..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Playing or Defying ? ♦ Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Ven 13 Mai - 14:11

Soraya Stanton & Maxime Matthews & Aaron O'Hara

Playing or Defying ?



Mi-août...
Le temps défilait à une vitesse fulgurante en ce moment. J'avais vu le premier mois d'été passer lentement et maintenant, tout semblait s'accélérer. Shannon arrivait demain et je ne savais pas quoi faire. J'allais devoir reprogrammer tout mon mode de vie : je ne pouvais pas lui offrir pour chambre un simple fauteuil dans mon nouveau repère nommé "bureau". J'étais effrayé par ce que ça signifiait : j'allais devoir retourner chez nous. J'allais devoir réintégrer cette maison qui me faisait peur désormais, j'allais devoir affronter pour de bon le silence et le vide qu'elle avait laissés derrière elle et ça, c'était beaucoup.
Shannon venait de vivre une tragédie, un coup de plus porté à notre famille. Famille dont nous étions désormais les deux derniers membres. Mon oncle et ma tante avaient été sauvagement assassinés et ma cousin avait eu la chance de s'en sortir. Je me demandais si Genetic avait un quelconque rapport avec tout ça. Peut-être... Après tout, je ne savais toujours pas pourquoi mes parents avaient quitté l'Irlande quand ils étaient jeunes. ils avaient gardé de bon rapport avec la famille de mon père puisque celle de ma mère n'existait même plus. En y pensant, ma famille était une sorte de mystère pour moi. Il y avait de nombreuses zones d'ombre que j'avais occulté suite à la mort de mes parents : le retour de Shannon allait peut-être changer la donne...
Elle était ma seule famille... Et elle vivait elle aussi un deuil. Le pire dans tout ça, c'était que j'allais devoir la mettre au courant pour Aby dès son arrivée : j'avais complètement oublié de contacter mon oncle et ma tante suite à tout ça et j'en avais honte. J'avais été tellement dépassé par la mort de ma soeur que j'avais complètement oublié le reste du monde. Le reste de mon monde. Je n'étais plus qu'une moitié de moi sans elle et c'était troublant.

Je fus tiré de mes pensées par un bruissement dans mon dos. Sans m'en rendre compte, j'avais déambulé dans les couloirs de Genome pour aller vers le sous-sol. Une visite à Holster ? Non. Mais peut-être qu'inconsciemment, je voulais le voir. le voir enfermé, prisonnier, au plus bas, complètement amorphe... Avec le recul, je m'étais rendu compte que cet enlèvement avait été de la folie pure et dure. Mais il était trop tard et j'allais devoir commencer à songer sérieusement à son cas et son évolution.

Je me tournai pour voir qui me suivait et je tombai nez à nez avec la "délicieuse" française. Elle n'essayait même pas de se cacher : elle me fixait de son regard investigateur et tout dans son attitude trahissait son envie d'en savoir plus. Mais sur quoi ? Où croyait-elle me suivre comme ça ?
Au fil du temps, je m'étais habitué à sa présence dans les locaux. Elle avait un caractère bien à elle, une attitude déplorable en société mais elle avait un truc : elle était vraie, elle était franche et culottée et ça, c'était cool. Seulement, j'appréciais moins quand elle me suivait pour savoir, pour fouiner un peu. Elle était souvent là, à chercher pour comprendre au sein de Genome. Comptait-elle se joindre à nous ? Je n'en avais pas la moindre idée mais je savais qu'elle était là pour un petit bout de temps puisqu'elle semblait être assez liée à Ross. Elle ne me dérangeait pas plus que ça de toute façon.

« Tu veux quelque chose Max ? Ou tu as simplement décidé de me suivre pour passer le temps et voir ce que tu arriverais à savoir de plus ? »

Entre notre histoire avec le demeuré à UCLA, le gymnase et le séjour de Robinson ici, les choses avaient évolué entre nous mais je ne saurais dire dans quel sens. Positivement ? Peut-être. Pas de façon négative en tout.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Sam 14 Mai - 12:12

Ça lui tournait en tête depuis plusieurs jours. Sans fin, les propos de la petite journaliste résonnaient en boucle et l’effrayait. L’avenir, Maxime n’y avait jamais pensé, persuadée qu’elle était de n’en avoir aucun. Si elle était restée en France, elle aurait peut-être finie vendeuse dans une supérette, ou bien éducatrice spécialisée. Elle n’y avait vraiment réfléchi étant donné le manque de stabilité qui avait marqué son enfance et son adolescence. Tout avait changé lorsqu’elle s’était retrouvée à L.A, la moindre perspective d’avenir lui avait échappé des mains comme du sable fin, insaisissable. Les problèmes s’étaient enchaînés et elle s’était retrouvée dans un engrenage qu’elle ne comprenait pas. Le monde des mutants. Un monde qui lui avait été familier pendant des années, et qui à Los Angeles, prenait une toute dimension, bien plus problématique. Notamment à cause de Nell Robinson qui avait soulevé un point essentiel. Cette fille n’était très certainement pas la seule journaliste mutante au monde et, un jour ou l’autre, la vérité éclaterait via youtubes ou dailymotion.

De ce qu’elle avait compris, Genome et sa clique de super-héros étaient censés protéger les mutants. C’est du moins comme cela qu’Aaron avait présenté les choses. Sauf qu’ils n’étaient qu’une bande d’illuminés incapables ! Et ça, ça lui posait un sérieux problème parce qu’elle n’avait aucune envie de voir apparaître un gros titre dans le LA News qui débiterait : Les mutants : menace ou évolution ?

Après avoir drogué miss Robinson, la française avait énoncé clairement ce point à Aaron et s’était barré sans attendre de réponses. Cela faisait maintenant un peu plus de deux semaines qu’elle lui avait gentiment laissé le temps d’avaler la nouvelle, de la digérer et d’y trouver une solution. Cette solution, elle n’en avait d’ailleurs pas eu vent et elle comptait être mise au parfum, pas plus tard que tout de suite. Après s’être heurtée à x portes fermées à clé, ou bloquées par un stupide digicode dont elle ignorait le code, elle était revenue au premier étage se prendre une canette de coca. C’est là qu’elle avait vu Aaron et avait décidé de le suivre sans la moindre discrétion. Parce que ce type avait nécessairement les réponses qui lui manquaient et les accès qu’elle n’avait pas.

Evidemment, il l’avait grillée. Elle ne s’en offusqua pas puisque, de toute façon, elle se savait très mauvaise à ce petit jeu.

- Je voudrais bien connaître ces putains de code mais visiblement tu t’es arrangé pour que ce soit pire qu’Alcatraz ici.

Petite mise en bouche.

Entre Aaron et elle, les choses étaient beaucoup moins explosives qu’avant. Ils avaient tous les deux compris que leur mode de communication se limiterait à des piques et des phrases bien senties. Pour autant, ils ne se sauteraient pas à la gorge et se toléraient mutuellement. Compte tenu de leur passé commun, c’était déjà une belle performance. Maxime baissa les yeux sur sa cannette de coca et les releva vers lui.

- T’inquiète pas superman, j’ai l’intention de la boire et pas de te la renverser dessus. Ceci dit, faut qu’on parle. Elle se mit à sa hauteur. Tu comptes faire quoi pour ce que Robinson a dit ? Rester les bras croisés en prétendant contrôler la situation alors que toi et tes petits copains vous vous contentez de brassez de l’air ?


Décidément, la courtoisie ne faisait pas partie des vertus de la française. Même lorsqu’elle n’essayait pas spécialement d’être désagréable.

- C'est pas que je sous-estime vos capacité, enfin si un peu quand même, mais j'ai pas envie de jouer les laisser pour compte et de tomber des nues quand vous aurez tout foiré et qu'on se retrouvera tous dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Dim 15 Mai - 12:10

La chaleur passait vite et bien, ce matin, je m’étais levée tôt pour aller courir un maximum dehors. Pour une fois j’avais de la musique jazz dans les oreilles, le MP3 pas trop fort mais juste ce qu’il faut m’accompagner dans mes pérégrinations dans la ville alors que personne ne s’étaient levés ou presque. Le piano avec son air bien charismatique laissa sa place à une voix assez roque et rugueuse. L’homme qui chantait le faisait tout en donnant ses sentiments. M’arrêtant sur un coin de rue histoire de voir où je me trouvais, je vis qu’il y avait le café habituel d’ouvert. Passant devant je prenais donc le temps de saluer la serveuse, elle se doutait que je ferais encore un grand tour avant de venir la voir. Je ne sais pas trop pourquoi je courais autant ces temps-ci. J’avais besoin de me dépenser. Je voulais profiter des petits moments de solitude pour me faire du bien. Passant alors sur le trottoir d’en face, je courais une fois de plus. Les cheveux détachés, je vis devant moi le soleil se levait. Courant un peu plus vite pour arriver au petit parc, je voulais le saluer de ci bon matin en étant assise sur un banc. Toujours le même, quand on a ses habitudes, et bien on ne les change pas de suite. Au moment où j’arrivais alors sur le banc, la musique changeait de nouveau, j’entendais un petit air de Soul. Tout en regardant le soleil se levait, j’avais mon pied qui battait le rythme. Attendant la fin du levée de soleil, je prenais le chemin dans l’autre sens, un bon café m’attendait.

Arrivant sur le lieu, je sentais alors les bonnes odeurs de café. Il y avait aussi une pointe de noisette et de chocolat dans l’air. Poussant la porte, j’entendis la clochette tintait. Voyant la serveuse, je m’installais à ma place habituelle. Elle y déposa un bon café, vous savez celui qui vous donne la sensation que la vie est trop belle. L’ambiance était comme tous les jours la plus douce qui puisse exister. Le saxophoniste jouait alors un morceau que je trouvais des plus chouettes. Enlevant les écouteurs, il se laissait aller tout en sentant les vibrations qui le parcouraient de la tête aux pieds. Il ferma les yeux le temps de jouer sa partie, puis la personne qui l’accompagnait patientait calmement. Il reprit la parole au moment, où je regardais la pendule, il était temps pour moi de repartir pour le Genome. Attendant la fin de la chanson, je discutais un moment avec la serveuse. Puis partant pour mon lieu de vie, j’avais encore en tête la musique.

Je ne sais pas pourquoi, mais pour une fois, je pris le bus. Avec le peu de monnaie que j’eus, je me suis dit que cela ne passerait pas, mais bon, le chauffeur savait que je payais toujours mon ticket. Il me le donnait et puis lorsque j’arrivais à ma destination. Me dirigeant vers la porte, il fallait avant tout trouver le vieux bâtiment. On ne pouvait pas rentrer comme ça dans le Genome. Tapant sur le digicode, je remarquais que les gens commençaient à se lever. Une douche me ferait le plus grand bien, la prenant vite fait bien fait, je me dirigeais vers la cuisine, remplissait ma bouteille d’eau. J’ouvris le placard pour prendre une barre aux céréales au cas où j’avais faim. L’horloge sonna puis tout comme je me demandais ce que je ferais aujourd’hui. Je me rappelais que je n’avais pas eu le temps de m’entrainer cette semaine. J’irais donc dans la salle d’entraînement.

