..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Mar 26 Juin - 19:09

« Si vous croyez encore que les rues de La Cité des Anges sont calmes et sûres, alors vous vivez dans une sorte de monde parallèle : de toute façon, aujourd'hui, c'en est fini. Les journaux ne parlent que de ça depuis des semaines, de ce fou dangereux qui se nourrit de ses victimes, de cet individu qui ne laisse derrière lui que des corps mutilés, dévorés littéralement. Certains crient au zombie, d'autres au cannibale pur et dur. Mais la vérité, la connaissez-vous ? Non bien sûr, sauf si vous êtes de ceux qui savent écouter les murmures de la rue... Si les journaux parlent d'horreur humaine, les bas fonds de la ville, eux, entendent courir le long des trottoirs le mot "mutant". Et vous, qui croyez-vous ? »


Vendredi 10 décembre 2010 – 20 heures

Jefferson attendait sagement que le soleil se couche. Il faisait chaud, il avait faim, il se sentait happé par toutes ces sensations insoutenables. Il avait longtemps cherché à lutter contre son instinct de chasseur, de prédateur puis un jour,à bout de forces, il s'était laissé aller et il avait alors compris que lutter était inutile. C'était dans sa nature, c'était comme ça qu'il avait été créé alors il lui était impossible de se renier. Il arrivait parfois à choisir ses victimes, lorsqu'il n'avait pas trop faim, lorsque l'attente n'avait pas été trop longue. Mais certaines fois, lorsqu'il essayait de jeuner, le résultat pouvait être catastrophique : adieu le choix des êtres que personnes ne regretterait et bonjour la première personne croisée dans la rue, étudiante ou père de famille, garçonnet ou vieux retraité... Tout y passait. Enfin, Jefferson avait une préférence : les jeunes de dix à vingt-cinq ans étaient les meilleurs plats pour lui. C'était avec l'expérience qu'il avait pu déterminer quelle chair était le plus à son goût. Et de l'expérience, il en avait : il avait parcouru le Canada, l'Europe, les USA... Il ne s'aventurait pas dans d'autres lieux pour le moment : l'Amérique Latine, l'Asie, l'Afrique, ce serait pour plus tard, quand il ne pourrait plus fuir. Actuellement, personne ne pouvait l'identifier, le retrouver : il ne laissait pas de traces, sa salive n'était pas humainement identifiable, seules ses dents l'étaient en réalité et là encore, il les usait si vite qu'elles se renouvelaient sans cesse. Pourquoi ? Pourquoi faisait-il tout ça ? Parce que sa nature le lui ordonnait : pour survivre, être en bonne santé et pour être plus fort chaque jour, il devait se nourrir de chair humaine. Pourquoi le faisait-il ? Parce qu'il pouvait vivre plus longtemps... Jefferson avait soixante-dix ans et des poussières mais un coup d'oeil vers lui vous faisait croire qu'il en avait tout juste trente. Il était beau, bien bâti, séduisant. Et dangereux sans que personne ne s'en doute. Sa nature donc... Pour vivre aussi longtemps, pour vivre tout court, il devait se nourrir de chair humaine et ça, il ne l'avait compris que bien trop tard à son goût : après une épreuve marquante dans sa vie, il s'était retrouvé à ne plus réussir à se nourrir correctement : plus rien ne lui suffisait, le goût des aliments le répugnait. Seule la viande crue pouvait être digérée mais il restait faible... Puis lorsqu'un pauvre type l'avait attaqué dans la rue un soir de décembre et qu'il s'était défendu en le mordant, il avait compris... Et il ne s'était plus arrêté de goûter à la chair. Pourquoi parlait-on de lui aujourd'hui ? Parce qu'il ne prenait plus de précautions, parce qu'il n'avait plus envie de cacher les cadavres et que ça ne servait à rien : il était impossible à la police de le retrouver et c'était suffisant. Il était à Los Angeles depuis cinq semaines, depuis mi-octobre et tout se passait bien, aucun mutant n'était venu lui chercher des noises... Oui, il était un mutant, il le savait. Il l'avait appris au Canada des décennies plus tôt, quand il avait voulu comprendre... Et il avait dévoré celui qui savait qui il était : pas de traces, règle d'or.

Il était l'heure, enfin. La nuit était tombée, les âmes esseulées allaient arriver. Il ne savait pas qu'il était pisté depuis quelques jours, il s'imaginait encore à l'abri. Jefferson repéra sa victime, une junkies d'environ vingt ans, les yeux cernés, les cheveux ternes et sales, le teint livide... Mais une cher tout de même tendre. Ce soir, il choisissait : il était certain que sa victime lui hurlait de venir la tuer, la dévorer, la mordre, l'engloutir. Elle voulait voir un autre monde, c'était bien pour ça qu'elle se piquait, non ? Parce que la vie ne valait pas la peine d'être vécue telle quelle... Jefferson sortie une seringue de sa poche et il se dirigea vers elle. Elle était seule, forcément. « Ma dose contre ton corps. » Jefferson était quasi certain qu'elle acceptait ce genre de choses. Il avait raison. Elle fourra la seringue dans son bras et retira immédiatement son haut : autant se servir d'un voyage vers l'ailleurs pour passer ce sale moment, voilà ce qu'elle pensait. Il l'entraina plus loin dans la ruelle, à l'abri du lampadaire à la lumière faiblarde. Après un baiser langoureux, il croqua sa langue et l'arracha, l'empêchant ainsi de crier... Pour toujours.


Vendredi 10 décembre 2010 – 18 heures – Genome

Aaron O'Hara regarda les personnes volontaires pour cette intervention. Il était inquiet, il avait peur de cette mission sans trop savoir pourquoi. « Notre contact semble penser que notre homme attaquera ce soir. Ed... » Ed était un peut le nom de tous les contacts de Genome. Ce Ed là était capable de ressentir les envies de meurtre des mutants et il avait ressenti avec puissance chacune de celles de ce type-là. C'était ce qu'il avait dit. « ... est persuadé qu'il va attaquer ce soir. Vous allez devoir sillonner les quartiers chauds de la ville en étant attentifs. Soyez prudents et ramenez-le ici afin que nous puissions l'aider. » Comme toujours, Genome se parait d'oeillères et ses membres croyaient – enfin quelques membres – dur comme fer que la nature humaine était bonne et qu'avec de la maîtrise, chaque mutant pouvait avoir envie de se contrôler et de vivre en harmonie avec ses petits copains. La bonne blague...


Vendredi 10 décembre 2010 – 19 heures 30 – Genetic

Tussle regarda les agents choisis pour intervenir. Il avait une très forte envie de rouler des yeux et de faire des commentaires désobligeants mais... Il devait faire profil bas et ça le tuait. La merde d'Halloween n'avait pas conforté son pouvoir comme ce qu'il avait prévu et c'était même tout le contraire : il voyait dans les yeux de certains de ses employés que son pouvoir était largement contesté et que s'il n'y prenait pas garde, il finirait par être éjecté de sa place. Il fallait qu'il fasse bonne figure. « Le dossier du jour est un homme extrêmement dangereux et instable. Il est soupçonné d'être à l'origine de tous les cadavres retrouvés dévorés en ville ces dernières semaines : nous sommes sûrs qu'il s'agit bien d'un mutant et d'ailleurs, son ADN apparait dans nos bases de données. Cela fait des années que nous travaillons sur son cas et sa salive a enfin pu être analysée et décodée : c'est bien un homme. Notre localisateur nous précise qu'il est actuellement dans cette partie de la ville. » dit-il en pointant du doigt la carte géographique affichée sur l'écran numérique de la salle. « Ramenez-le nous vivant : son pouvoir doit être étudié. Si vous ne remplissez pas correctement votre mission, vous serez sanctionnés. Je n'accepterai pas d'échec, soyez-en sûrs. » Un mutant qui ne vieillissait pas comme les autres, c'était un cas à ne pas manquer.


Vendredi 10 décembre 2010 – 20 heures – The Agency

Cristiani était dans son bureau. Son téléphone sonna, il décrocha. Il hocha la tête, la nouvelle était bonne. L'homme dont toute la presse parlait était la cible du jour : un gros client qui avait visiblement une dent contre ce cannibale avait payé le prix fort pour qu'il soit abattu. Anthony Cristiani n'avait pas bronché à cette demande : l'homme n'était pas discret et surtout, il ne nettoyait pas derrière lui, il n'aurait pas été utile de toute façon. Il regarda sa montre, bu une gorgée de café toujours en écoutant ses hommes en poste qui étaient chargés de la filature depuis des jours. « Tuez-le sans vous faire mordre, on ne sait pas ce que sa salive pourrait causer comme dégâts. Assurez-vous que votre acte reste discret et ramenez-nous le corps : le client veut voir le résultat de ses yeux. » Cristiani raccrocha, satisfait et sortit de son bureau : un autre dossier attendait.


HRP : Les membres de The Agency sont sur place et ont vu le début de l'agression, ils ont le feu vert de leur patron. Les membres de Genetic arrivent à trouver l'homme avec précision grâce au localisateur : un mutant ayant réussi à dire où se trouve précisément Jefferson. Les membres de Genome arrivent aussi au début de l'agression, ils sont attirés par les autres personnes qui se ruent vers le cannibale et sa victime. Les I live my life sont témoins du remue-ménage, débarquent et se retrouvent confrontés à tout ça. Tous essaient de garder en vie le type sauf The Agency : les agents ont pour ordre de tuer le type. La victime est morte, complètement dévorée et Jefferson est au top de sa forme. La plupart des pouvoirs psychiques sont inefficaces contre lui, les balles le blessent à peine. Il va falloir vous entraider pour vous en sortir.

NB : Les membres de l'Agence ont pour but de tuer Jefferson mais jusqu'à nouvel ordre, vos tentatives échoueront. ça serait bête de finir l'intrigue sur un coup de chance aux dés dès le premier tour.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Mar 26 Juin - 21:21

On avait parlé d’un assassin, un meurtrier, un salaud qui évidait les corps de ses victimes. Combien de corps avaient été retrouvés mutilés, bouffés de l’intérieur, les tripes à l’air, dans un coin sombre d’une rue ? Des gosses d’à peine dix ans parfois ! De tels actes devaient être punis … Je regardais du coin de l’œil cet article, parlant d’un fantôme ou d’un homme sans visage, impossible à saisir d’après la police. Ça faisait bien plusieurs jours maintenant qu’il vagabondait dans les rues de Los Angeles, agressant tout type de personnes. C’était étrange, mais bien réel.

Est-ce que je pouvais être l’une de ses victimes ? Peut-être bien. Mais je contrôlais bien mieux mon pouvoir à présent. Je pouvais presque garder mon premier corps en éveille, même si celui-ci avait bien du mal à réagir. Comme lorsqu’on est à moitié endormi, que le monde nous semble flou et que nos membres sont plus flegmatiques que jamais. Mais je savais qu’avec de l’entrainement, je pourrai enfin réussir à contrôler mes deux corps, pouvoir agir avec simplicité tout en étant deux moi. C’était bizarre, mais ça pouvait se faire. Bien sûr, j’avais peur qu’un des deux corps puisse agir de façon imprévisible, de posséder une toute autre identité. Après tout, il ne s’agit pas vraiment d’un clone. Bien que je baigne dans le monde de la mutation depuis quelques années, j’arrive encore à me poser des questions invraisemblables…

Enfin, j’étais revenu de Boston, avait loué un petit appartement non loin de mon restaurant préféré, mais pourtant, je squattais encore les quartiers de Genome. Mon laboratoire était comme une sorte d’enfant que j’affectionnais avec soin. Je l’avais laissé là, quoi … quelques jours à peine, mais mon cœur avait presque défailli en voyant la couche de poussière qui avait recouvert mon bureau. Plongé dans mes tubes à essais, mes analyses, j’avais presque oublié la petite réunion porté par Aaron. Apparemment il avait une petite annonce à nous faire. Je délaissais ma blouse blanche sur la chaise, parti en trombe vers les étages et me voilà en place, les bras croisés à écouter les propos du jeune homme.

