..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keaton W

Invité

avatar


MessageSujet: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Dim 27 Mai - 19:13


1er Novembre 2010 – Après-midi

La nuit de la soirée d'Halloween avait été un véritable calvaire. Une soirée qui devait être banale s'était transformée en cauchemar. Aucun de nous n'était sorti indemne. Ingrid semblait tenir le coup pourtant je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter pour elle. De son état psychologique qui me préoccupait davantage que les petites blessures qu'elle avait eu à cause des tornades et des débris qui avaient volé dans toute la pièce. Tout ceci était l'oeuvre de Genetic. Encore une fois. Après le Blue Lake, c'était Halloween. Qu'allaient-ils inventer pour la prochaine fois ? Thanksgiving qu'on ne nous laisserait pas savourer en paix ? Noël ?

Je marchais dans les rus de la cité des Anges en direction de ce café où nous avions l'habitude de nous retrouver avec ma soeur. C'était le lieu où tout avait débuté, où j'avais appris qui elle était. C'était devenu comme un rituel entre nous quand nous avions besoin de parler sans que personne ne soit autour. On se donnait rendez-vous autour d'un café. Celui-ci se trouvait encore à quelques minutes de marche. Mon esprit se permit de vagabonder tout en marchant et en évitant les passants pressés qui me contournaient, m'adressaient des regards l'air de dire que j'étais un zombie qui ne savait pas où il allait. Ce qui n'était pas tout à fait faux.

Je n'avais rien dormi de la nuit. Trop de soucis en tête. Trop de pensées tournées vers Kate. Vers ce bébé. Je ne savais pas quoi faire. Il y avait aussi Tussle que je rêvais d'étrangler. Ingrid que je souhaitais protéger. Moïra qui était toujours dans le même état. Et Tammy qui semblait bien aller d'après ce que j'avais pu voir de loin même si je voulais m'assurer de son état aujourd'hui même. Ne supportant pas l'ambiance étouffante de mon appartement que je tendais à créer moi-même, j'étais parti beaucoup trop tôt pour ce rendez vous. Quand je m'en étais aperçu, je n'émis aucun souhait pour revenir en arrière. Il fallait aller de l'avant, continuer à avancer.

Était-ce cette pensée qui me poussa à franchir la porte d'un coiffeur. Possible. Je sortais d'une soirée traumatisante et je songeais à aller chez le coiffeur. En matière de décompression, je pouvais faire mieux. Alors que la coiffeuse me demandait ce que je désirais, je lui répondis de couper extrêmement court. Adieu ma tignasse blonde. Il ne restait plus que très peu de centimètres. Et avec la barbe naissante que j'avais vu que je ne m'étais pas rasé, je ne me reconnus pas quand mes prunelles regardèrent mon reflet dans le miroir. C'était peut être une page qui se tournait et une nouvelle qui démarrait. L'avenir le dirait.

Je pressais le pas. A cette allure, de en avance j'allais passer à en retard. Quand j'ouvris la porte du café, je constatais aussitôt que Tammy n'était pas encore là. Un simple coup d'oeil en direction de notre table habituelle me le confirma. J'allais m'installer et au bout d'un instant le serveur arriva. Il me salua d'un sourire, comme il le faisait avec les habitués. Si normalement je lui adressais quelques mots gentils pour savoir comment il allait, cette fois je me tus. Je me contentais de commander.

Un whisky. En plein milieu de l'après-midi. Il me fallait au moins ça. Faute de mieux et pour passer les minutes qui me restaient et durant lesquelles j'allais broyer du noir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Lun 28 Mai - 15:05

Tammy avait le visage encore marqué bien sûr. Elle passa doucement sa main sur les plaies, cicatrisant mais bien rouges, et grimaça : ça la brûlait encore un peu. Les blessures de la plupart des participants à cette soirée d'Halloween n'avaient été qu'irréelle mais elle, elle avait eu droit à des blessures bien réelles et surtout bien douloureuses. Cette fille s'était acharnée sur son visage et elle n'oublierait pas cette petite sauterie avant un bon moment : heureusement que Ryan McCallan avait accepté de lui venir en aide en accélérant le processus de guérison... Elle n'osait imaginer les séquelles irréversibles que cela aurait pu entrainer. Défigurée à vie, voilà ce qu'elle aurait été : les ongles de la jeune femme avaient été si finement entretenus que les entailles avaient été très profondes.

Tammy délaissa son miroir : regarder encore et encore son visage n'allait pas effacer cette soirée. Elle avait passé le reste de la nuit au chevet de Moïra et n'était rentrée chez elle que tôt ce matin. Maintenant, son frère l'attendait et elle savait qu'elle allait devoir être forte pour deux... Revoir Kate, là-haut, perchée sur cette estrade dans son costume mais surtout aux côtés de Tussle lui avait retourné l'estomac alors elle n'osait même pas imaginer dans quel état elle allait retrouver Keaton. Il était parti de la soirée sans même aller voir sa fiancée, la mère de son enfant, cette femme qu'il aimait pourtant plus que tout. Qu'aurait-elle fait, elle, si elle avait du vivre la même situation ? Elle n'en avait aucune idée. Elle savait qu'elle allait le retrouver brisé mais elle se demandait cependant comment il allait gérer ça... Elle se souvenait de sa réaction suite aux événements du Blue Lake, de son silence après tout ça, de son absence... Il avait été là sans l'être, il s'était éloigné et ça lui avait fait mal.

Elle se rendit compte qu'elle était en retard. Elle avait passé tant de temps à essayer de savoir comment Keaton allait être qu'elle en avait oublié qu'il l'attendait et qu'elle le verrait une fois sur place. Elle attrapa son sac et sortit de sa maison bien trop vide et silencieuse sans Moïra. Ses idées noires ne la quittaient plus et l'absence de sa petite fille l'oppressait chaque jour un peu plus. Tammy arrive effectivement en retard, comme prévu, et elle trouva son frère assis à leur table habituelle... C'était étrange de se dire qu'ils avaient désormais leurs habitudes alors que quelques mois plus tôt ils ne se connaissaient même pas. Au milieu des embûches, ils avaient tout de même effectué leur petit bout de chemin et ils étaient de plus en plus proches. Mais jusqu'à quel point ? Tammy n'en savait rien. Il était son frère, sa seule famille, tout ce qu'il lui restait et il lui rappelait tellement leur père... Surtout... Avec ces cheveux là ! Elle remarqua bien après l'avoir reconnu qu'il n'avait plus la même tête. Oui, il ressemblait à leur père, leur père qu'il n'avait pas connu. Le coeur de la jeune femme se serra.

