..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 10 Juil - 19:02


Carl (Steve Buscemi)
Brun - Yeux bleus - Quarantaine d'années - 1.75m
Vêtu d'un jean noir, d'un tee-shirt noir et d'un blouson qui est fermé

Trouver autant de monde dans cette forêt était une aubaine pour Carl. Il s'en sortirait, il n'était plus seul. Celui qui était à ses trousses finirait par rebrousser chemin quand il verrait ce groupe de personnes. Car il n'allait tout de même pas tous les abattre juste pour l'atteindre lui ? Sa respiration était toujours saccadée. Les cigarettes le tueraient. Peut être que s'il ne fumait pas, il aurait déjà repris son souffle, en l'espace de quelques secondes. Mais il courait depuis si longtemps et sur une si longue distance. Il en était épuisé. Une brune posa une main sur son avant bras, l'interrogeant sur celui qui le poursuivait. Était-ce vraiment le moment de subir un interrogatoire ?

« Un fou... C'est un fou... » Ce fut les seules paroles qu'il réussit à articuler. Il ne pouvait pas s'empêcher de lancer des regards en direction des arbres. Un second coup de feu retentit. Il hurla. Il ressentit une douleur à la joue. Ses doigts se portèrent sur sa peau et quand il les ôta, il remarqua le rouge au bout de ses doigts. Il saignait mais ce n'était qu'une éraflure. La balle n'était pas passée loin. Une des deux rousses s'approcha, lui donnant une compresse. Il la pressa sur sa joue. Ce fut ensuite un visage interloqué qu'il eut. Il demandait de l'aide et en retour, on lui proposait de courir encore. Ne voyaient-ils pas qu'il était sur le point de cracher ses poumons ?

Pourtant il n'eut pas d'autre choix. L'homme à la quarantaine entraîna chacun à sa suite. Soit il restait seul et mourait, soit il les suivait. Carl n'était pas fou. Pas complètement ou pas plus qu'un autre en tout cas à ses yeux. Alors il suivit le groupe. Ils dévalèrent une pente assez raide et sur la fin, il trébucha et tomba en roulant, dévalant ainsi le reste de la pente. Une fois en bas, ses mains se portèrent sur son torse. Tout allait bien. Il souffla et se releva, suivant ses compagnons de circonstance jusqu'à une grotte. L'un ressortit aussitôt de celle-ci. L'homme aux rangers. Il voulait affronter le fou tout seul ? Carl se plaqua contre une paroi, s'accroupissant et se recroquevillant sur lui-même. Son regard se posait vers l'entrée de la grotte et les quelques mètres qu'il apercevait au dehors. Il aurait du s'enfoncer davantage dans celle-ci pour ne plus être vu du dehors. Mais il n'avait jamais été à l'aise avec l'obscurité. Alors il restait près de l'entrée. Et personne ne pourrait le forcer à avancer dans le noir. Et là, alors qu'un silence sembla s'installer, il prit la parole.

« Je campais près d'un cours d'eau. Et ce type est venu s'installer non loin. Il mettait une musique d'enfer et des déchets de partout. Alors je lui ai demandé de baisser le son et de faire un peu plus attention à la nature. Et là il a pété une durite.... Il est reparti à sa voiture et a sorti une arme. Il a dit qu'il allait donner à manger à la faune pour en prendre soin. J'ai eu peur et j'ai couru. Mais il me suit depuis deux jours. Il est fou. J'en peux plus... J'ai soif... J'ai faim... J'ai peur du noir. » Et c'était vrai qu'à le voir ainsi, il était proche de l'évanouissement et au bout du rouleau. Ses yeux bleus viraient vers le gris. Ses cheveux étaient parsemés de brindilles. Il avait perdu la compresse dans leur course et un mince filet de sang avait coulé le long de sa joue. Il était un fugitif malgré lui.


HRP : Carl ayant peur du noir, il refusera qu'on l'entraîne plus en profondeur dans la grotte. Il lui faut toujours un coin de lumière et être non loin de la sortie pour ne pas étouffer. Oui, car il a des tendances claustrophobes également.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 10 Juil - 19:05

Voici deux jours qu'il m'échappait. Je n'avais pas encore trouvé le bon créneau. Celui qui me permettrait de l'abattre du premier coup, sans déchet. Je finirai par l'avoir. Il ne pouvait pas fuir éternellement. Je l'avais senti à sa course. Il commençait à fatiguer. La vie était une traque constante, il ne semblait pas le savoir. Sinon il aurait eu une meilleure forme physique. Tandis que là... Il crachait ses poumons. Pauvre Carl. Bientôt il n'aurait plus besoin de les utiliser. Je l'avais dans mon viseur. Il courait encore le bougre. Ne se rendait-il pas compte qu'il n'échapperait pas à la mort ? Quelques minutes auparavant, j'étais beaucoup plus proche de lui. Je l'avais même eu à portée avec mon Beretta Px4 Storm. Pourtant, je n'avais pas eu l'occasion de tirer. Il y avait eu un bruit non loin de nous. Celui-ci m'avait fait détourner les yeux une fraction de secondes. Et Carl en avait profité pour se mettre à courir. J'aperçus entre les arbres un autre homme, fusil en main. Il courait car il semblait avoir repéré quelque chose. Sa proie. Un gibier ? Sans doute. Le mien était humain et il commençait à s'éloigner.

Je rangeais alors le pistolet dans mon dos, glissant le canon dans mon jean. Et je pris l'arme que je portais en bandoulière. Un tout autre genre. Un M40A3, un fusil de précision que j'avais utilisé plusieurs fois en Irak et que j'affectionnais tout particulièrement. J'avais retiré le bipied ne me fiant ainsi qu'à ma propre stabilité quand je le tenais. Lentement je le levais. Mon oeil droit s'aligna à la lunette. Je bougeais légèrement et Carl apparut dans ma visée. Il courait toujours le bougre. Décidément fuir la mort lui donnait des ailes. Mon doigt sur la détente, j'étais prêt à l'abattre malgré la distance croissante qu'il mettait entre nous. Il y eut un coup de feu. L'homme au fusil ? Je cillais légèrement et Carl disparut de ma visée. Il me fallut quelques secondes pour le retrouver. Il avait sauté derrière un buisson. Oh il voulait qu'on joue à cache cache ? Non, il réapparut brusquement. Il avait du tomber. Une autre personne entra dans mon champ de vision à travers la lunette. Un homme que Carl secouait par les épaules. Tant pis, il y aurait un spectateur pour constater sa mort. J'attendis quelques secondes. Ma respiration se bloqua et le coup de feu partit.

« Et merde.. » Je n'avais fait que l'effleurer. Pourtant j'avais sa tête bien alignée. Il aurait du y avoir un trou dans celle-ci. La distance ? Je devais être à deux cent ou trois mètres tout au plus. Peut être le vent qui m'avait fait raté. Peut être ces fichus gants que je portais. Peut être que j'avais tout simplement foiré mon coup et que je n'avais ainsi eu que sa joue. Enfin effleurée. Une honte. Je remis mon fusil en bandoulière dans mon dos, récupérant mon beretta. Et là je me mis à courir dans la direction de Carl. Le dossier que j'avais sur lui me gênait légèrement dans ma course. Je l'avais glissé dans la poche intérieure de ma veste. Toutes les informations que je devais savoir sur cet homme était à l'intérieur. Je n'avais pas besoin d'en savoir davantage. Carl était mon contrat et il allait mourir. Ça s'arrêterait là et je toucherai l'argent que me vaudrait sa tête. Simple et efficace.

Sauf que ma course s'arrêta brusquement quand je constatais en m'approchant qu'il y avait d'autres personnes. Décidément, ce n'était pas mon jour de chance. J'allais devoir patienter que ces gens s'en aillent. Je m'étais fixé deux jours pour terminer ce contrat et ces gens faisaient que j'allais en mettre trois. La poisse. J'allais devoir attendre un peu pour rentrer et prendre Sonny dans mes bras, pour la rassurer et lui montrer que je revenais en un seul morceau comme je lui avais promis. Fichu Carl qui avait trouvé de l'aide, il me le paierait pour cette attente. Je ne bougeais pas de là où j'étais. Grâce à une ouverture entre deux buissons jouxtant ce qui semblait être un sentier, je vis les visages de ceux près de qui Carl avait trouvé refuge. Une rousse. Sa tête me disait quelque chose mais impossible de mettre un nom de suite. Une seconde rousse. Celle-ci me semblait un peu plus familière. Un homme brun. Un autre d'une quarantaine d'années. Ross ? Mais... Une blonde. Et puis... Je me figeais brusquement. Mais que foutait la mère de mon futur enfant avec Carl ? Bon sang !

Je lâchais un juron et peut être qu'ils auraient pu l'entendre si j'avais été plus près. Le groupe se mit à courir, et je les suivis de loin, ne perdant pas de vue Carl mais surtout Sonny. J'avançais à travers les arbres, tel un prédateur contournant sa proie pour mieux l'atteindre par surprise. Je gardais plus d'une centaine de mètres entre eux et moi. J'évitais de rester derrière mais avançais en parallèle. Et quand ils dévalèrent une pente, je continuais un peu, agrandissant la distance entre eux et moi, avant de la dévaler également. Je changeais ensuite de trajectoire m'arrêtant. Je les avais perdus de vue. Disparus ? Non une grotte non loin de là. Ils étaient peut être dedans. Un homme en ressortit., il portait des rangers. Il semblait chercher quelque chose. Bizarre. Il ne sentait donc pas en danger ? Carl me décevait, qu'avait-il raconté sur moi le peu de temps qu'il avait eu pour s'exprimer entre deux courses. Je me dissimulais derrière un arbre, observant l'entrée de la grotte et gardant du coin de l'oeil l'homme aux rangers. Carl et Sonny dans la même grotte. Il fallait que je l'éloigne de lui tout en le descendant. Le raisonnement était simple. Quant aux autres... Je n'avais aucune confiance en Ross. Et les femmes, et bien elles ne m'inspiraient pas. J'eus une idée. Sonny allait me maudire si ça fonctionnait. Ma main gauche se glissa dans la poche de ma veste pour y récupérer mon téléphone portable qui était en silencieux. J'avais du réseau. Mais elle ? Tant pis, j'allais essayer. Et si ça ne fonctionnait pas, je trouverai un autre moyen de déloger Carl de la tanière de fortune où il s'était réfugié pour l'abattre.

Spoiler:
 

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 10 Juil - 19:05

Le membre 'Remington Pillsbury' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mer 11 Juil - 8:17

Et paf ! Retour de bâton de la part de Maggie. Il fallait dire que Sonny ne l’avait pas volé, mais merci… elle avait bien vu qu’elle avait failli y passer, pas la peine d’en rajouter. Et puis de toute façon, la française était plus préoccupée par son amie que par les piques de Maggie. Et il fallait reconnaitre qu’elle essayait au moins de raisonner monsieur le défenseur de la nature. Et plus elle parlait, plus Sonny avait l’impression de déjà la connaitre. Mais il lui était toujours impossible de savoir où et quand.

Kensie allait bien. Le reste, elle s’en fichait. Savoir d’où venait ce type qui l’avait percuté n’avait aucun intérêt, mais Kensie allait bien. Si bien qu’elle lui fit la leçon. Ne pas parler de Genome alors que c’était une randonnée organisée par… Genome… ok… et qu’en plus elle ne pouvait être entendue que par son amie. Ah et peut-être de Ross aussi qui s’était approchées d’elles pour s’assurer que tout allait bien. Mais passons. Elle ne fauterait plus. Mais kensie, elle, montrait son mauvais caractère. Sonny s’empêcha de répliquer. Elle n’était pas en colère contre elle, mais contre le ou les tireurs qui venaient de gâcher leur sortie. Et sentir Kensie nicher sa tête contre elle et laissait couler ses larmes n’arrangea pas l’humeur de Sonny qui l’étreignit quelque peu. Elle n’aimait visiblement pas les armes à feu. Un mauvaise expérience peut-être ? En avait-elle peur comme Sonny redoutait le feu ? Qui sait, Kensie lui en parlerait peut-être un jour si elle en ressentait le besoin. Mais là, elle ne se sentait pas capable de prendre ses jambes à son cou. Sonny, elle, ne voyais pas ce qu’il y avait de ridicule à vouloir détaler comme un lapin. Rem lui avait dit que parfois, il fallait tout faire pour sauver sa vie. Pas de lâcheté ou de courage en jeu. Et là, ils étaient dans ce cas.