Ah… Donc on allait devoir aider un meurtrier ? Bon, j’aimais beaucoup aider les mutants se trouvant dans de mauvaises passes, mais là c’était un peu gros. C’est vrai … Il était mutant, mais meurtrier, et ça, je ne pouvais le négliger. Bien, on allait parcourir la ville pour l’aider, pour lui redonner raison et trouver une solution au problème. C’est beau de rêver n’est-ce pas ? Après tout, si on perd tout espoir, il y aurait bien longtemps que j’aurai quitté ce monde.

J’avais beau chercher Anne du regard, mais visiblement cette belle demoiselle n’était pas de la partie. Dommage … elle était bien la seule à qui je portais assez confiance pour partager une mission. Je pris ma voiture et sillonna la ville pendant quelques instants. Soudain, quelque chose m’interpella. Des coups de feu. Des hommes et des femmes sortant de la pénombre, se glissant dans un boucan du tonner vers une petite ruelle mal éclairée. Je freinais d’un coup sec puis sorti de mon véhicule, laissé à l’abandon près d’un terrain vague. Sans plus attendre je me faufilais tel un félin vers une vieille épicerie. Un coup de feu, des cris. Un homme qui hurle à l’agonie, puis un éclat de rire diabolique…

Mon 9 mm à la main, posté près de ma tête, je restais flanqué contre le mur du bâtiment, le regard aux aguets. J’avais quoi, trois recharges sur moi et une calachnicof ? Le reste était dans la voiture …

« Et merde ! »

Je maudissais mon étourderie. Cette situation me rappelait vaguement l’attaque surprise que j’avais eu courant novembre chez moi en compagnie de la gracieuse Sonny. Ma respiration était rapide, saccadée. J’allais pas mourir. J’allais faire mon boulot et sortir cet enfoiré de ce traquenard. Je jetais encore un coup d’œil et me faufila jusqu’à la porte de l’épicerie. Elle était située en face de la scène, à même pas trois pas de là. D’un coup sec, mon pied percuta la porte qui céda sous le choc. Quelle discrétion …. Je pris la direction des escaliers, il me fallait de la hauteur. Les étages étaient vides, désertiques, pas même un meuble pour décorer l’endroit. Un simple planché cramoisi.

Tout en restant le plus discret possible, j’évitais de m’exposer à la lueur argenté de la lune. Me postant près de la fenêtre, j’avais une vue d’ensemble plutôt pas mal. Ma calachnicof positionnée sur la rambarde de la fenêtre, je pouvais aisément zoomer sur la scène. Je le voyais, je le voyais enfin ce satané fils de ***te ! Il se tenait là, l’air plus diabolique que dans mon imagination, la bouche et les bras couverts de sang. Ses yeux étaient jaunes, imposant au monde sa folie et sa dévotion pour son acte immonde. Merde. Sauvé un type pareil … dans quel camp je me trouvais … Ma colère, ma fureur, mon âme entière me disait d’en finir, le shooter et cette histoire serait enfin finie. Mais non. Il fallait le protéger et le ramener à Genome. Et si l’envie de mon bouffer le crâne lui prenait ?

Je continuais à regarder dans mon viseur. Des mecs sortaient de partout. Y’avait même des membres de Genetic ! Qu’est-ce qu’ils foutent là ?? Toujours à se mêler d’histoires improbables… Bien sûr, leurs intentions n’étaient surement pas des meilleures. Bon, le premier qui essai de tuer le bouffeur d’organes, je le bute de sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Mer 27 Juin - 22:06

Cela faisait des semaines que l’on entendait parler de ces crimes atroces perpétrés par un être sanguinaires. Les rumeurs allaient bon train, mais rien n’était vraiment fondé. Jeremy avait été mis sur l’affaire pour rechercher des infos sur ce dégénéré. Il avait potassé le dossier toute la journée et les détails des meurtres ainsi que les photos lui avaient filé la nausée. Le soir venu, c’était Tussle en personne qui l’avait convoqué, ainsi que Capucine ??? la copine de Wyatt ! Il ne l’avait pas encore croisée à Genetic et fut surpris de la voir là. Il lui adressa un regard en signe de bonjour, mais il n’était pas d’humeur à sourire ce soir. Tussle leur annonça qu’ils avaient localisé le taré et qu’il fallait le ramener vivant. Bah tiens ! rien que ça ! Un psychopathe dévoreur de gens errait dans les rues de Los Angeles, et on envoyait un bleu et une jeune fille le capturer vivant. Jeremy aurait préféré se faire accompagner par quelqu’un de plus expérimenté pour une pareille mission, tel que Romanov par exemple…

Il se voyait mal essayer de parlementer avec un psychopathe et lui demander gentiment de le suivre. Il allait devoir faire une entorse à ses bons et idéaux principes, mais compte tenu des horreurs qu’il avait lues et vues en photos, pour ce type là, il ferait une exception. Le seul problème c’était le mot « vivant »… quoi que vivant, ne signifiait pas forcément en bon état.
Bref, cette mission sentait gravement la merde ! Et l’autre con qui se permettait de les menacer d’être sanctionner s’ils échouaient. Jeremy lui avait lancé un regard noir et s’était mordu la langue pour ne pas lancer une réplique cynique. S’ils revenaient vivants ce serait déjà beau !

Tussle leur fourni toutes les informations dont ils avaient besoin. Jeremy qui n’avait pas du tout prévu de sortir aujourd’hui avait laissé son arme à l’appart. Il n’aimait pas se balader avec ce truc qu’il savait tout juste utiliser. Il s’était amélioré en tir, mais ce n’était pas son activité préférée. Il prit donc tout ce dont il avait besoin et fit un crochet par UCLA avant de se rendre sur les lieux.

Il entra dans l’appart en coup de vent. Il expliqua à Max qu’il devait bosser ce soir et qu’il ne fallait pas qu’elle l’attende. Sans s’attarder, il se dirigea vers sa chambre, ouvrit le tiroir de sa table de chevet et se saisit du revolver et des munitions qui allaient avec. Il le cala à l’arrière de son jeans et mit les munitions dans la poche de son blouson en cuir. Il ressorti aussi prestement qu’il était rentré en lançant un « A plus tard ! » à Max qui ne le laissa pas filer aussi facilement sans lui poser des questions.
« Une affaire urgente… » Il ne savait pas s’il pouvait lui dire de quoi il s’agissait réellement. Et même s’il pouvait, il y avait de grandes chances qu’elle ne le laisse pas y aller si elle savait de quoi il s’agissait, ou qu’elle veuille à tout prix venir.

« Je ne peux pas en dire plus, mais…ça devrait aller, t’inquiète pas. » Il lui sourit du sourire qu’il utilisait habituellement pour masquer ses angoisses et pour s’auto-convaincre.

« Bon faut que je me grouille, je suis pas en avance. » et il fila en courant dans le couloir.

Il pris la voiture et rejoignit Capucine sur les lieux où était sensé se trouver le détraqué. Une fourgonnette de Genetic était garée dans une ruelle sombre. Leur collègue à bord leur indiqua où se trouvait leur homme. Un coup de feu retentit, et Jeremy se précipita dans la ruelle voisine. Le spectacle qu’il découvrit raviva sa nausée de quelques heures plus tôt. Il dégaina son flingue et cria machinalement :

« Hey ! qu’est ce que vous foutez ? » aux personnes qui se trouvaient là.

S’ils lui descendaient son gars, ils allaient se prendre une brasse par ce connard de Tussle et cette perspective ne lui plaisait guerre. Et qu'est ce qu'ils foutaient là ces cons ? Voilà qui allait corser l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Ven 29 Juin - 11:53

Du sang, des globules et des pansements ? Non, cela aurait été grisant de tomber sur un vulgaire tueur en série, tout a fait normal, qui tue les gens, au hasard, parce qu'ils l'ont regardé de travers ou éternué dessus. Cela aurait été trop simple de pourchasser un type possédant un couteau ou une arme à feu pour tuer ses victimes. Genetic n'aimait pas l'ordinaire. Je devrais le savoir depuis le temps. Quoiqu'il en soit j'étais chargée de ramener ce mutant au bercail avec quelques camarades. Camarades... N'est-ce pas le nom que l'on donne à des amis ou tout au moins à des personnes en qui on peut avoir confiance ? Il serait stupide de ma part de me reposer sur eux. Même si j'avais déjà eu à faire avec Jeremy, je ne le connaissais pas assez pour lui accorder une once de confiance. D'ailleurs, je préférais garder notre rencontre secrète vis à vis de nos supérieurs.

Tussle nous donna ses ordres et à ces derniers mots, je cru comprendre les raisons de ma présence. Peut être était-ce un moyen de me tester depuis le fiasco du Blue Lake ou peut-être espérait-il que je me plante pour avoir la légitimité d'appuyer sur la gâchette. Bof, peu importe. Je n'en avais que faire de mourir. Aujourd'hui ou demain, quelle importance ? Nous sommes tous destinés à mourir, alors pourquoi s'en soucier maintenant ? Nous avions un tueur à capturer et c'était la seule chose qui m'importait.

La réunion terminée, je pris le chemin des casiers. Certes, il était difficile de faire entrer beaucoup de choses à l'intérieur de ces boîtes en fer, mais le plus important, y était enfermé. Rien de bien méchant : une série de couteau, une arme à feu évidemment et quelques fumigènes. Je pris deux couteaux que je mis respectivement à ma ceinture et dans l'une de mes bottes, le 9 mm et un fumigène, au cas où. Mieux valait en prévoir trop que se retrouver comme une conne sans arme en mauvaise posture. Le Blue Lake avait été horrible, mais au moins j'avais appris cette leçon.

C'est habillée comme il faut que je rejoignis mes collègues qui m'emmenèrent jusqu'au point de rendez-vous dans la camionnette. Jeremy avait voulu faire bande à part et n'était pas encore arrivé. S'il arrivait... Peut être avait-il pris la poudre d'escampette. Tiens, non. Il était là.


- « Et après on ose dire que ce sont les femmes qui mettent du temps à se préparer... »

Mais pas le temps de prendre le thé car déjà un coup de feu retentit. Je suivis Jeremy jusque dans la ruelle et vit un peu ce à quoi nous avions à faire. Pas très diététique comme repas... Je suis certaine que Los Angeles regorge de professionnels aptes à l'aider. Par contre, nous n'étions apparemment pas les seuls à vouloir mettre la main sur Gluttony. Dégagez ! C'est notre cannibale à nous ! Les mots de mon collègue me firent doucement sourire.

- « Soit ils se sont invités au repas, soit ils espèrent nous doubler. T'as faim ? », me moquant légèrement de lui.

Je fis quelques pas en direction des différents protagonistes.


- « Bon que tout le monde garde son calme. Il serait dommage de perdre notre temps à se taper dessus dans la mesure où tout le monde semble vouloir mettre ce malade hors d'état de nuire. »

Mon regard se posa directement sur le cannibale.

