..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et après...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Et après...    Mer 20 Juin - 16:02

1er Novembre 2010 - dans la nuit


Callie regardait les lumières défiler à travers la vitre de la voiture sans pouvoir en détacher son regard, ça lui permettait de ne plus penser à quoi que ce soit, ça lui permettait de ne pas revivre dans sa tête encore et encore cette nuit terrifiante. Il ne lui restait que des bleus et des douleurs aux articulations mais son esprit, pour une fois, avait été atteint en profondeur. Elle avait cru comprendre que certains groupes avaient bien plus souffert que le sien – elle revoyait encore le visage de Tammy Beckett lacéré – mais elle avait découvert certaines choses qui l’avaient marquée profondément : ses sentiments, le fait que toutes les personnes présentes ou presque étaient mutantes. Callie préférait se raccrocher à une chose : la main de Craig dans laquelle elle avait glissé la sienne et qu’elle n’avait plus lâchée depuis. Elle se sentait vulnérable et n’était pas habituée à ça. Elle avait envie de se réfugier sous sa couette, de laisser les lumières allumées toute la nuit et d’essayer de fermer les yeux pour oublier. Elle savait que c’était du au contrecoup du choc et que ça passerait mais, malgré ça, elle n’arrivait pas à harmoniser sa raison et la réaction émotionnelle de son corps. Si sa cervelle lui expliquait que c’était normal et que tout irait bien au bout de quelques heures, son corps était pris de tremblements, ses yeux ne pouvaient pas croiser ceux de Craig et sa main était cramponnée à ce jeune homme qui était son refuge actuel.

Callie essaya de penser à autre chose, de penser à Page O’Connel par exemple : après tout, elle avait peut-être mis le doigt sur un moyen de retrouver cette jeune fille qui l’avait touchée quelques mois plus tôt. Elle espérait que la brunette que Smith avait récupérée saurait faire passer le message : Garcia avait été viré du C.A. et il était temps que la petite blonde reprenne sa part d’héritage et surtout, qu’elle soit officiellement blanchie de ce crime immonde qu’elle n’avait pas commis. Callie se rendait compte que, petit à petit, son vœu se réalisait : elle réussissait à vivre de plus en plus comme une jeune fille de son âge normale. Pourquoi ? Parce qu’elle avait enfin compris qu’elle était capable se sentiments. D’abord avec Moïra, cette petite princesse qui lui manquait atrocement, puis avec Page, ce petit oiseau aux ailes brisées qu’elle avait voulu aider à reprendre son envol. Et enfin avec Craig… Elle devait se rendre à l’évidence : elle avait eu peur pour lui ce soir et aurait pu tuer ce taré s’il avait fallu le faire. Il était devenu son ami au fil des semaines et elle se voyait mal se passer de sa présence désormais. Elle avait définitivement l’impression de savoir ce qu’était l’amitié même si elle n’avait pas forcément droit à la conception populaire de la chose.

Penser à Craig lui rappela soudain les révélations du soir. Elle serra sa main plus fort sans s’en rendre compte, sans parler, sans ciller. Il était donc comme elle ? Un mutant ? Etait-ce pour ça qu’elle n’avait jamais réussi à user de son pouvoir sur lui ? Elle avait toujours cru que c’était parce qu’elle n’avait jamais réellement voulu le faire, que c’était par un manque de volonté mais non, c’était peut-être autre chose. Tussle avait réussi à la fragiliser ce soir, elle s’en rendait compte. Elle le détestait encore plus qu’avant et restait déterminée à le faire descendre de son trône. Elle voulait que Holster revienne.

La voiture s’arrêta, ils montèrent à leur appartement et Callie laissa Craig refermer la porte derrière eux sans pour autant lui lâcher la main, c’était plus fort qu’elle. « Ne me laisse pas seule s’il te plait. » souffla-t-elle. Elle regardait son visage avec soulagement : plus aucune trace de cette merde que l’autre taré lui avait mise sur le visage. Callie n’avait qu’un petit lit dans sa chambre mais ça n’était pas bien grave, elle ne voulait pas être seule. Ils se glissèrent sous la couverture et elle se colla à lui avant d’enfin lui lâcher la main. Elle posa sa tête sur son torse et attendit que tout son corps ne décide de se calmer. Ils restèrent plusieurs minutes comme ça, silencieux. Puis elle décida de briser le silence. « Alors comme ça tu m’as caché que tu étais un mutant ? » Elle tourna la tête vers lui et le regarda sans ciller, attendant sa réponse. Quelque part, elle s’en voulait de ne pas avoir remarqué qu’il était comme elle…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Ven 22 Juin - 20:39

Pendant toute la durée du trajet, je regarde le paysage défiler derrière les vitres. Je me repasse en boucle le film de la soirée. Soirée qui à la base ne devait pas se dérouler de la sorte. J’y suis allé pour m’amuser, pour danser et pour boire, pour passer un moment sympa avec Jayden et mes potes. A la place, je me suis retrouvé enfermé dans une sorte de jungle, à être poursuivi par un mec complètement givré. D’un geste lent, j’effleure ma joue. Je n’ai plus rien, tout juste une faible démangeaison et les joues légèrement rougies. Je sais toujours pas ce que c’était et je ne saurai probablement jamais. Le seul point positif de la soirée : J’ai retrouvé Callie et je me suis rendu compte à quel point elle compte pour moi. J’en étais malade de la voir se battre contre le fou sans que je puisse l’aider. Sa main sert la mienne et ça me réchauffe le corps et le cœur. C’est bon de la sentir à mes côtés.

Mais quelque chose me chiffonne. Une chose que le maire a dite. Il n’a invité que des mutants ce soir. Donc… Callie en est une aussi ? Je lui jette un regard en biais. Je me demande bien ce qu’elle est capable de faire. Est-ce qu’elle se transforme en une bestiole quelconque ? Est-ce qu’elle peut voler ou changer tout ce qu’elle touche en or ? Non, c’est stupide ça. Sinon, je serais déjà devenu une statue jaune et brillante. Surtout après la nuit que nous avons passée tout les deux. Je sens ses doigts s’accrocher plus fermement aux miens. Je me demande à quoi elle peut penser. Certainement est elle préoccupée par les mêmes choses que moi. J’ai l’impression que tout va être plus compliqué maintenant. Ou alors plus simple. Je n’en sais rien en fait. J’espère juste une chose : Que cela ne changera rien entre elle et moi. Le taxi s’arrête et me tire de ma rêverie. Il me demande de payer et, avec ma main libre, je sors quelques billets de ma poche pour les lui tendre.

On monte les escaliers et on entre dans l’appartement, toujours en silence. Elle tient toujours ma main et je n’ai rien fait pour me défaire de ce contact. J’en ai besoin. Ce soir plus que jamais. Je lui adresse un petit sourire quand elle me demande de ne pas la laisser seule. Je promets de ne plus jamais te laisser. Plus jamais. Je la suis sagement dans sa chambre, ravi à l’idée de passer la nuit contre elle. Je me glisse à ses côtés et, quand elle pose sa tête contre mon torse, je me mets à lui caresser doucement les cheveux. Et là, LA question. Celle qu’au fond de moi, je redoute un peu. Au moins, je me rassure en me disant qu’elle ne va pas fuir en courant. Je soutiens son regard, toujours ce petit sourire aux lèvres.

« Je l’ai appris il y a peu de temps. Enfin, ma capacité s’est déclenchée pendant son adolescence mais j’ai pris conscience de mon état durant l’été dernier. Je suis un mutant novice. »

J’hésite à lui faire une démonstration de mon don. Enfin, si on peut appeler ça un don. Il faut dire que ça ne me sert pas à grand-chose et surtout, je ne l’utilise presque jamais. Finalement, après un court moment de réflexion, je me lance. Comme elle me fixe, c’est plus facile et je sais que comme nous sommes proches, ma voix va résonner fortement dans son esprit.

