..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Joyeux Noël... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Joyeux Noël... [Terminé]   Dim 2 Déc - 23:01

Le 24 décembre 2010 fin de journée
Ce matin, j’étais allée rendre visite à Elias, un bel avocat rencontré sept mois auparavant. Notre aventure dura peu de temps. Dommage, c’était un très bon amant. Il aurait pu m’apprendre plein de choses s’il n’avait pas découvert que j’étais mineure. Pfff, qu’est-ce que c’est chiant cette histoire de majorité ! Notre rencontre ayant eu lieu à la même période où j’avais convaincu Morgan de me faire un enfant, je m’étais dit que je pourrais faire endosser la paternité à Elias. Bah oui, Morgan m’avait jetée comme une vieille chaussette ; il ne voulait plus entendre parler de moi. Cette réaction incompréhensible, alors que notre amitié était solide, m’avait blessée. Je lui en voulais à mort. Je lui en voulais tellement que je ne l’avais pas prévenu de la naissance des jumeaux. Pourquoi l’aurais-je fait ! En disant qu’il ne voulait plus entendre parler de moi, il était évident qu’il ne voulait plus entendre parler des bébés.

Elias ne s’était pas laissé embobiner. Il voulait faire un test de paternité pour être certain que je disais la vérité. Après tout, c’était peut-être vrai. Je m’étais mise en tête que la conception avait été une réussite grâce à Morgan, mais si ça se trouvait c’était Elias le géniteur. Qui sait ? Maintenant, je commençais à douter. Finalement, le test serait nécessaire pour savoir qui était le père des jumeaux. Du jumeau… Ce fut dans le bureau d’Elias, que j’appris qu’un des bébés était mort. Le traumatisme fut tellement violent que je l’avais rangé dans un coin de mon cerveau. La mauvaise nouvelle tombée ce matin n’était qu’un mauvais cauchemar oublié, pour le moment. L’avocat n’avait pas compris que j’étais dans le déni. Mon attitude légère qui suivit le choc le déstabilisa et le mit en colère. Il me fit sortir de son bureau sans ménagement.

Elias et Morgan, même combat ! Deux hommes ingrats. Qu’ils aillent au diable ensemble, ça les occupera et moi ça me fera des vacances. De toutes les façons, je n’avais pas besoin d’eux. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, n’est-ce pas ? C’était mon état d’esprit en quittant le bureau de l’avocat. C’était la veille de Noël !

Je me dis qu’il serait sympa que j’achète ce qu’il faut pour la soirée que j’allais passer avec Shante. Comme j’avais du temps devant moi, je fis les magasins à la recherche d’un cadeau pour mon hôte. Je lui devais bien ça quand même ! Il était le genre de mec cool, pas chiant et pas envahissant. Il ne se prenait pas la tête pour rien, c’était parfait pour moi. Arrivée chez Shante, j’avais les bras chargés de paquets. Ne sachant pas si le jeune homme était rentré, je posais mes achats au sol et pris le double de la clé qui se trouvait au fond de mon sac. J’ouvris la porte en grand, repris mes paquets et les posais sur la table. Du bruit venait d’une autre pièce de l’appartement.


- Heeeeyyyyy Shanteuhhhh ! T’es lààààà ? Viens voir. J’ai acheté plein de trucs pour ce soir. On va se faire un repas de rois tous les deux pour le réveillon de Noël. J’ai pris du chinois et du japonais, j’espère que t’aimes ça ? Remarque, si t’aimes pas, c’est pas grave, je peux toujours commander autre chose. Mais aujourd’hui, les livraisons à domicile risquent d’être longues. Mais bon, on n’est pas pressé non plus, hein ?

Comme le jeune homme tardait à venir, je m’activais à ranger la nourriture au réfrigérateur, à mettre le champagne au frais et je pris soin de planquer le paquet cadeau réservé à mon fournisseur préféré. Quand j’eu fini, je sortis les coupes de champagne achetées en même temps que le reste et les posais sur la table avec un bouquet de fleurs décoré pour l’occasion.

- Shhhaaaaaaaaante, qu’est-ce que tu fous ? Viens voir par ici, j’ai une surprise pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Lun 3 Déc - 21:03

J'avais une course à faire dans l'après midi, alors sans me préoccuper des activités de la petite squatteuse, j'allais la faire. Non mais tu te rends compte de ça d'ailleurs ? A la base, je lui avais dis deux jours maximum, MAXIMUM hein ! J'avais été très clair sur le sujet, elle ne devait rester que deux nuits et partir ensuite elle aurait dû partir, oui c'est cela oui. Elle était restée les deux nuits, oui ! Mais je sais pas si c'est moi qui avais été mou et trop faible ou elle qui l'avait très finement joué, mais elle avait réussit à gratter un jour en plus, puis deux, puis une semaine et la voilà encore dans mon appartement, à partager ma vie deux semaines après, à Noël... Je ne pouvais pas dire combien de temps ce petit bout d'histoire allait durer, mais bon, elle ne gênait pas en fait, je crois que je m'y étais habitué à sa présence, et puis si elle partait mon appartement serait étrangement vide... Enfin je pense. De toute façon, elle était un peu chieuse et agaçante de temps en temps, mais elle savait se faire invisible quand il le fallait et elle ne s’immisçait pas trop dans mon business, donc c'était cool, si rien ne changeait la situation pouvait rester comme ça autant qu'elle le voulait.

Enfin bref ! Le fait est qu'elle était partie assez tôt dans la matinée, pour tout te dire, quand elle a quitté l'appartement je dormais encore alors bon... Tu vois qu'elle est assez discrète quand elle veut, elle ne m'a même pas réveillé en partant. Du coup, l'appartement était d'un silence presque agaçant à mon réveil alors j'allumais la musique en me levant, histoire de casser le calme. Et puis je fis ma petite vie, manger et tout le bordel, j'enfilais des sapes rapidement, ma chapka et mes lunettes pour masquer les traces de la nuit. Je sortis de là et refermais la porte, let's roll. J'avais rendez-vous avec un client plutôt important, qui avait précisé qu'il ne voulait voir que moi, à Santa Clarita, c'était drôle d'ailleurs d'aller à Santa Clarita le jour de Santa Claus, j'étais un peu le Saint Nicolas, mais pas trop saint, qui apportait le gros cadeau quoi ! Genre j'aurais dû me déguiser en père noël carrement, ça aurait été énorme ! Mais pas très pro... Gardons ça pour ce soir, j'aurais assez de temps pour porter le déguisement ce soir. Encore une fois bref, je pris le bus avec le paquet dans mon sac et le remis en main propre au client, comme d'habitude il m'enverrait la somme qu'il me devait en huit fois, une fois tout les sept jours pour éviter les doutes. Bah oui, recevoir 2 000 dollars comme ça ou en recevoir 250 toutes les semaines, c'était logique non ?

Du coup, puisque j'étais dehors, j'allais acheter une connerie à Mary Jane, l'esprit de noël quoi, il le fallait parce que j'étais un mec cool. Mais je ne trouvai pas quoi lui acheter et les boutiques de Santa Clarita se faisait un peu rare, alors je rentrai à Los Angeles. Puis en marchant dans la rue pour rentrer, je passai devant un Apple Store, du coup j'entrais dedans et achetai un iPod jaune pour la petite, j'aimais bien le jaune, donc elle aussi elle allait l'aimait. Et hop, un petit papier cadeau et je rentrai à l'appartement. Et vu l'heure qu'il était, il fallait que je m'active un peu ! Alors aussitôt dans l'appart, je posai le cadeau sur le bar et filai sous la douche en embarquant le déguisement de père Noël qui traînait dans mon placard. La musique, assez forte dans l'appartement,couvrit le bruit de la porte et des paroles de Mary Jane, j'étais en train de finir de me préparer quand la musique s'arrêta et que j'entendis sa voix, alors je mis rapidement le haut de père Noël et pris la fausse barbe et le chapeau dans la main puis sortis de la salle de bain. Elle avait une surprise ?

Je me tenais devant elle en déguisement de Santa et je vis les coupes de champagnes, la nourriture et le bouquet de fleurs, je déglutis puis lui souris comme d'habitude. Deux coupes, un bouquet de fleurs et une surprise, elle allait me proposer son petit ami ? Celui avec qui elle allait passer la soirée ? Bien, au moins elle ne serait pas toute seule ce soir.

Hey ! Désolé j'me préparais pour la soirée de ce soir. C'est pour qui tout ça ? T'as quelqu'un à me présenter ? J'suis pas ton père tu sais, tu peux inviter un garçon ici sans avoir besoin de ma bénédiction hein !

Et je rigolai à ma propre connerie, je n'avais pas compris que tout ceci, ce grand sourire et ces achats étaient pour moi, pour nous ce soir. Alors comme un innocent je continuais en rigolant, posant comme un vrai mannequin pour lui montrer mon déguisement

On s'fait un truc spécial Noël ce soir avec les dawg'z au bar, j'fais un bon père noël hein ? Noir ok, mais bien non ?!

Un père noël noir avec une grosse barbe blanche, rien de plus ridicule mais rien de plus marrant aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Ven 7 Déc - 22:56

Je me demandais ce que fichait Shante. J’avais eu le temps de tout rangé et j’attendais qu’il daigne montrer le bout de son nez. Alors que je retournai dans la cuisine, le jeune homme sortit de la salle de bains. Je sursautais presque en le voyant, pas de peur mais de surprise. Il était déguisé en père Noël. Si je m’étais attendue à ça ! Mon regard examina en détail sa tenue. Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres.

- Oooh un père Noël pour moi toute seule ! Noir en plus ! Troooop cooool ! M’exclamais-je en sautant presque de joie.

Je lui fis un bisou sur chaque joue avant de le lâcher et je le gratifiai d’un grand sourire. Shante était vraiment un mec cool. J’avais bien fait de débarquer chez lui. Pour une fois je ne me trompais pas. Pourvu que ça dure ! Ah mais il avait dit qu’il se préparait pour la soirée. Quelle soirée ? Je ne comprenais pas. Je fronçais les sourcils alors que mon sourire disparaissait. Il ne m’avait pas dit qu’il sortait ! Mais bon, il ne me disait pas tout. . Moi non plus je ne lui racontais pas tout ce que je faisais en dehors de chez lui. Il avait sa vie, j’avais la mienne. Ce n’était pas parce que je vivais chez lui qu’on avait des comptes à se rendre.


- Bah tout ça c’était pour nous deux. Répondis-je en haussant les épaules de dépit.

Comme une égoïste que j’étais souvent, j’avais fait des plans pour la soirée en incluant Shante sans prendre la peine de lui en parler. Je n’avais pas imaginé un seul instant qu’il avait prévu quelque chose. Pourtant, quoi de plus normal que de passer la veille de Noël en compagnie de sa famille. Moi je n’en avais pas, ou si peu ; mais Shante, il en avait certainement une. Le jeune homme parlant peu de lui, je n’en savais strictement rien en fait. Il me précisa qu’il n’était pas mon père et que je pouvais inviter un garçon. Il ne manquerait plus que ça. Dunney Holster était absent et je m’en portais pas plus mal. Je n’avais pas besoin d’un remplaçant. Et pour ce qui était d’inviter un garçon, ok, c’était sympa de sa part mais bon, ce n’était pas dans mes projets. J’étais consciente que je lui imposais ma présence, je n’allais pas ramener une autre personne. Je tenais à garder un toit sur la tête.


- Mais bon, si t’as prévu autre chose, c’est pas grave… Ajoutais-je déçue.