- « Sans vouloir te vexer l'ami. Ça te dirait de venir faire un tour avec nous ? On a une belle camionnette avec tout le confort à l'intérieur. Ça te tente une virée ? »

Je laissais mes mains bien en évidence, montrant que je n'avais aucune intention malveillante à son égard. Du moins, pour le moment. Genetic le voulait vivant, non ? Par contre, s'il ne voulait pas nous rendre la tâche facile, il ne me faudrait pas plus de quelques secondes pour sortir mon arme et appuyer sur la détente. Temps qui me sera forcément accordé vu la distance qui me séparait des autres protagonistes.
Revenir en haut Aller en bas
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Ven 29 Juin - 15:41

On était quel jour là ? Vendredi ? Ah fais chier... C'était ce soir que j'avais pris ''rendez-vous'' avec deux-trois camés dans les rues de Los Angeles pour les fournir en dope. Pour tout te dire, ça me les brisaient de devoir faire ça mais bon, quand tu vois à quel prix je leur vends et la marge que je me fais dessus, j'te jure que tu ferais pareil ! Mais ça va, j'en vendais pas non plus à tout le monde, disons que j'avais mes clients, que certains refiler mon blaze à d'autres et que comme ça, j'mettais monté un vrai petit réseau de « dealer »... Aaah j'aime pas ce mot, DEALER, ça fait voyou non ? Enfin, j'suis peut être un voyou, mais entre nous, j'suis pas plus un criminel que les mecs assis dans leurs bureaux qui te vendent des produits ou qui te font faire des crédits, j'te jure que eux ils t'arnaquent plus que moi hein. En vrai moi j'fais quoi ? Du commerce t'sais, j'vends à qui achète, point barre. Pas de quoi finir en prison pour avoir fourni un zip d'herbe à un gars dans le besoin. Bah expliques moi, pourquoi on me niquerait moi alors que le mec à côté qui vend ses médicaments ou ses agrafeuses lui on lui dit rien ? C'est un vrai marché, je répond à la demande c'est tout ! Si avec le sachet on me demande un stylo rouge, y'a moyen que je te le chope tu vois ? Quoi que les stylos rouges se font rare ces derniers temps... LOL comme on dit, c'était une blague hein. Bah fais pas genre, j'suis sûr qu'au fond de toi, t'as rigolé. Non ? T'as pas d'coeur bro.

Enfin excuses, je divague un peu loin là et j'crois que je t'entraîne à la dérive avec moi, vas-y, on jette l'ancre ici et je continue.

Donc ouais, j'avais récupéré la dope dont j'avais besoin pour ma livraison de ce soir, une dose d'héro et de l'herbe, rien de bien dangereux. Le premier rendez-vous se passa niquel, le mec avait prit son sachet sans posé de question, même pas besoin de pesé, le mec me faisait confiance... Un peu naïf j't'avoue... Mais bon, au moins c'était un business propre, il me payait et on était clean. Et là, sur les coups de... Disons 20 heures j'crois, un peu avant, les choses ont tournés un peu au vinaigre... J'te jure, le truc de malade mental ! Attends attends, je t'explique.

C'était une junkie, une vraie de vrai t'sais, avec les traces de piqûres sur les bras, les cernes et tout le bordel. La dose d'héro était pour elle, elle me faisait de la peine mais elle payait presque toujours, donc je m'en foutais. Sauf que là, ce soir, elle n'était pas au rendez-vous... J'étais là où elle se tenait d'habitude pour l'échange elle était là, contre le mur à m'attendre... Mais là, il ne restait qu'une seringue vide et quelques gouttes sur le sol. Je me baissais pour toucher le liquide du doigt et le sentis... A première vue, c'était de l'héroïne... Merde, elle m'avait doublé ? Un autre gars l'avait fourni ? Puis un bruit de verre cassé ou de poubelle qui tombait retenti dans l'autre ruelle derrière. Je restais en alerte et, je devais l'avouer, j'avais un peu les boules. J'allumais un join avant d'avancer vers la ruelle, juste au cas où...

Hello ? Y'a quelq... !

Je cherchais à savoir si c'était un chat ou quoi, mais ma question se fit tuer par un coup de feu provenant de cette même ruelle... Merde ! J'étais pris dans une fusillade ! Une guerre de gang ! Peut être même l'affrontement de deux mafias là, genre Al Capone contre Machine Gun Kelly ! Merde merde merde !!! J'allais mourir putain, j'allais crever dans cette ruelle perrave en me prenant une balle qui ne m'était pas destiné... Je la prendrais dans le dos pendant que je chercherais à m'enfuir... Quelle mort de merde... Mais je ne sais pas pourquoi, la curiosité mêlée à l'inconscience me firent avancer vers la provenance du coup de feu. Je me plaquais contre le mur comme les gars dans les films, le cone à la main comme une arme et j'avançais lentement. Et là, vision de cauchemar... Vendredi 13 ! Massacre à la tronçonneuse ! Zombies diaries ! Non... Wolfman ! Aah je sais plus, enfin juste un mec qui venait de bouffer ma junkie juste devant mes yeux... Et moi du coup, je me tenais en plein milieu de la ruelle, aucune idée du comment, mais je mettais écarté du mur. Et je fumais comme un con, tétanisé ? Pétrifié ? Ouais, un truc comme ça...

Puis deux hommes arrivèrent derrière moi, enfin un homme et une femme. L'homme s'écria dans ma direction et aussitôt je me jetais dans le container situé à ma gauche, une grosse poubelle ouverte que je refermais après moi. J’espérais que personne ne m'avait vu mais bon... Deux personnes à quelques mètres de moi... Ils avaient pas du me louper ! Et puis bon... Une poubelle qui fume, j'en connais pas moi hein..
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 30 Juin - 10:06

Vendredi 10 décembre_ 20h30.

Aujourd'hui, Dusty avait posé un jour de congé. En se levant à cinq heure, les nausées matinales l'avaient bien malheureusement forcées a rester à la maison le temps que ça se calme et Rosie, au téléphone, avait insisté pour qu'elle ne vienne pas travailler aujourd'hui. Ainsi, la jolie serveuse au repos avait pu tourner en rond comme un lion en cage, s'amusant tantôt avec Jack, faisant du rangement ci et là, s'allongeant sur le lit toujours vide de Jill en imaginant qu'un soir elle ouvre la porte à la volée pour lui annoncer qu'elle avait été enlevée par des extraterrestres mais que désormais elle ne la laisserai plus. Toute une journée à maudire son pauvre état maladif du aux bêtises qu'elle avait faites avec Ryan.
Non, décidément, elle ne pouvait se résoudre à passer sa journée à l'appartement. Après avoir dormi un peu l'après-midi et stagner devant la télévision jusqu'à l'heure du repas, Dusty s'était sentie prête pour sortir prendre l'air. Ça ne pouvait que lui faire du bien plutôt que de ruminer seule dans son coin. Elle aurait pu appeler Clara ou Shante mais elle ne se sentait pas d'humeur à tenir une conversation quelconque et sans but. Ainsi, elle sifflait son petit furet et celui-ci accourait pour venir se nicher sur son épaule avant qu'elle ne referme la porte de l'appartement à clef. Il lui fallait prendre le métro pour quitter San Francisco et se rendre à L.A. Peut-être devrait-elle penser un jour à passer le permis, ça arrangerait bien des choses.

Enfin arrivée à Los Angeles, même rengaine. Que faire ? Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas vu Ryan depuis.. depuis tout ça. Avait-elle envie de le revoir ? ... C'était une certitude, mais le pouvait-elle ? Elle n'avait pas même le courage de lui passer un coup de téléphone alors, l'affronter face à face, c'était tout bonnement impensable. Surtout avec son état de femme enceinte et ses hormones incontrôlées irritables. Non. Elle allait passer faire un tour au Lumberjack et puis elle rentrerait après. Ainsi, elle se rendait jusqu'à son lieu de travail et se faisait immédiatement sermonner par Rosie qui préférait la savoir au repos chez elle plutôt que seule dans les rues de L.A. Rosie.. une vraie maman poule ! Dusty la rassurait et son amie lui apportait un verre d'eau fraiche tout en prenant des nouvelles de sa vie. Qu'y-avait-il a dire ? Catastrophique. Elle était enceinte et n'en voulait pas. Le père était absent. Sa meilleure amie disparue. Ses hallucinations ne la laissaient pas tranquille et encore moins depuis qu'elle portait la vie et que tout son corps était déréglé. Mais ça, elle ne pouvait pas en parler. Elle avait déjà fait promettre à Rosie de ne pas ébruiter son état actuel et la jeune femme avait juré sur son petit bichon qu'elle chérissait autant que Marco, bien malgré lui. Après quoi, elle s'en allait en constatant que Shante était déjà partit et elle étreignait le couple qui l'avait engagée avant de se rendre dans les rues animées de la ville.

Pourquoi pas un cinéma ? Il n'y a rien de mal à aller voir un film seule après tout. Oui, elle allait se prendre une place pour un film totalement dénué de sens en profondeur mais qu'elle apprécierait parce qu'elle ne serait pas à la maison. Cependant, en voulant couper par une ruelle qu'il valait mieux éviter de nuit, le bruit sourd et retentissant de ce qui semblait être un coup de feu la stoppait dans son élan. Un coup de feu ? Pas que ce n'était pas fréquent à Los Angeles mais..

* ... Ma curiosité me perdra.*

Dusty jetait un regard derrière elle, puis elle s'engouffrait un peu plus dans cette petite ruelle. Elle atteignait un terrain vague désert mais fût attirée par le remue-ménage qui semblait se passer de l'autre côté, dans la ruelle adjacente. Mais.. était-ce Shante là-bas ? Elle clignait plusieurs fois des yeux puis apercevait des hommes armés. Qu'avait-il encore fait.... Dusty soupirait puis se rapprochait de la petite foule. Une fois arrivée, elle vit son barman sauter dans une large poubelle et là, elle ne se doutait pas une seule seconde de la suite des évènements. Il y avait une femme, armée elle aussi, qui s'adressait à..à...

- Bordel.. de merde...

Dusty clignait plusieurs fois des yeux puis reculait jusqu'à buter contre la poubelle où semblait se cacher Shante.
Horreur. Impensable. Devant elle gisait au sol le corps sans vie d'une jeune femme baignant dans son propre sang et privée de certaines parties de chairs sanguinolentes. Rêvait-elle ? Son pouvoir avait-il tant changé avec ses hormones qu'elle puisse avoir de réelles hallucinations ? Non... c'était improbable. Un homme, grand et carré, se tenait juste devant le corps sans vie et était tout autant couvert de sang, jusqu'à la bouche... Dusty plaquait ses deux mains sur la sienne en s'exclamant, puis elle fermait les yeux pour se retourner. L'estomac noué, elle ne pouvait se retenir plus longtemps puis finissait par vomir juste à côté de la ben à ordure. Quel immonde spectacle... Et ses yeux.. d'un jaune inhumain... non, il ne l'était pas. Il était comme elle. Une bête de foire.

- Shante..? appelait-elle d'une petite voix en s'essuyant la bouche avec un mouchoir et se penchant légèrement au-dessus de la poubelle pour espérer voir son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 30 Juin - 11:49

Juste une dernière bouffée, juste une pour trouver le courage… et retarder la cruelle échéance, celle du début de la partie.

