..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 25 Juin - 23:43

Mary Jane en avait assez d’être chez elle, seule, sans personne à embêter, sans personne à qui parler, à part son chat. Le peu d’amis qu’elle avait étaient partis en vacances ou avaient autre chose à faire que de se coltiner une gamine capricieuse. Qu’allait-elle faire ce soir ? Où allait-elle aller pour tuer le temps ? En boîte, non, elle n’avait pas envie de danser et il faisait trop chaud pour s’enfermer. Respirer la sueur des autres ! Beurk. Sur la plage, non plus ; elle ne voulait pas se farcir une bande d’adolescents ivres morts qui allaient encore lui faire du gringue en employant un vocabulaire débile. Pourtant, par cette chaleur, les bords de mer étaient agréables. Elle se dit qu’une petite virée sur le port était une bonne alternative. Les boutiques restaient ouvertes une bonne partie de la nuit et elle pourrait faire un peu de shopping. C’était une bonne idée sauf qu’elle n’avait pas trop d’argent à dépenser depuis que son père avait disparu. Tant pis, elle se conterait de regarder les vitrines ou de faire des essayages.

Après avoir pris la cinquième douche de la journée, elle enfila une robe de soie bleue et des escarpins à talons de la même couleur. Elle mit une fine chaine d’or blanc avec un pendentif en saphir et une bague, assortie au collier, à chaque main. Armée d’un petit sac contenant tout le nécessaire, elle prit une des voitures de son père et se rendit au port. Elle se gara sur le parking et resta plusieurs minutes dans le véhicule à observer les passants. C’était toujours très amusant de voir les gens aller et venir. Pour chaque personne qu’elle voyait, elle y allait de sa petite critique ; rare étaient les compliments qu’elle faisait mais ils n’étaient pas inexistants. La preuve ! Lorsqu’elle aperçut un marin, elle ne le quitta plus des yeux. Il avait fière allure dans son uniforme sauf qu’il titubait légèrement. Il était évident qu’il avait trop bu. Elle se surprit à l’envier. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas siroté un verre d’alcool. Ca lui manquait, surtout lorsqu’elle était seule comme ce soir. Le marin s’éloigna et rentra dans un bar. Il n’y avait plus personne sur le parking.

Dans l’Infiniti de son père, elle avait chaud. Quelle idée de ne pas avoir de voiture décapotable ! En été, c’était quand même plus agréable. Mary Jane sortit de la voiture. Elle ne savait pas trop quoi faire. Elle n’avait pas envie de faire les boutiques et préférait rester éloignée des bars pour ne pas être tentée. Elle entreprit alors de chercher un endroit où elle pourrait se poser tranquillement et profiter de l’air iodé. Sa recherche ne s’éternisa pas car elle tomba sur une belle décapotable garée face aux bateaux. L’endroit idéal pour un poste d’observation.

Sans éprouver de gène, Mary Jane s’installa sur le siège du passager qu’elle recula pour allonger ses jambes. Elle s’étira et s’installa confortablement. Elle pouvait ainsi observer les allées et venues des occupants des yachts et autres bateaux amarrés au port. Au bout d’un quart d’heure, l’adolescente commençait à s’ennuyer. C’était bien joli mais ça devenait rengaine. Les gens faisaient tous, à peu de choses près, la même chose : ils discutaient, ils mangeaient, ils dansaient, ils buvaient…. Encore ! Non mais comment pouvait-elle ne pas être tentée ? Pfff, quelle galère d’être enceinte ! Vivement qu’elle accouche pour pouvoir boire un verre, un bon verre d'alcool bien fort. Sauf que l’arrivée des jumeaux n’était pas encore pour tout de suite. Six mois et quelques jours à attendre, c'était long, très long. Tiendrait-elle jusque là ?

Une voix masculine la sortit de ses pensées. Elle tourna son regard dans la direction de celui qui avait prononcé quelques mots dont elle n’avait pas compris le sens. Non pas qu’il ne parlait pas sa langue mais parce que son esprit était occupé ailleurs…Un homme brun, pas mal physiquement, pas mal du tout, se tenait non loin de la décapotable.


- Bonsoir. Dit-elle en se redressant avec grâce afin de s’asseoir correctement.

Elle fit en sorte d’avoir la prestance d’une jeune femme et non d’une gamine qu’elle était encore. Les caucasiens avaient souvent des difficultés à donner un âge aux asiatiques, aussi comptait-elle sur ce point pour faire illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Lun 27 Juin - 23:47

Sortir avec Orlando, c'est pas toujours un cadeau. Mais ce sont les petites sorties qui forgent les grandes amitiés, mais vous vous voyez sortir avec un homosexuel à tendances sadomaso, dans un bar " normal " ? Vous pensez sincèrement parler de quoi? Hormis écouter votre ami dire à tous les mecs qui passent qu'ils ont, je cite: " un putain de pétard " et qu'il :" aimerait bien qu'il l'emmène faire un tour dans les wc. "

Néanmoins, il n'en avait pas un comme Orlando pour mettre ses mains dans le cambouis. Littéralement ( Je l'ai pas déjà faite celle là?). Donc ses talents de mécano expert étaient agréables et utiles à Jack pour sa caisse, toujours en panne. Et ses penchants sexuels, utiles pour les infos. Les gays, ce sont des hommes, qui aiment les mêmes choses que les femmes, dans l'à peu près, pour Jack. Donc,de manière isocèle, les ragots. Et les ragots, c'était le charbon du boulot de Jack.

Orlando savait très bien que Jack l'utilisait - et à vrai dire, ça l'excitait intérieurement d'être traité comme un objet, c'était ultime ! - et il assumait pleinement. Il imposait seulement une sortie à Jack, par mois, afin de ne pas sombrer dans le " purement professionnel ".

Bon. Orlando avait conduit à l'aller, et comme à chaque fois, il picolait comme un trou et Jack le ramenait chez lui, là où il avait laissé sa propre voiture. Jack ne buvait pas, pour une fois. Il n'avait pas envie de se réveiller avec un organe de black dans le derrière, et tutti cuanti.

Sortant enfin du bar où Orlando avait repéré un, je cite, " serveur avec un paquet démentiel ", Jack sortit enfin les clefs de la voiture d'Orlando. Une Dodge Charger décapotable, entièrement retapée. Évidemment, quand le garage blanchit un trafic de drogues, c'facile de se payer des bébés pareil. Quoi? Comment ça, les dénoncer à la police? C'est faire caca là où l'on mange les amis.

Orlando poussa quelque peu Jack afin de se précipiter près d'une cabine téléphonique et d'y déverser son vomi. Ce n'était pas très classe, pas très hygiénique, mais c'était toujours mieux que sur le costume de Jack.

S'avançant vers le véhicule, Jack allait chercher l'immortel sachet plastique destiné à recevoir le dégueulis d'Orlando durant leur retour chez le black. Sauf qu'à la place d'un sachet plastique, il trouva autre chose du côté passager.


- Bonsoir.

- Et bah, bonsoir. J'peux savoir, qui vous êtes? Sans être indiscret, évidemment.


Une asiat', jeune; trop jeune, donc théoriquement pas sa fille ni celle d'Orlando - AHAHAHAHAAHHA, j'ai dit qu'il était gay? - ça enlevait une épine du pied de Jack. Bien habillée, bien foutue, c'était un diner aisément gagné. On aurait dit un billet de 5ooeuros, dans une ruelle éclairée, indiqué par des signaux lumineux divers et variés, et soulevé par un léger courant d'air pour atterrir directement dans le creux de votre main.

On pouvait jamais sortir sans rencontrer une couille à L.A, ou autre chose....
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Ven 1 Juil - 23:23

Le ton employé par l’homme n’était pas très engageant. Son «Et bah » trahissait un certain agacement, à moins que ce ne soit de la surprise ? Mais pourquoi était-il surpris de voir une jeune fille seule dans une voiture décapotable ? Ah, peut-être que c’était sa voiture et dans ce cas, c’était compréhensible. Cependant, la jeune fille, qui s’était montrée tout à fait charmante, pensait qu’il n’avait pas à être agacé par sa présence. De plus, il était seul, il aurait du réagir autrement et se montrer ravi non ? A moins qu’il ne fasse partie de ces hommes portant plus d’intérêt aux biens matériels qu’aux êtres humains. Pfff L’asiatique ne comprenait pas ce genre de comportement. Pour elle, un homme qui bichonnait son automobile comme si c’était la huitième merveille du monde, était un parfait abruti. Une petite moue déçue se dessina sur le visage de l’adolescente. Heureusement, le beau brun se rattrapa.

- Non non, ce n’est pas indiscret. Je suis Mary Jane. Répondit-elle en tendant une main gracieuse vers son interlocuteur accompagnée d’un sourire angélique pour demander à son tour :

- Et vous ? Qui êtes-vous ? Vous n’êtes pas fli.. policier j’espère ?

Un léger doute effleurait l’esprit de la jeune fille. Elle avait le don de se mettre dans des situations qui la menaient souvent au poste de police. Mais bon, là, elle ne faisait rien de mal. Elle squattait simplement la voiture d’un inconnu. Elle n’avait même pas forcé la serrure pour une fois. C’était inutile puisqu’elle était décapotée. Après tout, si son propriétaire ne voulait pas retrouver des corps étrangers dans son petit espace privé, il n’avait qu’à se montrer plus prudent et fermer correctement sa voiture. Le doute passé, Mary Jane regretta sa dernière question qui laissait supposer aisément la crainte d’avoir à faire aux forces de l’ordre. C’était mal parti pour établir une relation de confiance avec le nouveau venu. Mais bon, elle devait composer avec son erreur et avant qu’il ne l’accable de tout et de n’importe quoi, elle s’empressa de se justifier.

- Non mais si je vous demande cela, c’est que je n’ai pas mes papiers sur moi… Et la dernière fois, ça m’a valu plusieurs heures derrière les barreaux. Croyez-moi, ça n’a rien de réjouissant. Dit-elle en baissant la tête.

