..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Dim 11 Déc - 18:10

- 26 août 2010. Vague de chaleur sur la cité des Anges. Nous sommes dans le district de North Hollywood. Le soleil est déjà haut dans le ciel, les commentateurs radios n'en finissent pas de dire que la journée sera étouffante. Les habitants de Los Angeles y sont habitués depuis le début de l'été. Il faut rester au frais, boire beaucoup, éviter de sortir à certaines heures sans se couvrir la tête. Il est encore tôt, les grilles des magasins s'ouvrent les unes après les autres. Celle de la Bank of America finit enfin par en faire de même. Les gens qui attendaient devant s'y précipitent, pour rejoindre l'air climatisé du lieu. Une demi-heure s'écoule.
Chacun est affairé à ses occupations, ne prenant pas le temps de regarder ce qui se passe autour de lui. C'est ainsi dans les grandes villes. On ne fait pas attention autour de soi, et quand on remarque enfin quelque chose, il est déjà trop tard pour réagir. Un homme noir et une femme entrent. Ils portent des blouses bleues, par dessus un long manteau qui dissimule quelque chose. Un autre homme franchit le seuil de la porte. Il porte la même tenue. Sans un mot il se dirige dans un coin reculé de la banque, se mettant à l'écart.
Jill Sullivan est là pour déposer des chèques de ses derniers contrats obtenus en freelance. Jeremy Stenson a rendez-vous avec son banquier. Son compte bancaire oscille trop dangereusement et il est trop souvent dans le rouge. Kensie F. Lockwood vient déposer en urgence le chèque mensuel envoyé par son père. Maggie A. Wellsan doit retirer de l'argent. Elle a oublié sa carte bleue et doit donc le faire via un guichet.
Devant la banque, passe à ce moment là Angel Musashi. Le flic de San Francisco a prolongé son séjour à Los Angeles. Il est au téléphone avec une connaissance. Il a chaud, il lui faut un verre d'eau. La banque a une fontaine à eau. Il va pour ouvrir la porte mais on le bouscule violemment. L'homme lui claque la porte au nez. On entend un déclic. Une barre en métal recourbée vient d'être mise, empêchant toute entrée et sortie du lieu. Les rideaux se ferment brusquement. Le braquage vient de commencer. -

[Le premier tour est destiné à la réaction de chacun face à ce qui est en train de se passer. Compréhension ? Incompréhension ? Si l'un des mutants présents a l'envie d'utiliser son pouvoir de suite, une surprise l'attend. Quelque chose bloque les pouvoirs à l'intérieur de la banque. Quelqu'un plutôt. Mais qui est-ce ? Un client ? Un employé ? Un braqueur ? Personne au dehors ne sait ce qui se passe. Sauf Angel. Il doit prévenir les autorités.
Chaque tour sera ponctué par l'intervention de The Judgment pour faire intervenir les braqueurs et le swat qui accompagne Angel.. Ce dernier & Jill ne se connaissent pas encore. On fera en sorte que vos persos ne se croisent pas.]
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Dim 11 Déc - 19:14

Journée de folie... mais pourquoi elle avait décidé de sortir, AUJOURD'HUI !!!
Il faisait chaud, elle s'habillait rarement en pin up avec des décolletés qui aujourd'hui avec cette chaleur auraient pu laisser transparaître la sueur dans leurs poitrine, beurk, mais détestait vraiment s’habiller en petite jupe fendue avec un léger débardeur ou un quelque chose qui allait laisser penser au gens qu'elle faisait le trottoir ! De plus, elle devait allait déposer les chèques reçus pour ses différents petits boulot d'avant toujours non encaissés mais pour bien l'emmerder, il fallait que ce soit domicilié à Los Angeles et non San Fransico.

De plus, elle n'avait toujours aucune nouvelle d'Eric... bref, son téléphone sonnait alors qu'elle descendait d'un bus pour la banque.

- Salut beauté ! Comment tu vas ?

- Salut Zach. Qu'est-ce que tu me veux ?


Il s'agissait de Zach, un de ses clients malade de jeux vidéos mais depuis plus fan de Jill qu'autre chose...

- Tu passes me montrer les nouveautés ma chérie ?

- Alors déjà ce n'est pas "chérie", c'est Jill, ma mère s'est emmerdé à me trouver un prénom j'aimerai bien qu'il serve. Et ensuite, aujourd'hui c'est mon day off. T'a pas des séries à regarder plutôt en attendant demain ? T'es mon premier client de la journée.

- Il me reste quelques épisodes de Haven mais j'ai la flemme de les regarder.

- Je t'ai passé Doctor Who, t'a qu'a regarder...

- Déjà tous fait ! Nan sérieux tu peux vraiment pas passer ?

- La je suis un peu occupée sur L.A mais je verrai si je peux me libérer. Fais m'y penser, rappelles moi dans une heure environ.

- Donc c'est un rendez vous ! A toutes, "Jill" !


Après avoir raccroché, aidé une vieille dame a traverser, crié après un type que l'avait poussé... elle fut enfin rendu devant la banque. Qu'elle bouffée de fraîcheur une fois à l'intérieur ! Finalement une climatisation qui était à la hauteur. Il y avait peu de monde à l’intérieur, et c'était tant mieux, la dernière chose dont elle avait envie était de planter la tente au milieu du hall. Après quelques personnes, c'était à elle de passer.

- Bonjour mademoiselle. fit la guichetière.

- Bonjour ! Je voudrais déposer des...

Mais à ce moment précis, les choses s'envenimèrent. Des personnes armées entrèrent à l’intérieur de la banque. Bloquant toutes les issues, l'action se déroula très vite.

- ... chèques. termina ironiquement Jill.

La femme qui s'occupait de Jill se coucha sous son bureau, tandis que d'autres tentèrent la fuite pendant un court instant avant d'être ramenés au sol. Personne n'était tué, fort heureusement pour le moment. D'autres personnes ne semblaient pas vraiment réaliser ce qui était en train de se passer et comme elle bizarrement, n'avaient pas l'air trop effrayés... c'était l'heure de passer à l'action, mais de manière judicieuse, "personne" ne devait remarquer ses pouvoirs.


Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Sam 17 Déc - 18:18

    Los Angeles venait de péter tous les records du monde. Non seulement il faisait une chaleur à en crever, mais en plus il ne restait plus une place dans les cafés du coin. Je ne ressemblais plus à rien. Le peu de maquillage que j'avais pu mettre avant de sortir avait dégouliné sous la sueur, mon débardeur me collait à la peau et je ne vous parle même pas de mon short en jean. Moi qui ait une sainte horreur des jours de canicule, il fallait que le premier jour où je pointe le bout de mon nez dehors, les mouches tombent raides sous les odeurs corporelles des habitants. Je tournais la tête en réprimant une grimace de dégoût en voyant l'état du t-shirt de mon voisin. Quoi de mieux pour avoir encore plus envie de crever de chaud, que de prendre le bus ? Incapable de supporter la situation plus longtemps, je descendais au premier arrêt et tant pis s'il fallait que je marche encore dix minutes pour arriver à destination. Pas question de me retourner l'estomac pour ça. Un regard à ma montre et mon coeur fit un bond. Je serai en retard. Ce n'était pas plus mal... je n'avais aucune envie de voir ma soeur. Surtout pas aujourd'hui alors qu'il faisait chaud et que je n'étais pas encore remise de mon fiasco au port. Mon humeur était loin d'être plaisante et je savais que Kelly en payerait les frais. Cela avait toujours été le cas lorsque nous étions gamines.

    Accéléré le pas était une bonne idée, seulement cinq minutes de retard. Malheureusement, j'avais l'impression de couler tellement je transpirais. J'espérais simplement que mon Narta efficace 48h fonctionnerait. Il fallait que je bénisse ma soeur. Elle avait eu la présence d'esprit de prendre une table à l'intérieur et après ma soeur, c'était l'inventeur de la climatisation que je bénis. Je l'aurai embrassé je crois. La fraicheur frappa ma peau avec une telle ferveur que j'en frémis. Je savais que d'ici quelques minutes j'aurai froid, mais pour le moment, je n'en avais rien à faire.

