..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce fut trop long ... dommage.[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jayden

Invité

avatar


MessageSujet: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Mar 4 Sep - 19:09

29 décembre

Deux longs et interminables mois s'étaient écoulés. La couleur du ciel avait changé, l'atmosphère s'était peu à peu métamorphosée pour laisser place à un nouvel ère. Les comportements humains semblaient également touchés par une vague invisible, un quelque chose d'inexplicable, d'incompréhensible. Jayden regardait d'un air perplexe son portable. Elle était totalement perdue. Ce message n'était pas prévu, il n'avait rien à faire là. Elle sentait son cœur battre la chamade et ses entrailles s'enrouler sur eux même.
Sonny voulait la revoir, la contacter, lui adresser de belles paroles, pour lui expliquer ces deux longs mois de silence. Ainsi c'est comme ça qu'elle fonctionnait ? Elle disparaissait de la circulation deux mois, revenait, puis disparaissait une seconde fois. Jayden en avait marre des plans foireux. Sonny n'était pas digne de confiance et ne méritait certainement pas toute son amitié. Elle se jouait de Jayden sans s'en rendre compte. Elle avait toujours fait passer ses priorités avant sa meilleure amie.

Elle souffla doucement, passa une main dans ses longs cheveux bruns, puis effaça le texto. Jayden devait changer, s'endurcir et ne plus laisser de trace sur son passé. Elle se débarrasserait de Ben dans un premier temps, puis d'Ellen. Une fois ses parents rayés de son ancienne vie, elle en viendrait à Remington puis Sonny. Ces quatre là lui avaient bien causé des torts, alors il était temps de rétablir de l'ordre. Remington se croyait tout puissant ? Il était loin de s'imaginer à quel point Jayden avait changé.

Fini la petite fille coquette, douce et aimable. Fini le monde de guimauves et de bisousnours. Jayden jouerait le double jeu. La jeune violoniste, dévorée par sa passion, excellent au mieux dans son domaine. Et de l'autre bord, l'intrépide tueuse, celle à l'âme noire, prête à se débarrasser des faibles et de tous ceux qui lui feront barrage. Elle en avait marre d'être faible, de crier à l'aide. C'était dorénavant fini. La flèche avait brisée la glace, libérant le félin. Le monstre.

La brunette envoya un texto à Sonny pour lui dire de se rejoindre à la Marina. Il faisait un temps radieux, malgré un vent qui tendait à vouloir se vêtir chaudement. Pour 15h. Elle avait encore de la marge devant elle. Jayden s'était procuré une arme à feu qu'elle prit soin de ranger dans un double fond de ses placards. Elle n'avait pas envie que son père puisse découvrir sa traîtrise avant l'acte. Elle commanda rapidement des billets pour sa mère, dans un camping non loin de LA, en pleine forêt. Assez chic et agréable pour qu'elle ne puisse se refuser quelques vacances bien mérités.

Toute vêtue de noire, elle ne pouvait rencontrer Sonny dans un tel accoutrement. La jeune française aurait de suite remarqué le côté négligé de Jayden, trop neutre pour être elle même. Ainsi la musicienne s'enfonça dans sa penderie et sortie un jeans au tissu usé, mais travaillé, un pull en dentelles, un foulard en soi hors de prix et pour finir une petite veste droite en cuir vermeille. Elle travailla également sa coiffure en lui donnant plus de volume avec quelques boucles. Bien, elle était redevenue la jeune fille modèle, passionnée de musique, mode, films et art en tout genre.

Jayden jeta un bref coup d'oeil à sa montre. Elle descendit les escaliers et une fois devant la porte d'entrée, contempla le hall. C'était une maison vraiment charmante en soi, mais l'atmosphère était si pesante, qu'il était difficile de s'y sentir à l'aise.

« Jayden ? Où cours-tu comme ça ? » lança Ben Blackwell d'une voix rauque.

L'homme âgé d'une soixantaine d'année venait de se lever d'un fauteuil en cuir. Il tenait dans sa main son habituel journal et une petite pièce en argent dans l'autre, dont ses doigts jouaient avec nerveusement. Jayden lui lança un regard noir. Pourquoi devait-elle toujours se justifier ? Mais qu'importe, bientôt tout sera fini. Bientôt, elle ne verra plus ce visage tordu, ce regard ampli de mépris. Plus qu'une ombre, un murmure, du néant.

« J'ai rendez-vous avec mon professeur de musique. Je ne rentrerai pas tard. » rétorqua la jeune femme d'un ton laconique.

Elle claqua la porte derrière elle avant que Ben ne puisse lui lancer ne serai-ce qu'un seul mot acerbe. D'un simple geste, elle appuya sur les clés de son 4x4 et s'y installa avant de prendre la route. Prise dans les bouchons, elle pollua l'atmosphère avec ses gros pots d'échappements, mais elle en avait que faire. Malgré tout, une petite pensée se cadra dans sa tête, à l'adresse de Jared. Le pauvre, il lui aurait jeté toutes les foudres du monde...

Enfin arrivée à destination, Jayden se laissa tomber sur une caisse en bois, juste en face d'un yacht. Magnifique requin blanc de la mer. Il brillait sous un soleil peu chaleureux et dansait doucement au rythme des vagues qui s'écrasaient sur le ponton. Jayden commença à imaginer l'intérieur luxueux du navire. Un mini salon dont les meubles sont fabriqués d'un bois rare et les fauteuils d'un cuir agréable. Elle s'imaginait les cheveux au vent, au sommet de cette terrasse invisible, qui dominait les océans. Elle se voyait plus loin que jamais, vêtue de blanc, dans une soie légère et presque transparente, accompagné des plus riches et beaux hommes de toute la côte Californienne.

Mais sa rêverie cessa subitement, lorsque qu'elle aperçue Sonny, tout sourire, arriver dans sa direction. Jayden se releva, épousseta son jeans et accorda un radieux sourire à Sonny. Elle courut gauchement dans la direction de la française tout en tendant les bras en l'air.

« Sonny !! Je suis tellement contente de te voir ! Tu as une mine resplendissante ! Ça fait tellement longtemps ! »

Jayden jouait son rôle, ce rôle si simple de bonne copine qu'elle avait joué jusqu'à présent naturellement. Son cœur battait, battait si fort qu'elle avait l'impression d'exploser. Enlacer Sonny allait être un acte des plus difficile …
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Mer 5 Sep - 17:02

Après la neige, le temps californien semblait chaud et réconfortant. Son escapade dans le Montana lui avait fait beaucoup de bien et lui avait permis de retrouver ses marques avec Remington et de retrouver certaines valeurs qu’elles avaient perdues de vue, comme la famille. Et en parlant de famille, il y en avait une qui appartenait à Remington et à Sonny. Elle s’appelait Jayden. Avec le voyage en Europe de la jeune fille, la communication avait été compliquée. Sans compter le coma de Remington qu’elle avait du évoquer sur le répondeur de son amie. Les circonstances n’avaient pas été propices aux sorties entre filles. Mais en tout cas, partir loin de Los Angeles avait été salvateur pour son couple, aussi s’était elle dit qu’il serait temps de réfléchir à une vadrouille avec son amie. Enfin, le chemin commencerait par être honnête. Alors elle avait pris son portable et avait envoyé un sms à Jayden, qui lui répondit pour lui donner rendez-vous à la marina. Le port, l’air frais, le vent marin, ça leur ferait du bien, elle avait parfaitement raison. Alors Sonny enfila un jean, une marinière bleue et blanche et regarda son sac. Dedans, il y avait l’arme de Brennen qu’elle trainait partout avec elle depuis sa rencontre avec Carl. Remington lui avait tout dit de son projet de tuer Ben avec Jayden. Elle savait aussi qu’il l’avait entrainée mais qu’il ne lui faisait pas confiance. Alors que devait-elle faire ? Prendre son arme ou pas ? C’était idiot. Elle devenait parano. Elle irait à la marina avec sa meilleure amie. Pas de tueur et de violeur d’enfant dans les parages. Juste elle et Jayden. Et Remington avait beau ne pas lui faire confiance, Sonny connaissait Jayden depuis longtemps. Dès qu’il y avait un problème, une crise, elles surmontaient les obstacles. Bref, elle sortit son arme et alla la ranger dans son armoire, sous une pile de pulls, tee-shirts et chemisiers. Elle informa Remington de son attention d'aller voir Jay. S'il n'avait pas confiance en elle, il n'émit toutefois aucune protestation. Il ne voulait pas se mêler de leur relation, cela pouvait se comprendre.

"Je peux t'emprunter ta voiture ? S'il te plaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit, je dois aller jusqu'à la marina. S'il te plait, s'il te plait, s'il te plait."

Bizarrement, ça ne lui plaisait pas plus que cela. Comment ça elle martyrisait la boîte de vitesses, et exprès en plus ? Ce n'était arrivé qu'une fois et il l'avait bien cherché. Mais elle fit une petite moue boudeuse, plissant son nez...

"Promis, je ferai attention à ta petite chérie et je ne la brusquerai pas, je serai toute douce et gentille avec elle..."

Elle avait eu droit à un regard plus que dubitatif et certainement que Rem pensa qu'elle était désespérante. Mais il lui tendit les clés et elle les attrapa en lui donnant un baiser. En route, elle pensa à tout ce qu’elle aurait à raconter à Jayden. Elle ne savait pas par où commencer. Ça viendrait en temps et en heure. Elle gara la voiture de Remington pas très loin de la marina, préférant faire les derniers mètres à pieds. De loin, elle vit son amie. Toujours aussi belle. Elle pouvait avoir le monde à ses pieds, c’était désespérant. En face d’elle trônait un yacht. Il n’était pas du tout difficile d’imaginer Jayden là dessus. Elle y serait parfaite, le port royal, le dos bien droit. Elle eut instinctivement le sourire à cette pensée et encore plus quand elle vit le visage radieux de son amie. Finalement, sa rencontre avec Remington avait dû plutôt bien se passer, malgré les appréhensions de celui-ci.

Et elle retrouva naturellement les bras de son amie, comme presque deux mois plus tôt, quand Jayden avait passé la nuit chez elle. Tellement de choses à lui dire. Et elle était rassurée aussi de voir qu’elle avait évolué sur le meurtre de Ben. Elle avait été si choquée à l’époque où Remington avait lancé l’idée. Maintenant, Jay y était préparée et en même temps, elle restait la jeune femme forte que Sonny connaissait.

« Cela a été encore compliqué pour se contacter et c’est en grande partie de ma faute. J’ai eu quelques soucis. Je vais te raconter en marchant si tu veux bien. »

Marcher libérait toujours la parole. Ou presque. Sonny avait besoin d’être en mouvement pour dire ce qu’elle avait à dire. Le vent soufflait fortement, faisant voler les cheveux noirs de Sonny qui tentait de les discipliner.

« Je suppose que Rem ne t’a rien dit, le contraire serait étonnant mais il s’est passé pas mal de choses dans nos vies depuis la dernière fois. Quand on s’est remis ensemble, on a décidé de faire des efforts. De faire les choses bien. Et ça n’a pas été facile tu peux me croire. Mais… on a acheté une maison et on finit de l’aménager. Il y a tellement de choses à te raconter, dont une que j’aurais aimé te dire plus tôt mais tu étais déjà en Europe. Bref, comme je ne sais pas comment le dire et que je n’ai pas trouvé de bonne façon de faire… Je suis enceinte. C’est assez récent. Et ton frère m’a demandé de l’épouser. »

Eh bien… c’était une manière comme une autre de l’annoncer. Pas de mensonge, juste les faits. Sans entrer dans les détails de la fausse alerte, de la dispute avec Remington, de leur presque rupture et de leurs retrouvailles mouvementées à Noël. Juste les faits, la vérité. Et elle se devait d’offrir la vérité à son amie, pour qu’elle comprenne un peu mieux les raisons de son silence prolongé. Ça n’excusait pas, mais comme elle l’avait dit à Anne, elle n’avait tout simplement jamais eu le temps de dire ces choses. Jamais. Il y avait toujours eu quelque chose de grave en travers de son chemin. Mais aujourd’hui, elle lui devait la vérité, plus question de fuir.

« J’ai dit oui. Et je sais aussi ce que vous avez prévu toi et Remington. Aussi monstrueux à dire que cela semble, c’est une bonne chose. Ben est quelqu’un de nocif. Il est temps de vous venger. Et j’espère que ça te fera du bien, comme à lui. Tu sais déjà ce que tu vas faire quand ce sera terminé ? »

Pourvu qu’elle ait un plan de secours… Sonny avait bien lu les journaux, en France, à l’époque où le père de Mathilde Saulnier avait été tué… Mathilde avait été soupçonné, son nom trainé dans la boue. Et qu’elle l’admette ou pas, cela avait dû influencer son départ du pays. Or, Sonny ne voulait pas que Jayden s’en aille. Elle ne voulait pas perdre à nouveau quelqu’un. Surtout que Jayden allait enfin âtre libérée du joug de son père, si tant est que Ben mérite ce nom…

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Sam 8 Sep - 7:28

C'était comme une lame qu'on lui plaçait en dessous de la gorge. Comme si le monde s'arrêtait soudainement à l'annonce de quelques mots. Sonny attendait un enfant de Remington. Elle aurait pu s'en réjouir, se flatter d'être la tante d'un futur neveux ou d'une futur nièce, mais rien. Pas la moindre émotion n'emballait son cœur. Ni l'amour, ni la haine, ni la frustration. Rien, hormis un néant qui semblait envelopper cette nouvelle. Une naissance était toujours un heureux événement dans une famille, mais Jayden n'y croyait tout simplement pas. Ce gamin n'existait pas. Connaissant Remington, il ne verrait probablement pas le monde et vu le code génétique des deux parents, ils auraient sûrement le droit à la naissance d'un petit monstre.

