..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jude Ken

Invité

avatar


MessageSujet: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Lun 29 Oct - 0:39


Jude & Ross

« Et si t'allais compter les grains de sable ? »



De retour pour quelques jours à Los Angeles, Jude n’avait pas prévu quoi que ce soit pour ses quelques jours de congé. Elle préférait découvrir cette ville aléatoirement, d’une manière improvisée, pas du tout programmée. Ce n’était peut-être pas la meilleure des méthodes, mais si elle se fiait seulement aux visites touristiques, elle pouvait rater des tonnes de trucs très intéressants. Et puis, quand c’était moins touristique, il y avait moins de chance de croiser des touristes qui la reconnaitrait peut-être. Rien ne l’empêchait de les envoyer se faire promener il était vrai, mais elle préférait toujours quand elle ne croisait personne qui aurait pu la croiser dans un avion. Dans les rues, y allant au-hasard, elle pouvait y errer très longtemps, se rendant un peu n’importe où. Quand elle voulait se reposer elle allait dans un parc s’asseoir ou encore dans un café prendre quelque chose. Pareil si elle avait faim. Elle ne se compliquait pas vraiment la vie. Elle n’avait pas de rendez-vous et personne ne l’attendait. Elle pouvait prendre tout son temps. Ce qu’elle faisait, sans aucun problème. Ce qui n’était pas très pratique de cette manière c’était le fait qu’elle ne savait pas toujours où elle était. Elle se perdait donc assez souvent. Heureusement, elle se retrouvait. En faisant parfois ce qu’elle détestait faire : demander de l’aide en voulant retrouver son chemin. Parfois elle s’en sortait avec un taxi ou bien un autobus. C’était déjà un peu mieux.

Cette fois-ci, ses pas la menèrent jusqu’à la plage. Elle trouva que c’était une bonne idée de non pas seulement la longer, mais d’aller directement dessus. Elle ne savait pas il était quelle heure exactement, mais il n’y avait presque personne. Tant mieux. Si elle se fiait au soleil, il était plutôt tard pour aller à la plage. C’était plus agréable quand le soleil était bien haut dans le ciel. Sauf qu’elle ne comptait pas se baigner (disons que depuis qu’elle s’était noyée elle évitait de faire un tour dans ce qui avait des vagues), ni se faire bronzer. De toute manière, ça ne marchait pas. Peu importe le temps qu’elle pouvait rester au soleil, elle allait rougir, peler et allait retourner à son ancienne couleur. Elle allait être seule. Ce qui était très bien, elle préférait quand il n’y avait personne. Pour éviter de parler. Être seule ne la dérangeait pas du tout. Elle préférait ça. Elle enleva ses ballerines, marchant pieds nus dans le sable dès qu’elle fut arrivé sur ce dernier. Elle se rendit près de l’eau, les vagues venant lui lécher les pieds de temps à autre. Avec le short qui lui arrivait aux genoux, elle n’avait pas besoin de les remonter. Elle ne comptait pas aller plus loin.

Elle s’assied finalement, s’éloignant du bord, regardant la fin du coucher de soleil. Elle ne put en profiter autant qu’elle le voudrait. Elle se fit arroser. À la plage ça pouvait arriver, mais pas avec de l’eau. C’était plutôt avec du sable qu’elle se fit arroser. Elle se leva, regardant qui avait fait ça, enfin, regardant à demi. Elle avait du sable dans les yeux. Ce n’était pas idéal pour bien regarder. Elle put tout de même voir un type avec des chiens qui s’excusa. Elle lui lança un regard noir essayant ensuite de faire partir le sable. Ça ne serait pas très simple, elle en avait aussi avalé. Le sable n’était pas très bon au goût. Elle n’avait pas d’eau avec elle. Génial comme promenade. Elle détestait les chiens. Elle détestait les propriétaires des chiens. Elle détestait aussi le sable en fait. C’était quoi cette idée d’aller se promener ? Elle cracha une nouvelle fois. Ça ne fit pas une grande différence, elle sentait toujours des grains de sable dans sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Jeu 1 Nov - 23:06

La randonnée en forêt catastrophique marqua les participants. En utilisant sa capacité, Ross se retrouva blessé. Conduit à l’hôpital, il fut opéré et découvrit à son réveil qu’il était aveugle. Ceci n’avait rien à voir avec ses blessures mais avec l’utilisation intensive de son pouvoir qui avait permis d’éloigner l’intrus lors de cette sortie organisée par Genome. Par crainte de voir son fils s’embarquer dans des aventures qui le dépassaient, aux risques de mettre sa vie en danger, il demanda à ses parents de l’emmener en Europe. Ainsi, il n’avait pas à se soucier de son bien être mais uniquement du sien et de celui d’Anne. En plus de sa maladresse envers cette dernière, le handicap dont il souffrait ne lui facilitait pas la vie. Malgré tout, Anne accepta de rester avec Ross pour le plus grand bonheur de l’écossais. Il s’était juré alors de faire le nécessaire pour ne plus la faire souffrir ; elle avait déjà assez à endurer depuis la mort de son mari, il y avait six mois.

Après son opération, Ross avait été transféré dans un centre de rééducation pour sa convalescence et pour apprendre à vivre avec sa cécité. En parallèle, il avait contacté une association de chiens guides afin d’avoir un animal au plus vite. Le fait d’être aisé lui permettait de ne pas passer par les méandres de l’administration pour obtenir les accords et les financements nécessaire à l’acquisition d’aides techniques. Il ne voulait pas attendre, il préférait payer une somme honteusement exorbitante pour n’être dépendant de personne. Il était hors de question d’être un poids pour ses proches. Il était hors de question de susciter la pitié. S’il ne devait jamais retrouver la vue, il voulait pouvoir se déplacer sans attendre que quelqu’un soit disponible pour l’accompagner. Le jour où il contacta l’association, la chance était avec lui. Plusieurs chiens venaient de terminer leur apprentissage et attendaient d’être placés. Le rendez-vous pour une première rencontre fut pris pour le lendemain.

