..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Dim 10 Mar - 13:44

Le membre 'Keaton T. Wetherford' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Jeu 14 Mar - 20:32

J’avais mis ma santé en danger… pour lui. Je l’avais sauvé. Je m’occupais de sa fille. Je lui avais parlé d’Adalia. Nous vivions dans un autre espace-temps. Je ne savais pas ce que j’attendais et j’ignorais ce qu’il pouvait bien attendre de moi. Ou même s’il voulait quelque chose. Car après tout, il avait été clair. Aucun de ses gestes n’avait voulu dire quoi que ce soit. Il avait été très clair. Ni la caresse sur ma joue, ni sa tentative pour me retenir. De mon côté… je ne savais pas. Je ne contrôlais pas ce qui se passait. Ni dans cette chambre, ni à l’extérieur. Et je n’aimais pas du tout le ton qu’il prit, accusateur, comme si les ragots venaient de moi !

« Qu’est-ce que j’en sais, je ne suis pas devin… »

Et soyons sérieux. De l’amour, entre bouclettes blondes et moi ? Non mais… le monde serait tombé sur la tête. L’amour c’était une illusion créée par les faibles pour s’adoucir un peu la vie. Ce n’était qu’un mensonge, et je n’étais pas assez conne pour y croire. Si encore on avait couché ensemble ? Couché ensemble ? Non mais on nageait vraiment dans la quatrième dimension ! Pour que je couche avec lui, il fallait que je le trouve sexy ! et franchement… les veines noires, ce n’était pas mon trip. Par contre, je ne comprenais pas pourquoi Louise avait dit ça. Je ne lui avais dicté aucune parole, rien, et cela ne m’arrangeait pas qu’elle sorte une chose pareille… Je me raidis et la fixai, certainement sans pouvoir cacher ma surprise. Pourquoi disait-elle ça ? ça ne regardait personne… Et de toute manière , cela ne changea pas grand-chose. Mes yeux se rivèrent sur lui, alors qu’il affirmait que je ne faisais cela que pour le tuer moi-même. Peut-être que je le devrais… Là j’avais diablement envie de l’étrangler comme je l’avais fait avec Jer.

« Et risquer d’abîmer ma manucure ? »

Crétin. Abruti. Et bien d’autres doux noms. Il était vraiment temps que ce travail se termine. Que cet antidote marche pour que nos chemins se séparent une bonne fois pour toutes. Je ne désirais plus rentrer dans une guerre avec lui. Je n’avais même plus envie de répliquer. Solder les comptes, ni plus ni moins. Puis je repris la conversation comme si de rien n’était. Je mentionnais Ingrid. Je me fichais de lui rendre service. Je ne savais même plus si je voulais m’occuper de la jeune fille. Je lui répondais alors d’un ton blasé. Ni froid, ni agressif, juste… las.

« Je lui ai dit que nos employeurs ne nous laissaient pas libre de nos mouvements. Je ne suis pas allée lui mentir en lui disant que tu l’avais abandonnée. Parce que c’est ce que tu crois, n’est-ce pas ? »

Ne pas mentir à Ingrid… soit, alors je dirai à cette gamine que son père était super malade. Elle s’inquièterait, paniquerait et ne contrôlerait absolument plus sa capacité – ce qui était déjà limite. Je m’en fichais. Même si ça ne servait plus mes intérêts, je n’avais plus envie de jouer. Tant pis pour les conséquences, je pouvais continuer à progresser sans eux.

Un silence de mort s’installa dans la chambre, juste troublé par les manipulations auxquelles procédait Louise et les appareils indiquant tout un tas de courbes et de chiffres. Le temps s’écoula, démesurément long. J’attendais juste de voir les effets. Après, j’irai voir Ingrid. Et ensuite… ensuite, je n’en savais rien. Je ne reviendrais peut-être pas dans cette chambre. Ça ne m’amusait même plus. Et il n’y avait rien de pire dans la vie que de ne pas s’amuser.

