..../...................../.....................................................................



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Through the looking glass [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tim C.

Invité

avatar


MessageSujet: Through the looking glass [Terminé]   Lun 18 Avr - 0:00

Suite de ici
[...]
Passant une main dans sa tignasse brune, il se détourna enfin de l’entrée et parcouru le couloir en sens inverse afin de s’approcher de la porte du bureau. Maintenant, c’était son tour d’y entrer et de ‘s’assoir sur le divan’. Pas d’histoire sordide de flaque de sang avec lui, il était tout sauf suicidaire. Les sujets qu’il abordait avec Ross n’en n’étaient pas plus faciles pour autant. Du moins selon son expérience personnelle. En sortant de là, Tim était toujours pratiquement sur les genoux. Et une fois par mois, il dormait comme un bébé et faisait ses huit heures d’une traite, chose qui était rare pour lui qui possédait un sommeil morcelé, et fonctionnait par sieste sans vraiment se soucier qu’il fasse jour ou nuit.
Pourtant leurs entrevues n’avaient rien de fondamentalement compliquées. Les discussions qu’il avait avec le psychologue étaient toujours détendues et sans pression. Mais les sujets abordés restaient complexes et lui pompaient souvent une bonne partie de son énergie tant il devait fournir de concentration pour s’exprimer à propos de tout ça. Et par « tout ça », il voulait dire à peu près la même chose que Wayne quelques secondes avant lui. « Tout ça » mit pour « tous ces problèmes que je ne sais pas gérer tout seul et qui sont la raison de ma présence ici ».
Pour lui, ça tournait évidemment toujours autour de son amnésie, et par extension, de tout ce qui découlait de cet état. En ce moment, c’était surtout d’Eleanor dont il était question. Une question pour la quelle il avait grandement besoin d’un avis extérieur et avisé. Sa petite amie ignorait encore tout de sa situation, et il avait passé ces derniers mois à se demander comment et quand lui expliquer sa condition. Ross avait bien entendu argumenté en faveur de l’honnêteté. Il allait encore falloir qu’il argumente un peu, mais Tim commençait tout de même doucement à se faire à l’idée de lui dire la vérité. Doucement…

Maintenant devant la porte du bureau restée entrouverte, Tim se pencha pour jeter un œil par l’embrasure et frappa deux coups brefs avant d’ouvrir un peu plus le battant pour passer sa tête à l’intérieur de la pièce.

« J’peux venir maintenant ? » lança-t-il en ne laissant pas vraiment le choix au médecin.

L’instant d’après il pénétrait à l’intérieur et refermait derrière lui dans un gros soupir.

« Salut, ça va ? Dites-donc, ils sont intenses vos autres patients, c’est les vacances quand c’est mon tour, non ? » sourit-il avant de se diriger vers la baie vitrée pour jeter un coup d’œil au jardin bien entretenu de son hôte comme il aimait à le faire chaque mois « Je devrais venir avec mes chiens la prochaine fois, tiens. Pour une séance de groupe dans le jardin » gloussa le jeune homme avant de s’éventer distraitement pour briser la chaleur qui collait à sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Ven 29 Avr - 16:54

Ross épluchait le dossier de son prochain patient : Timothy Cogan. Le psychologue le faisait avant chaque séance, pour chacun de ses patients. Il avait pris cette habitude afin de se remémorer les grandes lignes de l’histoire de vie du consultant. Cela évitait de poser des questions déjà élucidées et permettait de revenir sur des points suscitant des interrogations. Ainsi, il était plus à même de mener des investigations en tenant compte de l’état d’esprit de la personne le jour de la consultation. Il devait faire en sorte d’être le capitaine du bateau pour éviter que le moussaillon ne s’encombre de détails dans sa mission. Il était le guide conscient du voyage dans l’inconscient d’un être humain souhaitant poursuivre son chemin avec les atouts nécessaires pour ne pas rester sur le bas-côté.

Sans tenir compte des déments, il existait tellement de gens différents. La vie n’était pas juste. Certains naissaient armés et n’avaient besoin de personne pendant que d’autres se débattaient pour garder la tête hors de l’eau. Les plus forts regagnaient la rive et continuaient sans se retourner, les autres avaient seulement besoin d’un petit coup de pouce. Celui-ci ne devait pas être donné n’importe comment, mais le principal était de trouver la personne qui les soutiendrait dans l’épreuve : un ami, un amour, un parent ou un psychologue ; même un animal de compagnie pouvait être salutaire pour les plus solitaires. Les plus fiers ou les plus intelligents préféraient s’adresser directement à un professionnel, ne voulant pas montrer leurs faiblesses ou ne préférant pas impliquer un proche. Tous portaient une once de désespoir qu’ils ne savaient pas apprivoiser.

La voix de Timothy sortit Ross de ses tergiversations mentales. Il regarda la pendulette qui lui confirma que l’heure du rendez-vous était légèrement passée de quelques minutes.

- Bonjour Timothy. Ca va, merci. Répondit-il comme le voulait la politesse dans un léger sourire.

Que ça aille bien ou mal, le professionnel n’avait pas à s’étendre sur son état de santé et encore moins psychologique. Ce n’était ni le lieu, ni le moment, ni la bonne personne. Quoi que, par l’intermédiaire de ses patients, il lui était arrivé plus d’une fois de trouver une solution à ses problèmes ; certes ceux-ci n’étaient pas grave mais méritaient tout de même d’être résolus, ne serait-ce que pour continuer plus sereinement.

- Qu’entendez-vous par intense ? Demanda-t-il plus par curiosité que par professionnalisme.

Son léger sourire se transforma en sourire amusé. Comme le disait le jeune homme, avec lui c’était les vacances car il possédait cette espèce d’aura qui laissait passer des ondes positives. Tout ce dont avait besoin l’écossais actuellement. Il y avait des séances difficiles dont Ross sortait exténué et d’autres bien plus agréables, comme avec le jeune amnésique ici présent.

- Ravi de voir que vous n’avez pas oublié notre rendez-vous. Vous avez l’air en pleine forme ! Constata-t-il en se levant de son bureau.

- Puisque le jardin semble vous plaire, nous pourrions faire cette séance sous la véranda. Qu’en dites-vous ? Et pour vos chiens, je n’y vois pas d’inconvénient du moment que vous vous chargez de ramasser ce qu’ils pourraient laisser. Vous plaisantez sur la séance de groupe mais vous savez qu’il existe des psychologues pour animaux, si on peut les appeler comme ça. C’est plus de l’analyse comportementale mais ce n’est pas négligeable pour autant, ils obtiennent souvent des résultats positifs quand les maîtres ne sont pas trop obtus.

Habituellement, Ross ne proposait jamais à un de ses patients d'investir son espace privé, mais là il faisait très chaud et il savait que personne ne se trouvait dans la maison. Les deux jeunes qui vivaient avec lui étaient partis pour la journée et son serviteur était en congé.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Mar 3 Mai - 16:26

    Ce qu’il entendait pas intense ? Beh si le psychologue posait cette question c’est qu’il n’avait jamais rencontré la petite-amie de son patient. La petite rouquine était aussi dense que de l’antimatière ou que l’œil d’un trou noir ! Il avait bien failli tomber dedans d’ailleurs, sauf que maintenant qu’elle n’était plus là et qu’il se retrouvait seul à seul avec Ross, l’ombre qu’elle avait porté sur son humeur s’était déjà dissipé comme quelques gouttelettes d’eau au soleil.

    « En fait c’est surtout Bobby qui est intense. La petite amie de… » comment déjà ? « Wayne ! Wayne ça me fait penser à un nom de Cow boy, et il a l’air super cool. Mais sa copine… enfin c’est pas qu’elle est pas cool elle avait juste l’air… ‘fin vous savez… ‘intense’ » expliqua le jeune homme avec un regard très appuyé vers son médecin « Genre Leonidas dans 300 mais en version ‘de poche’ »

    Elle était toute petite mais elle avait tout de même réussi à lui faire un peu peur. Sa frustration avait rempli tout le hall comme un airbag après un accident. Elle s’était même tirée en pleurant, mais ça, Tim ne le précisa pas, parce qu’il se sentait un peu coupable et qu’il n’avait pas envie de commencer sa séance en décortiquant un feeling aussi négatif que celui-là.

    De toute manière, l’écossais avait embrayé sur autre chose et Tim délaissa son étrange rencontre avec le petit couple intense pour se consacrer au présent, bien plus intéressant.
    Déjà, il était bien content que Ross mentionne le fait qu’il n’air pas oublié le rendez-vous. C’est qu’il s’était du mal et qu’il évitait de compter sur Eleanor pour le lui rappeler vu qu’il n’avait pas envie qu’elle se transforme en Bobby et se mette à s’en mêler plus que de raison. Du coup il avait du user d’ingéniosité pour se rappeler de ses rendez-vous, et jusque là ses efforts était payant, il n’avait jamais raté un rendez-vous, et n’avait été en retard que deux fois. Son neurologue n’avait généralement pas droit à autant d’égard de sa part et il accumulait les lapins depuis février environs…

    Mais bref, tout ça pour dire que la véranda c’était un plan super. Timothy avait d’ailleurs acquiescé vivement à la proposition, enfonçant les mains dans ses grandes poches, près à suivre le plus vieux.
    Se faisant, il écoutait avec une attention toute particulière ce que Ross lui racontait à propos des chiens. Il y avait rarement de sujet qui l’intéressait autant que celui-là, et ça n’était pas peu dire parce que Tim s’intéressait généralement à tout et n’importe quoi.

    « C’est trop classe comme job ‘psy pour chien’. J’pourrais le faire moi, c’pas compliqué » … mais c’était tout de même du travail… du coup c’était moins classe en fait « J’suis sûr qu’Eleanor serait contente si j’me mettais à bosser en tout cas » mais le travail n’étant définitivement pas son sujet préféré, du coq à l’âne : « Rah j’aimerai bien vivre dans une maison avec une super grande véranda ! Comme ça j’pourrai faire pousser tout un tas de… » marijuana ? « … hey ! J’vous ais pas dis ! J’ai arrêté de fumer ! Ca fait pas longtemps, genre deux semaines. J’ai encore tué personne, ça va. C’est Eleanor qui voulait » expliqua vivement le garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Sam 7 Mai - 23:50

Ross fit un signe de la tête indiquant qu’il comprenait ce que voulait dire Timothy en parlant de Bobby. Quelque part, ça le rassurait de constater qu’il n’était pas le seul à penser que cette jeune fille était envahissante. Il n’appréciait guère qu’elle accompagne son petit ami jusque dans son cabinet. Non seulement elle collait toujours autant Wayne mais de plus elle rencontrait ses patients dont la plupart ne souhaitaient pas que tout le monde sache qu’ils suivaient une psychothérapie. Il n’y avait plus qu’à souhaiter que Bobby saurait tenir sa langue concernant la présence de Timothy dans la salle d’attente. Pour en revenir au jeune homme présent, un détail n’échappa pas à l’écossais. Ross regardait rarement la télévision et les salles de cinéma n’étaient pas un de ses loisirs préférés. Il aimait mieux les activités de plein air. Ceci pour dire que l’écossais ignorait qui était Léonidas. Ce nom lui faisait seulement penser aux chocolats qu’il aimait déguster de temps à autres.