Cela faisait désormais quatre jours que Ross apprenait à vivre avec un chien guide, à l’aide d’un éducateur spécialisé. Le psychologue apprenait vite ce qui incita l’éducateur à lui proposer une sortie. A la demande de Ross, le trio se rendit au bord de la mer. L’air marin lui ferait le plus grand bien ! Devant les réticences de l’éducateur à laisser l’écossais seul avec le chien, ou l’inverse, Ross employa des arguments convaincants. Plus vite il serait mis en situation, plus vite il apprendrait à vivre avec son handicap. C’était également la meilleure façon de vérifier comment il se débrouillait, de voir quel était son degré d’autonomie et de relever les points à travailler pour devenir le plus indépendant possible.

La poignée du harnais en main, Ross abandonna l’éducateur à la terrasse d’une brasserie bordant la plage. Avec le labrador à ses côtés, il marcha dans le sable d’un pas lent jusqu’au rivage. Il s’arrêta quelques instants pour écouter le bruit des vagues. L’air marin caressant son visage lui faisait un bien fou et lui donnait un sentiment de liberté fort agréable. Il reprit ensuite sa progression sur le sable, jusqu’à ce que le chien s’arrête pour renifler quelque chose. Les labradors s’adaptaient facilement à la diversité des comportements de l’homme et à ses modes de vie variés. Ils possédaient un caractère sympathique et étaient robustes. Ils faisaient d’excellents chiens guides malgré quelques petits défauts comme la curiosité naturelle, l’entêtement et leurs origines de chasseurs qui, par moment, les déconcentraient.

- Qu’est-ce qu’il y a Guinnesse ? Pourquoi tu t’arrêtes ? Demanda-t-il au chien qui ne semblait pas décidé à bouger, trop occuper à sentir quelque chose et à remuer la queue.

En cette période de l’année, il y avait peu de monde sur la plage. Des gens se promenaient le long de la côté mais rare était ceux qui s’allongeaient sur le sable.

- Y’a quelqu’un ? Demanda-t-il en tendant l’oreille afin de deviner la présence éventuelle d’un individu.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Mar 13 Nov - 2:02

Du sable. Du sable. Du sable. Rien de bien surprenant puisque Jude était à la plage. Elle voulait bien du sable sous et sur les pieds, entre les orteils, dans ses ballerines aussi. Ça se comprenait. Elle en voulait moins dans sa bouche comme ce qui venait d’arriver à cause d’un chien. Est-ce qu’elle devait en vouloir au chien ou bien à son propriétaire ? Dans le doute, elle allait en vouloir aux deux. C’était très équitable de sa part non ? Quoique là, maintenant, tout de suite, c’était au chien qu’elle en voulait un peu plus. Il se mit à sentir ses pieds. Oh, très bien. Elle sentait la viande c’était ça ? Elle n’était pas vraiment l’amie des animaux. Le contraire aurait été plus étonnant. Pourquoi… Guinnesse s’arrêtait ? Tiens. À cause d’elle non ? Il lui semblait que c’était quelque chose comme ça. À peu près. Est-ce qu’il était a… oui, il était aveugle. Après un peu de réflexion, elle se dit que ça n’allait pas la rendre plus... plus quoi ? Attendez un peu, il y avait un mot. Elle l’avait sur le bout de la langue. Elle ne l’utilisait pas très souvent. Compatissante. Voilà. Il était aveugle. Et puis ? Les chiens devaient être des supers chiens. Non pas des fournisseurs en sable non demandés. Il avait une moins bonne excuse que les autres chiens en général. Il y avait quelqu’un ? « Juste celle que le chien a essayé de nourrir de sable. » répondit-elle. Son ton n’avait rien de très gentil. Il était froid, plutôt sarcastique. Comme bien souvent. Pour ne pas donner envie de l’approcher. À moins d’être casse-cou. Il lui semblait déjà avoir vu le type. Il lui disait quelque chose. Elle l’avait déjà vu quelque part elle en était sûre. Ah, elle s’en souvenait. Dans un avion. Génial. Il n’était pas aveugle selon ses souvenirs, sauf qu’elle pouvait se tromper. Et que n’importe quoi pouvait arriver n’importe quand.

Il fallait espérer qu’il ne reconnaisse pas sa voix. Pour ça il fallait rajouter de la chaleur et de la gentillesse ainsi que de la politesse. Très changeant d’avec celui qu’elle venait d’utiliser. Certain avait de l’oreille. Ce n’était pas comme s’il pouvait la reconnaitre physiquement. C’était déjà ça. À moins qu’il ne soit pas vraiment aveugle. Elle n’était pas vraiment au courant niveau cécité et yeux, sauf qu’elle savait qu’il y avait différentes raisons pour utiliser un chien guide. Pour le pratiquer ou encore parce que la vue était basse sans complètement ne rien voir. Il y avait aussi probablement d’autres choix, mais elle n’était pas au courant. Peu importe si le chien était là pour bien faire. Ça ne lui enlèverait pas le sable qu’il y avait sur elle. En elle aussi, d’une certaine manière. Très peu ragoutant. « Je vais aller voir si je trouve pas de l’eau. » fit-elle. « À jamais. » rajouta-t-elle quelques secondes plus tard. Elle n’avait plus qu’à aller très loin maintenant. Ce qu’elle ne put pas faire. Elle ne partit pas aussi vite qu’elle l’aurait voulu. Il y avait un petit problème qui aurait pu être drôle pour n’importe qui d’autre. N’importe qui d’autre qui n’était pas elle. Le chien en avait contre elle : il avait mis ses pattes dans ses ballerines. Ô joie. Que demander de plus ? Il voulait aussi le short qu’elle portait ? Petit détail qu’elle remarqua en voulant reprendre ses souliers. Il ne pouvait pas faire comme les autres chiens et manger les souliers ? Ça devait être trop simple pour lui. « Le chien joue à Cendrillon, il lui manque deux chaussures. Et moi j’en ai plus. » Cela aurait probablement été plus simple de dire que l’animal avait des pattes dans ses deux chaussures. Beaucoup plus simple en réalité. Mais, parfois, des mots sortaient de sa bouche sans qu’elle ne puisse s’en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Lun 19 Nov - 13:15

