..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Sam 28 Juil - 7:44

Depuis quand j'étais devenu un aussi mauvais tireur ? Bonne question. Pourtant je ne manquais pas d'entraînement. Les présences de la blonde et de Sonny dans mon champ de vision ne m'avaient pas perturbé. Je savais faire abstraction d'obstacle humain qui se présentait à moi. Alors pourquoi cette fichue balle n'avait pas touché Carl ? Je n'eus pas vraiment le temps de me poser la question. La balle avait ricoché sur la roche et il y eut un autre bruit, à peine audible. Quelqu'un venait de se prendre un éclat. Un cri et Sonny qui s'effondrait. J'eus l'impression que les battements de mon cœur restaient en suspend. Que ma respiration se coupait. Ma réaction fut à peine visible, mon visage étant dissimulée par la casquette que j'avais sur la tête. J'avais en partie la réponse à mes questions sur le fait que j'ai raté si lamentablement. Je pensais avoir fait abstraction de Sonny mais vu les émotions qui m'animaient à cet instant, ce n'était pas le cas. Mon arme commença à se baisser. Mais nos regards se croisèrent. Et je me repris aussitôt. Ne pas se trahir. Oublier qu'elle était là, à quelques mètres de moi et blessée par ma faute. Oublier cette culpabilité qui pouvait m'envahir et rester concentré sur mon objectif. Carl. Il fallait que je le tue. C'était ma mission et elle allait au delà d'un simple contrat pour une fois. J'avais une autre raison de le faire. Alors mes yeux se contentèrent de lui demander pardon en silence pour cet éclat de balle qu'elle avait reçu. Fort heureusement ce n'était que la jambe qui était touchée. Ça aurait pu être pire...

Et là, que Carl prenne la blonde en otage, ce n'était pas le pire scenario que je pouvais envisager. Par contre qu'il pointe son arme en direction de Sonny, là ça l'était. J'avais de plus en plus de mal à rester maître de moi-même. Péter un câble n'arrangerait rien de toute façon. Il fallait que je trouve une solution. Que j'élabore un plan pour éviter les blessés, comme Sonny m'avait demandé de le faire par message. Il fallait surtout que je dévie la trajectoire de l'arme de Carl qui se pointait sur ma femme. Bon sang, s'il lui arrivait quelque chose, je ne me le pardonnerai jamais. J'étais censé être un professionnel et cette mission foirait depuis quelques minutes. J'aurais du me douter que ça finirait mal, après deux jours de poursuite, j'aurais du me dire que Carl se raccrocherait à la vie par n'importe quel moyen. Que faire ? Ross arriva et eut la bonne idée de parler à ma cible, lui demandant de relâcher la femme qu'il tenait. Non, mais il se croyait encore à la soirée d'Halloween à vouloir utiliser des mots pour se faire entendre ? Qu'est-ce qu'il pouvait m'énerver ce quadragénaire quand il parlait ainsi. Pourtant cela fonctionna. Carl relâcha la bombe. Pourquoi ? Je connaissais le pouvoir de Carl, il était noté dans le dossier que j'avais sur moi. Par contre je ne connaissais pas celui de Ross. Alors quel était-il, une sorte d'ordre que l'on suivait à la lettre quand il parlait ? Ça ne fonctionnait pas tout à fait. Car si Carl relâcha la blonde, la poussant vers moi. Il ne sembla pas être heureux d'avoir fait ceci.

Tout s'enchaîna alors. La trajectoire de l'arme changea d'angle. Merci. Sonny était sauve. Un premier coup de feu fut tiré et il désarma l'homme aux rangers. Nouveau mouvement de bras, pivotant dans notre direction. La blonde me cachait mon angle de tir. Je vis le canon de l'arme se pointait dans notre direction. Sans chercher à comprendre ma main gauche se posa sur l'épaule de la jeune femme et je la poussais. Le coup partit. Mes doigts se desserrèrent et je laissais tomber l'arme que je tenais. Sans que je sache comment, je me retrouvais à terre. Je la ressentis alors. Cette douleur au niveau du ventre. Horrible. Coutumière car ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait. Sauf que cette fois, j'avais l'impression que ça faisait plus mal que d'habitude. Je tentais de me redresser mais n'y arrivais pas. J'entendis une voix. L'homme aux rangers qui s'en prenait à Carl. Bonne idée mec, il allait nous l'énerver encore davantage. Et je n'avais plus mon arme à portée de main. Je relevais la tête pour tenter de la trouver mais ne la vis pas. Vision qui se brouillait ? Ma main droite se posa sur mon ventre. Je sentis quelque chose de légèrement collant, poisseux. Et merde, je me vidais de mon sang. Voilà pourquoi j'avais cette impression de douleur et de planer. Je tentais d'ouvrir ma veste, avec du mal. J'en sortis le dossier que j'avais sur Carl. Mes doigts plein de sang le tâchèrent. Je voulus le tendre à la première personne qui se trouvait à proximité. Peut être que c'était la blonde. Mais le dossier m'échappa et les feuilles s'éparpillèrent sur le sol. Tant qu'à faire, autant que tout le monde sache la vérité sur Carl. Peut être qu'un jugerait bon de finir le travail que je ne pouvais faire. Ou alors ils le laisseraient partir et je me remettrai à sa poursuite quand je serai en meilleur état. Car pour le moment, j'avais mal. Je serrais les dents. Ma main tentait de faire pression sur la plaie pour faire arrêter le saignement. Au prix d'un immense effort, je finis par me redresser un peu pour analyser la situation. Carl s'éloignait en direction de la forêt. Il tenait en joue Ross. « Ne le laissez pas... partir. » Mon regard chercha celui de Sonny. La position était trop douloureuse, alors je retombais lourdement, allongé au sol. Respirer lentement, rester calme. Tenir bon. Et surtout tenir la promesse que j'avais faite à Sonny, me disant que plus jamais je l'écouterai quand elle me demanderait d'empêcher quelqu'un de faire du mal à ses amis.

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Sam 28 Juil - 8:07


Carl (Steve Buscemi)
Brun - Yeux bleus - Quarantaine d'années - 1.75m

Le mal de tête était toujours présent. Pourtant il battait moins au niveau des temps de Carl. C'était bon signe. Cet homme savait ce que cela voulait dire. Son pouvoir se résorbait de lui-même et d'ici peu il ne ferait plus effet sur ces gens, ces mutants plutôt en fait qu'il devrait les qualifier. Comme lui. Ils auraient pu être comme lui. Ils auraient pu faire quelque chose de grand de leur vie. Ils ne semblaient pas le vouloir, restant confinés dans leur petite vie de ratés. A présent, notre homme tenait en joue le plus âge du groupe. Il était prêt à tirer à la moindre erreur de leur part. Il en avait touché deux déjà. Il n'était plus à ça près. Ils avaient du le comprendre. Si ce n'était pas le cas, il se chargerait de leur faire entrer ça dans le crâne. Ou alors il les aiderait à rejoindre l'au delà.

L'homme respira profondément. Il entendit les paroles d'un homme qui donnait raison à la brune. Il ne pouvait pas les laisser les liguer contre lui. Surtout que l'homme aux rangers commençait à perdre son sang froid. Il lui demandait de se décider ? Mais pour qui il se prenait ce gamin ? Il ne connaissait rien à la vie, aux bonnes choses. Il ne savait pas ce qu'il fallait faire pour survivre comme lui. Il ne savait pas que c'était un entraînement de se faire bien voir des gens pour faire ce qu'il faisait dans l'ombre. Le bras de Carl pivota. Le coup de feu partit, effleurant l'homme aux rangers. « Il va falloir te calmer gamin, la prochaine fois, ça sera dans le mille. »

Il y eut un bruit au dessus de sa tête. Un bref coup d'oeil et des lianes tombèrent mais sans le toucher. Que venait-il de se passer ? Aucune idée, son attention avait été détournée et était restée fixée sur l'homme aux rangers. Son regard se reporta sur l'homme qui lui courrait après depuis deux jours. Il bougeait mais avait du mal. Bien fait pour lui. Il sortit un dossier de sa veste. Les feuilles s'éparpillèrent. Il ne vit pas ce qu'il contenait. Il s'en doutait seulement. Il était temps de mettre les voiles. De reprendre sa course à travers la forêt pour disparaître. Alors, il tira un nouveau coup de feu et profitant du bruit que cela fit, même s'il ne visait personne, Carl tourna les talons et commença à courir en direction des arbres. Si personne ne le poursuivait et qu'il leur échappait, il se ferait oublier quelques jours. Puis il reprendrait ses habitudes. Ce n'était pas dans son intérêt de faire une boucherie avec ces randonneurs. Ce n'était pas ça son hobby favori. « Adieu pauvres nazes » se dit-il pour lui-même. Il se retournait de temps en temps dans leur direction mais ne s'arrêtait pas, pour s'éloigner d'eux.


HRP : Vous êtes libre de tenter de rattraper Carl ou de le laisser partir. Sa capacité n'agit plus sur les personnages et chacun retrouve son propre pouvoir. Pour ceux qui veulent poursuivre Carl, vous avez le choix entre le maîtriser ou le tuer. Lui ne se laissera pas faire dans tous les cas. Pour ce qui est du dossier éparpillé sur le sol, pour ceux qui jettent un œil sur les feuilles, vous pouvez y lire ces informations : Carl J. recherché dans plusieurs états. Soupçonné de viols sur mineurs. Condamné à mort dans deux états pour viols et meurtres de plusieurs enfants et adolescents. Amateur de jeunes filles. Tueur en série activement recherché. En cavale, il a réussi à échapper à la surveillance de ses geôliers durant un transfert. Un mandat est lancé contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Sam 28 Juil - 10:16

Tout se passa vite. Trop vite pour comprendre, pour en saisir la logique. Kensie avait voulu lui prouver que son idée ne tenait pas la route. Soit, normal. Elle avait traité Maggie de barge parce qu’elle lui avait passé un briquet. Soit, normal aussi. Elle avait tourné en ridicule son idée de grimper. Soit, encore normal. Méchant mais réaction relativement logique. Ne pas répondre, ne pas envenimer la situation. Se contenter des yeux noirs qui lancent des éclairs. Ok, tout cela, ça se concevait, ça pouvait se comprendre. Kensie qui engueule Mister écolo armé et donneur de leçon, alors là, c’était plus que compréhensible ! Et en plus Sonny approuvait. Vas-y Kensie, déchaîne-toi. Et il osait encore la ramener ? Mais qu’on le bâillonne !

Quand elle parvint à détacher ses yeux de Rem, elle vit que Carl avait cogné Maggie et pris Kensie en otage. Non ! Dire qu’ils avaient voulu le sauver ! Il allait l’étrangler et… voilà qu’il braquait son arme vers Rem. Le cœur de Sonny ne fit qu’un bond. Elle respira un peu plus quand il la détourna pour viser Matth. Voilà, qu’il le tue lui, ce serait très bien.

Elle est morte ? Qui ça elle ? Il n’allait pas tuer Kens… Non, ses yeux louchèrent brièvement sur l’arme qu’il tendait vers elle. Sonny manqua de se casser la figure un peu plus quand elle posa sa main poisseuse de sang sur le sol. Ça glissait et un type la tenait en joue. Elle et son bébé. Maudite randonnée. Ses yeux croisèrent ceux de Kensie. Elles devaient être totalement terrifiées l’une et l’autre. Et Kensie qui se mit à hurler qu’on la tue elle plutôt que Sonny et qui s’inquiétait pour elle.

« Fais pas ça, je vais bien. »

Menteuse, Sonny, tu es une menteuse. Ça ne va pas bien du tout. Une jambe éraflée, un mec qui prend sa meilleure amie en otage, qui assomme son autre amie, et qui braque une arme sur elle… sachant que Remington était au cœur de l’équation et qu’elle avait un bébé à protéger… Non, pourquoi s’en faire ? Tout allait bien ? Rien de plus normal. Prochaine randonnée organisée ? Seule solution : se planquer dans le lit avec Kensie. Oui, parfaitement, avec Kensie, avec la télé et du popcorn. Tant pis si Rem devait être en mission. Non, surtout si Rem était en mission. La mâchoire contractée par la douleur et par la peur, pour une fois, Sonny ne la ramena pas. Elle se contenta d’observer l’autre rouquine s’approcher de Maggie. Pourvu qu’elle n’ait rien de grave.

