur la demoiselle, elle sourit, chassant rapidement la conversation précédente, espérant qu’elle ne referait pas surface d’un moment à un autre. Elle sortit un saladier, parfait pour mélanger les ingrédients d’un quelconque gâteau.

- Va pour les muffins ! Ingrid, tu peux sortir les moules, ils sont dans le placard à gauche au dessus de l’évier.

Fouillant hâtivement dans le tiroir, elle sortit différentes recettes avant de trouver la bonne. Tendant la recette à Ingrid, Emy s’activait pour commencer à mettre les premiers ingrédients. Peu à peu, la pate prenait une bonne tête et elle ne put s’empêcher d’y tremper le doigt pour y gouter. C’était délicieux, elle adorait la pate crue. Un regard vers Ingrid, elle attendait que la jeune fille confirme à son tour, elle lui tendit le saladier. Se tournant vers Kensie, elle lui ajouta :

- T’en veux ?

Elle s’avança vers elle, tenant le précieux saladier dans ses mains. Lui tendant pour qu’elle suive l’exemple, elle fut surprise par la sonnette. Il lui fallut un bref instant pour comprendre qu’il s’agissait surement des pizzas. Rapide pour une fois, mais Emy n’allait pas se plaindre.

Lancer de dés :
Oui : c’est bien le livreur de pizza, hourra !
Non : Euh… bonjour
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Mar 9 Juil - 22:23

Le membre 'Emy Morgan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Jeu 8 Aoû - 13:34

Primo : je détestais qu’on me dise que j’étais pas douée. J’étais très douée ! J’avais juste du mal à parler sexe avec des ados de quinze ans. Deuxio : Je ne savais plus où donner de la tête. Entre Ingrid qui insistait pour une discussion hautement inconfortable et Emy qui n’arrivait même pas à me regarder, j’avais le cul entre deux chaises : rougir de honte parce qu’une ado se mettait à fouiller dans ma vie sexuelle ou avoir l’impression que le sol se dérobait sous mes pieds parce qu’une amie à qui je tenais énormément n’arrivait plus à agir normalement en ma présence ? Ma tentative avait lamentablement échouée et je ne pouvais faire autre chose que cacher mon désarroi en souriant d’un air désolé avant de me concentrer à nouveau sur Ingrid. Ingrid qui ne lâchait pas le morceau. Je comprenais enfin ce qui la liait à Sonny : pire que des mules ces deux-là.

« Un seul. » Puisqu’elle voulait qu’on en parle, on en parlerait. Et puisque Emy avait si honte d’être en ma présence, je n’allais plus lui donner la satisfaction de m’inquiéter pour elle. Ça commençait sérieusement à m’énerver. C’est bon, on avait couchées ensemble, personne n’était au courant et elle pouvait très bien être confuse sans forcément me considérer comme le diable. Je pouvais comprendre qu’elle soit perdue après ça, mais j’étais fatiguée d’être constamment ignorée ou d’être mal à l’aise à chaque fois que j’osais ouvrir la bouche. C’était pire que la guerre des silences entre Kelly et moi. Alors qu’elle me tendait la pâte à muffin pour y goûter, je lui lançais un regard appuyé, en espérant qu’elle comprendrait. Je commençais à en avoir ma claque de perdre des amies sur des mauvaises décisions. Et c’était pire que j’essayais d’arranger les choses pour finalement être royalement ignorée.

Pendant qu’elle partit s’occuper des pizzas, je posais la pâte à côté de moi et me reconcentrais sur Ingrid. « Je devais avoir ton âge, je crois. Ouais, 14 ou 15 ans. Rien de bien spectaculaire. Fini en deux minutes top chrono. C’était pas l’amour, le vrai, dont tu rêves, mais ça s’en rapprochait. On s’aimait bien quoi. Mais ça a pas duré bien longtemps après ça. » Pour dire à quel point ce mec m’avait marqué, je ne me souvenais plus de son nom, ni même de son visage. Pourtant je savais que je l’aimais vraiment beaucoup, à l’époque.  « Faut dire que j’ai réalisé que j’aimais les filles un peu après. Ca a pas dû aider. » Non pas que j’étais lesbienne, mais … boarf, les étiquettes et moi, ça faisait deux. Et on s’en foutait de ça. Ça n’avait rien de nouveau. « Tout ça pour dire, mistinguette, que tu peux aimer le garçon autant que tu veux ; la première fois n’est jamais agréable. En tout cas, c’est rare d’apprécier. »