Le chien s’était arrêté pour renifler… une jeune femme. L’écossais confus, tenta de tirer sur le harnais de Guinnesse mais cette chienne, dressée pour servir de guide, n’avait pas l’air décidé à cesser son exploration. Il s’accroupit pour attraper la tête de l’animal et la forcer à arrêter. Les gestes mal assurés du psychologue n’étaient pas très convaincants, pas convaincants du tout. La chienne n’en faisait qu’à sa tête. Elle n’était pas encore habituée à obéir aux ordres de l’homme qui allait devenir son maître.

- Désolée mademoiselle. Fit-il en se relevant.

Il tenta une nouvelle fois d’éloigner la chienne de la jeune femme. Toujours pas de résultat positif. Sans doute, ne tirait-il pas assez fort sur le harnais pour faire comprendre à l’animal de cesser son petit jeu. Il ne voulait pas lui faire mal non plus. C’était un point à revoir avec l’éducateur. Il n’était pas question de se laisser mener par le bout du nez par un chien, aussi gentil soit-il. Guinnesse avait été dressée pour guider un aveugle mais peut-être que son éducation n’était pas entièrement achevée ?

La jeune femme semblait envahie par le sable. Elle n’appréciait absolument pas cette rencontre fortuite. Le ton employé traduisait nettement sa mauvaise humeur. Que pouvait faire l’écossais dans un tel cas ? Rien. Il n’avait pas d’eau sur lui et même s’il en avait eu, il n’aurait pas eu le temps de lui proposer, la jeune femme ayant déjà pris congé. Ross haussa légèrement les épaules devant cette réaction. Tant pis ! Des gens mal lunés ou prêts à enrager à la moindre occasion, il en avait déjà rencontrés. Si avant, il faisait en sorte de calmer la situation, désormais, il préférait laisser couler. Il y avait tellement plus grave dans la vie ! Il était inutile de dépenser son énergie pour si peu.

Ah zut ! Elle n’était pas partie. Le chien se prenait pour Cendrillon ! Ah bon. Que voulait-elle dire par là ? Dans le comte, la future princesse perdait une chaussure. Guinnesse n’avait pas de chaussures aux pattes. Pas à sa connaissance en tout cas. Il fronça les sourcils avant de comprendre ce qu’elle voulait dire. Ross s’accroupit de nouveau. Il caressa la chienne et tâtonna ses pates jusqu’à toucher les chaussures. Voilà, la chienne avait une patte dans chaque. Il obligea l’animal à se déplacer. Il y parvint mais n’ayant pas envie de lâcher ses nouveaux jouets, l’animal saisit une chaussure dans sa gueule. Ross ne savait pas trop quoi faire devant cette situation. S’il se mettait à tirer sur l’objet, il risquait de l’endommager. Déjà que la jeune femme n’était pas contente, si en plus de cela, elle devait rentrer pieds nus chez elle, il risquait de se faire incendier.

- Vraiment, je suis désolé, mademoiselle. Je crois que je suis bon pour vous dédommager ?

Cette situation était frustrante mais il ne pouvait faire plus. Ne voyant pas et n’arrivant pas à se faire obéir par la chienne, il ennuyait une personne venue sur la plage pour se détendre. Lui aussi était venu ici pour se détendre et profiter de l’air marin. Au lieu de cela, il se retrouvait dans une situation ridicule qui tendait à l’agacer.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Jeu 29 Nov - 1:37

Il lui dit qu’il était désolé. Ça n’allait pas arranger les choses. Jude allait continuer à sentir des grains de sable dans la bouche. Ça faisait un drôle de bruit pas très agréable lorsque ses dents se touchaient, et la sensation l’était encore moins. Elle n’avait jamais pensé que ses dents pouvaient se toucher autant. Il lui semblait qu’elles n’arrêtaient pas. Dès qu’elle ne pensait plus à garder sa bouche légèrement ouverte, elle se refermait et ça recommençait. Le seul point positif dans tout ça, c’était qu’il lui semblait qu’il y avait de moins en moins de sable. Quoique la perspective d’en avoir dans l’estomac n’était pas si positif que ça en fait. Alors désolé… elle se contenta d’hausser les épaules, bien qu’elle savait qu’il ne verrait rien. Elle, elle voyait. Elle avait vu ce que Guinnesse avait fait. Elle le fit partager. Généreux ? Pas vraiment. Égoïste ? Certainement. C’était ses chaussures que l’animal portait maintenant. Donc, qu’elle ne pouvait pas mettre pour partir se chercher de l’eau. Et peut-être aller dans un endroit où les chiens n’existaient pas. Les chiens aujourd’hui, les chauffeurs de taxis demain. Le propriétaire du chien se baissa, le fit bouger. Bien. Ah non. Faux. Pas bien du tout. Il se mit à le mordre, pas l’homme, mais le soulier. L’une de ses ballerines. Oh, génial. Un soulier plein de bave. Miam. Une chance qu’ils n’avaient pas coûté cher.

