..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Wyatt PC

Invité

avatar


MessageSujet: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Lun 28 Mai - 20:18




Samedi 20 Novembre 2010 – Soir

C'était le grand soir. Celui où tout un groupe devait se rencontrer et se retrouver. Depuis cinq jours, les textos fusaient dans tous les sens sur les portables de chacun.

Six jours auparavant, je devais me rendre à une partie de paintball en compagnie de Sonny. Je savais qu'elle n'était pas bien. Je ne l'étais pas non plus par moment. On avait besoin de se défouler. Surtout elle car plus on échangeait de messages, et plus elle perdait en répliques cinglantes. Ça en devenait affligeant tant le niveau baissait. C'était pour cette raison que je lui avais proposé cette sortie. Sauf que la journée du 14 novembre, je l'avais plantée en beauté. J'avais tout de même pris la peine de lui téléphoner – ou alors c'était elle qui m'avait appelé, rageuse – pour lui dire que j'annulais. Capucine n'était pas bien, je ne lui fournis pas de détail au téléphone, la laissant me menacer de me transformer en fille. Douce menace qui me fit rire. Je lui avais souhaité de bien s'amuser et avant qu'elle ne m'insulte, j'avais raccroché pour rejoindre ma petite amie.

Le lendemain, je m'étais souvenu de ce plantage en beauté. J'en avais parlé à Capucine, me marrant au passage car après tout ce n'était pas comme si j'avais été le petit ami de Sonny, non ? Fort heureusement d'ailleurs, elle était trop chiante et je préférais de loin ma petite femme à moi. Il fallait pourtant que je trouve un moyen de me faire pardonner, enfin à moitié. Et l'idée germa que je passe au bar dans lequel les deux jeunes femmes travaillaient le samedi soir. Capucine serait dans la confidence mais pas Sonny. Autant pousser ma gaminerie jusqu'au bout en lui faisant la surprise. Elle n'oserait peut être pas me jeter un nouveau verre au visage. Et si elle le faisait, j'étais bien capable de crier juste pour la mettre dans l'embarras, qu'elle me présente ses excuses et qu'enfin je dise que je passais l'éponge. Je fus traité de sale gosse par Capucine. Mais au fond, je savais que ça l'amusait. Et ça lui changerait les idées. Autant que les miennes.

Comme si ça ne suffisait pas, j'envoyais un message à Maxime, lui disant que je désirais la voir le samedi soir. Et pour couper court à toute réticence de sa part, je lui balançais en plein figure -enfin en plein message – qu'elle me devait bien ça alors qu'elle était partie comme une voleuse de la maison. Et si elle voulait rencontrer celle qu'elle supposait être folle de me supporter, c'était l'occasion ou jamais. Durant plusieurs heures, je n'eus aucune réponse de Maxime. Guère étonnant, elle devait râler dans son coin. Et enfin elle me répondit. Elle viendrait. Mais pas seule, avec un ami. Bon ok, si elle voulait. Elle pouvait emmener autant de personnes qu'elle désirait tant qu'elle venait et que je pouvais la voir  ! Quelques jours plus tard, un nouveau message. Maxime ramènerait une fille. Ok pas de problème. Ça commençait à en faire du monde. Enfin pas tant que ça, nous serions quatre clients et nous aurions à notre disposition deux serveuses, que demandait de plus ?

Enfin le grand soir arriva. Capucine était déjà partie pour prendre son service. Et moi je m'étais rapidement préparé. Une douche, un simple jean bleu foncé, un tee-shirt blanc avec un motif tribal noir. Les cheveux en bataille pour ne pas changer. Quand je passais dans le salon pour souhaiter une bonne soirée à mon père, il me balança les clés de sa voiture, prétextant qu'il n'en aurait pas besoin. Pas de soirée avec Anne ? Il prendrait ma vieille voiture s'il devait se déplacer. Je pouvais profiter de la sienne pour la soirée. Je le remerciais, lui souhaitant de bien s'amuser, surtout s'il passait sa soirée en compagnie de dame télévision. Puis je partis.

Arrivé dans le bar, je poussais la porte de celui-ci, ne sachant pas si Maxime et compagnie étaient déjà arrivés. Ça serait la surprise. Tout ce que je constatais pour le moment, c'était qu'il y avait du monde. Et il allait falloir se mettre en quête d'une table de vide.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Lun 28 Mai - 22:01

Reprendre une vie normale. C’était le seul but qu’elle se donnait pour ce mois-ci. Parce que ce ne serait pas dans l’état déplorable où elle s’était retrouvé au début de novembre qu’elle retrouverait les incendiaires. Pour l’heure, elle s’efforçait donc de revenir à la vie. Aller au boulot, délirer avec Capucine, aller en cours, s’engueuler avec Wyatt par textos… Wyatt… Bon sang… qu’est-ce qu’il pouvait lui taper sur le système ce gugusse ! Bon, ok, ça lui faisait du bien, mais quand même. Et le coup du « je te laisse en plan » le 14, pour le paintball… Sur le coup, elle l’aurait tué. Et elle le tuerait, rien que pour le principe. Alors oui, son désistement lui avait bien permis de revoir Remington, mais ça, elle n’était pas sûre de le lui dire. Pas envie de se prendre encore une flopée de commentaires sarcastiques de sa part. Pour l’instant, c’était silence radio. Et pas plus mal comme ça !

Bref, elle s’était reposée, réalimentée et elle était prête pour affronter une nouvelle interminable soirée de boulot. Un jean, un tee-shirt bleu et les cheveux noués, pour l’instant en tout cas, elle n’aimait pas les avoir attachés, mais c’était plus pratique pour courir dans tous les sens. Des mains aux fesses, des haleines fétides et la course, encore et toujours. Heureusement, Capucine était là ce soir. Du moment qu’elle ne lui parlait pas de Wyatt, tout irait bien.

Pfff, elle n’était pas bien motivée tout de même. Il s’était passé trop de choses depuis une semaine. Trop de chambardements. Des nouvelles à encaisser. Et pas envie d’en parler. Déjà, quand le service avait commencé, elle avait su qu’elle ne serait pas de bonne compagnie ce soir. Pauvre Capucine. Elle, elle paraissait pleine d’entrain malgré son traitement et l’évolution de sa maladie. Sonny, elle, était peu bavarde, contrairement à son habitude. Il fallait qu’elle soit plus raisonnable à présent. Manger, dormir, ne plus toucher à l’alcool pour ne jamais revivre cette affreuse soirée du 4 novembre avec Dean. Ne plus forcer sur son corps qu’elle avait fatigué. Et ne pas gifler ce crétin de client, le premier à lui peloter les fesses ce soir. Mais elle ne pouvait pas répliquer, son patron était toujours fâché contre sa petite plaisanterie qui avait eu lieu presque un mois plus tôt. Quel rancunier.

Elle slalomait entre les différents clients et les tables en essayant de ne rien renverser et de ne pas s’emmêler les pinceaux dans les diverses commandes. Elle essayait surtout de ne pas se perdre dans ses pensées. Et pourtant elles cognaient dans sa tête.

Un client la héla pour lui réclamer une bière. Sonny tourna la tête un instant, juste un instant… Mais on sait tous à quoi mène un instant d’égarement. Et BAM. Aïe… Elle venait de percuter un client. Déjà… elle perdait vraiment en dextérité…

« Je suis dés… Wyatt ! Espèce de sale traître ! « Sonny, allez, viens faire un paintball, je t’accompagne », mon œil ouais ! T’as juste eu la trouille que je te mette minable et tu sais quoi, tu as eu raison, parce que je suis douée à ce petit jeu et ton sarcasme légendaire n’aurait pas sauvé ta virilité. Si tu cherches une table, il en reste au fond. Si tu veux voir Capucine, elle est au bar je crois, et ne compte pas sur moi pour te servir, ou alors t’as intérêt à être sacrément généreux sur le pourboire. Et oh, Teddy te salue. »

Vexée Sonny ? A peine. Il l’avait tout de même laissé tomber. Cela avait eu un côté positif, mais elle ne pouvait visiblement pas compter sur lui, même s’ils allaient avoir un petit frère ou une petite sœur en commun. En même temps, elle n’était pas vraiment fâchée, parce qu’elle lui devait sa trêve avec Rem, alors son ton n’avait pas été agressif, juste aussi… peu cordial qu’à leur habitude.

Alors elle tapa l’épaule de Wyatt, comme lorsqu’ils s’étaient séparés la première fois, pour bien lui faire comprendre que c’était ok, mais qu’il ne fallait pas trop la chercher non plus ce soir. Puis elle le détourna et atteignit le bar. Cap’ était là, lançant au barman la liste des cocktails qu'on lui avait demandés. Raaaah, mais qu’elle aille fricoter avec son chéri au lieu d’abreuver des ivrognes insupportables et grossiers.

« Ta tête de nœud d’amour est là. Je te laisse jouer à la serveuse perverse avec lui, j’te couvre si le patron passe par là si tu veux. »

Sonny… ta bonté te perdra.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 29 Mai - 7:45

Une soirée alors que je travaillais... Je ne comprenais pas très bien le principe, mais si cela me permettait de voir Wyatt quelques heures, je n'hésitais pas plus d'une seconde. Surtout qu'avec mon service et les autres invités, il ne serait pas là à épier le moindre de mes faits et gestes, près à m'aider si jamais je ne pouvais pas assurer. Ainsi, il passerait une bonne soirée avec ses amis en oubliant un peu nos misères communes, car le rassurer sur mon état et lui montrer que tout allait bien me demandaient beaucoup plus d'efforts que de combattre la maladie. C'était ce masque souriant, respirant la joie de vivre qui devenait de plus en plus pesant. Mais que pouvais-je y faire ? Il était nécessaire aussi bien vis à vis de lui, que de la clientèle. Les hommes qui venaient boire ici n'étaient pas là pour parler de prise de sang ou de chimiothérapie. Ils étaient là pour passer une agréable soirée et accessoirement, se rincer l'œil. Je m'y étais faite, surtout que depuis mon arrivée ici, je ne mettais pas de décolleté. Le cathéter n'attirait guère les pourboires. Par contre, un pantalon serré ou taille basse avec un tee shirt court faisaient toujours leur petit effet. Ce soir, j'avais préféré me la jouer soft pour Wyatt en choisissant un corsage rouge et un pantalon noir. Banal, mais efficace.

La soirée s'emballa très vite comme tous les samedi. Avec Sonny, ils nous étaient impossible de nous asseoir deux minutes pour reprendre notre souffle. Surtout qu'avec le nombre de commandes, il ne fallait pas se perdre. Je pris mon plateau après avoir déposé ma commande sur une table et entendis une autre demande dans le coin. Seulement, mon attention se porta sur la porte. Il était là. Il était craquant. J'avais envie de le prendre dans mes bras pour montrer à tous ces hommes des cavernes que je n'étais plus sur le marché. Ah et oui... Je devais respirer. Il était utile pour un être humain de savoir respirer. Mais le voir passer la porte, s'avancer avec cette démarche nonchalante, fendre la foule... J'étais heureuse qu'il soit là.

Un homme me prit par le bras pour attirer mon attention. Il réclamait toujours sa commande et me réprimandait pour mon manque de professionnalisme. Professionnalisme... Il s'attendait à quoi ? Nous n'étions pas dans un quatre étoiles. S'il n'était pas content qu'il se barre, ce crétin ! De mauvaise grâce, je me rendis au bar pour donner la commande au barman. Et si je crachais dans le verre avant de l'apporter ? Ça se verrait ? Sonny m'interpella en me signalant la présence de Wyatt. Comme si j'en avais besoin.


- « J'apporte ce verre à ce nul et j'irais lui dire bonsoir. »

Je récupérais ma commande et l'apportais au grincheux qui se contenta de me regarder comme si j'étais un insecte à écraser. Pas un merci, rien. Pffff, mais quel c*nn*rd ! Ma mission remplie, je me rendis auprès de Wyatt et sans prêtait grande attention au reste du monde, je l'embrassais en y mettant toute l'intensité dont j'étais capable. C'était ma manière de lui dire bonsoir. Assise sur ses genoux, les bras autour de son cou, je séparais nos lèvres, pour le regarder droit dans les yeux. C'est là qu'un bruit me fit comprendre que nous avions un peu trop attiré l'attention. Mon regard se porta sur la table à laquelle Wyatt s'était assis et remarquais qu'il n'était pas seul. Oups.

- « Désolé. », m'excusais-je avec mon air de petite fille prise en faute avant de tendre la main. « Je m'appelle Capucine et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 29 Mai - 17:55

L’ambiance était un peu tendue à la maison malgré le fait que Jeremy était très content que Maxime soit venue s’installer chez lui. Il fallait dire qu’ils étaient tous deux moroses suite aux derniers évènements et il avait fallu que Jeremy remette de l’huile sur le feu en allant directement voir Anne sur son lieu de travail. C’était en quelques sorte un suicide mental, mais ça avait été plus fort que lui, il avait eu besoin d’en avoir le cœur net. Suite à cela, il s’était fait brasser par Max et ils évitaient tous deux le sujet depuis. Du coup, les recherches pour retrouver les incendiaires du domaine n’avançaient pas non plus.

En début de semaine, Max avait reçu de nombreux textos auxquels elle ne semblait pas vouloir répondre, visiblement renfrognée. Jeremy la cuisina un peu pour savoir qui pouvait bien la harceler à ce point. Elle avait fini par lui avouer que c’était Wyatt qui voulait organiser une soirée, mais qu’elle n’avait pas envie de sortir. Jeremy trouva l’idée intéressante. Il ne connaissait pas ce Wyatt, enfin… de ce qu’il croyait, et n’avait pas encore eu l’occasion de le croiser à Genetic. Par contre, Max lui avait déjà parlé de lui. Elle lui avait dit qu’il était un peu comme un petit frère là où elle vivait avant. Jeremy l’incita donc à lui répondre et lui suggéra de se rendre à la soirée afin que ça lui change les idées. Elle avait bougonné un moment puis avait fini par accepter à condition qu’il vienne avec elle.

Jeremy ne se fit pas prier trop longtemps, il avait lui aussi besoin de prendre l’air, alors rencontrer des gens pour discuter calmement autour d’un verre, pourquoi pas ?

A la dernière minute, Max lui appris qu’une de ses amies les rejoindrait. Il était loin de se douter que la jeune fille était amie avec cette chipie de Mary Jane ! Mais bon, Jeremy était plus sociable que Max, ça ne le dérangeait pas plus que ça et il était content d’apprendre que son alter égo féminin avait des amis et qu’elle faisait des efforts de sociabilisation.

Pour la soirée, il revêtit un jeans noir, une chemisette bleu marine ainsi qu’une veste gris anthracite. Il se coiffa en passant rapidement la main dans ses cheveux, autant dire que ça et puis rien, ça aurait été la même chose, puis attendit que Max soit prête avant de descendre prendre le bus qui les conduirait devant le bar.

Quelques minutes plus tard, ils se retrouvèrent à l’endroit du rendez-vous. Jeremy se laissa guider par Max afin de trouver Wyatt dans le bar bondé. Au moment où ils arrivèrent à sa table, une jolie blonde se jeta sur ses genoux et l’embrassa langoureusement.

Jeremy un peu mal à l’aise du fait d’être visiblement arrivé au mauvais moment, lança un furtif regard en coin à Max guettant une réaction de sa part, n’osant interrompre des gens qu’il ne connaissait pas, avant que la blonde ne s’adresse à eux. Jeremy lui sourit et répondit le premier en lui serrant la main :

« Jeremy. »

Il porta ensuite son attention sur le gars, dont Max lui avait parlé. Son visage ne lui était pas inconnu, pourtant, il était persuadé ne jamais l’avoir croisé au boulot.

« Tu dois être Wyatt, je présume ? » demanda –t-il en lui tendant la main toujours avec le sourire, "enchanté".
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 29 Mai - 20:51

Non. Mais non. Jamais de la vie. NON ! Il avait pas compris qu’elle n’était pas et ne serait jamais sociable. Surtout pas en ce moment… Et oui, faire le moindre effort la ferait crever, parfaitement. Lorsque la suite du sms lui apparut, Max resta quelques secondes ébahie, sur le canapé du salon. « Sale petit merdeux. » cracha-t-elle. Fourbe, vicieux, traître, manipulateur, insupportable gamin qui lui balançait qu’elle s’était barrée comme une voleuse. Par dessus le marché, il voulait qu’elle fasse la connaissance de sa cinglée de petite-amie made in Genetic. Non ! C’était non ! Discussion close. La colère finit par s’estomper à grand coup de volutes de fumée. Il était son frère. Insupportable garnement capricieux. Le doute s’immisça, ne lui devait-elle pas cette soirée pour toutes celles qu’elle leur avait pris en s’enfuyant. Jeremy acheva de la convaincre même si elle imposa la condition qu’il vienne.
Pour être sociable.
Être sociable à sa place à elle.
Quelques temps après, elle décida que le capital sympathie de Jeremy ne serait peut-être pas suffisant pour l’empêcher de devoir prendre part à la conversation. Pour peu que celui-ci ait en plus décider de la sociabiliser et elle serait obliger de communiquer. Mieux valait appeler du renfort, un renfort nommé Mary-Jane. Là, elle en était sûre, elle pourrait se terrer dans un coin si l’envie lui en prenait.