    Regard posé sur les fesses de la serveuse, je suivais cette dernière jusqu'à la table où m'attendait Kelly. Et la nervosité reprit place. Gorge sèche, estomac serré, coeur battant, mains transpirantes ... non ça c'était du à la chaleur. Tous les symptômes étaient là. Avec un sourire à la charmante serveuse, je prenais place en face ma soeur aînée et poussais un soupire. C'était parti pour un déjeuner tendu. J'adore les retrouvailles en famille. Pas vous ?

    Une vraie partie de plaisir. Un déjeuner merveilleux, payer par mademoiselle grande soeur, mais une discussion des plus désagréables avec en dessert une vague de souvenirs dont j'aurai très bien pu me passer. Je ne sais pas si je la reverrai un jour. Grosse blague ! Je n'avais pas le choix, elle habitait ici à présent. Et apparemment prenait un malin plaisir à me poursuivre, peu importe où je vais. Trou du cul du monde en Arizona, New-York, Los Angeles … la prochaine fois ce sera Las Vegas ? Autant vous dire que je suis sortie du resto en poussant un soupir de soulagement. Torture terminée. J'aime Kelly. Je l'aime à la folie, mais je ne l'ai plus vue depuis mes dix-huit ans … comment se comporte-t-on avec notre famille lorsque notre vie à prit une tournure aussi différente que surprenante ? Je ne savais plus lui parler, ni la regarder … c'était un cauchemar.

    Un vrai cauchemar. Courir en pleine canicule relevait du suicide, mais je n'avais pas le choix. Si je voulais arriver à la banque avant l'heure de pointe, il fallait que je me grouille. Ca voulait donc dire, arriver pile pour l'ouverture. J'en profiterais pour boire à leur fontaine et prendre un petit coup de clim dans la figure. Chèque de papa en main, j'entrais enfin dans la banque et poussait mon … je ne sais combientième soupir de soulagement. Pas de queue. Je m'arrêtais à la fontaine quelques secondes puis, verre en main, me dirigeait vers le guichet. Mais apparemment, il faut toujours un drame dans cette ville. Toujours.

    À peine avais-je mon chèque posée sur le comptoir en face de la dame aux sourcils broussailleux, qu'un homme fermait la porte de la banque avec une barre de fer. Sourcil lever, je regardais la scène se dérouler sans rien faire. Non seulement il fallait que cette ville fasse sauter les thermomètres, mais en plus il fallait que des cons braquent une banque ce jour-là … « Eh merde. »

    Je posais mon regard sur les vilains méchants afin de voir leurs armes. S'ils avaient un flingue, j'étais bonne pour jouer les petits chiots obéissants. Pas mon genre de truc en gros.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Sam 17 Déc - 21:17

Jeremy s’était levé aux aurores ce jour, réveillé par la chaleur. C’était une des journées les plus chaudes qui promettait d’être longue ! Il avait rendez-vous à la banque ce matin là avant d’aller au boulot. S’il avait su qu’il ferait ce temps, il aurait annulé, mais son banquer n’aurait certainement pas apprécié.

Il attendit le dernier moment pour prendre une douche, juste avant de partir, histoire d’être un peu frais pour aller là bas. Il avait revêtu une chemise à manche courte, la plus légère qu’il avait et un pantalon clair, léger lui aussi, mais rien n’y faisait, il faisait une chaleur à crever. Dieu soit loué, il y avait la clim dans la voiture de fonction. Il y avait certains avantages à bosser chez Genetic.

Il arriva peu après l’ouverture de la banque, se présenta au comptoir et comme il était le premier rendez-vous de la journée, il ne patienta pas longtemps. Il fut pris en entretient tout de suite pas son banquier. Il eut un début d’entretien assez désagréable sur l’état de ses compte et du argumenter sur sa nouvelle situation qui allait devenir plus stable grâce à son nouveau job.

Puis soudain, plus un bruit dans la banque. Le rideau de métal claque, des employés de bureaux courent dans les couloirs et quelques gémissements se firent entendre. Jeremy regarda derrière lui comme s’il espérait voir quelque chose, mais à part le mur du bureau de son banquier, il ne vit rien. Il tendit l’oreille avant de reposer les yeux sur l’homme derrière son bureau qui était devenu livide.

« Qu’est-ce qui… » commença à demander Jeremy mais l’homme lui intima par des signes de se taire.

Jeremy qui ne comprenait pas se qui se passait, se leva de son siège et regarda par la porte vitrée, il vit un homme en blouse bleue se tenir au cœur de la salle des guichets et derrière lui, la porte fermée par une barre de fer. Il se retira de devant la porte vitrée et s’adossa au mur tout en regardant le banquier terrifié derrière son bureau.


« Oh non ! c’est bien ma veine ! »

Il fallait qu’il se retrouve dans la banque au moment d’un braquage… Comme s'il n'avait pas déjà assez d'emmerdes comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Dim 18 Déc - 21:53

Comme toutes les autres nuits de tous les autres jours depuis un petit bout de temps, Maggie n’avait quasiment pas fermé l’œil de la nuit. Elle qui était déjà insomniaque en temps normal, la chaleur étouffante ne l’avait pas aidée. Son appartement n’était pas climatisé, elle se maudissait de ne pas avoir investi. La rousse passa donc la moitié de la nuit, en pyjama, à fumer sur son balcon et à survoler des magasines peoples à la lueur des lampadaires. L’été à Los Angeles était une saison affreuse. Il faisait trop chaud, trop humide, cela rendait les gens agaçants et collants de sueur. Elle aussi, s’agaçait plus facilement et avait l’impression que ses vêtements formaient une seconde peau tant la sueur les détrempait. Appuyée sur la rambarde du balcon, elle regardait le jour se lever. Dans quelques heures, la chaleur deviendrait caniculaire. Maggie décida donc de ne pas bouger de son balcon de toute la journée. Mais avant, une bonne douche !

Enfin propre, vêtue d’un simple pantacourt en toile noire et d’un débardeur orange pastel, la jeune femme rejoignit son quartier général. Dans une glacière, elle fit une provision de sodas bien frais, une pile de magasine et un paquet de cigarette. La journée ne s’annonçait pas si mal finalement. Jusqu’à ce qu’elle tombe en panne de son poison tant adoré. Et merde, il fallait sortir. Maggie se consola en disant qu’elle n’en aurait pas pour longtemps. Elle prit donc son portefeuille, ses clés et fila au distributeur du coin de la rue. Debout devant l’automate, elle dut se rendre à l’évidence : elle avait oublié sa carte bancaire ! Hier soir, elle avait commandé des vêtements sur Internet et la précieuse carte attendait sagement sa propriétaire à côté du clavier. La rousse pesta, ce n’était pas son jour de chance !

Elle se résigna donc à entrer dans la banque pour aller retirer au guichet. La climatisation la fit frissonner. Bénédiction, de la fraîcheur. Heureusement, il n’y avait pas grand monde et une place auprès d’une guichetière se libéra rapidement.


« Bonjour, je voudrais retirer de l’argent, s’il vous plait. »
« Il y a un automate juste derrière mademoiselle. » Rétorqua la femme, aimable comme une porte de prison.
« Je sais, j’en viens. Mais j’ai oublié ma carte. Il me faudrait 50$. »

Bon gré mal gré, l’employée se décida à accéder à sa demande. Margareth eut à peine le temps de donner son numéro de compte que des hommes en combinaison pénétrèrent dans l’établissement et barricadèrent les portes. Alertée pas le vacarme, elle se retourna et compris presque instantanément qu’elle n’était pas prête de retrouver son balcon et ses sodas. Accoudée sur le comptoir, elle n’était pas effrayée mais plutôt lassée. Ce genre de truc n’arrivait qu’à elle ! Elle soupira plutôt bruyamment en laissant son regard courir sur les fouteurs de troubles.

Journée de merde !

Revenir en haut Aller en bas
Angel Musashi

Nouveau Closer de Frisco

avatar

Messages : 765

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [8/8]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Lun 19 Déc - 16:07

Que faisait le grand brun de Frisco sur Los Angeles?, il avait essayé de surfer sur les vagues mondialement connues. Pendant toute la matinée, le joueur amateur de baseball avait embrassé avec fougue les lèvres de l'Océan Pacifique. Le soleil était au plus haut, il avait été décidé de se restaurer à l'intérieur des terres. De plus Angel s'était légèrement blessé lors d'une chute, il avait un petit hématome vers l'arcade sourcilière. Le grand brun se dirigeait avec sa sœur et ses amis en direction dans le district Nord, à bord d'un van. L'ancienne mannequin voulut payer pour tout le monde mais on était obligé de retirer à l'intérieur de la banque.Son frère avait obligé sa sœur à faire face à une personne car la dernière fois elle avait fait exprès de laisser sa carte avalée par un distributeur automatique. Le compte de l'indienne passait beaucoup temps dans la zone « rouge ». Vanmalli accepta la mesure et donna aussi la permission de retrait d'un tiers. Le véhicule s'arrêta vers la Bank of America, Angel sortit du côté passager.


