..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to my life... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   Mer 21 Nov - 22:14

J'évitais sans aucune difficulté le stylo balancé par Elias. Il me restait tout de même quelques réflexes suite aux nombreuses séances d'entraînement au sein de Genetic. Genetic... Que faisaient-ils aujourd'hui ? Me croyaient-ils morte ? Que se passerait-il s'ils me retrouvaient ? Elias aurait-il des ennuis ? Serais-je obligée de le quitter pour le protéger ? Ces questions me hantaient la nuit, m'empêchant parfois de trouver le sommeil. Elles étaient d'autant plus présentes que mon attachement envers l'avocat se faisait plus grandissant. Peut être devais-je tout simplement lui parler, lui raconter toute mon histoire. Non pas que mes premiers balbutiements soient des plus palpitants, mais au moins depuis la découverte de ma capacité. Ce serait une manière de le protéger en lui apprenant la vérité sur les gens comme nous. Il se montrerait peut être plus prudent. A moins qu'une petite part en moi priait pour qu'il réussisse à me mettre à la porte car il ne faisait aucun doute que je n'aurai pas la force de la prendre seule. J'avais besoin de lui. Pas de son argent, mais de lui. Sans lui, je n'avais plus personne sur qui comptait ou qui croyait tout simplement en moi.

Quant Elias me fit part de ses intentions à passer sa journée à son bureau, je ne pu m'empêcher d'être un peu déçue. Pourtant, j'aurai dû m'y attendre. A croire qu'il faisait tout pour se noyer sous son travail. Même si je tentais le soir de l'éloigner de ses soucis, ceux-ci étaient bien trop gros pour que je puisse les combattre en pleine journée. Quand bien même nous serions le premier jour de l'an. Pour cacher cette terrible déception, je m'exilais dans la cuisine, tout en l'envoyant à la douche. Je m’affairais à faire les pancakes, tout en préparant le café. Tout fut prêt lorsqu'Elias arriva. J'allais m'asseoir quand je vis ses cheveux mouillés...

- « Tu ne t'es pas séché les cheveux... Ça te rends peut être plus sexy auprès de tes clientes, mais si tu attrapes froid, tu ne viendras pas pleurer ! »

J'étais en train de me transformer en vraie mère poule alors qu'il avait tout de même 35 ans... De nous deux, qui était réellement le gosse ? Le jury délibère encore. Me rendant compte de mon attitude, je m'empêchais d'aller chercher le sèche cheveux pour m'asseoir à la table. Ce fut l'instant que choisi l'avocat pour me montrer qu'une fois de plus, j'en avais trop fait. Oui... J'en faisais trop. J'espérais trop aussi. Je me contentais de hocher la tête et de boire mon café en silence.

Il fut le premier à le briser pour me demander ce que je comptais faire. Bonne question... Puisqu'il me lâchait pour le reste de la journée, j'allais peut être nettoyer le sol de la cuisine car nos petites frasques de la veille s'y reflétaient encore. Après, à voir. Je regarderai sûrement quelques cours, histoire d'être aussi studieuse que lui. Du moins, c'était ce que je pensais faire avant qu'il n'évoque la possibilité de sécher son travail. Le pouvait-il réellement ou était-ce simplement pour me rendre un véritable sourire.

- « Je serai, bien entendu, heureuse que tu restes avec moi aujourd'hui, mais ton travail ? T'es sûr ? C'est pas parce que je pensais passer cette journée avec toi que tu dois obligatoirement céder à ce caprice d'enfant gâtée. Je suis une grande fille. »

Loin de moi l'idée de le culpabiliser sur le fait de me laisser seule. Je pouvais comprendre que son travail soit prioritaire par rapport à moi. Un jour, il me faudra bien le quitter. Je n'allais quand même pas passer ma vie à le parasiter. Même s'il était content que je sois avec lui, il arrivera bien un jour où une femme gagnera son cœur et ce jour là... Il me faudra partir. Les laisser tranquille. Je devais me trouver un boulot, quelque chose pour commencer à économiser. Hors de question qu'Elias me paye tout indéfiniment.

