..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emy M.

Invité

avatar


MessageSujet: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mar 11 Déc - 21:28


Le 13 Janvier 2011.

Emy détestait ce temps ! Janvier n’était vraiment pas clément  à Los Angeles. Puis elle n’avait pas de chance, il pleuvait rarement ici et aujourd’hui c’était le cas. Et toute personne vivant à Los Angeles savait quel déluge c’était dans ces cas là. Evidemment ça tombait le seul jour où elle devait se rendre dans le centre pour trouver un stage pour sa faculté. Oui le second semestre demandait un stage ainsi que son rapport. La demoiselle aimait bien ce genre de défi, mais le temps la décourageait.  Puis avec sa voiture ce n’était même pas envisageable, elle détestait les bouchons, elle devrait donc se déplacer en métro pour cette fois.

En début d’après midi elle vit que le temps se calmait un peu. Jusqu’à quand cela dit ? Elle ne pouvait pas y répondre mais elle en profita pour sortir de chez elle. Elle avait rendez vous dans un cabinet d’un psychologue en cognitive relativement connu pour ses conférences internationales. Elle aurait aimé faire son stage avec le père de Wyatt vu que c’était la recherche qui l’attirait mais c’était déjà délicat de connaitre son professeur, elle ne voulait pas en plus lui imposer un stage. Elle ne savait pas si l’enseignement pourrait lui correspondre mais après tout elle aimait le contact avec les gens et son coté protecteur pourrait être un énorme atout avec des étudiants. Les accompagner tout au long de leur parcours devait tout simplement être une chose merveilleuse quand on s’investissait vraiment dans ce métier. La demoiselle pressait le pas, elle n’était plus bien loin du cabinet.

C’était une catastrophe ! Emy ne ferait jamais un stage chez une personne si narcissique et égocentrique. Elle détestait ce genre de personne. Il avait réussi à la mettre en colère, chose difficile vu son tempérament quasiment constamment optimiste. Elle était folle, bouillonnante, vite il fallait qu’elle parte loin de cet homme arrogant. Elle trouverait un stage ailleurs, vraiment là s’en était trop ! C’est nerveuse qu’elle sortit. Le ciel n’annonçait rien de bon, mais si elle se pressait elle ne prendrait peut être pas la pluie. En chemin elle croisa un regard connu. Mais dans un premier coup d’œil, cette femme rousse ne ressemblait pas à quelqu’un qu’elle connaissait. C’est pourquoi elle continua sa route sur quelques mètres. Soudain la demoiselle se souvint ! C’était Capucine, l’ancienne petite amie de Wyatt. Elle fit volteface, cherchant du regard la demoiselle. Elle s’élança derrière elle, elle n’allait pas la laisser filer. Lui attrapant l’épaule, elle dit :

- Capucine ?!
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Lun 17 Déc - 11:21

A un jour près, nous aurions eu un vendredi 13 et ce, dès le premier mois de l'année. Je n'étais normalement pas superstitieuse (quoique), mais ma vie était tellement plus belle depuis quelques temps que la peur de tout perdre me tenaillait l'estomac. Elle était si présente qu'elle pouvait m'empêcher de trouver le sommeil ou encore de profiter de ce doux bonheur. Alors je faisais tout pour éviter que le pire n'advienne. Je suivais mes traitements à la lettre, je n'étais pas encore retournée à l'université et évitais certains quartiers et je me faisais la plus agréable possible envers Elias, mon colocataire. Pour ce dernier, la tâche n'était pas trop difficile car il était vraiment gentil avec moi. Par contre, pour les deux autres recommandations, c'était la galère. Los Angeles était certes une grande ville, mais il arriverait forcément un jour ou l'autre où je croiserai Aaron ou d'autres personnes. Surtout si je comptais continuer mes études à l'UCLA.... Pour les examens, je devrais nécessairement me déplacer et là... Ce pourrait être le drame. Quant à l'hôpital, je risquais de croiser des blessés à cause de cette histoire de mutation (on ne savait jamais) ou même des femmes enceintes. Elles pouvaient elles aussi se montrer dangereuse....

Quoiqu'il en soit, en ce jeudi 13 janvier, je devais sortir. Dans la mesure où le soleil de Los Angeles avait décidé de jouer les grincheux aujourd'hui, je laissais tomber les lunettes de soleil. Par contre, le temps était si menaçant que la pluie ferait son apparition d'un moment à l'autre. Donc hop une écharpe taille XXL pour cacher un minimum mon visage et je comptais sur la foule pour faire le reste. Une fois dehors, je me frayais un chemin pour me rendre justement à l'hôpital et récupérer les résultats de ma dernière prise de sang. Ces derniers temps, la maladie semblait stagner et cela pouvait signifier deux choses : soit le traitement était efficace et ma guérison était assurée, soit le traitement ne fonctionnait pas vraiment et ce n'était qu'un petit coup de mou de sa part.

Les rues se succédaient et m'envoyaient leurs flots de gens vers moi. A ce train là, j'aurai dû prendre un taxi et lorsque mon regard en croisa un autre familier, je regrettais de ne pas l'avoir fait. Je tentais de garder un visage impassible jusqu'à ce que la personne soit derrière moi, mais mon sang s'était glacé. Mes fantômes du passé allaient-il me rattraper ? Je fis encore quelques pas sans rien entendre. Ouf... J'étais sauvée. Elle ne m'avait pas reconnu. Néanmoins, je pressais le pas pour mettre le plus de distance possible entre Emy Morgan et moi. Je ne fus pas assez rapide et assez invisible pour qu'elle m'oublie. Dommage. Je sentais sa main sur mon épaule dans le but de me retourner tout en m'appelant par mon prénom. Que devais-je faire ? Mentir ? Faire comme si je n'étais pas Capucine, mais une personne qui lui ressemblait ? Cela n'aurait pas été un choix judicieux. Je ne pouvais qu'admettre qu'une personne de plus savait que j'étais toujours vivante malgré mes efforts à jouer les mortes.

- « Emy !!! Je ne t'avais pas reconnu. Tu vas bien ? »

Autant ne pas jouer les rustres pour l'expédier le plus rapidement possible. Peut être qu'elle ne parlerait pas de moi aux autres. La dernière fois que j'avais vu Aaron, je lui avais ordonné de me laisser sortir de Genome malgré mes cicatrices encore récentes et ma situation délicate de l'époque. A ce temps là, je venais d'échouer à une nouvelle mission de Genetic, j'étais sans emploi, sans toit, sans ressource et très malade. Bref, la vraie galère. J'étais certaine que le chef de Genome ne me donnait pas plus d'une semaine. Finalement, vu ma situation actuelle, je m'en étais plutôt bien sortie.

- « Je crois bien que l'on va se prendre une averse... », dis-je après avoir entendu un grondement au loin.

Pu**** de jeudi 13 !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Lun 24 Déc - 15:01

Emy afficha un sincère sourire en lâchant son épaule. Les deux femmes avaient beau ne pas vraiment se connaitre, elle était contente de la revoir d’autant plus qu’elle avait disparu de la circulation. La demoiselle se posa aussitôt la question de sa maladie. Où en était-elle ? Mais elle se voyait mal lui poser la question d’autant plus qu’elle le savait de Wyatt et non pas de la concernée.

- Je vais très bien merci ! Et toi alors ? Qu’est ce que tu deviens ? On ne te voit plus du tout, je suis bien contente de t’avoir croisé dans la rue !

Evidemment qu’elle n’allait pas s’étaler sur ses déboires sentimentaux, le départ à l’autre bout du monde de son meilleur ami, aux soucis liés à Genome d'autant plus que ses problèmes étaient minimes face à ceux qu'elle avait pu vivre. Cette question était souvent hypocrite, personne ne pouvait vraiment y répondre sincèrement, d’autant plus que c’était plus de la politesse qu’autre chose. Cependant Emy espérait en savoir plus sur elle, notamment savoir si elle avait vaincu la maladie. Elle ne pouvait pas s’empêcher d’être inquiète, d’autant plus que Capucine était très jeune pour avoir un cancer ! La vie était souvent injuste et Emy détestait quand des évènements pareils touchés les gens qu’elle connaissait. Le sentiment d’impuissance la rendait parfois malade.