Arrivant là-bas ; je déposais mes affaires pas loin de moi, j’enlevais mon gilet, m’attachant les cheveux, je ne voulais pas être gêné dans tout ce que je voudrais faire. Voyant ce que je pouvais faire, je commençais mes étirements. Il était nécessaire de ne pas aller trop vite si on ne voulait pas me faire une crampe. Mettant le MP3 sur le plateau des enceintes, je mettais une musique vu que personne ne se trouvait dans la salle. Il était plus agréable de travailler en musique.

Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Mer 18 Mai - 22:19

A chaque fois que je la regardais, je voyais une sorte de tigresse. Non, même pire : une véritable panthère. C'était ce qu'elle était, une panthère, avec ses cheveux sombres, son regard méfiant et dissuadant à la fois, ses répliques cinglantes et son attitude... Oui, une panthère. Un animal dangereux dont il fallait toujours se méfier. On était loin de la vision de Disney à travers Le Livre de la Jungle.
Avec le temps, j'avais l'impression que la panthère qu'elle était ne voulait plus me sauter à la gorge aussi souvent et c'était rassurant. Maxime était le genre de filles dont il fallait surveiller les réactions afin de ne pas se laisser surprendre. Aussi, j'avais quand même les yeux qui se perdaient régulièrement sur la cannette qu'elle tenait : on ne pouvait jamais savoir. Jamais. Et je me souvenais encore de l'expérience du café brûlant dans les escaliers de UCLA alors bon...

Brasser de l'air ?
Je retins un soupir qui aurait témoigné de ma lassitude et qui aurait pu provoquer une réaction inattendue à n'en pas douter. Elle croyait quoi ? Que le cas Robinson me passait au-dessus ? Certes, ne pas avoir à penser à cette journalistes collantes aurait été une bonne chose mais malheureusement, je devais m'en occuper. Seulement, j'avais cet irlandais qui s'était gentiment proposé pour faire le sale boulot alors je laissais faire... Et puis il y avait plus important et je savais que dans l'état actuel des choses, Ronbinson n'était pas une vraie menace : elle avait Genetic aux fesses et le moindre de ses gestes étaient épié. Si jamais la journaliste avait dans l'idée de publier quoi que ce soit de déplacé, elle serait illico enfermée, j'en avais la certitude. Du coup, j'avais encore un peu de temps avant de me préoccuper d'elle de manière plus approfondie.

« Alors personne ne t'as prévenue ? Sérieusement ? On s'est dits que ce serait une bonne idée de la laisser tout révéler au monde, comme ça, on aurait plus besoin d'oeuvrer dans l'ombre, tu vois ? »

Je n'avais pas pu résister, ça avait été bien trop tentant : rien que l'expression sur son visage égayait ma journée. Comment disait-on déjà ? Ah oui : "il y a des plaisirs simples dans la vie." Je jetai tout de même un nouveau coup d'oeil à sa canette avant de reprendre.

« T'en fais pas pour Robinson, on garde un oeil sur elle. Et puis je pense qu'elle a compris qu'au moindre faux pas, Genetic s'occuperait de son cas donc c'est pas tellement le moment de s'inquiéter pour elle. »

J'avais presque atteint la porte menant vers le sous-sol lorsque je l'avais repérée et visiblement, elle avait bien envie d'aller se promener du côté des zones à entrée sous digicode. Soit, elle allait venir avec moi finalement. Je regardai ma montre et souris. J'avais un peu de temps devant moi et je voulais vérifier si la panthère était du genre douée. J'avais bien envie de la conduire en salle d'entrainement et de voir de quoi elle était capable. Je ne savais pas où en était sa blessure mais une fois en bas, il était tout à fait possible de moduler en fonction de son état.
Je me dirigeai vers la porte sachant pertinemment qu'elle allait me suivre puisque je n'avais pas fourni une réponse capable de satisfaire ses appréhensions au sujet de la journaliste. J'allais peut-être pouvoir m'amuser aujourd'hui finalement. Je tapai le code.

« Je suppose que tu le connais maintenant. Suis-moi, je vais te montrer quelque chose. »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Lun 20 Juin - 18:55

Finalement, elle lui aurait bien déversé le contenu de son coca sur la gueule. Juste par principe. Au lieu de ça, elle se contenta de lui servir un sourire mi-amusée mi-hargneux quand il joua sur l’ironie. Maxime était une adepte de ce mode de communication et en règle générale, elle le supportait très bien. Sauf quand cela venait de superman, évidemment. Elle prit donc sur elle pour lui servir un « Ha Ha » en détachant bien chaque syllabe.
C’était presque amusant finalement. Familier aurait été un terme plus exact.

Lorsqu’il reprit au sujet de Robinson, Maxime roula les yeux au ciel. Sérieusement ?

- Non mais ta connerie est vraiment congénitale ou t’as juste envie de me prendre pour une conne ?

Personnellement, elle penchait plutôt pour la seconde solution. Elle avait la désagréable sensation qu’Aaron essayait de noyer le poisson et d’éviter le véritable sujet de conversation. Restait à savoir pourquoi. Peut-être n’avait-il aucune idée de comment gérer la situation ? Peu importait, elle allait lui faire cracher le morceau, de gré ou de force. A lui de choisir s’il préférait continuer sur ce chemin ou se décider à coopérer.

Mais chacun se souvenait sans doute de la manière dont s’était terminée leur dernière confrontation en date…

Mal… Très mal.

La française poussa un soupir appuyé en suivant Aaron dans de nouveaux escaliers qui menaient à un niveau inférieur. Encore un lieu où elle n’avait jamais mis les pieds, et pourtant, elle passait énormément de temps entres les murs de Genome. Un peu trop pour sa santé mentale d’ailleurs.

- Et alors ? Tu vas rechanger le code dans la semaine ? Et puis… Je suppose que ce code ne fonctionne pas pour tous les digicodes de cette magnifique prison cinq étoiles ?

Elle s’abstint de répondre quant à ce qu’il voulait lui montrer mais sa curiosité n’en pointait pas moins le bout de son nez. Le tout était de ne jamais le montrer, de prétendre s’en foutre.
Ils passèrent une première porte dont l’accès était également fermé par un digicode et continuèrent leur descente. Un sentiment de malaise et de méfiance s’agrippa aux entrailles de la française. Elle n’avait pas confiance en Aaron au point de lui suivre aveuglément dans les sous sols d’un bâtiment dont un unique petit groupe de résistants à qui il manquait tous un case était le seul à en connaître l’existence. C’était de la pure folie.
Instinctivement, elle se mit sur ses gardes et se raidit.

- Tu vas m’enfermer comme la petite journaliste parce que je pose des questions gênantes ? J’te déconseille de me faire un coup de pute en tout cas, sinon je te promets de te déchausser les dents une à une.

Tout cela dit sur un ton très calme. Elle aurait d’ailleurs employé le même si elle lui avait parlé du soleil éblouissant de Los Angeles.

- En parlant de ta journaliste préférée, comment ça tu la garde à l’œil ? Et les autres journalistes mutant cinglés qui pourrait vouloir s’afficher sur internet, tu les surveilles eux aussi ou tu te contentes de prier pour qu’ils se taisent ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Mar 21 Juin - 16:43

Me tenant toujours devant le sac de sable, je me demandais bien ce que je ferais par la suite. Il y avait bien une chose que je voudrais faire, mais bon, est-ce que j’y arriverais ou pas je ne le savais pas du tout. Pour le moment, j’avais commencé les étirements et je finissais alors l’échauffement. J’avais appris que si on ne le faisait pas correctement, il y aurait alors une suite qui ne plaisait pas aux muscles. Tout en bougeant dans les bons sens, je me rendais compte une fois de plus que je ne pouvais pas avoir la sensation agréable du bonheur. Ayant déménagé ici, trouvé un lieu qui m’accepte un peu, tout ce que je voulais c’était me distraire le plus possible. Faire du sport était pour moi une façon de m’épuiser à la longue. Du coup il était normal que je ne comprenne pas trop le fait que je sois assez surprise dans l’histoire. Tout en forçant alors le fait que je ne sache plus trop où j’en suis, je me demandais bien si je ne devais pas parler à quelqu’un pour extérioriser une bonne fois pour tous les soucis accumulés depuis le début. Je ne savais pas que j’aurais un tout à finir. Parfois on ne comprend pas trop pourquoi les gens agissent de telle ou telle manière. On doit alors les décrypter dans le but de savoir en quoi cela consiste. Un jour on devient grand et on apprend alors à trouver l’équilibre à notre vie. Avoir alors un chemin peut-être une bonne idée, mais pour moi je crois que le chemin est avant tout bien rempli d’embuches. A chaque fois que je voulais faire quelque chose, le destin se met contre moi. Enfin bon, pour l’instant, je regardais bien où est-ce que je pourrais me positionner pour continuer la suite des étirements.

Pour tout vous dire, je finis par trouver une barrière enfin la barre on l’on place son pied dessus. Ce n’était pas un hasard si je ne pensais pas réussir un jour à faire cela. Ensuite, les muscles prenaient alors leurs doses quotidiennes de frissons et de travail. Passant alors à l’autre pied, je commençais alors à comprendre que la suite du sport aurait une fâcheuse tendance à me mettre dans la sportivité. Il y a des hauts et des bas dans les efforts, parfois, on les ressent plus qu’auparavant. Actuellement, je me sentais bien nulle, comme si je ne réussirais pas à atteindre l’objectif que je mettais fixé pour l’entrainement. Je n’étais pas en colère juste frustrée, faire un peu d’exercice me permettais de laisser passer un peu plus ce sentiment qui me perturbais. De toute manière cela finit toujours par s’arranger, mais bon, je n’ai jamais été partisane de ce point. Même si on veut arranger les choses, il y a toujours un truc qui fait que vous allez de travers. Cela valait la peine pour moi de voir le bon côté des choses. Tout en me bougeant je me faisais du bien comme de la souffrance qui passait alors par le corps qui dit parfois : « Stop. » Il suffisait de juste trouver le point culminant qui me permettait de relâcher prise par la suite.