Une bonne centaine de fois, l’envie d’annuler lui traversa l’esprit. Elle n’en fit rien. Pour Wyatt. Pour Jeremy. Mais certainement pas pour elle-même. Ce fut bercée par un état d’esprit bougon qu’elle daigna lâcher son carnet de croquis pour passer par l’odieuse case salle de bain. Depuis peu, elle se remettait à dessiner. Gribouiller serait le terme plus exacte. Elle volait des instants de vie, des bout de mémoire pour les coucher sur le papier. L’allure de Jer’ quand il cuisinait. Ses souvenirs du domaine. Catharsis douloureuse, à croire qu’elle ne voulait rien oublier.
Elle claqua la porte de la salle de bain, victime d’un dégât des eaux façon Max et empoigna ses cigarettes. Elle avait opté pour un short en jean et un simple débardeur noir. Elle passa dessus une veste chipée à Jeremy et regarda ce dernier. Ils détonnaient. Il avait la classe quant du côté de Max, il faudrait repasser pour la féminité. Cheveux en bataille, pas une once de maquillage.

- J’te déteste et j’veux pas y aller, fit-elle en passant le pas de la porte. Elle rajouta, et je déteste Wyatt aussi. J’vous déteste tous les deux.

Le pire était à venir. Après les transports en commun, il fallut se frayer un chemin à l’intérieur même du bar, jouant des coudes contre les autres avant de parvenir à trouver la table indiquée sms par Wyatt. Et là… là… Une sangsue blonde pendue à ses lèvres. L’image la traumatiserait à vie. Tant de démonstration en public lui filait la nausée, autant, au moins que le petit air ingénue adoptée par Capucine. Elle la détestait. Non, non… Un effort, pour Wyatt, allez, un sourire. Un rictus, tu parles oui ! Et Jeremy qui jouait les Don Juan ! Maxime ne savait pas si elle le bénissait ou le haïssait pour cela. Sûrement un peu des deux. Son regard passa sur Wyatt.

- Toi, lâcha-t-elle froidement. J’espère que t’as prévu de me payer un verre pour me faire oublier la scène à laquelle je viens d’assister.

Chassez le naturel, il revient au galop. Après une seconde tentative de sourire ratée, elle tendit sa main pour saluer Capucine et tenta d’être sympathique.

- Max. Elle jeta un regard à Wyatt et se retint de lever les yeux au ciel. Enchantée de faire enfin ta connaissance. Voilà c’était assez poli là ? Non ? Je me demandais qui pouvais avoir le courage de supporter cet énergumène. Il est attachant, je te l’accorde, mais franchement, c’est un casse-pied !

Et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 29 Mai - 22:55

Et maintenant, un ange passa et s’arrêta devant un bar bondé pas très classe. Cela ne dérangeait pas pour autant Mary Jane. La plupart du temps c’était dans ce genre de lieux qu’elle s’amusait le plus. Il y avait toujours des gros lourds, mais bon, ils ne constituaient pas la majorité. La jeune fille se faisait une joie de cette petite soirée. Sa sœur de cœur lui avait envoyé un texto, non pas pour l’inviter mais pour venir à sa rescousse. Elle avait immédiatement répondu présente. En plus de rendre service à son amie, elle allait faire de nouvelles connaissances. Elle fut quand même étonnée par cette demande car la française n’était pas vraiment du genre sociable. Mais bon, peut-être souhaitait-elle s’améliorer de ce côté-là ? Si elle avait bien compris, Maxime s’était laissée convaincre par le fils de l’homme qui lui avait donné un toit pendant quelques temps.

Les deux amies ne se voyaient pas très souvent. Ce n’était pas plus mal. Leurs caractères n’étaient pas faits pour qu’elles se supportent plus d’une journée. Tous les opposaient. Et pourtant elles s’aimaient beaucoup. Peut-être était-ce le respect mutuel et la considération qu’elles se portaient qui les faisaient s’apprécier. Et ce qui était génial, c’était qu’elles s’amusaient comme des petites folles quand elles partaient dans leurs délires. Rien de mieux pour oublier le quotidien et ses problèmes.

Mary Jane, toujours hébergée chez Maggie, avait profité de son absence pour prendre la poudre d’escampette. Elle avait quand même laissé un petit mot à la jeune femme pour lui dire qu’elle était sortie avec des amis et qu’elle ne l’attende surtout pas. Elle n’avait pas à s’inquiéter, elle se montrerait prudente. Pour se rendre à l’adresse indiquée, la jeune fille avait pris un taxi. Enceinte de cinq mois, elle n’allait pas se farcir les transports en commun. Pour dissimuler un minimum son ventre déjà trop gros, elle s’était vêtue d’une robe taille empire de couleur noire, avec des poches bien pratiques pour enfourner ce dont elle avait besoin. Elle avait chaussé des escarpins noirs à petits talons et mit une bague à chaque main et une chaîne assortie, autour du cou, avec un pendentif en forme de dent de requin. Ce fut ainsi parée qu’elle fit son entrée dans le bar. Elle mit au moins cinq minutes avant de repérer Maxime. Lorsqu’elle la vit, un grand sourire se dessina sur ses lèvres. Elle se précipita dans sa direction, bousculant au passage quelques clients.


- Maxiiiiiime ! Dit-elle presque en criant.

Mary Jane était super contente de la revoir. Si elle ne s’était pas rappeler que son amie n’aimait pas les démonstrations d’affection, elle se serait jetée à son cou. Maxime n’aimait pas non plus se faire remarquer. Raté !


- Oups ! Fit-elle pour s’excuser en jetant un œil aux personnes qui se trouvaient à proximité.

Son regard s’arrêta sur Jeremy. Que faisait-il ici ? Il n’était pas avec Maxime quand même ! Ah bah on dirait que si. Oh, en même temps ce n’était pas grave. Mary Jane ne le détestait pas. Il l’énervait parce qu’il était pro Genetic mais il n’était pas trop bête. Il était presque sympa avec la chipie et puis, il était trop mignon. Peut-être qu’en dehors des locaux de Genentech, il était sympa. Ce soir, l’adolescente voulait s’amuser, alors au diable l’organisation du paternel. Celui-ci n’allait pas gâcher sa soirée par l’intermédiaire d’un de ses fans.


- Je…remmm ! Qu’est-ce que tu fais là ? Me dis pas que t’es le copain de Maxime quand même ! Elle me l’aurait dit. Mais bon, c’est vrai qu’elle n’est pas du genre à se venter de ses conquêtes.

Mary Jane sourit et jeta un œil en direction du jeune couple qui se bécotait. Elle ne connaissait ni la fille, ni le garçon. Si ça se trouvait, ils ne faisaient pas partie des personnes avec qui son amie avait rendez-vous. Mais bon, dans le doute, elle leur adressa un « Salut » accompagné d’un petit sourire. Elle ne s’attarda pas sur eux et reporta son attention son Maxime.

- Alors, ils sont où les autres ? Ils ne sont pas encore arrivés ? J’espère qu’ils ne t’ont pas posé un lapin quand même ? J’aimerais bien voir la tête du gars avec qui tu vivais. Il s’appelle comment déjà ?

Elle eut beau chercher dans sa mémoire, elle ne se souvenait pas que Maxime lui ait dit son nom. En même temps, quand elles se voyaient toutes les deux, ce n’était pas un sujet dont elle parlait. Elles avaient mieux à faire.

- D'ailleurs c'est bizarre qu'il te recontacte alors que t'es plus chez lui. Si ça se trouve, tu lui manques. Finit-elle en plaisantant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mer 30 Mai - 18:47

J'avançais entre les tables en quête d'une qui serait libre. Et pour le moment ce n'était pas gagné. Mes yeux naviguaient à droite et à gauche, scrutant et observant si certains allaient se lever. Rien pour le moment. Il n'allait tout de même pas que je joue de mes relations avec les serveuses pour en obtenir une tout de même. Je n'étais pas décidé à le faire, ne souhaitant causer aucun problème à Capucine. A un moment, je crus voir une table qui se libérait. Je tendis le cou car un client me gênait. Fail. Elle ne se libérait pas. Je poussais un soupir et à au même moment, quelque chose me percuta. Ou plutôt quelqu'un. Une brunette qui commença à s'excuser avant de s'interrompre quand elle me reconnut. Allons-y gaiment pour le déluge de reproches en lui faisant les yeux doux.

Un sale traitre moi ? Mais non, je ne voyais pas de quoi elle parlait et j'abordais mon air le plus innocent sur le visage. Ah oui, la partie de paintball pour laquelle je l'avais lâchement plantée. Oh c'était bon, elle semblait avoir survécu, car elle était toujours aussi chiante. Et puis si elle me disait qu'elle était douée, cela voulait dire qu'elle y était allée et qu'elle s'était amusée. C'était donc plutôt un remerciement qu'elle aurait du m'adresser au lieu de reproches non ? Apparemment pas pour elle. Je la laissais continuer sur sa lancée. Elle m'indiqua une table sans que je ne demande rien. Où trouver également Capucine même si je n'irais pas la déranger au bar. Elle m'annonça qu'elle ne me servirait pas. Tant mieux, au moins je serais certain qu'il n'y aurait pas de cyanure dans mon verre !

« Franchement, tu devrais te séparer de Teddy. Je le plains le pauvre, ce qu'il doit supporter avec toi. Je dis ça, je dis rien mais t'as un caractère chiant. Et ne me dis pas merci pour le paintball, je suis certain que tu t'es amusée ! Sinon j'aurais eu des messages incendiaires sur mon téléphone. Sinon à part ça, tu n'aurais pas maigri depuis le 1er novembre ? Tu me semblais plus rondouillarde lors de notre rencontre. »

Et là, immense sourire sur mon visage. Avant de me prendre une gifle, je déguerpis entre deux tables, mettant une distance respectable entre Sonny et moi. Je trouvais la table qu'elle m'avait indiqué et pris place avant qu'un groupe vienne me la souffler sous le nez. J'étais le premier arrivé apparemment. Pas de trace de Maxime. Si jamais elle me faisait faux bon, jamais je ne lui pardonnerai cet affront. Et qu'elle ne tente pas ensuite de s'excuser par texto car je crois bien que je le prendrai mal. Maxime allait venir, elle n'avait pas d'autre choix si elle ne souhaitait pas que ça soit la guerre froide avec son petit frère adoré qu'elle aimait de tout son cœur.

Mon regard se porta sur la table qui se situait juste à côté. Des verres étaient déposés dessus et j'étais bien incapable de dire quel était le nom du cocktail qui les composait. Je n'étais vraiment pas un habitué des bars, incapable de citer les listes de cocktails de mémoire. C'est alors que je la vis, la tignasse blonde de mon cœur qui se dirigeait vers moi. Elle s'installa sur mes genoux, mes bras s'enroulèrent autour de sa taille. Elle prit d'office mes lèvres, me faisant oublier le lieu dans lequel je me trouvais. Tant pis pour les autres clients. Tant pis pour les regards réprobateurs s'il y en avait. Il ne pouvait pas comprendre et on ne chercherait pas à expliquer pourquoi autant d'intensité. Quand elle se sépara de moi, mes yeux azur plongèrent dans les siens. Je lui souris et je m'apprêtais à appuyer mon front contre le sien quand elle tourna la tête. Mes prunelles suivirent la même direction et je constatais que nous n'étions pas seuls.

Désolé ? D'être amoureux et de s'être montré en public ? Il n'y avait pas de quoi l'être. Elle venait de tendre une main en direction d'un gars qui se tenait devant la table. Je ne le connaissais pas. Il n'y avait donc pas de raison que je m'excuse de notre comportement. Je m'attardais un moment sur ce gars. Sa tête semblait me dire quelque chose mais j'étais incapable de dire où j'avais bien pu le voir, si jamais nous nous connaissions. Sans un mot, je tendis à mon tour une main dans sa direction pour le saluer, hochant seulement de la tête pour lui confirmer que j'étais bien Wyatt.. Ainsi c'était lui le Jeremy chez qui Maxime créchait désormais. Il devait être incroyablement dérangé pour accepter de l'héberger sous son toit. J'avais vécu plusieurs mois avec elle et ce n'était pas une partie de plaisir, loin de là.

Mon regard se braqua ensuite en direction de Maxime. Elle était de mauvaise humeur, je le sus avant même qu'elle ne daigne ouvrir la bouche pour me prendre à parti. Elle voulait que je lui offre un verre pour qu'elle oublie le baiser qu'elle venait de voir. Mais elle rêvait ma chère et tendre sœur ! Elle pouvait toujours courir, pour le moment, je n'étais pas décidé à le faire et j'allais le lui faire comprendre en quelques mots.

« ça serait plutôt à toi de m'offrir un verre pour te faire pardonner d'être partie comme tu l'as fait... Une vraie voleuse. »

Voilà, c'était dit à voix haute et non plus par message cette fois. J'en voulais clairement à Maxime d'être partie comme elle l'avait fait. Je savais que nous avions mal démarré lors de notre rencontre mais au fil des mois, elle était devenue comme une soeur. Je l'avais laissé entrer dans ma vie et le remerciement que j'avais eu, c'était un départ tel une voleuse, sans affronter mon regard, mes questions et les reproches que j'aurais pu avoir à formuler. Je ne m'étais pas renfrogné même si je lui en voulais. Malgré tout, j'étais décidé à passer une bonne soirée en sa compagnie ainsi qu'avec les autres. Et ce n'était pas son humeur d'éternelle ronchonne qui allait m'en empêcher. Car hormis râler, Maxime n'avait pas vraiment d'autre humeur. Ah si casse pied autant que moi. Et en matière d'énergumène, elle pouvait parler !

J'allais lui sortir une réplique digne de moi, qu'elle sentirait passer quand une voix stridente retentit. Je regardais par dessus l'épaule de Capucine pour voir à qui elle appartenait. Oh non... Maxime n'avait tout de même pas osé faire ça ? Je devais me tromper. Et bien non, elle semblait avoir ramener avec elle une gamine, qui pour en rajouter une couche, avait un bidon énorme. J'aurais peut être du préciser sur mes textos quand elle m'avait parlé de ramener des amis, que les bébés sortant tout juste de la maternelle n'étaient pas désirés. Je poussais un profond soupir, resserrant mon étreinte autour de la taille de Capucine. Ma tête vint se caler contre son épaule et j'écoutais la nouvelle venue. Heureusement que je n'étais pas en train de boire, sinon je me serais étouffé quand elle demanda si Jeremy était le copain de Maxime. Mon regard navigua de l'un à l'autre, cherchant une réponse dans leur attitude. Sérieux, ce gars pouvait supporter Max au point de partager son intimité et ses chaussettes trouées ?

Non impossible, je devais chasser cette image de ma tête sinon j'allais partir dans un grand fou rire sans être capable de m'arrêter. Maxime avec un copain. Ah non décidément, il fallait que je m'ôte cette image de la tête. Alors quand la gamine se tourna vers Capucine et moi, nous saluant, je répondis par un simple « Salut », avec un sourire aux lèvres. La soirée s'annonçait bien. Capucine propice aux câlins, Maxime de bonne humeur, cette gamine qui avait l'ait d'être une gaffeuse de première – il n'y avait qu'à écouter ses propos - , Sonny qui ne devait pas être loin et voudrait sûrement encore m'en coller une. En fait, pour le moment, seul Jeremy semblait normal.

« Maxou me manquera le jour où elle m'aura présenté ses excuses » répondis-je alors qu'elle venait à peine de se taire. « N'est-ce pas Maxou ? Sinon le gars s'appelle Wyatt et tu es qui ? Seulement ton nom à toi, je me passerai de celui de ta future progéniture. »

J'avais appuyé fortement sur le Maxou, car je savais qu'elle détestait ce surnom.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mer 30 Mai - 20:58

Wyatt… et un verre de gin en pleine tête, non ? Bah non, elle ne pouvait pas, parce qu’à tous les coups, il piquerait un scandale en sale gosse qu’il était et Sonny se retrouverait à la porte en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Chiante ? Sérieux ? Il osait la traiter de chiante ? Et qui avait planté l’autre hein ? Et qu’est-ce que… Mais il venait de la traiter de grosse en plus ! Non mais un coup de pied au cul pour apprendre les bonnes manières, voilà ce qu’il allait gagner. Pitié, dieux de la fécondité, faites que le bébé d’Anne et Ross ne soit pas un garçon… pitié… Pas un Wyatt junior en puissance… Et en plus il était lâche, car il se sauva direct. *C’est ça, va pleurer dans les jupes de Capucine*.

Tiens d’ailleurs, en parlant d’elle, elle n’avait toujours pas reparu. Elle devait être en train de violer Wyatt dans un coin du bar. Beuuuuurk. Brrrrrrr. Quelle vision d’horreur. * Chasse cette image de ta tête Sonny, vite, vite, vite *. Bon, dans ce cas, elle allait se coltiner tout le boulot, mais Cap lui revaudrait ça ! Il y avait intérêt. Allez, on se motive et on fait le tour des tables où les commandes n’ont pas été prises et on fait comme si ça illuminait la journée.