Ce fut à ce moment-là que Ross opta pour revêtir la tenue de chevalier des mots. Pas d’arme, pas de violence. Il allait vraiment se taper la causette avec ce type qui les menaçait d’une arme ? Surtout pour être pris de malaise ou de vertige aussitôt après. Mais qu’est-ce que c’est que ce délire bon sang ? Et… mais qu’est-ce que Carl faisait ? Sonny se demanda si elle n’était pas tout bonnement en train de rêver ce qui se passait… seuls les picotements au niveau de sa cuisse lui faisaient comprendre que c’était bel et bien la vie réelle là. Parce que Carl venait de lâcher Kensie. Ouf, au moins il n’allait pas lui faire de mal. Ce qui était moins drôle pour Sonny en revanche, c’était que le canon de l’arme était toujours pointé sur elle. Et elle, comme une greluche, elle était incapable de bouger, sinon de regarder vers Kensie puis Rem, puis l’arme. Sauf que de nouveau, tout se passa très vite. Sans comprendre, elle vit la main tenant l’arme bouger à toute vitesse puis elle entendit les coups de feu. Ce ne fut qu’à posteriori que Sonny se rendit compte que ce n’était pas sur elle que Carl avait tiré mais sur Matth dont le piolet chuta au sol. Même pas assez rapide pour s’en servir ! Il était le premier pour menacer des filles mais dès qu’il y avait un fou dans les parages, il n’y avait plus personne.

Puis Sonny, le souffle coupé, vit un mouvement. Remington poussant Kensie et…

« Noooooooooooooooooooooon ! »

Pitié, non, pas ça ! Non, non, elle refusait de croire que c’était vrai, que Remington venait de s’écrouler au sol après une détonation ! Non, non ! Ce n’était pas possible, il ne pouvait pas mourir ! Elle aurait voulu se précipiter mais l’arme de Carl, braquée dans leur direction et sur Ross la freina. Sans compter la lumière qui jaillit de Matth. Pourtant, ce type n’était pas une lumière… mais qu’est-ce qui se passait ? Et Aldo qui lui demandait de dire ce qu’elle savait… Non mais c’était vraiment le moment là ? Carl venait de tirer sur Matth et surtout sur Rem, elle avait une plaie à la jambe, Carl les braquait et c’était le moment de prendre le thé et de dire « c’est mon petit-ami, ne vous inquiétez pas, il est payé pour tuer ce type et avec l’argent on achètera un jacuzzi » ? Et maintenant Aldo pensait que Rem était un ranger, qu’il poursuivait « légalement » Carl. Voilà, boe version !

« Mais tuez ce Carl bordel au lieu de poser des questions à la con ! Lui, il vient de sauver Kensie ! Il est de notre côté ! »

Ce n’était adressé à personne en particulier. Juste un état d’énervement qui croissait… Et Matth qui en rajoutait une couche, se prenant au passage un coup de semonce, un coup de feu en guise de rappel, par Carl. Dommage qu’il l’ait manqué… et maintenant des espèces de lianes qui se cassaient la figure et Rem qui lance un appel. Qu’ils ne le laissent pas partir ? Or de question, Sonny tuerait Carl de ses mains pour lui faire payer, indépendamment de cette espèce de dossier qu’il lâcha. Soudain, Carl se mit à courir.

Sonny en profita pour passer outre sa douleur à la jambe et se précipiter aux côtés de Rem. Comme ce fameux soir d’octobre où elle avait dû lui tirer dessus alors qu’il s’était métamorphosé en lynx. A l’époque, il s’était effondré, inconscient, perdant du sang. Elle s’était ruée auprès de lui, mettant à son tour du sang partout. Et cela recommencer aujourd’hui. Et comme à Halloween, sauf que là, ce n’était pas un pompier fou, c’était l’homme qu’elle aimait, avec qui elle allait faire sa vie et dont elle portait l’enfant. Alors que ses mains tremblaient et que son cœur manquait d’exploser, elle vit l’arme de Remington. Bon sang, si ça n’avait tenu qu’à elle, elle aurait pourchassé Carl et lui aurait collé trois balles dans la tête. Et si elle devait perdre Remington, elle poursuivrait Carl jusqu’au bout de monde et elle le ferait payer. Oui, s’il lui prenait l’homme de sa vie, elle voudrait le tuer de ses mains, mais ça prendrait du temps. Et du temps, ils n’en avaient pas. Rem avait demandé à ce qu’ils ne laissent pas Carl s’échapper. Il n’était pas dans le pouvoir de Sonny d’accéder à sa requête, mais elle balança l’arme vers le petit groupe, tant pis pour sa vengeance, Rem était prioritaire.

« Tuez ce type, merde ! Et appelez les secours ! Matth, les secours ! »

Puis elle se détourna d’eux et se concentra sur Rem, dégageant ses mains de son ventre pour voir l’étendue des dégâts. Elle releva le haut de Remington. Ça suintait, du sang s’écoulait abondamment. Ce n’était pas comme la dernière balle, c’était grave. Il fallait limiter l’hémorragie avant tout, aussi posa-t-elle ses mains sur la blessure et la compressa. Elle devait lui faire mal, et elle souffrait de le voir dans cet état. C’était de sa faute à elle, il avait sauvé Kensie parce qu’elle le lui avait demandé…

« Mon cœur, j’t’en prie, j’t’en supplie, reste avec moi. T’as promis que tu rentrerais tous les soirs et que tu ne me laisserais pas me coucher seule. Je t’en prie, je dois encore t’engueuler pour ma jambe, je veux pas vivre dans notre maison sans toi. Ne me laisse pas. Ne nous laisse pas. Tiens le coup pour nous, j’t’en supplie… »

Etait-ce le moment de faire une crise d’hystérie ? Non. Etait-ce le moment de révéler à tous le lien qui les unissait ? Non, pas vraiment, mais elle n’en avait rien à foutre. Qu’on le sauve. C’était tout ce qui comptait. Ses mains étaient couvertes de sang, son corps la faisait souffrir, elle pleurait. Plus jamais elle n’irait en randonnée. Plus jamais.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 29 Juil - 22:38

    Non seulement il était con, mais en plus il était pédant. Monsieur je me sens supérieur avait bien besoin d'être ramené sur terre. Une petite critique sur la taille de son pénis et le petit con se mettrait à pleurer pour sa mère. Il n'avait pas de famille, bouhou qu'est-ce qu'il croyait ? Que son histoire était digne des meilleurs films ? S'il voulait que les larmes coulent c'était mal barré parce que j'avais plus envie de le cogner jusqu'à ce que mort s'ensuive. J'avais toujours cru que seule ma soeur pouvait me faire réagir aussi violemment, mais putain ce que ce mec avait besoin d'apprendre cette superbe notion qu'on appelle la vie. C'était pas à cause de moi, qu'on se foutait sur la gueule, comme disait monsieur qui avait besoin de bien apprendre l'anglais. Depuis le début, c'était lui qui nous agressait et qui nous faisait la leçon, mais la simple idée que quelqu'un le remette à sa place était insupportable. Son égo était aussi gros que son cul. Remarque, il en avait bien besoin pour ranger le balais qu'il avait dans le fion depuis sa naissance, sans aucun doute. J'étais prête à lui mettre son sourire supérieur où je pense, j'étais prête à le remettre à sa place bien comme il faut. Je suis la première à me foutre de ma propre gueule et à dire que je suis blonde, mais c'était pas un avorton à la gueule de mouche qui allait me dire quoi penser, quoi dire et comment agir. Mais je préférais qu'il se tourne en ridicule lui-même. C'était toujours au plus grand de faire des efforts et si je savais bien une chose, c'était qu'il avait la mentalité d'un petit garçon de trois ans, persuadé qu'il sait tout mieux que tout le monde. Petit garçon ne deviendra jamais grand, tant pis pour lui. - Il y a une chose dont je suis sûr. On est pas normaux, et je vais pas appelez les secours pour leurs dires "bonjour, on est un groupe d'extra terrestres avec deux fous, z'auriez une place en hélico ?" « Parce que bien sûr à chaque fois que t'appelle les flics t'as besoin de dire que tu viens d'une autre planète. Vue ta gueule, personne te croirait pour un terrien. » Pas le temps pour autre chose. Carl avait décidé d'agir à ce moment-là et il m'était impossible de faire autre chose que d'essayer de l'influencer pour qu'il pointe son arme sur moi.

    Peine perdue. Il préférait passer son nez dans mes cheveux et le dégoût que cet homme m'inspirait était simplement indescriptible. La rousse essayait de s'approcher de Maggie et Sonny, mais le gothique ne se laissait pas faire et j'avais peur qu'il ne tire. Personne n'obéissait à ses ordres, personne ne comprenait que la situation était des plus dangereuses. Tout le monde avait perdu son instinct de survie. Le chacun pour soi n'existait pas chez Genome. Cette randonnée avait été organisée pour renforcer les liens entre les membres et il n'y avait rien de mieux qu'une situation pareille pour prouver qu'il n'y avait rien à renforcer. Un peu plus et j'aurai pu croire que tout avait été inventé pour nous entraîner. C'était ridicule, ça n'avait aucun sens et je savais que ce n'était pas vrai, mais j'avais le cerveau en ébullition, j'avais besoin de continuer à réfléchir, je ne devais pas céder à la panique. Fermer les yeux et respirer aurait été la meilleure solution, mais j'avais besoin d'avoir le maximum d'informations, des informations qui étaient plus visuelles qu'autre chose. La voix de Ross me parvint aux oreilles, je ne pouvais pas tourner la tête pour le voir, mais j'entendais. Je ne sais pas comment il a fait, mais il l'a fait et peu après lui avoir demandé de me lâcher, Carl le faisait. Le soulagement était immense. Maintenant libre de mes mouvements, je pouvais me diriger vers Sonny, comme je l'avais voulu, dès le début. Je voyais maintenant que le flingue était pointé sur elle. La protéger était l'objectif numéro un, mais ce n'était même pas la peine. Carl avait pivoté et tiré. J'étais encore debout, là où j'avais avancé au moment où il m'avait lâché. Matt était touché au bras. Mais le gothique n'en avait pas fini et je n'ai même pas eu le temps de voir ma vie défiler devant mes yeux qu'il tirait à nouveau. Je m'attendais à tout. Je m'attendais à une douleur extrême, à une sensation de froid, à fermer les yeux et à mourir, mais je ne m'attendais certainement pas à tomber par terre, à cause du tireur aux yeux bleus qui venait de me pousser. Il avait prit la balle à ma place et je ne savais pas comment me sentir.

    Matt avait décidé de faire son super zéro encore une fois. Inutile un jour, inutile toujours. Parce que évidemment gueuler sur un mec armé c'est la meilleure des solutions pour qu'il arrête de tirer. Et voilà qu'en plus il se transformait en lampe torche. Je ne voyais plus rien. Gros con ! « Si t'as rien de plus intelligent à dire, Matt, casse toi. Ton utilité est juste spectaculaire. On a pas besoin que ta grande gueule nous enfonce encore plus. Si tu l'ouvres encore une fois je te jure que je te fais avaler ta langue. » Me retourner contre ceux qui étaient 'innocents' n'était peut-être pas la meilleure solution, mais il ne faisait pas partie de Genome, s'était inscrusté dans le groupe comme un con et voilà que maintenant il nous enfonçait plus qu'autre chose. Qu'il crève ou qu'il se casse, mais si par sa faute il foutait encore plus la merde, je le tuerais de mes propres mains et au diable toutes mes résolutions. Je n'avais pas bougé. Je retrouvais ma vision petit à petit, après avoir pivoté légèrement pour ne plus recevoir le rayon de lumière en pleine face. Le mec à la casquette se vidait de son sang, parce qu'il avait décidé de me sauver. L'histoire de Carl était peut-être bidon, mais il n'y avait aucun doute que le mec était dangereux, prêt à tout pour le tuer, alors pourquoi me sauver ? Je n'y comprenais rien. Je n'avais pas le temps d'essayer de comprendre. Le mec au nom chelou, à l'intérieur de la grotte, voulait qu'on l'aide, Sonny voulait qu'on l'aide, mais je ne pouvais pas bouger. Sonny avait poussé un tel hurlement. Pourquoi ? Le connaissait-elle ? Était-il réellement Ranger ? Non, il n'aurait pas tiré alors que nous étions à côté de lui. Les flics n'avaient pas tiré pour protéger mon frère, contrairement au cinglé, qui n'avait pas hésité. Ce n'était pas un ranger, mais pourquoi était-elle aussi désespérée ?

