..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Lun 23 Juil - 20:55

Spoiler:
 

    27 novembre 2012, 18h17, bureau de Ross F. McGregor.


- Dîtes-moi la vérité !

Comment Sacha en était-il arrivé à taper du poing sur le bureau de monsieur McGregor ? Il était entré sans frapper, sans prendre la peine de s’assurer que Ross McGregor, son psychologue, soit en consultation. Le temps de discuter sereinement était révolu. En colère et se sentant trahi par un homme qu’il pensait intègre, son regard en disant long sur ce qu’il ressentait. Fronçant les sourcils, s’appuyant sur le bureau de Ross, il était déterminé à trouver des réponses. Mais tâchons de ne pas trop en dire sur la scène actuelle. Il faut avant tout remonter six ans en arrière pour comprendre le motif de cette visite et son état d’esprit.

Sacha Morgane Kwon est un fougueux adolescent de quatorze ans. Plein d’énergie et ne manquant jamais de se faire remarquer par son comportement débordant et enfantin. Il menait une vie tout à fait ordinaire jusqu’au jour où sa mère disparue. Cet évènement bouleversa excessivement le caractère du jeune garçon. La première réaction qui le conquit fut la colère. En colère contre la vie de lui avoir enlevé celle qu’il chérissait plus que tout au monde. En colère contre son père de ne pas l’avoir protégée. En colère contre sa mère de l’avoir abandonné. Pourtant, il demeurait avant tout en colère contre lui-même. Une culpabilité qui le rongeait. Sacha Kwon avait changé. Violent et sans crainte, il n’hésitait jamais à défier toute autorité. Envers ceux qu’il aimait le plus, il se comportait de façon détestable, exécrable leur faisant payer la perte de l’être aimé. En parallèle, le jour le plus douloureux de sa vie, ce n’est pas de la colère qu’il s’empara de lui mais du chagrin. Cette émotion n’était pas la sienne, il voulait la rejeter mais bien trop forte il subsistait comme son pantin.

La colère n’était-elle pas une forme du chagrin ? Ross McGregor, le seul homme qui réussit à l’apaiser non sans mal, non sans faire preuve de patience. Ce qui distinguait ce professionnel des autres ? Il n’avait pas peur. Il savait comment s’y prendre avec un jeune garçon turbulent. Il était différent, Sacha le sentait. Lui seul connaissait ses méthodes pour faire adhérer le plus réfractaire de ses patients à savoir Sacha. Ainsi, au fur et à mesure, cet homme devenait comme son meilleur ami. Il n’hésitait plus à se confier. Peu à peu, la colère s’éteignait au profit du jeune garçon souriant et agréable qu’il était autrefois. Néanmoins, elle ne disparaissait jamais, toujours à attendre la moindre contrariété pour s’exprimer. En effet, le décès de sa mère n’était pas son unique source d’incompréhension.

En parallèle, le jeune Kwon devait faire face à des situations qu’il n’expliquait pas. Des situations qu’il avait rapportées à monsieur McGregor. Tout d’abord, cette crise de panique incontrôlée et soudaine. Rien d’extraordinaire qu’un gamin de neuf ans s’agite devant un film d’horreur mais lorsque ce dernier crie comme s’il était torturé et qu’il s’évanouit, les circonstances deviennent bien plus inquiétantes. Ensuite, ce jour si funeste pendant lequel sa mère fut enterrée ; il avait perdu connaissance une nouvelle fois. D’une agressivité son comportement se métamorphosa en une douleur amère. Dans un premier temps, il se sentait invulnérable puis si fragile la seconde qui suivit. Comment comprendre cette brusque altération de ce qu’il ressentait ? N’oublions pas cette nuit qu’il a passé avec un homme qui le répugnait. Comment avait-il pu s’exécuter ? Il s’écœurait lui-même. Se produisit également ce meurtre qui le hante encore aujourd’hui. A l’aube de ses vingt-ans, Sacha fut retrouvé inconscient dans une ruelle de Los Angeles alors qu’il regagnait son appartement. Mal en point, le corps inerte d’un homme se reposait à ses côtés. La légitime défense sur laquelle l’enquête conclut était-elle fondée ? Enfin, il y a quelques jours, Sacha eut la mauvaise surprise de se retrouver secoué à cause d’une innocente torche enflammée. Accompagné d’une amie, Sonny Malone, les deux étudiants décidèrent de lancer des recherches avec les éléments dont ils disposaient.

Empathie surdéveloppée. C’est ce qu’ils en déduisirent. Ajouté à cela l’hypersensibilité diagnostiquée par les médecins et il pouvait peut-être espérer trouver la vérité. L’aspect qui l’intéressait dans l’empathie était sa relation à autrui, chose qui n’était pas impliquée dans l’hypersensibilité. Sacha tentait de rendre rationnel l’irrationnel. Le dénouement était cependant insensé. Hypersensible et empathie surdéveloppée ? Sérieusement ? En temps normal, il ne réfléchit pas mais là il traînait cinq pertes de conscience et un meurtre. Il avait imaginé le pire, qu’il était condamné à une mort fatale. Il a passé des scanners mais rien. Sacha n’était que moyennement convaincu. Cependant, il n’y avait aucune légitimité dans ses accusations. C’était purement instinctif.

Alors pourquoi s’adresser à monsieur McGregor ? Parce qu’il n’était pas sa famille, il n’était pas son ami. Parce qu’il se côtoyait depuis six ans et parce qu’il ne savait absolument rien de cet homme. Lui faire confiance demandait un gros effort pour Sacha qui habituellement ne se livrait pas. Il fallait qu’il commence par un endroit. Monsieur McGregor étant le premier nom qui lui est venu à l’esprit après ses recherches. En cas de questions, il s’était toujours tourné vers lui, aujourd’hui, il ne dérogerait pas à la règle.

Il s’était emballé. Sa réaction n’était pas appropriée, pas justifiée. De plus, monsieur McGregor étant en charge de sa situation depuis plusieurs années, il avait conscience qu’il ne serait pas impressionné par cette rage. Il ne l’avait pas été la première fois, pourquoi le serait-il aujourd’hui ? Cela étant dit, à travers ses cris et son emportement, Sacha laissait entrevoir une détermination. Il était là pour trouver des réponses et il n’en démordrait pas. Par rapport à la relation qui l’unissait à Ross, Sacha l’appréciait véritablement, en tant que professionnel. Il gardait à l’esprit qu’il ne le connaissait pas. Néanmoins, cela ne l’empêchait pas de lui porter une affection particulière. Affection nécessaire pour Sacha et sans laquelle il n’aurait jamais continué d’être pris en charge.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Ven 27 Juil - 22:57

Depuis la chute ayant entraîné une amnésie partielle, les médecins avaient conseillé à Ross de ne pas reprendre le travail. N’étant pas du genre à profiter d’une telle situation, il avait refusé. Il n’était pas question de rester chez lui à se morfondre sur son sort. Depuis la fin de ses études, il avait toujours travaillé. Il aimait ce qu’il faisait. Il n’y avait pas de raison qu’il cesse d’enseigner uniquement parce que sa mémoire était amputée d’une dizaine années. Elle était intacte concernant tout ce qu’il avait appris avant ses trente ans. De plus, il était persuadé que l’activité cérébrale était bénéfique pour recouvrer la mémoire. Se fatiguant rapidement, il avait tout de même demandé, à la faculté, un aménagement de ses horaires. Il ne dispensait ses cours que le matin. C’était déjà beaucoup d’efforts pour son cerveau « endommagé ». Ceci lui permettait d’être au mieux de sa forme face aux étudiants et d’avoir ses après-midis de libres pour se reposer ou plancher sur ses dossiers. Lorsque son amie Anne était présente, il avait tendance à lui coller aux basques. Il se sentait bien en sa présence. Elle lui narrait certains épisodes de sa vie oubliée. Ou alors, ils passaient un peu de temps ensemble pour le plaisir.

Tout ceci pour dire que l’écossais n’avait pas encore repris ses consultations privées. Celles-ci lui demandaient trop d’effort de concentration. Il était dans l’incapacité d’assurer une aide efficace à ses patients. Ce n’était pas pour autant qu’il les oubliait ; au contraire, il plongeait souvent le nez dans ses notes afin de se remémorer l’histoire de chacun. Ce n’était absolument pas évident ! Comment pouvait-il prendre part à la vie d’une personne alors qu’il ignorait une partie de la sienne ? Difficile d’avancer. C’était valable pour l’amnésique mais également pour ceux qu’il côtoyait.

Accoudé mollement à son bureau, Ross était absorbé par la lecture du dossier d’un certain Sacha. Ce dernier était son patient depuis six ans. Six ans ! Ce n’était pas rien et pourtant il ne se souvenait de rien. Un coup de poing rencontrant violemment le dessus de la table fit sursauter l’écossais. Il releva la tête en faisant des yeux ronds. Un jeune homme se tenait devant lui. Il ne l’avait pas entendu entrer.

- Plait-il ? Dit-il calmement.

Avec les personnes ayant des tendances violentes, il ne fallait surtout pas s’énerver. Le but du jeu n’était pas de faire un match de boxe mais de calmer l’excité.

- Comment êtes-vous entrez ? Nous avions rendez-vous peut-être ? Demanda-t-il toujours le même ton.

Ross prêchait le faux pour savoir le vrai. Il était certain qu’il n’avait aucun rendez-vous de prévu avec un patient quel qu’il soit. Enfin certain, pas tant que ça ! L’écossais avait tendance à avoir des petits trous de mémoire en ce moment. Peut-être que le jeune homme était un représentant qui essayait une nouvelle méthode de prospection ? Pas très courtoise comme approche tout de même ! Si c’était ainsi qu’il espérait vendre quelque chose à l’écossais, il n’était mal parti. De toutes les façons, Ross n’avait besoin de rien actuellement.

- En quoi puis-je vous être utile ?
Demanda-t-il pour finir.