« Bonjour Keaton. » Si elle avait une mine affreuse avec ses longues marques rouges sur le visage, son frère était bien plus à plaindre : son visage était marqué par le poids des récents événements, c'était forcément ça. Le regard de Tammy se posa sur le verre de whisky qu'il buvait... En pleine après-midi. Comme le matin de leur première vraie discussion, lorsqu'ils avaient bu pour encaisser. Est-ce qu'il se rendait compte que l'habitude n'était pas bonne ? Elle s'en foutait, elle commanda même un verre pour elle. Et une bouteille. Le serveur les connaissait maintenant, il connaissait leur habitude pour le café, il devait maintenant s'habituer à les voir se noyer dans l'alcool à deux. Elle ne pouvait pas le laisser boire seul, ça aurait été triste. Elle voulait être triste avec lui. Elle le regarda longuement après s'être assise et avoir été servie. « Cette coupe te va bien. Tu... Tu lui ressembles beaucoup. » Il n'aimait pas aborder le sujet de leur père, elle le savait mais elle n'avait pu s'empêcher de lui faire la remarque.

« Comment tu vas ? » C'était très bête comme question, très mal venu mais rien d'autre ne lui venait à l'esprit. Que dire ? Lui demander comme il se sentait face au retour de Kate ? Ce qu'il avait ressenti en voyant son ventre arrondi ? En la voyant avec Tussle ? C'était sûrement pire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Lun 28 Mai - 19:31

Deux minutes peut être s'écoulèrent avant que le serveur ne revienne m'apporter le verre de whisky que je lui avais réclamé. Au regard furtif qu'il me lança en déposant le verre sur la table, je sus qu'il aurait préféré m'apporter comme en temps habituel un café bien sucré. Je pouvais lire une petite lueur de compensation dans ses prunelles car il savait que ça n'allait pas. C'était ça quand on avait des habitués qui tournaient au café quand tout allait bien et à l'alcool quand on broyait du noir. Bien que mon verre était juste sous mon nez, je ne le touchais pas. Mon regard était perdu sur le vide de la place qui se trouvait en face de moi. Elle n'était pas encore arrivée. L'espace de quelques secondes ce ne fut pas son visage que je vis à cette place vide. Mais un autre. Une blonde qui me souriait. Ma main gauche se posa sur la table. Mes doigts glissèrent dans sa direction. Elle ne faisait aucun geste vers moi. Il y avait seulement ce sourire. Ma main s'interrompit quand un bruit se fit entendre. L'illusion s'évanouit aussitôt.

Mon regard azur se détacha de la chaise vide pour se relever. Tammy venait d'arriver, me sortant ainsi d'une sorte de délire hallucinatoire dans lequel je m'étais plongé. J'avais cru voir Kate. J'avais fait un geste vers elle. Il était pourtant trop tard, l'illusion avait disparu. « Salut Tamm' » Mon attention se reporta sur ma soeur. Elle se tenait devant moi. Mon coeur se serra alors que je remarquais les blessures sur son visage. Des plaies cicatrisantes, sans doute grâce à l'oeuvre d'un mutant guérisseur, mais toujours présentes. La veille, je l'avais aperçu de loin. J'étais trop déboussolé pour rester sur place et me rapprocher. Je l'avais laissé sur place alors qu'elle était ma soeur. Je me demandais si elle m'en voulait d'avoir pris la fuite. Je n'étais pas bien, mon bras était en sang. J'avais besoin de soin. Et elle avait eu peut être besoin de moi. Je n'avais pas été là, j'avais failli à mon rôle de grand frère, pensant égoïstement à Ingrid, à moi et en fuyant à tout prix Kate.

Elle s'assit en face de moi et durant un moment, on s'observa en silence. Mon esprit s'imprégnait de chacune des marques qu'il y avait sur son visage. J'avais tellement de choses à lui dire. Il fallait que je lui présente mes excuses. Pour la veille mais pas seulement ça. Pour tout ce que j'avais fait depuis deux mois. Je m'étais éloigné, la repoussant et la laissant à l'écart de ma vie. On ne s'était pas réellement vus depuis le lendemain du Blue Lake et l'annonce de la disparition de Kate. Elle avait bien tenté de m'appeler mais j'évitais de décrocher. Je répondais à ses textos qu'elle m'envoyait sur mon portable mais pas à chaque fois. Je l'avais exclue alors qu'elle venait d'entrer dans ma vie, me contenant de la croiser en coup de vent.. Et je savais qu'elle avait besoin de moi. Quant à moi, je ne savais plus ce dont j'avais besoin.

Elle rompit le silence, me disant que je lui ressemblais. Je compris aussitôt qu'elle parlait de notre père. Je ne l'avais jamais connu, et tout ce qu'il m'avait laissé c'était une ressemblance physique qui s'accentuait avec les cheveux courts. Et cette barbe naissante ? Je ne voulais pas poser la question car la réponse ne m'intéressait pas. Thomas était un sujet assez tabou et tant qu'on pouvait l'éviter, on le faisait. Quand on en parlait, ce n'était jamais moi qui abordais le sujet en premier. Je me contentais de répondre, restant sur mes gardes. A certains moments je pardonnais à mon père. A d'autres, je lui en voulais. S'il fallait parler de lui à cet instant, ça finirait en dispute. Contre ce pouvoir que Thomas avait et dont il n'avait laissé aucune trace couchée sur écrit à ses enfants pour nous mettre en garde de ce qui pourrait arriver dans le futur. Si ça se trouvait, avant sa mort, il avait déjà vu cette soirée d'Halloween. Et si c'était le cas, il avait préféré se taire, ne pas laisser un mot à Tammy et envoyer ses enfants vers une nouvelle épreuve.

« Je vais bien ne t'en fais pas. » Elle venait de me poser une question qui paraissait banale mais tellement lourde de sens. Elle ne se contenterait pas de cette réponse qui était beaucoup trop simple. Beaucoup trop mensongère. Et qui avait pour unique but de la rassurer. Alors je pris les devants, reprenant la parole. « Je suis fatigué. Je n'ai guère dormi. J'ai une garde à assurer cette nuit à l'hôpital. Une adolescente à la maison qui se montre forte autant qu'elle peut à cause de moi. Et un bras qui a connu mieux. » finis-je en relevant la manche de ma chemise pour dévoiler mon avant bras droit qui était bandé. On ne m'avait pas raté la veille. Une lame enfoncée profondément dans ma chair, sur plusieurs centimètres et qui avait nécessité quelques points de suture. Mais ce n'était qu'un détail, une goutte d'eau parmi tout le reste. « Et toi ? Ces blessures à ton visage.... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Mar 5 Juin - 13:14

Une gorgée, juste une, pour commencer. Tammy sentit l'alcool lui brûler la gorge, descendre doucement par son oesophage et ça lui fit du bien : elle avait l'impression que cette sensation de brûlure venait remplacer celle bien présente sur son visage. Même si les plaies n'étaient plus à vif, même si Ryan avait fait un travail remarquable, ça tirait, ça faisait mal et ça lui rappelait que l'illusion de Tussle n'en était pas totalement une. Elle avait mal mais était en vie. Elle était en vie et continuerait à se battre pour cette vie mais surtout pour la vie de sa petite Moïra, de son frère et de son neveu... Elle se sentait une nouvelle fois brisée mais elle savait que ça n'était rien comparé à ce que Keaton devait ressentir.