- Vous avez la télévision maintenant ? Demanda-t-il légèrement surpris.

D’après ce qu’il savait, le jeune homme vivait un peu en marge de la société. Jusqu’à présent, il ne s’était pas laissé aspirer par la sphère infernale que constituait la société de consommation. C’était assez rare de nos jours et ce point n’avait pas manqué d’être souligné lors des précédentes consultations.
Les deux hommes s’installèrent sous la véranda qui faisait face au terrain de tennis. La chaleur avait eu raison du petit climatiseur d’appoint. Les baies vitrées étaient grandes ouvertes pour laisser passer l’air. C’était illusoire car il n’y avait pas un brin de vent pour rafraîchir l’atmosphère. Cela ne dérangeait pas Ross qui aimait la chaleur et apparemment Timothy s’en accommodait. En tout cas, cela ne l’empêchait pas de passer d’un sujet à l’autre comme il en avait l’habitude. Pendant que le jeune homme parlait, l’écossais servit deux grands verres d’eau et posa le thermos contenant le breuvage frais sur la table pour la suite ; la déshydratation n’aurait pas raison des deux hommes aujourd’hui.

- Vous vivez dans une maison. Rien ne vous empêche de faire construire une véranda. Constata-t-il simplement avant d’enchainer avec plus d’engouement.
- En tout cas, bravo Timothy ! C’est très bien d’avoir pris la décision d’arrêter de fumer. Il ne vous reste plus qu’à vous y tenir.

Le jeune homme avait précisé que c’était sous l’impulsion d’Eleanor. En général, l’arrêt de la cigarette devait venir du fumeur pour avoir plus de chances de réussir. Il fallait une bonne dose de volonté pour ne pas céder à la tentation. Ce n’était pas tant l’accoutumance physique qui était la plus dure à vaincre mais la dépendance psychologique ; tous les petits gestes et rituels qui faisaient qu’un fumeur avait beaucoup de mal à s’arrêter. Les habitudes étaient ce qu’il y avait de plus difficile à combattre. Il fallait plusieurs mois voire plusieurs années pour finir par les oublier. C’était pour cette raison qu’il y avait beaucoup d’échecs. Depuis l’incendie du gymnase, Ross en était incapable. Lui qui était un petit fumeur avait augmenté sa consommation sans vraiment le vouloir, par habitude justement. Il s’en serait bien grillé une d’ailleurs mais par respect pour son patient, il n’en fit rien. Il but une grande gorgée d’eau fraîche et revint sur le premier thème.

- Pour ce qui est d’être psychologue pour animaux, je suis certain que vous réussiriez. Votre capacité vous permettrait, sans aucun doute, d’exceller dans le domaine.

C’était la première fois que Ross abordait ce sujet avec Timothy. Jusqu’à présent, le jeune homme n’en avait jamais parlée ; c’était à croire qu’il n’était même pas au courant. Ross, lui, l’avait lu dans son dossier médical et attendait le bon moment pour soulever ce point. Le jeune homme n’était peut-être pas au courant de cette particularité. Ross s’était dit, lors de la dernière séance, qu’il lui en parlerait. Tim était en droit de savoir et ça lui permettrait peut-être de résoudre quelques points restés obscures jusqu’à présent. Il ne devait pas ignorer qu’il communiquait très facilement avec ses chiens. C’était sans doute pour cela qu’il y était très attaché. Déjà, sans ce don, un être humain s’attachait à son animal de compagnie, mais avec une capacité telle que celle du jeune homme, cela devait renforcer encore plus les liens affectifs entre le maître et ses chiens.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Dim 8 Mai - 20:02

    Ses yeux n’avaient de cesse de balayer le décor. Une chose était certaine, son psychologue avait une baraque de bourge ! Timothy s’en doutait déjà un peu jusque là, même s’il n’avait jamais vu que le hall, le bureau et un bout du jardin. Maintenant qu’il avait droit au grand tour, c’était une évidence.
    Tim n’avait pas d’apriori sur ce genre de maison, il était juste fasciné par le décor. Un décor reflétait toujours un peu la personnalité de celui qui y vivait, et il se demandait quel genre d’information il pouvait bien en retirer sur son psychologue. Cela dit, il n’eu pas vraiment le temps d’approfondir sa réflexion dont il fut tiré par une question.

    « Ouais j’ai acheté une grande télé à écran plat y’a deux ou trois semaines » confirma le jeune homme dans un soupir un peu dissipé « Eleanor me parlait toujours de trucs que je connaissais pas… genre la guerre en Irak ou… ouais, enfin d’autres trucs qui se passent dans le monde, vous voyez le genre. En plus elle veut reprendre des études en … en biologie. Au début j’étais pas trop sûr de ce que c’était mais maintenant avec la télé j’suis moins à côté de la plaque » sourit-il avec légèreté « C’est du lourd ce qu’elle veut étudier en tout cas. J’ai regardé des émissions là-dessus depuis et c’est compliqué. Elle veut allez là où vous donnez cours, vous savez, là où ça à brûlé »

    Les initiales exactes lui échappaient, tout comme le sujet d’ailleurs, tandis qu’un long sifflement admiratif s’élevait de sa bouche tandis qu’il jetait un œil plus attentif au terrain d’il-ne-savait-trop-quelle-sport-avec-une-raquette qu’il apercevait à travers la véranda.

    Il fut ramené vers son interlocuteur par quelques félicitations. S’y tenir… effectivement il ne lui restait plus que ça à faire et ça ne l’enchantait guère. D’ailleurs il ne répliqua rien de spécial, mise à part un « ouais » un peu vague accompagné d’un sourire tout aussi vague. De toute manière, plus il parlait d’arrêter de fumer plus il mourrait d’envie de reprendre.
    Pour s’empêcher de craquer, il faisait comme d’habitude avec les sujets contrariants : il les rangeait dans un coin sombre de son cerveau et arrêtait d’y penser.

    De toute manière la dernière remarque de son interlocuteur le laissa trop pensif pour qu’il songe au tabac et à la fumette. Timothy n’était pas trop sûr d’avoir pigé ce que venait de lui dire Ross et se dit qu’il s’agissait certainement d’une formulation de phrase un peu bizarre d’écossais. Nallaan était irlandais et faisait ce genre de chose sans arrêt, du coup, c’était tout à fait possible.
    Ca n’empêchait pas qu’il doutait sincèrement d’avoir les capacités pour exercer un tel métier. Qui avait les moyens de se payer un psychologue pour animaux ? Et de toute manière, les problèmes psychologiques des animaux de compagnies étaient souvent liés à une mauvaise éducation de la part des maîtres. Ca restait donc du domaine de Ross et de la psychologie humaine au final.

    « Merci » répliqua-t-il tout de même, sur un ton hésitant, entre l’affirmation et l’interrogation « Moi j’voudrai ouvrir un refuge pour les animaux abandonnés un jour. Si j’pouvais je le ferais bien dès maintenant, mais chez moi c’est trop petit » conclut le jeune homme en haussant négligemment une épaule.

    Il avala une gorgée d’eau et se tortilla sur sa chaise pour apercevoir un peu plus de l’extérieur.

    « Hey, vous avez une piscine aussi ? » questionna Timothy, juste à titre d’information.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Lun 16 Mai - 15:01

- C’est bien de vouloir se tenir informé de ce qu'il se passe dans le monde, mais c’est encore mieux de s’occuper de ceux qui nous entourent.

Ross regardait de moins en moins les informations. Il était toujours question de famine, de guerre, de politique, de faits divers catastrophiques. Rares étaient les journalistes qui parlaient de sujets agréables, de personnes qui œuvraient pour bien être des humains ou des animaux. Pourtant ces hommes et ces femmes dévoués méritaient la une, bien plus que des tueurs ou autres dictateurs qui polluaient la planète chaque jour un peu plus. En tout cas, pour Timothy, c’était un pas en avant vers la socialisation. Ce jeune homme vivait un peu trop dans son monde, il était nécessaire qu’il sache un peu ce qu’il se passait ailleurs. Cela ne l’empêchait pas, bien heureusement, de ne pas perdre de vue sa petite amie. Il en parlait souvent et semblait être très attaché à cette jeune fille. Eleanor semblait avoir une bonne influence sur lui. Il n’y avait rien de plus efficace que l’amour pour soigner les maux. Certes, ce sentiment ne réglait pas tout, surtout dans le cas du jeune homme, mais il apportait un certain équilibre.

- Ah ! Eleanor reprend ses études. C’est bien ça ! C’est vrai que la biologie n’est pas une matière facile, mais c’est comme tout, quand on s’intéresse à quelque chose, ça passe plus facilement. L’Ucla est une très bonne université. Approuva-t-il avec un signe de tête.
- Normal, j’y enseigne. Ajouta-t-il en plaisantant.

Ross avait soulevé la question de la capacité de Timothy, mais visiblement, il n’en fit pas cas. Le jeune homme prit ce que dit le psychologue simplement pour un compliment. Décidément, il était toujours dans son monde. Son pouvoir ne lui posait pas de problème, mieux il lui facilitait la vie avec les animaux. C’était à se demander s’il en était conscient. Ross trouvait étonnant qu’il ne se soit encore jamais demandé pourquoi il était si proche de ses chiens. En tout état de cause, il était poussé par l’envie de s’occuper d’animaux. Ross avait lancé l’idée de devenir psychologue pour animaux mais il ne voyait pas vraiment Tim occuper cette fonction. Il fallait bien avouer que ce métier, un peu particulier, n’était qu’un simple dérivé de la psychanalyse classique ; le professionnel devait avant tout cerner le maître pour analyser l’animal de compagnie.

- Accueillir les animaux abandonnés ! C’est une excellente idée. Franchement, je vous vois mieux comme soigneur et famille d’accueil que comme psy. Mais pourquoi n’achetez vous pas un terrain pour y faire un refuge ? Dans la banlieue de Los Angeles, il y en a de pas trop cher. De plus, en faisant les demandes d’autorisations, vous pouvez obtenir des aides. Si vous voulez, je vous donnerais un coup de main pour la paperasse.

