..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Besoin d'aide ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine

Invité

avatar


MessageSujet: Besoin d'aide ? [Terminé]   Ven 25 Mai - 8:53

Une dose de plus... Ce poison coulait désormais dans mes veines à cet instant. Il prenait possession de mon être lentement, mais sûrement. Il suffisait de constater le nombre de cheveux que je perdais chaque matin pour en être persuadée. C'était effrayant et triste. Pourtant, je n'en montrais rien. Je me contentais d'arracher les morts de ma brosse avant de les jeter à la poubelle sans me retourner. Je devais être forte. Pour moi. Pour Wyatt. Il avait besoin de moi autant que j'avais besoin de lui. Lui aussi n'allait pas bien et si j'abandonnais, il le ferait également. Je me sentais obligée d'être forte, de minimiser tout ce qui était en train de se passer pour ne pas flancher. Il ne fallait pas que je me laisse aller. Lors de ma séance de chimiothérapie, on m'avait mise dans la même petite salle avec d'autres cancéreux. J'avais ouvert mon livre de cours pour ne pas penser à l'aiguille plantée dans mon bras. Mes yeux restaient concentrés sur les nombreux mots qui se trouvaient sur la page au lieu de fixer cette poche qui se déversait dans mon corps. Mais je n'étais pas la seule dans ce cas là et les autres riaient, parlaient avec leurs proches, leurs amis ou entre eux. Peut être devrais-je prendre ma maladie comme eux au cas où ça se passerait mal. Seulement, je ne voulais pas que Wyatt voit ça et je n'avais personne d'autre à qui demander si je le voulais. Quant aux autres... Je n'arrivais pas à me supporter moi même, pourquoi leur infligerai de mauvaises ondes alors qu'ils espéraient s'en sortir ?

La poche vidée, le poison reçu, j'eus l'autorisation de rentrer chez moi après que l'on ait pris ma tension. Vous savez, au cas où je tombe dans les pommes en traversant la route. A peine sortie, je vis une ambulance débouler devant l'entrée. Je me mis sur le côté pour laisser le passage libre et c'est là que je le vis. Un homme, assez jeune, dans un état lamentable. Je l'entendais gémir bien que ses yeux soient fermés. Il y avait du sang partout et je ne pu détacher mon regard de lui. J'étais comme... pétrifiée par cette image. J'entendis qu'il avait été victime d'un accident de moto. Là je compris pourquoi j'étais hypnotisée, même si ce lien devait être un pur hasard. Je ne pouvais m'en souvenir tellement cet épisode de ma vie était vieux. Ma mère est morte dans un accident de moto et jamais je ne m'en serais souvenue si je n'avais pas vu ce type ensanglanté, allongé sur ce brancard. Les médecins se dépêchèrent de l'amener à l'intérieur sans doute pour lui réserver une place au bloc.

Une jeune femme était toujours présente, à côté de l'ambulance. Son habit me fit comprendre qu'elle était la conductrice du véhicule. Je lui lâchais sans m'en rendre compte :


- « Est-ce qu'il va s'en sortir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Sam 2 Juin - 1:34

Elizabeth arriva sans problème jusqu’à l’hôpital. Quelquefois, ça pouvait être le cas. Généralement du temps lorsqu’on voyait, entendait, les sirènes, on se tassait, mais ce n’était pas le cas d’avec tout le monde. Là oui. Et c’était tant mieux, car son collègue lui avait dit de se dépêcher. Ce qu’elle avait fait. Ils arrivèrent donc rapidement aux urgences où le motocycliste fut pris en charge. Il fut descendu de l’ambulance, et pris en charge rapidement, des personnes l’attendant dehors, elle avait fait le message en conduisant. Elle resta à l’extérieur, fermant les portes de l’ambulance. Quelque instant plus tard, on lui adressa la parole. Tout du moins, c’est ce qu’elle supposa puisqu’elle était seule dans le coin. « Je l’espère. » lui répondit-elle. Ce n’était pas vraiment une réponse. Mais elle ne pouvait pas donner de réponse à une question comme ça. Ce n’était pas parce que son collègue avait réussi à arrêter l’hémorragie, qu’il n’y avait pas de blessures internes quelque part (sans parler des très fortes probabilités liées aux risques de fractures). Il n’y avait rien dans l’ambulance pour ça. Il y avait leur expertise, mais un accident de moto c’était traitre. Comme la plupart des accidents il était vrai. Mais selon ce qu’elle avait vu de la moto (et des divers morceaux qui la composaient étalés un peu partout), il avait atterri très loin de celle-ci. Selon ce qu’elle avait entendu des témoins pendant qu’ils essayaient de le réanimer, il avait fait tout un vol plané pour ensuite glisser. Ça sentait même le brûlé, mais il n’y avait pas de fumée ni de feu. Ils l’avaient ensuite embarqué et direction l’hôpital. Comme elle conduisait, elle n’avait pas pu tout voir et son collègue était peut-être plus au courant qu’elle. Elle allait le savoir lorsqu’il allait revenir.
L’ambulance allait devoir être lavée. C’était le cas même quand il n’y avait pas autant de sang. Une question d’hygiène.