Lancé de dés :
- Attaque précise : Emy entend parfaitement les pensées de Capucine, et comprend que la demoiselle voulait l'éviter.
- Attaque imprécise : Emy entend partiellement ses pensées mais le flux trop important dans son esprit la laisse penser que ce n'était pas Capucine. Elle se méfie mais reste sur sa position que Capucine n'était pas l'auteur de ces pensées.
- Attaque déviée : Emy n'entend pas les pensées de Capucine.

Emy ferma brusquement les yeux, assaillie une nouvelle fois de pensées. Elle capta parmi elle une personne qui n’aurait pas voulu croiser la personne avec qui elle discutait. La jeune femme était cependant encore loin de penser que c’était la concernée. Ne laissa pas retomber son sourire, elle hocha la tête quand Capucine lui prédit la pluie à venir. Le ciel était menaçant et le grondement n'accentuait que ce ressenti. Regardant autour d’elle, la blondinette cherchait un café ou autre lieu où elle aurait pu s’installer confortablement au chaud et éviter ainsi la pluie. D’autant plus qu’Emy avait besoin de se détendre après le stress donné par ce psychologue exécrable.

- Oui tu as raison… Ça te dit d’aller boire un verre ? Ça me fait bien plaisir de te revoir, autant en profiter !

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Lun 24 Déc - 15:01

Le membre 'Emy Morgan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mer 2 Jan - 11:34

Je ne pensais pas revoir un fantôme du passé sitôt dans les rues de Los Angeles. Il s'agissait pourtant d'une assez grande ville qui aurait dû empêcher la population mutante de se marcher dessus. Mais non... Même si je n'étais pas dupe qu'un tel jour finirait par arriver, je ne pensais pas que ce serait un mois à peine après mon séjour au sein de Genome. Certes, elle ne devait pas être au courant dans la mesure où j'étais restée un moment dans les vapes avant d'être enfermée par précaution. Je venais à peine de retrouver une certaine stabilité, j'étais enfin retombée sur mes pattes et la voir, ici, en face de moi, me prouvait que je ne pourrais peut être pas leur échapper. Et surtout... sans que ce soit réellement sa faute, elle me rappelait des instants trop douloureux. Les mensonges d'Aaron, la méfiance de Ross McGregor et mon fiasco avec Wyatt. J'avais suffisamment de batailles à mener pour m'en rajouter sur les épaules.

Emy se montrait tout à fait charmante et je m'en voulais de penser ainsi. Je ne la connaissais pas et elle ne m'avait rien fait. Au contraire, elle m'avait aidé à rapatrier Wyatt pour qu'il soit soigné après le Blue Lake. Elle m'avait même proposé de prendre son numéro pour avoir de ses nouvelles. Peut être que si je lui expliquais la situation, elle oublierai notre rencontre ou du moins, elle la tairait auprès de certaines personnes. Genome ne devait pas imposer à ses membres de raconter ses moindres faits et gestes. Seulement, ça ferait un autre mutant au courant de mon existence. Je ne craignais pas le dealer dans la mesure où il avait tout autant intérêt que moi de se taire, ce qui n'était pas le cas d'Emy. Bof, nous verrons bien. En plus, elle ne devait être au courant de rien.

- « Très bien aussi et je suis toujours aussi occupée. Enfin, tu dois connaître le rythme des étudiants aussi bien que moi. Toujours un devoir à rendre, un examen... De vrais bouledogue ! »

Les études. Un sujet miracle qui nous permettait de ne pas parler des sujets sensibles. Emy ne devait pas être au courant pour ma maladie. Le simple fait de changer de couleur de cheveux n'était heureusement pas un signe du cancer et la perruque était si bien faite, qu'à moins de la toucher ou de la faire bouger, il était quasi impossible de s'en rendre compte. A force d'économiser ce qu’Élias tentait de me donner en douce, je m'étais décidée d'en acheter une de meilleure qualité.

Soudain, Emy ferma les yeux. Se sentait-elle mal ? J'espérais sincèrement qu'elle n'allait pas tomber dans les pommes car cela reviendrait à devoir appeler quelqu'un pour s'assurer qu'elle rentrerait bien chez elle. Et à part le menteur de service....

- « Je veux bien, mais seulement si tu m'assures que tu ne vas pas tomber dans les pommes... J'aimerai ne pas avoir à appeler... Tu sais qui... »

Stupide. Voilà que je n'avais même pas le courage de prononcer son prénom devant une de ses amies. Peut être qu'elle ne comprendrait pas et me forcerait à le sortir quand même de la bouche. Autant prendre les devants.

- « Je veux dire... Je préfère éviter d'avoir à appeler Aaron pour venir te chercher. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Ven 4 Jan - 10:47

Emy observait attentivement la femme en face d’elle. Cette nouvelle couleur lui allait à merveille, la blondinette était d’ailleurs incapable de comprendre que c’était une perruque. Ce pouvait-il que Capucine ne soit plus malade ? Emy en doutait mais ne pouvait pas vraiment répondre à cette question. Puis il était hors de question de lui demander directement, elle trouvait ça déplacée. Surtout qu’elle pouvait prendre ça comme de la curiosité mal placée, chose totalement fausse quand on connaissait un peu mieux Emy. S’il y avait bien une personne qui n’aimait pas fouiller dans la vie des gens, c’était bel et bien elle. C’était d’autant plus troublant quand on connaissait le pouvoir de la belle. Elle maudissait souvent le sort de l’avoir doté d’une chose qui la mettait bien trop mal à l’aise. Si encore elle avait été la pire des curieuses, tout ceci aurait été parfait, mais non ce n’était pas le cas.

Capucine parla des études. Évidemment qu’Emy savait ce que c’était, elle était d’ailleurs en ville pour ça. Son maudit stage qui ne prenait vraiment pas bonne tournure. Quant aux examens, elle était tranquille pour un petit moment, mais ce n’était pas pour autant qu’elle ne devait pas réviser, bien au contraire.

- M’en parles pas ! Je sors d’un rendez vous pour trouver un stage et crois moi, je ne suis pas sortie de l’auberge.

Elle sourit face à cette tirade qui se voulait plaintive. Mais Emy n’était pas du genre à se démonter, puis revoir Capucine la rendait joyeuse, lui faisant oublier le désagréable rendez vous qu’elle venait de subir. Elle devrait faire d’autres recherches mais ce n’était pas la mer à boire. Elle avait la merveilleuse capacité à tout regarder avec calme et sérénité, comme si rien n’était vraiment grave. Enfin, ceci n’était pas valable dès qu’elle rentrait à Genome. Mais autant ne pas penser à cela, elle retrouvait le moral et ce n’était pas le moment de se déprimer en pensant à l’organisation.

Elle afficha un sourire gênée lorsque Capucine sembla s’inquiéter pour elle. Elle n’était encore jamais tombée dans les pommes à cause de son pouvoir, et elle espérait bien que cela n’arrive pas. Mais pourquoi voulait-elle éviter Aaron ?

- Ne t’en fais pas, une simple migraine, j’en ai très souvent. Et au fond c’était un peu vrai vu que son pouvoir lui en provoquait souvent. Après avoir marquée une pause, elle ajouta : Mais pourquoi tu ne veux pas voir Aaron ? N’avais-je pas dit un peu plus haut que la douce n’était pas curieuse ?

En même temps qu’elle parlait, Emy recommença à marcher d’une cadence plutôt calme. Son but était de trouver un endroit pour pouvoir prendre un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mer 9 Jan - 17:19

Emy m'offrait sur un plateau d'argent, si ce n'est d'or, la conversation idéale. En effet, les études avaient le mérite d'être un sujet neutre et qui finissait par s'essouffler petit à petit. Si nous en restions là, je ne donnais que cinq minutes à notre rencontre. Quoique... je préférais miser sur la dizaine. La jeune femme semblait avoir des choses à dire sur ce point et je devais être la première dans la confidence vu que les faits ne remontaient qu'à quelques minutes. Si la jeune femme pouvait entendre mes pensées, je passerai sûrement pour la pire des hypocrites, des garces. Le pire était que je n'en éprouvais aucun plaisir, au contraire. J'avais conscience que mon attitude était détestable et je ne pouvais m'empêcher de le regretter. Aussi pris-je sur moi d'être la plus sympathique possible durant ces quelques minutes. La pauvre... Elle n'y pouvait rien. Elle n'était pas la cause de tous mes malheurs et je ne pouvais lui faire subir mes ressentiments envers Genome.