Cette fois-ci c’était les bras qui allaient souffrir un peu, mettant les mains sur la barre accrochés au plafond par deux fils. Passant alors la tête au-dessus de la barre. Je comptais dans ma tête le nombre de mouvements que je faisais. Je n’en réalisais pas beaucoup, mais je tenais à ce qu’ils soient assez réguliers et justes. Pour tout vous dire, je préférais avoir les deux pieds sur le sol. Les déposants après cet effort, je prenais le temps de boire un peu d’eau. M’asseyant sur le banc, je respirais alors un instant. Reposant la bouteille dans le sac, je soupirais alors que la musique avait eu le don de s’arrêter un cours instant. En un sens, après l’avoir remise, je continuais les exercices. Durant un cours instant, je m’arrêtais alors pour reprendre mon souffle. Sur le sol, allongée tout en faisant le clown, j’avais l’impression d’avoir une larve bien étendue. Regardant le plafond avec le rythme dans les doigts. Je réfléchissais à ce que je pourrais faire par la suite.

Il fallait que j’admette que j’aurais le choix de trouver une solution à mon problème. Me relevant, je sentais alors que mon ventre avait pris un peu d’épaisseur. Tout en me voyant comme cela, je me rendais compte que les abdominaux devaient être une priorité pour le moment. Je n’ai pas l’impression que j’arriverais à motiver tous ces muscles. Il n’y avait rien de normal dans le fait de ne pas trop savoir si l’on fait les choses bien ou pas. Puis me relavant d’un bond, je commencer le yoga une fois que la musique fut éteinte pour de bon. Je préférais le faire dans le calme le plus complet. Me déplaçant doucement tout en faisant attention à la position des bras. Il fallait que je me remette dans ma bulle. Fermant les yeux, je continuais alors à bouger tranquillement. Pour l’instant on peut dire que le silence régnait dans la pièce, je pouvais alors me concentrer du mieux que je pouvais. Avec le yoga on peut muscler et faire un effort tout en douceur. Mais à la longue le lendemain, il y avait une légère courbature qui vous indiquait que vous n’êtes pas des robots. Malgré le fait que vous pensez vous arrêter de bouger. Vous prenez le temps de vous rendre compte qu’en fait vous avez légèrement décalé les pieds sur le sol. Tournant de sens, je ne pensai pas que la porte allait s’ouvrir avec un tel bruit qu’un peu plus et je finissais sur le sol surprise par la rupture du silence. Alors que j’ouvrais les yeux, je vis Aaron en compagnie d’une jeune femme que je ne connaissais pas…..

Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Mar 19 Juil - 20:23

Ce qu'elle pouvait radoter cette pauvre fille...
" Robinson par-ci, Robinson par-là, et tu comptes faire quoi, et tu vas pas rester sans rien faire... ? " Je commençais à me lasser de ses questions répétitives. Elle n'avait donc que ça comme inquiétude ? Elle ne pensait qu'à ceux qui pouvaient mettre en péril LE secret ? Il allait falloir élargir ses horizons.

« Parce que tu crois que tu te trouves dans une multinationale au rayon d'action international ? Tu rêves un peu ma petite, ce sera déjà pas mal si on réussit à contrôler un millième des barjots de cette ville, crois-moi. » dis-je en lui souriant. « Tu peux être sûre qu'un jour ou l'autre, tout ça va éclater à la face du monde. Nous, on se contente de s'y préparer en tentant de le retarder ici. »

Nous arrivâmes devant la porte de la salle d'entrainement. Si elle devait passer tout son temps à squatter Genome, autant que ça lui serve un peu. S'entrainer ne lui ferait pas de mal, bien au contraire, ça lui permettrait de surcroît d'entamer une rééducation nécessaire. Je la regardais toujours en souriant, sachant pertinemment que ça la mettait hors d'elle : voir cette fille partir au quart de tour était assez satisfaisant. Désormais, je ne craignais plus autant ses réactions car j'avais compris qu'elle était dans notre camp, enfin, à sa manière en tout cas.
Pour jouer à fond le jeu, je fis semblant de surveiller nos arrières, vérifiant à droite, à gauche et derrière nous si nous étions bien seul. Je posai un doigt sur ma bouche en soufflant un furtif "chut" histoire d'aller jusqu'au bout. Je lui fis signe de la tête de me suivre, je jetai encore les mêmes regards autour de nous et j'ouvris la porte, en prenant soin de ne pas pouffer.

Je ne fus pas surpris de tomber sur Soraya en train de s'entrainer, encore... Je fus surtout surpris de ne pas y trouver Jordan, notre inépuisable mémoire motrice sur pattes. Je fis un grand sourire à celle que j'avais eu quelques années sous ma tutelle et me tournai vers Maxime.

« Te voilà au coeur de la salle d'entrainement de Genome. Le code ne changera pas car tu as le droit d'y accéder quand tu le souhaites. Tu trouveras toujours quelqu'un, c'est à n'en pas douter. Je te présente Soraya, l'un de nos meilleurs agents de terrain. Si tu as besoin d'une remise ou plutôt d'une mise à niveau, tu peux t'adresser à elle. »

Voir la tête de Max était un spectacle auquel je ne regrettais absolument pas d'avoir assisté. Visiblement, elle s'était attendue à un secret, à une pièce remplie d'horreurs ou de choses mystérieuses... Et elle se retrouvait dans une pièce tout à fait banale... Banale en apparence car nous avions mis le paquet côté entraînement.
Je lançai un regard entendu à Soraya lui signifiant qu'il fallait gentiment mettre la jeune femme dans le bain. On allait y aller en douceur, juste de quoi s'amuser un peu car nous avions tous besoin de détente en ce moment.

« Soraya, penses-tu pouvoir faire l'évaluation du niveau de notre amie ? » dit-il en un clin d'oeil.

Que la fête commence...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Dim 24 Juil - 19:41

Serrer les dents, quitte à se mordre la langue mais surtout ne rien répondre à cet abruti fini. Non parce que si elle se mettait à répliquer, elle chaufferait comme une bouilloire sur le feu jusqu’à l’explosion finale. Jusqu’à ce que dans un accès de folie meurtrière elle lui arrache les yeux, les dents, la langue, lui coupe les oreilles et chaque oreille avant de lui éclater la tête dans le mur. Dans son fantasme, Aaron n’avait même pas le temps de répliquer et elle pouvait laisser libre court à sa colère telle une bacchante démembrant Orphée.
Et sur sa pierre tombale, en guise d’épitaphe : Ci-gît Aaron O’Hara, branleur de première, fils à papa à la noix, superman à la vocation raté.

Mieux valait imaginer autant de sanglante morts pour ce type que de lui répondre par des mots. Il y gagna tout au plus, un regard noir lancé à la dérobée.

Oui, elle savait que Genome n’était qu’un petit nid de résistance.
Oui, elle savait qu’un jour toute la vérité allait éclater. Seulement, stupidement, elle avait pensé que cette petite organisation aurait peut-être une solution pour régler ce foutu problème. C’était une sacré épine dans son pied et elle avait déjà assez d’emmerdes comme ça, et surtout, elle n’avait aucune envie de jouer les super-héroïnes en collant mauves pour protéger la veuve et l’orphelin. Elle laissait volontiers cette partie du programme à O’Hara et sa petite clique de mutants crétins.

Superman ne se décidait pas à lui donner la destination de leur petite escapade. Il semblait vouloir se la jouer furtif, en jetant des coups d’œil derrière lui. La française plissa les yeux et se contenta de le suivre, les muscles bandés, prête à envoyer un coup de poing au premier emmerdeur venu. La tension semblait avoir monté d’un cran. Après tout, dès qu’elle était dans les environs de ce type, il ne lui arrivait que des emmerdes alors… qui aurait pu la blâmer de se méfier ? Ce sur quoi elle tomba la fit tomber des nues. Ses yeux s’agrandirent et elle balaya la pièce du regard en écoutant vaguement son chaperon.

Maxime s’était attendu à quelque chose en rapport avec leur conversation : une salle de recherche ultra sophistiquée, ou bien même des cellules enfermant des timbrés du style du Robinson. Elle ne trouva rien de tout ça. Rien qu’une immense salle aménagée qui comprenaient plusieurs pièces, dont une qui ressemblaient à une salle de musculation, et une autre qu’elle soupçonnait être un rangement pour l’équipement. Une fois qu’elle eut intériorisée ces informations, elle s’attacha à la personne qu’Aaron voulait lui présenter.

Comme à son habitude, la française dévisagea la jeune femme et la détailla de haut en bas. En dehors de leurs chevelures brunes, les deux jeunes femmes n’avaient pas grand chose en commun. La où Maxime était maigre, presque famélique, Soraya arborait un silhouette élancée et non dépourvue de muscle. Elle semblait agile et gracieuse quand Max n’était que violence mal contrôlée. La française se mura tout au long de son observation derrière un visage neutre et parfaitement indifférent. Puis, elle se tourna vers Aaron et lui répondit d’un ton mordant :

- J’ai pas besoin d’une remise à niveau, j’sais me défendre seule.


Pour qui tu’m’prends ? Elle n’était pas une de ses gamines sans défenses. Maxime avait toujours su se débrouiller seule et se tirer des emmerdes, quitte à utiliser la force. Dire qu’elle s’en sortait bien en combat aurait été un mensonge. La française était minable.

M I N A B L E.


Sans euphémisme.

Elle ne savait pas garder son équilibre. Ses connaissances en matière de sport de combat se limitaient à un apprentissage anarchique dans la rue. Elle était peu musclée et ne parviendraient sans doute jamais à étaler quiconque d’un coup de poing. Elle ne savait pas tenir sa garde et avait un jeu de jambe proche du néant absolue.
Ses seuls véritables atouts se résumaient à sa hargne de chat sauvage et à sa ténacité. Elle était louve et ne lâchait jamais le morceau, quitte à se retrouver le visage en sang quand cela en valait la peine. Dans ce contexte-ci, cela n’en valait pas la peine…

- Non merci, fit-elle en tournant les talons, tout prête à faire demi-tour.

Quoi que… Maxime fit volte face et planta son regard sur Soraya. Son orgueil mal placé n’était pas innocent quant à ce revirement.

- Si j’étale ton chien de garde, superman. J’veux pouvoir t’affronter.

Regard en biais. Presque complices. Game On.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Ven 29 Juil - 13:55

Après avoir vu mon cher « frère ou tuteur » à vrai dire c’est vous qui choisissez, enfin de compte, je me disais bien que j’aurais le temps de voir les choses venir dans le bon sens. Aaron avait le don de me donner des élèves justes pour que je puisse les aider à vaincre leurs peurs. Je me disais que je n’aurais pas le temps pour moi. Mais tout comme je ne voyais pas d’inconvénient à m’occuper d’elle. De toute manière, je ne me sentais pas d’humeur à me laisser manipuler par une femme qui pense que je suis le chien de garde de tout le monde. Me tournant vers Aaron, je lui disais le plus aimablement possible.