Mais ce type était amoché lui aussi, alors Sonny s’approcha de lui et elle fut imitée par la rouquine inconnue qui semblait équipée, elle, car elle sortit une compresse pour éponger le sang de la victime. Et là, ce fut incompréhensible et Sonny eut un mouvement de recul. Les yeux de cette femme venaient de… s’éclairer. Enfin, de lumière s’en échappait. Whooooo. Une mutante comme eux ? ça poussait dans les forêts ? Mais pas le temps de s’interroger, elle se mit à son tour à courir. Et si le groupe se décidait à faire comme elle, ça pourrait être pas mal non ? Et Ross fut de cet avis. Il attrapa la main de Kensie et confia Sonny aux bons soins de Maggie. Oui, bon, pourquoi pas. Mais de toute façon, avec ou sans chaperon, elle avait prévu de prendre ses jambes à son cou et de courir le plus vite possible. Elle suivit donc le groupe en détalant comme un lapin et manqua de se casser la figure en arrivant brusquement sur une pente raide. Par quel miracle elle resta sur ses jambes, ça c’était un mystère, mais elle récolta pas mal de bobos légers, dus aux ronces et aux branches. Instinctivement, elle suivit le « leader » du groupe. Après tout, Ross était responsable d’eux non ? Et il les conduisit dans une grotte. Euh… une grotte ? Et s’il y avait un ours ? Non mais sérieusement, les ours ça peut dormir dans des grottes, non ? Mais bon, puisqu’il fallait apparemment s’écraser devant l’autorité – et Aaron lui avait bien fait comprendre que les sarcasmes et les actes individuels n’étaient pas les bienvenus – elle suivit le groupe et nota que la rousse inconnue aux yeux brillants et mister écolo étaient toujours là. Pas question de gaffer et… un autre type, ah oui, il avait balancé son nom avant de courir avec eux… Aldo. Ok… et mister ecolo qui tente de ressortir seul et de revenir… mais qu’est ce que c’est que ce bordel. Tout en reprenant son souffle, elle sentit son téléphone vibrer dans sa poche, tandis que le fuyard leur racontait son histoire. Genre il aurait déranger un pauvre naze qui faisait du bruit et foutait le bordel et ça n’aurait pas plu à celui-ci au point de le courser avec une arme. Il ya avait vriament des malades mentaux partout. Et en plus il avait peur du noir.

« Eh vous, avec vos yeux et tout… vous pourriez pas lui faire un peu de lumière ? », demanda-t-elle à la mystérieuse rouquine qui s’était… illuminée un peu plus tôt.

Mais elle ne s’attarda pas, son portable avait vibré et … il affichait le nom de Remington qui était censé être en mission. Sa première depuis qu’ils étaient ensemble. La première depuis qu’elle savait. Ni une ni deux elle lut le message et là, bug. « Eloigne-toi de lui et sors ». Bordel de merde ! Sonny tourna son visage vers le pauvre homme qui tentait de reprendre son souffle. C’était lui, le contrat de Rem ? Et c’était Rem, le malade mental ? Son cœur s’accéléra. Rem le chassait, ça, elle en était sûre, pourtant, il ne correspondait pas à l’homme que de type leur avait décrit. La musique à fond ? Elle n’y croyait pas. Ça n’était pas du tout son style. Les seules fois où il y avait eu de la musique à fond dans sa voiture, c’était parce que Sonny avait allumé le poste de radio. Rem ne le faisait pas. Un fou ? ça non plus. Elle avait déjà vu Rem avec une arme et il n’avait rien d’un fou ou d’un dingue faisant mumuse avec la gâchette. Non, il était concentré et méthodique. Ce type là, surgi de nulle part, cachait donc forcément quelque chose. Mais que faire ? Elle ne pouvait pas sortir et tous les laisser là. Et elle ne pouvait pas leur dire la vérité. En même temps, il lui rappelait sa propre histoire, quand elle avait fui le Domaine en flammes et qu’elle s’était planquée pendant deux ou trois jours dans la forêt, elle devait faire autant pitié… Mais cette fois, elle devait penser à son enfant. Elle ne pouvait pas se permettre de course poursuite pour faire comme si elle ignorait ce qui se passait. Le pauvre, cela faisait quoi, 7 semaines qu’il était dans son ventre et il avait suffisamment vu et subi de malheurs comme ça. Et si Rem lui avait dit de s’éloigner, c’était certainement que ce type pouvait être dangereux. Il n’aurait pas hésité sinon, il avait déjà tiré avec elle dans son champ de vision, ce n’était pas cela qui l’aurait arrêté. Alors elle s’approcha de Ross qui veillait sur Kensie, peut-être que Maggie qui avait été chargée de surveiller Sonny les entendrait-elle mais après tout, cela ne coutait rien, et lui murmura :

« Il ment. Je ne peux pas dire pourquoi mais j’en suis intimement persuadée, il ment. Je t’en prie, il faut qu’on sorte. C’est en restant qu’on est en danger. Et il ne dit pas la vérité. Ross, je sais qu’il a tout l’air d’être la proie mais Anne m’a parlé du Blue Lake. Il y avait des armes et il y a eu des poursuites et des meurtres des deux côtés, sans qu’on puisse vraiment dire qui étaient les bons et les méchants pas vrai ? Et si c’était encore le cas cette fois ? Je n’ai pas confiance, je ne peux pas l’expliquer. Il faut sortir… »

Ou peut-être qu’il ne mentait pas et que c’était elle qui se leurrait totalement, mais dans le fond, cela n’avait pas d’importance. Rem avait un contrat et il allait venir, qu’elle soit à l’intérieur ou pas. Mais il n’apprécierait pas qu’elle reste. Ils allaient la prendre pour une lâche, à n’en pas douter. Une fille qui abandonnait un homme en détresse pour sauver sa peau. Bah oui, en un sens c’était cela. Sauf que c’était surtout son bébé qu’elle voulait protéger et ça, personne ne le savait. Bon sang, pourquoi fallait-il que ça tombe sur eux ! Et pourquoi lui avait-il envoyé ce foutu sms ? Il était un tueur expérimenté, il avait fait l’armée… quel besoin avait-il eu de lui dire « hey ! c’est moi qui vais le tuer, recule toi je ne voudrais pas t’éclabousser de son sang » ?

Et pourquoi lui ? pourquoi cet homme à moitié fou ? Qu’avait-il fait pour mériter cela ? Sonny ne supportais plus la mort d’innocent… mais elle ne supporterait pas non plus de le voir être tué devant elle et surtout par Rem. Alors elle commença à reculer, encore et encore. Elle était peut-être lâche, mais elle ne pouvait pas rester. Discrètement et à l'abri de tous les regards, ses doigts pianotèrent « Je vais essayer. Il y a 5 autres personnes. Ne leur fais pas de mal. Empêche-le de leur faire du mal. » Puis elle tourna les talons et commença à courir en direction de la sortie.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mer 11 Juil - 14:37

    J'avais du mal à suivre les évènements. Sonny, Maggie, la rousse, le drogué, le gothique, Ross ... j'avais l'impression d'être camée, sauf que je me sentais bien. J'avais l'impression d'avoir le cerveau qui marchait en accélérer. Tout se passait tellement vite. Mais rien ne se passait en même temps. Je comprenais que dalle. Tout ce que je comprenais, c'était que les yeux de la rousse s'étaient allumés comme des lampes torches et que ça m'avait fait flipper. On aurait dit le terminator ou je robocop ou je sais pas quoi. J'aime pas les films de robot. Je fais des cauchemars après les avoir vus. « Bonjour. Moi être ordinateur. Moi vouloir manger toi. Moi vouloir écraser toi comme mouche. » C'est flippant ce genre de truc. Peut-être que c'était juste Schwarzenegger qui a une tête à faire peur, je sais pas. Remarque avec un nom pareil ... c'est sûr qu'il ne peut pas qu'avoir une tête qui fait peur.

    Prenant la main de Ross, je me relevais, tremblante. Je voulais aider le gothique, mais à chaque fois que j'essayais de penser à un truc, à chaque fois que je mettais un pied devant l'autre, j'entendais les coups de feux résonner dans ma tête, encore et encore et encore, comme un vieux disque rayé. Tout le monde fuyait. Il y avait même un nouveau avec nous. J'avais pas capter son nom. Un truc chelou, le genre de prénom qui me donnerait envie de haïr mes parents. Comme celui de Sonny. Il faut que je lui demande si ses parents étaient en train de planer le jour où ils ont choisit son prénom, parce qu'est juste ... chelou.

    Il était passé où l'entrain d'avant ? La bonne humeur ? L'envie de rentrer chez soi parce que camper c'est l'horreur ? Elles étaient passées où les chansons de randos horribles ? On ressemblait à des gazelles en train d'essayer de fuir le lion. J'aimais pas ça. Fuir, pour quoi faire ? Nous étions faits comme des rats dans tous les cas, alors autant affronter le danger le plus vite possible, non ? Autant affronter celui qui voulait tuer le gothique maintenant. Les choses se finiraient plus vite et on pourrait rentrer chez nous. Il n'était plus question de camper. Une fois ce cauchemar fini, on pourrait aller se terrer comme des lapins, pleurer dans les bras d'Aaron, mais pour le moment ... on courait comme des cons. Je n'étais pas endurante et mon état d'esprit n'était pas le bon pour que je puisse tenir le temps qu'il faudrait. Je n'avais que l'adrénaline comme stimulant et je doutais que ça ne dure bien longtemps avant que la panique ne reprenne le dessus. J'étais déjà essoufflée comme un boeuf, j'avais déjà un point de côté, j'étais déjà prête à capituler. Qu'il nous trouve, merde ! Qu'il nous troue comme du fromage s'il en avait envie, au moins ce serait fini. Sauf que non. Nous devions rester en vie. Il ne manquait plus que je me fasse tuer pour me faire haïr à vie par ma soeur. Et le gothique qui courrait depuis je sais pas quand continuait. J'étais juste une gamine ingrate. Mais j'étais tellement fatiguée. Physiquement, je savais que j'arriverais à m'en remettre. Mais mentalement j'étais prête à m'effondrer et je sentais que le prochain coup de feu serait ma limite. Je ne voyais pas grand-chose autour de moi. Seulement le groupe. Les feuillages, le chemin, les arbres ... non je ne voyais rien. Mais les autres ralentissaient, je fis de même, calant mon rythme sur le leur. Je n'avais plus qu'eux pour tenir. En me concentrant, j'arrivais à voir une grotte. Tout le monde se précipita à l'intérieur, mais je me sentais prisonnière. Fuir était ridicule, mais une grotte, c'était le piège préféré des chasseurs. J'aurai préféré grimper à un arbre, mais tant pis. Je posais une main contre la paroi et m'effondrais comme une merde. Le moindre mot, le moindre pas, la moindre pensée résonnait dans ma tête, tout comme ce coup de feu incessant. J'étais épuisée.

    Le gothique se mit à parler de sa rencontre avec son poursuivant et j'avais encore une fois l'impression de revivre la mort de mon frère. Ça ne s'arrêterait donc jamais ? Quand est-ce que je pourrai enfin faire mon deuil ? Quand est-ce que je pourrai enfin le laisser se reposer en paix ? Je pleurais sans même m'en apercevoir, ce n'est que lorsque mon nez commença à couler que je sentis les larmes rouler sur mes joues. J'étais pitoyable. J'enlevais le sac de mon dos et commençais à chercher à l'intérieur. Il devait bien y avoir des mouchoirs, du PQ, quelque chose pour se moucher, non ? Je commençais à maugréer sous ma barbe inexistante, lorsque je tombais sur des serviettes en papier. J'en pris une et à peine le temps de me moucher que Sonny commençais à me murmurer qu'il mentait. Quoi, c'était une détecteur de mensonge, maintenant ? Suivre ses instincts, c'est bien, mais il y avait un mec armé dehors, prêt à nous cueillir dès qu'on mettrait un pied dehors. Je préférais qu'il vienne nous chercher, que de me faire tirer dessus parce que j'avais eu la mauvaise idée d'avoir envie d'aller pisser. Non. Sauf que si. Sonny était déjà en train de sortir. Elle était complètement dingue, cette nana. Au diable la peur et l'épuisement, elle devait revenir. Je me relevais rapidement sans dire un mot et lui courrais après.