Alors armée de son plateau et de son carnet pour noter les commandes, elle se dirigea vers le fond du bar. Et elle vit Capucine sur les genoux de Wyatt. Yeeeeark, encore cette satanée image qui revient… et si elle vomissait, Wyatt n’accepterait certainement pas de passer une nouvelle fois la serpillière. Mais ils n’étaient pas tout seuls… Il avait rameuté des amis ? Il avait des amis ? Des gens qui arrivaient à le supporter ? Des maso, certainement. Alors, qui de suffisamment fou ? Parce que bon, Capucine, on pouvait mettre cela sur le coup des médocs, mais les autres ? Cela l’intriguait. Il y avait une gamine, enceinte apparemment, ou ayant de sérieux problèmes gastriques parce que son ventre, quoique partiellement caché par sa robe, était bien arrondi, que Sonny ne connaissait pas. Et Maxime. Maxime qu’elle n’avait pas revue depuis le soir d’Halloween et qu’elle n’avait pas cherché à recontacter, trop obnubilée qu’elle était par ses problèmes. Et elle s’en voulut quelque peu. Où vivait-elle ? Comment gagnait-elle sa vie ? Et surtout, elle connaissait Remington et semblait connaître aussi Wyatt. Combien de coïncidences allaient encore éclater ?

« Maxime, salut. Alors toi aussi tu connais tête de nœud ? Tu vas bien depuis… tu sais… ? On n’a pas vraiment eu le temps de parler de… tout mais je suis là. »

Et là elle le vit. En pantalon noir et chemisette bleue. Là. Aux côtés de Maxime et des autres. Non… impossible. Cela faisait des mois… Mais il n’avait pas changé. C’était son « frère », Jeremy, l’un des anciens pensionnaires du Domaine. Il avait disparu un beau jour et puis plus aucune nouvelle. Et maintenant il était là. Et en dépit du monde qu’il y avait, elle ne put s’empêcher de se pencher et de l’étreindre. Ils n’avait pas été spécialement proches à l’époque, mais il avait fait partie de sa vie et il ferait à jamais partie de son passé, tout comme Maxime. Et l’impression de se retrouver des mois plus tôt envahit Sonny.

« Mais… mais ! Je ne savais pas que tu étais à Los Angeles ! Qu’est-ce que tu fais ici ? Tout va bien ? »

Et là elle se rendit compte qu’elle se donnait un peu en spectacle, et surtout qu’elle n’était pas très polie, elle connaissait tout le monde, tout le monde la connaissait, sauf la plus jeune. Et en voyant son ventre, Sonny dut lutter pour ne pas porter sa main sur son propre bidon. Fichtre… c’était si… rond.

« Je m’appelle Sonny, ravie de te connaître si tu me dis ton nom et que tu ne m’en veux pas si je ne te sers pas d’alcool, mais je n’ai pas envie de me faire virer (*ni de faire du mal à ton bébé*, mais cela, elle se contenta de le penser pour ne pas se montrer trop « j’me mêle de ce qui ne me regarde pas »). En fait je ne devrais servir aucun d’entre vous mais je sens que je vais devoir faire des exceptions… Bien, puisque vous avez apparemment une soirée de prévue je suppose que serai la seule à bosser ce soir. Allez, dites-moi ce que vous prenez, et je vous laisse entre vous. Soyez généreux pour les pourboires. Et je veux du cash… il n’y a que Cap qui prend les extras en nature (clin d’œil vers miss Rider). Wyatt, vu ton âge, une grenadine je présume ? Oh fait, Cap, surveille sur ton homme, la première fois qu’on s’est rencontrés, il m’a tout de suite parlé de mes seins et ce soir il s’inquiète pour mes formes qui ont fondu…, je dis ça, je dis rien. Alors ? Qui veut quoi ? »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Jeu 31 Mai - 8:54

En embrassant Wyatt, je pris une décision importante. Il était l'homme de ma vie et désormais, je ne pouvais concevoir une seule soirée comme celle-ci sans lui. J'avais besoin de lui et je promettais intérieurement d'être auprès de lui dans ses moments de joie et de peine, aussi bien dans la richesse que dans la pauvreté, dans la santé et dans la maladie et ce, jusqu'à la fin de ma vie. En fin de compte, cette décision coulait de source. J'allais demander à Wyatt... de venir tous les soirs où je travaillerais ! Seulement, mon attention fut détournée par un garçon qui s'était approché de nous. Je ne le connaissais pas et ne sachant pas trop quoi faire, je m'excusais. Quelle idiote ! Je mis ceci de côté pour entamer les présentations.

Même si Jeremy semblait sympathique et civilisé, je ne pouvais en dire autant de la fille qui l'accompagnait. Surtout qu'elle parlait de notre baiser comme si c'était le pire des crimes sur terre. Cette politesse, cette joie de vivre et ce sourire ravageur, il n'y avait plus de doute à avoir sur son identité. Elle devait être Maxime... Wyatt m'en avait déjà parlé et je devais avouer que la description était assez fidèle au modèle grandeur réelle. Pourtant, contre toute espérance, elle me tendit la main et se présenta sous le nom de « Max ». Je n'allais pas la contrarier dans la mesure où je faisais de même avec mon prénom.

Elle était ravie de faire enfin ma connaissance, preuve que Wyatt lui avait parlé de moi. Qu'avait-il pu lui dire sur mon compte ? Lorsqu'elle continua en parlant de Wyatt comme d'un énergumène, je souris. Finalement, elle était assez drôle. Un peu brusque, certes, mais drôle.


- « Je suis tout à fait d'accord avec toi. Comme j'aime à le dire, il est attachiant. », terminais-je en effleurant les côtés de mon homme pour lui montrer que je l'aimais quand même.

Cet instant de calme fut de courte de durée car une pile électrique venait d'arriver à notre hauteur. Ouahhhhh, c'était quoi ça ? Et il n'y avait pas que la voix qui choquait chez elle ! Son ventre était énorme alors qu'elle ne devait pas avoir plus de 20 ans. J'étais en plein bug. Je la laissais dire bonjour aux autres et poser une multitude de question à Maxime sans arriver à détacher mon regard de cette bombe prête à exploser jusqu'à ce qu'elle dise un truc encore plus choquant. Gné ? Wyatt en manque de Maxime ? J'avais loupé un épisode ou quoi ? Il ne la considérait pas plutôt comme une sœur ? Je préférais mettre ça de côté pour lui poser la question plus tard. J'avais confiance en lui, mais pourquoi cette fille pensait qu'il se passait quelque chose entre lui et Max ? Ce n'était pas très clair.

C'est à ce moment là que Sonny réapparut et semblait connaître tout ce petit monde. D'accord, il n'y avait que moi qui ne connaissait personne ? Je fis dans ma tête les liens entre eux, mais abandonna très vite car c'était inutile. Par contre, j'avais un point commun avec Wyatt et Sonny. Nous ne connaissions pas la pile électrique. Elle alla même jusqu'à penser que j'allais la laisser tomber pour le service de ce soir. Mais elle n'avait vraiment rien compris à l'histoire ! J'allais le lui dire, mais encore une fois, elle était partie dans une diarrhée verbale. Impossible de placer un mot. Elle était impossible cette fille quand elle s'y mettait. Et je n'appréciais surtout pas ses derniers commentaires... Quel extra en nature ? Et en plus, elle me faisait savoir que Wyatt laissait ses yeux traîner sur son corps. Quel intérêt ? Que cherchait-elle ? A foutre la merde alors qu'on avait prévu une soirée sympa ?

Peut être me prenais-je la tête pour rien, mais elle aurait pu comprendre d'elle même qu'il y avait des limites à ne pas dépasser. Je ne me permettrai jamais ce genre de chose en présence de son mec. De toute évidence, elle ne connaissait pas le principe "les potes avant les putes". Le client grincheux de tout à l'heure me fit un signe désespéré de la main pour attirer à nouveau mon attention.


- « Rien pour moi. On me réclame. »

Puis, je filais sans demander mon reste. Je préférais encore me calmer en faisant semblant de travailler. J'étais payée pour ça après tout et je ne les connaissais pas plus que ça. Autant les laisser entre eux. Ils étaient les amis de Wyatt, il voulait me présenter à eux, mais finalement, je me sentais de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Jeu 31 Mai - 19:16

Max, comme à son habitude, était de mauvaise humeur. Jeremy avait bien cru que la jeune fille allait se défiler à la dernière minute. Mais elle s’était juste contentée de râler comme à son habitude, ce qui faisait sourire le jeune homme.

La scène à laquelle ils avaient assisté l’avait visiblement mise aussi mal à l’aise que lui et elle n’avait pu s’empêcher d’envoyer Wyatt sur les roses. Mais celui-ci avait de la répartie, ce qui promettait une soirée animée vue l’état dans lequel se trouvait Max.

Heureusement… ou pas, une voix familière interrompit le match verbal qui commençait à se mettre en place. Jeremy se tourna dans la direction d’où provenait la voix et reconnu… Mary Jane ?? qu’est ce qu’elle foutait là ? Il était un peu surpris de la voir là et il appréhendait un peu cette rencontre en dehors de Genetic. Ce n’est pas qu’il ne l’appréciait pas, mais elle avait le don de lui mettre les nerfs en pelote en mettant toujours le doigt où il ne fallait pas. Sinon, quand elle n’était pas décidée à le contrarier, elle était tout à fait adorable.

MJ sembla aussi surprise que lui de le voir là.

« J’allais te poser la même question. » répondit-il, mais Mary Jane le coupa dans son élan en demandant s’il n’était pas le petit ami de Max.
Il jeta un rapide coup d’œil à Max qui était toujours d’aussi mauvaise humeur, et comme pour attirer ses foudres sur lui, plutôt qu’elle ne se déchaîne sur Wyatt, il adressa un grand sourire malicieux à MJ avant de lui répondre :

« Et bien visiblement elle ne te dit pas tout. »

Il attrapa Max par la taille et déposa un baiser sur sa joue. Si elle ne jouait pas le jeu, ce dont il était sûr à 99%, il allait s’en prendre une à coup sûr et s'apprêtait tout de suite prétexter la plaisanterie. Déjà qu’elle n’était pas très démonstrative en privé, s’amuser à faire une blague pareille en public, c’était du suicide. Il en était conscient mais il prenait le risque. Il assumerait sa connerie et désamorcerait ensuite. Et puis, ça donnerait du grain à moudre à Mary Jane pendant quelques temps, ça lui éviterait peut être de lui casser les pieds avec ses histoires des dessous de Genetic à l’avenir.

Mais Wyatt était visiblement décidé à continuer la guerre froide et il réamorça la bombe avant de s’en prendre à la chipie qui venait d’arriver. Le regard de Jeremy se porta aussitôt sur le ventre de la jeune fille qui effectivement était un peu arrondi :

« Ou alors tu t’es trop empiffrée de bonbons pour Halloween. » plaisanta Jeremy.

Il doutait que Mary Jane ai envie d’étaler sa vie ici, quoi que, pipelette comme elle était, rien n’était moins sûr qu’elle ne la raconte pas. Une chose était sûre, si Wyatt la provoquait, il n’allait pas tarder à se faire mettre en boîte parce que la petite, elle en avait sous le coffre, et Jeremy l’avait déjà pas mal expérimenté.

Une serveuse vint rompre une fois de plus ces chaleureuses présentations et Jeremy sentit comme une nouvelle pierre dans son estomac. Sonny ! Il n’eu pas le temps de digérer la surprise que la jeune fille l’étreignit. Lorsqu’elle le lâcha, il s’efforça de lui sourire chaleureusement. Il avait oublié que Max lui avait dit qu’elle était une des rescapées du domaine, trop focalisé sur Anne et sur la colère qu’il avait éprouvé à ce moment là. Il était à la fois déstabilisé et heureux de la voir ici ... en vie. Cependant, il ne se trahit pas cette fois et répondit comme si tout était normal et naturel :

« Content de te voir aussi. J’ignorais également que tu étais ici. Quelle surprise ! Ca fait plaisir de te voir ! » et c’était sincère. « Ca va écoute… on…prend l’air... »....dans un bar.., répondit-il toujours avec le sourire, jetant un regard en biais à Max pour voir dans quel état d’énervement elle se trouvait encore. Du coup il se sentit encore plus gêné de sa blague pourrie, si Sonny l’apprenait, elle allait les mitrailler de questions et mettrait sans doute les nerfs de Max plus à vif. Quoi que… même s’ils n’étaient pas très proches au domaine, Jeremy avait quand même sa réputation de petit plaisantin et de sale gamin qui aimait bien se jouer des autres, surtout de Anne et de Max… qui aime bien, châtie bien comme on dit… Sonny en aurait sûrement eu vent et ne se formaliserait pas pour si peu. Du moins, il l'espérait.

Sonny s’occupa de prendre les commandes, tout en taquinant Wyatt… Comme le monde était petit finalement, c’était étrange de se rendre compte que tout le monde se connaissait plus ou moins, et amusant à la fois. Jeremy qui pensait ne connaître personne d’autre que Max à cette soirée…

Puisque ils étaient là pour s’amuser, et que pour une fois, il n’entrait pas dans un bar pour une mission Jeremy pouvait se lâcher.

« Une vodka pomme pour moi s’te plait. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 5 Juin - 8:30

Regard noir à Wyatt. Maxime ferma les yeux une demi-seconde pour inspirer profondément et se calmer. Elle savait que son frère était un vrai casse-pied. Elle le savait et elle le dit sans hésiter. Elle mourrait d’envie de lui répliquer que si elle était partie, c’était pour une bonne raison mais n’en fit rien. Il ignorait peut-être la grossesse d’Anne, et elle, elle ne souhaitait pas déclencher une nouvelle fois la guerre froide entre le père et le fils. Sa rancune envers Anne était immense. Celle envers Ross ressemblait plus à une blessure et à un sentiment de rejet qui l’avait poussé à l’éloignement. Elle ne pouvait plus rester là-bas, elle n’y avait pas sa place, Anne l’avait prise toute entière, l’éjectant de la partie par la même occasion.

Serrer les dents et ne rien dire. Dévier son regard vers Capucine. Changer de conversation.
Si elle avait été expressive, elle en aurait soupiré de soulagement. Etape 1 « être sympa avec Capucine » : passée avec plus ou moins de succès. Le pari n’était pas gagné d’avance étant donné les a priori que la française nourrissait à l’égard de Genetic. Et, non, Jeremy ce n’était pas pareil. Bon, maintenant que les présentations étaient faite, quelle était la marche à suivre, au juste ? S’asseoir et boire un verre ? Elle n’en savait fichtrement rien et n’aurait pas à le découvrir puisque la petite tornade tant attendue pointa enfin le bout de son nez. Un grand vent de jeunesse et d’enthousiasme débarqua avec la petite asiatique. Maxime s’apprêtait à la saluer quand celle-ci arrêta son intérêt sur Jeremy. Quoi… Ils se connaissaient. Et paf, elle mettait déjà les pieds dans le plat et déjà Jeremy s’empressait, en digne sale gosse de la faire tourner en bourrique.

Instinctivement, Max lui balança un coup de coude dans les côtes et leva un regard furibond vers lui. Une seconde lui suffit pour imaginer toutes les tortures qu’elle pourrait lui infliger pour son geste. Et puis finalement…
Il était son capital sociabilité.
Il s’’attendait à ce qu’elle pique une colère.
Autant de raison de prétendre.

- Pas en public, mon cœur tu veux.


Des mots tendres dans un ton de défi. Un regard qui signifait « Tu vas me le payer. Tu vas me le payer très très cher ». Mais, s’il voulait jouer, elle était prête à le faire, pour le simple plaisir de gagner.
Alors qu’elle le pensait au grand complet, une voix attira son attention. Sonny. Maxime perdit toute trace d’expression. Elle rabattit son masque d’indifférence alors que son ventre se tordait. Depuis Halloween. Sonny la haïssait-elle ? A quel point était-elle du côté d’Anne ? Elle préférait jouer la carte de la prudence et ne pas dévoiler son jeu. Maladroite, un peu froide, Max la coupa. Elle ne souhaitait pas reparler de cette épisode, ni même y penser.

- Je vais bien. Elle se radoucit. T’en fais pas pour moi…

Mais déjà son attention dérivait vers quelqu’un d’autre. Quelqu’un qu’apparemment, elle n’avait pas vu depuis très longtemps. Entre gêne et maladresse, leurs retrouvailles étaient touchantes. Comme bien souvent dans ces cas là, Maxime se sentit à l’écart, peu à sa place et se décala de quelques pas pour se placer aux côtés de MJ qui ne manquerait pas de moquer d’elle et de mettre une seconde fois les pieds dans le plat, cette fois-ci avec Wyatt. Lui ne manqua pas de balancer son surnom débile. Remarque, au moins, ce n’était pas Consuela Juanita, peut-être ne lui en voulait-il pas tant que ça après tout.

- La Grenadine ça risque d’être un peu fort pour lui, il la digère mal, fit-elle à Sonny en affichant une moue innocente. Wywy est encore un enfant très fragile tu sais ? Quelque chose de fort pour moi, J’te laisse me surprendre. J’reviens.

Oui elle faisait preuve de sociabilité.
Elle passa derrière Wyatt et lui asséna une petite claque derrière la tête en guise de vengeance. Comme au bon vieux temps de son fauteuil roulant. Elle espérait sincèrement qu’il puisse la pardonner mais pour le moment, elle avait besoin de s’éloigner pour respirer un peu.
Au bout de quelques secondes, elle parvint à retrouver Capucine.