    Je fis un pas en avant au moment où mon sauveur sortit un dossier de sa veste. J'étais la première à ramasser les feuilles qui s'étaient éparpillées au sol. Carl était un violeur, un tueur en série et je comprenais pourquoi il méritait la mort. Il la méritait oui, mais nous n'étions pas ceux qui devraient le tuer. Ce n'était à nous d'être juge et jury. C'était à nous de l'arrêter et le donner aux flics qui l'enfermeraient. Sonny lança l'arme dans ma direction, mais je le regardais glissé sans faire un geste pour le ramasser. Jamais je ne toucherai pareil objet, pas tant que je pouvais m'en empêcher. Je n'étais pas assez loin pour ne pas entendre ses prochaines paroles. Et peu importe si j'étais blonde, il ne fallait pas avoir 138 de QI pour comprendre qui était le mec blessé, pour Sonny. Si je ne savais pas comment me sentir par rapport au geste de l'homme, qui m'avait sauvé, je savais que la seule chose que je ressentais pour ma voisine, était du dégoût. Les choses allaient vite, à l'extérieur, comme à l'intérieur. Du choc à l'incompréhension, de l'incompréhension à la tristesse … j'étais passée au dégoût. Carl était un homme mauvais, mais le mec qui gisait pas loin, ne valait pas mieux que lui. Toutes les pièces se formaient à présent, pour que le puzzle soit enfin complet dans ma tête. Et ce que je voyais, c'était une fille en qui j'avais placé ma confiance, qui était en couple avec un homme qu'elle savait être un tueur. « Qu'il crève. Il ne vaut pas mieux que Carl. » dis-je enfin. Je n'ignorais en rien l'agressivité qui se nichait dans ma voix, ni la haine que j'éprouvais pour mon sauveur autant que pour Carl, ni mon dégoût pour Sonny. Qu'elle crève elle aussi, pour la peine. Elle était complice. Complice de tout ça et maintenant que je savais … qu'elle aille regarder Grey's Anatomy chez quelqu'un d'autre. Qu'elle le regarde chez lui, s'il survivait, avec son gosse, si c'était ce que le nous voulait dire.

    Sans leur jeter un dernier regard, je tendais les feuilles à Ross puis me mettais à courir dans la même direction que Carl. Il ne mourrait pas de mes mains. Si j'avais mon mot à dire, alors il croupirait en prison ce soir. Ils croupiraient tous les trois en prison. Lui pour ses crimes, l'autre aussi et la troisième pour complicité. Je sais que ça me permettrait de mieux dormir. J'avais toujours le briquet de Maggie en main, je courrais derrière Carl, j'essayais d'oublier le crime de Sonny, d'oublier que son mec m'avait sauvé, je voulais juste l'arrêter. Je ne sais pas quand j'ai allumé le briquet. Je n'avais pas oublié que ma tentative de tout à l'heure avait échoué, mais j'avais choisi de miser sur le fait que mes émotions étaient trop instables pour que je puisse faire quoique ce soit. Maintenant que je ne ressentais plus que de la colère, je voulais réessayer. J'étais loin derrière Carl, mais si j'arrivais à contrôler le feu de manière à l'entourer d'un cercle de flammes, ou au moins devant lui afin de l'empêcher d'avancer ou de le ralentir alors j'arriverais à le rattraper. Mon seul problème restait son arme. Comment le désarmer ? Comment l'empêcher de tirer ? Est-ce que brûler ses mains serait plus efficace ?

    Je sentais mon coeur battre contre ma cage thoracique, je sentais mon souffle rapide, je sentais mes muscles brûler sous l'effort, mais je ne ralentissais pas ma course. Il se retournait, me voyait lui courir après. Je devais agir maintenant. La flamme du briquet vint se ranger dans la paume de ma main libre et dans un geste rapide, mais peu précis, je lançais le jet de flamme devant moi, dans l'espoir d'avoir suffisamment d'énergie pour que le feu touche Carl.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 29 Juil - 22:38

Le membre 'Kensie F. Lockwood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 30 Juil - 9:54

Le café. Sonny était la fille rencontrée au café. Mais c’était bien sur, tous les morceaux du puzzle se remettaient en place dans le cerveau de Maggie, qui se félicitait intérieurement pour sa remarquable vivacité d’esprit. Niveau reconnaissance physionomique, elle était au top quand même. Bravo ! Elle adressa un sourire à la jeune fille quand elle lui dit avoir confiance. La rouquine aussi, avait confiance, et quand on fait équipe cela est indispensable. A partir de maintenant, hors de question qu’elles se séparent. En réalité, hors de question que les membres de Genome fassent cavaliers seuls. Aaron tuerait les survivants s’il devait arriver malheur à l’un d’entre eux. Cependant, Kensie n’avait pas tord. L’encourager à se servir de son pouvoir dans une forêt était une idée complètement stupide. En même temps, les balles commençaient à fuser. Donc qu’ils meurent en se vidant de leur sang, troués comme des ballons de baudruche ou bien qu’ils finissent en méchoui, c’était du pareil au même. Elle se contenta donc d’hausser les épaules, consciente que de toute manière, ils ne sortiraient pas tous indemnes de cette satanée randonnée.

La suite des évènements se passa plutôt rapidement pour Maggie qui fut rapidement mise hors course. Un coup de coude bien placé, c'est-à-dire au niveau de la tempe gauche, eut raison d’elle. Elle s’écroula par terre, à moitié inconsciente. Ce type avait de drôles de réactions, pour quelqu’un qui prétend ne rien avoir à se reprocher. Allongée au sol, la terre salissant ses joues et ses vêtements, elle pouvait entendre ce qu’il se tramait. Carl semblait avoir prit quelqu’un en otage, il demandait à ce qu’on lui obéisse mais personne ne le faisait. Son poursuivant s’était rapproché, il avait une voix qu’elle connaissait. Au premier coup de feu, elle essaya vainement de reprendre ses esprits et de se relever, mais c’était peine perdue. Son corps refusait tout mouvement et la situation était frustrante, elle aurait voulu aider. Elle entendait Kensie remballer l’écolo, Ross demander à Carl de relâcher son otage. Matthew qui ne voulait pas appeler les secours par peur que leur condition de mutants soit découverte. Mais bordel, ce n’était pas écrit sur le front !

Un second coup de feu. Cette fois, Maggie ouvrit grand les yeux. Elle vit flou pendant quelques secondes et un mal de crâne affreux commençait à s’emparer d’elle. Elle grogna avant de parvenir à se redresser péniblement. Cet abruti de Carl n’y était pas allé de main morte. Au troisième coup de feu, la rouquine fit un grand effort pour se retourner. Elle eut juste le temps de voir Remington pousser Kensie sur le côté et se prendre la balle qui lui était destinée. Illumination ! Remington, alias le petit copain de Sonny, fana de jus d’orange, rencontré lui aussi au café. Alors qu’elle le vit s’écrouler à terre, touché au ventre, la blonde incendiaire lança une réplique des plus méchantes. Une réplique à laquelle Maggie ne put s’empêcher de répondre.


« T’es désespérante d’ingratitude, Kensie. Il vient de te sauver la vie. Sans lui, c’est toi qui serais touchée. Et dire merci, ça t’écorcherais la bouche ? »

D’un œil indifférent, elle regarda Kensie se lancer à la poursuite de Carl. C’est ça, qu’elle aille se faire tuer. Et la notion du restons groupés, elle connaissait ? Visiblement non. Le plus important n’était pas là, elle devait essayer d’aider Remington. Elle prit sur elle pour se relever et se ruer dans la grotte pour attraper son sac, abandonné là quelques temps auparavant. Elle l’ouvrit, le retourna et s’empara de sa trousse de secours. Il n’y avait pas grand-chose la dedans, quelques compresses, des bandes, du sparadrap, du désinfectant et une grande pince servant à appliquer les compresses sans pour autant les toucher. Elle devrait se démerder avec ça. Au passage, elle s’arrêta au niveau de Matthew, blessé lui aussi.

« Maintenant, t’appelles les secours ! N’importe qui ! Les Powers Rangers ou G.I Joe si cela te chante, je m’en fous. Mais tu te sers de ton putain de téléphone et tu composes le 911. Pour ta gouverne, c’est pas écrit sur notre front que nous sommes différents ! Alors soit t’appelles, soit je te fais bouffer ton piolet. Compris ? »

En se dirigeant vers Remington, elle espérait vraiment que le message soit passé. La dernière fois qu’elle s’était servi d’une arme, elle avait collé une balle en pleine tête à une fille. Faire avaler un piolet à un mec ne devrait pas être beaucoup plus compliqué. Arrivée à la hauteur du blessé et de Sonny, elle s’agenouilla à côté d’eux. Elle déchira le tee shirt ensanglanté pour regarder la blessure. Mince, c’était pas joli.

« Parle lui Sonny. Il ne faut surtout pas qu’il perde connaissance. Racontes lui des bêtises, tout ce qu’il te passe par la tête. »

Maggie s’empara de la pince et la désinfecta. Le plus urgent, c’était d’enlever la balle. Heureusement, grâce à la veste et au tee shirt, elle n’était pas enfoncée trop profondément. Mais cela allait être douloureux. Surtout qu’elle réalisait cette manœuvre périlleuse à vif et surtout, elle était infirmière, cela était le boulot des médecins. C’est la première fois qu’elle le faisait et elle n’avait pas intérêt à se rater.

« Ca va être douloureux. J’y vais à trois. 1… 3 ! »

Sans attendre la fin du décompte, la rouquine extirpa la balle du ventre de Rem et l’envoya valser un peu plus loin. Ensuite, elle désinfecta le tout, prit une compresse et entreprit de la maintenir fermement contre la blessure pour stopper le saignement. Cela saignait beaucoup et bien vite, la compresse s'imbiba et ses doigts furent tâchés de rouge. C’étaient des soins de fortune mais elle faisait avec ce qu’elle avait à sa disposition, elle n’était pas magicienne non plus. D'un signe de tête, elle désigna la boite ouverte qui gisait à côté d'elle.

« Sonny, je vais avoir besoin de toi. Je maintiens la compresse, tu prends les bandes et le sparadrap. On va essayer de bricoler un pansement en attendant que les secours arrivent. T’inquiètes pas, ça va aller. Tu me fais confiance, hein ? »

A l’odeur qui lui arrivait désormais aux narines, c’était mal barré. Kensie venait probablement de foutre le feu à la forêt. Super. Génial. Vive la randonnée.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 30 Juil - 21:53

Avec Maggie à moitié sonnée, Sonny blessée et Kensie tétanisée, Aldo plus calme cherchait encore à comprendre. Ce n’était plus vraiment le moment de jouer les inspecteurs en lançant des interrogatoires ! Ne voyait-il pas que les pouvoirs n’en faisaient qu’à leur tête ? C’était comme s’ils s’étaient mélangés et qu’ils n’appartenaient plus à leur propriétaire. Ne voyait-il pas qu’à la moindre contrariété, le fugitif était prêt à faire un carnage ? Matth dût s’en apercevoir car il perdit son sang froid au lieu de faire ce que plusieurs membres du groupe lui demandèrent, à savoir : utiliser son téléphone satellite pour prévenir les secours. Il s’était vanté d’être un randonneur prévoyant mais il agissait comme un gamin insouciant. Ne voyait-il pas que la situation se dégradait de seconde en seconde ? Si, il le voyait puisque le calme le caractérisant au préalable s'était évaporé. Sans doute dépassé par les événements, il se mit à briller comme une luciole. Etait-ce le frère d'Elizabeth ? Bref...

Contre toute attente, le fugitif, pourtant déterminé, lâcha Kensie mais garda son arme braquée sur Sonny. Visiblement il agissait contre sa volonté et ça ne lui plaisait pas du tout. L’écossais regrettait presque que Remington ait manqué son premier tir. Pour un tueur à gages, il la fichait mal quand même ! Tel qu’il l'avait vu agir lors de la soirée d’Halloween, il n’aurait jamais du rater sa cible. La présence de Sonny dans son champ de vision l’avait déstabilisé, il ne pouvait en être autrement. Ou alors, il n’était pas tueur à gages comme il le lui avait dit lors de sa consultation.