*Je suis capable de parler sans parler. Comme un ventriloque. C’est sympa, non ? Pas franchement utile mais sympa. Et toi, qu’est-ce que tu sais faire ?*
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Jeu 28 Juin - 18:52

La voix de Craig résonna alors dans sa tête, elle ne s’y attendait pas et elle sursauta. Les émotions de la soirée avaient sacrément marqué ses nerfs et elle se sentait prête à exploser à tout moment. Mais entendre la voix dans Craig dans son crâne avait quelque chose d’étrangement rassurant, elle se sentait en sécurité, là, blottie contre lui. Elle n’avait pas envie qu’il la laisse, elle ne savait même pas si elle réussirait à trouver le sommeil cette nuit. « C’est vachement impressionnant comme pouvoir. Tu es sûrement l’antisèche préférée de tous tes camarades à la fac, non ? » Elle esquissa un sourire mais c’était dur de parler avec légèreté. C’était ce qu’il lui fallait mais ça n’était pas aussi simple.

Elle avait vécu deux longs mois avec Craig sans savoir qu’il était un mutant, comme elle. Ou peut-être l’avait-elle toujours su au contraire. Peut-être avait-elle toujours senti cette connexion entre eux. « Mon pouvoir ne se voit pas, il ne se sent pas et ne s’entend pas. » dit-elle. Elle essaya une nouvelle fois de l’utiliser sur Craig mais ça ne fonctionna pas, elle n’arrivait pas à cerner ses sensations pour en implanter une nouvelle. Elle n’avait jamais réussi à avoir d’emprise sur lui. « Je peux générer une sorte d’émotion ou de sensation dans l’esprit des autres : la peur, la honte, le regret… Seulement… » Elle leva les yeux et contempla le plafond de sa chambre où elle avait collé quelques petites étoiles phosphorescentes pour donner une âme aux lieux, pour se rappeler de son père aussi avec qui elle avait l’habitude de regarder les étoiles. « Seulement avec toi, ça ne marche pas. Je suis incapable d’entrer dans ta tête pour faire ça. C’est sûrement du à ton pouvoir. » Elle n’y croyait pas : son pouvoir fonctionnait sur les télépathes même si ça lui demandait souvent beaucoup plus d’efforts.

Elle en vint à se poser de nouvelles questions : Craig étant un mutant, est-ce qu’il savait des choses sur Genetic ? Ou pire, sur les terroristes en herbe de Genome ? Callie avait grandi à Genetic, elle avait été formée par Genetic et cette organisation était toute sa vie. Elle y avait ses modèles, ses amis, sa famille avait été là-bas. Ses principaux combats étaient liés à Genetic, comme l’intensification de son tout dernier but : la destruction de Tussle. Elle se souvenait des sentiments qui l’avaient envahie quand elle avait vu le taré attaquer Craig… S’il lui était arrivé quoi que ce soit, elle aurait fait payer Tussle cher. Très cher. Elle s’était rendu compte ce soir que perdre Craig n’était pas dans ses plans, bien au contraire : elle s’était rendue compte qu’elle ne supporterait pas de le perdre. Il était devenu son meilleur ami. Même Ben n’avait pas l’air de compter autant que lui. « Je suis contente que tu sois comme moi. » dit-elle simplement. Elle allait devoir essayer d’étudier ses sentiments à l’égard de Craig, comme toute bonne psychologue en herbe. Seulement, ce soir, elle était épuisée et elle avait juste envie de rester là, contre lui, et d’essayer de dormir ou au moins de se reposer et d’oublier. Elle n’oublierait pas la soirée et ce qu’elle allait rendre à Tussle, elle oublierait juste sa peur.

Le contact de sa main sur ses cheveux lui faisait du bien. Elle qui avait vu des tas de choses depuis ses débuts à Genetic n’avait jamais eu aussi peur de toute sa vie et ce type qu’elle voyait comme son coloc sympa et drôle s’avérait être ce soir la personne qui pouvait la rassurer et la calmer…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Mer 4 Juil - 16:15

Un sursaut. Je scrute son regard pour y déceler quelque chose. N’importe quoi. Juste un truc qui me prouve qu’elle n’a pas eu peur de moi. J’pense pas qu’elle ait peur, c’est elle qui m’a annoncé de but en blanc qu’elle était une mutante. Moi, j’aurais pu avoir la trouille. Ou même ne pas accepter de venir dormir avec elle. Mais Callie, c’est Callie. Et je suis trop heureux de l’avoir retrouvée, je ne veux pas la perdre maintenant à cause d’un stupide gène qui a déconné à notre naissance. On a jamais demandé à être mutant. Avant, j’étais comme tout les ados de mon âge, mais ça c’était avant. Sa petite blague me fait sourire et je dépose un baiser dans sa chevelure.

« Je ne suis pas l'antisèche de tout l'UCLA. Il y a pas grand monde au courant pour ma capacité. Vous êtes deux, en fait. Toi et Caleb. »

Même ma propre famille n’est pas au courant. Alors de là à servir d’antisèche à tout un amphi ! Je n’ai pas trop envie de cela se sache. Cal’ m’a vaguement parlé, entre deux hoquets alcoolisés, d’une guéguerre entre un groupuscule révolutionnaire et un labo pharmaceutique. J’préfère m’en tenir éloigné. J’veux pas être embrigadé dans une sorte de résistance mutante ou bien servir de cobaye pour des expériences bizarres. J’aime ma vie : aller à la fac, faire partie d’une confrérie, voir mes amis et aller travailler tout les weekends au bar. J’aime être barman. J’ai pas envie que tout ceci me soit enlevé, c’est ma vie. Et je la mène comme je l’entends. Je ne veux pas me soumettre à des ordres d’un gourou en puissance ou bien d’un savant fou ayant trop lu Frankenstein. Je suis très bien comme je suis. Et j’espère du plus profond de mon cœur que Callie a fait le même choix que moi. J’ose pas l’imaginer œuvrant pour l’une ou l’autre de ces organisations. Et comme je ne veux pas la réponse à ma question, je préfère ne pas la lui poser et faire comme ci je ne savais rien. J’suis doué à ce petit jeu.

Je suis son regard et lève également la tête, fixant les étoiles collées au plafond. Elles sont phosphorescentes dans la nuit. J’aime son côté enfantin. Elle joue la femme forte en public mais il n’y a que moi qui connais le secret de son plafond. Cette dizaine de petites étoiles qui veillent sur elle quand elle dort. La capacité de Callie est pour le moins étonnante. Elle crée des émotions dans le cerveau des gens. Je suis soulagé que cela ne fonctionne pas sur moi. Qu’elle me fasse croire que je suis attaché à elle alors que tout ceci est faux. Je suis sur que cela m’aurait laissé un gout de sable dans la bouche, comme quand on croque dans une pomme farineuse. Ou alors peut être que je n’en aurais eu aucun souvenir. Et que ma jolie Callie serait purement et simplement sortie de ma mémoire.

Elle est contente que je sois un mutant, moi aussi dans un sens cela me rassure qu’elle en soit une. Je n’ai pas conscience de ma condition depuis très longtemps bien que mon don se soit déclaré durant mon adolescence. Et parfois, il dérape et se met en route tout seul. C’est la cata quand cela arrive avec quelqu’un qui ignore l’existence des mutants. Pourtant, même si cela me rassure, il y a une part de moi qui est un peu effrayé. Et si Callie décide de s’entrainer à faire fonctionner sa capacité sur moi ? Je ne veux pas être un cobaye, je l’ai dit un peu plus haut. Alors, j’dois en avoir le cœur net.