Ce ne fut qu’après de longues minutes que quelque chose se passa. Il y eut du mouvement en direction du lit de Keaton. Ce visage, je l’avais déjà vu, c’était celui de la douleur, de la souffrance… Est-ce que cela allait recommencer comme la dernière fois ? Est-ce que l’autre débile avait encore foiré son coup ? Je fis un geste pour m’approcher de lui et voir ce qui se passait, ou si Louise avait besoin de bras pour… pourquoi ? N’étais-je pas censée le tuer de mes mains ? Juste le temps d’une hésitation… d’une main suspendue en l’air… et déjà je sentis une prise sur la mienne. Et ce n’était plus le poignet comme la dernière fois. Et je ne voulais pas qu’il me la tienne, ma main ! Je ne tenais la main de personne depuis lui. Je ne vou… *aïe* Bon sang mais il serrait fort en plus. Je me crispais à mon tour et me concentrait pour faire les vides. Je savais encaisser la douleur. Mes doigts se fermèrent sur les siens, afin d’avoir une prise et accepter cette violence qui était en train de s’imposer à nous. Mon autre bras se tendit vers Louise que je sommais d’approcher. D’un geste brusque, je lui arrachais son badge. Elle me l’avait désigné, il y avait quelque chose. Quoi, je n’en savais rien, mais je ne voulais pas que cette femme interfère. Je balançais le badge à l’autre bout de la pièce…

Et ce fut fini… J’eux l’impression que ma main venait d’être libérée d’un étau violent et je vis des marques… blanches et rouges… on aurait pu retracer la ligne de ses doigts sur les miens. Lentement, je pliais et dépliais mes membres endoloris. Louise s’activait près de Keaton et doucement, je m’écartais. Il fallait que je sorte. Je me disais que je pourrais peut-être aller voir Ingrid… mais s’il crevait pendant le laps de temps où j’étais là-bas… je ne me voyais pas y retourner pour le lui annoncer. Par ce que ce serait des cris, des larmes, des « mon papaaaaaaaaaaaaaaaaaaa » horribles. Non, en plus, je serais méchante. Je ne supportais pas les gens qui se lamentaient et gémissaient. Alors je restais, faisant les cent pas dans la chambre. Au bout d’un moment, Louise se décida enfin à parler. Apparemment, l’état était stabilisé. Il semblait bien réagir au traitement et se reposait, tout simplement.

« Sortez. Allez transmettre ça à la Reynolds, si elle n’est pas déjà au courant. »

Ma voix n’était pas agressive, mais elle ne souffrait aucune discussion et Louise le savait, alors elle s’exécuta sans plus tarder. Je m’assis sur le lit, regardant Keaton dont les veines avaient changé de couleurs. Je prie alors mon téléphone. Sérum possible. Le test sur Wetherford semble encourageant. Pas de guérison mais stabilisation. Attente des résultats du 2nd patient. Message envoyé à Tussle. Je devais me concentrer sur mon boulot après tout. Et la réponse ne tarda pas. Tuez-le.

Mon front se plissa. Je me doutais que cela arriverait… Mon poison ne tuait pas, mais dans l’état de Keaton… vu sa faiblesse, ça lui serait fatal. Tussle se débarrassait d’un rival et moi… Moi j’étais comme une conne là. J’aurais obéi. J’aurais dû obéir sans me poser la moindre question. J’avais torturé… et là… Je n’y arrivais pas. Ce serait pourtant si simple. Je me levai alors pour m’assoir à côté de lui. Il m’avait fait du mal. J’étais incapable de l’expliquer mais il m’avait fait du mal. Ce serait si simple…

« Je n’aurais jamais dû te rencontrer… »

J’attrapai mon téléphone et appelai Reynolds…

« Envoyez le rapport immédiatement aux membres du CA et à moi aussi, je vous envoie les adresses, ne perdez pas une seule seconde si vous voulez sauver la vie de Wheterford. »

J’envoyais quelques adresses mails. Pas tout, évidemment et de mon côté j’en fis de même après avoir récupéré mon pc, maintenant posé sur mes genoux. Et une fois que tous les membres eurent la copie, mes doigts pianotèrent sur le téléphone. Cela ne me semble pas judicieux. Reynolds a déjà envoyé les rapports positifs au conseil. La mort de Wetherford paraitrait suspecte vu vos antécédents.

Je posai tout sur le lit, avant de me lever… et de m’effondrer face la première sur le mien. J’avais désobéi à un ordre. J’avais menti à mon patron. C’était la merde…
Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Sam 16 Mar - 13:10

J'avais entendu Louise faire l'éloge de Dakota avec un effarement total. Ainsi je ne pouvais plus faire confiance à personne ? Même à des alliés d’antan ? J'étais scotchée mais je mis tout cela à distance. L'important c'était le sérum, la perfusion et l'état de Keaton. Pour le reste je verrais plus tard. Cette femme me le paierait de toute façon. Je n'avais pas pour habitude de me laisser berner et de tendre l'autre joue.