- « D'ailleurs, je pense me trouver un boulot à mi temps dans les jours qui arrivent. Ce n'est pas mon genre de me tourner les pouces. »

Autant lui faire croire que les tâches ménagères et mes devoirs ne m'occupaient pas tant que ça, plutôt que de lui dire qu'un jour, nous n'habiterons plus ensemble. Même s'il devait s'en douter, ce n'était pas toujours agréable d'y penser. Du moins, c'était mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   Jeu 22 Nov - 12:36

Plus sexy ?
Alors qu’elle s’applique dans son rôle de 'la femme de la maison' – qui donc est obligée de faire attention à ce que tous les enfants sortent décemment vêtus – j’esquisse un sourire intrigué en cherchant à m’observer dans le premier reflet que je trouve. Je suis un peu loin des vitres et je ne trouve qu’une floue réverbération dans un des récipients sur la table ;
Non ce n’est pas vraiment le genre que j’essaye de me donner. Je suis sexy au naturel, pas ma faute. Mais plus sérieusement si j’étais un avocat qui cherchait d’abord à paraitre séduisant aux yeux de ses clients plutôt qu’efficace, intelligent ou pertinent, je n’aurai pas tant de boulot. Ce n’est pas le critère qu’on impose au juriste que l’on veut voir plaider sa cause ;
Cependant la remarque de Capucine m’arrache un sourire flatté et je secoue la tête pour exprimer ma petite modestie. Sexy. J’ai l’impression que ce terme colle moyennement à un homme de mon âge…quoique.
Je lève les yeux au ciel et attrape son bras pour l’inciter à s’assoir.

« Je ne les ai pas séché – parce que je déteste faire ça, déjà – et parce que je voulais passer plus de temps à table avec toi. Je comptais sur le temps du trajet jusqu’au bureau pour qu’ils sèchent…ça te va ? »

La regardant avec l’innocence d’un gamin qui demande approbation à sa mère, je me mords la langue en riant avant de me concentrer sur le petit déjeuner. Je sais que Cap se donne du mal pour que tout tourne rond dans cet appartement. Et elle y arrive brillamment. C’est certain. Le seul endroit qu’il lui sera sans doute impossible de clarifier, de ranger, c’est bien ma tête. Ce qui s’y trouve n’a ni nom ni place, ni logique, ni même grand intérêt. Au fond.
Je suis un bordel à moi tout seul mais je dois énormément à cette petite fée du logis que j’ai accueilli pour le plus grand bien de mon quotidien. Tout ce qu’elle fait… c’est trop. Beaucoup trop. La seule excuse qui m’évite de culpabiliser quand à son exploitation reste le souvenir que sans ça ; sans moi : la petite blonde serait à la rue.
Hors de question qu’elle subisse le froid, le regard des autres, les souffrances de l’abandon et le manque matériel indispensable à une santé correcte.

« Haha enfant gâtée…gâtée par qui ? Par moi ? Ce serait bien si tu pouvais être suffisamment choyée pour te sentir gâtée. Ne t’en fais pas pour mon boulot, si j’envisage de passer une journée avec toi c’est que je peux me permettre…je n’ai aucun retard et je ferai en sorte de bien m’organiser. »

Ça veut dire que oui, je suis sûr de pouvoir rester là. Je me force un peu je l’admets. Pas contre mes envies bien entendu je sais déjà que la journée sera bonne, mais contre cet espèce d’avocat têtu que je suis qui voudrait pouvoir travailler jour et nuit s’il le pouvait. Il faut que je lui montre qui est le chef et…et pour une fois, grâce à Capucine, l’homme, l’ami, le colocataire est plus fort que le professionnel.

Puisque nous parlons emploi du temps, la jeune femme évoque alors l’idée de travailler. Je ne suis pas du genre à freiner les gens dans ce type de démarche. Chacun doit pouvoir être indépendant et se garantir des conditions de vie honorables. Mais la miss est mal en point, malgré ses forces certaines, je ne veux pas qu’elle fasse ça dans la précipitation par peur de vivre à mes dépends ;
Je peux largement subvenir à nos deux besoins. Sans problème. Et puis son idée m’inquiète, j’aimerai d’abord la couver, la protéger, être sûr qu’elle a les moyens…

« Tu…je comprends si tu t’ennuies mais il faudrait peut être attendre que tu récupères correctement et ; laisses passer l’hiver. Non ? Je t’aiderai à trouver un petit boulot ensuite. »

Suis-je mal placé pour ainsi te protéger ;
Suis-je envahissant à vouloir te soutenir ;
J’ai simplement l’envie d’être un allié ;
Quelqu’un sur qui tu peux compter pour te secourir…