Tournant la tête vers la porte, en essayant par tous les moyens de cacher ma grimace de douleur, je guettais le retour d’Emy qui prenait son temps avec le livreur. « T’as besoin d’argent mon cœur ? » demandais-je en haussant la voix pour qu’elle m’entende. J’avais dit que j’arrêtais de m’inquiéter pour elle, pas que j’arrêterais de la taquiner. C’était innocent et je lançais un clin d’œil à Ingrid pour lui assurer que ce n’était qu’une blague. « Au cas où ce serait un dragueur invétéré. » murmurais-je en descendant de mon perchoir pour me traîner jusqu’à Emy qui se tenait droite comme un piquet. A cause de moi, peut-être ? Je passais un bras autour de sa taille et souriais de toutes mes dents au livreur de pizza qui, à ma grande déception, n’était ni un gringalet boutonneux, ni monsieur univers. C’était un monsieur tout le monde avec un casque de moto sur un crâne mal rasé. Mouais, peut mieux faire. « Bonsoiiiir ! Ooooh pizzas ! » Lâchant la taille d’Emy, je prenais les boîtes de pizzas qu’il tendait avant de faire un bisous sur la joue de ma colocataire, pour la remercier de payer.

Le livreur à peine parti, je ne pus m’empêcher de me coller à la porte pour la regarder dans les yeux. « Sérieusement Emy, je vais pas te sauter dessus et te violer. Dans mon état ce serait difficile. » Bon peut-être que c’était la colère qui parlait tout à l’heure. Je ne pouvais pas ne pas m’inquiéter ni faire d’efforts. Mais à force, ça en devenait vexant. Quoi, j’étais si mauvaise que ça au lit ? « Je sais pas ce qui se passe dans ta tête, c’est toi la télépathe, mais ne réfléchit pas trop. C’est ton amitié que je veux avant tout, ok ? » Je parlais à voix basse, afin qu’Ingrid n’entende pas, mais je savais qu’elle serait curieuse et je ne voulais pas éveiller ses soupçons. La soirée était pour elle, pour lui remonter le moral, pas pour que ça finisse en guerre froide entre Emy et moi.

Sourire éclatant aux lèvres, je me mettais à crier « Pizzaaaaaaas ! » en retournant à la cuisine. C’était l’heure de manger. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Dim 1 Sep - 20:40

Ingrid soupçonnait les deux filles de lui cacher quelque chose. Elle avait dû foutre les pieds dans le plat sans faire exprès. Du coup, il était vrai que faire les muffins devenait une priorité numéro un pour ne pas entrer dans les détails. Ce fut presque déçue car sa curiosité était coupée dans son élan, qu’Ingrid s’attela à la tâche avec Emy pour faire les gâteaux. Cependant, bien vite, alors qu’Emy goûtait la pâte, l’adolescente fit de même y trempant son doigt jusqu’à la première phalange.

« huuuum délicieux ! »

C’était vrai, ils allaient être succulents. Et Ingrid qui croyait la partie terminée niveau discussion ne fut pas en reste, même si Kensie cassa tous ses espoirs. Visiblement, a première fois c’est toujours nul. Elle grimaça. Ça lui donnait troop envie. Par contre une autre question lui vint à propos de son homosexualité, mais elle fut sauvée par le gong. Du moins pour le moment. C’était le livreur de pizza. Dis donc il était rapide ! Il avait des actions pour rapidité ? Curieuse, à nouveau, l’adolescente se dirigea vers a porte, et se mit sur a pointe des pieds pour essayer de voir par-dessus l’épaule d’Emy. Amusée par le comportement des deux filles, elle piqua de suite les boîtes des mains de Kensie et partit dans la cuisine pour bien les présenter sur les assiettes. En fouillant rapidement dans le frigo, elle avait trouvé de la salade qu’elle était en train de nettoyer et des tomates aussi. Manquait plus qu’une petite vinaigrette et elles auraient un petit plat royal de jolies filles en âge de faire la fête !
Alors que les filles réapparaissaient dans la cuisine, la jeune fille était en train de couper les tomates qu’elle dispersait sur les feuilles de salades dans chacun des assiettes, à côté d’une pile de parts de pizza qui se tenaient chaud ?