    Nous étions à l'extérieur lorsque j'arrivais à lui prendre le bras et à la retourner. Mon geste était peut-être un peu violent, mais je tremblais de partout. D'un regard, je m'excusais si je lui avais fait mal. « T'es folle ? Il y a un fou furieux dehors prêt à tuer un mec peut-être tout aussi fou et toi tu veux faire un sprint ? Il est pas question que je revive ça Sonny ! Rentre ! » C'était pas censé sortir. Je n'étais pas censée dire ça. J'étais pas censée revivre ça non plus. Il n'était pas question qu'elle se fasse trouer comme la biche de tout à l'heure. Il n'était pas question qu'elle finisse comme Bryton. J'avais de nouveau les larmes aux yeux et j'avais envie de m'insulter. Pleurer ne servirait à rien. Entre Sonny et moi, c'était à celle qui craquerait la première et quelque chose me disais que nous étions aussi têtues l'une que l'autre. Si elle refusait de m'obéir, je n'aurai d'autre choix que de la traîner de force jusqu'à la grotte et je l'attacherais s'il le fallait, mais elle n'irait pas plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Ven 13 Juil - 1:53

La blonde prit très mal le coup de feu. Normal. Elizabeth était sure qu’elle réagirait comme elle si elle n’avait pas de l’expérience à ce niveau. Elle n’était pas policière, mais elle se rendait de temps à autre sur les scènes où des coups de feu étaient toujours tirés. Elle n’avait pas fière allure la première fois qu’elle en avait entendue. Et elle ne devait pas avoir plus fière allure maintenant que son pouvoir c’était montré. Mais… pas de crises. La brune recula, mais ne fit rien d’autre. Tant mieux. Il y eut de l’étonnement, de la surprise, du recul, mais pas de peur. Cela c’était mieux passé qu’elle ne le pensait. Personne qui ne l’avait traité de monstre ou qui avait crié appelant sa mère ou n’importe qui d’autre. Elle n’en avait jamais espérer autant. Pas avec la réaction qu’il y avait eu précédemment chez elle. Elle se pensait donc chanceuse. À moins que ce ne soit que le choc. Autant disparaitre en attendant. Enfin, essayer, car elle fonça dans quelque chose ou quelqu’un. Ce fut quelqu’un. Le type avec la seringue qui était maintenant rangée. Sous le choc, ses idées se replacèrent plus au moins, et elle replaça où elle avait vu la blonde précédemment. Lors de la soirée de l’Halloween. Sauf qu’elle ne savait pas si le contraire c’était fait aussi. Le moment était mal choisi. Il y eut un nouveau venu. Tout le monde contre celui qui tirait. Ce qui était normal. Ce n’était pas un jouet une arme.

Elle se mit donc à les suivre, le jeune homme l’aidant, puisqu’elle ne voyait pas grand-chose. Elle avait vachement soif. Boire ne semblait pas non plus être très approprié. Cela les ferait ralentir. Ils descendirent une pente plutôt raide et l’aide de ce dernier était la bienvenue. Elle se prit les pieds quelques fois, manqua de tomber, mais resta sur pied, bien que sa jambe droite donna l’impression qu’elle allait lâcher d’un moment à un autre, heureusement, ça n’arriva pas. Quelques égratignures ici et là. C’était vraiment une charmante idée de passer par-là. Et il y eut une grotte où ils s’y réfugièrent. Ses yeux s’habituèrent peu à peu au noir, sa vision étant redevenue normale, mais elle ne se rendit pas compte de tout durant les premiers instants. En même temps, ils étaient sur le bord de la grotte, pas très loin du bord. Rien de prudent. Celui qui s’était fait tirer dessus se mit à expliquer ce qui venait de lui arriver. Le pauvre… ça faisait vraiment deux jours qu’il courait ? Il n’avait pas fière allure, mais en deux jours il aurait eu le temps de sortir de la forêt non ? En même temps, sans carte elle serait peut-être coincée bien longtemps. La brunette parla de son pouvoir. Elle releva la tête, surprise. C’était une première. « J’aimerais bien, mais je contrôle plus rien » dit-elle, quelques secondes plus tard. Elle ne pouvait pas vraiment cacher ce qu’elle avait fait, tout le monde l’avait vu… c’était plutôt difficile à rater de toute manière. La brune ne lui prêtait déjà plus attention, regardant son téléphone.

Elle regarda son téléphone aussi. Pas de réseau. Pas très pratique. La brune semblait en avoir, lisant. Elle devrait peut-être changer de compagnie pour la sienne. Elle sortit ensuite de son sac de l’eau, qu’elle se mit à boire, pendant que brunette parlait à celui qui les avait amené jusque-là. Elle sortit ensuite la carte, essayant de regarder où ils étaient. Elle se servit de son téléphone pour illuminer. Elle ne regarda pas très longtemps, relevant la tête. La brune venait de se mettre à courir en direction de la sortie de la grotte. Rien de très prudent. Elle se releva, s’y dirigeant aussi, lentement. La blonde était partie à la poursuite de son amie et elle d’accord avec elle. Ce n’était pas du tout prudent de sortir. Elle avait oublié les coups de feu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 15 Juil - 20:26

Mission n° 1 : Ne pas se faire blesser, enlever, torturer, tuer. Ne pas se prendre de coups ou de balles perdues. Etre rentrée le 12 décembre au soir, comme prévu, pour ne pas inquiéter ses proches. Surtout, rentrer indemne.
Mission n° 2 : Veiller sur Sonny, comme le lui avait demandé Ross.
Mission n°3 : Réaliser les missions 1 et 2 en courant, en zigzaguant entre les arbres et en évitant de se prendre les pieds dans une souche d’arbre.

Okay, facile. Enfin, facile si on s’appelle Chuck Norris et qu’on attaque à tout les épisodes une demi douzaine d’hommes armés à mains nues. Quand on s’appelle Margareth Wellsan, que notre seule activité physique est de marcher de l’arrêt de bus à l’hôpital et qu’on fume comme un pompier, la tâche se révèle tout de suite plus ardue. Mais elle essaierait de les remplir de son mieux, après tout, cela ne pouvait pas être pire que le Blue Lake. Non, rien ne pouvait être pire que le Blue Lake. Elle arrêta de tergiverser quand un nouveau venu, Aldo, vient se joindre à eux. Ah, lui aussi a été débusqué par les deux coups de feu ? Tout Los Angeles a décidé de venir faire du camping en même temps ? Bon, c’est le moment de courir là, pas de faire des suppositions sur les activités de ses voisins. Alors, comme tout le petit groupe, la rousse détala sans demander son reste. Surprise par la pente raide, elle manqua de se vautrer lamentablement mais, par on ne sait quel miracle, elle resta bien campée sur ses deux jambes.

Appuyée contre la paroi de la grotte, elle reprenait son souffle, constatant les dégâts. Ses mollets étaient éraflés et couverts de boue. Ca commençait bien. Soudainement, elle releva la tête. Une grotte ? Une grotte avec une seule sortie ? Oui, parce qu’une grotte avec une entrée et une sortie, ça s’appelle un tunnel. Donc résumons la situation : La fine équipe génomienne s’était retrouvée, bien malgré elle, prise dans une sorte de chasse à l’homme. L’homme en question semblait étrange avec son manteau boutonné jusqu’au menton et qu’il semblait protéger. A ça, s’étaient greffé un écolo en rangers, une femme lampe torche et Aldo, un illustre inconnu. Pour couronner le tout, ils s’étaient réfugiés dans une grotte. La grande classe. Elle fouilla dans ses poches, en tira une cigarette et son briquet. Ce n’était peut être pas le moment de fumer mais elle s’en fichait. De toute façon, avec un psychopathe armé qui les guettait pour les tirer comme des lapins, elle vivait probablement ses derniers instants. Alors que le bout incandescent de sa cigarette détonnait dans la pénombre, elle se tourna vers Ross.


« Sérieusement, une grotte ? Loin de moi l’idée de remettre en cause ton formidable instinct de survie, mais là on est quand même mal barrés. On est sensés en ressortir comment avec ce taré qui nous attends à la sortie ? »

La perspective de mourir d’une balle entre les deux yeux ne semblait pas effrayer l’homme aux rangers. Elle observa un instant son petit manège. Je suis dedans, puis je sors pour grimper sur le toit, puis je rentre de nouveau. Il n’y avait pas que Ross qui manquait d’instinct de survie. De son talon, elle écrasa son mégot et rangea son briquet dans sa poche. La situation lui rappelait étrangement celle vécue avec Kensie, quelques mois plus tôt. Les deux jeunes femmes s’étaient retrouvées prises dans un braquage de banque. Aujourd’hui, coincées dans une grotte, mises en joug par un cinglé, la situation n’était pas grandement différente. Maggie sortit son téléphone de sa poche, aucun réseau. De mieux en mieux. Surtout que l’histoire du type chassé était étrange. Même carrément bizarre. On essayait de le tuer depuis deux jours parce qu’il avait demandé à ses voisins de campement de nettoyer leur bordel et de baisser le son ? Non, cela ne tenait pas debout. C’était un scénario de film d’horreur mais dans la vraie vie, cela ne se produirait jamais. Où alors, le tueur qui les talonnait était encore plus fou qu’elle ne l’imaginait. Elle ne faisait pas confiance à la proie. Le chasseur lui parut d’un seul coup plus sympathique, plus humain. Et visiblement, Sonny semblait partager son point de vue. Maggie n’avait pas tout entendu des murmures de la brune mais elle avait compris le principal. Elles étaient au moins deux, à se méfier de l'homme au blouson. Une fois Sonny sortie, suivie de prêt par Kensie, elle s’approcha de Ross pour à son tour, lui chuchoter son point de vue à l’oreille.

« Sonny n’a pas tort. L’histoire de ce type ne tient pas debout. Il aurait été chassé deux jours pour un motif aussi futile ? Non, j’y crois pas. Il y a autre chose. On serait plus en sécurité dehors que dedans. Après tout, c’est lui que le tireur veut, pas nous. Je vais rester avec Sonny, comme tu me l’as demandé. »

Si appartenir à Genome lui avait appris une chose, c’était à se méfier des inconnus. La rousse qui se changeait en stroboscope ne lui inspirait aucune crainte, l’écolo non plus. Le nouveau venu, à par son prénom, elle n’en connaissait pas grand-chose. Se détournant de Ross, elle rejoignit les deux jeunes filles qui se trouvaient à l’entrée de la grotte. Kensie était sur le point de pleurer, Maggie se plaça devant elle et la prit par les épaules. Il ne manquerait plus que la blonde s’effondre en larmes.

« On va faire ce que Ross nous a demandé, d’accord ? Tu restes avec lui et moi avec Sonny. Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer. » La rousse fouilla pour la troisième fois dans sa poche et en ressortit le briquet qu’elle plaça dans la main de Kensie. « Et si les choses tournent mal, tu n’hésites pas à te servir de ton don. C’est comme pour le braquage de la banque, c’est eux ou nous. »

Maggie espérait vraiment avoir convaincu Kensie. Elle lui adressa un dernier sourire qui se voulait rassurant, elle se tourna vers Sonny. A partir de cet instant, elles seraient Laurel et Hardy, Tintin et Milou ou encore Spirou et Fantasio. Elle ne lâcherait pas Sonny d’une semelle du temps qu’elle s’obstinerait à rester dehors, à découvert. D’autant plus que, plus la journée avançait, plus la rousse ressentait un élan de sympathie de cette brunette. Elle la connaissait d’avant. Un visage qui ne lui était pas inconnu et qu’elle savait qu’elle appréciait. Mais d’où ? Bonne question.

« T’as l’air de partager mon intuition sur ce gugus alors on va faire équipe. Il n’est pas net. Je le sens pas. Enfin bref, tu comptes aller où comme ça ? Remarque je m’en fiche, Ross m’a demandé de rester avec toi, donc je le fais. N’espère même pas aller quelque part sans moi, compris ? »

Compris ou pas, elle s’en fichait. Elle suivrait Sonny où qu’elle aille. Foi de Maggie !
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 16 Juil - 22:02

L’écossais fut surpris de constater que le parfait randonneur prénommé Aldo ainsi que la jeune fille rousse « illuminée », l’écolo de service et l’homme blessé à la joue avaient suivi les membres de Genome. La forêt n’était-elle pas assez grande pour que ces inconnus les suivent ? Mais bon, la forêt était un espace de liberté et chacun était libre de suivre le chemin qu’il voulait. La descente fut quelque peu chaotique mais, hormis quelques égratignures, personne ne fut blessé. Une grotte se trouvait en bas de la pente. Dans un premier temps tout le monde s’y réfugia. Affaiblis par leur course folle, il était préférable de ne pas être à découvert pour reprendre son souffle.

Ross s’assit sur un rocher. Il retira son sac à dos et le déposa au sol. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas piqué un sprint ! Il avait besoin de reposer ses muscles quelques minutes. L’homme traqué prit la parole pour expliquer ce qu’il lui arrivait. Son histoire était assez étrange mais s’il était réellement poursuivi par un fou, elle n’était pas complètement absurde. Certains criminels avaient tué pour moins que ça ! Sonny s’approcha alors des membres de Genome qui s’étaient regroupés. Elle était persuadée que l’homme traqué ne disait pas vérité. Intuition féminine ? Peut-être. Ross jeta un coup d’œil vers lui. Il avait l’air plus près de l’évanouissement que dangereux. Mais bon, si la jeune fille avait peur de lui, il n’allait pas la forcer à rester.

- Sois prudente quand même. Il y a un homme armé dehors. Si tu peux te trouver un perchoir pour dominer la situation, n’hésite pas à grimper. Conseilla-t-il alors qu’elle commençait déjà à s’éloigner suivit de près par Kensie.

Miss lumière prit le temps de se désaltérée avant de se diriger prudemment vers la sortie. Sans doute voulait-elle surveiller les faits et gestes des deux imprudentes. Maggie était du même avis que Sonny, elle pensait qu’il était préférable de quitter cet habitacle naturel. Décidément, les femmes avaient décidé d’être contrariantes aujourd’hui. S’il n’y avait qu’aujourd’hui d’ailleurs !

