..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs, souvenirs [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anne W.

Invité

avatar


MessageSujet: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Lun 29 Aoû - 20:10

Certains membres de Genome quittaient la salle de réunion dans un léger brouhaha alors que d'autres s'approchaient de O'Hara. Sans doute pour demander de plus amples explications. Pour ma part, je pensais savoir le nécessaire et j'aurais certainement le « plan de bataille » en temps et en heure. Je n'étais pas du genre à foncer tête baissée, mais dans ces actions, mon père m'avait toujours dit qu'il ne devait y avoir qu'un seul commandant. Il n'était jamais bon d'avoir plusieurs avis et si les « ordres » se contredisaient, c'était la boucherie. Cette position de chef semblait peut être intéressante d'un point de vue extérieure, mais les responsabilités étaient écrasantes. Savoir que  telle ou telle action pouvait coûter la vie de plusieurs soldats et vivre avec. Oh non, je n'enviais pas O'Hara pour sa place. Au contraire, il avait mon respect. Maintenant, c'était à lui de jouer et d'agir comme un chef.

Avant de quitter la salle, mon regard s'attarda sur le seul membre que je pensais bien connaître. Ross McGregor. Il fut un temps où nous étions proches, mais j'avais appris récemment qu'il avait bien changé. Il m'avait caché des choses et même si je ne lui en voulais pas, je me demandais pourquoi il avait choisi cette voie. J'avais tenu ma langue sur certains points vis à vis de son neveu qui se révélait finalement être son fils... Sa vie semblait terriblement compliquée. C'est à ce moment que nos regards se sont croisés. Quelle attitude devais-je adopter ? Je me voyais mal m'approcher de lui et lancer : « Salut mon vieil ami ! Alors il paraît que tu en fais voir de toutes les couleurs à ton fils et que tu as changé de bord ! Mes félicitations ! » Malheureusement, je ne pouvais pas reculer et m'enfuir. Il y avait certains points que je voulais aborder. Mais pas ici.

Je lui ai fait un signe de tête en direction de la porte pour l'écarter du groupe. Je ne voulais aucun curieux dans les pattes et j'ignorais qu'elle était exactement la place de Ross au sein de Genome. O'Hara arrivera -t-il à contenir ses troupes seul quelques instants ou son état était-il trop préoccupant ? Peu importe. Appuyée contre le mur à bonne distance du flot d'individus, j'attendais Ross. Heureusement que je ne m'étais pas préoccupée de notre rencontre plus tôt dans la soirée. Je me serais sûrement demandée un million de fois si je devais aller à cette réunion et un autre million de fois, pour savoir quoi porter. Comme si cela avait de l'importance. Ensuite, je l'ai vu. De loin, il était toujours aussi beau, mais de prés... Il était à tomber.


- « Ross Fearghas McGregor.... Bonsoir », lançais-je d'une voix douce avec un petit sourire.

Les souvenirs remontaient à la surface et s'il n'y avait pas eu autant de temps qui s'était écoulé, je lui aurais certainement sauté au cou.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Lun 29 Aoû - 23:19

La réunion était terminée et ce n’était pas dommage. Ross resta encore dans la salle, près d’Aaron pour le soutenir. Il ne pouvait pas le lâcher au milieu de ce tumulte et le laisser se débrouiller seul. Il n’avait pourtant qu’une hâte : rejoindre Anne. Sa présence en ce lieu l’avait quelque peu troublé. Depuis qu’il l’avait remarquée, Il ne la quittait pratiquement plus des yeux de peur de la voir disparaître. Il vit donc sans mal le signe de tête qu’elle lui fit en direction de la sortie. Il y répondit positivement par le même moyen. Dès qu’il le put, il prit congé auprès du dirigeant de Genome et s’empressa de la rejoindre. Il répondit sincèrement à son sourire et l’enlaça spontanément.

- Tu ne peux pas savoir à quel point je suis content de te revoir… Ca fait si longtemps. Dit-il en la serrant un peu plus contre lui.

Content était un mot trop faible. Il ne traduisait pas la moitié de ce que le psychologue ressentait à cet instant précis. Ross n’était pas homme à verbaliser aisément ses sentiments. Son attitude était souvent plus expressive que ses mots. La présence et la voix douce d’Anne lui faisaient chaud au cœur. Il en avait bien besoin.