Oui parce que l’idée du représentant s’introduisant chez lui sans y être invité était un peu tirée par les cheveux. Ce jeune homme semblait très déterminé, un peu fou peut-être ? On n’avait pas idée de taper du poing comme ça sans prévenir et sans rien dire.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Sam 28 Juil - 12:10

La colère de Sacha redescendit aussi vite qu’elle était apparue. Néanmoins, il ne perdait pas de vue ses objectifs. Stratégie de défense ou non, Ross adopta une attitude d’incompréhension. Sacha reniait le Ross qu’il trouvait assis face à lui. Il aurait pu parler d’image ou bien d’une représentation qu’il avait si seulement il ne connaissait pas si bien l’homme. Il ne pouvait pas côtoyer six ans son psychologue et ignorer qu’il n’était pas lui-même. Lui aussi avait enregistré les réactions de son hôte, sa façon de s’exprimer, les mots qu’il employait, son caractère... Confus, il se recula, l’air de s’interroger. Il ne pouvait émettre encore aucune certitude et pour le moment, il n’avait pas d’hypothèse sur le comportement inhabituel de son interlocuteur. Il répondit sur un ton moqueur.

- En ouvrant la porte... Ne le prenez pas mal mais je vous ai connu plus futé.

Sacha a toujours considéré Ross McGregor comme l’un des hommes les plus intelligents qu’il connaissait. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il l’admirait mais il le mettait clairement sur un piédestal. Cet homme était selon lui brillant et avait énormément à lui apprendre de par ses connaissances, ses réflexions et ses expériences – et dieu seul sait qu’elles devraient être nombreuses. Il s’étonnait alors que cet homme puisse poser une question aussi futile, lui qui, jusqu’à lors avait prouvé toute sa pertinence. Il pouvait être endormi ou bien à côté de ses baskets aujourd’hui, un coup de fatigué n’échappe à personne et malgré toutes les qualités que Sacha lui attribuait, Ross restait un être humain et donc un être vulnérable – ce que n’a jamais démenti ce dernier.

Il lui posa de nouveau une question inutile, tout du moins, selon Sacha : « en quoi puis-je vous aider ? ». N’avait-il pas été clair dans sa demande ? Il est vrai qu’elle manquait de précisions, néanmoins, la réponse rhétorique de Ross avait été posée de sorte qu’il n’avait pas écouté sa demande. La question correcte aurait été : « vous dire la vérité sur quoi ? » Peut-être souhaitait-il être le plus ouvert possible dans ses questions. Toutefois, avant cela, le professeur McGregor demanda s’il avait pris rendez-vous. Il jouait à quoi exactement ? A poser des questions idiotes ? Ok, alors laissez-le jouer. « Comment je m’appelle ? », il pouvait très bien le lui demander uniquement par moquerie. Toutefois, il se s’y résolu pas, gardant son sérieux et s’inquiétant pour son psychologue. En six ans de prise en charge, c’était bien la première fois qu’il était amené à ressentir cela pour Ross.

- Vous n’êtes pas Ross McGregor.

Sacha voulait qu’on lui rende son psy ! Même si monsieur McGregor était un exemple de sérénité, il avait néanmoins, toujours fait preuve de vivacité dans ses réflexions. Ce Ross que Sacha avait en face de lui paraissait ailleurs. De plus, après six ans de bons et loyaux services, Sacha pouvait démasquer n’importe quel imposteur se faisant passer pour Ross. Evidemment, son affirmation était symbolique. Outre le fait que ce dernier agisse étrangement, c’est avant tout le fait de ne pas avoir appelé Sacha par son prénom qui plaça l’étudiant dans une incertitude. « Sacha... Je suis content de vous revoir » ou encore « Sacha... Ça faisait longtemps » et s’il était d’humeur taquine il aurait pu se permettre de dire « Sacha... Je commençais à me faire du souci pour vous ». Telles étaient les paroles que Ross McGregor aurait dû exprimer. De plus, et ce n’est pas les arguments qui lui manquait, au fil des années, Ross avait appris à tourner la colère de Sacha de façon humoristique. Monsieur McGregor aurait dû, et cela est spécifique à Sacha, être amusé par son comportement et non essayer de la calmer. Le cerveau de Sacha s’illumina à ce moment précis : il avait retrouvé le Ross de ses quatorze ans. La question était de savoir où se trouvait celui de ses vingt ans et surtout pourquoi il avait disparu.

- Non sérieusement, vous me faîtes flipper comme mec... Vous devriez voir un psy, ça vous changerait.

Faire flipper Sacha n’était pas donné à tout le monde. Premièrement, Sacha pensait qu’il fallait être tordu pour être psychologue et même avoir un certain penchant pour le voyeurisme. Il ne doutait pas du bienfondé de cette profession, le cas contraire serait hypocrite, cependant, il lui trouvait un côté pervers. Il s’était toujours permis cette familiarité et cet humour avec son confident pour le rendre plus humain. Il gardait toujours à l'esprit ce pour quoi il était venu.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Dim 29 Juil - 17:14

L’énervement du jeune homme retomba très vite. Impossible de savoir si c’était l’attitude calme du psychologue qui avait fait son petit effet ou si c’était simplement qu’il avait affaire à une personne bipolaire. Quoi qu’il en fût, l’intrus avait de l’humour. Sa petite réplique fit doucement sourire l’écossais. Il ne prenait absolument pas mal sa remarque sur son sens de l’analyse. Ross était parfaitement conscient que ses neurones n’étaient pas au mieux de leur forme. C’était la raison essentielle pour laquelle il n’avait pas repris ses consultations privées.

- N’ayez crainte jeune homme. Je ne le prends pas mal. Et si ! Je suis bien Ross Mc Gregor.
Dit-il dans un sourire chaleureux.

Même si la colère de Sacha était redescendue, il était préférable de le rassurer sur cette question. Il était difficile de prévoir les réactions d’inconnus, d’autant plus lorsque ces inconnus présentaient des tendances psychotiques. La peur exprimée par le jeune homme ne manqua pas de surprendre l’écossais. C’était bien la première fois qu’il suscitait un tel sentiment chez quelqu’un. Ou alors, il ne s’en était jamais aperçu. En tout cas, son interlocuteur ne mâchait pas ses mots. Ainsi, Ross n’avait pas à se triturer les méninges pour interpréter des réactions et des non-dits de son interlocuteur.

- Sachez jeune homme, que tout bon psy qui se respecte, consulte toujours un de ses confrères.

Le comportement du jeune homme était étrange mais n’inquiétait pas outre mesure l’écossais. Cependant, il aimerait savoir ce qu’il venait faire chez lui, dans son bureau. Il ne pouvait pas être un patient, toutes ses consultations avaient été annulées. Serait-ce un étudiant ? Ross avait repris ses cours à l’Ucla, mais il ne l’avait jamais vu. Mettant un point d’honneur à rencontrer chacun de ses élèves, malgré son amnésie, Ross aurait mis un nom sur le visage qui lui faisait face. Certes, il ne se souvenait pas des rencontres individuelles mais avant de reprendre son travail, il avait pris soin de consulter le dossier de chacun dans lequel se trouvait une photo. Comme quoi les dossiers administratifs étaient parfois utiles !

Il était temps de savoir qui il était exactement sinon ce serait une discussion de sourds. Malgré le fait qu’il n’aimait pas parler de son amnésie à des étrangers, s’il souhaitait un minimum de réponses, il devait aborder ce sujet avec le jeune homme. Pour se donner un peu de courage et de constance, Ross se leva de sa chaise, fit le tour de son bureau et se posta devant l’inconnu.

- Bon allez, dites-moi qui vous êtes. Peut-être qu’ensuite nous pourrons entamer une discussion constructive.

Cependant, avant d’étaler sa vie privée, Ross voulait savoir qui était ce jeune homme. Il ne pouvait pas lui raconter ses problèmes de mémoire comme s’il le connaissait depuis longtemps. Il n’aborderait pas la question de la même façon si le jeune homme ne faisait pas partie de son entourage. Si ça se trouvait, il n’était qu’un simple ami de son fils ou un étudiant rencontré à la bibliothèque de l’université ou encore le fils d’un voisin.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Lun 30 Juil - 19:23

Sacha avait envie de le toucher d’un doigt pour savoir si le professeur était réel. C’était peut-être un hologramme, une caméra cachée ? Il souriait, comme avant. Se moquait-il de l’étudiant ? Voulait-il le rendre fou ? Pourquoi avait-il répondu sérieusement à sa question, comme s’il cherchait à se justifier ? Sacha était de plus en plus intrigué, de plus en plus inquiet pour son psychologue préféré. Ross avait non seulement appris que Sacha partait en vrille au quart de tours mais également qu’il blaguait le reste du temps. Ross, Ross, Ross... Il mettait le doute. Cependant, le jeune garçon – Sacha, pas Ross – fut ravi de retrouver ce sourire si convivial qui collait parfaitement au tempérament du garçon un peu moins jeune.

Le psychologue expliqua au jeune Kwon que tous les psychologues, en tout cas les meilleurs voyaient eux-mêmes un psy. Alors là... Deux choses se passaient dans la tête du garçon. Premièrement, il se demandait si les psychologues des psychologues étaient payés plus cher. Ensuite, il trouvait qu’il perdait de son charme. Ross avait un psychologue lui aussi. Et son psychologue avait également un psychologue alors ? Donc, ceux qui étaient fous en fait, étaient ceux qui n’en avaient pas !

Puis, vint ce moment pendant lequel Ross lui demanda qui il était. Là, pour Sacha, c’était clair que Ross avait perdu la tête. Sacha restait debout et il se montrait méfiant suite à cet ordre. Lui demander son nom n’était pas le meilleur moyen pour mettre l’étudiant en cinéma en confiance. Le ténébreux décida alors de mentir. Peut-être que Ross avait un frère jumeau, peut-être que ce frère était malsain et rempli de mauvaises intentions. Alors, Sacha donna une fausse identité, ce qui était également un moyen pour lui de savoir si Ross tomberait dans le piège. Enfin, cela l’amusait tout bonnement.

