..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Sam 30 Avr - 13:51

Under Co.



« 22 août 2010, port de L.A., 22 h 30.

Deux hommes, une femme. Ils descendent d'une voiture. Visiblement, ils savent où ils vont et ce qu'ils cherchent. Ils sont trois membres de Genome : Adam Spine, Kensie Lockwood et Aaron O'Hara.

Pourquoi le port ? Tout simplement parce qu'Aaron O'Hara y a un informateur. Un vieil "ami" qui travaille sur un bateau de pêche. Genome l'a aidé il y a de ça trois ans maintenant et depuis, le pêcheur renseigne O'Hara sur le va-et-vient de certains bateaux, de certaines marchandises. Ce soir, le but de la mission est simple : chercher des informations au sujet d'un gang.

La Mano Negra. Un gang qui fait parler de lui depuis plusieurs mois. Le chef de ce gang est inconnu mais visiblement très respecté au sein du port de L.A., sa zone d'action. Le mot "respect" est faible : disons qu'il fait peur. Certains disent que le nom du gang vient directement du chef et de sa façon d'agir. Les victimes du gangs sont passées à l'acide : plus d'empreintes, plus de visages. Un véritable supplice.
Si le chef se fait respecter, c'est parce qu'il a un pouvoir : voilà ce qu'a découvert notre ami pêcheur.

Les trois Genomiens sont donc là pour savoir. Malheureusement, l'équipe semble quelque peu bancale : O'Hara qui ne se sert plus de son pouvoir, Spine qui ne possède qu'un pouvoir "intellectuel" et Lockwood qui fait sa première intervention de terrain. Mauvaise idée les enfants... »
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mer 4 Mai - 14:27


    Long Beach Harbor. Un nom pareil donnait une impression de romantisme absolu. On imaginait déjà l’odeur de l’eau salée transporté par une brise tiède, sous un couché de soleil digne d’un Monet, les pieds dans le sable humide et l’horizon hérissé de palmiers et de bateaux de plaisances illuminés qui venaient faire chatoyer leurs reflets dans l’océan calme et blablabla.
    Rien à voir.
    Du moins, pas dans le coin de Long Beach Harbor où ils se trouvaient en ce moment, qui était tout particulièrement moche. La seule chose que l’on pouvait espérer voir chatoyer ici, c’était les tâches d’huile sur le béton. Un gigantesque morceau de béton, assez large et massif pour faire tenir plusieurs hangars sur son dos. Et les bateaux qui y étaient appontés n’avaient rien de plaisants non plus. Tout aussi moches et ternes que la terre ferme, ils se dressaient de toutes leur gargantuesque hauteur, rouillés et sales, aussi accueillant qu’un cimetière sur pilotis.
    Quand à l’odeur de l’eau salée, elle était très certainement couverte par l’odeur de sciures métallique qui planait dans l’air.
    Cela dit, une fois le moteur de la voiture d’Aaron éteint, on pouvait laisser à l’endroit qu’il y faisait plutôt calme. La journée, le port industriel débordait d’activité, de vas et viens, de chargements et de déchargements d’énormes conteneurs transportés par grue, par contre le soir venu, l’endroit semblait désert. Il y avait bien entendu quelques équipes de nuit, mais la plateforme était tellement immense qu’ils ne risquaient pas de croiser grand monde.

    Et même si le décor ressemblait à celui d’un mauvais film d’espion, Adam n’était pas fâché d’être arrivé. Le trajet en voiture lui avait semblé long. Inhabituellement long. Heureusement que Kensie était de la partie, car elle s’était chargé de faire l’animation durant tout le trajet, empêchant ainsi le silence de s’installer totalement et de devenir trop pesant. En gros, dans la voiture, Kensie avait parlé avec Aaron, Kensie avait parlé avec Adam, mais Kensie n’avait pas parlé avec Aaron et Adam en même temps. Pas de dispute dans l’air non plus, pas d’accrochage récent, juste rien à se dire.
    Et depuis le temps, Adam avait cessé de se demander pourquoi, parce qu’il avait eut des mois pour trouver la réponse. Ca n’avait plus rien de mystérieux. Ils n’avaient plus rien à se dire parce qu’il y avait un sujet en particulier qu’il fallait qu’ils abordent, et qu’ils étaient tous les deux trop têtu, empoté, fier, et sentimentalement attardé pour mettre la théorie en pratique.
    Du coup ils restaient en stand by depuis des semaines sans qu’aucun ne fasse le premier pas. Et même en sachant tout cela, Adam n’était toujours pas motivé à le faire. Pas parce qu’il estimait que c’était à Aaron de passer à l’action, juste parce qu’il avait cette faculté d’abstraction incroyable qui lui permettait d’occulter le problème et de continuer à vivre sans se poser de question.

    A la place, il avait préféré se poser d’autres questions, comme par exemple : « Est-ce que Kensie à mit du parfum ou est-ce que c’est son shampoing qui sens bon comme ça ? ». Ca n’était ni très brillant, ni très utile mais ça avait passé le temps. Pour sa défense, d’autres sujets bien plus sérieux tournaient également quelque part dans son esprit polyvalent. Pour l’heure, alors qu’il descendait de la voiture, c’était les plans de construction du port tout entier qui se dessinaient dans sa tête. Il visualisait le squelette métallique et la structure intérieure de la plateforme toute entière et des bâtiments qu’on y avait dressés. C’était plus sérieux mais pas beaucoup plus utile. Du moins pour le moment.

    Tandis qu’Aaron verrouillait son véhicule dans son dos, Adam vint se poster aux côtés de sa jeune camarade de classe, les bras croisés, les yeux plissés sur le décor.

      « De quoi il a l’air ce pêcheur en fait ? » questionna-t-il en remarquant qu’il n’y avait pas un chat aux environs.

Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Ven 13 Mai - 11:23

    La route avait été longue, bien trop longue à mon goût même : ce fut une sainte horreur. J'avais demandé à Adam de venir pour cette mission parce que j'avais des comptes à régler avec lui et que je préférais esquiver : une mission n'était jamais le bon endroit pour discuter des sujets qui fâchent. Du coup, j'avais eu comme dans l'idée qu'une mission nous permettre de décider de laisser le silence de ces derniers mois derrière nous et de reprendre notre relation là où nous l'avions laissée. Raté mon grand ! C'était bel et bien raté parce qu'Adam n'avait pas ouvert la bouche une seule fois pour s'adresser à moi et qu'il avait fait la conversation à Kensie uniquement.
    Je me félicitais d'ailleurs d'avoir convié la jolie blonde à la fête : elle était désormais prête pour le terrain et cette mission était censée être une simple mission de reconnaissance. Elle était là depuis quelques mois seulement mais elle apprenait vite : son tempérament aidait beaucoup à ça. Elle avait encore des ratés avec son pouvoir mais elle commençait à pas trop mal se débrouiller avec son entrainement physique et surtout, elle avait compris qu'il fallait être concentré pour les missions. J'aimais bien cette petite : mignonne, gentille, drôle et avec un franc parler évident qui me plaisait bien.

    Arrivés sur place, je tentais de me remettre dans l'ordre du jour : il fallait que je laisse tomber mon soucis avec Adam si je voulais pas me rendre fou avec ça.
    Il fallait retrouver Ed, le "pêcheur". Ed était un type d'une quarantaine d'années qui bossait sur les chalutiers et qui avait découvert sa capacité étant gosse. Il avait toujours appris à vivre avec parce que ça n'avait rien de bien embêtant, étant capable de retenir sa respiration durant plus de trente minutes, mais il avait eu la malchance de se faire lister alors qu'il avait eu droit à un séjour à l'hôpital. Nous l'avions aidé et depuis, il nous renseignait sur l'activité du port, l'activité suspecte bien sûr.
    Ce soir, nous étions là pour un gang. Un gang que tout le monde prenait au sérieux dans le port mais qui ne faisait que s'ajouter aux quelques trois ou quatre cents gangs existant dans la ville. Ed avait trouvé qu'il y avait quelque chose qui clochait avec eux et du coup, il m'avait demandé de venir jeter un coup d'oeil. Il avait continué d'observer et apparemment, il avait des informations intéressantes à me confier.

    Je fermai le coffre et vins me poster aux côtés d'Adam et Kensie. Je pouvais sentir la tension et ça n'avait rien de bon, absolument rien. Heureusement qu'Adam et moi étions capables de faire abstraction de tout ça pour nous consacrer à fond à notre boulot. Du moins, je l'espérais.
    Kensie, elle, semblait à la fois excitée mais aussi pleine d'appréhension : c'était compréhensible. Première mission... Et puis nous étions au bord de l'eau alors qu'elle, c'était le feu qu'elle préférait... J'espérais que ça aussi, ça n'allait pas compliquer les choses.

    « C'est Ed, le type qui peut retenir sa respiration longtemps. Il est resté environ une semaine à Genome il y a trois ans, quand on s'occupait de lui refourguer une nouvelle identité et d'effacer ses traces du fichiers de Genetic. Bref, il ressemble à un type de quarante ans qui passe trop de temps au soleil et qui aime un peu trop le poisson.... »

    Je ne me souvenais plus si Adam le connaissait ou non : il était arrivé à Genome en bonne santé alors...