Il ne fallait jamais laisser une bonne idée s’envoler. Ross était convaincu qu’une activité comme celle-ci ne pourrait être que bénéfique. Non seulement, le jeune homme occuperait ces journées à faire des choses utiles mais le contact avec des animaux ayant subi des traumatismes pouvait être un révélateur. Comme à l’accoutumé, le jeune homme passait d’un sujet à l’autre sans transition. Ross était désormais habitué mais ça le faisait toujours sourire. La suite dans les idées et Tim, ça faisait deux !

- Oui, nous avons une petite piscine un peu plus loin. Répondit-il naturellement en montrant du menton, le fond du jardin.

Ross vivait aisément et il n’avait pas honte de ce qu’il possédait. Il n’avait jamais volé personne. Tout ce qu’il possédait était en partie dû à son travail et à quelques bons placements. Il n’était pas prétentieux pour autant ; d’ailleurs, il avait dit « nous » car il estimait que tout ce qu’il possédait appartenait aussi à son fils. Son fils, Wyatt, où était-il en ce moment ? Que faisait-il ? Ross se perdit quelques secondes dans ses pensées, en sirotant son verre d’eau, le regard au loin. Depuis l’accident du gymnase, les tensions entre le père et le fils étaient palpables. Plus rien n’était comme avant, plus rien se serait jamais comme avant, Ross devait s’en faire une raison mais il n’y arrivait pas. Il secoua la tête et revint à l’instant présent. Il avait un patient dont il devait s’occuper.

- Désolé Tim. Je rêvais. Sinon, dites moi, que s’est-il passé de signifiant pour vous depuis la dernière fois qu’on s’est vu ?

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Jeu 19 Mai - 23:05

    L’idée d’ouvrir un refuge avait toujours tenté Timothy. Lorsqu’on lui parlait d’avenir, ou qu’il y pensait de lui-même - chose rare - c’était toujours de cette manière qu’il se figurait les années à venir. Du moins, vaguement. Il aimait bien l’idée d’être entouré de chiens et de chats dans tous les recoins. Il aimait bien l’idée de recueillir toutes les petites bestioles délaissées et esseulées des environs pour leur offrir un toit et leur donner l’amour qu’ils méritaient et qui leur avait été refusé.
    Mais le problème était toujours le même avec lui. Il s’imaginait tout ça, trouvait l’idée plaisante, mais continuait de la laisser « pour plus tard ». Un plus tard qui ne venait jamais et qui risquait de ne jamais venir du tout s’il ne se décidait pas à concrétiser un rien ses quelques vagues projets d’avenir. C’était le problème de vivre constamment dans le moment présent. Il était tout bonnement incapable d’entreprendre quoi que ce soit sur le long terme.
    Il n’était déjà pas quelqu’un de très linéaire ni de très organisé à la base, on pouvait même dire qu’il était difficile de trouver plus changeant et plus nébuleux que lui. Au fond il en avait bien conscience et c’est pour ça d’ailleurs qu’il était assit sous la véranda d’un psychologue.
    Mais sa nature changeante n’était pas la seule à remettre en cause. Il y avait quelque chose d’un tout petit peu plus vicieux en dessous de tout ça.
    Ouvrir un refuge, c’était entreprendre et prévoir, s’organiser et calculer, gérer, avoir des responsabilités, un horaire, une entrave qui l’empêcherait de faire tout ce qu’il voulait quand il le voulait comme il en avait l’habitude. Et au fond, c’était surtout ça le problème.
    La simple énonciation du mot « paperasse » lui procurait déjà une impression de sérieux et d’obligation qui le rebutait.

    Plongé dans ses propres pensées, Timothy ne remarqua le moment de flottement dans la conversation que lorsque son psychologue reprit la parole afin de s’excuser du silence pensif.
    Le jeune homme s’était contenté de relever ses yeux verts sur Ross et de lui sourire vaguement, chassant bien vite toutes ces considérations lourdes et ennuyeuse dont il se garda bien de faire part au plus âgé.

    Ce qu’il s’était passé de signifiant ? … la réponse était simple…
    « Bah rien Doc, vous savez bien que j’en branle pas une » c’est la réponse qui lui vint à l’esprit.
    Pourtant, et même si c’était la vérité, il ne pouvait décemment pas se résoudre à l’énoncer aussi crument. Il savait que Ross n’était pas du genre à juger, ni à condamner, pourtant il aimait bien ce mec et n’avait pas envie de passer pour une larve devant lui.

    Ou alors peut-être qu’il s’agissait d’une question piège ?
    Le mois dernier (et les mois qui l’avaient précédés aussi d’ailleurs), la discussion avait majoritairement tournée autour d’Eleanor. Eleanor par-ci, Eleanor par-là, ce que disait et faisait Eleanor et surtout, les mensonges qu’il racontait à Eleanor. Le gros morceau du moment était de savoir quand et comment Tim allait lui parler de l’accident et de son amnésie.
    Et comme à chaque fois, le mois dernier, Tim était repartit de chez Ross rempli de bonnes résolutions sur le sujet. Sauf qu’une fois de retour chez lui, dans son petit train-train, dans son confort douillet, l’idée de fournir un tel effort et d’affronter une telle tempête le rebutait tellement qu’il en finissait toujours par reculer l’échéance, encore et encore.
    Du coup… il ne s’était absolument rien passé de signifiant depuis sa dernière visite parce que Tim n’avait pas encore fait ce qu’il était sensé faire…

    « hum… ben en fait… » débuta le jeune homme avant de laisser échapper quelques gloussements nerveux « … j’crois qu’il s’est rien passé »

    Il médita encore quelques instants avant de se rappeler d’un évènement qui valait le coup d’être mentionné et qui, une fois de plus, concernait Eleanor.

    « Oh ! Si ! Ca fait six mois que j’suis avec ma copine maintenant »

    Il continua de sourire en hochant la tête, puis changea de mimique abruptement pour froncer les sourcils d’un air concerné.

    « … mais sinon j’lui ai toujours rien dit si c’est ça que vous voulez savoir » avoua-t-il tout de même, songeant que ça ne servait à rien d’essayer d’éviter le sujet puisqu’il était tout de même là pour ça au départ.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Dim 29 Mai - 20:48

Les hésitations de Timothy laissaient entrevoir quelques mensonges. Il ne s’était rien passé de signifiant depuis leur dernière entrevue, c’était difficile à croire. Ross le laissa s’exprimer sans rien dire, affichant un air neutre. Il espérait ainsi que le jeune homme se dévoilerait un peu plus. Ce patient était sympathique mais il se montrait toujours très réservé. C’était à croire qu’il avait peur de parler, peur de se désavouer. Pourtant il n’avait rien à craindre du psychologue. Il n’était pas là pour le juger mais pour tenter de lui faire comprendre que les affabulations arrangeaient rarement les choses. Certes, elles pouvaient simplifier la vie un moment, mais finissaient toujours par devenir un poids au fil du temps. Ross en savait quelque chose, il avait trop longtemps menti à son fils et maintenant il en payait les conséquences. Tim était encore jeune, il aimerait l’empêcher de faire la même erreur que lui.

- Six mois déjà ! Félicitations Tim. Dit-il sincèrement en souriant avant de reprendre un air plus sérieux.

- Cela veut dire aussi que ça fait six mois que vous lui cachez votre amnésie. Vous devriez lui en parler très vite. Non seulement, cela vous retira un poids mais de plus, cela permettra à Eleanor de comprendre certaines de vos réactions jusqu’alors difficilement explicables. Vous avez tout à y gagner je pense. Vous n’avez pas choisi d’être amnésique, vous n’avez pas à avoir honte de cet état. Expliqua-t-il en espérant, cette fois, le convaincre.

Si seulement il avait mis ses beaux conseils en application, l’écossais aurait évité de faire souffrir inutilement son fils. Il s’en voulait énormément de lui avoir dissimulé la vérité pendant de longues années. Cela dit, la situation n’était pas identique à celle de Timothy. Ross avait fait une promesse, cela avait été un choix délibéré. Il avait voulu s’y tenir jusqu’à ce que les mensonges surgissent comme un geyser trop longtemps dissimulé sous une plaque de béton. Mis devant ses responsabilités, il avait été dans l’obligation de fournir tout un tas d’explications, de se justifier, de culpabiliser, de foutre en l’air les liens tissés entre Wyatt et lui, pour finalement comprendre qu’il avait tout faux sur toute la ligne. Jamais il n’aurait du faire cette promesse stupide !

- Attendez-vous cependant à une réaction négative de la part de votre petite amie. En lui avouant votre amnésie, il est possible qu’elle se sente trahie. Elle risque de penser que vous ne lui faisiez pas confiance, même si c’est faux. Mais, une chose est certaine, plus vous attendrez et plus ce sera difficile de lui expliquer, et plus elle aura du mal à accepter vos cachotteries.

La voix du psychologue s’enraya légèrement. Il ressentait un certain malaise car il avait été incapable de mettre en pratique ses dires et il le payait très cher. Jamais il n’aurait du cacher la vérité à son fils. Au moindre faux pas, il risquait de le perdre à tout jamais. Si Eleanor réagissait comme Wyatt, Timothy risquait de la perdre aussi. Ce serait un vrai gâchis car le jeune homme semblait être très heureux avec cette jeune fille. Ross pensait qu’elle lui apportait un certain équilibre, du moins sur le plan affectif. Ce n’était pas rien car, en général, les personnes souffrant de pertes de mémoire éprouvaient le besoin d’être rassurées le plus souvent possible. Le fait de ne pas avoir de passé était très déstabilisant, aussi était-il indispensable d’avoir un présent bien rempli en prévision d’un bel avenir.

- Et pour votre capacité, vous lui en avez déjà parlé ?