Elle soupira. Elle n’aimait pas du tout cette situation. Ça leur faisait au moins un point commun. Pourquoi il ne s’était pas contenté d’une canne ? Cela aurait été plus simple… pour elle. Il s’excusa encore une fois, lui disant qu’il pourrait la dédommager. Ah bah voilà, une excuse qui servait un peu plus à quelque chose. Elle allait tout de même essayer autre chose avant. « Va chercher. » fit-elle, faisant semblant de lancer un bâton. Comme ça il allait lui courir après et elle aurait accès libre à ses souliers. Ils iraient probablement n’importe où, mais il n’aurait plus les pattes dedans. Le chien la regarda semblant se demander ce qu’elle venait de faire. Elle lui demandait de continuer de se comporter comme un chien et il ne le faisait pas. C’était quoi ça ? Une blague ? Elle ne la trouvait pas drôle. Bon, ce n’était en rien exceptionnel, elle ne trouvait pas beaucoup de choses de drôles depuis quelques années. Rire ? Quelle blague. « Va chercher. » répéta-t-elle, recommençant. Encore une fois, rien du tout. « Je vais prendre le dédommagement. » se résigna-t-elle. Elle n’était tout de même pas pour rentrer chez elle pieds nus. C’était un peu loin et pas très confortable. Un morceau de vitre ou de n’importe quoi d’autre était si vite arrivé. Même aller dans le taxi pouvait être dangereux si quelqu’un avant avait échappé de quoi. Déjà qu’elle pouvait les martyriser en restant debout longtemps, elle n’allait pas en plus rajouter ça. Elle ne connaissait pas ce coin de la ville par cœur, mais elle était à peu près sûre qu’il y aurait un magasin qui vendaient des souliers dans le coin. Elle regarda ses ballerines. L’une toujours à une patte et l’autre dans la gueule. Étrange endroit pour des souliers. « Je vais lui laisser les deux, il semble bien les aimer. » De toute manière, elle ferait quoi avec une seule ? « Y’a un magasin de près ? » fut ensuite demandé. Ce n’était pas parce qu’il ne voyait rien qu’il n’était pas au courant. Il avait besoin de chaussures lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Mar 4 Déc - 21:49

A deux reprises la jeune fille ordonna à la chienne d’aller chercher quelque chose. A chaque fois, Ross sentait que Guinnesse s’efforçait à ne pas suivre les consignes de la jeune fille. Heureusement, car si la chienne s’était mise à courir après l’objet convoité, il aurait eu l’air malin de se faire trainer Dieu sait où. L’écossais était satisfait de constater que l’animal n’était pas si mal dressé que ça. Son petit stratagème ayant échoué, elle acceptait le dédommagement. Ross lâcha la poignée du harnais afin de prendre son portefeuille de la poche intérieur de sa veste. Il en sortit un billet de cent dollars et le tendit à la jeune fille. Ne s’étant pas encore entraîné à reconnaître les pièces de monnaies et les billets, il ne savait pas si c’était le bon.

- Avec ça, ça ira pensez-vous ? Demanda-t-il confus.

Ross était gêné de ne pas savoir ce qu’il donnait à son interlocutrice. S’il s’était trompé, il craignait d’agacer son interlocutrice plus qu’elle ne l’était déjà. Elle semblait tout de même faire contre mauvaise fortune bon cœur puisqu’elle venait de décider d’abandonner ses chaussures aux bons soins de la chienne.

- C’est gentil de votre part en tout cas. Il y a un magasin derrière la brasserie bordant la plage. C’est à deux pas d’ici. Je peux vous accompagner si vous le souhaitez. Je vous offre un verre ensuite pour me faire pardonner, ok ?

L’écossais se baissa pour ramasser la poignée du harnais de Guinnesse. Seulement, cette dernière, après avoir fait un énorme effort pour ne pas se mettre à courir après l’objet lancé par la fille aux pieds nus, se mit en mouvement. Le psychologue ne s’y attendant pas fut déséquilibré et s’étala de tout son long. Par réflexe, il mit les mains en avant, ce qui lui évita de se retrouver le nez dans le sable. Rapidement, il se releva pour s’asseoir. Il s’épousseta nerveusement en maugréant. Désorienté, il ne savait plus où se trouvait la jeune fille : devant, derrière, à droite ou à gauche ?

- Mademoiselle ? Vous êtes toujours là ? Demanda-t-il encore plus confus qu’il ne l’était déjà.
Décidément, il n’en ratait pas une aujourd’hui. Ce n’était pas demain la veille qu’il pourrait se déplacer comme bon lui semblait ! Et la chienne ? Où était-elle passée ? Sans elle, il était incapable de retrouver son chemin. S’il n’était pas aveugle, il pourrait la voir courir au bord de l’eau et jouer avec les vagues.

- Guinnesse ! ICI ! Ordonna-t-il en élevant la voix.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Sam 15 Déc - 4:27

L’homme fouilla dans sa veste, en ressortant un portefeuille dans lequel il se mit à fouiller. Il lui tendit ensuite un billet de cent, lui demandant si ça irait. Oh oui. Ça irait très bien. « Ouais. Je vais pouvoir m’acheter une dizaine de ballerines comme ça. Ou une paire vraiment couteuse. » lui répondit Jude. On pouvait la traiter de n’importe quoi, mais elle n’était pas une profiteuse. Elle aurait très bien pu prendre le billet et l’échanger contre un billet moins élevé sans ne rien lui dire. C’était juste son bon fond, qui était très loin, très au fond, qui refaisait surface. Elle n’était pas profiteuse. Elle n’était pas gentille non plus, selon ce qu’elle voulait faire croire, mais c’est ce que dit l’inconnu. Elle ne voyait pas ce qu’elle avait fait de gentil. Elle ne dit rien à ce sujet, mais pas sur le prendre un verre ensuite qui fut dit. C’était une idée. Elle pourrait toujours lui fausser compagnie. Il y avait combien de chance pour qu’ils puissent se revoir une autre fois ? Enfin, se recroiser. « Je te suis. » fut donc tout ce qu’elle dit.