Elle feignait d’être désolée mais elle avait plutôt envie de rire. En effet, l’anecdote évoquée lui avait permis de retrouver un copain et de faire plus ample connaissance. Il avait été mis en cellule avec elle pour une fausse histoire de vol de string.


*Tiens, au fait, il ne me l’a pas encore acheté ce string !* Pensa-t-elle en relevant la tête, un sourire retenu aux lèvres.

Lotus de son surnom n’avait toujours pas respecté son engagement. Elle ne lui en voulait pas car il l’avait hébergée pour la nuit. Pourquoi ? Parce que la chipie ne voulait pas réintégrer le domicile parental. Ce fut, le même jour où elle réussit à convaincre son désormais ami de lui faire un enfant. Une victoire dont elle était fière car Lotus était homosexuel à cent pour cent. Elle ne savait pas trop ce qui l’avait décidé mais le principal était le résultat obtenu. Lotus avait tenu parole et la conception s’était fort bien passée : Le premier essai avait été transformé. Heureusement car, même si Mary Jane s’était montrée convaincante, elle n’était absolument pas certaine qu’il veuille renouveler l’expérience.


- Enfin ! Ce n’est pas bien grave tout ça. Conclut-elle.

Mary Jane se mit à fixer son interlocuteur comme si elle essayait de deviner ses pensées. C’était un parfait inconnu et elle devait se méfier. Avec tous les dingues qui traînaient le soir, elle ne serait pas surprise qu’il en soit un. Il n’en avait pas l’air en tout cas. Elle se pencha légèrement pour attraper son sac à main contenant, entre autres ustensiles, une bombe lacrymogène. On ne sait jamais ! La prudence est mère de sureté… Mary Jane n’avait aucune envie de se retrouver à la page des faits divers.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 2 Juil - 1:22

- Oh non non non je ne suis pas de la police, enfin, plus de celle qui arrête les jeunes filles dans des véhicules ne leur appartenant pas en tout cas.

Jack était ironique, mais jovial.Il saisit la main de Mary Jane, tout en établissant un court contact visuel destiné à déceler une quelconque trace d'agressivité ou de peur. Il savait bien qu'il pouvait faire entrer cette nana en taule pour une broutille pareille, mais sincèrement, à quoi bon? Il était convaincu que son but premier n'était pas de la voler, c'te bagnole. Ce n'était d'ailleurs ni sa voiture, ni son désir de lui faire des misères. D'ailleurs, malgré la beauté de la jeune femme, Jack n'éprouvait aucun désir. Il pouvait p'têtre pas être son père, mais un ami de son frère, ou son cousin germain. Le fossé séparant leur âge ne devait pas être si profond; il semblait qu'elle avait dans les 20 à 25ans. Il se retint de lui demander son âge, son éducation maternelle lui ayant bien fait comprendre qu'il était malpoli de demander son âge à une femme. Pourtant, cette question aurait raccourcit la rencontre.

Orlando s'abattit sur le dos de Jack, complètement ivre mort. Jack le saisit et le fit balancer à l'arrière du véhicule, la place du mo-... passager étant occupé par la jeune demoiselle pas-en-détresse.


- Je suis flic, néanmoins.
Déclara t-il avec un clin d'oeil. Mais sans les menottes et les garde à vue.

Il prit les clefs, ouvrit la porte - de toute façon passer par dessus les portes n'était plus à la mode, et il risquait de se péter quelque chose en se la jouant bad boy, et s'assit. Se préparant à mettre le contact, il se dit qu'il fallait quand même faire dégager la jeune fille, sous peine d'être appelé au tribunal pour tentative de viol...

- Bon, c'pas que je m'ennuie mademoiselle; mais faut vaquer à vos occupations, je dois ramener Orlando, oui le soulard derrière, chez lui, et à moins que vous ne vous transformiez en homme ou en bouteille de whisky après minuit...


La fausse mine déçue de Jack laissa vite transparaître un sourire. C'était rare de rencontrer de quelqu'un de sympa quand on bossait comme détective privé. Ses rares contacts étaient tous liés par le boulot, et ils ne parlaient que de boulot avec lui. Ils se foutaient donc de savoir qu'il avait un mal de chien dans le bas du dos qui laissa paraître un début de sciatique, ou même que le gérant du motel le menaçait de le foutre dehors pour loyer impayé.

Il trouva quand même que sa phrase était assez directe et peu subtile, et qu'elle semblait demander à la jeune fille de dégager. Il tenta alors de réparer son erreur :

- J'voulais pas être méchant hein, tenez, afin d'être le plus poli possible, je me présente. Enzo Brinks, agent de la paix.

Tout en cherchant le sachet plastique à vomi sous le siège conducteur, il rajouta :


- Et vous j'parie que c'est Rouleau de Printemps, Mulan ou bien Sushi !
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 2 Juil - 21:38

L’homme n’était pas flic mais c’était tout comme. Ce n’était pas parce qu’il disait ne plus arrêter les personnes occupant un véhicule ne leur appartenant pas, qu’elle le croyait. Légèrement inquiète, la jeune fille fronça les sourcils. C’était bien sa veine ! Si ça se trouvait, il lui racontait des bobards pour mieux l’alpaguer et l’embarquer au poste de police le plus proche. Son imagination débordante fut stoppée lorsqu’un autre homme surgit sur le dos du beau brun. Elle sursauta et ouvrit de grands yeux, étonnée par la façon dont le flic l’installa sur le siège arrière. Propulser un homme saoul avec une telle facilité, laissait supposer une bonne musculature.

Mmmh ! Un beau brun, de surcroit musclé, ça donnait envie de le séduire. Oui mais bon, il possédait les clés de la voiture squattée par la jeune fille ; cela ne présageait rien de bon. Ce n’était pas ce soir qu’elle jouerait de ses charmes. Elle avait tort, le bel homme était plus préoccupé par le devenir de son soulard d’ami que par celui de l’adolescente. Bah voilà ! Encore un qui ne pensait qu’à ses petites affaires. Il n’en avait rien à faire de la squatteuse, son seul souci était de ramener son ami chez lui. A son corps défendant, il prenait soin de son ami ; cela voulait dire qu’il n’était pas tout à fait égoïste. De plus, il n’avait rien d’un perverse, ce qui, mine de rien, rassurait grandement l’adolescente. Ok, mais Mary Jane aurait préféré qu’il s’attarde un peu plus sur sa petite personne.

Au lieu de cela, il lui demandait poliment de quitter la voiture avant qu’il ne démarre. Pfff ! Si elle ne s’était pas retenue, elle aurait poussé un gros soupir de dépit, mais ça ne se faisait pas ; pas quand on voulait se faire passer pour une jeune femme. Mary Jane ne comprit pas immédiatement ce que l’homme insinuait en parlant de se transformer en homme. Elle haussa un sourcil étonné en regardant tour à tour Orlando et Enzo qui venait de se présenter. Ah mais oui bien sûr ! Ces deux hommes étaient homosexuels. Ce fut l’explication qui lui vint à l’esprit ; elle collait parfaitement avec les derniers mots de l’agent de la paix.

Mary Jane faillit sortir sa bombe lacrymogène quand Enzo se pencha vers elle pour… bah non, pas pour lui faire un câlin, dommage, mais pour prendre un sachet plastique se trouvant sous le siège du passager.


- Ok, j’ai compris… Dit-elle avec un brun de déception dans la voix.

Elle s’apprêtait à descendre du véhicule quand il ajouta une de ces débilités d’idées reçues. Non seulement, il citait des noms absurdes mais ce n’était pas le pire ; Enzo n’avait même pas retenu son prénom alors qu’elle s’était déjà présentée. C’en était trop pour l’adolescente. Elle ne pouvait pas rester de marbre devant autant d’ignorance, de stupidité et de manque d’intérêt pour sa petite personne.


- Vous avez des problèmes de mémoire ? Il vous manque une case ma parole. Vous êtes complètement débile… Lança-t-elle en s’extirpant de la voiture avec grâce et agilité avant de claquer la portière de toutes ses forces.

- Sale raciste ! Va te faire mettre par ton pote, ça ne te remplira pas le cerveau mais ça t’en bouchera un coin… Pendant ce temps là, t’arrêteras peut-être de dire des conneries !

Le caractère impétueux de la jeune fille reprit le dessus. Vexée et très en colère, elle le tutoya. S’il y avait une chose qu’elle ne supportait pas, c’était bien les xénophobes. Elle n’était pas homophobe mais une telle attitude la pousserait presque à le devenir. Oui mais non, tous les homosexuels n’étaient pas comme cet abruti à la voiture décapotable. Heureusement ! En attendant, elle était furibonde. Enzo l’avait blessée, contrariée, dégoûtée… Dégoutée, au sens figuré comme au sens propre, à tel point qu’elle se sentit mal. Elle avait chaud, elle avait soif, elle avait mal au ventre. Pour éviter de vaciller, elle posa ses mains sur la portière en soufflant bruyamment. La suite ne se fit pas attendre. Elle se plia en deux et rendit tout ce qu’elle pouvait sur le siège avant du véhicule, encore et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 2 Juil - 23:58

Oups, la boulette.

C'était surprenant que cela soit un plat italien - les pates avec les boulettes de viande ! - qui désigne une bourde, quand on connait les origines italiennes de monsieur Brinks. Il n'avait en rien voulu la blesser, mais apparemment c'était parti au quart de tour. Jack calibrait ses blagues avec bon gout la plupart du temps, surtout parce qu'en général, les personnes qu'il rencontre, il a déjà établi leur profil psychologique depuis plusieurs semaines. Mais quand c'est inattendu et soudain, on peut dire que ça vire à la catastrophe...

Il ne fallait surtout pas se laisser mener, ce n'était plus tentative de viol, mais bien comparution immédiate pour insultes racistes. C'est donc avec sang froid et le regard dur qu'Enzo déclara, le ton similaire voire légèrement plus bas que son interlocutrice, mais bien plus rigide et sévère.