    « Alors Lockwood : tu te sens prête pour ta première mission d'investigation ? »

    Je lui souris : ça me permettait de trancher avec l'attitude d'Adam au moins...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Dim 15 Mai - 15:22

    Il y a des jours où je me demande ce que je fais ici. Où je me demande pourquoi j'ai quitté New York, pourquoi je me suis investi dans cette espèce de guerre et pourquoi je suis à ce point motivée. Étant petite, j'avais toujours admiré les « gentils » et haït les méchants. Ceux qui veulent asservir le peuple et tuer tout ce qui bouge. Cette naïveté me manque. Le monde n'est que subtilité et mécanismes. Le système dans lequel on vit nous asservit sans même que nous nous en rendions compte et peu importe si nous avons envie de nous rebeller ; nous n'avons d'autres choix que de rester à notre place, sous peine d'être pris pour un terroriste, un anarchiste ou un abruti fini.

    Au fond, il n'y a ni gentils ni méchants. Il n'y a que deux points de vues qui s'affrontent : le nôtre et celui des autres. La mentalité humaine étant ce qu'elle est, ce sera toujours le cas.

    Je n'aime pas trop les voitures. J'ai grandi dans une ville que l'on pourrait qualifier de trou du cul du monde puis vécu à New-York... les voitures n'ont donc pas besoin d'être utilisé. Ca pue, c'est petit et avec un peu de chance, nous donne simplement la nausée au lieu de nous faire vomir à s'en arracher les tripes. Ici cependant... et quand je dis ici je veux dire, ici à Génome, je n'ai pas vraiment le choix. Pour se déplacer d'un point à un autre dans cette foutue ville qu'est la cité des Anges, je n'ai pas le choix. Peut-être devrais-je essayer la moto ?

    L'idée graver dans une partie de mon cerveau, j'ouvre la portière et mets les pieds dehors. L'odeur n'est pas des plus merveilleuses, mais c'est de l'air frais, à peu près et c'est tout ce qui importe. Depuis des mois que je me prépare pour être agent de terrain, me voilà dans le bain. Personnellement, je ne vois pas cela comme un bain... plutôt une piscine de je ne sais combien de mètres de profondeur et je n'ai pas l'autorisation de sauter du plus haut plongeoir : j'ai été poussée. Je ne vous dis pas la terreur. Je suis peut-être entourée de deux mecs que j'apprécie, mais je n'aime pas l'eau. Je déteste l'eau. Je hais l'eau. Je ne peux rien faire dedans. Complètement inofensive. Et s'il y a un truc que je déteste c'est bien être aussi innocente qu'une coccinelle. J'ai une grande gueule et je l'assume. Je pique telle une guêpe quand on me fait chier... je brûle tel le soleil lorsqu'on m'énerve et je crame ta pauvre tronche quand tu refuses de me lâcher. Mon élément à moi, c'est le feu. Et le problème avec le feu... c'est que dans l'eau, c'est pas terriblement efficace. Vous comprenez pourquoi je n'aime pas le port, ou la plage, ou tout autre endroit ou il y a de l'eau...

    Comme dit précédemment, je n'ai pas le choix. Je prenais place, debout, aux côtés d'Adam. Nous avions beau être entourés de bateaux et d'eau, j'avais apporté des munitions. Je devais être couverte de briquets. Trois dans chacune de mes poches, deux dans ma veste, deux dans mes chaussures et laissez-moi vous dire, c'est pas très agréable pour marcher et un cacher dans mon soutif. Qui a dit que les atouts d'une fille n'étaient pas une bonne cachette ? Au moins, j'aurai une raison de gifler le premier con qui viendra me tripoter.

    Les mains dans les poches, j'observais les alentours. C'était ma première mission et j'étais absolument terrifiée. On ne dirait pas comme ça, après tout j'ai une poker face d'enfer, mais j'ai le coeur qui bat à cent à l'heure, j'ai les mains horriblement moites pour quelqu'un qui contrôle le feu et qui est donc plutôt résistance à la chaleur, j'ai chaud. Je remercie donc le ciel de m'avoir donné l'intelligence, oui oui l'intelligence, d'attacher mes cheveux en une queue de cheval serrée.

    « De quoi il a l'air ce pêcheur en fait ? »

    « C'est Ed, le type qui peut retenir sa respiration longtemps. Il est resté environ une semaine à Genome il y a trois ans, quand on s'occupait de lui refourguer une nouvelle identité et d'effacer ses traces du fichiers de Genetic. Bref, il ressemble à un type de quarante ans qui passe trop de temps au soleil et qui aime un peu trop le poisson.... »

    Il pouvait pas être garagiste comme tout le monde ? Pensais-je alors que je tentais de garder ma respiration sous contrôle. Ai-je déjà préciser que je n'aime pas l'eau ? Le dauphin a pas intérêt à nous attendre sur un bateau ou je fais un malheur.

    « Alors Lockwood : tu te sens prête pour ta première mission d'investigation ? »

    « J'adore la viande saignante... le problème là tu vois c'est que, elle est encore bleue et la viande bleue moi, ça me donne envie de gerber donc si tu me vois devenir verte tout d'un coup, je te conseil de t'écarter. »

    Oui bon... j'ai beau être intelligente, je suis toujours blonde. Et puis merde quoi on a plus le droit d'être nerveux dans ce pays ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Dim 22 Mai - 19:25

    Kensie, vachement colorée, comme toujours. Et même si, très honnêtement, il n’avait pas compris ce qu’elle avait voulu dire, sa remarque arracha tout de même un rictus à Adam. En termes de sourire il faisait rarement mieux sans se forcer. Il était plutôt le genre de mec à rire de l’intérieur… du moins lorsqu’il comprenait les blagues parce que le langage imagé ça n’était pas vraiment son truc, mais bref : Ed, poisson, respiration. Trois mots qui avaient suffit à Adam pour enfin se rappeler ce type. Il ne l’avait croisé qu’une ou deux fois durant son séjour à Genome et ne lui avait jamais adressé la parole ni revu depuis. Tout ce qu’il savait sur cet homme était ce qu’Aaron lui en avait dit une fois ou l’autre, car c’était toujours lui qui avait contacte avec le pêcheur.

    Aaron avait beau être son meilleur ami depuis six ans, ça n’était pas pour ça qu’Adam avait droit à toutes les informations concernant Genome. Il y avait même pas mal de choses qu’on ne lui disait pas, qu’on ne disait qu’à moitié, ou qu’il découvrait à retardement. Voir des choses qu’on refusait de lui confier délibérément, même lorsqu’il posait des questions. Et par « on » il voulait dire « Aaron et Ross ».
    C’était frustrant et Adam résistait mal à la frustration, mais généralement il se forçait à ne pas faire de vague et faisait comme d’habitude : il chassait le problème de son esprit et pensait à autre chose. A beaucoup d’autres choses même.

    Tout ça n’avait cela dit plus grand-chose à voir avec Ed l’homme poisson. Qui n’avait pas l’air de vouloir montrer le bout de son nez d’ailleurs.
    Le trio s’était éloigné de la voiture et s’avançait maintenant vers l’un des hangars qui se dressaient devant eux. Leurs trois regards balayaient instinctivement le décor industriel nocturne à la recherche d’une éventuelle silhouette qui refusait de se montrer pour l’instant. Cela dit, Adam n’éprouvait pas vraiment de méfiance. L’atmosphère aurait éventuellement pu paraitre pesante, inquiétante, voir lugubre, mais le mutant n’était pas particulièrement réceptifs à ce genre d’ambiance.
    Il préférait observer la structure du bâtiment qu’ils approchaient, subjugué plus que de raison par le titanesque squelette d’acier qu’il voyait se profiler dans son esprit. Chaque poutrelle, chaque boulon, le poids, la taille, la pression, l’équilibre, l’alliage, et au milieu de tout ça :

      « Ah… j’viens de comprendre »

    Il arracha ses yeux verts à cet immense tas de ferraille si intéressante pour les poser sur Kensie, une tête et demi une basse que lui.

      « La viande bleue, tu parlais de l’eau » lui affirma-t-il avec sérieux.

    Puis leva le bras à hauteur du regard, dégagea son bout de chemise bleue sur son poignet et observa sa Rolex dans un haussement de sourcil interrogatif.

      « J’ai mis 37 secondes. Je deviens bon dis donc » avec un brin d’ironie – ou pas.

    Quelque part, l’un de ses fils de pensée avait continué de se poser de très sérieuses questions sur cette histoire de cuisson de viande. Voilà qui était enfin résolu et qui lui dégageait un peu de place dans son crâne pour revenir au problème initial avec le quel il enchaina rapidement d’ailleurs :

      « Notre ami Ed n’a pas l’air de se trouver dans le coin. On s’est arrêté au bon endroit ? Peut-être qu’il est sur la rive d’en face. Ou à l’intérieur d’un des hangars. Y’a quelques voitures garées plus loin » désigna Adam d’un mouvement de tête vague dans le dos d’Aaron.

    En effet, il y avait bien quelques véhicules à l’arrêt à quelques 230 mètres, mais aucun signe de vie autour.
    Concernant les hangars, il y avait de forte chance qu’ils ne soient pas accessibles, certainement verrouillés pour la nuit ou quelque chose comme ça. Adam savait crocheter les serrures, mais puisqu’ils avaient rendez-vous, c’était inutile. Ed finirait certainement par se montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mer 25 Mai - 20:07

    Une odeur forte de poisson avait envahi mes narines. Ce n'était pas une odeur très agréable mais elle éveillait mes sens... La mémoire étant liée à ces sens, de nombreuses images défilaient dans un coin de ma cervelle. Je retrouvais ces nombreuses virées dans les montagnes californiennes avec mon père pour deux à trois jours de pêche... J'avais tellement aimé nos weekends nature ! Aby pêchait avec nous tandis que maman en profitait pour bouquiner un peu et se balader.
    Je me souvins d'une fois où avec ma soeur, nous avions décidé de remonter le courant de la rivière : l'eau cristalline nous avait fouetté les mollets, parfois les cuisses lorsque nous nous étioons trop éloignés du bord. En remontant, nous avions mis la main sur une petite chute, quelque chose de magnifique...
    Cette période représentait une partie de la plus belle de ma vie... Une partie du temps où j'avais eu une famille... Même si je savais aujourd'hui que cette famille avait été construite sur le mensonge, je savais qu'à cette époque, j'avais vraiment été heureux et ces souvenirs restaient toujours un échappatoire.
    Cette odeur acre de poisson ne me dérangeait pas... J'allais devoir bien nettoyer chaque parcelle de mon corps ainsi que mes vêtements en rentrant mais ça valait le coup, rien que pour ces secondes durant lesquelles je m'étais perdus dans mon passé.