Depuis la soirée de l’Ucla, sa vie avait basculée. Il avait fait de son mieux, tant bien que mal, pour aider les personnes à dépasser le traumatisme engendré par le drame. Le seul qui n’avait pu aider était son propre fils. Au contraire, il avait tout gâché et il avait été dans l’incapacité de recoller les morceaux, même si à un moment donné, il l’eut cru. Ca faisait des semaines que Ross n’avait plus de nouvelles de son fils. Trois longues semaines qui lui paraissaient être des mois…. Depuis, le moral de l’écossais, déjà mis à mal après les révélations faites à son fils, était au plus bas. Il aidait les autres, mais lui, qui l’aidait ? Personne. Il fallait qu’il se débrouille seul. Cela dit, il n’avait qu’à s’en prendre à lui-même et à sa fierté mal placée. Plusieurs personnes lui avaient tendu la main mais comme il n’aimait pas parler de lui, l’aide apportée restait relativement minime.

Avec Anne, c’était différent. Il savait qu’il pouvait tout lui dire, ou presque. C’était en cela que son apparition relevait du miracle. Ce n’était pas pour autant qu’il allait l’ennuyer avec ses problèmes dès maintenant. Le fait, simplement, de savoir qu’elle était là lui redonnait du baume au cœur.

- Ca fait des mois que je n’arrive plus à te joindre. Comment vas-tu ? Tu restes longtemps à Los Angeles ou tu n’es que de passage ? Et Liam, les enfants, le domaine, tout se passe bien j’espère ?

Ross avait desserré son étreinte mais n’avait pas lâché la jeune femme. Il voulait être certain qu’il ne rêvait pas. Il plongea ses yeux clairs dans ceux d’Anne comme s’il voulait deviner ses réponses.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Mar 30 Aoû - 9:47

Quel bonheur ! Ce n'est qu'en l'enlaçant que j'ai su à quel point il m'avait manqué durant toutes ces années. Mes mains, cette fois, se posèrent sans aucune hésitation autour de sa taille comme si elles connaissaient déjà leur emplacement. Cela faisait du bien. J'avais cette impression de revenir à un de nos étés où il n'y avait aucun soucis à l'horizon. La seule chose qui nous importait était nos escapades et nos longues conversations plus ou moins physiques. Il avait été non seulement mon amant, mais surtout mon ami et mon confident. Et c'est ce dernier qui me manquait. Seulement, je ne voulais pas gâcher ce moment de retrouvailles avec de funestes nouvelles. Pourtant, Dieu sait que je serais obligée de passer par là. Étais-je égoïste de vouloir profiter de ces quelques instants de paix ? Et dernier argument, il fallait d'abord s'occuper des vivants. Il n'y avait plus rien à changer pour les morts.

« Trop longtemps... Si j'avais su que je me sentirais aussi bien contre toi, je serais venue plus tôt. »

En plus d'être psychologue, Ross était écossais. Par le passé, ils avaient gagné une réputation de guerriers fiers et perspicaces. J'ignorais de quelle part il tenait cela, mais il ne dérogeait pas à la règle. Laissant quelques centimètres nous séparer afin de m'observer dans les yeux, il me demandait aussitôt des nouvelles de Liam, des enfants et du domaine. Je détournais le regard n'étant pas certaine de vouloir m'embarquer dans un discours dramatique. Après tout, nous venions d'assister à une tragédie. Le problème est qu'il me posait la question maintenant et que je n'aimais pas mentir si je pouvais l'éviter. Autant être franche, directe et rapide. Je me détachais de lui, me passant la main sur le front.

« Il ne reste plus rien. Le domaine a brûlé avec tous ses occupants en juin. » Je marquais une pause laissant à Ross le temps d'accepter la nouvelle. « Je suppose que tout ceci est relié à mon passé avec Genetic et qu'ils ont voulu tirer un trait une bonne fois pour toute sur nos... différents. Donc, on peut dire que je vais rester un moment sur Los Angeles »

Voilà, c'était dit. Sans larmes, sans cris. J'avouais que ça pouvait en déconcerter plus d'un, mais en deux mois, je pensais avoir écoulé mon stock. Je ne pouvais qu'attendre le jour où cette guerre prendrait fin.