Tout du moins, cela se serait passé comme ça si ce soir, un malin lutin ne leur avait pas jeté un sort pour que tout aille mal. Alors qu’il essayait de retrouver la laisse, l’animal partit, lui faisant perdre l’équilibre et ce fut sur le sable qu’il se retrouva. Le chien s’éloigna, le laissant seul. Il l’appela, mais la mademoiselle en question était en train d’aller chercher la Guinnesse qui faisait mumuse dans les vagues. Qu’est-ce qu’elle avait fait pour mériter ça ? Elle n’était toujours très gentille, mais elle ne tuait personne. Elle pouvait en faire pleurer, mais qu’est-ce qui ne nous tuait pas nous rendait plus fort non ? Elle faisait ce qu’elle faisait à faire sans se mêler des affaires des autres. Ça ne suffisait pas ? Pourquoi elle allait chercher l’animal justement ? Entrant dans l’eau au même moment sans avoir besoin de se déchausser, elle s’en rappela. Pour avoir des nouveaux souliers pour rentrer chez elle par la suite. Sans chien. Elle attrapa la laisse, et ne laissa pas le choix au canidé de la suivre, retournant près de l’aveugle.

Elle mit la laisse dans la main du propriétaire. Laisse qui était trempée et qui devait bien indiquée où elle avait été. Le vilain chienchien ! Elle n’y connaissait rien en chien d’aveugle, sauf qu’elle ne pensait pas que ce soit quelque chose de normal qu’il parte ainsi, sans aucune raison. Surtout qu’il n’était pas partie lorsqu’elle avait fait semblant de lancer quelque chose. « On y va ? » lui demanda-t-elle. Elle, elle n’avait plus de raison de rester. Lui, elle n’en savait rien. Elle venait de lui demander indirectement. Guinnesse était de retour, il avait la laisse et assez d’argent pour lui payer toutes les ballerines qu’elle voudrait. Qu’est-ce qui pourrait la retenir là ? La place ce soir ne lui laissait pas un très bon souvenir, autant en partir le plus rapidement possible.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Dim 30 Déc - 21:16

L’observation de la jeune femme fit comprendre à Ross qu’il lui avait donnée un billet de cent dollars. C’était effectivement beaucoup pour une paire de ballerines. Pas de quoi s’en acheter une dizaine de paires, comme elle le disait, mais de quoi se choisir un joli modèle sans faire attention au prix. Il était reconnaissant à la jeune femme de s’être montrée honnête. Elle aurait très bien pu empocher l’argent sans rien dire et l’abandonner à son triste sort. Ce n’était sans doute pas voulu, mais en agissant ainsi, elle l’aidait à le convaincre d’apprendre à reconnaître les billets et les pièces, le plus rapidement possible, s’il ne voulait pas se faire avoir à tous les coins de rue.

- Vous aurez le choix comme ça !

Il sourit au tutoiement employé par la jeune femme. Au moins, ce billet semblait la rendre plus joviale qu’elle ne l’était au départ. De plus, elle était prête à suivre l’écossais. Seulement, la chute sans gravité les stoppa dans leur intention. Guinnesse s’était enfuie. L’homme n’avait aucun moyen de retrouver la chienne si elle ne répondait pas à son ordre. Heureusement, la jeune femme prit les choses en main et récupéra l’animal.

- Merci ! Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans vous. Dit-il en prenant le harnais et en se remettant sur pieds

Le ton de sa voix était chaleureux mais à l’intérieur Ross rageait. Il était gêné de ne pas contrôler la situation. Cette incapacité à se débrouiller seul l’agaçait. S’il avait été seul, il aurait pesté comme un diable contre lui-même. En compagnie d’une inconnue, il n’en montrait rien et faisait bonne figure. Il avança avec la jeune femme jusqu’au magasin précédemment indiqué.

- Au fait, moi c’est Ross. Je vous attends dehors et ensuite on ira boire un verre. D’accord Mademoiselle ?....

Une interrogation afin de connaître sa décision ainsi que son prénom. Il attendit patiemment que la jeune femme fasse ses emplettes. Qu’aurait-il pu faire d’autre d’autant plus qu’il avait une petite idée derrière la tête.

- Alors vous avez trouvé ce que vous vouliez ? Demanda-t-il avec intérêt.
- Dites, je ne voudrais pas abuser de votre temps, vous avez sans doute un tas de choses à faire à l’approche des fêtes de fin d’année… Mais j’aimerais vous demander un petit service. C’est très important pour moi. Je sais que notre rencontre ne s’est pas faite sous les meilleurs hospices et je comprendrais parfaitement que vous refusiez…

Il comprendrait mais il serait très ennuyé. Il serait dans l’obligation de demander de l’aide à une autre personne, encore !