- « Pas de soucis big boss, de toute manière, je me demandais si tu allais m’envoyer des gens aujourd’hui. A par la petite visite, tu vas bien ? Elle n’a pas l’air commode ta visiteuse. »

Un sourire dans le coin, un visage heureux, on peut dire que le fait de le voir me faisait plaisir. Je pouvais donc savourer cet instant, le temps de juger un peu de vue la charmante demoiselle qui me prenait pour un chien de garde. L’observant du coin de l’œil tout en buvant de la bouteille d’eau, je me disais bien qu’il était évident pour moi de remettre cette jolie et jeune personne à sa place. Je voyais dans son regard, qu’elle ne voulait pas être là. Mais malheureusement pour elle, elle ne pouvait pas reculer ou plus. Reposant ma bouteille sur le banc, je mettais mes bandages aux mains tout en disant à la jolie personne.

- « Le chien de garde aimerait bien un peu de respect à moi qu’il a tous les droits pour remettre la charmante souris à sa place. »

Tout en finissant ma main droite, je passais donc à la main gauche. Serrant au maximum le coton tout en laissant de la place pour la manipulation. Je me demandais bien si je pourrais alors avoir la possibilité de m’amuser un peu. De toute manière, avec Aaron dans le coin, je pensais bien qu’il sera là pour calmer sa petite visiteuse pas commode. Remarque il ne fallait pas crier victoire tout de suite. Il y a toujours un moment, où tu sens que le repli et une bonne façon pour toi de savourer un peu ta victoire. Après tout, chaque fois que l’on bouge, chaque fois que l’on voit les gens on peut s’attendre à ce qu’il y ait un rebondissement assez flagrant. L’ennemi est plus ou moins organisé selon les aptitudes et le caractère. Il peut y avoir tout un tas d’évènements qui font que dans l’hypothèse où vous serez vainqueur. Il n’y a pas le choix dans vos investigations. Vous aurez toujours une chance pour vaincre. Le sentiment que la victoire est proche vous rend alors un peu surexcité comme une puce. Il n’y a pas de mots pour dire un peu tout ce que l’on veut lorsque l’on voit alors que la chance nous file entre les doigts. Finissant mon deuxième poignet, j’enlevais mes chaussures rien que pour mieux sentir le sol sous mes orteils. Je ne doutais pas une seconde que j’aurais le droit de me sentir plus vivante qu’avant. Tout comme je ne comprenais pas pourquoi est-ce que j’aurais une situation bien adéquate. Je ne comprenais pas pourquoi est-ce que j’avais autant de haine chez les gens.

La réaction allait sans doute venir par la suite, mais je comptais bien ne pas me laisser faire une fois de plus. Je cherchais avant tout une solution plus ou moins aimable pour la demoiselle. Ayant une attaque presque sous le nez, je me disais bien qu’il fallait avant tout avoir le temps de planifier le reste. Savoir alors tout mettre en place était une preuve que l’on est aussi sure de soi que d’un contrôle qui indique que vous êtes plus ou moins entier. Tout en attendant que la réponse vienne, je me calmais et me recentrais sur moi pour ne pas faire de faux pas.

Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Ven 12 Aoû - 16:37

« On se calme les filles, on se calme. Je sais bien que se mettre en condition est une bonne tactique mais là, on va y aller doucement. »

En réalité, ça m'amusait. Voir Maxime exploser comme ça, une lueur de folie dans le regard ou plutôt de défi, c'était grisant. Et Soraya était un peu comme elle : prête à bondir s'il le fallait, même s'il ne le fallait pas d'ailleurs. La différence ? Maxime n'avait aucune chance face à Soraya : ma pupille était entrainée et surtout, la française était encore en convalescence. Non, la brune incendiaire n'avait pas l'ombre d'une chance.
Je pouvais voir dans son regard qu'elle avait envie de prouver quelque chose. A qui ? Peut-être plus à elle-même qu'à nous. Que savais-je de cette fille ? Pas grand chose. Elle venait de France, du domaine d'Anne. Elle avait fugué et j'avais du la retrouver. Au final, le hasard l'avait mise sur ma route. Elle vivait un peu partout, chez Ross en ce moment, ou pas. Elle vivait d'air pur et d'eau fraîche. Elle avait un don dévastateur. Elle se laissait envahir par ses émotions. On se ressemblait un peu aussi tout compte fait : c'était sûrement le lot quotidien de la plupart des gens différents comme nous.

« Et si vraiment tu veux te mesurer à moi Max, il faut que tu changes les conditions : tu ne pourras pas t'en sortir avec Soraya en face. »

Je pouvais voir sur le visage de So qu'elle n'attendait qu'une chose : remettre la jeune femme trop sauvage et téméraire à sa place. Il était vrai que Maxime n'y était pas allée de main morte en parlant de chien de garde mais il fallait à tout prix qu'elle ne se blesse pas. elle pouvait s'entrainer un peu mais pas se battre, pas dans son état, elle avait encore quelques séquelles.

« N'oublie pas que tu es encore un peu en convalescence... » dis-je pour mieux faire passer la pilule du "tu n'as aucune chance face à elle". « Disons que tu pourras jouer avec moi si tu réussis à tenir plus de deux minutes face à Soraya. »

Je ne voulais pas la rabaisser, c'était simplement la réalité. En même temps, je ne savais pas si elle s'était déjà battue avant, enfin, à main nue. Peut-être était-elle ceinture noire d'un art du combat au nom imprononçable. Peut-être savait-elle beaucoup plus de choses que Soraya... Mais j'en doutais, j'en doutais en voyant la façon dont elle commençait à se préparer mentalement et aussi à sa façon de se tenir : c'était une allure sauvage innée, pas une allure façonnée par le travail.
Je tendis à Max de quoi bander ses jointures elle aussi en souriant : j'avais envie de rire parce que je savais à quel point son égo allait en prendre un coup mais je me retenais. Et puis après tout, je n'étais pas à l'abri d'une surprise, non ? Peut-être allait-elle tous nous surprendre avec un don caché, un talent inné...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Dim 21 Aoû - 20:23

Elle a pas l’air commode ta visiteur… Et nia nia nia et nia nia nia. Non mais pour qui elle se prenait cette fille ? Elle parlait comme si Maxime ne s’était pas trouvé juste en face d’elle, et lorsqu’elle s’adressa directement à elle, ce fut pour la comparer à une souris et préciser qu’elle avait tout les droit pour la remettre à sa place. Reprenons donc, pour qui cette pauvre fille se prenait-elle ? Maxime allait lui faire cracher ses dents une à une. Son sourire joueur avait disparu pour laisser place à une expression colérique. La française bouillonnait et elle n’allait pas se laisser faire si facilement.

Finalement, se battre pourrait lui permettre de se défouler, car de la tension accumulée, elle en avait à revendre. Sans oublier que la seule présence d’Aaron parvenait à lui mettre les nerfs à fleur de peau. Oh oui, elle allait se battre, et elle lui ferait bouffer ses cheveux à cette petite garce prétentieuse.

- Je vais t’exploser, annonça-t-elle, les lèvres pincées.

Soraya avait fait une erreur en tentant de rabaisser la française. L’égo de Max ne le tolèrerait pas. Sa dignité était la seule chose qui lui restait et elle ne se laisserait pas bafouer aussi facilement. Elle combattrait jusqu’au bout. Pour tout ceux qui l’avaient regardé de haut, comme une moins que rien. Pour les emmerdes qui s’accumulaient au point de devenir une foutue montagne contre laquelle elle ne pouvait plus rien. Soraya devenait l’incarnation de tout ça, et elle l’avait bien cherché.
Et Aaron qui en rajoutait une couche avec son babillage interminable. Et calmez vous, et t’as aucune chance, et t’es en convelance et… Ferme-là !

- Ta gueule Superman, je vais très bien, fit-elle sèchement en s’emparant de tissu. Elle banda rapidement ses jointures, en imitant Soraya et se passa de leur demander l’utilité d’une telle action. Avec ou sans, donner un coup de poing resterait douloureux. Le recevoir, bien plus encore. C’est bon t’as fini ton blabla ? On Peut y aller ?

Maxime était agressive et sauvage. Le sourire confiant et moqueur d’Aaron ne faisait qu’augmenter sa hargne. La souplesse et la prétention de l’autre pimbêche renforçait sa volonté. La petite française avait quelque chose à se prouver, et elle ne s’en cachait même pas.
Elle recula de quelque pas et fit rouler ses épaules avant de s’étirer rapidement.

- Bon la midinette, on y va ?

C’était clairement une provocation.

[Je vous autorise à faire bouger ma perso pour que ça aille plus vite. Essayer de rester en accord avec mes directives. Elle n’a aucune technique mais elle est combattive et hargneuse. Eviter ses attaques sera très facile pour Soraya, la déséquilibrer également. Ah, et si tu l'attaques au niveau de l'abdomen, il y a de fortes chances pour qu'elle se plie en deux et ne puisse pas répliquer =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Ven 26 Aoû - 15:55

Règle N°1 : Ne jamais sous-estimer son adversaire.
Règle N°2 : Etre patient.
Règle N°3 : Anticiper sur l’adversaire. Etc.

Voilà ce que j’ai lu la première fois que j’ai commencé les arts martiaux, cette fameuse pancarte écrite au-dessus de la porte du dojo. En me rendant compte que la jeune femme en face de moi comportait tellement de haine, que j’avais le sentiment qu’elle finirait par exploser. Je la voyais alors faire ses bandages pour les mains, il m’arrivait d’ailleurs de laisser légèrement un bout de la bande se détacher. Il s’avérait alors qu’il s’agissait d’une bonne arme qui avec la violence du coup peut être une cravache. Mais là, je préférais lui laisser une chance tout en fermant bien les bandages. Pieds nus, je sentais bien le sol sous mes pieds. Vu la situation, je voyais alors Aaron tenter de mettre les choses à plat. Je le vis sourire comme s’il allait jubiler face à deux femmes qui se font des coups bas. Il ne manquerait plus que de la gadoue et il y aurait alors un spectacle bien amusant…J'appréciais d’avantage mon interlocuteur qui se disait qu’il était temps de s’amuser un peu. J’étais contente de voir un petit chaton face un énorme lion qui n’aurait qu’une patte à lui donner pour l’envoyer valser dans les aires. Tout de même, je doutais un peu sur la personne que j’avais en face de moi, il y a toujours un instinct qui vous rend plus ou moins fort en cas de danger. Je me déplaçais donc sur le sol pour voir si la personne allait venir ou pas.