- Je ne sais pas si Sonny a tort ou raison, mais n’oublie pas Maggie, que l’union fait la force. Je ne crois pas que le fait de se disperser nous aide à limiter les dégâts. Par contre, je suis entièrement d’accord avec toi, on ne peut pas laisser les filles seules. Une adulte responsable ne sera pas de trop pour veiller sur elles.

Du peu qu’il avait vu, Miss Wellsan était une vraie mère poule. Il lui faisait entièrement confiance pour éviter que Sonny et Kensie ne prennent des décisions inconsidérées. Pendant ce temps, l’écolo sortit de la grotte mais Ross n’y prêta pas attention. Il était plus préoccuper par le sort des jeunes filles que par les garçons. Il partait du principe qu’un homme avait plus de ressources physiques pour se défendre dans un milieu hostile. Encore que, ce n’était pas vraiment le cas lorsqu’il s’agissait de mutants.

Le psychologue se retrouvait seul avec Aldo et la cible du tueur. Il devait tenter d’y voir plus clair. Ayant récupérer une respiration normale, Ross sortit une petite bouteille d’eau de son sac, se leva et s’approcha de l’homme traqué.

- Tenez, buvez ça déjà ! Pour le dîner, ça attendra. Dit-il en lui tendant la bouteille.
- Je m’appelle Ross, et vous ? J’ai écouté votre petite histoire avec attention mais il y a une chose que je ne comprends pas. Vous dites que ça fait deux jours que quelqu’un vous poursuit pour vous tuer… et tout ça uniquement parce que vous avez mis la musique trop forte et éparpiller vos détritus. C’est un peu gros je trouve ! Ce type qui veut vous tuer, vous l’avez vu n’est-ce pas. A quoi ressemble-t-il ?

L’écossais en avait marre des morts ! Le monde ne pouvait-il pas vivre en paix ? A croire qu’un mauvais sort avait été jeté sur Genome. S’il pouvait éviter qu’il y ait un mort de plus aujourd’hui, il n’en serait pas mécontent.

- Et vous Aldo, vous pensez quoi de tout ça ? D’ailleurs, vu le danger, je me demande pourquoi vous nous avez suivis ? Et l’écolo de service, il est passé où celui-là ?

Cela faisait beaucoup de questions. Si Sonny avait peur de l’homme traqué alors que Ross lui laissait le bénéficie du doute, il n’en demeurait pas moins qu’il se méfiait toujours un peu des inconnus.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 19 Juil - 11:26

    Le jeune homme était donc sortit de la grotte avec comme ambition de trouver des plantes grimpantes, malheureusement, il fallait croire que Matth avait oublié le climat de Los Angeles, des forêts sèches qui ne favorisait pas la croissance de ce genre de plante qui nécessitait beaucoup d'eau ainsi qu'un climat légérement plus humide. Matth était donc redescendu bredouille et tandis qu'il allait retourner dans la grotte,il s'installa près de l'entrée, pouvant ainsi surveiller les mouvements extérieurs, même si le dingue avait visiblement utilisé un fusil à longue portée, et qu'il ne pourrait sans doute pas le voir.

    Heureusement, Matth n'était pas assez stupide pour rester en ligne de mire, des informations qu'il possédait, et qui était très bancale, il s'agissait visiblement d'un fou, ou peut-être pas... Mais toujours est-il que uand on tue quelqu'un, on ne veut pas de témoin... Même s'il commençait à y en avoir beaucoup. 

    Matth observa donc la scène qui se déroula à l'intérieur, le moment de doute de l'une des femmes qui, comme par hasard, venait de regarder son téléphone portable, la lumière bleutée émise par l'écran de l'appareil l'ayant trahi dans la pénombre de la grotte. Ensuite la mini crise de claustrophobie. 

    Le jeune "écolo de service" étant près de la sortie, sortie son piolet, pour avoir l'air un peu plus agressif. Matth n'était pas une armoire à glace, loin de là, mais il n'était pas non plus maigrichon, un jeune homme assez sec et musculeux, la forme physique de quelqu'un qui passe beaucoup de temps à l'extérieur.

    -Pour info, mon nom est Matth. Maintenant que les présentation sont faite, on va passer à la partie la moins marrante. Cette jeune femme nous cache quelque chose, vous trouvez pas bizarre que juste après avoir lu un truc sur son téléphone elle se met à dire que l'autre ment et que le tueur ne nous veut rien ?

    Matth essayait d'être logique, c'était la meilleure chose à faire au vu des risques qu'ils encouraient. Il était clair que la jeune femme était là par hasard, mais elle en savait plus que ce qu'elle voulait bien dire. Ensuite Matth pointa légèrement le piolet en direction de Carl :

    -Quand à vous, ne croyez pas qu'on soit stupide, vous ne nous dites pas quelque chose, cependant ça ne veux pas dire que vous soyez le méchant... Vous pourriez très bien être un témoin dans une affaire de meurtre prit en chasse par un tueur... Mais si vous ne nous dites pas la vérité, on va avoir du mal à s'en sortir.

    La dernière phrase de Matth était adressée aux deux personnes auxquels il s'était adressé, Sonny et Carl. Pas de doute que tout cela risquait d'être fort peu pratique. Une jeune femme qui en savait plus que ce qu'elle ne voulait bien dire et un type qui n'en pouvait plus.

    -Pour info... On ne part pas en randonnée sans équipement, j'ai quelque ration de survie et un téléphone satellite, si jamais cela devait s'éterniser... Et pourquoi pas appelez les secours ?

    Matth restait toujours près de la sortie, faisant en sorte de ne pas être trop facilement atteignable de l'extérieur, mais bloquant toujours la sortie, personne ne sortirait pour le moment. Faisant enfin attention au manque de luminosité, Matth sortit de son sac 4 glowstick, qu'il lança à quatre personne, en les craquant, la lumière chimique s'allumerait. 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 19 Juil - 15:51


Carl (Steve Buscemi)
Brun - Yeux bleus - Quarantaine d'années - 1.75m
Vêtu d'un jean noir, d'un tee-shirt noir et d'un blouson qui est fermé

L'explication de Carl ne semblait pas les convaincre. Rien n'allait comme l'homme le désirait. Il pensait que ce groupe de gens allait l'aider mais ils s'éparpillaient. La brune était sortie, la blonde l'avait suivie. Une rousse également et la seconde rousse commençait à suivre le même chemin. Il parlait d'un dingue dehors et les femmes sortaient. Elles n'avaient donc pas peur ? Que faire à présent. Il se retrouvait avec deux hommes. Et celui qui avait la quarantaine entreprit de lui donner une bouteille d'eau. Carl la saisit mais hésita à boire. Un homme était à sa poursuite et l'autre songeait à faire les présentations ? La bouteille resta en suspend dans les airs. En plus cet homme n'avait rien compris à son histoire. Ce n'était pas lui qui avait mis la musique trop forte et éparpillé les déchets mais l'autre type. Qu'il ouvre ses oreilles pour mieux entendre !

« Il est... Il a des yeux bleus, très froids. Et.. »

Mais il s'interrompit car l'homme aux rangers venait de sortir une arme. Un pistolet ? Carl en lâcha la bouteille qu'il tenait à la main. En plus cet homme se tenait entre la sortie et eux. Il pouvait aussi bien s'adresser aux hommes à l'intérieur, qu'aux femmes à l'extérieur.

« Encore un fou.. ! »

Puis ce fut un terrible mal de tête qui s'empara soudain de notre homme. Il se plia presque en deux, posant ses mains sur ses tempes. Il avait l'habitude que cela lui arrive. Par contre, ce qu'il ne comprenait pas, c'était pourquoi c'était si fulgurant. Il avait l'impression qu'on lui martelait le crâne. Il se reprit pourtant rapidement. Son regard se porta tour à tour sur les hommes.

« Je veux sortir d'ici, vous êtes... différents. »

Et ne parlant plus, il se dirigea vers la sortie. A choisir entre le mal de tête et le fou à l'extérieur, son choix était fait. Il préférait encore affronter celui qui le poursuivait que rester avec tout ce monde. Il y en avait trop. Ils étaient trop nombreux. C'était des mutants et il le savait. Il avait appris à les reconnaître à cause de son propre pouvoir qui n'en faisait qu'à sa tête. Et c'était en train de recommencer. Sans ménagement, il bouscula l'homme aux rangers qui tenait le pistolet. Et il poursuivit son chemin jusqu'à rejoindre les trois jeunes femmes. Il prit soin de rester derrière elles, pour se dissimuler du tireur si jamais il était dans les parages. Son pouvoir prenait de l'ampleur mais ça, ils ne le savaient pas encore. Ils le découvriraient bientôt si jamais l'un d'eux s'essayait... Mais pour le moment, il fallait encore qu'il tente d'avoir de l'aide.

« S'il vous plait, aidez-moi. C'est un fou et il va tous nous tuer. Et que vous soyez mutants n'y changera rien. »

Sa main passa sur sa tempe. Il venait de lâcher une phrase de trop. Mais il n'arrivait plus vraiment à réfléchir avec ce mal de tête. Tout allait déraper et il le savait. Lui le premier .


HRP : Bienvenue dans le switch des pouvoirs qui est le don de Carl !
Aldo se retrouve avec le pouvoir de Ross, et Ross avec le pouvoir d'Aldo
Matthew prend le pouvoir de Elizabeth et Elizabeth celui de Matthew
Kensie prend le pouvoir de Sonny, Maggie celui de Kensie et Sonny celui de Maggie.
C'est comme si les pouvoirs étaient découverts. Il n'y a aucun contrôle dessus, ils se déclenchent tous seuls. Et vous devez utiliser les dés si vous décidez de le faire se déclencher dans votre prochain post, pour déterminer l'étendue des dégâts.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Aldo Klov


avatar

Messages : 301

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 9:24

Une fois dans la grotte le fugitif tenta désespéremment de donner des explications. Mais personne ne semblait disposé à croire à son histoire.
Depuis qu'il s'était joint au groupe, personne n'avait vraiment fait attention à Aldo. Chacun gérant comme il le pouvait son stress.
Les messes basses entre Sonny et Ross n'échappèrent pas à Aldo. Il ne pu toutefois qu'en saisir que quelques bribes comme issues d'un talkie walkie : "Il ment .....arme poursuite ..... des deux cotés, ..... Anne m’a parlé du Blue Lake" ....."

S'agissait-il des évenements de son Blue Lake ? Le monde est petit dit-on. Pouvait-il y avoir un rapport entre ce petit groupe et l'échange de Dunney Holder à Blue Lake ? Non, il s'agissait probablement d'une coincidence, à moins qu'il ne soit effectivement en présence de mutants du groupe Genome. Mais rien pouvait laisser présager dans le comportement des nouveaux compagnons d'Aldo qu'il s'agissait de mutants. Mis à part la loupiotte orange, la jeune rousse qu'Aldo avait instantanément baptisée ainsi car elle était jeune et en plus elle éclairait.

"Ne pas se prendre une balle, sortir d'ici, et trouver des renforts à la mesure du tueur"
Sans doute les membres du groupe pensaient-il à cela et chacun à sa manière; Ross l'organisateur avec l'optimisme invincible d'un homme qui se sait fort et se croit sage ; Les filles, Maggie, Kensie, Sonny et la loupiotte sans vraie stratégie et en s'exposant; l'homme au piolet avec la serenité du type qui a tout prévu, m^me le téléphone satellite; le fugitif d'une façon plus vague avec le sentiment d'être protégé par le groupe, et enfin Aldo avec la conviction d'être capable d'aider les autres à trouver les moyens de s'en sortir.

Oui, Matth l'homme au piolet avait un téléphone satellite. "Moi qui pensait être organisé me voilà dépassé" si dit Aldo qui n'avait imaginé s'équiper d'un tel accessoire.
"OK, " lui répondit-il "vous avez un téléphone satellite, alors qu'attendez vous pour passer un appel aux secours. Dans le meilleur des cas, les rangers seront là dans 2h00. Le temps risque d'être long alors pourquoi en perdre ? " d'un ton n'invitant pas à la discussion. Avant de poursuivre :
"J'ai entendu de l'eau couler derrière le gros rocher là bas" dit-il en pointant du doigt. "C'est sans doute un bras de la rivière que nous avons vu avant d'entrer dans la grotte, Nous avons donc un moyen de nous échapper, si d'aventure notre tireur devait venir au contact" Puis s'adressant aux filles à l'entrée de la grotte.
"eh les aventurières, vous feriez mieux de rester bien à l'abri dans la grotte, il y a une sortie par là. " les invitant aimablement à se mettre à couvert.
Indubitablement le fugitif n'était pas crédible, et Ross l'organisateur résumait bien la pensée d'Aldo. "C’est un peu gros je trouve", en le prenant à partie, en lui demandant son avis.

"Oh, oui je suis d'accord. C'est un peu gros! On n'essaye pas de tuer quelqu'un parce qu'il met sa radio trop fort, ou du moins on ne le poursuit pas pendant 2 jours! Un coup de feu sur un coup de colère à la limite, mais pas une course poursuite, mouais ? " poursuivit Aldo d'une moue dubitative.
D'emblée ils avaient tous fait confiance au fugitif. Mais qui était-il ? Qu'avait-il pu faire pour qu'un type soit à ses trousses pour le tuer. Et qui était reellement le type qui le poursuivait ?
Un déséquilibré, un mari jaloux, un tueur à gage ? Tout était possible.

