..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mar 31 Jan - 19:07

Sonny allait de découvertes en rencontres depuis qu’elle était arrivée à Los Angeles. Cela faisait un mois qu’elle était là. Elle commençait à prendre ses marques, il lui arrivait même de réussir à dormir. Oh, bien sûr elle rêvait toujours du Domaine, mais cela ne la réveillait plus en sursaut. Elle arrivait à affronter son cauchemar maintenant, elle le laissait faire. Le feu la terrifiait toujours autant, mais celui-là, il faisait partie d’elle, elle le connaissait dans ses moindres recoins. Elle savait la chaleur de ses flammes, le bruit des crépitements, le mal qu’il allait faire.

Cette nuit-là, celle du 30 septembre au 1er octobre, comme lors de beaucoup d’autres, son cauchemar s’invita et lui fit tout revoir, encore. Pourtant, quelque chose changea cette fois-ci. Ce n’était pas « son » incendie. Ce n’était pas le Domaine. Non, une autre bâtisse brûlait, mais Sonny ne parvenait pas à la distinguer. Et pourquoi était-elle encore envahie par un autre rêve que le sien ? Elle perdait de plus en plus son contrôle sur sa capacité, surtout quand il s’agissait de cauchemars, elle allait devoir se reprendre en main au plus vite.

La française observa la scène à bonne distance. Quelqu’un rêvait de feu, de cris. Quelqu’un qui avait certainement, comme elle, dû sauver sa vie et voir ses proches mourir. Puis son regard, qu’elle promenait machinalement se posa sur une toute frêle silhouette qui lui tournait le dos.

C’était une jeune fille, plus petite qu’elle, aux longs cheveux. C’était aussi son cauchemar, cela ne faisait aucun doute. Alors Sonny s’approcha, malgré le feu, tout en essayant de garder sa présence masquée. La jeune fille, plus jeune qu’elle, était en larmes, en pyjama et ne pouvait détacher son regard des flammes qui emportaient tout sur leur passage. La pauvre… Cette vision était atroce et elle hanterait la gamine jusqu’à la fin de ses jours. Bon sang, elle ne devait pas avoir plus d’une quinzaine d’années. Et à quinze ans, on ne devrait pas rêver de ces choses-là. Sonny, à cet âge, ne rêvait que de ses amies et des garçons. Et c’était très bien comme ça. Les cauchemars arrivent bien assez vite en grandissant. Alors la française se mêla une fois de plus des rêves des autres. Elle commença pas faire tomber une pluie torrentielle qui fit mourir les flammes une à une. Mais comme la jeune fille ne bougeait pas, elle lui murmura à l’oreille :

« Ça n’est pas réel, oublie ça. »

Parfois, cela marchait. Elle parlait au dormeur et cela suffisait à lui faire complètement changer de rêve. Et ça ne portait jamais à conséquence : les gens ne se rappellent que rarement de leurs rêves et tout au plus, ils imaginaient que c’était une vue de leur esprit.

Mais là, ça ne fonctionna pas du tout. La jeune fille ne bougea pas… et se mit à chauffer. Sonny en tomba à la renverse. Ça, elle ne l’avait pas vu venir ! Alors là, masquer sa présence fut bien la dernière chose à laquelle elle pensa : instinctivement, elle poussa la jeune fille au sol, dans une flaque d’eau et l’y maintint jusqu’à ce que la température de son corps soit à nouveau normal.

« Ça suffit ! arrête ça ! Ça n’est pas réel. Tu peux te contrôler ici, c’est toi qui décide. Décide d’arrêter, maintenant ! »

A vrai dire, elle-même ne contrôlait plus grand chose. Elle n’était pas sûre non plus d’être encore invisible, mais cela importait peu, la gamine ne se souviendrait jamais d’elle précisément, son image se perdra dans son subconscient, devenant une vague impression de déjà-vu avant de disparaître complètement. Ce qui l’étonna, en revanche, c’était qu’elle-même ne se soit pas encore réveillée, tout ce feu aurait dû la tirer des bras de Morphée en sursaut. Mais elle était toujours dans ce cauchemar, tenant la rêveuse dans ses bras, alors autant essayer de sortir la jeune fille de là, et de la libérer de ce rêve, elle.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mer 1 Fév - 19:05

Ingrid était vraiment reconnaissante envers Keaton. Il l’avait recueilli cela faisait maintenant quelques jours et il lui avait offert en même temps une nouvelle vie, une vie bien meilleure que celle qu’elle aurait eu si elle était restée à l’hôpital. Il était devenu en à peine quelques jours un vrai père pour lui… Mais il n’était pas son père, et il ne pouvait remplacer sa mère. Ingrid faisait tout pour être forte et ne pas pleurer ses parents, pourtant tous les soirs, dans son lit, elle craquait. Et la nuit, elle cauchemardait, toujours la même chose, angoissante, se répétant sans cesse.

Chaque fois, elle se retrouvait dans le hall de la maison de ses parents, son assaillant n’était pas toujours là, mais ses parents brûlaient dans les flammes, et sa mère hurlait ne voyant sa fille, droite le regard horrifié face à cette scène.

Ce soir-là, elle avait essayé de rester calme et contrairement à d’habitude elle avait pris un bouquin pour le lire avant de s’endormir. Un bon livre de fantasy. Peut-être que le lendemain elle demanderait à Keaton si elle pouvait aller à la médiathèque prendre un livre sur la photographie. Elle ne lui avait pas dit, mais elle voulait un petit boulot en partie pour cela, avoir l’occasion de s’acheter un appareil photo, et d’accomplir son rêve de toujours, devenir photographe, même si elle savait qu’elle n’en ferait pas son métier.

Ainsi, en lisant, Ingrid s’endormit paisiblement. Ses rêves se dirigèrent d’abord sur une vision de Keaton alors qu’elle était en train de s’en servir de modèle photo. Quelle idée saugrenue ! Puis tout doucement elle sentit un sentiment d’angoisse l’envahir. Bam ! Elle se retrouva dans son ancienne maison ! Elle était dans le salon cette fois ci, immobile face à cette scène de désolation, quand tout d’un coup de la pluie se déversa sur les flammes. Que ce passait il ? Ça n’était pas comme ça d’habitude ! Elle entendit un murmure mais ne comprit pas ce qu’il disait. Elle avait peur, Ingrid était pétrifiée et sa peau rougissait, de plus en plus. La chaleur de son corps augmentait. Elle perdait le contrôle. Et comme chaque fois que sa capacité se déclenchait, elle commençait à suffoquer, et ses jambes flageolantes menaçaient de céder sous son poids.

Splash ! Ingrid avait atterrit tête la première dans une flaque d’eau. Qui l’avait poussé ainsi ? Ca faisait mal ! Ah non elle était dans son rêve, elle pouvait contrôler, du moins c’est ce que la voix lui avait dit ! La voix ? Qui était là ? Depuis quand il y avait des gens dans ce rêve, qui communiquaient avec elle qui plus est ?

Ingrid avait froid maintenant qu’elle avait atterrit dans une flaque d’eau gelée en débardeur et sa peau avait repris sa teinte blanchâtre. Elle se releva et se retourna, puis ses yeux s’arrondirent. Face à elle se tenait uns jeune fille qui devait avoir une vingtaine d’année. Elle était jolie….


« Qui es-tu ? Je ne te connais pas ? »


Ingrid se rapprocha de la jeune femme et lui toucha le bras. Elle semblait bien réelle, du moins dans le rêve. Pouvait-on être réel dans un rêve ? Quelle chose étrane. Mais soudain Ingrid se rappela sa peau qui avait rougie et elle avait peur que son corps ait réellement été incandescent et qu’il n’ait brulé ses draps.

« Mes draps ? Keaton ? L’appartement ? Non ! Je dois me réveiller, pourquoi je ne me réveille pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Jeu 2 Fév - 21:51

La jeune fille avait des yeux d’un bleu intense. Et très expressifs. La peur, la surprise, tout s’y reflétait. Et Sonny y vit son propre reflet. Alors oui, elle était bien redevenue visible. Peu importe. Plus rien n’importait sinon réussir à calmer cette fille. Elle paniquait et ce n’était pas bon, elle risquait de se réveiller et Sonny ne pouvait pas l’en empêcher. Et il serait trop tard, elle ne pourrais plus l’aider. Si peut-être en revenant les nuits suivantes, mais elle n’en aurait peut-être pas la force, tant du point de vue physique que du point de vue mental. Elle ne savait pas par quel miracle elle supportait la présence du feu, ni si elle aurait le courage de l’affronter de nouveau.