    « On est au bon endroit. » dis-je sans l'ombre d'un doute.

    Ed m'avait donné rendez-vous quelques mètres plus loin et j'avais bien sûr préféré me garer plus loin... Même si trois personnes sur le port la nuit, c'était tout sauf discret. Ed nous attendait près de l'entrepôt où son équipage déposait ses équipements les plus "chers", autrement, c'était là qu'ils déposaient tout le matériel trop coûteux pour le laisser sur le bicoque durant la nuit.

    « Ed nous attend dans l'entrepôt plus haut. Il y reste encore... » je jetai un oeil à ma montre « cinq minutes avant de filer si on ne s'y pointe pas alors en route moussaillons ! »

    L'humour n'était pas bon... Mais c'était ma façon à moi de faire que l'atmosphère bien trop pesant perde un peu de cette pression. J'en avais marre de ce silence entre Adam et moi, silence rompu uniquement pour des conversations plates et sans intérêt ou en rapport strict avec Genome... Ce n'était plus notre amitié, c'était devenu une relation tout ce qu'il y avait de plus distante et cordiale... Ce n'était plus spontanée, plus naturel...
    Je tournai la tête vers Kensie qui avait ses mains près de ses poches : elle semblait tendue, nerveuse... L'eau. J'avais en quelques sortes misés sur ça pour que cette mission lui permette d'affronter son pire démon. Nous n'avions qu'à trouver un informateur donc c'était une bonne initiation.

    « T'en fais pas pour le dauphin, Ken, il aime l'eau mais il sait se tenir quand il reçoit du monde. » dis-je en un clin d'oeil.

    C'était parti, la machine était en marche.
    Enfin, nous étions en marche vers l'entrepôt...

    Nous ne pouvions pas encore entendre le bruit qui en sortait... Ed avait filé à peine deux minutes plus tôt, mis en fuite par l'arrivée d'une bande un peu trop bruyante... Il m'avait pourtant envoyé un message mais j'avais pris soin de mettre mon téléphone en mode "silence" pour que nous ne soyons pas dérangés...
    Dommage pour nous...



_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Jeu 23 Juin - 19:54

    « La viande bleue, tu parlais de l’eau »

    Surprise et honnêtement curieuse de savoir comment il avait fait pour trouver un double entendeur à ma métaphore qui, à la base, n'avait aucune relation avec l'eau, je tournais le regard vers lui. Je ne décrochais pas un mot cependant. Peut-être avait-il raison après-tout ? J'en sais rien. Autant ne pas trop passer de temps dessus, ça ne nus mènerait à rien.

    « J’ai mis 37 secondes. Je deviens bon dis donc »
    « Ou peut-être l'inverse. Tu te ramollis mon vieux. »

    Mon sourire taquin ne pouvait que lui prouver que je rigolais n'est-ce pas ? Je ne connaissais pas Adam depuis suffisamment longtemps pour pouvoir prédire ses réactions, mais je ne pouvais pas non plus m'empêcher de l'ouvrir. J'ai une grande gueule, je me dois donc de l'utiliser dés que j'en ai l'occasion non ?

    Quoique, peut-être que j'aurai du la fermer sur ce cou-là, ça m'aurait éviter d'avaler cette odeur de poisson. Et oui je dis avaler et non pas respirer. Quand on parle, on respire par la bouche, du coup, le moindre parfum flottant dans l'air est avaler. Tout ça pour vous dire que la nausée me prit d'un seul coup et je dut retenir un haut le coeur. Si je n'aime pas l'eau, j'aime encore moins le poisson. Pourquoi avais-je été choisie pour cette mission ? Pourquoi moi ? Je secouais la tête, je ne devais pas me montrer faible. Je prouverai que j'étais une bonne recrue et que même l'eau ne m'arrêterait pas.

    Alors que nous nous mettions en marche, je me faufilais entre les deux garçons qui semblaient se faire la fête. Semblaient parce qu'ils se parlaient, mais la tension était palpable. Il me suffirait de tendre la main pour pouvoir la toucher. Ok d'accord, palpable mais pas au sens propre.

    « Ed nous attend dans l'entrepôt plus haut. Il y reste encore... cinq minutes avant de filer si on ne s'y pointe pas alors en route moussaillons ! »
    « Elle est cool ta montre, tu l'as achetée où ? »

    J'avoue que sur le coup j'ai pas réfléchi et je sais que les montres homme/femme ne sont pas les mêmes mais quand même. Dois-je être un homme pour apprécier les belles montres ? Je rougis tout de même de honte. Il n'y a vraiment que moi pour parler de montres dans un moment pareil. J'avais fait pire le jour de l'enterrement de ma mère. Qui demande un banana split en plein milieu de la messe ? C'était pour faire rire ma soeur et mon frère mais quand même. Il y a des moments pour être sérieux, et d'autres pour ne pas réfléchir. Il fallait vraiment que je bosse sur mes choix de priorité. Bosser et réfléchir ? Ou mettre mon cerveau en pause histoire de quelques minutes, voir jours ?

    Je tentais par tous les moyens de relâcher mes muscles. Je détendais l'atmosphère, certes, mais ça ne voulait pas dire que je n'étais pas tendue. Je ne perdais pas de vue l'objectif : rencontrer Ed. Nous avions cinq minutes pour le retrouver. C'était faisable. Enfin je crois. Je crois que vous me croirez si je dis que je ne passe pas ma vie au port.

    J'enfonçais mes mains dans les poches de mon jean et jouait nerveusement avec mes briquets. Eux au moins, ils arrivaient à me détendre. J'en sortais un et jouait avec l'ouverture sans pour autant appuyer sur la roulette mécanique. Il suffisait de quelques secondes de perte de contrôle pour tout foutre en l'air. Je devais rester concentrée. L'entrepôt n'était plus très loin à présent. Encore quelques mètres et nous y serions. Quelque chose clochait cependant.

    Au fur et à mesure que nous nous rapprochions, nous entendions plus clairement les bruits et un noeud se formait dans mon estomac. Les choses sérieuses commençaient-elles déjà ? Je n'étais pas prête. Absolument pas prête. Que se passait-il ?

    Les battements de mon coeur s'accélérait. Pourquoi, mais pourquoi avais-je choisi d'être agent de terrain ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mar 19 Juil - 15:40

    Adam avait jeté un regard distrait vers l’entrepôt où Ed était sensé les attendre, désigné par Aaron quelques secondes plus tôt. Bien, ils n’auraient pas à poireauter ou à chercher après ce type. Pas qu’Adam ait un problème à se trouver là, mais l’ambiance nocturne du port avait tendance à faire émaner du décor une espèce d’aura un brin menaçante. C’était un cliché tout droit sortit d’une salle de cinéma, mais l’on pouvait difficilement faire autrement que de se sentir minuscule et vulnérable dans pareil endroit.
    Du moins, c’était son sentiment, mais il ne semblait pas partagé par ses deux compagnons. Son ami arborait cet air neutre mais un brin taciturne, le même qu’il arborait depuis des semaines maintenant. Et Kensie quant à elle, préférait poser des questions sur la montre d’Aaron…
    Ok. Pourquoi pas ?

    Cela dit, Adam n’eut pas beaucoup de temps pour se demander où était le rapport. Les échos de quelques bruits étouffés leur parvenaient maintenant clairement. Les hangars étaient hauts et imposants et faisaient résonner les sons émit à l’intérieur comme dans une cathédrale. L’entrepôt d’où provenaient ces sons n’était autre que celui désigné par Aaron quelques secondes plus tôt, celui où leur informateur était sensé les attendre.
    Rien d’anormal jusque là. Sauf si l’on prenait en compte l’aspect secret et le besoin de discrétion qui incombaient à ce genre de rendez-vous. Si Aaron faisait confiance à ce pécheur, c’est qu’il y avait de quoi et qu’il était fiable. Du moins, il lui faisait assez confiance pour en profiter vis-à-vis de Kensie et lui offrir son baptême de l’air.
    Adam ne fit donc pas vraiment attention à ces quelques échos, jusqu’à ce qu’ils arrivent à hauteur de l’entrepôt en question.
    Les grandes portes de hangars étaient closes, mais les hautes fenêtres perchées à plusieurs mètres de hauteur montraient clairement qu’une ou deux lampes avaient été allumées. Un vague halo feutré passait à travers les carreaux de la bâtisse ou dégoulinait la rouille, ce qui montrait qu’il y avait clairement de l’activité à l’intérieur.
    Après quelques nouveaux coups d’œil intrigués, Adam repéra une porte entrouverte, adjacent les immenses portes de hangars conçues pour y laisser rentrer des camions.
    Ils s’y dirigèrent, Aaron en tête, mais ne la passèrent pas immédiatement. L’oreille d’Adam venait clairement de capter une voix. Il n’avait pas compris ce qui s’était dit, mais les intonations et les quelques syllabes captées lui indiquèrent qu’il s’agissait d’espagnol.
    Ed était-il Mexicain ? La réponse était non. De toute manière il était sensé les rencontrer seuls, et il y avait au grand minimum deux personnes dans ce hangar, c’était évident.