« Maintenant, je ne peux plus les protéger... Heureusement pour moi, il y a certaines personnes qui me sont chères qui ont encore besoin de moi d'après ce que j'ai pu entendre. J'ai vu Wyatt, il y a quelques jours. Ton fils... »

J'approchais ma main vers son visage pour le caresser. Preuve que je ne lui en voulais pas pour cette petite cachotterie. Preuve aussi de son existence. Pourquoi avais-je mis autant de temps pour aller le voir ? Le simple fait qu'il soit là m'apaisait et me faisait oublier tout ce qui s'était passé. A croire que je n'avais besoin de rien d'autre. Aujourd'hui c'était peut-être le cas. Même si notre relation ne serait plus aussi fusionnelle qu'avant, sexuellement parlant, elle me suffirait, j'en étais certaine. C'était même plus que je ne l'espérais. Je me sentais soulagée.

Cette fois, ce fut à mon tour de plonger mon regard dans ses yeux bleus gris. Je m'inquiétais pour sa relation avec Wyatt, car je savais à quel point il tenait à lui. Comment n'avais-je pas pu le remarquer plus tôt ? En y réfléchissant, je constatais de nombreux points communs, mais le plus flagrant restait les yeux. Et je me prétendais professeur en génétique ? La honte !
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Ven 2 Sep - 22:59

Les deux amis apprécièrent leur étreinte. Les spectateurs de la scène n’eurent aucun mal à interpréter cette scène de retrouvailles. Ross sourit à la réponse d’Anne. Il acquiesça intérieurement. Elle aurait effectivement dû venir plus tôt. C’était si bon de la sentir près de lui, de respirer son parfum, d’effleurer sa peau satinée, de percevoir son cœur battre… L’écossais serait bien resté ainsi plus longtemps. Avec la jeune femme dans les bras, le temps était suspendu, et les problèmes avec. Comment avait-il pu rester sans nouvelles d’elle si longtemps ? Deux mois seulement ! Ross avait l’impression que ça faisait des siècles.

Un nuage noir se profila à l’horizon et assombrit le regard de la jeune femme lorsqu’elle lui donna des nouvelles du domaine. Il ne restait plus rien… Voilà comment quelques mots suffisaient à mettre un terme à un moment de bonheur. Ross ne cacha pas son étonnement et son inquiétude.

- Comment ça ?

Il n’était pas certain d’avoir tout saisi. Anne venait de lui annoncer la perte du domaine et de ses occupants sans émotion apparente. Ce n’était peut-être pas aussi dramatique qu’il l’imaginait ? Il n’y croyait qu’à moitié. Pour qui la connaissait, le comportement de la jeune femme trahissait une émotion contenue. Le psychologue souhaitait avoir la confirmation de ses doutes mais il se demandait s’il était bien utile de remuer le couteau dans la plaie. Non, ce n’était pas la peine. Il souhaitait encore plus la laisser tranquille. Non, c’était un cauchemar, tout le monde n’avait pas pu périr dans l’incendie. Il allait se réveiller.

- Ce n’est pas possible, pas TOUS. Grogna-t-il en serrant les poings jusqu’à ce qu’ils craquent.

Il refusait d’admettre le pire mais quelque chose lui disait que le pire était arrivé. Sa gorge se noua et un flot d’émotions le fit frissonner. Son cœur qui s’était accéléré en revoyant Anne se serrait comme s’il était dans un étau. Cette nouvelle affreuse lui faisait mal. Liam était un homme qu’il appréciait beaucoup. Il avait su rendre Anne heureuse. Ce couple avait été un exemple pour bien d’autres et surtout pour les enfants qu’ils avaient pris sous leurs ailes. Grâce à eux, plusieurs jeunes mutants avaient trouvé la paix dans un foyer chaleureux.

Mais comment pouvait-elle rester maîtresse d’elle-même ? Non seulement, elle était calme mais elle se montrait réconfortante. Cela aurait du être le contraire ! Ross saisit gentiment la main qui lui caressa le visage et l’approcha de ses lèvres pour y déposer un doux baiser. Ainsi il la remerciait d’être là, d’être elle tout simplement.

Anne avait déjà revu son fils. Décidément cette femme était pleine de surprises. Cela faisait partie de son charme. Cela étant, il se serait bien passé de ce genre de surprises. Wyatt : un vaste sujet qui le ramena à la dure réalité de sa vie actuelle. Comparée à celle d’Anne, ce n’était rien finalement. Comme quoi, sur cette terre, tout était question de relativité !