J'avais changé et décidé de ne plus me laisser aller à mes vieux démons mais il y avait des limites à la connerie. Je regardais ce qui se passait tout en écoutant la conversation. Quand Keaton commença à se tordre de douleur Dakota se saisit du badge pour l'envoyer valser. Je serrais les poings et fermait les yeux un instant. Je ne pouvais rien faire de toute façon puisqu'on m'interdisait l'accès à la chambre.

Ça ne m’empêcha pas de continuer à entendre la conversation, c'était toujours ça. J'entendis parler d'Ingrid et de sa présence qu'on me cachait. C'était tout de même hallucinant. J'étais le médecin le plus compétent dans les locaux mais on pensait nécessaire de m'empêcher de m'occuper des malades. Que de cohérence...

Keaton s'apaisa et j'entendis Dakota ordonner à Louise de sortir pour m'informer de son état. Je me redressais pour me mettre sur pied alors qu'elle sortait de la chambre stérile.
Elle avait retiré sa tenue stérile dans le sas et se retrouva devant moi avec un air coupable. Je me retint difficilement de la gifler.

« Je vois que je ne peux plus vous faire confiance. Dégagez d'ici. Tout se paye Louise, un jour ou l'autre. »

Je devais avoir un air furieux car elle n'essaya même pas de discuter. Mon regard flamboyait de colère, et sans doute de haine. J'en avais marre d'être traitée comme quantité négligeable.
J'emportais le moniteur avec moi consciente que je pouvais ainsi savoir ce qui se dirait dans cette chambre.

Je retournais vers mon labo en passant cependant devant chaque chambre du niveau trois afin de trouver l'endroit ou reposait Ingrid.
J’aperçus la jeune fille et fut rassurée de voir qu'elle n'était pas encore gravement atteinte. C'était une toute jeune fille et la savoir enfermée me touchait profondément.

Une fois au labo je reçu le compte rendu du test sur l'autre patient. Il était lui aussi passé par une crise de douleur paroxystique avant de s'endormir. Ses veines avaient repris une couleur quasi normale et ses fonctions vitales c'étaient grandement stabilisées. J'étais sur la bonne voie. Je m'offris alors une pause le temps de manger. J'avais mal au point de ponction de ma moelle et j'étais crevée.
Une fois devant mon sandwich je me perdis dans mes pensées et ce fut la sonnerie de mon téléphone qui m'en sorti. Je décrochais et entendit la voix de Dakota qui me donnait des ordres. Je ne pus m'empêcher de répondre sur un ton cassant.

« Pourquoi votre cher patron à décider que le meurtre d'un représentant au conseil ferait joli sur son cv d'enflure ? »

Je raccrochais sans lui laisser le temps de répondre. Je n'avais pas envie de lui parler de toute manière. Je pris le reste de mon sandwich pour le manger sur la route. Une fois installée devant mon pc je tapais la fin du rapport avec les différentes découverte et surtout la mise en avant des améliorations chez les deux patients tests en ajoutant leur identités pour éviter tout doute. Il ne me restait plus qu'a envoyer le tout à la poule de Keaton et aux quelques membres du conseil dont elle m'avait transmis le mail. Ceci fait je retournais à leur nid d'amour et appuyais sur l'interphone.

« Je suis passée voir Ingrid, elle a l'air d'aller bien pour le moment. J'ai pensé que tu voudrais le savoir. »

Je ne savais même pas pourquoi j'avais ressenti le besoin de le lui dire. Je ne lui devais rien finalement, surtout vu comment il me traitait...
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Sam 16 Mar - 19:34

J'avais préféré abandonner plutôt que de persister pour avoir des explications qu'apparemment je n'aurai pas. Dakota s'était retranchée derrière des barrières invisibles plaidant l'incompréhension et le manque d'information sur le fait que Kate pensait qu'elle et moi étions ensemble. J'avais pourtant un argument à lui balancer à la figure, ce fameux discours qu'on m'avait dit à travers l'interphone et qui venait d'elle. La jeune femme avait menacé de révéler cette histoire de baiser à Kate, je me demandais jusqu'où elle était capable d'aller pour lui nuire. Je ne me leurrais pas, les deux se détestaient et moi j'étais trop las pour arbitrer. Alors je n'avais pas insisté sur le moment, laissant courir pour passer à la suite et espérer que ce fameux sérum fonctionne sur moi. Une fois rétabli, elle pourrait me tordre le cou si elle le désirait et triomphait de moi. Je m'étais retenu de sourire à sa réplique. Finalement elle n'était pas autant dépourvue d'humour que je le pensais. Ou alors je ne comprenais absolument rien à cette femme.