« Qu’est ce vous faisiez ? Des bêtises hein, avouez ! »

Ingrid se moquait d’elles, et profitait de l’aveu non caché de Kensie pour en ajouter un peu. Et, toujours avec le sourire elle ajouta.

« Kensie, comment tu as su que tu étais gay ? Fin je veux dire, ça doit pas se découvrir comme ça du jour au lendemain en se levant « je suis gay, je le sais maintenant. Y’a un événement déclencheur ?
»

Elle finit alors en faisant une petite vinaigrette rapidement qu’elle posa au milieu, entre les trois assiettes ! Tadammm ! Mais elle ne le cria pas, elle était sage encore. Peut-être plus pour longtemps cependant. En tout cas, elle pouvait percevoir la gêne d’Emy, qui lors de leur rencontre n’avait pas eu le même comportement. Elle la trouvait bien plus fermée cette fois ci. Il faudrait changer ça !

« Emy ! Les Muffins ! »

Ca sentait déjà le brûlé, qu’avait elle fait. En espérant que ce soit juste parce qu’elle n’avait pas retiré le plat précédent, parce que sinon, vu l’odeur, il n’y aurait pas de Muffins non plus. C’était fou d’être une si grande catastrophe en cuisine ! Enfin, elle profita pour amener les assiettes sur la table, ainsi qu’à boire et des couverts.

« Sérieusement les filles, vous n’avez pas de l’alcool ? »

Elle ne buvait pas normalement, mais depuis cette soirée avec Mary Jane et David, elle trouvait qu’en soirée cela pouvait être amusant et surtout cela détendait l’atmosphère et quelque chose lui disait que les filles en avaient besoin.

« Emy tu m’as pas répondu toi ! Ta première fois c’était comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Mar 8 Oct - 14:39

Quand elle vit le livreur en ouvrant la porte, Emy était ravie. A force de cuisiner, elle mourrait de faim (car oui les farcies ratées, ça lui avait ouvert l’appétit, du moins de les faire…) Évidemment, tête en l’air comme jamais,  la demoiselle ne trouvait plus son porte monnaie. Heureusement pour elle, l’homme semblait patient. Ou blasé. Mais ça c’est son pouvoir qui lui indiqua. Car oui, elle captait très clairement ses pensées pour une fois. Alors qu’enfin elle mettait les mains sur son porte feuille, Kensie vint à sa rescousse. Elle ne nota même pas qu’elle n’avait pas besoin d’aide, c’était agréable de voir que malgré son incapacité à se comporter normalement avec elle, la télépathe pouvait toujours compter sur elle. Alors qu’elles formaient le parfait petit couple qui s’assumait pleinement, la New-Yorkaise capta de nouveau les pensées du livreur. Et rien, aucun choc, aucune réprobation. C’était surprenant pour elle qui pensait qu’on ne remarquerait que ça. Était-il possible qu’elle se monte elle-même la tête ?

La porte refermée, elle sourit à Kensie. Un merci silencieux même si elle n’avait pas eu besoin d’aide. Quand elle baissa d’un ton, Emy comprit qu’elle allait avoir droit à une remise en place. Amplement méritée d’ailleurs. La demoiselle ne comprenait pas qu’elle en devenait vexante et totalement ridicule. Télépathe ou non, elle était incapable de dire ce que pouvait ressentir Kensie par rapport à toute cette histoire. C’était ça d’éviter quelqu’un comme la peste. Hocha la tête automatiquement, elle lui répondit sur un ton désolée « Je sais bien tout ça, excuse moi. » Elle était confuse de se comporter ainsi, confuse de ne pas savoir où elle en était. Mais inconsciemment, la réaction du livreur avait été positive. Mais ça elle ne s’en rendrait pas compte tout de suite.
De retour en cuisine, Emy fut emballée par la bonne odeur des pizzas.

- Ingrid tu es parfaite ! Regarde moi ça, on va se régaler. Et c’était bien vrai, Emy adorait la salade. Comme disait toujours sa grand-mère « mange salade, jamais malade », concept qu’elle adhérait complètement.