- Si néanmoins je ne peux pas vous coffrer de par votre présence dans ce véhicule, pour outrage sur agent c'est tout à fait po-....

Et là c'était la boulette qui revenait.

Elle vomit tout son intérieur sur les sièges d'Orlando. Ce dernier, se releva, et devant cette vision d'horreur, commença à hurler quelque chose avant de rendre à son tour tout son intérieur à la même place que Mary Jane.

Jack tenait son front entre ses mains. Putain, dans quelle merde noire était-il parti se fourrer. Ouvrant sa portière, il ramassa ses clefs et déboula en direction du coffre. Ouvrant, sinon forçant, le coffre, il récupéra le bleu de travail d'Orlando et se précipita en direction de Mary-Jane, enfin, du dégueulis de Mary-Jane et d'Orlando.


- Putain de bordel de nom de Zeus. Bon, Mary-Jane, on est parti sur de mauvaises bases.

Regardant le vomi verdâtre + jaunâtre couler lentement sur le plancher de la voiture, il se reconsidéra.


- De très mauvaises bases. Mais là, on va tâcher de vaquer au plus important. T'es malade, ivre, ou droguée?

Bon pour Orlando il savait que c'était ni la maladie ni la drogue, mais elle par contre... Ce fut avec surprise que l'on aperçu ce dernier lever la main et ajouter haut et fort :

- Et saches pour ta gouv'rne qu'on est pas pd. Jack il a j'mais v'lu m'enculer, même quand j'ai insi. Même quand j'ai insis. Même quand j'le voulais! J'suis qu'son " indic "; dit-il tout en ajoutant le signe " entre guillemets ", et en laissant retomber durement son bras sur la banquette arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Dim 3 Juil - 22:33

Voilà ce que c’était de contrarier une jeune fille enceinte ! Jusqu’à présent Mary Jane n’avait pas été malade. Elle était la première étonnée de cette réaction physique. En constatant l’étendue des dégâts, elle eut un haut le cœur mais plus rien à rendre. Elle se recula de quelques pas pour se remettre de ses émotions. Les yeux larmoyants, confuse, elle regardait Enzo pester. Elle n’était pas ennuyée pour la voiture, c’était bien le moindre de ses soucis ; elle était gênée de s’être montrée dans un tel état Bah oui, parce que pour elle, la maladie était synonyme de faiblesse. Elle détestait être souffrante. Ca lui arrivait rarement mais lorsqu’elle l’était, elle restait cloitrée chez elle jusqu’à ce qu’elle aille mieux. Hors de question de sortir avec le nez rouge ou toussant comme une tuberculeuse, les yeux explosés par la fièvre, le teint blafard, etc...

Ce soir, c’était une facette de la maternité qu’elle découvrait en même temps que les deux hommes de la voiture décapotable. Elle leur tourna le dos pour s’essuyer les yeux et les lèvres. Elle prit un comprimé de pseudo dentifrice pour retirer le mauvais goût qui lui restait dans la bouche. Beurk ! Ce mélange bizarre était infect. Mary Jane se demandait comment les boulimiques faisaient pour supporter de se faire vomir plusieurs fois par jour. C’était dégoûtant et ça faisait mal à l’œsophage, à la gorge et au ventre. En plus ça puait trop ! Ces personnes avaient vraiment un problème psychologique pour supporter tout ça !
Cela dit, elle se sentait beaucoup mieux. C’était dingue de passer d’un état à un autre en si peu de temps ! Elle n’avait pas raté ce qu’Enzo et Orlando avait dit entre temps. Elle se retourna vers eux pour leur répondre.



- J’m’en fiche que vous soyez homo ou pas. C’est pas mon problème. Je ne suis ni malade, ni ivre, ni droguée monsieur Brinks. Répondit-elle courtoisement d’une voix calme afin qu’il la croit.

C’était vrai en plus ! Mary Jane n’avait pas une tête de droguée. Ok, elle fumait des joints de temps en temps mais elle n’avait jamais touché aux drogues dures ; elle ne voulait pas mourir. Elle n’avait pas bu un gramme d’alcool depuis des semaines et elle n’était pas malade, juste enceinte. Bien entendu, il ne pouvait pas s’en douter, ça ne se voyait pas encore.

Elle devait se montrer à la hauteur pour qu’il ne la prenne pas pour une gamine effrontée. Elle n’avait pas envie de se faire embarquer par ce flic. Son accusation d’outrage à agent ne lui faisait pas peur, il n’était pas en service apparemment. Et même s’il la coffrait pour cette raison, elle pourrait toujours avancer qu’il avait proféré des insultes racistes à son égard. C’était sa parole contre la sienne. Elle ne tenait pas compte d’Orlando qui était trop bourré pour se souvenir de quoi que ce soit. Mais en attendant, si Enzo faisait partie de ces flics qui faisaient du zèle, il pourrait très bien l’embarquer. Elle n’avait pas envie de passer la nuit au poste à tenter de se justifier auprès de policiers qui se feraient un plaisir de l’interroger, ne serait-ce que pour voir la nuit passer plus vite.


- Par contre, j’aurais bien besoin de me rafraîchir. Ajouta-t-elle en passant une main délicate sur son front, chassant ainsi une mèche rebelle.

Un petit geste signifiant qu’elle allait beaucoup mieux mais que ce n’était pas encore le top. Après ce qu’Enzo lui avait balancé, il lui devait bien ça non ? Non ! Bah si, il ne pouvait en être autrement. Si c’était un gentilhomme comme il tentait de le faire croire en soulignant le mauvais départ, il n’abandonnerait pas la jeune fille seule sur un parking désert au profit d’un pote cuvant son vin à l’arrière d’une voiture. S’il le faisait, il aurait de ses nouvelles. La chipie avait pris soin de relever le numéro de la voiture au cas où…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Mer 6 Juil - 23:29

- Bien, c'est ce qu'on va faire, on va aller te chercher quelque chose à boire, dit Jack de manière bredouille, pas totalement remis du dégueulis soudain que venait de lâcher Mary Jane. A vrai dire, en observant sa remontée gastrique, il se demandait comment un si belle fille pouvait lâcher une horreur pareille. Toutes ces saloperies dans un si petit corps, c'en était presque, surhumain !

Jack indiqua à Mary-Jane le bar où il sortait, laissant Orlando-le-poivrot se reposer de sa cuite à l'arrière de sa caisse. Le " BananaShot Cofee ". Un ex-taulard en était le propriétaire, Cheyene, un mec malencontreusement pris dans un trafic de drogues qu'Enzo avait fait sortir plus tôt en magouillant un peu. Acte inconsidéré, si le garçon n'avait pas été arrêté après avoir sauvé l'un des frères Brinks. On lui devait bien ça.

Depuis il offrait régulièrement une bière ou deux à Jack à l'occasion, en re-parlant de la vieille époque, où Jackson Enzo Brinks et ses deux frères faisaient passer des petits sachets d'herbes aux blacks du quartier voisin, où on payait à la fois en espèce mais avec quelques dents. Le bon vieux temps qui est désormais derrière nous.

Cheyene imposait le respect. Tant par la ressemblance avec Danny Trejo, que pour son gauche désormais célèbre dans tout le quartier pour avoir défenestrer son beau-frère qui avait traité sa soeur de pute.

Lorsque la porte s'ouvrit, le bar était encore en effervescence et tout le petit monde hétérogènement mélangé regardait le match de football américain, jouait au billard ou encore essayer de détrône Cheyene aux fléchettes.


- Je vois que tu as pas trainé pour remplacer Orlando mon p'tit Jack! A qui avons nous l'honneur?

Jack s'installa au comptoir tout en invitant Mary-Jane à s'asseoir, avant de se prendre la tête entre les mains et d'expliquer à Cheyene:

- Une longue histoire. Mary-Jane voici Cheyene, un vieil ami. Cheyne, Mary-Jane, fraichement rencontrée. Sers lui un truc frais s'il te plait, c'pour moi.


Cheyene attrapa le shaker et commença à chopper du gin pour faire un cocktail, Jack l'arrêta:


- Pas d'alcool. Ni pour elle, ni pour moi. Un truc frais, limonade eau fraîche coca, ce qu'elle voudra. Mets moi une limonade.

Jack toisa Mary-Jane du regard, et lui indiqua le bar :


- Choisis ce que tu veux, on a tout notre temps.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Jeu 14 Juil - 19:34

Un bon point pour Jack ! Il ne se fit pas prier pour laisser Orlando cuver son vin afin d’emmener la jeune fille jusqu’au bar d’où il était sorti quelques minutes plus tôt. Mary Jane n’était jamais entrée dans le Bananashot Coffee. Elle fut surprise de voir un indien d’un certain âge derrière le bar. Le peuple indien fut tellement brimé quand les conquérants de leurs terres firent irruption, qu’il n’était pas très courant d’en rencontrer à Los Angeles. Celui-ci s’était adapté à l’américanisation et il avait l’air de bien connaître Jack. Elle pensa alors qu’elle s’était peut-être méprise sur ce dernier. S’il était vraiment raciste, il ne fréquenterait pas ce genre d’endroit et si tant était qu’il aimait ce bar, il ne se laisserait pas aller à tant de familiarités. Mary Jane observa les deux hommes échangés quelques mots et prit place sur le tabouret près du flic. Elle s’installa le plus confortablement possible en arborant un petit effet de jambes pour se redresser et se tenir droite. Elle mettait tout en œuvre pour ressembler à une femme.

- Bonsoir Cheyene. Dit-elle en inclinant légèrement la tête pour le saluer.
- C’est un bel établissement que vous avez là. Ajouta-t-elle en balayant rapidement la salle d’un regard intéressé.