Sa radio faisait entendre de temps à autre des voix, donnant des indications, ou encore demandant des renforts. Rien qui s’adressait à elle. La radio ne devait tout de même pas être fermée. « Hospitalisation ou visite ? » demanda-t-elle à la jeune femme. Elle aurait pu dire d’autre chose, comme travail, ou stage, mais elle n’était pas pour tout nommer. Si ce n’était pas l’un de deux cela en était un autre. À la blonde de décider si elle voulait le dire ou pas. Elle n’allait pas la forcer si elle ne voulait pas faire la conversation ou qu’elle ne voulait pas en parler. De toute manière, elle ne pouvait pas s’éloigner du véhicule jaune. Elle devait aussi attendre que son collègue revienne. Ce qui pouvait toujours être long ou non tout dépendant de s’il avait été faire un tour au toilette se débarbouiller un peu. Ce n’était pas parce qu’il était dans un hôpital qu’il devait se promener avec du sang frais. Le laver un peu pour essayer de faire partir le plus gros, leur uniforme était foncé, mais ça pouvait tout de même paraitre. Cela allait tout de même faire un tour chez le teinturier. Bref, attendre. Tant qu’il n’y avait pas de nouvelle urgence, l’ambulance pouvait rester là. Sinon elle allait devoir la déplacer. Sans grande surprise. Il ne fallait pas empêcher les autres de faire aussi leur boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Lun 4 Juin - 17:44

Alors que le blessé avait été emmené à l'intérieur de l'hôpital, je restais choquée par ce que je venais de voir. Ce n'était pourtant pas la première fois que j'assistais à ce genre de chose, j'avais même vu bien pire dans ma courte vie. Mais là... Je ne parvenais pas à comprendre mon comportement. Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine, mon corps ne répondait plus au commande. Si je n'avais pas demandé si cet homme avait des chances de s'en sortir, j'aurais eu peur de faire une attaque ou un malaise quelconque. Était-ce le contrecoup de la chimiothérapie ? Non, car c'était la première fois que je ressentais cela. La jeune femme me répondit qu'elle espérait elle aussi que ce motocycliste s'en sortirait sans pour autant m'en donner la certitude. Sa réponse aurait dû m'être égale, mais j'aurais été rassurée de savoir que tout allait bien se passer pour lui. Je ne le connaissais pas, je ne l'avais même jamais vu et je ressentais le besoin de savoir cela. Étrange, mais comme on dit, la santé bouge, la maladie non...

Je pris quelques inspirations pour me donner du courage et m'obliger à bouger ne serait-ce que d'un pas pour m'assurer que je n'avais pas besoin de m'asseoir par terre. Cela pouvait paraître étrange, mais je préférais encore m'asseoir dans le passage et me taper l'affiche que de tomber à la renverse sans prévenir. Si je pouvais éviter une nouvelle visite de l'hôpital pour un trauma crânien, j'étais prête à tout. Surtout que la personne à contacter en cas d'urgence était Wyatt. Il était préférable pour moi de mourir sur place que de le voir débarquer dans ma chambre avec le visage inquiet avant de s'apercevoir que tout allait bien. Oui, car j'avais décidé qu'un trauma n'était pas grave aujourd'hui. Un pansement ridicule sur la tête et on repartait comme en 40 !

L'ambulancière me demandé si je venais ici pour rendre visite à quelqu'un ou pour une hospitalisation. Bonne question... Certes, j'étais une patiente mais je n'étais pas assignée à l'hôpital. Parler d'hospitalisation avait une connotation négative à mes yeux.


- « Je... Je suis une patiente mais je viens seulement pour prendre un traitement. Rassurez vous je ne fais pas le mur. »dis-je en riant sans grande conviction.

Mon regard se posa sur les tâches de sang qui maculaient l'intérieur de l'ambulance et je me rendis compte que je n'avais aucune envie de rentrer chez moi. Il n'y avait rien, ni personne pour attendre mon retour. A cette heure-ci, Wyatt était soit en cours, soit chez lui ou en train de se balader. Nous n'avions pas prévu de nous voir, alors j'avais le reste de la journée pour moi. Ma main fouilla dans ma poche à la recherche de mon portable afin de vérifier que personne n'avait cherché à me joindre. Cette vérification faite, je le rangeais et me tournais vers la jeune femme.


- « Je n'ai rien de prévu pour le reste de la journée... Ma proposition va peut être vous paraître étrange, mais est-ce que je peux rester avec vous ? Je ne vous dérangerais pas et bien sûr, si vous avez une urgence, je vous laisserais travailler. Mais vu que votre ambulance doit être nettoyée, je pensais que je pourrais vous aider... Enfin... Si ma présence ne vous dérange pas et que ce n'est pas contraire à une de vos règles. »

Maintenant, tais toi et attends qu'elle te réponde. Quelle pipelette je faisais quand je m'y mettais ! C'était d'ailleurs pire quand je demandais quelque chose dont je n'étais pas certaine de la réponse. Les poings serrés, j'attendais son verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Lun 11 Juin - 13:16

Elizabeth ne quitta pas la jeune femme des yeux. Elle ne semblait pas très bien aller. Peut-être à cause de ce qu’elle avait vu avec le motocycliste. Ce qui serait normal. On n’était pas toujours habitué de voir autant de sang. Même elle parfois, tout dépendant des situations, avait du mal. Elle avait réussi à se faire une carapace avec les années, mais malheureusement, on n’avait jamais tout vu. Là, ce n’était pas le premier blessé de moto qu’elle voyait. Elle en avait vu des plus amoché ; il avait un casque lui. La jeune blonde répondit à sa question. Elle hocha la tête, n’ayant rien de plus à dire. Peu importe qu’elle fasse le mur ou non. Elle pouvait la comprendre de vouloir partir de l’hôpital, ce n’était pas un endroit des plus enthousiasmants. Surtout qu’à vue de nez, elle semblait bien aller. Enfin, physiquement. En même temps, il n’y avait pas que des personnes avec des bras cassés à l’hôpital ou encore avec d’autres blessures apparentes. Elle lui demanda ensuite quelque chose. « Tant que tu casses rien, et que tu vomis pas à la vue du sang ou que tu t’évanouis. » lui dit-elle, après y avoir pensé durant quelques secondes. Deux points importants. Elle voyait le sang, mais il était tout de même loin. Et ce n’était pas être en contact presque direct avec ce dernier. Ça serait presque une journée de découverte des métiers. Mais là, ce n’était pas du tout le côté le plus intéressant à voir. Tant qu’il n’y avait personne dans l’ambulance, elle ne voyait aucun problème à ce qu’elle l’aide. Elle allait attendre de savoir si elle comptait vomir et/ou s’évanouir (bien qu’on ne pouvait pas toujours prévoir ça) et de si elle allait briser quelque chose (ça aussi on ne pouvait pas le savoir), mais peut-être qu’elle se connaissait assez pour savoir si cela allait arriver ou non. Si elle avait tendance à s’évanouir ou à vomir, ou qu’elle était maladroite, ça serait bien qu’elle soit franche.