Le futur agent fédéral de Frisco était habillé comme un touriste avec cette chaleur, il avait prit avec lui des claquettes, un bermuda de plage très coloré.Le haut du corps se composait lui d'un débardeur blanc, le fonctionnaire portait aussi des lunettes de soleil et un chapeau de paille un peu grand dont les bords étaient très relevés.Au poignet gauche Angel arborait une montre avec des plusieurs cadrans numériques, la main tenait aussi une bouteille de soda. L'habitant de San Francisco s'apprêtait à entrer dans la banque quand il fut bousculer et la porte fermée.L'agent spécial entendit un déclic et vit une barre de métal qui était posée. Mais ce qui interpella Angel, fut la mise en action du rideau métallique. Premier réflexe était de mettre sa sœur hors de danger, il sortit son cellulaire. Il l' appela de suite et lui ordonna de quitter les lieux. Le Van partit en trombe, le joueur amateur de baseball composa le fameux numéro à trois chiffres.Trois intonations téléphoniques résonnaient dans son portable, puis il eut une voie féminine:


« Commissariat de police de Los Angeles, je vous écoute,quel est l'objet de votre appel? »

Angel répondit rapidement, pendant qu'il se mettait légèrement en retrait:

« Bonjour, Madame ,je me trouve devant la Bank of america, celle-ci fait l'objet d'un braquage au moment où je vous parle, je me nomme Angel Musashi »

La femme de l'autre bout du téléphone répliqua:

« Nous avons enregistrer votre appel, rester en dehors la zone,Monsieur Musashi ».

L'ex lieutenant de police avait accompli son devoir, il n'avait pas agit comme un flic mais comme un citoyen car le numéro de code pour un braquage n'était pas divulgué. De plus son numéro d'immatriculation d'agent spécial au sein des forces de police ne lui était pas encore transmis. Le touriste s'était mis de l'autre côté de la rue et attendit la cavalerie.

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Mar 20 Déc - 16:20

- Le déclic de la barre de fer qui venait de verrouiller la porte. L’homme qui venait d’accomplir ce geste sortit une arme de sous sa longue veste. Un fusil d’assaut qu’il leva suffisamment haut pour que chaque personne présente dans la banque puisse le voir. « Tout le monde s’allonge sur le sol ! » Il cria suffisamment fort pour qu’on l’entende. Il avait un fort accent balkan qui s’entendait dans sa voix. Il avait pour nom de braquage Dr Kovac.
L’homme noir et la femme se mirent chacun à un bout de la salle pour repousser les personnes vers son centre. La femme - Dr Quinn - se dirigea vers les guichets. Son arme dans une main, elle poussa sans ménagement la première personne qui fut à sa portée, c’est-à-dire Jill Sullivan. Elle pointa ensuite son arme en direction de deux autres femmes - Maggie et Kensie. « Bougez ! On a dit au sol ! » L’homme noir - Dr Doolitttle - s’activait également de son côté. Il poussa sans ménagement un homme âgé vers le centre de la pièce. « Balancez vos téléphones, dépêchez ».
Chaque braqueur savait ce qu’il avait à faire. Dr Doolittle désigna de la pointe de son arme un bureau. Dr Kovac s’y précipita et ouvrit la porte. Il y trouva un banquier, ainsi qu’un client - Jeremy. « Avec les autres ! Donnez vos téléphones » Il avait mis en joue le jeune homme, au cas où l’envie de jouer les super héros lui prendrait.
Un bruit de sirène. Puis un second. Les voitures de police arrivaient déjà. Le braqueur qui était resté jusque là à l’écart de l’action se dirigea vers les otages, son fusil d’assaut à la main. Il éteignit le petit appareil qu’il avait à la main et qui était réglé sur la fréquence de la police, enleva l‘écouteur qu‘il avait à l‘oreille. Il croisa le regard du Dr Kovac. « Ca doit être le gars que j’ai bousculé qui a du les prévenir Dr House. » Avançant entre les otages, House alla jeter un coup d’œil par la fenêtre, entre deux lames d’un rideau. Il revint ensuite vers ses collègues. « Médecins, nous sommes entraînés pour ça, vous savez quoi faire. Mesdames, messieurs, il semblerait que nous allons être amenés à mieux nous connaître. Des objections ? »

Au dehors tout se passa très vite. La police avait été mise au courant qu’un 10-30 était en train de se dérouler dans la bank of America. Les premières voitures arrivèrent. Des bandes de signalisation furent rapidement déployées pour tenir à l’écart les badauds. Les unités spéciales d’intervention ne mirent guère davantage de temps pour arriver. Des tireurs d’élite furent déployés sur les toits de plusieurs immeubles. Un fourgon avec une antenne satellite se gara. C’était le centre de commandement d’où allaient avoir lieu les négociations.

Un téléphone se mit à sonner dans la banque. Dr House le décrocha. Il écouta son interlocuteur mais ne le laissa pas finir. « Je veux parler à celui qui a prévenu la police. Et qu’il soit visible avec un téléphone à la main. Ne mettez pas un flic, on sait à quoi il ressemble ». Il raccrocha puis s’appuya au comptoir où il se trouvait, observant les uns après les autres les otages.

Dans le fourgon des opérations, un juron bien senti fut lâcher. Un ordre fut donné et dans les secondes qui suivirent, un agent sortit. Il devait trouver celui qui avait prévenu la police. -

[Angel, tu es libre de faire agir l’agent qui te recherche. Ton but est d'entrer en contact avec les braqueurs via téléphone. Pour les autres, vous êtes libres de faire intervenir n’importe quel client de la banque ou employé - excepté le directeur. Jouez même au héros si vous le souhaitez mais gare au retour de lame (a). Vos pouvoirs sont toujours bloqués]
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Mar 20 Déc - 20:22

Vraiment... énorme. C'était vraiment en train de devenir la journée la plus pourrie de la semaine, du mois, de l'année, peut-être pas, mais c'était bien parti pour ! Mais pourquoi il fallait qu'elle ai eu besoin de déposer des chèques "aujourd'hui" ? C'était vraiment la loose. Les gens qui s'agenouillaient direct, les autres qui avaient trop peur pour bouger, les surpris sans plus ( ceux la elle en faisait partit ), bref, en quelques secondes, plusieurs catégories de personnes s'étaient clairement décidées et il était évident qu'il n'y aurait pas beaucoup de personnes prêtes à jouer les héros. L'un des braqueurs, ou plutôt braqueuse, s'était approchée de Jill, et l'avait poussé pour avoir la place de traverser plus facilement.

- Bah vas-y te gène pas... avait murmuré Jill.

La femme ne l'avait fort heureusement pas entendue. Elle se dirigeait vers deux femmes qui se trouvaient cote à cote.

- Bougez ! On a dit au sol ! avait t-elle crachée au deux femmes une fois à leur niveau.

- Ah ouais alors moi personne va me demander de m'asseoir pour plus de confort ? se demanda ironiquement Jill en murmurant.

Pendant ce temps, les autres braqueurs fouillaient la banque, à la recherche d'autres personnes... Jill savait ce qui lui restait à faire, mais cela allait prendre du temps, temps qu'elle pouvait s'accorder, merci le pouvoir ! Mais, étrangement, quelque chose n'allait pas... il y avait un soucis. Son pouvoir n'avait aucun effet. Elle arrivait à se concentrer, mais sa rapidité de réflexion et d'action n'avaient plus l'air de fonctionner. Impossible, Jill s'en était servie pour attraper le bus ce matin, il était improbable que son pouvoir ai pu disparaître dans la foulée ! Mais elle ne put pas se replonger dans sa concentration, les sirènes de police s'emballaient à l'extérieur et les braqueurs s'agitaient. Une balle perdue par cause de frustration pouvait partir, Jill décida d'obéir... pour l'instant.