Ce qui étonna la française, c’était que l’adolescente ne prit pas peur quand elle la vit. Elle fut surprise, cela fut évident, mais son inconscient semblait plutôt bien répondre à l’irruption d’une figure totalement étrangère. Tant mieux. C’était vraiment bizarre. Sonny n’avait pas peur d’elle non plus, et son contact, même chaud, ne l’effrayait pas. Aussi invraisemblable que cela pouvait sembler, elle avait confiance…

Oui, confiance, là, au milieu de ce cauchemar, tenant dans ses bras une toute jeune fille à la peau brûlante. Une fille qui représentait sa pire phobie… Et pourtant, elle n’avait pas peur de ce qu’elle pourrait lui faire, elle avait peur pour elle. Cette gamine risquait de se détruire elle-même, alors qu’elle avait la vie devant elle. Et avec un visage d’ange comme le sien, elle ferait des ravages, mais il fallait qu’elle accepte de laisser les cauchemars derrière elle, comme le passé, pour faire le choix de vivre. Sonny sourit de ses propres pensées : c’était exactement ce que lui avait recommandé Anne, lorsqu’elles s’étaient parlées au téléphone.

Sonny força alors un peu plus sur sa capacité, en effaçant totalement ce paysage dévasté. Bon sang, il fallait trouver quelque chose qui la rassure, mais quoi ? C’était si facile, quand on connaissait la personne. Un bon souvenir, un lieu lié à une expérience agréable, tout cela faisait l’affaire. Mais là, elle était face à une inconnue. Une inconnue qui lui ressemblait, qui connaissait les mêmes souffrances, les mêmes peurs. Peut-être était-ce égoïste, finalement, ce désir de la sauver. A travers elle, Sonny cherchait peut-être à guérir sa propre douleur...

Il n’y avait qu’une chose à faire, lui parler. Alors elle la lâcha, pour ne pas l’inquiéter davantage, mais resta tout près d’elle.

« Tu peux te réveiller si tu le souhaites, mais tu ne crains plus rien maintenant. Je suis là, je vais rester avec toi. Je m’appelle Sonny et je vais t’aider. Il faut que tu respires. Ici, c’est toi et toi seule qui décide. Il y a un endroit où tu aimerais être ? Un acteur fétiche que je pourrai te faire rencontrer ? »

Sonny lui sourit en disant tout cela, elle voulait vraiment la rassurer. Mais comment faire, comment ne pas dire de choses dangereuses ?

« Je sais ce que ça fait… le feu, les incendies. J’ai perdu ma famille dans un incendie. Je sais que ça fait mal. Plus mal qu’on ne saurait le dire. Et je ne vais pas te mentir, tu risques de ne jamais oublier. Mais tu peux apprendre à vivre avec. Je peux au moins t’aider à dormir avec, si tu le veux bien sûr. Et si tu me le demandes, je m’en vais, tu ne me reverras plus. »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Lun 6 Fév - 20:14

Pourquoi cette fille hantait elle ses rêves ? Jamais Ingrid n’avait vécu pareil expérience, mais très vite en la voyant elle s’était dit que puisqu’elle avait la capacité de transformer son corps en braises incandescente pourquoi elle ne pourrait pas voir une fille dans ses rêves ? A moins que ce soit une capacité de cette fille que de s’insinuer dans les rêves d’autrui. Mais pourquoi les siens, et maintenant ? Bref, Ingrid ne s’y attarda pas trop. Elle avait juste peur suite à son cauchemar toujours le même. Et sa perte de contrôle la déstabilisait au point de rendre chacun de ses mouvements frénétiques.

Ingrid retourna son regard vers la désolation qu’avaient laissé les flammes. Des cendres, il ne restait que des cendres. En était-il de même dans la réalité ? Sa capacité avait –elle fait autant de dégâts ? Son regard azur et exprimant la tristesse regardèrent la jeune femme qui se trouvait à côté d’elle. C’était elle qui avait fait tomber la pluie ? Ce que l’adolescente ne comprenait pas c’est que Sonny la tenait sans problème alors que sa peau avait la couleur et la chaleur de la braise quelques minutes auparavant.

Ingrid était fatiguée, l’utilisation de sa capacité l’épuisait. Ce qu’elle ne comprenait pas c’est que dans les rêves, on n’était pas censé pouvoir faire comme on veut ? C’est-à-dire qu’elle ne pouvait pas faire en sorte d’être en pleine forme ? Et pourquoi se posait-elle autant de questions ? D’autant que la jeune femme se présentait et lui demandait un endroit où elle aimerait être.

« J’aimerais être dans ma chambre, sur mon lit, recroquevillée et avoir quelqu’un à qui parler… » dis Ingrid les larmes aux yeux. »

Elle écoutait Sonny qui lui racontait savoir ce que cela faisait de perdre sa famille dans un incendie, mais tout le monde lui sortait le même refrain. Qu’en était-il vraiment ? Etait-ce pour compatir, ou vraiment pour partager ? Comment faire comprendre que la mort de ses parents n’était pas le seul facteur à son chagrin, comment expliquer que c’était elle qui les avait tués ?
Lorsque la jeune femme proposa de partir, Ingrid, paniqua un coup et attrapa son bras fermement.

« Non ne pars pas s’il te plaît ! »

La jeune adolescente était contente d’avoir un soutien, même si c’était dans un rêve. La donne changeait et son esprit partait ailleurs. Elle pouvait enfin éviter de revoir la scène qui avait dévasté sa vie, et essayer d’avoir un sommeil plus paisible. Du moins le pensait-elle. La présence de Sonny la rassurait.

« Je m’appelle Ingrid Amelia… Ce que tu viens de voir c’est ce que j’ai provoqué et qui a fait de ma vie ce qu’elle est maintenant… Mais un gentil et adorable médecin m’a adoptée… Je suis désolée pour toi Sonny. Comment tu fais pour tout surmonter ? »

Il y avait tellement de sentiments qui se bousculaient, et tant de questions qui s’enchaînaient dans son esprit. Ingrid ne trouvait pas le repos, alors que cela faisait plus d’un mois que ça s’était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mar 7 Fév - 20:17

La jeune fille tremblait dans ses bras et s’était fermement accrochée à elle. Sonny avait abandonné toute précaution pour cette fille, Ingrid. Tant de souffrance, tant de questions semblaient bouillir en elle. Elle avait mal, cela était évident. Par chance, sa panique cessa peu à peu et elle lui répondit, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde.

Dans sa chambre, sur son lit, avec quelqu’un à qui parler. Cela, Sonny pouvait partiellement lui offrir. Bien sûr, elle ignorait tout de la chambre de la jeune fille, de la disposition des meubles, de la couleur du papier peint, mais cela n’était pas grave. Elle se contenterait d’esquisser un décor, le cerveau d’Ingrid comblerait les vides.

Alors la française se concentra. Fini les cendres, finie la pluie, fini le froid. Elle modula ces éléments jusqu’à ce qu’ils aient l’allure d’un cocon, d’un havre de paix, d’une chambre d’adolescente. Quant à quelqu’un à qui parler, Sonny était là et n’avait pas du tout l’intention de l’abandonner.

Puis Ingrid, comme poussée par le besoin de partager ses douleurs, lui confia tout : l’incendie lui avait bel et bien pris sa famille, ses parents. Cette souffrance-là, Sonny ne pouvait la comprendre qu’à moitié. Ses parents étaient en vie, c’est elle qui avait pris la décision de partir pour les protéger, mais elle sentait, au plus profond d’elle-même qu’elle ne les reverrait probablement jamais. Mais la suite de l’histoire l’intéressa au plus au point : Ingrid aussi avait été recueillie, par quelqu’un de visiblement très bien. Rares sont les personnes qui bouleverseraient leur vie bien réglée pour venir en aide à un inconnu. Et ce médecin dont parlait Ingrid semblait faire partie de ces êtres exceptionnels… comme Anne finalement, qui avait passé dix ans de sa vie à se consacrer corps et âme à des enfants – dont elle, Sonny – qui avaient besoin d’un toit au-dessus de la tête et de bras pour être choyés et réconfortés. La française se dit qu’elle subissait peut-être là l’influence de sa tutrice, car il lui était tout bonnement devenu intolérable de laisser quelqu’un se murer dans sa souffrance.