Estimer la force de son adversaire. C'est bien l'un des premiers enseignement de l'art du combat, ou de la guerre. Il ne s'agit pas d'envisager puis de mener des attaques optimistes dont le résultat est trop incertain, sans connaitre la force de son adversaire mais plutôt dans leur situation de veiller les uns sur les autres, et de protèger le groupe. D'où le comportement qu'avait adpoté Aldo vis à vis des filles. D'ailleurs comment auraient-ils pu mener une attaque contre un adversaire, qu'ils ne pouvait qu'imaginer, et avec quels moyens. La capacité de leader d'Aldo allait permettre à chacun de s'y atteler.
Se laisser aller, lâcher prise c'est comme cela que sa capacité fonctionnait. Il allait ainsi pensait-il, pouvoir raisonner Sonny l'écervellée, le fugitif, et trouver les mots justes, en attendant que Matth l'homme au piolet se décide enfin à passer le coup de fil salvateur à un ami. Mais peine perdue, aucun retour plus de son et plus d'image, emmanent d'eux, nada ! Il en était incapable, constatait-il avec regret et amertume.

Le fugitif quant à lui paraissait complétement sourd aux remarques de Ross sur la crédibilité de son histoire. Pris d'une nouvelle panique, il marmonna " Encore un fou " et lacha la bouteille d'eau que Ross, lui avait tendue.
"Ce type n'a pas toute sa tête, et moi non plus" se dit Aldo alors qu'il sentait un afflux de sang monter le long de ses tempes, et que les pulsations résonnaient dans son crâne. Boum boum, boum boum, sa vision s'obscurcissant d'un seul coup. "Que m'arrive t'il encore " dit Aldo à haute et intelligible voix, en portant la main à ses yeux, tandis que le rayon laser de sa nouvelle capacité sortit de ses yeux.



- Attaque précise : Le rayon laser de la nouvelle capacité d'Aldo picote juste la main d'Aldo sans conséquence, il s'adapte facilement

- Attaque déviée : Le rayon laser passe au travers de sa main et va toucher faiblement Ross en face de lui qui comprend qu'Aldo à le même pouvoir que lui.

- Attaque imprécise : Le rayon laser va pulvériser le rocher fait s'ébouler quelques morceau dans la rivière, éclaboussant tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 9:24

Le membre 'Aldo Klov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Remington Pillsbury

We will fight to the death
To the Edge of the Earth

avatar

Messages : 10864

All about you
Your secret life:
Disponibilité: A voir directement avec moi

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 11:13

J'observais. Mon regard ne quitta l'entrée de la grotte que pour observer l'homme aux rangers qui finit par y retourner. Le message que j'avais transmis à Sonny était arrivé jusqu'à son portable. J'avais eu l'accusé de réception comme quoi elle l'avait bien reçu. Un coup de chance avec les parois épaisses de la grotte. Par contre, je ne savais pas du tout si elle le verrait ou non. Il fallait que je laisse s'écouler les secondes, prenant mon mal en patience. Il fallait surtout que je reste concentré sur Carl sans que mon esprit dérive de trop vers ma femme. J'étais un professionnel, je ne devrais pas avoir trop de mal à le faire. Pourtant il y avait cette cible sur laquelle j'avais des connaissances et que ce groupe ne pouvait pas imaginer. Je savais que Sonny n'approuverait pas mon geste. Tout comme je savais qu'elle ne pourrait pas m'en empêcher. Rien ne m'arrêtait durant une mission. Et même si je l'aimais, je ne pouvais pas mettre ce contrat de côté. Ce n'était pas simplement une question d'argent pour tuer un pauvre innocent cette fois. J'avais une seconde raison qui me poussait à le faire.

Je plongeais ma main droite dans la poche de ma veste. J'en ressortis deux graines de tournesol. Voilà à quoi je carburais depuis deux jours que je ne relâchais pas mon emprise sur Carl, le poursuivant inlassablement. Graines de tournesol, un peu d'eau. Si la poursuite devait se prolonger, il faudrait que je me mette en quête d'autre chose pour me nourrir. Car les graines de tournesol, j'en raffolais mais ça ne nourrissait guère. Ça coupait la faim tout au plus. Une silhouette sortit de la grotte. Sonny. Je poussais un léger soupir de soulagement. Elle avait du voir mon message. D'ailleurs, je profitais rapidement de cet instant pour jeter un oeil à l'écran de mon téléphone. Un message. Cinq autres personnes. Cela me confirmait le nombre de que j'avais compté avant de partir à leur poursuite. Ne pas leur faire de mal et les protéger. Elle me demandait beaucoup. J'étais prêt à le faire pour elle mais pour les autres, c'était une autre histoire. Ils ne pouvaient pas être au pire des dommages collatéraux ? Non, elle m'en voudrait si je ne faisais rien. Je poussais un soupir en rangeant mon téléphone et en reportant mon regard sur l'entrée de la grotte. Deux femmes avaient rejoint Sonny. Aucune trace de Carl. Il me sembla apercevoir dans leur dos un homme et une femme. Et lui tenait quelque chose qui attirait mon attention. Une arme ? Je n'avais pas confirmation de là où je me trouvais. Il fallait que je me rapproche. Au risque de me dévoiler ? C'était risqué.

Il fallait pourtant que je me décide. Une autre silhouette venait de sortir de la grotte et se tenait derrière les femmes. Je la reconnaissais celle-ci. Il était trop proche de Sonny. Et il cachait mon angle de tir en prenant soin de rester derrière elles. Il allait me le payer. Il ne me laissait pas le choix. Je bougeais enfin de ma position, déposant mon fusil au sol et le recouvrant de quelques branches. Ma main se posa machinalement sur mon pistolet qui était à ma ceinture dans mon dos. Puis je sortis de la poche arrière de mon pantalon une casquette que je me mis sur la tête, dissimulant ainsi quelque peu mon visage. Tant pis pour le danger. Carl était beaucoup trop près. Et contrôler la situation avec d'autres personnes autour de moi n'était pas une chose qui me faisait froid aux yeux. J'avançais à travers les arbres dans leur direction. Un pas tranquille. Mon regard ne quittait pas ma cible. Il se posa toutefois sur l'autre homme qui se trouvait derrière à quelques mètres. C'était bien une arme qu'il avait en main. Voilà qui n'était vraiment pas prévu. Un randonneur qui se promenait avec une arme. Je ne me trouvais plus qu'à quelques mètres d'eux. Mon regard n'exprimait rien. Je ne pouvais pas, ça aurait été me trahir et surtout il fallait que je reste sur ma mission.

« Carl... Tu penses vraiment que tu vas m'échapper alors que tu mérites ce qui va t'arriver. » Celui-ci se tenait la tempe comme s'il souffrait d'une forte migraine. Je reconnus alors la rousse se tenant à côté de Sonny. Oh mais c'était la petite amie à John Ford ! Elle aussi faisait partie de ce groupe ? Le monde était décidément petit. Ce n'était pourtant pas le moment de demander une confirmation. Ma main droite se glissa dans mon dos pour récupérer mon arme. La sécurité fut enlevée. Faire abstraction de ces personnes qui se trouvaient entre lui et moi. Oublier que Sonny était là. Se dire qu'il serait temps de s'occuper des témoins par la suite. Brennen était un excellent nettoyer et il connaissait quelqu'un pour effacer cet épisode de leurs mémoires si jamais ils décidaient d'en parler. Et surtout Brennen était flic, il ferait disparaître les dépositions et les preuves sans que personne n'ait le temps de se plonger dedans. Mon bras se tendit, ma respiration se bloqua et sans chercher à comprendre, je tirais.

Spoiler:
 

_______________________________________________________________





Would you lie with me and just forget the world ?


Rem en bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 11:13

Le membre 'Remington Pillsbury' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 12:39

La rouquine ne maitrisait pas son truc avec les yeux ? Tant pis, ce n’était plus le problème de Sonny. Elle, elle était toute entière tournée vers ce sms qu’elle avait reçu. Elle était la seule à savoir, la seule à avoir en main toutes les raisons de partir de cette grotte. Et elle priait intérieurement pour que Rem lui ait dit de partir parce que ce type était dangereux et pas parce qu’il avait prévu de tuer chacun des randonneurs pour atteindre sa proie. Non, il ne le ferait pas. Parce qu’elle ne lui pardonnerait jamais et qu’il le savait. Donc c’était bien parce que cette « proie » était une menace. Il n’en avait pas l’air comme ça, mais Sonny avait suffisamment d’indice pour savoir qu’il mentait et que rien que cela, c’était louche. Elle avait essayé de les prévenir, les autres. Elle leur avait dit de fuir et elle espérait que Kensie et Ross auraient suffisamment confiance en elle pour la croire sur parole et ne pas se mettre en danger inutilement. Maintenant, elle ne pouvait plus rien faire pour eux. Alors très vite, elle effaça le sms reçu et celui qu’elle avait envoyé. Personne n’avait à savoir. Elle avait choisi de faire confiance à Remington et à s’éloigner, elle et son bébé, de ce type qui crachait ses poumons.

Elle courait vite, elle échappa donc aisément à la surveillance de tous les autres, plus concentrés sur la victime de Remington que sur elle. Sauf que Kensie la rattrapa une fois à l’extérieur de la grotte. Il faudrait vraiment qu’elle reprenne le jogging parce que si Kensie, la plus grande flemmarde de l’univers arrivait à la rattraper, c’était mauvais signe. La blonde l’obligea à stopper sa course et à lui faire face en lui agrippant violemment le bras. Bien sûr que Sonny comprenait la logique de Kensie – sauf la mention du revivre ça – mais elle ne pouvait pas lui dire non plus le pourquoi du comment.

« Et si ce type là, dans la grotte était plus dangereux que le mec dehors ? Et si c’était un fugitif poursuivi par la police où je ne sais quoi ? Tu y as pensé ? »

Mais Kensie ne pouvait peut-être pas penser là, maintenant. Elles allaient faire quoi ? Jouer à « je te tiens, tu me tiens par la barbichette sans barbichette » ? Ce sera à laquelle des deux cèdera la première ? Parce qu’il était hors de question pour Sonny de remettre les pieds dans cette grotte ou de laisser Kensie se jeter dans la gueule du loup. Il fallait qu’elle la croie. Au pire, elles se battraient là comme deux belles idiotes. Sauf que Maggie intervint et la façon dont elle s’adressa à Kensie… Maggie ! Sonny se traita d’idiote. Comment avait-elle pu l’oublier ? La Maggie du café, avec John ! Et elle tendit un briquet à Kensie, en lui disant de ne pas hésiter… Euh… en pleine forêt, avec du bois pour faire un mechoui géant ? Pas de feu, pitié, pas de feu… Puis la rousse se tourna vers Sonny, lui affirmant se méfier de ce type en fuite. Par contre, qu’elle lui colle aux basques, ça, c’était moins génial… Et si Rem débarquait ? Maggie le reconnaitrait… Non, Rem n’était pas idiot à ce point.

« Nulle part, il fallait juste… que je sorte. Etre enfermée avec ce malade… Je sais que c’est dingue d’être dehors avec ce tireur, mais il y a peut-être une bonne raison pour que quelqu’un lui court après… Maggie, le café, avec John… J’ai confiance en toi. On reste ensemble si c’est ce que tu veux mais je ne m’approcherais pas du type dans la grotte. Ross a parlé d’un perchoir. On pourrait essayer de grimper, regarde, au dessus de l’entrée de la grotte. »

Sauf qu’elle entendit la remarque de l’écolo de service, Matth. Le salaud était en train de la balancer. Pas de pot mon gars, Sonny avait effacé les messages, mais s’il instillait le doute dans l’esprit des autres, ce ne serait pas bon pour elle.