Tout comme elle ne me comprenait pas du tout quand on évoqua Ingrid. Elle supposait que je songeais qu'elle avait menti à l'adolescente. « Pourquoi faut-il que tu prennes mal tout ce que je dis ? » Ce petit jeu ne m'amusait plus du tout, alors je m'étais concentré ensuite sur Louise et sur ce fameux sérum. L'heure de vérité approchait. Soit ça serait un nouvel échec, soit un progrès et un espoir qui mèneraient un jour vers la voie de la guérison. Je me souvins d'une immense douleur qui me parcourut au bout de quelques minutes. Une main que j'avais agrippé et serré comme si ma vie en dépendait. Et plus rien. J'étais trop épuisé et je m'étais assoupi.

J'aurais pu dormir ainsi plusieurs heures et j'étais bien parti pour. L'habitude de l'hôpital... Mon sommeil était plutôt léger et le son d'une voix m'en tira doucement. Je ne compris pas ce qu'elle disait, elle me semblait pourtant proche. Comme si la personne était juste à mes côtés, installée près de moi. Cela continua à remuer un court instant, jusqu'à ce mes yeux se décident enfin à s'ouvrir, se posant sur le plafond. Je ne savais pas combien de temps s'était écoulé mais je me sentais un peu mieux. Et j'étais en vie. Sans un mot, ma tête se tourna et je vis Dakota allongée sur son lit, la tête enfouie sur l'oreiller. Qu'est-ce qu'elle fichait encore ? C'était une drôle de façon de dormir. Et c'est alors que je les vis. L'ordinateur et le téléphone portables qui étaient posés sur mon lit et non sur le sien. Une raison à cela ? Je m'apprêtais à lui poser la question quand quelque chose sur l'écran de l'ordinateur attira mon attention. Je jetais un œil. Des mails reçus et d'autres envoyés. Je ne les lus pas, notant juste les sujets des mails. Je me redressais ensuite pour m'asseoir, sans bruit et dans le mouvement, j'appuyais sans faire exprès sur le téléphone. Il n'était pas verrouillé et sur l'écran des messages. Le nom d'un expéditeur attira aussitôt mon attention. Tussle.

Ce n'était pas beau ce que j'allais faire et pourtant je le fis. Je jetais un coup d'oeil à Dakota. Pas de mouvement. J'appuyais sur l'écran pour y lire le contenu des messages. Et là, je me figeais quelques secondes. De nouveau mes yeux se posèrent sur Dakota. Puis je remis le téléphone sur l'écran des messages, comme avant. J'attendis encore quelques secondes avant d'émettre un léger toussotement, signalant que j'étais réveillé. « Tes affaires sont sur mon lit la belle au bois dormant. » Et sur cette simple phrase, je repoussais les draps pour me mettre assis, les jambes balançant dans le vide. Pas de vertige rien qu'en faisant ce mouvement, c'était bon signe. Par rapport à l'avant test de ce dernier sérum, je semblais avoir retrouvé quelques forces et me sentais moins fatigué. Alors je me levais, débranchant au passage tout ce qui me reliait aux appareils. Des sons stridents retentirent mais j'éteignis les moniteurs.

« Je reviens. » Par là, je n'entendais pas que j'allais sortir de la chambre, je n'avais pas le pass de toute manière, mais je récupérais un pantalon d'hôpital sur une chaise et je pris la direction de la salle de bain, fermant la porte derrière moi. J'ôtais cette fichue blouse que je portais et durant quelques secondes j'observais mes bras. Mes veines étaient beaucoup moins noires qu'auparavant. C'était encore visible mais à moindre échelle. Cela me fit bizarre car je vivais avec ces veines noires depuis plusieurs jours déjà. Je me glissais ensuite rapidement sous la douche, savourant cette eau chaude qui se déversait sur mon corps. Cela me fit un bien fou, j'en rêvais. Mais je savais que je ne pouvais pas présumer de mes forces alors je ne m'attardais pas et sortis, me séchant avant d'enfiler le pantalon. Là, je m'aperçus que je n'avais pris que le bas, laissant le haut sur la chaise.