- Etant donné que j’ai été contrainte et forcée par ton petit-copain de venir ce soir pour te rencontrer, t’as pas le droit de filer à l’anglaise. Pitoyable tentative d’approche mais son ton relevait plus de la taquinerie que de l’agressivité. Je troque ma place contre ton rôle de serveuse quand tu veux. Au moins jusqu’à ce que Wyatt arrête de me détester. Deal ?
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Jeu 7 Juin - 22:49

- WouaaAAAhhhh, J’le crois paaaas ! S’exclama-t-elle d’un air surpris et émerveillé à la fois.

En prêchant le faux pour savoir le vrai, Mary Jane était prise à son propre piège. Un gentil piège, mais quand même ! Les yeux bridés de l’asiatique s’arrondirent en voyant Jeremy prendre Maxime par la taille. Non, il la faisait marcher, c’était tout à fait le style de Jeremy. Maxime n’allait pas le laisser faire. A coup sûr elle allait le repousser s’il n’était pas ensemble. Bah non ! Au contraire, elle protesta gentiment en précisant qu’elle n’aimait pas les démonstrations d’affection en public. Avec Mary Jane qui lui avait sauté au coup en criant son prénom et Jeremy qui lui avait fait un bisou, elle était gâtée. C’était sans doute pour cela que le ton employé envers le jeune homme sous-entendait une menace. Une gentille menace car elle l’avait appelé « mon cœur ». Alors là, la chipie était sur le cul. Maxime ne l’avait pas habituée à ça. Elle était plutôt à dire des grossièretés que des mots doux. Mais bon, si elle était amoureuse, elle pouvait comprendre. Oui mais non pas "Mon coeur" ! Ce surnom était vraiment ridicule. Un cœur c’est moche, gluant et plein de sang… Beurk !

Une serveuse s’approcha du trio qui se trouvait encore debout. Sans doute était-elle pressée de prendre la commande et de souffler un peu. Au lieu de cela, elle s’adressa à Maxime. Visiblement elle la connaissait bien. Elle connaissait aussi Jeremy. Qui était-elle ? D’emblée elle se présenta à Mary Jane qui l’examina de la tête aux pieds. Elle était super jolie cette serveuse. Avec ce corps de déesse, elle pourrait être stripteaseuse. Elle se ferait de sacrés pourboires avec tous les garçons qui baveraient comme des bulldogs devant un sucre impossible à croquer. A cette idée, la chipie sourit. Elle baissa les yeux sur son ventre arrondi en pensant que ce ne serait pas demain la veille qu’elle retrouverait son joli corps de jeune fille. Elle ne crut pas un mot quand Maxime répondit à Sonny. Son amie n’allait pas si bien qu’elle le disait, elle en mettrait sa main au feu. Elle aimerait bien savoir ce qu’elle cachait mais elle respectait la vie privée de ceux à qui elle tenait. Maxime en faisait partie. Elle ne la mettrait pas dans l’embarras.


- Salut Sonny ! T’inquiète, depuis que je suis enceinte, j’ai arrêté l’alcool. Mais si tu ne veux pas te faire virer, dans ce cas, faut pas les servir non plus. Conseilla-t-elle en montrant du regard les deux amoureux qui se bécotaient.

La fille n’était pas enceinte, si elle l’était, ça ne se voyait pas encore ; en tout cas elle n’avait pas vingt et un an et son copain avait l’air encore plus jeune. Ca c’était sûr, ou alors ils avaient fait une cure de rajeunissement. Cela dit, la chipie se fichait complètement qu’ils prennent de l’alcool même s’ils n’avaient pas l’âge requis. Elle n’était pas la dernière à faire des pieds et des mains pour qu’on lui fiche la paix avec sa date de naissance. Ils étaient là pour profiter de la soirée ; avec ou sans alcool.


- Mais bon, on s’en fout hein ! Tu ne vas pas demander les cartes d’identité quand même ? Demanda-t-elle à Sonny.

Question qui n’attendait pas de réponse. L’amoureux avait décollé ses lèvres de sa dulcinée pour répondre à la future maman. Mary Jane lui adressa un sourire espiègle. Il était du genre taquin ! Avec Jeremy et Maxime qui ne mâchaient pas leurs mots non plus, la soirée s’annonçait amusante.


- Alors c’est toi qui a fait venir Maxime ici ! Trop fooooort. En plus, grâce à toi, je vois des têtes nouvelles. C’est coooool ! Moi c’est M.J. Dit-elle avec enthousiasme en prenant place à côté du jeune couple.
- Et toi tu t’appelles comment ? Demanda-t-elle en tournant la tête vers la jeune fille blonde.

Elle aussi avait de l’humour. Le terme dont elle avait qualifié son petit ami était marrant. « Attachiant » était d’ores et déjà enregistré dans la mémoire de la chipie. Elle ne manquerait pas de l’employer à la première occasion. Ah ! Elle avait de l’humour mais elle était susceptible aussi. Si elle partait parce que Sonny lui avait dit de surveiller son homme, c’était idiot. Ou alors elle était très naïve. Même casés, tous les hommes regardaient les belles filles. Ce n’était pas pour ça qu’ils allaient se jeter sur elles. Heureusement d’ailleurs, sinon ce serait un beau foutoir dans les rues. En même temps, l’adolescente comprenait qu’elle soit jalouse, mais bon, il n’y avait pas de quoi prendre la mouche pour si peu. Son copain avait l’air fou amoureux d’elle, elle n’avait rien à craindre. Si ? Mary Jane regarda Capucine s’éloignée suivit de près par Maxime. Alors là, elle ne comprenait plus.


- Bah dis-donc ta copine, elle est un peu bizarre ! Observa-t-elle à l’intention de l’amoureux transit.
Elle ne chercha pas à en savoir plus. C’était ses oignons, à lui de les faire frire.

- Moi je prendrais un diabolo fraise, avec des vraies fraises si possible. Dit-elle à la serveuse avant de reporter son attention sur Wyatt.
- Alors diiiis, ça fait longtemps que tu connais Maxime ? C’est bien chez toi qu’elle vivait pendant un moment ? Elle est sympa hein ? Moi j’l’adooooore. Bon elle a son caractère mais j’peux rien dire, il parait que j’ai mon caractère aussi. Mais t’inquiète, j’suis pas chiante surtout quand je suis en soirée. D’ailleurs, t’as vu ? Je t’ai fais grâce du prénom de mes enfants. Ah oui! Je dis « mes » parce que j’attends des jumeaux en fait. Tu vas faire des enfants avec ta copine ? Vous avez l’air tout croque tous les deux.

Mary Jane jeta un regard vers Jeremy qui était toujours debout.

- Hey dis toi, t’as l’intention de prendre racine ou tu te joins à nous ? Remarque, tu devrais peut-être courir après Max. On n’sait jamais, elle pourrait se trouver un beau mec et nous faire faux bond. Non mais j’plaisante hein ! Diiis alors, c’est vrai de vrai, t’es le copain de Max ? J’arrive pas à y croire ! T’es mignon mais bon, y’a mieux aussi… Elle sait où tu bosses j’espère, sinon, je donne pas cher de ta peau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Sam 9 Juin - 17:33

Énergumène. Attachiant. Tête de noeud. Ce samedi 20 novembre était placé sous le signe de la saint Wyatt. Je penserai à faire une croix sur le calendrier au cas où on oublie de me souhaiter ma fête l'année prochaine. Ce n'était pas tout de me qualifier de tous ces sobriquets mais si ça baissait en intensité d'une année sur l'autre, j'allais être déçu. Et chaque personne présente ce soir là aurait droit à l'expression de ma déception. Même Capucine, car elle serait là l'année prochaine. Elle serait en pleine forme. Elle n'aurait plus ce cathéter sur sa poitrine. Et elle pourrait boire, faire la fête, tenir la distance comme chacun d'entre nous. Peut-être pas cette gamine enceinte. Je l'imaginais mal sur la piste de danse en train de se déhancher avec son ventre arrondi. Ça pouvait être très beau si elle savait y faire. Mais également très ridicule. Une occasion de plus pour nous amuser et rire ensemble.

Une occasion également de chasser cette image qui prenait place lentement dans ma tête. Maxime sortant avec ce Jeremy. Noooooooon. C'était possible ça ? Cela expliquerait peut-être son départ comme une voleuse pour aller vivre ailleurs. Elle avait couru telle une amoureuse transie et osait ensuite me faire une demi-moral à propos de ma relation avec Capucine ? Non mais si je doutais encore, le jeune homme venait de la prendre Maxime par la taille pour l'attirer contre lui. Il alla même jusqu'à l'embrasser. Hic. C'était un baiser sur la joue. C'était trop beau pour être vrai. Son mon coeur sonnait terriblement faux. Ils ne sortaient pas ensemble ces deux là ou alors la jeune femme avait bien dressé son Jeremy. Quand on la connaissait, ça ne serait pas étonnant. Mais non non, ils ne pouvaient pas sortir ensemble. Je n'y croirais que lorsque je les verrais se rouler une pelle. Pas que j'ai l'esprit pervers, mais je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois ! Et pour le moment, je restais sur ma faim.

Tout allait bien malgré les tensions palpables des retrouvailles de chacun. Tout aurait pu continuer à aller bien pour moi si Sonny n'était pas revenue. Si encore elle avait eu la bonne idée de se taire, je lui en aurais été gré. Si encore elle savait tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, ça aurait été encore mieux. Mais après des retrouvailles avec Jeremy qu'elle semblait connaître, elle se mit en tête de prendre nos commandes. Pourquoi pas si elle s'était arrêtée là. Mais non, elle continua en faisant des sous entendus sur Capucine. Et pour en rajouter une couche comme si ça ne suffisait pas, elle se mit à parler comme si je l'intéressais. Elle et sa poitrine refaite ? Elle n'était pas du tout mon type. Et devoir la supporter en soeur ça allait déjà être une épreuve énorme pour moi. Mon visage se ferma instantanément. Je me fichais des allusions sur mon âge, sur la grenadine. Mais pas sur Capucine et sur cette infidélité qui n'était pas dite mais soupçonnée par mon comportement, soit disant.

Je sentis la crispation de Capucine contre moi. Je compris aussi qu'il ne fallait pas que je tente de la retenir quand elle se leva pour s'éclipser. Ce n'était pas le moment. Il lui fallait un peu de temps pour prendre sur elle et se calmer. J'irais la voir un peu plus tard pour lui parler en tête à tête. Non pas que je ne voulais pas mais j'estimais simplement que ce n'était pas le moment et ça aurait probablement fini en dispute avant qu'on se retrouve tous les deux comme des cons, se demandant pourquoi on se chamaillait. Et puis, j'avais encore à faire, Maxime venait de passer à l'attaque. Enfant très fragile moi ? J'avais survécu au Blue Lake et surtout j'avais survécu à notre périple dans les locaux de Genome pour aller dans les cuisines. J'avais failli dévaler les escaliers à cause d'elle. J'étais beaucoup moins fragile qu'elle l'affirmait. Sale teigne va. Qui me claqua derrière la tête avant de s'éclipser à son tour. Non mais c'était bientôt fini ! Je n'étais pas Dinozzo qui se prenait tout le temps des tapes derrière la tête par Gibbs. Et si elle se prenait pour lui, il fallait qu'elle revoit sa coupe de cheveux. Et son sens de l'humour par la même occasion car même si celui de Gibbs volait bas, il était déjà mieux que le sien !

J'entendis une remarque provenant d'une voix au son strident juste à côté de moi. La gamine s'était installée à côté de moi, mais quand ? Ne pas chercher à savoir, ça ne m'intéressait pas. En plus elle trouvait Capucine bizarre. Je poussais un léger soupir. Si elle connaissait toute la vérité, elle pourrait peut être comprendre. Il était pourtant hors de question que l'on aborde le cancer de ma petite amie. Pas envie de voir par ma faute des regards où il y aurait de la pitié et une compassion réelle ou non. MJ commanda un diabolo fraise avant de se retourner vers moi. Pour m'abreuver d'un flot de paroles. Elle était vraiment amie avec Maxime ? Je me demandais comment ma soeur pouvait survivre à ça. Elle ne l'écoutait pas, c'était pas possible autrement. En plus elle attendait des jumeaux. Deux miniatures d'elle qui parleraient autant ? Et le père était comme elle ?

« Je la connais depuis avril ou mai et elle vivait chez moi oui. Et son caractère n'est pas pire que celui de certaines personnes. » annonçais-je en braquant mon regard en direction de Sonny. Je n'avais rien dit jusque là mais je ne l'avais pas oublié pour autant. Et alors que la gamine demandait à Jeremy s'il sortait réellement avec Maxime, ce qui me fit tendre une oreille dans leur direction, mon attention ne se détacha pas pour autant de ma chère et future « soeur » que que je devais tolérer pour le bébé qui naîtrait bientôt. Tout le monde avait passé commande sauf moi. Donc elle ne pourrait pas se sauver avant que je le fasse à moins qu'elle ne veuille que je tape un scandale dans le bar pour lui faire perdre sa place. Chose que je serais tout à fait capable de faire à présent après les propos qu'elle avait tenus.

« Tu sais que t'es une emmerdeuse Sonny. Ça t'avance à quoi de tenter de faire croire à Cap' que je m'intéresse à toi ou que je peux être volage ? Je ne te laisserai pas faire, même si je dois te pourrir la vie à ma façon. N'oublie pas que je suis davantage le frère du bébé que tu n'es sa sœur. Et que Ross est mon vrai père contrairement à la relation entre Anne et toi. Si t'es vraiment en manque de sexe et frustrée pour sortir de telles choses, retourne donc voir ton tueur... d'ourson. Tire un coup avec lui et lâche moi la grappe. C'est compris, soeurette ? »

Mise au point entre ma seconde soeur insupportable et moi : check.

« Sinon surprends moi comme pour Maxime. Vu que tout le monde semble savoir ce que je peux supporter ou non en boissons, il est inutile que je choisisse. »
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Sam 9 Juin - 19:45

Détendre l’ambiance, vanner Wyatt parce qu’elle avait retrouvé en partie sa bonne humeur et que c’était ainsi qu’ils communiquaient tous les deux. C’était tout. Tout ce que Sonny avait voulu faire. Mettre Wyatt mal à l’aise parce qu’elle savait que lui et Cap se foutaient d’elle quand elle n’était pas là et taquiner Cap car elle était déjà sur les genoux de son homme et qu’à tous les coups, il se chargerait de lui donner un pourboire en nature. Fin de l’histoire. Mais apparemment, la Capucine qui faisait des blagues cochonnes avec elle quand son mec n’était pas là se transformait en miss prude offusquée devant lui. OK, plus de blagues douteuses alors. M’enfin, elle connaissait Sonny et elle connaissait Wyatt… et elle connaissait leur entente comme chien et chat. Wyatt allait être son petit frère chiant, rien de plus et hélas rien de moins, il faudrait que Cap si fasse. Pourquoi faisait-elle sa mijaurée tout à coup ? Pourquoi cette nouvelle facette de sa personnalité ? Déception…

En attendant, il y avait du monde qui était de sa famille ici. Il y avait Maxime et Jeremy, qui accepta son étreinte et entra dans son jeu du « je suis surpris de te revoir mais je fais comme si de rien n’était pour ne pas dire à tout le monde que j’ai vécu dans un refuge pour jeunes mutants ». Tellement de hasards et de rencontres. Et une surprise : Jeremy et Maxime ? Ensemble ? quoique le « mon cœur » qu’elle prononça était plutôt rempli de menaces en fait, Sonny, elle, n’avait pas le même ton quand elle adressait ce surnom à Rem… Là, on aurait dit deux gamins qui se cherchaient des noises… deux vrais gosses. Comment ça, elle faisait pareil avec Capucine et Wyatt ? De quoi je me mêle ? Reprenons…

Apparemment, Maxime et Jeremy allaient bien. Sonny aurait aimé en savoir plus sur eux, sur ce qu’ils avaient fait de leur vie depuis tout ce temps. Mais comment en parler devant les autres ? Et puis apparemment, ils étaient là pour passer une soirée ensemble. Elle n’y avait pas sa place, mais elle apprécia grandement que Maxime se moque à son tour de Wyatt. Elles ne seraient pas trop de deux contre lui. Et si elle le titillait comme ça, Sonny aurait un peu l’impression de faire partie de leur petite sauterie… enfin elle pensa cela jusqu’à ce que Max disparaisse à la suite de Capucine. Bon, une vodka pomme pour Jeremy, un alcool bien fort pour Max, noté. Pourquoi pas un classique radical ? Tequila, Gin, Vodka, rien de tel pour se mettre la tête à l’envers. Quant aux autres…

Un diabolo grenadine avec de vraies fraises pour MJ. Oh ! Des fraises. Le fruit préféré de Sonny. Et cela faisait longtemps qu’elle n’en avait pas mangé, soit dit en passant. Alors l’envie d’en chaparder une derrière le comptoir envahit peu à peu la française. Et la jeune fille avait l’air plutôt rigolote. Pleine d’entrain et avec un bon sens de la répartie.