Cette fois, Ross avait posé la question clairement. Au préalable, il n’avait fait que suggérer le sujet mais le jeune homme n’avait visiblement pas saisi la subtilité. Ross devait savoir s’il était conscient d’être un mutant. S’il ne l’était pas, il était de son devoir de l’en informer car cela lui permettrait sans doute de mieux comprendre certains de ces agissements, notamment lorsqu’il était en présence d’animaux.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Mer 1 Juin - 22:37

    Tim avait eu raison. Une question piège.
    C’est vrai que dit comme ça, la situation prenait des allures urgente. Six mois parfois houleux d’accord, mais six mois super quand même. Six mois c’était la moitié d’une année. Calcule facile à faire, même pour lui, d’accord, mais dit comme ça, il en avait le vertige. Car c’était aussi six mois de mensonges, Ross avait raison. Pourtant, même s’il avait raison, Timothy ne put s’empêcher d’éprouver une pointe d’agacement envers le psychologue. Il n’aimait pas qu’on le lui rappel, qu’on lui rappel ses manquements et ses erreurs. Il détestait y penser et les trois quart du temps, il faisait exprès d’oublier cette partie de l’histoire pour que sa conscience arrête de le tirailler. D’un autre côté, lorsqu’il en parlait avec Ross, ses idées sur la question devenaient plus claires, plus organisées, et quelques relents de courage venaient souvent vibrer dans sa poitrine. Chaque fois, il prenait de bonnes résolutions, se persuadait que cette fois-ci, c’était la bonne. Puis il quittait le bureau de Ross et c’était terminé. Il aurait fallut qu’il emmène Ross avec lui jusqu’à son appartement. Ou non mieux ! Qu’il convie Eleanor à l’un de ses rendez-vous avec Ross pour lui expliquer devant son médecin. Comme ça, le psy l’aurait aidé dans ses explications, avec sa tête de mec sérieux et fiable et sa voix rassurante.

    Enfin… sa voix était rassurante mais ce qui sortait de sa bouche l’était moins. Comment ça une réaction négative ? Pourquoi ? Non il n’avait pas envie d’envisager ça pour l’instant. Pas du tout même. Parce qu’il savait qu’avec un caractère comme Eleanor, ça allait sûrement s’avérer vrai et qu’il trouillait déjà à la simple idée de la voir hurler. Ou pire… s’en aller !
    Tim redoutait plus que tous les confrontations négatives et les situations de conflits. Il était trop mauvais à ce petit jeu-là. La simple idée de devoir faire face à sa pire peur, et à la colère d’Eleanor en plus, c’était déjà la surchauffe.

    Si en plus, Ross venait l’embrouiller des questions qu’il n’était même pas certain de piger, il n’allait jamais s’en sortir. Quoi sa capacité ? Qu’est-ce que ça avait a voir avec son amnésie et ses problèmes de couple ?

    Le jeune homme inspira profondément et bloqua inconsciemment sa respiration, comme pour s’aider à réfléchir. Ca ne fonctionnait pas. Sourcils froncés, il vint frotter sa tempe gauche avec contrariété, les yeux braqués sur son verre d’eau pour ne pas avoir à regarder Ross tout droit dans les yeux. Trop mal à l’aise pour ça.

    « Hum… je…quoi ? Non, non je… j’lui ai pas dis grand-chose, j’ai rien dis du tout sur rien »

    Voilà, comme ça il serait fixé une bonne fois pour toute, même pour cette histoire de capacité. Il ne laissa pourtant pas son médecin enchainer et reprit la parole pour continuer sur le sujet qui l’intéressait lui.

    « Mais, j’comprends pas, pourquoi elle risquerait de mal le prendre ? Vous avez dit vous-même que c’était pas ma faute et que j’avais pas choisi alors… »

    Question dans le vent, Ross avait donné la réponse.

    « Enfin oui je comprends l’histoire de… de la confiance et tout l’truc mais… » il afficha un bref sourire nerveux qui disparu aussi tôt « J’vous ais déjà expliqué les dernières fois… le truc avec Eleanor c’est qu’elle s’énerve vite, d’accord ? Elle est pas comme moi, moi je crie jamais et elle… beh … elle crie pour deux. Et… et en fait c’est pas tout à fait six mois ensemble, ça fait six mois qu’on se connait… mais elle m’a déjà… elle est déjà partie deux fois, j’vous avais expliqué. J’sais pas comment c’est pour les autres couples mais… deux fois c’est beaucoup en six mois non ? Alors du coup, vous voyez c’est un petit peu vrai… j’lui fais pas trop confiance. Pour certains trucs seulement ! Pas pour tout ! » précisa-t-il bien clairement « J’pense que si elle sait… elle est du genre à… elle va me traiter comme si j’étais un chiot de deux mois qui tousse, vous voyez ? Elle va se mêler de tous mes trucs, elle va vouloir tout gérer, elle va vouloir que je retourne chez mon neurologue, elle va vouloir que je prenne un traitement parce qu’elle trouve que j’suis hyperactif mais c’est juste parce que j’ai arrêté de fumer ! J’ai pas besoin de traitement quand je fume… ni quand je fume pas d’ailleurs… » il adressa un vague regard au médecin avant de préciser d’une voix plus sourde « … des joints quoi… j’suppose que vous aviez déjà compris. Mais bref, tout ça pour dire que… si je lui dis… et si elle me quitte pas… j’ai un peu peur qu’elle change. J’ai pas envie qu’elle se mette à me traiter comme un demeuré »

    Sous la table, son genou tressautait à toute allure et il dut prendre une longue gorgée d’eau pour rincer sa bouche de tous ces sujets qui n’avaient rien à y faire.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Ven 3 Juin - 21:35

Timothy semblait perturbé par ce que lui avait dit le psychologue. Devant son embarras Ross regretta d’avoir été si direct, mais en même temps il fallait bien avancer. Ce n’était pas en masquant la vérité ou en tournant autour du pot que les choses s’arrangeraient. De plus, il se devait de mettre en garde son patient pour éviter qu’il ne soit trop surpris par les réactions d’Eleanor, et, éventuellement de pouvoir anticiper. Il laissa parler le jeune homme sans l’interrompre. Tout semblait se bousculer dans sa tête mais il arrivait tout de même à analyser la situation.

- Si Eleanor s’énerve vite, il va falloir aborder le sujet en plusieurs étapes. En tout cas, je comprends ce que vous voulez dire pour la fumette, et pour confiance aussi. Nous, les hommes, on n’aime pas trop avoir un chaperon sur le dos. Certes, on aime bien qu’on s’occupe de nous mais on a aussi besoin d’avoir notre petit jardin secret. En tout cas, elle peut émettre son avis mais elle ne peut pas vous obliger à faire des choses que vous ne souhaitez pas faire. C’est à vous de lui expliquer ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas, car si vous ne lui dites rien, elle ne va pas le deviner.

Voyant que le jeune homme se sentait de plus en plus stressé à l’idée de voir sa petite amie changer de comportement vis-à-vis de lui, Ross le leva et posa une main chaleureuse sur son épaule.

- C’est normal d’être un peu angoissé mais ça devrait bien se passer. Dit-il pour tenter de le rassurer.

Sur ce point, le psychologue n’était pas sûr de lui. Il ne connaissait pas Eleanor et il ne savait pas comment Timothy lui présenterait les choses. Il y avait trop de paramètres à prendre en compte pour avancer des certitudes. La vie de couple n’était pas simple. Il fallait se montrer prudent pour ne pas fragiliser une relation amoureuse telle qu’elle se présentait pour Timothy et Eleanor. Jusqu’à présent, Ross n’avait pas éprouvé le besoin de rencontrer cette jeune fille, mais devant les explications du jeune homme, il était de plus en plus convaincu qu’il serait bon qu’elle assiste à une prochaine séance. Après tout, Ross ne connaissait Eleanor que par les dires de Timothy. Il était fort possible qu’il ne la perçoive pas comme elle était réellement.

- Si vous voulez Timothy, vous pourriez demander à Eleanor de vous accompagner à la prochaine séance. Comme ça, si vous ne lui avez toujours rien dit d’ici là, ce pourrait être une bonne occasion de le faire en ma présence ?

Le fait aussi que les deux jeunes gens se soient séparés deux fois en six mois n’était pas pour être rassurant. S’il pouvait éviter une troisième séparation, ce serait préférable. Bien entendu, l’écossais ne prétendait pas être celui qui arrangeait tout mais, en étant le témoin de leur conversation, il serait plus à même d’aider le jeune homme dans le cas où ça se passerait mal.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Dim 5 Juin - 1:53

    Ross avait-il raison ? Les choses seraient-elles plus simples à expliquer en sa présence ? Timothy avait envie d’y croire. Du moins ça l’arrangeait bien d’y croire. Dés que Ross ouvrait la bouche, les choses semblaient faciles et logiques, limpides comme de l’eau de source. Il était indéniable que le psychologue avait un effet calmant sur lui… un peu comme le cannabis d’ailleurs ! Mais quel effet cela aurait-il sur sa rouquine ? Il lui avait déjà parlé de son psy, mais il avait été vague, et peut-être bien qu’elle ne l’avait pas cru au fond. Peut-être qu’elle avait supposé qu’il avait dit ça pour faire bien après une énième dispute à propos de ses mensonges. Il n’en n’était même pas sûr !
    N’empêche qu’une sensation insidieuse continuait de vibrer dans son estomac. C’était la résultante du combat acharné que se livraient le petit ange et le petit démon qui vivaient sur ses épaules.
    Le démon l’incitait à la facilité, l’ange lui, avait envie qu’il assume tout seul comme un grand.
    Tim savait bien qu’il était un peu lâche, alors l’idée de trainer Eleanor jusqu’ici pour se facilité la tâche lui procurait un sentiment de culpabilité désagréable. Il avait bien envie d’écouter son ange qui lui soufflait de prendre ses responsabilités,… mais voilà… les responsabilités c’était quand même vraiment trop chiants…

    « Ouais… ouais peut-être que ça serait plus facile » finit-il par acquiescer en adressant au médecin un regard reconnaissant.

    Mais ses yeux verts s’assombrirent rapidement avant qu’il n’enchaine :

    « Mais … peut-être qu’elle va penser… que c’est trop facile, vous voyez ? »

    C’était une question qui n’en n’était pas vraiment une. Déjà, Tim savait bien que Ross voyait ce qu’il voulait dire, et ensuite, il ne lui demandait pas réellement son avis. Connaissant Eleanor, elle allait soit être totalement réceptive et réagir presque trop bien, soit se sentir trahie que Tim ait besoin d’un intermédiaire pour lui parler. C’était toujours ultra noir, ou ultra blanc, impossible de prévoir.

    « Je… j’verrai, j’vais tâter la température ce mois-ci et… j’vais voir »

    Il passa une main sur son visage, accompagné d’un grognement las, avant de reposer son regard sur l’écossais. Il venait seulement de tiquer sur l’une des phrases qu’avait dites Ross un rien plus tôt.
    Il esquissa un sourire un peu aigre et un haussement de sourcil.