Je vis Maxime s’approcher, elle n’avait pas la bonne posture, crispée de tout son long, je ne pensais pas que j’aurais vu une faille. Un léger petit creux qui me permettait de voir le niveau de mon adversaire. Je laissais toujours faire en premier, je ne voulais pas commettre une erreur aussi simple qu’elle soit. Donc ayant assez de choix dans le combat, je voyais qu’elle tentait un coup. L’esquivant alors une première fois. Je passais alors à la contrattaque, ne voulant pas y aller trop fort, je lui déposais un coup sur l’épaule droite pour voir la réactivité de Maxime. Au lieu d’avoir une réaction assez saine et sérieuse, j’eus droit à un rejet de violence et de haine. Un effort supplémentaire fournit par mon interlocutrice je la vis foncer vers moi, essayant de comprendre où est-ce qu’elle voulait en venir. Je me déplaçais pour mettre mon pied et la faire se déséquilibrer. Mon adversaire s’est juste à temps remise sur ses pieds. Me plaçant mieux par rapport à l’autre jeune femme, je jetais un œil à Aaron. Il ne disait rien mais à mon avis il devait penser à pas mal de trucs. Alors que le temps s’arrêta un instant, je me souvenais de la suite des règles.

Règle N°4 : Avoir du respect.
Règle N°5 : Etre poli.
Règle N°6 : Modeste.

Tout en essayant de comprendre comment Maxime bougeait, je voyais avant toute chose qu’il était évident pour moi de la mettre un peu plus mal. Il fallait que je sois fiable, voyant mon interlocutrice revenir vers moi brutalement. Parant un de ses coups, je réfléchissais à la façon dont j’allais la remette à sa place sans qu’elle se fasse trop mal. La fureur que j’avais en face de moi me montrer que la jeune femme avait assez de force pour faire mal. Porter un coup permet de voir la réaction de l’adversaire. Lui rendant donc l’appareil en visant les cotes, je sentis que j’y étais allée un peu fort. Maxime passa sa main sur le point d’impact. Elle fit une grimace ; la douleur venait donc de commencer à s’étendre dans les muscles. Puis alors que je ne savais pas si j’aurais une autre chance pour reprendre le dessus. Je me disais qu’il fallait que je n’y aille pas trop fort. Bien que l’envie ne me manquait pas du tout. Laissant échapper un simple mot.


- « Hum bonne réaction… »

La voyant se reprendre un peu plus, je ne tardais pas à l’achever en lui assenant un coup dans l’abdomen. Le reflex que vous avez une fois que vous recevez un coup à cet endroit est de vous pliez en deux. Tout en reculant et en gardant mes mains proches de mon visage pour me protéger, je vis Maxime se plier en deux pour mieux faire passer la douleur. La voyant tomber sur le sol furieusement, je me disais qu’elle devait avoir une bonne endurance pour supporter la douleur. Me relaxant un peu, je ne voulais pas forcer sur mes muscles. Me détendant un peu, je ne savais pas si je devais continuer ou pas. Puis je me suis dit qu’il ne le fallait pas, vu sa posture et son corps, je me disais donc qu’il fallait que je termine ce combat.

- « Je crois que ce combat est terminé, vous êtes bien mal. Il ne faut pas forcer lorsqu’on est encore en convalescence. »

Je ne savais pas si la personne allait bouger ou pas de suite. En tous les cas Maxime se tortillait sur le sol. Me tournant vers Aaron, je patientais, pour une fois, je ne savais pas reconnaître sa réaction. Il était vraiment illisible aujourd’hui. Ne voyant rien qui ne puisse m’aider, je regardais mon adversaire de loin. La jeune femme avait l’air de n’être pas très bien. Tout en voyant la pancarte sur le dessus de la porte, je voyais les derniers codes moraux.

Règle N°7 : Le contrôle de soi.
Règle N°8 : L’honneur.
Règle N°9 : L’amitié.

Tout en me disant qu’Aaron allait dire quelque chose, je tendais la main à la jeune femme pour l’aider à se relever. Mais au lieu de ça, j’eus droit à tous un tas de noms d’oiseaux….



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Mer 31 Aoû - 10:00

La douleur dans son ventre l’avait mise K.O presque instantanément. Soraya avait touché juste. Sur sa cicatrice. Pliée en deux sur le sol, Maxime s’était instinctivement mise en position fœtale. Le souffle court, les yeux fermés à s’en faire mal aux paupières, elle tentait difficilement de respirer profondément. En temps normal, elle se serait relevée pour en coller une à cette nana. Et elle en aurait profité pour utiliser son pouvoir. Histoire que l’autre finisse au moins aussi mal qu’elle. Là, elle en était incapable. Impuissance physique la réduisant à néant.

Les propos de Soraya lui firent serrer les dents mais elle s’abstint de toute réponse. La française s’imaginait déjà le sourire rayonnant d’Aaron. Elle le voyait clairement, droit comme un I, fier comme un coq, tout prêt à se pavaner et à fanfaronner en la rabaissant davantage. Elle ne saurait le supporter. Il fallait qu’elle s’en aille, qu’elle se barre et très vite.

Maxime rouvrit les yeux et vit s’approcher la main de Soraya. Elle dédaigna son geste d’un mouvement du menton. L’orgueil était son mécanisme d’auto-défense. Doucement, elle tenta de se relever. S’appuyer sur ses avant bras pour relever le buste, plier ses jambes, et enfin, se mettre à l’horizontal. Une fois que ce fut fait, elle fusilla Aaron du regard, comme s’il avait été coupable de sa défaite. En vérité, elle anticipait ses propos railleurs. Debout, déjà en sueur, Maxime sentait les muscles crispés de son corps. Ceux-ci semblaient ne pas vouloir se détendre. Sa nervosité était à blâmer, à n’en pas douter.

Son regard clair les transperça tour à tour. Elle aurait voulu dire quelque chose, leur cracher qu’ils pouvaient aller se faire foutre mais cela aurait été ridicule. Réduite au silence, impuissante, elle n’avait plus d’autre choix que de ravaler son orgueil et se cacher, comme un chat sauvage, pour soigner ses blessures et surtout son égo.

Elle secoua la tête, une expression rageuse collée au visage. Sans un mot, elle leur tourna le dos, bien décidée à quitter cette pièce.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Sam 3 Sep - 8:24

Merde.
Bon, d'accord, j'aurais du m'y attendre, mais j'avais surtout imaginé la scène et la voir se dérouler sous mes yeux, c'était une chose complètement différente. Au départ, j'avais voulu que Maxime voit ce qu'il se passait à Genome, qu'elle comprenne qu'on n'envoyait pas n'importe qui sur le terrain. Le but de tout ça avait été de freiner ses pulsions de Wonder Woman à supposer qu'elle en ait eu. J'avais voulu lui montrer que posséder un pouvoir, ça n'était pas suffisant et que pour agir, il fallait être prêt.
Au lieu de ça, j'avais laissé les choses dévier vers une remise à sa place : au lieu de lui faire comprendre qu'elle devait travailler pour être prête, les choses avaient été plus directes et elle avait eu droit à une sorte d'humiliation. En tout cas, c'était ce que son regard disait. Elle était blessée dans son orgueil et ça n'était pas rien : je n'étais que trop bien placé pour savoir que l'orgueil n'était pas le meilleur des alliés et surtout que la moindre entaille qu'on lui faisait pouvait avoir de lourdes conséquences.

Je perdis mon sourire satisfait en la voyant filer rageusement, le corps légèrement plié. Et si tout ça réveillait sa blessure ? Non, elle avait cicatrisé et était simplement toujours douloureuse. Je priais pour que ce soit ça et pas une aggravation de son cas. J'avais été stupide, je m'étais laissé envahir par l'envie de la tester et de la défier mais ça n'avait peut-être rien donné de bon finalement. « Max, promets-moi d'aller voir Esteban ! » Elle me gratifia d'un majeur levé, sans se retourner. Elle irait, j'étais soulagé.

Je me tournais vers Soraya qui ne semblait pas avoir été le moins du monde perturbée par tout ça : pas d’essoufflement, pas de coups violents reçus, pas de remords. Les choses avaient très vite étaient électriques entre les deux jeunes femmes alors je pouvais facilement comprendre que ma petite So' ne soit pas mécontente d'avoir refermé le clapet de Max. Seulement, il ne fallait pas qu'il y ait de petites guéguerres du genre au sein de Genome : il y avait déjà suffisamment de tensions justifiées entre certains membres sans avoir besoin d'en rajouter pour des petites choses inutiles comme ça.
Je rejoignis Soraya et posai ma main sur son épaule, la gratifiant d'un sourire.

« So, tu y es peut-être allée un peu fort, hein ? En tout cas, ne lui tiens pas rigueur pour tout ça... Je veux dire son attitude : elle est comme nous, elle a connu des trucs pas cool. » lui dis-je. « Ça n'excuse rien, je suis d'accord, mais elle, elle n'a pas eu Genome pour se relever, elle a du se débrouiller seule, tu vois ? Et là, elle vient de comprendre que la réalité faisait que désormais, seule, elle ne pouvait plus rien faire. Tout ça pour dire que ce serait bien que vous ne partiez pas sur de mauvaises bases. D'ailleurs, ce serait bien si tu pouvais voir avec elle si un entrainement la tente... Pas tout de suite, mais plus tard... »

Je voulais vraiment que Max se sente chez elle. Avais-je dans l'espoir qu'elle reste à Genome ? Peut-être. il y avait aussi le fait que, quelque part au fond de moi, j'aimais bien cette fille : elle était chiante, insupportable, impertinente au possible et tellement nature que j'aimais être en sa présence... Même si ça se terminait toujours mal. Je souris face à mon semblant de masochisme : j'étais légèrement taré en fait.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Sam 3 Sep - 10:21

Une main sur mon épaule, suivit d’un sourire donné à Aaron, et voilà que je me sentais toute petite. Puis un petit nom, le seul qui m’appelait comme ça était lui, Shannon et Aby…Un souvenir qui me rattrapait alors que je n’avais pas vu mon interlocuteur depuis un bon moment. En tous les cas, je ne savais pas que j’entendrais des telles phrases. Écoutant ses paroles tout en enlevant mes bandages, je les rangeais dans mon sac. Buvant un peu de ma bouteille d’eau, je reprenais un peu de mon souffle. Il était bien plus utile pour moi de savoir à quoi m’attendre, la jeune femme partie, je vis Aaron me dire que j’y étais allée un peu fort. Le voyant, je ne le prenais pas dans le même sens que lui. Il avait ce petit regard qui me disait long sur sa patience et sur ce qu’il avait vu. Je ne doutais pas une seconde que j’aurais droit à des mots pour me remettre à ma place. D’habitude, je ne disais rien, mais là, je sentais avant tout qu’il ne fallait pas me marcher sur les pieds. Il y a une chose que je n’appréciais pas du tout : c’est que l’on me traite de chien. Je ne suis pas un animal, je suis un être humain comme tout le monde bien que j’ai un caractère bien présent. Le voyant alors là devant moi, je sentais bien que malgré mon calme, je n’allais pas tarder à bouillir comme il se doit…Je suis une cocotte-minute, parfois si on me pousse trop à bout, j’explose. Mais parfois, j’explose une fois que j’ai tout gardé pendant un long moment. Il attendait bien entendu ma réponse mais comme il me connaissait bien, il ne faisait pas l’erreur de me presser dans ma réponse. D’ailleurs, elle n’allait pas tarder à venir, il fallait juste que je réfléchisse à mes mots. Il avait le don de savoir lorsque j’allais dire quelque chose ou pas. Tout en rangeant le bazar sorti, je le voyais stoïque, fermant mon sac, et me tournant vers lui. Je tenais à être en face de lui pour lui parler plutôt que d’être à l’autre bout de la salle.