    L’universitaire se tourna brièvement vers la jeune femme pour lui faire signe d’arrêter de jouer avec ses briquets pour éviter que leur présence ne soit repérée. Adam n’était pas vraiment sur la défensive pour autant, c’était simplement un réflexe, juste au cas où.

      « Tu es certains que c’est le bon endroit ? » questionna Adam à mi-voix, son regard interrogateur tourné vers le brun juste devant lui.


    Il s’approcha d’un ou deux pas pour se rapprocher d’Aaron et jeter un coup d’œil à l’intérieur par l’entrebâillement de la porte. Du moins tenter de le faire car il n’aperçu rien de spécial.

      « Tu crois qu’on devrait rentrer quand même ? Est-ce qu’il t’as donné des détails sur ce qu’il voulait ? »


    Après une petite grimace alors qu’il tendait un peu mieux l’oreille, un faible soupir passa ses lèvres fines. Il parlait très couramment l’espagnol, mais les voix qui se répercutaient contre les immenses murs en tôle devenaient incompréhensible, et il lui était bien difficile de capter le sens de ce qui se disait à l’intérieur.
    Par contre ! Les intonations étaient plus facilement décryptable, et bilingues ou pas, on pouvait clairement percevoir une espèce de tension à l’intérieur du hangar. Peu importe qui se trouvait à l’intérieur, il n’était pas de très bonne humeur…
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Ven 12 Aoû - 14:20

    Je me figeai quelques secondes, juste le temps d'y voir plus clair et de laisser mon esprit analyser tous les signes qu'il recevait. Oui, c'était bien ça : c'était la grosse merde ! Je sentais bien que ça allait mal tourner. Pourquoi ? Je ne le savais pas, c'était en moi, comme gravé, ou plutôt ça flottait dans l'air, c'était rapporter par les vagues contre les rives des quais, c'était aussi inscrit dans l'écho des sons qui sortaient de l'entrepôt. C'était la merde.

    « C'est le bon endroit, c'est certain. Et ce qu'il voulait... C'était ça. » dis-je en pointant du doigt la source des bruits.

    Ouip, c'était ça. Il était censé me filer des infos sur un gang du coin et puisqu'il n'était pas là... C'était que le bruit était la piste. Ce que j'espérais, c'était qu'Ed ait pu se tirer sans que les types louches de ce gang n'aient compris qu'ils avaient été en quelques sortes "vendus". Ce n'était pas tout à fait le cas puisque nous n'étions pas de la police ou une connerie du genre mais ça y ressemblait.
    C'étaient les faits relatés dans les journaux qui nous avaient mis la puce à l'oreille : des victimes étrangement brûlées par un acide non-identifié. Bref, de quoi faire penser à un mutant ou quelque chose du genre. Ed m'avait alors parlé de ce gang qui trainait au port et nous avions rendez-vous ici pour en discuter. Il était toujours à l'heure et puisqu'il était introuvable, il avait du partir et vite.

    Les bruits s'intensifiaient dans le hangar : des cris, des menaces sûrement aussi. Les choses tournaient mal là-bas et il fallait se décider. Intervenir ou ne pas intervenir ? To be or not to be ? Tout dépendait. Ma poche vibra pour me répondre. Je sortis mon téléphone et lus le texto envoyé à l'instant par Ed : ils sont dans le hangar.
    Je remis l'outil de communication dans ma poche : bien sûr qu'ils étaient dans le hangar. J'aurais préféré un "n'y va pas" ou "ils sont x membres et inoffensifs" mais non. Tout ce qu'il me disait, c'était qu'ils étaient là et qu'on devait se démerder. En même temps, que dire ? Je le remercierais car c'était lui qui nous avait mis sur cette piste.

    « On va tenter de voir ce qu'ils font là-dedans tout en restant hors de vue. Il ne faut pas prendre de risqu... »

    Un boum sonore retentit sur tout le quai, laissant alors planer un silence de mort de quelques secondes. Les mots là-bas reprirent tandis que nous comprenions : un coup avait été donné, un coup qui devait être mortel d'après le son métallique. La mission tranquille promis à Kensie n'existait finalement plus, c'était tout autre chose qui allait se dérouler ici, sous ses yeux, alors qu'elle entrait dans le bain pour la première fois...
    Quels étaient les comptes ? Adam qui possédait un pouvoir intellectuel, moi qui ne me servais plus du mien et Kensie qui ne maitrisait pas complètement le sien. Tout cela aurait du nous alerter, nous dire de rebrousser chemin illico. Mais non.

    « Ok, on fait gaffe. Ken, tu lâches pas tes briquets. Adam, on la couvre en cas d'attaque non-mutante si on se fait choper. On y va juste pour voir, pas pour être vus. » murmurai-je cette fois.

    Nous étions tout près de l'entrée de l'entrepôt. Et nous n'étions pas seuls. « Santos, viens voir ce qu'on a trouvé devant la maison ! » cria un type baraqué, balafré et tatoué de toutes parts avec un accent fortement mexicain. Les ennuis venaient d'arriver au galop...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mer 24 Aoû - 17:01

    « Ok, on fait gaffe. Ken, tu lâches pas tes briquets. Adam, on la couvre en cas d'attaque non-mutante si on se fait choper. On y va juste pour voir, pas pour être vus. »

    Moi ? Lâcher mes briquets ? Non mais quelle idée. Dans mes poches, mes doigts se crispaient sur mes bébés. Le bruit à l'intérieur commençait sérieusement à me retourner l'estomac. C'était pas prévu. Vraiment pas prévu. Elle était pas prête pour ça. C'était censé être une petite mission tranquille, relax, pour se faire au métier. Déjà que calme j'ai du mal à bien viser, si je suis stressée ça va pas vraiment être beau.

    « Santos, viens voir ce qu'on a trouvé devant la maison ! »

    Non mais non, ça non plus c'était pas censé arriver. Ca c'était la mouise jusqu'au coup. C'était le risque de mort, c'était, c'était... je sais même pas ce que c'était mais ça faisait chier.

    Tandis que dans ma tête je paniquais, je tentais de garder un extérieur calme. Pas besoin de montrer au patron que j'étais sur le point de me pisser dessus. Ca ferait pas bon sur le CV. Sans vraiment savoir pourquoi, mon index droit fit rouler la molette. J'inspirais un grand coup, éteignait le briquet sortait ma main de là. On était pris au piège, ok. Restait plus qu'à ne pas les alerter sur nos capacités. Hors, me connaissant, si je commençais à allumer les briquets, ça allait fuser.

    J'inspirais un grand coup, jetai un regard à Aaron qui regardait droit devant lui puis aux gugus derrière nous. L'un d'eux me poussa violemment en avant et je ne pu faire autre chose que de sortir ma deuxième main de mes poches, faisant tomber au passage un de mes précieux briquets. Pas grave, ils penseraient que je fume. Je me rattrapai au mur métallique mais l'homme recommença et je n'avais d'autre choix que de pénétrer dans l'espace que l'autre avait appelé sa maison. S'il continuait à me pousser comme ça, la maison brûlerait rapidement et je crois que je le ferai avec un grand plaisir.

    Je renfonçais mes mains dans mes poches et entrait le plus nonchalamment possible dans l'entrepôt, immédiatement suivit des garçons qui ne semblaient pas vouloir se mettre à l'aise. Pas que je le sois non plus à vrai dire, mais il fallait bien sauver les apparences non ?

    Non. L'un des mecs avait une cigarette au bec et mon taux de stress commençait à grimper en flèche. La moindre petite flamme pouvait me faire perdre le contrôle. Je ne pouvais plus cacher ma panique. Les yeux grands ouverts, je tentais d'alerter Aaron et Adam mais ils ne pouvaient rien faire. C'était à moi de ne pas faire empirer les choses.

    Le mec à la clope s'approchait de nous, je ne sais pas si c'était Santos, mais en tout cas, il aurait mal. Trop de pression. Beaucoup trop de pression. Je ne pouvais pas ne pas empirer les choses quand un mec de cette envergure approche. Tandis que sa cigarette tombait, en cendre, sur le sol et qu'il se mettait les mains sur sa bouche, comme si ça allait atténuer sa brûlure, tous les latinos sur place se mirent à hurler. Et moi avec

    « Merde, merde, merde, merde !!! »

    Pas bon, pas bon du tout, du tout. C'est dans ces moments-là que je serai capable d'appeler maman. Si elle était encore en vie, je l'aurait fait d'ailleurs, parce que les gros bras s'avançaient rapidement et moi, j'étais tétanisée. Restait plus qu'à voir si j'étais capable de provoquer des flammes sans bouger les mains et sans allumer de briquet.

    Improbable.

    Impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mer 31 Aoû - 19:24

    Toute cette histoire n’était rien d’autre qu’une vaste fumisterie ! On n’avait jamais vu plus mauvais informateur que ce Ed. Pourtant Aaron avait eu l’air de lui faire confiance. Il n’était plus à une erreur de jugement près cela dit, alors tant pis. Adam ne comptait pas lui en tenir rigueur. S’ils passaient la nuit il serait toujours temps d’y penser demain, en attendant, rien n’était moins sûr pour le moment…

    A peine s’était-ils approchés du hangar qu’une bande de molosse leur était tombé dessus sans qu’ils n’aient rien vu venir. Mais vraiment rien…
    En se retournant pour leur faire face, Adam avait presque eu envie d’en rire, avec Aaron qui lâchait juste avant « soyez sur vos gardes, tenez vous prêt ! » sur un ton d’agent secret professionnel qui maîtrise à mort. Même pas le temps de jeter un œil à l’intérieur, même pas le temps d’envisager quoi que ce soit ou même de comprendre ce qui se passait à l’intérieur qu’ils s’étaient déjà fait gauler comme des gosses. Le manque de professionnalisme avait toujours eu le don de l’agacer. Cette fois-ci ça allait tellement loin que malgré la gravité de la situation, quelques blagues flegmatiques venaient tout de même lui effleurer l’esprit. Pourtant il n’était pas d’un naturel blagueur, c’est dire.