Ah mais aurais-je mal compris ? Shante proposait qu’on se fasse un truc spécial Noël dans un bar avec ses potes. Euh, je n’avais pas vraiment envie de remettre les pieds dehors, en plus je ne connaissais pas ses amis. Non pas que faire de nouvelles connaissances ne m’intéressait pas, mais ce soir je voulais restée au chaud. En plus, j’avais l’impression qu’il me proposait de sortir avec lui plus par obligation que par envie. Sentant les larmes monter, je tournai les talons et me rendit dans la cuisine. Je pris le champagne et le rapportais dans la salle principale. Le temps de ravaler ma tristesse, je m’arrangeais pour tourner le dos à Shante. Je me concentrais sur l’ouverture de la bouteille. Seulement, je n’étais pas douer pour jouer les serveuses. Je n’y arrivais pas, ça m’énervait. Si ça continuait, ce n’était pas le bouchon qui allait exploser.


- BORdel de MERde ! Vociférais-je.
Je fis volte face et tendit précipitamment la bouteille à Shante.

- Tu prendras bien un verre avant de….

Paf ! Le bouchon sauta tout seul et le champagne jaillit, nous éclaboussant au passage. Surprise, je tressaillis. J’avais tout faux, j’étais trop nulle. Une larme perla et roula sur ma joue. Mon téléphone sonna, Ingrid m’appelait, pour me souhaiter un joyeux Noël sans doute.

« Mary Jane, j’ai une mauvais nouvelle. Morgan est mort »
- Arrête de te foutre de moi ! J’tai dit que je voulais plus entendre parler de lui ! » Dis-je encore plus énervée que je ne l’étais déjà.
« Mary Jane, c’est la vérité il a été renversé par une voiture, il est mort »
Je balançais le téléphone à l’autre bout de la pièce et j’éclatais en sanglots en me réfugiant dans un coin du canapé.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Mer 12 Déc - 19:10

Et bien et bien, si je m'étais attendu à ça ! Si le déguisement de père Noël était aussi efficace que ça auprès de la gente féminine, j'allais faire un carton ce soir ! Je l'aurais même porté depuis quelques jours et j'aurais été faire le tour des bars du coin pour choper de la chica ! Le coup du père Noël noir blessé au bras, c'était sûr que ça marchait ! Mais que ça rendre la p'tite Mary Jane aussi joyeuse et qu'elle m'en gratifie par un gros bisou sur chaque joue, ça je ne l'avais pas imaginé du tout. Un énorme sourire découpa son visage et l'illumina, alors je lui rendis instinctivement, sans m'en rendre compte. Et puis je vis tout ce qu'elle avait acheté dans l'après midi déposé ici et là dans l'appart. Alors en toute logique, je pensai qu'elle avait prévu quelque chose et que ça tombait bien puisque je n'étais pas là ce soir, elle avait l'appartement pour elle, donc elle avait dû inviter quelqu'un. Elle répondit, visiblement déçue, que tout ce qu'elle avait ramener était pour nous deux et dans un haussement d'épaule, elle ajouta que ce n'était pas grave si je ne restai pas. De toute façon, si elle ne mangeait pas tout ce soir et dans la nuit, on le finirait demain tout les deux, ce n'était pas perdu ! On le fera réchauffer au micro onde ou au four et puis c'était parti pour se régaler ! La bouteille, au frais et prête pour demain, à moins qu'elle ne la boive toute seule après tout, c'était encore possible !

Je maintenais mon sourire alors que le sien avait disparu, mais elle me tourna le dos soudainement, allant chercher la bouteille de champagne qu'elle avait ramener. Personnellement, j'émis un petit rire en la voyant galérer dans l'ouverture du bouchon, bien sûre le début était simple, arracher le plastique, défaire la petite cage en fer, mais pour faire sortir le bouchon de son goulot, c'était une toute autre histoire hein ! En tant que barman, je n'avais pas de problème pour le faire mais elle, c'était rigolo de la voir lutter contre la bouteille. Au bout de quelques secondes de lutte acharnée, la bouteille l'emporta et Mary gueula après cette dernière, et beh... Cette petite n'avait pas la défaite facile ! Elle se retourna et me tendit la bouteille en me proposant un verre... Elle n'avait pas les verres en main mais personne n'en eut besoin ! Le bouchon parti comme une fusée de la bouteille et le champagne fit son petit bâtard à nous éclabousser...

Woh ohh !!

Et merde, maintenant non seulement j'étais un père Noël noir et blessé, mais alcoolique ! Cette odeur de champagne n'allait pas me laisser tranquille de la nuit, c'était certain... M'enfin, alcoolique oui, mais alcoolique qui boit du champagne, ça faisait distingué monsieur. L'alcool arrêta ses simagrées et je pris la bouteille pour la poser dans l'évier. On en avait partout, sur les vêtements, le visage, les cheveux... Ce que je pris pour des éclaboussures de champagne sur le visage mignon de la petite était en fait une larme qui coulait, merde, j'avais pas vu. Pas de ma faute...

Je passai à côté d'elle en rigolant et lui essuya le nez, rigolant comme un imbécile heureux. Son téléphone sonna et moi j'allai m'essuyer et lui chercher une serviette dans la salle de bain. J'entendis le ton monté et quelques mots, ce devait être au sujet de son père qu'elle ne voulait plus voir, je n'en savais rien et, après tout, cela ne me concernait pas. Puis un bruit sourd venant de la cuisine se fit entendre, la bouteille de champagne avait du tomber, bizarre... Je revins alors dans la cuisine, appuyant sur le bouton de la télécommande en passant, j'allumais la télé et mis la musique, ça manquait cruellement de musque ici ! Elle était sur le canapé, je lançai la télécommande à côté d'elle, elle était dos à moi et je ne lui voyais qu'un bout de tête. Je lui posai la serviette sur la tête, lui cachant le visage. Je rigolai toujours un peu et ouvris la porte de l'appartement, lui balançant une blague avant de partir.

Évites de faire pareil avec la nourriture hein ! Je s'rais là demain matin sûrement, doucement sur le champagne cocotte !

Puis je fis un pas en direction de l'extérieur de l'appartement, ne mettant pas rendu compte qu'elle était en sanglot sur le canapé. Il fallait dire, pour ma défense, qu'elle était dos à moi, discrète et avec une serviette sur la tête !
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Lun 17 Déc - 18:22

Pendant que j’essayais d’ouvrir la bouteille de champagne, j’entendis Shante rire. Il voulait m’énerver encore plus que je ne l’étais ou quoi ?

- Bah tout le monde n’est pas serveur, hein ! Dis-je dédaigneusement pour ma défense.

Au lieu de me regarder galérer, il ferait mieux de m’aider. Ce qui devait arriver arriva. A force de maltraiter cette pauvre bouteille, celle-ci se rebiffa en nous éclaboussant. Shante riait toujours. Maieuh ! Pourquoi se moquait-il encore de moi ? J’avais une bille de clown ou quoi ? Pfffff, qu’il aille au diable ! De toutes les façons, c’était ce qu’il avait l’intention de faire. Il allait sortir pour la soirée et faire la fête avec ses potes. J’allais restée seule le soir de Noël. Non pas que je n’avais pas l’habitude, mais pour une fois que j’étais dans un endroit que je trouvais chaleureux, celui qui contribuait à cette atmosphère serait absent. Je sentais que cette mauvaise journée était loin de se terminer. Le coup de fil que je reçu d’Ingrid me conforta dans cette idée. Et merde de chez merde ! Bordel de vie ! Qu’avais-je fait de mal pour mériter ça ?

Ok, je n’étais pas une petite fille modèle, mais quand même ! Je n’avais jamais tué personne. Pourquoi le mauvais sort s’acharnait-il contre moi ? Apprendre deux décès dans la même journée, c’était impossible à digérer. Comment pouvais-je ne pas déprimer après tout ça ? Rambo lui-même plierait sous le poids de ces tristes nouvelles. A moins d’être surhumain, c’était ingérable. Cela l’était encore moins pour moi qui avais une peur bleue de la mort. Après avoir bloqué l’annonce de la mort du bébé, cette fois j’éclatais en sanglot. Avec la musique, Shante n’entendait rien et comme je lui tournais le dos, il ne pouvait rien voir non plus. Je sursautais en recevant la serviette sur la tête. Je la saisis et a renvoyais rageusement à son expéditeur. Je me levais du canapé et pris la bouteille dont je bus plusieurs gorgées au goulot.


- J’fais c’que JE veux ! Et la "cocotte" te dit merde ! Répliquais-je en me tournant vers Shante.

Je le regardais d’un air mauvais. Un sourire rageur ressemblant plus à une grimace défigurait mon visage humidifié par les larmes versées quelques secondes plus tôt. Je ne pleurais plus. Je ne ressentais que colère, tristesse et peur. Le sentiment d’abandon que j’avais soigneusement enfoui dans un coin de mon cerveau refaisait surface. Quel traître celui-là ! Vraiment, je n’avais pas besoin de lui pour me sentir mal.


- A la tienne ! Dis-je en levant la bouteille en direction du jeune homme.

Je portais de nouveau la bouteille à ma bouche et en bus plusieurs gorgées. Je regardais le résultat, elle était déjà à moitié vide. Bientôt elle serait vide comme le serait l’appartement. Shante était sur le point de partir, je n’allais pas pourrir toute seule ici !


- Bon bah moi, j’vais m’changer.
Je donnais un coup de poing sur l’épaule de Shante en passant en le défiant du regard.
- N’essaie même pas de m’empêcher ! Ajoutais-je en tournant les talons pour me rendre…
Pour me rendre où d’abord ? Dans la chambre pour prendre des vêtements, dans la salle de bains pour prendre une douche ? J’hésitais.

Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Mer 19 Déc - 17:48

Aie aie aie, les dégâts ! Je me doutais bien qu'elle n'était pas serveuse, mais moi non plus à proprement parlé, j'étais barman pas serveur mais c'était jouer sur les mots alors je la laissai bougonner contre moi, elle avait l'air vraiment en colère contre la bouteille en tout cas, heureusement pour moi, je n'étais pas une bouteille de champagne ! Tout le bordel se passa assez rapidement et moi j'étais un peu pressé, j'étais presque en retard déjà, enfin je crois. Alors je me séchai rapidement avec ma serviette, essuyai le gros du champagne que j'avais sur les vêtements et le visage et me dirigeai vers la porte. Je balançai la serviette de la jeunette sur sa tête en rigolant et ouvris la porte... Mauvaise idée bonjour. Mauvais quart d'heure, coucou.

Aussitôt, elle se releva en furie et je pris la serviette dans la gueule, m'empêchant de voir ce qu'elle venait de faire. Je pris une inspiration, parce qu'elle sentait bon, la serviette pas l'inspiration hein puis je retirai la serviette de mon visage. Et là, la tornade se déchaînait devant moi, buvant le champagne à la bouteille comme l'ivrogne en bas de la rue, puis elle m'envoya paître... C'est qu'elle devenait vulgaire ! Mais pourquoi ? J'avais rien fais, si ? Je mis alors mes mains devant moi, le abaissant et les relevant en sa direction, enfin tu sais, le geste qu'on fait pour dire « Ok ok, doucement ». Puis j'ouvris la bouche, sans trop savoir quoi dire, donc le premier truc qui traversa mon esprit sorti.

Mais tu sens bon, j'kiff l'odeur de ta serviette, j'avais même pas remarqué.

Puis, comme l'on dit, c'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que certain paraissent brillant avant d'avoir l'air con, le sens de mes propos me vint aux oreilles, et je me rendis compte que ce que je venais dire n'avait aucun intérêt dans la situation actuelle... Alors je repris de plus belle.

Bien sûr que tu fais ce que tu veux, et je t'empêche pas de boire, j'veux juste retrouver mon appart niquel.