C’était là quelques maigres secondes de gagnées avant de partir à l’assaut, bien que le stress, la peur ou quelque chose d’autre, de plus malsain comme l’excitation, empêchait la silhouette sombre de réellement profiter de cette dernière dose de nicotine, de cette paix fictive qui berçait encore ce début de soirée. La vitre entre ouverte, elle laissa se consumer le cadavre encore rougeoyant avant de le lâcher sur le trottoir, fixa sans la voir cette cigarette s’évanouissant en cendre et poussière, tout comme allait finir par disparaitre cette pauvre gamine qui venait de se faire emporter par les noirceurs de la ville.
Ce silence… plus terrifiant que le coup de feu. Elle n’avait même pas hurlé la pauvrette, pas plus qu’Ismael n’avait eu de réaction en voyant ce qui venait de se dérouler, finissant méthodiquement son sachet de frites huileuses et brulantes jusqu’à pousser le vice à lécher un à un ses doigts poisseux. A se demander si c’était là son jour de chance… si c’était le Destin qui avait voulu qu’elle assiste à ça. Mais la jeune femme n’était pas une tueuse à gage, ce n’était pas son boulot, et à vrai dire elle était une bille sur ce genre de truc. Généralement, elle sauvait sa vie et si tuer ne lui posait plus trop de problème, elle ne connaissait aucune notion basique dans l’accomplissement dans contrat. Elle faisait des livraisons… elle n’allait pas à la chasse au fou furieux. C’est donc avec là aussi un grand soin qu’elle envoyant l’emplacement de leur proie à ses collègues. Le renfort finirai par arriver, c’était certain, et ça lui éviterai toutes bavures qu’une crétine comme elle pouvait faire. Il ne restait plus qu’à vérifier que le cannibale n’allait pas disparaitre. Elle ferma son épaisse veste en cuir, relaça ses rangers, dégaina son colt 45 chargé qu’elle posa sur le siège passager et vérifia que son poing américain était là lui aussi, au fond d’une des poches de son épais pantalon de toile noire. Elle rajouta à son équipement habituel un de ces gros couteau de plongé, du genre à pouvoir déchiqueter tout et n’importe quoi qu’elle casa au niveau de sa cheville.

Inspiration lente et profonde. Dernier instant avant d’ouvrir les portes de l’enfer. Ismael était enfin prête. Tout devait être parfait pour cette lourde tache. Car Ismael savait, à cet instant précis, qu’elle allait faire face à un démon. Il n’avait pas d’autre nom et son apparence ne comptait pas, il pouvait avoir l’air humain et charmant… dire qu’il était sous l’influence de ce gêne qui les avait détraqué, la mexicaine n’était pas dupe. Elle avait vu son œuvre, elle avait vu les cadavres, le sang et la peur se rependre dans la ville. Les corps de gamines paumées venaient s’accumuler à la morgue et jamais elle n’avait été aussi heureuse d’apprendre que c’était ce mec que l’Agency devait traquer.

Mais main sur son volant, la jeune femme observa la scène en train de se dérouler avec heu… comment dire… un léger WTF . Au lieu d’avoir un meurtre sans témoins et sans bavures, c’était une bonne poignée de gens qui était en train de se faufiler là-dedans, rentrant dans les immeubles, fracturant des portes dans la joie et la bonne humeur! A croire qu’on y distribuait des boissons gratuites. Clairement, ce n’était pas le bon moment pour s’occuper du contrat, pas besoin de sortir d’Harvard pour se douter qu’avec autant de témoin, elle allait se faire taper sur les doigts. The Agency retrouvera le cannibale plus tard. Pivotant pour commencer à faire marche arrière, Ismael resta cependant pensive. C’était quand même louche cette histoire… Elle ne pouvait pas laisser s’échapper un si gros contrat.. mais que devait-elle faire bon dieu ?

C’est finalement avec plus ou moins d’hésitation que la jeune femme sortie du taxi, et, faisant mine de se baisser pour relacer ses lacets, elle se dépêcha d’un geste sec de percer un des pneus de la camionnette d’où était sortie quelques suicidaires de la ruelle. Au moins, en cas de pépin, elle pourrait leur faire payer un trajet en plus dans son vieux taxi. Puis, elle commença à raser les murs jusqu’à pénétrer par cette même porte d’épicerie qu’avait emprunté avant le gars un peu stressé… celui-là même qui avait super mal caché ce qui lui avait paru être une grosse arme à feu. A force de vivre dans les favelas, c'était tout juste si la jeune femme n'avait pas un radar à arme.
Puis, a pas de loup, elle monta, ses muscles roulants sous sa peau tandis que sa casquette enfoncée cachait entièrement son visage.

Elle aimait bien ce petit gars, il en avait plus dans le crane que les autres suicidaires… Il avait trouvé une bonne position stratégique en un rien de temps. Ce devait être un tireur d'élite, un mec des services spéciaux, et un frisson commença à la parcourir en se disant qu'elle risquait plus d'échouer que de réussir face à un tel adversaire!

C’est donc avec concentration qu’elle commença à s’avancer vers lui, le plus doucement et silencieusement possible... objectif: assommer avec son poing américain, voler l'arme, et s'assurer que Gugus numéro 1 n'allait pas se faire bouloter. Ensuite, si elle avait de la chance (et si elle ne s'en voulait pas trop d'avoir assommé un inconnu), elle essayerai de sauver la vie de Gugus 2, 3 et 4 et avec de la chance, un autre membre de The Agency viendrai pour finir le boulot!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 30 Juin - 11:49

Le membre 'Ismael Portero' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 30 Juin - 16:38

Ça n’allait plus depuis quelques semaines. La bourse n’était toujours pas tombé, ce boulot ne lui donnait pas le moral et en plus de ça, il arrivait tout juste à payer son loyer. Sa famille lui manquait. Dylan n’avait vraiment pas le moral ce soir et rester dans son appartement était devenu insupportable. Il ne pouvait pas se plaindre. Il possédait une pièce salon, une chambre et une salle de bain. Un petit appartement, certes pas trop cher, mais assez spacieux pour une seule personne. Bien sûr, si la bourse refusait de tomber, si sa paie resterait aussi maigre, alors il serait contraint de quitter cette place pour un endroit plus petit. Une sorte de chambre de bonne ? Loger à la Faculté ? Il en savait rien et ne préférait pas y songer.

Alors pour se vider l’esprit il envoya un sms à Shawn. Au moins lui, serait ravi de lui adresser la parole ce soir. Ils se mangeraient une pizza, regarderaient un film et parleraient sur le dos de Keira. Même si elle n’aimait pas ça, les deux potes ne pouvaient se passer de ces petits moments privilégiés.
Alors qu’il venait d’enfiler sa veste en cuir, un flash intense lui bloqua la route. Une image vague, floue, un homme couvert de sang, portant des tripes dans le creux de ses mains. Des ombres au coin d’une ruelle, des coups de feu et toujours cet homme, ce sourire diabolique qui se fichait sur son visage.

Plus rien. Dylan se massa les tempes, puis passa la porte d’entrée. Il connaissait ce genre de vision. C’était un avertissement. Un déclic qui lui disait « danger ». Du moins, c’est ce que Keaton lui avait appris. Mais malheureusement, le blondinet ne savait ni où, ni quand, ce drame allait se produire. Car oui, il s’agissait là d’un drame. D’un homme qui venait de tuer et d’autres qui lui voulaient sa peau. Enfin, c’est ce qu’il croyait. Mais qu’importe, ça ne serait pas ce soir. Pourquoi ? Parce qu’il n’était pas question de petites ruelles sombres et glauques sur la route pour aller chez Shawn.

Enfin en bas de l’immeuble, Dylan enjamba sa moto et parti en trombe en direction de la route. Alors qu’il venait de descendre trois rues, le jeune homme se retrouva face à un problème. Gros bouchon sur l’avenue centrale. S’il ne voulait pas perdre son temps, ni son argent, alors il devait couper par la rue de gauche. Sans perdre un instant, Dylan braqua d’un coup sec vers la ruelle de gauche, raccourci qu’il connaissait bien. Mince, déviation… Alors il se retrouva vite dans un endroit qu’il ne connaissait pas. GPS ? Mince, il ne fonctionne pas … décidément quelqu’un ne veut pas qu’il rende visite à Shawn ce soir.

Dylan serra des dents et essaya de se souvenir tant bien que mal, le chemin que Keira lui avait conseillé un jour. Alors il prit la première à droite et là … là il tomba dans une étrange rue, mal éclairée, digne d’un paysage de film d’horreur. Un coup de feu. Dylan s’arrêta net et ôta son casque. Il n’y voyait rien avec cette fichue visière. Dans le coin de la rue, se tenait un homme, les bras sanguinolents et une jeune femme éventrée au teint blafard, allongée sur les pavés humides et sales de la ruelle. Un homme venait de se jeter entre deux bennes et une femme venait tout juste de se mettre dans le tas. Il y avait un tas de gens ici, pour un homme qui vous donnait froid dans le dos. Dylan n’avait pas lu la presse ces derniers temps. Cet homme lui été inconnu. Alors il se glissa derrière un mur et observa la scène curieusement. Il aurait voulu faire demi tour, mais voyant les hommes et femmes armés , la possibilité de se faire tirer dessus était trop grande. Alors autant se cacher et attendre que ça se passe, pour fuir cette scène de dingue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Dim 1 Juil - 18:26

- À plus tard ? Sérieusement ?

Sérieusement ? Monsieur rentre, file dans sa chambre, chope elle ne sait quoi et se contente de lui dire « à plus tard » sans fournir la moindre explication. Ben voyons ! Affaire urgente c’est à dire ? Comment ça « pas en dire plus » ? Maxime pinça les lèvres et adopta un air renfrogné alors que Jeremy s’esquivait en direction de la porte d’entrée. Elle n’avait pas aimé le temps qu’il avait employé. Devrait aller. Pas ça ira. Et qu’il lui fasse son petit sourire n’y changerait rien.
Il fila dans le couloir, elle fila dans sa chambre, ouvrit un tiroir et en sortir l’arme qu’elle avait volé à William quelques mois auparavant. Il ne devait rester que quelques balles mais elle ne doutait pas que cela puisse lui sauver la mise. D’autant plus que désormais, elle savait relativement s’en servir.

Et maintenant quoi ? Il s’est tiré en voiture. Aucun moyen de le suivre. Génial. Parfait ! Grandiose ! Bip Bip Bip… Mais merde ! Portable à la con. Remington ? La situation s’améliorait de minutes en minutes ! Le sms fut ouvert et Maxime s’arrêta un instant. Maintenant ? Il voulait la tester maintenant ? Son message était plutôt expéditif : une adresse, un ordre de mission et une horaire. 20h00, autant dire au moment même où son téléphone avait sonné. Cet enfoiré doublait la difficulté volontairement, elle en était persuadée. Elle le savait et ne pouvait pas laisser passer cette chance… Ce serait sans doute la seule. Pour intégrer l’Agence, elle devait loger une balle dans la tête au mutant psychopathe qui terrorisait la ville actuellement. Maxime enfila un sweet noir, rabattit la capuche et entreprit de rejoindre l’adresse indiquée au pas de course.

Grâce à l’entraînement quasi quotidien qu’elle s’infligeait depuis bientôt un mois, elle tint la distance sans cracher ses poumons sur le bitume. Arrivée dans le bon quartier, elle entreprit de frôler les murs, la tête basse. Elle connaissait le coin. Le squat où elle avait atterri en février s’y trouvait. Junkie, dealer, paumés, fugueurs. Elle passerait aisément inaperçue. La rue lui collait encore parfois à la peau. Comme si cette expérience ne pourrait jamais s’effacer.