    « Et puis c’est pas vrai, elle peut carrément me faire faire des choses que je veux pas faire. Rien qu’en ce moment ! Moi j’voulais pas arrêter de fumer au départ. C’est son idée. Elle veut que je fasse du sport avec elle… du sport ! Sauf que… moi quand je cours, c’est pour jouer avec mes chiens… ou … ou pour sauver ma vie à la limite ! Et je lui ai dis que j’voulais pas arrêter de fumer… et… j’sais pas c’qui s’est passé, j’ai limite pas compris. Un jour j’me suis réveillé et j’avais arrêté de fumer. J’sais pas comment elle fait. Elle a des superpouvoirs j’crois… »

    Au sens propre comme au sens figuré malheureusement…
    C’était surtout lui qui avait des ‘antipouvoirs’ oui ! Le vrai problème dans l’affaire c’est qu’il fallait toujours qu’il s’écrase comme une mouche. Il était incapable de dire non, surtout à Eleanor. Et comme par-dessus tout ça, il était incapable de se mettre en colère et de se sentir plausible, il lui semblait n’avoir absolument aucun moyen de lutter…
    Du coup, sa seule défense était d’éviter les conflits avec le mensonge… donc en fait, s’il mentait c’était de sa faute à elle !...
    … Non ?
    Non.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Jeu 9 Juin - 21:22

Timothy avait le choix mais il est incapable de décider. Ce jeune homme de vingt cinq ans agissait comme un garçonnet. Il avait envie de faire les choses mais n’y parvenait pas comme s’il manquait de confiance en lui. Et, ou, il se posait trop de questions et envisageait tout un tas d’éventualités, l’incertitude naissait alors et le poussait dans ses retranchements, annihilant son désir premier ou le renvoyant à plus tard. La crainte de ne pas réussir ou de mal faire, la peur de ne pas être compris et d’être rejeté, étaient des sentiments difficiles à canaliser. Il fallait une bonne dose de volonté et de courage pour les surmonter. Ce n’était pas donné à tout le monde ! C’était tellement plus simple d’évincer ou d’ignorer un problème mais ça ne réglait rien ; un jour ou l’autre il réapparaissait tel un boomerang en pleine face ; plus il revenait de loin et plus il faisait mal. Dans ce cas, il était souvent nécessaire d’avoir recours à une tierce personne pour être soutenu et éviter de tomber au fond du trou.

- Quoi qu’elle en pense, ce sera toujours mieux que de continuer à lui cacher la vérité.

Ross était convaincu par ce qu’il disait mais il n’avait pas été capable de mettre en application ses conseils. Il comprenait fort bien que ce ne serait pas facile pour Timothy. Il ne pouvait pas lui parler de sa propre expérience car il n’était pas un exemple à suivre. Ce n’était pas six mois qu’il avait attendu mais douze ans. Douze ans de trop. Si c’était à refaire, il ne referait pas la même erreur. Encore que… ce n’était pas évident ; il fallait compter sur les paramètres imprévisibles qui se greffaient au fil du temps et qui mettaient les bâtons dans les roues. Il n’était pas rare de voir une bonne volonté initiale se transformer en véritable calvaire.

C’était un peu les craintes du jeune homme. Ross saisissait parfaitement ses réticences. Il aurait aimé le rassurer mais il n’aurait pas été honnête envers lui. Il préférait ne rien dire. Que pouvait-il répondre d’ailleurs ? Rien. Il ne connaissait pas Eleanor et ne pouvait prévenir les réactions de la jeune fille.

- Quel genre de pouvoir à votre avis ? Ne vous a-t-elle rien dit à ce propos ?

Si tel était le cas, ce serait une aubaine. Timothy aurait alors la possibilité de prendre l’exemple d’Eleanor en mettant l’accent sur son silence à ce sujet. Elle serait mieux à même de comprendre son silence de son petit ami concernant son amnésie. Du moins, c’était ce que pensait le psychologue. Cela dit, si cette jeune fille était réellement comme il la décrivait, ce n’était pas irréfutable. « Ne faites pas autres ce que vous n’aimeriez pas qu’ils vous fassent » est une règle d’or rarement respectée. Ce serait pourtant tellement mieux !

- Vous le savez sans doute Timothy mais indépendamment des sentiments comme la culpabilité, la honte ou la mauvaise conscience, il s’avère que le mal que nous faisons aux autres peut se retourner contre nous. Sauf dans certains cas extrêmes, comme le meurtre, il est possible de réparer le mal qu’on a fait. Plus on répare vite, plus on a de chance de réussir et de repartir sur de bonnes bases. Si je vous dis cela, c’est pour vous faire comprendre que votre situation n’est pas si grave. Vous n’avez rien fait de mal à la base, mais plus vous attendrez et plus ce sera perçu comme tel.

Ross baissa la tête et eut un petit sourire ironique en pensant à lui-même.
*Tu aurais du y penser plus tôt ! Pas étonnant que ton fils te tourne le dos maintenant*
S’il n’y avait pas eu cet incendie au gymnase, il n’en serait pas là. C’était le paramètre improbable, dans la vie de Ross, qui avait mis un terme à des années de non-dits.

- Au fait Timothy, ça n’a rien à voir, mais vous étiez la fête de fin d’année de l’Ucla avec votre petite amie ? Si non, vous en avez sans doute entendu parler?

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Dim 12 Juin - 1:48

    Est-ce que c’était lui ou est-ce que depuis le début de cette conversation, certaines parties lui échappaient complètement ? Il avait l’impression qu’un petit malin débranchait et rebranchait le traducteur à répétition. Du coup il avait des moments de flottement bizarres où il se demandait s’il n’avait pas raté un épisode et s’il avait bien compris la question.
    Est-ce que Ross se moquait de lui avec cette histoire de superpouvoirs ? Il avait dit ça comme ça, c’était simplement une manière de parler, tout le monde savait ça…non ?
    Non, il y avait plein de chose qu’Eleanor jugeait normales de savoir et que lui ne savait pas. Comme par exemple : ‘comment faire un virement bancaire’, ‘quels pays était actuellement en guerre’, ou encore ‘comment installer les chaines d’une télé’. Bref, tout ça pour dire qu’il n’était pas le meilleur en la matière. M’enfin les superpouvoirs ça n’existaient pas…

    Enfin si…, en fait si, mais c’était super top secret. Ca, Eleanor s’était assuré qu’il le comprenne bien. Elle lui avait frénétiquement répétés pendant plusieurs jours après lui avoir révélé qu’elle contrôlait les températures.
    Mais est-ce que c’était vraiment de ça dont parlait Ross ? Il ne comprenait jamais rien à rien et préférait assumer que non, pour éviter la moindre bourde irrécupérable.
    De toute manière entre temps son médecin avait enchainé, le ramenant à des sujets plus personnels qui balayèrent un peu ces histoires de superpouvoirs étranges qu’il n’arrivait pas à situer.

    Réparer le mal que l’on faisait, voilà un principe qui était à la fois rassurant et terrifiant. L’idée qu’il y ait effectivement une porte de sortie digne de ce nom était encourageante, c’était le chemin que l’on devait parcourir pour sortir qui était long et vraiment pénible.

    « P’tètre… » il soupira et passa une main dans ses cheveux broussailleux pour dégager son visage « P’tètre que je devrais faire ça par étape, non ? J’veux dire… lui expliquer d’abord… je sais pas moi, tout le reste. Du genre ma mère, l’accident, tout le blabla… puis quand je le sentirai mieux, dans quelques temps, j’lui parlerai de l’amnésie »

    Perdu dans ses pensées, c’en était presque à lui-même qu’il parlait. Il essayait d’appliquer ce que lui disait Ross tout en trouvant tout de même le moyen d’éviter la partie qui lui faisait vraiment peur.
    Pas vraiment courageux, mais peut-être déjà moins lâche ?
    Peu importe, le psychologue venait de reprendre sur un sujet bien différent.

    Timothy fronça les sourcils, déconcerté l’espace de quelques instants par ce changement de conversation. Un changement qui le ramenait une fois de plus à cette étrange impression de flottement. Il allait vraiment falloir qu’on arrête de jouer avec le traducteur…

    « Heu… oui, enfin non ! Non moi j’y étais pas, … j’aime pas trop quand la musique va trop fort et... et en fait à ce moment-là on était plus ensemble… Mais Eleanor elle y était elle et… enfin elle m’en a parlé puis j’ai vu des trucs là-dessus à la télé aussi. En tout cas ma copine elle était plutôt secouée. Elle saignait et tout » informa-t-il le psychologue en désignant sa joue pour lui montrer où Eleanor avait été blessée « D’ailleurs c’est un peu affreux à dire mais c’est grâce à ça qu’on s’est remit ensemble. En revenant de la fête elle voulait pas être toute seule alors… elle est venue chez moi et… voilà quoi »

    C’était aussi justement le soir où elle lui avait avoué qu’elle ne pouvait pas coucher avec lui parce qu’elle risquait de le griller comme un toast…

    « La pauvre, elle qui veut reprendre des études là-bas, moi j’oserai plus y retourner maintenant à sa place ! » assura-t-il d’une grimace « Oh ! Mais j’y pense, vous travaillez là-bas vous ! Vous y étiez aussi ? C’est pour ça que vous voulez savoir ? »

    Oui parce que… c’était intéressant comme sujet mais ça n’avait pas grand-chose à voir avec ses problèmes. Pas qu’il sache en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Lun 13 Juin - 15:01

Timothy semblait s’angoisser à l’idée de parler de son amnésie à sa petite amie. Il fallait vraiment qu’il se décide à tout lui raconter s’il ne voulait pas avoir à faire la démarche plusieurs fois. Ross avait vraiment le sentiment que le jeune homme faisait un complexe de son amnésie.

- C’est vous qui décidez Tim mais si vous commencer à lui parler de votre mère et de l’accident, autant tout lui dire. Ce sont les premiers mots qui sont le plus difficiles à prononcer, après, croyez-moi, ça va tout seul.

Le psychologue essayait de le motiver autant qu’il le pouvait mais il ne pouvait pas faire la démarche à sa place. Il espérait qu’il prendrait la bonne décision et surtout, qu’il ne tarderait pas trop à parler à Eleanor.