Les braqueurs se parlèrent, l'un d'eux se rendit vers une fenêtre afin d'observer le mouvement extérieur ainsi que l'attroupement qui se formait. Après un bref coup d'oeil dehors, il donna des directives à suivre par ses camarades de hold up. Jill était toujours assise, et remarqua alors que lorsque la femme était passée près d'elle, l'avait ignorée "elle", et son téléphone également... mais ce n'était pas le moment de se pencher sur ça, un enfant, un petit garçon, d'un dizaine d'années maximum sanglotait, debout, sans personne pour rester avec lui. L'un des braqueurs s'approchait dangereusement de lui.

Ni une ni deux, Jill se leva pour aller voir le garçon mais l'homme, armé, la stoppa net en la pointant de son arme...

- Ce n'est qu'un gosse. déclara Jill en levant les mains lentement. Vous faites ce que vous voulez de nous, mais ne soyez pas bête... vous ne voulez pas lui faire de mal et vous le savez....

Après une longue hésitation, l'homme descendit son arme avant de le pointer la ou se trouvait les deux autres jeunes femmes. Jill s'empressa de passer prendre le petit garçon...

- Merci. fit-elle sincèrement au braqueur.

... avant de le porter, toujours sanglotant et tremblant de tout son être, vers les deux femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Mer 21 Déc - 21:01

    Pas de panique, on se calme. On respire, on évite de gueuler comme un mec dans des montagnes russes et on obéit.

    Ai-je déjà préciser que je hais les flingues ? Sainte horreur, peur panique, dégoût complet des flingues, l'arme des lâches. Sur ce point, je suis obligée de préciser que je suis toute aussi lâche, mais personnellement je tiens à ma vie et ne souhaite pas me faire trouée comme une chaussette. Je sais que la comparaison n'est pas très correcte, surtout lorsqu'on pense que mon propre frère est mort de cette manière, mais que voulez-vous ? Tout ce qui n'est pas politiquement correct sortira de ma bouche.

    À peine m'étais-je assise confortablement, jambes étendues devant moi, que l'un des hommes nous demandait nos téléphones. Sourcil levé, je le regardais. S'il voulait mon téléphone ça voulait dire qu'il fallait que je me lève. Mon short en jean était du genre mini, autant vous dire que la poche n'est pas XXL. Et encore une fois, alors que je me remettais debout, timidement, afin de pouvoir enfoncer ma main dans ma poche, la police arrivait. Ce que je n'avais jamais vraiment compris. Pourquoi essayaient-ils à chaque fois d'empêcher le braquage ? Ne comprenaient-ils pas que leur présence ne faisait qu'agiter les braqueurs ?

    Téléphone en main, je me rasseyais et faisait glisser mon Iphone vers les grands méchants loups. À côté de moi, une rousse, plutôt charmante, du coin de l'oeil je voyais une blonde, toute aussi attirante. Il n'y a vraiment que moi pour laisser ma libido parler dans une situation pareille. Jambes à nouveau tendues, je posais mes mains sur mes cuisses et paniquait lorsque je ne sentais plus mon briquet dans ma poche. Yeux ronds, écarquillés, je posais mes mains un peu partout sur mon corps, comme une grosse conne dois-je le préciser, dans l'espoir de le retrouver. Fumet ou utiliser mon pouvoir n'était pas à l'ordre du jour, mais mon briquet restait une présence sûre, mon arme de défense et il n'était pas question que je le perde. Pas alors que des connards étaient sur le point de me voler mon argent. Et re-merde. J'allais devoir demander de l'aide à Kelly, à tous les coups. Non sérieux, cette journée s'améliorait à chaque minute qui passait. Oh charmante ironie, ne l'entendez-vous pas dans ma voix ?

    Blonde platine décida alors d'aller jouer les mamans héroïnes et de récupérer un gosse. Très noble de sa part, mais personnellement je chercherai plus à trouver sa mère ou son père. Un gosse seul dans une banque, c'est pas très commun. Super-Maman-Improvisée se dirigea vers nous et j'en profitai pour continuer ma recherche. Pas question d'avoir un gosse à côté de moi avec un briquet en vadrouille. Aussi discrètement que possible – autant dire pas du tout – je regardais autour de moi, bougeais mes jambes, glissait légèrement pour voir s'il n'était pas tombé entre mon dos et le comptoir avant de finalement réaliser que quelque chose me faisait vachement mal a la fesse. Genre hyper mal. Quelle grosse conne. J'enfonçais ma main un minimum dans la poche arrière pour y trouver mon briquet et passait un soupir de soulagement. Le problème qui se posait à présent était de réussir à le sortir de sa cachette sans que personne ne le voit. No solution en vue ma pépètte.

    Crise évitée, je laissais enfin mon regard flâner sur la populace de la banque. Pas de femme enceinte en vue ... soulagement. Non parce que les situations cliché, ça suffisait pour aujourd'hui. Sauf qu'il n'y a rien de cliché au fait qu'une mutante soit enfermée dans une banque avec quatre ... j'avoue que je ne savais pas vraiment comment les appeler, parce que je ne voyais absolument pas pourquoi ils étaient sapé d'une telle manière. Nouvelle mode ?

    Un sanglot se fit entendre derrière moi et sans hésiter une seconde, je le vais la tête, pour ne voir que le haut du comptoir. J'en avais oublié madame la banquière dis-donc. Sans aucune discrétion, je changeais de position, préférant me mettre à genoux et jetais un regard derrière le comptoir. Madame la banquière pleurait. Compréhensible quand on y réfléchit bien. C'est pas tellement agréable d'être du mauvais côté d'un flingue. Je lui souriais malgré tout. Caché sa peur était la meilleure solution. Pleurer ne suffirait qu'à les énerver. Je lui proposais ma main et ce fut tout ce dont elle eût besoin pour sauter de sa chaise et passer de notre côté. Son geste brusque me surpris, mais je devais admettre que son bond était impressionnant. L'absence de vitre lui permit de passer de notre côté sans se blesser, mais lui permit aussi de me détruire la main. Maintenant qu'elle était assise à côté de moi, elle me serrait comme on serrerait une bouée de sauvetage en pleine mer.

    Si je ne mourrai pas trouée par une balle, je mourrai étouffée par une employée de banque un peu trop effrayée. Non vraiment, cette journée s'annonçait géniale.
Revenir en haut Aller en bas
Angel Musashi

Nouveau Closer de Frisco

avatar

Messages : 765

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [8/8]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Sam 24 Déc - 18:26

Angel vit la troupe qui s'attroupait suite à la venue des forces de police, suivi par le camion du SWAT. Il commençait à s'éloigner de l'endroit mais la foule continuait de s'amasser , il était ralenti dans son déplacement. Entretemps, un agent devait le retrouver ce qui s'amenait être une mission un peu difficile. Le policier n'avait aucune idée à quoi ressemblait l'individu que voulaient les braqueurs de la banque. Le fonctionnaire eut une idée et demanda à la standardiste le numéro du cellulaire. Il composa le numéro et il eut le témoin:


"Monsieur Musashi, restez où vous êtes, nous avons besoin de vous au poste de commandement. Le gros camion avec l'antenne, vous devez le voir là où vous êtes. Dites moi comment vous êtes habillé, je vous amène vers moi à distance avec les snipers."


Angel s'arrêta et répondit en lui faisant une description vestimentaire, et attendit les instructions. Le policier demanda à l'un des tireurs d'élite de lui signaler la position du témoin. Le grand brun se trouvait à trois cents mètres mais à cause de la foule, ça prendrait du temps de le ramener ici. Le fonctionnaire de police prit un mégaphone et ordonna:

"Mesdames, Messieurs, laissez passer l'homme vêtu avec un chapeau de paille, merci de votre coopération. "

Un passage s'ouvrit dans la marée humaine, l'ex-lieutenant de police put alors se diriger plus rapidement vers le véhicule décrit par l'agent de police.Quelques minutes plus tard, le flic intercepta le touriste et l'emmena au poste de commandement. Il frappa à la porte et fit entrer Angel dans le camion. Il lui expliqua la situation:

"Monsieur Musashi, je vais vous appeler Angel pour l'occasion, les ravisseurs vous ont demandé.Vous restez calme, on va vous mettre une oreillette, je vous dirai quoi dire."