- Nathanaël Hamilton. Vous ne vous en souvenez vraiment plus ?

Le visage neutre, il avait posé cette question pour se montrer sincère et ainsi tromper la vigilance de son interlocuteur. Comment avait-il trouvé ce nom ? Sacha avait passé un casting cette après-midi. Il avait emprunté le nom du personnage pour lequel il avait été auditionné. Cela lui permit de dire sa phrase naturellement comme s’il avait porté ce nom depuis sa naissance.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Mer 8 Aoû - 22:03

- Nathanaêl Hamilton… Hamilton… comme le célèbre photographe ! Constata-t-il en souriant un peu bêtement.

Ross ne se souvenait absolument pas du jeune homme mais il se souvenait parfaitement de David Hamilton. Ce maître des prises de vues était un de ces préférés. Les flous artistiques qu’il employait étaient une invitation à la rêverie. Ross aimait beaucoup les clichés de ce photographe et n’avait pu s’empêcher d’y faire référence. Mais bon, là n’était pas le propos. Ce jeune homme n’était pas dans son bureau pour aborder un tel sujet. Avant de répondre à la question du jeune homme, il contourna son bureau et consulta le listing de ses patients. Aucun Nathanaël Hamilton ne se trouvait dans ses fichiers.

Qui était donc ce jeune homme alors ? Rah ! Mais pourquoi avait-il perdu la mémoire. C’était embarrassant aussi bien pour l’écossais que pour celui qui se trouvait en face de lui. Cependant, il n’hésita pas une seconde à l’appeler par son prénom. Le Monsieur Hamilton aurait été presque déplacé surtout que son interlocuteur était jeune.

- Désolé Nathanaël, mais je ne vous connais pas. Vous n’êtes pas un de mes élèves ni un de mes patients. Je ne veux pas vous mettre à la porte mais j’ai des cours à préparer et des affaires personnelles à m’occuper. Si je peux vous aider, ce serait avec plaisir, mais sans savoir ce que vous attendez de moi, il m’est impossible de vous répondre. Alors, si vous pouviez me dire ce que vous me voulez, ça m’arrangerait voyez-vous. Dit-il cordialement.

En réalité, Ross n’avait pas de cours à préparer et rien de particulier à faire. Il devait simplement prendre le temps de se reposer. Si l’inconnu voulait se jouer du psychologue, il ne serait pas le bienvenu. S’il ne voulait pas se voir gentiment raccompagner à la porte, le jeune homme avait tout intérêt à lui exposer le but de sa visite. L’écossais n’avait pas de temps à perdre avec un hurluberlu même si ce dernier ne manquait pas d’humour. Par contre, s’il faisait partie de ses connaissances ou de celles de son fils ou d’Anne, il ne lésinerait pas sur le temps à lui accorder. Encore fallait-il que le sujet en vaille la peine et ne soit pas dénuer d’intérêt.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Jeu 16 Aoû - 13:30

Spoiler:
 

Nathanaël Hamilton était un célèbre photographe ? Certes... Dur moment de solitude pendant lequel tu prends conscience que ton interlocuteur est plus cultivé que toi. Bon, ce n’est pas comme si cet instant est nouveau. En fait, à chaque fois qu’il tentait de tenir une conversation intelligente, philosophique et profonde avec quelqu’un, Sacha finissait par se faire passer pour un demeuré total. La réflexion n’étant pas son fort, il a trouvé par conséquent un autre moyen pour faire de sa langue un meilleur usage.

Comme il l’avait imaginé, monsieur McGregor fouilla dans sa mémoire un homme du nom de Nathanaël Hamilton. Mis-à-part le photographe, soit disant à grande notoriété, cela n’aboutissait à rien. En écoutant son discours, Sacha pouvait aisément comprendre que le docteur ne le soupçonnait pas de mentir. Ce dernier le pensait donc sincère et à vrai dire, il ne se posait même pas la question ce qui signifiait qu’il ne le reconnaissait vraisemblablement plus. Sacha devait se rendre à l’évidence et avouer sa tricherie s’il voulait avoir un dialogue constructif avec lui.

- Alors vous ne savez vraiment plus qui je suis... Monsieur McGregor... C’est moi, Sacha Kwon... On se voit depuis que j’ai quatorze ans...

Il ne pouvait cacher sa déception dans l’intonation de sa voix. Une part de frustration également. Pas de larmes, uniquement de la contrariété. Pourtant, Ross McGregor ne semblait pas plus heureux de se retrouver dans cette situation. Peut-être ne fallait¬-il pas l’accabler. Depuis six ans, Sacha parlait, Ross écoutait. Sacha parlait, Ross répondait. Cela était le fondement de sa profession, il était payé pour ça. Néanmoins, Sacha pensait que derrière cette relation professionnelle, il existait une affection aussi infime soit-elle. Relativisons et ne donnons pas à cet entretien une tournure dramatique.

- J’aurais dû coucher avec vous, j’aurais été plus mémorable comme mec.

L’étudiant sourit comme un enfant fier de sa bêtise. Sa phrase n’était pas complètement dénuée de sens puisqu’effectivement tous les garçons avec lesquels il a eu un rapport sexuel se souviennent de lui. Ross ne figurait pas dans cette liste – mais s’il le voulait, on pouvait toujours s’arranger. S’il devait réapprendre à connaître Sacha, cela se fera rapidement. L’humour avait toujours été un moyen de communication pour l’étudiant et cela avait toujours amusé le professionnel. Il avait peut-être perdu sa mémoire mais pas son caractère. Alors Sacha avait pour projet de faire en sorte qu’il retrouve sa relation d’avant avec Ross. Bien qu’en proie aux doutes ces derniers temps sur l’utilité de poursuivre une prise-en-charge, certains évènements récents ont bouleversé sa logique. Cette rencontre le conforta dans son idée de s’entretenir avec celui qui lui a toujours consacré une écoute et son temps. Cette fois-ci, les rôles allaient s’inverser. Sacha laissa ses objectifs sur le côté. Ce n’est visiblement pas Ross qui pourrait répondre à ses questions à moins de posséder des archives. Les psychologues devaient avoir quelques annotations sur leurs patients. Il devrait penser à lui demander lorsqu’ils se quitteront.

- Que vous est-il arrivé ?

Il s’inquiétait. On ne perdait pas l’esprit sans raison. Aujourd’hui, sa relation avec Ross risquait d’être remuée, de prendre un nouveau tournant et ce n’était peut-être pas si mal. En y réfléchissant, cela ne pouvait donner qu’un nouvel entrain à leur relation dont commençait à se lasser Sacha. Il était fatigué de parler de lui. Ainsi, c’était pour lui l’opportunité de voir qui était Ross McGregor derrière son masque de professionnel. Il n’allait pas demander ses secrets les plus intimes bien évidemment, il respecterait son intimité. Toutefois, il souhaitait en apprendre davantage sur lui parce qu’il appréciait cet homme, tout simplement.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Jeu 30 Aoû - 17:10

*Sacha Kwon… Sacha Kwon* Se répéta-t-il intérieurement.

Non vraiment, ce nom ne lui disait absolument rien. Il était son patient depuis plusieurs années disait-il ! La mémoire de l’écossais étant amputée d’une dizaine d’années, il lui était impossible de se rappeler du jeune homme. Une nouvelle fois, le psychologue consulta ses fichiers. Effectivement, Sacha était un patient régulier qu’il suivait depuis six ans ! Six ans, ce n’était pas anodin pourtant ! Cette amnésie était une vraie plaie. Ross aurait aimé que Sacha ne se rende pas compte de ce problème. Etre en position d’infériorité vis-à-vis d’un patient le dérangeait, surtout que ce dernier était jeune. Sa fierté de mâle en prenait un coup même s’il n’était pas responsable de son état. Encore que, il aurait pu faire attention et éviter le tuyau d’arrosage qui s’était trouvé sur son chemin. Quelle idée aussi de ne pas l’avoir rangé à sa place. Oh mais la cause de son accident remontait à la surface alors qu’il n’y songeait pas. Serait-ce le début de la guérison qui se profilait à l’horizon ? C’était à espérer en tout cas.

La suggestion de Sacha ne manqua pas de le surprendre. L'écossais releva un sourcil étonné et esquissa un sourire amusé. Son patient ne manquait pas d’humour mais il lui manquait une donnée, Ross était hétéro à cent pour cent. Et quand bien même il serait homo, il ne coucherait jamais avec un homme ayant l’âge de son fils tout comme il ne ferait pas une telle chose avec une jeune fille du même âge.

- Non, je ne le pense pas. Par contre votre humour aurait dû me marquer. Observa-t-il légèrement embarrassé.

A ce stade et sachant qui était dans son cabinet, Ross ne pouvait plus longtemps cacher ce qu’il en était pour lui. S’il ne lui expliquait pas son amnésie, le pauvre Sacha n’y comprendrait rien. Il était inutile de lui rajouter une cause de stress. D’après ses notes, le jeune homme lui faisait confiance, c'était au tour du psychologue d'en faire autant.

- Ne vous inquiétez pas Sacha, je n’ai pas perdu la raison. Je vais vous dire ce qu'il m'arrive mais j'aimerais que ça reste entre nous, d'accord ? J’ai eu un petit accident et ma mémoire me joue des tours. J’ai dix années qui se sont envolées d’un coup. Mais j’ai bon espoir ! D’après les spécialistes, cette amnésie n’est que temporaire. Vivement qu’elle se termine car j’avoue que ce n’est pas très pratique. Heureusement pour moi, le choc ne m’a pas fait perdre la mémoire entièrement. Ca me permet de continuer à enseigner. J’ai suspendu les entretiens individuels car certains patients demandent beaucoup d’énergie et je dois me reposer…

Ross parcouru rapidement le dossier de Sacha. Le jeune homme n’était pas un cas difficile pour lui. Il pouvait déroger aux recommandations des médecins. De plus, il ne se voyait pas renvoyer son patient. Après six années de thérapie cela n’aurait pas été correct. Et puis, même s’il ne le reconnaissait pas, malgré son entrée fracassante, il lui était plutôt sympathique.