N’ayant pas entièrement le contrôle de la situation, le forcené paniqua un peu plus. Allez savoir pourquoi, il tira sur Matthew puis sur Kensie. L’écologiste se retrouva désarmé et blessé alors que la jeune blonde fut dégagée par Remington qui se prit une balle en plein ventre. Tout partait en vrille ! Le comportement de chacun se modifiait mais ne s'adaptait pas vraiment à la situation d'urgence.

Ne pas le laisser partir. Bien entendu, mais plus facile à dire qu'à faire. Non l’écossais n’était pas volontaire pour mourir. Avec l'arme pointée sur lui, ill ne bougea pas d’un poil. Il tenta tout de même d’analyser rapidement la nouvelle scène du crime. Sonny devenait hystérique et hurlait à qui voulait l’entendre de tuer Carl et d’appeler les secours. Bien sûr ! Tout de suite ! Sauf que Ross n’était pas au mieux de sa forme. L’usage de la capacité empruntée à Aldo l’avait quelque peu déstabilisé. Il venait juste de lâcher Elisabeth sur qui il s’était appuyé quand Kensie lui tendit les feuilles qu'elle avait ramassées au sol. Il les prit et y jeta machinalement un bref regard. Il apprit que le fugitif était un pédophile meurtrier. Quelle horreur ! Il comprenait mieux pourquoi Remington était à ses trousses. Cependant, il ne pouvait excuser le comportement du tueur à gages qui n’avait pas hésité à mettre en danger la vie de personnes innocentes. Là n’était plus la question.

Alors que Maggie se chargeait de convaincre Matth d’appeler les secours de façon très courtoise et de soigner Remington avec les moyens du bord, Ross se mit à la poursuite de Kensie. Cette idiote semblait vouloir suivre l'ordre de l'ancien militaire. L'instinct paternel prenant le dessus, la raison de Ross passait au second plan. S’il ne prêtait pas main forte à la jeune fille, elle allait se faire tuer ! Il ne pouvait pas la laisser seule avec ce détraqué.

Et là, le psychologue remercia son fils Wyatt et son amie Anne de l’avoir poussé à reprendre le footing et à baisser sa consommation de cigarettes durant son amnésie. Il arriva à la hauteur de Kensie au moment où elle usa de son pouvoir ; celui-ci fut trop faible pour atteindre le fugitif. Par contre, la végétation à proximité s’enflamma. L’écossais tira la jeune fille par la main pour contourner le feu. Carl se trouvait à quelques mètres, à la portée de son pouvoir ; aussi fit-il en sorte d’activé sa capacité en visant les fesses de fuyard.

Dés :
Spoiler:
 

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 30 Juil - 21:53

Le membre 'Ross F. McGregor' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 31 Juil - 3:11


Carl (Steve Buscemi)
Brun - Yeux bleus - Quarantaine d'années - 1.75m

Carl continuait à courir. Il commençait à croire que ces pauvres randonneurs n'avaient pas eu le courage de lui emboîter le pas. Tant mieux. Ils n'avaient pas l'air très doués. Même le tireur à gage qui était à ses trousses avait failli et il n'était plus en état de le poursuivre. Encore tant mieux. Celui-ci venait de lui en faire baver depuis deux jours. Il était pire que les autorités, beaucoup plus tenace en tout cas à partir du moment qu'il l'avait repéré. Carl ne savait pas durant combien de temps il allait courir. Il se dit juste qu'une fois qu'il serait en sécurité il se prendrait quelques jours de repos. Et hors de question de recommencer un jogging ou sprint comme celui-ci. Il avait assez donné pour le moment ! Une bonne bière, une cigarette et peut être de l'occupation, voilà ce qu'il lui fallait.

Une odeur de brûlé parvint à ses narines. Il se retourna. Il ne l'avait pas fait depuis quelques secondes, se concentrant sur sa course. La blonde était derrière lui. Et elle était en train de mettre le feu à la forêt. Très intelligent de sa part, vraiment ! Elle voulait faire d'eux tous des humains grillés ! Non mais franchement, elle avait combien de QI ? Pauvre cruche. Qu'elle brûle avec sa connerie, lui il allait s'éloigner de ce feu qui prenait doucement de l'ampleur. Et il ne serait même plus sur place quand les pompiers arriveraient. Il se retourna donc pour se remettre à courir. Sauf qu'il ne vit pas le quarantenaire qui était aussi à ses trousses. Ou peut être qu'il tentait de sauver la vie de l'écervelée.

Il sentit soudain une forte décharge dans le dos. Ne s'y attendant pas, et sous l'impact tout de même assez conséquent, il tomba au sol, ne lâchant toutefois pas son arme. Son dos le picotait fortement, pour ne pas dire qu'il lui faisait mal. Cela commençait à bien faire ! Ces mutants ne comprenaient vraiment rien. Il reprit rapidement appui sur sa main qui ne tenait pas l'arme mais eut du mal à bouger. Son dos le lançait. Il réussit à pivoter en direction de la décharge qu'il avait pris et il le vit. L'homme qui se tenait à proximité de la jeune femme blonde. C'était lui la cause de sa chute et de ses douleurs. De ces gouttes de sueur qui perlaient à son front car il avait mal. Carl tenait difficilement assis. Il s'appuyait tant bien que mal sur sa main.

« Pauvres crétins ! » hurla-t-il à leur intention. Il avait la rage. La forêt prenait feu. Il était blessé. L'homme également apparemment car il se trouvait à terre. « Monsieur veut jouer au héros. Et toi pauvre cruche, ça ne t'a pas suffit que l'autre prenne déjà la balle à ta place. Tu veux un second mort sur la conscience ? Très bien, tu l'auras ! » Carl leva son bras tenant l'arme. Celui-ci tremblait à cause de la douleur. S'il devait mourir dans cette forêt que ça soit d'une balle ou par le feu, il ne partirait pas seul. Il entraînerait quelqu'un avec lui dans la tombe. Et ça serait cet homme pour que cette gamine ait des remords toute sa vie. Il tira. Il visait la tête de l'homme qui était au sol. Il était doué pourtant pour l'atteindre. Durant de nombreuses années, il avait pratiqué le tir. Mais là, avec la douleur dans son dos et sa main qui tremblait. Sans compter que l'homme était à terre, peu glorieux de tirer sur lui on sait, il échoua. Et la balle le toucha à l'épaule gauche. Au mieux il se viderait de son sang. Au pire, il mourrait. Après ceci, notre homme tenta de se traîner difficilement contre un tronc d'arbre. Il y parvint. Il tenait toujours son arme. La sueur était toujours là. La douleur également. Il était aux aguets, prêt à faire de nouveau feu si quelqu'un tentait de l'approcher. Il comptait les balles, calculant combien il lui en resterait avant d'être à leur merci. A moins qu'il ne finisse en cochon grillé avant.


HRP : Nous approchons de la fin. Il serait temps pour vous de sauver vos fesses, surtout si vous ne réussissez pas à éteindre le feu provoqué par Kensie. Vous avez toujours la possibilité de tuer Carl. Ou de le laisser au milieu de la forêt, seul face à son sort.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 2 Aoû - 0:54

Le jeune homme avait eu un peu de mal a suivre tous les événements, trop de monde, trop de mouvement, trop de trop, trop de blonde hystérique qui gueule comme une potache, trop de psychopathes en un seul endroit, trop de balles qui volent, trop de blessures, trop d'information.

Le jeune homme risquait de ne pas tardé à entrer dans une sorte d'état de choc, aussi, alors qu'il s’apprêtait à renoncer et partir en courant, abandonnant tout espoir, il tâcha de faire en sorte de réagir de manière approprié.

Matth prit donc un autre sachet de poudre hémostatique et le jeta à Sonny, Là on pouvait le dire, Matth appliquait à la lettre l'expression « appliqué un pansement sur une hémorragie » mais, que faire d'autre ? Déjà on devait ralentir le saignement ou le tueur « Remington » ? Serait plus vide qu'un cochon égorgé avant qu'on ne réussisse à l'emmener dans une structure médicalisée.
Matth se rendit ensuite compte qu'on lui criait dessus, pas de doute possible, on le sommait d'utilisé son téléphone, ce qu'il fit, atteint d'un curieux calme, serein, après tout, il s'en fichait, il s'en fichait des deux tueurs fous, ils pourraient bien finir griller que ça ne lui ferait ni chaud ni froid...

Griller ? Pourquoi griller ? Quel était cette odeur de feu de bois, un incendie ! C'était vraiment pas de bol ! Un incendie alors qu'ils affrontaient déjà deux tueurs ?

-Bonjour, il y a un incendie qui commence à la Los Angeles Forest, je vous ai envoyé les données géographiques.

Ah, les joies de la technologie, le téléphone avait automatique transmis les coordonnées en longitude et latitude aux équipes de pompiers. Raccrochant sans avoir plus attendu, il se rendit compte que son téléphone était dans sa main pour essayer de sauver un homme, il recomposa donc un numéro, police secours, le 911 si connu :

-Oui, allô ? Nous sommes une équipe de randonneurs, un de nos camarades à était blessé par un forcené, il à fui, on à besoin d'une évacuation médicalisé d'urgence pour une dizaine de personne car ya un incendie.

Les informations fournies par le jeune homme n'était peut-être pas très claires mais elles permettaient de comprendre la situation, situation que étrangement, Matth avait tourné à l'avantage du tueur fou... Pour une raison inconnue il l'avait fait passé pour une victime de l'autre, sans doute ne voulant pas qu'on leurs pose de question... Après tout, quand on y réfléchissait, les seules balles qui avaient blessées les randonneurs étaient celles de carl non ?

Matth retourna donc près des armes de Remington et les jeta au fond de la grotte, derrière plusieurs couches de feuilles, le pistolet et le fusil, pas de question, donc pas de réponse à justifier.
Passant pratiquement en mode automatique, il retourna vers le groupe et leurs lança quelques mots, sachant que l'hélicoptère et les pompiers n'allaient plus tarder :

-Si on nous le demande, c'est carl qui nous pourchassait, pas ce type, on n'a pas de pouvoir et on sait pas ce qu'il nous voulait, on était juste en randonnée, juste en randonnée...

Matth répéta deux fois la partie finale de sa phrase, ce n’était pas faut, mais c'était aussi tellement inexacte. Le jeune homme ramassa ensuite une des feuilles que le tueur numéro un avait fait tombé, espérons que ce dossier ne brûle ou ne disparaisse avant que les secours ne le trouve ou ils risquaient d'avoir des explications à donner.

Matth courut donc sur quelques mètres, retrouvant la trace de Carl, il s'approcha doucement, discrètement, tenant son bras toujours blessé

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 2 Aoû - 0:54

Le membre 'Matthew Stark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 5 Aoû - 8:49

Le bruit, les cris, plus rien n’avait le moindre sens. Elle se foutait royalement de l’engueulade qui avait eu lieu avec Matth ou des trucs bizarres qui s’étaient produits entre Ross, Aldo et Carl. Là, maintenant, ici, Remington était au sol, blessé et il perdait beaucoup de sang. Et Sonny était terrifiée. Elle ne voulait pas de la maison, elle ne voulait pas de sa satanée assurance, elle le voulait lui, et en vie, pas dans une urne sur une étagère. Alors elle compressait sa plaie, elle le suppliait de rester comme s’il pouvait entendre ou faire que son sang s’arrête de couler instantanément.

Puis elle l’entendit. La voix de son « amie » ? Kensie qui souhaitait que Rem crève là, la bouche ouverte et le bide transpercé alors qu’il était dans cet état parce qu’il l’avait sauvée ? Alors là, Sonny n’y comprenait rien. Qu’est-ce qu’elle avait loupé ? Comment pouvait-elle dire cela ? Il manquait une pièce au puzzle là, parce que sa réaction était si… étrange. Plus tôt elle avait parlé de « revivre ça ». Un rapport ? Sonny lui jeta un regard interloqué. Tant d’agressivité, de colère, alors qu’il était dans cet état parce qu’il l’avait sauvée. Qu’elle aille au diable si elle pensait ce qu’elle disait. Ce n’était pas le moment, c’était injuste et elle ne disait pas tout elle non plus. Elle ne savait rien de la vie de Rem, qu’elle ne s’érige pas en juge omnipotent ! Cette histoire, elle se règlerait plus tard, car une telle virulence chez Kensie, ça n’était pas normale. Alors Sonny saurait le fin mot de cette histoire, mais plus tard, quand Remington serait hors de danger et quand sa colère à l’égard de son « amie » serait retombée.