Regard qui fut aussitôt captivé par l’indien qui s’était armé d’un gobelet et s’apprêtait à prendre une bouteille de gin. Il allait lui préparer un cocktail ! Youpiiiiiiii. Rien que d’y penser, Mary Jane en avait l’eau l’alcool à la bouche. Le bout de langue passant sur ses lèvres trahissait l’envie incontrôlable de l’adolescente. Jusqu’à présent, elle avait résisté à l’appel de la forêt, mais là, devant l’objet de ses désirs nommé Shaker, c’était humainement impossible. Un délicieux cocktail à base de gin, rien ne pouvait mieux correspondre à ses attentes.

C’était sans compter sur l’intervention de Jack ! La jeune fille ne put s’empêcher de lui lancer un regard furibond. Non mais oh ! De quoi se mêlait-il ? Il n’avait pas à prendre de décision pour elle ! Pour qui se prenait-il ? Il n’était pas son père. En plus il lui proposait des boissons débiles. Du coca, beurk… Pourquoi les adultes s’entêtaient-ils à vouloir faire boire ce soda tord boyaux aux jeunes ? Certes, la plupart de ses potes aimaient le coca, mais pas elle. De l’eau, éventuellement, pour se désaltérer, mais pas que de l’eau quand même ! Une limonade… Alors là, c’était le pompon ; et pourquoi pas une bouillie avec ? Pfff, Il aurait pu, au moins, proposer un bon jus de fruits pressés, c’était meilleur : pas de gaz et du sucre naturel. Les adultes étaient bien tous les mêmes, ils avaient des idées préconçues sur les jeunes et ils n’en démordaient pas. C’était à se demander s’ils avaient été jeunes un jour. Le plus étonnant dans tout ça fut la commande de Jack...

Ce n'était pas Jack et le haricot magique, c'était Jack et sa limonade, ça allait faire tâche dans ce bar. Voulait-il donner l’exemple ? Peut-être. En tout cas, personne ne se serait dupe ; tout le monde savait que les flics n’étaient pas les derniers à picoler, le soir surtout après une dure journée de labeur et de stress. Il fallait bien qu’ils se débarrassent des tensions accumulées dans l’exercice de leur fonction, non ? Bah si, un peu quand même. Ca ne devait pas être drôle tous les jours d’avoir à faire à des truands, à des clochards puants, à des désaxés, à des gens mécontents, à des personnes qui ne pouvaient pas les voir en peinture, à essuyer des insultes, etc… Bref. Mary Jane se ressaisit et adressa un sourire angélique au beau brun.


- Une limonade ! Mais vous avez quel âge ? Demanda-t-elle d’un air faussement désespéré.

- Je suis persuadée qu’un homme comme vous a des goûts plus subtils. Ajouta-t-elle en posant une main délicate sur le bras de Jack avant de s’adresser à l’indien de façon courtoise avec un joli sourire aux lèvres.

- Cheyenne, ne l’écoutez pas. Continuez sur votre lancée. Servez-moi tout de même un verre d’eau fraîche avant. Je ne voudrais pas contrarier Jack en refusant sa première proposition.

Un sourire angélique et des yeux pétillant de malice illuminaient le visage de la jeune fille alors qu'elle tournait la tête vers son voisin. Elle allait enfin toucher son rêve du doigt : un cocktail judicieusement dosé dont elle se délecterait sans personne pour la rappeler à l’ordre. Un doute s’empara soudain de la chipie ; et s’il y avait dans l’assistance une personne la connaissant qui était au courant de sa grossesse ? Elle balaya une nouvelle fois la salle du regard : pas de Maxime, pas de Nadjieza, pas de Lotus à l’horizon. Elle était rassurée, personne ne viendrait s’interposer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Ven 15 Juil - 0:27

- Bonsoir Miss Mary-Jane, enchanté.

Cheyene essuya son front d'un revers de bras lorsqu'il entendit le commentaire élogieux de Miss Holster vis à vis de son bar. Il aurait rougi si son grain de peau l'aurait permis. Il répondit néanmoins avec toute l'assurance qu'il dégageait; et poussa Jack du coude en soufflant :

- Elle me plait bien la remplaçante d'Orlando dis donc. Pourquoi elle est pas arrivée plus tôt?


Jack allait saisir le verre de LIMONADE - et oui l'alcool c'est hallam c'pas bien ! - fraichement posé et expliquer à Cheyene la rencontre inopinée avec la gente dame, mais en y repensant, il trouvait tout cela tellement bizarre qu'il préféra occulter ce moment de sa mémoire en avalant une gorgée de sa boisson. Il finit par répondre en voyant le regard impatient de Cheyene.


- Tout arrive à point à qui sait attendre, Cheyene !


Le grand amérindien sourit et promit de revenir après s'être occupé des autres clients qui s'amoncelaient près du comptoir. L'intimité - enfin, vite fait quoi... - enfin tombée sur Mary-Jane et lui, il se tourna vers elle et entama désormais REELLEMENT la discussion.

- Bien, Mary-Jane. Parles moi un peu de toi. Je sais juste que t'aimes bien entrer dans les décapotables des inconnus quand ils sont pas là, et qu'apparemment tu ne supportes pas les clichés culturels. C'est mince pour un profil psychologique.


Un bruit de verre qui glisse et deux verres s'arrêtèrent exactement en face de Mary-Jane, si ce n'est à quelques centimètres à côté. Un rempli évidemment de la requête de Jack, de l'eau fraîche, et l'autre, du cocktail à base de Gin, le Gin Fizz, une référence pour sa légèreté pour les barmans.

Le regard colérique de Jack à Cheyene rappela néanmoins au propriétaire du lieu sa requête bien précise. Effectivement, pour Jack, ne pas donner d'alcool à cette jeune fille comblait deux problèmes. Le 1er, elle avait dégueulé sur sa caisse. Et le réveil américain à base d'alcool pour mieux digérer l'alcool ça passait pas. Qui plus est, elle a beau faire 20-25 ans, Jack il la connait pas. Il n'était pas rare de ramener une nana au poste qui racole à 17 ans alors qu'elle en faisant 27.

Le tenancier s'excusa avec une mimique bien connue : épaules haussées et regard vers le bas. Jack retourna à Mary-Jane, et attendit donc la réponse de cette dernière, qui fut sans doute surprise par l'arrivée surprise de ses commandes.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Ven 15 Juil - 23:13

Mary Jane aimait bien recevoir des compliments et elle n’était pas du genre à faire de la fausse modestie. En guise de reconnaissance, elle gratifia le patron du bar d’un de ses plus beaux sourires qu’elle conserva à l’adresse de Jack en soulevant un sourcil étonné. Ce qu’il avait dit n’était pas vraiment un compliment mais laissait sous-entendre qu’il n’était pas mécontent d’être tombé sur la squatteuse de voiture décapotable.

- Je tombe à pic en fait. Commenta-t-elle en adressant un petit clin d’œil espiègle à son voisin.

Elle espérait que Jack était sincère mais préférait ne pas se faire trop d’illusions. Elle avait eu sa dose avec William Smith qui s’était montré très gentil avec elle avant de montrer son vrai visage. Encore un bon point pour Jack ; il avait compris que la jeune fille n’aimait pas les clichés culturels. Encore mieux ! Il s’intéressait à sa petite personne. Cependant ces derniers mots la firent tilter. Le fait qu’il veuille établir un profil psychologique n’était pas spécialement engageant. Parler d’elle ok, mais si c’était pour la sonder, ça n’allait pas le faire.


- Je croyais que vous étiez flic ! Vous êtes psy aussi ? Demanda-t-elle en essayant de dissimuler ses craintes.

- Mais si cela peut vous rassurer, je ne suis pas une psychopathe échappée d’un asile. Je suis une jeune femme de bonne famille comme on dit. Ajouta-t-elle sur le ton de la plaisanterie en réajustant sa robe qui avait une fâcheuse tendance à remonter dès qu’elle faisait un mouvement. La soie était un tissu noble mais sa tenue restait aléatoire. A croire que la matière était encore vivante !

- Bon ok, la première impression que vous avez de moi ne doit pas être très positive. D’ailleurs, je m’excuse d’avoir occupé votre voiture, de l’avoir souillée et de vous avoir insulté. Pour me faire pardonner, je pourrais demander à mon garagiste de venir la remorquer afin de la nettoyer de fond en comble. C’est le moins que je puisse faire, n’est-ce pas ?

Alors là, c’était du grand art ! La chipie savait très bien jouer la comédie, elle adorait se faire passer pour ce qu’elle n’était pas vraiment. Certes, elle était de bonne famille mais ses actes étaient loin d’être irréprochables. Ce n’était pas souvent que Mary Jane se repentait ouvertement d’une faute commise. Habituellement elle plaidait non coupable même si elle était prise la main dans le sac. Ce soir, elle n’était pas en présence d’un garçon de son âge qu’elle pouvait facilement embobiner ; son interlocuteur n’étant pas né de la dernière pluie, elle devait la jouer fine pour être crédible.

- Et si vous me parliez de vous d’abord… D’ailleurs, vous n’avez pas répondu à ma petite question tout à l’heure. Mais bon, vous n’êtes pas obligé de me dire votre âge, ce n’est pas très important en fait. En tout cas, si j’ai bien compris, vous n’êtes ni homosexuel, ni raciste. Vous êtes sans doute marié, non ? Des enfants peut-être ? En tout cas, un bel homme comme vous ne doit pas rester célibataire très longtemps. J’me trompe ?

Avant de parler d’elle, elle préférait en savoir un peu plus sur cet homme qui présentait bien. Quand Mary Jane commençait à s’intéresser à quelqu’un, il lui était difficile de ne pas poser plusieurs questions en même temps. Curieuse la demoiselle ? Et oui, très curieuse même. Et encore, là elle n’avait pas posé de questions indiscrètes, ça n’aurait pas fait preuve de maturité.
Ah voici que Cheyene ramenait les verres commandés. Mmmmh, difficile de résister et de ne pas sauter sur le cocktail. Difficile mais pas impossible puisque Mary Jane prit le verre d’eau demandé au préalable qu’elle porta aussitôt à ses lèvres pour en boire plusieurs gorgées avant de le reposer délicatement sur le comptoir.