Collée au mur de l’angle de la ruelle, Maxime risqua un coup d’œil furtif pour se donner une idée de la situation. Elle aurait dû faire marche arrière tut de suite après mais n’avait pas pu. Ce n’était pas le sang même si le corps désarticulée qui pendant dans la main du mutant lui filait la nausée. C’était Capucine qui parlait. Brune mais elle l’aurait reconnu quand même. Et pire, pas loin d’elle, il y avait Jeremy. Bordel qu’est ce qu’ils foutaient là. Elle happa de l’air et se recolla au mur en tentant de se calmer. Maxime ferma les yeux. Ce n’était pas le moment de paniquer et ce n’était pas son genre.

Elle prit une, puis deux inspirations et rouvrit les yeux. Elle y était. Elle avait atteint cet espace mental qu’elle connaissait si bien. Un endroit où tout était calme et où les émotions n’avaient plus de valeur. Sereine dans les temps de tempêtes. Les sentiments reviendraient plus tard, quand elle serait apte à les gérer. Pour l’instant, seul son esprit avait un quelconque pouvoir de décision.

Il y avait du monde. Beaucoup. Une exécution discrète était donc à exclure. À moins de débarquer à visage découvert avec un clap de cinéma et de prétendre qu’il s’agissait d’une scène particulièrement bien tournée grâce au progrès des effets spéciaux. Ceci était, bien entendu, de l’ironie.

Si elle agissait maintenant, vite et bien, personne n’aurait le temps de la reconnaître. Elle repartirait au pas de course et ce serait réglé. Ce ne serait pas discret, mais c’était la meilleure alternative.

Enfoiré de Remington.

Elle imaginerait que ce monstre avait son visage. Peut-être que ça lui ferait du bien.

Maxime sortir de sa cachette, se campa à la sortie de la ruelle, visa et tira. Tout se passa très vite. Mais rien ne se passa. Elle l’avait eue à l’épaule mais c’était à peine si cela lui avait infligée une éraflure. Il en faudrait plus. Beaucoup plus. Et maintenant, elle était dans la merde.

Si le monstre venait vers elle, elle n’hésiterait pas à lui balancer le blondinet caché dans un coin ou encore Capucine. Mieux valait eux qu’elle. Et tant pis si Wyatt ne serait pas content.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Lun 2 Juil - 11:45

J'étais soucieux : je conduisais mal et trop vite. Dean était parti trop vite, j'aurais préféré qu'on fasse la route ensemble pour prévoir un plan d'attaque. Je sentais cette intervention délicate et c'était d'ailleurs pour ça que j'avais choisi de l'exécuter moi-même : j'avais passé des jours à préparer la randonnée avec Ross, j'avais même été enthousiaste à l'idée de me détendre un peu en pleine nature mais il avait fallu faire un choix. Et le choix avait été vite vu : Ross méritait de se reposer, tout comme le reste de Genome et c'était Dean que j'avais décidé de prendre avec moi parce que ça faisait un bon moment qu'on n'avait pas eu le temps de bosser ensemble alors que c'était devenu une habitude. Mais là, il avait apparemment oublié ce qu'était une équipé et son portable sonnait dans le vide. Il allait falloir qu'on remette les choses à plat une fois tout ça fini et qu'on reprenne les bases : Genome est une famille et une famille ne se sépare pas sur une mission aussi délicate.

J'arrivai vite dans la zone désigné par notre "Ed" du jour et tout ce que j'entendis furent un coup de feu et un cris. Puis du raffut et des voix. Je me dirigeai vers la source de ces bruits et je compris bien vite que c'était mon instinct qui avait tenté de me prévenir : ma nervosité, mon appréhension... Voir Capucine, Maxime, des gens que je ne connaissais pas et un type couvert de sang avec des restes de chair humaine sur la veste... Et un cadavre littéralement éventré. Avant que je ne puisse faire quoique ce soit - et réagir là tout de suite était au-dessus de mes capacités physiques et mentales - Maxime fit la plus belle connerie du jour en tirant sur le cannibale. Elle le toucha à l'épaule mais c'était comme si la balle venait d'y ricocher. Ou alors elle avait simplement traversé la cher comme on traverse une pâte à crêpe : rapidement et sans dégâts... « Merde Max, qu'est-ce que tu fous ?! » dis-je en regardant tout autour rapidement pour essayer de repérer Dean. Il était où bon sang ?

Il y avait donc Genetic dans le coup puisque Cap' était là. Si Wyatt avait fini par nous rejoindre, Capucine avait décidé que Genetic était sa maison. Elle était brune maintenant, elle paraissait moins innocente, plus dure. Comment avait-elle pu passer de la petite blonde toute drôle et chiante que j'avais hébergée à cette machine de guerre ? J'avais raté tellement d'épisodes que suivre la série de sa transformation m'était impossible. « Capucine, prends ton pote et dégage, tu ne sais pas à qui tu te frottes ! Max, pars avec eux s'il te plait. » Encore une fois, j'étais persuadé de tout savoir, d'avoir toutes les cartes en main et d'avoir en plus de ça la solution au problème. Après tout, nous avions étudié le problème sous tous les angles et nous étions là pour neutraliser ce mutant et l'aider à reprendre le contrôle, qui pouvait dire être prêt à faire de même ? Je pensais réellement que Genome était la solution. Je me dirigeai doucement vers le mutant barbouillé de sang. Je n'avais qu'un pistolet à doses de calmants dans la poche de ma veste, je ne voulais plus avoir d'armes mortelles sur moi. « Je m'appelle Aaron, je suis un mutant comme toi et je suis ici pour t'aider. Je sais à quel point apprendre à se contrôler est difficile mais on peut t'aider, crois-moi. » dis-je en avançant toujours doucement vers lui...

Mais à quoi pensais-je ?

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Lun 2 Juil - 12:57


La junkie avait tiré et elle avait même réussi à émettre un son étouffé malgré sa langue arrachée. Jefferson planta ses dents aiguisées dans sa gorge et elle rendit son dernier souffle quasi immédiatement, alors qu'il arrachait d'un coup sec tous les organes qu'il venait de croquer. Depuis quand les gamines en manque se trimballaient avec des armes à feu ? Elle ne l'avait pas touché mais elle avait sûrement alerté les voisins qui allaient s'empresser de fermer leurs volets et d'avertir les flics.

Jefferson s'était planté. Il avait cru être insaisissable et intrançable sauf que ce soir, ce n'était pas les flics qu'il avait au cul mais pire. Qu'est-ce qu'ils foutaient là tous ? Ils voulaient sa photo ? Ils voulaient se vanter d'avoir vu le taré qui bouffe les gens en ville ? Bande de nazes... Il voyait tout ce petit monde s'agiter autour de lui et tout ce qu'il faisait, c'était attendre : il avait besoin de quelques minutes pour que la chair et les boyaux ingérés veuillent bien faire le petit travail. Pendant que ça blablatait et courrait, Jefferson sentait son corps de revigorer, il sentait ses muscles trépigner sous sa peau, il sentait ses forces retrouver toute leur pleine puissance. Son esprit sortait aussi de son brouillard : rassasié, il pouvait pleinement profiter de sa vivacité d'esprit et analyser toute la situation. Il voyait deux personnages du côté des poubelles, deux autres qui voulaient l'embarquer, une cinquième qui braquait son arme sur lui et une sixième qui débarquait. Il flaira l'air tandis que la détonation se fit entendre et qu'il dut reculer à cause de l'impact. Il y avait un autre gars pas loin, il le sentait. La balle, par contre, c'était à peine s'il l'avait sentie : après un bon repas, il était comme invincible.

Il vit alors un mec s'avancer vers lui et lui parler comme on parle à un demeuré. Il sourit alors, dévoilant des dents usées mais bien tranchantes, encore tachées de sang. « Tu crois vraiment que tu peux m'aider alors que je ne peux me nourrir que de chair humaine "très" fraîche ? Je veux bien que tu me donnes ton secret parce que ça fait plus de quarante que je cherche et que je ne trouve rien. » Il flaira encore et son sourire s'élargit. Il aimait de plus en plus tuer mais il se limitait autant que possible, déjà parce que se nourrir plus que de raison n'était pas bon pour son estomac, mais aussi parce que ça laissait des traces et qu'il avait encore une once de conscience. Seulement, là, il sentait une odeur qui lui rappelait à quel point ses expériences culinaires pouvaient encore être menées... C'était bien une odeur de femme enceinte qui planait dans l'air, il en était sûr. Est-ce qu'il allait pousser le vice ? Non, il ne devait pas, pas comme ça, pas ce soir, il aurait tout juste le temps de tous les mettre au tapis pour fuir. Il allait aussi devoir changer de ville et d'état. C'était bien dommage, la Cité des Anges avait un certain charme.

« Je vous conseille gentiment de vous tirer d'ici : j'ai bien mangé mais je peux facilement tous vous bouffer sans le moindre problème. » Il regardait surtout la garce de brune qui lui avait tiré dessus. Il la butterait sans problème à celle-là, elle avait l'air d'une fille que personne ne regretterait : il les reconnaissait sans problème les gens comme ça, ils étaient comme lui. Il poussa avec facilité d'un revers de la main celui qui avait tenté de jouer au Gandhi des bacs à sable et le laissa s'écraser sur la poubelle où il avait vu le premier mec à débarquer se cacher. Il se posta devant la brunette et garda son sourire. « A mon tour de jouer mon coup. » Il l'attrapa sans ménagement.


Attaque Précise - Max est désarmée et envoyée elle aussi vers la poubelle. L'arme atterrit dans la ruelle.
Attaque Imprécise - Max est désarmée mais elle réussit à se dégager.
Attaque Déviée - Max n'est pas désarmée et peut se dégager.

HRP : A partir de maintenant, toutes les attaques dirigées vers le PNJ doivent être jouées aux dés si vous voulez espérer qu'elles soient réussies. Jefferson est plus fort, les balles traversent sa peau et ne laissent pas grand chose. Le pouvoir de Max n'a pas beaucoup d'effet sur lui puisqu'il est en quelque sorte l'inverse du sien, le pouvoir de Capucine fonctionne aussi difficilement sur lui, celui de Dusty ne fonctionne quasiment pas étant psychique, les décharges d'Ismaël ne lui font pas énormément d'effet non plus. Pour avoir une idée de sa force physique, il peut soulever deux personnes et les lancer à quelques mètres de distance. Un coup de pied donné par un type est l'équivalent d'un enfant qui frappe un adulte. Mais en faisant équipe et en le forçant à utiliser ses forces, les personnages peuvent l'épuiser et donc amoindrir ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Lun 2 Juil - 12:57

Le membre 'The judgment' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Mar 3 Juil - 7:10

La lune était mendiante et les lumières blafardes de la rue ne donnaient pas un bon aperçu. Les bâtiments étaient longs en hauteur et étroits en largeur. La brique rouge rappelait les vieilles bâtisses des colons de la côte Est débarqués au XVIe siècle. La rue était déserte, aucune lumière n’apparaissait derrière les carreaux, laissant les bâtiments posés là ; sans âmes. A croire que seuls les mutants étaient de sortie ce soir et que l’atmosphère froide qui s’était doucement posée sur la côte Ouest des Etats-Unis, avait enfermé chaque habitant dans son petit confort douillet. Une niche dans laquelle j’aurai bien voulu me trouver. Au lieu de ça, je guettais chaque mouvement par la lunette de ma kalachnikov. L’homme qui se tenait dans la pénombre venait de se faire tirer dessus. Une silhouette féminine se tenait en plein dans mon viseur. Une jeune femme, la chevelure brune, le teint pâle et une envie dévorante de tout mettre à plat, se lisait dans ses yeux.