Mais la voilà qu'elle remit le goulot contre ses lèvres et fit dévaler au moins un quart de la bouteille dans son gosier. Mais je n'arrivais pas à savoir si elle plaisantait ou si elle était réellement furieuse après moi. Elle avait l'air folle mais elle avait tout de même levé la bouteille et dit « à la tienne ». Mais cette grimace figée sur son visage... Brrrr... C'était pas du faux ça. Alors elle était sarcastique ? Bah fuck off, c'est chiant le sarcasme, c'est pas toujours facile à voir... Puis, bouteille en main, elle passa à côté de moi, m'annonçant qu'elle allait se changer, pourquoi ? Se changer pour aller où ? Pour faire quoi ? Je devais y aller ? Elle voulait venir avec moi ? Putain j'comprenais rien... Encore une fois, c'était fréquent en fait. En passant, la peste m'envoya un coup de poing dans l'épaule gauche qui résonna jusqu'au coude et me lança une douleur dans ce dernier. Je fronçai les sourcils et serrai les dents, un peu crispé. Elle ? Elle me jeta un regard de défi, comme un enfant pourrait regarder son père qui lui refuse de lui acheter tel ou tel jouet. Un caprice de fille gâtée, c'était ce à quoi je faisais face ? Un caprice ? Manquait plus que cela...

Elle resta comme ça, à me défier du regard pendant quelques secondes avant de se retourner, me tournait le dos et de s'exclamait que je ne devais pas l'empêcher, l'empêcher de faire quoi ? Oooh putain elle m'emmerdait avec ses énigmes là ! L’émécher d'aller se changer ? Pourquoi je l'empêcherais de mettre d'autres vêtements ? C'était complètement con de l'arrêter non ? Si elle avait envie de se changer, je n'allais pas dire « Non, tu ne te changes pas ! »... Mais attends, ce regard défiant, cette phrase qui m'ordonne de ne pas l'empêcher alors qu'il n'y a pas matière à... J'avais déjà vécu avec les autres filles avant, Amanda, Lana, elles le font toutes... Avec leur petit copain, erf... J'étais pas le petit copain de Mary, alors quoi ? Ça marchait peut être quand même... On est pas ensemble, mais ça fait deux semaines qu'elle dort chez moi, qu'on mange ensemble, qu'on regarde la télé ensemble, alors ça doit être pareil. Elles disent toutes ça parce qu'en fait, elles veulent qu'on le fasse, qu'on fasse l'inverse de ce qu'elles nous disent... Ok, je t'ai compris ma petite !

Je posai ma main sur son épaule et la retins, l'empêchant comme je pouvais d'aller où elle avait prévu d'aller, quoi que, si ça s'trouve je venais de me faire baiser en beauté, elle n'avait pas prévu de bouger, elle savait que j'allais faire ça et avait tendu ses filets, peut être que tout ceci n'était qu'un plan machiavélique en plusieurs étapes ! Peut être même que ça fureur et sa colère étaient fausses ! Je retirai ma main de son épaule, effrayé de ce que je venais de penser, merde ! Bah tant pis, j'étais pris au piège de toute façon... Et si c'était une affabulation de ma part, je passai pour un goujat à ne rien faire, alors viens ! Viens sirène, je me rend, viens et mets fin à ma vie, ô douce et belle créature, tranche le fil qui retient la vie dans mon corps. Yikes... Et j'ai même pas fumé...

Je reposai alors ma main sur son bras et la tirai vers moi, la prenant dans mes bras en lui déposant un petit bisou sur les cheveux. Un câlin du père Noël noir, ça n'avait pas de prit.

Ça va... ça va... T'es en sécurité ici, je suis là.

Oui bon, j'étais pas militaire, j'étais pas un garde ou un agent de sécurité, et je sortais ça d'il y a deux semaines. Après tout, elle avait taper à ma porte pour être en sécurité chez moi, à l’abri des regards, alors peut être que c'était ça...
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Dim 23 Déc - 1:52

Pffff ! Shante ne s’inquiétait que pour son appartement qu’il voulait retrouver nickel. Moi, il s’en fichait complètement. C’était dur de constater que ma petite personne n’avait aucune importance. Trop dur ! Pour la peine, je vais refaire sa déco pendant son absence, tiens ! Au moins ça m’occupera l’esprit et les mains, et ça m’évitera de boire plus que de raison. Tant que le jeune homme ne passait pas le pas de la porte, je ne pouvais pas mettre mon projet en route. Aussi, me contentais-je de vider la moitié de la bouteille de champagne. Non ! Finalement, je ne lui ferai pas le plaisir de me transformer en architecte d’intérieur. Il serait capable de dire que ce n’était pas à son goût et il prendrait cette excuse pour me virer de chez lui. Oui parce que je sentais que ma présence le dérangeait. Il m’avait offert l’hospitalité pour deux jours et ça faisait deux semaines que j’étais chez lui. Shante n’était pas un mauvais bougre, il n’était pas du genre à me mettre à la porte sans raison, mais s’il en trouvait une toute faite, peut-être sauterait-il dessus pour retrouver sa tranquillité.

En attendant, il était préférable que je me change et que je sorte. Moi qui voulais passer une soirée tranquille, c’était raté ! Il n’était plus question que je reste enfermée entre quatre murs alors que tout le monde fêtait l’arrivée du petit Jésus. Je ne voulais pas me retrouver seule à broyer du noir. Je ne savais pas encore où j’irai. Je pourrai emporter tout ce que j’avais acheté pour Shante et moi et je les offrirai aux laissés pour compte passant la nuit sous un pont. Après tout, j’étais sdf aussi ! Qui se ressemble s’assemble dit-on, n’est-ce pas ? Bon, par contre, ils avaient intérêt à être passés sous la douche sinon ça n’allait pas le faire. Je ne supportais pas les odeurs nauséabondes. Je voulais bien être bonne mais il y avait des limites à ne pas dépasser. Oh mais j’y pense, si ceux qui croiseraient mon chemin cette nuit avait besoin d’un brin de toilette, je pourrai les faire venir chez Shante ! Après tout, il m’avait bien dit que je pouvais ramener quelqu’un. Alors pourquoi ne suivrais-je pas son idée. Pour une fois qu’il en avait une bonne !

La moitié de la bouteille de champagne que j’avais avalée commençait à faire son petit effet. Je ne savais plus trop où j’en étais. Je n’étais pas ivre, loin de là, mais je ne savais plus quoi faire et où aller. Ah oui ! Me changer, c’était ça. Mais non ! Shante en avait décidé autrement. Il me retint et me prit dans ses bras. Hein ? Quoi ? Comment ? Quelle mouche l’avait piqué d’un coup ? Je levais les yeux vers lui d’un air de n’y rien comprendre.


- Tu parles ! T’es là mais tu vas partir. Alors lâche-moi ! J’ai des trucs à faire. Moi aussi j’ai rendez-vous. Dis-je en essayant de me dégager de son étreinte aussi réconfortante fut-elle.

Quelle menteuse je faisais. Je n’avais rien à faire puisque j’avais prévu de passer la soirée avec Shante. Comme ce dernier était sur le point de rejoindre ses potes, je n’allais pas l’en empêcher et encore moins lui dire qu’il fichait en l’air tous mes espoirs.

Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Mer 26 Déc - 20:16

A l'évidence elle n'allait pas bien, mais il fallait arrêter de réagir de façon démesurée aussi, je ne passerais pas le réveillon de Noël avec elle, c'était pas la mort si ? Enfin, encore si on avait prévu de le fêter ensemble et tout, ok j'veux bien qu'elle le prenne aussi mal, mais là... Elle avait qu'à me demander si j'avais des plans ou si je voulais bien le faire avec elle, j'aurais dit oui sans problème, mais forcément si elle se pointe à l'improviste avec un plan en tête sans m'en avoir parler, bah je peux pas lire ses pensées. Donc forcément, ça coince ! Je peux comprendre que son côté fille à papa pourrie gâtée la fasse réagir comme ça, je peux comprendre aussi le fait qu'elle soit déçue, je le serais aussi à sa place, mais de là à boire... La moitié, ouais la moitié de la bouteille de champagne toute seule en quelques secondes non ! Alors quoi, c'était quoi son plan ? Se rendre ivre morte pour m'obliger à rester à l'appartement pour prendre soin de la viande saoule ? C'était une bonne idée, oui peut être si j'étais son père ou son tuteur, mais là je n'avais aucune obligation avec elle, et je pouvais la virer de mon appartement et la laissé comme ça, juste avec ses vêtements et sa bouteille à moitié vide sur le pas de ma porte.

… Mais je n'étais pas comme ça en fait, je pouvais faire ça oui, mais je me sentirai trop mal à l'idée d'avoir laisser cette jolie jeune fille seul et sans défense, ivre dans les rues affamées de Los Angeles, qui plus est le soir de Noël ! Et puis imagines un instant que ma mère l’apprenne, j'étais mort ! Et moi je voulais vivre, alors bon... Au pire, je sacrifierais le début de la soirée, je zapperais la partie bar entre pote et les rejoindrai en discothèque, ou juste avant la fermeture du bar si elle s'endort avant... C'était faisable et j'avais une excuse... Quoi que, si j'arrive en retard, ils vont me demander la raison et je dis quoi ? « J'suis resté prendre soin de la mineure ivre qui dort chez moi depuis deux semaines »... Yikes, ça passe pas trop en fait, hein ? Il me fallait une autre histoire. Une histoire cohérente qui passe crème. Hmmm... « J'étais avec ma mère » ? Non, certains savent que ma mère n'est pas à LA/ « J'ai servi des repas chaud aux sans abris », la gueule ils vont tous se foutrent de moi, c'pas crédible. « J'ai passé le début de la soirée avec la petite amie et on est sortie chacun de notre côté après » ouais, ouais ça c'est bien. Maintenant faudra que je la décrive, ils vont me poser des questions c'est obligé...

... Pas très grande, une poitrine petite mais pas trop, asiatique, plus jeune que moi et jolie...

Niquel, merci MJ ! Enfin merci, non pas trop vu que c'est à cause de toi. Meeeeeeeeeerde !!!!! Putain j'étais tellement dans mon délire que j'avais dis ça à haute voix, raaaaah ! Elle venait de parler et moi, dans mes songes, j'avais répondu le premier truc qui me passait par la tête, et forcément je pensais à ça... Oh j'espère qu'elle avait rien entendu, parce que là j'étais comme un con pour lui expliquer ça... Et à coup sûr, si elle avait remarqué que je ne l'écoutai pas, j'allais encore passé une mauvaise minute.... Pauvre Shante, pauvre de moi !

Elle se débattait un peu, cherchant à sortir de mon câlin sûrement, alors je la laissai partir, lui retenant juste la main avec la mienne, et pour qu'elle ignore tout le reste, enfin pour essayer, ou au moins qu'elle n'en tienne pas compte, j'avais pensé à dire un truc qu'elle aimerait entendre, enfin je l'espérais.

]Alors, on fait comment ? Le chinois est chaud ou faut le passer au micro onde ?

Peut être allait-elle comprendre que je mangerai avec elle et qu'après je partirai ensuite avec mes potes, et puis même si elle comprenait pas, tant pis, on mange et on verra après.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Ven 28 Déc - 22:19

Si je restais seule ce soir, je risquais de faire de mauvais choix. Certes, ce ne serait pas la première fois, mais après ce que j’avais vécu aujourd’hui, je ne donnais pas cher de ma peau. Je souhaitais simplement oublier cet épisode mélodramatique. J’étais consciente que j’étais incapable de gérer cette situation si personne ne me donnait un coup de main. Ca me faisait mal de constater que je ne pouvais pas m’en sortir sans l’aide d’autrui. Moi, l’indépendant, la fière et la j’m’en foutiste en apparence, j’en prenais un sacré coup sur la cafetière. J’avais fondé tous mes espoirs en Shante qui avait prévu d’autres réjouissances que de passer le réveillon de Noël avec moi. Si j’étais du genre prévoyant, je ne me serais pas retrouvée dans une impasse comme maintenant. Je ne devrais pas lui en vouloir puisque je ne l’avais pas mis au courant de mes projets pour la soirée. Pourtant, je lui en voulais quand même ! N’avait-il pas vu que ce n’était pas un simple caprice, que je n’allais pas bien. Ce n’était pas dans mes habitudes d’éclater en sanglots pour rien. Ok, je savais très bien pleurer sur commande pour parvenir à mes fins, mais là ce n’était pas du cinéma. J’étais réellement au fond du trou et je ne savais pas comment m’en sortir. il fallait que je sorte et que je vois du monde pour oublier les drames qui me touchaient.