Le sujet de l’homosexualité. Emy ne s’attendait pas à l’aborder si tôt dans la soirée. Mais étrangement ce que venait de lui dire Kensie l’avait calmée. Du moins rassurée. Amitié avant tout. Si on regardait de plus près dans les relations de la jeune fille, c’était proche de son amitié avec Esteban, ils avaient été amants avant d’être amis. Et ça marchait très bien. Il lui restait donc de l’espoir pour Kensie. Car la seule qui bloquait les choses, c’était bel et bien Emy. Pendant un instant elle eut l’envie de fouiller dans la tête de son amie pour voir comment elle avait su qui elle était vraiment. Mais sa conscience prit le dessus et elle arrêta aussitôt.  Elle écouterait attentivement, pas plus.

Mince, les muffins ! Vite, Emy se leva alors qu’elle venait de s’assoir et se précipita devant le four. Ouf rien de grave, c’était simplement des saletés du plat précédents qui cramaient sur la grille. Nous sommes sauvées ! On aura des muffins ce soir !  Et elle se mit à rire. La vraie Emy reprenait peu à peu le dessus sur la pauvre petite Emy apeurée et timide. Allant se rassoir, elle dit en souriant : Une vraie fée du logis ! J’ai limite l’impression que c’est toi qui nous invite ce soir Ingrid ! Pour l’alcool, j’ai du vin dans ma réserve personnelle, Kensie ? peut être aurait-elle plus de choix à proposer même si donner de l’alcool à une jeune adolescente n’était pas la meilleure des idées. Mais ça avait toujours été ainsi dans sa famille, l’alcool oui, mais seulement quand on était bien accompagné. Et elle aurait menti si elle disait qu’elle n’avait jamais bu avant sa majorité. Elle se releva de nouveau (décidemment) et alla chercher une bouteille et son tire bouchon. Ca serait sa boisson pour la soirée, à voir pour combien elle sortait des verres à vin : Qui veut ? Le pressentiment de la demoiselle était juste : Emy avait besoin d’alcool ce soir même si la veille avait déjà été bien arrosée.

- J’étais amoureuse, mon premier petit ami sérieux et même si douloureux, je ne sais pas j’en garde un bon souvenir. Il faut dire que ça a été ma plus longue relation, je suis restée trois ans avec lui. Mais il y a longtemps maintenant ! Il y avait une pointe de nostalgie dans sa voix, non pas parce qu’elle regrettait la fin de leur histoire mais plutôt le groupe qu’ils formaient avec son frère et sa sœur. Les amis de jeunesse étaient une part important dans la vie d’une adolescente et Emy en gardait pratiquement que des bons souvenirs. Mangeant un bout de pizza en passant (car oui elle ne s’était toujours pas assise), la télépathe alla allumer la chaine hifi et y brancha son téléphone. Un peu de musique, c’était obligatoire dans ces moments là. Et tant pis pour les voisins !
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Lun 28 Oct - 21:38

La réponse d’Emy me fit sourire. Honnêtement, je m’en fichais de ses excuses. Ca faisait du bien de les entendre, mais je n’en avais pas forcément besoin. J’avais surtout besoin qu’elle réalise que je n’allais pas me transformer en fille psychotique qui la harcèlerait pour qu’on sorte ensemble, qu’on se marie et qu’on ait des bébés. Déjà 1) beurk des bébés. 2) Le mariage gay n’est pas autorisé à LA et 3) une relation ? Non merci. M’empêchant de lui faire un câlin, pour ne pas souffrir et ne pas la brusquer, je lui souriais de toutes mes dents. Un peu plus et je sautillais sur place. Mais je ne m’appelais pas Marsupilami et j’avais mal aux jambes alors …

A la place, je repartais à la cuisine pour sauter sur les pizzas. Pizzas qui venaient d’être dénaturées par une chose de couleur verte et rouge. OMG ! L’insulte aux pizzas. J’avais toujours considéré la salade comme de la bouffe pour lapins et aux dernières nouvelles, je n’étais pas un lapin, mais c’était pas vraiment ça qui me dérangeait. C’était le fait qu’il y en avait à côté de ma pizza et ça, c’était un gros non-non. Qui mange de la salade avec une pizza ? C’était comme manger Mcdo avec des couverts. C’était comme le sexe sans orgasme. C’était un crime. Je portais une main à mon cœur, j’étais en train de frôler la crise cardiaque. Emy avait l’air d’apprécier, je préférais donc me taire, mais il n’était pas question que j’y touche. Non pas que je n’appréciais pas le geste, c’était juste un crime de bouffer de la salade – quelque chose de sain – avec de la pizza – quelque chose de bien dégueu pour la santé. On ne mélange pas le sain et le malsain. C’est pas bon pour mon cœur. « J’avoue tout ! On se demandait qui allait porter le gode cette nuit. » répondis-je à Ingrid avec sérieux. Mais j’avais parlé sans réfléchir et lorsque j’entendis mes paroles, je me mordis la lèvre. C’était peut-être pas la chose à dire. Je jetais immédiatement un regard à Emy, d’un air désolé avant de me rassoir sur le comptoir.