- « Que s'est-il passé ? Ils t'ont fait venir pour rien ? Il est difficile de trouver un bon stage dans cette ville. A croire que le monde entier débarque ici pour prendre nos places. »

Me prenais-je au jeu ? J'avais l'impression qu'elle venait de me communiquer son enthousiasme de m'avoir retrouvé et son envie de papoter. Finalement, peut être que prendre un café ensemble ne serait pas aussi « dangereux » que je ne le pensais. Après tout, elle n'avait rien contre moi et je doutais qu'Aaron me court après. Je n'étais plus personne aujourd'hui et je n'avais juré aucune allégeance. Je devais sûrement mettre ça sur le compte de mon côté paranoïaque. Avec le temps, j'en aurai fini avec tout ça et je pourrai vivre ma vie comme je l'entendais. Là était mon seul souhait. Ne pouvait-on pas me laisser tranquille, maintenant que je ne servais plus d'autres intérêts que les miens ? Je n'étais personne chez Genetic. Je n'ai jamais été quelqu'un au sein de Genome. Tout ça était derrière moi. Pour de bon.

Soudain, Emy me montra un instant de faiblesse et je ne pu m'empêcher de m'enquérir de son état de santé. Après tout ce qui m'était arrivée, il était un peu normal que je réagisse de la sorte, même si je mettais cela aussi sur le compte d'un hypothétique appel à Aaron. Heureusement, je n'en aurais pas à arriver jusque là car elle s'empressa de me rassurer. Ce n'était qu'une simple migraine. Encore un coup de ces saletés qui pouvaient nous rendre la vie impossible. Par contre, je ne pouvais compter sur cette migraine pour détourner l'attention d'Emy quant au sujet d'Aaron. Arf. Il fallait que j'arrête de trop parler ! Je suivais Emy, moi aussi à la recherche d'un café, tout en me demandant comment je pourrais aborder le problème.

- « Disons que c'est un peu tendu avec lui depuis... Depuis le Blue Lake à vrai dire. C'est seulement là que j'ai su qui il était réellement. Tu sais qu'il a été mon tuteur après la mort de mes parents, non ? Après tout ce temps passé ensemble, il ne m'a jamais révélé ce secret bien qu'il soit au courant pour le mien. Donc... c'est tendu. », terminais-je en haussant des épaules avant de pousser la porte d'un café.

Il ne payait pas de mine, mais il devait au moins servir le minimum vital. On s'en foutait un peu de ce qu'on prenait, n'est ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Dim 13 Jan - 14:10

- Tu as tellement raison ! Non non ils ne m’ont pas fait venir pour rien, quoique j’aurais préféré… Le psychologue avec qui j’avais rendez vous n’est en fait qu’un hypocrite, imbu de lui-même et totalement narcissique. En trente minutes d’entretien je n’en pouvais plus et j’avais qu’une hâte, quitter au plus vite son bureau.

Emy battit l’air des mains comme elle avait l’habitude de faire lorsqu’elle s’énervait. Ou du moins qu’elle vivait pleinement son discours. Elle parlait sous le coup de la colère, ainsi Capucine n’avait pas de souci à se faire, Emy n’était pas d’un naturel méchant et encore moins avec des personnes qui n’avaient rien à voir avec la source de sa colère. En quelque minute de discours endiablées contre cet homme, elle se sentit plus sereine et donc plus calme. Ils ne se trompaient pas en psychologie quand ils disaient que critiquer les gens qu’on n’appréciait guère calmait pendant un instant la haine accumulée. Elle rétablit son sourire qui ne la quittait pas souvent pourtant et reposa son attention sur Capucine.
Après avoir montré un instant de faiblesse, Emy réussit à se reprendre mais la demoiselle en face d’elle avait eu le temps de remarquer que quelque chose n’allait pas. Elle prétexta une vilaine migraine et au fond ce n’était pas un énorme mensonge. Effectivement elle ne pouvait pas se permettre de lui avouer son pouvoir, la rouquine aurait pu prendre peur. Le pouvoir de la belle blonde pouvait effrayer. Il n’y avait rien de plus personnel que les pensées et savoir que d’autres que soi pouvaient les entendre ouvertement pouvaient choquer ou même inquiéter. Emy vivait déjà mal de faire subir ça à ses proches, alors jamais elle n’irait s’amuser à le dire à ses connaissances. Sauf si elle avait besoin de faire le vide dans sa vie, mais là encore ce n’était pas du tout son but. Au contraire, rien n’était plus important dans la vie que les relations humaines et il était hors de question pour Emy de réduire à néant les siennes.
Emy fut d’ailleurs surprise que la jeune femme veuille éviter Aaron. Mais après tout elle ne pouvait pas la blâmer, elle aussi l’avait fuit pendant plusieurs moi mais elle se doutait bien que ce n’était pas pour les mêmes raisons. Où du moins elle l’espérait car sinon elle aurait pu se sentir d’autant plus vexée. Mais ce qu’elle dit ensuite la rassura, c’était simplement une histoire de secret. Il y avait cependant de quoi s’en sentir offusquée. La demoiselle devait penser qu’elle connaissait bien son tuteur et soudain tout s’effondrait. Non, Aaron avait le don de ne pas dire les choses pour protéger et le contraire se produisait souvent. Continuant à marcher, elle ouvrit la bouche pour défendre le fondateur de Genome puis se ravisa.

- Non je ne savais pas qu’il était ton tuteur. Je suis désolée que ça se soit mal passé entre vous. Aaron est plutôt douée pour cacher les choses en pensant protéger. Mais au final le résultat n’est pas celui qu’il espérait. Elle tourna soudain le visage vers la jeune femme et lui confia Moi aussi j’ai été blessée par ses cachoteries.

Emy était sincèrement désolée. Personne ne méritait qu’on lui cache la vérité, d’autant plus quand on était directement concernée. Mais elle ne savait cependant pas pourquoi elle venait de se confier à la belle rousse. Elles ne se connaissaient pas vraiment et la demoiselle devait en avoir que faire de ses soucis. D’autant plus quand on savait les siens. Capucine ouvrit soudain la porte d’un café. Emy avait toujours été maniaque quand il s’agissait d’avaler de la nourriture. Les verres devaient être parfaitement propres ou elle menait son propre thermos, idem pour les couverts. Mais elle n’aimait pas imposer son dégout aux autres, d’autant plus quand elle ne les connaissait pas vraiment. Prenant sur elle, elle afficha un sourire quand elle vit l’état du café. Il n’était pas minable mais il y avait mieux. Se dirigeant vers une table éloignée des autres déjà occupées, Emy s’assit. Quand le serveur apparut, elle commanda un sirop à la pêche. Se tournant vers Capucine, elle la regardait en attendant que celle-ci se décide.

Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mar 15 Jan - 11:19

J'espérai pour la jeune femme qu'elle ne s'était pas déplacée pour rien car il n'y avait rien de plus désagréable sur Terre. Si en plus, ils s'étaient permis de la renvoyer chez elle comme une malpropre, alors là, ses envies de meurtre étaient totalement justifiées. J'étais même prête, dans ma grande bonté, de lui donner un alibi en béton si jamais elle venait à exécuter un plan diabolique à leur encontre. Heureusement pour elle, sa contrariété n'était pas de cet ordre. Juste un mec qui se croyait trop bien pour les autres. Ces personnes là étaient fatigantes et blessantes, même si elles ne s'en rendaient pas forcément compte. Enfin bref, je pouvais comprendre son énervement.

- « J'espère que tu trouveras mieux que cet horrible personnage. Parce que se taper un gars comme ça, c'est la dépression nerveuse assurée. Enfin, taper... Pas dans le sens. Ok laisse tomber, je me tais. »

Capucine dans toute sa splendeur. Si elle ne me prenait pas pour une perverse avant cette rencontre, il ne devait plus faire aucun doute que ce qualificatif m'avait été rajouté. Maintenant, j'étais encore plus gênée d'avoir sorti cette expression, mais en plus de m'être sentie obligée de corriger mon sous entendu graveleux. A tous les coups, elle devait s'être imaginée la scène durant une micro seconde et je venais de la traumatiser. La pauvre ! J'étais vraiment pas sortable.