Eli allait contacter son collègue question qu’il ne soit pas trop surpris en arrivant de voir une étrangère nettoyer l’ambulance. Ça pourrait passer pour autre chose. Elle ne comptait pas la quitter des yeux non plus, une ambulance, même si c’était plutôt petit, était un véhicule tout de même intéressant à certain niveau. Et elle ne parlait pas seulement de la sirène. Il y avait des médicaments dans l’ambulance en plus de divers matériels. Question aussi qu’elle ne tente pas d’essayer les palettes de réanimation pour voir ce que ça faisait. Si ça pouvait réanimer, ça pouvait tuer aussi quand on n’en avait pas de besoin. Ce n’était pas pour rien que les autres devaient dégager. Ce n’était pas parce qu’elle pouvait la réanimer ensuite qu’il fallait exagérer. Et en tant qu’ambulancière, elle pourrait avoir des problèmes. Peut-être que la blondinette ne ferait rien de tout ça, qu’elle voulait seulement l’aider à nettoyer, mais elle ne la connaissait pas. Elle ne pouvait donc pas savoir ce qu’elle était vraiment ni quelles étaient ses intentions. Au pire, elle se serait inquiétée pour rien. Ce qui n’était pas très grave. Elle parla donc à son collègue, avec la radio. Ça ne lui causa pas de problème. Il devait être content de ne pas avoir besoin de tout nettoyer. Ils feraient la stérilisation plus tard. « Elizabeth. » se présenta-t-elle ensuite, tendant sa main. C’était toujours un bon début. Enfin, toujours mieux que de se faire appeler Miller ; ce qui était inscrit sur la plaquette de son uniforme. Ça ne la dérangeait pas, mais elle préférait tout de même Elizabeth ou n’importe quel autre dérivé de son prénom. Des surnoms, elle pouvait en avoir beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Sam 30 Juin - 14:06

Quelle idée de vouloir aider cette ambulancière, sérieux ? Peut être avait-elle d'autres choses à faire que de jouer les babysitteuses auprès d'une inconnue ou tout simplement qu'il existait un stupide règlement qui l'empêchait de faire monter n'importe qui dedans. Je pourrais très bien être une droguée à la recherche de sa dose et quoi de plus indiqué qu'une ambulance pour trouver tout ce qui serait susceptible de vous emmener loin de ce quotidien pourri ? Oui... pourri. Je ne voyais pas d'autres mots pour désigner ce que je voyais et ce que je ressentais. Depuis que l'on m'a annoncé qu'un mal me rongeait, je cherchais ce que j'avais pu faire de mal, ce qui pourrait justifier tous ces malheurs. Mais la conclusion restait la même : dans cette vie, je n'avais rien fait qui puisse mériter un tel châtiment. Certes, j'avais du sang sur les mains, mais si j'avais pu l'éviter, je l'aurais fait sans hésitation. Je ne ressentais d'ailleurs aucune gloire d'avoir tué cet homme, bien au contraire, mais force est de constater qu'on devait me faire payer le prix de cette vie en voulant me prendre la mienne. Ce serait effectivement un juste retour des choses et personne ne serait coupable de ma mort si ce n'est cette force obscure que l'on appelle cancer. Ce serait seulement la faute à pas de chance....

Curieusement, la jeune femme accepta mon aide tant que je restais maître de la situation. Bien sûr, je comprenais très bien ses précautions. Même si je n'en menais pas large, je ne ressentais aucune nausée à la vue du sang. Ce n'était d'ailleurs pas le sang qui me choquait mais plutôt les souvenirs que cette situation avait fait remonter. Si ma mère n'avait pas eu cet accident, comment aurait été ma vie ? Si mon père n'avait pas eu ce cancer, serions nous de ces familles américaines qui vivent leur vie tranquillement sans poser de soucis aux autres ? Aurions nous eu une vie normale ? Je ne pouvais y croire car j'étais différente. Un jour ou l'autre, ma capacité se serait réveillée et qui sait mes parents m'auraient peut être considéré comme un monstre, une bête de foire... N'était-ce pas ce que j'étais, au final ? Une évolution qu'ils appellent, c'est ça ? Mon cul, va !

Si Wyatt n'avait pas eu des choses à faire, j'aurais couru vers lui car il aurait su trouver les mots justes et me faire oublier mon anormalité. Aussi, fis-je un signe de tête en direction de l'ambulancière pour lui signifier que l'accord était conclu.


- « Le sang ne me pose pas de problème, juste que... Ma mère s'est tuée dans un accident de moto quand j'étais jeune. Et... Enfin voilà. Voir cet inconnu aussi blessé m'a fait penser à elle. »

La jeune femme devait s'en foutre de connaître les raisons de mon malaise. Elle devait également espérer que je n'en dise pas plus sur moi et que je me mette au travail le plus rapidement possible pour que l'ambulance soit prête à la prochaine intervention. J'entendis la jeune femme parlait de moi à un de ses collègues je suppose qui ne voyait aucune objection à ce que je les aide. Tant mieux ! C'est le moment que choisit l'ambulancière pour se présenter. Je pris sa main à mon tour.