« Est-ce que tu utiliserais ta capacité sur moi si elle avait fonctionné la première fois où tu as essayé ? »

C’est plus fort que moi, il faut que je sache. Il y a une éventuelle chance pour qu’elle me réponde quelque chose que je n’ai pas envie d’entendre mais, cela ne changera rien à ce que je ressens à son égard. De toute manière, je ne sais pas ce que je ressens. La seule chose que je sais c’est qu’elle me manque quand elle n’est pas là. Et que quand je suis à ses côtés, j’ai tendance à me comporter comme son petit ami. Alors qu’il n’en est rien. Enfin, j’crois qu’il n’en est rien. Pour le moment, on se cherche et on essaye de s’apprivoiser. C’est déjà pas mal, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Lun 16 Juil - 17:19

Si peu de personne savait pour lui ? Callie avait grandi au milieu de mutants alors elle en connaissait plein et beaucoup d'entre eux savaient de quoi elle était capable. Ou presque. Elle se rendit compte du gouffre qu'il pouvait exister entre elle et Craig : ils n'avaient pas du tout le même rapport avec la mutation. « Caleb. » Il était donc important pour lui. Et elle aussi du coup maintenant. Elle n'avait pas vu ce type bien longtemps mais il avait l'air cool, dans le sens gars bien du terme. Bon, il était dragueur mais il avait l'air bien avec Craig et c'était ce qui comptait, que tout aille bien pour lui.

Elle s'imagina ce que ça pourrait donner dès ce soir, leur colocation : plus besoin de crier à travers l'appartement pour saveur à quelle sauce il fallait faire les pâtes du soir, plus besoin de gueuler plus fort que le son de la télé pour qu'elle l'entende quand il voulait qu'elle ramène ses fesses... Non. Callie voulait qu'il continue à crier pour lui parler quand c'était nécessaire : elle n'avait pas connu ça, l'animation d'une vraie vie, la cohabitation, tout ça. Elle aimait les cris, la maladresse de Craig, leur organisation désorganisée... Ça bousculait ses habitudes sans ménagement mais c'était bon.

Il lui posa alors la question qui semblait cruciale pour lui. « Oui. » Elle ne tourna pas autour du pot, elle n'enroba pas le tout avec de la guimauve. Elle lui dit pile poil que oui. Qu'elle l'aurait fait. Elle aurait utilisé sa capacité sans hésiter sur lui. Dire qu'elle aurait recommencé par contre, ça, elle n'en savait rien. Sa réponse pouvait paraître expéditive et froide mais après tout, c'était une question qui n'attendait que deux réponses : oui ou non. Avait-il besoin d'explication ? Est-ce qu'elle avait besoin de se justifier ? « Ma capacité fait partie de moi. Comme un type normal aurait demandé ton nom, j'aurais essayé ma capacité sur toi si j'avais pu le faire. Je tâte le terrain comme ça, j'évalue la force psychique de l'autre. C'est naturel pour moi de faire ça. » Elle n'était pas un monstre. Elle s'était toujours très peu intéressée à ce que pensaient les autres d'elle mais avec Craig c'était différent. Elle ne voulait pas qu'il la voie comme une garce sans coeur. Elle voulait qu'il la voie comme elle était vraiment. Enfin, qu'il voie ce qu'elle daignait bien lui montrer. Elle voulait lui demander de ne pas la juger et d'essayer de comprendre mais pour la comprendre, il aurait fallu qu'il sache tout depuis le début et, elle-même, elle savait qu'il y avait des parts d'ombre entre son histoire et ce qu'elle était devenue. On était façonné par la vie mais Callie ne savait pas si tout chez elle était une suite logique à son passé.

« J'aurais utilisé ma capacité la première fois au moins. Après, je ne sais pas. Je ne m'en sers pas pour le plaisir. Implanter une émotion ça n'est pas jouer avec les sentiments mais ça n'est pas glorieux non plus. » Callie aurait voulu qu'il soit plus précis comme "est-ce que tu aurais essayé de m'esclavager ?" Il ne savait sûrement pas qu'elle n'était pas capable de faire une telle chose mais c'était peut-être de ce genre de trucs qu'il avait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Lun 30 Juil - 13:19

C’est bizarre, la manière que Callie a eut de répéter le nom de Caleb. Comme ci elle s’étonnait que j’aie des amis. J’en ai plein des amis ! Pas aussi proches que Caleb, c’est sur. Lui, il est bien plus qu’un simple copain. Je le considère presque comme mon frère même si nos liens se sont brisés quand il est parti au fin fond de l’Ukraine avec le vautour enragé qui lui servait de chérie à l’époque. Maintenant, il est bourré tout les soirs et fait le pilier de bar sur mon lieu de travail. Il est devenu sacrément boulet mais j’l’aime bien quand même. Ca sert à ça, les amis.

Oui. J’aime pas sa réponse. J’aurai préféré qu’elle me dise non, quitte à me mentir. C’est assez dérangeant de me dire que ma colocataire, que j’apprécie beaucoup voire énormément, n’hésiterait pas à m’implanter je ne sais quelle émotion pour me faire réagir à sa guise. Vous imaginez, lors d’une dispute banale, qu’elle décide que je sois compatissant pour avoir le dernier mot. Et paf, un petit tour de passe-passe génétique et elle me manipule à sa guise. C’est étrange et notre relation, enfin si relation il y a, en pâtirait. Finalement, peut être qu’elle s’en fiche finalement. Peut être qu’elle ne tient pas à moi autant que je tiens à elle. Peut être qu’elle n’a pas pensé à moi durant ces derniers mois, enfin autant que j’ai pensé à elle. Dire que cette fille m’a obnubilé pendant des semaines, c’est un doux euphémisme. Et à cette époque, j’ignorais jusqu’à son prénom. Je me souvenais juste de la douceur de sa peau, de son odeur, de l’ondulé de ses cheveux. J’crois que cela suffisait à ce que je me rappelle d’elle comme si elle dormait à mes côtés tous les soirs.

« J’ai du mal à me faire l’idée de mon gène mutant. Et je dois dire que je n’ai pas voulu croire Caleb. Tu imagines, il m’a raconté des histoires abracadabrantes concernant une guerre entre des mutants révolutionnaires et un labo pharmaceutique bizarroïde. Qu’est-ce qu’il peut être cinglé quand il est bourré celui là. »

C’est vrai. J’ai eu du mal à admettre que j’suis un mutant et que cette capacité me suivrait jusqu’à la fin de mes jours. Avec la soirée d’Halloween, j’dois bien me rendre à l’évidence. Je suis différent et Callie l’est aussi. Cela me soulagea d’un poids immense quand elle m’avoua ne pas se servir de sa capacité pour le plaisir. Finalement, j’ai eu peur pour rien. Et je m’en veux d’avoir pensé que Callie pourrait essayer de me transformer en pantin. Moi aussi, je viens bien d’utiliser mon don sur elle. Certes, il est moins dangereux, quoi que. Je suis sur que je peux rendre les plus fragiles complètement dingos si je parle dans leur tête.

« Cela ne serait pas glorieux si tu t’en servais pour le plaisir, si tu t’amusais à manipuler les gens à ta guise. Ce n’est pas le cas et comme tu as dis, ta capacité fait partie de toi. Ton entourage doit t’accepter avec. »

J’eus un sourire. Moi, je l’accepte avec. Savoir qu’elle a une capacité ne change rien. Je l’apprécie toujours autant. Alors, pour me faire pardonner d’avoir pensé qu’elle puisse être capable de me manipuler, je prends délicatement mon menton entre mes doigts et je l’embrasse sur les lèvres.

« J’ai eu peur pour toi tout à l’heure. Je sais que cela ne fait pas très viril de t’avouer ça comme ça mais je tenais à ce que tu le saches. »

J’sais pas ce qu’il m’a pris de lui dire ça. Les mots sont sortis involontairement. Dans un sens, ce n’est pas plus mal. Elle savait, maintenant. Je replonge mes doigts dans sa chevelure et je recommence à les caresser doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Ven 3 Aoû - 17:31

Callie se raidit immédiatement lorsqu'il parla de laboratoire pharmaceutique. Elle n'était pas du genre à laisser transparaître ses émotions, ça ne lui arrivait quasiment jamais d'ailleurs mais là, avec Craig, elle n'arrivait pas à se maîtriser, elle n'en avait même pas envie. Elle était elle-même, entière, pour lui. Enfin, entière dès ce soir, maintenant qu'il savait ce qu'elle était. Et il l'était aussi. Et Callie était à la fois soulagée et tendue. Et si leur mutation commune ne faisait que compliquer les choses en fin de compte ? Elle ne voulait pas de choses compliquées, elle voulait vivre l'instant sans se poser de questions, juste profiter, avancer et ne pas se retourner parce que les regrets, elle n'en voulait pas. Les regrets étaient bons pour ceux qui ne voulaient que subir leur vie, elle, elle avait choisit de la vivre et elle accepterait ses choix même si parfois, elle devait en baver un peu. Voire beaucoup.