Il avait une adolescente chez lui... Alors c'était pour ça qu'il la laissait à elle dans le silence depuis des semaines ? C'était pour une jeune fille qu'il avait décidé de ne pas accorder un peu de son temps à sa soeur ? Tammy essayait de le comprendre, elle essayait depuis des semaines de se mettre à la place de son frère, de comprendre ce qu'il pouvait ressentir, cette perte de la femme de sa vie et de son enfant... Mais elle aussi avait eu à subir ça, elle aussi avait perdu son enfant ce soir-là, son enfant qu'elle connaissait, qu'elle chérissait et qui était encore couchée dans un lit, les yeux clos, la respiration calme, le coeur battant doucement. Elle lui avait laissé du temps et avait essayé d'avancer seule, de se reconstruire. Elle avait essayé mais avait surtout échoué. Elle n'avait pas réellement vécu ces derniers mois, elle s'était simplement contentée de survivre, de contrer Tussle, de passer ses heures libres au chevet de Moïra et c'était à peu près tout. Elle n'avait rien fait, elle n'avait pas vécu.

Tammy remua son verre, faisant valser les glaçons, les laissant s'entrechoquer. Elle devait oublier sa rancoeur, laisser de côté ces derniers temps pour aider son frère. « J'ai du affronter une furie à la manucure incassable et mon visage a perdu... » dit-elle en tentant de sourire. C'était dur, ça tirait et ça risquait de rouvrir les plaies que Ryan avait réussi à refermer. Elle voulait lui demander pourquoi. Pourquoi ce silence, pourquoi cette absence, pourquoi est-ce qu'il n'avait pas essayé d'être là pour elle comme elle aurait pu être là pour lui. C'était à deux qu'ils auraient du traverser tout ça, par seuls chacun de son côté. « Un ami s'est occupé de moi, ne t'en fais pas, ça va aussi : les marques sont là pour que je n'oublie pas ce que je dois à Tussle... » dit-elle pleine de rancoeur. Il paierait. Pour tout, absolument tout. Et la facture ne faisait que s'allonger de jour en jour. « Tu me présenteras cette jeune fille j'espère. » Elle souriait. Elle s'apaisait un peu, la présence de son frère était bien plus positive que sa rancoeur.

Ils avaient du mal à parler, à aborder Le sujet phare. Ils avaient commencé doucement, à tâtons et Tammy ne savait pas si elle devait y aller plus franchement, plus fort, tout de suite. Elle réfléchissait encore à ça quand sa bouche et sa langue prirent les devant sans consulter au préalable sa cervelle. « Tu l'as vue ? » Elle se mordit aussitôt, rougit même. Enfin, elle sentit la chaleur monter d'un cran, elle sentit qu'elle était allée trop loin et trop vite et... Elle ne le regrettait finalement pas : pourquoi se ménager ? Il fallait voir la vérité en face, se faire mal vite et bien pour pouvoir guérir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Jeu 7 Juin - 3:12

Ma main redescendit la manche de la chemise pour qu'elle vienne recouvrir le pansement qui entourait mon bras. Il n'y avait pas de raison de le laisser en évidence ainsi, d'attirer des regards curieux qui se demanderaient ce qui avaient pu nous mettre dans cet état. Entre un avant bras bandé et des marques au visage, on ne pouvait pas dire qu'on n'attirait pas l'attention. Même notre serveur habituel avait du se poser la question. Je lui laissais prendre son temps pour me répondre à propos de son visage. Si elle ne souhaitait pas en parler, elle était tout à fait dans son droit et ne ferait que me rendre la pareille que je faisais depuis plusieurs semaines, évitant soigneusement d'aborder les sujets trop gênants. Me contentant de la croiser au détour d'un couloir, prétextant que j'étais attendu à l'hôpital. Ou encore au chevet de Moïra mais je ne m'attardais pas non plus quand elle était là, trouvant également une excuse bidon. Palme d'or du frère fuyant, c'était ce que je devrais avoir.

Et palme d'or également du frère culpabilisant. Une femme à la manucure incassable l'avait mis dans cet état. Une mutante ? Très probablement. Tammy était sur la liste de tous ceux qui avaient risqué leur vie et qui n'en étaient pas ressortis indemne. Tout ça pour servir de cobaye à quelques personnes qui désiraient voir si une substance était suffisamment au point pour nous ôter nos pouvoirs. Je culpabilisais car la femme que j'aimais faisait partie de ces gens. Et je m'inquiétais pour ma sœur même si elle me disait de ne pas le faire. Et si cet ami n'avait pas été là, que se serait-il passé ? Elle aurait certainement été défigurée et je ne me le serais jamais pardonné. Un profond soupir remonta de ma poitrine pour s'échapper entre mes lèvres.

« Je suis désolé de ne pas avoir été là pour toi ces derniers temps. »

Elle méritait mieux qu'un frère absent. De nous deux, c'était elle qui s'évertuait à tout faire pour qu'on soit proche. Je savais bien et je le voyais parfois dans son regard qu'elle culpabilisait à cause de notre père. Thomas avait fait le choix de me délaisser, me laissant aux bons soins d'un orphelinat durant mon adolescence pour que j'apprenne à me débrouiller par moi-même alors qu'il avait décidé de l'élever. Elle portait l'erreur de notre père sur ses épaules, je les voyais parfois qu'elles s'affaissaient. Pourtant ce n'était jamais à elle que j'en voulais. Cela n'aurait rimé à rien. Elle n'avait jamais connu mon existence jusqu'à récemment. Et depuis que nous nous connaissions, elle faisait tout pour que l'on devienne de véritables frère et sœur.

« Passe à l'appart' quand tu veux. Je te présenterai Ingrid oui. Tu verras, elle est extraordinaire. »

L'aîné que j'étais ne lui avait même pas parlé de l'adolescente qui vivait chez moi et dont j'avais la charge. Pourtant Ingrid méritait le détour et de connaître une des personnes les plus importantes dans ma vie. Ce n'était pas à cause de son pouvoir mais de ce qu'elle était. Une gamine forte qui faisait tout pour s'en sortir et se battait. Elle avait cette même rage que j'avais à son âge. Je me retrouvais parfois en elle et il était hors de question que je me détourne à présent pour la laisser tomber. J'avais des responsabilités envers elle. J'en avais aussi envers ma sœur et Moïra.

Mes doigts jouaient discrètement avec le verre de whisky, le faisant pivoter sur lui-même sur la table. Les glaçons s'entrechoquaient à l'intérieur, faisant un léger bruit qui venait briser le silence qui s'était de nouveau installé entre nous. J'avais beaucoup de choses à dire à Tammy pourtant, je ne savais par lesquelles commencer. Face à cette hésitation qui m'animait, ce fut elle qui prit la décision de mettre les pieds dans le plat. La question tomba brusquement, comme un couperet. Il n'y avait pas besoin de préciser un prénom, je savais de qui elle parlait. Ma main se crispa légèrement sur le verre. Je le levais pour le porter à mes lèvres, buvant une gorgée de son contenu pour m'aider à mieux faire passer la pilule. Puis je reposais le verre.