« Non mais qu’est-ce que tu crois ? Je vais remplacer l’alcool par du sirop dans leurs verres. Comme dit Maxime, la grenadine risque même d’être un peu forte pour certains. Quant aux fraises, tu en auras si je ne les ai pas toutes mangé avant. Enfin, si je ne me fais pas attraper. »

L’espace d’un instant, elle imagina très bien qu’elle pourrait s’empiffrer de fraises, cachée derrière le comptoir et être prise en flagrant délit par le barman, la bouche plein de fruit…. La honte. Mais son attention fut de nouveau capté par la jeune fille qui s’adressa à Jeremy comme s’il était effectivement le petit ami de Maxime… Alors ils étaient vraiment ensemble ? Ensemble genre… ensemble ? Câlins et tout compris ? Sonny en avait manqué des épisodes alors, depuis que ces deux là avaient disparu… Et cette histoire de boulot qui mettrait Maxime en colère ? Que c’est désagréable l’impression de ne rien comprendre à ce qui se passe…

« Jeremy se faire étriper ? Allorns donc, qu’est-ce que tu fais de si horrible pour que Maxime se mette en colère ? Gigolo ? Gogo-dancer ? »

N’importe quelle fille détesterait que son petit ami se trémousse devant des nanas hystériques… Mais imaginer Jeremy faisant cela c’était… non oublions, trop bizarre. Et pour oublier, Wyatt allait l’aider. D’une façon violente et particulièrement acerbe. Elle avait seulement plaisanté… S’il y avait bien quelqu’un qui pouvait le comprendre, ça aurait dû être lui. Cela devait être une blague avec Cap qui s’était lâchée le jour de leur rencontre et un clin d’œil à Wyatt avec qui elle pensait que les chamailleries étaient un jeu. Elle s’était bien leurrée. Elle avait cru qu’il l’accepterait, qu’elle aurait une place dans cette famille. Et là, en quelques mots, il lui avait bien fait comprendre que non, pas du tout. Elle n’était pas la fille d’Anne. Elle n’était pas la sœur du bébé. Et son « soeurette » final ne laissait aucun doute. Il la croyait frustrée alors qu’elle allait s’installer avec l’homme de sa vie, il la pensait chiante alors que… bon, elle l’était. Mais s’attaquer comme ça à sa famille…. Elle n’avait plus ses parents, elle n’avait plus qu’Anne et voilà qu’il lui rappelait qu’elle n’avait en réalité aucune famille. S’il savait. S’il savait à quel point il venait de lui faire mal. Elle qui n’aspirait qu’à cela, avoir une famille…

« Oui. Oui je sais que je ne fais pas partie de ta famille, je ne suis pas débile. J’ai plus de famille. Si j’en avais je ne serai pas ici. Mais tu sais quoi ? Je vais te faire ce cadeau, « frérot ». Tu ne me verras plus. J’irai voir Anne et son bébé quand tu ne seras pas là, comme ça, ton petit équilibre d’enfant unique et pourri gâté sera bien préservé. Si vous avez décidé d’avoir un humour de merde ce soir c’est votre problème. En tout cas, je ne donne pas cher de votre couple si rien qu’une petite blague vous met dans cet état. Et ne t’inquiète pas pour ma frustration, je ne suis pas la traînée que tu penses, j’m’installe avec… Et puis merde. J’ai pris vos commandes les gars, c’est Capucine qui vous les apportera. Je vous laisse entre vous puisque je n’ai pas ma place ici. Passez une bonne soirée. Jeremy, j’espère qu’on pourra se revoir dans de meilleures conditions. »

Et elle tourna les talons. Elle n’allait pas se laissait emmerder par des saintes nitouches ce soir. Elle avait ses propres problèmes et pas besoin d’en rajouter une couche. Elle se dirigea d’un pas décidé le plus loin possible de cette table et vit Capucine et Maxime.

« Cap, désolée que tu l’aies mal pris, c’était une blague, comme lors de ton 1er jour. On échange nos tables pour ce soir. Je ne vous servirai plus et je vais vous laisser profiter de votre soirée. Un Tequila-Gin-Vodka pour Maxime, un diabolo avec de vraies fraises, une vodka pomme. Amusez-vous bien. »

Elle, elle s’occuperait d’elle. Ce n’était pas comme si elle n’avait pas l’habitude de se retrouver toute seule. Pour l'instant, elle voulait juste qu'aucun d'eux ne voie ses larmes, et surtout pas Wyatt ou Capucine.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Sam 9 Juin - 20:10

Cette soirée allait être un véritable fiasco. Wyatt avait pourtant tout organisé pour que je puisse rencontrer ses amis et je me contentais de détaler comme un lapin. Ils connaissaient au moins mon prénom puisque je m'étais présentée ou j'avais répondu à leur question. Mais voilà tout ce qu'ils auraient de moi apparemment. De toute façon, il n'y avait pas grand chose à dire et les seules choses qui me composaient n'étaient pas spécialement bonnes à dire. Autant les laisser s'amuser sans moi et ma mauvaise humeur du moment. Je me dirigeais donc vers le grincheux qui malgré un verre n'avait pas gagné en sympathie. Il me fit savoir qu'il était un client et que mon travail était de le servir et non de me pendre au cou de mon copain. J'espérais pour lui qu'il allait s'en tenir à ça. Il le fit et me donna sa nouvelle commande. Comme personne ne me héla, je restais au bar en attendant mes consommations que je portais directement à la table. Là, il ne pouvait pas dire que je n'avais pas bien fait les choses. Malheureusement, tout ne se passa pas à la perfection. Un homme de la table à côté se leva brusquement me percutant un peu violemment. Les consommations n'avaient rien et arrivèrent à bon port. Je ne pouvais pas en dire autant de mon dos. C'est le moment que Maxime choisit pour me rejoindre.

- « Un soucis ? », m'enquis-je directement.

Mais elle n'était pas venue à cause d'un problème. Elle voulait m'aider. J'avais vraiment du mal à croire qu'elle était la personne que Wyatt m'avait décrite. La jeune femme me proposa même de prendre ma place le temps que Wyatt se calme. Je devais avouer que j'étais assez tentée, mais pas spécialement pour rejoindre la table.


- « Deal, mais pour quelques minutes seulement. J'ai un truc à faire derrière et je reprends ma place dès que c'est réglé. »

Je défis mon tablier et le tendis à Maxime en lui lançant un sourire.

- « Et t'inquiète pour Wyatt. Il ne t'en veux pas vraiment. Il s'est juste fait du soucis et a été peiné par ta disparition. Il ne te le dira pas en face parce qu'il est fier, mais il t'aime beaucoup. Ne lui dis pas ce que je viens de te dire, sinon je vais passer un sale quart d'heure. », terminais-je en un clin d'œil.

Sauf que Sonny s'était dirigée vers nous. Elle s'excusa rapidement pour sa blague de tout à l'heure et décida d'échanger nos tables. D'accord. Si seulement, elle savait pourquoi j'avais mal pris. Ce n'était pas par jalousie. J'avais confiance en lui et même si la blague des avantages en nature étaient assez lourdes, je pouvais la laisser passer. C'est juste que Wyatt méritait une fille sans soucis, en pleine santé comme elle et non comme moi. Sa blague m'avait renvoyé l'image de la fille que je n'étais plus...


- « Pas de soucis Sonny »dis-je pour lui faire comprendre que c'était oublié, avant de la regarder s'éloigner.

Ensuite, je me tournais à nouveau vers Maxime et lui fis un signe de tête pour la remercier avant de tourner les talons pour me rendre dans le vestiaire réservé aux employés. Je me dirigeais vers mon sac et en sortis ce dont j'avais besoin. Ce n'était pas très bien vu, mais en ce moment, c'était bien la seule chose qui me faisait du bien. Je mis le joint entre mes lèvres et l'allumais avec mon briquet. Aux premières taffes, je sentis mes muscles se détendre. Je pris soin de ne pas prendre plus de temps qu'il n'en faut pour terminer. Je pris un chewing gum pour cacher le goût au cas où Wyatt aurait eu la bonne idée de m'embrasser et mis une touche de parfum pour tenter de cacher l'odeur persistante sur mes vêtements. Mais ce point là n'était pas aussi grave dans la mesure où il y avait des fumeurs dans le bar. Je quittais le vestiaire et retrouvais Maxime pour récupérer mon tablier. Je n'avais pas été absente plus de 10 minutes.


- « Me revoilà. Merci beaucoup, tu m'as bien aidé. Il y a des commandes en cours ? Vous avez eu vos consommations ? »

Je me sentais toute revigorée, toute gaie alors que tout à l'heure, c'était la mort. Tout semblait plus simple, plus léger. Allez !!! En avant pour le travail !!! Je me dirigeais ensuite vers Wyatt pour lui faire un gros câlin surprise et un gros poutou baveux sur la joue. Elle était pas si horrible cette soirée finalement.

- « Tout va bien comme vous voulez bien ? Oulaaaa Euh... On va la faire plus simple. Tout va bien ? »demandais-je en rigolant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 12 Juin - 17:49

L’effet MJ valu à Jeremy un coup de coude discret dans les côtes qu’il encaissa sans broncher. Il était sur la défensive, attendant de se prendre un coup bien pire ou une remarque cinglante et bien méritée de la part de Maxime. Il resta cependant souriant masquant parfaitement le fait que son cœur venait de faire un bond dans sa poitrine suite au regard assassin qu’elle venait de lui lancer et sa réplique lui coupa le sifflet. Valait-il mieux ça ou une gifle, il ne saurait le dire, mais il avait compris dans son regard que cette petite plaisanterie allait lui coûter cher plus tard. Mais quelque part, il préférait régler ça en privé que devant tout le monde.

Le « mon cœur » sonnait atrocement faux dans la bouche de Max, mais bon, il n’y avait sans doute que lui pour le savoir. Il déglutit discrètement, son regard flamboyait, elle acceptait de se prêter au jeu et de relever le défi, voilà qui amusait encore plus Jeremy. Au diable les conséquences ! Il lui adressa son sourire le plus charmeur avant que Sonny ne vienne les interrompre et ne monopolise l’attention générale.

Après quelques échanges avec la serveuse et quelques pics à l’attention de son « petit-frère », d’ailleurs ça faisait toujours bizarre à Jeremy qu’elle le considère ainsi, Max s’éclipsa à la suite de la petite amie de Wyatt. Il la suivit discrètement du regard afin de vérifier qu’elle n’en profitait pas pour s’enfuir avant de prendre place en face du jeune homme et de MJ qui commençait déjà à lui faire du rentre dedans après avoir mitraillé Wyatt de questions.

La jeune asiatique ne pouvait pas s’empêcher de vouloir tout savoir sur tout le monde, et Jeremy n’y coupa pas non plus, elle revenait déjà à la charge sur son histoire avec Maxime.

« Justement, j’me posais la question de savoir si j’allais pas rester debout toute la soirée. » répondit-il sur un ton sarcastique à la jeune fille avant de s’asseoir à son tour.

« Mais il paraît qu’on paye pas plus cher assis…et j’m’en fait pas pour Max, elle est grande et elle sait ce qu’elle fait. »

La dernière allusion de MJ déplu fortement à Jeremy qui préférait ne pas évoquer le boulot ce soir, surtout en présence de personnes non concernées. Et biensûr, Sonny ne manqua pas l’occasion de poser à son tour des questions.

Jeremy leva un regard amusé sur elle et lui sourit :

« Si tu savais… » afin de maintenir le mystère suite à l’allusion qu’elle venait de faire. « Mais je préfère éviter de parler de mon travail ici. Je suis venu là pour me détendre. » Finit-il d'un ton faussement désinvolte pour clore cette discussion.

Puis il lança un regard noir à MJ et ajouta avant qu’elle n’ai le temps de poser une autre question :

« Tu peux pas t’empêcher de fourrer ton nez partout toi. T’as pensé à envisager la carrière de journaliste ? Ca t’irais si bien !... Et pour ta gouverne je n’ai absolument rien à cacher à Max. » Il lui lâcha tout cela sur le ton de la conversation, sans aucune pointe d’agressivité, ne voulant pas attirer l’attention des autres sur sa mise au point avec MJ.

Il capta quelques bribes de la conversation croisée qu’avaient Sonny et Wyatt et un nom lui sauta aux oreilles. Ils parlaient de Anne ? La Anne du Domaine ? Venant de Sonny, c’était tout à fait plausible, mais cela voudrait dire que Wyatt la connaissait aussi ? En même temps, le visage du jeune homme lui était familier… Il n’était pas un gamin du domaine, il s’en serait rappelé… mais quelque chose lui disait qu’il y était quand même lié.

Il n’avait cependant pas envie d’aborder ce sujet fâcheux ce soir, il était là pour se détendre, pas pour ressasser ses problèmes et soucis quotidiens. Il détourna son attention des deux jeunes gens et se refocalisa sur MJ qu’il était plus drôle d’embêter :

« Alors comme ça t’attends des jumeaux ? Mais…. T’es pas un peu jeune pour faire des mioches ? Une gosse qui fait des gosses, c’est un peu bizarre non ? et le père il en est conscient ? »

Il se hasardait sur une pente glissante mais ça lui changerait de ses histoires habituelles. Et puis, il aimait bien taquiner MJ, ça faisait un moment qu’il ne l’avait pas vue et quelque part, ça lui avait peut être un peu manqué. Et puis le sujet de sa grossesse l’intriguait. Elle était plus jeune que lui et il se demandait quelle idée elle pouvait bien s’être foutue dans le crâne pour se retrouver dans une telle situation.
La jeune fille était en roue libre à cause de son paternel qui ne la surveillait que trop peu et aimait scander des slogans anti Genetic derrière son dos au sein même du groupe. Le fait d’être enceinte risquait fortement de compromettre tous les plans diaboliques qu’elle semblait échafauder. Elle avait l’air forte de caractère comme ça et du coup, Jeremy ne comprenait pas bien comment elle avait pu en arriver là. A moins que ce ne soit encore une connerie pour attirer l’attention d’Holster sur elle. Soit elle s’était amouraché d’un type qui l’avait foutue en cloque, soit c’était encore une manipulation de sa part pour arriver à ses fins…Connaissant la chipie, c’était une possibilité à envisager.

Sonny finit par s’éclipser à son tour lançant à Jeremy une réplique teintée de regret. Le jeune homme qui n’avait pas tout suivit de la conversation d’à côté l’avait juste entendue se disputer avec le dénommé Wyatt. Il lui jeta un regard neutre appuyé d’un petit sourire et la regarda s’éloigner. Il en profita pour chercher Max du regard qui discutait avec la serveuse blonde autour du bar et celle-ci l’abandonna afin de faire son retour.

Il gardait un oeil bienveillant sur son alter-ego, elle n'était pas au mieux de sa forme et ne semblait pas très à l'aise en cet endroit. Et même s'il avait décidé de l'enquiquiner, il était prêt à cesser le feu au moindre signal. Il était là pour l'accompagner à la base, il n'allait pas la coller toute la soirée car ce n'était pas son mode de fonctionnement et Max avait besoin de beaucoup d'espace vital. Mais elle comptait sur lui, il ne l'oubliait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mer 13 Juin - 21:03

Ironie : Raillerie qui consiste à dire le contraire de ce que l’on souhaite faire entendre. Ou dans ce cas précis, raillerie qui consiste à ne pas être comprise par l’interlocuteur. Où étaient donc passé les défenseurs du second degré ? Maxime se força à sourire légèrement, prenant sur elle-même, se promettant d’éviter de proposer ses services à l’avenir. Tout ce qu’elle voulait, elle, c’était que Capucine ne soit pas exclue de la soirée, et au passage, qu’elle même s’éloigne un peu des festivités. Le coup du tablier, c’était une joyeuse blague ! Sans doute pas très drôle, et visiblement pas comprise mais tout de même !

Voilà comment Maxime se retrouva avec un tablier dans les mains. Le pire étant que c’était de sa faute. Elle se promit de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant d’émettre le prochain son. Surtout qu’il y avait de l’arnaque dans l’air ! Le deal consistait à attendre que Wyatt cesse de la détester, si il ne la détestait pas vraiment, ça n’avait plus lieu d’être non ? Bon, cessons de se trouver des excuses et assumons notre connerie. Maxime enfila son tablier, considérant qu’il ne lui allait pas du tout.

- Oui, enfin, actuellement, j’crois qu’il m’arracherait les ongles un par un s’il le pouvait.


Quant Sonny arriva, elle repéra tout de suite que quelque chose clochait. Au domaine, Maxime était discrète, réservée, râleuse mais observatrice. Elle fit un signe de tête à Capucine et s’attarda sur Sonny. Qu’est-ce qui avait bien pu la mettre dans cet état ? Réfléchissons, si elle venait s’excuser pour sa boutade au sujet de Wyatt, c’était peut-être que ce dernier lui avait tiré les oreilles.

- S’il te tape sur le système, n’hésite pas à lui renvoyer la balle. Mais ne vie pas ta soirée en fonction de lui, sinon c’est lui qui gagnes la partie. C’est un sale gosse qui a du mal à accepter que du monde entre dans sa vie mais il a bon fond. Regarde, il me tira bien la tronche parce que je suis partie de chez lui. Et crois-moi, on était pas parti du bon pied lui et moi.

C’était probablement très mal dit et peut-être même qu’elle se plantait complètement sur la situation mais tant pis. Jouer les moralisatrice, arrondir les angles, ce n’était pas son fort. Elle les aimait tous les deux mais honnêtement, qu’ils s’entendent ou pas, elle s’en fichait. Elle ne voulait juste pas que l’un ait à souffrir du comportement de l’autre. Enfin rien que de penser à ça, ajouté au coup que Capucine lui avait inconsciemment fait, son capital patience était mis à rude épreuve.

- Enfin de toute façon Sonny, si c’est pas toi qui me prépare et m’apporte ma boisson hyper alcoolisée, je la bois pas. Et crois moi, si je bois pas, je risque d’être de très très mauvaise humeur… Un homme, assis à une table avec des amis les héla. On a pas le droit de lui dire « ta gueule » je suppose ?