Le policier installa l'appareil auditif et fit signe à son supérieur que la personne était prête à coopérer. Le numéro de téléphone par lequel les ravisseurs avaient appelé fut composé. Les premières sonneries retentissaient. Le touriste fut installé avec un bureau et une chaise, il était situé juste devant le poste de commandement, il tenait le combiné dans la main droite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Lun 26 Déc - 23:04

Pourquoi avait il fallu qu’elle oublie sa carte bleue aujourd’hui, en cette après midi caniculaire ? Pourquoi avait il fallu que les braqueurs choisissent précisément ce jour pour venir piquer l’argent des honnêtes gens ? Un mauvais concours de circonstances, sans doute. Il avait des jours où il était plus sage de ne pas quitter la douceur son lit et Maggie se maudissait de s’être levée. Non elle maudissait son addiction au tabac. C’était pour ça qu’elle était sortie, parce qu’elle avait fumé sa dernière cigarette et qu’elle ne pouvait pas vivre sans. Etrange ça, tiens ! Ne pas pouvoir vivre sans poison, quelle ironie. D’ailleurs, peut être que ce jour serait le dernier. Mourir à 29 ans dans un braquage qui tourne mal, c’est moche.

♫ We live in a beautiful world. Yeah we do.♫

Pourquoi avait-elle cette chanson dans la tête ? Là, à ce moment précis ? Des types armés jusqu’aux dents menaçaient de tous les descendre et elle chantait du Coldplay. Et non, le monde n’était pas beautiful. Sinon il n’y aurait pas de braquage, pas de gens en danger de mort. Juste des personnes qui font la queue à un guichet et qui rentrent chez eux une fois leurs courses terminées. Quand une femme lui exhorta de s’asseoir, la rousse pensa refuser dans un premier temps. Puis l’arme pointée sur elle l’en dissuada. Alors, un sourire narquois scotché aux lèvres, elle s’exécuta. Elle se retrouva donc à côté d’une blonde filiforme, moulée dans un short si minuscule que Maggie se demanda comment elle avait pu l’enfiler ce matin. Elle n’avait pas de téléphone sur elle, il l’attendait bien sagement sur la table basse de son salon. Elle se contenta donc de poser ses clés à côté d’elle et de croiser ses mains derrière sa tête. Elle observait les braqueurs. Quelle belle brochette de cinglés il faisait ! Et quels noms ridicules. Bande d’idiots.

Puis la blonde se mit à gigoter, comme ci elle cherchait quelque chose. Bordel mais qu’elle arrête de remuer ainsi. Ils allaient finir par la plomber si elle continuait ainsi. Tant pis pour elle dans le fond, ils avaient bien dit de ne pas bouger. Margareth fixait toujours la femme avec l’arme d’un air désabusé. C’était fou comme elle lui faisait pitié. Les sirènes retentissaient déjà dehors, jamais les braqueurs ne réussiraient à sortir. Peut être qu’ils les tueraient tous mais ils finiraient leurs jours en prison. Et la Californie pratiquait encore la peine de mort. Qu’ils y pensent avant de les tirer comme des lapins. Une seconde femme, un otage cette fois, se ramena avec un gosse. Le pauvre pleurait de peur. Bien qu’elle ne fût pas la plus douée avec les enfants, Maggie se leva, les mains bien en évidence.


« C’est bon, j’vais juste récupérer le gamin. Vous voyez bien que je ne suis pas armée ? » Lança t elle à la braqueuse.

L’écossaise tendit les bras vers l’enfant et le prit contre elle avant de se rasseoir à côté de la blonde montée sur ressort. D’ailleurs, que faisait un enfant seul dans une banque.


« Comment tu t’appelles ? Tu es tout seul ? » Demanda t elle à voix basse, essayant d’ignorer l’arme braquée sur eux.

« J’m’appelle Chris. Ma maman est là bas, j’voulais juste un peu d’eau. » Répondit l’enfant entre deux sanglots.

Margareth regarda la femme désignée par l’enfant. Elle se tenait à côté de la porte et semblait terrorisée. Elle amorça un mouvement pour le ramener à sa mère. Un coup d’œil aux braqueurs et elle comprit qu’elle avait déjà outrepassé ses droits d’otage en se levant pour prendre Chris dans ses bras.

« Moi, c’est Maggie. Tu vas rester avec moi un petit moment, tu veux bien ? »

Même s’il ne le voulait pas, elle doutait qu’il n’ait trop le choix. En plus d’avoir sa propre vie à sauver, voilà qu’elle se retrouvait garante d’un gosse qu’elle ne connaissait pas. Elle regarda la mère du gamin et essaya de lui faire comprendre qu’elle veillerait sur lui. Elle resserra le petit corps tremblant contre le sien.

Tout se passerait bien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Mer 4 Jan - 17:33

Jeremy avait entendu le bruit de la porte et devant l'air terrorisé de son banquier, il avait vite compris la situation. Il espérait être à l'abri dans le bureau, mais bientôt un des braqueur vint les en déloger. Il grimaça, et d'un air nonchalant, il s'exécuta.

"Ca va, ça va !" Lança-il à l'intention du mec qui pointait son révolver sur lui.

Il leva une main et de l'autre, prudemment, il sortit son téléphone de sa poche, sans lâcher des yeux le braqueur. Il leva ensuite les deux mains au dessus de sa tête et rejoignit les autres dans la grande salle de la banque, suivit par son banquier qui était visiblement pris de panique. Il posa son téléphone par terre délicatement tout en regardant le braqueur qui le tenait toujours en joue avec dédain. Celui-ci ne sembla pas apprécier le regard du jeune homme et donna un coup de pied dans le téléphone pour le faire glisser vers les autres. Jeremy lui envoya un regard noir, mais s'abstint de tout commentaire. Avec ces gens là, il vallait mieux être prudent.

Il avait l'impression d'être en mission. Son coeur palpitait, mais ce n'était pas vraiment de la peur, peut être plus de l'excitation. Il sonda la grande salle : beaucoup de femmes et un enfant en plus des braqueurs à l'accoutrement et aux surnoms ridicules. Alors qu'il s'attardait à observer les lieux, Dr Kovac le bouscula et lui intima de s'agenouiller au sol. Jeremy lui lança un nouveau regard noir. Il entendit les sirènes de la police, parfait ! Il s’exécuta bien sagement pour l'instant. Il fallait qu'il réfléchisse à un plan pour sortir de là. Lui, il pouvait se retrouver dehors en un clignement d'yeux, mais qu'en serait-il des autres ? Et puis, s'il faisait cela, il prenait un risque énorme et si cela revenait aux oreilles de Genetic, il allait se faire passer un savon. Kate avait beau veiller personnellement sur ses petites fesses, s'il jouait au con, elle ne pourrait pas empêcher les autres de lui mettre la main dessus.

*réfléchit mieux que ça Jer'* pensa -t-il. Cette pensée avait l'intonation de voix de Max et le rendit nostalgique quelques secondes.

Il allait attendre de voir la suite des évènements, après tout, les flics étaient sur place, ils allaient peut être faire leur boulot comme il fallait et il n'aurait pas besoin d'intervenir. Il croisait les doigt pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Ven 6 Jan - 10:51

Une fois toutes les personnes présentes réunies au même endroit, les braqueurs commencèrent à s'activer davantage. Dr Quinn prit des sacs de sport qui avaient été amenés par l'un d'entre eux et se dirigea derrière les guichets. Elle les ouvrit un par un pour remplir les sacs de billets. Dr House fit un signe de la tête à Dr Doolittle. Ce dernier chercha du regard le directeur de la banque. Il le trouva rapidement, assis dans un coin. Il s'avança vers lui et sans ménagement il lui arracha la clé que l'homme portait autour du cou, sur une chaîne. Le directeur cria de douleur, mais Doolittle se contenta de le repousser pour qu'il repose son derrière au sol. Il donna la clé à Kovac qui venait d'ouvrir un sac rempli d'explosifs.