- « Capucine, ravie de faire votre connaissance. Ça fait longtemps que vous bossez ici ? »

Question bateau, mais tout aussi efficace. Peut être qu'en parlant d'elle, j'en oublierai mes propres soucis. Ça me ferait des vacances !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Lun 9 Juil - 23:59

La blondinette bougea la tête, signifiant qu’elle ne comptait pas s’évanouir ou vomir. Ça serait donc involontaire si cela arrivait. À moins qu’elle ne le cache. Elizabeth verrait bien. Elle était apte à s’occuper de personne évanouie ou qui venait de s’évanouir, sauf que quand elle pouvait l’éviter c’était toujours mieux. La jeune femme lui donna la raison du pourquoi elle avait eu l’air mal précédemment. Elle hocha la tête. Ça devait être dur de s’en rappeler, peu importe de la façon. Sa mère était vivante, elle ne pouvait donc pas vraiment comparer. Elle avait bien son propre accident, mais ce n’était pas avec une moto, et elle était vivante. Et elle ne se rappelait pas du sang qu’il y avait eu. Un sujet un peu plus joyeux fut ensuite abordé. Enfin, joyeux, dans le sens où ce n’était pas négatif. Les présentations. Elle se nommait. Capucine. Elle hocha la tête. Ce n’était pas un prénom des plus communs. « Moi aussi. » dit-elle, souriant. Le contraire serait bizarre. Peut-être qu’elle allait le regretter plus tard, mais pour le moment, rien ne laissait présager cela. « Depuis environ trois ans… plus environ un an pour mon stage » lui répondit-elle ensuite. Un stage n’était pas exactement comme bosser. Un on apprenait un peu plus que l’autre. Un on était payé comparativement à l’autre. Deux faits qui faisaient une assez grosse différence. Avant de commencer à nettoyer l’ambulance, elle avait un dernier point à régler. Peu importe si cela la faisait passer pour une petite chef ou quelque chose dans le même genre. Elle ne pouvait pas ne pas l’aborder aussi. « Si je vous dis de sortir, sortez. C’est parce que je dois déplacer l’ambulance car une autre va arriver. » la prévint-elle. Juste au cas où elle déciderait de ne plus vouloir l’écouter à ce moment-là. Elle ne la connaissait pas, elle ne savait donc pas ce qu’elle pouvait avoir en tête niveau obéissance. Au pire, elle ferait un tour d’ambulance à l’arrière. Elle n’aurait qu’à s’accrocher. Ça ne durerait pas très longtemps.

Une fois ceci dit, elle entra dans l’ambulance, donnant des gants à la jeune blonde quelque instant plus tard. Elle sortit ensuite des produits pour nettoyer, en vaporisant sur le sol de l’ambulance. Il y aurait aussi la civière à nettoyer lorsqu’elle serait de retour. À moins qu’elle ne doive aller la chercher. Ça dépendait de si le personnel avait le temps et si son collègue l’avait avec lui. Elle ne pouvait pas prendre n’importe quelle civière. Il en fallait une qui pouvaient se replier lorsqu’on la faisait entrer dans le véhicule et qui se dépliait lorsqu’on la sortait. Plutôt pratique. « À part nettoyer les ambulances, vous faites quoi dans la vie ? » lui demanda-t-elle, quelque temps plus tard. Elle se doutait bien que cela n’était pas une activité des plus communes ce qu’elles étaient en train de faire. À moins que la blonde ne le fasse souvent. Si c’était le cas, elle n’en n’avait jamais entendu parler. Par contre, elle ne se doutait pas qu’elle faisait exactement le contraire de ce que son aide improvisée voulait : parler d’elle. Elle ne pouvait pas le deviner, elle ne lisait pas dans les pensées. Et cela lui convenait très bien. Ça devait être vraiment chiant de savoir ce que les autres pensaient. C’était tout aussi agaçant de ne pas le savoir, mais ça se vivait. Peut-être car elle y était habituée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Dim 15 Juil - 9:23

Les présentations faites, je lui posé une question, histoire de faire la conversation. Qu'elle me réponde ou non m'était à peu près égale car il était aisé de comprendre qu'une personne puisse détester parler d'elle à une inconnue. Même si nos prénoms avaient été échangé, Elizabeth l'aura très vite oublié parce que je n'étais qu'une blonde parmi tant d'autres sur cette planète. Je ne comptais pas non plus devenir sa meilleure amie. Nous allions seulement nettoyer l'ambulance et une fois la tâche accomplie, chacune reprendrait sa vie comme si rien ne s'était passé. S'il nous était donné de nous revoir, nous nous adresserons peut être un signe de tête ou un « bonjour » timide, mais je doutais qu'en une fois, nous arrivions à une franche camaraderie. Aux vues de mes réflexions, je me rendis compte à quel point j'étais négative. La fatigue, le stress et l'ennui ne devaient pas aider à voir la vie en rose, mais tout de même, je n'étais pas à plaindre. Je ne manquais de rien, j'étais entourée d'amis proches. Il n'y avait aucune raison d'avoir de sombres pensées. Ce devait être un effet secondaire de la chimio. Je ne voyais que ça.

La jeune femme me fit savoir qu'elle travaillait dans cet hôpital depuis 4 ans déjà. Je la suivis jusqu'à l'arrière de l'ambulance tout en réfléchissant.


- « Il y a une énorme différence entre le stage et la vie active ? Je veux dire par là que forcément le salaire ne doit pas être le même, mais à part ça, vous étiez considérée comme une ambulancière, non ? »

Autant poser des questions sur sa vie. Elizabeth était déjà dans la vie active et semblait en bonne santé. Deux points qui me faisaient cruellement défaut à l'heure actuelle. Je ne considérais pas mon travail de serveuse comme un véritable job. Il me servait uniquement à payer les factures et lorsque l'on n'avait aucune qualification, c'est le genre de travail que l'on obtenait assez facile. Elizabeth, me fit savoir que si elle me demandait de bouger, je devais bouger. Je lui fis un signe de tête lui faisant ainsi comprendre que j'étais parfaitement d'accord pour respecter ses directives. Je ne désirais pas m'imposer et devenir une gêne pour elle. Je voulais seulement un peu de compagnie, rien de plus. Je pris les gants que me tendit la jeune femme et les enfilais. Je fis bouger mes doigts entre eux, appréciant la texture de ceux-ci. Elle sortit également les produits, ce qui donna le coup d'envoi pour le boulot. Après quelques secondes, elle reprit la parole me demandant ce que je faisais dans la vie.