- « Grand-frère, elle m’a traité de chien….Et je me suis retenue, j’aurais pu y aller plus fort…Tu le sais bien. Tu voulais que je sois gentille peut-être ? Je n’aime pas que l’on m’insulte comme personne d’ailleurs. J’irai faire mes excuses si tu veux. Avoues quand même que tu y attendais un peu. Tu savais bien qu’elle se prendrait une correction dès le moment où elle m’a traité de chien. Au moins elle n’a pas perdu son sens de l’humour vu ce qu’elle t’a fait en partant. Hihiih, elle ne doit pas aller si mal que ça, c’est juste son égo qui en prit un coup. »

Un clin d’œil suivit d’un sourire, il savait aussi qu’il était bien lisible comme un livre. Il aura beau ne pas me dire, il sera toujours important pour moi. Il n’y eu pas de réaction, puis tout en entendant qu’elle était comme nous, je reprenais les mots. C’est vrai que notre vie n’avait pas été très bien, mais bon, on a su nous relever. Il faut juste se dire que cela prend du temps.

- « D’accord, elle est comme nous, mais elle a plus de haine en elle que n’importe qui ici…Elle serait plus à être envoyée chez les moines bouddhistes dans le fin fond de l’Himalaya dans le Tibet. »

Je savais bien qu’elle n’était plus là pour se défendre, mais bon, j’avais aussi ça sur le cœur. Son attitude en disait long sur la personne. La jeune femme, je ne l’appréciais pas du tout, dès que je l’ai vu, je ne l’ai pas aimé du tout. C’est comme ça, mon intuition me disait toujours qui était bon ou pas pour moi. Il est vrai que la réalité fait toujours plus mal qu’autre chose. C’est à ce moment-là que tu te rends compte que si tu veux changer ou progresser tu dois alors te prendre en main. Il avait l’air sérieux dans le fait que je lui donne un cours pour se remettre. Faisant une grimace, je soupirais une fois de plus. Il faudrait que je me retienne et à chaque entrainement, je m’adapte en fonction des gens. Mais là je ne voie pas comment faire étant donné qu’elle a un égo gros comme une montagne. Il y avait toujours un risque lorsque tu prends quelqu’un dans ton entrainement. En tout premier, tu ne la connais pas, en second point, tu auras beau tout faire dans le bon ordre si la personne ne veut pas et bien tu as des soucis en perceptive qui va augmenter au fil des entrainements. Il sacré poids en vue qui allait grossir quitte à me faire perdre les pédales. Il va me falloir être patiente, mais bon, là je crois que je sens que je vais devoir me montrer assez gentille….Mais dans la vie, on n’a pas toujours des gens gentils !

- « Tu te moque de moi ? C’est une blague…..Et tu crois que je vais résister longtemps face à cette personne ? De toute façon, là elle n’est pas en état de le faire. Elle a mal aux côtes, puis j’ai sentie qu’elle a un bleu. A mon avis Esteban va certainement venir me voir pour me dire que j’y suis allée trop fort….Je crois que je vais faire signer un papier avant chaque entrainement pour les dommages collatéraux. Une simple décharge qui fera que je ne me prendrais pas les foudres de tout le monde à chaque fois qu’ils vont se prendre des bleus. »

Une phrase qui en disait long sur moi, j’étais au début de ma crise de nerf. Frustrée, je ne voulais pas m’énerver, mais bon, si Aaron me titille trop ce qu’il ne fera pas d’ailleurs. Imaginez une personne qui ne me connais pas, peux se prendre assez de mots durs. Du coup, je suis assez caractérisée comme personne peu sociable…Franche, je ne vais pas m’arrêter maintenant. Il était là à attendre que je m’explique, mais dans le fond, je sentais que cela cachait quelque chose.

- « C’est rare de te voir ici…D’habitude tu restes dans ton bureau. Tu voulais me voir ? Je me pose la question étant donné que tu es venu ici. Tu connais bien mes habitudes comme je connais les tiennes. »

C’est vrai que maintenant je me sentais mieux, plus calme, il est vrai qu’une fois dit tout cela, je me trouvais plus légère. A chaque fois j’avais la même chose bien que je gardais encore des choses que je ne disais à personne….
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Mer 14 Sep - 8:01

J'avais peut-être mal joué mes cartes cette fois. J'avais voulu montrer à Max qu'elle allait devoir s'entrainer avant de pouvoir aller sur le terrain si elle voulait tenter de nous aider mais je n'avais peut-être fait que la braquer... Comme Soraya. Elle était visiblement elle aussi très contrariée par tout ça. A croire que j'avais oublié son caractère... Je me rappelais parfaite de son côté sauvage, des difficultés que nous avions rencontrées à son arrivée à Genome qui coïncidait avec la mort de ses parents.
L'adolescente qu'elle était alors avait bien grandi mais elle n'avait pas perdu cette lueur qui animait son regard. Je n'étais pas beaucoup plus vieux qu'elle à l'époque et la prendre sous ma tutelle m'avait beaucoup effrayé. Ross m'avait épaulé et nous avions réussi à faire quelque chose de bien au final. Nous n'avions peut-être pas réussi à être tout le temps au top dans cet apprentissage, mais nous avions réussi à ne pas nous planter et à obtenir un résultat très satisfaisant : la jeune femme qu'était Soraya aujourd'hui.

« Je suis d'accord avec toi sur son sujet, mais sache qu'elle n'a pas un mauvais fond, c'est juste sa façon d'affronter la vie. Elle a vécu un bon moment dans la rue et c'est comme ça qu'elle défend férocement sa carapace. » dis-je parce que je me sentais obligé de justifier le comportement sauvage de Max. Et puis elle n'était pas réellement différente de So : c'était peut-être ce qui me touchait chez elle et ce qui faisait que les deux jeunes femmes avaient des atomes crochus.

« Et sa blessure est bien plus sérieuse qu'un simple bleu à vrai dire : elle a été transpercée par une barre de fer lors de l'incendie du gymnase... Enfin, je n'aurais jamais du la conduire ici, j'aurais du prévoir la suite des événements... Mais passons. » D'un geste de la main symbolique, je laissais partir cette conversation loin pour passer à autre chose de moins compliqué.

Au départ, je n'avais rien prévu. Je m'étais juste retrouvé à déambuler jusqu'ici perdu dans le fil de mes pensées. Peut-être que c'était pour elle que j'étais venu après tout ? Nous ne nous étions pas réellement vus, juste tous les deux, depuis des mois. Comment était-ce possible ? Elle avait pris son envol une fois majeure et avait commencé à mettre des distances entre elle et les autres, à monter un mur pour protéger ses sentiments mais j'avais toujours réussi à m'immiscer entre certaines de ses barrières pour la voir et lui parler. Seulement, je n'avais pas pris la peine de le faire depuis un long moment. Quelque part, sa présence m'avait manqué. Je n'avais pas eu le temps de souffler durant ces longues semaines mais j'en prenais pleinement conscience alors que je la voyais là, debout devant moi et que je n'étais pas capable d'aborder des sujets de conversation banals sur le quotidien parce que je ne savais plus de quoi était fait le sien, de quotidien. Une vague de remords m'envahit alors.

Je jetai un coup d'oeil rapide à ma montre et un sourire s'afficha sur mon visage. J'avais du temps devant moi et elle allait l'occuper, je venais de le décider. « Je dois t'avouer que c'est mon inconscient qui m'a amené jusqu'ici mais il est doué ce petit là, il fait bien les choses : ça fait trop longtemps qu'on a pas discuté et on va aller prendre un café à la cafétéria. Si tu as du temps bien sûr... »

Loin de moi l'idée de la forcer à une discussion. J'avais besoin de savoir ce qu'elle pensait de tout ça, comment elle se sentait en ce moment, si elle aussi, elle avait des peurs, des appréhensions.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Mer 14 Sep - 12:05

Aaron avait le don de me dire qu’avant tout il était venu après une errance dans les locaux. Puis il avait tenté auparavant de me dire que Maxime avait eu aussi des soucis avec les gens et surtout sa vie. De toute manière, je ne pensais pas que j’aurais aussi la chance de tout lui dire ; mais bon, il y avait bien un malaise que je comptais bien garder….Néanmoins, je ne doutais pas une seconde qu’il me tirerait les vers du nez. Il y arriverait comme d’habitude. Mais avant tout, je me sentais un peu moins lésée depuis que j’avais eu ce début de conversation avec Aaron. Je ne savais pas pourquoi, mais je m’apercevais que dans le fond, il avait aussi une façon bien à lui de dire les choses. Enfin pour une fois, je ne comprenais pas trop pourquoi, mais il a fallu que je sois plus contrariée. Alors comme ça, il se demandait si j’avais toujours du temps pour lui. Lui souriant, je ne voyais pas pourquoi est-ce que je lui dirais non. Après tout il avait toujours eu une bonne place pour moi. Pourquoi est-ce que je l’enverrais balader ?

- « Donc il faudra que ton subconscient te prenne le dessus un peu plus souvent. D’ailleurs, il faudra que je le remercie. Et tu sais bien que j’ai toujours du temps pour toi. De toute manière, je n’avais rien de prévue pour le reste de la journée à part me prélasser et faire mes cours. Enfin aller voir pour l’inscription et tout le bazar, il ne faudrait pas que j’oublie de faire mon diplôme. »

Prenant mon sac de la main gauche, je ne comprenais pas trop tout d’un coup ce café. Mais bon, cela me faisait plaisir avant tout de passer du temps avec lui. J’avais comme le sentiment qu’il voulait réparer quelque chose mais quoi….Ensuite, je ne voyais pas trop ce que je pourrais lui dire….Il y avait toujours ce petit truc qui ne voulait pas sortir…..Pourquoi est-ce qu’il n’a pas voulu me parler d’Abigaël ? Depuis le problème du gymnase, je ne voyais pas pourquoi est-ce qu’il n’avait pas voulu me parler. D’accord, je n’y étais pas, mais ce n’était pas une raison pour m’écarter de tout. Il a sans doute voulu me protéger en ne disant rien, mais bon, j’avais plus besoin de réponses qu’autres choses. J’aurais voulu lui crier dessus, lui dire tout ce que je désirais…..Néanmoins, le sentiment de perdre le peu de famille qu’il me restait ne me plaisait guère….Puis le silence avait beau vouloir faire sa place dans ce sentiment qui me donnait alors aussi la sensation que je n’étais pas très à l’aise du tout….