« Tu crois vraiment me faire peur avec to arme avorton. Rêve. J’avais prévu de faire une RANDONNEE par de partir pour une opération commando. Et je n’ai pas besoin d’un sms pour savoir que ce type ne dit pas tout. Qu’est-ce que tu vas faire ? Me tirer dessus ? Je suis dehors, si tu as peur du tireur, qu’est-ce que ça peut te foutre ? Il me buttera et fin de l’histoire. »

Ce type lui tapait vraiment sur le système. Crétin. Et il se croyait dans un film en plus. Abruti. Mais déjà, leur mystérieux invité déboula et bouscula ce Matth. Purée… il ne pouvait pas rester sagement dans la grotte ? Ce fou, c’était Rem et non, il n’allait pas tous les tuer, mais ça, elle était la seule à le savoir. Par contre, elle jeta un regard intrigué à Maggie quand il parla de mutant. Comment savait-il ? Et voilà qu’il jouait au pauvre victime de migraine… Et Aldo qui s’y mettait… Non elles ne seraient pas plus en sécurité dans cette grotte bon sang ! Mais comment leur faire comprendre ? Et que se passait-il pour qu’il y ait ces maux de crâne apparemment partagés sauf par elle. Elle se sentait normale. Bizarre tout ça…

Et soudain cette voix ! Sa voix ! Mais à quoi jouait-il ? Elle tourna le regard vers Remington. Il était dingue ! Il espérait vraiment qu’on ne le reconnaisse pas avec sa casquette ? Peut-être. Il fallait espérer. Elle, elle le connaissait par cœur, mais les autres ? Au moins, ses propos confirmèrent un espoir qu’elle nourrissait : Carl n’était pas un bon gars innocent. Il était même dangereux sinon, il n’aurait pas dit ça. Ses yeux firent la navette entre Carl et Rem. Elle ne devait pas trahir l’homme de sa vie. Elle ne se força même pas à sursauter quand elle le vit dégainer son arme et tirer, alors que Carl n’était qu’à quelques centimètres d’elle. Un bruit sec, puis un deuxième et une douleur fulgurante à la cuisse gauche. Sonny sentit sa jambe se dérober sous elle, et elle se retrouva par terre, aux pieds du fuyard, la douleur lui arrachant un cri. Ses doigts se portèrent à sa cuisse et se retrouvèrent poisseux de sang, mais pas d’hémorragie. Elle était entaillée. La balle avait dû l’effleurer et lui arracher un peu de peau et ça la lançait. Bon sang. Depuis quand Rem ratait-il ses coups à ce point ? *Allez mon cœur, tu ne te trahis pas maintenant. Tu finis ton boulot et tu dégages, on va s’occuper de moi…* Qu’il ne se fasse pas prendre, elle lui passerait plus tard un savon pour ça, quand ils seront tous les deux et en sécurité. Allez, faites que la télépathie fonctionne, elle croisait les doigts pour qu’il comprenne, avec le regard qu’elle lui lançait. L’avantage au moins, c’est que Matth arrêterait de la soupçonner d’être du côté du tueur… belle diversion, même s’il venait de donner raison aux craintes de Kensie, mais sérieusement, elle en avait marre des bobos là.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 14:33


Carl (Steve Buscemi)
Brun - Yeux bleus - Quarantaine d'années - 1.75m

Bam. Bam. Bam. Le mal de tête était si présent qu'il sentait que la moindre sensation était décuplée dans son corps. Il pouvait presque entendre les battement de son propre coeur. C'était toujours enclenché, ce don qu'il possédait. Et il resterait tant qu'il aurait toujours aussi mal à la tête. Il savait comment ça cesserait. Il perdrait sans doute connaissance comme d'habitude car il ne contrôlait rien. En attendant, ça prenait de l'ampleur et c'était un autre chemin qu'il empruntait. Celui de la folie. Car il ne contrôlait justement rien et que ça provoquait chez lui des rictus nerveux. Il y eut une voix. Il la connaissait. Sa main s'ôta de sur sa tempe. Son regard se releva. Il croisa les yeux bleus de celui qui le poursuivait. Carl n'avait plus peur. Avait-il déjà ressenti cette peur depuis le début ? Seul lui le savait. Ce n'était peut être que façade pour mieux tromper son monde. Et cet homme au regard froid qui venait de dévoiler son prénom, disant qu'il mériterait sa mort. Il n'avait plus le choix. Feindre l'innocence ne l'aiderait pas à se sortir de cette situation.

Il y eut un coup de feu. Notre homme fut parti de ceux qui sursautèrent. Quelques secondes s'écoulèrent et il se rendit compte qu'il n'était pas touché. Il ouvrit la fermeture de sa veste alors que l'une des femmes s'écroulait. La brune. Bien fait pour elle. Par pur réflexe, et oubliant son mal de tête, il donna un coup de coude en plein visage de la rousse pour la mettre hors service. Sa main se glissa dans son blouson et il en sortit une arme. Le jeu était dangereux. C'était eux ou lui. Et ça serait eux qui mourraient. Alors il chopa sans ménagement la blonde, l'enserrant à la gorge avec son bras gauche tout en la rapprochant de lui pour qu'elle fasse rempart. Si une autre balle devait être tirer, elle ferait une victime rêvée. Serrant bien son emprise sur elle, son arme se tendit en direction du tireur. Puis elle pivota vers l'homme aux rangers qui tenait également une arme. Il la serrait bien. Impossible de la lui enlever. Les jointures de ses doigts devenaient blanches à force de serrer. C'était sa seule amie face à eux.

« Vous bougez et elle est morte ! » La blonde qu'il tenait ? Non son bras ne se replia pas pour que l'arme se pose sur la tempe de la jeune femme. Non, au contraire, il la pointa en direction de la brune à terre qui avait été touchée par le ricochet de la balle. Il mit en joue sa tête. Elle serait la première et les autres suivraient. Et s'il les tuait tous, il épargnerait peut être cette petite blonde qu'il avait pris en otage. Il sentait le parfum de son shampoing lui parvenir jusqu'aux narines. Envoûtant. Il pourrait s'amuser avec elle. Quand tout serait fini et qu'ils ne seraient plus que tous les deux. Et pour la suite, ça dépendrait si elle avait des affinités avec lui.


HRP : Toujours pas d'autorisation de tuer le PNJ. Ni Rem d'ailleurs pour ceux à qui cette idée traverserait l'esprit.. Vu que Maggie est en vacances jusqu'au 28, si son tour arrive rapidement avant cette date, on pourra le sauter en considérant qu'elle est à moitié assommer par le coup de coude de Carl.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Dim 22 Juil - 16:23

    « Et si ce type là, dans la grotte était plus dangereux que le mec dehors ? Et si c’était un fugitif poursuivi par la police où je ne sais quoi ? Tu y as pensé ? » « Non j'y ai pas pensé, parce que si c'était la police à ses trousses, y aurait pas eu de coup de feu. Tu crois que les poulets tirent quand les suspects sont à proximité d'innocents ? Pas que je connaisse le moindre flic, mais j'avais regardé suffisamment de séries télé pour savoir qu'ils tentaient toujours de nous protéger le plus possible. Ou alors c'était de la publicité mensongère et dans ce cas-là, croyez-moi, j'irai porter plainte. Physiquement parlant je n'étais pas au top de ma forme, la course jusqu'à la grotte m'avait épuisée, courir après Sonny n'était certainement pas ce que le médecin aurait conseillé et ne parlons même pas des deux coups de feux qui avaient rendu ma cervelle à l'état de purée, mais je vous jure que j'étais sur le point de la porter sur mon épaule jusqu'à la grotte, au moment où Maggie débarqua. En réalité j'étais prête à baisser les bras et à rester avec elle pour éviter qu'elle se mette en danger inutilement - parce que évidemment je suis la meilleure personne pour la protéger - mais c'est un secret à ne dévoiler à personne.

    « On va faire ce que Ross nous a demandé, d’accord ? Tu restes avec lui et moi avec Sonny. Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer. » Allô l'asile ? Réservez un lit, je vous amène une fille instable. Il était pas question que j'aille où que ce soit sans Sonny. Et en plus elle me donnait un briquet ? Non mais elle avait un problème dans sa tête, Maggie ou quoi ? Qu'est-ce qu'elle voulait que je fasse ? Que je raye Angeles Forest de la carte ? Et on dit que c'est moi la blonde ? Les rousses savaient se défendre dans la catégorie plus stupide que mes pieds tu meurs. Dans mon état il y avait deux possibilités. 1) Je perds le contrôle et tout le monde meurt, grillés à point. 2) Rien ne se passera. J'étais fan de la deuxième solution, mais me connaissant, ce serait probablement la première qui viendrait éblouir les yeux de mademoiselle aux idées de génie. Elle pourrait faire concurrence à Einstein. « T'es complètement barge ma pauvre fille. » lui dis-je alors en la regardant avec des yeux ronds comme des soucoupes. Elle était déjà tournée vers Sonny, mais je m'en foutais, il fallait que je lui dise, histoire qu'elle le sache. Elles étaient deux contre moi, tant pis, je resterai là, même si j'avais terriblement envie d'aller me planquer sous les jupes de ma soeur, c'est-à-dire loin, très très très loin de cette foutue forêt à la con. Et voilà que Sonny parlait de grimper je ne sais où pour regarder je ne sais quoi. « T'as un putain d'instinct de survie, Sonny, c'est hallucinant ! Tu te rends compte que tu sais pas faire un pas en avant sans te casser la gueule ? » Dixit celle qui avait été élue reine du 'et que jm'emmêle les pieds dans les draps'. Si j'étais pas capable de montrer à un arbre, Sonny l'était encore moins et il était pas question que Maggie le fasse, parce qu'avec sa crinière, elle serait repérée par les chinois. Et je parle bien des chinois de Chine, pas ceux de Chinatown.

    Mais comme les choses ne sont jamais simples dans ces moments-là … comme il faut toujours un crétin pour foutre le bordel … veuillez accueillir l'abruti numéro 1 mondial : Le drogué ! Enfin, Matt. Parce que évidemment tous les parents appellent leurs gosses par des surnoms. Matt, le nouveau Madonna ou le nouveau Britney ? « Mais dans le genre tu sais pas réfléchir tu fais des miracles mec. Qu'est-ce qui te dit qu'elle regardait pas l'heure ou qu'elle regardait pas si elle avait du réseau ? Qu'est-ce qui te dis qu'elle a reçu quoique ce soit ? Tu lis dans les pensées ? Arrête de te la jouer au super zéro et rentre chez maman. » J'hallucine ! Il a un super téléphone satellite et il demande l'autorisation pour appeler les secours. « Et pour info, à ton avis y a quoi dans les sacs ? De la merde en boîte ? » Il fallait le bâillonner le mec.

    "Eh les aventurières, vous feriez mieux de rester bien à l'abri dans la grotte, il y a une sortie par là. " Une sortie ? Pour aller où ? Si on s'était cloîtré dans une grotte, c'était pour se cacher, pas pour continuer à courir alors qu'on ne savait pas où était le cinglé. Sauf que le cinglé était juste là, le visage quelque peu assombri par une casquette. Ses traits n'étaient pas tellement visibles, mais je ne pouvais pas manquer ses yeux bleus. Par pur réflexe ou par pure stupidité, je me rapprochais de Sonny au moment où il sortit son flingue. Je ne savais plus si mon coeur battait à cause de la course dont je ne m'étais pas remise, où si c'était à cause de la peur panique, mais je savais que si je continuais comme ça, je ne pourrai bientôt plus respirer et je tomberais dans les pommes. Pas quelque chose de tellement envisageable vu la situation. Il tira et comme pour me protéger de l'énième flashback de la journée, je passais mes mains sur mes oreilles, dans l'espoir futile que je n'entende pas le bruit. C'était con, c'était blond, j'avais déjà entendu la détonation au moment où je m'étais boucher les oreilles. J'avais le regard rivé sur l'homme, mais ce n'était pas tellement lui que je voyais. Je tremblais peut-être même que je pleurais et peut-être même que j'étais en train de crier, je ne savais plus exactement. J'étais en train de devenir folle. Le genre de folie qui fait pas plaisir. Le genre de folie qui demande la camisole et l'enfermement à vie.

    Du coin de l'oeil, parce que je n'avais pas fermé les yeux, idiote que j'étais, je voyais Sonny tomber. À présent, je ne savais pas si mon coeur battait aussi vite à cause de la course, de ma peur des flingues ou de ma peur de voir encore quelqu'un à qui je tenais, mourir. « Sonny ! » Cette fois, j'étais sûre d'avoir crié. J'allais me précipiter vers elle, voir si les dégâts étaient importants, mais le gothique, qui s'appelait apparemment Carl m'empoigna par la gorge et me colla contre lui. Je ne quittais pas Sonny des yeux. J'étais au bord de l'évanouissement, j'étais sur le point de me pisser dessus tellement j'étais effrayée. Mon père, ma mère, mon frère, Kelly ... les larmes coulaient sans retenues sur mes joues. Pourquoi c'était toujours moi qu'on prenait ? Déjà à la banque j'avais été chopée de la même manière par un des braqueurs. Et pourquoi je pensais à ça maintenant ?