Heureusement ou malheureusement pour moi, la conversation dévia sur le sujet sensible que représentait Aaron O'Hara, chef de Genome et menteur professionnel. Je lui en voulais de m'avoir tenu à l'écart, de m'avoir donné l'impression d'être la seule à être anormale. Il ne faisait aucun doute que ce sentiment d'être un monstre avait été nourri par ce fait. Il m'avait recueilli, il était la seule personne qui avait pris la peine de s'occuper de moi. J'avais confiance en lui... La réciproque n'était pas vraie et il ne m'avait même pas donné l'occasion de lui prouver que je pouvais être quelqu'un de fiable.Pourtant, à cette époque, je ne demandais que ça. Aujourd'hui, ils pouvaient tous aller au diable. Genome, Genetic, ils se valaient bien. Pour ma part, je ne voyais aucune différence si ce n'est que le deuxième avait les fonds suffisamment pour se payer des gorilles et des flingues.

Par contre, je n'arrivais pas à comprendre pourquoi je déballais tout ça à Emy. C'est vrai, je n'avais rien contre elle, mais elle était tout de même proche de lui. En racontant tout ça, je la mettais peut être dans une position délicate. Quoique... Elle semblait aussi avoir des trucs à lui reprocher. Se pourrait-il que je me sois trouvée une alliée ?

- « On devrait fonder un club. Je suis certaine que nous ne sommes pas les seules à lui en vouloir pour quelque chose. »

Tout en continuant de discuter, nous entrâmes dans le premier café qui se présentait. Je n'étais pas spécialement exigeante en la matière. Tout ce que je voulais c'était me protéger de l'averse qui se préparait. Les bonnes manières auraient dû me pousser à demander à la jeune femme si l'endroit lui convenait, mais je n'étais plus à jour en ce qui concernait la sociabilité. Il me faudrait revoir mes fiches. Un serveur s'approcha de nous pour prendre nos commandes. Alors que Emy prit un sirop à la pêche, je me laissais tenter par un coca. Normal pour une américaine de base.

- « Alors comme ça, tu veux devenir psychologue. J'imagine qu'avec un cas, tel qu'Aaron, tu gagnerais bien ta croute. », terminais-je avec un petit rire gêné.

Il fallait dire quelque chose et Aaron était la cible idéale. Tant pis pour lui ! Il devra subir un affreux sifflement dans les oreilles et c'était bien fait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mar 15 Jan - 13:41

Emy laissa échapper un rire puissant devant la maladresse de la jeune femme. La blondinette n’avait pas pu s’en empêcher, d’autant plus que Capucine semblait gênée par ce qu’elle venait de dire. C’était pourtant marrant ! Il fallait se laisser aller parfois à la plaisanterie même si c’était avec des personnes qu’on ne connaissait pas particulièrement. Puis ceux qui connaissaient Emy pouvait facilement dire qu’elle était d’un naturel marrant et spontané. Avec un grand sourire sur les lèvres, la demoiselle se permit de poser une main se voulant réconfortante sur l’épaule de Capucine en rajoutant :

- He ! Panique pas, c’est rien dis !

De cette manière elle voulait lui dire qu’il n’y avait pas de souci, et qu’Emy en rigolait plus qu’autre chose. Loin d’elle l’idée de juger ! Enfin si ça lui arrivait, évidemment, mais pas dans ce cas là. D’autant plus que la belle blonde aurait tout aussi bien faire une gaffe pareille. C’était tout à fait dans ses cordes ! Être douée était un art, et Capucine semblait elle aussi l’avoir.
Son sourire se dissipa peu à peu lorsque la conversation changea pour aboutir sur Aaron. C’était toujours aussi confus pour Emy. Elle l’appréciait, elle ne restait pas insensible face à lui mais bien trop de chose la repoussait. Cette autre fille, sa dispute avec Dylan, les dégâts de Genome sur les gens qu’elle aimait, … Il avait beau ne pas être responsable de toutes les actions de Genome, il en ressortait toujours des drames et Emy ne savait plus bien faire la part des choses. Chercher un coupable n’était pas la meilleure solution mais parfois ça faisait du bien de se dire qu’il y avait quelqu’un de fautif. Si Aaron avait entendu ses pensées, il aurait été vexé. Comment pouvait-elle arriver à raisonner ainsi ? Voilà ça recommençait, Aaron balançait sans cesse entre la case du héros puis du responsable. Son retour à Genome était un peu trop précipité, mais après tout il n’y avait que comme ça qu’elle arriverait à faire le vide dans sa tête. Il fallait affronter les choses et arrêter de les fuir indéfiniment. Les nouvelles années n’étaient pas synonyme de nouvelles résolutions ? Emy n’aurait qu’à tenir celle là et tout devrait s’arranger. Du moins, elle s’obligeait à y croire.
La mention d’un fan club redonna un léger sourire à la jeune femme, mais il était moins convainquant que son précédent. Beaucoup moins sincère, ça c’était certain. Elle n’avait pas tort…

- Ce n’est pas que je lui en veux… C’est compliqué ! Un jour j’ai envie de m’excuser de pouvoir penser du mal de lui et le jour suivant j’ai envie de le gifler et lui reprocher tout ce qu’il a pu mal faire depuis notre rencontre ! Emy laissa échapper un soupir quelque peu agacé. Elle s’embrouillait et elle n’était pas certaine que dire ça aurait pu l’aider. Capucine n’avait peut être pas besoin d’entendre quelqu’un qui était incapable de se fâcher contre quelqu’un qui l’avait fait souffrir.

Enfin au chaud dans un café, bien qu’un peu trop miteux pour Emy, la conversation suivit son cours et fit un petit retour sur les études avec une jolie petite pointe contre le fondateur de Genome. La blondinette rigola de nouveau songeant que Capucine était bien en forme et prête à casser du Aaron toute la journée !

- Non, je ne veux pas faire psychologue. Je préfèrerais me lancer dans la recherche et l’enseignement mais ça prolonge considérablement le nombre d’années d’études. Donc j’attends de terminer mon année pour me fixer complètement. Mais si je finis psychologue, Aaron n’aura qu’à bien se tenir crois moi !

Le serveur amena les commandes en posant malicieusement la note sur le coin de la table. Emy prit son sirop et en but plusieurs gorgées de suite. Elle avait soif ! Reposant de nouveau son attention sur Capucine, elle ajouta un peu confuse :

- Pardonne moi, je ne sais plus ce que tu fais dans la vie. Rafraichis moi la mémoire veux tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Dim 20 Jan - 15:09

Alors que mes paroles dépassaient ma pensée sans que je puisse rien y changer, la jeune femme se mit à rire de ma maladresse. Certes, cela pouvait prêter à sourire, mais dans la mesure où l'homme en question semblait être un odieux personnage, ce n'était pas très finement joué de ma part. Je me confondais en excuses espérant que ce moment de gêne se passe rapidement comme s'il s'agissait d'une séance d'épilation chez l'esthéticienne. Emy tentait de me rassurer en m'affirmant que ce n'était pas grave et que je n'avais pas à m'inquiéter. Ouf, tant mieux. Il aurait été malvenu de ma part de lui donner une bonne raison de me détester surtout qu'il s'agissait, aux dernières nouvelles, d'une très bonne amie à Wyatt. Encore une bonne excuse pour que cette rencontre soit placée sous le signe du secret. Je n'avais rien contre elle, mais son entourage était trop... Trop dérangeant pour courir le risque de laisser passer cela. Il ne me restait plus qu'à être convaincante vis à vis d'elle.

- « Tant mieux, alors. »

Voilà comment mettre fin à une boulette à la Capucine. Mais cela n'allait peut être pas s'arranger si nous nous mettions à parler d'Aaron. Apparemment, c'était un sujet sensible pour nous deux à croire que ce mec collectionnait les ennuis. Non, correction : il collectionnait effectivement les ennuis. Je n'arrivais pas à comprendre comment il s'y prenait, mais force était de constater qu'il les cumulait sans changer la moindre petite chose dans sa vie qui serait susceptible de l'améliorer. Même si, aujourd'hui, nos rapports étaient conflictuels, je trouvais cela triste. Se battre tous les jours était fatiguant. Du haut de mes 19 ans, bientôt 20 ans, je me sentais exténuée par cette vie alors que je la commençais à peine. Combien de fois l'avais-je risque pour toutes ces futilités. De mes combats au sein de Genetic, je n'ai rien appris si ce n'était faire du mal à mon ennemi. En quoi cela me permettrait-il d'aider ceux que j'aimais ? J'étais bien loin de ces considérations mutantes. Élias étant un simple humain, je ne pouvais et ne voulais amener cette haine dans nos vies.