    Et attention ! Ca ne s’arrêtait pas là. Aaron avait tellement fait confiance à cet abruti de Ed qu’il avait emmené Kensie avec eux. Kensie qui n’avait jamais fait de terrain, qui n’avait jamais vécut ce genre de situation, et qui avait réussit avec la rapidité d’une belette à empirer la situation en moins d’une minute. Adam était presque tenté de contacter le Guiness Book pour leur demander s’ils n’avaient pas une petite place pour elle. Pourtant une fois de plus, il ne lui en voulait pas. Bien au contraire ! Il savait ce que c’était que de se retrouver affublé d’une faculté incontrôlable. Sauf que si la sienne venait à dérailler, tout ce qu’il pouvait faire c’était se mettre à parler en Araméens ou quelque chose dans le genre. Rien de bien dangereux en somme. Dans le cas de Kensie, la situation faisait surtout échos à la position d’Aaron. Lui aussi était spécialiste en matière de perte de contrôle malheureuse. C’était dans ces moments-là qu’Adam cessait de regretté de ne pas être pourvu d’une capacité plus active et de se contenter de neurones trop zélés.

    Des neurones qui d’ailleurs, avaient eut tôt fait de le pousser à examiner l’intérieur du hangar maintenant qu’ils y étaient officiellement retenu. Ils étaient sept. Tous tatoués, tous relativement patibulaires, et surtout, tous armés. Si ce n’était d’armes, c’était de bars de fer et autres objets d’agréments tout à fait sympathiques. Adam sentait parfaitement vibrer la peur au fond de son estomac, mais sa capacité avait cela de pratique qu’il pouvait tout simplement choisir de couper les vannes et de l’ignorer pour ne plus utiliser que son cerveau et son cerveau uniquement. Il n’était jamais bon d’allier des nerfs à vif avec la réflexion. Les nerfs étaient une bande de menteur sournois qui vous faisaient perdre les pédales et vous rendait aveugles. Alors que l’esprit seul, libéré du poids des émotions typiquement humaine, laissait libre court à une observation acerbe et d’un objectivisme intransigeant.

    A ce propos, Adam avait prit le temps, lors de son entrée forcée dans le hangar, de noter d’où les bruits de luttes précédemment entendus provenaient. Un homme d’une petite trentaine gisait dans un recoin plus sombre et rouillé, étendu par terre, une flaque de sang sous lui. Celui-là ne se relèverait plus c’était certain. Mais les sept hispaniques n’avait pas fait qu’une seule prise ce soir. Un second homme, plus âgée mais à la mine mauvaise, se trouvait assit sur une chaise, manifestement ligoté et roués de coup. Lui non plus n’avait pas l’air d’avoir peur.
    En plus de cela, Adam avait remarqué une bonne centaine de caisses en bois, une échelle qui menaient à une plateforme, une lourde poulie suspendue à quelques 15 mètres au-dessus de leurs têtes dont l’interrupteur se trouvait sur une large poutrelle à leur droite.

    Cela dit, le géni ne put continuer son observation, à peine entré ils se faisaient de nouveau remarquer avec l’intervention de Kensie. Immédiatement, les esprits s’échauffèrent et la tension, déjà parfaitement palpable, redoubla de force. Ils s’exclamèrent tous en espagnol et lorsque l’universitaire vit l’un d’eux porter une main à son arme, il décida d’intervenir. Pour le pire ou pour le meilleur, ils verraient bien …

    Alors dans un espagnol proche de la perfection, il prit la parole et fit passer sa voix au-dessus du tumulte de surprise et de colère.

      « Nous ne sommes pas tout seul. Il y a quatre personnes qui observent ce bâtiment de loin et qui attendent certainement le meilleur moment pour intervenir. Vous êtes plus nombreux mais vous n’avez aucune chance. Ils sont tous mutants »


    Les réactions furent immédiates et variées, l’incrédulité d’abord, puis le doute, parce qu’il avait dit ça comme on récite ses tables de multiplications et que son visage était de marbre. Et enfin, l’un d’eux se mit à aboyer des ordres, et l’instant suivant, deux de ses hommes de mains s’éclipsaient pour faire le tour du périmètre. « Juste pour être sûr » avait dit Santos. Car du coup, le fameux Santos c’était révélé. Ne sachant pas à quoi il ressemblait, il avait fallut attendre qu’il distribue ses directive pour pouvoir l’identifier.
    Pas très grand pas très épais, il avait plutôt l’air d’un serpent avec son long visage tanné mais émacié, cernés de deux billes d’un noir d’encres surmontées de longs cils tout aussi sombres. Une longue brûlure venait saper l’harmonie de sa peau caramel au niveau du bras gauche. Plus de doute, il était là, le serpent venimeux…

      « Bon » reprit-il d’un ton si bas et si peu articulé qu’il doutait presque qu’Aaron lui-même ne l’entende « C’est quand tu le sens surtout… »


    Pour ne pas dire « déchaine sur ces pecnots ta colère divine frangin, ça devient urgent… »
    Il était rare de souhaiter un petit tremblement de terre m’enfin, une fois n’était pas coutume.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Sam 3 Sep - 7:49

    Ahum ce qu'on est mal...
    Ils étaient tous tournés vers nous hormis les bulldogs envoyés dehors pour faire le tour du propriétaire : je n'avais pas tout saisi à la conversation mais mes quelques années d'espagnol au lycée ne s'étaient pas tout à fait envolées et puis nous vivions à Los Angeles, non ? Je sentais que Kensie n'était pas bien et c'était entièrement de ma faute : je l'avais entrainée dans une mission où elle n'avait rien à faire. Elle n'était pas prête pour ça et elle comme nous y risquait sa peau... Parce que c'était bien ça : on était réellement en danger là. Les types en face de nous n'étaient pas des enfants de coeur et ils n'étaient pas très contents de nous voir. Ou alors trop contents de pouvoir s'amuser encore un peu avec trois nouveaux jouets. Au choix. De toute façon, l'issue était la même : on se retrouvait enfoncés dans une merde qui puait réellement. C'étaient le cadavre baignant dans son sang et le type brûlé à l'acide assis sur sa chaise qui nous le disaient clairement. J'eus d'ailleurs le temps de remarquer qu'il n'y avait rien qui laissait penser à l'usage d'une acide industriel : pas de pot, pas de tubes, pas de traces mais les brûlures étaient récentes, la chair était à vif. Au moins, nous savions que ce Santos pouvait être un mutant. Pourquoi lui ? Parce que c'était une type qui effrayait les autres qui commandait la troupe : ils lui prêtaient tous allégeance à lui. Et il était tout sauf enclin à la courtoisie.

    Un frisson me parcourut l'échine quand Adam me suggéra d'utiliser ma capacité : no way ! Je ne l'avais plus utilisée depuis la mort d'Aby, depuis ma perte de contrôle, depuis la catastrophe. Je ne voulais plus m'en servir, point. J'avais bien trop peur de ne pas me contrôler à nouveau, de péter les plombs et de me laisser envahir par cette ivresse de pouvoir. Depuis des mois, la question qui hantait mon esprit était simple : pourquoi avait-ce était si enivrant ? Pourquoi j'avais ressenti ce plaisir à ne pas trouver de limites à ma capacité ? Je ne savais pas si c'était commun à tous les mutants donc si l'usage de la capacité provoquait une poussée d'adrénaline ou d'une substance provoquant le plaisir ou si c'était uniquement du à la nature terrestre de mon pouvoir. La Terre regorgeait d'une telle puissance, d'une telle énergie que l'avoir effleurée du doigt cette fois-là m'avait fait comprendre à quel point c'était un aller simple pour la destruction. Pas que je me sente capable de détruire le monde, heureusement, non, mais plutôt capable de me détruire moi. Alors non, pas de capacité. Je n'étais même plus sûr d'en être capable d'ailleurs : depuis l'accident, je m'étais limitée à secouer un peu de poussière sans savoir si c'était la seule chose dont j'étais capable désormais ou si c'était mon inconscient qui ne voulait pas que je sois capable de plus. Au final, j'étais tout sauf utile ce soir. « Ça va pas être possible. » marmonnai-je tandis que le regard de ceux qui nous surveillaient louchaient sur Kensie. « Je ne fais plus rien depuis... Bref, je touche plus à ça, je peux au plus remuer la poussière des caisses qui trainent depuis trop longtemps... » dis-je dans un murmure. C'était là que le problème de mon entêtement se posait : si j'avais essayé de réapprendre à contrôler mon pouvoir au lieu de le brider durant ces derniers mois, nous n'en serions pas au point de triste et désespéré "nous allons tous mourir"...