Je sortis de la salle d'eau en soupirant, prenant la direction de la chaise quand l'interphone se déclencha, laissant entendre le son de la voix de Kate. Des nouvelles d'Ingrid.. J'oubliais que j'étais torse nu et m'avançais en direction de la porte. Je me retournais, adressant un regard à Dakota. Tant pis si elle désapprouvait l'initiative de Kate. J'avais besoin d'être rassuré sur l'état d'Ingrid et je l'étais un peu à présent. J'appuyais sur le bouton de l'interphone qui se trouvait à côté de la porte. « Merci Kate. Pour elle... Et pour moi. Est-ce que tu veux que je me fasse une prise de sang pour que ton équipe analyse l'évolution du sérum sur mon corps ? » Je marquais une courte pause. Mon dos et ma tête vinrent se caler contre le mur, mon doigt restant appuyé sur l'interphone. « Quand il n'y aura plus de risque et que je pourrai sortir, il faut que l'on discute tous les deux. » Parce qu'apparemment il y avait des bruits de couloirs auxquels elle accordait foi sans entendre mon point de vue, parce qu'il y avait certaines choses qui ne pouvaient pas être entendues par une tierce personne et qui ne concernaient que nous. Je devais avoir une discussion avec Kate pour faire le point car j'avais l'impression d'avoir été déconnecté de la réalité depuis trop longtemps et d'avoir raté certains épisodes. Ma phrase s'adressait à Kate pourtant elle était aussi destinée à une autre personne. Quand je l'avais prononcée, mes yeux s'étaient braqués sur Dakota, Kate n'avait pu le voir comme j'étais appuyé contre le mur. Il fallait également que je discute avec la secrétaire de Tussle. Mes talents de comédien ne devaient pas me trahir mais j'avais vu certaines choses qui demandaient également quelques explications.

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kate Reynolds


avatar

Messages : 1633

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Dim 17 Mar - 10:11

Je ne savais même pas pourquoi j'avais décidé d'aller les voir. Je me faisais du mal et ça ne m'apportait rien. Je ne pouvais tout simplement pas m'en empêcher. J'avais envie de tirer un trait sur lui, sur tout ça, toute cette merde qui me donnait la nausée. J'avais envie de disparaître pour retrouver mon appartement londonien et pourtant j'étais là...

En train de l'observer torse nu devant cette femme... Mes yeux se mouillèrent de larmes que je parvins tout de même à retenir. Je ne voulais pas fuir, pas sans qu'il m'explique. Qu'il me dise comment il pouvait me faire ça. Quelques semaines auparavant il me disait m'aimer, il disait qu'il ferait le nécessaire pour que je n'ai plus de doute... Inroyable.

Dakota semblait dormir et Keaton parlait bas pour ne pas réveiller sa belle. J'aimais sa voix, elle me berçait et me rassurait en temps normal. En cet instant je ne savais plus ce qu'elle m'inspirait. J'étais surtout heureuse de le voir debout et manifestement en meilleur état que quelques heures auparavant.

« Inutile de me remercier, je fais mon boulot. De toute manière je ne peux pas approcher Ingrid pour le moment. Ta chère amie en a décidé autrement. Je la surveille donc de loin. Il faudrait tout de même que tu lui rappelles que je suis certainement le médecin le plus compétent sur le sujet au sein de Genetic. Sinon Tussle ne m'aurait pas reprise.
Pour ce qui est des suites de l'essai clinique, en effet, il faudra qu'on te fasse un bilan complet. Avec des hémocs and co. On attendra demain. Pour le moment tu as besoin de conserver tes forces. Il faut que tu rebranches les scopes de surveillance par contre. Ça n'est pas passé loin... »


Ma voix se brisa sur cette dernière phrase. J'avais eu tellement peur qu'il meure, comme ça, de l'autre coté d'une vitre blindée qu'on ne me laissait pas franchir. C'était une véritable torture psychologique et j'en avais oublié de dormir ou de me nourrir correctement, je devenais juste folle.
Je l'entendis me dire qu'il faudrait qu'on parle et je retins une nouvelle fois mes larmes avant de lui répondre.

« Malheureusement je ne suis pas sûre que nous ayons encore beaucoup de chose à nous dire. »

Je ne le pensais pas vraiment puisque je voulais qu'il m'explique. C'était juste un dérisoire moyen de me protéger. Je l'aimais à en perdre le sens commun, je n'avais jamais pu me poser avec lui, jamais pu profiter de cet amour qu'on s'était avoué. En quelques mois j'étais passée de son amie à sa future femme, à la mère de sa fille, à son ex ? Et à quoi au juste maintenant ? Étais je simplement devenu une fine barrière qui le séparait de son nouvel amour ?