- « Je m'excuse d'avance pour la question et tu as tous les droits de ne pas y répondre, mais est-ce que toi et Aaron vous êtes... ensemble ou tout au moins vous l'avez été ? Car ce que tu me décris ressemble fortement à la fin d'une histoire d'amour... »

Qui étais-je pour lui demander de se confier alors que quelques minutes auparavant, je faisais tout pour lui échapper ? Mais peut être était-ce cette étiquette « d'inconnue » que je portais qui lui permettrait de se confier à moi. Les seuls personnes que nous avions en commun ne me parlaient plus alors elle ne courait aucun risque de fuite avec moi. Comme en plus, je connaissais l'animal qu'était Aaron... Il y avait des chances que je sois l'une des oreilles attentives les plus intéressantes pour elle.

Une fois assises à une table et nos commandes prises, je lui demandais ses plans de carrière. Peut être étais-je trop terre à terre en posant ma question puisque les études de psychologie ne conduisaient pas forcément au métier de psychologue. D'ailleurs, la jeune femme donna raison à cette seconde hypothèse, même si l'idée qu'Aaron en bave un peu ne me déplaisait pas non plus. Cruel dilemme.

- « Tu t'occupes de l'asile et moi de la camisole de force. Nous finirons par le guérir de sa stupidité et de son irrésistible besoin de jouer les héros. Quel crétin... »

Heureusement que le serveur revint vers nous avec nos boissons sinon le pauvre chef de Genome aurait eu des bourdonnements dans les oreilles toute le reste de la journée. Tout comme la jeune femme, je pris quelques gorgées de ma boisson avant de reporter mon attention sur elle.

- « Je suis en deuxième année de sociologie. J'ai eu quelques difficultés en fin d'année, mais là je reprends un rythme correct. Seulement, j'ignore si je veux continuer dans cette direction. Pleins de choses ont changé et je vois la vie différemment. Donc, je suis en pleine recherche sur mes attentes, mes envies. A mon âge, cela peut paraître un peu bizarre, mais pas plus que si je m'en rendais compte dans deux, trois ans. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mer 13 Fév - 16:58

C’était les rares moments où le pouvoir d’Emy ne la dérangeait pas. Quand elle était sereine et ne se torturait pas l’esprit à l’aide de questions plus insensées les unes que les autres. Car oui la miss était une professionnelle dans ce domaine ! Les migraines, elle connaissait, alors autant pousser le bouchon plus loin et continuer à le supplice. Ainsi dès que la douleur se calmait un peu, elle le remarquait aussitôt. Et là, en face de Capucine, devant son sirop, Emy n’avait plus mal à la tête. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle affichait un sourire niais sur son visage. La demoiselle aimait partager, et même sa bonne humeur devait en subir les conséquences. Loin, était ce psychologue agaçant dans ses pensées. Mais Capucine eut la mauvaise idée de toucher un point sensible. Le sourire sur son visage disparu aussitôt. Emy soupira en pensant à Aaron, elle détestait qu’on lise aussi facilement en elle. Ça pouvait semblait hypocrite venant d’une télépathe, mais la demoiselle ne se servait quasiment jamais de son pouvoir volontairement alors elle pouvait se permettre ce genre de privilèges. Elle releva soudainement la tête et afficha une mine presque désolée à la jeune femme. Elle ne savait pas répondre. Elle ne connaissait pas assez bien la jeune femme pour se permettre de lui avouer qu’elle avait passé une nuit avec lui. Elle n’aimait pas passer pour une fille facile. Elle était d’ailleurs bien loin d’en être une même si depuis son arrivé à Los Angeles, sa vie amoureuse était chaotique. Elle prit une gorgée de sa boisson et dit enfin :

- Non non ne t’excuse pas, c’est moi aussi qui parle peut être un peu trop, c’est avec un sourire mélancolique qu’elle ajouta "Disons que j’en ai trop attendu de lui alors qu’il aimait déjà quelqu’un d’autre. C’est une histoire d’amour à sens unique… "

Au final elle avait dit la vérité. La dure vérité qui avait fait fuir si longtemps Emy. Son retour à Genome était si récent et elle savait très bien que la pilule n’était pas encore passée. C’était étrange comme on arrivait plus facilement à se confier à des inconnus qu’a ses proches. Wyatt pensait l’histoire d’Aaron bien terminée, mais la demoiselle se torturait encore en silence pour lui. Il n’était pas fautif, c’était elle qui était trop bête pour avoir espérer.
Heureusement que la conversation concernant les études étaient là pour faire disparaitre cette atmosphère un peu trop pesante au gout de notre belle blonde. L’insulte lançait par Capucine lui fit du bien. Elle en avait presque honte, car après tout il avait toujours bien fait les choses avec elle. Enfin, presque toujours. Parler était peut être une bonne thérapie au final, pourquoi Emy était si conservatrice quand il s’agissait d’elle ? Peut être un moyen de se protéger. Qu’importe, à cet instant précis Capucine sans le vouloir la soulageait un peu. Trouver quelqu’un qui en voulait encore plus à Aaron lui laissait croire qu’elle n’était pas la plus à plaindre.

- Et toi que t’a-t-il fait ?

Emy ne lui précisa même pas que si la question la dérangeait, elle ne s’offusquerait pas qu’elle n’y réponde pas, en effet c’était limpide.
Emy hocha la tête quand elle lui parla de la sociologie. Ca lui revenait enfin en mémoire.

- Non non, ne t’en fais pas c’est compréhensible. C’est le cas de beaucoup d’étudiants, et encore plus en fac !

La jeune femme fouilla enfin dans son sac, cherchant minutieusement son agenda qui ne devait pas être bien loin. Enfin elle mit la main dessus. Elle enclencha le stylo et commença à marquer son numéro de mobile. Déchirant la feuille, elle le tendit enfin à la demoiselle en face d’elle. Décidément Emy distribuait son numéro à chaque nouvelle rencontre ! Mais la jeune femme était ainsi, garder contact avec les gens lui était primordial.

- Tiens voilà mon numéro si tu veux qu’on se revoit un jour. Ce serait dommage de toujours laissait faire le hasard.


Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Dim 10 Mar - 15:19

J'avais le don d'appuyer sur les points qu'il ne fallait pas. A peine venais-je de retrouver Emy que je la mettais mal à l'aise en parlant d'Aaron. De toute évidence, il s'agissait d'un sujet à éviter et vu l'énergumène, je pouvais comprendre. Certes, il savait être gentil, généreux, mais toutes ses qualités avaient été occultées par ses mensonges. J'ignorais si la rancœur me quitterai un jour, mais quoi qu'il en soit, aujourd'hui encore, son attitude envers moi était encore trop fraîche dans ma mémoire. Je n'arrivais pourtant pas à m'en convaincre à l'heure actuelle. La déception était terrible et pouvait faire des ravages. C'était malheureux.

Lorsque la jeune femme m'expliqua quelle était sa situation avec mon ex-tuteur, je ne pu m'empêcher de compatir. L'amour à sens unique était certainement le type d'amour le plus douloureux qui puisse exister. S'en défaire était une lutte de tous les jours, mais il arrivait qu'un jour, celui-ci s'évapore au profit d'un autre amour naissant. Je devais reconnaître qu'Aaron pouvait être séduisant... Surtout lorsqu'il sortait de la douche, les cheveux mouillés et une simple serviette autour de la taille. Je devais avouer que certains soirs, je m'en étais voulue de penser ainsi. Il était mon tuteur, cela aurait été malvenu. Heureusement que Wyatt était arrivé entre temps, reléguant Aaron au second plan. C'était le bon vieux temps... Ma vie était si simple à ce temps là alors que je la trouvais compliquée. Il avait fallu que je les abandonne pour montrer que je n'étais pas seulement une petite fille apeurée par sa mutation, que je pouvais devenir une femme forte et indépendante. Si j'avais intégré Genetic c'était en partie pour cette raison.