« Je l'ai vue oui.. Et c'est fini. » Mes prunelles bleues se levèrent, cherchant le regard de ma sœur. « Comment a-t-elle pu accepter de jouer avec la vie des gens, même pour protéger notre bébé ? Elle est médecin, je le suis aussi. Et je n'arrive pas à accepter ça... J'arrête les frais Tamm'. » En prononçant cette phrase, je n'avais pas encore réalisé tout l'importance qu'elle aurait et l'impact également sur ma vie. J'en prenais seulement conscience. « J'irai trouver Kate et je m'expliquerai avec elle avant de partir... Et ce, même s'il m'en coûte. J'arrête aussi Genetic ce qui devrait te rassurer vu que tu n'as jamais voulu que je mette les pieds dedans. J'espère juste que tu trouveras toujours le moyen de me laisser voir Moïra aussi souvent que je voudrais... » Je marquais une pause, reprenant une gorgée de whisky. Il n'y avait pas à dire, l'alcool était un excellent moyen pour se donner un peu de courage. « Je vais rejoindre Genome. C'est la meilleure solution pour empêcher qu'on s'en prenne à toi. Mais aussi pour éviter d'étendre la folie de Kate. Si je m'oppose à elle de cette façon, elle arrêtera peut être ses conneries. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Dim 10 Juin - 13:13

Tammy manqua de peu un petit tour six pieds sous terre... Elle faillit s'étouffer avec sa boisson quand elle entendit Keaton dire que c'était fini. Et elle n'était même pas au bout de ses surprises. Elle préféra poser son verre sur la table et ne plus y toucher durant quelques instants. Sage décision visiblement. Comment son frère pouvait-il dire que tout était fini ? Elle les avait vus, elle savait qu'ils s'aimaient. Elle avait suffisamment côtoyé Reynolds pour avoir compris que seul son frère avait eu la chance de percer sa carapace. Tammy se souvenait du regard amoureux de Keaton, de ses gestes de tendresse envers celle qu'il avait voulu pour femme. Comment pouvait-il avoir changé d'avis ? Et puis son enfant ? Leur amour avait porté ses fruits, il ne pouvait s'arrêter comme ça, à cause d'une vulgaire machination montée de toute pièce par Tussle.

Elle n'avait jamais porté Kate dans son coeur mais Tammy restait persuadée que c'était le boss de Genetic qui était derrière tout ça et que son ex-future-belle-soeur n'avait pas eu d'autres choix que de collaborer. Et puis cette histoire de substance coupant les pouvoirs avait germé dans les labo de Genetic, pas ailleurs et Kate avait été retenue ailleurs, comment aurait-elle pu participer à ça ? Elle n'avait pas eu l'air de comprendre ce qu'il lui arrivait alors qu'elle s'était retrouvée perchée sur cette estrade aux côtés de son bourreau. Tammy ne savait pas vraiment d'où sortait son élan de compassion pour une femme qu'elle avait pourtant détestée... Peut-être était-ce à cause de la situation de Moïra, de sa perte à elle qu'elle ne voulait pas que son frère subisse...

Elle regarda son verre une fraction de seconde : elle avait bien fait de le poser, la suite du discours de son frère l'aurait tuée pour de bon si elle s'était retrouvée en train de boire. Tammy n'était pas dérangée par l'envie de liberté de son frère : qu'il quitte Genetic était une bonne chose... encore fallait-il qu'il réussisse à quitter la boîte sans se faire pincer, sans être considéré comme un traître. Heureusement pour lui, il n'était lié à Genetic que par elle et Kate : il n'avait pas de boulot, pas de rôle spécifique et il pouvait décider de ne plus venir au sein de l'entreprise sans qu'on ne lui envoie les troupes aux fesses. Le hic, ce n'était pas ça. Le hic c'était... « Genome. » Est-ce qu'il était seulement sérieux ? Comment comptait-il entrer là-bas ? Les connaissait-il ? Savait-il seulement ce qu'ils étaient ? Tammy n'en revenait pas. Elle s'était imaginée retrouver Keaton effondré, perdu mais pas déterminé à faire les deux plus grandes erreurs de sa vie. Elle avait besoin de boire, tant pis si elle finissait étouffée : après tout, le ciel venait déjà de lui tomber sur la tête, non ?

Elle prit une longue inspiration parce que s'énerver, ça n'était pas son genre. Tammy, elle, c'était l'incarnation même de la mesure, de la contenance. Et c'était dur de rester égal à elle-même quand elle se retrouvait confrontée à quelque chose qui la touchait personnellement. « Genome Keaton ? Vraiment ? Est-ce que tu te rends compte qu'il s'agit d'une base terroriste ? Ils ne font qua saboter notre travail. Aujourd'hui, certes, qu'ils sabotent l'oeuvre de Tussle, ça n'est pas bien grave, mais par le passé, ils ont tellement fait de mal que je ne peux même pas imaginer comment cette idée a bien pu germer dans ton esprit. » Tammy ne voulait pas avoir à affronter son frère. Pourquoi ne se contentait-il pas de vendre des fleurs pour rendre le monde meilleur ? « Genome a retenu Kate prisonnière. Holster aussi. Comment peux-tu croire que c'est bien mieux d'aller là-bas ? Ça n'arrêtera personne et Kate n'a rien à voir avec ça. Elle n'a fait qu'être prisonnière une nouvelle fois Keaton. Je... » Elle déglutit péniblement, consciente qu'elle allait s'aventurer sur un terrain bien trop glissant. « Je ne comprends pas pourquoi tu ne profites pas du bonheur que la vie t'offre... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Mar 12 Juin - 20:02

Genome. Le mot résonna comme un écho à la fin de mon discours. Pour le moment, Tammy n'avait prononcé que ce mot. Je l'observais et même si son visage était impassible, qu'elle semblait être maître de ses émotions et de ce qu'elle pensait de mon annonce, je sentais qu'elle n'approuvait pas. Des années de théâtre me permettaient de déceler parfois les vraies réactions d'une personne derrière les apparences qu'elle offrait à la face du monde. Ce fut ensuite des secondes de silence. Longues, interminables, elles semblaient s'étirer sans jamais vouloir s'écouler pour passer à la suivante. J'imitais ma soeur et portais une nouvelle fois mon verre à mes lèvres. Je ne la quittais pas du regard alors que je le vidais d'une traite. Le breuvage s'écoula dans ma gorge, telle une brûlure, sans qu'il n'y ait pour autant une quelconque réaction sur mon visage. J'étais déterminé en énonçant mes paroles et si Tammy avait l'intention de me faire changer d'avis, elle allait devoir user de tous les talents dont elle était pourvue en matière de diplomatie.

Et le début de sa plaidoirie à l'encontre de Genome n'était pas pour me faire changer d'avis. Genome une base terroriste réellement ? De ce que j'avais pu voir jusque présent, c'était plutôt Genetic qui me donnait cette impression. Genetic qui s'amusait à enlever ses membres. Encore Genetic qui n'hésitait pas à utiliser des êtres humains en tant que cobayes. Une nouvelle fois Genetic qui était venu le plus armé lors de l'échange du Blue Lake, avec de nombreuses armes à feu alors que c'était censé être un échange et qu'en face, il n'y avait pas tant d'armes que ça. Où se trouvait la base terroriste dans tout ça ? Toujours à Genome ?