Le mutant dévoreur de chair était encore calme. Il paraissait avoir bien encaissé le coup et un sourire torve se dessina sur son visage machiavélique. Malgré ce que j’avais connu, malgré la guerre et mes escapades nocturnes chez des mutants devenus fous, je n’avais encore jamais pu admirer une telle passion, une telle aliénation dans un regard. C’était fascinant, mais en même temps effrayant. Du sang dégoulinait le long de son cou, pour se noyer dans une chemise tacheté d’une multitude de perles écarlates. Le corps derrière lui gisait, sans vie, sur les pavés froids qui se peignaient doucement d’une couleur rouge vif. Des morceaux de chairs, des bouts d’intestins et de boyaux étaient parsemés un peu partout aux alentours de notre mutant cannibale. Comme s’il avait pris plaisir à dépecer sa victime, lui arrachant la cage thoracique avec fouge, balançant vélocement, les morceaux qui le dérangeaient par-dessus son épaule.

La scène était macabre et soulevait les cœurs. Mais le plus pénible, c’était surtout ce visage horrifié que tirait le cadavre de la demoiselle. Une bouche grande ouverte qui ne présentait plus l’ombre d’une langue, mais juste un mucus rougeâtre qui lui bloquait à présent la trachée.
Je continuais à observer, tout en bougeant légèrement mon viseur. D’autres individus avaient fait leur apparition, comme sorti de nulle part, dans la pénombre. Un blondinet arrivant en moto venait de se faufiler derrière le pan d’un mur, croyant pouvoir échapper aux drames. Et là, voilà ce bougre d’âne d’Aaron qui fait irruption en plein dans mon champ de vision. Voilà, je l’avais complètement oublié celui-là ! Ce jeune fanfaron … il n’avait donc pas compris que je préférais bosser en solo ? Pourquoi ne m’avait-il pas fourgué Anne pour cette mission ? Je l’aimais bien ce petit Aaron, faut pas croire, mais parfois un peu trop téméraire. Si je lui avais annoncé mon plan en détail, il m’aurait ris au nez et aurait avancé selon ses désirs. Et ça, je ne supportais pas… J’avais beau essayer de suivre les directives de quelqu’un, je devais toujours n’en faire qu’à ma tête. Aaron était à peu près pareil. Sauf que lui, croyait tout savoir et comment réagir. Moi, non.

Je ne connaissais pas ce tueur, car même s’il était mutant, c’était avant tout un assassin. Comment allait-il réagir ? Quel était son passé ? Depuis combien de temps agissait-il ainsi ? On ne connaissait pas grand-chose sur son compte, en effet, alors y aller les mains en l’air était preuve d’insouciance. Bien sûr, Aaron avait un côté bien naïf et là, il le mettait en exergue…

Tout se passa vite. L’homme couvert du sang de sa victime se jeta sur la brunette. Il la poussa vers les bennes à ordures et jeta son arme dans la rue. Il était en position de force et il allait forcément blesser quelqu’un. Ne rien faire n’était pas la solution. Lui tirer dans l’épaule, dans la cuisse ou même au ventre me permettrait de le neutraliser. Ainsi Aaron pourrait faire son boulot. Mais il se positionna une nouvelle fois, en plein dans mon champ de tire.

« Bouge de là mon gros ! Tu me gâches la vue … Allez Aaron … faut arrêter la pizza, ça te retombe tout dans les poignées d’amour. »

Un sourire un coin et le bougre se décala légèrement vers la gauche, histoire de me laisser en vue un bras de notre mangeur de junkie. Alors que je positionnais mon doigt sur la détente, j’entendis le grincement d’une latte sur le parquet. Etrange, je me croyais seul.

D’un battement de cils je pivotais sur moi-même, observant avec stupéfaction l’ombre féline d’une jeune femme, prête à me donner un coup mémorable derrière la nuque. Incroyable réflexe, je pris appuis sur mes talons et me propulsa en direction opposé de la demoiselle. Son geste, son attitude, tout son corps se retrouva en position de déséquilibre et elle s’écrasa contre le mur. Son geste percuta la vitre qui se brisa dans un fracas des moins discrets. Ma ruse était fichue. Si le boucan n’avait pas fait échos dans la rue, j’avais une sacrée chance.
Pointant mon flingue sur le joli minois de notre inconnu, je lui laissai peu de chance de sortie. Si elle voulait se tirer d’ici, alors elle aurait à faire à un ancien soldat de l’armée américaine, doublé d’un excellent boxeur. Moi simple journaliste ? Qui l’aurait cru. Je sais cacher mon jeu mieux que personne et me fondre dans la masse est sûrement l’un de mes nombreux talents cachés.

« Bordel mais qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous fichez ici ? Vous êtes encore l’un des sbires de Popov qui veut ma peau ? Moi qui croyais m’en être définitivement débarrassé … A moins que vous soyez là pour ce mec ? Réponds ! »

La mâchoire serrée, les muscles bandés, le regard impitoyable, je n’étais pas là pour rigoler. Mon arme se rapprocha un peu plus du visage de mon agresseur. En me rapprochant, je découvris un visage dur et marqué. Un regard froid, exprimant une force extraordinaire, digne d’une combattante. Je savais à présent que cette mission n’allait pas être de tout repos. Moi qui croyait avoir trouvé une bonne planque, pouvoir user de mon pouvoir et assommer d’un coup de brique notre bouffeur d’organes … ça n’allait pas être aussi facile face à une tigresse aux griffes acérées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Jeu 5 Juil - 12:03

Les civils n'avaient rien à faire dans l'histoire. Au lieu de se cacher dans une des poubelles, ils auraient très bien pu s'enfuir comme toute personne normalement constituée. Leurs mères ne leur avaient-elles jamais appris de se tirer à la vue d'un cannibale ? Apparemment, non. Nous allions devoir faire avec ! Je pris les devants pour discuter tranquillement avec le mutant dont nous devions nous charger pendant que Jeremy me couvrait. D'habitude, il était le premier à jouer les diplomates, mais ce soir, la scène avait l'air trop sanglante pour celui-ci. J'entendais des bruits derrière nous, signe que les gens commençaient à affluer. Si nous ne réglions pas ça rapidement, nous courrions le risque de dévoiler notre existence à n'importe qui. Mais un nouveau coup de feu retentit stoppant le fil de mes pensées. Mon regard se tourna rapidement vers l'auteur de ce coup de feu et là, la colère monta. Je m'adressais à Jeremy.

- « Putain, t'as pas pu t'empêcher de ramener ta meuf ? Allons y ! Invite tout Los Angeles tant que tu y es ! »

Le mutant était toujours debout et semblait n'avoir aucune séquelle. Génial ! La soirée promettait d'être drôle avec Calimity Jane à deux balles, l'amoureux transi verdâtre et le mutant invincible. Et comme si ça ne suffisait pas Babar se ramena et m'ordonna de me tirer. Il se foutait de moi ? Dites moi, s'il vous plaît, qu'il n'était pas sérieux.

- « Mais bien sûr, grand frère... Et tu veux que je te fasse un bisou en partant ? Pffff... Ta place n'est pas ici O'Hara. »

Il fallait qu'il comprenne qu'il n'y avait plus rien entre nous. Il m'avait trahi et une fois que l'on avait perdu ma confiance, il fallait se lever très tôt pour la regagner. Il m'avait menti, s'était foutu de moi. J'avais seulement besoin de savoir que je n'étais pas un monstre le jour où j'ai découvert ma capacité. Il m'a fait croire qu'il n'était pas au courant. J'étais partie de chez lui pour rejoindre les miens chez Genetic, craignant pour sa sécurité, et j'apprenais qu'il était le chef de Genome. Il ne manquait pas d'humour. Si quelqu'un n'avait pas sa place ici, c'était bien lui.

Aaron enfila son costume du grand frère, du protecteur pour s'adresser au mutant et essaya de le ramener à la raison. Avec l'autre fille qui avait ouvert les hostilités, vous croyez réellement qu'il allait se laisser faire et prendre tout ceci avec le sourire ? Ils avaient quoi dans le citron ? Tout se passa rapidement. Aaron fut envoyé contre une poubelle de la ruelle et Maxime le rejoignis rapidement de la même manière. Ça leur fera les pieds. Bon maintenant... Qu'est ce qu'on faisait ? Certes, j'avais Jeremy dans mon équipe, mais nous ne nous connaissions pas assez pour mettre en place une stratégie sans s'être concerté un minimum. Je m'approchais de lui.


- « Bon mon gars, je te la fais rapide. Je sais léviter, c'est à dire uniquement jouer les ascenseur et non voler ou bon me semble. Et toi ? »

C'était le minimum à savoir quand on devait faire équipe, non ? Pendant que cannibalus était occupé avec les fauteurs de troubles, je me mis à réfléchir sur ce qui serait susceptible d'atteindre notre cible tout en le gardant en vie. Les armes à feu ne semblaient avoir aucun impact sur lui. J'imaginais que les couteaux ne seraient guère plus efficaces et ma capacité n'avait que très peu d'utilité. A part, lui demander de se mettre gentiment sous une benne à ordure, je voyais mal comment elle allait m'aider.... Une idée germa dans ma tête, mais elle était tellement folle qu'elle me faisait peur aussi. Tant pis, c'était la seule que j'avais. Je sortis le fumigène et le montra à Jeremy.

- « Si tu as peur de ce qui va se passer, quitte le terrain, avec ta copine. Le reste, qu'ils meurent ou qu'ils vivent, ça m'est égale. »

Puis, j'enclenchais le dispositif. Peut être qu'en lui brouillant ses repères visuels, nous serions à même de nous rapprocher de lui. La fumée se propagea dans la ruelle en un rien de temps. Heureusement que je savais où était celui que j'espérais atteindre. Tout ceux qui étaient là avaient dû comprendre que tirer sur lui ne mènerait à rien. En plus, nous le voulions vivant. Ceci était un moyen efficace de laisser tomber les armes à feu. Peut être que nous en sortirions vivants finalement !

Je me rapprochais doucement de l'endroit où se trouvait la cible et me mit à léviter. Il allait forcément passer par là ! Je vis une ombre se balader sous moi, j'attendis qu'elle soit pile au dessous pour m'abattre sur elle. Je sortis le couteau qui se trouvait à ma ceinture.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Jeu 5 Juil - 12:03

Le membre 'Capucine Rider' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Jeu 5 Juil - 19:38

L’adrénaline battait ses tempes et c’était ce qui l’avait fait démarrer au quart de tour au son du coup de feu. Il fut très vite rejoint par Capucine qui ne manqua pas d’ironiser en arrivant à ses côtés :

« Je me disais justement que j’allais rater l’heure du dîner aujourd’hui ! »
rétorqua-t-il ironiquement, réprimant sa nausée.

Jeremy lui avait jeté un rapide coup d’œil en coin. La couleur brune lui allait mieux que la blonde, même s’il lui avait fallu un certain temps pour remettre son visage tout à l’heure dans les locaux de Genetic. Mais l’heure n’était pas à de telles considérations futiles. Il gardait son flingue pointé vers le psychopathe et avançait doucement derrière Capucine faisant naviguer le canon du revolver d’une personne à l’autre en cas de débordement.

Jeremy fut surpris de voir que Capucine avait choisi le même genre de méthode que lui dans un premier temps. Elle essayait de gagner du temps en parlementant, même si au vu de la situation, c’était peine perdue. Mais Jeremy la laissa faire, protégeant ses arrières et braquant son arme sur le cannibale lorsqu’elle s’adressa à lui.