- « Allons-y. »

Un sourire, juste un, pourquoi s’attarder lorsque vous êtes aussi lisible qu’un livre ? C’est comme avec les personnes qui vous sont chères, vous ne pouvez pas mentir. Elles savent toujours ce que vous avez. Aaron était pareil, il avait toujours su le mal qui me rongeait depuis ma plus tendre enfance. D’ailleurs avec la mort de cette sœur que j’avais connu et qui représentait tout pour moi m’avait rendu « morte de l’intérieur » pour une seconde fois. Alors oui je lui en voulais de ne pas m’avoir dit ce qui n’allait pas. Je lui en voulais tout simplement pour ne pas être là de temps en temps. Je lui en voulais dans le fond de s’être comporté comme un frère ou un tuteur. Ensuite, je ne pensais pas que j’aurais le don de vouloir le voir me crier dessus ! Cela me manquait un peu à vrai dire ce rapport fraternel. Cet aspect qui me donnait un peu le semblant d’une famille. Je ne l’avais pas tout à fait avec les autres. Sauf les anciens, mais bon, il y avait toujours ce petit hic qui me disait que dans le fond, je ne les connaissais pas si bien que cela. C’est comme si le chemin pour aller à la cafétéria était un couloir qui me permettait de revenir en enfance. Tous ces murs et Aaron me permettaient de pouvoir un peu de champ libre. D’ailleurs la salle fut simplement vide, personne en si bon matin ne se trouvait être debout. Déposant mon sac sur la banquette, je le voyais s’activer pour faire le café. M’asseyant sur le siège, je le regardais tout content. Il souriait, je me demandais bien ce que j’avais pu faire pour le mettre de si bonne humeur. Il faisait tout doucement ce que je préférais. Je n’avais pas besoin de lui dire, il devinait toujours. Patientant, il amenait les boissons sur la table. Elle était ronde, puis les sièges se trouvaient être assez confortables. On pouvait donc bien s’asseoir. Il souriait une fois de plus une fois qu’il fut assis sur le siège.

- « Merci, tu le fais toujours aussi bien. »

Mettant mes mains sur la tasse, je sentais la chaleur venir du liquide dans le contenant. Après, j’avais une sensation assez bizarre. Je dirais qu’avec cette odeur si particulière, je me souvenais de choses durant mon arrivée et ma vie ici….Néanmoins, il ne fallait pas que je passe dans ce côté-là au risque de perdre Aaron pour de bon… Je ne savais pas trop quoi dire, mais bon, l’odeur de la boisson me donnait des ailes. Le voyant là devant moi, je me sentais à nouveau toute petite. Il n’y avait qu’avec lui que cela me faisait ce genre de chose. Remarque Shannon commençait à me donner ce même sentiment. D’ailleurs, il faudrait que je l’a voie histoire de savoir si tout va bien. Néanmoins, pour le moment, ce n’était pas le sujet de conversation. Rien qu’en me voyant on devait sans doute se demander d’où venait mon mal aise.

- « Hum….A ta tête de je voie que je vais devoir parler…..Qu’est-ce qu’il y a ? Je suis un livre autant que ça avec toi ? Si tu es venue dans la salle de sport c’est qu’il y a une raison dans ton subconscient…En tous les cas, je suis contente de te voir. A chaque fois que je voulais te voir, je voyais lorsque la porte de ton bureau que tu étais occupé…. »

Buvant ma boisson préférée, je fermais les yeux rien que pour m’imprégner de cette bonne odeur. Les rouvrant alors que le liquide me donnait tout un tas de souvenirs je disais. [i]Il est vrai que je n’avais pas du tout dire comme il faut…..A son visage, j’avais touché un point sensible…Il l’était aussi pour moi, et c’est en baissant la tête que je me rendais compte que je n’avais pas de chance dans mes propos. La relevant, le vis qu’Aaron avait lui aussi ce fameux regard : « je vais t’en vouloir à mort si tu vas dans ce sujet... » Reposant la tasse, je fis ma grimace qui je faisais une fois qu’il avait deviné que j’avais fait une bêtise mais que je venais juste de voir que je m’étais fait piégée. Ma moue allait sans doute le faire repartir en enfance ou le faire rire, après c’était à lui de réagir….Je ne voulais pas me disputer ni me faire gronder, mais disons que cela me manquait un peu ce rapport qui disait que l’on était vivant tous les deux…..

- « L'entraînement qu'on avait me manque....»
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Dim 9 Oct - 12:28

Une gorgée pour la route... Le café s'écoulait dans mon corps tandis que mes papilles se débrouillaient pour réveiller d'anciens souvenirs... Combien de tasses avions-nous bu avec Soraya au fil des ans ? Un nombre incalculable pour de tels accros à la caféine. Être là, à cette table, en buvant simplement un café avec elle me rappelait les premiers pas de Genome, ces premiers instants qui avaient été chargés de tellement d'horreurs par rapport à nos histoire que notre réunion au sein d'un même lieu nous avait fait avancer ensemble. Ross avait été le ciment solide entre nous tous au départ, il avait été cette colle qui avait fait que nous avions pu tenir le coup et que nous avions pu avancer malgré nos peines et nos rancoeurs.

C'était vrai que toute cette époque me manquait. Avant, nous nous contentions d'aider les types comme nous et de trouver comment saboter ce que nous savions des actions de Genetic. Seulement aujourd'hui, nous étions trop nombreux et chacun y aller de sa petite vengeance personnelle, chacun avait ses comptes à régler avec Genetic ou d'autres groupuscules du genre et nous en perdions le côté familial de tout ça...
En grandissant, Soraya s'était éloignée de moi et d'Aby et la mort de ma soeur n'avait rien changé à ça, bien au contraire. Elle me manquait toutes les deux mais j'avais la possibilité de rattraper le temps perdu avec So, contrairement à Aby. Il fallait que je me bouge pour ne pas perdre ce que avions.

« Justement Soraya, c'est bien ça le problème : je ne lis plus aussi bien en toi qu'avant... » dis-je en repensant furtivement à cette époque où j'arrivais presque à faire la différence entre son état heureux et son état triste. « Tu as toujours été une adolescente énigmatique mais avec le temps, j'avais réussi à percer quelques trucs dans ta carapace. Aujourd'hui, j'ai l'impression que toutes ces choses acquises ont disparu, j'ai l'impression d'être à nouveau en face d'une énigme géante et de ne pas avoir un seul indice pour la résoudre... »

J'avais l'impression d'imager un peu trop mon ressenti mais en même temps, j'avais du mal à comprendre ce qu'il se passait. Je voyais bien qu'on s'était éloignés l'un de l'autre et qu'on avait tellement changé depuis le temps qu'on n'en était au point où l'on ne se connaissait peut-être même plus. Seulement, ça me faisait au coeur de me dire que je ne connaissais pas Soraya alors que j'avais été son tuteur officiel durant quelques années (même si on m'avait heureusement beaucoup aidé dans cette tâche trop lourde pour le gamin que j'étais à l'époque) et que nous avions été proches.

« Nos moments passés ensemble ma manquent... Avec tout ce qu'il se passe, je n'ai plus le temps de venir taper dans le sac au sous-sol et ça me manque. J'ai l'impression de t'avoir délaissée et j'en suis désolé... Tu crois qu'on pourrait travailler sur notre lien ? Je veux dire, trouver le temps de reprendre là où on s'était arrêtés ? »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Dim 9 Oct - 14:26

voilà qu’Aaron me disait qu’il n’arrivait plus à lire en moi, surprise d’entendre cela, je souriais un peu tristement. Il y avait de la vérité dans tout ça, mais comment dire….Le lien pour moi était juste un peu illisible, il suffisait juste qu’on le nettoie un peu. Bien entendu, pour une fois, tout en reposant le café, je me rendais compte que pour l’instant Aaron avait eu des bons mots. Le regardant, je passais de l’adulte à l’adolescente, j’avais l’impression que finalement je régressais plus vite que prévue.

- « Aaron….Arrêtes s’il te plait… »

Il allait un peu plus me rendre aussi petite que possible, les sentiments me prenant une fois de plus par la main, je ne désirais pas rester petite. Mais lorsque vous êtes face à celui qui vous a apprécié tel un frère depuis votre adolescence. Vous avez comme l’impression que la suite sera mélodramatique. Le fait qu’il se soucie de moi me rendait alors triste…Ces sentiments que je n’avais pas vu depuis longtemps. Ma faiblesse, ma carapace avait encore fondu face à mon interlocuteur. Ma triste attitude en disait long sur la suite.

- « Que tu lises plus aussi bien peu m’importe, tu auras toujours une place dans ma vie... »

Buvant un peu de mon café, je me disais bien que la suite allait être alors un peu plus sérieuse. Tout d’abord, il me fallait le rassure une fois de plus. Rien que pour éviter qu’il ne me laisse une fois de plus seule. Bien qu’une famille était là dans Genome, je ne me sentais plus proche d’Aaron et de peu de gens.

- « Aaron, tu sais bien que tu as toujours su lire…Ne t’inquiètes pas, pour moi, notre lien est juste un peu caché. Il suffit juste de le nettoyer… »

Un sourire simple mais honnête, je me sentais un peu plus mal qu’avant. Je ne tenais pas à être encore plus sensible….Pour tout vous dire, mon interlocuteur avait tellement d’importance que je ne me rendais pas forcément compte que les choses allaient mal se passer. Je ne voulais pas être encore plus précise mais, je me devais de faire attention à ne pas manquer ma parole. Mais lorsque je voyais Aaron, je me disais bien que j’avais du louper un truc. Tout comme je ne voyais pas trop si je devais alors répondre ou pas. Je voyais bien que mon interlocuteur attendait des réponses concrètes.