Deux codes génétiques modifiés, ou ce qu'on appelle évolution, ne sont certainement pas compatibles. Mais ça, ils n'y pensaient pas. Pourquoi ? Parce qu'ils agissaient égoïstement, depuis toujours, depuis que Sonny l'avait rencontré. Jayden s'arrêta, observant les bateaux pétrifiés sur une mer agitée. Le vent s'emmêlait dans ses cheveux, l'odeur iodée enivrait ses narines et le ciel pesait de tout son poids au dessus de leurs têtes.

Le monde semblait silencieux. Les mouettes, le vent, les passants, rien ne perturbait la demoiselle, plongée dans une absence sourde. La voix de Sonny raisonnait dans son esprit, tel un échos qui ne pouvait s'échapper, qui rebondissait contre toutes les parois de son corps. Ils vivaient leur vie, et la place de Jayden n'était plus importante. Sonny lançait d'elle-même la notion de 'nous sommes heureux ensemble, tu n'es plus d'aucune utilité'. Elle serra les poings, gardant son regard sombre perdu dans l'horizon. L'océan était si beau, si vaste et regorgeait d'une multitude de mystères. De l'étrangeté des abysses, à la beauté colorés des coraux, la musicienne y voyait sa vie. Une vie qu'elle ne comprenait pas, démunie de sens et dérisoire. Une vie qui ne menait à rien, qui ne ressemblait à rien.

Il était temps de tourner la page, d'aller de l'avant et de laisser les mauvais souvenirs derrière soi. Elle n'allait plus s'attarder sur des sentiments bafoués, brisés, anéantis à l'état de poussière. Elle n'avait pas prononcé un seul mot depuis bien une minute. Une minute interminable. Une minute sans parole, sans geste et sans regard. Elle tourna sa tête de porcelaine en direction de Sonny et lui tendit un sourire si faiblard, qu'il aurait été impossible de le distinguer si on ne la connaissait pas assez.

« Enceinte ? … ha ... »

Voilà. Rien à rajouter. Que pouvait-elle bien dire ? Sonny tu es une idiote ? Tu veux voir ta vie gâchée par un homme que tu connais depuis quelques mois seulement ? Tu crois connaître l'amour, mais celui-ci est éphémère. Remington n'est pas fait pour aimer, se construire une vie de famille et vivre tranquillement. C'est un tueur. Un homme au sang froid et possédant une soif d'aventure. A moins qu'il ne se fasse vieux maintenant. Qu'il veuille se poser, se concentrer sur son travail d'artiste raté et concevoir le monde d'une autre façon. Mais elle n'y croyait pas. Ils avaient dût en parler, mais bien sûr, Jayden se doutait que Remington avait certainement cédé devant les caprices de Sonny.

« Et vous allez vous marier donc ..

Sa voix avait haussé d'un demi ton seulement. Bien, visiblement elle en avait loupé des choses. Un paquet même. Mais à quoi bon. Ils avaient emménagés dans une nouvelle maison, Sonny était enceinte de plusieurs mois sûrement et le mariage était probablement prévu pour les mois à venir. Bien sûr, on la mettait au courant à la dernière minute, histoire de dire « on ne t'oublie pas ». Jayden savait pertinemment qu'elle n'aurait jamais l'occasion de voir Sonny vêtue de sa belle robe blanche. Elle savait qu'elle ne verrait rien de tout ce beau spectacle. Mais comment devait-elle réagir ? Elle ne savait plus, elle oubliait. Qu'aurai fait la douce et aimable Jayden ?

Ah voilà, nous y sommes. Elle l'aurait simplement enlacé, prise dans ses bras et lui aurait adressé un sourire amicale. Ça serait dur, très dur, car Jayden n'éprouvait plus rien. Juste un pâle goût d'amertume au fond de la gorge.
Elle prit Sonny dans ses bras, frotta docilement son dos et se sépara de son étreinte après lui avoir accordé un sourire des plus amicale. Oui, elle aurait pu se lancer dans le théâtre, bonne actrice qu'elle était.

« Je te souhaite tout le bonheur du monde alors. Personnellement, je n'aurai jamais été prête à m'engager. Même si Hayden me l'aurait proposé. Enfin, je suis plus du genre femme indépendante ... peut-être ...»

Elle esquissa un sourire, puis avança de quelques pas. L'horizon semblait l'appeler. Que faisait-elle encore à Los Angeles ? Il était temps de partir, de fuir, mais il y avait encore tant de choses à accomplir. Tant de projets en tête avant de tout plaquer. Tant à mettre à nu. Jayden avança jusqu'au bord du ponton. Elle inspira profondément, posa ses mains sur ses bras, puis s'installa en tailleur devant l'étendue d'eau parsemée de quelques bateaux.

« J'ai déjà tout prévu. Ne t'inquiète pas pour moi, ça fait plusieurs mois que je m'y prépare. Ce n'est pas forcément évident et je ne sais pas ce que je ferai une fois en face. Mais si ça arrive. Si je tue vraiment mon père … alors je serais enfin libre. »

Les yeux fermés, elle revoyait la tête de son père. Ben Blackwell qui s'était toujours montré gratifiant envers elle, jusqu'à ce qu'elle atteigne l'adolescence. Jusqu'à ce que Remington quitte la maison. Son sourire lui manquait, sa chaleur, sa présence, son amour … Ben était parti depuis bien longtemps déjà. Il n'existait que dans son cœur et ses souvenirs, mais ça personne ne pouvait rien y faire. Une vague de frissons parcourut le corps de la jeune femme. Elle s'efforça de ne pas pleurer, il fallait se montrer forte et tenace. Il le fallait.

« Je serais enfin heureuse. Ça tu peux le croire. » dit-elle en esquissant un sourire légèrement nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Sam 8 Sep - 12:42

Jayden aurait certainement beaucoup de questions et Sonny savait que c’était normal. Elle chercherait à savoir pourquoi on ne l’avait pas prévenue plus tôt pour le bébé, elle voudrait peut-être savoir quand ils allaient se marier etc. Toutes ces questions étaient légitimes. Presque deux mois sans se parler. Même à Sonny qui avait vécu tant de choses cela avait paru une éternité. Alors, elle était prête à entendre ses questions et à y répondre. Le plus honnêtement possible, qu’elle soit en tort ou non. L’annonce de la grossesse serait certainement la plus difficile à avaler, tant Jayden avait mis en doute la valeur et la fidélité de Rem. Non qu’il irait voir ailleurs, mais qu’il ne resterait pas longtemps avec Sonny. Aussi celle-ci commença par ce point. Si cela passait, le reste suivrait. Et puis ce bébé, il serait aussi de la famille de Jayden, parce qu’elle en serait la tante. Peut-être pas biologiquement, mais cela n’avait pas le moindre intérêt aux yeux de Sonny. La famille, c’était les gens qui répondaient présents, sur qui on pouvait compter. A voir maintenant si elle allait l’accepter ou pas. Elle avait une place à prendre au sein de cette famille et Sonny ne voulait ni l’en priver ni la forcer à la prendre. Alors elle attendit. Elle s’efforça d’être le plus honnête, sans fuir la vérité. Et elle attendit.

Le vent soufflait et le clapotis de l’eau comblait un silence qui s’imposait de plus en plus. Dire qu’elle avait pensé quitter Los Angeles. Que se serait-il passé si à l’époque, Jayden n’était pas venue pour la convaincre de rester ? Que se serait-il passé si elle avait appris sa grossesse à San Francisco ou ailleurs ? Elle aurait gardé le bébé, cela, ça ne faisait aucun doute. Mais aurait-elle prévenu Remington ? Sûrement. Mais comment ? un simple message sur le portable ? Un coup de téléphone ? Une lettre ? Et que ce serait-il passé. Rien, probablement. Car même en lui annonçant de vive voix, alors qu’ils s’étaient remis ensemble, qu’elle était enceinte, les choses n’avaient pas été simples. Elle lui avait même proposé de rester avec lui tout en élevant seule ce bébé. Insensée. Il avait fallu un passage par l’hôpital et quelques jours de réflexion pour qu’il accepte cette situation. Maintenant, les choses étaient fixées et la machine lancée. Il s’investissait dans cette naissance à venir, notamment avec la chambre du bébé, pour laquelle il avait des idées de peinture.

Sonny eut enfin droit à un frêle sourire comme Jayden seule savait les faire. En revanche, elle ne s’attendait pas à une réaction aussi minorée. Pas de rafale de questions, pas de cri, pas de « tu es folle ». Rien. Jay avait-elle pris un coup sur la tête ? Ce manque de réaction ne lui ressemblait pas et Sonny se demanda si tout allait bien. Cela faisait certainement trop d’un coup. Mais non, Jayden la prit dans ses bras, comme avant, comme si tout était normal. Et Sonny se sentit quelque peu rassurée. Elle devait comprendre à quel point la notion de famille était important pour Sonny alors qu’elle avait perdu la sienne. Elle devait comprendre que ce bébé était important. Et elle devait se souvenir à quel point Sonny croyait au mariage. Evidemment, Jayden était sa meilleure amie. Elle la connaissait. Et Sonny s’en voulut d’avoir cru qu’elle ne comprendrait pas.

La violoniste s’écarta alors de la française et alla s’asseoir au bord du ponton, lui affirmant qu’elle avait tout prévu pour l’après, pour ce qui allait suivre le geste fatidique qu’elle allait commettre avec Remington. Mais elle était déterminée et forte et elle avait enfin compris que sa liberté, elle ne la gagnerait qu’en quittant cette satanée maison et l’emprise de Ben.

Sonny suivit son amie près du rebord et posa ses fesses sur le ponton. Ses jambes pendaient dans le vide, à quelques centimètres de l’eau. Le vent et l’air iodé lui faisaient du bien. Et Jay était forte, cela ne faisait plus aucun doute.

« Je sais que je ne peux rien faire pour vous aider, mais je vous couvrirai en cas de besoin. Et je sais que tu t’en sortiras. Comme je te l’ai dit la dernière fois, le monde n’attend que toi, tu as dû le sentir quand tu étais en Europe. Moi, ma place est ici maintenant. Je le sais. Mais toi, tu peux aller partout où tu le souhaites. Tu seras heureuse et ça me réconforte de le savoir. »

Elle tourna la tête vers son amie. Elle lui devait tant d’explications et tant de choses allaient changer. Après le meurtre de Ben, il faudrait faire profil bas, il ne faudrait pas que trop de rapprochements puissent être faits. Décidément, le repos, ce n’était pas pour maintenant.

« Tu sais, je n’ai pas pu te prévenir plus tôt. Tout a été si rapide et si dur. Ce n’est pas une excuse, je le sais bien. Mais tu vois, j’ai été complètement perdue quand j’ai appris que j’allais avoir un bébé et j’ai mis du temps avant d’en parler à Rem. C’était un accident, on n’avait pas prévu ça. En fait, j’ai eu un petit accident et c’est là que j’ai compris que je ne voulais pas perdre ce bébé. Ça fait moins d’un mois que Rem est au courant. Il a fallu le temps qu’il s’y fasse, qu’il sache s’il en voulait également. »

Et cela avait été une grande question. Même quand elle avait failli le perdre, que tout ce sang s'était écoulé entre ses jambes, il n'avait pas su ce qu'il voulait. Il avait fallu attendre son coma pour que réellement un lien se crée, à travers des idées de chambre.

« Et il y a eu son accident. Les choses ont été dures entre nous après cela. Et le mariage, alors là, c’est extrêmement récent. Bref, je te devais des explications. Elles valent ce qu’elles valent mais tu sais la vérité. J’aimerais bien que tu me parles de ton séjour en Europe maintenant. Cela t’a fait du bien ? Tu as joué où exactement ? »

L’Europe… La France, son ancienne vie. Peut-être que Jayden était repassée par Paris. Dire que ses parents vivaient là-bas. Ils lui manquaient. Même si elle avait des amis et une famille qui se trouvaient ici aux Etats-Unis, une partie d’elle demeurait encore à Paris. Eux non plus ne savaient pas que leur fille attendait un enfant, ni qu’elle allait se marier. Comment auraient-ils réagi ? Pas très bien. Trop jeune, elle ne connaissait pas suffisamment Remington. Pourtant, eux aussi s’étaient mariés relativement vite. Envers et contre tout en plus puisque sa mère était colombienne.

Enfin, il fallait tourner cette page et les yeux de Sonny se reportèrent sur l’eau sous ses pieds. Il faisait froid, son pull était le bienvenu. Mais tout ce qui comptait, c’était que Jay comprenne les raisons de son silence, qu’elle sache que cela ne résultait pas d’une volonté de la mettre à l’écart. C’était juste qu’elle avait été perdue. Si perdue. Son chemin, elle ne l’avait véritablement trouvé que le 24 décembre. Les choses allaient-elles enfin rentrer dans l’ordre et suivre leur cours, avec Jay ? L’eau dansait, portée par le vent, et Sonny attendait de savoir comment son amie réagirait réellement.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Dim 9 Sep - 11:31

Elle compatissait, elle montrait à Jayden qu'elle serait toujours là pour elle. Mais était-ce de belles paroles qu'elle jetait en l'air ? Parce que la jeune Blackwell n'y croyait pas du tout. Si être présente à ses côtés c'était disparaître pendant un mois et ne plus donner de nouvelles, Jayden pouvait très bien se passer d'une bonne amie. Non, pour elle, les excuses que balançait son ex-meilleure amie n'étaient que du vent. Même si elle essayait de recoudre un lien brisé, ça ne pouvait plus marcher. Elle vivait sa vie, se reconstruisait et rentrait dans le moule. Mais comment pouvait-elle croire que tout redeviendrait facile ? Vu les circonstances, vu son état, rien ne pouvait revenir comme avant. Même un mariage, même un enfant ou une nouvelle maison. Rien.