Elle vit Ross s’approcher à son tour et soulever le dossier que Remington avait lâché. Elle les vit. Les mots : « tueur », « violeur », « enfant ». Quel pauvre naze, quelle erreur de la nature, quelle abomination sur pattes. Et il s’en tirait ? Sérieusement ? Il s’en prenait à des gosses et il vivait, alors que Rem était en train de mourir ? Et Kensie qui mettait les deux hommes sur un pied d’égalité en souhaitant la mort de Rem. Ne savait-elle donc pas lire ? N’avait-elle pas de conscience ? Un violeur d’enfants, et un homme qui veut tuer ce dit violeur, il n’y avait aucune équivalence ! Et la jeune fille blonde se mit à courir après Carl, suivie de près par Ross. Soit, qu’elle disparaisse si c’était ce qu’elle souhaitait. Elle avait perdu Capucine, maintenant Kensie… du moment qu’elle ne perdait pas Remington, les choses iraient… Tant bien que mal, mais ça irait.

Elle entendit alors la voix de Maggie sermonnant Kensie. Elle, elle ne semblait pas vouer une haine à Remington. Quelqu’un de son côté, enfin ? Qu’importe, ce n’était pas le moment de compter les points. Mais Maggie semblait en avoir dans le coffre, tant elle engueula Matth. Il n’avait toujours pas appelé les secours ? Mais déjà Sonny observait les gestes de Maggie qui inspectait la plaie de Remington. Elle avait l’air de s’y connaitre et Sonny était trop apeurée pour l’empêcher… Ses gestes semblaient ceux d’une professionnelle, elle était médecin ? Quelque chose comme ça ? Qu’elle lui parle ? Mais elle allait l’achever le pauvre ? mais soit.

« Rem, Rem, écoute-moi, j’t’en supplie, lui dit-elle en prenant son visage entre ses mains ensanglantées, laissant le champ libre à Maggie pour inspecter la blessure de Rem. Ecoute-moi. Tu as dit que tu serais là, il faut que tu restes là. Parce que mon coco, tu n’échapperas pas au déménagement. Tu crois que je vais m’en charger toute seule ? Tu veux vraiment retrouver notre lit à Dallas, notre table à Chicago et nos placards à New-York ? Parce que je suis capable de le faire, juste pour que tu fasses ta tête blasée et que tu me dises que je suis désespérante… »

Elle était tellement concentrée à essayer de capter sn regard qu’elle ne vit même pas Maggie s’emparer de sa trousse d’urgence, en sortir une pince… elle entendit juste que ça allait être douloureux. Non, il irait, il tiendrait. Après toutes les tortures qu’il avait subies, il ne pouvait que tenir. Mais son corps se cambra au moment où Maggie fit sortir la balle et Sonny redoubla ses inutiles caresses, allant jusqu’à déposer un baiser sur les lèvres de Remington pour y tuer tout cri qui voudrait s’échapper. Puis soudain, par pur hasard, elle releva les yeux et vit que Matth lui balançait un sachet de poudre. Alors ça existait vraiment cette poudre de McGyver qui fait arrêter le sang de couler ? Dingue. Si Rem n’avait pas été à l’agonie dans ses bras, elle aurait certainement entonné le générique de la série. Alors que Maggie tentait de comprimer la plaie, Sonny lui montra ce que Matth lui avait donné et déversa la poudre sur la blessure avant de s’emparer des bandes et du sparadrap. Autant prendre toutes les précautions nécessaires. Hors de question de jouer avec sa vie.

« J’ai confiance. Sauve-le moi… C’est quoi, cette odeur de fumée ? »

Ah non hein ! Non, pas d’incendie en plus ! Pas de feu ! Rem mourant et un incendie autour d’eux, la vie n’était donc qu’un perpétuel recommencement, un cercle vicieux qui vous condamne à revivre toujours et encore les pires drames de votre vie ? Etait-ce Kensie qui était à l’origine de ce feu naissant ? Là, le peu de compassion que Sonny éprouvait encore pour son amie s’évapora. Peut-être qu’il reviendrait dans quelques temps, mais là, elle la dégoûtait. Elle se permettait de juger, de condamner un homme à terre qui lui avait sauvé la vie et que faisait-elle ? Elle allait tous les faire cramer, Carl compris. Tant de morts sur la conscience, d’autant qu’elle savait à quel point Sonny redoutait le feu. Voilà comment on devient juge, parti et bourreau, Kensie Lockwood… Elle allait crever à égalité avec les deux hommes, voilà tout. Même elle ne méritait pas ça, mais là, Sonny ne pouvait pas faire grand-chose, à part continuer à panser la plaie de Remington.

Un coup de feu retentit. Sonny releva la tête. Non, elle était en colère contre Kensie, et quand elle disait qu’elle méritait de crever c’était une façon de parler ! L’univers n’allait pas la prendre au mot tout de même ! Parce que même en colère, Kensie restait Kensie, et cette réaction qu'elle avait eu n'était pas digne d'elle et méritait quelques explications. C’est alors que Matth eu la brillante idée d’enfin appeler les secours. Bon, les pompiers d’abord car ses précieux arbres allaient mourir puis il se rendit compte qu’il y avait une vie humaine en jeu, peut-être même deux, au bruit de la détonation. C’est qu’il devenait efficace, et Sonny pour une fois était plus que d’accord avec lui quand il cacha l’arme de Remington et proposa que tous se tiennent à la même version des faits. Sonny hocha la tête, et lui lança un regard de gratitude. Oh, elle n’appréciait toujours pas Matth mais finalement, il n’était peut-être pas si incompétent et traitre qu’il n’y paraissait. Puis il disparut à son tour dans la forêt.

« J’ai peur du feu Maggie… »

Sous-entendu, je risque de paniquer comme une tarée si les flammes s’approchent.

« Mais il y a eu un coup de feu là-bas, vas-y, mais sois prudente, je… je reste avec lui. »

Si elle avait fui pour sa vie en juin dernier, cette fois, elle attendrait. Jusqu’à la dernière seconde s’il le fallait mais elle resterait avec lui. Ou alors elle le trainerait, mais il risquerait de souffrir et elle ne voulait pas aggraver ses blessures. Les secours avaient été appelés, ils finiraient par arriver… si seulement ils pouvaient arriver avant qu’ils finissent rôtis comme des poulets. Kensie… éteins ce feu !

« Rem, si tu meurs, je te jure que je vais tuer Carl, et je vais partir en vrille à cause du feu, elle s’empara de la main de Rem et la posa contre son cœur, tu sens comme il bat n’importe comment, c’est mauvais pour moi tout ça et je sais que tu surveilles ma santé de plus près que tu ne le laisse croire… Alors si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour moi, tu tiens le coup jusqu’à l’arrivée des secours, compris ! »

Et elle jeta un coup d’œil en direction de la fumée… faites que tout aille bien… faites que tout aille bien…

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 6 Aoû - 2:18

Lui sauter dessus, ne pas lui sauter dessus ? Elizabeth hésitait ; elle ne suivit pas vraiment le reste de ce qui se passait. Elle ne pouvait pas rester sans ne rien faire, mais elle ne voulait pas non plus que son geste déclenche un nouveau tir qui atteindrait quelqu’un. Elle ne fit finalement rien, Ross parla, puisqu’il était près d’elle, elle porta tout compte fait attention à quelque chose. Elle ne voyait pas trop la logique de ce qu’il disait. Le début était normal, mais la suite… elle n’en savait rien, c’était plutôt bizarre. Il s’appuya ensuite contre elle et elle ne le repoussa pas. Il fallait espérer qu’il ne leur fasse pas une crise cardiaque en plus. Il semblait être trop jeune pour ça, mais ça pouvait arriver n’importe quand tout de même. Sauf que ce que Ross venait de dire sembla... toucher ? les cordes sensibles de Carl, car il lâcha la blonde, continuant de pointer son arme sur la brune. C’était une petite amélioration. Ou pas. Il y eut un nouveau coup de feu. En direction de Matt qui dû lâcher ce qu’il avait en main, touché au bras. Puis, un autre coup de feu, Kensie ne fut pas touchée, on l’avait poussé. C’était le premier tireur qui avait fait ça. Sonny cria. Un très grand non. Un trop grand non pour un simple inconnu. Elle ne s’en préoccupa pas. Il y avait une arme pointée dans leur direction. Pointée très près d’elle. Sur Ross qui était toujours appuyée contre elle. Il se mit à reculer en direction de la forêt, disparaissant en courant quelque instant plus tard. Elle regarda les papiers, lisant vite fait. Elle se mit aussi à courir après la blonde, sans trop savoir pourquoi, plutôt que de rester là et aller vers les blessés. Elle n’entendit que quelques mots pendant qu’elle s’éloignait, rien n’était clair.

Kensie fit sortir du feu du briquet. Ce qui était logique puisqu’un briquet servait à ça. Sauf qu’il y eut un peu trop de feu pour un simple briquet. À part mettre le feu partout, ça ne fit pas grand-chose. Le fuyard s’écroula après que Ross lui ait tiré dessus avec… un rayon. Puis, il tomba sur le sol lui aussi et Carl lui tira dessus, reculant ensuite lentement. Elle bougea ensuite lentement, se dirigeant vers Ross. Elle avait déjà laissé des blessés là-bas, alors elle n’allait pas en laisser un autre. Elle regarda la blessure. Elle mit une compresse. C’était sommaire, mais avec le feu, elle ne pouvait pas passer une éternité sur son épaule. Surtout qu’il était par terre. À plat. Enfin, c’était le terme qu’elle utilisait lorsque ça lui faisait ça avec son pouvoir. Elle ne vit pas Matt, tout comme elle ne vit pas ce qui se passa ensuite, concentrée sur Ross. Carl pourrait finir brûlé. Il était vrai que même si elle ne pensait pas qu’ils devaient le tuer, peu importe ce qu’il avait pu faire, elle n’allait pas non plus essayer de le sauver. Il n’avait pas la priorité comparativement à d’autre. De toute manière, elle ne savait même pas où il était parti. Pas très loin probablement si elle se fiait à la vitesse à laquelle il allait précédemment, mais elle s’en fichait bien. Tant qu’il ne tirait plus, ça lui était égal. « Kensie… tu peux éteindre ce feu ? » lui demanda-t-elle. Elle ne savait pas du tout si elle pouvait éteindre ce qu’elle avait allumé. Elle semblait épuiser. La fumée, la chaleur, n’aidait en rien du tout aussi. Elle fouilla une nouvelle fois dans son sac à dos, en sortant une veste. Elle noua les bras ensemble, essayant de faire une écharpe improvisée qu’elle lui mit au bras, faisant attention à son épaule. Le prendre par les pieds et le tirer ou bien essayer de le relever, en espérant qu’il soit assez fort pour ? Elle le tira finalement par les pieds, s’il était assez fort pour se lever, il le lui dirait. Ça n’allait probablement pas être agréable pour lui, mais il y avait urgence. Elle voulait essayer de l’éloigner le plus possible du feu, de l’arme qui était elle ne savait où. Le plus possible, elle n’était pas Wonderwoman. Elle espérait aussi que quelqu’un ait finalement appelé les secours.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 7 Aoû - 14:20

Qu'ils ne s'approchent pas sinon il ferait feu. Il reprenait lentement son souffle mais la douleur était bien présente. Et ce feu également. Espèce de blonde sans cerveau qui n'avait rien trouvé de mieux à faire que d'allumer un incendie. Très intelligent ! Elle l'avait mis en rogne. Il aurait eu la force, il se serait levé, puis il l'aurait attrapée par les cheveux et lui aurait cogné la tête contre un tronc d'arbre jusqu'à ce que son crâne se fracasse et qu'on commence à voir les morceaux de sa cervelle. Celle-ci ne devait pas pesée bien lourd, non mais quelle idée de mettre le feu. Il vit apparaître l'homme aux rangers sur qui il avait tiré. En matière de discrétion on faisait mieux. La rousse était là également, tentant de traîner le quarantenaire qui était au sol. Carl tenta de se lever. Il ne réussit pas. Quelque chose le bloquait. Des racines ? Mais depuis quand étaient-elles là ? Son bras se leva alors en direction de la blonde. Il tira, visant la tête. La balle fendit l'air, passant à proximité d'un feuillage. Elle poursuivit sa route et alla toucher la femme entre les deux yeux. Ça en était fini. Elle était morte. Plus de blonde. Plus de sans cervelle aux idées brillantes. Plus de feu ? Et bien non, ce ne fut pas ce qui se produisit. En réalité, Carl tira bien. Mais il rata la blonde de peu. La balle alla se loger dans un arbre à proximité d'elle. Manqué. Par contre le feu ne le manqua pas. Il le voyait prenant de l'ampleur. Plusieurs arbres étaient déjà en flammes. Ça sentait le roussi. Et là il s'aperçut que c'était les poils de son bras qui étaient en train de brûler. Une feuille en flammes s'était posée dessus et il ne l'avait pas vu, concentré qu'il était à tenter de tuer la blonde. Il secoua son bras en jurant. Il tenta encore une fois de se relever mais en vain. Toujours ces fichues racines. Et cette fumée qui commençait à prendre une certaine proportion, accompagnant les flammes. La forêt était en feu. Merci Kensie. Eux avaient encore une chance de s'en sortir. Mais lui ? Il doutait qu'ils viennent lui ôter les racines qui lui bloquaient les jambes. Une branche en feu se détacha d'un arbre, tombant sur lui. Carl poussa un hurlement. Il prenait feu. Il se tortillait mais n'arrivait pas à l'éteindre. Ses vêtements s'embrasaient. Son corps aussi. Il commençait à sentir le cochon grillé. De nouveau il hurla, tirant au hasard. Peut être qu'il en toucherait un avant de mourir. Il n'eut pas conscience que des hélicoptères se rapprochaient, arrivant dans leur direction grâce à la position donnée par Matthew. Il continuait à hurler. Très vite, on ne l'entendit plus, il n'y avait plus que cette odeur si particulière de la chair brûlée.