Même s’il ne savait pas ce que son fils avait dit à son amie, Ross se sentit honteux. Il détourna son regard qui devint évasif. Une multitude d’émotions envahirent de nouveau l’écossais. Lui qui ne voulait que le bonheur de son fils, il avait tout gâché. La relation avec Wyatt s’était dégradée et il ne savait pas comment recoller les morceaux. La culpabilité le rongeait et le rendait morose. La perte du domaine et la mort de ses habitants lui nouaient les entrailles. C’était affreux, comme le drame survenu dans le gymnase un soir de mai. Imaginer Anne vivant seule une telle tragédie lui crevait le cœur. Il aurait tellement voulu être présent. Cela n’aurait pas retiré sa peine mais il aurait été à ses côtés pour la soutenir dans cette épreuve.

- Je suis désolé… tellement désolé… Dit-il sincèrement.

Il laissa passer quelques secondes, le temps de déglutir longuement, et il ajouta doucement :

- Mais pourquoi ne m'as-tu pas appelé ? Je serais venu immédiatement.

Ce fut tout ce qu’il trouva à dire. Bravo le psy ! Il eut mieux fait de ne rien dire.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Sam 3 Sep - 10:18

Instinctivement, je m'étais détachée de Ross pour lui annoncer la nouvelle et j'observais déjà un changement en moi. Je ressentais à nouveau ce poids sur mes épaules, cette solitude à qui j'avais laissé le droit de pourrir chaque particule de mon être. Ma famille n'était plus et c'était ma faute. Je n'étais peut être pas celle qui avait craqué l'allumette ou remplis le réservoir d'essence, mais j'étais celle qui avait provoqué cette haine. Etaient-ils au courant que j'avais survécu, même si cela était un bien grand mot ? Aucune idée.

Au début, Ross ne sembla pas comprendre ce que je lui disais. Après tout, cela paraissait tellement fou. Qui aurait pu tuer des enfants sans défense ? Les faits étaient pourtant là. Je pouvais facilement voir le cheminement de mes paroles dans les yeux de l'écossais. Le voir ainsi, réveillait petit à petit tout ce que j'avais essayé de mettre de côté pour continuer à avancer. Non, je ne devais pas me laisser aller ! J'avais des choses à faire, je devais aider Genome. Peu importe ce que ça pourrait me coûter, je devais faire quelque chose. Les craquements de doigts de Ross me fit fermer les yeux. Pourquoi fallait-il que je le dise ? Etait-ce une nouvelle forme de torture ? Ne pouvais-je pas enterrer tous ces souvenirs dans un coin de ma mémoire ? Sachant que je devrais l'annoncer à Maxime et Jeremy un jour ou l'autre, je me sentais encore plus bas que terre. Mieux valait changer de sujet avant que je ne perde totalement le contrôle.

Je me mis donc à parler de Wyatt parce qu'il fallait que son père soit au courant de la position de son fils. Peut-être n'était-il pas trop tard pour éviter que le jeune garçon fasse une bêtise qu'il regretterait plus tard. Après tout, il ne lui fallait qu'une seule chose : la vérité. Et quoiqu'elle puisse être, elle ne serait certainement pas pire que le ralliement de Wyatt à Genetic. Du moins, c'était mon point de vue. En voyant le regard de Ross, je sentais que ce n'était pas le moment de parler de ça. Quand il reprit la parole, ce fut pour s'excuser. A nouveau, je sentais une nouvelle vague de souffrance, mais j'essayais tant bien que mal de la repousser. Je préférais ne plus bouger, ni parler, concentrant toutes mes forces à rester digne et calme. Mais lorsqu'il me demanda pourquoi je ne l'avais pas appelé, je sentis toutes mes barrières s'effondrer dans un grand fracas. Colère, honte, culpabilité, tristesse se mélangeaient formant un cocktail explosif. Soudain, le couloir dans lequel nous nous trouvions eut quelques modifications. Quelques plantes vertes, fausses ou vraies, donnèrent l'impression de pourrir sur place, le plafond et les murs se délabraient à vue d'œil, les portes se craquelaient. Oh non, ça recommençait.

Je me laissais aller contre le mur jusqu'à atteindre le sol, tout en me prenant la tête avec les mains. Je devais me reprendre ! Les yeux fermés, me concentrant sur mon souffle que je voulais régulier, je neutralisais les effets de l'illusion. Heureusement pour moi, personne à part Ross n'avait vu ce « désastre ». Je relevais la tête vers lui, les larmes aux yeux.


- « Je suis désolée. Pardon... Si tu savais ce que j'ai failli faire... A l'heure qu'il est, tu me détesterais. Je ne suis pas aussi... pacifique qu'avant. »

Je l'enlaçais de nouveau, ma tête contre sa poitrine. J'étais si fatiguée de me battre que je serais bien capable de me laisser engloutir une bonne fois pour toute.