« …Alors ; que faisons-nous de notre journée ? »

Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   Jeu 22 Nov - 15:49

Alors que l'avocat me donnait ses excuses à deux balles - il aurait pu mieux faire - je m'arrêtais de jouer les mères moralisatrices. C'est bon, ce n'était pas mon rôle quand même ! A 37 ans, il savait encore se gérer. Du moins, je l'espérais, car il était hors de question pour moi de vérifier s'il avait mis son caleçon à l'endroit ou d'autres choses de ce genre. Il me fallait épargner le peu d'innocence qu'il me restait, même si je devais avouer que cette partie du corps humain ne présentait plus aucun secret pour moi... Non pas que ma liste d'homme soit longue au point de me traiter de putain, mais elle était suffisamment conséquente pour me donner toute l'expérience dont une jeune fille de mon âge avait besoin.

- « Tu fais comme tu veux. De nous deux, c'est toi qui est censé être l'adulte responsable, non ? », terminais-je avec un sourire qui voulait en dire long.

Cette bonne humeur finit par me faire perdre de vue la tristesse de ma journée. A croire que ma vie tournait exclusivement autour d'Elias. Quoiqu'en y réfléchissant bien, c'était tout à fait ça. Je n'avais plus d'amis, plus de famille. Les cours qu'on m'envoyait ne provenaient que de personnes sympathiques qui comprenaient la difficulté de ma situation. Je devrais peut être m'y atteler un jour si je ne voulais pas me retrouver toute seule comme la dernière fois. Bien sûr, j'aurai toujours Elias, mais je ne pouvais le monopoliser. Je ne pouvais espérer que nos deux vies puissent se résumer à rester tous les deux, ensemble, dans cet appartement en tant que colocataire. Surtout que je ne pouvais oublier une envie qui s'était réveillée lorsque je m'étais retrouvée seule, dans la rue. Cette envie d'avoir mon propre foyer, de vieillir auprès de l'homme que j'aurai épousé et qui sait, peut être même avoir des enfants. Ainsi, je serai heureuse. Aussi heureuse que mes parents l'avaient été.

Par contre, cette journée ne s'annonçait pas aussi morose que je l'aurai cru puisque Elias semblait prêt à bouleverser son emploi du temps pour rester à mes côtés. J'étais si contente intérieurement que je ne pouvais m'empêcher de culpabiliser. Avait-il remarqué ma tristesse lorsqu'il m'avait annoncé ses envies pour la journée ? Aussitôt, je m'empressais de le rassurer. Je ne voulais pas qu'il laisse de côté son travail au risque de voir une montagne de dossier s'écrouler sur lui.

- « Si tu en es sûr, alors je serais ravie de passer la journée avec toi. »

Peu importait le programme de la journée puisqu'il m'enlevait de mes cahiers. En ce moment même, Elias ressemblait un peu au prince charmant qui débarquait sur son cheval blanc et m'emportait au grès du vent vers d'autres contrées verdoyantes. Contrées verdoyantes qui nous emmenaient vers la conversation sur un hypothétique travail. Il ne faisait aucun doute que certains jours seront plus difficiles que d'autres, mais je ne pouvais pas m'arrêter indéfiniment. Je n'étais pas du genre à me prélasser toute la journée. Je devais faire quelque chose et mes cours ne me donnaient pas assez de travail pour combler tout mon emploi du temps. L'appartement était toujours impeccable... Une vraie pile électrique quand je m'y mettais.

Elias ne semblait pas très enthousiaste à l'idée que je prenne un travail. Avait-il compris que je me méfiais du jour où nous ne serions plus colocataires ? Essayait-il de me rassurer en me disant que cela ne pressait pas ? Peut être. Quoiqu'il en soit, il n'était pas contre au point de me refuser cela. Preuve que ce jour finirait bien par arriver.

- « Tu ne me crois pas capable de trouver un petit boulot et de le garder ? C'est vrai qu'on peut légitimement se poser la question que la deuxième partie, mais je suis bien décidée. Si je continue à me faire entretenir comme une princesse, je risque de m'y habituer. C'est mieux pour nous deux. Mais merci quand même de t'inquiéter pour moi. », terminais-je en lui déposant un bisou sur la joue avant de me lever pour débarrasser mon assiette.