Alors que je tentais de me détacher de l’étreinte de Shante, celui-ci prononça des paroles qui n’avaient absolument rien à voir avec la situation. Hein ? Quoi ? C’était une blague ? Que se passait-il dans sa tête ? Il avait fumé la moquette, il délirait ou il rêvait tout éveillé ? Même si c’était flatteur, c’était pour le moins surprenant ! En d’autres circonstances, j’aurais souri et j’en aurais redemandé. Même si je ne prenais pas pour argent comptant les compliments qu’on me faisait, j’adorais en recevoir. Là, j’étais interloquée et je regardais le jeune homme d’un air ahuri en écarquillant les yeux. Je ne comprenais absolument pas pourquoi il disait ça et encore moins où il voulait en venir. Je ne cherchais pas pour autant à comprendre. Cet intermède me faisant oublier la tristesse dans laquelle je me noyais, j’écoutais la suite sans dire mot.

J’avais l’impression d’être dans la quatrième dimension en fait. Etait-ce le comportement décalé de Shante aidé par le champagne qui me donnait cette impression ? Peut importait ! Mais toujours était-il qu’une idée flash me traversa l’esprit en réalisant que mon hôte modifiait ses plans.


- Attends deux secondes, j’reviens. Ouvre une bouteille de champ en attendant. Dit-je en le forçant doucement à me lâcher la main.

Je fonçais dans la salle de bains après avoir pris au passage un paquet que j’avais abandonné dans un coin. Je passais rapidement sous la douche et j’enfilais la tenue achetée spécialement pour l’occasion. Il s’agissait d’un déguisement sexy : robe bustier courte, bas résille, bottes de cuir et bonnet rouges sans oublier les bords recouverts de fausse fourrure blanche. La mère Noêl n’avait qu’à bien se tenir ! J’étais à dévorer… des yeux uniquement. Oui hein, parce que si j’avais choisi un tel costume, c’était plus pour attirer l’attention sur moi qu’autre chose. Ma libido avait été anéantie en apprenant la mort d’un de mes bébés puis celle de Morgan. Mais que voulez-vous, il y a des habitudes que rien ne change. J’adorais me sentir désirable. Moi provocatrice ? Pas du tout ! Envie d’être remarquée, ah ça, oui ! Ce soir plus que jamais. Si je me retrouvais seule ce soir, le sentiment d’abandon que je m’appliquais à oublier referait surface à coup sûr.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
- Aloooooors ? Comment tu trouves ta femme d’un soir ? Demandais-je en tournant sur moi-même.

Bah quoi ? Shante était déguisé en père Noël ! Si je me promenais à son bras, tout le monde nous prendrait pour un couple un peu déjanté, mais un couple quand même.
Je me précipitais ensuite dans la cuisine pour sortir tous les plats achetés chez le traiteur japonais et chinois. Il y en avait pour tous les goûts. J’étais contente que Shante ait décidé de changer ses plans. Ainsi, il me prouvait que j’étais au moins aussi importante que son appartement.


- Bah faut faire réchauffer ! Mais pour les makis, les sushis et les salades chinoises, c’est pas la peine.

Je pris un maki que je mis dans ma bouche après l’avoir trempé dans la sauce soja. Je le mâchais longuement. En fait, je n’avais pas faim, ça m’écoeurait presque. En jeune fille bien élevée, je ne pouvais pas recracher l’aliment. Pour faire passer le tout, je repris la bouteille de champagne et en bus une gorgée.

- Tiens, vas-y, sers-toi ! Moi j’ai pas faim.

Je fis une grimace de dégoût en regardant tous les plats préparés. Il y en avait pour un régiment. Toute cette nourriture me donnait envie de vomir. Une mélodie entraînante diffusée par la télé se fit entendre. Je montais le son, un peu trop fort sans doute. Je me mis à danser et à chanter. Je n’étais pas une danseuse experte mais je savais me déhancher et je chantais plutôt bien. Me laissant emporter par le rythme de la musique, je fermais les yeux. Je ne pensais plus à rien jusqu’à en oublier la présence de mon hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Mar 1 Jan - 15:54

Bon, parfait, à part un regard étrange qu'elle me lançait, aucun mot ne vint soulever cette étrangeté qui venait de se produire, elle n'en parla pas, je n'en reparlerais pas ! D'un côté, je ne savais pas vraiment si elle n'avait rien à dire sur le sujet, peut être qu'elle allait dire quelque chose quand j'eus l'idée généralissime, fantastique même, de lui demander pour la nourriture qu'elle avait acheté. T'inquiètes pas que la petite eut vite fait comprit ce que mes mots voulaient dire. Elle avait vite comprit que je comptais rester manger avec elle ce soir et son visage s'illumina. Un sourire masqué et une lueur au fond des yeux, elle me fit comprendre que je pouvais la lâcher et elle partit en quatrième vitesse dans la salle de bain, me soumettant au passage l'idée d'ouvrir une bouteille de champagne... Comme si je ne savais pas quoi faire dans mon propre appartement hein ! Au lieu d'en ouvrir une deuxième, je pris plutôt celle qu'elle avait vidé à moitié et me servis un fond de coupe, juste pour moi, la petite en avait déjà bien assez.

Je l'entendais remuer dans la salle de bain et pour être honnête, je me demandai bien ce qu'elle pouvait y faire. Alors je pris une gorgée de champagne et je l'avalai lentement, puis une autre plus lentement que je laissai perler sur ma langue en souriant. C'est à ce moment précis que ma squatteuse choisit pour sortir de la salle de bain... Mauvaise idée hein ! Une tenue ultra sexy qui la mettait en valeur de partout, un claque... Non, un uppercut de sexy et de beauté que je me pris droit dans le menton, ou plus un crochet en fait... Enfin bref, un gros coup qui me fit cracher ma gorgée de champagne partout devant moi, la surprise était agréable, mais... Surprenante, logique en fait. Elle demanda alors comment je trouvais ma femme d'un soir, comment je la trouvais. Entre nous, je pense que le crachat du champagne était bien plus éloquent que tout les mots que j'aurais pu dire, mais j'essayai de me rattraper.

Hummm... Tu es... Parfaitement assortie avec moi ! Parfaitement...

J'avais envie de la prendre dans les bras et de la faire tourner en mode couple glamour qui tourne en rond dans la rue sous la pluie juste avant qu'un salopard de taxi ne roule dans une flaque d'eau et finit de tremper les amoureux. Le cliché. Quoi qu'il en soit, elle était déjà parti dans la cuisine et j'avais raté le coche. Elle dévalisa les sacs à grande vitesse et déposa tout sur la table. Je me rapprochai et pris deux makis que je trempais dans la sauce, avec les doigts bien sûr, connerie de baguettes impossible à utiliser ! J'engloutissais les deux makis et en mis un dans chaque joue en la regardant, un vrai hamster. Je pris ensuite un autre truc sur la table, je ne savais pas trop ce que c'était mais elle avait dit qu'il fallait le faire chauffer, donc en attendant que je mange le froid, ce truc allait chauffer ! J'avalai les deux makis et fis faire trempette à un sushi et gloups ! Elle ? Elle avala difficilement le seul maki qu'elle avait mit en bouche et le fit couler avec une grosse gorgée de champagne... Elle n'avait pas faim, il y en aura pour demain comme ça ! Je repris un maki, c'était carrément bon cette connerie ! J'en mangeai pas souvent, alors j'en profitai. La p'tiote monta le volume de la télé plus que de raison et ce mit à danser toute seule au milieu de mon appartement, pas grave, Lizzou ne posait pas de problème, elle n'était probablement pas chez elle, et les autres je les emmerdais.

Le micro onde fit son « ting » qui annonçait qu'un autre truc bon était prêt à être manger, sur la barquette, c'était rien marqué du tout, mais ça ressemblait à du poulet et ça sentait l'ananas... Du poulet à l'ananas donc, ok pourquoi pas. Je pris une chaise et mis la barquette sur la table puis m'installai pour manger... Le hic, les baguettes. J'essayai une fois, puis deux, puis trois... Pas bon le Shante, mauvais ! Alors je regardai Mary Jane et l’appelai.

Aim-Gi ?

Il fallait que je parle fort sinon elle ne m'entendait sûrement pas... J'aimais pas parler fort.

Oh ma femme de Noël ! Viens m'montrer comment on fait avec les baguettes là, ça galère trop !

Oui bah laissez moi tranquille, j'suis sûr que vous non plus vous devez pas être jolie avec du poulet à l'ananas et des baguettes tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Jeu 3 Jan - 13:46

Le compliment que me fit Shante me donna des ailes. Je lui lançai un sourire ravi et fière avant de foncer dans la cuisine. Je mis tout en place pour que nous puissions dîner ensemble. C’était tout ce que je voulais. Qui disait qu’il était difficile de satisfaire une fille ? Je n’étais pas si compliquée que ça. Sauf que finalement je n’avais pas faim. Toute cette nourriture étalée devant moi me donnais la nausée. Alors, pour ne pas y penser j’augmentais le son de la télé et me mis à danser et à chanter. Je n’entendis pas Shante m’appeler une première fois. J’étais à fond dans la musique. Si la télé ne s’était pas coupée nette, j’aurai sans doute raté la suite. Shante avait levé le ton pour que je puisse capter ce qu’il disait. Il me fit peur cette andouille. Je n’avais pas l’habitude de l’entendre crier ainsi. Je me tournais vers lui en faisant des yeux aussi ronds qu’il était possible de le faire pour une asiatique. Il avait dit « ma femme » : Youpiiiiiiii ! C’était chouette ça. Je savais qu’il plaisantait mais ça me faisait plaisir de voir que je ne faisais pas uniquement partie des meubles. Je courus vers lui en souriant et je m’assis en travers de ses genoux. Je lui pris délicatement la main dans laquelle je mis les baguettes afin de l’aider à saisir un morceau de poulet à l’ananas. Ce n’était pas gagné.

- Mange avec une fourchette si tu n’y arrives pas… Dis-je en prenant à mon tour les baguettes avec lesquelles je saisis un morceau que j’enfournais dans sa bouche.
- Avec les doigts, c’est plus facile aussi ! Ajoutais-je en reposant les baguettes sur la table.

Je tournais mon visage vers celui du jeune homme et lui adressais un petit clin d’œil. Je me relevais et remplis les coupes avec le champagne restant. Je donnais un verre à Shante et je trinquais avec lui.


- Santé ! Dis-je avant d’avaler le breuvage d’un trait.
Je reposais mon verre et me remis à me déhancher et à sautiller en chantant à tue-tête sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des plus classiques... pour les enfants.

- Connaissez-vous l’histoire… Chou bidou bidou ouaaah
De la p’tite mandarine… Chou bidou bidou ouaaah
Qui s’en alla un soir… Chou bidou bidou ouaaah
Au bal de sa copine… Chou bidou bidou ouaaah
En chemin elle rencontre… Chou bidou bidou ouaaah
Un jeune garçon citron… Chou bidou bidou ouaaah
Qui lui dis : viens j’t’emmène… Chou bidou bidou ouaaah
On va danser le rOck and rOll… Chou bidou bidou ouaaah
Et pendant qu’ils dansaient… Chou bidou bidou ouaaah
Pendant qu’ils s’embrassaient… Chou bidou bidou ouaaah
Le jeune garçon citron… Chou bidou bidou ouaaah
A eu un zeste déplacé… Chou bidou bidou ouaaah
Et quelques mois plus tard… Chou bidou bidou ouaaah
La petite mandarine… Chou bidou bidou ouaaah
Accoucha d’un bébé… Chou bidou bidou ouaaah
Qu’on appela la clémentine… Chou bidou bidou… ou…iiiiiIIIIIiiiin

J’éclatais en sanglots. L’accouchement et tout ce qui suivit me revint en pleine face, comme un boomerang. Trop mal ! J’avais réussi à oublier les drames qui m’avaient frappée, mais ce fut de courte durée. Après quelques heures de déni, ma mémoire récupérait ses droits. J’étais tourmentée, apeurée, effrayée. La situation échappait complètement à mon contrôle. J’angoissais, je paniquais. Je me jetais dans les bras de Shante comme une furie. Je m’accrochais à son cou comme à une bouée de sauvetage.