Quant au pouvoir abordé plus tôt, Ross avait désormais l’intime conviction que le jeune homme vivait dans l’ignorance. Son dossier médical le mentionnait pourtant ! Il était étonnant que son ancien médecin ne lui en ait jamais parlé. Ou alors le jeune homme se cachait derrière son amnésie pour éviter le sujet ; à moins qu’il n’agisse par méfiance, ce qui était tout à fait compréhensible. Etre doté d’une capacité due à l’évolution de l’espèce humaine risquait d’attirer les indésirables. Ross lui-même était extrêmement vigilant et se gardait bien d’en parler à n’importe qui. Tim ignorait que son psychologue était comme lui ; il n’avait pas pu le découvrir puisqu’il n’était pas à la soirée organisée par l’Ucla. Certes, Eleanor y était mais, une chose était certaine, elle n’était pas présente dans les vestiaires ; elle n’avait donc pas pu découvrir le pouvoir de l’écossais et en parler à son petit ami. Si tant était qu’une tierce personne lui en aurait touchée deux mots, elle l’aurait sans doute dit à Tim, et dans ce cas il aurait certainement levé sa garde. L’écossais décida de mettre de côté ce chapitre et de rebondir sur la soirée estudiantine qui en traumatisa plus d’un. La catastrophe avait permit que les deux jeunes gens se remettent ensemble,

- Comme quoi « à toute chose, malheur est bon ». Je trouve ce proverbe assez sinistre, mais dans votre cas, il prend tout son sens. Cette soirée fut un véritable désastre. Vous avez bien fait de ne pas y aller. J’espère que tout s’est arrangé pour Eleanor depuis ?

Cette jeune fille avait eu de la chance, tout comme Ross. Ils avaient été blessés par l’explosion et l’incendie mais ils s’en étaient sortis. Ce n’était malheureusement pas le cas pour dix huit personnes dont Abigaêl, la sœur d’Aaron. Le dirigeant de Genome avait pété les plombs et ne s’en remettait pas. Ross était démuni devant son ami et avait du mal à lui faire entendre raison. Tout comme avec Wyatt, le jour où il lui avait enfin révélé la vérité sur ses origines, sa profession ne lui servait pas à grand-chose ; les sentiments éprouvés pour une personne chère chamboulaient toutes les belles théories : l’homme devait faire avec et c’était loin d’être simple.

- Effectivement, j’enseigne à l’Ucla et j’étais à cette soirée dont je me serais bien passé. Mais que voulez-vous, je ne pouvais pas déroger à mes obligations. Dans un sens, heureusement que je m’y suis rendu…

La direction de l’université avait demandé aux professeurs d’être présents. Ross ne voulait pas y aller mais devant l’insistance de son fils, il avait fini par céder. Si seulement il était resté sur sa première position, les relations entre Wyatt et lui ne se seraient pas dégradées. Cependant, il n’osait pas imaginer ce qui en aurait résulté s’il n’avait pas été dans les vestiaires : le nombre de victimes aurait sans doute doublé. Ross ravala sa salive et but une gorgée d’eau. Il aurait aimé oublier tout ces mauvais souvenirs.

- Bref... Si on revenait à nos moutons. Depuis notre dernier entretien, vous avez pu réussir à réunir quelques pièces du puzzle qui vous manquent ?

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Mar 28 Juin - 22:21

    Franchement, Timothy doutait bien fort que Ross ait raison et que le plus difficile soit les premiers mots, pourtant le débat risquait de tourner en rond s’il le contre disait une fois de plus à ce sujet. Pour être franc, quoi qu’en dise son psy, Timothy restait encré dans le doute. Il avait de l’imagination à revendre pourtant il lui était impossible de se projeter dans ce scenario tant l’échec lui paraissait évident.
    Il avait tout de même hoché vivement la tête pour confirmer ce que lui disait le praticien et laisser ce sujet sans fin sur le côté pour le moment.

    « J’trouve pas que ce proverbe soit sinistre » commenta presque distraitement Timothy « C’est même le fondement basique des choses quand on y regarde bien ! Un évènement qui en entraine un autre, qui en entraine un autre, et encore un autre et ainsi de suite » il haussa une épaule « Parfois c’est cool et parfois pas. Eleanor s’en est plutôt bien remit j’pense… elle m’en parle pas vraiment, elle aime pas trop y repenser j’crois bien »

    Tim trouvait Ross un rien négatif sur ce coup-là. « A toute chose, malheur est bon » ça n’était pas du tout sinistre c’était même une bonne nouvelle au fond ! Certain évènements dramatiques entrainaient parfois du bon, des réconciliations et de l’amour. Heureusement !
    Enfin… sûrement que Timothy pensait les choses comme ça car il n’avait jamais été prit au piège dans un bâtiment en feu durant un tremblement de terre et une fuite de gaz ! Il n’avait jamais vu personne mourir non plus, enfin si, mais ça il l’avait oublié, alors ça ne comptait pas vraiment.
    Il savait pourtant que si jamais il avait accompagné sa petite-amie là-bas et avait vécu cette soirée, lui aussi aurait bien du mal à y voir quoi que ce soit de positif là-dedans.
    Cela dit, le bien et le mal n’étaient jamais qu’une divergence d’opinion au fond, et les opinions changeaient en fonction de l’expérience.

    Le jeune homme fut cela dit tirer de ses réflexions abyssales par la dernière question de son interlocuteur. Bizarre qu’il lui pose cette question d’ailleurs ! Par « puzzle », Ross entendait sûrement ses souvenirs manquants, autrement dit les 17 premières années de sa vie. Il ne lui avait plus posé cette question-là depuis son tout premier rendez-vous. Timothy avait bêtement pensé que c’était de l’acquis et que Ross n’essayerai jamais de creuser de ce côté-là.
    C’était un peu naïf car forcément, pour un amnésique, le mieux était de creuser du côté de la mémoire. Mais la philosophie de Tim lui dictait plutôt de ne pas s’encombrer du passé et de le laisser là où il était pour s’occuper du moment présent, bien plus important, car immuable.
    Ross n’avait pas la même philosophie. Il prônait plutôt le « soit en paix avec ton passé pour mieux affronter le futur », ou quelque chose dans ce genre-là du moins.

    « … c’est la question des 6 mois ? » sourit-il Tim pour donner le change.

    Pas qu’il soit rendu mal à l’aise par la question, mais franchement, Ross devait se douter depuis le temps que Tim n’essayait même pas de se souvenir de quoi que ce soit qui précède son accident. Il n’avait plus essayé depuis des lustres et n’en parlait jamais de lui-même, voir évitait délibérément les sujets qui pouvait y amener.
    Alors pourquoi lui poser cette question cette fois-ci exactement ?

    « Vous posez des questions bizarres aujourd'hui je trouve ! 'Suis pas toujours très sûr de c'que vous voulez savoir » fit-il très justement remarquer « Vous en avez marre que j’fasse rien de ce que je dis que j’vais faire ? » baragouina-t-il en prenant une moue de petit animal abandonné au cas où Ross en aurait effectivement assez qu’il promette et ne bouge jamais le petit doigt…

    Au moins ça lui ferait un point commun avec Eleanor…
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Mer 13 Juil - 19:12

Malgré le consentement visuel donné par Timothy, Ross n’était pas convaincu. Tel qu’il connaissait le jeune homme, il était probable qu’il ne parlerait pas ouvertement à Eleanor. L’idée de l’échec devait occuper son esprit. Ayant été dans une situation semblable, le psychologue devinait facilement les réticences et les peurs de son patient. Il les avait d’ailleurs soulignées mais il ne pouvait rien décider pour lui, simplement l’inciter à dire la vérité, comme Luna l’avait fait avec lui avant la catastrophe du gymnase. Il savait que son patient repoussait très souvent au lendemain ce qu’il avait à faire en prétextant que rien ne pressait. Une vaisselle pouvait attendre dans l’évier sans avoir de conséquences fâcheuses si ce n’étaient quelques mouches gourmandes ; par contre, un être humain digérait très mal de se voir tromper par une personne proche ; plus la personne était proche et plus la réaction risquait d’être explosive. La balle était dans le camp de Timothy.

- Comme je vous l’ai dit, si vous pensez que cela peut aider à dénouer la situation, je suis disposé à recevoir Eleanor avec vous dans mon cabinet.

Ceci permettrait également à Ross de vérifier si la jeune fille n’avait pas subi un trop gros traumatisme. Il était toujours difficile de situer après avoir vécu ou assisté à un drame. Beaucoup de personnes culpabilisaient d’être encore en vie alors que d’autres étaient mortes. Elles se remettaient en question mais ne se posaient pas les bonnes questions, ce qui les menait parfois sur une pente glissante. Sans s’en rendre compte, elles sombraient dans la dépression. C’était principalement pour ces raisons qu’une cellule de crise et d’aide psychologique était mise en place après chaque catastrophe. Il était nécessaire d’analyser la situation pour mieux la dédramatiser.

Minimiser une situation, pour cela le jeune homme était très fort ! A l’écouter, il donnait l’impression de ne rien prendre au sérieux. Etre un peu j’m’en foutiste aidait à affronter les difficultés mais ne réglait pas pour autant les problèmes de fond. A un moment ou à un autre, il était indispensable de se pencher sur la question pour trouver une solution. Sans cela, les causes réelles risquaient de grignoter petit à petit le mental du plus solide des êtres humains.

La question des six mois ! Une délicate façon de signaler au psychologue qu’il n’avait pas vraiment fait progresser son patient depuis. Il n’y avait rien de bizarre dans sa question pourtant. Comme quoi, une même phrase pouvait être interprétée différemment d’un sujet à l’autre. Ross arqua un sourcil étonné puis esquissa un sourire gêné.

- Certes vous ne faites pas partie de ceux qu’on pourrait qualifier d’entreprenants. Vous allez à votre rythme. C’est à moi de vous donner l’impulsion nécessaire pour vous dépasser. Mais là, franchement, je suis un peu démuni. Avoua-t-il légèrement déconcerté.

Il n’en avait pas assez que son patient n’avance pas d’un poil ; il en avait assez de ne pas arriver à détecter la faille qui permettrait de l’aider concrètement. La patience nécessaire à ce métier était parfois usante. Ross savait très bien que les psychothérapies pouvaient durer des années, mais étaient-elles toujours utiles ? Rien n’était moins sûr ! La patience de l’écossais s’estompait-elle avec les années ? Il en arrivait à se demander s’il ne devrait pas changer de profession.
Ce n’était pas le moment de s’apitoyer sur son sort. Ross n’avait pas à faire part de ses états d’âme à son patient. Il le savait mais il avait du mal à rester neutre et à prendre de la distance indispensable pour ne pas se sentir embrigader. Il n’était qu’un humain après tout !

- Je suis désolé Tim… On devrait peut-être remettre cette séance à plus tard. Dit-il en se levant pour signifier la fin de l’entretien.