    « Si t'as quelque chose à dire princesse, fais-en profiter la classe. » Siffla celui qui nous avait trouvé dans ma direction. Mes muscles se crispèrent d'un cran supplémentaire tandis que ma mâchoire devenait douloureuse : je devais desserrer les dents mais c'était dur dans une situation pareille. « Du calme Pedro, laisse nos amis se concerter pour savoir lequel va agir en première. Parce que c'est bien de cela qu'il s'agit, n'est-ce pas ? » lança d'un ton mesquin le chef de la petite bande. Je pouvoir le voir se frotter doucement les mains tandis qu'il souriait dans notre direction. Ces mains étaient à surveiller. « Le quel de vous va nous montrer son petit pouvoir en premier ? Je suis impatient de voir ça, j'aime à découvrir la multitude de surprises que peut nous réserver la nature. » Pas d'accent trop prononcé pour lui. Il s'exprimait bien et j'avais comme l'impression qu'il était largement au-dessus de ses sbires en ce qui concernait le côté intellectuel. « Déjà, nous savons que la demoiselle joue avec le feu, ou juste les braises incandescentes, à voir. Que peux-tu nous montrer de plus, beauté ? » demanda-t-il à Kensie. « Attends, je te montre en premier. » dit-il avant de se tourner vers le type ligoté. On éclair furtif de crainte s'afficha sur son visage et fut vite balayé par son masque d'impassibilité. Santos frotta énergiquement ses paumes l'une contre l'autre et au bout de deux secondes, un liquide opaque en sortit. Il apposa alors ses mains sur l'avant-bras droit du pauvre gars qui ne put s'empêcher de hurler tandis que sa chair était rongée par l'acide.

    « Vous savez ce que je n'aime pas ? C'est qu'on mette le nez dans mes affaires impunément. Je n'aime pas les curieux comme vous, qui pensent qu'ils peuvent apprendre des choses en espionnant de loin et qui pensent que s'ils son discrets pourront s'en sortir. Je suis contre ça : j'aime quand les choses sont équilibrées et que le karma est apaisée. Vous avez essayez de vous mêler de mon petit coin à moi et ça ne me plait pas beaucoup : je vais devoir réparer ce mal causé et réaligner le karma, vous voyez ? Il va falloir payer... Et en général, j'ai du mal à laisser partir ceux qui rentrent dans ce hangar : peut-être que je me prends d'affection pour eux et que je ne veux plus m'en séparer... Non, hein ? Pas très crédible, on est d'accord. Enfin, en attendant, je veux bien voir ce dont vous êtes capables tous les trois, histoire qu'on sache si vous allez encore berner le karma ou pas. Et dire que le karma est en général plus fort que les petites fourmis que nous sommes dans cette immense fourmilière... Si vous ne me montrez pas de quoi vous êtes capables, je n'hésiterai pas à vous y obliger... » acheva-t-il dans un sourire carnassier, paume contre paume. « Barbie, à toi l'honneur. »

    Les choses allaient très mal tourner mais je ne me sentais toujours pas capable d'user de ma capacité. Je ne pouvais que regarder Kensie en proie à ses émotions. « Montre-lui le minimum » lui soufflai-je tout bas. « Ecoute ton ami uniquement s'il te conseille de me montrer tes talents ma jolie. »

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mar 6 Sep - 14:39

    Ce mec parlait trop. Ca me mettait les nerfs en pelote. Je ne manque pas de courage, si c'était le cas je me serai barrée il y a bien longtemps, mais à trop parler, il me donnait envie de prendre mes jambes à mon cou. Je n'agirai pas selon mes envies cependant. Je suis une utopiste, une bagarreuse, une fighter comme diraient certains. Et je continuerai jusqu'au bout ce que nous avions commencé, Adam, Aaron et moi. Pour cela, il fallait que j'arrête avec mon attitude immature. Ces mecs étaient dangereux et il fallait que j'agisse en conséquences.

    Adam nous avait permis d'identifier Santos, c'était le plus important. Savoir qui tirait les rennes. Malheureusement, j'avais fait foirer notre avantage en révélant que nous étions mutants. Et pour nous enfoncer un peu plus, j'étais la seule à pouvoir utiliser ma capacité de manière offensive. Aaron venait d'annoncer notre arrêt de mort. Même avec le cerveau d'Adam qui analysait à deux cents à l'heure et même avec ma capacité de tout faire brûler sans même avoir besoin de contrôler les flammes nous étions foutus. C'était à moi d'arrêter de nous foutre dans la merde. A moi de nous faire gagner un peu de temps. Du temps pourquoi, je ne sais pas, mais il nous en fallait quand même. Il ne me restait donc plus qu'à obéir au Serpent tout en obéissant à Aaron en même temps. Ce ne serait pas dur. Santos n'avait pas demandé de montrer toute l'étendue de ma capacité.

    Alors que je prenais une grande inspiration afin de calmer mes nerfs et les battements de mon coeur, je regardais autour de moi. Je ne voulais pas révéler la présence de tous mes briquets dans mes poches. Une simple bougie suffirait. Une simple braise à peine chaude suffirait. Je n'avais pas besoin de grand-chose. La vieille cigarette de l'homme était en cendres, il n'y avait plus rien à utiliser. Il n'y avait pas de bougies non plus. Le stress montait et je devais me forcer à respirer. L'ampoule qui pendait du plafond pouvait être une bonne source, mais la simple chaleur ne serait pas suffisante. Il me fallait une étincelle. Ce n'était plus du stress, c'était de la panique. Si je ne trouvais pas quelque chose dans la minute qui suivait, j'étais faite. Relax, take it easy... il y a toujours une solution. Et la solution se tenait dans mes poches. Ou pas. L'un d'eux était tombé lorsque je suis entrée dans l'entrepôt. Je tournais la tête et le vit briller de mille feux aux pieds de l'un des hommes de Santos, chargé de nous surveiller. Je me raclais la gorge, pointait le briquet du doigt et allait le chercher, tout cela en évitant le coup de pied que l'autre venait de me lancer - il trouvait ça amusant le con - et en moins de dix secondes Quand il faut aller vite, le corps humain ne connait pas de limites.

    Briquet en main, je reprenais ma place aux côtés de mes deux... amis ? Vu les circonstances, je les appellerai des amis. J'ouvrais le briquet d'une main experte et actionnait la molette, une fois, deux fois... trois fois et une flamme jaune à la base bleue en jaillit. C'était beau et si Aaron ne m'avait pas dit de ne montrer que le strict minimum, je crois que j'aurai fait une démonstration de mon incapacité à me contrôler. Briquet dans une main, j'attirai un mini jet de flamme dans l'autre main afin qu'une boule de feu de cinq centimètres de diamètre y repose. La chaleur, pour un autre que moi, aurait été insoutenable. Pour moi, c'était réconfortant. Entourée d'eau, j'avais besoin de voir le feu pour me sentir chez moi. Ma respiration se calmait, mais je devais faire vite, si je ne voulais pas que la fumée de la boule de feu ne m'asphyxie ou que Santos comprenne que je pouvais faire bien mieux. Une deuxième inspiration et la taille de la flamme baissait à vue d'oeil. Je continuais de respirer, lentement. De mon pouce libre, je fermais le briquet et le rangeait dans ma manche. J'en aurai à nouveau besoin et rapidement. J'avais délibérément limité ma démonstration, sur ordre d'Aaron et pour ne pas perdre le contrôle.

    A présent et tant que j'avais une boule de feu prête, nous devions agir et ne pas attendre que Santos se tourne vers les deux autres pour leur propre démonstration. Mon regard concentré ne bougeait pas de ma main et avec un peu de chance, le feu empêchait Santos de voir que mes lèvres bougeaient.

    « Si vous ne voulez pas finir rôtit à la broche, occupez vous du gus derrière. »

    A peine mes mots prononcés, je lançais ma main en avant et lâchait la boule de feu en direction de Santos.


Lancer de dé : la petite boule de feu devient grande, mais est-ce que Kensie garde le contrôle ?

Oui : Les flammes restent groupées et n'entourent que face de serpent, alias, Santos. Bien joué Ken, t'as des nerfs en acier.
Non : Un incendie se déclenche. Bravo Kensie, même en réfléchissant comme une adulte tu fais tout foirer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Dim 11 Sep - 18:12

    L’agacement lui étreignit l’estomac. Est-ce qu’Aaron était sérieux ? Qu’il rechigne à utiliser son pouvoir depuis la mort de sa sœur, d’accord, c’était compréhensible avec tout ce qui s’était passé ce soir là et la responsabilité qu’il avait dans l’affaire. Mais qu’il refuse d’utiliser son pouvoir, là maintenant, alors qu’il devenait de plus en plus clair que leurs vies à tous les trois en dépendaient, ça n’était pas très sérieux ni très logique. Parfois il fallait simplement mettre ce genre de truc de côté pour parer à l’urgence. Et dans le cas présent l’urgence était de taille. Il y avait des armes pointées sur eux, ils étaient en supériorité numérique, et comble du bon goût, Santos s’était sentit obligé de leur faire une démonstration de sa propre capacité en venant martyriser ce type ligoté. Vision dérangeante.