Peut-être que Jayden était trop défaitiste, peut-être qu'elle voyait le monde bien plus sombre qu'il ne l'était. Mais en réalité, comment pouvait-on se croire en sécurité, lorsqu'une masse importante de mutants furent conviés à une soirée où on leur a proposé un remède ? Quelqu'un connaissait leur identité, leurs pouvoirs. Comment vivre une vie normale avec une telle menace sur le dos ? Sonny se leurrait c'était évident. Mais Jayden n'était pas là pour l'écraser, pour lui briser ses rêves. Elle voulait encore partager ce dernier moment avec Sonny, cette dernière après midi où elles se tiendraient encore main dans la main. Où les beaux souvenirs d'un passé révolu, tourbillonneraient autour d'elles. Car même si elle se sentait trahi, Sonny lui réchauffait le cœur. La séparation serait dur, voire brutale, mais il le fallait.

Se débarrasser de son passé, de ses attaches...

Sonny s'expliqua sur les raisons qui l'ont poussé à garder ce bébé. Mais Jayden n'écoutait que d'une oreille. Le mal était fait, alors pourquoi s'expliquer ? Ça n'avait aucun intérêt, car même si la musicienne montrait son mécontentement, Sonny avait fait son choix. Il avait fallut un accident pour que Remington se décide. C'était tellement prévisible … il attendait de voir Sonny souffrir pour accepter ou refuser la situation. Il avait toujours fallut qu'il se place au bord du gouffre pour agir … enfin, cela montrait bien qu'il appartenait à l'espèce humaine. On attend que tout s'écroule pour enfin agiter les bras. Parfois on s'en sort, parfois on se casse la gueule.

Le regard de Jayden se perdit dans le lointain, encore une fois. Son visage, doux et aimant se retourna vers Sonny, lui accordant un sourire compatissant.

« Va ne t'explique pas Sonny. Ce qui est fait est fait. C'est vrai que j'aurai voulu que tu m'en parles avant, que tu me partages plus de choses. Car maintenant que tu t'es définitivement installée avec Remington, je ne suis pas sûre qu'on se reverra aussi souvent qu'on pouvait le faire jusqu'avant décembre. Remington ne m'aime pas. Il ne me permettrait même pas de poser un pieds dans votre nouvelle maison. Malgré ce qu'on aurait pu croire, notre liaison frère/soeur ne fonctionne pas. C'est une relation à sens unique. Je dois être la seule à éprouver de l'affection … lui me regarde comme une étrangère qui s’immisce dans ses affaires. Même pour tuer Ben, ça le dérange que je sois à ses côtés. Pourtant c'est plus mon père que le sien... »

C'était à elle de tuer Ben. Remington l'avait formé, mais Jayden savait pertinemment qu'il avait fait ça pour le seul but de se rapprocher d'avantage de Ben. De le tuer et d'en finir une fois pour toute avec Jayden. Il croyait bien faire, il croyait que son plan allait fonctionner, mais il avait tort. Car Jayden reviendrait à la charge, encore plus hardie qu'elle ne l'était déjà.

« Pour ce qui est de mon séjour en Europe … et bien ça s'est pas très bien passé. Au niveau du séjour s'était génial ! J'ai rencontré des musiciens extra et les villes étaient extraordinnaires ! Londres, Berlin et Paris ! J'ai fait un tour dans ton quartier et puis je suis allée au marché de Noël. C'était merveilleux ! Au niveau des auditions, je pense avoir tout raté... »

Elle finit pas une mine boudeuse. C'est vrai qu'elle en avait espéré peut-être un peu trop. Ce voyage avait été fort en émotions, mais pas assez pour la satisfaire.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Lun 10 Sep - 17:56

En voyant son reflet dans l’eau, Sonny se dit que les choses avaient vraiment changé. Avec son départ précipité de France, elle s’était vouée à une vie de errance, planifiée seulement 24h à l’avance, sans avoir quand elle serait rattrapée par son passé. Elle pensait papillonner d’une ville à l’autre, sans vraiment pouvoir se poser. Et Jayden aurait dû gravir les échelons de la société, arriver au sommet en tant qu’artiste reconnue. Et elle aurait dû épouser Hayden. Parce qu’ils allaient bien ensemble, parce que la route était tracée d’avance. Mais ce qui se reflétait dans l’eau n’était pas cela. Non. Sonny allait se marier, fonder une famille, ce qu’elle avait toujours voulu dans le fond. A ceci près que ses parents n’étaient pas présents et que sa meilleure amie s’éloignait… à cause d’elle. Et Jay allait s’embarquer dans une vie chaotique, faite d’esquive, de fuite, de combats. Elles avaient changé. Tellement changé. Et même si Sonny aimait toujours Jayden, elle ne pouvait que sentir ce vide qui devenait de plus en plus béant entre elles. Et ça, ça faisait mal.

Mais quand elle releva la tête, elle vit les yeux de son amie. Elle ne semblait pas trop fâchée, ni trop déçue. Pourtant, il y avait de quoi. Sonny avait imaginé cette scène tant de fois dans sa tête, le jour où elle lui annoncerait qu’elle était enceinte ou qu’elle allait se marier. Après le compagnon de Sonny, elle aurait été la première au courant. Elle se serait ruer chez elle en sautant comme une folle et elles auraient tout prévu ensemble. Tout. Robe de mariée, déco, musique, layette, tout. Mais tout cela n’était plus d’actualité. Instinctivement, elle joua avec sa bague de fiançailles. Rien n’était décidé, mais Sonny savait déjà que ce ne serait pas le mariage dont elle rêvait petite fille. Pas de belle robe blanche, pas de cérémonie dans un jardin, avec sa mère et son père en train de pleurer, Jayden en demoiselle d’honneur à ses côtés. Non, ce serait certainement un mariage tout ce qu’il y avait de plus intimiste. Bref, elle n’en savait rien. Et Jayden sentait ce fossé.

Elle n’avait pas eu droit à la relation frère/sœur dont elle rêvait. Et pour cause… si elle savait. Sonny fronça les sourcils quand Jay prononça sa dernière phrase « C’est plus mon père que le sien ». C’était exactement à cause de cela que Remington n’avait pas eu de famille, parce que les Blackwell l’avaient exclu. Enfin, Ben Blackwell. Cet homme lui avait interdit l’amour de sa sœur sous le prétexte qu’il ne serait « jamais son frère », qu’il serait incapable d’aimer ou d’avoir une famille. Cet homme était un monstre. Et si Jayden savait cela, elle relativiserait peut-être sa position sur Remington. Mais Sonny sentit son alliance de nouveau. Elle n’avait pas le droit de le trahir. Ce secret, c’était le sien. Elle n’avait pas à le divulguer. Et elle ne le ferait pas.

« Non, ça ne le dérange pas. Après tout, c’est lui qui t’a proposé de tuer Ben. Je pense qu’au fond, c’est important que vous le fassiez ensemble. Un geste fort. Un geste qui lie plus qu’il n’y paraît. Enfin j’en sais rien. C’est dur aussi pour moi de le suivre parfois. Mais une chose est sûre, cet homme n’est pas plus ton père que le sien. Il n’est le père d’aucun de vous deux. Un géniteur, tout au plus, mais certainement pas un père. »

Non, Ben n’était certainement pas un père. Sonny avait un père, elle savait ce que cela voulait dire, ce que cela impliquait et représentait. Et ce type n’avait rien d’un père. C’était un tyran, un bourreau. On n’écrase pas ce qu’on aime, on ne les brise pas pour qu’ils rentrent dans les costumes pré-taillés pour eux.

Sonny se sentit un peu mieux quand Jayden lui parla de l’Europe. un petit coin de son passé, un petit morceau de sa vie. Mais elle était étonnée de la déception de son amie. Jayden Blackwell, l’une des violonistes les plus prometteuses de sa génération, qui aurait échoué ? Difficile à croire ! Ainsi elle était repassée par Paris ! Le marché de Noël et surtout, chez elle… son quartier, celui où vivaient ses parents à qui elle n’avait pas parlé depuis le 5 juin. Enfin, elle pensait qu’ils devaient y vivre encore. Même si à cette période, ils avaient dû partir s’isoler. Enfin, il fallait balayer ces pensées qui allaient lui provoquer un cafard monstre.

« Le marché de Noël avec les odeurs de gaufres et de pain d’épices ? Que de souvenirs… Il paraît que celui de Berlin est pas mal non plus. Ensuite, tu es une grande musicienne, Jay. Je ne doute pas que tu auras été repérée. Peut-être pas par ceux que tu croyais, mais ce sont des villes tellement tournées vers les arts, ils ne peuvent pas passer à côté de jeunes talents. »

Non, Jay ne pouvait pas échouer. Ça n’était pas dans l’ordre normal des choses. Elle allait tuer son père avec Rem. Elle allait être au moins libre de ce poids là. La suite ne dépendait que d’elle. Si elle s’y prenait bien, plus rien ne l’arrêterait et elle brillerait, réalisant son rêve d’être reconnue, tandis qu’elle pouponnerait. Là, dans tous les cas, leurs routes allaient se séparer. La faille qu’il y avait entre elles à cet instant et dont aucune n’était dupe ne ferait que s’entailler plus profondément. C’était si étrange… Dans ses rêves d’avenir, Jay avait toujours été là. Mais elle, Sonny, avait changé depuis l’incendie et Jay avait également évolué. Plus question d’être naïves et insouciantes. Elles avaient vieilli d’un coup.

« Et cette histoire d’antidote, Jay ? Tu as eu des nouvelles ? »

Non qu’elle ait changé d’avis à ce sujet, mais chacun devait être libre. Et maintenant qu’elle était enceinte, il fallait qu’elle se demande si son enfant supporterait une mutation aussi douloureuse que celle de son père ou de sa tante. Elle avait vu tant de miracles au Domaine… Des pouvoirs difficiles contrôlés par des gamins. S’ils s’y prenaient à temps, leur enfant pourrait contrôler cette capacité s’il en héritait. Mais pour Jay… elle mettait tant d’espoir dans ce qu’elle appelait la « normalité », et elle méritait d’être libre.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Lun 17 Sep - 9:50

Sonny ne comprendrait certainement pas si Jayden lui disait que Ben n’avait pas toujours été ainsi. Il s’était montré un père attentionné, aimant et attachant. Il lui avait porté tant d’amour et tant de bonté, que son comportement distant lui brisait le cœur. Elle ne supportait plus cette situation et ce besoin de tuer commençait à l’obséder. Quelques mois plutôt, jamais elle n’aurait pensé programmer le meurtre d’une personne. Jamais elle n’y aurait songé. Mais les choses avaient tellement changées. Depuis l’arrivée de Sonny à Los Angeles, depuis le retour de Remington, depuis sa rupture avec Hayden, depuis la découverte de Genetic et l’espoir de retrouver une vie normale … Il y avait eu trop de choses d’un coup et le pauvre cerveau bien ordonné de Jayden n’avait certainement pas supporté.

Elle voyait la tête de Ben, défigurée par la haine, par la violence et les coups. Son corps gisait sur un sol froid, à la lueur d’une lumière blafarde, au fond du sous-sol. Un terrible accident. Voilà, il s’agirait d’un malheureux et terrible accident. Elle trouverait bien un moyen de porter ce meurtre sur la conscience, elle trouverait un alibi … Après tout c’était une fille intelligente et débrouillarde.

Jayden ne répondit pas aux propos de Sonny sur ce qu’était Ben ou pas. Elle trouvait ça un peu culoté d’ajouter son grain de sel, parce qu’après tout elle ne le connaissait pas. Peut-être que Remington lui en avait parlé, mais il avait sa vision des choses. Jayden avait la sienne et pour elle, une personne était faite de blanc et de noir. Certes, Ben était plus noir que blanc, mais il avait quand même gardé une part d’humanité. Sauf qu’elle ne pouvait l’expliquer à sa meilleure amie. C’était trop compliqué et Sonny ne comprendrait certainement pas. La part de félin qui résidait en Jayden, devenait de plus en plus forte. Parfois même, la pauvre musicienne ne semblait pas contrôler ses propres gestes. Comme si elle se trouvait sous l’emprise de sa capacité. C’était étrange comme impression et ça lui faisait froid dans le dos, de songer au fait qu’un jour, elle puisse s’en prendre aux gens qu’elle aime sans rien contrôler.

Pourtant, Jayden avait fait de nombreux efforts pour calmer cette animosité, ce côté animal et brutal. Mais plus les jours avançaient, plus sa vie devenait compliqué. Plus elle se torturait l’esprit avec des questions impossibles, plus le félin grimaçait. Elle ne voulait pas devenir brutal, cruelle, voire une fille sauvage. Elle voulait simplement être elle-même, se trouver sur le devant de la scène et jouer de son instrument. Elle voulait partir à New-York, rejoindre la plus grande académie d’art de la scène et musicale, elle voulait se faire un nom, briller parmi les meilleurs et tenter sa chance pour enfin trouver sa place dans le monde.

Sonny la réconfortait avec de douces paroles. Des mots qui percutaient l’oreille de la musicienne, mais qui se désintégraient dans la douceur du vent. C’était bien beau de dire qu’elle était la meilleure, mais Jayden avait vu ces visages. Froids, fermés, indifférent, dédaigneux, le regard fuyant. Ils n’avaient pas dit un mot et leurs lèvres n’avaient exprimé même pas le moindre rictus pouvant ainsi montrer joie ou mécontentement. Peut-être s’agissait-il de déstabiliser l’artiste ? Peut-être qu’ils suivaient des consignes strictes, qu’ils appliquaient avec rigueur et contentieusement ? Elle n’en savait rien, mais sa prestation ne fut pas l’une de ses meilleures. Elle se maudissait de ne pas avoir assez bossé. Elle se maudissait de ne pas avoir été aussi rigoureuse que l’avait demandé son professeur de musique. Elle se maudissait à l’idée de devoir rester un an de plus à Los Angeles.