Et sans qu'elle ne comprenne ou qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, il l'embrassa doucement, tendrement, trop tendrement même. Elle frissonna et sentit des tas de papillons tournoyer dans son ventre... Elle avait chaud, elle avait froid. Elle aussi elle avait eu peur pour lui. Elle aussi elle ne voulait pas l'avouer. Et elle ne le ferait pas. Pourquoi avoir peur pour les autres ? Elle tenait à Craig. Callie le savait, il était son ami, bien plus que son simple colocataires. Ils partageaient d'excellents moments ensemble depuis la rentrée, comme quand elle était avec Ben.

Non. Pas comme avec Ben parce qu'elle n'avait jamais eu envie de se glisser dans le lit de Ben. Elle n'avait jamais frissonner au contact de Ben. Elle n'avait jamais eu envie de faire ce qu'elle fit à l'instant. Elle embrassa Craig à son tour, comme pour lui dire qu'elle aussi elle avait eu peur pour lui. Callie ne voulait pas le perdre, elle voulait encore passer du temps avec lui, rire, boire, crier. Elle voulait dormir au creux de ses bras, elle avait même envie qu'il la rassure, qu'il continue de lui dire qu'il craignait qu'il ne lui arrive des choses terribles... « Tu as perdu ta virilité le jour où j'ai gagné aux fléchettes Riggings... » dit-elle simplement avant de l'embrasser une nouvelle fois.

Elle se dégagea alors doucement, restant simplement dans ses bras, regardant son plafond. Callie avait en elle tout un tas d'émotions qu'elle ne comprenait pas ou qu'elle ne voulait pas comprendre et elle savait que se rapprocher encore de Craig ne ferait que rendre les choses encore plus confuses. Seulement ce soir, elle avait eu peur. Elle avait été confrontée à des choses qu'elle n'avait pas encore connues en dehors des simulations de Genetic et elle se sentait toute fébrile. Elle ne voulait pas dormir seule, elle voulait sentir Craig contre elle parce que ça la rassurait, parce que ça voulait dire qu'il était là et bien là même, qu'elle n'était pas seule. « Tu restes ce soir ? » Elle ne le regarda même pas, elle se contenta de serrer plus fort sa main dans la sienne...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Mar 21 Aoû - 20:59

Le simple fait de parler de ce laboratoire pharmaceutique me donne des sueurs froides. Je m’imagine enfermé toute la sainte journée dans une salle froide, blanche et impersonnelle, à subir toutes sortes d’expérimentations toutes plus farfelues les unes que les autres. Beurk. J’en frissonne. Sans compter sur les gamins qui se prennent pour des supers zéros et qui espèrent pouvoir combattre efficacement le labo. Le pot de terre contre le pot de fer. Impossible. Je préfère donc cent fois me tenir à l’écart plutôt que d’entrer dans une pseudo-guerre qui me dépasse totalement. Et j’espère qu’il en est de même pour Callie. Mais, plus j’y réfléchis, plus je me dis que j’en sais rien. Peut être qu’elle a un parti pris dans ce combat. Peut être qu’elle marche avec l’une ou l’autre de ses organisations. Ou peut être que non. Je le sens se raidir dans mes bras et je ne sais pas quoi en penser. Je fronce les sourcils, une question me brûle les lèvres. Je la pose ? Oui. Non. Après quelques minutes de réflexion, je me lance. Tant pis si elle le prend mal.

« T’en penses quoi, de tout ça ? J’veux dire… Les mutants, le labo peu scrupuleux et l’organisation à deux balles. Moi, j’suis vraiment tombé des nues quand Caleb a craché le morceau. Je me doutais bien ne pas être le seul à avoir une capacité un peu spéciale mais j’étais loin d’imaginer un truc pareil ! »

Ma virilité était morte lors d’une partie de fléchettes mais là, Callie va vraiment croire que je sors d’un œuf. Je me doute bien que le monde qui nous entoure n’est pas rose et peuplé de bisounours en tout genre. C’est pas grave. Je préfère cent fois ça aux non dits. Jusqu’à il y a pas longtemps, je croyais que ce que m’avait raconté ce pochtron de Caleb étaient des conneries. Mais avec la soirée d’Halloween, les trucs bizarres et l’Indiana Jones cinglé, j’suis bien obligé de me rendre à l’évidence. Peut être que Callie n’était au courant de rien avant que je lui pose ma question. Remarque, non, elle l’était. Puisque c’est elle qui a ouvert le sujet de conversation. Conversation qui va se poursuivre tard. Elle me demande si je veux rester cette nuit, alors que sa main serre la mienne. Un sourire éclaire mon visage tandis que je me détachais d’elle et de ses baisers pour me débarrasser de mon tee shirt et de mon jean.

Je la reprends dans mes bras et la serre contre moi. Je n’ai jamais ressenti ça pour personne d’autre avant elle. Je ne sais pas exactement ce que c’est mais c’est bien plus que de l’amitié entre colocataire. Je tiens à elle plus que je ne saurais l’expliquer. Je pose mes lèvres sur son front alors que mes doigts glissent le long de son dos. Je n’ai pas sommeil, j’ai juste envie de rester avec elle. J’ai juste envie de la sentir vivre contre moi.

« Je resterai aussi longtemps que tu voudras de moi. »

Aussitôt cette phrase prononcée, je me recule pour la regarder. J’espère qu’elle ne prendra pas peur, j’ai appris que ce genre de chose a le pouvoir de faire fuir certaines filles. Pourvu que Callie ne soit pas de cette trempe là. Je n’ai pas envie de passer encore plusieurs mois sans elle.
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Mer 22 Aoû - 16:43

Ce que Callie en pensait ? Elle ne pouvait pas le lui dire, pas ce soir, pas si vite. Craig venait tout juste de se prendre la réalité de la mutation en pleine face alors lui expliquer qu’elle était membre du laboratoire qui avait organisé la petite sauterie fort sympathique du jour… Non, c’était bien trop tôt. Et puis, au fond, Callie avait peur. Elle avait peur de sa réaction, de ce qu’il allait en penser, de son jugement… Elle s’était toujours moquée des autres et de ce qu’ils pensaient d’elle mais avec Craig, c’était différent, avec Craig, tout était différent d’ailleurs. Ce qu’il pensait lui importait, ce qu’il faisait la touchait, ce qu’il disait la transportait. Elle ne voulait pas qu’il la voit comme une garce qui bossait pour les ennemis, elle ne voulait pas qu’il voit en elle le genre de personne à abattre. Elle voulait juste qu’il la voie telle qu’elle était et ça n’était pas en abordant le sujet Genetic dès maintenant que ça risquait d’être possible.

Et il la regardait, justement. Il venait de poser son regard sur elle après avoir détaché de ses bras son torse nu. Callie se sentit transpercée par ce regard mais elle ne cilla pas, elle le maintint. Les gens avaient toujours peur de fixer les autres parce qu’un regard pouvait vouloir tout dire. Un regard pouvait tout voir, tout signifier. Un regard insistant comme celui de Craig pouvait déceler le manque de courage chez une personne, son hypocrisie, sa peur, son côté trop hautain, ses faiblesses… Les yeux étaient toujours une arme des plus fatales. Callie n’avait pas peur du regard de Craig parce que ce qu’elle y voyait lui plaisait. Elle aimait la façon dont il la regardait, un peu comme la façon dont il la touchait. Quand il la regardait comme ça, elle pouvait sentir tellement d’émotion en elle mais aussi en lui !