Un peu de C4 dans la banque, cela pourrait faire un beau feu d'artifice si le dosage n'était pas bon, n'est-ce pas ? Le braqueur à l'accent prit la direction de la salle menant au coffre, la clé et le sac de C4 dans une main. Durant ce temps, House continuait d'observer tranquillement ce qui se passait. Il avait bien remarqué les petites manigances de certaines femmes qui tentaient de protéger un enfant mais ne fit aucune remarque à ce sujet. Elles ne l'intéressaient pas. Par contre, la sonnerie du téléphone qui se mit à retentir l'étaient davantage. Il attendit quelques secondes. Doolittle regarda rapidement par la fenêtre et lui adressa un signe, confirmant que c'était la bonne personne qu'il aurait en ligne. Il se décida enfin à décrocher.

« Epargnez-moi le refrain habituel qu'ils ont du vous dire avant d'appeler. Qu'il faut me garder calme, que vous devez établir une relation avec moi, et tenter d'obtenir des informations. On va faire au plus rapide. Vous me mentez, je tue un otage. Vous vous foutez de moi, je tue un otage. Vous tentez un assaut, je tue les otages. Donc écoutez-moi bien. Je veux d'ici une heure un bus avec des vitres teintées devant la banque. Une minute de retard et je tue un otage. Suis-je clair ? »

Dr House attendit la réponse du négociateur qu'il avait en ligne. Quand il l'eut, il raccrocha le téléphone. Il avança au milieu des otages, l'arme à la main.

« Il ne tient qu'à eux et à vous que tout se passe bien. Si ça dérape le premier d'entre vous à mourir sera... »

Il pointa son arme en direction de la personne concernée.

OUI/OUI : Jill
OUI/NON : Maggie
NON/OUI : Kensie
NON/NON : Jeremy

[Angel, tu te débrouilles avec le swat pour tenter d'avoir le bus, pour ceux qui sont dans la banque, vous pouvez tenter d'utiliser votre pouvoir. Il vous faudra pour cela utiliser les dés pour le premier qui le fera. S'ils tombent sur oui, cela veut dire que c'est Kovac qui a le don d'inhiber vos pouvoirs et son départ en salle des coffres les débloque. Si les dés disent non, ça veut dire que c'est une autre personne dans la banque qui a ce don et vos pouvoirs sont toujours bloqués. A vous de chercher une idée pour sortir de cette situation de blocage.]
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Ven 6 Jan - 10:51

Le membre 'The judgment' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Angel Musashi

Nouveau Closer de Frisco

avatar

Messages : 765

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [8/8]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Lun 9 Jan - 19:13

Angel entendit la voix du braqueur qui énonçait ses conditions et l'agent spécial répondit à la dernière question par oui . Mais il fit une petite surprise car il donna sa seule et unique condition:

"Très bien mais c'est moi qui conduit le bus, j'espère que ça vous ira pour vous alors qu'en dites vous ?."

Après avoir entendu le réponse du Dr House concernant son unique proposition,il raccrocha le combiné. Entretemps, une petite enquête fut menée, les chefs de police surent que le témoin était un ex-lieutenant de police. Le policier négociateur fut surpris lui aussi par l'improvisation d'Angel, il lui cria dans l'oreillette de ne plus faire ce genre d'action. Le commandant de police commença à appeler ses supérieurs pour faire venir un bus avec les vitres teintées.

Faire venir un bus jaune jusqu'au centre-ville ne serait pas une partie de plaisir car à cette heure-ci il y avait beaucoup d'embouteillages. De plus le ravisseur demandait avoir ce bus dans un temps bien précis. Le responsable des négociateurs ordonna de trouver un chemin qui permettait respecter les délais. Les autorités réquisitionnait un bus scolaire, plusieurs films solaires furent apposées.Le véhicule allait avoir un convoi spécial pour passer plus rapidement mais il n'échapperait pas à un ou deux ralentissement. Plusieurs écrans d'ordinateurs dans le camion satellite montraient les rues du centre villes et ils firent les calculs pour trouver le chemin le plus rapide en tenant compte du trafic actuel. Le véhicule fut équipé d'une puce qui permettait le suivre à distance quand les braqueurs voudront partir. Les barrières de protections furent plus éloignées pour laisser un espace suffisant lorsque le bus arrivait mais il était pas encore là. Un chemin fut proposé par les logiciels, une fois accepté par tous les chefs , plusieurs voitures commençaient à mettre en place un barrage quand c'était possible. Les autorités de police demandèrent aux responsables des feux tricolores fluidifier le trafic.


Au volant du Van, sa sœur suivait le déroulement des opérations par le biais de la radio.Une fois arrivé chez des amis, elle alluma la télévision et regarda avec attention son frère. L'image retransmis montrait celui-ci qui discutait avec les délinquants dangereux. Les larmes venaient poindre sur son visage mais elle fut réconfortée par une amie. Ils regardaient le trajet que prendrait le bus et ils visionnaient les différents reportages concernant les employés retenus en otage.

Le véhicule scolaire customisé commençait à partir d'une école entouré de plusieurs véhicules de police, deux hélicoptères donnaient les indications sur le traffic et sur la mise en place des différents barrages.



lancer de dés:
Oui : Le bus est ralenti par les embouteillages
Non : il n'est pas ralenti, ou un truc du genre

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Lun 9 Jan - 19:13

Le membre 'Angel Musashi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Lun 9 Jan - 21:34

Les actes de bravoures, c'était la classe ! Genre Jill se la pétait royalement et en plus elle avait sauvé un gosse quoi. La grande classe à Dallas. Bon après, rien ne disait qu'après ils n'allaient pas s'énerver et tous les tuer mais en tout cas, elle avait fait sa B.A de la journée et c'était déjà pas mal. Une autre jeune femme intervint dès lors que le cambrioleur s'approchait du gosse, et commença ensuite à discuter avec le petit. Une vraie mère poule ! Et tant mieux, parce e Jill était vendeuse et non assistante sociale. Donc il était directement établi qu'a partir du moment ou la jeune femme avait prise en charge le garçon, c'était plus son problème. Quel égoisme ! Mais quel réalisme également parce que Jill savait très bien qu'il y avait deux personnes à mourir en premier dans un film ou il se passait se genre de situation :

- (les noirs, pas besoin de faire un tableau pour en comprendre les raisons)

- (et les jeunes blondes incendiaire qui était considérées comme des potiches.)

Jill faisait partie de la deuxième catégorie, et protéger un gosse était donc la dernière chose à faire, surtout que le soi disant chef venait de finir des négociations apparemment houleuses et se dirigeait vers les trois femmes.

- Il ne tient qu'à eux et à vous que tout se passe bien. Si ça dérape le premier d'entre vous à mourir sera... toi.

Le soi disant chef venait de trancher et bien sur...

*Quelle surprise ! Pour pas changer* pensa Jill.

En gros, si Jill avait bien tout écouté, il lui restait moins d'un heure pour trouver un moyen de changer la donne... mais c'est alors que son téléphone sonna, et que tous les regards se tournèrent vers elle. Comme si la situation actuelle n'était pas assez énervante, il fallait en plus que ça arrive, MAINTENANT !

*Putain de merde ! Zach !* pensa Jill.

En effet il devait certainement s'agir de Zach, son ami chez qui elle devait passer montrer les nouveautés vidéo-ludiques, qui n'avait pas oublié de la rappeler...
Alors que le braqueur en chef la regardait, une idée émergea...

- Je l'ai pas mis en mode hold up désolée. Mais pour ce que sa vaux, je pense que la négligence ne viens pas de moi mais de vôtre copine. Coïncidence ou acte délibéré ? Vous devriez vous renseigner avant de choisir vos collaborateurs...


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Lun 9 Jan - 21:34

Le membre 'Jill Sullivan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Dim 15 Jan - 1:53

La situation n’allait pas en s’améliorant malgré le fait que les flics étaient en liaison directe avec les braqueurs. Jeremy avait obtempéré pour le moment mais il réfléchissait à un plan d’action. Vue ce que le mec avait dit au téléphone, il y avait de grandes chances pour qu’un des otages y passe si les flics faisaient une boulette. Et l’heureuse élue était la jolie blonde qui s’était rapprochée la première du gosse.