- Merci Cheyene. Dit-elle très courtoisement pour éviter qu’il ne reparte avec les cocktails.

La jeune fille avait bien remarqué le regard réprobateur lancé par Jack à l’indien. Mais encore une fois, il n’avait pas à décider pour elle.


- Vous ne buvez jamais d’alcool Jack ? Demanda-t-elle innocemment en s’efforçant de ne pas manger du regard les cocktails qui la narguaient honteusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 16 Juil - 0:53

- Les profils psychologiques aident beaucoup les policiers à déterminer si leur interlocuteur peut être oui ou non hostile. Ca peut aider à pas finir étriper souvent; dit Jack en regardant fixement Mary-Jane. Ce n'était pas que des foutaises en même temps, les profilers qui passaient leur vie à étudier le modus operandi des psychopathes étaient généralement les meilleures armes hors du terrain des enquêteurs.

Jack écouta Mary-Jane répondre, et évoquer l'idée d'appeler un garagiste personnel ( Hum? Pensa Jack ) pour la nettoyer de fond en comble. En général on l'amène à une station de lavage, m'enfin. Brinks répondit courtoisement que ça ne serait pas la peine, vu qu'Orlando était lui même un excellent garagiste travaillant déjà dans un garage très bien, fournissant un véritable travail d'orfèvre. Il appuya ses dires en avouant à Mary-Jane qu'il envoyait souvent les voitures qu'il réformait lors des poursuites là bas pour les réparer, et qu'elles revenaient encore plus belles qu'à la sortie de l'usine.

- J'ai 30 années, les plus belles années apparemment. Ma femme est morte il y'a 5 ans, suite à une overdose. Je ne vivais plus avec elle, mais son décès m'a affecté. Depuis je ne tiens plus à rendre une compagne anxieuse lorsque je vais travailler, c'est avec ça qu'elle a commencé la drogue.

Jack prit une grande inspiration tout en fermant ses yeux. Cet ENORME mensonge aurait multiplier la taille de son nez par 7 ou 8 si il était Pinocchio. Mais son histoire de femme morte tenait la route, depuis le temps qu'il la ressassait. Il l'utilisait autant pour attirer que pour repousser la gente féminine - et oui messieurs, parfois on peut AUSSI vouloir se débarrasser de femmes trop collantes... -

Il reprit une gorgée de sa limonade, et répondit à la dernière question de Mary-Jane:


- Jamais d'alcool quand je conduis. Je ne crache généralement jamais sur un verre, mais je me tiens à mes principes. Je n'arrête pas des hommes en état d'ébriété pour moi même me mettre dans cet état; ça serait paradoxal n'est-ce-pas?


Jack reprit le sourire et se tourna un peu plus vers Mary-Jane, et reprit :

- On peut se tutoyer maintenant non? Parles moi de toi maintenant, le mystère qui plane autour de toi m'intrigue.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 16 Juil - 20:44

En parlant de psychologie, Jack saoulait un peu beaucoup Mary Jane. Ce que faisaient les policiers dans l’exercice de leur fonction était la moindre de ses préoccupations. Cependant, elle fit mine de s’y intéresser mais d’autres choses captaient son intérêt, notamment les beaux yeux de son voisin fixés sur elle. Il ne voulait pas de son aide pour sa voiture, tant mieux, ce serait toujours ça de moins à faire. Elle n’insista pas et se contenta de sourire d’un air entendu. Elle porta beaucoup plus d’intérêt à sa vie personnelle. Elle écarquilla de grands yeux quand il lui dit que sa femme était morte d’une overdose. Bah ça alors, c’était surprenant. Elle se dit quand même que la femme de Jack ne devait pas être très nette pour se droguer à cause d’un mari flic. Il y avait pire comme situation invivable. Elle aurait mieux fait de prendre un amant ou de voyager plutôt que de se morfondre sur son sort qui n’avait rien de catastrophique à la base. Ou alors, Jack était méchant avec et lui en faisait voir de toutes les couleurs. Des hommes violents, il en existant dans n’importe quel milieu et n’importe quelle profession.

- Désolée pour votre femme. J’comprends. Fit-elle compatissante en posant une main amicale sur celle de son interlocuteur.

La compassion n’était pas son fort mais la mort était un sujet qu’elle n’aimait pas aborder. Ca l’effrayait tellement qu’elle préférait même pas y penser. En tout cas, il aurait été déplacé de sauter de joie à l’annonce d’une telle nouvelle. Il était veuf et ne voulait pas s’encombrer d’une autre femme, c’était donc un trentenaire célibataire. Détail très, trrrrrrrrès intéressant ! La jeune fille qui ne décollait plus son regard vif du visage de Jack et buvait ses paroles comme s’il était le messie. Sauf que, le voilà repartit à faire référence à son métier. Décidément, il ne décrochait jamais ! En même temps, s’il vivait seul, sa profession devait être au centre de ses préoccupations. Pour l’heure, il semblait aussi porter de l’intérêt à Mary Jane et proposait de se tutoyer. Tant mieux, parce que les histoires de flics n’étaient pas très drôles et le vouvoiement commençait à l’agacer. C’était tellement plus simple de se tutoyer et mine de rien, ça faisait tomber la barrière qui empêchait deux individus de se rapprocher.


- Si tu veux. Accepta-t-elle aussitôt en souriant.

Elle ne voyait pas le mystère qui planait autour d’elle mais elle n’était pas mécontente d’intriguer Jack. Mary Jane se souvint des conseils prodigués par Hannah. Avec les hommes, il ne fallait pas trop se dévoiler, dans tous les sens du terme. Faire durer le suspens était, parait-il, une bonne façon de susciter leur intérêt.


- Mystérieuse moi ? S’étonna-t-elle avec naïveté en cherchant ce qu’elle allait lui raconter pour ne pas paraître trop puérile.

Elle prit le verre d’eau fraîche et but ce qu’il en restait. Elle n’avait pas perdu de vue le cocktail mais comme Jack ne souhaitait pas boire, elle ne se précipita pas encore dessus. Il lui en coûtait mais elle ne devait pas montrer trop d’empressement pour l’alcool ; une jeune femme qui boit ne fait pas très bon effet au premier abord.


- J’ai vingt-deux ans, je fais des études de musique et un peu de graphisme… J’aime bien faire les boutiques et sortir aussi. A part ça, comme toi, je vis seule.

Comment ça elle mentait ? Bon ok un peu sur son âge et sur ses études. Mais il était vrai qu’elle aimait bien la musique et qu’elle touchait au graphisme, sauf qu’elle n’allait pas à l’université pour étudier ces matières. Pour ce qui était de vivre seule, elle ne mentait pas du tout puisque son père avait disparu de la circulation depuis des semaines. S’il avait été présent, de toutes les façons, elle aurait évité de préciser qu’elle vivait chez son père.

- C’est pas facile tous les jours, heureusement que j’ai quelques amis. Mais bon, faut pas toujours compter sur eux… Dit-elle avec d’une voix neutre mais avec un brin de tristesse dans les yeux avant d’enchaîner d’un ton plus léger pour ne rien laisser paraître de négatif. A moins d’être un Saint-Bernard, susciter la pitié d’un homme n’était pas la meilleure façon de l’attirer.

- Et toi, tu as des amis, à part Orlando sur qui tu veilles comme un père ? A part ton travail, tu as d’autres passions ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Lun 18 Juil - 20:57

- 22 ans? J'aurais dis 25. Tu fais très mature.

Il hésitait dans cette tranche d'âge et avait eu " apparemment " raison. Bien sur, Jack se fourvoyait de 6 années sur le compte de Mary-Jane, mais nous vivons dans un monde où moins le monde en sait sur nous et mieux on se porte. On se fait de faux papiers, on ment au fisc, on dit à sa famille qu'on ne fréquente personne, on met de fausses indications sur un chien méchant pour effrayer les voleurs. Un monde de mensonge. Mais ce monde était l'une des manières les plus rapides de s'endurcir. Si l'on vivait dans le jardin d'Eden avec les fleurs qui pissent du coca et où personne n'avait un gramme de graisse en trop, on se serait fait entuber dès la première descente sur Terre.

Lorsqu'elle parla des amis, Jack eut un léger pincement au coeur. Il n'avait réellement que peu d'amis. Beaucoup de connaissances, en qui il n'avait pas confiance et peu d'amis fiables. Il y avait évidemment Orlando, Cheyene, son ancien boss. Et la liste s"arrêtait à là. Pathétique n'est ce pas? N'oublions pas que Jack est un mutant. Son secret le pèse. Il ne peut en parler à personne, et personne ne peut le comprendre. Au fond, il sait pertinemment que si des gens étaient au courant de ca, il l'attacherait sur une table et le dissèquerait comme une crapaud, et pour sa part, Jack ne tenait pas à retrouver divers parties de son corps dans du Formol.

- Je m'attache difficilement aux personnes. Je n'arrive pas à établir de liens, de connexions.. à avoir assez d'atomes crochus ! Voilà! Pour trouver des personnes avec qui je m'entends réellement. Je n'ai que 3 amis : Orlando mon ivrogne, Cheyene notre barman, et mon coéquipier. Vu que j'ai déménagé ici il n'y a pas longtemps et étant un peu vieux jeu, je me vois mal aborder quelqu'un en lui disant : " Tu veux être mon ami? "

Si on était dans une BD, on aurait pu voir une goute de sueur de gène perlait sur l'arrière de la tête de Jack, avec lec yeux en accents circonflexes et tutti quanti.


- Hem... Bah j'aime bien la pêche, ça m'permet de me relaxer même si je dois avouer que l'odeur du poisson est assez nauséabonde. La mécanique aussi, même si j'apprends en autodidacte. En fait, j'fais pas grand chose parce que j'aime rien faire seul!