- Ca vous dirait un thé ou un rafraîchissement. Puisque vous êtes venu me voir, autant en profiter pour discuter de ce qui vous tracasse non ? Proposa-t-il chaleureusement.


_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Mar 4 Sep - 9:09

Il ne fallait pas attendre un miracle. Sacha avait été supprimé de la mémoire de Ross. L’étudiant ressentit une émotion étrange, indescriptible en pensant subitement que s’il avait croisé Ross dans une rue, celui-ci ne lui aurait porté aucune attention, le considérant comme un inconnu parmi tous les autres. Monsieur McGregor parcourra les différents dossiers de ses patients, dont il était l’auteur, et sonda les notes écrites lors de ses entrevues avec le jeune Kwon. Il paraissait si serein et disposait d'un calme légendaire. En six ans, Sacha n’avait jamais vu son confident perdre patience, sortir de ses gonds. Il démontrait tellement de professionnalisme. Ross McGregor n’était pas n’importe qui. C’était quelqu’un de réfléchi, d’intelligent et modeste. Quelqu’un de bien. L’âme chevaleresque, si Sacha apprenait que quelqu’un avait fait du mal à son psy, ça allait barder ! Comment pouvait-on oser faire du mal à un homme aussi bon ? Inconcevable.

A sa remarque, monsieur McGregor fut amusé. Un rire, discret, timide, à peine perceptible en fait s’était extirpé. C’était compliqué. C’était compliqué parce que Sacha se comportait avec Ross comme il en avait l’habitude. Il n’était plus l’adolescent qui s’enfermait dans un mutisme sans fin, montant en pression à la moindre question qui le dérangeait. D’ailleurs, Ross avait le don de poser les bonnes questions, celles qui dérangent. Le psychologue devait être bousculé par cette familiarité, par ce comportement que certains psychologues jugeaient inconvenant. Pour l’amnésique, il y avait de quoi être confus. Il ne se laissa pas démonter. C’est qu’il était encore dans la place le Ross ! L’humour, caractéristique prononcée chez Sacha que Ross ne tarda pas à constater. Sacha sourit, satisfait de s’apercevoir que Ross n’avait pas perdu sa réparti. Il posait les limites, le cadre, hors de question pour un professionnel d’entretenir une relation ambigüe avec l’un de ses patients même si, dans ce cas de figure, elle était complètement absurde. Sacha avait tenté sa chance. Ross avait perdu la mémoire, l’étudiant avait envisagé la possibilité qu’il oubli également son hétérosexualité, son amour pour les femmes. Ce n’était pas le cas. Il devait s’y résoudre : jamais il ne couchera avec lui. Tant pis. Ross ne mesurait pas ce qu’il perdait.

- Ça fait bizarre de voir que vous me prenez de nouveau au sérieux...

Plus que sa mémoire, Ross avait perdu sa relation avec Sacha. Et encore, pour Ross, Sacha n’était pas une personne qui lui était chère. Pas autant que l’était une femme ou un enfant. Un frère ou une mère. Un ami. Rien de tout cela. Il ne cherchait pas à accabler son interlocuteur mais comme il avait l’habitude de confier la moindre de ses pensées, c’est naturellement qu’il abandonna sa pensée en oubliant les conséquences que cela pourrait engendrer chez monsieur McGregor. Il espérait que cela ne culpabilisera pas cet honnête homme. Il ne fera plus cette erreur désormais et tenterait de le ménager tout en essayant de faire bosser sa mémoire. C’était le moment des aveux pour le psychologue. A sa question, Sacha hocha la tête, une promesse, tenir le secret ? Fastoche. A moins qu’une dizaine d’hommes armés jusqu’aux dents soient derrière la porte prêt à lui tirer les vers du nez. Que craignait-il ? Poli, il prit la parole une fois que Ross finisse ses explications.

- Je m’absente quelques temps et voilà ! Je ne peux pas vous laisser seul trente secondes ! ... Je peux vous demander ce qu’il s’est passé ? Je veux dire... Concernant votre accident...

Ross ne semblait pas alarmé par sa perte de mémoire. Au contraire, il se dévoilait même être optimiste, trait de caractère qu’appréciait énormément Sacha. L’étudiant en cinéma se demanda de quel accident Ross était la victime. Il n’allait pas manquer l’occasion de rebondir sur sa dernière phrase mais avant, Ross proposa de se déshydrater et d’expliquer les raisons de sa venue.

- Je veux bien un verre d’eau, s’il-vous-plaît. Mince ! Moi qui espérais être l’une de vos situations les plus délicates... En fait, c’est parce que je suis votre patient préféré, hein ? Mais je suis rassuré d’entendre que je ne suis pas un cas désespéré. Etes-vous sûr de vouloir poursuivre ? Je ne souhaite pas vous brusquer... Cela fait six ans que nous nous rencontrons, je ne suis plus à quelques mois...

C’est qu’en plus de ça, Sacha était une personne loquace. Ross allait devoir faire un sacré tri dans les informations que l’étudiant allait lui fournir. Ross ne pouvait pas s’en plaindre, cela le ferait travailler. Il attendit la réponse de Ross avant de se lancer dans une longue explication le concernant. C’est qu’il en avait des choses à dire, son état d’esprit concernant les rendez-vous, ses inquiétudes qui refont surface, cette nouvelle perte de connaissance dont Sonny avait été témoin...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Ven 14 Sep - 20:59

Ross n’avait aucun souvenir du jeune homme. C’était ennuyeux pour lui mais également pour Sacha qui risquait de ne plus jamais le considérer comme un professionnel. D’après ses notes, c’était doublement gênant car le jeune homme fondait beaucoup d’espoirs en le consultant régulièrement depuis plusieurs années. Le psychologue lui devait quelques explications afin de ne pas trop le déstabiliser.

- Ne vous formalisez pas Sacha. Je n’aime pas raconter ma vie mais je vais quand même vous confier quelque chose de personnel : je ne me souviens même pas de la femme que j’aime. Faut le faire n’est-ce pas ? Et pour l’accident, je ne m’en souviens pas non plus. D’après ce qu’on m’a dit, c’était à cause d’un tuyau d’arrosage qui traînait et dans lequel je me suis pris les pieds. Ma tête à heurter le bord de la piscine et je me suis retrouvé à l’hôpital. Quand j’ai vu mon fils, je ne comprenais pas qu’il soit si grand par rapport à l’âge que je croyais qu’il avait. C’est bête n’est-ce pas ?

En narrant brièvement ce qu’il avait vécu, l’écossais esquissa un sourire moqueur à son encontre. Il ne fallait vraiment pas grand-chose pour que le cours de la vie bascule dans une direction non choisie. Les hommes pensaient être maîtres de leurs destins mais ils se fourvoyaient. Même s’ils prenaient des décisions pour avancer sur le chemin de la vie, ils étaient souvent victimes d’événements sur lesquels ils n’avaient aucun contrôle.

- Comme quoi, il ne faut pas trop faire de projets et vivre le moment présent le mieux possible. Conclut-il en versant l’eau dans le verre qu’il tendit au jeune homme qui s’inquiétait quelque peu de l’état de santé du psychologue
- Ne vous inquiétez pas Sacha. A part ça, je vais très bien. Il n’est pas question de faire une séance de psychothérapie. On peut simplement discuter entre hommes, rien de plus.

Tout en parlant posément, l’écossais se servit un thé qu’il posa sur la table basse et prit place dans un fauteuil, invitant Sacha à en faire autant. Il observa un court instant le jeune homme qui avait l’air légèrement soucieux. Ross n’aurait su dire ce qui lui donnait cette impression. Ce n’était pas l’amnésie de l’écossais qui le tracassait ainsi. Il y avait obligatoirement autre chose sinon il ne serait pas venu dans son cabinet.

- Vous n’êtes pas trop dans votre assiette on dirait ! Constata-t-il
- C’est votre statut de mutant qui vous tracasse peut-être ? Demanda-t-il le plus naturellement du monde, un sourire chaleureux aux lèvres.

En jetant un œil sur le dossier de Sacha, cette particularité était notée. S’il n’avait pas perdu la mémoire, Ross saurait que tous ceux qu’il recevait en consultation étaient des mutants triés sur le volet. Son amnésie aidant, il en parlait sans gêne et sans penser aux conséquences. C’était un état naturel après tout ! L’écossais était conscient qu’il ne pouvait pas aborder ce sujet avec n’importe qui mais avec un patient doué d’une capacité, il n’y avait aucune crainte à avoir.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Sam 15 Sep - 18:02

A la demande de son patient, Ross expliqua la raison de sa perte de mémoire. C’est dingue de se dire, qu’à cause d’un simple tuyau d’arrosage, sa vie pouvait changer. Et en même temps, c’est très con de le penser sans avoir fait face à cette situation. Il confia également qu’il avait une femme et surtout un fils ce qui n’échappa à Sacha. Ce dernier n’était guère étonné que son psychologue soit à la tête d’une petite tribu. Ross devait être un bon mari et un excellent père. Un personnage comme lui, sage et compréhensif, honnête et fidèle n’avait dû avoir aucun mal à s’entourer d’une famille. Face au discours de monsieur McGregor, le jeune homme eut l’impression de devoir le rassurer malgré son sourire amusé. Sacha connaissait ces sourires les utilisant lui-même. Il pouvait se montrer confiant et serein en surface mais cacher une souffrance et qui sait, peut-être une culpabilité ?