Non ? Maxime soupira et se dirigea de mauvaise grâce vers le « client ». Elle nota sa commande, se mordit la langue pour ne pas l’envoyer chier et fila derrière le bar. L’idée de balancé des grain de café dans la boisson commandée se fit très tentante mais elle résista et se comporta presque correctement. Comprendre : elle n’agressa personne, assura ce qu’on lui demander sans jamais offrir le moindre petit sourire. Quand on lui fit la réflexion, elle se contenta de arquer un sourcil et de demander s’il avait bien compris sa question (ou s’il avait des problèmes d’audition à cause d’un certain acte intime, mais ça, elle évita de l’ajouter).
Capucine refit surface au moment ou Max envisageait sérieusement la possibilité de commettre un meurtre. La différence entre la brune et la blonde était des plus vivaces. Même, la différence entre la Capucine de dix minutes auparavant et celle de maintenant était surprenante. De triste et susceptible, elle était passée à un peu trop joviale pour être honnête.

- De rien, fit-elle en tournant sept fois sa langue dans sa bouche pour éviter de se montrer désagréable.

La française regagna rapidement la table et alla s’installer instinctivement à côté de Jeremy en poussant un soupir accentué.

- J’suis définitivement pas faite pour le service, j’le savais déjà mais ça se confirme. Sérieusement, j’ai tenu presque autant qu’à mon dernier boulot. Parce que, oui, Wyatt, j’ai déjà bossé dans ma vie, je t’assure. Bref, ouverture du bar, premier client très très chiant, remarque à la con, j’ai salé son café, ça lui a pas plus, on m’a foutu dehors.

Elle avait débité son histoire avec un rien d’agacement dû au renouvellement de son expérience. On ne pouvait pas non plus lui demander d’être parfaite, elle estimait avoir été déjà super sympa et avoir dépassé son quota d’amabilité journalier.

Miss petite-amie-étrange-de-Wyatt refit son apparition, leur soumettant une nouvelle fois une scène d’une niaiserie épouvantable. Attendez… Stop… Maxime avait oublié un truc. Jeremy. Elle se tourna vers lui et posa sa main sur la sienne. Geste simple, relativement discret et qui donc pouvait servir à leur petite moquerie. Elle gagnerait. S’ils étaient découverts, ce ne serait pas à cause d’elle. Il avait voulu jouer, il assumerait les conséquences.

Revenons à Capucine. Maxime l’étudia d’un regard soudain froid. Elle avait dit avoir un truc à faire derrière et revenait toute guillerette. Deux options : soit elle s’était tapé un mec, soit elle s’était shootée. Considérant le timing, la seconde option était plus crédible, à moins qu’elle ne se soit contentée d’appeler son amant. Dans les deux cas, la française comptait prêcher le faux pour savoir le vrai.
Elle tourna sa langue dans sa bouche une fois, deux fois, trois fois... et...


- Ca va, mais pas aussi bien que toi visiblement… T’aurais pu partager quand même !


Échec. Le ton était faussement moqueur, vibrant d’une colère sous-jacente. Que ce soit l’option un ou deux, ça allait retomber sur Wyatt et il n’avait pas besoin de ça. Si Wyatt devait pâtir du comportement de Capucine, elle allait morfler, et ça commencerait ce soir. Max voulait bien jouer les services, prétendre qu’elle était sympa et sociable mais il y avait des limites à ne pas franchir. Capucine se tenait dans sa ligne de mire.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Jeu 14 Juin - 22:24

- Hmmm, trop bien. Merci Sonny !

La serveuse allait lui rapporter un diabolo fraise avec de vraies fraises. Rien que d’y penser Mary Jane s’en léchait les babines. Et là, c'était à noter dans les tablettes, ce n’était pas tous les jours que Miss Holster disait merci. Wyatt défendait Maxime et son caractère. Super ! S’il était capable de supporter la sauvageonne, il en serait de même pour Mary Jane.

- Ah bah, si tu t’entends bien avec Max, on va bien s’entendre tous les deux. C’est coool. Dit-elle avec enthousiasme en donnant un petit coup de coude au jeune homme.

Un nouveau pote qui la supporterait ne serait pas du luxe. Ces derniers temps, certains avaient tendance à lui tourner le dos. A croire qu’elle était contagieuse et qu’ils avaient peur de tomber enceintes. Evidemment, la chipie ne pensait pas une seconde que c’était sa façon de se comporter qui posait problème. Il était vrai que depuis qu’elle attendait des gosses, beaucoup de ses traits de caractère étaient exacerbés. Elle pouvait rire aux éclats pour un rien et pleurer comme une madeleine deux minutes après sans véritable raison. Il suffisait d’un tout petit truc pour la contrarier comme pour l’emballer. Pour le moment, tout allait pour le mieux. Mary Jane assistait sagement à l’échange verbal entre Sonny et Wyatt. Ce dernier râlait après la serveuse. Il n’avait pas la langue dans sa poche. Après tout, Sonny récoltait ce qu’elle avait semé. Tant pis pour elle. Cela dit, elle se défendait en râlant à son tour. Normal, il ne fallait jamais se laisser faire par les autres si on ne voulait pas se faire bouffer. Leur petit échange était étonnement amusant. Tiens ! Wyatt était un enfant unique pourri gâté. Un point commun avec Mary Jane.

Après que Sonny se soit éloignée de la table, Jeremy décida enfin de s’installer en faisant son mariole. MJ sourit ironiquement. Il ne faisait pas son ours mal léché pour une fois. Lui aussi avait envie de passer une bonne soirée. Tant mieux, Miss Holster également. Elle écouta Jeremy en souriant.


- Ah ouaiiiiis, c’est pas bête comme idée. S’enflamma-t-elle.
Son exaltation était une simulation. Quand on ne connaissait pas la chipie, il était impossible de le deviner car elle jouait très bien la comédie. Mentir était presque une seconde nature chez elle.

- Je m’intéresse à tout, qu’est-ce que tu crois ? J’aime bien comprendre. Répondit-elle fièrement avant de faire une petite observation à l’intention de Jeremy.
- Pas comme certains qui font tout pour garder leurs œillères. Dit-elle faussement dépitée de constater cette triste fatalité.

Franchement, c’était un drame pour ce garçon qui n’était pas fichu d’ouvrir les yeux sur les manigances de Genetic. S’il était aussi intelligent et futé qu’il était beau, il éviterait de se mettre dans une situation qui le dépassait. Malgré tout ce que Kate Reynolds avait fait, il n’avait toujours pas compris. Ce n’était pas faute d’avoir tenter de lui ouvrir les yeux ! Bah non, Mary Jane n’était pas parvenue à lui faire entendre raison.


- Mais bon, t’as de la chance, t’es mignon. C’est déjà ça ! Dit-elle en passant son bras autour de celui du jeune homme.
- Tu sais quoi Jerem ? On va faire un deal. Tu ne veux pas parler boulot, bah moi j’veux pas parler de grossesse. Depuis que ça se voit, tout le monde me saoule avec ça. Que tu trouves ça bizarre, c’est TON problème, pas l’mien. Alors c’est bon, ce soir on oublie.

Bien décidée à s’amuser, Mary Jane passa à autre chose. Capucine et Maxime venaient de rejoindre le trio. Elle sourit en écoutant Maxime et en voyant l’attitude de Capucine.

- Hey Max, la prochaine fois que tu veux jouer les serveuses, appelle-moi, qu’on se tape un délire ensemble. On leur fout un somnifère dans leur verre et quand ils piquent du nez, on leur fait les poches. Comme ça on ne bosserait pas pour rien.

Sur l’instant, Mary Jane plaisantait. Travailler, chez elle, était presque un gros mot. Mais ceux qui la connaissaient savaient qu’elle était capable de faire une chose dans ce style, rien que pour s’amuser. Ce n’était pas parce que son paternel avait de l’argent qu’elle n’aimait pas en piquer. C’était tellement plus drôle et palpitant de se servir ailleurs que dans le portefeuille de son père !

- Bah moi ça va super ! Mais c’est vrai tu pourrais partager. Renchérit-elle après Maxime.

Mary Jane ne buvait plus d’alcool, elle pouvait se permettre une petite clope ce soir, même si celle-ci ne contenait pas que du tabac. Capucine était partie en boudant, elle revenait en riant. La chipie lança un petit regard en coin vers Wyatt d’un air de dire « tu vois, j’ai raison » ; Ce qu’elle lui avait dit se confirmait, sa petite amie était bizarre, mais au moins là elle était marrante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Dim 17 Juin - 5:49

J'y avais peut être été un peu fort mais elle le méritait non ? Oui, enfin peut être pas autant que ça. Je m'étais laissé emporter, ne contrôlant rien. C'était une chose qui devenait courante chez moi ces derniers temps. Je réfléchissais après coup. Et bien souvent, je m'apercevais que je faisais pas mal d'erreurs. Le passage à l'âge adulte était drôlement chiant et s'il devait être comme ça pour le restant de ma vie, je voulais retourner à l'enfance. Faire comme Peter Pan et me trouver un pays imaginaire où l'on ne viendrait pas me saouler. Où il n'y aurait pas de mutants, pas de Genetic ni de Genome. Et surtout pas de maladie. Non mais c'est vrai ça, quand vous regardez les dessins animés, il n'y a quasiment jamais de malade. Et quand il y en a un, il meurt. Du peu que je me rappelais des Walt Disney, c'était ça et ce n'était guère prometteur car on nous mettait un bandeau sur les yeux, sans nous préparer à la réalité. Enfin bref, à présent que je m'étais bien énervé contre Sonny, c'était à son tour de répliquer. Enfant unique et pourri gâté... Hum, Maxime ne me l'avait pas déjà sorti ça une fois ? Peut-être, je ne m'en souvenais plus mais ça n'aurait été guère étonnant. Et oui j'avais un humour de merde ce soir et je l'assumais. Enfin plus ou moins. Ma mine se renfrogna au fur et à mesure des propos de ma « soeur ». Et blabla elle ne donnait pas cher de mon couple, parce qu'elle trouvait le sien stable ? Ben non, ils étaient séparés alors qu'elle ne vienne pas me faire la morale à ce sujet. Mes yeux s'arrondirent légèrement quand elle commença une phrase sans la terminer. Elle allait s'installer avec.... ? Avec ce tueur à gages collectionneur de foies ? Non, mais elle rêvait là. Et j'allais le lui dire sauf que je ne pouvais pas le faire devant Jeremy et la gamine. C'était quoi son nom déjà à elle ? Je ne savais plus, on allait mettre ça sur le compte d'une amnésie temporaire provoqué par le léger coup de coude qu'elle m'avait mis. Enfin bref, je restais silencieux un instant alors que Sonny s'éloignait. Je ne la quittais pas du regard, écoutant discrètement la conversation qui se déroulait à côté entre les deux autres. Je ne cherchais même pas à la comprendre en fait. J'attendis patiemment que Sonny s'éloigne de Capucine et de Maxime pour me décider à bouger.

« Je reviens. » Et sans attendre de réponse de leur part, je quittais la table. Je passais entre les autres, évitant soigneusement de m'approcher vers le bar. Il y avait Capucine, je n'étais pas contre la rejoindre mais il y avait également Maxime. Et pour le moment nous étions quelque peu en froid tous les deux. Alors hors de question que je l'affronte et devant ma petite amie en plus. Lâcheté ? Non, juste préservation de ma personne, je savais comment elle pouvait être cette teigne quand elle s'y mettait. Je bousculais une personne au passage, m'excusant à la va vite. Et l'approuvant même quand elle me sortit un truc du genre que je manquais de politesse. J'étais le méchant petit lutin de la soirée, pas besoin de le préciser. Je finis par rejoindre Sonny et l'agrippais par le bras pour l'empêcher de partir. Et je pris la parole avant qu'elle ne le fasse, prenant les devants.

« Désolé, je suis allé trop loin. Mais c'est pas facile ces derniers temps. Entre Capucine, l'amnésie de mon père, Maxime qui est partie. Je suis un peu dépassé. Et avoir deux chieuses en sœurs, crois moi c'est pas facile à vivre, surtout quand t'es habitué à être seul. Alors oui j'ai un humour et une vie de merde en ce moment. Et tu ne rivalises pas cette fois car tu vas t'installer avec lui alors ? Ce Rem ? Compte pas sur moi pour venir te voir quand il sera dans les parages, je tiens à ma vie et je ne le resterai pas longtemps s'il constate à quel point je suis chiant avec toi... J'espère que tu le tiendras éloigné du bébé, parce que ça serait bien que notre futur frère ait une vie normale et pas de tarés comme nous. Oui j'ai décrété que je voulais un frère, deux chieuses me suffisent. Et si y'en a une troisième j'irais me plaindre à Ross et Anne. »

Punaise, depuis quand je devenais aussi bavard moi. Je m'arrêtais enfin, reprenant mon souffle car j'avais tout dit d'une traite pour qu'elle ne m'interrompe pas. Et pour l'embêter encore un peu, je lui donnais une légère tape sur son épaule, signifiant que tout allait bien et que pour ma part, j'avais effacé tous les propos que je lui avais sorti quand nous étions à la table.

« J'y retourne sinon ils vont vraiment finir par croire que je te drague. N'oublie pas que tu dois choisir la commande pour moi « soeurette » ! »

Et je tournais les talons sans demander mon reste, retournant à la table où se trouvaient toujours Jeremy et... Euh la gamine. Ça me reviendrait son nom, enfin il fallait encore espérer. Je repris ma place à leurs côtés, me réinstallant à côté d'elle. « Alors, qu'est-ce que j'ai manqué ? » Sans nul doute pas grand chose. Maxime ne tarda d'ailleurs pas à revenir, s'installant à côté de Jeremy. A ses propos, je commençais à esquisser un léger sourire qui se transforma en petit tirage de langue en direction de la jeune femme quand elle me cita. Mince, elle lisait dans mes pensées à présent. Ou alors le doute que j'émettais sur le fait qu'elle soit capable de bosser et de se socialiser devait se lire sur mon visage. Je jetais un regard en direction de Jeremy. « J'espère qu'elle est plus douce avec toi à votre appart' car si elle tente de t'empoisonner discrètement, promis je viendrai à ton enterrement par solidarité masculine. » Maxime en serveuse, c'était hilarant. Et si gamine l'accompagnait comme elle suggérait de le faire, tout le monde devait se mettre aux abris. Surtout avec leurs idées.... De vraies folles, ce qui me donnait une impression de presque normalité.

Je sentis des bras m'entourer, des lèvres se déposer sur ma joue. Eh ! Capucine avait retrouvé sa bonne humeur en me donnant ainsi un bisou baveux ? Pour me venger de ce geste, je frottais ma joue contre son haut. A charge de revanche ! Puis mes prunelles se posèrent sur son visage. Et quelque chose me perturba sans que je ne sache quoi. Peut être ses yeux qui brillaient étrangement, comme si on les avait boosté pour qu'ils soient super vivants. Et cette phrase incohérente qu'elle dut reprendre pour qu'elle soit dans le bon sens et compréhensible. Je jetais un regard en direction de Maxime, me demandant bien ce qu'elle avait encore fait. Car c'était elle qui était avec ma petite amie quelques minutes plus tôt. Mais non, ça ne collait pas. Le regard de ma soeur était froid. Elle s'interrogeait également et le cours de ses pensées ne la mettait pas de bonne humeur. Elle aurait pu partager ? Mais.... ? Et la gamine qui enchaînait pour sortir la même chose ? Mon esprit était en train d'émettre des suppositions et brusquement, ça ne me plaisait pas. Je n'avais surtout pas envie de rire.

« Cap' tu m'expliques ? Partager ? » Non mais avec une telle formulation, je n'étais pas certain qu'elle me réponde. Autant être direct ce que les deux autres n'avaient pas fait et poser une question qui n'attendait en réponse qu'un oui ou un non. « Tu t'es shootée ? » demandais-je d'un ton assez froid. Mes mains ne se posaient même pas sur elle. J'étais en train de me braquer en attendant sa réponse. Et cela commençait pas une distance physique entre nous.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Dim 17 Juin - 12:37

Après avoir dit tout ce qu’elle avait à dire à Wyatt et espérant bien ne plus jamais le revoir, elle salua brièvement Jeremy. Ils se seraient vus à peine quelques minutes après des mois d’absence et elle ne savait toujours rien de lui. Ni pourquoi il était à Los Angeles avec Maxime, ni où il vivait, ni ce qu’il avait comme travail. Mais tant pis. Elle ne voulait pas rester là. Elle n’y avait pas sa place, pourquoi s’acharner ?