    Surtout que contrairement à la bande de gros bras qui les entouraient, ce Santos n’avait pas l’air d’un attardé mental avec un accent à couper au couteau. Non, il utilisait des mots qui comportaient plus de trois syllabes et semblait à l’aise dans son élocution morbide. Il semblait même avoir un brin de culture et leur causait de Karma.
    C’était tout de même d’un cliché totalement puant ce monologue de gros méchant et Adam tourna la tête de gauche et de droite pour capter le regard de ses amis. Juste pour voir s’il était le seul qui avait envie de rire. On se serait cru à la fin d’un James Bond ou le vilain communiste chef de Cartel s’emballait dans un discours machiavélique.
    Sauf que dans James Bond, il y avait toujours un rebondissement quelconque qui permettait à cet has been d’anglais de reprendre le dessus. Pour l’heure, Adam ne voyait aucun rebondissement arriver en leur faveur…

    Avec appréhension, il observa ensuite Kensie ramasser son briquet sur le sol. Suspense, suspense. Est-ce qu’ils allaient avoir droit à un retournement de situation particulièrement bouillant ou pas ? Car au fond, comme lui n’avait qu’un pouvoir intellectuel, et qu’Aaron était trop timide pour se secouer un peu, ne restait plus que Kensie pour leur sauver les miches. Kensie qui n’était encore jamais partie en mission et qui balisait de toute évidence. Kensie qui contrôlait mal son pouvoir et ses émotions et qui pouvait réussir haut la main comme se vautrer et aggraver leur situation.
    Comment se sentait Aaron de laisser une telle responsabilité entre ses mains à elle au lieu de prendre les choses en main lui-même ? C’était sa responsabilité à lui et Adam ne manqua pas de lui décocher un regard noir qui en disait très long. A force de s’apitoyer sur son sort de cette manière il en était devenu mou !

    Adam n’eut cependant pas loisir de continuer à le fusiller du regard, un éclair orange avait brièvement illuminé les hauts murs tendis que les flammes prenaient soudain vie. Captivé par le spectacle de cette sphère de flamme, il se recula instinctivement d’un pas de la jeune femme, mais fut tout de même assez près pour l’entendre s’adresser discrètement à eux. Adam fit la relation immédiatement et l’instant d’après, dans un rugissement impressionnant, les flammes plongeaient sur le chef de Gang pour l’emprisonner.
    La réaction de ses hommes fut immédiate et ils armèrent leurs flingues aussi rapidement que possible pour les braquer sur Kensie.
    Cela dit, aucun d’eux ne tira, ils se contentèrent de la mètre en joue, hurlant en espagnole qu’elle n’était qu’une petite salope, un monstre et qu’il valait mieux qu’elle arrête son petit tour de passe-passe sans quoi elle finirait comme une passoire. Des avertissements chaotiques ou la peur perçait plus que la colère en vérité. Elle leur avait foutu les boules, un bon point pour eux. Il remarqua également que Santos était le seul mutant de cette bande, les autres n’avaient que leur pétoire pour faire peur. Avec un peu de cerveau et une capacité telle que la sienne, normal qu’il ait rapidement gravit les échelons de la rue.

    Quoi qu’il en soit, la situation était plutôt tendue. Aucun d’eux n’osaient encore tirer et Santos était trop occuper à tenter de se prémunir des flammes pour leur dicter la moindre directive. Adam profita de la cohue pour se reculer lentement vers l’homme ligoté à quelques mètres de là. Celui-ci avait le teint pâle et le corps couvert d’un voile de sueur glacé du à la douleur. Un peu somnolant, il redressa vivement la tête lorsqu’il sentit les mains d’Adam tirer sur les cordes qui le retenaient prisonnier.

    Combien de temps pourrait tenir Kensie à ce rythme là ? Tout dépendait de son taux de stress et de sa concentration. Si seulement Aaron avait pu prendre un peu le relais…
    En attendant, ce type serait peut-être assez reconnaissant pour leur apporter un peu d’aide et venir grossir leur rang. Du moins c’est ce à quoi songeait Adam lorsque la voix de Santos s’éleva par-dessus le vacarme des flammes et des cris.

    « Jorge ! Si tu descends ces enfoirés, je passe l’éponge sur toute la thune que tu me dois ! »

    Maintenant libre, le Jorge en question lança un regard à Adam. Lorsqu’ils étaient entrés, il lui avait trouvé une mine un peu mauvaise. En même temps, vu les fréquentations, ça n’était pas si étonnant que ça. Ca n’était pas parce qu’il était ligoté qu’il était plus honnête que les autres…
    Son regard rendu vitreux par la douleur éprouvée un peu plus tôt voyagea d’Adam jusqu’au corps inerte allongés dans son sang à deux ou trois mètres d’eux. Adam ne l’avait pas remarqué tout de suite, mais il y avait un 9 mm dans la main du mort…
    S’il était plus rapide que l’autre, s’emparer de l’arme pourrait renverser la vapeur. Alors il se rua en avant, en même temps que cet ingrat de Jorge.



Voyons si les dés m'aiment mieux ici que là-bas XD j'avais envie de me torturer oui oui.

Oui : Adam et Jorge se disputent l'arme, et Adam l'emporte. Jorge ne lutte pas plus et décide de laisser Santos se démerder en se faisant la belle. Adam hérite d'une arme et met en joue les hommes de Santos pour faire pencher la balance.
Non : Jorge arrive à arracher l'arme des mains d'Adam, sauf qu'au lieu de tirer sur Adam, Aaron et Kensie, il descend l'un des hommes de Santos. Une fusillade s'en suit et les balles sifflent en tous sens, tous aux abris !
Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Dim 11 Sep - 18:12

Le membre 'Adam Spine' a effectué l'action suivante : Impair = Coup réussi

'Tayaut!' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mar 13 Sep - 23:57

[HRP : Puisque le dé installé ne réactualise pas les vieux lancers, j'ai considéré la réponse au dé d'Adam comme oui]
    Kensie avait assuré et elle avait eu un bon réflexe. Sauf que les hommes de Santos semblaient plutôt réactifs et ils n'avaient visiblement pas peur des mutants... Ou alors ils avaient bien plus peur de Santos que de nous. Du coup, c'était un bordel phénoménal qui s'était bien vite engagé : Santos coincé par les flammes, Kensie menacé par des flingues et Adam avec un autre flingue menaçant les hispaniques. Great. C'était la fête et pour couronner le tout, Santos réussit à reprendre le dessus.
    Je sentais bien le regard d'Adm posé sur moi et surtout, je savais qu'il avait raison... Je devais me secouer les plumes, me bouger pour nous éviter de crever là, le visage liquéfié par l'acide que pouvait créer ce mec. Mais est-ce que j'en étais capable ? Je n'y croyais pas. J'avais peur de provoquer un cataclysme en voulant simplement ouvrir une brèche sous les godasses de ces mecs. Et il y avait encore autre chose : pour créer le cataclysme, il fallait être capable de se relier à la terre et ça, ça me faisait clairement défaut depuis le mois de mai... Pourtant, il était peut-être temps d'affronter cette peur si je ne voulais pas que la première mission de Kensie soit la dernière. Et puis je ne pouvais pas abandonner Shannon, il y avait Eleanor à qui j'avais promis de l'aide, il y avait Holly que je venais de retrouver, ... Je ne pouvais pas les laisser et être à ce point égoïste.

    « Apparemment, une démonstration est nécessaire pour que vous compreniez qu'on ne joue pas avec le feu impunément. » cracha le chef de la bande avant de commencer à frotter ses mains l'une contre l'autre. Bien joué pour la métaphore mon garçon. M'attarder sur ce genre de détail n'était pas d'une grande aide. Bien au contraire. Alors qu'il était tout de même encore aux prises avec les flammes mais qu'il gérer cette condition, il fit signe à l'un de ses copains de me chopper sans que je puisse faire quoi que ce soit. Je ne l'avais pas vu venir et c'était la fête.
    Le type me tira jusqu'à son boss et je sentis la peur me prendre aux tripes. Je n'avais pas eu cette peur en moi depuis longtemps : la peur d'y rester. Avant que Shannon ne débarque, je n'avais plus vécu mais survécu; Je n'avais plus eu peur de mourir d'un coup, comme ça, pour une connerie. Mais là, je ne voulais pas crever, pas là, pas comme ça. Kensie avait été obligée d'alors stopper ses flammes sous la pression mais elle ne se contrôlait pas réellement... Santos, lui, maitrisait parfaitement sa capacité et il réussit à se défaire de sa prison de feu pour sauter vers moi. J'eus le temps de faire un mouvement de façon à placer mon tortionnaire dans la ligne de mire de l'assaillant et nous fûmes deux à être brûlés par l'acide. Mon épaule reçut des giclée d'acide qui transpercèrent mes vêtements alors que le type qui me retenait lui, avait tout pris dans le visage. Dommage pour lui. il me relâcha mais un autre gorille se jeta sur moi et me déséquilibra : je la mordais, finalement, cette poussière.

    « Adam, Kensie, vos appuis ! » Criai-je en espérant qu'ils comprennent...
    Alors que j'étais encore à terre et que le type responsable de ça revenait à la charge, je réussis à rouler jusqu'à une caisse pour être deux trois secondes hors d'atteinte, de quoi commencer à me concentrer pour tenter quelque chose... Je commençai par défaire les verrous que j'avais installés après la mort d'Aby, ces verrous qui bloquaient ma capacité... Je pouvais les sentir sauter un à un tandis que mon esprit commençait à s'insinuer dans les rainures de la terre... Je compris à quel point ça m'avait manqué. Je n'étais pas capable de refaire ce que j'avais fait au gymnase mais je me laissais submerger par cette sensation de puissance... Je sentais cette ivresse que j'avais ressentie ce soir là se frayer un chemin jusqu'à moi et je pris à nouveau peur. Je n'avais certes pas le choix mais j'allais sûrement en payer le prix... Qu'il soit physique ou moral.
    Derrière ma boite, je ne voyais pas le reste du hangar mais j'entendis des coups de feu. Mon sang ne fit qu'un tour et le dernier verrou sauta. Je me relevai d'un coup pour me retrouver face au gorille. Je me baissai pour esquiver un coup et changea de place tout en me concentrant sur la matière à ses pieds... Le sol était fait d'un revêtement en béton : du sable que je pouvais modeler.