- Le plus important pour moi c’est que vous soyez encore des nôtres et que vous alliez bien malgré votre amnésie. Je ne me serais pas pardonné votre mort sans que vous sachiez à quel point je vous suis reconnaissant... Et sinon... Votre fils a quel âge ?

Il avait dit ce qu’il voulait dire mais ne s’y attarda pas. Etre reconnaissant n’était pas dans sa nature. Une fierté de coq, mal placé. Peu à l’aise avec les déclarations, il était obligé de dériver la conversation. Alors Ross, un fils ? Pour Sacha ? Il ferait un très bon gendre. Ce qui serait étrange c’est d’avoir son psychologue comme beau-père... Ou son beau-père comme psychologue ? Il n’y avait pas une comédie dans ce genre ? Si jamais ce jeune garçon avait l’âge de Sacha et surtout s’il cherchait son identité sexuelle, Sacha veillerait à ce qu’il trouve sa voie. Peu importe, il savait que Ross ne parlerait pas de sa famille à un patient, Sacha tentait sa chance, draguer est son troisième prénom.

- Oui et regarder où on met ses pieds.

Voici également un conseil qui pourrait s’avérer utile. Un peu tard, certes, mais il fallait tirer une leçon de ses erreurs. Ross n’avait fait aucune erreur, un manque de chance. Le destin, Sacha n’y croyait pas. La vie est faite de choix, de hasards. Rien n’est écrit à l’avance et aucune personne n’existe dans le ciel pour nous guider sur notre chemin. Ou alors il faudrait que quelqu’un pense à lui offrir un GPS. Ah, les religieux, il ne les supportait pas. Peut-être car la religion n’était pas en faveur de l’homosexualité ? Non c’était autre chose. Ça ressemblait à une secte. Dès qu’un groupe avait un rituel, il était catégorisé comme une secte selon Sacha. Pour rassurer son patient, le psychologue lui exprima sa vision de la situation.

- Discuter entre hommes ? Ça marche !

Sacha était emballé par cette idée. Pas d’analyses tordues ni d’hypothèses tirées par les cheveux. Simplement converser comme deux connaissances qui s’appréciaient sans arrière-pensées. Il se leva et s’assit sur le canapé. Son verre d’eau à la main, il prit quelques gorgées en écoutant le psychologue. Celui-ci remarqua son moral en baisse. Puis, il posa une question qui fit instantanément réagir Sacha. Il s’étouffa avec l’eau, toussant à plusieurs reprises. Il avait bu la tasse dans un verre d’eau rempli de quelques centilitres. Il est fortiche le Sacha mais il faillit bien s'étrangler à cause de cette annonce. Ne parvenant pas à tenir un rythme respiratoire décent, les larmes lui montèrent aux yeux jusqu’à couler le long de ses joues. En inspirant et en expirant longuement, et surtout en reprenant son calme, il réussit, après quelques secondes, à respirer correctement.

- Mon statut de quoi ???

Choqué, il avait besoin d’appeler son psychologue. Ah, mauvaise nouvelle, son psychologue était devant lui et c’est lui-même qui venait de lui lâcher cette bombe. Il fallait qu’il digère. Non pas l’eau... Cette nouvelle. Il n’était pas sûr de comprendre ce qu’il se tramait dans ce bureau. Puis, Ross avait sorti cela tellement naturellement qu’un mensonge n’était pas plausible. Sacha attendait des explications. Ce rendez-vous avec monsieur McGregor durerait bien plus longtemps que prévu. Peut-être devraient-ils contacter une pizzeria pour manger ensemble ce soir ? Entre hommes, c’est ce qu’on fait non ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Dim 16 Sep - 17:31

Sacha semblait porter beaucoup d’intérêt à Ross. C’était à la limite gênant mais pas étonnant. Souvent, les patients faisaient un transfert sur leur psychologue en leur attribuant un rôle qu’il ne tenait pas réellement. Il fallait parfois remettre les choses à leur place pour éviter tout malentendu. Que ferait un psychologue si son patient n’avait aucun esprit d’ouverture et aucune envie de progresser vers un état satisfaisant ? Rien ! Les patients oubliaient trop souvent qu’ils étaient, en réalité, les seuls maîtres de leurs décisions.

- Ne vous tracassez pas Sacha ! Je sais… Du moins j’espère que je ne suis pas complètement inutile. Si c’était le cas, je ne pense pas que vous m’auriez gardé comme psy. Et puis, c’est surtout grâce à vous que nous avançons. Je ne suis qu’un outil, c’est vous qui l’employer à bon escient, pas moi.

Il fit un petit clin d’œil entendu pour appuyer sa dernière phrase. Cela dit, Ross ne se sentait pas la force d’aller plus loin sur le sujet. Il n’était pas question de faire une séance mais de discuter entre hommes. Parler de choses et d’autres sans avoir à analyser ce que disait son interlocuteur était moins fatiguant. Parler de lui n’était pas le fort de l’écossais mais parler de son fils ne le dérangeait pas, au contraire.

- Mon fils s’appelle Wyatt. Dit-il avec une certaine fierté dans la voix.
- Il a… 17… non 18 ans. Répondit-il après avoir hésité, le temps de se remémorer l’âge exact de sa progéniture.

L’écossais aimait son fils plus que lui-même. C’était une vraie tête de mule mais il avait un cœur gros comme ça. Il adorait charrier son père, lui lancer des défis, le faire tourner en bourrique mais ça ne partait jamais d’un mauvais sentiment. De plus, il était très intelligent et son sens de l’analyse était assez fin. Oh bien sûr, la jeunesse aidant, il n’était pas le dernier à faire des conneries et à se faire virer des établissements scolaires, mais ça n’empiétait pas trop sur sa scolarité finalement. C’était une façon de faire comprendre à ceux qui voulaient l’entendre qu’il existait. Grandir sans affection maternelle était un poids difficile à supporter, il fallait bien combler ce manque d’une façon ou d’une autre. L’écossais eut un petit pincement au cœur en pensant à Nicole, la mère de Wyatt. Si elle n’avait pas été tuée sous les yeux de son fils, tout serait autrement. L’heure n’était pas à la mélancolie. Ross chassa cette pensée aussi vite que possible. Sacha n’avait pas à subir une tristesse qui ne le concernait pas. Mince ! Trop tard ! Des larmes coulaient sur le visage du jeune homme alors que sa respiration se faisait saccadée.

- Désolé Sacha… Dit-il sincèrement ennuyé.

Dans un premier temps, il pensa être la seule cause de son désarroi. En second lieu, il se demanda pourquoi le jeune homme semblait étonné, voire choqué, par son statut de mutant. Ross ne comprenait pas cette réaction. Son interlocuteur ignorait-il ce fait ? Impossible. Il avait obligatoirement abordé ce sujet avec lui lors d’une séance. Non ? A y regarder de plus près, il semblerait que non. Grosse bourde alors ! Ross s’était comporté de la même façon en rentrant de l’hôpital après sa chute. Il avait abordé le sujet de la mutation avec son fils sans problème alors qu’en fait, il avait passé des années à cacher cet état. Ce dernier point se trouvait dans la mémoire perdue de l’écossais. Bref, il devait très vite rebondir sur ce qu’il avait dit en essayant d’être le plus diplomate possible. Ce n’était pas gagné !

- Euh… Votre statut de mutant ! Insista-t-il bêtement.
- Ne me dites pas que vous n’êtes pas au courant quand même ? Demanda-t-il penaud.

Avec son amnésie, certaines réactions de Ross étaient différentes. Devant Sacha, il se sentait complètement démuni. Il ne savait pas trop quelle attitude adopter ni quoi dire. Pour se donner le temps de réfléchir, il se concentra sur sa tasse de thé et en avala doucement quelques gorgées.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Mer 19 Sep - 12:03

Pour Sacha, le discours de Ross n’était qu’un baratin réchauffé et servi à tous ses patients pour leur redonner confiance. C’était bien intentionné, il ne pouvait pas reprocher la bienveillance et le professionnalisme de monsieur McGregor, néanmoins, sans Ross, il aurait été condamné à moisir dans une prison pour les mineurs, une sorte de centre éducatif pour les délinquants. Telle avait été la décision judiciaire. Si Sacha acceptait de consulter un professionnel, il échapperait à cette peine. Poussé par ses frères, il fit preuve de bonne volonté. C’était pour lui, pour son bien.

Etonnamment, Ross se laissa aller à quelques confidences sur son fils. Très superficielles mais tout de même assez pour surprendre Sacha qui n’imaginait en savoir plus sur son confident. D’autant quand il savait qu’il demandait cela uniquement pour savoir s’il pouvait draguer son fils, coucher avec et se tirer après. Ce serait mal vu d’avoir un rapport sexuel avec le fils de son psychologue ? Dix-huit ans... Intéressant. C’était donc cela la discussion entre homme ? C’était plaisant. Toutefois, l’étudiant n’approfondit pas ses questions car il ne prenait pas cette discussion au sérieux. Il garderait cette information dans un coin de sa tête. Wyatt, 18 ans, il devait peut-être étudiant ?

Sacha se leva. Il avait bien entendu, Ross avait parlé de mutant. Un mutant, comme les X-Men ? C’était de la folie ! Peut-être une blague ? Un nouveau procédé utilisé par les psychologues ? Mais non, monsieur McGregor lui demanda s’il avait été mis au courant. N’en avait-il pas l’air ? Ross semblait très sérieux. Sacha se leva, il fit les cents pas dans la pièce se tenant la tête. Il avait beau se répéter ce mot « mutant » il ne le croyait pas. Il regardait dans les coins de la pièce... Pas de caméras. Peut-être étaient-elles cachées ? Puis il regagna son calme. Paniquer n’aidera en rien. Il devait comprendre, poser des questions. Il aura tout le loisir d’y réfléchir ce soir en prenant un bain. Oui, le bain c’est une bonne solution pour réfléchir et se détendre. Restons calme et faisons preuve de sang-froid pour changer.