« Je suis désolée pour toi Sonny. Comment tu fais pour tout surmonter ? »

C’était sincère, cela se voyait dans son regard, s’entendait dans le son de sa voix, elle était vraiment désolée pour elle. Mais Sonny ne savait pas quoi lui répondre, car elle n’avait pas surmonté ce qui s’était passé, elle avait appris à vivre avec, enfin plus ou moins.

Alors autant jouer franc-jeu avec elle. Sonny s’assit sur le lit qu’elle venait de « créer », invita la jeune fille à y prendre place avant de tirer la couverture sur elles deux. Elle s’efforça même de faire apparaître deux tasses de chocolats avec plein de chantilly. Ça n’était qu’une illusion, certes, mais il n’y avait rien de tel pour se remettre d’émotions fortes.

« La maison où je vivais a brûlé, cela fera bientôt quatre mois. J’ai vu mourir mes amis, et certains à cause de moi. Pour me sauver… ce ne sont pas des mensonges, Ingrid. Je n’en ai parlé à personne jusqu’à présent. Tu as eu beaucoup de chance que cet homme te recueille. Je suis sûre que c’est quelqu’un de bien. Et il va t’aider. Je ne vais pas te mentir, je crois qu’on oublie jamais ce genre de choses. Cet incendie sera toujours au fond de toi. On ne surmonte pas, je pense juste qu’on accepte. Aussi mal que cela fasse. Je sais que j’aurai toujours peur du feu, par exemple. Mais il faut juste que tu te persuades que tu as le droit de vivre. Que ce n’est pas « mal » d’avoir survécu. Je suis contente de te connaître et je serai là si tu as besoin d’en parler, ou de parler de trucs « de filles ». Cela me manque… dans la maison où je vivais, on faisait souvent ça : se cacher sous les couvertures, avec un chocolat chaud, pour parler pendant des heures. »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mer 8 Fév - 21:03

Pourquoi cette soif de se confier était si présente ? Se confier à une inconnue n’était-il pas dangereux ? Mais le fait d’être dans un rêve n’apaisait il pas en réalité tous les doutes que la jeune fille pouvait avoir ? Elle se sentait téméraire, puisque ce n’était pas réel cela n’aurait pas d’implications ! Du moins, Ingrid l’espérait sinon elle pariait que Keaton ferait de la chaire à pâté de son petit minois. Ingrid, sentait, comme elle avait senti le premier soir avec Keaton, la détresse de la jeune femme, similaire à la sienne. Elle sentait qu’elle ne mentait pas, et qu’elle disait vrai en expliquant son propre vécu et ressentit. L’adolescente compatit alors et regarda intensément Sonny avec une sincérité appuyée par un regard sans équivoque.

Un lit confortable, une couette sur les genoux. Ingrid songea à sa chambre et un décor noir bordeaux et blanc, accompagné d’un grand tableau de New York compléta le décor. Une petite table de chevet s’ajouta à la tête de lit avec une photo de ses parents, retrouvée dans les archives, et une photo de Keaton, à qui elle devait sa nouvelle vie. Puis au table s’ajouta une bonne tasse de chocolat fumant avec plein de chantilly. Ingrid voulut alors tester quelque chose, se concentra sur la chantilly et fit augmenter le volume présent dans sa tasse ! Un grand sourire apparut sur ses lèvre jusqu’à ce que la crème fouetté s’échappe sur la couverture et qu’Ingrid bataille avec pour la manger avant qu’elle ne fasse trop de dégâts.

« C’est magique ! C’est étrange comme un rêve peut paraitre si réel ! » Puis son sourire s’effaça et elle revint à la discussion initiale, plus sérieuse, plus triste. « Pourquoi me parler de tout ça ? En tout cas je sais ce que tu ressens… Un jour on est rentrées à la maison avec maman, et y’avait un cambrioleur, j’ai eu peur parce qu’il m’a emprisonnée dans ses bras et il avait ligoté mon père. J’ai crié et c’est là que tout mon corps a pris feu… Je me suis évanouie, je n’ai pas vu la maison et les gens se consumer, parce que cette capacité, que moi je prends comme un fardeau m’épuise lorsqu’elle s’active. J’ai pleuré mes parents depuis, et je m’en veux parce que c’est moi qui les ai tué…Sans moi ils seraient encore là et je ne serais pas un fardeau pour Keaton… »

Ingrid but une gorgée du délicieux chocolat chaud qu’elle avait dans les mains et essuya une larme.

« Pourquoi ne pas essayer de retourner chez toi ? Pourquoi ne pas essayer de lutter contre ta peur du feu, tu l’as déjà fait tout à l’heure ? Tu m’as approché alors que j’étais entourée de feu. »


Ingrid avait espoir pour la jeune femme, elle semblait tellement gentille, et avenante. Elle voulait l’aider, et si elle pouvait le faire, elle serait la première à mettre en application ce qui serait utile de faire.

« J’aime beaucoup ta compagnie aussi Sonny… Je peux te poser une question ? »

Cette fois ci, Ingrid ne ferait pas la même erreur qu’avec Keaton, étant donné que la question portait sur sa capacité, elle voulait s’assurer qu’elle pouvait se lancer sans problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Sam 11 Fév - 14:12

Contrairement à ce qui s’était passé quelques semaines auparavant, Ingrid, elle, accepta parfaitement le rêve, presque aussitôt, et la main que lui tendait Sonny. Son inconscient avait bien intégré les modifications que la française avait impulsées. Peu à peu, le décor changea et devint de plus en plus personnel, ou plutôt personnalisé. Un tableau de New-York et la photo de ses proches. Ses parents, à qui elle ressemblait, et un autre homme. Probablement le médecin qui l’avait recueillie, un certain Keaton. Il avait une bonne tête, pensa Sonny. Et malgré les souffrances, Ingrid s’amusa à gonfler la chantilly. Voilà encore un point commun entre les deux jeunes filles : la gourmandise. Et effectivement, il n’y avait jamais assez de chantilly sur les chocolats viennois…

Puis elle posa une question étrange, pourtant pleine de bon sens. Pourquoi Sonny lui avait-elle raconté tout ça, pourquoi, alors qu’elle ne la connaissait pas, lui avait-elle confié ce qu’elle avait de plus privé ? Aucune idée. « Parce que j’ai mal, parce qu’en parler m’aide à ne pas devenir folle » songea Sonny. Mais pouvait-elle vraiment lui dire cela ? Bonne question. En fait, elle n’eut pas le temps d’y réfléchir ni même de tenter de formuler une réponse car Ingrid partit dans une logorrhée que rien ne semblait pouvoir arrêter. La pauvre jeune fille n’avait pas seulement vécu un incendie, elle avait vécu une agression. Des hommes avaient pénétré chez eux, s’en été pris physiquement à son père. Mais ce fut la suite qui bouleversa la française. En entrant dans le rêve de cette adolescente, elle ne s’était absolument pas attendue à cela. Quand le corps d’Ingrid s’était embrasé, Sonny avait cru tout simplement à une projection mentale. Elle avait cru au complexe du survivant, qui se croit responsable de la mort de ses proches. Oui, Sonny avait pensé que tout simplement elle se croyait coupable de cet incendie. A aucun moment elle n’avait imaginé qu’elle était effectivement à l’origine du feu… que son corps-même pouvait brûler.