- Mon... Mon bébé est… mort… Lololito aussi… Je sais… même pas… lequel des deux… est encore vivant… Parvins-je à dire entre deux sanglots.

Il serait étonnant que mon hôte comprenne tout ce que je venais de dire. C’était aussi limpide que le fond d’un lac vaseux. J’avais parlé de deux individus décédés et ajouté qu’un était toujours vivant. A moins qu’il n’ait pris des informations sur moi lors de son passage à l’hôpital, ce qui serait très étonnant car Shante n’était pas du genre intrusif, il ne pouvait pas se douter que l’individu ayant survécu était l’un des jumeaux. Après avoir bien trempé la veste du père Noël de mes larmes, je décollais ma tête pour regarder le jeune homme. Les yeux rougis et le maquillage dégoulinant, je ressemblais plus à un zombie qu’à une mère Noêl sexy. Bon ok, tout le reste était intact, mais de la façon dont j’étais collée à Shante, il voyait mon visage en premier lieu.


- M’abandonne pas… J’veux pas… j’peux paaaaaaaas… c’est troooop duuuuur !

Ce n’était pas un caprice. Je n’étais pas du genre à supplier quelqu’un mais là je n’avais pas d’autre choix. Je n’avais aucune autre échappatoire me permettant de ne pas me sentir seule au monde. J’étais une grande fille, j’étais indépendante, mais pas encore assez pour affronter le malheur qui me frappait. Comme par miracle, la télé se remit à fonctionner ; la chanson diffusée traduisait ce que je voulais.
"I wont cry, I wont cry, no I won’t shed a tear, just as long as you stand, stand by me"

- Stand by me… Stand by me… Chantonnais-je tristement tout en commençant à me balancer mollement de droite à gauche et inversement.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Jeu 10 Jan - 15:19

Enfin elle m'entendit ! C'était pas faute d'avoir un peu crier pour qu'elle m'entende, qu'elle idée d'avoir monté aussi fort la musique aussi hein. Remarque, j'avais peut être parler un peu trop fort parce qu'apparemment, j'avais fais peur à la petite, je la vis sursauter comme une andouille puis enfin se tourner vers moi avec les yeux du chat potté asiatique, autant dire bien rond mais pas trop ! Le truc qui fait que tu ne pouvais absolument pas la gronder, bien sûr il n'y avait aucune matière à la fâcher, mais si il y en avait, bah j'aurais été comme un con... Mais bon, je lui demandai de m'aider et elle accouru comme une flèche à ma rescousse. Se mettant à son aise sur mes genoux, elle me saisit la main et je me laissai faire, après tout c'est moi qui avais demander de l'aide. Je, enfin nous, réussîmes à prendre un morceau mais impossible de l'emmener jusqu'à la bouche, ce fumier tombait toujours avant d'arriver au terminus, comme si il sentait sa fin venir et qu'il s'enfuyait ! N'importe quoi ! Au bout de trois essais, MJ abandonna, elle devait penser que j'étais un cas désespéré, bah merci ! Alors pour me résigner, elle me proposa de manger avec une fourchette, que ça irait mieux tout ça tout ça... bah oui mais moi je voulais manger avec les baguettes ! Elle prit alors un bout du plat avec mes baguettes et me le déposait dans la bouche, je hochai la tête en mangeant avec un grand sourire.

Ché chauud ! Mais ché bon ! Mais ché chauuuuuuuud uutaaaiin !

Je me brûlai à moitié avec ce morceau à la con mais je n'osai pas cracher dans l'assiette, je mastiquai puis avalai en faisant une grimace, je le sentais me chauffer la trachée ce salopiaud ! Elle en avait rien à foutre ! Elle me dit de mangeait avec les doigts, rigola, un petit clin d’œil et la voilà repartie à boire. Elle trinqua avec moi et je lui fis un signe de tête lorsqu'elle beugla son « santé »... Elle venait de faire un cul sec alors que moi j'avais tout juste trempé les lèvres. Je bus deux gorgées tandis qu'elle se mettait à chanter une chanson... Très enfantine. Je rigolai en l'écoutant et réussis tant bien que mal, en rapprochant ma bouche à quelques centimètres de l'assiette, à manger un autre bout du poulet, moins chaud celui-ci, meilleur. Et au final, cette petit gourde me fit basculer la tête de droite à gauche au rythme de ses paroles... J'avais l'air fin ! La chanson touchait à sa fin et je changeai, mettant un sushi entre mes dents tout en me balançant sur la chaise. Et là... Le drame.

Croyez le ou non, mais la chanson se termina dans un torrent de larme et une avalanche de tristesse, elle se mit à pleurer d'un seul coup et se jeta sur moi, qui était sur deux pieds... Ni une ni deux, le poids, bien que léger, de la demoiselle renversa la chaise en arrière et l'on s'écrasa au sol. J'étais donc assis sur la chaise, mais le dos au sol. Mary Jane pleurant comme une madeleine dans mes bras je n'osai même pas essayer de me relever, je restais dans cette position peu confortable et la câliner du mieux que je pouvais. Elle baragouina que son bébé était mort, Lololito, drôle de nom pour un bébé... mais l'autre était vivant... Oooh ! Putain c'était pour ça qu'elle était à l'hôpital, elle avait mit des gamins au monde, à son âge ? Daaaamn ! Oh c'était pas cool tout ça, elle était maman !

Elle releva la tête après avoir souillé mon costume, les yeux rouges et les joues noircis de mascara... C'était moins jolie qu'avant ! Mais ça avait son côté beauté en danger, qui demande de l'aide tu vois ? Ça avait son charme... Elle parla encore en pleurant, me faisant comprendre que je ne devais pas l'abandonner. Comme si j'en avais l'intention, qui lui avait mit cette connerie en tête ? Je passai alors une main sur tout le long de son dos, faisant de lents va-et-vient. Puis je regardai l'heure de l'autre main... Je n'allais jamais être avec mes potes ce soir. La télé fit des siennes, remettant le son presque aussi fort qu'il était avant, ce bon vieux Benjamin était en train de chanter sa magnifique chanson... Sacré Ben, cette chanson était vraiment belle, un vrai King. Mary se mit à chanter avec lui, lentement et difficilement, a voix basse en se dandinant. C'était mignon... Sacré Ben, il avait bien choisi son moment pour chanter celui-là.

Continuant à lui câliner le dos, j'essuyais délicatement du pouce les larmes qui coulaient sur les joues de la mignonnette. Je lui posai un petit bisou sur le front puis lui répondis à voix basse.

Je suis là, je vais pas t'abandonner. Respires profondément. Je suis là, t'inquiètes pas, t'es pas toute seule. Ça va aller, je suis là.

Oui j'avais répétais trois fois que j'étais là, mais il fallait qu'elle le comprenne, alors je le répétais, lentement et chaleureusement. Vu la situation, je ne pense pas que j'irais avec mes potes ce soir, tant pis, une prochaine fois. Je passerais la nuit avec elle, elle en avait plus besoin qu'eux. Je lui refis un petit bisou avant de redire.

Je suis avec toi, personne ici ne va t'abandonner.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Ven 18 Jan - 0:01

J’étais contente que Shante dodeline de la tête au rythme de ma chansonnette. Il m’encourageait ainsi à continuer dans mon petit délire. Ce n’était pas le genre de musique qu’il aimait pourtant ! Moi non plus ce n’était pas mon genre mais je trouvais les paroles marrantes. Si j’avais su, avant, que la fin m’aurait sortie de mon déni, j’aurais chanté autre chose. J’aurais aimé revenir en arrière, effacer certains épisodes de ma petite vie mais c’était trop tard. J’étais obligée d’assumer les conséquences de mes actes. J’en aurais peut-être été capable si ce n’était pas la mort qui tournait autour de moi. Je payais cher mes erreurs quand même ! Moi qui détestais pleurer devant des gens, mes larmes coulaient à flot. J’étais terrassée par des émotions que je ne pouvais pas retenir. Je désespérais de sortir de cet enfer, j’étais terrifiée, je craquais complètement. En me jetant sur Shante, je ne remarquais même pas que je l’avais fait basculer en arrière et que j'avais suivi le mouvement.

Si Shante m’abandonnait pour aller rejoindre ses potes, j’étais foutue. J’étais capable de faire de belles conneries. Pas de me suicider, oh que non ! L’idée de mourir m’effrayait trop pour ça. Non, mais faire des choses que je n’avais encore jamais faites comme… Comme quoi d’ailleurs ? Aucune idée. Je n’avais pas la tête à élaborer des plans. Elle était complètement vide de bon sens. Tout mon être était vide aussi. J’avais l’impression d’être une poupée de chiffon toute molle. La seule chose qui m’en différenciait était mes bras qui s’agrippaient au jeune homme comme à une bouée de sauvetage. J’avais trop peur de me retrouver seule. Je détestais ce sentiment d’abandon qui me rappelait que je n’avais personne sur qui compter. Mes rares amis n’étaient jamais là quand j’avais besoin d’eux. A leur décharge, je n’étais pas souvent là quand ils avaient besoin de moi non plus. Etre au bon endroit au bon moment n’était pas donné à tout le monde.

En relevant la tête vers Shante, je me dis que finalement, j’avais peut-être devant moi quelqu’un sur qui compter. Il fut tout mignon avec moi. Il me câlina le dos, il sécha mes larmes et me fit un petit bisou sur le front. Il me parla gentiment, tout doucement comme s’il craignait une mauvaise réaction de ma part. Il était là disait-il. Si ma tristesse n’était pas dominante, j’aurais sans doute sauté de joie en criant « youpiiiii ». Comme il me le conseilla, même si c’était plutôt instinctif, je respirais et soufflais profondément. Il ne m’abandonnerait pas ! C’était sûr ça au moins ? Aujourd’hui peut-être, mais demain ? J’avais du mal à y croire mais j’avais envie d’y croire, pour ce soir déjà ! J’avais terriblement besoin de lui. Je ne disais rien mais ça se voyait.

J’étais collée à lui et je n’avais pas l’intention de lâcher. Ah ça non ! Des fois que ses projets de sortie lui reviennent en mémoire du fait que je m’étais calmée, j’assurais mes arrières. Je ne savais pas si ça allait aller grâce à lui, mais je savais que ça n’irait pas s’il s’en allait. Il me fit un second bisou. C’était trop chou. Jamais deux sans trois n’est-ce pas ? Pour cette fois, ce fut moi qui lui donna un bisou sur la joue pour le remercier. Je réalisais alors que mon corps reposait sur celui du jeune homme. Heureusement, j’étais un poids plume, il ne risquait pas d'étouffer. Lovée contre lui, j’étais comme un coq en pâte. J’étais bien et n’avais aucun envie de bouger. Je lui étais reconnaissante d’être là rien que pour moi ; tellement reconnaissante que j’embrassais alors Shante sur les lèvres après avoir posé délicatement mes mains sur ses joues pour ne pas qu’il se dérobe.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Dim 20 Jan - 23:41

J'étais là, allongé ou assis à l'horizontale sur la chaise qui venait de tomber, pris en otage par le poids plume et les bras de ma squatteuse. Elle me serrait comme l'on pouvait serrer... Hum... Une personne très chère, comme une mère qui serre son fils avant qu'il ne parte en guerre, une mère qui n'a pas envie de voir partir son enfant et qui le garde le plus longtemps possible contre lui. C'était cela que faisait ma p'tite MJ à l'heure actuelle, et je le compris assez tard dans la soirée, peut être que si je l'avais compris au début de la soirée, tout ceci ne serait pas arrivé... Cette façon de me serrer et de pleurer à chaudes larmes sur mon torse me firent comprendre qu'elle ne voulait qu'une chose, que je reste avec elle ce soir. Alors soit, au Diable cette soirée, mes potes me demanderont peut être pourquoi je n'étais pas venu, je leur dirai peut être la vérité, peut être pas, mais j'avais le sentiment que rester ici avec elle était beaucoup plus important que tout le reste, que c'était la seule et unique chose que je devais faire ce soir, lui tenir compagnie et lui faire retrouver son sourire enjoué qui me faisait rire tout les matins depuis sa venue dans mon appartement.