- Euh... Non. Admettons deux secondes que vous dîtes vrai et que je sois un mutant. C’est du délire total mais bon... Imaginons que je sois bel et bien un mutant... Dans ce cas, j’ai un pouvoir, n’est-ce pas ? C’est dément ! C’est quoi mon pouvoir ? Faut que j’aille le raconter à Alex. Oh ! Je dois aussi en parler à Lana et Sonny !

Etait-ce réellement une bonne idée d’en parler à tout le monde. Il n’allait pas se marier, pas avoir d’enfant et il ne présentait pas non plus son petit-copain. Non, il n’était pas « normal ». Nous pourrons réfléchir à ce que c’est d’être normal dans ce monde sauf que là ça se résumait à un élément : ne pas avoir de pouvoir surnaturel. Sacha était curieux d’en savoir plus. Il se rassit, plus proche de Ross parce que cette fois, il était excité par toute cette histoire. Il pourrait jouer les héros, avoir une combinaison, arrêter les méchants ! Il devait se trouver un nom de super-héros mais pour cela il devait absolument tout savoir sur sa capacité.

- Vous êtes un mutant vous aussi ? C’est pour ça que je vous ai choisi comme psychologue ? Parce que nous sommes reliés en quelque sorte ? Et c’est quoi votre pouvoir ? Si vous en êtes un, c’est que nous sommes plusieurs ? Beaucoup ? Genre, si on prend que la population de Los Angeles ?


Harceler de questions le docteur McGregor démontrait la confusion dans laquelle l’étudiant avait été plongé. Il aurait pu demander pour quelles raisons Ross avait gardé le secret. Il s’en fichait. Il avait confiance en son psychologue et ce n’était pas des paroles en l’air. Si Ross ne lui avait jamais rien dit c’est qu’il devait avoir de bonnes raisons. Il respectait son choix et ne lui en tiendra pas rigueur. Puis c’était peut-être mieux qu’il ne le sache pas finalement.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Mar 2 Oct - 21:28

Malgré ses bonnes résolutions de mettre son cerveau au repos, Ross ne pouvait s’empêcher d’analyser le comportement de Sacha qui était pour le moins surprenant. Il s’était levé et marchait dans la pièce comme un lion en cage ou comme s’il avait appris une nouvelle difficile à digérer. S’il continuait ainsi, l’écossais allait avoir le tournis. Il ne manquerait plus que le jeune homme fasse une syncope. Pour tenter de le calmer, il lui fit un petit signe de la main l’invitant à se rasseoir. Visiblement Sacha ignorait l’existence des mutants ; il ne pouvait donc pas savoir qu’il faisait partie de cette catégorie. Ross se demandait comment il avait fait pour ne jamais aborder ce sujet avec son patient. Quelque chose ne tournait pas rond chez lui avant son accident ou quoi ? C’était impensable pour un professionnel quand même ! Il savait que la découverte d’une capacité extraordinaire était rarement bien vécue. Les causes à effets n’étant jamais anodines jouaient obligatoirement sur le psychisme d’un humain. Ross était bien placé pour le savoir ! Le jour où il avait découvert son pouvoir, il avait été très perturbé ; si ses parents ne lui avaient pas expliqué de quoi il en retournait, l’enfant qu’il était aurait certainement grandi dans un autre état d’esprit. La capacité du psychologue pouvait s’avérer dangereuse ; il aurait pu en faire mauvais usage si personne n’avait été là pour l'aider à le canaliser.

C’était vrai que c’était du délire mais c’était un fait bien réel. Le jeune homme était en pleine effervescence ; les questions fusaient et l’excitation lui donnait un débit de paroles au-dessus de la moyenne. Ce comportement n’avait rien d’étonnant. N’importe qui serait surpris d’apprendre une telle nouvelle. Désormais, Ross se devait de lui fournir de plus amples précisions. Ce n’était pas aujourd’hui qu’il se reposerait. Tant pis ! Même s’il ne se souvenait pas de Sacha, il éprouvait de la sympathie pour lui. Son attitude fonceuse, sa curiosité, son impatience et son sens de l’humour lui rappelaient un peu son fils. Cette comparaison fit sourire gentiment l’écossais.

- Bon ok ! Entrons dans le vif du sujet alors. Ce ne sont pas des chimères, Sacha. Vous savez sans doute que l’homme est en constante évolution. Celle-ci est extrêmement lente mais elle est bien réelle. Seulement, depuis quelques décennies, un gène en pleine mutation développe chez certains d’entre nous une capacité hors du commun… Un pouvoir comme vous dites !

Ross fit une pause afin de permettre à Sacha d’enregistrer les données et de poser éventuellement d’autres questions techniques. L’écossais n’était pas généticien mais il en connaissait assez sur le sujet pour satisfaire la curiosité du jeune homme. Si ses interrogations étaient trop pointues, il pourrait toujours le diriger vers son amie Anne. Toutefois, il serait étonné que son patient ait besoin d’un cours de biologie.

- Ce pouvoir qui se révèle à n’importe quel âge est rarement accepté car il est incompréhensible. Si encore, c’était le même pour tout le monde, ce serait facile à gérer, mais ce n’est pas le cas. De nouvelles capacités apparaissent régulièrement sans qu’on puisse, actuellement, donner une explication rationnelle. En ce qui vous concerne, votre capacité est une accentuation de l’empathie. Ce genre de pouvoir n’est pas évident à déceler car le partage des ressentis est relativement courant surtout quand un lien affectif uni deux personnes. Mais vous Sacha, vous êtes une éponge à émotions si je puis me permettre. Ce qui fait que vous avez des réactions disproportionnées qu’il vous est difficile de gérer.

L’écossais fit une nouvelle pause et en profita pour finir son thé avant de continuer. Après ses explications, il devait rassurer son patient.

- Cependant, ne vous inquiétez pas. Tous les mutants mettent du temps à apprivoiser leur capacité. Il faut s’entraîner, et à plus ou moins long terme, ce qui peut être considéré comme un handicap devient un atout.

Devant l’engouement du jeune homme, Ross, qui jusqu’à présent parlait sur un ton chaleureux, ravala son sourire. Le sujet était trop important et trop sérieux pour le prendre à la légère. Jouer les super héros n’était pas une chose à faire.

- Par contre, il est préférable de n’en parler à personne. Des gens mal intentionnés pourraient se servir de vous. Vous savez Sacha, la société accepte difficilement les personnes différentes. Il faut garder ça pour vous ! Maintenant, si vous souhaitez rencontrer d’autres mutants, je pourrais vous mettre en relation avec certains d’entre eux.

En donnant toutes ces informations, Ross avait plus ou moins répondu aux interrogations du jeune homme. Il se garda de dire qu’il était lui-même un mutant car il n’avait pas envie de donner des informations sur sa capacité. Si Sacha l’apprenait, il risquait encore de s’exciter comme une puce et de voir, en son psychologue, un superman qu’il était loin d’être.

- Je peux savoir qui son Alex, Lanna et Sonny ? Demanda-t-il pour rebondir sur ce qu’avait dit le jeune et éviter ainsi de parler de lui tout en reprenant un ton plus léger.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Mer 3 Oct - 15:30

Suite à la demande du professeur, Sacha s’assit. Difficilement, car il avait besoin d’exprimer sa surprise, que ce soit par les paroles ou par les gestes. Apaisant, tant bien que mal, son exaltation, il fit attention au discours de Ross qui souhaitait aller droit au but. Excellente stratégie s’il voulait que Sacha comprenne de quoi il en retournait. Il acquiesça, l’évolution, il lui a semblé que l’un de ses professeurs lui en avait parlé il y a plusieurs années. Etait-ce son professeur de sport ou bien d’histoire ? Stop ! Il s’arrêta d’y réfléchir sinon, il ne survivrait pas à l’explication de Ross. Après l’histoire, la biologie. Un gêne qui développe un don surnaturel pour certains.

Sacha le laissa continuer. Pour le moment, il parvenait à suivre. Exploit ! Mais le sujet était bien trop intéressant et surtout important pour lui, pour se laisser se déconcentrer. Ross expliqua que le gêne se dévoilait tôt ou tard, sans expliquer comment ni pourquoi car il n’avait pas cette réponse. Etait-ce quelque chose qui faisait partie d’eux dès la naissance ? Ou bien qui se créait progressivement ? A moins qu’il y ait un élément déclencheur lui donnant naissance ? Des interrogations mais aucune réponse. Puis, Ross se centra sur Sacha. Il décrit ce qu’il était capable de faire. Accentuation de l’empathie. L’empathie, c’est vers cette notion que ses recherches avec Sonny les ont amenés. Il était incollable dessus, ce qui lui permettait de faire des liens avec les faits passés. En effet, une fois que Ross le décrit comme une éponge à émotions, il réussit à comprendre toutes les manifestations de son passé. Sans les réévoquer, ni les expliquer, il pouvait, aujourd’hui, mettre des mots sur ce qu’il avait vécu. Cela le libérait d’un poids. Soulagé, il se sentait plus libre, comme si sa plus grande contrariété avait été détruite. Malgré cela, il ne pouvait caché sa déception.

- Super, en gros, je suis une poubelle pour les émotions humaines quoi... Je peux pas échanger ma capacité ?

Un tantinet naïf, il avait conscience qu’elle faisait partie de lui et que cela serait impossible. Il finira bien par lui trouver une utilité. Il était reconnaissant d’être particulier. Par contre, il ne l’était pas pour le pouvoir dont il avait hérité. Il n’allait pas le renier, mais jusqu’à lors, il mentirait s’il disait que cette capacité lui avait apporté bonheur et bien-être. Heureusement, Ross lui redonna le sourire. En indiquant qu’il était possible de la contrôler, il trouva les mots justes, les mots qui permettaient au jeune homme de reprendre confiance. Contrairement à Ross, qui ne semblait pas cautionner que l’étudiant en parle à quiconque. Il le laissa poursuivre, donner ses arguments, se posant plusieurs questions. Qui voudrait se servir de lui ? Pour quelle(s) raison(s) ? D’autres personnes spéciales ? Dans le rôle des méchants, la seule image qui lui apparaissait était des scientifiques étrangement. Des expérimentations, des essais cliniques, mais il arrêta son délire, conscient qu’il était pas mal influencé par les films d’horreurs. En compromis, Ross lui proposa de rencontrer d’autres mutants. Sacha ne répondit pas, puis, Ross demanda des précisions sur les personnes qu’il avait citées.