Involontairement, elle lâcha sa tasse, qui alla s’écraser au sol. Pourtant, cela n’interrompit pas le déballage d’Ingrid. Sonny, elle, n’écoutait presque plus… Tout son être se concentrait sur cette unique pensée : elle contrôle le feu, je l’ai touchée, j’aurais pu me brûler encore une fois, elle peut tout brûler si elle ne se concentre pas. Elle se surprit même à penser que peut-être la personne qui avait brûlé le Domaine avait cette capacité. Trop d’images se superposaient, au point d’imaginer que c’était peut-être elle qui avait tout détruit…

Non, stop. Pause dans la paranoïa. C’était une enfant qui avait, comme elle, une capacité qu’elle devait apprendre à maîtriser. C’était une enfant qui était passée par les mêmes épreuves, et elle n’était pas responsable. La peur panique qui avait envahi Sonny se calma peu à peu en croisant le regard d’Ingrid.

Décidément, cette toute jeune fille lui posait des questions bien pertinentes, mais dont les réponses étaient trop compliquées. Pourquoi ne rentrait-elle pas chez elle ? C’est vrai, elle le pourrait, mais elle avait tellement peur de faire courir des risques à ses parents qu’elle préférait rester loin d’eux. Pourquoi ne pas lutter contre sa peur ? Hum, elle avait commencé en fait, mais elle ne sortirait jamais vainqueur de cette bataille.

« Si je t’ai dit tout ça, c’est pour que tu comprennes que tu n’es pas la seule. Ni par rapport à ce que tu as vécu, ni par rapport à ce que tu es. Je n’ai pas de solution miracle, qui permettrait d’effacer ce qui s’est passé ou ce qui me fait peur. J’apprends à vivre avec ma trouille du feu, comme il faut que tu apprennes à vivre avec ta peur de ne pas te contrôler. Et si je ne rentre pas chez moi, c’est précisément parce que je n’ai plus de chez moi. Regarde, toi, tu n’as plus ta maison, mais tu as cette chambre, et ce médecin qui s’occupe de toi. Moi je n’ai plus ma maison, mais j’ai une chambre ici et quelqu’un qui s’occupe de moi. Tout ce qu’il nous reste à faire à toutes les deux, c’est arrêter de cauchemarder, mais je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. J’ai envie de rire, de m’amuser. J’ai parfois l’impression que c’est horrible, que ce n’est pas bien, par rapport à mes amis qui sont morts, mais, je sais qu’il le faut. Et toi aussi tu dois faire des bêtises de ton âge. Mais je ne devrais peut-être pas te donner ce genre de conseils. Aller, vas-y, pose-moi ta question. »

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Sam 11 Fév - 16:51

Ingrid se sentait enfin bien dans ce décor qui lui appartenait. En fait ce n’était pas si difficile que ç de modeler son rêve. On avait en plus une impression de légèreté, comme si tout était modelable et que rien n’avait aucune conséquence en ce lieu.

Emportée par ce sentiment de sécurité elle déballa tout ce qu’elle avait sur le cœur, et expliqua à Sonny que ses peurs n’étaient pas si simples que cela. Que ce cauchemar impliquait bien plus qu’un feu qui avait consumé sa maison, ses parents et ce cambrioleur. Embarquée dans son récit, l’esprit d’Ingrid avait quitté le présent pour se replonger dans le moindre détail de l’épisode traumatisant qui l’avait conduit à l’hôpital puis chez Keaton. La peur, la chaleur de ce feu qui sortait de son corps, puis cette fumée aveuglante, les cris de ses parents qui lui avaient percé le cœur et enfin cette tristesse insurmontable qui lui serrait le cœur à chaque pensée.

Si bien que la jeune fille n’avait plus aucune notion de ce qui pouvait bien se passer dans le présent, autour d’elle. C’est pourquoi elle fut surprise de voir la tasse brisée sur le sol lorsqu’elle eut finit et qu’elle se mit à regarder Sonny qui ne l’avait pas une seconde coupé pour dire quoi que ce soit. Ingrid lui tendit alors sa tasse, pour qu’elle puisse boire du délicieux chocolat. Et elle écouta attentivement Sonny.

Sa première réaction fut de lui faire un câlin plein de gratitude et de force pour encourager Sonny.

« Tu sais, mes parents avaient pour habitude de dire : Les obstacles bâtissent notre vie. Nous nous devons de les surmonter, et quoi qu’il arrive on ne doit pas culpabiliser parce que nous voulons vivre et avancer. Nous nous devons d’avancer pour honorer la vie de nos défunts proches… Et je pense qu’ils ont raison. Après les sentiments de culpabilité ne se contrôlent pas toujours, certes. Pour ma part je profite de la chance que j’ai eu avec Keaton, et j’essaye de l’aider comme il m’aide, ça me donne une raison de continuer. Mais oui nous avons de la chance…»

Ingrid remonta un peu la couverture et posa son menton sur ses jambes repliées. Elle avait cette question sur la capacité de Sonny, une question qu’elle avait déjà posée à Keaton mais qui avait plongé celui-ci dans un état assez triste et morose. Elle ne voulait pas recommencer c’est pourquoi elle avait demandé la permission à Sonny de lui poser une question. Etrange certes, mais nécessaire pour l’adolescente.

« Je me demande ce qu’était exactement ta capacité et comment tu arrivais à la contrôler ? Parce que vois-tu je suis en phase d’apprentissage concernant le contrôle de la mienne, qui est assez dangereuse… et parfois je me sens démunie, je ne sais pas comment faire.

Ingrid aurait voulu ajouter:" Et je me demande si des gens comme Keaton ou toi, qui avaient visiblement descapacités assez inoffensives, vous vous rendez comptes du stress que ça me donne de pouvoir donner à mon corps l’aspect de la braise. " mais elle ne fit pas.

Encore une fois Ingrid parlait beaucoup, mais elle cherchait à comprendre, et sa rencontre avec Sonny était une occasion de pouvoir parler et de pouvoir comprendre quelqu’un d’autre, et de se comprendre face au regard d’une personne qui ne la connaissait pas. Parce que la jeune adolescente ne se faisait pas d’illusions, Keaton la protégeait, et elle se doutait qu’il la ménageait beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Dim 12 Fév - 19:17

Spontanément, Ingrid la prit dans ses bras. Sonny ne s’y était pas attendue et elle fut surprise de cet élan de tendresse. Voilà que c’était elle qui se faisait consoler par une jeune fille qui paraissait à bien des égards plus mature qu’elle. Et les conseils qu’elle lui prodigua firent qu’elle se sentit vraiment inutile et pitoyable. Bon sang, Ingrid était pleine de ressources et sage pour son âge.

Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas retrouvée dans les bras d’une amie, d’une personne là pour vous, prête à vous consoler, à compatir à votre douleur. Elle ne se serait pas douter que ce serait une jeune fille capable d’embraser son corps qui l’aiderait à ce point. Et là, bizarrement, elle n’avait plus peur. Plus peur qu’Ingrid ne se contrôle pas, plus peur de se faire brûler.

Bon, ce sentiment de quiétude serait passager, elle le savait bien, mais cela était si… reposant. « Les obstacles bâtissent notre vie ». Oh oui, et leurs vies à toutes les deux seraient fondées dessus. Mais au moins, elles ne seraient pas seules dans cette épreuve, et cela réconfortait Sonny.

Puis Ingrid lui posa la question qu’elle-même avait posée jadis à Anne, quand elle était arrivée au Domaine. Quelle était sa capacité ? Comment apprendre à la maîtriser ? Sonny n’avait pas honte d’en parler ; pendant les quatre ans où elle avait vécu au Domaine, il était normal d’en parler. Leur capacité faisait partie de leur vie à tous et là-bas, c’était parfaitement normal. Anne lui avait bien dit de faire attention et d’éviter d’ébruiter ce qu’elle savait dans le monde extérieur. Mais, là, il était trop tard pour faire marche arrière. Et puis, si elle ne disait pas la vérité, elle n’aiderait pas Ingrid. C’était l’honnêteté et l’aide d’Anne qui l’avait sauvée par le passé, elle se devait d’en faire autant maintenant.

Mais elle ne devait pas parler du Domaine. Même si aujourd’hui il n’existait plus, il devait rester secret, un secret qui unirait à jamais ses anciens pensionnaires. Mais elle pouvait lui parlait d’elle, de sa vie et de son don. Ça n’impliquerait qu’elle et elle ne mettrait personne en danger.