C'était à la fois déstabilisant d'entendre qu'un inconnu est prêt à vous entretenir aussi longtemps qu'il le faudra pour vous permettre d'aller mieux sans rien attendre en retour si ce n'est un peu de compagnie, mais également rassurant. Je n'étais pas pressée de trouver un travail et pourtant, j'étais plus déterminée que jamais. Peut être pour lui montrer que je n'étais pas aussi faible qu'il semblait le croire, que je pouvais porter aussi bien mes soucis que les siens, que je pouvais être à mon tour une allié sur qui il pouvait compter.

Notre emploi du temps pour la journée fut remis sur le tapis. Que pouvions nous faire ? Aussitôt j'eus une idée qui me simplifierait la vie.

- « Puisqu'il est rare que tu prennes une journée de liberté, je te propose de faire tout ce dont tu as envie. Je te suivrais peu importe ton choix. »

Je n'aurai peut être pas dû le formuler de la sorte car il serait encore capable de me trouver une idée farfelue. Qu'allait-il me réserver?
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   Jeu 22 Nov - 21:46

Capucine veut travailler.
Je n’ai jamais douté de sa bonne volonté. De sa motivation à reprendre le dessus. De ses envies de s’investir dans un emploi, de se trouver une place équilibrée, un statut professionnel, stable et valorisant. Elle est ainsi. Battante. En tout cas moi, je ne l’ai jamais connue autrement ;
La jeune femme on ne peut plus affaiblie physiquement n’a par ailleurs, devant moi, jamais montré signe d’abandon. Alors même qu’elle ne tenait plus debout, qu’elle s’écroulait dans la rue ou nous nous sommes rencontrés, Capucine s’agrippait à moi avec une rage de vivre bouleversante. C’est ce courage dans son regard et dans les discrets gestes qu’elle réussissait à exécuter que j’ai lu son originalité. Sa détermination. Son mérite.
Je n’ai jamais douté non plus des capacités de la blondinette. Parfaitement capable de se plier aux directives d’un patron, dans plusieurs domaines, bosser ne serait pas un frein pour elle. Intelligente, vive d’esprit, ouverte, souriante, futée – c’est important, si si – généreuse et motivée sans laisser deviner le moindre épuisement ;
Le monde du travail lui est ouvert. La vie active l’appelle. Oui peut être mais…

« Mais non, ne dis pas de bêtises, je te sais parfaitement capable de garder un travail Capucine. Simplement je n’ai pas envie de te voir t’épuiser à la tâche alors que je suis là pour toi. Je ne veux pas que tu fasses ça par…sentiment de gratitude, d’équilibre ou je n’sais quoi. Et tu ne te fais pas entretenir tu sais bien que tu m’apportes beaucoup. »

Je ne peux m’empêcher de sourire en parlant. Peut être pour ne pas afficher la véritable sensation que cette conversation me procure ? Un sentiment déplaisant d’abandon. De fin toute proche.
Très heureux de voir que Capucine s’est déjà relevée au point de vouloir dépendre d’elle-même à nouveau ; très affligé par l’idée que cela annonce une prochaine rupture dans notre lien si particulier…
Je suis un peu déchiré.
Le sourire me parait alors l’air le plus judicieux à afficher. Si je peux éviter de montrer que je suis maussade suite à ces idées déplaisantes, ce serait parfait. Je ne veux que ses sourires, son bien être, son bonheur.

Le petit déjeuner touche quand à lui bien à sa fin alors que les prouesses culinaires de la demoiselle comblent mon estomac, et je l’aide à rassembler les affaires que je dépose à leur place. Plus ou moins. Il faut dire que depuis qu’elle prend l’appartement en main, elle sait mieux que moi ou se rangent les choses ; je ne veux pas mettre le désordre dans son organisation et je me précipite alors sur l’évier pour m'occuper de la vaisselle.
Aucun doute avec ça, je sais faire et je ne risque pas de déranger quoique ce soit.
Cap me propose alors de choisir le programme de la journée et si le principe est fort gracieux…je n’ai pas le temps de sourire que déjà j’affiche mine peinée.
Je n’ai pas vraiment l’habitude de remplir une journée ‘libre’. Sauf avec Indio, et encore.