Et comme ma mère faisait avec moi quand je la câlinai en étant petit, je lui frottais le dos lentement et je lui séchais les larmes au fur et à mesures qu'elles perlaient en gardant un sourire chaleureux aux lèvres. Répétant que j'étais là, j'avais l'impression qu'elle avait besoin de l'entendre et que ces quelques petits mots lui faisait un bien immense. C'était exactement ce que ma mère avait fait quand j'avais craqué plus jeune, quand la perte de mon père fut trop intense que je pus la contenir comme je le faisais. Elle me tenait comme je le faisais avec Mary Jane et me répétais qu'elle était là pour moi, que je n'étais pas le seul à affronter cette peine et qu'elle était là pour m'écouter. Je n'étais pas la mère de Mary Jane, je n'étais même pas une mère du tout en fait, alors la fibre maternelle était absente en moi, mais les souvenirs de celle de ma mère étaient encore là et je les utilisai à bonne escient. Et plus je répétais ces mots, plus elle se collait contre moi, comme si elle avait peur qu'une partie de moi parte discrètement ou qu'une partie d'elle arrête de me sentir contre elle.

Je lui fis deux petits bisous sur le front, souriant toujours chaleureusement et elle m'en fit un plus gros sur la joue. Étrangement, j'avais le sentiment que ce bisou voulait dire merci et qu'au lieu de parler elle avait fait ce geste. Il était vrai que parler en pleurant n'était pas agréable, la gorgé nouée, étranglée par les larmes et éteinte par la tristesse, mais cela me convenait, je ne lui demandai pas de parler, ni même de me remercier, je ne faisais pas tout ça pour un merci, non plus pour un bisou mais c'était agréable.

Mais elle fit une chose extrêmement dangereuse, une chose qui fit l'effet d'une bombe. Imaginez que j'étais Hiroshima et que Mary Jane était Little Boy, ses mains étaient évidemment Enola Gay. J'étais à la merci d'Enola Gay, une ville ne se déplace pas et ne peut guère esquiver les bombes. Il passa alors au dessus de la ville et ouvrit la soute. Little Boy en sortit, tombant en sifflant, lourd de plus de quatre tonne. Tout le monde connaît le résultat. La charge d'explosif se déclencha, projetant la balle creuse d'uranium jusqu'à sa cible. Suite logique et irréfutable, l'explosion nucléaire ravagea tout sur quelques kilomètres aux alentours... C'est ce que j'ai ressenti lors de son geste.

Elle venait de faire sauter ma cervelle d'une charge atomique et je ne savais pas quoi faire. Refuser le baiser, retirer mon visage et écarter le sien avec mes mains auraient peut être été la meilleure chose à faire, la plus mature et la plus saine. Mais peut être l'aurait-elle mal prit et se serait sentie repoussée et abandonnée, ce que je ne voulais surtout pas. Les questions fusèrent à la vitesse atomique dans ma tête et je m'embrouillai moi même, répondant à des questions que je m'étais posé des années avant. Est-ce que Mary Jane me plaisait ? Peut être, sûrement, enfin j'veux dire, c'était une belle femme plein de joie, mais être en couple avec ? Peut être... Elle avait peut être mal interprétée quand je l'avais appelé ma femme... Mais après tout pourquoi pas ? Elle ne me déplaisait pas. Mais elle était en deuil, en larmes, je n'étais pas sûre de la véracité de ses sentiments... N'étais-je pas en train de profiter d'elle ? Bien que ce ne soit pas moi qui venais de l'embrasser mais l'inverse, rester là à profiter de ses lèvres, très agréable au passage, ce n'était peut être pas très respectable... Mais je n'avais pas envie de la repousser et encore moins d'arrêter le baiser... Un guerre entre la morale et l'envie se fit alors, détruisant ce qui avait pu rester debout après la bombe. J'avais les yeux fermés et je la regardai avec des gros yeux, mais sans effet, les siens étaient fermés. J'étais un peu crispé et cela se sentit peut être pour elle, alors je me détendis, fermai les yeux, posai la main qui essuyait ses larmes sur une de ses mains et répondis au baiser comme il se devait, l'envie avait gagné la lutte et je succombai aux lèvres asiatiques qui avaient l’amertume du champagne...

Mais ensuite, qu'allait-il se passer? Maintenant que j'avais succombé, je commençai déjà à regretter et à imaginer le pire. Elle était peut être saoule et allait porter plainte contre moi pour viol... Non ! Non ! Il n'y a pas viol, elle est consentante, c'est elle qui mène le jeu ! De toute façon il n'y a qu'un baiser et ça n'ira pas plus loin... Merde, mais si elle venait de me baiser et qu'elle allait vraiment porter plaintes, les flics débarquent chez moi et je tombe pour détention de drogue... J'étais foutu ! Ma main quitta alors le dos de la jeune fille et se posa sur son autre main, les miennes saisirent les siennes et les écartèrent de mes joues, délicatement mais rapidement. Mes lèvres se décrochèrent brutalement des siennes et je reculai mon visage du sien totalement confus, je ne savais absolument pas quoi faire, j'étais complétement paumé.

Quelqu'un me gifla mentalement, peut être ma mère qui était une grande télépathe, ou mon père... Ou peut être même Dieu qui sait ? Le fait est que je réalisai que j'avais hébergé Mary Jane depuis plus de deux semaines et qu'elle avait toujours était sympathique, ce n'était pas le genre à me piéger pendant deux semaines pour finalement porter plainte... Du moins je l’espérais... Et quand bien même, je ne pouvais rien faire... Alors quitte à tomber pour un baiser, j'allais en profiter... Je lâchai ses mains et déposai les miennes sur ses hanches, je fermai les yeux puis avançais mes lèvres vers les siennes. J'eus une seconde d'hésitation et je bloquai tout mouvement, puis je collai à nouveau mes lèvres contre celle de ma femme de Noël.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Mar 22 Jan - 20:21

Pourquoi avais-je embrassé Shante sur les lèvres ? Par reconnaissance sans doute. Par amitié ? Peut-être. Bizarre comme réaction quand même. Par amour ? Euh, non, ça m’étonnerait ; en tout cas pas encore ! Il ne remplissait mes critères de beauté pour ça. Bah oui, à mon âge, le physique était très important ! Si l’emballage n’était pas attrayant, je n’ouvrais pas le cadeau en général. Un beau mec passait près de moi, et hop, mon intérêt se portait sur lui sans qu’il ait besoin de faire quoi que ce soit. Ce n’était pas pour autant que je tombais amoureuse. Comme dit le proverbe : la beauté ne se mange pas en salade ! Alors quoi ? Parce que Shante était gentil et patient avec moi ? Assurément. Et surtout parce qu’il était là au bon moment. J’avais besoin de lui comme je n’avais jamais eu besoin de quelqu’un auparavant. Il était près de moi et j’étais collée à lui de peur qu’il ne s’évapore. Pour une fois qu’une personne faisait attention à moi sans me prendre la tête, cela avait de quoi perturber mon comportement habituel.

De toutes mes connaissances, qui avait déjà annulé une bonne soirée en perspective pour moi, et moi seule ? Aucune. Et puis, Shante s’avérait être un homme chaleureux et délicat. Le costume du père Noël y était peut-être pour quelque chose ? Et moi, en mère Noêl, j’étais sa femme d’un soir. Du fait de notre position, lui au sol et moi sur lui, l’attraction terrestre faisait peut-être aussi son petit effet. Enfin bref ! Inutile de chercher le pourquoi du comment, il n’y avait pas de réelle explication. La seule chose dont j’étais certaine était que j’avais eu envie de l’embrasser. Tellement, que j’avais tenu le visage de Shante entre mes mains de peur qu’il ne se dérobe. Et Ooooooooh ! Joyeux Noël ! Non seulement il n’esquiva pas mon baiser mais il y répondit.

J’étais surprise car, au fond de moi, j’avais pensé qu’il me repousserait, gentiment mais sûrement. Geste que j’aurais mal pris sur le coup. J’aurais peut-être compris pourquoi… plus tard, s’il y avait une explication qui tenait la route. Etant plus vieux que moi, même s’il ne connaissait pas mon âge, j’étais une gamine à côté de lui. Quoique, Shante avait plus des allures d’adolescent attardé que celles d’un homme mûr. Il avait cependant le petit truc qui faisait de lui un homme. Il n’y avait qu’à voir comment il me prenait sous son aile. Et j’adorais qu’un homme, un vrai, me considère de la sorte. J’avais ainsi l’impression d’être valorisée et d’exister vraiment. Les adolescents de mon âge ne m’intéressaient pas, ils se la pétaient trop ! Ah ça, pour blablater et raconter des choses qu’ils ne faisaient pas, sauf en rêve, ils débordaient d’imagination ; mais dès qu’il fallait agir ou prendre une décision, il n’y avait plus personne.

Oh mais que se passait-il ? Shante réagit à contre courant. Il me retira les mains de son visage d’un geste vif. J’ouvris les yeux pour les plonger dans les siens. Mon regard expressif traduisait mes pensées : inquiétude, peur, et incompréhension mêlées. Je restais immobile et fronçais les sourcils en constatant son air confus. C’était quoi ça ? Il regrettait déjà de m’avoir embrassée. Il me repoussait comme s’il réalisait que j’étais atteinte d’une maladie contagieuse. Il avait peur que je le viole ou quoi ? Ce n’était qu’un baiser ! Il n’y avait pas de quoi en faire une affaire d’état.

Il était aussi nul que les potes de mon âge en fait. Il aurait pu dire non dès le départ. Pffffffff ! J’avais cru un bref instant qu’il n’était là que pour moi et pour me consoler. Bah non, je m’étais trompée. J’étais déçue, je m’en voulais, je lui en voulais. Perdue, je regardais ses mains se poser sur mes hanches. Ok, il s’apprêtait à m’aider à me remettre debout. Ah non ! Il hésitait, il bloquait. Euuuuuh c’était bon là, j’avais bien compris : Shante était incapable de prendre une décision. S’il regrettait simplement de m’avoir repoussée, car malgré tout je savais qu’il m’aimait bien, ce n’était pas la peine qu’il se fasse violence. Il pouvait s’expliquer de vive voix au lieu d’essayer de se rattraper aussi maladroitement. Lorsque les lèvres de Shante se collèrent aux miennes, même si j’en avais envie, au lieu de répondre à son baiser, je lui mordis la lèvre inférieure en le poussant de toutes mes forces pour tenter de me dégager.


- C’est moche c’que tu fais… Reprochais-je en faisant une moue toute tristounette.