- « Si j'étais restée là bas au moment de l'incendie, rien de tout cela ne serait arrivé. Et si je n'avais pas été aussi lâche, Hölster serait mort à l'heure qu'il est. »

J'avais mis tellement de rage dans ces derniers mots qu'un frisson d'effroi m'avait parcouru l'échine. Cette attitude ne ressemblait pas à la Anne du passé. Seulement, celle-ci était morte le 5 juin avec les autres. A quoi bon prétendre le contraire ? Ross allait sûrement la détester, mais je ne pouvais la refréner. Elle régnait désormais en maîtresse sur cette enveloppe humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Dim 4 Sep - 0:15

Ross était désolé, tellement désolé pour son amie. Il aurait voulu être présent pour la soutenir dans cette épreuve. Maintenant qu’il se trouvait à ses côtés, au lieu de l’aider, il lui reprochait de ne pas l’avoir appelé, gentiment certes, mais il aurait mieux fait de ne rien dire. Ce n’était pas ainsi qu’on apportait de l’aide à une personne en souffrance. Il était bien placé pour le savoir. Comme le jour où il avait annoncé à son fils qu’il était son père biologique, le psychologue perdait pied. Il était dans l’incapacité de mettre en application les bons conseils prodigués à ses patients.

Après sa bourde, il s’attendait à ce que la jeune femme se rebelle mais elle n’en fit rien. S’il avait réfléchi deux secondes, il aurait du se douter que ses paroles ne feraient que l’enfoncer un peu plus dans l’abîme de la souffrance. Elle qui faisait en sorte de rester digne se métamorphosa en un être sans défense, incapable de faire face à la situation. Ross n’en menait pas large. Encore une fois, il venait de faire du mal à une personne chère. Décidément, il était maître en la matière depuis l’accident du gymnase ! Il fallait que ça change, et très vite. Ce fut le décor qui changea très vite. La capacité d’Anne s’était réveillée de façon intempestive. Elle ne contrôlait plus ses émotions. L’illusion devait représenter ce qu’elle ressentait au fond d’elle ; ce n’était pas beau à voir.

*Quel idiot tu fais mon pauvre Ross* pensa-t-il en grimaçant.

Dans un premier temps, il ne fit rien mais resta très attentif à l’illusion qui, heureusement, ne dura que quelques secondes. C’était cependant quelques secondes de trop. Anne semblait au bout du rouleau. Il devait prendre le relai et rattraper le temps perdu. Il s’agenouilla devant la jeune femme et lui prit délicatement les mains. Il voulait éviter de l’effrayer et l’aider à se relever.

- Non, arrête Anne. Tu n’as rien à te faire pardonner. Ce n’est pas de ta faute. Même si tu avais été présente au moment du drame, tu n’aurais sans doute rien pu faire. Si ça se trouve, tu aurais connu le même sort…

La voix de Ross s’enrailla. L’idée de la mort d’Anne lui était insupportable. Elle le replongeait une douzaine d’années en arrière. Il avait vécu la perte de sa meilleure amie, il ne se voyait pas revivre un tel tourment. L’écossais caressa le visage et les cheveux de la jeune femme comme pour s’assurer qu’elle était bien vivante. La nouvelle étreinte le ramena doucement à l’instant présent mais le nom d’Holster lui fit l’effet d’une douche froide.

- Qu’est-ce que tu me racontes ? Tu connais Holster ? Raconte-moi tout. Tu as failli faire quoi ?

Ross ne pensait pas un seul instant qu’il détesterait Anne. Il en faudrait des tonnes pour qu’il cesse d’avoir des sentiments pour cette femme, et encore, il lui trouverait sans doute des circonstances atténuantes. Avec tout ça, le sujet Wyatt était mis de côté. Il ne pensait plus à son fils ni aux problèmes qui en découlaient. Il était à 100 % avec Anne, pour Anne, tout contre elle. Pour le moment, plus rien d’autre n’avait d’importance à ses yeux.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Dim 4 Sep - 15:19

C'était horrible. Je me détestais de ne pas être plus forte et de me montrer ainsi à Ross. J'avais beau me forcer à me lever tous les matins et m'occuper autant que je le pouvais pour ne pas y penser, les nuits n'étaient plus ce qu'elles étaient. Je ne comptais plus les fois où je me réveillais haletante, folle de terreur à la suite de ce même cauchemar. Au début, j'avais même pensé que ces évènements n'étaient pas réellement arrivés, mais la réalité me rattrapait bien assez vite. Je devrais même prendre des actions pour les produits anti-cernes vu les quantités faramineuses que j'utilisais pour cacher la misère. Quoiqu'il en soit, je ne pouvais plus me cacher derrière ce visage apathique. Ma couverture était tombée.