Des bruits de pas divers retentirent derrière eux. Jeremy jeta un bref coup d’œil en arrière et vit un mec se jeter dans une poubelle. Peu de temps après, une nana le rejoignit près de la poubelle et ne sembla pas apprécier le spectacle.

Merde ! Si des civils se pointaient là, c’était un carnage assuré ! Genetic avait le don de les foutre toujours dans des situations embarrassantes et dangereuses pour les civils ! C’était à croire qu’ils le faisaient exprès ! A moins que ce ne soit une idée de Tussle pour se débarrasser des deux jeunes recrues. Ou alors, ils avaient foncé tête baissée au lieu de sécuriser la zone et c’était une erreur de débutant. Jeremy était en pleine réflexion quand au fait d’aller voir ces gens et leur demander de partir, laissant capucine en proie au sauvage et à ces gens qui sortaient d’on ne sais-où, ou bien rester là à veiller sur elle, elle aurait très certainement besoin de lui quand ça déraperait.

Un nouveau coup de feu coupa court à sa réflexion. Jeremy sursauta. La balle alla se loger dans l’épaule du gars qui ne bougea pas d’un poil. Le jeune homme resta interdit et comprit d’avantage dans quelle merde ils étaient. Il se retourna afin de voir d’où provenait le coup de feu et leva son flingue en reconnaissant Maxime. Merde ! Qu’est ce qu’elle foutait là ?

Un autre type débarqua et lui posa la question à sa place. Cette tête lui disait quelque chose. Il avait déjà vu ce mec là dans les fichiers de Genetic… O’Hara.

Capucine lui fit également aimablement remarquer que Max était là, comme si la situation n’était pas déjà assez compliquée comme ça :


« Ah oui pardon, je ne t’ai pas dit ! J’attends encore plein de gens ! »
répondit-il sur un ton ironique trahissant son énervement.


« Les civils ? c’était ton idée par contre ? »
lâcha-t-il pour transférer sa colère sur Capucine.

O’Hara se mit à leur donner des ordres, connaissant visiblement Capucine aussi. La tension montait et mettaient les nerfs du jeune homme à rude épreuve. Et il semblait que tout le monde s’était ligué contre lui ce soir et avait décidé de lui casser les couilles !

Capucine ne manqua pas d’envoyer bouler O’Hara et Jeremy ajouta suffisamment fort pour que Aaron l’entende :


« Tu pourrais ptêtre lui demander de nous aider plutôt que de jouer les grands frères moralisateur ! »


Mais O’Hara tenta une nouvelle approche du psychopathe avant que celui-ci ne l’envoie valser et s’en prenne à Maxime.

Jeremy ne répondit plus de rien. C’était comme si son cœur venait de s’arrêter de battre, le temps venait de s’arrêter et une sueur froide lui coula le long de l’échine. Il hurla :


« Hey ! Espèce de taré ! Goûte un peu ça !! »


Il se rua sur lui alors qu’il envoyait Maxime valdinguer contre la poubelle et il tira 3 balles à bout portant.

Capucine s’était précipitée sur lui et venait de lui dévoiler sa capacité. Il sorti de sa torpeur et la dévisagea de ses grands yeux bleus. Il jeta un œil à Maxime pour voir si elle bougeait encore. Il ne pouvait pas se précipiter vers elle tant que cette énergumène serait en liberté.

Il se ressaisit et son visage se referma. Il repris peu à peu le contrôle de ses émotions avait de répondre :


« Je me téléporte… Mais uniquement moi, et dans des endroits que je connais déjà. »


Il ne s’était téléporté qu’une seule fois avec une personne. Il en était donc capable, mais il s’était retrouvé dans une sorte d’état comateux pendant trois jours, voir plus, il ne savait plus. Et c’était trop risqué.

Capucine n’était pas à court d’idées, elle enclencha un fumigène pour noyer le poisson comme on dit. Le problème avec ce truc là, c’est que non seulement leur cible ne verrait plus rien, mais eux non plus. Jeremy avait bien une autre idée qui venait de germer dans son esprit. Il pouvait effectivement téléporter une autre personne…S’il téléportait ce gars à Genetic, la mission serait accomplie. Mais il fallait que la téléportation se passe bien, que le type se reconstitue en un seul morceau : premier risque ; le deuxième risque était qu’il tomberait littéralement en léthargie après ça et qu’il serait à la merci du cannibale, et il avait de sérieux doutes sur le fait que des gens suffisamment compétents de l’autre côté pourraient agir avant qu’il ne se fasse bouffer.


« Tu me prends pour qui ! »
Répondit-il finalement à Capucine.

Il se déplaça dans le brouillard, histoire que ce connard n’en profite pas pour tenter de l’attaquer.


« Génial ton idée ! Et maintenant ? on le ramène comment au fourgon ? »


Il avait une réponse possible, mais il ne l’utiliserait qu’en cas de dernier recours, autant dire que si c’était une question de vie ou de mort…

Il gardait son flingue pointé devant lui, prêt à agir.

Dés :Attaque précise : Les 3 balles atteignent leur cible énervant un peu plus le cannibale qui se jette sur Jeremy au moment où Capucine lui tombe dessus, le stoppant dans sa course.
Attaque imprécise : Deux balles sur trois sont des balles perdues et une touche le cannibale sur le haut du crâne.
Attaque déviée : Le cannibale esquive toutes les balles.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Jeu 5 Juil - 19:38

Le membre 'Jeremy Stenson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Shante T. Cassidy

o.n.i.f.c.

avatar

Messages : 964

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [0/2]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 7 Juil - 15:52

Bordel, mais pourquoi fallait-il que je me fourre toujours dans des délires comme celui-ci hein ? Je pouvais pas juste être un citoyen normal, vivant une vie de fournisseur et de barman comme tout les autres ? Bah... Faut croire que le fait d'avoir une « ADN modifiée » ne faisait pas de moi un citoyen normal... Mais où était la normalité après tout ? Étais-je, au moins, plus normal que ce machin cannibalomoche là? Je l'espérais plus que tout... De mon point de vue oui, oui j'étais plus proche d'un citoyen lambda que de ce monstre. Mais imagines que les citoyens lambda apprennent l'existence d'autres humains possédant un gêne différent qui leur prodiguent une capacité hors du commun, comment réagiraient-ils ? A ce moment là, lorsque les deux groupes se créeront et que chacun devra choisir son camp, dans lequel devrais-je me mettre ? Laisses moi te dire qu'aux yeux des autres gens normaux, je suis plus proche de ce monstre que d'eux... ADN vs ADN modifiée, qui l'emportera hein ? Qui aura le plus de partisan ?

Bref... Je n'avais pas le gêne capable de prédire l'avenir, alors essayons déjà de sauver le mien. Et tant qu'à faire celui de Dusty. Elle faisait quoi ici d'ailleurs ? Elle était pas censé être de repos aujourd'hui ? Elle se mit à vomir en s'appuyant contre la poubelle. Je sortis alors un bout de tête pour la regarder et lui demanda.

Putain, c'est encore à cause de toi ce délire là ?!

Bah ouais, ça n'aurait pas été la première fois que j'hallucinais ! Et avec Dusty à côté, il était très probable que ses trucs plus mon joint ne me fasse délirer comme un cinglé. Je me rassurais donc ! Tout ça n'était qu'un bad trip, très puissant certes, mais un bad trip... Mais le bad trip continua de plus bel ! Un nouveau coup de feu retenti et la balle vint se loger dans l'épaule de la bête, le rendant ainsi encore plus grognon qu'auparavant... Bonne idée ça ! Honnêtement, plus les secondes défilées, plus j'étais sûre de ne pas être en bad trip. Surtout quand un gugusse illuminé arriva dans la ruelle, on aurait dit Christophe Colomb débarquant en Amérique... Le mec avance tu sais, comme en terrain conquis et cherche à évangéliser les pauvres natifs. Sauf que là, il a juste essayer de discuter avec la brute, mais faut croire que ses paroles n'étaient pas aussi convaincantes que celles de la Bible... Ou alors tellement convaincantes que le cannibale la éjecter de son passage pour se rendre le plus vite possible dans l'église la plus proche... Je me baissai pendant que Cristobal percuta la poubelle comme une pierre contre un mur. Mon gars grognon plein de sang chargea alors sur la fille qui venait de lui tirer dessus, passant à côté de nous sans même nous regarder, et l'envoya aussi vers nous... Putain mais il a pas assez de place pour les jeter ailleurs ? Je pris alors Dusty par les hanches et la souleva tant bien que mal pour la mettre dans la poubelle, en ''sécurité''. Un petit coup d’œil aux deux fanfreluches contre les poubelles, des petits gémissements, pas plus... Bien, pas besoin de les aider, mais je faisais quand même un signe du pouce avec un sourire niais au gars qui avait l'air de s'inquiéter pour la nana.

Et alors là, là j'ai rien compris. J'ai tourné la tête vers Dusty et j'ai tout de suite baissé la tête par réflexe en entendant trois coups de feu, bordel ! Une balle venait juste de finir sa course dans le mur à quelques centimètres au dessus de la poubelle... OK J'AI COMPRIS ! Je sors plus la tête... Quelqu'un aurait un casque ? Non ? Dommage... Puis un bruit de détonation différent se fit entendre et d'où on était, on pouvait voir une fumée grisâtre, c'était notre chance ! J'inspirais grandement, fermant les yeux en attendant que la fumée se propage bien et les ouvrit lorsque c'était bon. Je sortis de la poubelle et tendis la main à Dusty pour qu'elle me suive. Dans un élan de folie, je nous enveloppais d'un nuage de fumée opaque et avançait vers la sortie de la ruelle, de là où je venais (vers Dean & Ismael quoi). Ouais je sais, c'était pas mon style d'utiliser mon pouvoir devant des gens comme ça, mais là c'était une question de survie ! Nous nous déplacions donc tel des fantômes dans la brume... COMME des fantômes ouais... Sauf qu'une balle perdue nous toucherait, nous...

Puis arrivé à la moitié, je trébuchai sur un... Un pistolet ?! Merde, je venais de tomber par terre à cause d'un flingue... Bon... Au moins j'avais un flingue, mais j'étais toujours au sol avec Dusty... Désolé !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 7 Juil - 15:52

Le membre 'Shante T. Cassidy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 7 Juil - 19:50

    Elle le sentait. Rien ne serait plus pareil dans sa vie après ce soir. Elle le savait. Alors qu'elle pressait le pas dans le soir éternelle et glacé de Los Angeles, Francine repassait dans son esprit encore et encore la scène à laquelle elle avait assisté quelques instants auparavant.

    ***

    Francine regardait ses chaussures, et se demandait une nouvelle fois si elle faisait le bon choix. Si elle ne le regretterait pas. Si tout se passerait bien. Au diable les interrogations, son oncle répétait que le doute n'était pas permis et que la chance souriait aux audacieux. Il faudrait bien commencer à suivre ce genre de conseils si elle voulait que le vent tourne en sa faveur. Le statut quo lui devenait difficile à supporter, elle avait besoin de considération, de responsabilité, de plus de respect. Après maintes introspections, Francine décidait qu'il n'était plus l'heure aux questions. Elle releva la tête vers son cousin.