Pendant tout son séjour en Europe, elle n’avait profité qu’à moitié du temps féerique de Paris, de la gourmandise de Berlin et du chic de Londres. Ses pensées s’étaient tournées vers son problème de mutation génétique, des gens qu’elle connaissait et de sa vie en générale, qui prenait un sacré tournant. Qu’adviendra-t-il lorsque Ben sera étendu sur le sol, sans vie ? Que va-t-il se passer ? Elle aimait tout programmer et ne pas faire face à l’imprévu. Jayden leva son regard vers Sonny, dégageant une mèche rebelle lui barrant la vue.

« J’aimerai tant que tu aies raison Sonny … mais je sais très bien que j’ai échouée. Je n’ai eu aucune nouvelle de l’académie de Paris, Londres ou Berlin. Ca fait quasiment deux semaines. Nina McAdams qui était avec moi aux auditions de Berlin a déjà reçu son admission … »

Elle laissa échapper un long soupire las. C’était assez affligeant de savoir que Nina McAdams qui était l’une des plus grosses fêtards de l’Occidental College avait été reçu à Berlin. Mais bon, c’est souvent comme ça … peut-être que Jayden devrait arrêter de travailler et profiter de la vie ?

Soudain, Sonny changea complètement de sujet. Voyant la mine déconfite de la musicienne, il était temps de passer vers autre chose. Jayden ne put s’empêcher de se redresser lorsqu’elle entendit le mot « antidote ». C’est vrai qu’elle en avait beaucoup parlé à Sonny et que ce débat n’avait pas toujours été un sujet très cordial entre les deux amies. Au moins, elles étaient franches l’une envers l’autre. Même si Jayden, n’éprouvait plus autant de sympathie qu’auparavant, se sentant trahie et délaissée depuis que Sonny s’était à nouveau éloignée pour Remington.

« Je … j’ai laissé tomber… enfin pour le moment ! J’avais trop peur d’y aller toute seule. Et puis on ne sait pas vraiment ce que peuvent faire les effets secondaires de ce truc. Généralement quand on sort un médicament sur le marché, il est testé, contrôlé et passe par une sorte de comité pharmaceutique. Là il n’y a rien de tout ça, juste Genetic. Un groupe un peu bizarre dont on ne connait quasiment rien … Donc je préfère attendre. Attendre d’avoir des nouvelles des gens qui ont pris cet antidote, de voir un peu ce que ça donne sur le long terme. Mais il n’y a rien. Pas même un site internet, ni forum … crois moi, j’ai déjà fait mes recherches. Je me suis même fait passer pour une étudiante en biologie qui devait faire un exposé. J’ai attendu devant l’entrée principale du bâtiment de Genentech, mais je n’ai eu aucune réponse. On m’a juste demandé de partir … »

Elle était déçue, car au fond, elle aurait voulu se débarrasser à tout jamais de ce gène soit disant évolué. Sonny devait-être sûrement enchanté de savoir que Jayden n’avait pas franchie le pas ! Enfin … La musicienne regarda le reflet de ses pieds sur la surface de l’eau et se remémora le discours de Keaton sur Genetic. Qu’il fallait se méfier de ces gens-là, qu’ils préparaient sûrement un mauvais coup. Il n’avait rien dit de plus, mais lui avait souhaité de se tourner vers des gens respectables et digne de confiance. Sauf qu’elle n’avait plus vraiment confiance en Sonny. Allait-elle encore l’abandonner ? Enfin, elle voulait tout de même savoir si la portoricaine connaissait un peu cette organisation, si elle en avait déjà entendu parler.

« Tu vois de quoi je parle au moins ? Genetic, Genentech ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Lun 17 Sep - 20:02

Il y avait longtemps que Sonny ne trouvait plus les mots pour apaiser Jayden. Même si elle le voulait, même si elle désirait plus que tout lui prouver qu’une vie meilleure l’attendait, elle ne savait pas comment la convaincre. Ni même si c’était encore son rôle. Elle méritait une belle vie. Elle méritait d’accomplir ses rêves. Mais le destin avait la fâcheuse manie de jouer contre elle. Contre elles au pluriel même.

Il y avait longtemps aussi que Sonny ne lisait plus en son amie comme avant. Mais le regard que lui jeta Jayden ne laissait pas de doute sur sa déception. Il avait vraiment dû se passer quelque chose en Europe. Ce n’était pas normal. Elle était talentueuse. Pourtant, son regard parlait pour elle. C’était incompréhensible.

« Je suis désolée. Je n’aurais jamais cru qu’on puisse te mettre des bâtons dans les roues. J’ai toujours imaginé comme un boulevard devant toi tellement tu joues bien. Je me souviens quand tu jouais via la webcame et que je t’enregistrais. Je faisais écouter tes morceaux à mon père. Il avait les yeux qui brillaient. »

Au point que Sonny était parfois jalouse. Son père était musicien. Il avait ça dans le sang, dans l’âme et elle, elle n’avait eu de talent, jamais. Par contre, quand il entendait les morceaux joués par Jayden, il s’extasiait, toujours. Elle était un peu la fille talentueuse qu’il n’avait pas eu. Oh, cela ne l’avait jamais empêché d’aimer sa fille et d’être un père parfait pour elle. Mais ce don de la musique… c’était autre chose.

Mais l’heure n’était pas à ressasser des souvenirs. Sonny le voyait, Jay avait mal. Alors elle lui parla de l’antidote. Elle n’aimait toujours pas cela, mais elle avait fait des progrès sur ce point, notamment suite à sa discussion avec Craig. Si Jay ne se sentait pas capable de dompter sa capacité, peut-être valait-il mieux pour elle qu’elle y renonce, pour vivre sa vie. Mais la violoniste lui expliqua qu’elle avait renoncé. Et les raisons qu’elle invoqua étaient plus que pertinentes. Et logiques. Sonny aurait dû commencer par cela plutôt que de lui faire la morale sur « la capacité est une part de toi ». Voilà, encore une fois, le simple usage du bon sens lui avait fait défaut. Qui pouvait prédire ce que feraient réellement ces antidotes ? Combien de temps feraient-ils effet ? Tellement de questions et aucune réponse. Et Sonny ne voulait pas que sa meilleure amie soit un cobaye. Elle ne voulait pas qu’elle pâtisse des essais de quelques savants fous.

« Tu sais, je n’aime pas ça, mais je crois que maintenant je peux… accepter. Comprendre. Je ne veux pas que tu souffres et si un jour tu décides, en toute connaissance de cause de franchir le cap… je peux être là. Enfin, je sais que je suis loin d’être la mieux placée pour ça, mais je ne veux pas que tu y ailles seule. Même si ce n’est pas moi, promets moi d’être accompagnée, d’accord ? »

Une telle décision, ce ne serait pas rien. Cela reviendrait à changer sa vie et son être. Et on ne peut pas être seule dans ces moments là. Il fallait toujours avoir quelqu’un soit, pour mentir. Pour soutenir et dire en regardant dans les yeux « oui, tu as bien fait », « oui, c’était ce qu’il fallait », même si c’était faux. Par contre, Sonny ne comprenait pas tout. Genentech notamment. Ce nom ne lui disait pas grand chose. Enfin si, vaguement. Ce nom circulait dans Genome et il était toujours lié à Genetic. Par contre, que Jay le connaisse, cela la surprenait. Avait-elle était approchée par ces monstres ? Jusqu’où était-elle allée ? Ces types étaient dangereux ! Si dangereux ! Qu’ils osent seulement s’en prendre à elle…

« Oui, je les connais. Enfin, Genetic plus que Genentech. Jay… comment tu les connais ? Ce sont des personnes dangereuses. Tu te souviens, quand je t’ai dit que ma maison avait brûlé. Il y a de grandes chances pour qu’ils y soient pour quelque chose. Ils sont responsables de la mort de tous ceux avec qui j’ai vécu. Ils enlèvent des gens Jay, et ils font des expériences sur eux. Ma tutrice… elle avait travaillé pour eux. Elle a vu la vérité de l’intérieur. Et ce n’est pas joli. »

C’est le moins que l’on puisse dire. Les notions de liberté et de dignité, ils ne connaissaient pas. Ils étaient capable de tuer des enfants… des enfants bon sang ! Au nom de quoi au juste ? C’était là que les choses péchaient. Pourquoi ? Pourquoi avaient-ils tué les enfants du Domaine ? Pourquoi avaient-ils mis au point un inhibiteur ? Pourquoi voulaient-ils effacer cela ?

« Ils font des recherches sur la mutation. Si en soit je peux comprendre, leurs méthodes laissent franchement à désirer. Pour eux, on n’est rien de plus que des cobayes sur lesquels ils ont tous les droits. Evite de te frotter à eux Jay. De toute façon, ils te connaissent, au moins depuis Halloween. Mais sois prudente. Je sais de quoi ils sont capables. »

Elle avait voulu résister, mais ce fut plus fort qu’elle. Instinctivement, elle avait porter sa main à son ventre à peine arrondi. C’était ridicule et elle se dépêcha de la retirer quand elle en prit conscience. Bon sang, si Genetic tentait de s’en prendre à quelqu’un qu’elle aimait et à son bébé, elle serait capable d’entrer dans une rage folle et elle ne donnerait pas cher de leur peau. De toute façon, les choses allaient changer à partir de maintenant. Elle travaillait son adresse au tir à l’arc avec Soraya et elle apprendrait bientôt toutes les techniques de défense grâce à Remington. Il faudrait encore qu’elle travaille le tir à arme à feu, mais avec un bon permis de port d’arme et un accès au club de tir, les choses suivraient leur cours. Et elle serait prête. Si Genetic s’approchait de Jay ou de sa famille et ses amis, elle serait prête à intervenir. Au nom de Genome, ou au nom de tous ceux qu’elle avait perdus.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Sam 22 Sep - 12:25

Si seulement cela s’avérait être vrai. Mais tout espoir n’était pas perdu. Elle pouvait toujours conquérir le cœur des plus grands virtuoses du Philharmonique de Los Angeles et gagner le prestige des grands maitres. Elle y songeait encore et n’allait pas jeter l’éponge pour autant. Pourtant le doute la rongeait, lui coupant toute envie d’aller de l’avant, de gravir les marches vers une victoire certaine et de clamer haut et fort, qu’ils avaient tort. Elle se contenta d’un sourire, si maigre et si voilé, qu’il était évident que seule Sonny pouvait le déceler.

C’est vrai que le père de Sonny avait toujours apprécié Jayden. D’ailleurs c’était réciproque. Il était musicien et savait par nature, reconnaitre les futurs talents. Jayden n’était franchement pas modeste sur ce point. Elle savait pertinemment ce qu’elle valait et jamais encore les portes ne lui avaient été fermées au nez. Depuis petite, elle avait émerveillé plus d’un avec son incroyable don, son oreille musicale impécable et sa manière d’interpréter qui sonnait toujours juste. On y sentait un travail laborieux, mais qui fournissait des fruits mûrs et juteux. Une mélodie qui nous faisait voyager au-delà des continents, entre tempêtes et ouragans, entre champs lyriques et poétiques, entre repos et sobriété. Elle s’appropriait les morceaux, les comprenaient, les traduisaient et parfois les interprétait d’une façon singulière.

C’était sa façon de s’exprimer, de sortir ses émotions, ce que son cœur subissait, lui permettant ainsi d’apaiser sa conscience, les tourments qui la rongeaient de l’intérieur. Alors que des visages fermes, durs, impassibles et distants se dressent devant elle, lui valut un coup de grâce dont elle n’arrivait pas à se remettre. La musique était sa vie … du moins, jusqu’à maintenant. Les choses prenaient un tournant totalement différent. Elle allait bientôt commettre un crime, l’irréparable et changer à tout jamais ce qu’elle était. Est-ce que la musique l’importerait encore ? Est-ce qu’elle irait encore chercher la lumière éblouissante des projecteurs ? La gloire, les yeux rivés sur sa petite personne, le luxe et l’abondance …
Elle ne savait plus vraiment où se situer. Elle ne savait même plus vraiment qui elle était réellement. Une tueuse, une femme dont la rancœur animait ses faits et ses gestes ? Ou bien une simple jeune femme, entrant doucement dans la vie active, se posant un tant de questions sur son futur plausible ? Elle voulait des réponses, crier, qu’on vienne à son aide. Mais Sonny n’en serait pas capable. Non pas qu’elle ne savait comment s’y prendre, mais elle avait déjà pas mal de problèmes à résoudre dans sa vie. Pas la peine d’en rajouter une couche.

Sonny semblait accepter l’idée que Jayden veuille se débarrasser de son pouvoir, ou du moins, sa pénible capacité à se transformer en chat. L’idée qu’elle accorde enfin grâce à cette idée, donna du baume au cœur à la musicienne. C’était agréable de se sentir enfin soutenue. Elle ne savait pas pourquoi sa meilleure amie avait soudainement changée d’avis, mais peu importe. Jayden ne put contenir sa joie et gloussa légèrement tout en haussant les épaules.

« Merci Sonny. Si jamais je me décide à me faire ôter cette capacité, tu seras la première prévenue. J’espère que tu ne te défileras pas à m’accompagner ha ha ! »

Elle rigolait, mais dans le fond, elle n’était pas cent pourcent convaincue. Après tout, Sonny avait disparu plusieurs fois, sans donner de nouvelles. Mais son sourire disparut soudainement, lorsque Sonny lui annonça ce qu’elle pensait de Genetic , ceux qui auraient probablement mis feu au domaine. Jayden qui avait propension à voir tout en noir ces derniers temps, ne se sentie pas rassuré. Pas du tout même.