Si mon esprit était assez tortueux pour prendre des chemins m'amenant à faire germer de telles idées, celui de la jeune femme n'était guère mieux. Il était étroite, obscurci et il se limitait à ce qu'elle avait toujours connu. Je ne lui en voulais pas. Elle n'avait pas choisi d'appartenir à Genetic ni de prendre la relève de notre père au conseil d'administration. C'était son « destin » tracé par Thomas Beckett. Dès sa naissance, il avait posé un fardeau sur la vie de ma soeur. Elle se croyait libre et pourtant, elle ne faisait que suivre la voie qu'il avait tracé pour elle. Ce n'était pas à Tammy que j'en voulais sur ce point mais bien à Thomas.

Nous étions trop différents. Quand elle pensait Genetic, je pensais liberté. était-ce les prémices d'une dispute avec un point de non retour ? Je ne le souhaitais pas, elle était ma seule famille, tout ce qu'il me restait d'un père que je n'avais pas connu et que je n'aurais jamais voulu connaître en réalité. Je préférais mon indépendance sans lui à cette vie dans une cage dorée qu'il aurait pu m'offrir. Les paroles de Tammy me frappaient, même si je ne réagissais pas. Mes mains étaient posées à plat sur la table, devant moi. Elle marqua une pause et quand elle finit par reprendre, je me figeais. J'avais réussi à rester parfaitement neutre jusque présent. Mais là... Pourquoi je ne profitais pas du bonheur que l'on m'offrait....

« Parce que je me sens coupable bordel ! » lâchais-je d'un ton rageur en abattant mon poing sur la table. Quelques regards se tournèrent dans notre direction. Quand je m'en aperçus, je décidais de baisser d'un ton pour qu'elle seule puisse m'entendre. « Comment tu veux que je sois heureux alors que tout est de ma faute pour Moïra et ne me dis pas le contraire, elle était sous ma responsabilité ce jour là.... Comment tu veux que je sois heureux alors que ma sœur et ma fiancée s'amusent à faire la guerre à un groupe qu'elles jugent terroriste... C'est ça le bonheur pour toi Tamm, se sentir coupable et s'inquiéter en permanence pour ceux qu'on aime ? » Si c'était ça pour elle, nous n'avions vraiment pas la même définition de la vie et du bonheur. Chacun vivait dans son monde, campant sur ses positions. Où tout cela allait-il nous mener ? J'en étais presque à regrette ma vie d'avant, et ce constat était amer pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Lun 18 Juin - 18:43

En quelques mots, il la brisa en mille tous petits morceaux. Tammy était là, partout autour de cette table et elle n’essayait même pas de rassembler les parts d’elle qu’il venait de faire voler en éclat. Il ne se rendait pas compte, il ne comprenait pas à quel point elle ressentait toute sa peine et plus encore. Si lui se sentait coupable, que devait-elle dire, elle ? C’était elle qui avait été envoyée sur le terrain, à Genetic, pour justement retrouver Holster avec diplomatie et éviter que Tussle ne réussisse à prendre en main l’entreprise. C’était elle qui n’avait pas réussi à travailler efficacement avec Kate parce qu’elle n’avait pu se résoudre à lui faire confiance dès son arrivée. C’était elle qui avait laissé Moïra avec son frère sans le mettre en garde contre cette petite princesse bien trop maligne pour la plupart des adultes. Pour tous en fait. Alors à parler de culpabilité, autant qu’il les mette tous les deux dans le même sac. C’était trop dur, elle sentait les larmes s’accumuler dans ses yeux, elle sentait tout son corps la trahir et jouer contre elle en voulant la faire flancher publiquement, en voulant l’empêcher de jouer le rôle fort, de jouer le rôle de celle qui était là pour soutenir son frère. Elle se laissait envahir par le désespoir avec violence et son corps n’était pas prêt à ça. Une larme roula sur sa joue.

« Prends Kate et pars Keat. Pars vivre ton bonheur. Ce n’est pas en t’alliant avec des gens dont tu penses partager les idéaux que tout s’arrangera. Tu n’y es pour rien pour Moïra. Les responsables sont ceux qui ont orchestré tout ça : Genetic et Genome. Kate ne fait pas la guerre, Kate vient tout juste d’être libérée après de longues semaines de captivité alors crois-moi, si tu vas la voir et que tu lui dis de partir avec toi, elle le fera. » Tammy ne voulait pas que son frère fonce tête baissée dans une bataille qui n’était pas la sienne. Elle, elle n’avait pas eu le choix. Elle devait rester pour arranger ce qu’elle avait fait, pour évincer Tussle qu’elle détestait. Keaton, lui, pouvait encore goûter à sa part de bonheur. Il pouvait encore vivre, voir sa famille vivre, voir son enfant naître, grandir et devenir, comme lui, quelqu’un de bien. « Ne reste pas ici. Pars et je… » Elle cligna des yeux pour les libérer du poids des larmes s’y accumulant et se rapprocha de son frère en lui prenant les mains. « ... je te rejoindrai quand Moïra sera réveillée. Je te le promets. » Elle ne faisait pas de promesses en l’air. Ou du moins, elle ne faisait pas de promesses si elle pensait pouvoir les tenir en cas d’heureux hasard. Voir Moïra se réveiller, elle y croyait encore. Elle y croyait grâce à Ryan. Elle avait eu le déclic hier soir, quand il l’avait aidée avec son visage, quand il avait demandé des nouvelles de sa petite princesse. Elle croyait sincèrement pouvoir trouver le moyen de guérir sa fille et de l’aider à voir le monde à nouveau.

Ils étaient pathétiques tous les deux, elle pleurant, lui restant droit et crispé. Les gens autour d’eux leur jetaient des regards qui se voulaient discrets mais qui ne l’étaient en rien. On les avait entendus, on les voyait. Tammy s’en foutait. Tout ce qui l’importait, c’était Keaton, sa fille, sa nièce ou son neveu et Kate. Oui, même Kate avait une place dans tout ça, part Keaton. Elle ne voulait pas que son frère fasse la même erreur que leur père. « À trop vouloir être différent de lui, tu vas finir par agir de la même façon, tu sais ? » Elle prenait des risques mais elle savait qu’elle n’avait plus d’autres alternatives. « Lui aussi, il se sentait coupable. Il s’en voulait de devoir t’abandonner. Il s’en voulait de devoir te faire subir une enfance difficile mais il l’a fait pour toi parce qu’il pensait que c’était la meilleure des solutions. Pour toi, ça ne l’était pas. Pour ton enfant, ta culpabilité te faisant fuir n’arrangera rien. » Elle ne pleurait plus. Elle était simplement secouée de sanglots. Elle était peut-être allée trop loin mais quitte à le perdre, autant lui ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Jeu 21 Juin - 14:58