- « Que dirais-tu de sortir un soir avec moi ? On pourrait manger rapidement, boire quelques verres dans un bar avant d'aller en boîte. Ça pourrait être amusant et l'histoire d'un soir, nous pourrions n'être que deux filles célibataires totalement normales. Qu'en penses-tu ? »

Dire qu'il y a quelques minutes, je faisais tout pour lui échapper, maintenant, je lui proposais de se revoir et de passer toute une soirée avec elle. D'un côté, je doutais qu'elle parle de moi au chef de Genome dans la mesure où je n'étais pas le centre du monde. C'était compréhensible et je m'en accommodais fortement dans ce cas. Par contre, les conversations de ce genre était donnante-donnante. Désormais, Emy voulait connaître mes griefs à l'encontre d'Aaron. Normal !

- « Arf... Tu sais comment il peut être mystérieux. Il était mon tuteur, j'ai découvert que je n'étais pas tout à fait normale et je n'ai pas voulu le mettre en danger à cause de cela. Je suis donc allé chez les personnes qui m'ont approché et m'ont parlé de la mutation. Tu vois de qui je veux parler... Et finalement, au Blue Lake, j'ai appris la vérité sur l'identité d'Aaron et de son rôle. J'ai compris que pendant tout ce temps, il m'avait menti et s'il n'y avait pas eu Wyatt à l'époque, j'aurai peut être eu l'impression d'être le seul monstre à Los Angeles. J'imagine que tu connais ses grands couplets sur la famille... Il faut croire que l’honnêteté n'est pas une valeur fondamentale de la sienne... »

Et voilà la cruelle vérité... J'avalais une gorgée de ma boisson pour garder une certaine contenance. Il avait été comme un grand « frère », un bon ami à qui j'avais confié mon terrible secret. Il ne m'avait pas jugé assez digne de confiance pour me parler des siens et ça faisait mal....

La discussion dévia sur la sociologie, ce qui dans un sens était préférable dans la mesure où il s'agissait d'un super sujet neutre. Même si mon intérêt envers celle-ci commençait à s'effriter. Qu'allais-je faire ? Surtout que les frais scolaires étaient chers et que je n'aurai certainement pas les moyens de payer pour l'an prochain... Ce fut l'instant que choisit Emy pour farfouiller dans son sac et me donner son numéro après l'avoir noté. Elle n'avait pas tort. Je lui avais proposé une soirée sans lui donner mon numéro. Quelle impolie ! Je pris mon portable et y enregistrais son numéro.

- « Pas de soucis. Je te bip pour que tu ais le mien, mais... s'il te plaît, ne le donne à personne. Je pense que tu n'es pas ce genre de fille et que si tu le faisais, ce serait sans penser à mal, mais je préfère que certaines personnes de ton entourage ne me recontacte pas. Ce serait... Trop douloureux, je suppose. »

Un sourire désolé naquit sur mes lèvres avant de reprendre :

- « En tout cas, ton numéro ne court aucun risque avec moi vu que les seules personnes qui me connaissent sont ma patronne et le livreur de japonais.... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Lun 8 Avr - 8:08

Peu importe ce qu’il se passait actuellement dans la vie d’Emy, sa rencontre avec Capucine lui permettait de souffler un peu. Alors oui, elle pensait à Aaron, mais en parler n’était pas si douloureux finalement. Que se passerait-il quand elle ne penserait plus du tout à lui ? Ni à Dylan ? Emy devait faire le tri dans sa vie affective et il fallait commencer par ces deux là. Puis comment pouvait-elle se plaindre en sachant la maladie de la belle rousse ? Parce qu’il fallait l’avouer, cette couleur lui allait plutôt bien ! Certaines rencontres étaient prometteuses, et celle-ci en faisait partie. La télépathe restait surprise de son aisance à parler aussi librement avec une personne qui n’avait jamais vraiment fait parti de sa vie. La quiétude gagnait Emy, la laissant loin de ses fameuses migraines. Mais il fallait qu’elle y songe un instant pour que tout revienne. Ce pouvoir était terriblement handicapant, la jeune femme aurait tellement détesté qu’on puisse entendre ses propres pensées que pouvoir le faire sur les autres lui semblait terriblement hypocrite. Ce n’était pas la première fois qu’elle se faisait la réflexion et surement pas la dernière. Mais là, assise en face de Capucine, le sourire aux lèvres, elle n’entendait rien. Et c’était appréciable.
La proposition de Capucine ne lui fit pas quitter son sourire. S’amuser ! Elle en avait tant besoin avec tout ce qui se passait autour d’elle. D’abord Aaron, puis Kensie, et Wyatt qui lui manquait, Dylan qui semblait avoir disparu de la circulation. Tout ce qu’elle avait connu s’effondrait et avec tout ça, elle n’avait vraiment plus pris le temps de s’amuser. Même travailler pour ses cours d’ailleurs… Il fallait dire stop et se remettre en selle. Elle était surement la plus optimiste de Los Angeles, et c’était le moment de le prouver.

- Oh mon Dieu, mais je dis oui tout de suite ! Tu ne peux pas t’imaginer comme j’ai besoin de m’amuser et me changer les idées en ce moment. Ça ne me ressemble pas d’être si calme, il faut y remédier ! Et qui ose dire que nous ne sommes pas des célibataires normales ?!

Une nouvelle bouffée d’optimisme et de joie de vivre. Elle laissa échapper un rire assez puissant, comme elle avait l’habitude de faire en temps normale. C’était ressourçant, même la durée d’un instant.

Puis revint le sujet fâcheux. Quand Capucine lâcha enfin le morceau sur Aaron, elle comprit aussitôt pourquoi la demoiselle lui en voulait. C’était terriblement compréhensible et voir le jeune homme sous cet angle n’arrangeait rien pour lui. Une fois de plus il avait dépassé les bornes envoyant directement la jeune femme dans les bras de Genetic. Emy n’osait imaginer dans quelle situation elle aurait pu se trouver en continuant dans ce sens.

- Aie, je comprends mieux maintenant. Il a toujours été maladroit mais je ne le pensais pas menteur pour autant. J’en suis vraiment désolée, je n’aime pas la manière dont il t’a traité.

Emy avait la fâcheuse tendance d’être honteuse dès que quelqu’un de son entourage était fautif. Comme si elle aussi était impliquée, et avait déconné. Un raisonnement incompréhensif mais que voulez vous, on ne peut pas refaire Emy Morgan. D’une traite, elle finit son verre. Voyant que Capucine voulait changer rapidement de sujet, elle prit l’initiative de reprendre son sac et prenant de la monnaie dans son porte monnaie, elle dit :

- Je t’invite, et je ne te laisse pas le choix. C’est comme ça avec moi, un point c’est tout ! Oh et j’ai bien ton numéro, attends je t’enregistre.

La demoiselle jouait les fausses autoritaires, un moyen de dévier la conversation vers quelques choses de plus joyeux mais aussi affirmer sa volonté de réellement payer la note. Posant un billet de dix sur l’addition, elle lui fit un clin d’œil. Quand la demoiselle lui demanda de ne pas divulguer son numéro, elle se mit rapidement à sa place : Wyatt, Aaron, ou même Genome. Trop de choses qu’elle voulait éviter et Emy ne pouvait pas lui en vouloir, elle avait fait pratiquement la même chose pendant un certain moment, fuyant Aaron comme la peste.

- Ne t’en fais pas, ton numéro est entre de bonnes mains. Rigola-t-elle face à la réplique de la jeune femme, Mais sincèrement, tu peux l’indiquer au livreur japonais, mise à part mes hanches, on est tous contents dans cette histoire.

Et c’était le cas. Emy culpabilisait déjà d’une certaine manière de cacher à Wyatt cette rencontre, mais le cacher était aussi bien pour elle que pour lui. Il n’avait pas besoin de savoir que son ex copine était toujours sur Los Angeles, c’était la meilleure méthode pour le faire souffrir à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Sam 20 Avr - 22:30

Finalement, cette rencontre hasardeuse avec Emy n'était pas si terrible. Je dirais même plus qu'il était agréable de pouvoir parler de choses du passé sans crainte de le voir resurgir. Il ne faisait aucun doute que la blonde n'allait pas courir le risque de dévoiler cette entrevue à Wyatt, sinon elle le ferait souffrir, ni à Aaron puisqu'elle semblait l'éviter tout autant que moi. En fin de compte, j'étais tombée sur la bonne personne de Genome qui ne viendrait pas me juger pour mes choix de vie ni même me faire les gros yeux. J'avais ce besoin de retrouver un minimum de stabilité, de contacts humains avec les miens. Même si ma maladie était toujours présente, je ne désirais nullement qu'elle devienne un poids, un frein à cette envie grandissante de vivre ma vie. Quand bien même mon statut d'étudiant semblait de plus en plus compromis, je ne voyais aucun inconvénient à arrêter mes études pour continuer mon travail actuel. Le principal était que je me sente bien dans ce milieu et je devais avouer que les personnes dans ce petit salon de thé était une famille. Chacun avait ses défauts et ses qualités, mais je les acceptais tels qu'ils étaient parce qu'ils m'avaient accepté avec mes forces et mes faiblesses. Surtout mes faiblesses... Pourtant, ils ne s’apitoyaient pas sur mon sort.