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Mar 8 Jan - 1:23

Ça pour pouvoir avoir le choix, elle l’aurait. Et pas seulement un peu. Malheureusement, Jude n’eut pas le temps d’imaginer la sorte de chaussures qu’elle pourrait acheter avec ce billet, car l’animal en fit à sa tête et qu’elle, elle alla le chercher. De retour, elle le redonna à son propriétaire. Hum… sans elle, le chien ne lui aurait pas envoyé de sable dessus et tout le reste ne serait pas arrivé. Donc sans elle… tout aurait été beaucoup mieux pour tous les deux. Elle ne répondit pas, se contentant de le suivre. Il se présenta une fois qu’ils furent à la boutique. « Jude. » se présenta-t-elle à son tour. « Et d’accord. » Parce qu’elle avait bien besoin d’un verre. Peut-être même deux. Elle s’était montrée (c’était très difficile pour elle de penser ça)… sociable. On faisait peut-être mieux comme sociabilité, mais pour elle, elle avait fait beaucoup d’effort jusque-là. Elle n’était pas partie sans ne rien dire. Bon, qu’elle n’aille plus rien dans les pieds aidaient beaucoup à ça il était vrai. Elle méritait une petite récompense non ? Elle entra ensuite seule dans la boutique, fouillant dans cette dernière. Quelques minutes plus tard, elle sortit de la boutique, ses ballerines aux pieds. « Et voilà le change. » dit-elle, afin d’indiquer qu’elle était là. Ce n’était peut-être pas la meilleure entrée en matière, mais elle n’avait rien trouvé d’autres. Elle mit ensuite l’argent restant dans la main de l’aveugle, tout en espérant que la monnaie qui était revenue avec les papiers, ne fassent pas n’importe quoi.

Si elle avait trouvé ce qu’elle voulait. Elle hocha la tête. Cela lui pris quelques secondes avant de se souvenir que monsieur ne pouvait pas voir. Elle jura intérieurement. « Oui. » dit-elle. Et même une paire à dix dollars. Ce qui n’était pas très cher face à d’autres qu’il y avait juste à côté. C’était aussi environ le prix qu’elle avait payé pour celles qu’elle venait de perdre. Elles n’étaient pas exactement pareilles, sauf qu’elle n’avait pas vu l’intérêt de se racheter des ballerines identiques à celles qu’elles n’avaient plus. Elle regarda Ross lorsqu’il lui dit qu’il lui avait une faveur. Pourquoi tout le monde pensait qu’elle était charitable à l’approche des fêtes de fin d’année ? C’était même tout à fait le contraire. Déjà qu’elle n’était pas très charitable, là, c’était souvent pire. En même temps, personne ne savait pourquoi elle n’aimait pas le temps des fêtes. Autant parce qu’elle ne semblait ne rien aimer que parce qu’elle ne le racontait à personne. Alors, pourquoi ne pas partir ? Elle avait des ballerines et n’étaient plus pieds nus. Alors rester ne lui servait pas à grand-chose. Elle ne s’y connaissait pas en lois, règles et ce genre de trucs, mais il devait probablement en avoir qui concernait les personnes comme ce Ross et une non-assistance. Avoir des problèmes étaient pas la dernière des choses qu’elle voulait. « Quel service ? » lui demanda-t-elle. Direct, mais tourner autour du pot, ce n’était pas trop son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Lun 14 Jan - 17:11

Ah ces femmes ! Un petit tour dans les magasins et elles allaient tout de suite mieux, pour la plupart en tout cas. Après ses achats, la jeune fille semblait de meilleure humeur qu’au départ. Elle se présenta à son tour et accepta de boire un verre avec le psychologue qui lui sourit. Il lui sourit de plus belle lorsqu’elle lui rendit la monnaie. Si elle n’était pas des plus sociables, elle était très honnête ; l’écossais lui avait donné un billet pour la dédommager des dégâts faits par le chien-guide, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui redonne la différence. Il lui aurait bien dit de tout garder mais il risquait de la vexer. Aussi empocha-t-il l’argent restant en la remerciant simplement d’un signe de tête.

- Allons-y Jude ! Dit-il en commençant à avancer sur le chemin longeant la plage.
- C’est bien par là que se trouve la brasserie au moins ? Demanda-t-il afin de s’assurer qu’il ne faisait pas fausse route.

C’était la première fois que Ross venait au bord de la plage en étant aveugle. Il connaissait le site mais, sans la vue, il manquait encore de repères. La jeune fille marchant à ses côtés, le chien-guide le précédent, il avait quand même des chances de ne pas se tromper de direction. Ils arrivèrent devant la brasserie et s’installèrent à la terrasse, face à la mer. L’air marin avait un effet apaisant sur l’écossais. D’ailleurs, cela faisait un bout de temps qu’il n’avait pas mis les pieds sur son bateau. Que pourrait-il y faire actuellement ? Pas grand-chose à par se dorer la pilule au soleil, activité dont il n’était pas friand. Ross préférait prendre le large et naviguer au gré du vent et de ses envies.

- J’aime beaucoup l’océan. Pas vous Jude ? Demanda-t-il en inspirant profondément.
- Vous désirez quoi ? Pour moi ce sera un thé à la menthe et quelques petites choses à grignoter. L’air marin me creuse l’estomac. Dit-il en présence de la serveuse qui venait prendre la commande.

Ross attendit que cette dernière reparte pour aborder le sujet qui lui tenait à cœur. Jude n’avait pas montré un grand engouement à sa demande. En même temps, il était normal qu’elle s’interroge sur le service qu’il voulait lui demander. Si elle avait dit oui sans savoir ce que c’était, ce n’aurait pas été très logique. Il existe des hommes qui demandent de drôles de services aux femmes qu’ils rencontrent dans la rue. Bien entendu, la requête de Ross était ce qu’il y avait de plus honnête, mais Jude ne pouvait pas le savoir.

- Oui donc, en fait ce serait pour faire un achat. Je n’aimerai pas qu’on profite de ma situation ou qu'on me vende n’importe quoi. Et puis, l’avis d’une femme me serait très utile. Quel âge avez-vous d’ailleurs ?