La musicienne connaissait peu de choses sur Genetic. Keaton lui avait parlé brièvement de cette organisation, qui avait tendance à mal agir. Pourtant, elle s’était rendue au groupe pharmaceutique de Genentech, qui s’avère être un grand groupe mondialement connu, ne posant aucun problème sur la recherche clinique et sur l’évolution des gènes. Peut-être que Genetic se trouvait être une sous branche du groupe pharmaceutique … Peut-être qu’ils agissaient dans l’ombre, qu’ils se montraient vigilant et qu’ainsi, personne ne parlait des disparitions, des recherches qu’ils menaient, des meurtres qu’ils commettaient. Jayden déglutit péniblement à l’idée de devoir rester sur ses gardes jusqu’à la fin de sa vie. Car si ce que Sonny disait était vrai, alors elle n’était pas en sécurité.

« Mais si ils savent où j’habite, comment je peux faire pour me protéger ? Il suffit qu’ils me kidnappent dans mon sommeil Sonny ! Mais ne t’inquiètes pas, je suis allée voir Genentech, un groupe pharmaceutique mondialement connu … Ils ne feront rien qui puisse salir leur image. Par contre Genetic … Je ne connais pas grand-chose sur leur compte. Juste qu’il faut rester vigilant. Mais comment peut-on rester vigilant quand on ne sait pas à qui on doit faire face ? Je dois me méfier de tout le monde ? Marcher dans la rue et ne plus me sentir en sécurité ? M’installer à une terrasse et craindre de me faire enlever à tout moment ? Non … sans façon … »

Elle ne savait plus comment agir, mais une chose était certaine, elle ne serait plus mutante pour très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Lun 24 Sep - 21:33

Il ne fallait pas baisser les bras. Leur vie était parsemée de coups du sort et d’obstacle. C’était un fait. Deux vraies héroïnes de tragédie. Elles devaient se battre, jour après jour. Et Jay aussi, quoiqu’en dise les européens, elle ferait carrière, Sonny n’en avait jamais douté, son père n’en avait jamais douté. Et puis, elle n’était pas du genre à se laisser aller. Pas Jayden Blackwell. Et si elle et Remington allaient au bout, elle devrait se battre, encore plus. On lui mettrait des bâtons dans les roues. La musique serait un précieux allié. Car Sonny, même si elle n’était pas musicienne, savait qu’un lien particulier se créait entre le joueur et son instrument. Elle l’avait vu avec son père mais aussi avec Jay. Elle avait perçu cette lueur dans son regard, cette confiance qui se dégageait d’elle quand elle avait un violon entre les mains. C’était magique. Ça la sauverait.

Et Sonny voulait être là. Oh, elle savait que les choses seraient différentes maintenant, et qu’elle ne serait pas l’alliée dont Jayden aurait besoin. Mais elle voulait être là, même de loin. Y compris pour la « suppression » de sa mutation si vraiment elle faisait ce choix. Car cette décision changerait toute sa vie, quoi qu’elle en pense. Et ce jour là, Sonny prierait tous les dieux de toutes les croyances pour qu’elle se soit trompée, pour que cet « antidote » offre réellement une vie meilleure à Jayden.

« Je ne me défilerai pas. Même si j’ai horreur des piqûres. Brrrrr »

Si tant est que l’antidote soit dispensé sous forme d’une injection. Et elle serait là. Il y aurait quoi, aller, son accouchement qui pourrait l’en empêcher. Et ce ne serait pas avant plusieurs mois. Il fallait espérer que Jayden trouve une autre voie plus tôt. Pour son bien. Pour qu’elle s’accepte, pour qu’elle soit libre. Cela semblait d’ailleurs faire du bien à Jayden. Sonny avait été braquée pendant longtemps sur cette histoire. Mais après tout, chacun était libre, chacun était maitre de sa vie. Si telle était la voie de Jay, alors soit. En revanche, il fallait qu’elle ait toutes les clés en main pour faire son choix et Sonny la mit en garde sur Genetic. Ils étaient des monstres et il fallait être prudents avec eux.

Ses révélations eurent pour effet d’angoisser son amie. Il y avait de quoi en même temps. Ils étaient partout et se foutaient des méthodes.

« Je ne te dis pas de t’enfermer chez toi. Je pense qu’ils savent tout sur nous depuis Halloween de toute manière. Mais simplement… Ils ne détiennent pas la solution miracle et ce ne sont pas des enfants de cœur. Je ne voudrais pas qu’ils te fassent du mal parce que tu les… déranges. Laissons faire le temps. Peut-être que leur antidote n’est pas encore tout à fait prêt, mais qu’il le sera bientôt. Et là, crois moi, ils trouveront un moyen de nous le faire savoir. »

Son regard fut attiré par les bateaux. Ils étaient comme Jay et Remington. Envie de larguer les amarres. Envie de renoncer à soi pour découvrir d’autres horizons. Ok, peut-être pas concrètement parlant, mais métaphoriquement parlant, si c’était cela. Ils voulaient changer, voir comment était la vie autrement.

« Rem aussi aimerait prendre cet antidote. Cela vous fait encore un point commun. Cette souffrance lors de la transformation. Cette envie que ça cesse. »

Une bourrasque de vent fit voler de nouveau ses cheveux. L’air se rafraichissait. Sonny se releva alors et fit face de nouveau à l’océan. Il était agité. Beau tableaux de leurs âmes tourmentées. Belle poésie romantique. Clichés.

« J’ai changé de travail, au fait. Une maison d’édition m’a embauchée à l’essai comme correctrice. C’est plus cool comme ça. Plus d’horaires de nuit. Et je peux bosser où je veux et quand je veux ! Et là, j’attends les résultats des partiels. C’était horrible les conditions. »

Art de parler pour ne rien dire ? Oui, c’était du Sonny tout craché. Mais bon, ça pouvait toujours être utile à Jayden de savoir cela. Et puis, Sonny avait comme le sentiment que cette entrevue serait la dernière. Ou du moins, la dernière avant bien des semaines.

« Par contre, je n’ai plus ma chambre sur le campus. S’ils ne l’ont pas encore donnée à quelqu’un, tant que tu as les clés, tu peux toujours t’en servir pour souffler. Dis moi Jay… quand vous aurez fait ce que vous prévoyez, ça veut dire qu’on ne se reverra plus avant longtemps, n’est-ce pas ?

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Jeu 27 Sep - 18:55

Le froid commençait peu à peu à ronger la peau nue de Jayden. Elle s’emmitoufla dans son châle qu’elle posa de manière précieuse sur ses épaules. Rester là avec Sonny lui faisait du bien. La rancœur était passée, doucement, sans qu’elle ne parvienne à dire pourquoi. Plusieurs heures plus tôt, elle aurait joué un rôle d’actrice, le rôle d’une bonne amie pour mieux poignarder Sonny dans son dos. Mais maintenant, tout allait mieux. Son cœur reprenait un rythme normal, ses joues étaient rosies par la fraicheur qui se dégageait de l’océan aux couleurs glaciales et ses mains se trouvaient plus endoloris par le froid que par la démangeaison d’un meurtre.

Un sourire s’étira sur son visage de porcelaine, lorsqu’elle vit la réflexion de Sonny par rapport aux piqures. C’est vrai qu’elle n’aimait pas ça, mais la médecine avait fait un grand pas en avant dans ce domaine et les aiguilles n’étaient pas plus grandes que des aiguilles à coudre. Elle passa une main derrière l’oreille, puis inspira profondément. L’odeur iodée de l’atmosphère avait quelque chose de reposant, de tranquillisant, comme agissant telle une drogue dans un effet plus souple, plus agréable et moins rapide.

« Oui ça nous fait une ressemblance … » dit-elle sans vraiment y croire.

Remington était aussi solide qu’un roc. Il n’éprouvait certainement rien pour sa soeur. Pas le moindre sentiment, pas un soupçon d’amour et encore moins de l’attachement. Il l’avait clairement montré l’autre soir et ce point commun s’effaçait encore une fois d’une longue liste qu’ils auraient pu avoir. Certes ils se ressemblaient, mais le lien était visiblement brisé. Jayden aurait voulu allé plus loin dans cette aventure, mais elle avait cessé depuis longtemps. En fait, depuis le coup de poignard, depuis que Remington avait posé les pieds dans sa vie pour lui demander d’arrêter. Elle aurait tant voulu continuer à croire … Croire que son grand frère était un globetrotteur, qu’il partait de ville en ville, de pays en pays, une guitare à la main et un carnet de croquis sous le bras. C’était tellement poétique, romantique et surtout réconfortant comme vision. Une belle illustration qu’elle se fixait là, mais qui devenait de plus en plus fade, qui flétrissait de jour en jour, pour disparaitre totalement.

Il avait changé. C’est un homme qui se reconstruisait doucement, voulant poser une vie illusoire, croyant qu’il pourrait avoir accompli les choses essentielles et parfaite d’une vie. Fonder une famille, être heureux et éduquer un enfant. Mais il avait tort, car au fond, il sera toujours aussi distant et fuyard. Il était tel un loup solitaire, ne s’attachant à aucune meute. Bien qu’il aime Sonny, très certainement, leur amour s’effilocherait au gré du vent. Un enfant ne pourrait probablement pas l’attacher à Sonny éternellement et elle s’en doutait peut-être. Mais Jayden avait trop peur de la froisser en lui posant la question. Avait-elle vraiment confiance en Remington ? Après tout, il avait quitté sa famille, ne s’était posé aucune question sur ses géniteurs pendant des années …

Mais les gens changent et Jayden espérait pour le bien de sa meilleure amie, que Remington n’agirait pas bêtement. Quoiqu’il était doué pour ça.

Chacune plongée dans ses réflexions, Sonny décida de rompre soudainement le silence en annonçant une merveilleuse nouvelle. Enfin elle avait trouvé un travail ! Jayden ne put s’empêcher d’esquisser un sourire cordial. Elle était contente pour la française, après tout ce qu’elle cherchait depuis sa fuite de France, c’était se reconstruire une vie, une nouvelle vie. Elle allait fonder une famille, avoir un bébé et une belle maison. D’ailleurs en y songeant, Jayden était quelque peu froissé par le fait qu’elle n’avait même pas eu l’occasion de voir la couleur de leur maison. Etait-ce l’une de ces grandes maisons en bois blanc qui bordent les plages de Los Angeles ? Ou encore ces petites maisons mignonettes qui abondent les quartiers de la classe moyenne de la cité des anges ? Ou simplement une vieille bicoque qu’ils s’amusaient à retaper de fond en comble ?

« Oh mais c’est génial ! Je suis tellement contente pour toi ! Ça te prend du temps ? Tu continues les cours en parallèle ? Tu n’as pas trop peur de rater ton année ? Tu sais que la majorité des étudiants qui bossent pendant leurs études loupent au moins une année … moi par exemple, si je bossais, je n’aurai vraiment plus le temps de me reposer. Avec toutes les répétitions qu’on a et les cours magistraux … je ressemblerai à un zombie ha ha ! Mais j’ai un ami qui arrive à jongler entre étude et petits boulots. Enfin, c’est ce qu’il croit ! »

Elle n’était pas pessimiste, mais réaliste. Elle était contente pour Sonny, mais avait peur que son boulot n’empiète sur ses études et qu’elle passe plus de temps sur son boulot de correctrice. D’ailleurs allait-elle vraiment gagner sa vie avec un petit salaire ? La vie à Los Angeles est relativement chère, et se contenter d’un petit boulot passe partout permettait à peine de payer son loyer et se nourrir. Là, elle était sûr le point de fonder une famille. Enfin, après tout il y avait Remington. Quoique Jayden n’avait encore jamais vu les œuvres de son frère sur le marché …

Puis Sonny posa la question fatidique. Cette question que Jayden redoutait. Cette question qu’elle n’avait pas envie d’entendre, dont elle n’avait même pas la réponse. Remington avait été catégorique sur la chose : ne plus se voir. Elle n’allait plus communiquer avec son frère pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Ça la soulagerait en quelque sorte, mais Sonny … C’était autre chose. Elle avait besoin d’elle, de lui confier ses sentiments, ses projets, ses espoirs. Elle avait besoin d’une épaule sur qui pleurer, d’une oreille attentive, de bras réconfortants, d’amour et de tendresse. Elle aimait Sonny plus que tout au monde et savoir qu’elles ne se reverraient pas avant plusieurs mois la brisait. Elle voulait hurler injustice ! Ben Blackwell lui pourrissait la vie même mort. Elle avait perdu Sonny pendant tout l’été, la croyant disparue. Elle avait communiqué par simples sms pendant tout le mois de décembre et s’était sentie tellement mal.

Maintenant l’idée de briser le lien pendant au moins deux mois l’anéantissait. Elle ne verrait pas la grossesse de sa meilleure amie, elle ne pourrait pas faire du shopping avec elle (pour son futur bébé), elle ne pourrait pas lui dévoiler la sensation de ce que ça pouvait faire de tuer son propre père, elle ne pourrait pas pleurer une seconde fois sa désolation sur l’épaule de son amie, elle ne pourrait pas apaiser son cœur saignant sur la douce voix de Sonny. Ça l’attristait terriblement et son visage si lumineux, s’était soudainement assombri, affichant une tristesse affligeante.