Aujourd’hui, Ross n’était bon à rien ou mauvais à tout. Il était inutile de faire durer cette entrevue qui n’apporterait rien de concret. Il aurait mieux fait d’annuler cette séance au lieu de jouer les fortes têtes que rien ne démontent. A trop réfléchir, les neurones fatiguent et le cerveau se met au point mort. Dans ce cas, la seule chose que le psychologue était encore capable de faire, était un peu d’exercice physique. Contre toute attente, Ross demanda à son patient :

- Un plongeon dans la piscine, ça vous dirait Tim ?
Tout comme le fait de consulter sous la véranda, il n’était pas dans ses habitudes de proposer une telle activité à ses patients. Au diable les habitudes ! Ras le bol des us et coutumes. Sa conscience professionnelle était mise à mal mais, après tout, un peu d’exercice physique n’avait jamais fait de mal à personne.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Mar 26 Juil - 18:47

    Un peu démuni ? Qu’est-ce que c’était sensé vouloir dire ? …
    Timothy n’avait aucun problème de vocabulaire, mais dans le contexte présent, il avait un peu de mal à se figurer dans quel sens son psychologue avait utilisé ce terme. Est-ce que ça voulait dire qu’il était à court d’argument, où est-ce que ça voulait carrément dire qu’il commençait déjà à trouver son cas désespéré ? Ca avait été rapide si c’était le cas. Seulement six mois avant que Ross ne sache déjà plus quoi faire de lui. Il était venu à bout d’autres psys bien plus vite que ça, mais dans ces cas-là, il l’avait carrément fait exprès. Cette fois-ci, Timothy aimait bien Ross et se sentait un peu mal à l’aise de réaliser que ça n’était peut-être pas réciproque. En tant que psy, il était difficile d’apprécier quelqu’un qui vous démunissait de tout arguments et rendait inutile votre travail, non ?

    Le malaise ne se fit que plus grand une fois que le docteur proposa de remettre cette séance à plus tard. L’estomac du jeune homme s’était vivement contracté et il s’était sentit honteux. C’était le même genre de sentiment qu’il éprouvait lorsqu’Eleanor se mettait à hurler sur lui pour lui dire qu’il était insupportable et en retard pour son âge… entre autres reproches du même genre.
    Sans savoir ni trop quoi dire ni même quelle tête adopter, le jeune homme amorça un vaguement mouvement pour se relever sans pour autant aller jusqu’au bout. Il ignorait totalement ce qu’il était sensé faire dans ce genre de situation, car malgré la flopée de psys qu’il avait déjà consulté, cette situation n’était jamais arrivée.

    Il allait ouvrir la bouche pour demander à Ross s’il devait partir, ou peut-être pour s’excuser, ou un mélange baragouiné des deux, mais il fut interrompu par le plus vieux qui reprit la parole.
    L’expression incertaine de Tim se transforma en une mimique d’étonnement bien plus franche. La piscine maintenant…
    Décidemment, cette séance n’avait rien d’usuelle. Pendant quelques instants un peu troubles, le jeune homme se demanda s’il s’agissait d’une blague, ou si ses oreilles ne l’avaient pas trompé. C’était déjà arrivé qu’il entende une chose alors que son interlocuteur en avait dit une autre, ou qu’il plane un peu trop pour piger ce qu’on venait de lui dire. Il se savait dissiper en somme, mais bon, cette fois, il était plutôt bien concentré. Ross venait bel et bien de lui proposé un plongeon dans sa piscine.

    Lentement, Timothy termina de se lever pour ensuite se gratouiller la tête d’un air hésitant. Ce ne fut l’affaire que de quelques secondes cependant, car bientôt, un faible sourire vint éclairer son visage.
    Ross était carrément rock’n’roll comme psy, Tim adorait ça en fait.

    « Bah carrément ouais ! » finit-il par répondre.

    C’est qu’il n’avait pas souvent l’occasion de se baigner dans la moindre piscine. Il passait le plus clair de son temps sur la plage, ou à vagabonder à gauche et à droite avec ses chiens, mais payer pour rentrer dans un endroit où un trou en béton avait été remplie d’eau chlorée, ça ne lui venait jamais à l’esprit !

    Et dix minutes plus tard seulement, il avait déjà les pieds dans l’eau jusqu’aux genoux. Puisqu’il était une créature de plage, et qu’il faisait vraiment très chaud cet été, le jeune homme ne portait plus que le combo tongs/short/chemise/chapeau depuis des semaines déjà. Alors assit sur le bord de la piscine de son médecin, il admirait sans se lasser l’aspect cristallin de l’eau et les reflets du soleil qui venaient y miroiter au gré de ses mouvements lent.

    « C’est la séance la plus cool que j’ai jamais faite » fit-il très justement remarquer en plongeant ses mains dans l’eau pour en ressortir une petite mouchette qui buvait la tasse et la déposer sur le rebord pour qu’elle sèche ses petites ailes.

    Il poussa un long soupir et laissa ses grands yeux verts parcourir le jardin bien entretenu de son ôte. Il remarqua alors un petit moineau sur la pelouse un peu plus loin, en quête d’insectes à becter d’après ce qu’il captait.

    « Tu ferais bien de te sauver » conseilla-t-il tout bas à la petite mouchette qu’il venait de sauver.

    Puis dans un sourire mutin, il sifflota deux trois petites notes. L’oiseau tourna ses deux petites billes noires et exorbitées sur lui, avant de se mettre à bondir sur l’herbe pour le rejoindre. L’animal s’arrêta cependant à quelques mètres du jeune homme et l’observa avec circonspection et prudence.

    « Fais pas ton timide ! » l’incita Tim en lui faisant signe de le rejoindre « Vous lui faites peur » lança-t-il ensuite au psychologue sur un faux ton de reproche.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Lun 1 Aoû - 23:45

Tim semblait gêné, pour ne pas dire perturbé, par les propos de Ross. Sans doute n’avait-il pas compris les raisons réelles qui poussaient le psychologue à remettre la séance à plus tard. Comment aurait-il pu ? Ne connaissant pas les préoccupations personnelles de l’écossais, il ne pouvait pas deviner. Ross sut qu’il avait été maladroit mais il ne pouvait pas lui exposer les faits le concernant. Cependant, pour éviter un malaise plus intense, il devait lui fournir une explication.

- Rassurez-vous. Vous n’y êtes pour rien Tim. C’est moi qui n’assure pas du tout aujourd’hui
. Dit-il d’un air désolé.

Ce n’était pas une véritable explication mais il espérait tout de même rassurer le jeune homme qui n’avait pas à se sentir responsable de l’interruption de séance. L’hésitation de Tim fit douter le psychologue sur sa proposition quelque peu originale. Il n’avait certainement jamais eu à faire à un médecin avec une idée aussi farfelue que de piquer une tête dans une piscine. La réponse gomma le doute naissant et fit sourire le psychologue. Pour lui, l’eau était un bon moyen de se relaxer et de ne penser à rien, c’était ce dont il avait besoin en ce moment. Il espérait qu’il en serait de même pour Tim, à moins qu’il ne sache pas nager.

Cinq minutes pour se changer et enfiler un short de bain et Ross se retrouva à la piscine. Sur le rebord, il déposa un short emprunté à son fils pour le jeune homme et deux grandes serviettes. Il descendit l’échelle et s’immergea prudemment. Par temps chaud, il était déconseillé de plonger, à moins de vouloir risquer l’hydrocution.Ross resta près du bord afin de laisser son corps s’acclimater à la température de l’eau. Il fut alors le témoin d’une petite scène originale. Connaissant la capacité de son patient, il ne fut pas surpris de le voir parler avec des animaux. Par contre, il fut étonné que Tim ne s’en cache pas. Le psychologue avait déjà tenté à plusieurs reprises d’aborder le sujet. A chaque fois, son patient avait fait comme si il ne comprenait pas ou comme si il ne savait pas lui-même qu’il avait un don, pensant peut-être que c’était normal.

- C’est bien possible. Répondit-il naturellement au faux reproche.
- Cet oiseau a bien raison de se méfier des humains car tous ne veulent pas son bien. Ajouta-t-il en faisant le moins de bruit possible pour ne pas effrayer l’animal.

- Dites-lui que je n’aime pas la chasse ; que sans le chant des oiseaux, la nature serait bien morne et les levés de soleil n’auraient plus la même intensité. Enfin, ce n’est peut-être pas la peine de tout lui traduire car je ne pense pas qu’il n’a pas les moyens d’analyser la finalité de ce que je dis. Mais bon, vous m’avez compris, vous. Ce n’est pas moi qui lui ferais du mal.

Ross observa le comportement du jeune homme et de l’oiseau. Il ne faisait aucun doute que son patient était un mutant. Certes, il l’avait lu dans son dossier médical mais jusqu’à présent il n’avait pas pu le vérifier. Restait à savoir si le jeune homme en était conscient.

- Les animaux vous comprennent et vous les comprenez n’est-ce pas ? Demanda-t-il sans attendre de réponse. C’était plus une affirmation qu’une question.
- Vous savez certainement que ce n’est pas du à tout le monde, que vous avez une capacité hors du commun ?

Cette fois, Ross laissa la parole à Timothy. Il voulait en avoir le cœur net avant de poursuivre et savoir quelle direction prendre dans ses explications. Il était souvent délicat d’annoncer ce genre de particularité car elle pouvait être prise pour une tare et le déni était une réaction courante.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Jeu 4 Aoû - 22:45

    Le petit moineau n’avait pas fait son farouche bien longtemps. C’était un animal de jardin qui était habitué à la présence humaine, du moins tant qu’elle ne se rapprochait pas de trop près. En quelques petits bonds silencieux il s’était rapproché assez pour que Timothy l’atteigne et le jeune homme s’employait depuis à lui caresser délicatement la tête, s’étonnant encore et toujours de la fragilité de ces petits êtres.

    Ross avait raison lorsqu’il affirmait que le moineau avait raison de se méfier. Tim évitait d’y penser un maximum parce que cette idée lui était trop étrangère et trop désagréable pour qu’il ne la supporte bien longtemps. Comment qui que ce soit de normalement constitué pouvait décemment prendre plaisir à malmener et maltraiter ce genre de petite chose à plume si fragile et si noble ? La nature humaine était un vrai labyrinthe dans le quel il avait arrêté de se perdre il y a longtemps. Il laissait volontiers cette énigme à son psychologue qui faisait trempette dans la piscine. Chacun son truc après tout.