« Je ne sais pas trop comment l’expliquer. Disons pour faire simple que quand je m’endors, j’ai le choix de suivre mes propres rêves ou entrer dans ceux d’un autre. Ça me fatigue beaucoup, c’est comme si je ne dormais pas. Mais quand j'y’suis, je peux tout faire, je peux le changer comme je le souhaite. Et parfois quand les rêves sont puissants, ils s’imposent à moi, comme le tien cette nuit » et comme celui de Remington, songea-t-elle, mais ce n’était ni le lieu, ni l’endroit, ni la personne adéquate pour en parler. « J’avais vraiment du mal à le contrôler au début, mais une personne m’a aidée, elle m’a appris à me concentrer et à être assez forte pour bloquer mon esprit. Je ne crois pas qu’on puisse y arriver tout seul. Moi je n’y serais pas arrivée. Et même si se balader dans les rêves des gens peut paraître inoffensif, je t’assure que c’est plus compliqué que ça. Il fallait que j’arrive à me garder du temps pour dormir, déjà, et ensuite j’ai dû apprendre à masquer ma présence. »

Sonny se retint de lui parler de ses déboires à ce niveau. Oui, avant qu’elle arrive au Domaine, elle n’avait pas conscience de la nécessité de masquer sa présence dans les rêves, mais des rêveurs l’avaient vue, nuits après nuits. Résultat pour Sonny : une côte cassée, des hématomes au visage, sur les bras et sur les jambes. Mais bon, autant ne pas effrayer davantage Ingrid qui découvrait les terribles conséquences et les énormes responsabilités de sa capacité.

« Le lieu où j’ai appris à faire tout ça n’existe plus, alors je crois qu’il va falloir compter sur des gens qui auraient comme nous des capacités. Si cet homme, Keaton, est au courant de ton pouvoir ce sera un plus. Il te soutiendra. Bien sûr, il ne pourra pas faire grand-chose. Il va falloir que tu apprennes par toi-même. Trouve une activité qui t’aide à te concentrer. Moi c’était le tir à l’arc. J’oubliais tout et j’apprenais à viser, à sélectionner, à proportionner mes gestes. A toi de trouver une activité ou un art qui te le permette. Si tu te sens prête un jour, nous pourrions nous voir, en vrai, je veux dire. Et en parler.


_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mar 14 Fév - 21:29

Ingrid avait la sensation d ‘être dans un tourbillon sans fin. Un tourbillon entre angoisse et quiétude, entre découverte et soutien, entre incompréhension et compréhension. La jeune adolescente, par ses longs moments de solitude avait pris l’habitude de faire de la psychologie à deux francs, mais qui souvent se révélait être pas si mal que ça ! Et surtout, elle retenait toujours toutes les phrases de sagesse que sa mère avait un jour prononcées… et qu’elle ne dirait plus jamais.

Ingrid était naturellement douce avec Sonny, c’était dans son caractère et elle ne se forçait pas, d’autant qu’elle comprenait ce que la jeune femme vivait. Elles n’étaient pas si différentes que ça ! Et même si elles n’avaient pas le même âge, Ingrid ne trouvait pas de réelle raison pour que les deux filles ne s’entendent pas. Après tout la vie ne devait pas se dérouler sous nos yeux parce les gens qui nous entourent ne sont pas identiques à nous ! Au contraire c’étaient nos différences qui nous permettaient de nous épanouir et de se faire notre propre identité.

L’adolescente en profitait donc d’être avec Sonny qui semblait avoir vécu plus de choses qu’elle, normal au vu de son âge, enfin c’est ce qu’Ingrid se disait. Elle lui posa alors la question qui n’avait pas eu de succès auprès de Keaton. Sonny elle réagit différemment. Heureusement dans un sens, même si c’était normal, puisque tout le monde possédait son propre référentiel de tolérance et d’agissements.

Si Ingrid comprenait bien ce que disait Sonny, tout semblait être une question d’équilibre. On peut faire quelque chose, mais il faut le faire avec modération et savoir se contrôler et surtout connaître ses limites. Mais les propos de Sonny inquiétèrent Ingrid au plus haut point.

« Mais cela veut-il dire que s’il t’arrive quelque chose dans un rêve cela se répercute dans la réalité ? Et que se passe-t-il si tu ne masques pas ta présence tout le temps ? C’est dangereux pour toi que je te voie ? »

Ingrid était vraiment intéressée par le don de Sonny, car elle trouvait ça vraiment magique, et pensait que ce n’était pas dangereux. Mais ce qui interpella encore plus Ingrid c’est lorsque la jeune femme lui dit qu’elle devrait trouver une activité qui catalyserait son pouvoir et qui l’aiderait à se contrôler. Pour la jeune femme cela avait été le tir à l’arc… Ingrid réfléchit…

« Je ne sais pas ce qui pourrait m’aider. Je lis beaucoup j’adore ça, mais je peux quand même penser à côté, mais par contre, il y a peut-être la photo. Tu crois que si je reprenais la photo ça m’aiderait ? »

Ingrid prenait de plus en plus Sonny comme un mentor, une grande sœur qu’elle n’avait jamais eue. Et même si l’une de ses ancienne amie revenait par miracle à rentrait de nouveau dans sa vie, elle ne pourrait lui dire pour sa capacité. Elle se sentait allégée d’un poids en compagnie de Sonny.

« Ohhhhh wiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! » cria t-elle presque face à la proposition de Sonny « Je me demande pourquoi tu me parles de me sentir prête, mais ça me ferait vraiment plaisir que l’on se rencontre en vrai. Mais tu sais Sonny, c’est déjà super étrange… Je n’ai pas l’impression d’être dans un rêve…. »

Ingrid se leva et fit le tour du lit, reprit la tasse entre ses doigts, ramassa les débris qui jonchaient le sol et els posa sur la table de chevet et se rassit sur le lit, la photo qui était sur son chevet dans ses bras, serrés contre elle.

« Non cela a définitivement l’air d’être vrai… c’est sans doute pourquoi mon cauchemar est toujours si effrayant … »

Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Sam 18 Fév - 18:31

Sonny ne savait pas grand chose, si ce n’est rien, de la vie d’Ingrid. Elle ignorait si la jeune fille pouvait avoir des guides ou des mentors qui l’aideraient avec sa capacité dans son entourage. Et ce Keaton ? Avait-il un don ? Savait-il quel poids cela représentait pour une enfant ? Elle, elle le savait. Elle n’avait qu’un an de plus qu’Ingrid quand elle avait découvert cette étrange faculté. En pleine période de l’adolescence, quand vos hormones vous jouent des tours, quand votre corps change sans que vous n’y puissiez rien et que cela vous épuise déjà naturellement. C’était pour toutes ces raisons – et parce qu’en si peu de temps, elle s’était déjà bien attachée à Ingrid – que Sonny avait pris la décision de l’aider, si tant est qu’elle le pouvait.

Mais en était-elle seulement capable ? Etait-elle suffisamment responsable pour se permettre de donner des conseils à une jeune fille sur la maîtrise d’une capacité qui la dépassait ? Parce que, soyons honnête, elle-même avait tendance à ne plus maîtriser les rêves depuis quelques temps, Remington et Ingrid étaient la preuve irréfutable de son échec à contrôler son propre don, don qu’elle connaissait depuis quatre ans…

Et s’il fallait une nouvelle preuve de sa maladresse légendaire, Ingrid la lui fournit. Eh bien voilà, malgré toutes ses précautions, Sonny avait réussi à l’effrayer avec sa capacité. Et sa crainte était vraiment sincère. L’adolescente semblait véritablement inquiète pour la sécurité de son aînée.