En repassant près de Capucine, elle avait cru comprendre que le problème était résolu. Miss Rider ne semblait pas lui tenir trop grande rigueur de ses piques. Peut-être avait-elle compris les intentions réelles de Sonny… Toujours était-il qu’elle ne voulait plus s’approcher de cette table. Tant pis pour la jeune MJ qui semblait une boule d’énergie. Là, il fallait qu’elle s’éloigne. Mais Maxime la rattrapa au vol. On pouvait dire tout ce qu’on voulait sur elle : qu’elle était dure, distante, elle n’en demeurait pas moins une excellente observatrice. Elle avait tout de suite perçu que quelque chose n’allait pas. Et elle avait vite deviner qu’il y avait eu un souci avec Wyatt. C’était si habituel chez lui ? Bah, apparemment oui. Elle tentait de l’expliquer qu’il pouvait être casse-pieds mais qu’il avait bon fonds. Cela, elle le savait, car il fallait reconnaître qu’il l’avait quand même tirée du caniveau au début du mois. Un peu brusquement, certes, mais tout de même. Et il lui avait pardonné son coup de colère aussi. Mais toucher à la famille, ou plutôt à son absence de famille, surtout dans les circonstances actuelles, c’était juste méchant. Et elle ne savait pas comment Wyatt et Maxime s’étaient rencontrés mais leur entente pouvait-elle être pire que la leur ? En tout cas, elle l’encourageait à aller voler dans les plumes de ce gosse et ne semblait pas décidée à laisser Sonny s’échapper, lui réclamant impérativement sa commande. Et ni elle ni Capucine ne semblait décidée à aller servir cette fichue table. Bon, elle y retournerait une seule fois. Et une deuxième pour tous les taxer et voilà… Grumpf.

« Laisse tomber pour Wyatt, on se vanne par texto d’habitude, mais là je n’ai pas envie. Il a attaqué un sujet trop… sensible. Et je n’ai pas envie de me battre avec un gamin de huit ans d’âge mental qui se permet de se moquer des gens mais qui ne supporte pas la réciproque. J’irai te servir en tout cas. Car je ne veux rien louper du spectacle si jamais l’alcool a raison de toi et que tu te mets à chanter ou je ne sais quoi. Et non hélas, on n’a pas le droit d’envoyer bouler les gros lourds qui sont persuadés d’être les maitres du monde ou qu’ils vont réussir à te choper en te mettant la main aux fesses. Mais t’inquiète, j’ai l’habitude, si Cap ne reviens pas, je reprends le relais. Je porte bien le tablier. »

Elle regagna donc le bar, attendant la commande d’une table. Elle en profita pour essuyer d’un revers de main une larme qui voulait couler et montrer à tout le monde à quel point les mots de Wyatt l’avait atteinte, en dépit des propos de Maxime. Elle n’était pas du genre à penser la famille exclusivement à travers les liens du sang. Pour elle c’était plus que qu’un simple déterminisme biologique. Des gens qui n’ont pas le même sang que vous vous connaissent et vous soutiennent, vous aiment aussi, parfois plus que des gens de votre famille. Mais apparemment, ça ne suffisait pas pour certains. Pourquoi est-ce que tout le monde voulait toujours la priver d’une famille ? On avait brûlé le Domaine, elle avait dû laisser ses parents en France. Il n’y avait plus qu’Anne. Et le bébé si elle le voyait en cachette. Et Remington, même si c’était… différent. Allez, on se reprend. Elle alla servir une table et recommença à slalomer entre les clients, jusqu’à ce qu’une poigne ferme emprisonne son bras.

Wyatt. Elle allait lui dire de partir, de la laisser tranquille parce qu’elle avait compris le message, mais voilà qu’il ouvrit la bouche et déballa tout à un rythme aussi rapide que le sien. Et aller, elle allait encore s’en prendre plein la tronche… Ah… bah non, même pas en fait. Il… s’excusait. Wahou, c’était presque perturbant ça. Et il fallait admettre que si elle n’était pas au mieux de sa forme, il n’allait guère mieux. Capucine malade, son père amnésique… Quoi ? Ross qui avait perdu la boule ? Mais ? Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? Anne ne lui avait rien dit, elle devait s’installer avec lui et Wyatt… Oups, apparemment, Sonny n’était pas la seule à faire des cachotteries. En revanche, elle détesta Wyatt pour l’image qu’il lui mit en tête : un Callahan junior. Minuscule, braillard, pissant quand on lui changeait sa couche… Terrifiant. Pas sûre de pouvoir dormir cette nuit. Et pauvre Anne si c’était ce qui devait se produire ! Mais bon, tout énervant qu’il soit, il était là, et il lui parlait d’eux, du bébé, de Rem. Cela peut sembler ridicule, mais ce n’était pas rien. Quant au trophée de la vie de merde, en fait, il lui manquait une info, qui aurait fait gagner Sonny. Mais elle ne pouvait pas en parler, enfin, certainement pas ici et maintenant. Alors autant le laisser gagner.

« ça va. Juste que la famille c’est… encore dur pour moi d’en parler. Je te nomme officiellement triomphateur de la vie de merde. Mais je compte bien reprendre mon titre. Je ne voulais pas… foutre la merde. Mais j’ai l’impression que je suis plutôt douée pour, même sans le faire exprès. Je voulais juste… avoir l’impression de faire partie de votre groupe. Et je suis désolée pour ton père. Anne ne m’a rien dit. Elle n’a certainement pas voulu que je m’inquiète. Note que je ne lui ai pas dit non plus pour moi et Rem, alors si ça pouvait rester entre nous le temps que je trouve comment lui annoncer, ce serait cool. Et t’inquiète pas pour le bébé, je doute que Rem s’en approche… Lui et un bébé ce serait… bizarre. Et on fera tout pour qu’il ait une vie normale. »

Il lui envoya une tape sur l’épaule. Le même geste qu’elle le jour de leur rencontre. C’était bon, on pouvait passer à autre chose ? Il semblerait car il s’apprêtait à partir.

« Wyatt, ça vaut ce que ça vaut, mais… je suis là. »

On ne sait jamais, besoin de se chamailler avec une gaffeuse professionnelle pour se vider la tête… Elle aussi risquait d’en avoir besoin. Et aussi chiants qu’ils puissent être l’un envers l’autre, elle sentait qu’ils pourraient s’entraider.

Par contre, elle n’avait pas la moindre idée de ce qui lui plairait comme boisson, alors elle commanda au barman la première chose qui lui passa par la tête et emporta le tout sur son plateau. Lorsqu’elle débarqua, l’ambiance semblait… étrange en fait. Tous regardaient Capucine comme une bête de foire. Il fallait dire qu’elle était de nouveau collée à Wyatt et d’une humeur fort… joyeuse dirons-nous. Sonny resta un moment avec son plateau dans les mains à fixer l’étrange scène. Wyatt semblait crispé, d’autres amusés. Et Cap semblait… pétée. Autant le dire. Ok… la soirée de l’étrange continue… Elle servit alors ses clients et amis (?)…

« Vodka pomme pour Jeremy, Diabolo avec de vraies fraises – enfin, moins une, précisa-t-elle en en piquant une au passage, Tequila-Gin-vodka pour Max, amuse-toi bien avec ça, et Tequila Sunrise pour Wyatt. Désolée, je ne sais pas ce que tu bois. Sinon, je t’ai pris ça aussi… »

Elle lui tendit un verre d’eau. Juste de l’eau. Il comprendrait peut-être le message de paix. Ou alors il lui balancerait à la figure… ou à celle de Capucine si elle ne revenait pas sur terre….

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Dim 17 Juin - 13:07

A nouveau aux côtés de Wyatt, ma mauvaise humeur s'était envolée comme par magie. Ou peut être était-ce l'effet de ce petit extra qui me montait à la tête. Quelle différence ? Le principal était tout de même d'être de retour et de bonne humeur, non ? Nous étions tous réunis, les présentations étaient faites, c'était le moment d'en profiter. La soirée s'annonçait bonne. Je pourrais peut être même demander à Maxime des informations compromettantes sur Wyatt. J'étais certaine qu'elle trouverait bien un petit truc à me raconter. Wyatt connaissait tous mes défauts, je pouvais gratter davantage chez lui pour en trouver un nouveau. Ce serait amusant. Excepté que Maxime ne semblait pas d'humeur à plaisanter avec moi. Avais-je fait quelque chose de mal ? Avais-je été trop longue ou s'était-il passé quelque chose durant mon absence ? Rooo et puis, on s'en fout. A quoi bon se questionner ? J'allais me laisser porter par l'instant.

Partager ? Non, mais puis quoi encore ? Elle avait vu la Vierge ? Et puis... Comment était-elle au courant ? Ça y est, je reviens avec la banane et j'ai forcément pris quelque chose ? Vive la réputation et la confiance ! Mais quelle confiance d'ailleurs ? Elle était qui pour me lancer ce sous entendu ? Et puis l'autre, aussi là ! De quoi se mêlaient-elles ? Avaient-elles fondées un club contre les petits amies de Wyatt ? Si j'avais été au courant quelques années plus tôt, je l'aurais également rejoint mais force est de constater que l'attaque m'était directement portée. Je levais les yeux au ciel alors que Wyatt me demandait à son tour ce que voulaient dire les deux autres. Son attitude à mon égard changea du tout au tout. Je le tenais dans mes bras quelques secondes auparavant et là, ils tombaient bêtement le long de mon corps. C'est ballo... Et pourquoi réagissait-il de la sorte ? Il était vraiment nul ce soir. Sonny venait d'apporter les consommations, mais je n'en avais que faire. Qu'ils aillent tous au diable !


- « Et quand bien même, ça ne te regarde pas ! Pffffff. Vive la bonne soirée que tu m'avais promise et puisque vous semblez être des enfants de cœur, je vous laisse dire le bénédicité devant vos jus de fruit. »

Puis, je les plantais là. Ma mauvaise humeur était revenue, bien plus coriace que tout à l'heure. Ils se prenaient pour qui ceux là ? De quel droit me jugeait-il ? Ils ne me connaissaient pas et ils me regardaient avec leurs petits yeux de faux culs. C'était le pompom ! Et pour couronner le tout, l'abruti de tout à l'heure me rappelait. Il me cria ses ordres. Je me rendis au comptoir et pris n'importe quel verre qui passait par là. Cette fois, il allait y en avoir droit. Depuis le début, il me prenait la tête, il n'était même pas capable de dire merci, ni s'il vous plaît. Il fallait bien que quelqu'un se décide à lui rappeler les bonnes manières. Même si ça me forçait moi même à les oublier. Peu importait. Je me dirigeais vers ce crétin et d'un geste brusque lui déversais le contenu du verre sur la tête. Ce que ça faisait du bien ! Toutes ces heures à courir, à me faire traiter comme un chien. Tout ça s'écoulait sur le gars qui me regardait avec stupéfaction.

- « Alors maintenant, le crétin que tu es va attendre que je vienne le voir pour prendre sa commande comme tout le monde, dire « s'il vous plaît » et « merci beaucoup » avec un grand sourire quand j'aurais fait mon job. Ah et il n'oubliera pas de mettre un généreux pourboire pour s'excuser de son attitude grossière. »

Je cherchais Sonny du regard, fière de ce que je venais de faire. D'ailleurs, plusieurs clients applaudissaient devant le spectacle. Une fois mon amie trouvée, je lui lançais :

- « Heyyyyyy, t'as vu ??? Ça c'est pour tous ceux qui viennent nous prendre la tête et se pensent supérieurs à nous. Mais regarde ça, avec un verre sur la tête, ils ne sont pas grand chose. »

Mon regard s'était à nouveau porté sur le client qui semblait ne pas avoir apprécié ma méthode d'apprentissage. Je pouvais voir une petite veine palpiter au niveau de sa tempe. C'était amusant... Pourquoi se levait-il d'abord ? Il se mit devant moi et je levais la tête pour le regarder droit dans les yeux, nullement effrayée. Je n'avais en plus aucune envie de m'excuser. Je me mis à sourire.

- « Un soucis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Lun 18 Juin - 19:38

Jeremy ne releva pas suite au pic lancé par MJ. S’il lui rentrait dedans à cause des sois-disantes œillères qu’elle lui reprochait d’avoir, ils s’embarqueraient dans une conversation qu’il souhaitait éviter à tout prix pour ce soir. Ca l’énervait un peu de lui laisser le dernier mot, mais il savait que la jeune fille ne le laisserait pas tranquille s’il renchérissait. Il se contenta de lui sourire avec insolence et se garda de lui répondre quoi que ce soit, même s’il en mourrait d’envie.

Par chance, MJ était très forte pour monopoliser la conversation, elle avait un débit de paroles assez impressionnant et toujours quelque chose à raconter ou un avis à donner. Elle changea donc de sujet toute seule comme une grande, sans que Jeremy soit contraint de l’y forcer. Il avait sauté sur l’occasion pour lui parler de sa grossesse et visiblement, tout comme lui, MJ n’était pas disposée à en parler ce soir. C’était frustrant parce qu’il tenait un sujet sur lequel la titiller.

Mais il était bon joueur et dans son intérêt, il aurait été stupide de continuer ce petit jeu. Un point partout, balle au centre. Il lui adressa un regard éloquent en guise d’approbation, accompagné d’un petit sourire. Deal accepté. Il garderait son sujet de taquinerie dans un coin de sa tête pour plus tard.

Wyatt se leva à la suite du départ de Sonny et ils continuèrent leur petite discussion à l’écart de la table. Jeremy les suivit du regard avant de lancer un regard en biais à Mary Jane. Il s’attendait à des supputations de sa part sur ce que pouvaient bien être en train de se dire ces deux là.

Peux de temps après, il revint s’asseoir à leur table, demandant ce qu’il avait manqué et Jeremy se redressa en répondant :

« Rien d’important. »

Max les rejoignit et s’installa à côté de Jeremy avec grâce et légèreté. Sa petite histoire de serveuse le fit sourire et il eut un peu de mal à ne pas pouffer de rire. Il avala sa salive de travers et toussota un peu. Il imaginait parfaitement la scène et le sang froid dont avait du faire preuve la jeune fille. Il trouvait la situation plutôt comique, connaissant Max, et n’était pas surpris d’apprendre que ce genre de boulot ne lui avait pas convenu. Il regrettait même de ne pas avoir assisté à ça.

Un peu surpris par le fait qu’elle pose sa main sur la sienne en public, ce qui n’était pas une chose étonnante en soit pour le jeune homme vue qu’ils étaient très proches et que ça arrivait de temps en temps en privé. Il ne laissa pourtant rien paraître du fait qu’il lui avait lancé ce défi (stupide ?) de faire croire qu’il était son petit ami et il lui lança un regard malicieux accompagné d’un petit sourire en coin.

Même si elle avait accepté de jouer le jeu, il ne s’attendait pas à ce qu’elle se montre aussi démonstrative. Ca, il n’y était pas habitué et quelque part, il se retrouvait pris à son propre jeu. Car les élans d’affection publics n’était pas du tout son truc non plus, enfin… pas pour ce genre de choses.

Il était joueur cependant et ça ne l’aurait pas dérangé plus que ça si une donnée imprévue ne s’était pas immiscée dans la donne. Il ne savait pas pourquoi, mais ce petit jeu ne lui semblait pas si anodin que cela, il ressentait quelque chose d’étrange, une sorte d’excitation qui rajoutait chaque fois un peu plus de pression et qui rendait le défi plus intense.

Il entremêla ses doigts avec ceux de Max et décida de ne plus y faire attention. C’était comme à chaque fois qu’ils se tenaient la main dans diverses circonstances. Ils étaient très proches de toutes façons, même si les autres ne le savaient pas. Ils ne pouvaient pas imaginer le lien qui pouvait bien les unir ces deux là.
*C’est pour jouer.* Voilà ce qu’il essayait de se répéter afin de se convaincre lui-même et de faire taire son appréhension.

La copine de Wyatt fit son retour. Jeremy avait remarqué un vague changement dans son comportement mais se garda de faire un commentaire, ce que les autres se chargèrent de faire à sa place : Maxime la première, suivie de MJ et Wyatt qui fut plus long à la détente.

Sonny vint leur apporter leur commande qui fit un léger flop face à l’ambiance générale. Jeremy pris son verre et voulu rompre le silence en lançant un

« Merci Sonny ! » bien sonore avant que Capucine ne s’en aille de nouveau.

« C’est une manie chez vous les filles de partir fâchées ce soir ou quoi ? » lâcha-t-il sur un ton nonchalant en s’appuyant sur le dos de la banquette.

Ils semblaient tous s’offusquer du fait que Capucine se soit chootée comme si elle avait commis le pire des crimes. Bon d’accord, maintenant que le silence s’était imposé dans le bar et qu’on n’entendait plus que sa voix retentir, il fallait dire qu’elle ne devait pas être dans son état normal pour verser son verre sur la tête du client. Il imaginait assez bien Max faire ça, sans avoir rien pris d’illicite.

Quelques clients applaudirent, mais le gars qui venait de prendre une douche ne semblait pas avoir apprécié de se faire traiter de la sorte. S’il ne s’était pas agit de la petite copine de Wyatt, Jeremy serait probablement intervenu, mais il estimait que c’était lui son mec et que c’était à lui de le faire s’il voulait bien arrêter deux secondes de faire sa mijaurée. Si personne ne bougeait, il se dévouerait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mar 19 Juin - 15:39

- C’est une idée ça, MJ ! répliqua Max en plaisantant malgré son humeur grogon, par contre faudra le faire avant que tu pondes parce qu’avec un mioche, ça risque de nous compliquer la tâche… Quoi que… À bien y réfléchir s’il braille autant que tu parles, il ferait diversion !