Puisque Emy était présente, je lui proposais de sortir, un soir, avec moi. Nous étions belles, jeunes, à peu près en bonne santé et mentalement équilibrée. Tous les facteurs étaient réunis pour passer une bonne soirée entre filles. Il suffisait maintenant de trouver un bar sympa, avec une certaine ambiance choisie à l'avance, boire un verre ou deux et flirter avec des mecs avant de rentrer tranquillement chez nous. A moins que nous nous rendions en boîte après... La jeune femme semblait heureuse face à cette proposition et aussitôt, mon morale remonta en flèche. Que se serait-il passé si j'avais écouté mon envie de couper court à cette conversation pour ne pas parler avec Emy ? La journée se serait déroulée normalement et aurait été sans aucune surprise.

- « La plupart de mes ex... Mais je préfère croire que ce sont eux qui ne sont pas normaux. Il vaut mieux que ce soit leur faute que la mienne. Ça permet de ne pas se prendre la tête pour de telles futilités.

Petite touche d'humour avant de passer au sujet fâcheux et délicat du grand manitou, Aaron O'Hara... Autant dire la vérité. Je n'avais rien à cacher et comme, elle aussi, elle avait des soucis avec lui, je ne risquais pas qu'elle me vende. Quoique même si elle le faisait, je pensais mes paroles.

- « J'imagine qu'il ne me faisait pas assez confiance pour me confier un tel secret... Mais bon maintenant que j'ai vu la merde que c'était, je suis heureuse d'en être sortie, aujourd'hui. J'espère seulement que mon passé ne me rattrapera pas... »

Même si la phrase exacte aurait été : J'espère seulement que Genetic ne me rattrapera pas. En effet, j'ignorais totalement leurs méthodes dans ce genre de cas. Empêchaient-ils tous leurs membres d'être heureux s'ils désertaient ? Quand on y regardait de près, je ne savais pas grand chose. Je n'étais dans aucune confidence, je me contentais simplement de remplir les petites missions que l'on me confiait. Par contre, mon attitude au Blue Lake n'avait clairement pas joué en ma faveur et la manière dont je m'étais enfuie... n'était certainement pas la meilleure. Malgré cet état de fait, je ne pouvais rien faire. Je n'aurai aucune certitude si ce n'était le jour où ils débarqueraient pour m'emmener, mais rien n'indiquait qu'il le ferait un jour. J'allais devoir vivre avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête.

Alors que je tentais de changer de sujet, Emy reprenait son sac. Avais-je donné un quelconque signale ? Je ne le pensais pas... Seulement, ce n'était nullement pour s'en aller, mais payer nos consommations. Pour quelles raisons faisait-elle cela ? Je pouvais encore me payer mon verre. Était-ce un moyen pour m'acheter ? Non, j'en doutais. Il s'agissait uniquement d'un geste d'amitié qui s'était fait rare ces derniers temps.

- « D'accord pour cette fois, mais je te laisse cette carte. C'est l'adresse du salon de thé dans lequel je travaille. Préviens moi de ton passage et cette fois, c'est moi qui t'inviterai. Je te ferais goûter quelques spécialités. », disais-je en tendant une carte aux couleurs pastelles.

Elle enregistrait également mon numéro dans son répertoire. Désormais, il ne faisait plus aucun doute qu'une mutante à Los Angeles saurait où se trouve Capucine Rider. D'ailleurs, je lui conseillais de ne pas le donner. Bien évidemment, je faisais référence à Wyatt et à Aaron principalement et la blonde le comprit très vite. Je lui faisais également part de la sécurité de son numéro entre mes mains.

- « Pas de soucis ! Par contre, il n'y a pas que les sushis qui sont intéressants quand le livreur sonne à ta porte... Et pour le coup, tes hanches te détesteront. Crois moi, j'en fais la terrible expérience, même si mes médocs sont très utiles pour limiter les dégâts ! »

Toujours voir le bon côté des choses ! Le cancer m'empêchait de prendre trop de poids et c'était intéressant les jours où les nausées étaient aux abonnées absentes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Mar 14 Mai - 7:38

La vie à Los Angeles n’était de tout repos quand on était un mutant. Les deux jeunes femmes en avaient déjà fait les frais et ce ne seraient surement pas la dernière fois pour autant. Emy se poussa la soudaine question d’un antidote. Que se passerait-il si un jour, comme dans un célèbre film de mutant, la science trouve un moyen de redonner une vie normale à des personnes comme elle ? A cet instant précis, alors que son pouvoir se taisait enfin, elle aurait tout donné pour que ça dure, mais elle ne se doutait pas que bien plus tard, quand elle serait malade, ne plus avoir son pouvoir la rendrait folle d’inquiétude. Qu’elle le veuille ou non, son don était une partie d’elle-même et sans ça elle n’était plus Emy. Faire avec était sa seule alternative pour se construire et devenir réellement qui elle souhaitait. Il ne fallait seulement pas prendre en compte que l’avenir n’était jamais comme on se l’était imaginé.
Emy mit un petit moment à comprendre le sens des paroles de Capucine. Évidemment qu’elle parlait de Genetic, comment n’avait-elle pas pu y penser de suite ? Le souvenir du Blue Lake lui revint en mémoire. Une sale période qu’elle ne voulait revivre pour rien au monde. Wyatt et la belle rousse avaient pris des risques considérables et la télépathe n’était pas certaine qu’ils soient totalement en sécurité désormais.
Le mot « merde » fit ouvrir des grands yeux à Emy avant qu’elle puisse contrôler quoique ce soit. Aimer et détester, voilà à quoi elle en était réduite quand elle pensait à Aaron. Mais qu’on l’insulte lui fit un pincement : elle n’était peut être pas prête à tout entendre sur lui. Sans qu’elle puisse s’en empêcher elle commença à le défendre de manière implicite.

- Ou une énième manière de défendre ceux à qui il tient. Il s’y prend tellement mal… Concernant ton passé, es-tu certaine que tu es en sécurité ? Emy avait baissé d’un ton, ne voulant pas attirer l’attention sur elle.

La demoiselle n’avait pas le sens des économies. Elle savait donner et se faire plaisir sans surveiller de trop près son compte en banque. Le seul souci, c’est qu’elle arrivait facilement dans le rouge à la fin du mois. Mais dans aucun cas elle faisait attention le mois suivant. Dépensière était un adjectif qui pouvait lui convenir, du moment qu’on prenait en compte que c’était autant pour elle-même que pour les autres. Une sourire au lèvre, elle se laissa inviter avec plaisir par sa nouvelle collègue. La carte se retrouva rapidement ranger dans son porte feuille.

- Et bien avec plaisir, mais tu devrais faire attention, je suis la pire de toutes les gourmandes. Je suis sûre qu’à moi seule je peux vider ta vitrine en entier.

Ce qui dans le concret était peut être envisageable. Heureusement que le sport était l’un de ses alliés et qu’elle savait surveiller son alimentation en dehors des petites exceptions sucrées.

Le mot « médicament » interpella la newyorkaise. Le sujet fâcheux du cancer était-il sur le point d’être abordée ? Son regard quitta un instant celui de son interlocutrice, ne savant pas vraiment comment gérer un tel sujet. Elle leva de nouveau les yeux pour se ressaisir en espérant que sa gêne n’avait pas été perçu. L’honnêteté faisait partie des convictions d’Emy, sachant pertinemment que le mensonge ne menait à rien. Mais quelques minutes plus tôt, elle était prête à mentir par omission à Wyatt pour le protéger. Puis aborder ce sujet n’était pas très fin quand on ne connaissait pas réellement la personne. Une bouffée d’air et elle se lança :

- Capucine, j’ai appris pour ta maladie. Je ne sais pas si tu veux en parler, mais dis toi bien que j’espère réellement que ça ira mieux pour toi, et rapidement.