Est-ce que c’était normal de se sentir connectée à une personne comme ça ? La jeune étudiante avait l’impression d’être pile poil là où elle avait toujours du être. Elle se sentait bien avec lui, elle avait l’impression que Craig était le type qui la comprenait le mieux. Et encore, elle ne lui dévoilait pas tout. Mais il avait saisi un bon nombre de choses que très peu de personnes avaient réussi à entrevoir chez elle. Elle n’avait pas un lien aussi fort avec Ben alors qu’elle n’avait pas de secret pour lui concernant Genetic par exemple. Craig était spécial mais spécial pour elle surtout, elle le sentait et le savait. Callie avait bien compris que son colocataire était important pour elle.

Elle passa doucement sa main sur le visage de Craig avant de sortir du lit pour se déshabiller. Elle ne garda que son shorty qu’elle agrémenta d’un t-shirt bien trop grand pour elle. Elle ne s’était pas dissimulée, elle n’avait pas de pudeur en présence de Craig : après tout, il la connaissait déjà, non ? Mais surtout, c’était naturel de ne pas en faire des caisses avec lui, de ne pas se poser trop de questions et de simplement agir. Elle revint se glisser dans les draps et colla son corps à celui de Craig. Elle le regarda elle aussi. Elle avait envie de lui parler, d’être franche avec lui mais comment faire pour ne pas aller trop vite ? Comment aborder petit à petit les sujets qui fâchent ?

« Ce qu’il s’est passé ce soir n’est pas un événement unique. Il y a déjà eu des cas farfelus dans le genre. Impliquant de nombreux mutants comme l’incendie de l’UCLA l’an dernier. Les gens comme toi et moi sont partout et ce que tu as vu ce soir n’est qu’une toute petite partie de l’iceberg. » Genetic et Genome étaient une plus grosse partie.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Lun 3 Sep - 21:13

Pas d’éclats de rire de sa part, pas de regard du style « T’es vraiment qu’une cloche mon pauvre ami. ». Ouf, sauvé. Callie n’a pas pris ma question pour un manque total de connaissance du monde qui m’entoure. Pourtant, ça l’est. Avant tout ça, avant la mutation et les révélations de Caleb, j’avais vraiment l’impression de connaitre, et surtout d’appréhender au mieux, ce monde. Maintenant, j’ai l’impression d’être qu’une toute petite aiguille dans une immense botte de foin. Comme ci j’étais le seul à ne pas être mis au courant, la cinquième roue du carrosse. C’est désagréable et déstabilisant. C’est comme ci je me réveillais après un long, très long, coma. Comme ci je me réveillais dans un univers qui n’est pas le mien. J’ai envie qu’elle m’apprenne à vivre de ce monde de mutant. J’ai envie mais j’ose pas le lui demander. C’est gênant. Même si elle a l’air de s’y connaitre. Oui, tiens, c’est vrai ça. Comment cela se fait, qu’elle connaisse autant de choses à propos des mutants et compagnie ? Il y a tant de questions qui se bousculent dans ma tête et se perdent à mes lèvres. Bizarrement, je ne veux pas en parler maintenant. Parce que je ne sais pas par où commencer. Parce que j’ai peur des réponses qu’elle pourrait me donner.

Ses doigts glissent sur mon visage alors qu’elle se lève pour aller enfiler son pyjama. Enfin non, pour se débarrasser de son pantalon et d’enfiler un large tee shirt. Je la regarde faire et c’est dans des moments pareils que je prends conscience de tout ce que cette fille représente pour moi. Je tiens à elle, plus que je n’oserai jamais l’avouer. Il n’y a pas de chichi entre nous, tout est simple. Tout est clair. Il y a juste nous. Maintenant que je l’ai retrouvée, je vais tout faire pour la garder auprès de moi. Je souris alors qu’elle se dirige de nouveau vers le lit. Je l’accueille à bras ouverts et la laisse s’installer contre moi, mes mains trouvant instinctivement leurs places sur le joli petit corps de Callie. Une au creux des reins, la seconde dans ses cheveux. Elle se met à parler, je grimace. Je m’en veux de lui avoir posé la question. J’aimerais tellement qu’on reste simplement dans les bras l’un de l’autre, à juste apprécier le fait que nous soyons rentrés en vie.

L’incendie de l’UCLA. Je l’avais presque oublié celui là. Il était donc du à des mutants. Je ne me suis jamais posé la question, je n’étais même pas présent ce soir là. Il faut dire que je ne me posais pas beaucoup de question avant de mettre un mot sur ma capacité. Je partais du principe tout simple que si les choses arrivaient, c’est qu’elles devaient arriver. Point. Maintenant, c’est différent. Maintenant, je veux comprendre.

« Quand tu dis, pas un évènement unique et petite partie de l’iceberg, tu fais référence à quoi exactement ? J’dois comprendre qu’on va être confronté à des types cinglés qui veulent notre mort tout les jours ? »

Alors là, j’dis non ! Catégoriquement non ! Je ne veux pas vivre des choses similaires à cette soirée. Je ne veux pas que des tarés s’en prennent à nous toutes les trente secondes. Je sais bien que notre existence ne sera jamais normale et que nous serons forcément amenés à affronter des évènements bizarres. Mais il y a des limites. Je soupire, prenant soudainement conscience de la gravité des choses qui nous arrivent. Je me détache de Callie pour m’allonger sur le dos, les bras croisés sous ma tête. Je fixe le plafond d’un air absent.

« C’était tellement plus simple avant. »

J’ai marmonné à voix basse, plus pour moi que pour elle. Avant la mutation, avant que toute cette étrange vérité ne m’éclabousse. Je suis partagé entre deux sentiments parfaitement opposé : je veux comprendre pour réussir à appréhender le monde et dans le même temps, je préfère ne pas savoir, pour continuer mon petit bonhomme de chemin. Et comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Mer 5 Sep - 16:17

Comment lui dire que oui ? Comment lui expliquer que ce qu'il s'était passé ce soir n'était qu'un petit aperçu de ce qu'allait être sa vie ? Surtout au contact d'une fille comme elle... Elle ne voulait pas lui mentir mais elle ne voulait pas non plus lui faire mal en lui disant que la mutation était sa vie désormais et qu'il allait devoir vivre avec tous les inconvénients qui allaient avec. Callie aimait ce qu'elle était mais elle savait aussi que c'était plus une malédiction qu'autre chose. Elle s'en accommodait parce que son pouvoir n'avait rien de dangereux en soit. Elle savait très bien qu'une toute petite fille comme Moïra vivait la pire des malédictions en matière de capacité par exemple... Callie avait vécu toute sa vie avec ça. Ses parents avaient été des mutants, elle avait très vite su ce qu'elle était, elle avait vite était au coeur de toute cette effervescence... Mais lui ? Non et c'était là tout le problème : il avait sûrement eu droit à une petite vie bien tranquille, dans une famille sans histoire, au coeur d'une ville où il faisait bon vivre, dans un lycée où les liens entre les jeunes étaient tout ce qu'il y avait de plus basique... Elle, elle avait grandi au milieu de mutants, elle avait été élevée comme l'une d'entre eux et surtout, elle n'avait jamais eu à chercher à comprendre ce qu'elle était parce qu'elle l'avait toujours su.