Elle lui accorda un sourire complice pour lui faire comprendre que malgré ses mots rudes, elle se contentait de la taquiner et de tourner les choses en dérisions. Bien sûr, la grossesse de la jeune fille lui semblait être une grosse blague, une erreur monumentale et elle s’attendait toujours à ce que MJ lui annonce qu’en fait, elle portait un faux-ventre et qu’elle avait fait tout ça pour emmerder son paternel. En apprenant cette nouvelle renversante, Max avait tout d’abord bloqué, se demandant si son amie ne se foutait pas un peu de sa gueule. Passée la surprise, elle lui avait demandé si elle était totalement idiote avant de se rendre à l’évidence. MJ ne cèderait pas parce que MJ faisait toujours ce qu’elle voulait. Une idée en tête et rien ne l’arrêtait plus. Et, comme c’était sa vie et non la sienne, la seule chose que Max avait pu faire avait été d’éviter de lui faire la morale et la laisser gérer cette histoire. Elle serait là si sa cadette le désirait ou en avait besoin mais ne jouerait pas les grandes sœurs réprobatrices à grand coup de remontrances. Pas son genre. Trop d’efforts à fournir.

Wyatt y alla de son petit commentaire en émettant l’hypothèse qu’elle puisse empoisonner Jeremy. Elle haussa les sourcils sans pour autant répondre immédiatement, histoire de semer le doute. Il ne pouvait pas se douter de ce qu’il en était réellement. Jeremy était son double. Lui non plus ne pouvait pas soupçonner ce qu’il en était vraiment. Sa main serrant la sienne la rendait plus forte. Meilleure aussi puisqu’elle était capable de baisser un peu le masque pour tenter de profiter d’une soirée avec plus de deux personnes en même temps.

- J’ai supporté la vie en communauté avec toi Wyatt, je pense que je peux tout supporter maintenant non ? En plus LUI, il me fait à manger, toi, tu ne daignais même pas me faire un sandwich.


Oui, lui aussi probablement. Mais bon, c’était bien LUI qui avait lancé les hostilités le premier en la menaçant subtilement de faire bouillir son sang. Menace qu’il n’avait heureusement pas mise à exécution.

Capucine choisit se moment pour faire son grand retour et Sonny amena les boissons dans une ambiance glaciale et soudainement, trop silencieuse. Maxime émit un petit merci sans détacher les yeux de Capucine. Avait-elle fait mouche ou non ? En tout cas, si elle avait tenté de faire passer sa remarque sous le déguisement de la moquerie, Wyatt n’y allait pas par quatre chemins et semblait moyennement apprécier la situation.
Et merde…
Finalement, peut-être qu’elle aurait dû tourner sa langue sept fois dans sa bouche.
Foutre Capucine au pied du mur : ok, pas de problème, elle n’avait de toute façon toujours pas cerné le personnage ni décidé si elle pouvait supporter, contrainte et forcée, sa présence dans son entourage. Blesser Wyatt parce qu’elle l’ouvrait un peu trop : beaucoup, beaucoup moins ok. Ils étaient supposés passer une bonne soirée. Elle essayait même d’y mettre du sien pour que ça fonctionne. En toute honnêteté, qu’elle se shoote ou non, c’était son problème. Le hic c’était : que prenait-elle et à quel point ça risquait d’affecter Wyatt ? Qu’elle se détruise si ça lui chantait, mais qu’elle n’entraîne pas son petit frère dans sa chute. La tension éclata quand Capucine repris la parole pour leurs parler d’enfants de cœur et de jus de fruit.

Hey gamine, pour qui tu te prends là ? T’as pas deux sous de jugeote, d’humour ou de subtilité et tu viens faire ta grande ? Maxime la fusilla du regard mais s’abstint de toute réponse. Au moins, elle avait la réponse à sa question, elle ne pouvait pas blairer cette fille. Le courant ne passerait jamais. Les gamines capricieuses et imbues de leurs petites personnes, très peu pour elle. Max se crispa, serrant plus fort la main de Jeremy pour ne pas cracher son venin à la face de miss mini pouffiasse en herbe. Qu’elle aille se faire foutre ! Elle avait envie de dire tout haut ce qu’elle pensait quand elle quitta la table mais s’abstint par égard pour Wyatt. Wyatt dont elle évita soigneusement le regard, l’imaginant accusateur. Elle ne s’excuserait pas. Si sa copine était une conne, elle n’y pouvait rien.

D’ailleurs celle-ci fit son petit numéro. Décidément, cette petite avait un cruel besoin d’être le centre d’attention. Maxime leva les yeux au ciel. Le coup du verre, c’était marrant. Le petit laïus en prime, c’était de trop. Évidemment, musclor n’allait pas en rester là et repartir la queue entre les jambes. La française détourna ostensiblement les yeux. TA copine, TON problème, Wyatt… Elle ne prendrait pas part au spectacle. Le rôle de spectatrice lui convenait parfaitement.

- Et non, Jeremy, moi je ne pars pas fâchée, je ne joue pas mes gamines de douze ans et demi…

C’était sorti. Froid. Avec un brin d’exaspération.
Oui, des fois, elle ferait mieux de fermer sa gueule.
D’ailleurs pour fêter ça, elle s’envoya les trois premières grosses gorgées de son cocktail. Peut-être qu’avec un peu d’alcool, la soirée lui paraîtrait plus rose. Elle avait besoin de changer d’air, d’aller fumer. D’ailleurs, elle s’en alluma une sans le moindre complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Mer 20 Juin - 23:01

Bon bah visiblement Wyatt ne faisait pas cas de Mary Jane. Pourquoi ? Elle avait été sympa avec lui ? Ce n’était pas parce qu’il avait un ou deux ans de plus qu'elle qu’il devait l’ignorer. En fait, l’adolescente ne savait pas trop s’il le faisait exprès ou si c’était à cause de ce qui se passait du côté du bar. Elle n’aimait pas être mise à l’écart mais elle était également curieuse. Elle se demandait quel lien unissait Sonny et Wyatt. Du peu qu’elle avait vu, ces deux là s’entendaient comme chien et chat ou alors ils jouaient au chat et à la souris ? Qui était la souris d’ailleurs ? L’adolescente trouvait leur comportement étrange. On aurait dit un vieux couple qui ne s’aimait pas mais qui ne pouvait pas se passer d’un de l’autre. D’ailleurs, dès que Sonny fut seule, Wyatt sauta sur l’occasion pour la rejoindre. La chipie fit une moue traduisant sa pensée alors qu’elle observait leur petit manège. Qu’est-ce qu’ils avaient tous à partir à droite et à gauche ce soir ? Ce n’était pas comme ça qu’ils allaient s’amuser tous ensemble !

- Qu’est-ce qu’ils nous jouent ce soir ? Une pièce de théatre ? Observa-t-elle pour elle-même.

Au bout de deux ou trois secondes, elle se désintéressa de la scène qui se passait près du bar pour se consacrer entièrement à Jeremy. En même temps, elle n’avait pas le choix, il était le seul à être resté attablé. Lui, au moins, s’intéressait à elle ! Ce n’était pas tout à fait dans le bon sens mais c’était mieux que rien. En tout cas, il acceptait le deal, c’était le principal.


- Bon. Quand est-ce qu’on rigole ?

A deux, ça risquait d’être limite surtout que ce n’était pas le grand amour entre Jeremy et Mary Jane. Ils ne se détestaient pas mais leurs divergences d’idées sur Genetic les opposaient. S’étant mis d’accord pour laisser de côté leurs différents, c’était l’occasion pour faire plus ample connaissance. Après tout, Jeremy étant proche de Maxime, très proche puisqu’il lui tenait la main, il ne devait pas avoir un mauvais fond. Oui parce que même si Max était plus proche du chat sauvage que du chien de cirque, elle avait un bon fond. Parfaitement ! C’était la seule à ne pas avoir fait de reproche à Mary Jane sur sa grossesse. La chipie avait remarqué que son amie n’approuvait pas cette situation mais elle s’était gardée de lui faire la morale. Mary Jane pouffa de rire en imaginant un gamin brailleur faisant diversion pendant que les deux amies endormiraient les clients et leur feraient les poches. Il n’y en avait pas une pour relever l’autre quand elles partaient dans leurs petits délires.

Sonny rapporta les boissons commandées. Pas trop tôt ! L’adolescente était ravie d’avoir son diabolo fraise et des vraies fraises. Moins une ! Euh… Elle ne manquait pas de culot quand même ! Mais bon, Mary Jane étant de bonne composition ce soir, elle ne piquerait pas une crise pour une vulgaire fraise. Pour une fois, ce n’était pas grave surtout si la serveuse était dans le même état qu’elle. Cette idée qui venait de germer dans son esprit l’amusa.


- J’comprends. Pas facile de lutter contre ses envies quand on est enceinte ! Plaisanta-t-elle

Capucine revint avec le sourire aux lèvres. Ah bah voilà ! Elle était plus jolie comme ça. Sauf qu’elle avait sans doute peur d’avoir des rides car sa bonne humeur ne dura pas longtemps. Elle prit la mouche quand Maxime et Mary Jane lui firent une petite remarque. Ce n’était pas un reproche, c’était pour rigoler. Pfff, elle n’était vraiment pas drôle ! Et puis, dans le rôle de la susceptible et de la capricieuse, c’était MJ normalement. Capucine aurait-elle le même caractère qu’elle ? Pauvre Wyatt ! Ah non, pas vraiment. Le jeune homme aurait été à plaindre s’il n’avait pas réagi comme une grenouille de bénitier. Lui non plus n’était pas drôle. Sa copine n’avait pas l’air d’une junkie pourtant. Trop chiant le gars ! Personne ne comprenait la plaisanterie à cette table ou quoi ? Et bé, à peine plus âgés que la chipie et déjà vieux dans leur tête ! C’était hallucinant, non ? A cette allure, la soirée allait finir en eau de boudin.

- Oh lala, c’est bonFit-elle à l’attention de Miss soupe-au-lait et de Mister enfant-de-cœur.
- Tiens, tu veux une clope, faite maison en plus. Proposa-t-elle pour faire diversion et surtout pour que le blondinet se détende.

Elle sortit un étui à cigarettes de sa poche arrière, l’ouvrit et le tendit à Wyatt en souriant.
*Allez, accepte* Un petit joint n’avait jamais fait de mal à personne. Si le jeune homme n’avait jamais fumé, ce qui était absolument inconcevable pour la chipie, c’était l’occasion de tester. Comme ça, il serait sur le même pied d’égalité que Capucine pour la soirée

*Ah, tiens, quand on parle du loup, on voit la queue* Miss soupe-au-lait avait repris du service ; ou plutôt repris le spectacle. Toute seule dans son coin comme une grande, elle s’amusait à arroser un client. Mary Jane s’amusa de la scène. C’était toujours marrant quand c’était quelqu’un d’autre qui faisait les frais d’un énervement. Elle cessa de rire en pensant que Capucine lui volait la vedette. La chipie qui adorait être au centre de l’attention n’était qu’une simple spectatrice.

- Pffffff ! Trop chiante cette soirée. Dit-elle en détournant le regard de l’acte deux de la scène un.

Si ça continuait ainsi, elle n’allait pas s’éterniser ici. Elle repéra un petit groupe de jeunes plus loin. Si elle n’était pas venue pour Maxime, elle serait déjà allée les rejoindre. Voyant son amie s’allumer une cigarette, Mary Jane en fit autant. Elle se servit dans son étui contenant les « faites maison » qu’elle avait posé sur la table après en avoir proposé une à Wyatt. Ceux qui voulaient pouvaient se servir.
Que la fête commence !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   Ven 22 Juin - 16:36

« Je sais et moi aussi. » J'avais répondu à Sonny avant de tourner les talons pour rejoindre la table où nous étions installés. Elle était là pour moi, et j'étais là pour elle. J'étais là pour Maxime. Quant à Maxime, j'espérais qu'elle était aussi là pour moi malgré qu'elle m'ait abandonné comme si ces derniers mois n'avaient jamais compté. Je prenais sur moi pour ce point malgré les piques que je lui envoyais, car si je ne faisais pas attention, je savais que les répliques seraient terribles Et même si elle affichait son masque de je m'en foutisme professionnelle, je n'étais pas dupe. Maxime ressentait des choses derrière sa carapace. Sinon pourquoi aurait-elle pris la peine de venir me voir si peu de temps après que je sois sorti du coma, alors que j'étais encore dans les locaux de Genome et qu'elle détestait ce lieu autant que celui qui était à la tête du groupe.

Il y avait aussi cette main que Jeremy tenait, ou alors c'était l'inverse, elle qui le tenait. Finalement la gamine n'avait peut être pas tort, ces deux là sortaient sans doute ensemble même si on imaginait difficilement Maxime capable d'amour car les deux n'allaient pas. Elle était trop rebelle, trop chiante, trop râleuse... Trop elle quoi. Surtout quand elle se plaignait ainsi à demi-mots que je ne lui ai jamais fait de sandwich. Je me contentais de lui adresser un regard, accompagné d'un petit sourire qui en disait long. Si elle devinait ce que je pensais, elle pourrait formuler cette réponse silencieuse que je ne prononçais pas « je t'aurais fait un sandwich, tu ne l'aurais jamais mangé par crainte que j'y ai mis quelque chose dedans. » Chose que j'aurais probablement pu faire, j'en étais capable. Genre du piment juste pour voir son visage devenir tout rouge, que sa gorge la brûle et qu'elle me traite de tous les noms en tentant de calmer cette brûlure qui traverserait sa gorge. Enfin bref...

Capucine revint, beaucoup trop joyeuse. Des allusions furent lancées et une question directement posée. Un silence plana, laissant ainsi le temps à Sonny d'arriver pour servir les boissons ce qui détourna brièvement l'attention de chacun, notamment la mienne et de la réponse que j'attendais. Je regardais mon verre. Un mélange de jus d'orange, de sirop de grenadine et de tequila. Tout ce qu'il y avait de sucré. Sonny avait vu juste. J'aimais cette boisson. Quand elle posa un verre d'eau à côté du premier, je n'eus pas le courage de sourire. Je me contentais de lui adresser un regard signifiant que je comprenais le message. La situation était trop tendue et je reportais aussitôt mon attention sur Capucine, ne relevant même pas la remarque de la gamine qui plaisantait sur le fait que Sonny était peut être enceinte. J'aurais pourtant eu à rajouter une couche là-dessus. J'avais des arguments pour la mettre mal à l'aise, même si ce n'était certainement pas vrai. Mon regard interrogea Capucine, lui disant « alors ? » signe que j'attendais une réponse.

Elle vint mais elle ne me plut pas. Car elle n'affirma pas qu'elle s'était shootée mais ne démentit pas non plus. Au contraire, elle ne trouvait rien de mieux à dire que ça ne me regardait pas. Mais bien sûr... Je la supportais et j'endurais sa maladie. Je faisais tout pour être à ses côtés et tenter de la comprendre. Et qu'elle se soit shootée, ça ne me regardait pas ? J'étais crispé, en colère contre elle. Je lui avais promis une bonne soirée oui, mais cela signifiait-il pour elle qu'il fallait qu'on picole tous comme des trous et qu'on se drogue ? C'était ça se détendre à ses yeux ? Je l'empêchais de rester dans son coin, j'invitais ma sœur pour qu'elle la rencontre, j'acceptais que d'autres se joignent à nous dans l'unique but qu'elle ne reste pas dans son coin et elle réagissait ainsi ? Je soupirais alors qu'elle nous plantait tous là. Je ne répliquais rien même ce qui était mauvais signe chez moi car j'avais la réplique facile.

Jeremy avait raison avec sa question. Elle prenait toute la mouche ce soir et nous on en faisait les frais. Bien évidemment aucune ne le reconnaîtrait et on en aurait pour notre grade. Déjà si lui ne se prenait pas une réponse en pleine figure, ça relèverait du miracle. J'observais Capucine qui avait décrété de passer sa colère sur un client. Elle alla même jusqu'à prendre un verre pour lui verser dessus. Mais quelle conne ! Je me crispais mais ne bougeais pas pour autant. Qu'elle se débrouille si elle avait décidé de n'en faire qu'à sa tête. La première réponse qui sortit en réponse à la remarque de Jeremy fut celle de Maxime. Mes yeux bleus se braquèrent sur elle et je la regardais aussi froidement qu'elle avait parlé. Elle comparait Capucine à une gamine. Sur le coup, peut être qu'elle n'avait pas tort mais si elle savait tout d'elle et de sa maladie aurait-elle été plus compréhensive ou aussi sèche dans sa répartie ? Et gamine qui me proposait à présent une cigarette faite maison. Elle était conne elle aussi ou simplement débile ?

Qu'elles aillent toutes se faire voir, aussi bien Capucine que Maxime et la gamine. Ma main se posa sur le verre d'eau dans l'intention de le boire. Et c'est à cet instant que je remarquais que le type s'était levé pour se tenir en face de ma petite amie. Géniale la soirée. Il était beaucoup plus baraqué que moi, c'était ma chérie, je devais donc aller me faire péter la gueule pour ses conneries ? Bien évidemment sauf que je savais d'avance que si je le faisais, je gagnerai un séjour à l'hosto dans le pire des cas. Et c'était pas pour dire mais j'en avais marre de me retrouver à l'hôpital depuis quelques mois entre l'incendie du gymnase et le Blue Lake. Il me restait donc une autre option que j'allais utiliser et beaucoup plus discrète. Si ça fonctionnait, seules Maxime, Capucine et Sonny sauraient que ça venait de moi. Ma main se resserra sur le verre d'eau et je me concentrais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: #0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

#0.3 So raise your glass if you are wrong in all the right ways [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: PUBS & CO :: CLUBS & COFFEE SHOPS-