Les verres et la bouteille avaient légèrement tremblé quand mon poing s'était abattu sur la table. Je ne sais pas pourquoi mais par réflexe c'était la bonne main qui avait tapé et non la droite avec mon bras bandé. Peut-être que j'aurais du me tromper de bras, la douleur physique aurait été présente et aurait supplanté la douleur morale. J'avais tellement mal à l'intérieur, je ne savais pas quoi, quelle décision prendre. Je n'étais pas capable de savoir ce qui était le mieux pour moi pour la simple raison que pour la première fois depuis longtemps les décisions que j'allais prendre et que je prenais, avaient et auraient des impacts sur mes proches, ceux qui composaient désormais ma famille. J'étais amer, je ne comprenais pas le point de vue de ma sœur. Je ne comprenais pas comment elle faisait pour cautionner encore tout ça. Je crus même un instant qu'elle n'était qu'un vulgaire pantin, modelée par notre père et qu'elle agissait telle qu'elle était en sa qualité de digne héritière du clan Beckett.

Pourtant il y avait ce regard... Ces prunelles qui flanchaient, se mettaient à briller davantage que la normale, signifiant ainsi qu'elle était prise par l'émotion et qu'elle n'était pas cette marionnette que je l'avais soupçonnée d'être durant quelques secondes. Ses yeux se remplirent de larmes et instinctivement je m'en voulus d'être la cause de celles-ci. Tammy craquait à cause de moi, je n'étais pas assez fort pour deux. J'aurais du montrer l'exemple, après tout j'étais l'aîné même si j'avais vraiment du mal parfois à entrer cette information dans ma tête. Une larme se mit alors à rouler sur sa joue. J'hésitais à avancer ma main dans sa direction pour prendre la sienne. Je n'en fis rien. Mes mains restèrent immobiles sur la table alors qu'elle prenait la parole pour m'inviter à partir et à vivre mon bonheur. Je voulais la croire, suivre ce qu'elle me disait. Tout mon cœur criait pour que je l'écoute. Ma tête ne suivait pas. Je me sentais toujours aussi responsable pour Moïra bien qu'elle ne rejette pas la faute sur moi. Quant à Kate...

« Et si elle refuse, il se passera quoi à ton avis... » Et si elle préférait continuer à agir pour le compte de Genetic en faisant passer en second aussi bien notre enfant que moi. Que se passerait-il si j'allais la trouver et qu'elle me remballait pour continuer sa petite guerre intérieure qui la dévorait ? Mes doigts se crispèrent autour de mon verre. Je connaissais déjà la réponses à ses questions. Si Kate refusait de quitter Genetic pour me suivre, ça en serait définitivement fini. Je ne pourrais pas supporter qu'elle continue à travailler pour ses gens. Elle était chirurgien, elle avait un don entre les mains et pouvaient sauver des vies. Genetic, c'était un bras qui manipulait les mains pour qu'elles tuent pour son compte, pour sa gloire et son œuvre. Je sentis les doigts de Tammy venir chercher les miens. Je la laissais faire, n'ayant pas le courage de les serrer. C'était moi le pantin là, celui qu'on manipulait grâce à un fil. C'était moi qui ne réagissait pas alors qu'elle me faisait la promesse de tout quitter quand Moïra se réveillerait. J'y croyais tout comme elle à ça. Mais quand ? Cela faisait deux mois que l'on attendait, qu'on gardait espoir. Combien de mois ou d'années encore faudrait-il patienter ? Je savais que c'était pour Moïra... Mais si ça prenait des années avant que notre princesse n'ouvre les yeux, cela voudrait dire qu'elle cautionnerait les agissements de Genetic encore tout ce temps ? Qu'elle participerait à plusieurs de leurs mascarades ? Le prix à payer était lourd. Tout mon être était crispé, mes doigts se resserrèrent sur les siens.

Cette pression que j'exerçais sur ses mains se relâcha brusquement. Tammy était en train de me comparer à Thomas. Mes mains s'écartèrent et revinrent dans ma moitié de table. Mon regard s'assombrit. Pourquoi me faisait-elle ça ? Elle était certes la mieux placée pour faire la comparaison, elle avait vécu avec notre père. Elle apprenait à me connaître depuis quelques mois. Il n'y avait qu'elle qui pouvait faire cette comparaison alors pourquoi brusquement je lui en voulais ? C'était comme si elle venait de me taper. J'aurais eu un coup de poing en pleine figure que ça aurait eu le même effet. « Il s'en voulait mais ça ne l'a pas empêché de rester sur sa décision... Pourquoi j'ai l'impression que tu prends encore sa défense... Mais c'est peut être pas ça en fait... » Ce n'était pas moi, je ne me reconnaissais pas. Je sentais que je prenais une mauvaise pente, je m'apprêtais à sortir des mots qui seraient sans doute durs pour Tammy. Jamais je n'aurais songé parler ainsi à ma sœur auparavant, mettant en péril ce léger équilibre que l'on tentait de construire depuis août. « C'est lui que tu cherches en moi Tammy ? Je lui ressemble physiquement avec cette coupe de cheveux. Je commence à agir comme lui. Tu espère quoi... Le retrouver à travers moi pour te rappeler les moments vécus avec lui ? » J'étais un parfait idiot. Je savais au fond qu'elle tentait de faire le contraire de ce que j'affirmais. La ressemblance physique était un détail qu'on ne pouvait pas effacer. Ma sœur me mettait en garde pour que je n'agisse pas comme lui, et je faisais tout le contraire de ses conseils prononcés à demi-mots. Pourtant je l'écoutais et je n'étais pas complètement fermé à ce qu'elle me disait. J'étais simplement paumé et troublé. « Tu te plantes petite sœur. Tu crois que si c'est fini avec Kate j'abandonnerai mon enfant comme il l'a fait pour moi ? Je serai toujours là pour lui, je me battrai et j'en ai rien à faire si ça me coûte la vie. Les dangers qui me guettent et dont il faut me préserver, ton père peut se les mettre où je pense là où il se trouve désormais. » Blasphème. Je ne me sentais pas mieux. Bien au contraire, mon cœur saignait davantage cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Jeu 28 Juin - 18:50

Il devenait odieux et elle, elle avait l’impression d’être écrasée par tout ce qu’il lui balançait. Pourquoi ? Elle n’avait pas cherché à lui faire du mal, au contraire, elle avait simplement cherché à lui montrer l’erreur qu’il s’apprêtait à faire. Elle n’avait pas agi pour le blesser mais pour l’aider. Lui, c’était tout le contraire. Il laissait la colère parler et il se défoulait sur elle. L’espace de quelques secondes, elle voulut fuir, quitter la table, le café et disparaître pour pleurer seule dans son coin, comme une gamine. Comme lorsque son père était mort. Et là, avec ses paroles assassines, c’était comme s’il le tuait une nouvelle fois. Se rendait-il seulement compte de ce qu’il faisait ? Tammy préférait croire qu’il s’était laissé emporter par la colère et le désespoir. Elle préférait essayer d’encaisser une nouvelle fois, de tout enfuir bien profondément en elle et d’avancer. Keaton vivait des choses difficiles et elle essayait de lui trouver des excuses. « Tu ne seras jamais comme lui Keaton et moi, j’ai fait mon deuil. Tant que tu n’auras pas fait le tien, tu lui en voudras et ça te rongera. Et ne me dit pas que tu n’as pas besoin d’enterrer un père qui n’a jamais existé pour toi : ta colère montre que tu dois aller de l’avant. » Elle était moralisatrice mais c’était comme ça qu’elle pouvait oublier les horreurs qu’il lui avait dites. « Si tu abandonnes Kate, tu abandonnes ton enfant, tu le sais. Comment crois-tu qu’il te verra s’il sait que tu as laissé sa mère pour une raison qui ne veut rien dire ? Alors oui, tu feras exactement comme lui, pour ta propre raison qui n’en est pas une. » Elle finit son verre et de mit à fuir le regard assassin de son frère.