    « Vous bougez et elle est morte ! » Je ne voyais pas son arme, mais je ne sentais pas le canon contre ma tempe, ni contre ma nuque, ni contre n'importe quelle partie de mon corps. Ce n'était pas moi qu'il avait en joue. J'avais une vue limitée, Carl me tenait de manière à ce que l'homme ne puisse tirer sans me toucher, mais je pouvais voir Sonny et Maggie parfaitement. Les deux étaient au sol, mais je ne pouvais pas voir si Maggie était consciente ou non. Tourner la tête m'était impossible, me débattre était risqué, je ne savais pas sur qui il pointait son flingue. Il avait dit elle, c'était soit Maggie, soit Sonny et il n'était pas question, pas question qu'il tire. J'avais toujours le briquet dans mes mains. Comme la pro que j'étais, je l'allumais. En baissant les yeux, je voyais la flamme, mais j'avais beau bougé la main, j'avais beau essayé de bouger la flamme grâce à mon pouvoir, j'avais beau essayer d'appeler le feu dans la paume de ma main, il ne se passait rien. Rien du tout. Rien du tout. Qu'est-ce qui se passait ? Est-ce qu'on était de nouveau à Halloween ? Est-ce que c'était ma peur qui m'empêchait de faire quoique ce soit ? Je ne savais qu'une chose : je ne pouvais pas nous sortir de là. Je relevais les yeux vers Sonny. Ma vision était un peu floue à cause des larmes qui ne s'arrêtaient pas, mais je voyais suffisamment pour voir qu'elle avait les yeux rivés sur l'homme qui en avait après Carl. Un regard plein de sous-entendus que je ne comprenais pas. J'étais parano. J'avais peur. C'était complètement cinglé. J'étais pétrifiée, mais il fallait qu'il arrête de tenir mes amies en joue. « Non, non. Tuez-moi. S'ils bougent, tuez-moi. » J'avais la voix étranglée, il ne faisait que resserrer son emprise et il y aurait sûrement des conséquences à mes actes, mais il fallait qu'il me vise moi. Dans tous les cas, j'étais morte. Sans mon pouvoir, je n'avais rien pour me sortir de là et si les autres tentaient quoique ce soit, il tirerait. Autant se la jouer Harry Potter et accepter l'inévitable.

    La famille Lockwood était faite pour être décimée petit à petit. La mère, le fils, la fille ... à croire que quelqu'un avait mit un contrat sur nos têtes. Et quitte à mourir. « Sonny, tu vas bien ? » Elle n'avait pas l'air gravement blessée, seule sa jambe semblait saigner, mais j'avais besoin de savoir. Mon regard se posa ensuite sur Maggie, une fraction de seconde. Carl l'avait attaquée avant de s'en prendre à moi, elle semblait assommée. « Est-ce qu'elle va bien ? » Penser aux autres avant soi ... Kelly aurait été fière. Je suis sûre que si elle avait été là, elle m'aurait étranglée de ses propres mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 23 Juil - 2:47

Charmante promenade dans les bois. Elizabeth aurait été mieux de rester enfermer chez elle malgré tout. Après s’être approchée de la sortie de la grotte, elle retourna ensuite dans celle, mais moins creux que précédemment, sans être complètement à l’extérieur non plus. Juste question de ne plus être dans le noir, ni trop exposée. L’autre rousse parla à la brune et à la blonde, essayant de les calmer. Elle resta appuyée contre les parois, ne disant rien. Elle voulait juste ne pas se faire tirer dessus. Ne plus se transformer en lampe de poche quand elle ne le voulait pas aussi. Elle bougea sa jambe droite, la levant, la descendant durant quelque instant. Partir. Elle soupira, fermant les yeux. C’était elle ou tout le monde était vraiment bavard ? De temps à autre, elle pouvait l’être il était vrai. Pas là. Elle n’avait rien à dire. Alors, elle se taisait. Elle essayait de réfléchir à une manière de sortir de là. Ce qui n’était pas aisé. Ross posa des questions à celui qui s’était fait tirer dessus. Elle n’était pas la seule à trouver son histoire bizarre. Ross s’adressa ensuite à Aldo. Et ce fut celui qui l’avait aidé à aller jusqu’ici se mit à son tour à parler, un piolet dans la main ; il fut traité de fou. Après le tireur, le pioleur ? Il se nommait Matth. Il accusa la brunette de cacher quelque chose et cette dernière le prit pas très bien, tout comme la blonde. Matth s’adressa ensuite au blessé. Il y avait de bonnes idées. Il cachait quelque chose. Comme le jeune homme. Si ce dernier avait un téléphone qui marchait pourquoi n’avait-il pas appelé les secours ? C’était ce qu’elle avait essayé de faire précédemment, mais elle n’avait pas de réseau. Il lança ensuite des glowsticks, elle en attrapa une, pendant qu’Aldo disant tout haut ce qu’elle avait pensé tout bas. Pourquoi il n’appelait pas les secours ? Il y avait une sortie de l’autre côté. Elle était bien tentée par cette sortie.

Il commença à répondre aux questions, s’interrompant, se prenant les tempes, se relevant ensuite. Il passa devant elle, après avoir dit qu’ils étaient différent (elle avait dû aider en illuminant tout) allant se mettre derrière les trois autres jeunes femmes. Elle rangea sa bouteille d’eau, comptant se diriger vers la sortie qu’Aldo avait indiqué un peu plus tôt. Elle s’arrêta, lorsque ce dernier parla. « Vous allez bien ? » lui demanda-t-elle, suite au «Que m'arrive t'il encore" qu’il dit». Avant d’avoir une réponse, un nouvel arrivé arriva, avec une arme, parlant, accusant Carl (et sa voix lui disait vaguement quelque chose). Ils avaient été rattrapés et trouvés. Et il tira, la faisant sursauter encore une fois. La brune s’effondra. Sans même penser, elle se dirigea vers elle, habitude, mais s’arrêta lorsqu’il donna un coup de coup à l’autre rousse et que la blonde fut prise en grippe par Carl, qui avait une arme lui aussi. Surprise. Mauvaise surprise. Sous sa veste. Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ? Ils avaient couru, ils avaient chaud et il n’avait pas détaché sa veste. Il pointa son arme vers la brune, continuant de tenir la blonde, disant qu’il ne fallait pas bouger. Il fallait espérer qu’elle ait vu Miss Congeniality, ça serait le bon moment pour sortir les trucs d’auto-défense. Elle supplia plutôt qu’il la tue elle et pas la brune. Lui demandant si elle allait bien. « Elle est assommée. » dit-elle. Elle n’avait pas bougé. Et réponse égalait qu’elle allait peut-être arrêter de parler : dans la situation où elle était, c’était plutôt recommandé. « Je peux m’approcher et voir comment elle va vraiment ? » demanda-t-elle, sa voix tremblant un peu, ensuite à Carl. S’approcher et lui sauter dessus. C’était peut-être une idée. Tout en faisant attention à ce qu’il ne tire pas sur quelqu’un.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 23 Juil - 22:18

Après sa petite escapade, Matth revint se mettre à l’abri dans la grotte. Il n’avait pas tort le bougre. Sonny leur cachait quelque chose. Quelqu’un l’avait contactée, c’était une chose certaine. Etait-ce pour l’avertir d’un danger ? Etait-ce pour faire diversion ? Difficile à dire. Après tout, Ross ne connaissait pas beaucoup cette jeune fille. Elle avait l’air honnête, mais l’était-elle vraiment ? Le discours de Carl n’était pas limpide mais de là à penser qu’il mentait, il y avait un monde. Comme l’indiquait l’écolo de service, s’il n’en disait pas plus sur son traqueur, il était normal que tout le monde se méfie. Un téléphone satellite. Ross ramassa un des glowstick lancé par Matth. Même s’il avait une lampe de poche dans son sac à dos, cela pourrait toujours être utile. Pas maintenant, il ne faisait pas encore nuit. La peur semblait envahir de nouveau Carl. Après avoir réalisé qu’il était en compagnie de mutants, il sortit de la grotte en bousculant l’homme au piolet. Non content d’être dehors, il se planqua derrière les trois jeunes femmes. Ce type était complètement parano et la folie le gagnait. Pas de panique. Il fallait analyser la situation rapidement pour savoir quelle attitude adoptée. Les grands esprits se rencontraient ; Aldo suggéra ce à quoi Ross pensait.

- Qu’attendez-vous pour prévenir les flics ? Dit-il à son tour.

Au lieu de se vanter d’être un parfait randonneur, qu’il agisse. A moins qu’il soit de mèche avec l’homme traqué ? Pas le temps de se poser mille et une questions. Le comportement d’Aldo détourna l’attention du psychologue. Surprit de voir un rayon laser sortir de ses yeux, le jeune homme dirigea sa capacité sur lui-même. Il fallait qu’il soit complètement novice pour faire une telle chose. Heureusement, aucun dégât n’était à déplorer. Et un mutant de plus, un ! Cette idée avait un goût amer et renvoyait l’écossais à la soirée d’Halloween. Une trop grande concentration de mutants inconnus, ne maîtrisant pas leur capacité, ne laissait rien présager de bon.

*C’est quoi ce délire ?*

Les yeux bleus glacials correspondaient à la description du fugitif. Remington, le petit ami de Sonny, se dirigeait droit vers le groupe, arme au poing. Son air déterminé faisait peur. Il n’allait quand même pas tirer devant témoins et devant sa petite amie quand même ! Si c’était un bon traqueur, il ne se servait de son arme que pour intimider sa proie. Remington avait perdu la tête ou quoi ? En voulant tuer Carl, il mettait en danger la vie des membres du groupe. Le coup partit. Ross sursauta.

- Putain... Dit-il pour lui-même en se dirigeant sans réfléchir vers Sonny qui venait d’être touchée.

En plus d’être un mauvais traqueur Remington s’avérait être un mauvais tireur. Ou alors, c’était un savant stratagème pour tuer sa petite amie qu’il ne supportait plus ? Allez savoir ! Avec ce genre d’homme, tout était possible. Non mais ça ne tenait pas debout ! Un homme intelligent comme Mister Pillsbury ne prendrait pas le risque d’exécuter Sonny devant témoin. Alors, si sa véritable proie était Carl, pourquoi agissait-il de la sorte ? Le psychologue ne comprenait pas un tel comportement.

Alors que Ross s’inquiétait du sort du Sonny, Maggie plia sous le coup de coude donné en plein visage par l’homme traqué. Ce dernier sortit une arme et prit en otage Kensie tout en menaçant Sonny. Au lieu de rester planquée dans la grotte, la jeune fille rousse montra le bout de son nez et s’adressa à Carl. Profitant de cette petite diversion Ross décida d’utiliser son pouvoir sur l’agresseur dont il ressentait des ondes négatives. « Vouloir c’est pouvoir » dit-on. Le proverbe n’avait pas lieu d’être dans le cas présent. Le rayon laser optique de Ross était en panne. Il ne restait plus qu’à essayer de faire entendre raison à ce type.

- Lâchez-la et rangez votre arme. Il y a un tas de jolies filles, bien plus charmantes qui seraient ravies de vous faire plaisir. Ce serait dommage de gâcher vos chances de vous en sortir. Vous le savez, n’est-ce pas ? Dit-il en essayant d’être le plus convainquant possible.

Mais que racontait-il là ? Comment pouvait-il espérer voir l’agresseur baisser les armes après ce qu’il venait de dire ? Situation étrange et incompréhensible qui se présentait à Ross. L’écossais avait l’impression de s’écouter parler. Il ne savait pas pourquoi mais il était persuadé que son intervention calmerait le jeu. Il jeta un bref regard vers Remington en espérant que celui-ci profiterait de la moindre occasion pour désarmer Carl. Tout en l’ignorant, le pouvoir d’Aldo s’était déclenché à la place du sien. Ross commençait à se sentir mal, la fatigue le fit vaciller. Pour ne pas mettre un genou à terre, il s’appuya sur Elizabeth qui se trouvait près de lui.

Dés
Spoiler:
 

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Lun 23 Juil - 22:18

Le membre 'Ross F. McGregor' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Mar 24 Juil - 3:16


Carl (Steve Buscemi)
Brun - Yeux bleus - Quarantaine d'années - 1.75m

Qu'est-ce qui était compliqué à comprendre dans un ordre tel que celui qui disait que personne ne devait bouger sinon une femme mourrait ? Apparemment tout. Cela commençait par la petite blonde qui pleurait contre Carl, demandant à ce qu'il la tue à la place de la brune. Il aurait aimé pouvoir accéder à sa requête mais cet homme préférait les blondes et il doutait que la petite brune soit à son goût. Peut être qu'en faisant un effort... Et encore. Il fut un moment tenté de bâillonner la blonde avec sa main pour l'empêcher de parler. Parce que demander à quelqu'un qui vient de se prendre une balle si elle va bien, c'est déplacé. Elle doit souffrir, ça se voit non ? En agissant ainsi, il s'exposait à ce qu'elle le morde et ce n'était pas dans ce sens que les choses devaient se passer.

Les autres n'étaient pas mieux. Il y avait la rousse qui voulait s'approcher. Ne pas bouger, toi ne pas comprendre ? Pourtant, elle n'était pas blonde ! Et voilà que le vieux s'y mettait. Il s'approcha dans un premier temps de la brune. Décidément, elle devait être populaire dans ce groupe pour que tout le monde s'inquiète de son état. Ou alors c'était la nature faible de l'homme de s'inquiéter de son prochain. Un point qui n'appartenait pas à cet homme, peu importait qu'elle meurt en se vidant de son sang. Et puis voyons, elle n'était pas en train de se rouler par terre en criant qu'elle avait mal. Soit elle était courageuse, soit ce n'était qu'une égratignure et cette femme faisait sa chochotte en se faisant plaindre.