« Non, non, Ingrid, ne t’en fais pas pour moi. Ce n’est pas dangereux que tu me vois, je me suis mal exprimée. Disons pour faire simple que certaines personnes ne réalisent même pas qu’un corps étranger hante leur rêve. La plupart du temps, leur inconscient corrige instinctivement ce qu’ils voient : comme ils ne me connaissent pas, leur cerveau leur fait croire qu’ils sont en face de quelqu’un qu’ils connaissent. Mais je ne connais pas grand chose à la psychologie. Par contre, chez d’autres personnes, ce petit subterfuge ne prend pas. Et imagine leur colère si je modifie leur rêve, que ça ne leur plaît mais alors vraiment pas, et qu’ils me rencontrent en chair et en os le lendemain. Alors des savons, je m’en suis pris pas mal. C’est ça le plus dangereux. Avec le fait de n’être jamais reposée. Après que tu te sois réveillée, il va falloir que je rendorme encore huit heures, parce que là, si mon corps est en mode veille, le fait que je sois ici fait que ce sera comme si je n’avais pas dormi une seule minute. »

Il y avait bien d’autres dangers aussi. Ingrid était bien placée pour savoir qu’il y a des êtres profondément mauvais sur cette terre. Et Sonny devait veiller à ne jamais se retrouver dans l’inconscient de l’un d’eux…

Spontanément, Sonny avait posé sa main sur celle de cette jeune fille qui lui ressemblait tellement. Il ne fallait pas qu’elle ait peur, et surtout pas d’elle. Et elle ne devait plus s’inquiéter à ce point pour les autres. Elle devait se concentrer sur elle, parce que c’était à elle qu’elle ferait du mal si elle n’arrivait pas à se contrôler.

Et pour parachever leur ressemblance, Ingrid lui avoua adorer la lecture. Décidément, elle avait tout pour plaire cette petite. Sonny aussi aimait passer des heures à lire, aussi bien du Baudelaire que de la fantasy. Mais Ingrid était aussi une artiste visiblement. Une photographe en herbe. Elle parlait de « reprendre » la photo. Elle avait sûrement arrêté à cause de l’incendie… ça ne serait pas plus mal en effet qu’elle renoue avec une partie d’elle, avec une partie de son passé. Sonny réalisa alors qu’elle était bien mal placée pour penser ça, l’importance de renouer avec son passé… Elle avait fui ses parents, laissé croire aux membres de sa famille qui vivaient aux Etats-Unis qu’elle était morte, elle n’avait même pas cherché à recontacter Jayden. Et elle ne savait pas si elle en aurait le courage. Le courage de lui avouer à quel point elle était lâche, le courage de lui demander pardon pour ces longs mois d’absence, le courage de parler avec elle de sa vie d’avant. Oui, décidément, plus elle parlait avec Ingrid, plus elle se rendait compte du chemin qui lui restait à parcourir.

« Pour la lecture, et pourtant j’adore ça, je ne suis malheureusement pas sûre que cela t’aide beaucoup. Tu vois, je suis une fan d’heroic-fantasy, et ça ne me calmait pas du tout, au contraire ! ça me passionnait tellement que des fois je rêvais la nuit de chevaliers courageux, de femmes téméraires, je rêvais que je faisais partie de leur monde, que je combattais à cheval, à l’épée, que le plus beau des héros n’avait d’yeux que pour moi… Et pour être honnête, je crois que j’ai parasité pas mal de gens en leur imposant sans le faire exprès ce genre de rêves, surtout quand je ne me contrôlais pas encore très bien… Par contre, la photo, ça c’est une bonne idée. Je n’y connais pas grand chose, mais en apprenant à contrôler ton appareil, tu vas apprendre à te contrôler toi : ne pas trembler pour que la photo ne sois pas floue revient à prendre le contrôle de ton corps, choisir le zoom adéquat pour t’apprendre à doser ta chaleur interne, tout est affaire d’équilibre, de dosage et de précision. »

Elle espérait vraiment ne pas dire n’importe quoi, mais elle avait confiance en Ingrid. Elle était suffisamment forte pour s’en sortir. Elle accepta aussi sa proposition de la rencontrer en-dehors du rêve avec un enthousiasme qui lui fit chaud au cœur. Et Sonny la regarda, amusée, faire le tour de la pièce et s’étonner de cette sensation de réel. Et elle avait tout compris…

« Oui, Ingrid, c’est pour ça que les cauchemars sont si réels… Ils sont une partie vécue de nous. Pas un fantasme ou un pur délire. Tu sais en vrai ce que ça fait, alors ton cerveau le reproduit ici. Mais si tu le souhaites, de temps en temps, je passerai par ici et j’effacerai à nouveau la maison en flammes. Je te ramènerai dans cette chambre, ou ailleurs, et tu dormiras bien, je te le promets. »

Que pouvait-elle faire de plus à l’heure actuelle, à part savourer le fait d’avoir rencontrer une amie ?

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mar 21 Fév - 20:53

Ingrid ne comprenait pas ce qu’il se passait mais quelque chose la liait à Sonny bien qu’elles venaient à peine de se rencontrer. Elle se sentait étrangement proche de cette jeune femme qui avait elle aussi tout perdu. Pas de la même manière certes, mais après tout qu’importait la manière ? C’est le résultat qui comptait, l’absence d’un proche qui aurait du se trouvé près de nous aussi longtemps que faire se peut, reste douloureux toute une vie, qu’on le veuille ou non. Sonny faisait partie de ces personnes qui avaient tout perdu, ou presque, mais qui étaient là pour les autres à les aider. Au final elle n’était pas si différente de Keaton… Et c’était certainement toute cette douceur et cette compréhension qui attiraient Ingrid. Sonny lui permettait de comprendre les choses, la situation et surtout l’impact que pouvait avoir un pouvoir si passif soit-il. Ainsi elle se rendait compte que les flammes étaient offensives, que son corps brasier pouvait faire beaucoup de dégâts, mais que l’introduction de ses pensées au rêve d’autrui pouvait s’avérer tout aussi dangereux.

« J’espère que tu fais attention alors Sonny… Mais du coup ça ne t’a pas fait peur quand tu as vu que je pouvais te voir et t’entendre et que mon cerveau n’avait pas corrigé de lui-même les choses ? »

Ingrid essayait de comprendre, mais elle trouvait le monde des rêves bien compliqué. Une fois on lui avait parlé de rêves emboîtés, et il avait fallu plusieurs explications pour qu’elle saisisse ne serait-ce que quelques bribes de ce qu’on lui avait raconté. Elle n’aurait pas dit que c’était la même chose avec Sonny, mais c’était kiffe kiffe.

« C’est compliqué le monde des rêves quand même !! Je ne sais pas comment tu as fait pour découvrir tout ça ! Je crois que je n’aurais jamais réussi à ta place… et j’ose même pas imaginer, maintenant que tu le dis, les psychopathe que tu peux rencontrer »

A cette pensée, Ingrid eut un frisson d’horreur. Elle s’inquiétait pour sa nouvelle amie, mais celle-ci lui faisait comprendre que dans un premier temps c’est d’elle-même qu’elle devait se soucier car elle devait contrôler sa capacité. Ca elle le savait, mais ce n’était pas toujours facile ! Mais son espoir se trouvait dans la reprise de la photo, car Sonny venait de lui prouver que la lecture n’était pas un si bon remède. D’ailleurs, celle-ci avait souri en se rendant compte que Sonny faisait comme elle et transposait son livre dans son rêve. Ou comment devenir une héroïne l’espace d’une seule nuit et de se sentir rassérénée au réveil !

« Moi aussi je transpose mes histoires dans mes rêves, j’aime bien être la guerrière ! Et maintenant que tu m’y fais penser y’a quand même toujours beaucoup de flammes dans mes rêves !... Je reprendrais la photo… Mais d’abord faut que je m’achète un appareil photo, le mien a disparu dans les flammes… Mais tu as raison, quand je prenais des photos, j’avais l’impression de ne faire plus qu’un avec mon appareil et le monde autour de moi disparaissait pour ne plus me laisser voir que la chose que j’allais figer dans le temps»

La mine d’Ingrid s’assombrit, et très vite elle devint pensive. A y regarder de plus près, elle trouvait se rêve étrangement réel. En se réveillant elle était sûr qu’elle ne saurait pas si cela avait été factice ou réel. Sony semblait amusée par sa constatation et offrait de l’aider à oublier ce cauchemar, mais à présent que Sonny lui avait dit que ça lui coûtait son sommeil, Ingrid ne voulait pas. Aussi se contenta-t-elle de secouer la tête de gauche à droite, sans ajouter un mot. Elle pouvait lutter contre ses remords et sa culpabilité elle le savait, et pour ça elle n’avait pas besoin de sacrifier en plus la paix et la sérénité d’une nouvelle amie. Mais plus que cela, Ingrid se posait à présent une nouvelle question.