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Mar 22 Jan - 1:13

Et bien, c’était parti pour aller à la brasserie comme venait de lui faire savoir Ross qui était prêt à partir. Peut-être pas dans la bonne direction. Vous voyez les mangas, quand des personnages sont plus au moins débités et qu’ils tombent par terre, remontant rapidement ? Si Jude avait été dans un manga, elle aurait eu cette réaction. Elle regarda donc autour d’elle. « Il y a une brasserie. » lui confirma-t-elle. Ils y arrivèrent sains et saufs ; tout comme ses nouvelles ballerines, s’installant à une table avec vue sur l’océan. Océan dont elle était la seule à pouvoir voir. À aimer ? Ils ne devaient pas être deux. « Je l’aime bien aussi. » mentit-elle. Elle l’aimait moins depuis qu’elle avait failli se noyer, mais elle n’était tout de même pas pour raconter sa vie à un inconnu. Inconnu qui ne devait pas du tout s’en soucier de toute façon. Qui se souciait vraiment des problèmes d’une personne rencontrée au-hasard ? Pas elle en tout cas. Bon, se comparer aux autres personnes était probablement une très mauvaise idée. M’enfin, ça ne changeait pas le fait qu’elle ne comptait pas s’étaler devant cet homme. Peu importe qu’il puisse la voir ou non. Elle ne s’épancherait pas plus devant un sourd-muet-aveugle pour donner un exemple rapide et très réaliste comme ça. « Une bière. » dit-elle. Et deux, et trois, peut-être un peu de vodka. Elle verrait bien. Elle n’était pas alcoolique, simplement, ça lui semblait être un moyen simple de consolation. Et puis, elle, l’air marin lui donnait envie de boire. De grimper sur un bateau, d’avoir un perroquet et de piller les autres bateaux. Bon, peut-être que du rhum et du whisky serait bien aussi.

Le plus vite possible, car il y avait un achat à faire et qu’il ne voulait pas se faire avoir. Qui lui disait qu’elle allait continuer de se montrer aussi honnête ? Peut-être car on oubliait les «gentils» et on se souvenait des méchants. Peut-être pas tout le temps, mais si elle lui amenait le mauvais truc ou encore si elle était partie avec tout son argent, il s’en serait souvenu. Là, il y avait moins de chance. L’avis d’une femme lui serait utile. Hum. Elle ne savait pas si elle était capable de faire ça. Disons qu’elle n’avait aucun problème à dire ce qu’elle pensait. Elle avait un problème avec les goûts des personnes de son âge. Elle se trouvait bien souvent plus mature à ce niveau. M’enfin, ce n’était pas très grave. « 29 ans. » lui répondit-elle. Ce qui était la vérité. Elle n’avait aucune raison de mentir sur son âge. Surtout qu’ils étaient dans un endroit où il y avait de l’alcool et avec la commande qu’elle avait prise, on pouvait la carter n’importe quand et se faire démentir à n’importe quel moment. De toute manière, elle se considérait jeune. Trop jeune. En même temps, elle ne voulait pas devenir vieille. Elle n’espérait pas se rendre jusque-là. Depuis l’incendie qui avait tué ses parents, elle ne voyait pas plus loin que leur âge. Une quarantaine d’années. Elle n’arrivait pas à se projeter plus loin. Tout du moins, quand elle se projetait. Ce qui n’arrivait pas très souvent. « Et quel serait cet achat ? » demanda-t-elle quelques secondes plus tard à Ross. Plus tôt elle le serait, plus tôt ça serait fait (ou non), plus tôt elle pourrait être seule.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Sam 2 Fév - 23:01

Ross remarqua une pointe d’hésitation lorsque Jude lui répondit qu’elle aimait aussi l’océan. Son affirmation ressemblait plutôt à un mensonge déguisé. Ne connaissant pas la jeune femme, il n’en mettrait pas sa main au feu, mais il serait étonné que son impression soit fausse. Peu importait ! Il espérait seulement qu’elle n’ait pas dit ça dans le but de ne pas le contrarier du fait de sa cécité. L’écossais n’aimerait pas découvrir qu’il faisait pitié. Pour lui, ce sentiment emprunt de condescendance dénaturait la bonté qu’il contenait à la base. Susciter la pitié etait pire que d’être montrer du doigt ou insulter ; c’était humiliant. Le handicap se chargeait déjà de le dégrader, nul besoin d’en rajouter une couche. Quoiqu’il en dise et malgré les apparences, Ross n’en menait pas large. Il n’avait jamais été aussi peu sûr de lui. Il faisait tout pour atténuer les effets négatifs découlant de la cécité mais il était conscient qu’il n’était pas en possession de tous ses moyens. Malgré sa volonté de vivre comme Monsieur tout le monde, il y avait obligatoirement des choses qu’il ne pouvait plus faire et d’autres auxquelles il ne préférait même pas penser ; tôt ou tard, il y serait confronter et elles se chargeraient de lui rappeler son état. Pas plus tard que maintenant. Après que la serveuse ait déposé la commande sur la table, Ross faillit renverser sa tasse.

- Et merde ! Râla-t-il après lui-même.

Quelques gouttes d’eau bouillante étaient tombées sur sa main qu’il s’empressa d’essuyer sur son pantalon. Le manque de repères visuels et la mauvaise appréciation des distances le rendaient maladroit. Toutes ces petites choses faites habituellement sans réfléchir prenaient des proportions difficiles à gérer. Il ne devait pas se laisser dépasser par tout ça. Il fallait reprendre du poil de la bête et continuer à vivre comme si de rien n’était. Belle théorie sur le papier mais pas évidente à mettre en pratique. Heureusement, le psychologue n’était pas seul au monde ! Son fils et la femme de sa vie étaient le moteur lui permettant de ne pas baisser les bras. C’est en pensant à eux et plus particulièrement à elle que lui vint l’idée de demander de l’aide à Jude. Noêl approchait et il n’avait fait encore aucun achat. Pour son fils, c’était pratiquement réglé ; Wyatt étant en France avec ses grands-parents, il lui enverrait des chèques cadeaux afin qu’il s’achète ce qu’il désire. Pour ses propres parents, il avait prévu de réserver un petit séjour dans un endroit de rêve où ils iraient quand bon leur semblerait. Pour Anne, il avait une petite idée mais rien de précis. Il en fit part à la jeune femme.