- « Je suis étudiante à l'UCLA en sociologie et j'espère au moins terminer l'année... Non pas que je ne le veuille pas, seulement... Je suis malade et ça prends pas mal de temps et de force. A part ça, je suis également serveuse dans un bar dans le centre, histoire de payer les factures. Donc si un soir vous avez envie de vous amuser et que vous n'êtes pas loin, n'hésitez pas à venir. Ce n'est peut être pas le bar le plus classe, mais le barman se démerde assez bien dans les cocktails. »

Je lui lançais un clin d'œil à la suite. Je n'en revenais pas de faire de la pub pour ce bar. Il était évident qu'il y avait des bars bien plus classes que celui-ci, avec une carte plus élaborée. Seulement, on pouvait aussi bien s'amuser dans des petits bars qui n'en avaient pas l'air.

- « Vous avez toujours voulu être ambulancière ? Vous n'avez pas peur de vous prendre une voiture en traversant un feu rouge ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Mer 25 Juil - 0:53

Et elles commencèrent à nettoyer l’ambulance. Il fallait le faire partout, même là où on ne pensait pas que c’était sale. Il pouvait toujours y avoir des microgouttes quelque part. Rien ne devait être oublié. C’était donc le plafond, les murs, le plancher et les accessoires. Elizabeth comprendrait si Capucine voudrait arrêter. Elle aidait volontairement, alors elle n’avait pas à l’enchainer et la forcer à faire tout si ça ne lui tentait plus. Elle lui posa des questions sur son travail vs le stage. Tout en se mettant à nettoyer, elle répondit. [color=indianred]« J’étais surveillée sur tout ce que je faisais et quand c’était la première fois que je posais un geste, je devais le dire à voix haute, expliquer pourquoi aussi par la suite. C’est la plus grosse différence, sinon j’étais considérée comme ambulancière. » lui répondit-elle, se remettant ensuite à parler, venant de penser à quelque chose. « Quand y’avait quelque chose de plus compliqué ou de vraiment urgent, je regardais et on en reparlait ensuite. Certains gestes pouvaient être faits à deux alors qu’il pouvait être fait seul… je sais même pas si je t’a répondu en fait. » finit-elle. Pratique, vraiment. La notion de surveillance n’était plus appliquée aujourd’hui il était vrai. Enfin, moins. Son collègue était ambulancier depuis cinq ans environ deux ans de plus qu’elle. Il la conseillait parfois, mais il ne jouait pas au prof.

La demoiselle comptait l’écouter si elle disait de bouger. Tant mieux. Elle lui répondit aussi à la question qu’elle lui avait posé. « Prompt rétablissement… » fut tout ce qu’elle dit. Que dire d’autres ? Qu’elle allait s’en sortir ? Ou encore que tout irai très bien bientôt ? Elle ne savait pas ce qu’elle avait. Elle ne la forcerait pas non plus à le lui dire. Si elle voulait le lui dire elle la ferait, sinon elle ne la forcerait pas. Elle était plus douée avec les blessés qu’avec les malades. Il y en avait dans l’ambulance de temps à autre, mais pas assez pour y être vraiment habituée et souvent, ils étaient trop malades pour faire la conversation. Elle conduisait aussi de temps à autre et n’était donc pas tout le temps à l’arrière. Et Capucine ne semblait pas vouloir être traitée en malade, alors autant continuer comme avant et ne pas la traiter de cette manière. « Merci de l’invitation. » lui répondit-elle, souriant. Est-ce qu’elle irait dans le bar où la blonde travaillait ? Elle n’en savait rien. Elle n’avait aucune raison de ne pas y aller après tout. Ça dépendrait sûrement de si elle s’en souvenait et de si elle se rappelait de l’endroit.

La jeune femme lui posa ensuite deux questions. Assez dures à répondre, mais pour différentes raisons. Une en premier, et puis l’autre ensuite. « Non… enfin… je sais pas. » dit-elle, fronçant des sourcils. « J’y pense pas… y’a une urgence, je pars les sirènes et je veux me rendre à l’hôpital. Je regarde les voitures, mais pas les lumières. J’espère qu’elles vont se tasser. » Elle avait commencé par la question la moins dure à répondre. Ça faisait quelques années qu’elle avait son accident, mais elle trouvait ça toujours dur d’en parler. Elle avait passé plus de la moitié de sa vie à vouloir faire carrière dans le ballet. Ça ne faisait qu’environ six ans contre vingt qu’elle avait abandonné cette idée. « Sinon, j’ai jamais toujours voulu être ambulancière. » lui répondit-elle, tout en se disant que sa phrase n’avait pas grand sens. « J’ai toujours voulu devenir ballerine en fait. J’avais 20 ans quand une voiture m’a foncé dedans et ensuite j’aurais pas pu danser comme avant, j’ai dû arrêter. » Ce qui était toute une reconversion. Il n’y avait pas vraiment une grande ressemblance entre le ballet et être ambulancière. Du domaine de l’art à la santé. Elle resta silencieuse durant quelque instant, reprenant. « Après un certain temps je me suis rappelée de l’ambulancier, il avait réussi à me faire rire dans l’état où j’étais. Et… j’ai cliqué. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Dim 29 Juil - 13:05

Alors que je nettoyais l'ambulance, une drôle de musique s'invita dans mon esprit. Pour sûr qu'elle se prêtait à l'exercice, mais elle ne devait pas être du goût de ma nouvelle « amie ». Exception faite de Sonny et de Wyatt, je me voyais mal la siffloter. Ils me connaissaient, ils avaient l'habitude, donc ils ne diraient rien, mais que ferait cette fille en m'entendant chanter une musique de dessin animé. A tous les coups, elle appellerait le service psychiatrique de l'hôpital pour les alerter qu'une folle leur avait faussé compagnie. Et en remerciement de mon aide pour l'ambulance, je n'aurais qu'une camisole blanche en cadeau. Ce n'était peut être pas l'idéale, aussi me contentais-je de l'avoir dans la tête.