Je sentis les mains de l'écossais se poser délicatement sur les miennes m'offrant tendresse et réconfort. Suivant le mouvement, je me retrouvais debout, tout contre lui, essayant de mettre mon cœur au même rythme que le sien. Lorsqu'il me fit comprendre que j'aurai pu moi même y laissait la vie, cela me semblait pas être un sort aussi détestable qu'on pourrait l'imaginer. Si j'étais restée avec eux jusqu'au bout, je serais morte en protégeant mes enfants comme une lionne et tomber au combat ne m'aurait pas dérangé outre mesure si j'avais pu les sauver. Et je n'aurais pas à souffrir de leur perte chaque jour que Dieu fait. Cette pensée, je ne pouvais la partager avec Ross. Rien qu'au son de sa voix, je compris qu'il aurait eu encore plus de mal en apprenant la nouvelle. Je fis tout de même part de mes sentiments en adoucissant le fond. Mais pas assez apparemment... Il semblait choqué que je prononce le nom d'Hölster et ce que j'ai failli lui faire. Pourquoi ? Tout en restant contre lui, je redressais la tête pour le regarder dans les yeux. Une telle réaction de sa part m'étonnait.


- « Bien sûr ! Il était le chef du projet « mutant » à Genentech. C'est lui qui m'a approché et fournis un emploi de chercheur là bas. C'est en voyant leurs façons de procéder que j'ai quitté les États-Unis pour la France avec quelques dossiers sous le bras pour assurer ma sécurité en quelque sorte. »

Il est vrai que je n'étais pas particulièrement fière de cette période de ma vie, mais j'avais au moins eu le mérite de quitter l'organisation au lieu d'y rester par crainte de représailles. J'avais peut être la conscience tranquille sur ce point là, mais les représailles étaient tout de même tombées.

- « Genetic était la seule menace pesant sur nous et qu'il n'y ait eu aucun survivant, alors que certains de mes enfants auraient pu s'en sortir, montre que ce n'est pas l'œuvre de n'importe qui... Je doute qu'une telle mesure ait été prise par un de ses subordonnés et quand bien même Hölster aurait été mis au courant. Pour moi, il était la personne... « idéale » à liquider. »

Voilà, je m'étais mise à table, j'attendais la même chose de Ross. L'échange équivalent était un principe que j'appréciais dans de tel moment.

- « Maintenant, explique-moi pourquoi à la simple évocation d'Hölster, ton corps s'est raidi et ton cœur s'est accéléré... ? »

Mon esprit étant occupé, ma tristesse avait battu en retraite pour le moment. J'étais plus occupée à deviner ce que Ross me cachait que de penser à ma vengeance. Mes yeux toujours dans les siens, je lui montrais clairement que j'attendais une réponse et qu'il n'avait aucune chance de se soustraire à celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Mer 7 Sep - 22:15

Ross imaginait très bien le calvaire enduré par Anne depuis la catastrophe du domaine. La mort d’un parent était toujours difficile à vivre mais c’était dans la logique des choses. Par contre, perdre la personne choisie pour partager sa vie, à la fleur de l’âge, était une épreuve terrible. Le pire de tout, l’impensable, l’inconcevable, l’insupportable était de perdre des enfants ; c’était inacceptable. Survivre après un tel drame relevait d’une performance hors du commun. Anne possédait des ressources pour faire face à toutes sortes de situations difficiles mais il n’était pas certain qu’elles suffisaient à dépasser cette horreur. Dans un tel cas, personne ne pouvait anticiper ses réactions, le subconscient prenant souvent le contrôle. Il n’était pas rare de voir s’effondrer les plus costauds. Il y avait de quoi perdre la raison. L’écossais deviendrait dingue si son fils venait à disparaître. Il suffisait de voir dans l’état où il était depuis que Wyatt lui avait tourné le dos pour s’imaginer ce qu’il en serait. Une chose était certaine, il lui était impossible d’envisager sa vie sans lui ; sans doute ne lui survirait-il pas très longtemps. Ces sombres pensées l’emplirent de tristesse, il en avait les larmes aux yeux.