- Mes meilleurs amis... Je vais prendre le temps d’y réfléchir mais cacher la vérité aux gens que j’aime ne correspond pas vraiment à mes principes... Surtout à Sonny. En fait, monsieur McGregor, j’étais venu parce que j’avais beaucoup réfléchi à nos entretiens et... Je ne sais pas comment dire. Je vais faire simple. J’ai envisagé d’arrêter. Puis il y a eu cet évènement avec Sonny. On s’est retrouvé face à un jongleur de feu. Rien de bien impressionnant. Sauf que Sonny était apeurée par le feu des torches et d’un coup, sans que je ne comprenne comment, c’est moi qui fus traumatisé par le spectacle. Puis, j’ai perdu connaissance... Encore une fois. Il fallait que je vous en parle. Avec Sonny on a longuement réfléchi à ce qu’il s’était passé. On a fait quelques recherches et je lui ai dit que si j’avais les réponses à nos questions, elle serait la première informée. Je ne peux pas lui mentir... J’aimerais rencontrer d’autres personnes, comme moi. Des personnes qui m’aideraient à comprendre mon pouvoir, comprendre son fonctionnement, et surtout à le contrôler... Je ne veux plus pleurer quand je suis en colère. Je ne veux plus coucher avec un type sans en avoir envie et je ne veux plus commettre de meurtre... Je ne veux plus avoir peur d’une torche enflammée. J’ai été incapable de reconnaître mon propre appartement parce que j’étais hypnotisé par une angoisse qui n’était même pas à moi ! Je suis fatigué. Fatigué d’être victime de ces phénomènes... Aidez-moi.

Long discours qui lui permit de tout déballer à Ross et surtout de faire le lien avec l’objet de sa visite. Finalement, avoir une capacité était beaucoup moins drôle qu’à la télévision. Il s’interdisait de pleurer. Hors de question, il voyait le bout, il savait maintenant ce qui « clochait » chez lui. Ce qu’il ressentait à cet instant fut particulier. Il se rappelait. Il se rappelait pourquoi il venait chez Ross. La paix qu’il trouvait en parlant à cet homme. Finalement, il avait encore besoin de lui. Il ne se sentait plus aussi prêt à voler de ses propres ailes. Plus maintenant, plus après ça. Alors, finalement, ce sera toujours comme ça ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Ven 5 Oct - 22:23

Sacha écouta attentivement le récit de Ross sans l’interrompre. Etonnant pour un bavard comme le jeune homme semblait être. Il était tout bonnement captivé ! Rien d'étonnant à cela puisqu’il était le premier concerné. Il ne faisait aucun doute qu’il obtenait enfin des explications à des phénomènes dont il avait été victime. Etre empathique n’était pas toujours facile à vivre. Lorsqu’il s’agissait d’émotions positives, ce pouvait être gênant en fonction de la situation, mais c’était plus facile à gérer que les émotions négatives. Ces dernières pouvaient s’avérer difficile à supporter jusqu’à engendrer des catastrophes. Ross n’avait pas examiné de près le dossier de son patient mais il savait que Sacha n’était pas dans son bureau pour rien. Comme tous les mutants, la capacité du jeune homme l’avait perturbé, le perturbait et le perturberait encore tant qu’il ne la maîtriserait pas. Si Sacha était libéré d’un poids, il n’en demeurait pas moins inquiet.

- Vous vous doutez bien qu’il n’y a pas de possibilité de faire du troc avec les gènes. La recherche dans ce domaine n’en est qu’à ses prémices. Observa-t-il avant de rebondir sur le terme péjoratif employé par le jeune homme.
- Mais vous savez Sacha, on trouve parfois des choses superbes ou étonnantes dans les poubelles. Et puis, à quoi ressemblait une ville comme Los Angeles si les poubelles n’existaient pas ?

Cette question légère n’attendait pas de réponse. Ross souhaitait d’abord que le jeune homme ne se focalise pas que sur le mauvais côté des choses. Il était normal qu’il pense ainsi tout de même puisque, comme n’importe qui, les expériences douloureuses étaient plus marquantes que les périodes de liesse. Heureusement, le sourire se dessinant sur les lèvres du jeune homme indiquait qu’il était plein de ressources. Il n’était pas du genre à se laisser abattre facilement. Ce trait de caractère était nécessaire pour surmonter les épreuves ; par contre, il était aussi le responsable de sa ténacité au risque de se mettre en danger. Sacha tenait à parler de son pouvoir à ses amis et surtout une certaine Sonny. Si Ross ne souffrait pas d’amnésie, il aurait immédiatement approuvé son projet puisqu’elle était elle-même une mutante. C’était bénéfique de pouvoir aborder ce sujet sans retenue avec d’autres personnes se trouvant dans le même cas. Mais là, l’écossais ne pouvait pas approuver cette décision. Il comprenait parfaitement qu’il n’était pas évident de cacher la vérité à une personne qu’on appréciait mais s’il lui conseillait de ne pas en parler, c’était uniquement pour lui éviter des déconvenues. Pire, il risquait d’être traqué, capturé, utilisé ou traité en rat de laboratoire par Genetic. Il avait lancé naïvement qu’il aimerait changer de pouvoir ; si un membre de cette organisation l’entendait, il pourrait le convaincre de rejoindre ses rangs en lui promettant monts et merveilles. Hors de question de laisser un jeune homme tel que Sacha s’embarquer dans cette mauvaise aventure !

- Sacha ! Avant d’en parler à Sonny, essayez de savoir ce qu’elle pense des mutations génétiques. Si il s’avère qu’elle a une capacité extraordinaire, ne vous lancez pas tête baissée dans les confidences ; assurez-vous d’abord qu’elle ne travaille pas pour Genentech. Cette multinationale protège des laboratoires de recherches qui sont loin d’être sans reproches. Dit-il d’un ton calme mais néanmoins ferme.

Sacha devait absolument comprendre qu'il était indispensable qu'il se protège avant tout. Ross était son psychologue et il ne tenait pas à ce qu'un de ses patients se retrouve aux mains de Genetic, organisation qu’il combattait depuis plusieurs années aux côtés d’Aaron chez Genome.

- En ce qui concerne votre empathie, bien sûr que je peux vous aider. C’est un pouvoir psychique, et ça c’est quand même un peu mon domaine. Dit-il en souriant.
- Ca vous demandera encore de la patience et plusieurs visites dans mon cabinet, mais je suis certain que la ténacité dont vous faites preuve sera un atout permettant de contrôler votre capacité plus facilement. Et comme je vous l’ai proposé, je vous mettrai en contact avec des personnes comme vous. Ajouta-t-il en adressant un clin d’œil complice au jeune homme.

- Mais j’y pense… Vous êtes déjà en contact avec un mutant ! Termina-t-il tout sourire en donnant une tape amicale sur l’épaule de Sacha.

Pourquoi aller chercher ailleurs ce qu’il avait devant les yeux ? Le jeune homme risquait de ne pas comprendre la dernière phrase de Ross. C’était tellement évident qu’il omit de préciser qu’il s’agissait de lui-même. En temps normal, l'écossais ne se mettait jamais en avant sur ce plan là ; il avait même la fâcheuse tendance à n'en parler à personne et à se faire discret lorsqu'il était dans l'obligation d'utiliser sa capacité.

Que voulez-vous ? Quand on n’a pas toute sa tête, on ne peut pas respecter sa ligne de conduite à cent pour cent, ni réagir comme à son habitude !

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Lun 8 Oct - 12:47

Si Sacha n’était pas sérieux concernant l’affaire du troc de son pouvoir, Ross prit tout de même la peine de répondre à son patient, le réconfortant par la même occasion sur les avantages que pourraient apporter une telle capacité. Cela s’entend, le professeur McGregor ne fournit aucune précision à ce sujet. De surcroît, il ne réfuta pas non plus la qualification que l’étudiant avait administrée à son don mais, au rebours, l’avait enjolivé. Nul ne doute de la sincérité avec laquelle le psychologue s’adressait à ses patients. D’une simple poubelle, Sacha se transforma en une étonnante et précieuse boîte-à-émotions. Vu sous cet angle, c’était malgré tout plus flatteur.

Une nouvelle fois, Ross mit l’étudiant en garde. Une inquiétude que ne comprenait pas Sacha. D’après les dires de monsieur McGregor, certaines personnes collaborant et travaillant chez l’entreprise Genentech n’étaient pas des bienfaiteurs de la race mutante. Des laboratoires de recherches secrets. Voici ce qui était intéressant pour le jeune homme. Le ton employé par Ross signifiait ostensiblement que ces expériences étaient une mauvaise chose. Encore une fois, l’innocence de Sacha, bien loin de toutes les vérités, se manifestait. Les conseils de Ross n’étaient pas vains, néanmoins, il était dans le caractère de Sacha de se forger sa propre opinion sur le monde qui l’entourait. Pourquoi tant de méfiance de la part de Ross ? Et si ces chercheurs aidaient les mutants ? Par exemple, si certains d’entre eux souhaitaient mettre un terme à leurs pouvoirs et que Genentech pouvait les y aider ? Ou pire ! S’il existait des mutants qui avaient recours à leurs capacités pour accomplir des actes néfastes alors il est possible que ces laboratoires puissent les arrêter et annihiler leurs pouvoirs ? Tout cela était vraiment questionnant pour Sacha, qui découvrait peu à peu un monde qui lui était complètement étranger.