Coup réussi : Le sol sous les pieds du vilain se déforme et il trébuche.
Coup manqué : Le sol ne fait que se fissurer et le gredin saute à nouveau sur Aaron.

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Mar 13 Sep - 23:57

Le membre 'Aaron O'Hara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Kensie F. Lockwood

Sexy Naughty Bitchy Me

avatar

Messages : 3408

All about you
Your secret life:
Disponibilité: Réservations ouvertes

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Jeu 13 Oct - 19:16

    J'avais beau contrôlé ma respiration, tenté de rester maître de moi-même, voir Santos traverser les flammes, m'avait refroidie. Certes elles avaient baissé en intensité. Certes elles étaient sur le point de s'éteindre, mais il avait tout de même traverser un mur de flamme et mon sang ne fit qu'un tour. Je devais éteindre le feu, ou bien Aaron finirait à la brochette et je n'étais pas prête à prendre ce risque. La vue de l'acide qui le frappa à l'épaule m'effraya. Je n'étais pas prête pour ce genre de situations. Il était intelligent et savait faire face, mais moi je n'avais pas encore la rapidité d'esprit nécessaire aux prises d'initiatives innovantes. Aaron s'était sauvé tout seul. Avant d'être plaqué au sol.

    Je ne savais pas s'il comptait réellement utilisé son pouvoir, s'il y arriverait surtout, mais honte à moi si je ne suivais pas ses directives. Trop occupée à suivre ses ordres, à être paralysée par la peur, je n'avais pas vue Santos se diriger vers moi. Ce n'est que lorsque je vis sa silhouette me bloquer la vue que je compris que j'étais dans la mouise. Je déglutis lentement et bruyamment, tandis qu'il m'affichait son sourire supposé colgate. Si de loin, face de serpent est moche, croyez-moi de près ça ne vaut pas le coup. De manière subtile, je tentais un pas en arrière, dans l'espoir de mettre un peu plus d'espace entre nous. Cela ne le fit que sourire encore plus et il avança d'un pas.

    La peur au ventre, le cerveau incapable de fonctionné normalement, je regardais Santos se frotter les mains. Désespérée, j'allumais mon briquet et à peine la flamme sortie, qu'elle se changeait en geyser que je poussais dans sa direction. A choisir entre lui et moi, je préférais que ce soit lui, qui soit brûlé. Alors qu'il poussait un cri de douleur, je m'éloignais de lui et regardait autour de moi. Si je pouvais réunir Aaron et Adam vers la sortie, je serai sûrement capable de mettre le feu à l'entrepôt. Et créer une véritable barrière entre la sortie et nous pour qu'on puisse s'échapper.

    Adam, avait réussi à se trouver une arme. Les hommes de Santos s'étaient alors partagé la tâche. La moitié en joue sur lui, l'autre sur moi. Et un coup de feu retentit. D'où, je ne sais pas, je sais juste que je me suis précipitée au sol lors de la détonation. Les yeux fermés, je revivais silencieusement et avec horreur, le jour de la mort de mon frère. Je détestais les coups de feu. Je détestais les armes. Derrière mes paupières fermées, je revoyais le corps de Bryton toucher le sol et mes oreilles entendaient à nouveau mon cri. Comme si j'y étais.

    Je ne sais pas combien de temps je suis restée dans ma torpeur, je sais simplement que je n'en suis sortie qu'à cause de Santos. Ma main me faisait un mal de chien. Mon briquet venait de fondre et je ne voyais plus rien à cause de mes larmes qui me brouillaient la vue. Qui avait été tiré ? Quelqu'un avait-il été touché ? Je laissais le soin de savoir ceci à Adam. Je n'avais pas la force de regarder. Aaron avait-il réussi ? Je ne savais pas non plus. La propreté et la stabilité des hommes adverses me disaient que non. Et c'est lorsque je vis à nouveau face de serpent s'avancer vers moi que je réalisais que j'étais tombée au sol. La douleur de ma main s'était étendue jusqu'à mon épaule. De ma main gauche, je tentais désespérément de sortir un briquet de secours de ma poche, mais j'étais droitière et donc peu habile de la main gauche. Tant pis, je devais serrer les dents et m'aider du bras droit. Mains tremblantes de peur et de douleur, j'enfonçais les doigts dans la poche de mon jean et en sortait un briquet tout neuf. I heart New-York, que j'avais acheté le jour de mon départ de Manhattan. Peut-être allait-il me sauver la vie.

    Toujours au sol et Santos à présent à quelques mètres de moi, j'allumais mon briquet et même si la flamme ne sortit pas, la simple étincelle fut suffisante pour provoquer une autre boule de feu. Je n'avais plus aucune chance de me contrôler, pas avec la douleur qui me vrillait le bras, mais je ne pouvais pas le laisser m'avoir. Je lui jetais les flammes au visage, au moment même, où lui m'envoyait son acide. Je me relevais d'un bond, merci à mes réflexes de danseuse et évita de justesse les restes d'acide. C'était sans compter sur Santos qui, à peine relevée, me plaqua au sol, le visage à présent recouvert de cloques. Comment avait-il réussi à éteindre les flammes ? Je ne savais pas. J'étais trop occupée à tenter de respirer, tandis que les mains de Santos se resserraient autour de mon cou.

    « Aaron... » fut mon cri désespéré.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron O'Hara

Superman au rabais

avatar

Messages : 11417

All about you
Your secret life:
Disponibilité: indisponible

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Jeu 17 Nov - 23:20

    J'entendis l'appel désespéré de Kensie mais mon copain le mafieux en avait déjà profité pour revenir à la charge. J'étais paniqué non pas pour moi mais pour Kensie que je n'entendais désormais plus du tout. J'entendis un coup de feu partir, puis encore un autre... Et je vis le colosse face à moi s'écrouler au sol, un autre colosse apparut alors derrière lui, le visage marqué par la stupeur : il avait du tenter de me viser moi au lieu de son grand copain. Dommage pour lui, dans une accès de rage, j'en profitai pour retenter le coup avec ma capacité. Je fis se mouvoir les minéraux du béton qui recouvraient le sol, le rendant visqueux : l'hispanique écarquilla les yeux et regarda ses pieds. Adam apparut alors et lui asséna un coup sur la nuque avec l'arme qu'il avait réussi à attraper. Nous nous précipitâmes vers Kensie et nous vîmes l'horreur de la situation... Kensie avait le visage qui virait au violet, les jambes agitées de spasmes désespérés et Santos, le visage couvert de cloques, serrait avec force le coup frêle de la jolie blonde. Je vis un de ses briquets au sol...

    A peine avais-je allumé le briquet que j'hurlai « Kensie ! Lâche-toi ! N'aie pas peur ! » Et c'est ce qu'elle fit. La flamme du brique vola vers l'une des mains de Kensie : elle la dirigea vers le visage de son assaillant qui du relâcher son emprise... Seulement, Kensie ne s'arrêta pas là... Elle était encore sous le choc de l'étranglement et c'était sûrement du au stress, mais sa boule de feu prit de l'ampleur et embrasa une partie du hangar à une vitesse fulgurante. Elle ne bougeait plus, tétanisée par ce qu'il se passait autour d'elle. Adam réagit plus vite que moi et alla l'attrapa pour la portée hors de cette prison de flamme qu'elle ravivait sans cesse. Moi, je revoyais là ma perte de contrôle à UCLA. Je savais ce que c'était de ne plus savoir quoi faire, de ne plus savoir comment faire surtout et de ne même pas réussir à se calmer. Je sortis des lieux à la suite d'Adam et Kensie.

    Kensie dans les bras, Adam courrait tant bien que mal vers la voiture, moi sur ses talons pour fermer la marche. Les types n'essayèrent même pas de nous poursuivre : ils devaient d'abord sauver leur peau. Adam jeta Ken dans la voiture, il prit le volant, démarra et attendit que je monte avant de filer. Je pris place à l'arrière, avec Kensie. Elle tremblait. Je la pris dans mes bras et la serrai suffisamment fort pour exercer une pression sur son système nerveux : ça apaisait toujours les crises... Nous restâmes ainsi jusqu'à notre arrivée à Genome, sans dire un mot... Cette soirée avait été un vrai fiasco et je m'en voulais d'avoir fait vivre ça à Kensie...

_______________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
The judgment

I run
your world

avatar

Messages : 1945

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [nb RP/nb max]

MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   Jeu 17 Nov - 23:41







« Ce devait être une mission banale, une petite promenade de santé même pour Aaron et Adam qui avaient l'habitude d'aller voir des "copains mutants" pour récupérer des informations précieuses. Cette fois, Aaron a voulu prendre Kensie avec eux pour sa première sortie officielle au sein de Genome. Ça aurait du être un jeu d'enfant : trouver Ed le marin, récupérer les infos, boire un pot avec lui et repartir. Seulement, Ed a entendu le danger se profiler à l'horizon, il s'est tiré illico mais nos trois comparses n'ont pas été mis au courant. Du grabuge dans un hangar les a attirés et ils se sont faits prendre par un gang hispanique très dangereux, la "Mano Negra" dirigée par un mutant fabricant d'acide plutôt "artisanal". Les choses tournent mal, des coups de feu sont tirés, Kensie est prise pour cible par le chef... Quelques flammes plus tard, Kensie est tétanisée et les trois jeunes de Genome réussissent à se tirer de justesse... La jolie blonde est marquée pour un bout de temps par l'horreur de cette nuit...

Quant au gang, beaucoup ont survécu... Affaire à suire....»






Revenir en haut Aller en bas
http://evolution.forum-pro.fr
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

♦ In#2 ♦ Mano Negra, quesako ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: PORT-