Que tout le monde bouge ainsi ne plaisait pas à Carl. Ils ne l'écoutaient pas et il détestait qu'on ne prenne pas conscience de son charisme naturel qu'il n'avait pas forcément. C'était comme si on le rabaissait et c'était une chose qu'il avait en horreur. Ils allaient lui payer, tous autant qu'ils étaient. Son visage se rapprocha encore un peu plus de blonde et il inspira profondément, laissant son odeur le pénétrer. Elle sentait vraiment bon. « Lâchez-la » Plait-il ? La voix du vieux venait de retentir et ça atteignit notre homme. Pourquoi son cerveau réagissait à cet ordre, pourquoi celui-ci passait à travers le mal de tête qu'il avait. Et pourquoi surtout son emprise se relâchait sur la blonde et qu'il la laissait partir, la poussant. Incompréhensible. La faute à un pouvoir. Il s'en doutait mais lequel. Aucune idée. Mais peu importait. Le vieux venait de mettre Carl en rogne et il perdait le contrôle de lui-même.

Rapidement après qu'il ait relâché la blonde, le bras de l'homme pivota et il tira. Non en direction de la brune ou du vieux. Ce fut l'homme aux rangers qui fut touché au bras, celui qui tenait l'arme, ce qui lui fit la lâcher sous l'impact. Le bras de Carl pivota de nouveau et il tira encore une fois. Il allait faire une vraie boucherie à cette allure. Cette fois, il n'avait pas cherché à comprendre. Il avait visé la blonde. Mais ce ne fut pas elle qu'il atteignit. Soit il visait mal, soit quelqu'un l'avait écarté de la trajectoire. La balle toucha l'homme à la casquette au niveau du ventre, celui-la même qui était à sa poursuite depuis deux jours. Il s'écroula. C'était peut être bien lui qui avait écarté la blonde de la trajectoire de la balle pour la prendre à sa place, il n'avait pas eu le temps de voir avant de tirer. « Oups, on dirait que je vais t'échapper finalement. » Son arme se dirigea ensuite en direction de Ross, le mettant en joue. Il recula de quelques pas. « Un autre volontaire ? » Il recula encore de quelques pas, s'éloignant de l'entrée de la grotte en direction des bois, marchant à reculons. Il n'hésiterait pas à faire feu, à présent ils le savaient tous.


HRP : Pas encore d'autorisation de tuer Carl mais bientôt, promis :p Matthew est désarmé et blessé au bras. Remington est à terre, blessé aussi, il a également lâché son arme.
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 26 Juil - 0:25

    Le jeune homme n'avait pas bougé alors qu'une des jeunes femmes l'invectivait, il fallait dire que la situation devenait Absolument rocambolesque et commençait à partir dans tous les sens, Matth aurait du rester de son côté, les laisser ce démerder de leur côté aurait était la meilleure chose à faire. Mais voila, il s'y était mal pris et présenté le téléphone ne s'était pas révélé être une bonne idée comme il comptait le démontrer, s'adressant à Kensie, il reprit donc calmement tandis que le sarcasme suffisait à compléter ses propos :

    -Oui ma grande, parce que c'est bien connue, quand on se rend compte qu'il est 15h15 on en vient à ce dire que la victime nous ment et mérite bien de se faire tuer, et qu'en plus ya pas de risque pour nous, Mais ou était-je pendant mes cours de décryptage de pendule ?

    Petit sourire mesquin pour appuyé ses propos, pas de doute que si on voulait jouer aux idiots Kensie partait avec une avance considérable, peut-être était-ce le stress, peut-être était-ce juste la situation qui lui bloquait les neurones, mais toujours est-il que ses raisonnement n'était pas fondé et aussi il continua de plus belle :

    -Super-héro ? Maman, ouais mais comme superman, j'ai pas de famille, greluche, tu penses vraiment qu'on est dans une situation ou faut qu'on se foute sur la gueule ? C'est déjà assez la merde.

    Pointant le téléphone de son bras droit, il le rangea, pas de doute qu'il ne comptait pas appelez mais aussi, il en donna une explication, prenant une voix plus forte, il s'adressa cette fois ci à tout le groupe :

    -Il y a une chose dont je suis sûr. On est pas normaux, et je vais pas appelez les secours pour leurs dires "bonjour, on est un groupe d'extra terrestres avec deux fous, z'auriez une place en hélico ?"

    Et en parlant de fou... Voila que Carl l'a joué migraineux en mauvaise forme qui, prit d'un maux de tête (qui ne se révéla malheureusement pas être une rupture d'anévrisme, ce qui aurait pourtant régler leurs problème) sortit une arme et menaça l'une des filles. Super. Voila qu'on passait de un tireur fou à deux... Matth fut désarmés d'une balle, heureusement elle n'avait fait que traverser le muscle de son bras, passant au travers du biceps. ça saignait mais ce n'était pas mortel, d'autant plus qu'ayant lâcher le substitut d'arme, le jeune homme  attrapa un truc dans une des poches latérales de son sac, faisant attention à bien rester face à Carl de façon a ce qui ne se sente pas menacer. 

    Le jeune homme extrayant donc un sachet rouge qui ressemblait beaucoup a un emballage hermétique de sachet de thé, rectangulaire, plat, brillant et de couleur rouge. Matth le déchira et fit tomber son contenu, de la poudre, sur sa blessure. Poudre hémostatique pour les ignares, rien de bien sorcier, mais ça aurait au moins l'intérêt de remplacer agréablement un pansement en forçant la coagulation, le problème de se produit était que les cicatrices formées après étaient peu esthétique. Reprenant la parole, ne touchant plus à son piolet, tomber au sol, il s'exprima un peu moins calmement, la situation le dépassant et ne sachant plus quoi faire :

    -Bon MERDE Carl, on bouge pas, on t'aide, on cours, on reste pas dans la grotte, on se cache, on affronte le tueur, VA FALLOIR TE DECIDER MEC ! 

    Et en parlant de tueur, il était là, gisant non loin, une casquette sur le crâne... Il s'était cru à une partie de chasse ou quoi ? 
    Matth oubliait cependant quelque chose dans l'histoire, son pouvoir réagissait à ses émotions, émotions qui commençaient à le submerger... 

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Jeu 26 Juil - 0:25

Le membre 'Matthew Stark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Aldo Klov


avatar

Messages : 301

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Ven 27 Juil - 23:18

"Aie ! " fit Aldo qui venait de ressentir une vive piqûre sur son avant bras
Intrigué, Aldo regarda la manche de sa chemise, la souleva, et la replia. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, sa manche était trouée. Comme par magie, un cercle rouge de la taille du trou était apparu sur son avant bras.
Le trouble d'Aldo ne passa pas inaperçu. Liza la jeune fille rousse, bien silencieuse depuis qu'ils étaient entrés dans la grotte s'inquieta de l'état d'Aldo. La loupiotte comme l'avait surnommé Aldo était une très belle jeune femme à la beauté troublante. Ses pommettes avait rosies, et sa voix trahissait une certaine anxiété. Le laser qui était sorti des yeux d'Aldo l'avait superficiellement brulé et une odeur de poils grillés flottait dans l'air et chatouillait désagrablement les narines d'Aldo.

"Mais je me suis brulé" pesta t-il, incrédule.

Aldo n'eut pas le temps de s'appesantir sur ce qui venait de lui arriver que le fugitif fit monter la tension brusquement d'un cran. Il prit Kensie en otage, en aggrippant la jeune fille par le cou.
Ross l'organisateur avait l'air de maitriser la situation. Il entreprit de faire entendre raison au fugitif, qui s'executa, puisqu'il lacha sa prise. Aldo n'en revenait pas! Ross venait de convaincre le fugitif de libérer son otage. Comment avait-il fait ? Les mots qu'il avait employé étaient simples. C'était bluffant un peu, comme si ce type avait hérité de sa capacité de leader, qu'avait Aldo, dire ce qu'il faut pour convaincre.
"Bam Bam ", et nouvelle montée de tension . Le forcené qui venait de sortir une arme avait successivement de blessé Matth, et le tueur qui était à ses trousses. L'homme à la casquette s'était mis à découvert et Carl le forcené venait de se révéler très adroit au tir, pas question de bouger.
Aldo regarda autour de lui, c'était l'hécatombe, d'où il était il pouvait les filles à l'extérieur de la grotte, Maggie avait était sonnée au passage par un coup de coude du fugitif , et Sonny était blessée par un éclat de balle. .
Il laissa passer quelques secondes avant de grimacer, se mordant les doigts,"mouais" marmona t-il, Il ne pouvait pas ne rien faire, il lui fallait agir. Fermer les yeux, et de se laisser, aller, pour tester sa capacité. Sentir puis influencer , c'était tout ce à quoi il aspirait.
Non ce n'était pas possible, ses idées s'embrouillaient. Ca ne fonctionnait plus ? Il devait arrêter de réflechir, d'essayer. Ca ne fonctionnait vraiment plus ? Pourquoi ? Pourquoi ? Ross avait hérité de mon pouvoir se disait-il pré-occupé ?

Il s'étaient jetés dans la gueule du loup, en entrainant avec eux ce fugitif. Peut être finalement que la personne qui était aux trousses du fugitif était en fait un ranger. Non, il n'aurait pas tiré sans faire de sommations ! A moins que personne ne les aient entendues, se dit Aldo comme pour se convaincre. Il imaginait même que le fugitif avait peut être déjà tué d'autres randonneurs dans la forêt avant de les rencontrer, et ainsi tout s'éclairait. Mais il ne s'agissait là que de pures spéculations.
Pour échapper à un soi disant tueur, ils s'étaient mis à la merci d'un psychopathe. Et s'il voulait s'en sortir il devait faire confiance à ce présumé tueur, qui gisait à quelques dizaines de mètres de lui, cruel paradoxe.
Mais pourquoi le tireur ne leur avait-il pas expliqué clairement qu'il n'avaient rien à craindre ?
Toutes ces questions se télescopaient dans sa tête tandis que la pénombre s'installait progressivement dans la grotte, où Aldo et ses compagnons qui étaient restés à couvert ne distinguaient plus vraiment grand chose.

Lorqu'Aldo jugea le fugitif moins nerveux, il lança :

"Sonny avait bien raison, quand elle avait affirmé que ce type mentait, voyez-vous même la situation !" ne sachant pas vraiment si les filles à l'extérieur de la grotte pourraient l'entendre distinctement.
Pendant quelques secondes Aldo resta muet immobile , à guetter les réactions , et à observer pendant ce temps les lianes pendant des arbres à l'extérieur de la grotte.
"Dis-nous ce que tu sais Sonny c'est le moment ? " hurla -t'il. pas par colère mais avec l'espoir d'être entendu.

" Le soi disant tueur qui est à sa poursuite est sans doute un ranger, il nous faut l'aider, nous n'avons pas le choix, il nous faut sans doute lui faire confiance"
Aldo resta petrifié en se rendant compte de l'horreur de ce que cela impliquait. Puis il se mumurra à lui m^me comme pour se rassurer " Si Ross l'organisateur a bien hérité de mon pouvoir et que je me trompe, lui ne pourra pas échouer, c'est sur"
Mais comment venir en aide à l'homme à la casquette pour qu'il soit de nouveau opérationnel ? se demandait Aldo, alors qu'il passait ses lèvres sur sa brulure toute fraiche. La brulure qu'il avait ressenti ressemblait à celle émise par un laser ? Pourquoi ne tenterait-il pas lui même quelque chose ? Comme décrocher les lianes qu'il avait vues au juste au dessus de la tête de Carl, pour le neutraliser. Aldo n'envisagea même pas une seconde pouvoir attaquer directement le forcené à cette distance. Cette nouvelle capacité semblait altérer partiellement son jugement.
Faire diversion et permettre au "tueur" de gérer le problème. Que pouvait-il tenter d'autre ? Le paris était risqué, faire confiance à un tueur pour s'occuper d'un psychopathe ? Pour le moment ni l'un ni l'autre n'avait fait de victime ,juste des blessés.

Rongé par l'impatience, et sans trop y croire à l'écoute de son corps, Aldo attendait que ce satané rayon laser veuille bien réapparaitre, et qu'il soit assez puissant pour parcourir la distance entre lui et les lianes à l'extérieur de la grotte.
Une goutte de sueur perla le long de sa joue, Aldo porta la main à son visage, sa respiration s'accélera, et s'adressant à Carl le visant dans sa direction avec le rayon laser qui commencait à perçer de ses yeux.
"Surprise "


oui : Sous le feu du rayon laser qui sorti de ses yeux, la grotte est secouée.
non : Les lianes pendues au dessus de la tête de carl sont justes décrochées.

Précise : Carl est déstabilisé et Rem peut en profiter pour reprendre le contrôle de la manière qui lui convient
Déviée : Carl est déstablilité mais Rem ne peut en profiter
Imprécise : Carl n'est même pas déstabilisé.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   Ven 27 Juil - 23:18

Le membre 'Aldo Klov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Précision attaque' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: #Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

#Intr. 3.2 Mystère - Groupe RANDONNÉE [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: ANGELES FOREST-