*Hey oh ! C’est Anne qui est à plaindre pour le moment. Elle a besoin de toi. Arrête un peu de tout ramener à toi.* Pensa-t-il en serrant un peu plus la jeune femme contre lui comme si il voulait s’assurer qu’elle était bien vivante.

Il essayait de lui apporter un peu de réconfort. Il voulait lui faire comprendre qu’il était là, prêt à lui servir de roue de secours. Il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour lui apporter l’aide dont elle avait besoin, et plus encore.

Holster ! Ce nom cessa ses tergiversations mentales. Si seulement il pouvait être rayé de la planète. Ce ne serait pas un mal. Ross avait oublié qu’Anne avait travaillé pour lui. Elle eut mieux fait de se casser une jambe ce jour là, tout comme lui le soir où il l’avait rencontré dans un bar. Ce serait donc Holster le responsable des malheurs de son amie ? Si c’était vraiment le cas, il était normal qu’elle veuille le liquider. Si elle mettait ses menaces à exécution, il tenterait de l’en empêcher. Ce ne serait pour protéger le patron de Genetic, oh que non ! L’écossais avait une dent contre lui pour ne pas dire une dentition complète ; mais il ne voulait pas voir Anne condamnée à la peine capitale pour meurtre avec préméditation. Savoir son amie enfermée dans une cellule avec pour seule compagnie son désespoir était inconcevable. Comment lui dire qu’il n’était pas d’accord avec elle alors qu’il ferait sans doute pire si un drame comme le sien lui tombait sur la tête ? Il ne savait pas et ne dit rien. Par contre, il allait devoir répondre à ses questions, si non, elle ne le lâcherait pas.

Anne avait déjà deviné que quelque chose d’étrange existait entre Dunney et moi : ce fichu contrat de mariage ! Cela faisait longtemps qu’il n’y pensait plus, les derniers évènements lui avaient fait oublier cet épisode peu glorieux de sa vie bien remplie. Se sentant ridiculement honteux, il fuyait le regard insistant de la jeune femme. Comment lui dire qu’il avait épousé celui qu’elle voulait tuer ? Un silence plana de longues secondes, le temps de trouver une échappatoire. Il n’en trouva aucune. S’il lui mentait, elle s’en apercevrait et elle lui en voudrait. S’il lui disait la vérité, elle lui en voudrait aussi. Avec Anne, il avait toujours été honnête et sincère. Excepté le fait qu’il ne lui avait jamais dit, comme à personne, qu’il était le père biologique de Wyatt, il ne lui cachait rien.

- Si je te le dis, tu vas vouloir me tuer aussi… Commença-t-il.

S’il avait pu, il se serait caché dans un trou de souris. Un souvenir surgit: il avait complètement oublié de le dire à son fils.

*Et merde ! Je ne l’ai pas dit à Wyatt au fait !* Pensa-t-il en grimaçant comme un gamin pris en train de faire une bêtise.

- J’ai fait une sacrée connerie, je me suis marié avec cet homme. Lâcha-t-il dépité avant de se justifier.
- J’étais complètement bourré et lui avec. Je sais même pas comment j’ai pu faire un truc pareil. Bon ok, j’ignorais qui il était réellement ce soir là, mais quand même ! Epouser un homme, moi ! Moi qui suis contre le mariage… S’indigna-t-il en serrant les poings si fort qu’il lâcha subitement la jeune femme.

Ross était en colère après lui. Il s’en voulait de s’être laissé entraîner dans cette histoire. Le pire était que son mari ne voulait pas divorcer et qu’un contrat de mariage avait été signé. L’écossais ne faisait pas très souvent des conneries mais quand il en faisait une, elle était de taille. Un iceberg à côté faisait figure de grain de sable !

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Jeu 8 Sep - 16:59

Qu'il réagisse de la sorte au nom d'Holster m'inquiétait mais il pouvait très bien s'agir d'une mission en rapport avec Genome. Qui étais-je pour lui demander de tout m'expliquer alors que je venais tout juste de débarquer ? Seulement, quelque chose me disait dans son attitude que c'était plus grave que ça, mais je ne voyais pas. Ross évitait mon regard et m'annonçait que j'aurais certainement envie de le tuer. N'importe quoi ! Qu'avait-il pu bien faire pour être dans un tel état d'énervement ? Lorsque la sentence tomba, j'eus l'étrange impression de ne plus être maîtresse de mon corps. Je n'arrivais plus à entendre ce qu'il disait pour expliquer qu'il s'était marié avec ce monstre. Ross... Finalement, ces deux mois sans nouvelles l'un de l'autre avaient été plus longs que je ne l'aurai cru. A moins que ce mariage ne remonte à encore plus loin et qu'il ne m'ait rien dit jusque là. Je me sentais sans force, fatiguée de lutter. Je commençais sérieusement à croire que Dieu était un gamin capricieux qui s'amusait à me torturer et à imaginer d'autres plans tordus pour me faire enrager. Comment pouvais-je rivaliser ?