Je n’étais pas un objet qu’on prenait, qu’on rejetait et qu’on reprenait au gré d’interrogations mentales que j’ignorais. Une fois, pas deux ! Il ne faisait aucun doute, pour moi, que Shante allait encore me faire le coup du « j’sais pas si j’veux ou si j’veux pas ». Autant qu’il rejoigne ses potes ! C’était certainement ce qu’il allait faire après que je l’ai repoussé à mon tour. Oui mais non ! Je redoutais trop de me retrouver seule. Je tremblais. Pourquoi fallait-il toujours que je réagisse impulsivement quand je n’obtenais pas ce que je voulais ? Ca c’était la faute de mon paternel ! Que venait-il faire là lui ? Rien à batte. Je n’avais qu’un souhait : rester dans les bras de Shante et me faire câliner sans arrière pensée. J’avais vraiment besoin qu’on me réconforte et qu’on prenne soin de ma petite carcasse sinon j’allais péter un câble et faire n’importe quoi, encore une fois...

Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Jeu 31 Jan - 11:46

Les lèvres de la petite asiatique contre les miennes, j'appréciai énormément ce moment, ce sentiment et le goût qu'elles avaient, le champagne avait détint sur celles-ci et j'arrivai presque à sentir des fines bulles éclataient lors du baiser. Si au lieu d'avoir ce don inutile de manipuler la fumée j'avais le don d'arrêter le temps, de faire des secondes des heures, des heures des années, je crois bien que je ralentirais ce moment autant que je le pourrais, jusqu'à ne plus avoir de force pour le faire, jusqu'à m'évanouir dans ses bras ou de tomber dans un profond coma où la seule image qui circulerait dans ma tête serait le visage de la petite et son baiser.

Mais voilà, j'étais un con, un con d'une espèce éteinte, le dernier d'une longue et puissante lignée d'abrutis finis, pourquoi avait-il fallu que je mettes fin à ce doux moment ? Pourquoi avait-il fallu que j'ouvre ma gueule, non ! Non même pas, je n'avais même pas eu besoin de l'ouvrir pour tout faire foirer cette fois. J'avais juste eu besoin de réagir comme un idiot et de retirer mes lèvres des siennes un petit moment, lui montrant ainsi que je n'étais pas sûr à cent pour cent de notre geste... Peut être s'était-elle sentie insultée, peut être avait-elle pensé que je n'avais pas aimé. La suite n'aida en rien à ma position et plus j'agissais, plus j'avais l'impression de couler. J'étais un homme que l'on avait attaché à une ancre et jeté dans la cruauté de l'océan, et plus je me débâtai plus l'ancre m'entraînait dans les abysses sombres de l'eau. Le baiser avait été un sauvetage, elle m'avait donné son oxygène, mais depuis la fin de celui-ci, je commençai à suffoquer et je sentais que mes poumons allaient bientôt recevoir de l'eau salée plutôt que de l'air frais.

Alors je m'accrochai à un rocher qui pointait son bras vers moi, posant mes mains sur les hanches de la demoiselle et j'essayai à nouveau de retrouver l'oxygène dont ma vie dépendait. Une douleur fit alors son apparition à la lèvre et l'ancre se fit encore plus lourde qu'auparavant, je ne pus me maintenir au rocher plus longtemps et je repris ma descente dans les ténèbres, plus rapidement encore qu'avant. J'arrivai encore à voir les rayons du soleil éclairer son visage au travers de l'eau, mais une moue triste se figea à ce dernier et il disparu de ma vision. Instinctivement, mes bras s'enroulèrent autour de Mary Jane et je me mis à la serrer contre moi, pas très fort non, mais assez pour pouvoir remonter à la surface. J'eus le génie de m'attaquer au noeud qui était fait à ma jambe et je le défis assez rapidement. Je remontais maintenant vers la lumière et volai un baiser à MJ, trop rapide pour qu'elle ne réagisse, trop lent pour qu'elle ne l'apprécie pas. Puis je baissai un peu la tête.

J'suis désolé Aim-Gee, j'en ai envie mais j'suis un crétin...

Je la câlinai contre moi, ne souhaitant pas qu'elle parte, j'aimais bien sa présence dans l'appartement, sa joie de vivre, son petit grain de folie, j'adorai de ne pas tout seul et elle était géniale. Mais je venais d'agir en idiot finit et sur un ton un peu désabusé, je rajoutai.

... J'veux qu'tu restes, j'te veux ici, avec moi, pour quelques temps encore... Même si tu mérites mieux...

Peut être étais-je trop égoïste, d'une arrogance infondée et incroyablement naïve, peut être allait-elle trouver cela stupide, peut être allait-elle s'offenser et partir sur-le-champ... Ou peut être tout le contraire, elle allait rester là pour un certain temps et reprendre les choses comme hier... J'aurais pu l'embrasser, là, maintenant, mais j'avais le sentiment que j'aurais tout gâché et qu'elle m'aurait repoussé une fois de plus, j'attendrai.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Lun 4 Fév - 16:53

J’avais repoussé Shante comme il l’avait fait avec moi juste avant. Les moyens n’étaient pas les mêmes ni le résultat. Alors que je voulais me libérer de son étreinte, je pensais en même temps que ce n’était pas une bonne idée. Pour ne pas perdre la face, j’étais prête à me relever mais Shante m’en empêcha en enroulant ses bras autour de moi. Il me serra doucement contre lui et brisa ainsi le dernier rempart de ma fierté mal placée. J’avais trop peur de me retrouver seule pour continuer à faire ma tête de mule. Je le regardais quand même d’un air méfiant. Il allait me faire quoi maintenant ? La morale, m’engueuler, me rejeter pour se venger ? Ah bah non, rien de tout ça. Au contraire, il m’embrassa subrepticement avant de s’excuser. Si je m’étais attendu à ça ! Alors là, il me scotchait.

Bien sûr qu’il était un crétin mais un gentil crétin qui me supportait. Non en fait, il n’était pas du tout abruti, il était même plutôt doué pour me faire baisser la garde. Il avait trouvé comment il fallait me prendre pour que je ne monte pas sur mes grands chevaux. Un autre à sa place m’aurait sans doute repoussée de plus belle, pas Shante. Un autre aurait sans doute pris mon geste comme une provocation agressive, pas Shante. Un autre m’aurait virée de chez lui avec perte et fracas, pas Shante. Non Shante réagissait à contre courant. Non seulement, il continuait de me câliner et voulait que je reste encore chez lui quelques temps, mais en plus il se dévalorisait et prenait tout sur lui.

Je méritais mieux disait-il ! Oui peut-être, mais qui mieux que Shante supporterait mon petit caractère de fille à papa capricieuse ? Personne à ma connaissance ou alors je ne l’avais pas encore rencontré. Même ma sœur de cœur, Maxime, je l’exaspérais parfois. A savoir qu’elle aussi avait un caractère de cochon. Il était normal que ça fasse quelques étincelles entre nous mais jamais rien de bien méchant. Je l’admirais trop et je la respectais autant qu’elle me respectait. Elle me considérait d’égal à égal en fait et on s’amusait comme des folles quand l’envie nous prenait. Elle savait aussi tourner en dérision une situation pour éviter qu’elle ne s’envenime ; quoique pas toujours, mais bon, moi j’en étais incapable à moins qu’on sache me prendre.

Mon logeur n’avait aucune leçon à recevoir dans ce domaine. Il était doué ou alors il avait reçu une formation d’éducateur spécialisé pour les cas désespérés ? Non, je n’étais pas un cas désespéré ; j’étais désespérée, nuance. La mort qui me tournait autour depuis ce matin se faisait de plus en plus oppressante. Lotus était mort ! L’un des jumeaux était mort aussi. Mais lequel ? Je ne voulais pas le savoir mais je le voulais en même temps. Ses pensées terrorisantes me plaquaient contre Shante. Il me tenait dans ses bras et moi je m’agrippais à lui jusqu’à enfoncer mes ongles dans son dos sans en avoir conscience. S’il me repoussait maintenant, il était certain que je lui arracherais quelques morceaux de son costume jusqu’à griffer sa peau. Je me bougeais un peu afin de poser ma tête sur son épaule et de pouvoir lui chuchoter à l’oreille :


- Diiiiiis, Shante ? Tu peux téléphoner à l’hôpital pour savoir qui est mo… vivant ?

J’avais été incapable de lui demander ça en parlant normalement. Ma gorge était nouée comme si j’étais aphone. J’étais terroriser à l’idée d’apprendre qui de Shalin ou de Sacha était mort mais je devais savoir. Je ne pouvais pas continuer à ignorer les faits plus longtemps. Avant même qu’il n’accède à ma requête, tel un petit chat apeuré cherchant chaleur, réconfort et sécurité au creux du ventre de sa mère, j’enfouis ma tête dans le cou de Shante. Je voulais m’assurer une nouvelle fois qu’il ne m’abandonnerait pas. Il m’avait pourtant dit qu’il voulait que je reste chez lui, mais bon, valait mieux le vérifier plutôt deux fois qu’une.

- J’pourrais dormir dans ton lit, avec touuaaa, après ? Demandais-je encore d’une toute petite voix, à la fois timide et suppliante.

Je n’étais pas folle, pas encore. Je savais que quelle que soit la réponse de l’hôpital, je serai complètement chamboulée. Je me sentais incapable de rester seule une seconde. Si Shante décidait de rompre le contact entre nous, j’avais le sentiment que je deviendrai véritablement dingue. Je ne voulais pas passer le reste de ma vie enfermée dans un asile !
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Lun 11 Fév - 20:55

Mon geste paraissait peut être déplacé, sûrement même. Si une personne extérieur à nous deux nous regarder, si il y avait des spectateurs à cette scène étrange, ils auraient pensé que ce baiser rapide que je venais de voler à la petite asiatique n'avait pas sa place. Mais tu sais quoi ? Au fond, je les emmerde tous, les gens qui penseraient que ce baiser n'était pas en règle. Je l'avais fait et je l'assumais, qu'importe les conséquences qui en découleraient. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Qu'elle me gifle en retour ou m'embrasse de plus belle. Qu'elle s'offusque ou ne dise rien. Et apparemment, elle le prit plutôt bien. Elle avait un air surprit accroché à son visage, un air mignon qui me faisait presque craquer. Comme si j'avais fait la seule chose qu'elle n'avait pas imaginé, pas même une seule seconde. Alors je lui souris, pas timidement mais presque, un sourire lent mais sincère.

Je l'enlaçais contre moi, je m’interdisais de la lâcher ne serait-ce qu'un instant, comme si je tenais ma vie entre mes mains, comme si mon cœur allait arrêter de battre si jamais je la laissai s'échapper. En vérité, c'était bien faux tout cela, si elle s'était levée et qu'elle avait quitté mes bras puis l'appartement, ma vie aurait continué comme elle le fait d'habitude, sans Mary Jane certes, mais elle aurait continué comme elle le fait si bien. Ce n'était pas mon cœur, ce n'était pas ma raison de vivre, mais j'avais le sentiment que si je la laissai partir maintenant, la vie perdrait de son sens, certainement une culpabilité profondément intense que de n'avoir su la retenir. Alors oui, cela n'aurait duré que quelques jours, quelques semaines tout au plus, mais tout de même. Cela paraissait une éternité dans ma tête. Alors je la gardai contre moi et elle s'accrochait à moi, si fort, si fort qu'elle devait penser de la même façon que moi. Nous étions l'ancre de l'autre, nous nous empêchions mutuellement de dériver dans l'océan. Et il était clair que j'étais une ancre plus grosse et plus lourde qu'elle ne l'était, elle s’agrippait tellement fort à moi que je pouvais sentir le bout de ses ongles dans mon dos, au travers des épaisseurs que j'avais sur moi. Ces épaisseurs sauvaient ma peau d'affreuses marques de lacérations et je leur en étais inconsciemment reconnaissant.