« En théorie oui … »

Non c’était trop pénible. C’était trop éprouvant de dire oui, de se dire qu’elles allaient en rester là, sur ce simple … oui. Les larmes lui brouillèrent la vue et une boule amère lui démangeait le gosier. Elle se mordit la lèvre inférieure et baissa la tête vers ses pieds, qui pendaient dans le vide, tel un pendu. Elle aurait voulu que les mouettes se transforment en corbeaux, qu’ils viennent sur sa chair et qu’ils l’arrachent dans un craquement sonore d’os brisés et de cris stridents. Elle aurait voulu être défigurée par la douleur, qu’on ne puisse pas la reconnaitre, tant l’atrocité de sa dépouille serait éprouvante. L’envie de rendre était maintenant présente. Son estomac semblait agir comme le tambour d’une machine à laver. Il se tordait dans tous les sens, la rendant nauséeuse.

Finalement, elle prit son courage à deux mains et se tourna vers Sonny. Tant pis si elle pleurait comme une madeleine. Pitoyable. Tant pis si Sonny voyait sa faiblesse. Car elle était la seule face à qui Jayden se laissait aller complètement. Sonny était la seule qui pouvait voir en profondeur, qui pouvait analyser aussi bien Jayden.

« Sonny, tu es ma meilleure amie, je n’ai que toi. Tu n’es pas qu’une amie, tu es comme la sœur que je n’ai jamais eu … Tu es la seule personne en qui j’ai confiance, la seule personne qui me donne encore la force de me battre dans ce monde de fous ! Ça parait pathétique ce que je raconte, mais m’imaginer sans tes nouvelles pendant des semaines, voire des mois, me rend malade … Je me fiche de Remington, de ce qu’il peut penser, de ce qu’il croit trouver utile ou non. Mais sache que … je ne t’abandonnerai pas. Ce n’est pas parce que je vais devoir être discrète, voire disparaitre de la circulation qu’on ne se verra plus. On va trouver un moyen, il le faut. On le doit. Sinon, je ne sais vraiment pas si je vais tenir le coup … je ne sais même pas ce que va engendrer ce meurtre … »

Sa voix était chevrotante, mal assurée et entrecoupée de sanglots.

« Ces derniers temps, mon pouvoir semble avoir pris le dessus. J’ai tout le temps l’impression d’être en colère, de vouloir traquer des gens, de leur incérer mes ongles dans la gorge. J’ai des idées noires, morbides, cruelles. Pour dire, quelques temps avant qu’on ne se parle, j’avais l’intention de te jouer un mauvais coup dans le dos … Je préfère être franche, ne rien te cacher … absolument rien … parce que j’ai confiance en toi, parce que tu es la seule personne qui me comprenne parfaitement. Cette capacité, cette évolution génétique ; comme ils l’appellent, me détruit. J’essaie de la contrôler, crois moi ! J’essaie, mais je n’y arrive pas. Pendant un temps, je laissais mes transformations prendre le dessus … Je me disais qu’en ne luttant pas, je souffrirais moins … mais au final, j’ai l’impression que le félin qui est en moi prend une trop grande part. »

Elle venait de se lever sans s’en rendre compte, faisant les cents pas sur le ponton. Ça lui faisait un bien fou de se libérer, de balancer à l’eau ce qu’elle avait sur le cœur. D’être en présence d’un être fait de chair et de sang, plutôt qu’une simple peluche la fixant d’un regard vide et neutre. Elle n’avait pas peur de la réaction de Sonny. Car si elle fuyait, elle la rattraperait. Si elle restait, alors son cœur en prendrait moins cher. Cette présence la calmait, la rassurait, la qu’analysait. Quand Sonny était là, Jayden n’avait pas envie de la plaquer contre un mur, l’hypnotiser d’un regard ambre et de lui planter ses ongles dans la chair. Peut-être que Sonny était l’élément inhibiteur du pouvoir de Jayden. Car elle était la seule personne en qui elle éprouvait autant d’amour et de passion.

Jayden se tenait là, debout, regardant Sonny, les cheveux au vent. Son regard était perdu, entre incompréhension de ce qui se passait dans sa vie et fatalité. Elle qui avait été une fille pleine de vie, joyeuse, épanouie, intelligente et audacieuse, se trouvait maintenant dans la catégorie des folles, des paumés … encore heureux, elle n’avait pas touché à la drogue et l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Sam 29 Sep - 19:06

La désillusion avait un prix. Grandir avait un prix. Et elles en faisaient toutes deux l’amère expérience. Jay payait le prix de sa différence, de son idéalisation de son frère. Sonny payait le prix de ses choix, de ses décisions. Choisir, c’est renoncer. C’était ainsi. Elle avait envie de croire qu’une autre voie était possible. Qu’une autre porte allait s’ouvrir devant elles deux. Une porte qui leur laisserait un espace à elle. Sans les problèmes de capacités, sans Remington entre elles. Et lui même faisait tout pour cela. Il acceptait de s’effacer, de rester en retrait, de les laisser se voir et se parler malgré tout, bien qu’il n’ait pas confiance en elle.

Parler de tout et de rien, comme deux filles normales, cela passait par la vie de tous les jours, par le travail notamment et Sonny fut surprise de la réaction de son amie. Quoiqu’elle reconnut là le sérieux de son amie. Les études, le travail, l’ambition. Même si sa remarque la fit doucement sourire.

« Là je profite des vacances. Mais rassure toi, je continue mes études. Et Rem ne me laisserait pas abandonner, même avec cette grossesse. Quant à la fatigue… Je te rappelle que j’avais deux boulots jusqu’à présents. Tous les jours à la bibliothèque et deux nuits par semaine dans un bar. D’ailleurs, quand j’ai passé mes partiels, j’avais bossé de nuit. Là, je vais pouvoir travailler à la maison, plus ou moins à mon rythme. Je gagnerai moins qu’avant mais c’est juste pour… participer aux frais. Rem paie presque tout et ne demande rien mais… j’ai besoin d’apporter ma contribution. »

Remington ne lui avait rien demandé. Ni d’arrêter de travailler, ni de payer sa part. Au contraire, il pouvait subvenir à ses besoins, mais il comprenait aussi son besoin d’avoir une illusion de vie « normale », comme si l’argent venait d’un travail « classique ». Oui, pure illusion, mais elle était nécessaire. En revanche, c’était rassurant de la voir s’inquiéter pour elle, pour ce qu’elle allait faire et devenir. Tout n’était peut-être pas brisé après tout. Même si… même si tout devrait peut-être s’arrêter dans quelques temps, pour des mesures de sécurité. Elle n’aimait pas cette idée. Rien qu’échanger des sms avec elle l’aidait. Non, Sonny ne voulait pas un silence total. Elle désirait se promener avec elle, faire du lèche-vitrine, s’attabler à une terrasse d’un café et commenter l’allure des passants, surtout des hommes… ce que Rem ne saurait jamais. Elle avait besoin de savoir. Est-ce que ce projet de meurtre allait les éloigner ? Au point qu’elle ne puisse plus s’enquérir de l’état de Jayden ? Mais celle-ci aurait certainement besoin de parler, de dire ce qu’elle avait sur le cœur. Ou pas, peut-être qu’elle aurait juste besoin d’une présence silencieuse, mais qui ne la jugerait pas. Et Sonny ne la jugerait pas. Et elle aussi, de façon égoiste, elle aurait besoin de Jayden. Elle aurait besoin d’une amie, pour parler de tout ce qui allait se passer dans sa vie, même si elle ne savait pas si elle avait le droit d’imposer tout cela à Jayden. Mais elle avait toujours imaginé que Jay serait là pour les moments importants. Mais supporterait-elle d’entendre parler de la vie de famille de son frère ? De faire des achats pour un bébé qui serait celui de Rem ?

Jayden lui confirma. Elles ne devraient plus se voir. Sauf que dans sa phrase, il y avait un « en théorie »… ça, ça donnait un peu d’espoir…

« En théorie… mais en pratique ? »

En pratique, il faudrait trouver le moyen de rester en contact sans que celui-ci soit trop visible. Mais comment ? Jayden serait surveillée et si on la voyait avec Sonny, on ferait le lien avec Remington. Mais elle ne pouvait pas laisser Jay seule. C’était impossible. Et là, c’était pire. Voir cette détresse, ces larmes sur le visage de son amie, ça la retournait et lui brisait le cœur. Elle, elle avait Remington pour parler et la soutenir. Elle avait Anne et Sacha et Ingrid et d’autres encore. Pour les vérités horribles et noires, elle avait Rem. Mais Jay, qui avait-elle pour entendre ses souffrances et ses choix les plus sombres ? Sonny pouvait être cette personne, elle le devait à Jay. Mais il y avait une grande différence en réalité entre vouloir et pouvoir.

Et les mots de Jayden lui firent monter les larmes aux yeux. Pendant sept ans, elles avaient été comme des sœurs toutes les deux, à tout se dire, à tout se confier, à parler de leurs projets, de leurs envies, de leurs peines. Et le silence ne leur réussissait pas. Elles ne parvenaient pas à être pleinement heureuses et elles mêmes en ne se parlant pas. Non, ça, ça ne marchait pas.

« Jay, il faut qu’on trouve un moyen. Je sais pas, on pourrait… déjà prendre un téléphone pré-payé comme dans les films. On ne s’en servirait que pour se parler l’une à l’autre. Sinon… je ne sais pas. Jay, j’ai besoin de toi aussi il faudra qu’on trouve… »

Et il le fallait vraiment, car Jay semblait perdue. Perdue au point d’envisager de lui faire du mal ? ça c’était dur à entendre. Mais elle comprenait pourquoi Jay faisait cela : pour retrouver sa part d’humanité. Pour se rattacher à quelque chose sur laquelle elle avait le contrôle. La franchise, pour ne pas sombrer dans la félinité. C’était vraiment anormal comme évolution. Cela n’arrivait pas à Remington. L’animal restait bien tapi en lui. S’il ne se transformait pas, il restait lui même. Sonny ne pouvait donc pas conseiller Jayden. Elle était totalement démunie. C’était docteur Jekill et Mister Hide. Jay la violoniste talentueuse, ambitieuse et dévouée contre Jay en colère, dans une fureur meurtrière. Etait-ce cela que Rem avait senti ? Cette bipolarité ? C’était certes dangereux mais pouvaient-ils la laisser se démener avec cela ?

Sonny s’approcha alors de son amie et la prit dans ses bras. Elle n’avait pas peur. Elle n’avait plus peur. Si elle voulait la poignarder dans le dos, c’était le moment où jamais, mais elle ne le ferait pas. Elle l’avait vu dans ses yeux. Jay était juste aux prises avec une force qu’elle ne maîtrisait pas. Une force dangereuse. Est-ce que Ross pourrait l’aider ? Après tout, il était mutant lui aussi et psy… il arriverait peut-être à apaiser Jay… Sauf qu’il ne prenait plus de patients.

« Jay, calme-toi. Je te connais. Je sais qui tu es. Et ça va aller. Regarde… souviens-toi… A chaque fois que tu as été en colère contre moi, ta part animale s’est réveillée mais tu as toujours réussi à la contrôler, à l’empêcher de prendre le dessus. Toujours. S’il faut que je joue les calmants, je le ferai. Tu peux… Comment dire. On peut essayer de travailler ça. Te mettre en colère et voir ensemble ce qu’on peut trouver pour t’aider à.. réguler la rage. Je ne sais pas. »

Non, elle ne savait pas. Ni même si elles arriveraient à se revoir. C’était horrible.

« Je veux que tu fasses partie de ma vie Jay. De la mienne et de celle de mon bébé. Parce que je vais avoir besoin de toi. Il va avoir besoin d’une tata. Rem est persuadé que ce sera un garçon… j’ai besoin de toi pour lui trouver aussi des vêtements de fille au cas où. Mais même si c’est un garçon, il aura besoin de toi. Je veux qu’il soit le plus beau et tu as un don certain quand il s’agit d’avoir la classe. Et imagine que le don pour la musique saute une génération, il lui faudra un guide… et j’en serai incapable. Rem peut s’en sortir à la guitare, mais bon. Aller, souris. On s’entrainera. Tu contrôleras ça. Et je serai là pour tout ce qui se passera après. »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Dim 7 Oct - 13:03

Ces paroles étaient rassurantes, apaisantes même. Elle se sentait soutenue et non délaissée comme la plupart de ses amis s’adonnaient si bien à ce jeu. Faire croire qu’on vous écoute, pour au final, laisser échapper les paroles liquides et désastreuses, d’une vie dont on n’en fera rien. Jayden se sentait pitoyable, minable, à dix pieds sous terre. Jamais elle n’avait ressenti autant la solitude empiéter son cœur. Mais Sonny était présente à ses côtés, elle avait toujours été là pour la soutenir dans les moments difficiles, même quand elle se trouvait à distance.

Pourtant, l’idée de devoir se séparer une seconde fois la déchirait. Elle n’avait pas envie de lui parler au téléphone et encore moins via skype ou autre type de communication irréelle. Jayden avait besoin de contact humain, de quelqu’un pour l’épauler et pour lui dire que ses décisions n’étaient pas toutes en direction d’un échec cuisant. Elle allait dans une directive qui ne lui ressemblait guère, mais savait qu’en se penchant sur cette voie, elle s’en sortirait mieux.

Son cœur s’allègerait et ses ambitions seraient revues à la hausse. Ou peut-être, plongera-t-elle dans un profond remords, la désolation et la solitude. Peut-être qu’elle ne deviendra qu’une coquille vide de sentiments, guidée par son esprit félin, assouvie par la soif de tuer et devenir la catwoman des temps modernes. Elle avait songée à plusieurs options, mais pourtant se voyait mal endosser le rôle de chacune.

Ses prunelles sombres se posèrent sur le visage compatissant de Sonny. Elle était douce, aimante et la voilà le ventre rond, prête à conquérir une nouvelle terre, un nouveau sentier dont elle ne connait pas non plus le fin mot de l’histoire. Les demoiselles étaient dans le même bateau, certes différents, mais toutes deux s’engageaient dans une voie totalement inconnue.