« Je sais pas, faudra que tu demandes à quelqu'un qui est gay. J'ai le numéro d'un mec si tu veux ! Il t'en parlera sans tabou » C'est vrai ça. J'aimais les filles, ça voulait pas forcément dire que j'étais lesbienne. Tout le monde faisait l'erreur alors je ne me vexais pas - et pour être honnête je me foutais royalement de ce que pensaient les gens - mais j'étais bien obligée de le préciser, quand on m'en parlait directement. « Mais c'est vraiment pas différent que de découvrir qu'on est hétéro. » Si on peut appeler ça une découverte. « On voit un mec on le trouve mignon ou canon. C'est pareil avec les filles. C'est ça, l'élément déclencheur. » Ca fait coucou dans les parties génitales, la plupart du temps aussi, mais ça elle devait bien s'en douter non ? Je veux dire, à l'adolescence, on découvre les joies de la masturbation - quoique j'ai lu un jour qu'on découvrait ça généralement vers 6 ans, un peu perturbant comme image - et qui dit masturbation dit « saluuuut, moi c'est clitoris et j'aime montrer que j'existe quand tu regardes X et Y ». Et on peut remplacer clitoris par pénis pour les garçons ... « La seule chose qui change c'est les questions qu'on se pose. » J'haussais les épaules, parce qu'au fond je ne m'en étais jamais vraiment posé moi, mais je savais que ça pouvait arriver, alors autant le préciser.

Pendant que les filles s’occupaient des muffins, je m’avalais quelques parts de pizzas. Oui je dis quelques, parce que j’en mangeais deux en même temps. J’avais faim. Et j’avais découvert que manger m’aidait pour les courbatures. Me demandez pas comment ça fonctionnait, parce que j’en avais aucune idée. C’était mon corps qui aimait me torturer, peut-être ? Simple hypothèse. Levant un sourcil à la remarque d’Emy, je posais mes parts de pizza sur un essuie-tout sur mes genoux. Assiette ? Quelle assiette ? « Encore heureux que y aura des muffins ce soir. T’aurais dormi sur le canapé, si tu les avais faits brûler, chérie. » répondais-je la bouche pleine. Et sérieusement, pourquoi est-ce que je parlais encore ? Je voulais bien taquiner un peu, mais là c’était sauter dans le plat à pied joint. Elle venait à peine de me « pardonner » pour tout ça. Merde Kensie, t’abuses ! Avalant ma pizza, je regardais ma colocataire partir à la recherche de vin. Fronçant les sourcils, je tirais mes lèvres en avant pour faire mine de bouder. « J’étais sûre d’avoir dit non à l’alcool. Franchement Emy, comment est-ce que tu veux qu’on ait des enfants si on arrive même pas à se mettre d’accord pour Ingrid ? » Sérieusement, qui a une muselière ?

Je refusais le verre de vin. Si je me mettais à boire maintenant, je passerai la soirée à mélanger les alcools et je finirais la nuit dans les toilettes. Et j’étais pas assez en forme pour ça. Finissant mes parts de pizzas, je me levais pour aller chercher de la bière sans alcool. C’était pas aussi bon que la vraie bière, mais ça se laissait boire. Et j’avais soif. Et ça valait mieux que de l’eau. Ce serait coca après. Pendant qu’Emy branchait son téléphone à la chaine hifi, je la regardais bouger, tête penchée sur le côté. J’imaginais bien ma tête, l’air rêveur, comme si j’étais en train de la mater. Mais non. Je me posais une question existentielle. Et là j’allais paraître innocente et encore plus jeune qu’Ingrid, mais c’était une question tout à fait pertinente. « Emy c’est quoi l’amour ? » Mais j’oubliais ma question immédiatement après l’avoir posée, parce que la musique commençait à résonner dans l’appart’ et c’était géant. Je posais ma fausse bière sur le comptoir, me servait deux autres parts de pizza avant de lever les bras au ciel et de commencer à danser. Vu mes courbatures et ma fatigue, je tournais simplement en rond en donnant quelques coups de hanche. Rien de bien développer – même si ça me faisait déjà mal – mais c’était suffisant pour me faire sourire. « ’cause baby you’re a firework ! lalalala ! Emy danse avec moi ! » J’avais les yeux fermés et la tête penchée en arrière et je ne m’arrêtais pas. Pas même pour prendre une bouchée de pizza. « Make ‘em go, oh, oh, oh ! »  
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Ven 22 Nov - 12:00