« Sonny, quand on se réveillera, on se souviendra l’une de l’autre ? »


Elle s’était à présent rassise sur le lit, et s’était blottie contre Sonny, comme si celle-ci allait partir et qu’elle voulait la retenir. Ce serait trop bête si elles ne pouvaient pas se souvenir de tout ça, mais Ingrid savait qu’en général en se réveillant le matin elle ne se souvenait pas de ses rêves, ce serait donc tellement triste d’oublier Sonny à cause des limites qu’avaient un rêve… 
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Sam 25 Fév - 13:09

« J’espère que tu fais attention alors Sonny… Mais du coup ça ne t’a pas fait peur quand tu as vu que je pouvais te voir et t’entendre et que mon cerveau n’avait pas corrigé de lui-même les choses ? »

Peur ? Oui, mais pas à cause d’Ingrid, à cause du feu. Il y a encore quelques semaines, elle aurait été effrayée par cette capacité de la jeune fille à la voir, à la sentir pour ce qu’elle était : un corps étranger dans son rêve. Cela n’arrivait presque jamais. Mais entre temps, il y avait eu Remington. La première personne à l’avoir non seulement vue mais surtout touchée dans un rêve. Et puis finalement, cela ne s’était pas si mal déroulé étant donné qu’ils se fréquentaient toujours, éveillés tous les deux cette fois. Parfois, les surprises sont bonnes dans la vie, et Sonny sentait qu’Ingrid faisait partie de ces êtres exceptionnels qui allaient jouer un rôle important dans sa vie.

« Au début, ça surprend toujours. Mais il faut savoir passer outre. Aussi bizarre que ça te paraisse, je sens que je peux avoir confiance en toi et je crois que c’est réciproque. Alors, même si ça m’a fait un peu peur, ça valait le coup. »

Oui, jusqu’à présent, elle avait fait deux belles rencontres dans ses rêves. Deux rencontres très différentes mais toutes deux très prometteuses.

Ingrid comprenait beaucoup de choses et très vite. C’était vraiment surprenant. Et elle était surtout très altruiste, s’inquiétant pour elle, s’intéressant au fonctionnement de sa capacité. Bon, c’est sûr que si elle essayait de comprendre comment cela marchait avec « Inception » en tête, elle n’allait pas s’en sortir. Mais elle eut un commentaire qui la surprit et l’amusa tout en même temps. Des psychopathes ? Etrange qu’une ado de quinze ans pense à cela, quoique, après que des inconnus soient entrés chez elle… Non, Sonny n’avait jamais rencontré de psychopathes, du moins pas à sa connaissance.

« Pas de psychopathe, rassure-toi. Mais je t’avoue que c’est parfois étrange de se voir mise en scène. De se dédoubler si tu veux. Enfin, ce serait trop dure à expliquer, j’ai parfois moi-même du mal à comprendre. »

Sonny avait vraiment l’impression de se voir dans un miroir avec cinq ans de moins. Ingrid aussi adorait la lecture et surtout les romans fantastiques où les femmes n’étaient pas des petites princesses gourdes, tout juste bonnes à être enlevées par des dragons ou des marâtres puis à se faire secourir par un preux héros vertueux…

Et Ingrid n’était pas du genre à se laisser faire. C’était une bonne chose. Si Sonny avait bien appris une chose, c’est qu’il fallait savoir se battre. Elle plus que les autres. Mais elle s’en sortirait. Elle comprenait vite, elle avait des passions, un bon entraînement avec la photographie, une nouvelle famille.

Pourtant, la jeune fille se renfrogna soudainement et Sonny ne put s’empêcher de croire qu’elle avait encore dit quelque chose de travers. Mais non, elle n’avait rien dit de mal, seulement Ingrid était vraiment, vraiment, très intelligente. Et sa question, quoique légitime au possible, la mit mal à l’aise.

« Sonny, quand on se réveillera, on se souviendra l’une de l’autre ? »

La dernière personne qui lui avait posé cette question, c’était Remington. Et pour qu’il se rappelle d’elle, elle l’avait tué. Un réveil brutal, non naturel, voilà ce qu’il fallait. Mais Sonny refusait même d’effleurer l’idée de tuer Ingrid, tout irréel que ce soit. Cela lui avait coûté d’appuyer sur la gâchette et il fallait être fort pour supporter de regarder sa mort en face. Si Rem était assez fort pour ça, Ingrid, elle, était encore innocente et fragile. Et elle méritait de préserver cette nature le plus longtemps possible.

Alors tant pis, Sonny ne ferait rien. Ingrid de réveillerait d’elle-même, elle ne la forcerait pas, quelle qu’en soit les conséquences, quitte à ce que cette rencontre ne soit qu’un vague souvenir.

Pourtant, le fait de sentir cette jeune fille tout contre elle lui serra le cœur. Elle n’avait pas envie de la laisser. Elle n’avait pas envie de disparaître de sa vie, mais il était hors de question qu’elle lui fasse le moindre mal, surtout qu’Ingrid venait de refuser silencieusement sa proposition d’apaiser ses cauchemars. Parce qu’elle avait peur pour Sonny, parce qu’elle savait que cela l’épuisait. Cette gamine était un petit miracle.

« Peut-être que tu te souviendras de ça. Je ne peux pas te le garantir. Certaines personnes se souviennent de leurs rêves dans les moindres détails, pour d’autres, bah… ce n’est qu’une vague impression de déjà-vu. »

Mais Sonny refusait de baisser les bras et de mettre en danger leur amitié naissante à cause de ses propres limites, alors elle eut une idée.

« Moi je me souviendrai de ça. Tu as vu Inception ? Ils ont des totems. Ils nous en faut un. Il faut que tu me dises quelque chose que nous seules pourrions connaître. Si un jour je te rencontre dans la rue, je pourrai te donner ce mot de passe ou je ne sais quoi, et tu sauras que je ne te mens pas. »

Etrange idée, mais c’était la seule que Sonny avait trouvée. Et elle s’y accrochait. Elle ne voulait pas brusquer Ingrid, mais elle ne voulait pas non plus être oubliée. Parce qu’elle, elle ne pourrait pas oublier cette adolescente qui avait besoin d’aide, qui était passée par les mêmes épreuves et qui lui avait redonné sans le savoir beaucoup d’espoir.

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Amelia


avatar

Messages : 1821

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Dim 26 Fév - 20:42

Ingrid ne comprenait pas vraiment comment fonctionnait les rêves même si elle avait vu Inception. C’était un monde tellement compliqué et pourtant presque tout y était possible. Mais Ingrid voyait le don de Sonny comme quelque chose de dangereux pour elle dans le monde présent. Elle n’aurait su dire pourquoi. Mais les ados se font toujours facilement des films c’est bien connu, non ?

Quoi qu’il en soit, Sonny lui expliquait qu’elle avait eu un peu peur, mais qu’elle s’habituait et qu’elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance. Une notion qu’Ingrid avait du mal à intégrer puisqu’elle-même ne se faisait absolument pas confiance. Comment se faire confiance quand on sait que d’un moment à l’autre on peut déclencher un incendie et tuer les personnes qui nous sont les plus chères au monde ?

« Je ne me fais pas confiance moi-même tu sais… »
dit elle le plus naturellement du monde à Sonny, comme si celle-ci comprendrait de quoi elle voulait parler…

Ingrid avait beau être une adolescente, ce qu’elle avait vécu ces derniers temps lui avait fait voir les choses d’une autre manière. Elle savait déjà que le monde n’était pas fait de petites fleurs et de princes et de princesses, et que les bisounours étaient les maîtres du monde ! Non au contraire elle voyait le mal partout, plus que la normale, surtout depuis qu’elle avait vu son père aux prises avec un cambrioleur. Et oui elle s’était demandé ce qui arriverait si jamais Sonny tombait sur l’un de ces dingues dans un rêve, et qu’il puisse la voir en plus.