Puis elle posa sa tête sur mon épaule, je voulu lui faire un bisou sur les cheveux mais elle bougea en même temps, mes lèvres atterrir alors sur son nez et c'est celui ci que j'embrassai. Puis je vis ses lèvres bouger et entendis un son faible en sortir. Je hochai la tête en l'écoutant, bien évidemment j'allais accepter de le faire, téléphoner à l'hôpital pour savoir lequel de ses bébés était encore vivant. Parce que c'était de cela qu'elle parlait il me semble. Elle avait dit qu'un de ses bébés était mort tout à l'heure, alors elle doit parler de cela. Je quittai alors une main du dos de Mary Jane pour la fourrer dans ma poche et y tirer mon téléphone portable. Dans le même temps, elle mit sa tête dans le creux de mon cou et je penchai la mienne pour la poser contre la sienne. Je déverrouillais alors mon téléphone et m’apprêtais à composer le numéro de l'hôpital, mais je réalisai que je ne connaissais pas le numéros des hôpitaux et encore moins dans lequel ses enfants étaient. Ce n'était pas vraiment grave à la limite, en revanche, je ne connaissais même pas son nom de famille et c'était plutôt difficile de demander des informations sur une personne dont on ignore le nom... Alors je lui demandai à voix basse également, comme si je ne voulais pas l'effrayer, je lui chuchotais.

C'est à Cedars-Sinai ?

Elle hocha alors la tête, lentement mais je le perçus. Puis la question un peu plus délicate arriva et je ne savais pas vraiment comment lui poser... Le naturel reprit le dessus et je lui demandai comme je l'aurais demandé à n'importe qui dans n'importe quelle situation, sans décoration.

Et c'est quoi ton nom ?

Elle me le souffla dans l'oreille et je composai alors le 211. Je tombai sur une femme d'un certain âge et lui demandai de me rediriger vers le département pédiatrique de Cedars-Sinai, ce qu'elle fit très gentiment, avec le sourire que je pouvais entendre. Je baissai alors le volume du téléphone pour éviter qu'elle n'entende la réponse de l'hôpital. Un homme décrocha cette fois et je lui demandai.

Bonsoir, je suis un proche de mademoiselle Holster et j'appelle pour avoir des nouvelles des enfants.

L'homme à l'autre bout du téléphone me demanda alors quel lien j'entretenais avec la jeune femme, plus précisément si j'étais le père des enfants et je lui répondis sans réfléchir.

Oui c'est ça, je suis son petit ami...

Alors il m'annonça d'un ton désolé et en enveloppant le tout dans des condoléances que Sacha avait perdu la vie dans les bras des médecins. Mais il tenta de me rassurer ensuite en m'annonçant que Shalin, lui, était en pleine forme et que tout était bon pour lui. Je le remerciai en lui souhaitant une bonne soirée et raccrochai le téléphone. Je le laissai au sol et serrai Mary Jane au plus près de moi. Puis chuchotai.

Shalin va bien...

Je pensai que le dire de cette façon était mieux que « Sacha est mort », je trouvai ça plus agréable à entendre bien que les faits soient les mêmes... Je posai alors mes lèvres sur ses cheveux, pris une grosse bouffée de son odeur et répondis à sa question précédente.

Bien sûr, t'as pas besoin de demander pour ça.

Il était évident que je n'allais pas lui refuser de dormir avec moi, ce devait être une épreuve très difficile... Alors jee restai comme ça, mes lèvres contre ses cheveux, la berçant presque contre moi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Lun 11 Fév - 20:55

Le membre 'Shante T. Cassidy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3349

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Sam 2 Mar - 23:35

La tête collée contre l’épaule de Shante, agrippée à lui comme une moule à son rocher, j’attendais sa réponse sans impatience. Je voulais savoir mais en même temps je n’étais pas pressée de mettre un nom sur le bébé choisi par la faucheuse. Cette femme représentant la mort n’avait aucune pitié, elle se fichait complètement du mal qu’elle faisait en prenant une vie. Ok, je m’étais fait mettre en cloque pour de mauvaises raisons, ok je n’avais pas le profil type de la mère, mais je n’étais pas dénuée de sentiments, bien au contraire ! Bien sûr, je faisais en sorte de ne les montrer mais certaines émotions étaient difficilement contrôlables. La peur et surtout la peur de la mort en était une qui me dépassait facilement. Saleté de faucheuse ! Non contente d’avoir repris la vie de Morgan, elle en avait rajouté une couche en prenant celle d’un de mes innocents bébés. Après tout, avec une mère comme moi, c’était peut-être une chance pour lui ?

Lorsque Shante bougea pour tirer son téléphone portable de sa poche, je m’accrochais encore plus à lui en nichant ma tête dans son cou. Il ne devait pas me lâcher, jamais ! Je hochais lentement la tête en guise de réponse positive concernant l’hôpital où j’avais accouché. Je lui dis ensuite mon nom de famille pour qu’il puisse prendre des renseignements sur les bébés à ma place. Et si ce que j’avais appris dans la matinée n’était pas vrai, si j’avais mal entendu, si l’hôpital s’était trompé d’interlocuteur ? Après tout, je n’avais aucune preuve puisque j’avais refusé de me rendre à l’hosto pour vérifier. Emplit d’interrogations, de doutes et de sentiments négatifs, mon cerveau pesait une tonne. Je dû me concentrer et fournir un effort surhumain pour lever la tête vers mon hôte ; j’avais l’impression de faire un mouvement inhabituel, un peu comme un enfant qui apprend à marcher et qui porte toute son attention et ses forces sur ses tentatives de mettre un pied devant l’autre.

Par contre, lorsque Shante se présenta comme étant mon petit ami, je me redressai brusquement sans le lâcher pour autant. Mes lèvres s’entrouvrirent mais aucun son n’en sortit. J’étais sur le point de protester mais le jeune homme ne m’en laissa pas temps. Il m’avait serré un peu plus contre lui pour me chuchoter que Shalin allait bien. Annonce faite avec délicatesse par Shante à qui j’étais reconnaissante de ne pas avoir prononcé le mot qui m’effrayait au plus haut point. Voilà ! Le verdict était tombé, je savais désormais que Sacha était mort. J’avais envie de hurler, de pleurer, de jurer, de frapper tout ce qui bougeait ; je n’en fis rien. Les bras qui m’entouraient et la chaleur qui s’en dégageait agirent instantanément sur moi comme un puissant calmant.


- Ah bon. Fis-je d’une voix neutre en reposant ma joue contre son torse.

J’étais calme aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur. Le fait qu’il ait naturellement accepté que je dorme avec lui était sans doute une sécurité supplémentaire pour moi. J’étais rassurée ; il ne me laisserait pas tomber pour aller rejoindre ses potes. Shante était avec moi, pour moi et moi seule. Il était ma bouée de secours qui ne se dégonflait pas.

Nous restâmes immobiles, dans les bras l’un de l’autre, un petit moment sans dire un mot jusqu’à ce que je me décide à bouger. Tout en prenant la main du jeune homme pour qu’il suive le mouvement, je voulu me relever mais mes jambes se dérobèrent sous mon poids. Je retombai au sol comme un pantin désarticulé sans me faire mal. Consciente que mon corps était à moitié anesthésié, je me couchais sur le côté, rapprochant les genoux contre ma poitrine, en position fœtale. Si Shante ne m’avait pas menti, il n’avait plus qu’à me porter jusqu’à sa chambre pour que je puisse dormir dans son lit. Allait-il pouvoir le faire avec son bras dans le plâtre ? S’il ne le pouvait pas, il ne lui restait plus qu’à s’allonger près de moi pour qu’on puisse passer la nuit ensemble.

Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   Mer 13 Mar - 22:54

Elle me serrait comme si sa vie dépendait de moi. C'était flatteur mais un peu effrayant à la fois, c'était un lourd fardeau que de tenir la vie de quelqu'un entre ses mains, je n'étais pas sûr d'avoir les épaules suffisantes pour soutenir ce poids, mais j’essaierais pour elle, parce qu'elle m'avait fait oublier la mort horrible de Dusty et que, grâce à elle, mon appartement était de bonne humeur tout les jours. C'était agréable de l'avoir à mes côtés et je ne le niais pas, sûrement pas. J'allais la garder le plus possible et faire en sorte qu'elle traverse ce moment difficile le mieux possible, c'était l'objectif que je venais de m'imposer. Alors je la gardai dans mes bras en passant ce coup de téléphone destructeur. Je pris les informations qu'elle m'avait demandé de prendre et je lui annonçai aussi délicatement que je le pouvais.

Je la serrai alors fortement contre moi car je savais que c'était une nouvelle difficile à prendre. Je pensai qu'elle aurait pleurer, qu'elle se serait enfuie, qu'elle aurait hurlé dans l'appartement ou même qu'elle m'aurait frappé le torse, mais rien de tout cela. Tout le contraire même, elle posa sa tête contre moi et bredouilla deux mots qui n'avait aucun sens. C'était une réponse qui pouvait être faite si je lui avais dit qu'on était le 24 décembre, qu'il faisait beau dehors ou encore que le voisin était sortie, une réponse banale pour une information banale. Mais ce n'était pas banale, je venais de lui annoncer la mort d'un de ses fils et elle était jeune... D'ailleurs, jeune ou âgée, c'est le genre d'information qui traumatise, qui vous fait souffrir pendant plusieurs jours, plusieurs mois voir plusieurs années. Mais elle non. Alors peut être gérait elle tout cela comme une professionnelle... Ou alors, elle était peut être psychopathe, genre sans émotions et tout ! Oui non, c'était complètement con, je venais de l'avoir s'écrouler en larme après avoir éclater de colère, alors non, ce n'était pas cela. Je ne comprenais pas et je ne cherchais pas vraiment à comprendre.

Le fait est que j'étais là si elle avait besoin, j'étais là et elle en avait besoin. Je ne comptais pas l'abandonner et j'allais tout faire pour la remettre d'aplomb. Elle chercha alors à se lever, prenant ma main pour que je la suive. Mais rien ne se fit. Elle retomba d'où elle venait comme un rouleau de sopalin et je ne pus réagir assez vite pour la rattraper avant qu'elle en touche le sol. Elle se mit aussitôt en position fœtal. J'avais peur qu'elle ne se soit fait mal, mais son visage n'exprimait aucune douleur. Alors je me mis accroupi et posai un genou au sol. Glissant un bras sous son dos, je passais mon plâtre sous ses genoux et essayai de la soulever. Je réussi à faire ce que je voulais mais à lorsque le poids se posa sur mon coude gauche et qu'il dût forcer, une énorme douleur m'obligea à la déposer au sol.

Alors je me décalai au dessus d'elle et posai mon épaule droite contre son torse, de sorte qu'elle n'est juste à passer ses mains autour de mon cou, ce qu'elle fit lentement. Je passai alors ma main valide dans le bas de son dos et posai ma main sur ses fesses. Ce n'était peut être pas très bien, et elle allait peut être le voir de manière déplacé de ma part, mais il n'en était rien, je cherchai juste à la soulever de la plus simple des façons. Je pris impulsion et me levai avec la petite dans mes bras, elle était petite de base, mais dans cette façon, on aurait une petite enfant, comme si j'étais son père et que j’emmenai ma petite fille au lit, c'était mignon, d'une certaine manière... Je préférais galérer à la porter dans mon lit que de la voir dormir ici sur le sol froid.

Je fis alors quelques pas jusqu'à ma chambre, fermai la porte de l'appartement à clés en passant, puis la porte de ma chambre, juste poussée ce coup ci, pour enfin la déposai lentement sur le lit. Je levai la couette et lui remontai jusqu'au cou. Je fis ensuite le tour du lit, retirer mon costume de père Noël pour me mettre en short et maillot de corps et me glissai à côté d'elle, la prenant dans mes bras pour la rassurer, je n'étais pas parti, j'étais toujours avec elle. Je remontai bien la couette, lui fis un petit bisou dans le cou et un autre dans les cheveux. Chuchotant un petit "bonne nuit", je fermais mes yeux, avec la petite dans mes bras, attendant le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Joyeux Noël... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Joyeux Noël... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CASSIDY'S PLACE-