« Elle a choisi de s'opposer à Tussle, elle m'a transmis les mails des membres du conseil pour que je puisse leur transmettre ton dossier. Tu as trouvé une alliée puissante apparemment. »

Ceci dit je relâchais la pression sur l'interphone et tournais le dos à cette pièce. Je devais dormir, je ne savais même pas qu'elle heure il était. Je m'en moquais, je n'en pouvais plus. Des contractions me sciaient le ventre et j'avais besoin d'endormir mon chagrin au creux d'un oreiller et d'une couette bien moelleuse. S'il me parla je n'écoutais pas. J'avais fait mon job, maintenant il ne me resterait plus qu'a indiquer la suite de la conduite à tenir à mon équipe. Il serait sur pieds et après on discuterait...
Revenir en haut Aller en bas
Dakota R. Cooper


avatar

Messages : 896

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 3 rps et une intrigue

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Dim 17 Mar - 17:48

On ne se comprenait pas… On ne se comprendrait jamais. C’était au moins la seule certitude qu’on pouvait avoir à la fin de cette journée. Quelle conne. Mais quelle conne j’avais pu être ! J’étais Dakota Reese Cooper, pas une midinette faible qui a une conscience ! Je ne voulais pas être ça. Mais qu’est-ce que j’avais foutu ? Si on en venait à apprendre ce que je venais de faire, à savoir court-circuiter les plans de Tussle, je risquais ma place. J’avais désobéi à une personne à qui je devais tout, ou presque. Qu’est-ce qui m’avait pris ? Je devrais me foutre des baffes pour me remettre les idées en place. Le pire, c’est que la Reynolds avait vite compris pourquoi je lui avais demandé de transmettre les rapports au plus vite. Fais chier…

Je ne sus pas combien de temps j’étais restée ainsi, allongée à ruminer ma connerie… mais ce fut lui qui me sortit de ma torpeur. Belle au bois dormant ? Non mais il était sérieux là ?

« Trop fatigué pour inventer tes propres répliques ? »

Non parce que celle-là, c’était la mienne, je devrais apposer un copyright. Enfin, si je le faisais, cela sous-entendrait qu’on serait amenés à ce revoir et là, c’en était trop pour moi. Je me levai alors et récupérai mon ordinateur et mon téléphone un peu sèchement. Je jetai un coup d’œil très vite et constatai que Tussle ne m’avait pas répondu. Ce n’était pas bon signe. Je l’avais contrarié et à tous les coups, je devrais essuyer ses foudres quand il m’incendierait en personne. Mes yeux glissèrent sur lui, alors qu’il semblait enfin tenir sur ses jambes, à peine vêtu de cette blouse immonde. Puis je secouais la tête. En tout cas, le sérum semblait faire effet. Il n’était pas trop tôt. Elle avait attendu que Keaton soit malade pour réveiller ses neurones la Reynolds… Il n’était plus aussi marqué qu’avant. Peut-être que je ne serai pas trop abîmée non plus ? Avec un peu de chance… Si les contrecoups n’étaient pas pire que le mal d’origine, évidemment, mais on ne pouvait pas le prévoir. Pendant ce temps, je relevais les mails… Rien de nouveau. Le calme avant la tempête, je le savais. Qu’est-ce qu’il fallait que je fasse ? Appeler mon patron ? Et pour lui dire quoi ? Rahhhhhhh je ne s’en savais rien ! J’étais perdue dans mes pensées quand, je l’entendis… La voix de cette Kate. Merde ! Elle savait pour Ingrid ! Elle voulait s’approcher d’elle ? Elle rêvait ou quoi ? Mon regard noir se riva sur elle. En temps normal, je lui aurais foncé dessus pour l’étrangler cette grognasse. Qu’elle joue à la maman ailleurs ! Avec l’asticot qu’elle avait dans le ventre tiens, ça nous ferait des vacances !

Ce ne fut que lorsqu’il lui répondit et que mes yeux le mitraillèrent que je fis réellement attention à Keaton. Il était seulement en pantalon… Et je devais admettre que je l’aurais cru moins… enfin plus… Enfin, pas bâti comme ça en tout cas. Et voilà que les deux bisounours parlaient d’Ingrid, comme si c’était elle qui s’en était occupée ! Je devrais en prendre un pour taper sur l’autre ! Ça ferait du bien à tout le monde. Et voilà qu’ils reparlaient comme si je n’étais pas là. Kate m’adressais des messages dont je me foutais royalement. Je ne la laisserais pas toucher à Ingrid. On m’avait pris Adalia, qu’on avait placée dans une famille modèle. Imaginer le repas de famille parfait et dégoulinant de clichés et de bons sentiments entre eux et Ingrid me révulsait. Même si je ne voulais pas de la gamine ! Mais ça n’était pas normal. Tant qu’Ingrid serait à Genetic, Kate ne l’approcherait pas. C’était ainsi et je ne négocierai pas là-dessus.