Craig la lâcha soudainement, brisant le contact physique et elle se sentit étrangement mal tout d'un coup. Il était désormais dans ses propres réflexions qu'il ne partageait qu'à moitié avec elle et elle avait cette désagréable sensation que c'était là qu'allait se faire la séparation entre ce qu'ils pouvaient se dire et le reste... Elle détourna elle aussi le regard pour se mettre sur le dos. Elle se sentait orphelin sans ses mains sur elle, sans son souffle rassurant dans ses cheveux. Callie hésita quelques secondes, laissant la dernière phrase de Craig s'insinuer partout autour d'eux... Oui, ce serait tellement plus facile s'il n'y avait pas la mutation... Maintenant qu'elle savait pour lui, qu'est-ce que ça impliquait ? Trop de choses comme le silence qu'elle décida de garder concernant Genetic parce qu'elle n'était pas prête, comme le fait que le poids des conséquences finirait un jour par s'abattre sur eux, comme le fait qu'ils allaient forcément être amenés à vivre de nouvelles choses du genre...

« Oui. Plus simple. Cette nuit, ce que tu as vu... C'est la première fois que je vis quelque chose comme ça moi aussi mais pas la première fois que j'en entends parler. Et je sais que ça arrive régulièrement. Maintenant que tu sais qu'on n'est pas seuls, tu verras que la mutation est partout autour de nous... Partout... » Elle inspira longuement et fit glisser sa main le long de la distance la séparant de la sienne pour venir enlacer ses doigts et les serrer. Peut-être un peu fort même. « Je peux te promettre une chose Craig... » Elle n'osait pas le regarder, elle ne voulait pas croiser son regard en lui faisant cette promesse parce qu'elle lui cachait tellement de choses... « Je ferai tout pour que ça reste simple entre nous malgré tout ça... Comme avant ce soir... » Elle lui promettait ça parce que c'était ce qu'elle voulait, que ce soit simple. Même si ça impliquait de lui mentir souvent. Trop souvent.

Callie n'aimait pas les promesses, elle n'aimait pas avoir de compte à rendre à qui que ce soit mais pour lui, elle se sentait prête à faire beaucoup de choses... Pour lui, pour les sentiments en elle qu'elle n'avait même pas soupçonnés avant cette nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Sam 15 Sep - 21:38

Vous connaissez cette sensation, quand on a dit ou fait quelque chose de complètement idiot ? Quand on sent la peau de nos joues s’empourprer, quand on a l’impression d’être la personne la plus stupide que cette terre aie porté. C’est un peu comme ça que je me sens, en cet instant même. Je me sens tout petit, d’avoir souhaité que les choses soient comme avant. J’ai vraiment l’impression d’être comme un gosse qui a fait une bêtise et qui voudrait remonter le temps pour l’effacer. Mais la soirée que l’on vient de vivre, la mutation et nos capacités, ça nous ne pouvons pas les gommer. Et puis, je n’en ai pas envie. A la voir collée contre moi, à l’entendre me demander de rester avec elle cette nuit, je sens que cette soirée nous a rapproché tout les deux. Parce que nous sommes pareils, même si elle semble plus au fait de ce qu’il se passe dans le monde que moi. Je ne suis qu’un tout jeune mutant, il y a encore quelques semaines, j’ignorais tout de ma condition. Ma réelle condition. J’avais conscience qu’il m’arrivait un truc louche mais je n’ai jamais osé en parler à qui que ce soit. J’ai eu peur qu’on m’enferme ou qu’on me découpe pour vérifier que je suis fait normalement. Beurk… Rien que d’y penser, les poils de ma nuque se hérissent.

J’écoute Callie. Elle me dit que c’est la première fois qu’elle est mêlée à une histoire pareille. Je la crois, j’ai envie de la croire. Cela me ferait vraiment trop de peine qu’elle soit enrôlée dans l’une ou l’autre de ces organisations bizarroïdes. Mais, quitte à choisir, je préfèrerai apprendre qu’elle fasse partie de Genome plutôt que Genetic. Je n’aimerais pas vivre avec quelqu’un qui cautionne une pareille chose. Nouveau frisson. De dégout, cette fois. Et puis, je me fiche que la mutation soit partout. Je ne veux juste pas qu’elle interfère dans notre vie. Je tends le bras pour effleurer les cheveux de ma colocataire du bout des doigts. Ce soir, j’ai eu vraiment peur. Une trouille bleue. La pire de toute ma vie.

« La mutation est là, maintenant. On ne peut pas s’en défaire mais je vivais très bien sans les soirées à haut risque et les types complètement ravagés. Je n’irai plus jamais à une soirée organisée par la ville. Même le maire trempe dans des histoires louches. J’aimais ma petite vie tranquille d’avant, quand j’ignorais ce qu’il se passait. »

Maintenant, je me sens encore plus idiot. Un peu trop idéaliste. Elle va croire que je m’imagine vivre dans le monde des bisounours. Simplement, plus je me tiens loin de toute ce merdier, plus cela ira bien. Je n’ai pas envie de m’en mêler, les causes défendues par l’une et l’autre des organisations me dépassent. Je suis à milles lieux de ces considérations. Et c’est très bien de cette manière. Sa promesse m’arrache un sourire. Je me relève et m’appuie sur mon coude, de manière à la regarder. Elle est vraiment jolie. Ce que je lui ai dis un peu plus tôt est inexact. Je n’aime plus ma vie d’avant, Callie n’en faisait pas partie. Je préfère celle de maintenant, même si je dois composer avec les mutants psychopathes et les soirées déguisées meurtrières.

Je me penche sur elle pour l’embrasser doucement. Puis, je me recouche, me collant contre elle et posant ma tête sur son épaule. Mes doigts courent sur son ventre, par-dessus son tee shirt difforme et trop grand pour elle. Mais même ainsi accoutrée, je la trouve drôlement belle.

« Du temps que nous nous tiendrons éloignés de tout ceci le plus possible, il n’y a pas de raisons pour que les choses deviennent plus compliquées entre nous Callie. Pourquoi voudrais-tu que ça le devienne ? »
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Mer 19 Sep - 12:07

Callie se sentait subitement fautive. Elle avait l'impression de le trahir sans réellement savoir pourquoi. Après tout, elle ne lui mentait pas, ne lui avait pas menti et n'avait jamais cherché à lui cacher qui elle était vraiment... Alors pourquoi ce profond malaise en elle ? Pourquoi est-ce qu'elle se mettait à douter d'elle et de ce qu'elle savait alors que Craig ne savait pas ? Callie avait toujours vécu dans le monde des mutants et c'était un peu inconcevable pour elle d'imaginer sa vie sans les conséquences gênantes qui en découlaient mais elle tentait de se mettre à la place de Craig pour essayer de le comprendre. Seulement, se tenir éloigné des mutants et de cette agitation, pour elle, ça revenait à se voiler la face et à faire l'autruche. Se tenir éloigné signifiait laisser les autres mutants faire tourner leur monde à leur façon sans pouvoir interférer, sans pouvoir avoir la chance d'exprimer son point de vue. Callie était à Genetic depuis des années et elle savait que grâce à ça, elle pouvait se tenir informée de tout ou presque. Elle savait que ne pas se cacher de toutes ces informations et ces événements lui permettait de savoir ce qu'il se passait réellement et donc de savoir comment agir, se protéger.

Mais si Craig ne voulait pas se mêler à tout ça, elle le ferait aussi pour lui et le protègerait du mieux qu'elle le pouvait. Elle changerait son immuable "je" en "nous" puisque, de toute façon, elle commençait à changer. Le "je" qui avait dirigé sa toute jeune vie s'était un peu effondré à cause des liens qu'elle avait acceptés de créer avec les autres. Ou grâce à ces liens. Elle voyait bien trop de monde vivre pour leur petite personne et avait tous les jours sous les yeux es conséquences de cet égoïsme. Elle ne voulait pas être comme ça, elle ne voulait pas finir par vivre toujours seule, être aigrie... Et devenir folle. Parce que c'était la folie qui s'emparait des êtres coupés du monde, comme certains mutants qu'ils récupéraient et tentaient d'aider. Comme certains de ses collègues qui n'étaient motivés que par leur petite histoire et rien d'autre. Elle ne finirait pas comme eux et trouverait comment allier ses idées à ses proches. Proches qui n'étaient pas si nombreux que ça de toute façon.