« Euh…je…je ne sais pas du tout. Tu risques de t’emmerder si c’est moi qui décide mais, voyons. »

Je profite de la vaisselle à terminer pour réfléchir en hâte à quelques plans pas trop chiants. Mais honnêtement, je ne sais pas. Se promener au parc ? Je doute qu’elle en rêve. Se rendre au cinéma ? Je n’en ai guère l’envie. Faire les magasins ?...Pitié ! Rester ici risque d’être plus ennuyant encore.
Une fois les bols rincés et séchés, je dépose le torchon à sa place et me frotte la nuque en plissant les yeux, posés sur elle. Qu’elle ne se moque pas la gentille peste ça tournerait mal pour elle.

« …Tu es sûre que ce n’est pas à la princesse de choisir les activités ? Enfin sinon le bon roi n’est pas difficile…il aimerait en tout cas que la journée se termine dans un bon restau'. »

Reprenant tes mots je nous mets en scène ;
Aimerais-tu aujourd’hui tout décider ;
Nous jeter délibérément dans l’arène ;
Pour vivre librement notre journée… ?


Revenir en haut Aller en bas
Capucine Rider


avatar

Messages : 1517

MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   Sam 24 Nov - 12:36

Au souvenir de mes derniers petits boulots, il était tout à fait normal de douter de ma capacité de les garder. Même si j'étais efficace en tant que serveuse, l'attitude de certains clients pouvaient me porter sur les nerfs au point de leur renverser un verre sur la tête. Certes, ce jour là, je n'étais pas au mieux de ma forme, mais je devais reconnaître que je n'aurai jamais dû faire ça. C'était le début de la fin. Je tombais dans une spirale sans fin où je perdais Wyatt, Sonny, mes sources de revenus et ma santé. Il ne me restait plus rien, si ce n'était une certaine détermination à vivre. Je ne voulais pas disparaître comme ça, seule, dans la rue. Je ne voulais pas mourir. Je m'en étais rendue compte quand il était trop tard. Finalement, tous mes discours sur le fait de ne pas craindre la mort étaient du flan. Je la craignais d'autant plus aujourd'hui que j'avais rencontré quelqu'un de formidable.

Une personne formidable qui prenait sa tâche vraiment au sérieux. Non seulement, Elias m'avait recueilli et me payait tout ce dont j'avais besoin, mais en plus, il ne faisait rien pour que je me sente redevable. Il ne me poussait pas à me ressaisir rapidement, bien au contraire. C'était agréable d'avoir le temps de reprendre le dessus, mais je sentais que j'en avais besoin. Même si mon départ n'était pas imminent, je voulais reprendre une vie normale. Petit à petit. Me sentir à nouveau humaine et être en phase avec d'autres personnes qu'Elias. Qui sait, je me trouverai peut être un petit ami. Je pourrai me sentir à nouveau féminine, désirable auprès d'un homme. Aussitôt, le souvenir de Wyatt me rattrapait. Ce n'était pas une bonne chose de me souvenir de cette époque et, de toute manière, il semblait bien improbable que l'on se revoit un jour.

- « C'est un moyen comme un autre de reprendre une vie à peu près normale. Sinon, je resterai ici aussi longtemps que tu me le permettras, mais il viendra bien un jour où ma présence sera de trop. Ça ne fait aucun doute. », fis-je en lui tirant la langue.

C'était tout ce que je lui souhaitais, même si je ne pouvais m'empêcher d'avoir un petit pincement au cœur. Je me sentais bien ici. Je n'avais peut être pas ma chambre, mais cela me suffisait amplement. Avoir un toit au dessus de ma tête, quelqu'un à qui parler le soir. Voilà tout ce dont j'avais besoin et il me les avais donné sans compter. Aujourd'hui encore, il abandonnait son travail pour passer la journée avec moi et je le soupçonnais de le faire pour moi. C'était touchant.

J'allais pour nettoyer nos couverts lorsque Elias se jeta sur l'évier. Un sourire se dessinait sur mes lèvres au souvenir de la veille. Je reculais discrètement au cas où il déciderai de lancer une nouvelle fois les hostilités. En rangeant les choses à leur place, je lui proposais de choisir le programme de la journée. Autant qu'il s'amuse autant que moi. J'aurai été capable de l'emmener au parc et peut être même l'obliger à faire un tour sur la patinoire. En l'imaginant sur des patins, je ne pu m'empêcher de sourire. Je rangeais cette idée dans une petite boite pour la ressortir un jour. Mais même en lui laissant le choix, l'avocat ne semblait pas avoir beaucoup d'idée.