Le ton de la demoiselle devint rapidement plus neutre, presque théâtrale vu l’atmosphère qui se dégageait soudainement. Elle venait en quelques secondes de ruiner l’ambiance agréable qui planait autour des deux femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Dim 26 Mai - 20:21

Spoiler:
 

Alors que je me posais des questions sur mes hypothétiques retrouvailles avec Genetic, Emy le faisait à voix haute. Tout comme moi, elle savait de quoi cette organisation était capable et semblait presque inquiète pour moi. Mais quoi de plus normal dans ces cas là ? Ils étaient nombreux, armés jusqu'aux dents, ils avaient des moyens incommensurables... Il arriverait bien un jour où je me ferais repérer si ce n'était pas déjà fait. Tout ce que j'espérais c'était que mes amis ne se retrouvent pas au milieu et en parlant d'amis, je pensais surtout à Élias. Même en faisant tous les efforts possibles pour l'oublier, il ne me quittait pas. Je l'avais dans la peau et j'étais incapable de m'en défaire. Pourtant, il le faudrait bien... Tout était fini et vu sa colère de la dernière fois, il n'était pas prêt de me pardonner cette traîtrise. J'avais tout gâché et j'en payais le prix maintenant.

- « J'en doute. J'ai profité d'une mission suicide pour m'enfuir et dans la mesure où ils n'ont pas retrouvé de corps... Ils me retrouveront bien assez tôt et c'est pour ça qu'il vaut mieux que certaines choses restent telles quelles sont. »

En effet, il était inutile d'aller chialer à la porte d’Élias pour le supplier de me reprendre. De un parce qu'il me déteste et de deux, parce qu'à part des ennuis, je ne vois pas quoi lui apporter. Finalement, l'amour était une terrible malédiction, car lorsque l'on avait une personne dans la peau, il était quasi impossible de s'en sortir. Il fallait rester forte jusqu'à la fin. Pour moi. Pour lui.

Je laissais Emy m'invitait, mais à la seule condition de lui rendre cette invitation dans le salon de thés où je travaillais. J'étais certaine que là bas, elle trouverait davantage jus à son gosier que dans ce simple bar choisi au hasard dans la rue. D'ailleurs, elle me faisait part de son appétit d'ogre.

- « J'aimerai bien voir ça, car je te promets que les gâteaux ont une taille assez impressionnante. Ils font un gâteaux aux macarons... A se damner ! »

Il était agréable d'avoir une conversation normale avec une personne presque normale loin de la mutation et toutes ces conneries. Je me sentais comme n'importe qui en fait. Je faisais vraiment tout pour rester ancrée dans la réalité et oublier tous les petits tracas qui tentaient d'obscurcir ma vie. Si je me laissais bouffer par cette noirceur, autant me tirer une balle en pleine tête dès maintenant. Surtout que si cette deuxième période de chimio échouait, je n'aurai pas les fonds pour en payer une troisième. Eh oui... Dans la mesure où Élias payait mes soins et qu'il n'était plus mon... partenaire de galère, je ne pouvais profiter plus longtemps de sa gentillesse. En gros... J'étais dans la merde et je le vivais bien, puisque si je ne mourrais pas du cancer, Genetic serait bien capable de régler la question en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « délivrance ». Enfin bref. J'étais tellement obnubilée par cette maladie finalement qu'Emy vint me dire qu'elle était au courant de mon état de santé. Aïe...

- « Arf... Si je connaissais celui ou celle qui en parle, je lui passerai un sacré savon. Je... C'est pas facile d'en parler car la vision des gens envers moi est différente. Parfois, la pitié est si présente dans leurs yeux que c'est encore plus douloureux. Ça me rappelle que je n'ai aucun pouvoir dessus, que je ne peux qu'attendre... Surtout que... ça coûte cher. Enfin bref... c'est pas un sujet très joyeux et je veux pas embêter les gens avec ça. Si tout le monde le sait, ils me prendront pour la pauvre petite Capucine, trop fragile pour... pour vivre... Mais je veux. Je veux au contraire en profiter jusqu'à la fin. »

Je faisais une pause pour terminer par une boutade que j'aurai dû garder pour moi.

- « Et puis qui sait ! Si Genetic me trouve, le cancer sera bien le dernier de mes soucis. »
Revenir en haut Aller en bas
Emy M.

Invité

avatar


MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   Sam 1 Juin - 22:26

Les confessions de la belle rousse n’étaient pas à prendre à la légère. Emy savait pertinemment que Genetic ne lâcherait pas le morceau si facilement. L’organisation n’était pas réputée pour être tendre et la télépathe n’arrivait pas à comprendre comment des personnes arrivaient à rejoindre ses rangs en toute connaissance de causes. C’était bien trop effrayant, et le risque que courrait Capucine l’inquiétait d’autant plus que son meilleur ami Wyatt était lui aussi concerné. Son retour à Los Angeles n’était peut être pas la meilleure chose et elle se promit une nouvelle fois de le revoir rapidement.

- Promets-moi de faire vraiment attention à toi, s’ils veulent te retrouver ils ne lâcheront pas. Elle baissa de nouveau d’un ton, ce n’étaient pas des sujets à aborder en public. De nombreux mutants trainés en ville mais ce n’était pas une raison pour alarmer tous Los Angeles. Elle n’arrivait pas à imaginer ce qu’il se passerait si un jour le gène mutant était révélé. Mais elle était presque certaine que ça tournerait comme tous ces films traitant du sujet, un bain de sang entre les bons et les mauvais. Une personne aussi profondément bienveillante qu’Emy n’avait jamais pu comprendre comment on pouvait tourner mal et faire souffrir volontairement ses semblables.  

Quand la demoiselle se montra si docile pour se laisser inviter, Emy comprit rapidement qu’elle devrait à son tour montrer patte blanche. Et elle le ferait, elle n’avait qu’une parole. C’est le sourire aux lèvres, qu’elle continuait la conversation, bien contente d’avoir trouvé une collègue avec qui discuter de tout et de rien aussi facilement.

- Mon dieu, les macarons ! Mes sucreries favorites, tu as dis la seule chose qu’il ne fallait pas dire. Maintenant c’est certain, je vais dévaliser ta vitrine.

Un rire puissant propre à la belle blonde sortit de sa bouche. Et de bon cœur, chose peu évidente avec les derniers évènements à Genome. Aurait-elle du lui dire qu’Aaron avait été blessé ? Elle n’en était pas certaine et pour ne pas faire d’erreur, elle ne le mentionna pas. Elle semblait avoir assez d’ennuis comme ça, ce n’était pas le moment d’en rajouter une nouvelle couche.

Évoquer la maladie n’était pas un sujet facile, mais Emy devait lui dire ce qu’elle ressentait. Garder une telle chose aurait pesé sur sa conscience après son départ. Et elle était quelqu’un de spontanée, sincère, elle avait besoin de lui dire que même si elles n’étaient pas les meilleures amies du monde, elle pouvait être là en cas de besoin.

- Oh tu ne peux pas blâmer la personne en question, ce n’est vraiment pas sa faute, Emy ne pouvait pas dire que c’était grâce ou plutôt  à cause de sa capacité qu’elle avait appris la nouvelle. Même si la discussion était partie dans certaines confidences, elle ne se sentait pas de révéler ce secret là. Entendre les pensées était tellement impersonnel et empiéter si facilement dans la vie des autres n’était pas une chose dont elle se vantait, bien au contraire. La pitié n’est pas forcément négative, c’est une compassion bien trop accentué à mon gout et parfois l’intention peut être bonne. Et crois moi, affronter ça à ton âge prouve bien que tu es loin d’être fragile.

C’était le genre de conversation qui pouvait faire tout basculer, mais elle s’était sentie obligée de l’évoquer. Mais Capucine ne semblait pas vouloir s’étendre là-dessus. Emy regarda l’heure sur son téléphone et fut surprise de voir que le temps passait si vite. Elle devait rentrer et terminer un dossier à rendre la semaine suivante. Rangeant ses affaires, elle prévenue Capucine qu’elle devait filer mais qu’elle espérait bien garder contact avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A quoi bon poursuivre de vains fantômes ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: STREETS & AVENUES-