Elle croyait en la promesse qu’elle lui avait faite, en eux, en leur famille. Elle serait prête à partir avec lui, avec les enfants, avec Kate. Ils avaient suffisamment d’argent pour disparaître et recommencer ailleurs. Ce qu’il manquait, c’était une cohésion. Est-ce que Keaton était prêt à comprendre que les enjeux liés à Genetic les dépassaient tous et que, lui tout seul, ne pouvait rien faire contre ? « Quitte Genetic, pour de bon. N’y mets plus un seul pied. Moïra se passera de ta présence durant son sommeil si tu promets d’être là à son réveil. Elle va se réveiller tout comme Kate a été relâchée parce que c’est ce dont il s’agit. Kate était prisonnière. Elle était retenue contre sa volonté. Tout comme Moïra est plongée dans le coma à cause de son état. » Moïra était peut-être aussi dans le coma pour se couper du monde, pour ne plus avoir à revivre ce qu’elle avait vécu au Blue Lake. Tammy commençait à entrevoir une part d’espoir pour l’état de sa petite fille qui s’améliorait de jour en jour. Elle espérait qu’elle se réveillerait un jour, elle y croyait même. Tout comme elle croyait en son frère. Elle savait que c’était un homme bon capable de grandes choses. Elle se refusait à croire qu’il était devenu cet être aigri et sans espoir qu’elle avait face à elle aujourd’hui. Ça ne pouvait être qu’une façade, un masque lui permettant de faire face.

Tammy aurait tellement aimé avoir droit à sa part de bonheur, elle aurait aimé retrouver son frère, avoir Moïra riant à ses côtés, voir Kate le ventre arrondi, le visage heureux. Leur père aurait tellement aimé voir tout ce petit monde dans leur maison familiale, en Afrique… Si seulement elle pouvait trouver quel était ce dont danger dont son père avait tenté de préserver Keaton durant toutes ses années… Elle avait bien connu Thomas Beckett et elle ne pouvait se résoudre à croire qu’il avait sciemment rayé Keaton de sa vie sans une raison précise… Si seulement…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Dim 1 Juil - 16:37

Sortir de tels propos ne me ressemblait pas. Je pensais que ça m'aurait aidé et soulagé quelque peu. Ce n'était pourtant pas le cas. Au lieu de me sentir plus léger, c'était comme si je venais de prendre un nouveau coup sur la tête. Je m'en étais pris à la seule famille qui me restait et sur laquelle je pouvais compter. Je n'avais rien trouvé de mieux que de toucher des points qui faisaient mal et qui l'atteignaient. Et par la même occasion, ça me portait un coup au moral. Car je voyais la réaction sur les traits de son visage. Je remarquais qu'elle était touchée bien qu'elle tentait de garder une certaine contenance. Que dire après ça ? Que j'étais désolé et que je regrettais mes paroles ? C'était l'évidence même. Quiconque me connaissait un minimum savait que ce n'était pas mon genre de lancer des attaques gratuites, surtout à l'encontre de mes proches. La tension cumulée ces derniers mois, la douleur que je ressentais, et le sujet épineux Thomas Beckett avaient eu raison de moi et j'avais craqué. Si Tammy me plantait là, seul avec la bouteille de whisky, je ne lui en voudrai même pas. Pourtant elle resta, se montrant même assez forte pour répliquer. J'étais sur le point de l'ouvrir une nouvelle fois, me laissant porter par l'impulsivité quand elle me parla de faire mon deuil. Pourtant, ma bouche se referma et je l'écoutais sans l'interrompre. Peut-être qu'elle n'avait pas tort. Peut être que je n'avais pas fait le deuil de notre père même si je l'avais jamais connu. Car j'oscillais entre je m'en foutisme à son sujet et période où je le détestais et lui en voulais. J'aurais fait mon deuil, j'aurais pris cela avec davantage de relâchement. Sans doute même que je n'aurais pas blasphémé contre un mort.

« Les mots ont dépassé ma pensée... Je n'aurais pas du me laisser emporter. Je m'excuse Tammy. » Il ne me restait plus que ça à faire. J'avais devant moi ma seule alliée. Que je la perde en tant que telle, ça ne me dérangeait pas. Mais je ne voulais pas perdre ma petite soeur. On se connaissait depuis peu mais je l'aimais d'un amour fraternel que je ne me saurais jamais cru capable de ressentir. Ma main agrippa la bouteille, je l'ouvris pour nous resservir. Je remarquais à cet instant qu'elle tremblait. Mon emprise se resserra autour du verre mais rien n'y fit. Je tremblais toujours autant et le verre vibra quand il entra en contact avec la bouteille. Je réussis néanmoins à ne rien verser sur la table et je la reposais. Chaque parole de Tammy s'imprégnait dans mon esprit. C'était comme si j'essayais de m'en servir pour m'apaiser. « Tu crois qu'on arrivera à avoir notre part de bonheur un jour et que le destin nous foutra la paix ? » Cette question était-elle vraiment pour elle ou pour moi-même. Je n'arrivais pas à le déterminer. Doucement et lentement, j'avais cette sensation qui était en train de prendre possession de mon être. La même qui avait dicté ma conduite des années auparavant et qui m'avait fait quitter Chicago sans me retourner. En fait non, cette fois elle était légèrement différente. Je ne pouvais pas partir sans me retourner. J'avais une famille, des personnes qui comptaient pour moi et sur moi. Je ne parlais pas spécialement de Tammy. Il y avait aussi Ingrid et Moïra que j'adorais plus que tout. Il y avait également Dwayne et Maggie qui étaient des amis précieux à mes yeux. « Je crois que je vais t'écouter. » Je cherchais son regard, j'espérais pouvoir le croiser. « Je vais confier Ingrid quelques temps à une amie. Tu as déjà assez à t'inquiéter avec Moïra.. Et puis je vais prendre Kate de gré ou de force et l'éloigner quelques temps de Los Angeles. Pour oublier tout ça. Pour tenter de nous retrouver. Mais on reviendra. » Car je n'étais pas Thomas, elle avait raison. Et cette fois, je ne fuirai plus. Je reviendrai pour les êtres que j'aimais et je serai présent à leurs côtés. Peut être pas au sein de la bataille comme j'avais tenté de le faire alors que ce n'était pas dans mon caractère de me mêler à des causes qui me dépassaient. Mais je serai une épaule sur laquelle ils pourraient se reposer s'ils le désiraient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Lun 16 Juil - 19:12