Mon portable se mit à vibrer. Tussle… Je décrochais, ne prenant même pas la peine d’aller dans la salle de bain, de toute manière, les deux étaient en grande conversation. Sa voix était glaciale, grondante, tout de même. Ce n’était vraiment pas un bon jour. Il ne me demanda aucune explication et ne me laissa pas réellement parler. Vu que le CA disposait des informations sur l’efficacité du sérum, il fallait relâcher Keaton. Il serait un instrument du triomphe de Tussle qui présenterait sa guérison comme le fruit de sa bonne gestion de Genetic… Je raccrochais. Je soutins le regard de Keaton, quand il déclara « il faut qu’on parle »… Soit il était maso, soit il était débile, ou les deux… ou il jouait double jeu, parce qu’il m’avait regardé en disant cela, alors qu’il avait encore le doigt sur l’interphone. Je ne baissais pas les yeux. Je ne voulais pas non plus lui parler. Donc si ça s’adressait à moi, il pouvait toujours se brosser !

Mes yeux s’écarquillèrent et ma bouche s’ouvrit alors que les dernières paroles de la Reynolds parvenaient à mes oreilles. La pétasse ! Non mais de quoi je me mêle ! De quel droit elle… non mais ! … Je m’étais relevée prestement pour me ruer contre la porte et la frapper. Si elle ne s’était pas barrée je l’aurais tuée. Tant pis pour la contamination extérieure.

« Cassez-vous ! »

Je hurlais. C’était inutile et stupide mais bon sang, fallait que ça sorte. Je respirais fort, et vite. Je ne savais pas comment elle avait appris pour Ingrid. Je ne savais pas pourquoi elle lui avait dit ça. Je savais juste que je voulais partir. Mes yeux se braquèrent sur Keaton et de rage je le poussais, mes mains s’abattant contre son torse. Une fois… deux fois…

« Y aura aucune discussion et je ne donnerai jamais de pass à Reynolds pour qu’elle approche Ingrid. Jamais. Vous jouerez à la parfaite petite famille unie plus tard si ça vous chante, mais pas maintenant. C’est fini, toute cette histoire, c’est fini. Tussle me fera payer ce qui s’est passé, alors je ne t’aiderai plus. »

Je m’écartais pour attraper la tenue stérile afin de quitter cette chambre. Avec précipitation, je l’enfilais. Je ne savais pas ce qui allait se passer maintenant… Kate avait dit qu’il n’y avait pas beaucoup de sérum… Vu comme j’étais dans les petits papiers de la Reynolds et désormais de Tussle, j’étais quasi sûre de ne pas être soignée. Mais après tout, quelle importance. Super Reynolds allait devenir une héroïne aux yeux de tous et aux yeux d’Ingrid, elle avait gagné. D’ailleurs, il fallait que je parle à Ingrid, tant que je le pouvais encore, car j’avais l’impression que certains privilèges allaient vite m’être retirés…

« T’es affaires vont t’être rendues, avec les salutations de Tussle. »

Et je sortis. J’allais voir Ingrid et ensuite j’aviserai… J’aurais une chambre en attendant qu’on me soigne… ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Keaton T. Wetherford

Représentant du Cap
C.A. de Genetic

avatar

Messages : 1013

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Voir dispo avec moi

MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   Sam 23 Mar - 8:30

J'avais rêvé à un nouveau départ en revenant aux États-Unis, que toutes les tensions passées finiraient par s'estomper et même que certaines appartenaient au passé. Je devais me faire une raison, il n'en était rien. Il y avait des tensions entre Kate et Dakota, entre Dakota et moi, et j'en sentais également entre Kate et moi. C'était un étrange triangle et chaque heure qui passait, il prenait un peu plus d'ampleur en négativité. Les deux femmes se livraient un duel à distance, j'étais sûrement coupable mais Ingrid était la victime innocente de l'histoire. Ne voyaient-elles pas qu'elles œuvraient chacun de son côté pour aider l'adolescente. Et que devais-je bien faire au milieu, arbitrer pour désigner celle qui s'occupait le mieux de l'adolescente. C'était ridicule. Tout l'était. J'étais d'un naturel patient mais je ne pourrais plus résister bien longtemps avant de péter un câble et de hausser la voix pour que les tensions s'arrêtent.