HRP : Carl est mort. Le feu prend de l'ampleur et ne peut pas être éteint. Plusieurs hélicoptères arrivent et vont se poser un peu à l'écart du départ de l'incendie, près d'un cours d'eau. A leur bord, des médecins urgentistes mais également des pompiers qui resteront sur place pour tenter de ralentir la progression du feu pour que les blessés soient évacués et en attendant que les canadairs arrivent. Il est temps pour vous de vous sauver en prenant place dans les différents hélicoptères. Vous pouvez faire intervenir les PNJs pour ceux qui ont besoin.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 7 Aoû - 17:43

Personne ne pouvait se douter de ce qui se passait dans ma tête à cet instant. Même pas Sonny qui me connaissait. Mon esprit était torturé entre deux options. J'avais une mission à accomplir. J'étais un tueur à gage, et il fallait que je mène mon contrat jusqu'à sa réussite, même si ça devait me coûter la vie. C'était une ligne de conduite que je tenais depuis plus d'un an que l'Agence m'avait recruté. Exécuter par tous les moyens. Frôler la mort s'il le fallait. Être blessé si ça le nécessitait. Mais avoir le résultat. J'étais de ceux qui jouent avec leur vie, qui leur accorde peu d'importance et qui étaient prêts à mourir. C'était sans doute pour cette raison que j'avais autant de résultat. Quand beaucoup se raccrochait à la vie, je jouais avec la mienne. C'était comme si j'étais au volant de deux voitures fonçant l'une sur l'autre. Soit elles se percutaient, soit l'un des chauffeurs prenait peur et décidait de changer de trajectoire avant que l'inévitable ne se produise. Et je n'étais pas ce chauffeur mais celui d'en face qui ne tournait pas le volant. J'avais donc cette mission et il fallait que je me relève pour l'accomplir, tant pis si je me vidais de mon sang.

Le problème, c'était que la balle était mal positionnée et m'empêchait de le faire. La douleur était présente je serais les dents. Mais ce n'était pas ça le plus important non. Il y avait Sonny et les promesses que je lui avais faites qui entraient en contradiction avec ma façon d'agir pour accomplir mes contrats. J'avais promis de rester en vie et de rentrer tous les soirs. C'était la théorie. La pratique, c'était qu'elle n'était pas censée connaître mes méthodes ni être présente. Cela posait un problème et non négligeable. Si je tentais de me relever, elle était bien capable de s'asseoir sur moi, quitte à m'appuyer sur le ventre pour m'empêcher de bouger. Mon contrat foirait. Cela allait être un échec. Et si Carl s'en tirait, je serai dans l'obligation de le poursuivre jusqu'à le tuer. On n'abandonnait pas un contrat. Et je sous traitais rarement. Alors que faire, que dire ? Une phrase du genre « désolée mon ange, tu dois me laisser faire c'est mon boulot ». Elle m'aurait assommé avant même que je la termine. Fichtre. Je n'avais plus aucun contrôle, même pas sur mon corps qui refusait de bouger. Seuls mon regard se posait sur elle et la fixait alors qu'elle leur demandait de tuer Carl. Et non, c'est ma cible ! Quand j'avais dit de ne pas le laisser partir, c'était de me le garder vivant car je n'hésiterai pas à le tuer si eux prévoyaient de le remettre à la police.

Je sentis ensuite que les mains de Sonny se posèrent sur les miennes pour les dégager de la plaie. Allez, pas d'inquiétude, ce n'était qu'une blessure bénigne. Et ce, même si j'avais les mains pleine de sang. J'avais vu pire non ? Surtout quand elle m'avait tiré dessus alors que j'étais en lynx. Peut être pas en fait. La douleur me semblait différente. Un peu plus importante. Et je retins un juron quand elle se mit à appuyer sur la blessure avec ses deux mains. Je ne fis aucun commentaire. Je savais que son but n'était pas de me faire mal mais de ralentir le saignement. « Je suis certain que tu as fait exprès de te mettre sur la trajectoire de ma balle... Tout ça pour avoir une cicatrice en plus... Et tenter de rivaliser avec moi... » Ce n'était pas le moment de plaisanter. Pourtant ce fut plus fort que moi. Je voyais son inquiétude sur son visage, ses larmes qui coulaient le long de ses joues. Je la faisais souffrir encore une fois, bien malgré moi. Je m'étais pourtant promis de ne plus le faire. Décidément, je n'arrivais jamais à la tenir cette promesse...

J'en avais une autre à tenir. Celle de rester en vie et de ne plus les abandonner, elle et notre futur enfant. Il fallait que je me concentre sur celle-ci même si la blonde que j'avais écarté de la trajectoire de la balle souhaitait ma mort. Sa réaction ne me fit ni chaud ni froid. Quelque part je la comprenais, du moins je tentais. Si je me promenais tranquillement et me retrouvais au milieu d'une chasse à l'homme avec un tireur qui n'hésite pas à faire feu en m'effleurant, je crois bien que j'aimerais qu'il crève aussi. J'aurais peut être même ramasser l'arme pour l'achever une fois qu'il aurait été au sol si j'avais été à sa place. Je ne savais pas qui était cette fille pour Sonny. Peut être une amie, une membre de son groupe. Peu importait. Elle pouvait partir et se faire tirer dessus comme un lapin par Carl, ce n'était plus mon problème. Je l'avais sauvé une fois. Et si j'avais été en état de me relever, il y avait peu de chance que je recommence. Qu'ils se chamaillent entre eux, cela me confortait dans ma décision de toujours évoluer seul, sans l'aide de personne. Je n'avais pas besoin d'avoir des partenaires. Pour cette raison que j'avais sous traité le contrat sur Jefferson. Il aurait fallu que je coopère avec des membres de l'Agence. Carl me semblait plus approprier comme cible pour mon profil. Alors je m'étais concentré sur lui.

Eh ! Cette rousse avait-elle vraiment des connaissances en médecine ? Je venais de la voir revenir avec une trousse de secours. Et la pince qu'elle sortit ne m'inspira guère confiance. Pas que j'étais trouillard, loin de là. Mais si elle s'improvisait médecin et m'ôtait la balle juste parce qu'elle pensait qu'il le fallait, je préférais la garder en moi encore quelques temps. Elle était bien dans mon corps non ? C'était chaud, il y avait du sang et si ça se trouve l'endroit où elle s'était logée était confortable et douillet. Bon ok je remballe mes pensées. Je les aurais exprimées, je crois que je me serais pris un coup par Sonny, un pur réflexe entre deux larmes. Déjà qu'elle me prenait le visage entre ses mains, me forçant ainsi à me redresser un peu. Je retins une grimace et l'écoutais. Je n'avais que ça à faire de toute façon, impossible de m'extraire à son bavardage. Et puis elle avait eu les encouragements de la rousse pour me parler. Cette femme était folle. Pourquoi inviter Sonny à ne pas arrêter de me parler alors que c'était une chose qu'elle savait si bien faire. Elle voulait ma mort en fait, c'était ça !

« Tu n'as pas besoin de perdre les meubles pour être désespérante.. » Elle l'était rien qu'avec son sucre. C'était une chose qui me blasait. Je ne comprenais pas qu'elle pouvait ingurgiter des gâteaux alors qu'au contraire, c'était un supplice pour elle de boire un simple jus d'orange quelque peu sucré. J'entendis la voix de la rousse qui dit que ça allait faire mal. Alors donc, elle voulait vraiment me l'ôter cette balle. Je n'avais vraiment pas de chance. Carl m'échappait et en plus on me soignait avec les moyens du bord. Il était peut être temps de faire une prière pour qu'elle ne rate pas son coup. Si encore j'avais été croyant, j'aurais pu le faire... Je me doutais du coup. Elle ne compterait pas jusqu'au bout. Je sentis la pince s'immiscer dans ma chair, cherchant la balle. La douleur fut fulgurante. Horrible à supporter. On me torturait de nouveau. Mon corps se cambra et se raidit sous cette douleur. Je lâchais un grognement mais celui-ci fut étouffé par les lèvres de Sonny collées contre les miennes. La douleur se fit ensuite moins intense. Torture finie ? Non, je sentis qu'on versait quelque chose sur la plaie. J'eus une légère grimace. « C'est presque pire que l'Irak avec vous.. » En fait non, les tortures que j'avais subi à la guerre avaient été plus horribles. Mes bourreaux n'avaient jamais tenté de me soigner. J'avais tenu par la simple force de l'esprit. Et je tiendrai encore cette fois-ci. Aussi longtemps que je pourrais. Et puis j'avais une motivation à présent.

J'entendis un coup de feu. Carl ! Je tentais de m'appuyer sur mes bras mais c'était comme si la force leur avait été ôté. Et puis il y avait cette odeur de brûlé qui commençait à arriver jusqu'à nous. La forêt prenait feu ? Chouette il ne manquait plus que ça. Je ne savais pas qui était le fautif mais je le remerciais pour cette connerie dont on aurait pu se passer. Peut être qu'une fois que le bandage autour de mon ventre serait bien serré, je serais en état de me relever. Et si je tenais sur mes jambes, je pourrais peut être m'élancer également à la poursuite de Carl. Et récupérer mon arme que l'homme aux rangers avait caché. Mais je sentais mes forces diminuer. Mon esprit tenait mais je sentais que mon corps commençait à partir en vrille. Car j'avais perdu trop de sang ? Peut être qu'il me faudrait une transfusion, je ne savais pas. J'avais froid en plus. C'était une chose qui ne m'arrivait jamais. Et j'avais cette impression comme si un parasite venait brouiller mes yeux, détériorant ma vue. Je devais absolument reprendre le contrôle. Comment je ne savais pas. Je refusais de partir en vrille ainsi. Et il n'y avait pas que moi. Sonny me parlait encore. Ses premiers mots me parvinrent comme dans un brouillard. Sa main pleine de sang prit la mienne qui n'était pas mieux et tâchée également. Elle la porta à son cœur. Bon, il n'y avait pas que mon cœur qui connaissait des pics bizarres. Le sien également. Mauvais pour sa tension ça. Et j'étais démasqué. Je pensais qu'elle ne se doutait pas quand je l'observais discrètement, me demandant comment elle allait. Que je jetais un œil quand son portable vibrait pour voir si elle prenait ses cachets. En matière de filature et de discrétion, je n'étais pas discret apparemment avec elle. Ma main bougea, quittant son cœur pour venir agripper ses doigts. Je les serrais, exerçant cette pression si familière et qui nous appartenait, signifiant que tout irait bien. « Je tiendrai ma promesse... » Et ce, même si je sentais que mon esprit se détachait, comme si j'allais perdre connaissance. J'entendis dans le lointain le bruit des hélices d'hélicoptères qui se rapprochaient. Les secours qui devaient arriver. Je ne les vis pas dans mon champ de vision au dessus des arbres. Mes yeux se fermèrent et j'eus plus conscience de rien. La pression de mes doigts sur ceux de Sonny se relâchèrent. J'avais perdu connaissance et cette fois mon contrat était vraiment foiré.