Pendant que les filles étaient à la porte avec le livreur de pizza et leur discussion cocasse, surement, Ingrid s’occupais de la salade qui irait avec les pizzas. Toujours un peu de verdure avec de la junk food. Ca ne faisait pas de mal. Jamais. Au contraire. Et puis ça l’occupait en plus, car elle n’avait pas envie d’être curieuse et d’aller écouter aux portes, car quoi qu’on en dise aussi jeune soit elle, elle n’était pas stupide, loin de là. Ca ne mettait pas autant de temps de récupérer quelques pizzas et de payer le livreur il devait y avoir quelque chose d’autre. D’autant qu’elle avait entendu la porte claquer. Donc, conclusion une salade à préparer ça l’aider à se focaliser sur autre chose. Petite curieuse !
Quand enfin elles revinrent, l’adolescente avait fini la salade et venait de jeter un coup d’œil aux muffins avant de chercher autre chose à faire. Elle n’en n’eut pas le temps.  Alors elle décida de jouer les fausses curieuses avec une petite boutade. Souriante, elle écouta ses amies et se dirigea vers une chaise attendant que le tout arrive.

« Non c’est bon merci Kensie. Je ne vais pas contacté un inconnu pour lui demander comment il a découvert être gay. T’imagine ? 3hey salut, je suis Ingrid et je voudrais savoir ce que c’est que d’être gay et comment tu l’as découvert. Tu ne me connais pas mais dévoile moi ta vie intime. » Noooon, no way, jamais je ne ferai ça ! »

Et puis finalement, vinrent les compliments d’Emy et la suite des explications de Kensie. En fait, Ingrid n’avait même pas le temps d’en placer une que l’une ou l’autre enchaînait. Elle suivait mais avec difficultés, quand elle se mit à exploser de rire ! Si seulement elle avait eu un caméscope pour les filmer, elle était sûre que même les deux se seraient moquées d’elle-même. C’était comme si elles faisaient tout pour éviter les blancs. Le malaise se ressentait, mais Ingrid ne l’expliquait pas.

« Au moins, de boire un peu ça détendra l’atmosphère et j’ai déjà pris une cuite ! Et puis Kensie, prouve moi que tu n’as pas bu avant tes 21 ans et là peut être que… »

Puis elle tendit son verre à Emy. Elle savait pertinemment qu’elle ne tenait pas une goutte d’alcool, mais c’était ce qu’elle recherchait. Elle avait besoin d’oublier et depuis sa soirée avec Mary Jane et David elle avait compris que c’était peut être l’un des moyens les plus sains du moment que cela restait très exceptionnel.  Et puis, là, elle était en train de s’empifrer de pizza et de salade, donc il y avait moins de risques que la fois dernière de tomber dans les pommes. D’autant qu’il n’y avait pas non plus de join. Cela dit, alors qu’elle gouttait le vin, elle se rendit compte qu’il s’agissait d’un alcool trompeur, mais elle n’hésita pas une seconde. Elle finit son verre presque cul sec puis observa Kensie danser d’une manière très bizarre, comme si elle essayait d’éviter certains mouvements, mais de manière assez laborieuse. Elle senti aussi sa tête chauffée et son sang être comme en éruption dans ses veines. Elle fut comme électrisée.

Elle partit vers la cuisine et récupéra de la farine. Attaque Suprême. Elle profita du fait que les filles avaient leur attention tourné ailleurs pour leur déverser quelques poignées de farine sur les cheveux.