S'exclama t-il tout en cherchant son paquet de cigarette, de la marque Manananice. Il en alluma une, en prit une longue inspiration et se sentit tout d'un coup plus, zen. Moins stressé par le regard permanent de Mary-Jane et de la conversation qu'il devait tenir, n'étant pas vraiment habitué à courir les jupons et à taper la discut' en dehors de l'obligation imposée par son job.

- Et toi alors, d'autres choses à part le shopping ou jouer de la harpe - ou de tout autres instruments, je ne tiens pas à faire de clichés ! - pour passer le temps?
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Mar 19 Juil - 18:42

Jack lui donnait 25 ans. Trop bien !. Elle qui se mettait en quatre pour paraître plus vieille qu’elle ne l’était, elle avait bien réussi ce soir. C’était tellement inespéré qu’elle laissa échapper un petit rire de satisfaction niais à souhait. Ce qui ne l’empêcha pas d’écouter attentivement ce qu’il lui dit à propos de l’amitié. En y pensant, la jeune fille aussi avait très peu d’amis. Tous les autres étaient des potes ou des connaissances mais rien de très sérieux ou durable. Par contre, elle était étonnée qu’il soit vieux jeu. Il n’en avait pas l’air comme ça, au contraire. Au moins, il en plaisantait. Bon ok, la pêche comme loisir, c’était pas tip top, c’était un truc de vieux non ? Mais après tout, chacun ses goûts, mais quand même la pêche ! Comme il le disait, l’odeur du poisson, attendre des heures à ne rien faire qu’un poisson morde, et comble de l’horreur, les vers à accrocher au bout de l’hameçon, beurrrrkkkkk. Mary Jane fit une petite grimace de dégoût. Elle grimaça de plus belle lorsqu’elle porta à bouche le verre contenant le cocktail. L’odeur de l’alcool, curieusement, la révulsa. Elle reposa le verre sur le comptoir avec regret sans y goûter, étonnée de sa réaction ; et se concentra sur Jack qu’elle regardait de nouveau fixement pour commenter ses dires.

- Oh tu sais, moi c’est pareil. Les vrais amis, j’en ai très peu. Mais je ne vois pas pourquoi tu dis que tu n’arrives pas à établir des liens, t’es pas un sauvage sorti de la forêt vierge. La preuve, tu discutes avec moi là. A moins que je ne sois dans un rêve ? Demanda-t-elle en plaisantant.

- J’ai peut-être une solution à ton problème. On pourrait faire des choses tous les deux ? Proposa-t-elle les yeux plein de malice.

Jouer de la harpe ! N’importe quoi. Décidément, cet homme était un peu décalé. Ca tombait bien, Mary Jane avait un faible pour les personnes décalées. Certes, Jack avait plutôt un train de retard mais c’était assez marrant car jusqu’à présent, elle n’avait pas rencontré un garçon comme lui. Il avait quelque chose de mystérieusement ringard qui l’intriguait. Elle ne répondit pas à sa question, préférant centrer le sujet sur son interlocuteur. Qu’aimerait-il faire s’il était accompagné : aller au restaurant, au casino, à la piscine, au bowling, au cinéma, au musée, faire du sport, de longues balades en forêt, de l’escalade, apprendre à jouer d’un instrument, à dessiner, à peindre, à sculpter, jouer aux cartes, aux dominos, aux jeux de société…. Il y en avait des choses à faire à deux ! Le choix était très vaste.


- Tu aimerais faire quoi alors ? Insista-t-elle avant de s’exclamer soudainement avec entrain :
- Haannn, j’ai envie de manger une glace avec des fraises et de la chantilly, pas toi ?

Bah non, certainement pas lui, mais c’était le genre de question idiote lancée dans le feu de l’action. Maintenant, Mary Jane n’avait plus qu’une idée en tête, déguster ce qu’elle venait de décrire. Elle était tout de même impatiente et curieuse de connaître les désirs Jack.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 23 Juil - 0:07

- Mince, ma couverture en tant qu'homme civilisé est gâchée, je dois m'en retourner à ma vie de bon sauvage; lâcha Jack avant de rire. C'est vrai que si il n'était pas très bon dans le relationnel, c'était exactement ce qu'il faisait actuellement. A croire que par moment, il pouvait tomber sur des personnes avec qui ses atomes crochus se liaient super rapidement.

Ca n'avait pas démarré sur les chapeaux de roues avec Mary-Jane. Jack n'était pas très friand des furies, il se trouvait désarmé face à elles. Impossible pour sa logique imparable de tomber sur des sauts d'humeur aussi violent. Intrinsèquement, c'était la faute de sa mère, qui était elle même une furie. Comment pouvait-il gérer ce genre de caractère complètement imprévisible? Son petit côté rationnel s'en trouvait tout retourné, et il ne pouvait donc plus rien prévoir.

C'est non sans une légère sensation de chaleur agréable dans le calbut' que Jack répondit mentalement à la " solution " de Mary-Jane.


- Allez, on va manger ta glace. On va d'abord déposer Orlando chez lui que je récupère ma voiture, et on ira dans un glacier. On parlera de ce qu'on peut faire à deux en chemin.

Jack avait -bien entendu- penser à la première connotation que renvoyait " des choses à deux ". En même temps, ça aurait été un sacrilège de ne pas penser une telle chose quand une aussi belle femme que Mary-Jane vous le proposait. Bien sur, il ne fit qu'y penser, se remémorant tout aussi rapidement le caractère de cette dernière. Les chances étaient tellement minimes pour que Jack et MJ pensent à la même chose qu'il préféra oublier cette option, et préféra se concentrer sur la dernière gorgée de sa limonade, tout en attendant que Mary-Jane finissent son eau fraîche et accessoirement, son cocktail.

C'est vrai que ça faisait longtemps qu'il n'avait pas tiré un coup à proprement parler. Pas assez de temps finalement. Ou alors trop de problèmes à la fois. Entre le loyer - si on peut parler d'un loyer - à régler, le boulot qui commence à se faire rare, sa voiture qui risque de lâcher d'un moment à un autre, Jack pensait sérieusement à raccrocher sa veste de détective privé et à reprendre une carrière peut-être moins libre, mais qui rapporterait assez pour qu'il puisse se payer un appartement digne de ce nom. C'était peut-être ça le soucis, le job? Le job ne payant pas assez, qui déclenchait une réaction en chaine jusqu'au lit de Mister Brinks.

Il déposa un billet de 2o dollars sur le comptoir, sachant pertinemment que le compte y était et que Cheyenne avait 7 dollars de pourboires. Ce n'était rien pour le nombre de coups gratuits qu'il avait pu boire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Mar 26 Juil - 21:10

Une petite plaisanterie, un sourire et quelques rires. Le mauvais départ était oublié. Mary Jane s’était trompée sur le compte de Jack qui n’était pas raciste comme elle l’avait cru. Mais bon, il aurait pu éviter de lancer une phrase douteuse à une inconnue. C’était de sa faute après tout. Oui bah, même si elle s’emportait pour un rien, la demoiselle n’allait pas prendre tous les torts pour elle quand même !

La jeune fille attendait de connaître les désirs du jeune homme. Elle était impatiente de savoir ce à quoi un flic pouvait aspirer en dehors de son boulot. Il la laissa sur sa faim en reportant sa réponse à plus tard. Heureusement, il était partant pour la glace. Youpiiii ! Sauf qu’elle avait complètement oublié le poivrot de service qui végétait à l’arrière de la voiture sur le parking. Jack voulait le ramener chez lui et récupérer sa voiture.


- Récupérer ta voiture ! Ca veut dire que la décapotable sur le parking n’est pas ta voiture ?

L’inquiétude se fit sentir dans la voix de la jeune fille. Si Brinks n’était pas en colère après l’adolescente, il n’en serait peut-être pas de même pour Orlando. Il fallait se méfier des garagistes alcooliques sortis de nulle part. La jeune fille ne voulait pas prendre le risque de se faire trucider pour avoir dégueulasser la voiture d’un possible truand. Oui, pour elle, tous les garagistes étaient des truands et s’ils n’en étaient pas, au regard des heures de main d’œuvre facturées, ce n’étaient plus un taux horaire mais un taux prohibitif qui en faisait blêmir plus d’un au moment de payer.


- Euh… Il y a un glacier sur le port. Mais si tu veux vraiment ramener Orlando chez lui, vas-y. Moi je préfère attendre ici, si tu n'y vois pas d'inconvénient.

Oui, c’était mieux ainsi. La jeune fille n’avait pas envie de se retrouver à la page des faits divers. Monter dans la voiture avec deux hommes : un poivrot et un flic, ce n’était pas très prudent. Mary Jane préférait attendre dans le bar de l’indien. Là au moins, il y avait du monde et elle ne risquait rien à part peut-être quelques lourdauds en mal de présence féminine. Au pire, elle irait sur le parking ou se poserait sur un banc le temps que Jack fasse l’aller retour en espérant qu’il ne mette pas trois heures. La demoiselle n’était pas du genre patient.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Jeu 4 Aoû - 18:52

- Et bien soit. Je ne vais pas le laisser à l'arrière de sa voiture indéfiniment. Il risquerait de faire des bêtises plus grosses que lui. Donc... Tu restes ici, d'accord ? J'en ai pas pour longtemps. Une trentaine de minutes l'aller-retour. J't'assigne un garde du corps...

Hélant Cheyenne, Jack lui indiqua la jeune fille tout en sortant ses clefs. Il comprendrait au moins qu'il devait la resservir si elle avait encore soif, ou au pire, coller des gnons si jamais on la collait de trop. Se dirigeant vers le véhicule d'Orlando, il retrouva le jeune homme en train de cuver à l'arrière comme un chien de garde. Je tiens à préciser que l'auteur du post voulait perdre Orlando pour plus de péripéties, mais après avoir pesé le contre, entre chercher un noir perdu dans un port et revenir chercher une jolie asiatique dans un bar...