C’était une sensation étrange, mais qui leur permettrait enfin de gagner en maturité, et de voir l’avenir sous un nouvel angle. Elle posa ses mains sur les épaules de son amie et lui tint un sourire réconfortant, malgré ses pensées sombres.

« On trouvera. On a toujours trouvé une solution. J’appréhende juste la réaction que j’aurai après la mort de mon père. Je crois être forte, pouvoir affronter les dangers et tout contrôler, mais je n’ai jamais tué quelqu’un … je ne sais même pas si j’arriverai à bien dissimuler les preuves. Est-ce que j’arriverai à faire la jeune fille totalement désespérée ? J’ai essayé de montrer à Remington que j’y arriverais toute seule, que je serais assez forte pour me débrouiller … mais maintenant, je n’y crois plus vraiment. »

Elle baissa son regard, puis jeta un air triste vers le lointain, comme désolée de ne pas avoir réussi à établir un contact avec son frère, même bref.

« J’aurai tant voulu qu’il soit là pour moi, qu’il me remonte le moral, qu’il me fasse sourire et qu’il me dise quoi faire. J’aurai tant voulu qu’il m’aime, qu’il me serre dans ses bras et qu’on puisse partager ce qu’on partage toutes les deux. Je ne comprends pas Sonny … »

Elle attacha ses cheveux et porta son sac à main sur ses épaules.

« Tu sais il est tout pour moi. Ce coup de poignard n’était pas volontaire. Sur le coup, j’ai cru qu’il s’agissait d’un étranger qui était venu pour tuer Ben, j’ai simplement voulu me défendre. Je ne l’avais pas reconnu … Je m’en veux tellement … tellement … crois-tu qu’il me pardonnera un jour ? »

La musicienne voulait marcher, sentir le vent lui caresser le visage, observer les mouettes se poser sur les mâts et écouter le clapotis de l’eau sous la coque des bateaux. Elle prit le bras de Sonny et l’embarqua dans une marche lente et contemplative.

« Il me craint n’est-ce pas ? »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Sam 13 Oct - 14:05

Sonny attendait que son amie lui réponde. Elle lui offrait de l’aider à gérer sa capacité, ou au moins à essayer, en attendant des avancées sur cette histoire d’antidote. Elles pouvaient travailler dessus en attendant le geste fatal, celui qui changerait leur vie à jamais. Et après… advienne que pourra. Sonny cherchait des solutions mais il n’y en avait peut-être pas. Ou peut-être qu’elle demanderait à Rem ce qu’il en pensait, s’il y avait une solution pour qu’elles puissent encore se voir. Si seulement il y avait encore un espoir.

Pourtant, Jayden ne lui parla plus de sa capacité, de ses craintes liées à celle-ci, de la menace d’être complètement dominée par le félin en elle. Comme si elle voulait enterrer cette réalité. Soit, c’était son choix et Sonny ne voulait pas la brusquer. Elle ne savait pas quand le meurtre aurait lieu. Remington lui avait dit qu’il ne voulait pas le faire maintenant, il voulait attendre d’être remis et que les choses se soient toutes résolues car ils devraient tous être forts. Entre temps, elles pourraient en parler. Certes, Jay aurait besoin de se confier après, mais elles pouvaient au moins anticiper certains points.

Et là, Sonny eut l’impression de retrouver sa Jayden, déterminée, sûre d’elle. Ou qui au moins arrivait à feindre ce sentiment. Elle parvint à mettre des mots sur ses craintes : ne pas être assez forte, ne pas réussir à dissimuler les preuves. Elle avait besoin de son frère, mais Rem était « loin ». Comment faire ? Comment l’aider ? Sonny n’avait pas les réponses à ses questions.

« Je lui demanderai, à Rem. Il doit savoir quoi faire pour qu’on puisse se voir. Et il saura comment masquer les preuves. Il ne te laissera pas te démerder avec le côté « techniques ». Pour ce qui est de feindre… Tu as bien réussi avec moi alors que tu as avoué toi même vouloir me faire un coup dans le dos. Ne te sous-estimes pas Jay. »

Elle donnait le change depuis si longtemps, elle jouait à la petite fille modèle depuis des années alors que nul ne connaissait la souffrance qu’elle endurait. Elle y arriverait. Et Sonny l’y aiderait. Et quand bien même elle s’effondrerait après le meurtre, cela augmenterait sa crédibilité aux yeux des autorités. Mais le vrai problème n’était pas là. Le vrai problème c’était Remington, ou plus justement l’absence de liens entre eux. Elle désirais un frère. Et c’était assez dérangeant, cette façon de parler de lui, car tout ce qu’il manquait à Jayden, Remington le donnait à Sonny. De l’amour, du réconfort, une aide. Tant de fois il avait été son mentor. Avec elle, il avait partiellement réussi à se détacher de l’influence néfaste de Ben, même si elle était encore profondément enracinée. Avec Jay il n’y arrivait pas. Et Sonny savait pourquoi.

Jayden se raidit, attacha ses cheveux. Elle avait mal, cela se voyait et il devait lui être dur d’avouer tout cela. Et ses mots firent mal à Sonny. Elle comprenait. Remington était tout pour elle. Tout avec ce bébé maintenant. C’était bizarre qu’il représente autant pour une autre personne. Sonny se laissa entrainer dans une marche lente, le long de la marina, écoutant les craintes de son amie. Elle était si sûre que Rem ne reviendrait jamais vers elle. Et Sonny ne pouvait pas lui donner de réponse, car il ne semblait pas prêt à faire un pas vers elle pour qu’elle redevienne sa sœur. Trop tôt peut-être. Mais Sonny ne pouvait pas laisser Jayden croire des choses fausses sur Remington. Elle ne savait pas si elle avait le droit de lui répéter cette confidence que Rem lui avait faite. Il ne l’avait dit à personne, elle était la première et la seule à savoir cela. S’il avait voulu que Jayden soit au courant, elle le serait depuis longtemps. Mais c’était un tel gâchis, et ni Rem ni Jay n’en était responsable. Le vrai et seul coupable c’était Ben Blackwell. Alors tant pis, elle aurait droit à des grognements en rentrant mais il fallait que quelqu’un lève le voile sur le crime moral de Ben.

Alors elle stoppa la marche et riva son regard dans les yeux de son amie, posant ses mains sur ses avant-bras. Il fallait qu’elle comprenne, l’instant était plus que sérieux.

« Ecoute-moi ma belle. Je ne suis pas censée te dire ça, mais il le faut. Rem n’a pas peur de toi et il ne te déteste pas. Le problème ne vient ni de lui ni de toi. Tout est la faute de Ben. Jay… Quand tu es née, ta mère t’a mise dans les bras de ton frère et là, alors qu’il le tenait… en lui a dit qu’il ne devait pas rêver, qu’il ne serait jamais ton frère. Ben lui a comme interdit d’être un frère, il ne lui a pas laissé l’être. A plusieurs reprise il lui a dit qu’il ne serait jamais capable d’avoir une famille. Voilà pourquoi il ne s’est pas comporté comme un frère, il ne le pouvait pas. »

Est-ce qu’il allait la tuer pour avoir dit cela ? Peut-être, ou il comprendrait. Il avait le don de la surprendre parfois.

« C’est pour cela qu’il faut que tu sois prudente dans ce que tu dis. Quand tout à l’heure tu as balancé que Ben était plus ton père que le sien, tu joues exactement le même jeu que Ben envers lui, en l’excluant de la famille. »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Jeu 18 Oct - 9:33

Le vent folâtre qui jouait entre ses boucles semblait s’être dissipé en quelques secondes, sous le choc invisible des paroles de Sonny. Le sol se craquelait sous ses pas, telle la croute d’une crème brulée parfaite, laissant apparaitre la partie fragile et douce, de l’innocence d’une femme complètement démunie. Qu’apportait une telle information en son cœur ? Tout autour d’elle s’arrêtait, comme si le temps se retrouvait figé dans une minuscule boite noire, et que tous les sens disparaissaient dans la pénombre. Le décor, les senteurs, les sentiments, le toucher, toutes ces sensations s’effritaient, pour ne laissait place qu’aux battements puissants de son cœur fragile. Il battait si fort au creux de sa poitrine, qu’elle en avait du mal à respirer.

Marcher dans le noir, dans l’inconnu et le mensonge n’était pas une mince affaire. Heureusement, Sonny se trouvait à ses côtés et la guidait de son sourire bienveillant. C’était bon de se sentir épaulé, par une franchise rare, qui devient difficile de trouver dans chaque individu que l’on connait. Elle pensait être maitresse de sa vie, connaitre les règles de son cœur et contrôler ses sentiments. Elle pensait avoir tout vécu, surmontant les pires obstacles avec fierté et grâce. Elle pensait dominer les océans et se trouver assez fort pour dissimuler ses sentiments aux yeux du monde. Mais ces paroles furent bien dévastatrices.

Remington s’était toujours montré distant, plus impénétrable que la roche, plus stoïque qu’une montagne. Pas parce qu’il ne voulait pas construire une relation de grand frère avec Jayden, mais simplement parce qu’il avait suivi bêtement les directives d’un père. Il avait tenu à la lettre le discours de Ben Blackwell, en n’essayant même pas de s’imposer, de prouver qu’il aurait été capable d’être un frère respectable, prudent et mature. Non, il s’était contenté de se rabaisser au niveau de larbin. Jayden était déçue. Tellement déçue.

Se jeter là, dans le vide, au bout de cette falaise. Elle qui avait encore l’espoir de retrouver son frère, de trouver une place dans son cœur de pierre, mais maintenant tout était fini. Elle avait tant souhaité lui décrocher un sourire, se retrouver dans ses bras et partager des choses communes. Mais Sonny lui avait dit la triste vérité. Cette vérité accablante qu’elle avait grand mal à supporter. Alors ses jambes refusèrent d’avancer plus loin. Le regard perdu vers l’horizon, ses cheveux lui fouettant le visage, le corps impassible face au froid, les lèvres tremblantes et les poings serrés, Jayden se trouvait être une coquille vide sans âme.

Elle n’avait plus personne sur qui compter. Sa meilleure amie se retrouvait être dans les bras de l’homme qu’elle chérissait tant, et elle en était terriblement jalouse. L’image qu’elle s’était construite de son frère durant toutes ces années, s’était volatilisée en quelques secondes seulement. Son père allait succomber de sa main, sa mère n’était plus que l’ombre d’elle-même et Jayden se sentait terriblement seule. Alors qu’importe. Remington n’avait jamais porté l’image d’un frère. Il s’était contenté d’alimenter un espoir dans le cœur de sa petite sœur, sans jamais oser lui dire la vérité. Il ne s’était même pas rallier à elle. N’avait donc jamais essayé de tisser un lien, même d’amitié.

Alors c’était décidé, elle tuerait Ben Blackwell sans l’aide de Remington. Car comme l’avait dit Ben et comme Remington avait alimenté la chose, il ne faisait partie d’aucune famille. Cette histoire ne lui appartenait pas.

Aussi froide qu’un glaçon, Jayden pivota sur ses talons, détournant son regard de celui de Sonny.

« Tu n’aurais jamais dût me dire ça. Maintenant que je connais la faiblesse de Remington, je jure de lui faire subir tout ce qu’il m’a fait croire et endurer toutes ces années … Et Sonny, tu resteras ma meilleure amie, mais sache que Remington n’est plus RIEN pour moi. Il n’a jamais été un frère … il s’est simplement contenté de suivre les règles de Ben. Il a installé de l’espoir en moi, en me laissant croire des choses irréelles. Il aurait très bien pu me dire ça dès l’enfance, ou installer une complicité qui aurait déstabilisé Ben … mais non, il a joué à son petit malin pendant toutes ces années. Et bien crois-moi qu’il va le payer très cher. »

Elle en avait marre d’être le dindon de la farce. Elle n’allait certainement pas attendre Remington pour tuer Ben. Elle se débrouillerait.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Mer 24 Oct - 16:22

Il fallait que Jayden sache, qu’elle comprenne pourquoi Rem avait agi comme il l’avait fait. A cause de leur ennemi commun, à cause d’un bourrage de crâne intensif qui avait commencé très tôt. Cela avait éclairé tant de choses chez Sonny quand elle avait découvert cela. Au moins, elle avait mieux compris pourquoi il avait si peur de devenir père, pourquoi il avait eu tant de mal à la laisser entrer dans sa vie, à reconnaître qu’il tenait à elle. Peut-être que maintenant Jayden comprendrait. Peut-être… Remington était un enfant à l’époque. Un enfant privé de son père et de sa mère biologiques. Et alors qu’il tenait sa petite sœur dans ses bras, on lui avait dit qu’il n’avait pas le droit de l’aimer. Qu’il n’appartenait pas à cette famille, qu’il n’en ferait jamais partie, qu’il n’en aurait jamais. Dire cela à un enfant, à un être qui n’avait pas le recul nécessaire, dire cela comme un père, avec toute l’autorité qui sied à ce statut… Au moins, Jayden devrait comprendre que Remington ne l’avait pas rejetée parce qu’il ne l’aimait pas ou parce qu’elle avait fait quelque chose de mal, mais parce qu’il y avait un mal plus profond et bien enraciné.

Jayden ne bougea plus. Etait-elle en train de prendre la mesure de la révélation de Sonny ? Comprenait-elle enfin la raison pour laquelle elle n’avait pas réellement eu de frère ? Avec cela, elle avait toutes les clés en main. Pourtant, quelque chose n’allait pas, Sonny pouvait le sentir. Jay aurait dû être en colère contre Ben. Il l’avait tout de même privée d’un grand frère, cela aurait dû l’enrager. Néanmoins, la jeune femme ne disait rien, comme si son esprit avait quitté son corps.