Le doux baiser qu'il posa sur ses lèvres la troubla. Elle n'avait jamais été troublée par leurs contacts physiques avant, du moins pas comme ça. Là, en plus du frisson que cela lui procura, elle sentit des tas de papillons faire la fête dans son ventre tandis qu'il faisait doucement glisser ses doigts sur sa peau. Quelque chose avait changé ce soir, un déclic avait eu lieu dans sa petite tête et il allait falloir qu'elle approfondisse tout ça... Mais pas maintenant. Elle ne voulait pas gâcher le moment, elle avait besoin d'être avec lui, d'être apaisée alors elle gardait ses réflexions pour le lendemain. « J'aimerais pouvoir être aussi optimiste que toi Craig, mais l'expérience fait que je sais que ça ne sera pas si facile... » Elle se mordit la lèvre. Elle en disait trop, pas assez. « Je connais quelques autres mutants... » Non, elle en connaissait beaucoup d'autres entre les collègues, les détenus dangereux de Genetic et les dossiers qu'elle avait longuement regardés. « Je peux t'assurer qu'une fois qu'on met les pieds dedans, on y est jusqu'au coup, qu'on le veuille ou non... » Elle avait vu tellement de personnes entrer dans la danse dès le premier pas... Ben avait très vite goûté à Genetic, elle le savait. Il ne lui avait jamais réellement parlé de cette fille qui lui avait bouffé le coeur mais elle savait que c'était à ce moment de sa vie, celui où il l'a perdue elle à cause de Genome... « Tu peux essayer de toutes tes forces mais n'oublie pas que ça peut te tomber dessus n'importe quand... Je serai là pour toi... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Jeu 27 Sep - 18:58

Alors que mes doigts jouent avec le tissu de son vêtement, je ne peux m’empêcher de cogiter. Ma vie a drôlement changé depuis que je sais que je suis un mutant. Je ne parle pas des migraines, des sursauts que je provoque quand mon don se déclenche à mon insu ou encore des saignements de nez. Non, je parle des choses dont je suis conscient. Que je ne suis pas seul, que Callie est comme moi, qu’il y a des mutants moins pacifistes que d’autre. Qu’une guerre sur laquelle nous n’avons aucun contrôle, et sur laquelle je ne veux avoir aucun contrôle, se prépare. Un conflit sensé décider ce qu’il se fait de mieux pour nous, pauvres petits mutants que nous sommes. Vivre à visage découvert, prendre le pas sur les bipèdes lambda ? Très peu pour moi. Continuer à mener ma petite vie d’étudiant fauché mais heureux ? Je ne demande que ça. J’espère qu’elle partage mon point de vue mais je commence à me faire du mouron. Elle n’a pas l’air de tenir le même discours que moi. Ca me fait flipper. Et si Callie voulait avoir son rôle à tenir dans cette guerre ?

Et bam, mes craintes trouvent de plus en plus de fondements. J’arque un sourcil à son « L’expérience fait que… ». Fait que quoi ? Tu as envie d’aller te faire trucider pour vanter les mérites d’un labo ou soutenir une banderole peinte par des révolutionnaires pré pubères ? Très peu pour moi. Je dirais même mieux : Sans moi ! Elle explique assez pour me mettre dans le flou mais pas assez pour que je comprenne.

« Ce n’est pas être optimiste, j’essaie juste de ne pas me mêler de choses qui me dépassent et que je peine à comprendre. Que je ne veux pas comprendre, surtout. Enfin, si. Y’a une chose que j’aimerais comprendre. Tu entends quoi par : l’expérience ? »

Callie me fait de plus en plus peur. Pourquoi elle me parle de mettre les pieds dedans ? Nous n’avons mis les pieds dans rien du tout, ni elle, ni moi. Du moins, à ma connaissance. Je me redresse pour la regarder. Je ne sais pas à quoi elle fait allusion. Est-ce qu’elle aurait mis les pieds dans un plat trop grand pour elle ?

« De quoi tu parles ? On a mis les pieds dans rien du tout. Enfin, je crois. »

Ce qu’il s’est passé ce soir ne compte pas dans la mesure où c’est le plat qui est venu à nous et non l’inverse. Ce soir, nous n’avions absolument rien demandé et les emmerdes sont venues se coller à nos costumes. Donc j’aimerais vraiment savoir de quoi elle parle. Et j’espère franchement que cela n’est pas ce que je crois. Ca me scierait les pattes de savoir qu’elle est mêlée de prêt ou de loin à tout ce foutoir. Je souris lorsqu’elle me dit qu’elle sera toujours là pour moi. Moi aussi, je serai toujours la pour elle. Si elle savait à quel point. Je fais glisser mes doigts dans ses cheveux. Bizarrement, je me sens un peu mal, un peu triste. C’est comme ci un vide s’emparait petit à petit de moi. Je frissonne.

« Je ne vais pas essayer uniquement pour moi, mais également pour toi. Tiens-toi éloignée de tout ça, Callie. Nous sommes trop jeunes pour penser à ça, nous avons la vie devant nous. Et quoi que tu puisses en penser, rien n’est joué d’avance. On peut toujours faire marche arrière, toujours. »

Cela sortait du fond du cœur. Peut importe dans quoi elle se pense impliquée, j’essaierai de l’en faire sortir. Enfin, je me fais peut être des idées mais ce qu’elle m’a dit me laisse perplexe. J’aime pas être perplexe, surtout quand c’est au sujet de Callie.
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Dim 30 Sep - 12:04

Elle en avait trop dit, beaucoup trop. C’était sorti comme ça, elle n’avait pu contrôler le trop-plein d’informations qui s’étaient accumulées contre ses lèvres, tout autour de sa langue. Mais peut-être que c’était son inconscient qui avait décidé de la pousser à ce début de révélation après tout. Callie était douée dans l’art du self-control, elle se contrôlait toujours, quelle que soit la situation. Ce soir, peut-être avait-elle tout simplement décidé de se mettre en danger de deux façons : en essayant d’éprouver sa loyauté envers Genetic et surtout, sa force face à Craig. Parce qu’elle s’en rendait bien compte : elle était démunie face à lui, lorsqu’ils n’étaient que tous les deux et qu’il lui montrait à quel point il pouvait petit à petit la mettre à nue.

Elle ne savait pas quoi lui dire. Elle ne savait pas si elle devait clairement lui dire qu’il ne pouvait rien contre son implication dans toutes ces histoires ou si elle devait lui promettre de faire attention à elle. Oui, c’était mieux de faire semblant sans mentir grâce à des affirmations plus ou moins habiles. « L’expérience… Disons que, comme je te l’ai dit, je connais d’autres mutants… Et tu sais aussi bien que moi que pour savoir qu’une personne est une mutante, il faut que la situation y soit propice… Sans cette soirée, je ne t’aurais rien dit, pas tout de suite en tout cas. » Et voilà comment lui dire qu’elle avait vécu des tas de situations complexes liées aux mutants en tournant cela de façon à ce que ça paraisse tout à fait innocent et indépendant de sa volonté.