Un autre téléphone sonna, mais pas celui du ravisseur. C’était celui de la prochaine sur la liste des victimes. Jeremy ne fit pas spécialement attention à tout ce qu’elle débita au cambrioleur, mais l’intonation de sa voix n'était pas des plus aimables. Cherchait-elle volontairement à énerver son interlocuteur ? Il en résulta qu’il la fit ligoter. Il ne pu s’empêcher de faire une remarque qui allait peut être lui attirer des ennuis :

« Hey ! c’est vraiment nécessaire ? Tu crois qu’elle va aller où comme ça ? »

A quoi bon attacher une prisonnière alors qu’ils étaient tous enfermés ici ? Mais visiblement, tout le monde ne raisonnait pas comme lui. A moins qu’ils ne veuillent la faire sortir de la banque et l’exécuter sous les yeux des flics ? En même temps, que pouvait une pauvre jeune femme sans défenses contre une bande de cambrioleurs armés jusqu’aux dents et prêts à faire sauter toute la banque.

Ca allait déraper cette affaire, il le sentait. Il fallait qu’il trouve le moyen de détourner leur attention pour se téléporter. Mais en même temps, il pouvait se téléporter lui, mais il ne pouvait sortir personne d’autre… Il aurait bien aimé jouer avec les nerfs les braqueurs, s’il avait été seul, mais il y avait trop de témoins, il valait mieux qu’il s’abstienne. Mais que foutaient les flics ? Espérons qu’ils n’allaient pas tenter un truc stupide.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Ven 27 Jan - 21:31

Résumons la situation : Il fallait une chaleur impensable, Maggie ne voulait pas sortir mais en avait été contrainte et forcée par une rupture de nicotine et elle s’était retrouvée dans une banque à cause de sa propension à oublier ses affaires. Maintenant, elle était retenue en otages par des guignols en blouse et responsable d’un gamin qu’elle ne connaissait pas. Et vous savez quoi ? La rousse déteste les gosses. Il manquerait plus que ce môme fasse dans sa culotte alors qu’il est sur ses genoux et la journée serait parfaite. Elle le laissait jouer avec ses cheveux, il les entortillait autour de ses doigts. Elle préférait ça plutôt que de l’entendre pleurnicher. Cela l’empêchait de réfléchir.

Réfléchir à quoi d’ailleurs ? Au meilleur moyen de passer d’otage vivante à otage morte ? Les flics tardaient à amener le bus demandé et voilà que les braqueurs jouaient à la roulette russe avec les personnes présentes. L’heureuse gagnante de ce petit jeu était la blonde. Bien fait ! Elle lui avait collé Chris dans les pattes, ça lui apprendrait. Maggie balayait la salle du regard, dans le maigre espoir de trouver une solution. Elle n’en voyait aucune. Un seul geste d’un des « docteurs » et elle passait dans l’au-delà. Déjà, se débarrasser du môme qui lui tirait les cheveux serait une bonne chose.

Elle posa le gamin à côté d’elle et se leva, tant pis pour les représailles. Elle n’était pas armée et il n’y avait pas de poches sur son pantacourt. Par mesure de sécurité, elle leva les mains au ciel. C’était fou comme ce geste reflexe était d’une inutilité sans nom. Cela ne les empêcherait pas de la tuer s’ils en avaient envie. Et puis, la blonde attachée semblait plus téméraire qu’elle, Maggie voulait bien servir d’otage de première ligne si cela pouvait laisser assez de temps aux autres pour trouver un moyen de les tirer de là ou aux flics d’arriver avant que les braqueurs ne se décident à tous les plomber.


« Sérieusement, vous pouvez pas me laisser ramener le gamin à sa mère ?»

Alors ça, c’était d’une idiotie. Maggie fixait un des braqueurs, celui qui avait attaché la blondinette. Faites qu’il ne la tue pas. Faites qu’il ne l’amoche pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Jeu 2 Fév - 14:39

    Ce garçon sera un bourreau des coeurs, quand il en aura l'âge. Elles étaient à deux pour se le disputer. Qui serait celle qui lui ferait rejoindre sa mère ? Au lieu de jouer à plouf plouf, c'était à celle qui se ferait arrêtée la première par les - comment s'appelaient-ils déjà ? Les docteurs.

    Balle perdue pour la blonde, récupérée de suite par la rouquine. Pas de bol pour le téléphone, ça sonne toujours quand il ne faut pas. Résultat, retirée du terrain par le docteur censé être boiteux. Quitte à prendre des noms de docteurs imaginaires, autant essayer de coller à la description, non ? Bah, je dis ça je dis rien, mais ça me perturbe de voir Dr House sans canne.

    Les bras de madame la banquière se resserraient autour de mon cou, me coupant nette dans mon observation du match. Ne comprenait-elle pas que j'avais besoin de respirer pour vivre ? A peine arrivais-je à me défaire de ses tentacules, que la rouquine tentait de marquer son premier point, en se levant. Point marqué, personne n'a rien dit. Pour le deuxième par contre, je doute que ça passe. A moins qu'elle sache dribbler.

    C'était apparemment l'après-midi jouons au chevalier venu sauver la princesse. D'abord blonde platine - qui est certes bombe, mais pas latine - suivie de près par Ginny Weasley et le petit gus en pleine fleur de l'âge. Si vous êtes Sheldon bis et que vous ne savez pas repérer le sarcasme, quand sarcasme il y a, sachez que ma voix intérieure en est pleine. Franchement les gens, je veux bien tenter de sauver mon prochain - regardez, je l'ai même déjà trouvée - mais je refuse de me retrouver du mauvais côté du flingue. C'est niet. La discrétion est toute aussi bienvenue que le courage irréfléchi des Gryffondor. A ce qui paraît. Parce que la discrétion, moi je ne connais pas.

    Mon regard se posa sur les pros de la santé et j'espérais deux choses : qu'ils soient de bonne humeur et que rouquine soit faite de titane. Les bains de sang, ce n'est pas pour moi. Et là je suis sérieuse. Mon coeur battait à tout rompre, mes mains normalement sèches devenaient moites et j'avais envie de pisser. Et que personne ne me regarde comme si j'avais dit la plus grosse connerie de tous les temps ! Quand je suis stressée il faut que j'aille aux toilettes. Je déglutissais le flux de salive et me redressait nerveusement, en espérant que la banquière ne revienne pas à l'assaut. Je levais une main et sans même attendre que les docs ne m'autorisent à parler - parce que soyons fous, quitte à ce que tout le monde se rebelle, autant faire partie du groupe. « Dites, les toilettes, c'est par où ? » Mauvaise question Kensie...

    Tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Dim 19 Fév - 7:42

Kovac occupé dans la salle des coffres avec la clé et le C4. Quinn qui finissait de vider les guichets de leur contenu. Doolittle et House surveillaient le petit monde qui les entourait. Le chef avait froncé les sourcils quand il avait entendu la proposition du négociateur mais ne l'avait pas réfuté. Après tout, si l'homme voulait risquer sa vie, c'était son problème et non le sien. Il mit en garde les otages sur leur probabilité de survie, désignant au passage celle qui serait tuée en premier. Heureuse, elle devait l'être car son portable sonna. N'avaient-ils pas demandé que tous les portables soient jetés dans une direction ? House soupira et fit signe à Doolittle de s'en occuper. Ce que le braqueur noir fit. Une chose qui était faite. La blonde était attachée. Le braquage pouvait continuer à suivre son cours.

House s'installa sur un fauteuil alors qu'un gamin prit la parole. Premier froncement de sourcils. Second froncement de sourcils quand une rouquine demanda pour ramener un gosse à sa mère. Dernier froncement de sourcils quand une blonde demande pour aller aux toilettes. C'était la fête chez les otages. Le braqueur fixa les trois personnes concernées à tour de rôle. Il finit par lever son arme. La détente claqua dans le silence retombé de la banque. La balle vint se figer non loin de la tête à Jeremy. Peut être que le premier à mourir ne serait pas la petite blonde téméraire finalement.

House fit un signe à Doolittle pour qu'il rejoigne Kovac dans la salle des coffres. Il en fit un autre à Quinn pour qu'elle accompagne miss pisseuse aux toilettes.

Il n'allait rester dans la pièce plus que le chef des braqueurs en compagnie des otages.

« D'autres souhaits ou avis à donner ? Pour savoir si la prochaine fois je ne fais pas semblant de viser. »

Le bruit du téléphone retentit brusquement. Le tir s'était entendu de l'extérieur. Les négociateurs voulaient sûrement savoir ce qui s'était passé. House décrocha et prit la parole avant son interlocuteur.