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 7 Aoû - 23:49

Ross voulut se relever mais son corps refusa d’obéir. La concentration mise dans l’utilisation intensive de sa capacité l’épuisa. Il resta affalé au sol quelques secondes à peine. Ne voulant rien laisser paraître, sans dire un mot, il fit d’énormes efforts pour se remettre en mouvement. Le crépitement de la végétation en feu masqua le bruit du coup de feu tiré par le fugitif. Et là, il sentit une vive douleur à l’épaule gauche qui le fit grimacer. Machinalement, il porta sa main droite à son épaule puis devant ses yeux. Malgré sa vue trouble, il constata l’étendue des dégâts. Le sang ne coulait pas à flot mais ce n’était pas une simple égratignure. La balle était plantée dans son épaule et lui faisait un mal de chien. Dans un sens, c’était une chance car ainsi logée, elle permettait à l’écossais de ne pas se vider de son sang trop vite.

Ross n’entendait pas ce qui se tramait autour de lui. Le feu prenait de l’ampleur et avalait les bruits alentour. Il ne distinguait que des silhouettes se trouvant à deux mètres de lui, pas plus. Inutile de préciser qu’il ne vit pas Matth s’approcher de Carl. Les deux hommes étaient trop loin. Par contre, il vit Elizabeth s’accroupir et lui faire un pansement de fortune. Celui-ci ne soulageait pas la douleur mais limitait la coulée de sang. Toujours incapable de se mettre sur ses jambes, il se laissa traîner sur quelques mètres, essayant tant bien que mal d’aider la jeune femme qui le tirait par les pieds. Chaque mouvement lui arrachait une grimace de douleur mais il n’avait pas le choix. Il ne voulait pas mourir grillé comme un poulet. Il voulait sauver sa peau et rentrer chez lui, retrouver son fils Wyatt et son amie Anne. Il devait tenir le coup, coûte que coûte. Une détonation parvint alors à ses oreilles suivit de peu d’un hurlement déchirant. La nuit commençait à tomber.

- Kensie ? Où est Kens… ? S’inquiéta-t-il sans savoir si ce qu’il dit fut audible.

De toutes les façons, même si une personne répondit, Ross n’entendit rien. L’image de Wyatt et d’Anne se dessina précisément dans son esprit. Il tenta de tendre la main vers les deux êtres qu’il aimait le plus au monde. « Pardon » voulut-il leur dire sans y parvenir. La fatigue, la chaleur, la fumée, la blessure, la douleur et l’inquiétude eurent raison de lui. Malgré sa volonté de rester conscient, il perdit connaissance. Tout ce qui se déroula ensuite lui passa au-dessus, ou en-dessous.

La vie dans un environnement inhabituel, avec un minimum d’équipement, pouvait être facile et agréable ! C’était ce qu’il s’était dit après que son ami Aaron l’ait convaincu de participer à cette randonnée. Oui mais c’était sans compter sur la présence d’un détraqué et d’un tueur… Un seul grain de sable pouvait enrayer une machine bien huilée ; alors que pouvaient faire deux grains de sable en pareilles circonstances ? La mettre hors service ? Ross était cette machine qui était transportée à l’hôpital de Los Angeles. Etait-il évanoui ou dans le coma ? A moins que la mort ne l'attende au tournant ?

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mer 8 Aoû - 17:36

Effet de ralenti. Rétrécissement du champ. Plus rien n’existait en dehors de Remington et du sang qu’il perdait. Parce qu’en mourant, il emporterait Sonny avec elle. Peut-être pas concrètement, physiquement, mais mentalement, elle ne serait plus jamais la même. Une coquille vide, un fantôme, une ombre. Voilà ce qu’elle serait. Etait-ce donc cela, la vie qu’il avait choisie et qu’il lui imposerait ? Et qu’elle avait acceptée ? Une vie qui se défiait de la mort, qui la côtoyait jour et nuit ? Ne pouvait-il pas avoir un minimum de considération pour sa vie maintenant qu’il n’était plus seul et que deux autres vies comptaient sur lui ?

Elle l’entendit. Il… plaisantait sur la balle qui avait ricoché et qu’elle s’était prise à la cuisse. Une vieille plaisanterie entre eux. Comment une plaisanterie pouvait-elle être « vieille » après moins de trois mois de relation ? Mais soit…

« Et je suis certaine que tu as fait exprès de te mettre sur la trajectoire de sa balle… Tout ça pour avoir une cicatrice en plus... Et m’empêcher de rivaliser avec toi... »

Allez, on parle et on applique à la lettre les consignes de Maggie qui semblait connaitre la marche à suivre. Alors, on la suit et on ne pose pas de questions. Elle n’avait même pas prononcé ses mots en rigolant, sur le même ton que Remington. Elle n’était pas parvenue à faire semblant, à être légère. Non. L’homme de sa vie était en train de se vider de son sang et c’était intolérable. Elle aurait voulu être forte et ne pas pleurer, pour lui. Mais c’était au-dessus de ses forces. Largement au-dessus. Tout se mélanger dans son cœur. Ça, la colère de Kensie, la peur, le feu, les explications que tôt ou tard on viendrait lui réclamer. Elle le sentit. A cet instant, elle allait tout perdre : perdre ses proches ou perdre Remington. Voire les deux. Sonny, ou l’art de se fracasser en beauté.

Alors elle parlait à Remington car lui seul comptait à cet instant. Genome, Kensie, Ross, sa famille, ses amis, ses devoirs envers l’organisation, sa soif de vengeance, plus rien n’avait autant d’importance que lui. Sans les autres, la vie serait pénible et dur. Sans Rem, elle n’aurait plus de vie du tout.

Il parlait encore. Pour lui dire qu’elle était toujours désespérante. Peut-être, mais là, c’était la situation toute entière qui l’était. Tout comme ce baiser qu’elle lui imposa au moment où Maggie arrachait la balle nichée dans son ventre.

« En Irak il s’est passé quelque chose… une chose qui n’arrivera pas aujourd’hui car tu es pus fort, et je suis là. »

Oui, bon, elle ne servait à rien, mais soit. Elle espérait aussi et surtout qu’il ne se transforme pas en lynx comme à l’époque, car là, la situation serait plus que catastrophique, parce que personne n’hésiterait à lui tirer dessus. Il fallait qu’elle lui parle, pour maintenir son esprit éveillé, qu’elle lui montre à quel point elle avait besoin de lui. Et il le comprit en serrant ses doigts. Il était encore là et il resterait là. La promesse de ne pas l’abandonner était encore dans son esprit. Et elle entendit le bruit si caractéristique des hélicoptères, enfin ! Sauf que le temps qu’elle regarde en l’air, la main de Remington glissa…

« NON ! Rem non ! Tu as promis ! Rem ! Rem t’endors pas ! Reste avec moi ! REM ! »

Sa vue se brouilla de larmes. Remington gisait inconscient. Elle avait beau le secouer comme un prunier rien y fit. Ses yeux demeurèrent clos et aucun mot ne franchit la barrière de ses lèvres. Elle sentit le vent violent, charrié par les hélices et se pencha sur le corps de Remington pour le protéger. Dans les films, il y a toujours un ralenti, où la musique s’arrête. On ne voit alors plus que la souffrance des personnages. Tel était cet instant. Elle se sentit arrachée à Remington par les urgentistes. Elle entendit quelqu’un dire qu’il y avait un second blessé. Qui ? Que les pompiers allaient s’occuper du feu. Elle le vit faire les premiers soins. Un homme lui demanda comment allait sa jambe. Cela faisait trop, elle n’arrivait plus à suivre, à assimiler tout ce qui se passait.

« Je veux rester avec lui ! »

Clair, net et précis. Etait-elle convaincante ou pathétique, peu importe, les urgentistes la laissèrent grimper dans l’hélicoptère qui emportait Rem. Maggie les suivit. A l’intérieur, elle entendit la radio. Un homme d’une quarantaine d’années avait été blessé. Ross ? Les médecins s’affairaient autour de Rem et Sonny était plus que perdue. L’engin s’envola. En bas, le feu brûlait toujours, mais les pompiers étaient à pied d’œuvre. Les autres étaient peut-être encore là-bas… Dans les airs, il y avait Rem, entre la vie et la mort.

Plus jamais elle ne partirait en randonnée, surtout pour resserrer des liens. Aujourd’hui, les liens s’étaient défaits. La belle tapisserie de sa vie s’effilochait… Et qu’arriverait-il après ? Pourrait-elle raccommoder les choses, ou tout recommencer ?

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 9 Aoû - 12:22

Plus jamais elle n’irait en randonnée ! Plus jamais elle ne se porterait volontaire pour une quelconque excursion organisée par Genome. Le Blue Lake avait été une véritable boucherie et aujourd’hui, cela n’était pas franchement mieux. En plus, Aaron allait la zigouiller ! Sonny s’était mangé une balle en pleine cuisse, Kensie avait probablement foutu le feu à cette maudite foret et Ross… Bah Ross, elle n’en savait rien. Tout ce dont elle se rappelait, c’était l’avoir vu s’élancer à la suite de Kensie. Elle espérait réellement qu’il ne leur soit rien arrivé. Mais le coup de feu qui avait retenti n’augurait rien de bon. Elle voudrait les aider mais sa mère ne lui avait fait que deux mains et là, elle était occupée à arranger la blessure de Remington du mieux qu’elle pouvait. Mais elle n’était pas médecin et elle n’avait pas les instruments adéquats. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était réduire le saignement, à défaut de pouvoir le stopper. Sonny remplissait son rôle à la perfection, elle parlait et elle pleurait. Mais dans son cas, qui ne pleurerait pas ?

Maggie suivit l’écolo du regard. Ah oui, très intelligent. Un fou furieux les canardait et lui tout ce qu’il trouve à faire, c’est planquer la seule chose qui pourrait sauver leur peau. L’arme de Remington se trouvait maintenant quelque part dans la caverne. Elle haussa les sourcils aux conseils qu’il donna ensuite, préférant se taire. Quand Sonny versa la poudre sur la blessure de Remington, la rousse grimaça. Leçon n°1 : Ne pas mettre n’importe quoi sur une plaie. Dans un sens, elle ne savait pas trop ce qu’il y avait la dedans et venant d’un type qui cachait son seul moyen de survie au fond d’une caverne, Maggie n’avait pas vraiment confiance. Tant pis, c’était fait maintenant. Sonny lui demanda ensuite d’aller voir ce qu’il se passait un peu plus loin, là où se trouvaient Kensie et Ross.


« Je reviens. Les secours ne devraient plus tarder. »

Elle se releva et tourna les talons. L’épisode du Blue Lake se répétait. Là aussi, ses mains étaient poissées de sang et des gens avaient probablement perdu la vie. Pourvu que cela soit le cinglé. Elle s’enfonçait dans la foret, s’approchant de l’incendie que elle entendit Sonny appeler Rem. Elle s’arrêta un moment puis rebroussa chemin alors que les hélicoptères arrivaient. Les secours aideraient probablement mieux les autres qu’elle. Quand Maggie arriva, elle assista à une scène vécue des millions de fois mais qui à cet instant lui arracha un bout de cœur et lui souleva les tripes. Un des secouristes tentait vainement d’écarter Sonny du corps inerte de Remington. L’image la frappa et resterait probablement longtemps gravée dans sa mémoire. D'habitude, elle faisait abstraction de la peine des proches des victimes pour ne pas devenir folle mais là, c'était différent. Elle connaissait, et appréciait, Sonny. Sa douleur la touchait, elle ne pouvait pas l'occulter. Elle s’approcha des secouristes.