Tammy fut soulagée de voir que son frère allait dans son sens : il fallait qu'il parte, qu'elle oublie tout ça et qu'il recommence enfin une véritable histoire avec la femme de sa vie. Elle se prit soudain à avoir les mêmes envies... Elle voulait fuir toute cette pression, tout ce truc moche et retourner dans son Afrique natale avec sa fille en bonne santé, souriante. Peut-être que c'était ça, la solution à tous ses problèmes... « Allez en Afrique. Je te donne les clés, la propriété de notre père est assez grande pour que vous puissiez vous y faire une petite place. C'est magnifique là-bas : tout est naturel, il y a du vert, des couleurs plus chaudes aussi. C'est la terre de ma vie... » Oui, c'était toute sa vie et elle donnerait tout pour y retourner. Elle le ferait, elle était prête et savait quoi faire. « J'ai une solution pour Moïra, Keat. Un mutant va m'aider, celui qui m'a soignée hier. Ryan McCallan viendra la voir et il va essayer de s'occuper d'elle et de voir ce qu'il peut arranger. Je suis sûre que ça va marcher, Moïra est forte et elle veut croquer la vie. » Ses yeux étaient brillants, l'émotion était forte. Elle savait que sa petite princesses se battrait pour rouvrir ses petits yeux. « Il va la réveiller et on vous rejoindra. Je ne suis plus au C.A. et je suis certaine que Tussle sera content de me voir partir... Je... Je me retirerai définitivement de tout ça. » C'était tout ce qu'il lui restait de son père mais elle n'était pas à la hauteur, on lui avait coupé les ailes et on écrasait ses capacités une à une. « On vous rejoindra très vite. » Elle tenait les mains de son frère entre les siennes et des larmes roulèrent sur ses joues. L'espoir renaissait.

***
22 décembre 2010

Tammy regarda Moïra ouvrir les yeux en pleurant. Elle serra la main de la petite fille dans les siennes mais ne put prononcer le moindre mot. Ryan avait mis des semaines à la réveiller mais il avait réussi. Moïra et elle allaient pouvoir rejoindre le reste de la famille à Le Cap et c'était tout ce qui comptait. Elle se tourna vers Ryan pour le remercier mais celui-ci était plus blanc que neige. « Ryan, ça va ? Venez vous asseoir. » Elle l'entraina vers le fauteuil à côté du lit de Moïra. Elle voulait tellement la regarder mais l'état de son sauveur l'inquiétait. Elle appela un médecin de Genetic espérant qu'il saurait agir. Tammy regarda Ryan s'éteindre peu à peu alors que Moïra se réveillait doucement. Elle se sentait coupable d'avoir demandé un tel effort à cet homme, elle n'avait pas pensé aux conséquences. Elle avait fait semblant de ne pas voir l'état dans lequel il avait été après chaque séance de soin. Elle avait fait semblant de ne pas prendre en compte les risques... Et aujourd'hui, elle voyait l'inévitable arriver : Ryan McCallan avait pris les maux de sa petite princesse et il les subissait dans leur intégralité...

24 décembre 2010

Tammy et Moïra étaient dans l'avion. La petite fille avait du mal à récupérer mais elle avait pu grimper dans le jet privé pour rejoindre l'Afrique dont Tammy lui avait tant parlé. Veille de Noël, parfait pour une surprise. Tammy voulait tellement revoir sa maison, son frère ! Elle était heureuse, enfin. Ou presque : elle n'oubliait pas ce que Ryan McCallan avait fait pour elle et elle se promettait de tout faire pour l'aider, de prendre de ses nouvelles chaque jour et de s'assurer que son réveil se passerait bien...

En arrivant devant ses terres, Tammy respira enfin. Elle porta Moïra jusqu'à la porte qu'elle ouvrit en grand. Elle pénétra dans le hall d'entrée et ne prit pas la peine de faire des manières : elle chercha Keaton parotut et le trouva dans la cuisine à préparer le petit-déjeuner. Elle le serra dans ses bras. « On est enfin tranquilles Keaton. On a réussi. » Noël serait beau, c'était certain...
Revenir en haut Aller en bas
Ryan McC

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   Lun 16 Juil - 19:50

22 décembre 2010

Ryan avait vécu pas mal de choses ces derniers temps. Après sa tentative de suicide, il avait été enlevé par John qui l’avait torturé et au final il était repartit quelques temps dans le Vermont. Pour enterrer sa mère adoptive. Il n’avait pas su quoi faire pendant un long moment, partagé entre toutes ces idées, toutes ces obligations qui c’étaient imposées à lui.

Il y avait Dusty qui était tombée enceinte et qui était décédée. Il ne s’en remettait pas. Il ne s’en remettrait jamais. Il buvait tous les soirs, et n’allait plus au travail depuis qu’il avait appris la nouvelle.

Mais plus important encore que son chagrin, il y avait cette petite Moïra. Tammy avait contacté Ryan pour qu’il lui vienne en aide avec sa capacité. Elle pensait qu’il pourrait réveiller Moïra. Aussi avait-il accepté. Pauvre gamine, comment pouvait-il ne pas faire en sorte de la sauver. Elle avait toute la vie devant elle, elle méritait de vivre. Plus que lui, plus que tous ces enfoirés de John, Tussle et sa clique et autre mutants qui prenaient leurs comparses pour des cobayes.

Alors, il était rentré plus tôt du Vermont, pour commencer les séances de soins dès le début du mois. Ce n’était pas de tout repos, mais la petite luttait, il pouvait le sentir. Alors petit à petit, il poussait ses cellules à se renouvelées plus vite, et la guérison opérait. Il l’avait promis à Tammy, il lui avait juré de la faire revenir pour qu’elle puisse partir pour Noël avec sa famille, loin de toutes ces galères de mutants. Bien sûr il se doutait qu’il n’en ressortirait pas indemne. Chaque semaine, il se sentait plus faible que la précédente. Mais il n’avait plus rien à perdre. Il avait déjà tout perdu, sa copine, son enfant, son amie / amante, sa dignité. Il pouvait sombrer en paix. Il savait que de toute manière les effets se dissiperaient. Il l’espérait du moins.

Moïra ouvrit les yeux. Un sourire se dessina sur les lèvres de Ryan. Puis il se sentit partir. Tammy, heureuse que sa petite se réveille lui demanda si cela allait, mais Ryan n’eut pas le temps de répondre. Ses yeux se fermèrent, et son esprit s’enferma dans un corps inerte. Un long sommeil commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Till now I always got by on my own, I never really cared until I met you [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: PUBS & CO :: CLUBS & COFFEE SHOPS-