« TAYOOOO !! Il me manque les œufs !!!! »

Et Ingrid se mit à courir dans l'appartement, vers la cuisine d'abord, puis se rendant compte qu'il n'y aurait pas d’échappatoire si les filles se mettaient à l'entrée, elle avait fuit vers le salon.
Revenir en haut Aller en bas
Emy M.

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   Mar 26 Nov - 11:17

Les yeux d’Emy se firent bien plus grands qu'au naturel. Mais qu’est ce qu’elle était en train de raconter ? À croire que Kensie voulait lui en faire baver un peu, une manière de se venger peut être. Elle avait qu’à dire à Ingrid qu’elles avaient couché ensemble pendant qu’elle y était. Parfois elle avait vraiment du mal à la comprendre et même si l’ambiance s’était détendu un peu plus tôt, c’était le meilleur moyen de remettre les pieds dans le plat. Ce n’était pas grave, Emy tentait de relativiser et d’ignorer cette parenthèse. D’autant plus que tout ceci l’aurait fait rire si elle ne se sentait pas aussi concernée par tout ça.  
La télépathe écoutait attentivement Kensie. Tout était en rapport aux questions que l’on pouvait se poser. Et ce n’était pas l’une des meilleures nouvelles qu’elle recevait avec toutes les questions qu’elle avait dans la tête. Peut être valait-il mieux qu’elle arrête avec tout ça et qu’elle passe à autre chose.

Emy se sentait totalement ridicule, à rire comme une cruche dès que Kensie ouvrait la bouche. On aurait du une jeune adolescente en train de parler au garçon qui la faisait craquer, c’était risible. Et elle en était consciente, c’était surement le pire. Elle regardait son amie la suppliant du regard de l’épargner pour la suite, elle avait compris le message elle arrêtait de jouer les enfants mais il fallait aussi un coup de pouce de son coté. Au  lieu de répondre à la question concernant les enfants, Emy préféra ignorer, comme si c’était la première fois de la soirée qu’elle contournait une question embêtante. Même si celle-ci ne méritait aucune question vu qu’elle n’était pas sérieuse, elle montrait un peu trop qu’il y avait quelque chose entre les deux femmes. Oh Kensie, elle est avec nous c’est bien mieux que si elle se mettait à boire seule dehors avec des gamins inconscients !  Bon d’accord, Emy pouvait très rapidement devenir inconsciente même si les dernières années de sa vie l’obligeait de plus en plus à être responsable et prendre soin de ceux qu’elle aimait. Elle vivait dans un monde de plus en plus dangereux et elle ne pouvait plus se permettre d’être aussi insouciante   qu’une enfant. À son grand regret. Ingrid avança un très bon argument à son tour, c’est pourquoi elle n’hésita pas à lui remplir son verre sous le regard réprobateur de sa colocataire.

Une part de pizza à la main, un verre de vin à moitié vide dans l’autre, Emy répondit sans vraiment réfléchir ça ne s’explique pas, ça se ressent c’est tout. Tout en commençant à danser, elle ne pouvait pas trouver quoi d’autre à dire, c’était ainsi voilà tout. Regardant soudainement Kensie se mettre à danser, elle ne put se retenir de rire. Quel engin cette fille, si elle n’y était pas il aurait fallu l’inventer. Joe Dassin avait bien raison pour le coup avec ses paroles simplistes. C’était évident qu’elle y tenait, pourquoi devait-elle se compliquer la vie comme ça ? Danser avec elle ? Elle engloutit sa pizza et s’avançant vers elle en se mettant à chanter aussi. Elle ne remarqua même pas qu’Ingrid avait disparu de son champ de vision. En quelques secondes le tour était joué, sans qu’elle puisse se défendre, elle sentit de la poudre blanche se répandre autour d’elle. Il lui fallu un petit moment pour comprendre que c’était de la farine et qu’Ingrid en était l’investigatrice. Essuyant le dépôt qu’elle avait sur le visage, elle se tourna vers Kensie, un sourire malicieux sur les lèvres en disant on lui fait sa fête ?  Elle vida son verre, et fit volte face. Tu es cuite ma petite !  cria-t-elle à l’encontre de l’adolescente. Emy était déjà à l’entrée de la cuisine, les mains sur les hanches. Elle ne se souciait même pas qu’elle allait devoir faire un sacré ménage le lendemain matin…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: LOCKWOOD & MORGAN'S PLACES-