« Et je te promets de ne pas me mettre en danger inutilement en voulant me mêler de tout ça. » Elle ne le ferait pas inutilement, elle le ferait juste pour le boulot, juste pour Genetic. « Je vais me tenir éloignée de ce qui ne me concerne pas, pour toi… » A travers son mensonge par omission, elle se sentait incroyablement mal. Il ne pouvait pas lui en vouloir de poursuivre son job d’étudiante, si ? Elle n’avait juste pas besoin de lui mentionner ce qu’elle faisait…

Il la sondait de son regard et ça la tuait littéralement. Callie mentait avec facilité et elle ne comprenait pas pourquoi elle lui mentait à lui aussi si facilement si c’était pour se sentir torturée ensuite. Elle ne voulait pas se sentir torturée à cause d’une autre personne. Elle ne voulait pas que ses sentiments dépendent de lui. Elle voulait vivre pour elle, uniquement pour elle mais visiblement… Elle n’y arrivait plus. Elle commençait presque à le détester parce qu’elle sentait bien qu’il comptait trop à ses yeux. Elle aurait du avoir la force de dire stop et de le planter là avant que ses sentiments pour lui deviennent trop problématiques. En fait, elle n’en avait pas la force parce que c’était déjà trop tard, elle le savait…

« On peut arrêter d’en parler ? Je suis épuisée et e n’ai franchement pas envie de me refaire encore et encore le film de cette soirée dans ma tête… » Elle voulait surtout éviter qu’il lui tende encore des tas de pièges dans lesquels elle pouvait facilement tomber et se perdre. Elle ne voulait pas que Craig puisse découvrir ses secrets. Elle ne voulait pas qu’il puisse découvrir qui elle était réellement…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Et après...    Mer 3 Oct - 10:03

Callie en avait trop dit. Elle en avait trop dit mais trop peu expliqué. Je ne comprends pas, j’aimerais vraiment qu’elle m’explique, qu’elle fasse partir les affreux doutes qui s’insinuaient en moi. Ils s’infiltraient en moi par tous les pores de ma peau, par la moindre parcelle de mon corps. Ils commençaient par m’enserrer le cœur, ils le mettait dans un étau avant de serrer, serrer, serrer. J’ai l’impression qu’il va exploser. Je voudrais qu’elle me dise que je me trompe, qu’elle n’est pas mêlée à tout ce bordel. Mais j’en doute. Et ce n’est pas ses réponses qui me rassurent. Loin de là. Elle connaissait des mutants, des mutants qu’elle avait connu dans des situations propices. Propices à quoi ? A l’utilisation de leur capacité ? J’hausse les sourcils.

« Des situations propices ? Mais propices à quoi ? Réponds-moi, bon sang ! »

J’commence à hausser le ton. Et j’ai pas envie. J’ai pas envie de me disputer avec Callie. Pas alors que je vais seulement de la retrouver. Pourtant, ce soir, quelque chose a changé. J’ai vraiment cru l’espace d’un instant que notre condition de mutant ne nous séparerait pas. Mais là, je sens un fossé se creuser entre nous. Nous n’avons pas le même point de vue, nous ne l’aurons jamais. J’aspire à une vie tranquille, loin de tout ce bordel, loin des autres mutants. Pour vivre heureux, vivons cachés. Callie ne semble pas de cet avis. Et je préfère encore partir plutôt que de la voir se jeter à corps perdus dans une guerre qui n’est pas la nôtre. Je ne supporterais pas qu’il lui arrive un truc.

« Non Callie, cela ne fonctionne pas comme ça. Je veux que tu me promettes de ne pas te mettre en danger tout court ! J’m’en balance que tu qualifies ça d’utile ou d’inutile. Ce type a bien failli nous tuer ce soir. C’est comme ça que tu veux passer ta vie ? Grand bien te fasses. Mais c’est sans moi. »

Là, j’ai été vache et je le sais. Je n’ai pas envie de la quitter, je n’ai pas envie de partir. Je voudrais que les choses soient plus simples, je voudrais qu’on ne soit pas des mutants. Je me mords la lève, espérant qu’elle comprenne les raisons que me poussent à la bousculer un peu. Ca m’énerve qu’elle coupe court à la conversation de cette manière. Je fais la moue et me tourne, de manière à lui tourner le dos. Je sais que je n’arriverai pas à dormir. Je n’aime pas me disputer avec les gens, encore moins avec elle. Elle est importante, elle compte pour moi. Plus que je ne l’imagine. Celle que j’ai longtemps pris pour un coup d’un soir se révèle être bien plus que ça finalement.

« T’as raison. N’en parlons plus. Les non dits sont tellement plus utiles que les explications. Bonne nuit. »

Je rabats la couverture sur mon torse nu et je ferme les yeux, cherchant vainement le sommeil. Je n’ai pas pu m’empêcher d’être rude dans mes propos et je sais que demain, je m’excuserai. Parce que cette soirée m’a mis les nerfs en pelotes, parce que j’ai eu peur et je n’apprécie pas qu’elle me mente sur un sujet aussi important.

Je sais que je n’arriverai pas à dormir. Mais je fais semblant. Parce que je ne veux pas qu’elle me voit aussi bouleversé.
Revenir en haut Aller en bas
Callie Newark


avatar

Messages : 277

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Nope

MessageSujet: Re: Et après...    Lun 15 Oct - 21:52

Trop de questions, trop de pression, trop de problèmes... Callie voulait simplement se blottir contre lui et trouver enfin le sommeil. Elle était épuisée et cette soirée l'avait suffisamment secouée comme ça : elle ne pouvait pas se permettre de tout chambouler dans leur relation en lui racontant toute sa vie. Parce que c'était bien toute sa vie que représentait Genetic. Et les mutants. « Pas ce soir Craig, s'il te plait... » Pour une fois, elle montrait réellement ce qu'elle ressentait : la peur et l'envie de tout simplement attendre avant de lui parler vraiment. Malheureusement, cela ne suffit pas à son colocataire qui explosa avant de lui tourner le dos en prenant un grand soin à s'écarter d'elle. Autant que possible. Callie frémit à l'idée d'avoir à la fois laisser entrer Craig pour de bon dans sa vie et de le voir s'éloigner d'elle comme ça. C'était donc ça ? C'était forcément compliqué et perturbant d'accepter enfin de se lier aux autres ? La jeune fille aurait du continuer à faire ce qu'elle faisait le mieux : rester distante et tout contrôler. Sauf qu'elle n'en était plus capable. Plus avec lui.

« Bonne nuit... » souffla-t-elle simplement, réussissant avec peine à décoincer ces deux petits mots de sa gorge. Elle était mal, elle avait la nausée et aussi du mal à respirer. C'était donc ça souffrir à cause des autres ? Elle n'avait souffert réellement qu'à la mort de ses parents. Elle n'avait jamais vraiment connu autre chose que la douleur physique. Et elle préférait largement un coup un peu trop fort lors d'un de ses entrainements, laissant une marque profonde dans sa chair, plutôt que quelques mots fracassants sans retenue son âme. Elle se contenta de rester allongée sur le dos, à fixer son plafond, sentant un peu trop fort la distance déchirante qu'il avait mise entre eux.

Callie passa de trop longues minutes à tourner encore et encore le problème dans sa tête. Elle savait qu'elle n'avait pas le droit de dire quoi que ce soit à Craig. Elle savait qu'elle devait encore garder pour elle ses secrets. Tout ça parce qu'elle savait qu'il ne pouvait pas la comprendre. Pas encore du moins. C'était dur à admettre mais au fond d'elle, elle savait même qu'il ne serait jamais prêt à entendre tout ce qu'elle avait à lui dire parce qu'il ne pourrait pas comprendre. Lui qui n'avait connu les mutants qu'à la manifestation - tardive - de son pouvoir ne pourrait pas comprendre une fille comme elle qui baignait dedans depuis toute petite. Lui qui ne savait des mutants que deux ou trois petites choses sans conséquences sur la vie ne pourrait pas comprendre tout ce qu'elle avait compris en grandissant au sein de Genetic. Callie ne pleura pas à l'issue de ces conclusions. Elle n'en était pas capable. Elle, elle encaissait tout, toujours, tout le temps. Elle se contentait de ramasser les coups et d'en faire par la suite sa force. Sauf que là, il n'y avait rien qui lui permettrait de devenir plus forte... Elle allait juste enfouir toute cette peine très loin dans son esprit et ne plus y toucher. Jamais.

Elle finit par s'endormir. Avant lui ? Après lui ? Elle n'en savait rien. Elle se réveilla simplement avant lui, se leva et se contenta de l'observer quelques longues secondes avant de passer doucement ses doigts sur son visage. Elle prit une douche bien chaude et se mit à faire ce qu'elle savait faire de mieux : fuir ce qu'elle ne contrôlait pas pour se rendre à Genetic et s'entrainer. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et après...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Et après...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: NEWARK & RIGGINGS' PLACE-