Le choix était vite fait !

Il attacha Orlando comme il put à l'arrière, enjamba la portière à la Grand Theft Auto - maintenant qu'il était seul il pouvait oser.... - et démarra la Dodge plus vite qu'il ne faut pour le dire. Après avoir sillonné les rues de L.A en une quinzaine de minutes, il porta Orlando dans ses bras, l'allongea sur le canapé, lui mit son sceau à côté et prévint son coloc Andy qu'il était rentré. Sans perdre une minute, le chemin inverse était fait.

Garant sa Ford Shelby GT50 - l'auteur ne se rappelait plus quelle voiture de fou il avait attribué à ce personnage... - près du bar, il la contempla en se disant que si seulement il avait ramener quelques personnes en plus, il aurait pu retaper entièrement la carrosserie. Ca aurait fait un peu plus élégant.

On dirait un lycéen qui va chercher sa cavalière au bal de fin d'année.

Il entra dans le bar et posa sa main sur l'épaule de Mary-Jane, et chuchota :


- On y va?


Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 6 Aoû - 0:32

Trente minutes ! C’était très long pour la jeune fille. Mais bon, elle était décidée à faire un effort pour Jack. Pourquoi? Parce qu’il était bel homme et qu’il semblait s’intéresser à elle. Bien sûr, elle aurait préféré passer en priorité, mais mine de rien, elle trouvait sympa qu’il n’abandonne pas Orlando comme une vieille chaussette. Lui au moins n’agissait pas comme les garçons de son âge qui étaient près à tout pour se faire une fille, même à abandonner un bon pote sur le bas côté d’une route. Ce flic prenait soin de son ami sans pour autant oublier la jeune fille.

*Oh qu’il est mignon !* Pensa-t-elle en voyant Jack faire signe à Cheyenne de veiller sur elle pendant son absence.

- D’accord, je t’attends là. Répondit-elle d’un air angélique.

Si il croyait qu’elle allait l’attendre là sans rien faire pendant une demi-heure, il se fourrait le doigt dans l’œil. Mary Jane ne faisait pas partie de celles qui obéissaient au doigt et à l’œil. Il avait beau être mignon, la chipie avait son petit caractère. Dès qu’elle vit Jack disparaître de son champ de vision, elle commanda un autre cocktail au patron qui se fit un plaisir de la servir. Cependant, comme le premier verre, elle ne put en boire une seule goutte. L’odeur lui donnait une incroyable envie de vomir. Grimaçant, elle sortit du bar et prit l’air pendant une vingtaine de minutes. Un jeune homme seul se mit à faire le joli cœur mais la demoiselle n’en avait que faire. Après l’avoir taxé d’une cigarette, elle l’ignora royalement. Seulement le dragueur ne le vit pas d’un bon œil et devint insistant.


- Fiche moi la paix ! Lança-t-elle sèchement en faisant un grand signe de la main pour lui indiquer d’aller ailleurs, loin d’elle.

Mary Jane n’eut pas le temps de s’énerver, Cheyenne surgit sans prévenir et saisit le jeune homme par les épaules en le sommant de déguerpir avant qu’il ne se fâche réellement. Le dragueur, sans doute pas méchant, n’insista pas et s’en alla tenter sa chance plus loin. Le patron du bar demanda à la demoiselle de bien vouloir rentrer pour éviter d’être de nouveau embêtée. Elle s’exécuta sans broncher de peur de se faire secouer par l’indien et reprit sa place au bar.

*Pffff, ça commence à me…*

Ses pensées furent interrompues par une main posée sur son épaule. Mary Jane était ravie du retour de Jack. Elle aurait attendu pour rien sinon. Elle ne le montra pas mais elle était assez étonnée de le voir à ses côtés. Il aurait très bien pu ne pas revenir.

- On va où ? Demanda-t-elle en toute innocence avant de se rappeler la proposition faite avant son départ.
- Ah oui ! Manger une glace. Dit-elle sans entrain.

- Je sais pas trop si j’en ai encore envie. Si t’as rien contre, je préfèrerais qu’on…

La jeune fille ne finit pas sa phrase. Elle avait la nausée et pensant qu’elle allait encore régurgiter, elle se précipita dehors. Fausse alerte ! Elle respira un grand coup et regarda Jack la rejoindre d’un air gêné, un petit air de chien battu qui ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait et qui craignait une mauvaise réaction son maître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Lun 8 Aoû - 21:54

- ... Qu'on?

Interpelant Cheyenne du regard, Jack ne savait vraiment pas de quoi penser de la réaction de MJ, qui passait du rires aux larmes en passant par la colère en un battement de cils. Si Jack avait été noir et plus vieux, il aurait sans doute dit " Je suis trop vieux pour ces conneries ". Cheyenne lui montra du regard les verres pleins de MJ, signe qu'elle avait pas bu et que donc elle était normalement, saine d'esprit, enfin, sobre quoi.

L'ancien flic s'essuya la tempe d'un revers de la manche, il n'avait rien à dire, cette soirée avait peut-être épargné son foi, mais pas sa tension qui en prenait un coup avec MJ.

Jack poussa la porte du bar et retrouva MJ essoufflée, les mains sur les genoux. Vomissements, nausées malgré la sobriété. Ca rappelait des symptômes à Jack, mais il trouvait MJ étonnamment en forme pour être en cloque. Il écarta donc cette idée saugrenue de sa tête. De nos jours même les gamines de 14 ans savent qu'il faut absolument un préservatif, elle n'a pas mentionné de petit copain, n'a pas d'alliance au doigt, et se montre même extrêmement ouverte pour quelqu'un qui aurait une quelconque relation. Elle ne peut donc pas être folle au point de n'pas avoir mis de capote lors d'un rapport.

Non non Jack, ça doit être médical.

Il se rassura quand même :


- J'vois que ça va pas.

Se rapprochant d'elle tout en la fixant bien dans les yeux, il continua


- Ecoutes, j'ai pas de médocs sur moi et aucune connaissance en médecine, alors je pense qu'il vaut mieux que tu rentres chez toi. Si tu veux pas rentrer avec un inconnu je comprendrais, j't'appelle un taxi.

Dit il aussi sérieusement possible tout en maintenant l'eye contact avec la demoiselle. A dire qu'elle n'a que 16 ans et qu'elle est en cloque, si le pauvre Jack savait è_é
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Lun 8 Aoû - 23:17

- Si, si, ça va mieux, t'inquiète. Dit-elle de façon rassurante.

Après avoir respiré l’air iodé, Mary Jane n’avait plus la nausée. Même si Jack était prévenant en lui proposant de la raccompagner, c’était hors de question ! Pour une fois qu’un homme se montrait compréhensif et prenait soin d’elle, elle n’allait pas le lâcher, au sens figuré comme au sens propre. En effet, la jeune fille ne rata pas l’occasion de saisir doucement le bras de Jack lorsqu’il se rapprocha en la fixant dans les yeux.


- Je m’en voudrais de t’avoir fait faire l’aller retour pour rien. Dit-elle d’un air faussement coupable en caressant gentiment le bras de son interlocuteur.

Il était certain qu’elle n’avait plus envie de manger une glace ou quoi que soit d’autre d’ailleurs, mais elle n’avait pas du tout envie de rentrer. Elle souhaitait plutôt que Jack continue à s’occuper d’elle. S’il y avait une chose que la demoiselle adorait, c’était qu’on soit à ses petits soins. Jack semblait bien parti pour.


- De toutes les façons, il est encore tôt et il fait trop chaud pour dormir… Tu ne voudrais pas plutôt qu’on marche jusqu’à la jetée et qu’on se pose. L’air de la mer me fera le plus grand bien, et il ne te fera pas de mal non plus. Proposa-t-elle en faisant un quart de tour pour se retrouver aux côtés du l’homme brun.

Prête à se balader en sa compagnie, elle passa le bras autour du sien. Inclinant légèrement la tête sur le côté, elle lui adressa un petit sourire engageant. La situation n’était pas banale. La fille Holster au bras d’un flic, c’était du jamais vu ! Enfin si, mais avec des menottes. Là non, la jeune fille était volontaire et elle en redemandait. Auparavant Mary Jane n’aurait jamais imaginé cette possibilité. Elle ne portait pas les policiers dans son cœur, au contraire, dès qu’elle pouvait les faire tourner en bourrique, leur casser les oreilles ou les insulter, elle ne se faisait pas prier.

Comme quoi, il ne faut jamais dire « fontaine je ne boirais pas de ton eau ». Que voulez-vous ! Cette fichue gamine avait tellement besoin d’amour qu’elle était prête à faire un sacrifice. A noter que c’était le comportement de Jack qui la poussait à agir ainsi. Non ? Bah si, et en plus il était beau. Que demander de mieux et comment ne pas craquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Ven 12 Aoû - 22:18

- Et bah, allons y, si ça permet à madame de calmer ses nausées.

Ce n'est évidemment pas le genre de phrases qu'on a l'habitude de sortir à une fille fraichement rencontrée. Et pourtant, il y'avait dans cette rencontre tellement peu de choses communes qu'on aurait dû dire et qui ne sont pourtant pas sorties, que chaque mot désormais prononcé sans hausser la voix paraissait aussi agréable à entendre qu'un morceau de jazz.

Mary-Jane faisait très fort. Lorsque Jack avait posé ses mains sur ses épaules pour la fixer dans les yeux, elle réussit en un tour de passe passe typiquement féminin à lui faire coller ses bras le long du cour, et le must du must, à passer son bras autour du sien, dans une étreinte mortellement affective qui ne manqua pas de donner des couleurs aux joues de Jack, et ce n'était pas la température fixe qui lui faisait ça.