- « Une énigme ? Tu penses que je suis toujours cela pour toi ? Tu ne penses pas que tu as perdu tout ? Tu te trompes, pour moi rien n’est perdu… »

Les yeux prit, je baissais la tête pour ne pas qu’il me voie comme ça. Puis me levant, je suis allée remettre la tasse dans l’évier. Je désirais juste qu’il ne remarquait pas que je perdais pieds. Lavant le contenant, je voulais me reprendre mais je n’arrivais pas à le faire. Il avait dit des choses assez justes, mais pourquoi est-ce que je ne me sentais toujours aussi mal… ? Pourquoi est-ce qu’il fallait que je fasse ça comme ça ? Reniflant un peu, je me mouchais le nez avec un morceau de sopalin. Le jetant à la poubelle, je me rapprochais d’Aaron. Passant mes bras autour de lui. Je respirais un peu son odeur, celle qui a toujours été pour moi une odeur magique. Celle qui m’a sauvé de cette cabine téléphonique. Fermant les yeux un instant, je lui glissais dans le coin de l’oreille doucement.

- « Je ne t’en veux pas, tu as été pas mal occupé…. »

Lui déposant une bise sur la joue, je reprenais ma place sur le siège en face. Ayant repris un peu, je me tournais vers lui, souriant un peu, je lui disais tout simplement.

- « Oui, reprenons le temps de nous voir, reprenons là où on en était. Et faisons en sortes d’avoir d’autres moments pour nous. Rien que pour avoir des bons souvenirs, mais s’il te plait ne soit plus triste…Tu voies dans quel état je suis après…. »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Lun 10 Oct - 15:19

Je me sentais comme reboosté. Avant cette journée, je n'avais pas pris pleinement conscience de notre éloignement et ça avait été comme une grosse claque. Là, elle venait de tout remettre à sa place et ça me faisait un bien fou. Elle avait été naturelle, spontanée, égale à elle-même : je n'avais pas perdu la Soraya que je connaissais.
Elle avait toujours été cette gamine qui agissait franchement et qui n'accordait jamais sa confiance à n'importe qui. il nous en avait fallu du temps pour aboutir à cette proximité, cette complicité, mais une fois ce lien établi, ça avait été du solide, ça avait été profond. Avec Aby, nous l'avions considérée comme une petite soeur. La mort d'Aby aurait du nous rapprocher encore un peu plus mais au lieu de ça, je n'avais pas eu le temps... Pas de temps pour Soraya, c'était horrible de se dire ça.

Je ne me levai pas à mon tour pour nettoyer ma tasse, ça attendrait. Je voulais encore rester face à elle. Elle avait fait un pas un forçant le contact physique et il ne fallait pas en faire deux en arrière. Je posai ma tasse vide sur la table, ainsi que mes avant-bras. Je regardai autour de nous : personne. Il était encore un peu tôt mais surtout, il faisait chaud dehors et c'était une heure parfaite pour faire un tour à la plage. J'aurais bien fait un footing si je n'avais pas croisé Max dans ce couloir. Je ne regrettais pas cette rencontre parce qu'elle m'avait permis ça : retrouver Soraya.
Je devais prendre le temps de m'occuper de nous. Un ciné ? Une sortie ? Un simple café comme là ? C'était sur un détail qu'il fallait tout reconstruire au fil du temps, ces petits gestes quotidiens que nous n'avions pas eu le temps de faire ensemble depuis longtemps.

« Je ne suis pas triste So, je suis en colère contre moi. Je sais que tu n'aimes pas ça mais t'en fais pas, ça va passer. C'est juste que avec les derniers événements, j'en ai oublié l'essentiel. Je veux me rattraper. » Je lui souris. il fallait réfléchir deux secondes : nous étions au mois d'août, il faisait chaud, les vacances défilaient à toute allure... Que pouvions-nous faire ? « Que dirais-tu de s'organiser une journée de randonnée dans les montagnes californiennes ? J'ai besoin de retrouver un lien avec la terre et surtout d'air. Et toi t'as besoin de voir autre chose que les murs de Genome. »

Nous avions pris l'habitude avec Aby et Soraya de partir en randonnée une à deux fois par an depuis notre rencontre. La toute première randonnée avait été l'occasion de se rapprocher de cette adolescente sauvage qui vivait quasiment avec nous. Nous avions tellement souffert dans notre ascension que notre arrivée au sommet du mont choisi, nous n'avions pu que savourer... Je voulais qu'on retrouve cet instant.
Entreprendre une randonnée sans Aby allait être un défi mais ça n'était rien comparé au défi que je me lançais : retrouver Soraya.

« Alors ? Partante ? »

Elle allait forcément sentir que je lui lançais à elle aussi un défi... Vieille habitude entre nous.


[HRP : Je propose que la randonnée soit prévue pile pendant l'intrigue en cours, comme ça elle est annulée et si ça te tente, on pourra la reporter.]

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Lun 10 Oct - 18:50

Je voyais Aaron me parlait de choses qui nous étaient tellement proches que dans le fond cela me faisait du bien. Il me disait qu’avant toute chose il était fâché contre lui. Je me disais bien qu’il y avait une chance pour qu’il s’en veuille, lui souriant, je me rendais compte qu’il fallait que je le rassure un peu.

- « Pourquoi est-ce que tu veux absolument être fâché contre toi ? Ce n'est pas de ta faute. »

Puis la situation me plaisait un peu mieux, je ne voulais pas perdre ce grand-frère, mon grand-frère ; cette personne qui avait de la place dans mon cœur, ce qu’il disait c’était comme s’il voulait se punir de ne pas m’avoir donné un peu de temps. Je ne comprenais pas trop pourquoi est-ce qu’il désirait agir comme ça. Il me faisait comprendre que le fait de se parler ou de se voir lui manquait terriblement, à vrai dire ; à moi aussi cela me manquait. C’était comme un vide que j’avais du mal à combler….Ce trou noir qui commençait à se remplir au fur et à mesure que je lui adressais la parole. Alors comment ne pas céder ? Comment ne pas se dire que dans le fond c’était une nécessité ? Qu’il fallait que l’on se voie pour notre bien-être. Après il fallait que je fasse tout pour rattraper, comme il le disait il se sentait coupable et voulait tour faire pour réparer son erreur. Mais pour moi, il n’y avait pas d’erreur ! Il ne l’avait pas fait exprès, c’était juste son travail assez prenant qui l’avait occupé. Et voilà qu’il proposait une randonnée comme avant ! Une sortie en famille, cette famille que j’avais eue du mal à accepter, que je ne voulais pas prendre, que je ne prenais pas à pleine main. Cette rencontre dans la cabine téléphonique avait changé ma vie….D’ailleurs, dans le fond, je ne regrettais pas de l’avoir vu. Il avait donné un peu de stabilité qui s’était renforcé au fil des ans. Même s’il était occupé, je ne lui en voulais pas du tout. Quel sentiment on pouvait avoir lorsque votre frère ou votre sœur vous demande des excuses et vous propose de faire une sortie ? C’était comment dire : indescriptible. Vous êtes à la fois content, voir surexcitée de passer ce moment, puis vous vous sentez aussi timide voir un peu petit, ensuite, vous êtes calmes. Alors vous devez donner votre réponse pour la sortie. Vous hésitez entre être calme et être totalement intenable ! A vrai dire, il ne m’avait pas fallu longtemps avant de lui répondre un immense : OUI.

- « Oui, oui, je voudrais y aller avec toi. On part quand ? »

C’est vrai que changer d’air me ferait du bien. Je ne savais pas trop pourquoi mais le fait de rester sur le même endroit sans partir en vacance me donnait la sensation que je devais sortir au moins de temps en temps. Un peu plus et je sautais au plafond, oui je me disais bien que cette randonnée allait avant tout être un bien fou pour moi. Après tout, il était inévitable que je prenne le temps de voir Aaron.

- « Effectivement, cela nous fera du bien de changer un peu d’air. »

Il y avait pleins de façon de voir les choses, et je voulais justement les voir du bon côté. C’était pour cette raison que j’avais accepté cette sortie en forêt. Je ne tenais pas à perdre une personne qui m’était chère. Je ne désirais pas recommencer…..



[HJ : Oui c’est une bonne idée pour la randonnée, effectivement, on pourra le faire plus tard.]
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   Ven 21 Oct - 11:55

Je souris franchement à cette idée : Soraya et moi gravissant les monts californiens, le visage fouetté par les courants d'air, le coeur battant à tout rompre, le souffle court. J'aimais ces instants où l'on repoussait les limites du corps. Faire des projets ne m'était pas arrivé depuis des siècles et là, ça me faisait tout bizarre de penser... Penser à l'avenir. Oui, il fallait que je crois en un avenir, il fallait qu'en plus de vivre au jour le jour, je me fixe des buts à atteindre pour vouloir toujours avancer, pour ne plus reculer comme je l'avais fait ces derniers mois.

Je n'avais jamais autant avancé qu'en me confiant à mes proches, qu'en m'appuyant sur eux pour reprendre pied. J'avais oublié ce que c'était que de se reposer sur les autres toutes ses années où je m'étais imposé d'être le pilier et non le fardeau. Les autres n'étaient pas des boulets à mes yeux lorsque je les aidais mais la réciproque n'avait pas toujours été vraie dans mon esprit : j'avais toujours cru que confier mes soucis, mes inquiétudes était égoïste. Aujourd'hui, je ne voyais plus les choses comme ça, plus tout à fait en tout cas...

« On pourrait laisser passer la rentrée, histoire qu'on reprenne nos marques et s'organiser ça sur un weekend... »

Nous commençâmes alors à nous projeter dans ce projet, dans cette future aventure qui n'avait rien à voir avec notre mutation ou notre vie à Genome. Ce serait plus qu'un bol d'air, ce serait une grosse pause, un coup sec lancé sur le bouton arrêt sur image pour pouvoir en profiter au maximum.
Cette conversation dura plus d'une heure, jonchée de rires, de propositions, de taquineries, de bons souvenirs... Je retrouvais ma Soraya, enfin. Je ne regrettais pas d'avoir été son tuteur, je regrettais simplement d'avoir peut-être été trop jeune à l'époque pour réellement lui être utile. S'il n'y avait pas eu Ross, je n'aurais pas réussi à aider cette jeune adolescente à s'en sortir et à devenir la femme qu'elle était.

J'avais oublié ce que je devais faire initialement et ça m'importait peu au final. Enfin, quand ça me revint en mémoire, je ne pus que constater qu'il fallait que je fasse vite. Je jetai un coup d'oeil à ma montre, me levai, déposai un baiser furtif sur la joue de Soraya et commençai à traverser la cafétéria pour ne pas me retarder plus longtemps.

« La prochaine fois, c'est toi qui invite ma petite ! Et je veux un café digne de ce nom ! »

On s'est connu, on s'est reconnu...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Playing or Defying ? ♦ Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Playing or Defying ? ♦ Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: GENOME GROUND ZERO :: GENOME ARCHIVES-