La pression redescendit soudainement d'un cran à l'écoute de la voix brisée de Kate. Elle avait eu peur, ça se ressentait dans l'intonation de sa voix. Et elle n'aurait rien pu faire pour tenter de me sauver la première fois car on l'empêchait de m'approcher. Combien de temps encore cette mascarade allait durer ? Je n'en savais point. Mais il fallait qu'on parle. Elle et moi, mais aussi Dakota et moi. Mettre les choses à plat, tirer un trait sur certaines et repartir sur une pente un peu plus douce. Était-ce seulement possible vu les dégâts qui semblaient avoir déjà été provoqués ? Je n'avais pas non plus de réponse à cette question, comme à beaucoup d'autres. Je voulais juste parler... Même si Kate ne désirait pas que l'on s'explique. « Ne dis pas ça... Je sais que tu ne le penses pas.. » murmurais-je sans être certain que ma voix porte assez pour être entendu de l'autre côté de l'interphone. Cette discussion ne mènerait peut être à rien mais j'avais des priorités que je ne pouvais oublier. Quoiqu'il puisse se passer, il faudrait trouver un terrain d'entente pour le bien de notre petite fille. Je songeais également à celui d'Ingrid. Elles étaient mes deux priorités et leur bonheur passait avant tout le reste. Avant même mon métier, Genetic et le conseil.

Et qu'elle ne fut pas ma surprise d'apprendre que Dakota s'était opposée à Tussle pour m'aider. Et me sauver la vie ? Mes yeux s'écarquillèrent légèrement sous l'effet de la surprise. Je l'étais tellement que j'en relâchais le bouton de l'interphone alors que la jeune femme se ruait contre la porte, folle de rage. Elle tambourinait contre celle-ci, furieuse contre Kate. Je ne comprenais rien. Elle ne vivait que pour son métier et pourtant elle avait choisi de m'aider. Comme quoi elle était plus humaine qu'elle ne voulait le laisser percevoir. Nos regards se croisèrent. Ça allait être ma fête vu la colère que je lisais dans le sien. Et ce fut le cas, la jeune femme me poussa et commença à me frapper sur le torse. Je la laissais faire, la laissant sortir cette rage qui l'animait. J'aurais pu la saisir par les poignets pour tenter de la calmer mais que se serait-il passé ensuite. De toute manière, elle était suffisamment entraînée pour me mettre à terre si elle le désirait. Elle l'avait déjà fait une fois, ces coups sur le torse à côté, c'était de la douceur.

« Calme-toi, Tussle n'en saura rien. Je ne dirai rien et Kate non plus. » Du moins je l'espérais. Je lui demanderai de garder le silence au sujet de cette aide inattendue. On devait bien cela à Dakota. Je pensais qu'elle et moi allions pouvoir discuter à présent que j'allais mieux et que j'étais en état de tenir une discussion de plus de quelques minutes. Il n'en était rien. Déjà elle revêtait une combinaison stérile, avec précipitation. Avec les salutations de Tussle ? Non mais... « J'en ai rien à faire de cet enfoiré ! » Trop tard, elle était déjà parti et le plat de ma main frappa contre le mur. Mon front s'appuya contre durant quelques secondes. J'imaginais déjà ce qui allait se passer. Une sorte de répétition de Halloween. Tussle tirerait tous les bénéfices de la mise au point de ce sérum. Il était habile, puissant et il tournerait la situation de telle sorte qu'il clamerait que grâce à son équipe et à lui, le représentant d'un membre du Conseil avait été sauvé. Alors qu'il n'y était pour rien... Tout revenait à Kate mais également à Dakota en ce qui concernait ma survie.

Je poussais un soupir résigné sur l'instant. Puis je me dirigeais vers la chaise pour enfiler le haut de la tenue. Je me décidais ensuite à remettre en route les machines et à me rebrancher dessus pour que le personnel médical puisse garder un œil sur moi. Peut être que cela rassurerait également Kate si jamais elle surveillait les scopes. Je n'en étais pas certain, vu qu'elle m'avait dit ne pas vouloir parler. Viendrait-elle seulement me rendre visite dans les prochains jours le temps qu'on me donne l'autorisation de sortir ? Bientôt je récupérerai mes affaires, mon pass. Dès lors, tout serait plus facile, il me suffirait de revêtir une combinaison stérile pour pouvoir circuler librement. Mais en attendant il allait falloir de nouveau preuve de... patience.

FIN

_______________________________________________________________




Take strength from those that love you


Genetic, c'est ça:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

RPC #4 ♣ Combattre le mal par le mal [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: GENETIC HEADQUARTERS :: LABORATOIRES-