- Ok ok ! Je ferai attention...

* ... Et j’irai faire un tour du côté de Genentech.


Qu’elle était donc cette vilaine pensée ?!? Ross le prévient contre Genentech et immanquablement, Sacha allait s’en approcher. Dîtes à un enfant de ne pas toucher à un jouet et vous pourrez être sûr qu'il s'y risquera. Genentech, c'est le jouet à Sacha. D’ailleurs Genentech... Ce nom lui était familier ; mais le jeune homme tête-en-l’air, ne réussit pas à se rappeler dans quel contexte il avait pu entendre ce nom. C’était beaucoup d’informations pour Sacha aujourd’hui. Savoir qu’il était différent, en tout cas, plus qu’il ne pensait l’être à la base, l’avait déjà assommé. La concentration n’était pas son point fort. Il avait besoin de réfléchir à ce qui venait de se dire, de prendre un recul pour avoir les idées claires. Son cerveau était en ébullition et d’un autre côté, il buvait les paroles de son psychologue estimant tout cela comme palpitant. Maintenant qu’il avait menti à son psychologue sur ses intentions, le sujet se serra sur la capacité de Sacha. Ross était l’homme de la situation.

En fait, Ross était l’homme de beaucoup de situations pour Sacha. Cela ne posait aucun problème à Sacha que de rencontrer régulièrement le psychologue. Sacha fut néanmoins étonné que ce dernier ne rebondisse pas sur ses propos lorsqu’il lui confia qu’il avait pensé à ne plus le voir. Est-ce qu’il s’en fichait ? Il sait que leur relation doit rester purement professionnelle et malgré ça, il ne pouvait pas cacher son affection pour Ross. Un manque de maturité ou une incapacité à se protéger émotionnellement ? Peut-être une conséquence de son don ? Toujours est-il que Ross fit une nouvelle déclaration en tapotant l’épaule de Sacha comme réjouit par ce qu’il avait à annoncer. Sacha, sans le savoir, était donc en relation avec d’autres mutants.

- Ah oui ? Qui donc ? Mon père ???

Son père était la seule relation commune à Ross et Sacha, c’est donc tout naturellement qu’il fut la première pensée de l’étudiant.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Mer 17 Oct - 21:15

- Bien ! Dit-il en oscillant la tête positivement.

Ross était ravi du retour de Sacha qui avait bien enregistré le message. Le jeune homme se montrerait prudent quant à sa capacité mais le ton de sa voix laissait sous-entendre qu’il ne s’arrêterait pas à cette simple décision. La nature tenace et curieuse du jeune homme le pousserait sans doute à ne pas rester au sage qu’il le disait. L’écossais ne serait pas surpris de le voir roder chez Genentech pour essayer d’en savoir un peu plus. Comme son fils et tous les adolescents, il ferait le contraire. La seule chose était de faire de la prévention pour éviter le pire. Aussi, jugea-t-il utile d’anticiper sur cette éventualité.

- Et redoubler d’attention si l’envie vous prend d’aller faire un tour du côté de Genentech.

Le psychologue ne pouvait pas l’empêcher homme de satisfaire sa curiosité. Il savait parfaitement que c’était inutile d’émettre un refus catégorique. Il se devait tout de même de lui donner quelques conseils en espérant qu’il en tiendrait compte s’il ne voulait pas voir sa vie prendre un chemin sinueux d’où il aurait du mal à en sortir.

- Evitez de vous y rendre seul aussi. Imaginez que votre capacité s’enclenche à un moment critique, il est fort probable que certains employés de cette société le remarque plus vite que vous ne le pensez. A partir de là, vous ne serez plus à l’abri ; ils vous ficheront et vous testeront. Oh bien entendu, ils ne vous forceront en rien. Ils utilisent plutôt des arguments convaincants pour rejoindre leurs rangs. Et si vous refusez, je crains qu’ils ne vous laissent pas tranquille ensuite. A vous de voir maintenant…

Points de suspension laissant planer le doute et le potentiel danger auquel il s’exposait s’il ne se montrait pas très prudent. La décision appartenait au jeune homme désormais ; à lui de faire attention et de réfléchir avant de se jeter dans la gueule du renard. Les employés de cette multinationale n’étaient pas tous au courant de ce qu’il se passait dans les sous-sols ; par contre, ils avaient des consignes strictes et même s’ils ne connaissaient pas les aboutissants, ils les suivaient au pied et à la lettre. Ceux qui avaient le malheur de ne pas suivre les ordres étaient remerciés sans états d’âme. Ils n’avaient qu’à bien se tenir. Les dirigeants de Genentech et les responsables de Genetic avaient pour principaux objectifs : le profit et le pouvoir. Ils ne s’embêtaient pas avec des incompétents et mettaient tout en œuvre pour que leur personnel soit formé, pour ne pas dire formaté. Ils étaient forts et bien organisés. Genome à côté, ne regroupait que des amateurs ; ils avaient aussi beaucoup moins de moyens ; cependant, ils étaient les grains de sable qui enrayaient la machine. Heureusement, sinon Genetic ferait encore plus n’importe quoi lorsqu’il décidait de mener une action plus ou moins discutable. S’il s’était souvenu de la soirée d’Halloween, Ross aurait pu la citer en exemple. Genetic avait certes découvert une substance annihilant les capacités, ce qui pouvait être considérer comme une avancée non négligeable dans la recherche ; cependant, il n’avait pas hésité à la tester sur des personnes à leur insu sans connaître tous les effets secondaires néfastes pour les non mutants.

- Pour éviter de vous faire surprendre, dès la prochaine séance, on travaillera sur votre concentration.

Il n’était pas question pour Ross, aujourd’hui, de faire une quelconque psychothérapie. Fatigué, il n’en avait pas la force ni la motivation. Par contre, il était ouvert pour discuter avec le jeune homme de sa propre mutation. Il fut surpris et amusé de constater que Sacha n’avait absolument pas fait le rapprochement avec lui.

- Ah non, du tout ! Même si vos parents, ou l’un de vos parents vous a transmis le gène mutant, je ne pensais pas à votre père mais à une personne que vous avez sous la main, si je puis dire.

L’écossais laissa planer quelques secondes de suspense afin de voir les réactions du jeune homme. Finalement, c’était assez amusant de jouer les psychologues aujourd’hui. C’était en partie grâce à son patient aussi.

- Vous voulez rencontrer des mutants, alors je suis votre homme ! Je suis comme vous en fait. Précisa-t-il enfin avec une lueur rieuse dans les yeux.

Finalement, Sacha avait de la chance de tomber sur un Ross amnésique. Sinon, il n’aurait pas appris aujourd’hui que son psychologue était un mutant comme lui.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sacha M. Kwon

Pokéfan des Évolués

avatar

Messages : 6277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Indisponible

MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   Lun 22 Oct - 18:03

Une dernière mise-en-garde s’imposa. Ross avait un fils et par expérience il devait savoir qu’il ne pouvait pas l’empêcher d’agir mais simplement le prévenir des dangers et d’être présent s’il arrivait malheur. Pour Sacha, c’était plus ou moins la même chose. Il avait fait son boulot. Il avait été mise-en-garde plusieurs fois et Ross avait répondu à ses questions. Ross ajouta quelques conseils dont celui de ne pas se rendre à Genentech seul. Sacha aurait bien souhaité suivre cette règle mais si Genentech était aussi dangereux que Ross le disait, il était hors de question d’amener quelqu’un. De plus, être accompagné signifierait qu’il ait expliqué le danger potentiel au préalable à cette personne et d’une façon ou d’une autre qu’il lui aurait parlé de son pouvoir. Conclusion, il ne demanderait à personne de l’accompagner, cependant, il pourrait toujours prévenir de son absence.

Dorénavant, les prochains rendez-vous permettront à Sacha d’apprendre à utiliser sa capacité de façon progressive. Comme l’avait souligné Ross, cela va lui demander beaucoup de temps, des mois, des années peut-être. Toutefois, en avoir conscience était déjà un grand pas pour lui. Il devra fournir autant si ce n’est plus d’efforts afin de travailler sur sa concentration, muscler son esprit pour rester conscient lorsque sa capacité se manifestera. Est-ce que ces nouveaux objectifs se traduisent-ils par un arrêt du suivi psychologique ? Il ne savait pas comment sa relation avec Ross allait évoluer.

En ce qui concernait le mutant, Ross dévoila son secret à Sacha. Ce dernier ne fut pas réellement surpris. De toute façon, après tout ce qu’ils venaient d’échanger, plus grand-chose ne pouvait le surprendre. Cela ne l’empêcha néanmoins pas de continuer à s’interroger sur la mutation, et en particulier sur sa propre capacité. Tout ce que Ross savait, Sacha voulait le savoir. Ils continuèrent donc leur discussion autour de la génétique, afin que Sacha apprenne d’une façon théorique le fonctionnement et les limites de son pouvoir mais il souhaita également en savoir davantage sur l’évolution et le gêne mutant. Il était concerné et par conséquent, il était inévitable pour l'étudiant de se pencher sérieusement sur la question.

Pour Ross, Sacha avait une nouvelle vision de cet homme. Il était venu ici dans l’espoir d’avoir des réponses. Ross répondit parfaitement à ses attentes. S’il avait pour projet d’arrêter de voir son psychologue, Sacha réalisa à quel point le travail de Ross lui était important. Outre son utilité, il appréciait l’homme qu’il demeurait. Arrêter les suivis psychologiques mais continuer à s’entretenir pour travailler sur sa capacité était un bon compromis pour Sacha. Quelques pars, l’amnésie de Ross était une bonne chose car elle obligea Sacha à devenir un homme et à affronter ses peurs par lui-même.

[Fin du sujet ]

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alors, quoi d'neuf docteur ? [Sujet terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CALLAHAN & MCGREGOR'S PLACE-