- « Tu sors pas très souvent, toi... Je vais devoir y remédier ! Que penses-tu de commencer par une balade dans le parc. Ensuite, je t'emmènerai dans un petit restaurant italien où ils font les meilleurs lasagnes de la terre et cet après midi, nous pourrions aller au cinéma. Tu aimes quoi comme film ? »
Revenir en haut Aller en bas
Elias J. Climber

~ In the arms of cactus angels

avatar

Messages : 3641

All about you
Your secret life:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   Sam 24 Nov - 16:13

De trop ?
De trop par rapport à quoi ? Par rapport à qui ? Dans quel contexte et de quel futur tordu parle-t-elle ? Je ne vois vraiment pas.
A ses mots je fronce les sourcils pour me plonger dans une intense et sérieuse réflexion. Que veut-elle sous entendre par là ; si ce n'est la ridicule idée qu’elle me devienne un jour pénible ; insupportable ; gênante ? C’est absurde mais comme c’est la seule conclusion qui me vient en tête, je me mets à sourire. Pas d’autre réflexe possible face à l’aberration qu’elle ose laisser implicitement entendre.

Ce genre de parole devrait être strictement interdit dans mon appartement. Vraiment. Est-ce qu’il m’arrive de montrer de la lassitude quand à sa présence ? Capucine n’est pas là depuis un mois mais plusieurs semaines avec une personne totalement inconnue sans qu’il n’y ait la moindre bavure je trouve cela positif. Bon signe. Bon point.
Si ce n’est donc pas moi qui risque de craindre sa présence, avec le temps, se pourrait-il que ce soit, elle ?...

« Tu…oui il faut faire comme tu veux de toute façon. Tu auras toujours un chez toi si besoin. »

Je ne me priverai jamais de le lui rappeler. Elle sera toujours là chez elle, la demoiselle.
Sa chevelure rousse, son rire malicieusement enfantin, ses blagues insupportables et indispensables néanmoins, ses bras qui s’enroulent autour de moi en recherche d’une tendresse que je ne savais plus être capable de donner…
La jeune femme manquerait terriblement à mon existence si le destin prévoyait de nous séparer. C’est pourtant une hypothèse qui parait plus logique que son opposé, mais je ne veux pas y penser. Je veux continuer d’imaginer qu’à partir de maintenant Capucine & Elias sont indissociables. Deux colocataires, deux amis, deux petites âmes amochées qui se soutiennent et se supportent de la manière la plus humaine et simplissime qui soit.
J’aime ça.

Afin d’éviter de remuer les couteaux ‘avenir seul’ dans la plaie, je préfère m’attacher à ce qu’elle peut bien raconter. Voilà autre chose, je ne sors pas très souvent moi ? Je suis sans arrêt dehors ! Quoique la plupart du temps dans ma voiture mais, quand même !
Je dois reconnaitre qu’elle n’a pas tord en fait. J’acquiesce alors tel un gamin prit en flagrant délit et j’écarte les bras comme pour la laisser exécuter la sentence. Quel type de punition doit subir un gars proche de la quarantaine lorsqu’il sort peu ? J’imagine que ce n’est même pas punissable.
C’est à elle de sortir et elle ne met d’ailleurs pas longtemps à prévoir suffisamment de choses pour une journée complète ;

« Je pense que ce sont là de bonnes idées ! Quand à ce que j’aime comme film…hum…épargne-moi les romances impossibles et même les quêtes d’amour fantastiques. Le reste devrait me convenir. »

Dis-je dans un roulement des yeux évocateur de mon avis sur ces films et significatif de ma confiance en elle. Libre à elle, nous ferons ce qui l’enchante c’est vraiment tout ce qui me ferait plaisir. Perdre une journée de boulot peut être embêtant, frustrant, mais si j’ai ses sourires et sa gaieté en consolation je crois que je pourrais vite prendre gout aux jours de repos…

« Eh bien en route pour le parc alors ! Princesse ; »

Motivé à suivre tes conseils ;
Je fais de ce premier jour de l’année ;
Un nécessaire plein de soleil ;
Que tu incarnes merveilleusement à mes côtés…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Welcome to my life... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to my life... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CLIMBER'S PLACE-