* Chante, rossignol, chante,
La, la, la, la, la, dans la nuit.
Ô, chante, rossignol, chante,
Chante, rossignol, chante,
Ah, ah, ah, ah, ah, aaaah.
Ô, chante, rossignol, chante,
Mon doux ... rossignol. *

Étrange n'est ce pas ? Oui, je devais bien vous l'accorder, mais je n'y pouvais rien si cette tâche me faisait penser à Cendrillon. Seulement, cette musique était répétitive et ne présentait que très peu d'intérêt. Ainsi pour tenter de l'oublier, je me mis à poser des questions à Elizabeth. Après tout, c'était la moindre des choses. Je l'aidais, elle m'aidait. Il en fallait au moins une pour poser une question et commencer la conversation sinon autant arrêter tout de suite les frais. Ce ne serait pas très poli en plus. Il fallait rester dans un domaine agréable et neutre. Quoi de plus neutre que son travail ? Elle me donna les différences entre le stage et le travail, même si je me doutais de la réponse. C'était un début comme un autre et sur ça, je pourrais sûrement rebondir.


- « Si, si, c'est bon. Quel est le geste le plus dur pour vous ? J'imagine qu'il y a des pratiques plus dures que certaines. Certains par exemple ont du mal à intuber des patients au départ. »

Je m'en sortais plutôt pas mal, je trouvais. Enfin l'avis était subjectif, mais je me sentais plutôt fière de moi dans la mesure où je ne la connaissais ni d'Eve, ni d'Adam et que je ne connaissais rien à sa profession. Cela pouvait être un inconvénient, mais également un avantage. Au moins, les questions étaient « normales ».

Elizabeth me souhaita un prompt rétablissement, mais préféra ne pas s'attarder sur le sujet. Qui le voudrait d'ailleurs ? La maladie n'était certainement pas le sujet de conversation préféré des gens, du moins des personnes en bonne santé. Pour moi, j'avais la curieuse impression que le cancer commençait à envahir mon esprit en plus de mon corps. Il régissait mon emploi du temps, mes envies, mes sorties... J'espérais ne pas me laisser bouffer par lui. Heureusement que j'avais Wyatt ! Dès qu'il était avec moi, je pensais à tout autre chose. Il repoussait le cancer dans un coin sombre de mon esprit pendant tout le temps où il restait avec moi. Il était ma bouffée d'oxygène et je pourrais difficilement m'en sortir sans lui. Oui, heureusement qu'il était là.


- « Merci. Je vais tout faire pour. »

C'était la seule chose que je pouvais dire. Je l'avais invité à passer dans le bar où je travaillais, mais je doutais qu'elle y mette les pieds un soir. Non pas que notre bar soit craignos, seulement, elle n'avait aucune raison d'y venir spécialement. Ce n'est pas parce que je l'aidais qu'elle allait miraculeusement passer les portes. Je m'y ça de côté pour lui reposer des questions sur son travail. Le travail, la valeur sûr. Elle me fit savoir qu'elle n'avait pas peur de foncer dans le tas, qu'elle se contentait tout simplement de faire son boulot. Quoi de plus normal lorsque l'on sauvait des vies ?

Par contre, elle aurait voulu devenir danseuse à la base, mais un accident est survenu l'obligeant à revoir ses rêves. Le passage sur l'ambulancier était intéressant. Finalement, elle n'avait peut être pas perdu au change. Je me gardais bien de lui révéler cette pensée, par crainte qu'elle le prenne mal. Ce n'était pas forcément mes oignons.


- « Les aléas de la vie. Le principal c'est que vous soyez heureuse aujourd'hui, même si à la base votre rêve était de devenir danseuse. Ce sont des instants comme ça qui sont clés. Nous ne les voyons pas toujours parce qu'ils ne sont pas aussi voyants. A nous de les repérer dans tout ce tumulte et de prendre les bonnes décisions. Si vous aviez pu reprendre la danse comme avant et que cette révélation était tout de même tombée, qu'est ce que vous aurez choisi ? »

J'allais peut être trop loin dans mes questions, mais la réponse m'intéressait. Aurait-elle choisi la danse ou l'ambulance ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Mer 15 Aoû - 1:10

Nettoyer l’ambulance. Faire disparaitre les tâches de sang. Sang qui n’était pas toujours le seul liquide qui devait être nettoyé. Il pouvait se passer des tas de trucs en arrière. Ne pas y penser était mieux, car se serait beaucoup trop dégoutant. Elizabeth avait aujourd’hui le cœur assez bien accroché, ça lui avait pris un léger temps d’adaptation. Par contre, c’était bien une première fois qu’une personne l’aidait à nettoyer sans travailler là-dedans. Elle devait avoir ses raisons, elle en avait le droit. Elle était aussi plutôt curieuse, enfin, elle trouvait. Le geste le plus dur. Intuber. Ne pas se tromper de trou aidait, mais elle avait appris. Aujourd’hui, elle n’avait plus trop de mal comparativement à d’autres gestes. C’était sûrement ça qui intéressait Capucine. Plus que de savoir qu’elle avait eu du mal avant et plus en ce moment. « Hum… » commença-t-elle à dire. Elle ne savait pas si c’était à dire à une inconnue. Elle n’aurait peut-être plus confiance aux ambulanciers après avoir entendu ce qu’elle dirait. « J’ai jamais été très douée en math et encore moins en calcul mental… donc dès qu’il s’agit de calculer une dose pour donner la bonne dose, bah… je suis jamais sûre de moi. Il est rien arrivé, mais… ça me stresse toujours dès que je dois calculer. Mon partenaire le sait et il m’aide, sauf qu’il peut pas toujours être là. » répondit-elle finalement, un peu embarrassée. C’était des médicaments, des solutés généraux qu’ils donnaient, rien d’aussi ciblés qu’à l’hôpital, mais il fallait tout de même faire attention.