    « Alors, dit-il. C'est ta chance. J'ai fait tiré les cartes pour toi par Tara, elle dit que c'est ton soir. Tu dois y aller. J'ai fait ce que j'avais à faire. Tu n'as plus qu'à faire ce que tu as à faire. Je saurais si tu as besoin de moi. »

    Son regard azurée rencontra les prunelles brunes de la jeune femme, muette. Il contempla ce visage qu'il admirait déjà depuis le plus tendre âge et regrettait presque déjà de l'avoir avertie. Emilio avait compris les risques de cette mission et c'était d'ailleurs pour cette raison que son oncle avait soigneusement choisi d'en écarter Francine. Trop précipité. Elle en avait beaucoup, mais si elle faisait ce qu'il fallait, le jeune homme n'en avait aucun doute, elle serait couverte de tous les honneurs.

    « J'y vais, dit-elle finalement après un silence qui paru interminable.
    « Tu n'as pas d'équipiers, tu n'as pas de renforts sur ce coup-là , précisa Emilio. Je ne serais capable de te trouver que s'il t'arrive quelque chose, et ça va peut être prendre du temps. Tu en es sûre ? »
    « Je ne reviendrais pas sur ce que j'ai dit. Je le fais, répéta Francine. Je le fais et je n'aurais besoin de personne pour coincer ce cazzo. {connard en italien} »


    Emilio n'ajoutait rien. Francine tremblait déjà. L'appréhension grimpait déjà. Elle aurait voulu que l'adrénaline l'accompagne et la tranquillise, il faudrait attendre.

    ***

    Elle l'avait quitté, n'avait plus que sa trouille pour compagne.
    Avec l'envie d'en découdre et de faire ses preuves, elle pensait pouvoir dépasser sa propre frayeur et ses angoisses croissantes. Ce n'était pas si simple. Francine passa une main sous son blouson pour sentir encore son Colt chaud sous ses doigts, son seul gage de sécurité au cas où le corps à corps ne suffirait pas, la solution final serait l'arme à feu. Elle effleurait au creux de son buste la rotonde de son silencieux, se sentant déjà moins anxieuse. De ce qu'elle avait compris de son cousin, la cible était un cannibale mutant sévissant actuellement du côté de Downtown, pas très loin donc, elle devait donc le rappeler dès qu'elle serait sur la quatrième pour qu'il lui donne la rue exacte. Elle saisi donc son téléphone occulte et composa le numéro 2.

    D'une traite il lui donna l'adresse exact et le nombre de membre de l'Agence déjà sur place, c'est-à-dire quatre ou cinq. Beaucoup en d'autres terme, ce qui signifiait qu'elle n'avait pas beaucoup de temps pour faire son travail : éliminer sa cible avant tout le monde. Francine écrasa sous ses doigts son T.OC et couru aussitôt dans la rue adjacente à l'allée où devait se trouver ladite cible et l'équipe de l'Agence.



    Outre le fait que son cœur battait si fort qu'elle pouvait l'entendre et qu'il lui faisait mal, ce qui l'étonnait le plus en ce soir rouge c'était le bruit. Des sons, des sons diffus de partout. Des cris peut être, des poubelles qu'on dérange, des voix, des murmures. C'était quoi ? Une réunion au sommet ? Elle s'approcha lentement. Quelque chose brillait par terre. Un liquide. Dans la pénombre difficile de savoir s'il s'agissait d'eau ou d'autre chose, de l'essence ? Non... elle accroupie et perçu des reflets rougeoyants. Du sang. Sans aucun doute possible. Le sien ne fit qu'un tour. Elle releva la tête. Au bout de la rue, elle avait entendu un coup de feu. Puis, un homme déboula, reculant, tout en sang, bouche ouverte, bavant et courbé comme s'il s'agissait d'un animal.

    Francine ne réfléchissait plus. Elle courrait déjà dans sa direction à pleine vitesse. Elle avait compris qu'elle n'avait pas le temps, elle n'était pas la seule dans le coup, déjà dans l'Agence mais sans doute chez les flics d'une part mais sûrement chez Genetic et chez les zouaves de Genome aussi. Il fallait s'en débarrasser et rapporter sa dépouille avant qu'ils n'arrivent eux aussi. Elle avait sauté son poing et son poids s'abattant de tout son soûl sur sa victime. Il reçu le choc dans un bruit sourd, et tomba lourdement avec Francine en fractionnant le béton.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Sam 7 Juil - 19:50

Le membre 'Francine Ford' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Jeu 12 Juil - 11:05

Des cris, des coups de feu et de la bagarre… là-bas, dans les profondeurs de la ruelle, la situation était en train de dégénérer. Et si Ismael n’avait pas ses yeux pour admirer la situation, elle pouvait se fier à d’autre sens tout aussi fiables. Les sons tous plus inquiétants, ces échos d’une rencontre qui était en train de mal tourner. Elle le sentait dans sa chaire… elle le sentait dans l’air. Cette électricité ambiante et la tension était en train de lui procurer d’étrange frissons tout le long de sa colonne vertébrale, tandis qu’elle avançait à pas de loup, discernant de mieux en mieux la silhouette de celui qu’elle allait attaquer. Son instinct de survie, quasi animal, était déjà en train de lui hurler de se casser vite et loin de cet immeuble. Courir jusqu’au taxi et s’enfuir, en laissant l’affrontement loin derrière elle. Mais la dernière petite part d’humanité de la jeune femme l’immobilisait, lui soufflait de continuer. Pour la survie de ces gens en bas… car elle avait entendu quelques bribes du discours de la mère Theresa en pantalon de flanelle.

Il existait donc sur cette terre un mec assez taré pour tenter de faire « ami ami » avec un tueur en série. Un fou qui avait ôté la vie de jeunes femmes sans sourcilier, sans transpirer. Et ce charmant débile mental était en bas, un zèbre qui voulait devenir copain avec un lion. Et son expérience sur discovery Channel lui avait appris que le zèbre n’avait jamais beaucoup de chance dans ce type d’affrontement... Par ailleurs, il y avait aussi des civiles et des gosses qui n’avaient rien demandé et qui étaient maintenant au milieu de feu croisé. Et son petit doigt lui disait que certaines personnes préféraient sauver Jeff’ plutôt que de braves gens sans histoire.

Ce gars, il avait eu l’occasion de tirer depuis le début, mais il n’avait rien fait. Il voulait le contrat vivant. Pour quoi faire ? Lui foutre des électrodes sur le cerveau comme on lui avait fait ? Le découper et l’étudier ? Même la pire pouffe au QI de dindon ne serai pas tombé dans ce piège plus gros qu’une maison.

Mais à trop gamberger sur la suite, son souffle s’était coupé en entendant le craquement qu’elle venait de faire tandis que bien vite, trop vite même pour un individu normal, l’homme venait de réagir.
Elle qui avait finalement pensé se retrouver face à des débutants en voyant toutes les erreurs stratégiques déjà faites, toute leur bêtises et foi en l’humanité de hippies sans cervelle, voilà qu’une fois encore ce gars arrivait à lui prouver qu’elle ne devait pas les prendre pour des rigolos. C’est tout juste s’il tremblait en pointant la kalachnikov sur elle. Etait-il vraiment capable de tuer un être humain ? Il y avait une délicate nuance entre tirer sur des cibles de cartons et sur quelqu’un dont le cœur battait. C’était cette nuance qui faisait qu’on vivait ou qu’on mourrait à Mexico. Mais ici ? Quoi que pas le temps de se poser des questions, déjà l’homme parlait, rapidement. Il savait qu’à chaque seconde qu’il passait sans observer la scène, le risque de voir un carnage en bas était en train de grossir.

« Je connais pas ton Popov… » Voix trainante, accent mexicain, rien ne pouvait traduire de la peur chez la jeune femme. Sa main vint doucement, sans geste brusque retirer sa casquette pour laisser voir son visage. Maintenant plus rien ne venait cacher les deux pupilles plus sombre que la nuit, mais brillant d’une franchise rare. Car Ismael ne mentait jamais, et c’est sans même essayer de camouflé la vérité qu’elle se mit à parler.

« Et le mec en bas, je suis ici pour m’assurer que tu va bien le buter. Que tu va tirer direct dans sa cervelle. Et si tu le fais pas, si t’arrive à oublier le nombre de famille en train de pleurer sur leurs enfants disparus… même pas capable d’aller au cimetière pour se recueillir sur une tombe parce que cet enfant de salops à tout bouffé au point qu’il ne reste que des os et des morceaux membres, alors je viendrai tirer pour toi. » Elle esquissa un petit sourire. Non, décidément, elle n’était pas faite pour le terrain.
« Ça te dérange comme plan ? Tu fais partie de la même équipe de cretin sans peur, sans reproche et bientôt sans vie ? Non parce que de ce que j’ai vu, y’a de charmantes demoiselles là-dedans… tu crois que ce tueur a assez mangé pour ne pas vouloir gouter tout ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Dim 15 Juil - 7:04

Ma tête tournait, mes yeux ne voulaient pas me montrer la scène sans y ajouter une bonne touche de petites lucioles clignotantes et aveuglantes mais j'étais encore vivant. qu'est-ce qui c'était passé déjà ? Je posai la main sur un vieux burger déjà pourri et tout me revint bien vite en mémoire : le cannibale, ma tentative ratée, tous ces gens dans la ruelle et moi contre le mur à côté de la poubelle... Je tournai la tête et vit Max allongée, quasi-inconsciente. Bordel. Elle avait un don cette file, toujours là où il ne fallait pas. Toujours au mauvais moment. Toujours dans mes pattes aussi, au passage. Je la secouai doucement en attendant que ma tête décide d'arrêter son tour de manège. « Max, Max... tu m'entends ? » Pas besoin de crier, pas besoin de les alerter.

De la fumée me rappela où j'étais, je ne fis même pas attention au mouvement à côté de moi jusqu'à ce que les deux inconnus sortent de la poubelle et tentent de filer. « Faites gaffe ! Et j'eus l'impression de voir une toute autre fumée... Mes yeux me piquaient, mais qui avait balancé un fumigène bon sang ? C'était tout sauf l'idée du siècle, j'avais au moins essayé de calmer les choses au lieu de foncer dans le tas, moi. Je cherchai le flingue de Max mais ne le trouvai pas. Merde. Je la tirai alors pour la mettre plus à l'abri histoire qu'elle reprenne ses esprits doucement et me relevai avec difficulté.

Je chancelai avant de réussir à retrouver un semblant d'équilibre. J'avais dû prendre un bon coup sur la tête. Et je me pris d'un coup une bonne rasade de sang sur la gueule. Du sang et des morceaux... Je vis alors ce mec face à face. Il venait de prendre un coup et ça n'était pas beau à voir. Sauf qu'il se releva bien vite. « Ecoute, il faut que tu essaies de te calm... » Et je retrouvai gentiment ma place près de la poubelle... Cette fois, j'atterris sur des sacs pas trop durs et je pus me relever plus vite. Je m'emparai de mon flingue à fléchettes dodo et le pointai dans sa direction... Enfin, la direction d'où je venais d'être expulsé parce que je ne voyais toujours rien à travers ce putain de nuage de fumée. Tant pis, ça ne pouvait pas faire de mal.

Un bruit se fit entendre et je compris que j'avais touché une cible... J'espérais que ce soit la bonne mais je compris bien vite que je m'étais trompé : la silhouette du cannibale se dessina doucement sous mes yeux...


Attaque précise - Jefferson est touché mais ça lui fait juste tourner la tête deux secondes et demi.
Attaque imprécise - Dusty est touchée et elle tombe au sol, endormie.
Attaque déviée - Personne n'est touché

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   Dim 15 Juil - 7:04

Le membre 'Aaron O'Hara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

#Intr. 3.2 Mystère - Groupe JEFFERSON [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: STREETS & AVENUES-