« Sonny je crois vraiment que tu devrais mettre au point une stratégie pour te protéger si jamais tu atterris dans le cerveau de pures digues comme le cambrioleur qu’il y a eu chez moi ce jour-là… Qui sait, il pourrait s’en prendre à toi … »

Sonny jouait les petites mamans avec son aînée, mais c’était dans son caractère, elle aimait prendre soin des autres. Elle était pareille avec Keaton, rien que le premier soir où il l’avait ramenée chez lui, elle avait fait la cuisine et lui avait promis de l’aider.

Bref, le sujet des risques que Sonny encourrait clôturé, Ingrid se renfrogna en repensant à l’issue de ce rêve. Elle ne supporterait pas l’idée de ne pas se souvenir de cette nouvelle amie qui lui donnait tant d’espoir. En effet cela faisait très peu de temps qu’elle était chez Keaton, deux trois jours, et pour lors c’était la première personne en dehors de son pédiatre qu’elle voyait et qui lui donnait tant d’espoirs quant à la suite des événements.

Surtout, Sonny lui confirmait ses craintes. Et comme Ingrid avait tendances à ne pas vraiment se souvenir de ses bons rêves, elle déchanta rapidement. Jusqu’à ce que la jeune maître des rêves lui parle des talismans. En effet Ingrid avait vu Inception, étant donné qu’elle y avait pensé quelques instants plus tôt.

« Mais si tu crois à Inception, un réveil choqué pourrait faire en sorte que je me souvienne de toi, non ? »

Oui Ingrid pouvait parfois être bien perspicace, mais ça Sony l’avait découvert à ses dépens. Il ne fallait jamais tendre des perches à Ingrid elle risquait de les saisir au vol. Mais elle se refocalisa tout de même sur le coup des talismans, car elle n’avait pas envie de mourir dans son rêve.

« Et si on apprenait une chanson de notre composition ? Tu t’y connais en chanson ? Je sais qu’on faisait ça avec ma mère, lorsqu’on voulait discrètement se parler sans que mon père soit dans les parages, on chantait une chanson… C’est un peu bête en fait…. »


Ingrid se servait de ce qu’elle avait déjà vécu, quoi de plus normal. Mais ‘un autre côté donner une particularité de sa relation qu’elle avait avec sa mère était plus dur qu’elle ne le croyait. Alors que d’un autre côté, c’était aussi continuer à la faire vivre à travers une autre relation, quoi de mieux ? Alors, avec nostalgie, elle commença à chantonner la chanson qu’elles avaient toutes les deux appris.

"This innocence is brilliant
I hope that it will stay
This moment is perfect please don’t go away
I need you now
And I’ll hold on to it don’t you let it pass you by"

Revenir en haut Aller en bas
Sonny Malone

La Fille de vos Rêves… ou de vos Cauchemars

avatar

Messages : 9103

All about you
Your secret life:
Disponibilité: demandez-moi ^^

MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   Mar 28 Fév - 20:56

Sonny savait bien ce que voulait dire Ingrid, en avouant que c’était en elle qu’elle n’avait pas confiance. Un tel pouvoir sur de si frêles épaules, ça n’était pas normal. Elle pouvait se faire du mal et faire du mal au gens qu’elle aimait. Et la française connaissait ce sentiment. Il y avait beaucoup de peur en Ingrid, à tel point qu’elle projetait une partie de ses angoisses sur Sonny. Du haut de ses quinze ans, elle lui conseillait de se protéger des cerveaux dérangés, parce qu’elle savait qu’ils étaient plus nombreux qu’on pouvait le croire. Sonny en savait quelque chose. A seize ans, sa meilleure amie avait été violée et son violeur avait rêvé de la scène. Malsain, de a à z.

Oui, les esprits malades étaient partout… Le violeur de Sarah, l’incendiaire du Domaine, le type qui s’en était pris à la famille d’Ingrid. Rares sont les points de repères stables dans le monde. Pour Sonny, il y avait eu Anne. Pour Ingrid ce serait certainement le Keaton dont Ingrid parlait avec tant d’amour. Et elle, serait-elle un point de repère pour Ingrid ? Elle le souhaitait, mais elle en doutait. Elle pouvait la comprendre, la conseiller tant dans sa part mutante en phase d’apprentissage que dans sa part adolescente qui s’éveille au monde. Mais elle ne pourrait pas l’entraîner à maîtriser sa capacité… le feu, c’était encore trop pour elle.

Le cœur de Sonny ne fit qu’un bond quand Ingrid lui lança l’idée d’un réveil brutal. Un « rêve choqué », pour ne pas oublier leur rencontre. Par bonheur, elle ne fit qu’effleurer cette possibilité, comprenant certainement que mourir, même dans un rêve, n’a rien de réjouissant ou de plaisant. C’est une impression désagréable de vertige, que chute sans fin, d’arrachement. Une sensation de peur aussi, au réveil. Et ni Sonny, ni Ingrid ne souhaitait cela. La française ne voulait pas que sa nouvelle amie la regarde comme un monstre, elle ne l’aurait pas supporté.

Ingrid accepta en revanche beaucoup plus facilement l’idée d’un totem, d’un nom de code, d’un mot de passe. Ainsi, si elle ne se souvenait pas de Sonny, Sonny, elle se rappelerait d’elle. Et si elle la croisait un jour, au détour d’un bienheureux hasard, elle pourrait lui prouver qu’elle n’était pas qu’une allumée abordant comme ça des inconnus en pleine rue, qu’elle n’était pas une tueuse psychopathe qui lui voudrait du mal, mais qu’elle était quelqu’un en qui elle pouvait se fier.

Elle lui proposa une chanson de son cru. Une belle chanson que Sonny entreprit de chantonner avec Ingrid pour la mémoriser. Elle ne voulait pas se tromper, elle ne voulait pas prendre le risque de perdre Ingrid parce que sa mémoire de poisson rouge aurait fait des siennes. Alors elle la chantonna, encore et encore, pour graver chaque mot dans son cerveau et pour écouter la voix de l’adolescente. Les paroles étaient bien choisies.

"This innocence is brilliant
I hope that it will stay
This moment is perfect please don’t go away
I need you now
And I’ll hold on to it don’t you let it pass you by"

Oui, ce moment était parfait, oui, il y avait beaucoup d’innocence dans le regard d’Ingrid, même si elle avait vu plus de choses affreuses qu’une fille de son âge ne l’aurait dû. Et elle aussi. Par contre, le reste des paroles étaient sincères. Elles avaient besoin l’une de l’autre, aucune ne voulait tirer un trait là-dessus, sur cette étrange rencontre. Cette chansonnette était une promesse muette. Un serment qui n’avait pas besoin d’être prononcé pour être respecté des deux côtés : elles se reverraient. Elles se confieraient des trucs de filles, elles se conseilleraient sur leurs capacités, elles râleraient ensemble des interdits imposés par leur tuteurs respectifs…

Depuis combien de temps étaient-elles endormies ? Cela n’était pas facile à dire, le temps, dans les rêves ne s’écoule pas normalement, il se dilate, se contracte, il n’est jamais le même. Cela pouvait faire des heures qu’elles s’étaient couchées, ou quelques minutes. Impossible à savoir avec certitude. Sonny n’avait pas envie de réveiller Ingrid, ni même de sortir de son rêve. Alors elle décida de rester auprès d’Ingrid jusqu’à ce que celle-ci se réveille d’elle-même. Elles continueraient à parler de tout et de rien, puis à un moment donné, peut-être en plein milieu d’une phrase, Ingrid se réveillerait et tout cela s’évaporerait… Sonny s’effacerait et pourrait se reposer à son tour. Ingrid elle, serait reposée, peut-être même rassurée, peut-être qu’elle se souviendrait, par bribes, de sa rencontre.

« J’ai ta chanson bien en tête. Je te promets de te la chanter dans le monde réel. Je vais rester avec toi, jusqu’à ce que tu te réveilles, on fera tout ce que tu veux en attendant. Rêver de combats chevaleresques ou continuer à papoter. »


Fin du topic

_______________________________________________________________




Nobody said it was easy, I'm going back to the start



Sonny c'est aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't burn. Don't cry. Forget [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: WETHERFORD & AMELIA'S PLACE-