« Finalement, je ne veux pas un bus. Trouvez-moi un hélicoptère. Oh et pour la balle ne vous inquiétez pas, la première est toujours celle que je rate. Par contre la seconde... » fit-il en adressant un petit sourire à l'attention de Jeremy.

[Kovac et Doolittle sont dans la salle des coffres. Quinn est avec Kensie aux toilettes. House reste avec les otages. Idem que le tour précédent. Celui qui poste en premier et veut utiliser son pouvoir utilise les dés. Pour une personne dans la salle, si c'est oui, ça veut dire que le don d'inhiber les pouvoirs appartient à Kovac, Doolittle ou Quinn. Si Kensie les tire en premier et tombe sur un oui, c'est Kovac, Doolittle ou House qui inhibent les pouvoirs. Vous avez l'occasion d'éliminer un des quatre qui bloquent vos pouvoirs, profitez en, vous ne l'avez pas fait au tour précédent..]
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Jeu 23 Fév - 21:39

    « D. Quinn, femme médecin hein ? J'ai jamais été fan » Je vous ai déjà dit que j'aime pas le silence ? Dans le genre stressant, on fait pas mieux que le silence inconfortable et vu la situation dans laquelle je me trouvais, le silence était inconfortable. Il fallait que je m'y fasse, cependant, puisque madame ne voulait pas me répondre. En même temps, je vous l'accorde, qu'est-ce qu'on peut bien répondre à ça ? ' Oh mon dieu, mais comment t'as trop pas de goût. Dr Quinn c'est juste de la bombe atomique quoi. ' ? Si elle m'avait répondu ça, je crois que je me serai foutue de sa gueule sans pouvoir me contrôler. Et c'est apparemment la chose à ne pas faire.

    Je ne sais pas si c'est le fait que je sois en tête-à-tête avec une femme, ou si c'est parce que je n'étais plus avec les autres, surveillée par un malade, mais je me sentais plus à l'aise. Bon, la docteur des temps ultra-modernes était quand même armée, je ne pouvais pas l'ignorer et je ne savais pas non plus si elle était aussi soupe au lait que l'autre, mais le fait est que j'étais debout, avec un accès rapide et simple à mon briquet. J'étais à même de me défendre. Je n'avais pas tellement envie de mettre le feu à la banque, mais si c'était ce qu'il fallait que je fasse pour m'en sortir, alors je le ferai. Il n'était pas question que mon père perde un troisième membre de la famille, un deuxième enfant. Le prénom de Kelly résonnait dans ma tête aussi. Comme quoi, je savais être sérieuse lorsqu'il le fallait. Non, tout ce que je savais sur Quinn s'arrêtait à son sens de la mode horrible, son arme et son visage de marbre. Attrayant si l'on puis dire, mais je dois dire que le flingue est un tue-l'amour chez moi. Non je ne suis pas encore sadomasochiste. Avait-elle un pouvoir elle aussi ? Je ne le savais pas non plus. Si j'utilisais le mien, je prenais beaucoup de risque. Tout ce dont j'étais sûre à ce moment-là, c'était que je ne pouvais planifier aucune action. Lorsque le moment propice viendrait, alors j'agirais et ma réflexion ne servirait à rien. Agir, réfléchir et peut-être regretter. Voilà l'ordre dans lequel j'opérais.

    Quinn ouvrit la porte des toilettes et sans attendre qu'elle dégage du chemin, je la poussais pour courir à l'intérieur d'un des cabinets. Je déteste les chiottes publiques, mais tant pis. Cela me donnait un avantage sur elle. Je pouvais sortir mon briquet de ma poche arrière, je pouvais préparer une boule de feu, je pouvais la prendre par surprise, la blesser gravement. Mais après, qu'étais-je censée faire ? Retourner avec les autres otages bien sagement, toute seule et risquer l'interrogatoire pour savoir où était passer l'autre grognasse ? Ce ne serait plus blonde platine, la première à être trouée, ou même le garçon qui venait d'être pris pour cible par l'autre abruti, mais moi. Alors que je vidais ma vessie, un frisson parcourut mon échine. Je tenais à présent ma propre arme entre mes doigts tremblants. Est-ce que j'allais prendre le risque ? Je n'étais pas prête à mourir, mais je n'étais pas non plus prête à rester sans rien faire, pendant que docteur X et docteur Y étaient en train de vider les coffres. Lentement, pour ne pas faire de bruit, j'ouvrais le briquet, appuyais sur la molette et laissait sortir la flamme. Le feu dansait devant mes yeux, la paume de ma main droite s'ouvrit.

    Lancer de dé : Son pouvoir fonctionne-t-il ?
    Oui : Quinn est à sa merci Cool
    Non : Quinn est une méchante méchante qui inhibe son pouvoir et Kensie a peur.


    La présence du feu était réconfortant, mais je ne pouvais rien faire avec, pour le moment. J'avais le short descendu jusqu'aux chevilles. Je ne pouvais décemment pas sortir de la cabine dans cet état. Je poussais un soupir silencieux, fermais les yeux et dans l'espoir que tout fonctionne normalement, je fermais ma paume. Lorsque je rouvrais les paupières, le feu avait disparu de ma main. Je n'avais plus que quelques secondes pour réfléchir. Devais-je attaquer ?

    Lorsque j'ouvrais la porte de la cabine, le briquet était allumé et un jet de flamme vola vers Quinn, femme médecin de mes fesses. Il n'y avait pas meilleure occasion que d'allumer les guirlandes qu'étaient ses cheveux. Peu importe les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Jeu 23 Fév - 21:39

Le membre 'Kensie F. Lockwood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Angel Musashi

Nouveau Closer de Frisco

avatar

Messages : 765

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [8/8]

MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   Sam 25 Fév - 19:17

Le témoin du braquage se trouvait dans le bus, il entendit dans son oreillette la conversation entre deux flics qui parlaient du changement de la demande des ravisseurs de la banque.Il fut fou de rage intérieurement, l'ex-lieutenant de police demanda au chef des médiateurs de le faire remplacer pour le bus. Sa demande fut acceptée, le bus allait être conduit par un autre flic.L'échange des conducteurs se fit par le dépôt d'un policier en plein rue, il fut amené par l'un des deux hélicoptères. Angel monta dans l'engin volant qui l'emmenait vers la piste d’atterrissage du commissariat de Los Angeles.Sur le chemin, le grand brun regardait la ville, ses yeux étaient légèrement froncés. Angel voulait participer plus activement dans ce braquage, il se demanda intérieurement:

*Je ne peux pas prendre à une intervention, je n'ai pas les compétences et ni l'expérience .Par contre je peux organiser la traque quand ils vont sortir par les airs. Je vais devoir faire appel à mon pote Ryan pour être à la tête des opérations de chasse.*

Pendant le même moment, dans un hangar, un pilote commençait les préparatifs sur l'engin volant demandé par le braqueur qui avait le masque représentant le docteur House. Angel discutait avec le pilote qui le ramenait vers le commissariat et il lui indiqua le balle tirée était juste un avertissement.Il demanda de pouvoir parler à son pote pour avoir l'autorisation de mener l'opération de chasse. Il avait déjà sa petite idée pour organiser la traque.Il prit une carte de Los Angeles et il mit une croix qui indiquait la position de la banque.



Pendant le même temps, un pilote commençait à faire tourner les hélices de son appareil. Angel Musashi parla alors Rayan par un canal privé.

"Salut, C'est quoi ce changement de plan,de ces foutus braqueurs. Je veux faire part des opérations, bon je sais que j'ai pas encore mon accréditation. Je suis entre deux eaux, mais je suis sûr que je peux faire progresser les opérations. Soit je peux participer à la traque ou bien je veux intégrer des forces spéciales pour assaut sur la banque, j'ai mon idée aussi. Je compte sur ton appui pour me faire entrer dans la danse avec ces psychopathes. Alors qu'en dis tu mon pote, je t'ai convaincu, j'espère."

L'agent fédéral de Los Angeles mit l'appel d' Angel en pause et il pianota son portable. Il parla aux chefs des négociateurs et il leur demanda de la participation plus active d'Angel. L'ex-lieutenant allait se retrouver dans l'effectif de la police de Los Angeles.


Spoiler:
 
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

0.2 Cop, Robbers & Hostages [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: STREETS & AVENUES-