Maintenant, il lui semblait que rajouter quelque chose d’autre serait mieux, question de changer un peu de sujet afin qu’elle ne s’y attarde pas trop. Cependant, il ne fallait pas non plus trop changer de sujet, sinon ça serait suspect. « Aussi, euh…d e garder l’équilibre parfois quand on est en arrière, de pas rater son coup si ça tourne vite. Quand on conduit on fait attention pour ça, mais on peut pas tout prévoir. » Pourtant, elle avait un assez bon équilibre. Heureusement qu’il n’y avait pas énormément de place avec la civière, ils ne pouvaient pas aller très loin. Sinon, ça serait comme un manège et ce n’était pas recommandé lorsqu’il y avait un blessé à l’arrière. Les pauvres. Eux aussi. Elle n’avait rien contre les manèges, mais elle ne se voyait pas aider quelqu’un là-dedans. « De perdre quelqu’un aussi. Parce qu’on est arrivé trop tard ou parce que y’avait vraiment rien à faire. » compléta-t-elle. Ce qui devait revenir chez la plupart des personnes dans le domaine de la santé. Se dire que s’ils avaient été assez rapides, ou s’ils avaient fait autres choses, s’ils n’avaient pas hésité. Se sentir malgré tout coupable alors qu’on n’aurait peut-être pas pu faire quelque chose de plus. Elle hocha ensuite la tête à ce que dit la jeune femme. Elle était heureuse aujourd’hui et c’était tout ce qui comptait. Elle pouvait encore danser, mais pas très longtemps, sa jambe lui rappelait qu’elle avait eu un accident. Et comme elle ne le faisait plus aussi intensément qu’avant, elle était rouillée un peu.

« La danse. » répondit-elle, sans hésiter, dès que la blonde lui posa cette question. « J’ai passé… quelques mois à déprimer après avoir su que je pourrais plus danser. Devenir ambulancière m’est venue en tête après le mariage d’une fille avec qui j’allais au lycée. Ça m’a remis les idées en place. J’imagine que j’aurais jamais déprimé si on m’avait dit que j’aurais pu continuer de danser et que j’aurais pas eu de révélation, j’aurais jamais pensé à autres choses. » Après tout, la danse cela avait été toute sa vie avant ça. Depuis qu’elle était petite, d’aussi loin qu’elle pouvait s’en souvenir. Ne plus pouvoir l’être avait été un grand coup. Elle n’avait jamais pensé à autre chose, son talent qu’elle avait là-dedans confirmant qu’elle pouvait en faire carrière. Sauf qu’à cause d’un type qui n’avait pas arrêté sa voiture alors qu’il l’aurait dû, elle avait dû penser à autre chose. Ce qui avait pris du temps. Elle n’aimait pas repenser à la période où elle n’avait rien fait d’autre que déprimer. En quelque part c’était normal qu’elle ait fait ça, c’était comme une sorte de deuil le fait d’apprendre qu’elle ne pourrait pas être réellement ballerine. Elle avait étudié le ballet, elle avait dansé le ballet, ce qui n’avait pas fait d’elle une ballerine. Pas encore. Pas une vraie. Encore moins une danseuse étoile. Loin de son but. Alors, si elle avait pu avoir eu l’espoir de continuer, elle l’aurait fait. Elle avait répondu à la question. Enfin, elle pensait. Elle ne voyait pas comment être plus claire aussi. Elle aurait pris la danse. « Je vais très bien aujourd’hui et j’adore mon boulot. » rajouta-t-elle quelque instant plus tard. Juste au cas. Elle était devenue ambulancière plus au moins par dépit, mais elle adorait ça tout de même. Ça lui avait été révélé, mais si vraiment ça ne lui avait pas tenté, elle n’aurait pas fait son nouveau choix de carrière dans cette direction. Vers quoi elle aurait été ? Bonne question. Elle n’avait plus besoin de chercher. « Avec tes études en sociologie tu veux faire quoi après ? Je suis même pas sûre de savoir c’est quoi la sociologie en fait. » lui demanda-t-elle quelque instant plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Lun 20 Aoû - 17:30

Mes questions pouvaient paraître ennuyeuses, étranges voir même gênantes à cette ambulancière, mais c'était sûrement un moyen comme un autre de légitimer ma présence ici. Je n'étais pas censée nettoyer cette ambulance et pourtant, je le faisais. Si Elizabeth et moi ne parlions pas, on se poserait des questions sur les raisons de mon aide. Je n'avais aucune arrière pensée, je n'attendais rien si ce n'est un peu de compagnie. Seulement, je me rendis compte qu'au fil des minutes qui s'écoulaient, je n'avais réellement pas ma place ici. Peut être était-ce le temps de réflexion de l'ambulancière pour répondre à mes questions incongrues, le fait qu'elle ne chercha pas à alimenter la conversation ou encore que je venais de prendre conscience que je passais mon temps libre à l'hôpital.

Elizabeth me répondit qu'elle avait du mal avec les dosages. C'est vrai qu'après réflexion, il devait y avoir de nombreux facteurs en jeu comme l'âge, le poids, les allergies et que sais-je encore ? Puis, elle parla de l'équilibre qui était difficile à garder durant le transport d'un blessé. J'imaginais facilement la jeune femme valdinguer dans l'habitacle à cause d'un tournant trop serré ou autre. La vitesse, l'urgence faisaient que cela devait arriver de temps en temps, mais j'espérais pour elle que ce n'était pas récurrent. Elle pourrait se blesser à force et une ambulancière qui tombe inconsciente alors qu'un patient à besoin de soin, ça le fait moyennement. Du moins, je le supposais. Elle termina sur la perte d'un blessé. Effectivement, ce ne devait pas être un métier facile et très joyeux. Un métier qu'il me serait impossible d'exercer. La seule fois où j'ai dû extraire un blessé d'un champ de bataille c'était Wyatt. Ce fut certainement l'un des jours les plus durs de mon existence. La douleur avait été aussi forte que celle de perdre mes parents et devoir l'abandonner à Genome pour qu'ils puissent le soigner fut le pire choix que j'ai dû faire.