- J’aimerais aller dans une bijouterie, choisir un joli cadeau pour celle que j’aime. Mais je ne sais pas quoi prendre… Un bracelet, une chaîne, une montre, des boucles d’oreilles, une bague… Non ! Pas une bague...

Une bague offerte par un homme à une femme était souvent associé à une demande de mariage. Malgré le fait qu’il tienne à son statut de célibataire, Ross avait fait sa demande à Anne, fort maladroite et très mal tombée. Avec le recul, il se demandait quelle mouche l’avait piqué à ce moment là ! La peur de perdre la femme de sa vie ? En tout cas, quelle que soit la raison, il avait eu une très mauvaise idée. Après ce qui s’était passé au centre de rééducation, il était préférable d’éviter un éventuel malentendu. Il ne voulait pas se tromper une nouvelle fois.

- Vous en pensez quoi ? Je sais que vous ne connaissez pas Anne, mais dites-moi ce que vous, vous aimeriez recevoir comme genre de bijou ? Ce n’est pas mon genre d’habitude et je sais que j’abuse de votre temps, mais là il faut vraiment que vous me donniez un coup de main.
Le ton presque soucieux de l’écossais modula pour devenir grave puis légèrement moqueur pour dire :
- Je ne vais quand même pas demander ça au dresseur de Guinnesse ?

Plus il y pensait et plus il se disait que l’aide de Jude était une nécessité. La jeune femme avait 29 ans, c’était parfait. Elle lui dirait ce qu’elle en pensait et elle serait ses yeux le temps de choisir le cadeau.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Jude Ken

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   Mer 13 Fév - 1:41

Jude contemplait l’océan. Cette étendue d’eau si belle, mais si dangereuse. Comme toute eau. Comme ça lui avait été prouvé. Elle s’en méfiait depuis, ce qui était une assez bonne chose. Elle ne vit donc pas la gaffe que fit Ross, mais elle l’entendit jurer. Elle tourna la tête pour voir ce qui venait de se passer. Il était en train de s’essuyer sur son pantalon ses mains. Leurs commandes étaient arrivées. Elle prit une gorgée de la sienne. Elle devait rester pour savoir ce qu’il voulait qu’elle lui rendre comme service. Elle ne l’avait pas en pitié. Elle trouvait même ça plutôt pratique qu’il ne puisse rien voir. Elle n’était pas obligée de contrôler les émotions de son visage. Elle n’avait pas de mal à faire ça, à ne rien faire apparaitre, mais une petite pause était la bienvenue. Juste pour détendre un peu les muscles de son visage. À la base, elle devait partir après le verre. Elle ne pensait pas qu’il lui demanderait quelque chose. Pourquoi elle avait accepté le verre ? Elle aurait très bien pu en prendre un seul. Elle y était habituée. Mais non, à la place, elle avait voulu une compensation pour le sable ; qu’elle ne sentait plus (enfin) dans sa bouche. Puisqu’elle était là, il lui demandait un service. Pour ne pas se faire avoir parce qu’il ne voyait rien. Sans le prendre en pitié, s’il n’avait pas eu cette raison, elle ne l’aurait pas aidé. Elle n’aimait pas les injustices. Qu’on profite. Elle n’en voyait pas trop l’intérêt. Mon dieu. Avait-elle un cœur ? Il était là, bien caché. Elle ne l’avouerait pas non plus.

Bref, comme elle ne comptait pas profiter de cet homme, autant que ce soit à elle de l’aider pour éviter qu’il ne tombe sur n’importe qui. Ou pas. Là, elle avait surtout très envie de partir en courant. Berk. L’amour (l’aaaammmmooouuurrrrr ; très dégoulinant). Une chance qu’il ne pouvait pas voir le visage qu’elle faisait. Et le mouvement qu’elle fit : elle fit semblant de se tirer une balle. Il voulait acheter un bisou pour la femme qu’il aimait. Ô joie. Elle hocha la tête. La bague était souvent une mauvaise idée. On pouvait facilement se méprendre sur l’intention de la bague. Il lui demanda ensuite ce qu’elle préférerait. Elle n’était pas très bijou. « Je préfère les boucles d’oreilles. » lui répondit-elle. Elle trouvait ça plus pratique, c’était ce qu’elle mettait le plus. Des petites boucles d’oreille, pas des gros anneaux ou des breloques arrivant presqu’aux épaules. Des petits anneaux, des petites pierres. Le reste, elle trouvait ça plutôt encombrant. Il ne voulait pas demander au dresseur de Guinnesse. Pourtant, c’était un homme comme lui. « Pourquoi pas. Il doit bien acheter des bijoux lui aussi parfois. Il est pas juste dresseur. » lui fit-elle remarquer. Après tout, ce type devait bien avoir une vie. Il fallait l’espérer. « Mais tant qu’à être là, je vais aider. » rajouta-t-elle, quelque instant plus tard. C’était surtout pour voir s’il allait suivre son conseil ; les boucles d’oreilles, ou non. Elle était curieuse.

Ils finirent de boire ce qu’il y avait devant eux et ensuite, ce fut payé. Ils se levèrent, allèrent sur le trottoir pour trouver une bijouterie. Surtout elle, mais c’était plus au moins normal. En espérant que sa bonne action soit faite pour l’année. Et qu’il ne prenne pas trop de temps à choisir. Peut-être que de ne pas pouvoir voir ce qu’il comptait acheter accélérait le tout. Comme ça, il avait une excuse toute faite s’il ne choisissait pas un bon bijou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si t'allais compter les grains de sable ?[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: VENICE BEACH-