Après que Ross m'ait relâché de son étreinte, je restais debout, immobile, essayant de chercher un sens à tout cela. Il n'y en avait pas. Et là, je me mis à rire. Le sujet ne s'y prêtait pourtant pas, ce n'était pas le moment, mais je riais. Je riais face à cette situation stupide, à cette vie merdique où je croyais avoir déjà atteint le fonds. Force est de constater qu'on peut toujours descendre plus bas. Je crois que s'en était trop pour moi. Je plongeais ma main dans mes cheveux, secouant la tête de gauche à droite avant de tourner les talons. Certes, ce n'était pas l'attitude la plus responsable qu'on pouvait attendre. Ross était mon ami, mais là, je ne pouvais pas gérer. Je n'arrivais pas à avoir le recul nécessaire pour avaler l'information. Sans m'en rendre compte, j'étais déjà en train de courir comme une malade pour sortir de cet enfer. La grande Anne Williams s'enfuyait au lieu d'apporter son aide.

Une fois dehors, je respirais profondément non seulement pour reprendre mon souffle, mais pour calmer ce qui était en train de monter. Soudain, j'explosais et j'abattis mon poing contre le mur. Bien sûr, il m'était impossible de l'érafler, seulement je pouvais gérer la douleur physique. Je ne pouvais pas en dire autant de la douleur morale. Que pouvais-je faire maintenant ? Je ne pouvais pas retourner à l'intérieur et affronter Ross comme ça. La culpabilité était telle que je n'arrivais pas non plus à reprendre le chemin de mon appartement. La seule chose que je souhaitais était d'oublier tout ça. Je voulais mettre un voile sur ces trois derniers mois ne serait-ce que pour une soirée. Pour cela, il n'y avait qu'une amie qui pouvait m'aider. Téquila ! Tant pis pour les conséquences. La gueule de bois serait bien le dernier de mes soucis et j'en assumerai les responsabilités demain matin au réveil. Je me mis donc à la recherche d'un bar comme une droguée qui veut sa dose.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   Ven 9 Sep - 21:06

Ross avait répondu honnêtement et s’attendait à toutes sortes de réactions de la part d’Anne. Il était prêt à tout entendre. Dans le meilleur des cas, elle lui demanderait des explications pour tenter de comprendre cette absurdité. Elle ne pouvait pas douter de son orientation sexuelle et devait penser qu’il avait été pris au piège. Avec les derniers événements vécus, il penchait plus pour une réaction moins zen. Allait-il se faire envoyer sur les roses, se faire insulter voire même se faire battre ou encore se faire tuer ? Non pour la dernière option car la jeune femme n’était pas armée.

Quelle ne fut pas sa surprise de la voir rire dans un premier temps. Il avait pensé à tout sauf à ça ! Ayant observée son amie, il comprit très vite que ce rire était nerveux. A cet instant, il s’en voulut de lui avoir dit la vérité. Elle n’avait pas besoin de ça en ce moment ! Au lieu d’apporter réconfort et chaleur à son amie, il ne faisait que lui amener un problème supplémentaire à gérer. Décidément, depuis quelques temps, l’écossais faisait tout de travers !

Ce qui s’en suivit le surprit encore plus. Voir Anne partir si vite sans dire un mot laissa Ross interdit. Il aurait pu tenter de la rattraper mais il sentait que ce n’était pas le moment d’en rajouter. Elle avait sans doute besoin d’être seule pour digérer la nouvelle en espérant qu’elle ne commettrait pas un acte irréparable. Non, impossible, ce n’était pas dans son caractère. Anne faisait partie des personnes fortes, elle trouverait les ressources nécessaires pour dépasser tout ça quitte à passer par des chemins détournés et pas très sécurisés, elle s’en sortirait.

L’écossais demeura immobile quelques secondes, les bras ballants, le temps de culpabiliser et de s’engueuler intérieurement. Complètement désappointé et désarmé par sa propre nullité, il ne trouva pas mieux que de rentrer chez lui.


_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvenirs, souvenirs [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: GENOME GROUND ZERO :: GENOME ARCHIVES-