BAM ! Je venais de prendre une décision. Je n'avais pas à rester là. Je n'avais pas à nettoyer cette ambulance, mais à profiter de ma vie tant que je l'avais encore. L'hôpital c'était bien pour les consultations et le traitement, mais je ne devais pas gâcher mes beaux jours. Seulement, vu que cela faisait à peine un quart d'heure que nous avions commencé, je mis cela de côté quelques instants encore.

Une autre question qui amena une réponse et d'autres questions à leur tour. Il était facile de parler, d'apprendre à connaître quelqu'un tant qu'on se contentait de parler d'elle. Comme en plus, la jeune femme ne semblait pas curieuse de me demander des choses, cette rencontre ne mènerait à pas grand chose au final. Tout comme je me doutais qu'elle ne viendrait pas au bar puisqu'elle ne m'en a pas demandé l'adresse. Essayait-elle de ne pas me faire de la peine ou voulait-elle que je m'en aille ? Peut être un peu les deux, qui sait ?

Elle me parla un peu de son passé et de son amour de la danse et me fit savoir qu'elle adorait son boulot d'aujourd'hui finalement. Son accident lui avait ouvert les yeux sur d'autres possibilités. C'était un mal pour un bien.


- « Je ne sais pas trop. Les évènements d'aujourd'hui me poussent à voir les choses autrement, mais j'envisageais d'être enseignante. Si je devais donner une définition, la sociologie cherche à comprendre et à expliquer l'impact de la dimension sociale sur la façon de penser ou d'agir. Par exemple, il y a de grandes chances qu'un enfant ait les mêmes idées politiques que ses parents. Sa façon d'être élevé aura également une influence sur sa manière d'éduquer ses enfants soit parce que les règles fixées auront été les bonnes, soit parce que, justement, elles auront été mauvaises... Certains la rapprocherait de la psychologie, mais ça ne va pas aussi loin encore heureux. »

Finalement, peut être qu'elle avait bien fait de ne pas me poser de question avant cela, sinon je l'aurais noyé avec toutes mes informations. Quoiqu'il en soit, l'idée de retrouver Wyatt, peu importe le lieu où il se trouvait, peu importe ce qu'il faisait me tournait un peu plus dans ma tête. Un coup d'œil à l'ambulance me permit de me rendre compte que le travail serait bientôt achevé. Ca ne ferait pas trop tâche que je la lâche ainsi.

- « Sur ce, je crois que je vais vous laisser. J'espère que je ne vous ais pas trop embêté avec toutes mes questions. Merci pour cette compagnie et peut être, nous recroiserons nous dans L.A »

Je laissais tout mon équipement dans un coin et descendis de l'ambulance. Je fis un signe de tête à la rousse avant de tourner les talons, saisissant mon portable pour envoyer un message à Wyatt.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabet

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   Jeu 30 Aoû - 0:22

La sociologie. Ça devait parler de quelque chose en rapport avec le social, la société, mais Elizabeth ne voyait pas en quoi ça consistait. De premier abord, selon l’explication que lui fournit Capucine, ce n’était pas sa tasse de thé. Elle hocha la tête, tout en fronçant des sourcils. Ça lui semblait être plutôt compliqué. Ce n’était pas du tout dans sa branche. Peut-être parce qu’elle comprenait mal quelque chose. Peut-être parce qu’elle ne pensait pas que tout le monde allait dans un même sac et qu’on pouvait tous les comparer. Peut-être que la sociologie ne faisait pas ça et c’était ce qu’elle ne comprenait pas justement.  Certains points lui semblaient être vrais et d’autres non. Quelques secondes plus tard, la jeune blonde reprit la parle, disant qu’elle allait la laisser. Elle hocha la tête. Elle ne l’avait  pas attaché à l’ambulance jusqu’à ce que le véhicule soit propre. Elle aurait pu partir dans les secondes après qu’elle ait commencé à nettoyer, ça ne l’aurait pas dérangé. « Vous ne m’avez pas embêté. » lui dit-elle. Si cela avait été le cas, elle n’aurait pas répondu aux questions qui lui avaient été posées ou lui aurait demandé d’arrêter de lui en poser. Il était vrai qu’elle ne s’était pas attendue à autant de question, mais il y avait pire. Elle aurait peut-être dû en poser elle aussi, mais répondre aux questions lui avait semblé plus important afin de ne pas trop s’éparpiller. De toute manière, à la seule question qu’elle posa, la blonde décida de partir ensuite. Un signe ? Elle n’en savait rien. « À peut-être une autre fois. » Si la blonde passait du temps à l’hôpital, elles allaient peut-être se revoir. Bien que ça n’avait jamais été le cas jusqu’à aujourd’hui. Sauf qu’on ne savait jamais. Elles pourraient aussi se revoir dans le bar où elle travaillait. Un bar. Il n’en manquait pas. Tout un oubli de sa part. Meilleure chance la prochaine fois. Elle lui avait fait un signe de la main. Et l’avait regardé s’éloigner, pensant à tout cela, retournant ensuite au reste du nettoyage de l’ambulance. Moins d’une minute plus tard, elle dut sortir, s’installer à la place du conducteur et éloigner l’ambulance puisqu’une nouvelle arrivait. Puisqu’elle était dedans, elle la déplaça ensuite jusqu’au sous-sol afin de finir de la nettoyer et pour qu’elle se fasse désinfecter. Son coéquipier était déjà là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Besoin d'aide ? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Besoin d'aide ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: HEALTH-