« Jay ? »

Mais elle ne sembla pas l’entendre. Oui, certes, cette révélation faisait un choc… Sonny, elle, avait réagi violemment en apprenant l’attitude de Ben. Elle s’était énervée dans le motel et avait montré à Rem son petit ventre rond. Tout petit, certes, mais voilà la preuve qu’il pouvait aimer et avoir une famille. Si elle pouvait tuer Ben de ses mains… Alors, pourquoi Jay ne réagissait-elle pas ?

Ah si, elle se mit à bouger, à s’écarter de Sonny et à river son regard dans le lointain. Là, il y avait un gros problème, cela puait comme pas possible… Et ce qu’elle entendit ne lui plut pas le moins du monde. Mais elle n’avait donc rien compris ? Elle était dingue ou quoi ? Sonny venait de répondre à l’une de ses plus anciennes questions et voilà comment elle réagissait ? Mais c’était à n’y rien comprendre ! Elle avait la clé, elle avait tout maintenant pour construire quelque chose avec son frère en tuant l’homme qui les avait séparés et elle était complètement à côté de la plaque ! Et comment osait-elle lui dire cela ! Elle était complètement bipolaire, c’était Docteur Jekyll et Mister Hide !

Sonny fronça les sourcils et se raidit. Sa bouche se crispa. Sa main agrippa le poignet de Jayden et le serra. Le but n’était pas de lui faire du mal, le but était de lui faire comprendre ce qu’était un étau… Ben avait été celui de Rem et elle, elle serait celui de Jay si elle n’ouvrait pas les yeux…

« As-tu seulement entendu ce que je viens de te dire Jayden ? Tu crois que ton frère est faible ? Tu te gourres et lourdement. Je ne suis même pas convaincue qu’il ait besoin de tuer Ben pour se libérer. Car il a su se libérer il y a onze ans et il se libère tous les jours un peu plus. Et au lieu de faire ta pauvre victime, n’oublie pas qu’il n’avait que huit ans quand ton père l’a brisé. Huit ans, quand il lui a dit qu’il ne pouvait pas t’aimer. Comment voulais-tu qu’il réagisse ? Il n’avait que Ben pour repère et un repère pourri jusqu’à la moelle. »

Ainsi elle voulait s’engouffrer dans une faiblesse de Rem. Elle se fourrait le doigt dans l’œil si elle pensait jouer sur ce que Ben avait fait. Il était déjà au-delà de cela, si elle ne pouvait pas le comprendre, tant pis pour elle.

« Je ne peux pas te laisser gâcher ou ne serait-ce qu’essayer de gâcher les progrès qu’on a fait, parce que ce n’est pas juste. Je t’ai dit ça parce que je pensais que tu serais en mesure de comprendre, visiblement je me suis trompée. Tu dis être ma meilleure amie et tu veux tout briser, ce n’est pas logique. Et je t’ai cru, moi. J’avais confiance et je vois que je n’aurais pas du. Ouvre les yeux Jay ! Tu es en train de tout gâcher et tu t’étonnes d’être seule… Vous avez une chance de vous venger du vrai coupable ensemble. Saisis cette chance pour partager au moins une chose avec ton frère. »

Sa prise sur son poignet se desserra. Et elle se recula d’un pas, fixant Jayden dans les yeux.

« Je vais me marier avec lui et il est le père du bébé que je porte. Je ne peux pas te soutenir et être là pour toi quand tu me dis que tu ne lui veux que du mal… Libre à toi de t’aveugler et de tout rejeter sur lui ou de voir la vérité en face. C’est toi qui repousse les gens maintenant, et qui rejette ta seule chance de partager quelque chose avec lui. »

Elle se tourna alors et se mit à marcher. C’était à Jayden de faire ses choix. Sonny ne pouvait plus rien maintenant, ce n’était plus à elle de prendre les décisions qu’il fallait…

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Ven 26 Oct - 8:48

Le brouillard se levait. Au travers des mats qui se perdaient dans l’épaisse poix blanchâtre, filtraient de suaves accords de harpe où s’entrelaçaient les trilles d’une musette. Le clapotis de l’eau feutrait la voix d’une chanteuse, comme sortie de nulle part, au détour d’un rêve. Cette douce poésie, singulière et presque envoutante, aurait attiré l’attention de bon nombre de personne. Mais Jayden bouillait de l’intérieur.

Ça l’énervait. Ça l’énervait tant que Sonny soutienne Remington. Elle qui semblait tout savoir de la pénible enfance qu’avait enduré les Blackwell. Mais par tous les saints, elle n’avait pas vécu la jeunesse de Jayden, elle n’avait pas vécu dans un espoir interminable, qui se trouvait être déchiré en mille morceaux à cause de pauvres paroles insensées. Oui elle serait désormais seule … Elle n’avait plus besoin de poser son regard sur Sonny, car au fond, elle l’avait déçue depuis qu’elle avait foulé les terres de la Cité des Anges. Une amie ? Balivernes. Sonny vivait pour sa pomme, elle se fichait totalement des soucis de Jayden. Voici une simple figure qu’elle affichait pour que la musicienne ne lui foute pas plein la tronche.

Jayden se raidit. Elle n’arrivait plus à voir Sonny dans les yeux. Elle l’exaspérait à jouer sa petite sainte. Qu’elle aille construire sa vie avec ce tueur à gage ! pensait-elle. Remington ne méritait que la mort, le déshonneur et le mépris. Ce coup de poignard n’avait pas été assez profond. Elle voulait sentir le cœur de la traitrise entre ses doigts, chaud et pétillant, s’écrasant contre ses doigts longs et sa chair. Elle voulait voir le visage blême de cet homme impassible, celui qui avait trahi sa confiance, celui qui avait détruit ses rêves. Elle voulait voir son corps, écrasé contre les falaises d’une mer tumultueuse, dont les eaux n’auraient aucun scrupule à l’effacer totalement de la terre.

Ces visions macabres la firent sourire. Sonny lui agrippa le poignet, le serrant d’une certaine poigne, la ramenant à la réalité. Ses paroles étaient tordues par l’amour qu’elle exprimait envers Remington. Croire pouvoir aider quand on détruit petit à petit une personne, est sûrement l’acte le plus abominable qu’il soit. Se transformer, sortir les griffes et défigurer ce regard de braise, elle n’attendait que ça. Mais à quoi servirait-il de s’en prendre à elle ? Rien … Il fallait les effacer, un à un de sa mémoire. Passer à autre chose, les oublier et aller de l’avant. C’était un geste simple, mais pourtant la musicienne n’y arrivait pas. La haine animait tant son cœur meurtri, qu’elle préférait se laisser succomber à l’idée d’une vengeance stupide et inutile. Dans un premier temps, elle tuerait Ben seule. Ensuite, elle réduirait tous les efforts de Remington à néant et s’attaquerait aisément à cette nouvelle famille.

Sonny s’était livrée bêtement à Jayden. Naïve et stupide. Elle avait gobé le rôle de cette amie docile et fidèle qu’était Jayden. Poignard dans le dos, voilà qu’il était bien affuté, elle pouvait presque atteindre le cœur. Ils se croyaient fort tous deux ? Mais le seraient-ils lorsqu’elle s’en prendra à la chair de leurs chairs ? Au fruit des entrailles de Sonny ? Un plaisir malsain se lisait dans ses prunelles sombres. Jayden changeait, lugubrement, sauvagement, mais elle changeait. Adieu l’innocence, la stupide fille à son papa, celle qui s’attache bêtement aux gens, celle qui craint la moindre secousse.

« Que ça te plaise ou non, Remington n’est pas mon frère. Il ne l’a jamais été. Et toi … tu n’es rien. Rejoins-le, profitez de vos derniers moments de tranquillité. Car crois-moi, vous n’êtes pas prêt de vous poser en paix. A moins de vous retrouver côte à côte dans une tombe. »

Etait-ce des menaces de mort ? Peut-être … mais il était certain que Jayden allait effacer un à un les membres de son ancienne famille. Son père, puis viendrait sa mère et enfin Remington. Pourquoi ne pas mettre un terme définitif à son ancienne vie ? C’était la meilleure solution pour se délivrer de cette folie qui la rongeait. Sonny pouvait dire ce qu’elle voulait, rien ne pouvait empêcher Jayden à changer. Dorénavant, elle n’était plus là même.

« Je te conseille de faire bien attention à ton ventre, un accident est si vite arrivé … » dit-elle d’un ton vindicatif.

Elle se mit à rire, puis d’un geste brusque, dégagea sa main de l’emprise faiblarde de Sonny. Qu’elle aille au diable, que la tempête l’emporte, leur amitié n’existait plus. Elle ne prit pas la peine d’écouter les reproches de Sonny, aussi bref furent-ils. Elle tourna les talons, jeta ses boucles brunes en arrière d’un geste de dédain et disparut au détour d’un empilement de caisses en bois.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   Ven 26 Oct - 14:04

Comment en arrive-t-on au point de non retour ? Cela reste un mystère. Et le mystère s’accentuait quand Jayden était dans les parages. Et là, les choses avaient changé, totalement et de manière définitive. Jayden aurait dû comprendre. Elle avait les clés pour percevoir les raisons du comportement de son frère envers elle. Elle détenait la pièce manquante du puzzle. Et voilà qu’elle en faisait un tout autre motif. Elle dessinait un noir désir et Sonny aurait pu trembler si elle n’avait pas été si en colère et qu’elle n’avait pas chercher à lui faire entendre raison. Mais ce n’était plus Jayden en face d’elle. C’était un monstre de glace, un félin assoiffé de sang. Elle allait finir toute seule… Et Sonny se souvenait de la boite aux horreurs que lui avait montré Jayden quand elles s’étaient retrouvées. Finalement, ce charnier n’était rien face aux ordures qu’elle avait dans le cœur.

Voilà que la bête carnassière lançait des menaces de mort. Tu parles, elle n’aurait pas fait deux pas que Remington l’aurait tuée. Pauvre folle dégénérée ! Par contre, le cœur de Sonny s’emplit de haine et de peur quand Jayden menaça de s’en prendre à son bébé. A leur bébé. Elle osait s’en prendre à ce petit être qui n’avait rien demandé ? Elle osait proférer des menaces de mort à l’encontre de son enfant ? De sa famille ? Elle ne savait pas où elle mettait les pieds cette pétasse ! Son bébé s’était battu pour avoir le droit de vivre. Il avait survécu à Halloween, à une cuite, à une attaque, à des chutes, à une perte de sang, à une randonnée. Jayden n’avait pas le droit de s’approcher de lui, de ne serait-ce qu’effleurer un de ses cheveux quand il serait né.

Alors que cette sorcière se mit à rire, Sonny la lâcha et tenta une dernière fois de lui faire entendre raison. A la dernière trace d’humanité qui pouvait subsister en elle. Mais rien n’y fait. Jayden avait un goût de meurtre dans le cœur et elle n’était plus qu’un animal. Sonny fit quelques pas sur la jetée avant de se retourner et de voir la pire menace qui pouvait exister s’éloigner au loin. Bon sang qu’elle avait envie de courir vers elle pour la pousser à l’eau, qu’elle se noie lentement et qu’elle sente l’intensité de la douleur quand les ondes empliraient ses poumons. Noyer un chat… il n’y avait rien de tel

« Va crever Jayden ! Tu ne t’en sortiras pas ! Tu n’arriveras même pas à approcher de ma famille. Une balle entre les deux yeux, c’est le seul accueil que tu recevras ! Tu es seule et tu crèveras seule ! Car c’est comme ça que crèvent les lâches ! »

Elle ne put qu’hurler sa haine et Jayden l’aurait forcément entendue, compte-tenu de la direction du vent. Elle était trop loin pour que Sonny éradique dès à présent la menace, mais elle était prévenue. S’il y avait bien une chose à ne pas faire, c’était s’en prendre à sa famille. Sur ce point, Sonny ne répondait pas de ses actes. Remington lui avait appris à tirer. Et elle n’hésiterait pas, même si sa victime devait être celle qu’elle avait longtemps considérée comme une sœur.

Peu à peu, elle se remit en marche et son pas s’allongea, elle se mit à trottiner puis à courir jusqu’à la Porsche de Remington. Une fis à l’intérieur, elle verrouilla les porte et ferma les yeux avant d’hurler et de frapper le volant. Elle était complètement bouleversée. Il fallait qu’elle se calme. Sacha comptait sur elle pour aller parler à Alex. Elle lui avait promis et jayden ne serait pas dans les parages. Mais avant tout, il fallait qu’elle repasse par la maison. Aussi, elle inspira profondément et mit le moteur en route. Puis elle roula. Vite. Trop vite et trop séchement. Rem l’aurait engueulée s’il avait été là. Mais il n’avait pas été là. Sinon, Jayden croupirait au fond de l’océan, et Sonny n’aurait plus peur.

Elle se gara rapidement dans l’allée et déboula dans la maison à toute vitesse. Tremblante, elle se nicha dans les bras de Remington et elle commença à tout lui dire. Comment elle s’était fait bernée, comment Jayden avait changé. Ce qu’elle lui avait dit, y compris ses menaces. Tout y passa. Elle eut besoin d’un peu de temps pour se calmer et convaincre Rem de la laisser rejoindre Sacha. Elle n’avait rien à craindre, elle devait juste aller avec lui chez Alex pour parler mutation. Il fallait se sortir Jayden de la tête. Mais bon sang, ce qu’elle regrettait d’être sortie sans son arme ce jour-là… A partir de maintenant, le pistolet de brennen serait toujours dans son sac. Personne ne toucherait à sa famille…

FIN

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ce fut trop long ... dommage.[terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ce fut trop long ... dommage.[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: MARINA-