Si Jack est un gentilhomme, il n'en reste pas moins un homme. Galant, certes, mais un homme. Il mit donc sa main dans sa poche, et d'un mouvement bien connu de la gente masculine, redressa l'engin qui commençait sérieusement à vouloir tirer sa rafale. Le mouvement fut presque trop rapide pour être perçu à l'oeil-nu ( l'expérience vient avec l'âge...). Cette manoeuvre servit à ne point laisser paraître l'attirance qui commençait sérieusement à " s'intensifier ", du moins pour Jack, qui ne se faisait pas d'idées, et savait bien qu'il rentrerait certainement bredouille ce soir.

La posture abordée par MJ empêchait Jack de prolonger le contact, vu qu'elle serrait le bras de ce dernier. Impossible donc de passer le bras autour des épaules de cette dernière. Extrêmement fortiche cette demoiselle. La petite tête penchée sur le coup finit par abattre les derniers remparts de Jack, qui se laissa mettre KO sans répondre; pencher lui également la tête maintenant.

Ils entamèrent donc leur marche au clair de lune sur le port, les légers remous dans l'eau, les cris d'animaux sauvages coïtant dans les bateaux, les lumières des lampadaires s'allumant et s'éteignant au grès des minutes, pour le peu; on aurait pu mettre le top 100 des chansons d'amours et ça aurait pas fait cliché.

Apercevant un banc, Jack se dirigea en direction de celui-ci.

- Ca va mieux t'es sûre? En général c'est surtout le mal de mer qui donne des nausées, hum, lui souffla le détective en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 13 Aoû - 0:48

Mary Jane était ravie que Jack accepte sa proposition. Ce n’était pas vraiment une surprise. Il n’avait pas fait l’aller retour simplement pour satisfaire une fierté mal placée en vérifiant qu’elle l’attendait. Malgré un mauvais départ, le flic semblait plutôt content de sa nouvelle rencontre et c’était réciproque. Il prenait soin de la demoiselle qui n’en demandait pas moins. En plus, ce n’était pas un ado de son âge prêt à tout pour obtenir ses faveurs en faisant n’importe quoi pour se rendre intéressant.

Oh que non ! C’était un vrai homme lui, sans acné, sans rire idiot lancé tous les trois mots et avec une certaine classe. Bon ok, il n’était pas à la dernière mode mais il ne portait pas un jean troué descendant en dessous des fesses. La fille Holster ne comprenait pas comment certains jeunes de son âge, portant ce genre de vêtements, arrivaient à marcher. En plus c’était trop moche car la plupart portait des caleçons ou des boxers ridicules qui faisaient sourire deux secondes mais pas plus. Sans parler des filles qui en faisaient autant et dont on voyait le string remonté plus haut qu’il n’aurait du l’être. Le ridicule ne tue pas, certes, mais qu’est-ce qu’il peut rendre inintéressant !

Ce n’était pas le profil de Jack. Il avait l’air gentil, prévenant et il était loin d’être désagréable. Lorsqu’elle s’était énervée au départ, il était resté zen et ne l’avait pas envoyée bouler comme elle l’aurait fait si la situation avait été inversée. Il était patient en plus. Qualité indispensable pour supporter la demoiselle. Mary Jane commençait à avoir des vues sur lui. Sans rien dire, elle s’allongea sur le banc et posa la tête sur ses cuisses.


- Ca va trrrrrrrrrrrès bien. Répondit-elle rêveuse.

Effectivement, le va et vient des vagues donnait le mal de mer parfois, tout comme un autre va et vient. La jeune fille sourit à cette idée légèrement grivoise. En compagnie d’une personne de confiance, elle aurait fait part de ses pensées, mais là, elle ne pouvait pas se le permettre. D’une part, parce qu’elle ne voulait pas passer pour une personne vulgaire ; d’autre part, parce qu’elle n’avait aucun envie de dire au flic qu’elle portait un enfant en son sein. Ca ne ferait vraiment pas fait sérieux et ça risquait de le faire fuir. La demoiselle voulait être prise au sérieux.


- Parlons un peu de ce qu’il est possible de faire à deux. Tout à l’heure, tu as dit qu’on en parlerait en chemin mais tu n’as même pas abordé le sujet. D’ailleurs, tu n’as rien dit du tout. Tu n’as donc aucune idée ? Demanda-t-elle curieuse.

- Je t’intimide ou quoi ? A moins que ce ne soient des idées inavouables ! Enchaîna-t-elle en plaisantant.

Mary Jane décolla la tête des cuisses de Jack pour mieux capter les expressions de son visage. Elle le scruta en plissant les yeux d’un air coquin.

- Comme jouer à la bataille, collectionner les étiquettes de boîtes de camembert ou faire la causette aux escargots. Continua-t-elle sur le même ton.

Ce serait vraiment un manque de chance si Jack occupait ses loisirs avec ce genre d’activités !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Sam 13 Aoû - 1:43

Heureusement que Jack avait redressé l'engin, sinon MJ aurait pu croire qu'il se baladait constamment avec sa matraque. Il se sentit soulager de l'avoir fait lorsqu'elle posa sa tête sur sa cuisse. Le regard vers le port avec les bateaux qui bougeait au rythme de l'eau. Des petits bateaux dans l'eau en face d'un banc, on aurait dit une scène d'un film à 'eau de rose. Heureusement que les commentaires déjantés de MJ étaient là pour remettre un peu de piquant là dedans, sinon on aurait pu appeler Julia Roberts et Hugh Grant pour continuer la scène.

- Ce n'est pas de ma faute si le décor et la compagnie me rendait sans voix, dit-il tout en fixant l'infini. Des choses inavouables? M'enfin, on est plus des enfants, on peut dire les choses comme elles sont, non?

Maintenant, fallait réfléchir des activités. Ca, c'était déjà plus chaud. Parce que des activités, Jack n'en pratiquaient pas beaucoup. Il passait un peu de temps dans le cambouis, et beaucoup de temps à vadrouiller. Vadrouiller dans les bars, dans les boites, et surtout dans les rues.

- Bah tu sais Mary-Jane, vu que je passe beaucoup de temps seul, à part lire le journal quotidiennement, je ne fais pas beaucoup de choses. Donc j'en ai encore moins à te proposer sur le coup là...

Jack se gratta la tête, puis posa ses bras sur le dossier du banc. Il avait bien une idée qui aurait pu plaire à ce genre de caractère en acier trempé qui lui aurait laissé des souvenirs, mais à cette heure, difficile de trouver cela... S'il avait été réellement policier, ça aurait été tellement plus simple.

- J'ai bien une idée mais à cette heure c'plus possible...


Revenir en haut Aller en bas
Mary Jane Holster


avatar

Messages : 3348

All about you
Your secret life:
Disponibilité: 0/4

MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   Dim 14 Aoû - 1:58

Mary Jane avait parfois du mal à comprendre les adultes, surtout quand ils faisaient des sous entendus Elle n’était jamais certaine de saisir pleinement le fond de leurs pensées. Ne voulant pas paraître ridicule, elle cachait ses hésitations derrières des petites plaisanteries. En allant un peu plus loin dans une conversation, elle finissait toujours par comprendre. Elle avait juste besoin d’un peu de temps pour être sur le même pied d’égalité.

- Bah dis donc, il ne faut pas grand-chose pour te faire taire. Dit-elle pour le taquiner alors qu’elle était assez dubitative.

Effectivement, les choses pouvaient être dites comme elles l’étaient. Sauf qu’elle ne croyait pas au fait que les gens racontaient tout sur tout. Elle pensait même que les adultes étaient bien plus cachotier que les jeunes. Jack n'était plus un gamin. Il avait sans doute dix fois plus d’expérience dans bien des domaines. Celle du mensonge par exemple. Cela dit, sur ce plan là, la chipie pouvait être considérée comme surdouée. Elle n’avait pas l’âge de son interlocuteur mais elle pratiquait l’exercice assez souvent pour le maîtriser au moins autant que le beau brun. Par contre, elle n’était pas au courant de tout ce qui pouvait être inavouable. En tout cas, elle n’était pas d’accord avec son compagnon car elle parlait très rarement de choses dont elle avait honte.


- Sûrement, mais bon…

Mary Jane naviguait entre deux eaux : ce n’était plus une enfant mais elle n’était pas encore une adulte. Cette position était inconfortable. Il était préférable de passer à autre chose afin d’éviter d’être prise à son propre jeu.

La jeune fille fut surprise et déçue d’apprendre que Jack n’avait pas vraiment d’activité. Lire le journal ! C’était bien une idée de mec. A quoi cela servait-il de savoir ce qu’il se passait dans le monde ? On ne pouvait rien y faire. C’était mieux de savoir qui étaient ses voisins non ? Bah si quoi ! Si l’un d’eux était un tueur ou un fou furieux, on pouvait faire en sorte de ne pas se trouver sur son chemin pour éviter le pire.


- Ah bon ! Mais tu ne t’ennuies pas ? Ne me dis pas que tu te plonges dans ton travail pour oublier ta solitude quand même ?

Oh non ! Ca serait trop triste. La fille Holster aussi était souvent seule et elle détestait ça. Elle faisait tout pour ne pas s’ennuyer trop longtemps. Elle sortait, elle allait au cinéma, elle faisait les magasins, elle s’occupait quoi. Sinon, elle aimait embêter son monde, une activité qui lui prenait déjà pas mal de temps. Ce soir, ce n’était pas le but. Cependant, elle n’allait pas rester toute la nuit allongée sur ce banc même si les cuisses de Jack étaient confortables. Il y avait tellement mieux à faire, à deux. Oh ! Jack semblait avoir une idée mais il disait que c’était trop tard. Tant pis, la curiosité de la demoiselle était en éveil.

- Ah bon ! C’est quoi ton idée ? Y’a peut-être moyen. Demanda-t-elle en s'asseyant prestement.

Une lueur d’espoir brillait dans les mirettes noires de la jeune fille. Impatiente de découvrir ce à quoi pensait Jack, elle ne tenait plus en place. Elle se leva d’un bond, prit les mains de son interlocuteur pour le faire se lever.


- Alors diiiis...C’est quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il fait chaud, il fait soif ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: PORT-