« Je travaille à l’hôpital de Los Angeles. C’est moi qui lui ai posé ce pansement avec les moyens du bord. Laissez-moi monter et je vous raconterai ce qu’il s’est passé. »

Bon, elle ne raconterait pas tout en détails et c’était surtout une excuse pour rester avec Sonny. Elle prit place à ses cotés dans l’hélico et celui-ci décolla, les emmenant loin de cette foret maudite et du drame qui venait de s’y jouer. Elle regardait les arbres devenir aussi petits que des cures dents alors que les flammes les dévoraient. Elle eut une pensée pour Kensie, Ross et les trois autres inconnus présents. Pourvu qu’ils s’en sortent…
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 9 Aoû - 18:55

    Merde ! Putain ! Quelle grosse conne ! Que j'échoue n'avait rien de surprenant, mais que tout parte en vrille comme ça n'était pas prévu au programme. Je l'avais dit dès le début, utilisé mon pouvoir en forêt c'était condamné tout le monde et qu'est-ce je faisais ? Je mettais le feu. Je ne faisais plus la distinction entre la peur de tuer les autres, la peur de voir Carl tirer encore une fois, la colère - ou serait-ce de la haine ? - que je ressentais envers Sonny ou même la colère que je ressentais envers moi-même. Cette randonnée était devenue un beau bordel. Une bordel que je voulais oublier. Un bordel que j'aurai préféré ne jamais vivre. Je commençais à tendre la main en direction des flammes. Si j'avais commencé l'incendie, je pourrais l'arrêter. C'était ça la théorie. Je l'avais déjà fait. J'avais déjà éteint les flammes provoquées par Sonny, chez moi. Mais le contexte était différent à présent et je sentais l'épuisement aussi bien physique que psychologique me gagner. Le semblant d'énergie que j'avais eu s'était envolé comme un oiseau. Mon échec était cuisant. J'étais prête à me laisser tomber au sol et essayer tout ce que je pouvais, quitte à me tuer, pour arrêter les flammes, mais Ross m'en empêcha lorsqu'il me prit la main pour contourner les flammes. Carl n'était plus très loin, j'allais tenter un deuxième essai, malgré ma fatigue, quand Ross, encore une fois, m'en empêcha. Le gothique taré venait de s'écrouler au sol sous l'impact du rayon et Ross aussi, par la même occasion. Je m'agenouillais à côté de lui, mais il n'avait pas perdu conscience et semblait plus fatigué que mort. Carl quant à lui était toujours conscient et toujours prêt à vouloir nous tuer. « Monsieur veut jouer au héros. Et toi pauvre cruche, ça ne t'a pas suffit que l'autre prenne déjà la balle à ta place. Tu veux un second mort sur la conscience ? Très bien, tu l'auras ! » Peut-être voulait-il que je culpabilise que l'autre m'ait sauvé la vie ? C'était mal me connaître mon coco. Mais lorsque le nouveau coup de feu retentit, tout disparu autour de moi.

    « T'es désespérante d'ingratitude, Kensie. Il vient de te sauver la vie. Sans lui, c'est toi qui serais touchée. Et dire merci, ça t'écorcherais la bouche ? » Les paroles de Maggie résonnaient dans mon esprit comme un coup de feu. Je ne pouvais pas y échapper. C'était vrai. Il m'avait sauvé, mais j'aurai préféré mourir plutôt que d'être sauvée par quelqu'un comme lui. Sous la tension des évènements je ne sais plus trop ce que j'ai fait. Je me souviens vaguement d'avoir répondu, mais je ne sais pas si elle m'a entendu, trop occupée qu'elle était à essayer de sauver cette enflure. « Je lui ai rien demandé. Mourir c'est un sport dans ma famille. De toute façon, qu'est-ce que ça peut faire que je le veuille mort ? Une balle dans le bide c'est mieux qu'une balle dans le coeur. Plus de chances de survie, n'est-ce pas ? » Il m'avait sauvé, la belle affaire. Il n'y avait eu personne pour sauver mon frère, il n'aurait dû y avoir personne pour me sauver moi. Et certainement pas le mec de Sonny. Qu'il vive ou qu'il meurt, qu'elle soit triste et dépressive, je n'en avais plus rien à foutre. Dans tous les cas, un jour, ils payeraient pour ce qu'ils avaient fait. C'était tout ce qui comptait.

    Et le temps reprenait son cours. La balle avait atteint Ross à l'épaule. Celle opposée à moi. Mais Elizabeth était là et s'occupait de lui, ça aurait dû être un soulagement. Ça ne l'était pas. Encore une personne a essayé de sauver. J'étais comme une conne, avec une main tendue en direction des flammes, j'essayais par tous les moyens possibles d'éteindre ces foutues flammes que je n'aurai jamais dû lancer, mais rien n'y faisait. Sans concentration je ne pouvais rien et il était impossible que je me concentre alors que Carl était encore armé, que Ross avait une balle enfoncée dans l'épaule à cause de moi et que le mec de Sonny crevait plus loin. Dans ma tête se rejouait en boucle la mort de mon frère. Ça ne s'arrêtait pas. Lorsque je clignais des yeux je voyais soit l'arrière de mes paupières, soit le corps sans vie de Bryton. Comme un clignotant : allumé, éteint, allumé, éteint ... sauf que tout s'éteindrait que si je n'arrivais pas à arrêter l'incendie. ... « Kensie... tu peux éteindre ce feu ? » « J'essaye. » maugréais-je entre deux mes mâchoires serrées. Du coin de l'oeil, je voyais Matt près de Carl, mais je préférais ne pas m'y intéresser. Trop de distractions, je n'y arriverais pas. Et lorsqu'un coup de feu retentit, que je sentit mon coeur manquer un battement, je savais que c'était foutu. La balle m'avait manquée de peu, mais je ne pouvais pas être soulagée. Le feu était incontrôlable, même pour moi. Et sous mes yeux, je ne pouvais que voir Carl se faire brûler vif, par ma faute. Et comme le jour de la mort de Bryton, je ne pus que pousser un cri si fort qu'il en était silencieux. Le même cri que Sonny tout à l'heure, lorsque le tireur s'est prit la balle qui m'était destinée. Sauf que moi, je ne connaissais pas Carl, je n'avais aucun lien avec lui, je ne voulais que le voir derrière les barreaux ... Il s'était tu, et moi avec. Le silence me perçait les oreilles, mon sang se glaçait dans mes veines et sous les flammes qui continuaient de tout dévaster sur leur passage, je ne pouvais qu'accepter la triste réalité. J'étais devenue ce que j'avais toujours refusé de devenir. Une meurtrière. J'avais sur les mains le sang de Carl, celui du mec de Sonny, celui de mon frère et peut-être même celui des gars de la mano negra.

    Ce qu'il s'est passé après, je ne sais pas. C'était un cauchemar. Un véritable cauchemar. Est-ce que c'était Sonny qui se vengeait ? À cause de moi, son assassin de copain était peut-être mort, mais je savais que ce n'était pas elle. Je savais que c'était la réalité, la pire de toutes les réalités possibles. Assise dans cet hélicoptère, je ne pouvais que regarder la forêt brûler, en bas et espérer que ma mère ne portait pas sur moi un doigt accusateur. Je n'avais plus personne. Je payais pour ce que j'avais fait. Je ne pensais pas que ça ferait aussi mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Ven 10 Aoû - 2:34

Un nouveau coup de feu se fit entendre. Elizabeth s’arrêta, rien. Elle n’était pas touchée, et Ross ne l’était pas encore une fois. Elle reprit le chemin, regardant autour d’elle à la question qu’il lui posa. « Je sais pas. » lui répondit-elle, inquiète. Il lui semblait entendre quelqu’un crier. Sauf qu’avec cette fumée, de plus en plus dense, elle ne parvenait pas à voir. Elle se concentra plutôt sur Ross, le trainant, pendant qu’il essayait de l’aider, de son bras pas touché. Ça ne dura pas. Il tendit son bras comme s’il voyait quelque chose, s’excusant et il s’évanouit. Ce qu’elle sentit. Un corps sans connaissance était plus lourd qu’un corps animé. Kensie essayait d’éteindre le feu, malheureusement, elle ne semblait pas y arriver. Les flammes et la fumée qui étaient toujours là toutes les deux le montraient bien. Elle se mit à tousser, il faisait de plus en plus chaud aussi. Elle ne savait même plus par où elle allait. Elle ne se souvenait pas du chemin qu’elle avait pris pour arriver jusque-là. Il lui semblait que c’était en ligne droite, mais elle n’était plus sûre de rien du tout. Elle avait mal aux bras, au dos, aux jambes, surtout à la droite, aux yeux, à la gorge. Qui allait la plaindre ? Personne. Elle allait bien face à d’autres, alors, elle continuait d’avancer, tout simplement, tirant Ross, de plus en plus lentement. Selon elle, ça dura une éternité, avaient-ils vraiment parcouru ce chemin plus tôt ? Ils couraient, mais c’était vraiment loin, même si elle était au ralentie. Trop concentrée à avancer, à éviter le feu, elle n’avait pas entendu les secours arriver. Ils arrivèrent donc devant elle quand elle ne s’y attendait pas du tout. Ils prirent en charge Ross, après qu’elle ait expliqué qu’il s’était fait tirer dessus, qu’il y avait peut-être au moins une autre personne. Elle avait occulté Carl. Tout ça c’était à cause de lui. Alors, elle s’en fichait bien.

Ensuite, tout se passa rapidement, plus rapidement que précédemment. Elle fut aussi prise en charge. Ils furent des dans hélicoptères. Selon ce qu’elle avait compris et vu, tout le monde était aussi dedans. Dans le sien ou dans d’autres qui étaient partis avant, ou bien après. Direction ? L’hôpital où elle se rendait habituellement en ambulance. En patiente c’était rare. En hélicoptère ce n’était jamais arrivé. Il fallait bien une première fois à tout. Elle se serait passée de ce genre de première fois. Elle aurait bien voulu faire un tour d’hélicoptère pour le plaisir et non pas par nécessité. Ça n’avait pas vraiment le même but. Elle fut examinée, mais elle n’avait pas grand-chose. On l’observa durant un certain temps à cause de la fumée, mais elle put quitter assez rapidement. Elle allait probablement revenir aller voir ceux qui étaient venus à l’hôpital en hélicoptères, mais plus tard. Reposée, douchée. Avec tout ça, elle n’avait même pas pensé à son pouvoir qui avait décidé d’arrêter de faire à sa tête lorsqu’il lui était revenu. Bien qu’elle ne se soit même pas aperçue qu’il était parti.
Revenir en haut Aller en bas
Aldo Klov


avatar

Messages : 301

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Ven 10 Aoû - 20:44

Plus la peine d'appeler du secours. Ils allaient forcement revenir pour les sauver et les évacuer du brasier comme ils l'avaient fait pour le reste du groupe.Ils n'allaient pas les abandonner Matth et lui, sans espoirs de survie dans cet enfer. Aldo se repetait cela pour se maintenir en alerte depuis qu'il avait vu disparaitre l'hélicoptère des secours une heure plus tôt.

Les fumées commençaient serieusement à le faire suffoquer. Les yeux rougis, il essayait de se frayer un chemin dans la forêt devenue méconnaissable. Les arbres s'embrasaient instantanément comme des torches, créant des tourbillons de feu. Et les arbres s'ecroulaient calcinés dans le long bruits sourds et sinistres. Heureusement pour Aldo et Matth que le feu était limité dans sa progression par le vent qui soufflait dans le sens contraire de la propagation des flammes sinon il y a longtemps qu'ils auraient finis grillés comme des vulgaires merguez. La bouche protégée par un mouchoir humide, il rampait au plus près du sol ou l'air était encore respirable et frais, à la recherche de Matth.

"Matth tu es là" lança t'il pour s'assurer que son dernier compagon était toujours conscient. Mais il ne donna aucun signe de vie. C'était de très mauvaise augure.

Flewww , Fleww, Flewww firent les pales de l'hélicoptère qu'Aldo entendit alors qu'il était recroquevillé sur lui m^me et déjà à moitié inconscient. Son oeil s'éclaira, la délivrance était proche. L'hélicoptère esquissa un atterrissage, mais repartit aussitôt. Aldo était au coeur du foyer, il n'avait pu retourner vers la grotte et l'approche de la zone dans laquelle il était à découvert, était difficile à cause de la végétation qui risquait à tout moment de s'embraser. Plus moyen pour l'hélicoptère de se poser tant l'incendie faisait rage.

"Montez dans la nacelle que nous vous envoyons" entendit-il dans une lueur de lucidité. Rassemblant ses dernières forces, il bascula t^te en avant dans la nacelle salvatrice, en poussant un soupir de soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

#Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: ANGELES FOREST-