    Quant à l’intensité des levés de soleil et l’éthique de la chasse, effectivement, le moineau n’aurait pas pu s’en moquer plus. C’était exactement ça que Tim aimait chez les animaux, ils ne s’encombraient jamais du moindre superflu. Tout ce qui comptait pour eux, c’était boire, manger, dormir et se reproduire. Le jeune homme trouvait cette manière de vivre beaucoup plus saine, et depuis des années, c’était selon ces préceptes là qu’il essayait de vivre. La preuve qu’il était dans le bon, c’est qu’on avait jamais vu une poule ou un raton laveur se taper une dépression et prendre rendez-vous chez le psy…

    Tim ne décrocha son regard du petit oiseau que lorsque Ross reprit la parole pour lui parler de capacité, une fois de plus. Le jeune homme l’observa avec incompréhension quelques secondes encore, sourcils froncés sur ses yeux verts ou brillaient quelques interrogations. Puis la lumière se fit d’elle-même. Depuis le début de la séance, il y avait eu plusieurs allusions au même sujet que Timothy n’avait pas comprises, maintenant toute cette histoire se faisait enfin plus claire.
    Il avait décidemment toujours un train de retard, Eleanor avait raison sur ce point…

    Cela dit, ça ne l’aidait pas à savoir quoi répondre ou quelle attitude adopter. Ca n’était pas la première fois qu’il entendait parler de capacités, mais c’était la première fois qu’on lui en attribuait une. Evidemment, Ross n’était pas le premier à lui dire qu’il avait un don avec les animaux, mais après tout, on disait souvent ces choses-là. On pouvait avoir un don pour le dessin, ou pour la comptabilité, mais ça n’avait finalement rien de particulier, il s’agissait simplement d’aptitudes avec les quelles on naissait ou qu’on apprenait à développer avec l’âge. Tout le monde avait une capacité si on allait dans ce sens.

    Pourtant Tim savait que ce n’était pas de ce genre de capacités dont parlait l’écossait. Il parlait de capacités comme celle d’Eleanor. Le problème étant qu’Eleanor lui avait clairement signifié de n’en parler à personne et de faire très attention à ce sujet. Est-ce que cet avertissement comptait aussi pour Ross ? Après tout, il n’avait rien de menaçant et Timothy l’aimait bien. Le jeune homme haussa une épaule et laissa le petit moineau s’envoler et disparaitre au loin.

    « J’sais pas » finit-il par répondre en cherchant ses mots « J’veux dire… qu’est-ce que vous en savez ? … comment vous pourriez savoir ça sur moi ? » il laissa passer quelques secondes, puis ébaucha un sourire « c’est pas marqué sur mon front en tout cas, sinon j’en aurais déjà entendu parler… »

    Un soupir plus tard et il reprit son sérieux, observant distraitement le soleil miroiter dans l’eau claire de la piscine.

    « Moi… on m’a dit qu’il fallait pas trop parler de ces trucs-là » conclut-il.
Revenir en haut Aller en bas
Ross F. McGregor

Psy chic | Admin de choc

avatar

Messages : 11654

All about you
Your secret life:
Disponibilité: [1/3]

MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Dim 7 Aoû - 0:08

Timothy semblait perplexe. Il était vrai qu’avoir une capacité hors du commun n’était pas donné à tout le monde et pouvait être difficile à croire. Cependant, tout le monde avait entendu parler d’enfants précoces, de personnes douées dans une matière ou dans un domaine particulier. On n’en faisait pas tout un plat mais des chercheurs s’étaient déjà penchés sur cette question et les statisticiens se faisaient un plaisir de les classer pour d’analyser le résultat de leurs études. Cependant, toutes les personnes douées ne possédaient pas un gène mutant et ceux qui l’avaient n’en avaient pas toujours conscience. Il suffisait que la capacité soit proche d’un don connu pour ne par chercher plus d’explications. La capacité de son patient pouvait être comparée facilement à ceux qui s’occupaient régulièrement d’animaux. En les observant, en les soignant et en s’intéressant aux animaux, il était relativement facile de les comprendre. C’était sans doute pour cette raison que Timothy ne se posait pas de question.

Par contre, une chose aurait du attiser sa curiosité : communiquer avec des animaux vivant en liberté dépassait la frontière du possible pour un humain. Certes, cela se produisait parfois quand de nombreux paramètres étaient réunis pour favoriser un échange privilégié, mais c’était très rare. Ou alors, comme beaucoup de mutants, il faisait l’ignorant pour ne pas en parler de peur d’être pris pour un mythomane, d’essuyer les moqueries, ou de tomber dans les griffes de gens peu scrupuleux. La plupart des recherches dans le domaine des mutations génétiques chez les humains étaient tenues secrètes mais rien n’empêchait de penser qu’elles existaient. Les livres de sciences fiction alimentaient allègrement l’imagination et il n’était pas rare de voir des récits inventés se réaliser.

Ross comprenait parfaitement les réticences du jeune homme, il avait raison de se méfier. C’était d’un air bienveillant qu’il écoutait et observait son patient.

- Vous avez parfaitement raison. Il ne faut pas parler de ces choses là à n’importe qui. Commença-t-il.

- Si je vous en parle c’est que vous êtes en droit de le savoir. Je sais que vous possédez une capacité hors du commun tout simplement grâce à votre dossier médical. D’ailleurs, je suis étonné que votre précédent psychologue ne vous en ait pas touché deux mots. Pour être tout à fait clair avec vous, vous êtes, comme de plus en plus de gens, porteur d’un gène mutant. D’après ce que j’ai pu observer, vous avez la faculté de communiquer avec les animaux à un degré tel que cela ne relève pas de la simple coïncidence ou de l’attention que vous leur portez. Expliqua-t-il en observant les moindres réactions du jeune homme.

- Je vais vous dire autre chose. Des recherches sont menées depuis quelques années sur ce gène. Parmi les scientifiques, certains sont prêts à faire n’importe quoi pour arriver à leurs fins. Il faut craindre les dérives car il existe des personnes qui pourraient utiliser les porteurs de ce gène à des fins peu glorieuses. Vous, vous avez une capacité qu’on peut qualifier d’inoffensive, encore que…. Mais il existe des personnes avec des capacités dangereuses qui pourraient être détournées pour assouvir les envies de mégalomanes avides de pouvoir. D’ailleurs, il faut également se méfier de certains mutants sans scrupules. Pour l’instant, il n’y a pas trop de risques car ils ne se montrent pas pour les raisons que je vous ai déjà évoquées, mais tout évolue, très vite. Comme dit le proverbe : la prudence est mère de sureté. Souvenez-vous toujours de cela Tim ! Vous êtes un bon garçon et il serait regrettable de vous voir tomber dans les griffes de ceux qui ne pensent qu’à satisfaire leurs sombres desseins. Heureusement, il existe aussi des personnes qui oeuvrent pour le bien de l’humanité, mais bon, ça s’avèrent assez difficile.

Voilà, tout était dit, du moins le principal. Le psychologue attendait désormais les réactions ou les commentaires de Timothy. S’il avait des questions, il était disposé à y répondre à partir du moment qu’il n’empiétait pas sur son jardin secret.

_______________________________________________________________

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas
Timothy

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   Dim 14 Aoû - 18:09

    Ross avait répondu honnêtement à Timothy, pourtant de son côté, le jeune homme ne se sentait pas beaucoup plus avancé. Sa petite-amie, et maintenant son psychologue lui disaient de se méfier, de ne pas en parler à tout le monde, le mettaient en garde contre certaines personnes, affirmaient que d’autres n’étaient pas méchantes, que d’autres encore possédaient des capacités dangereuses, n’empêche qu’au fond il n’avait aucun moyen de discerner qui était qui et qu’au final il ne savait toujours pas à qui en parler ou pas. Surtout que tous ces gens-là mit bout à bout, ça faisait pas mal de personnes au courant en fait. Pas si secret pour un secret.

    Tout ça pour dire que cette histoire commençait déjà à lui paraitre un rien trop prise de tête pour l’intéresser. Trop d’inconnues, trop de ramifications, et surtout, on lui avait cité le mot « dangereux » un peu trop souvent pour qu’il se sente à l’aise avec ce sujet. Les trucs dangereux ça n’était franchement pas son fort. Ses principes de vie allaient à l’encontre de ce genre d’affrontements sous couverture, ou du moindre affrontement tout court d’ailleurs, et de toute manière il n’avait pas plus d’intérêt pour la science que pour le golf ou le taux de la bourse.
    Il avait déjà bien assez de mal à se rappelé lorsqu’il fallait acheter du lait à l’épicerie, alors jouer aux agents secrets, très peu pour lui.

    Si jamais Eleanor revenait avec ce genre d’histoires, il serait toujours temps d’y penser et de s’y intéresser de plus près, mais pour l’instant, Tim en savait déjà assez pour déterminer quelle attitude adopter par rapport à tout ça.
    A savoir ? Aucune. Trop compliqué. Et pas encore assez vraiment menaçant pour qu’il s’en inquiète vraiment.
    Enfin… Eleanor avait tout de même été blessée durant cet éboulement à l’UCLA.
    Timothy chassa cette pensée contrariante et préféra en revenir é sa décision de simplement éluder la question.

    « Je vois » commenta-t-il, encore pensif « Hm… maintenant que vous le dites, p’tètre bien que mon neurologue à fait deux ou trois allusions à propos de … ‘tout ça’… »

    Ce qui expliquait que le Docteur Vagner rechigne à lui lâcher les baskets et ait transmis son dossier à Ross d’ailleurs.

    « Bref, en gros, si j’comprends bien… le mieux c’est que j’en parle à personne et … que je fasse comme si je savais rien du tout. Moi ça m’va » affirma-t-il à son psychologue en espérant que ça lui conviendrait comme réponse.

    Après tout il n’avait pas ce genre de conversation très souvent…

    « Mais… »

    Le jeune homme avait reprit dans l’idée de poser l’une ou l’autre question. C’est que Ross lui avait expliqué les bases mais n’était rentré dans aucuns détails. C’était flou, vague, et certainement qu’il y avait encore beaucoup à dire, sauf que le sujet ne le mettait pas très à l’aise et qu’il n’allait de toute manière rien faire des éventuelles informations que Ross aurait pu partager avec lui.
    Il serait toujours temps de revenir lui sonner les cloches si jamais le besoin s’en faisait sentir. Au moins il avait une adresse où aller si jamais il tombait sur un os. C’était toujours ça de prit !

    « …est-ce que vous savez faire le poirier dans l’eau ? » reprit-il donc en affichant un sourire qui le mettait au défi.




HJ : Ross, j'pense qu'on a tout dit et que c'est terminé, qu'en dis-tu ? \o/ Je te laisse répondre et cloturer si tu le sens, sinon, à mon sens, on peut cloturer ^^ donne-moi ton avis !
Edit Ross > Entièrement d'accord avec toi ^^ Et je sais faire le poirier dans l'eau aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Through the looking glass [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Through the looking glass [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVOLUTION :: CALLAHAN & MCGREGOR'S PLACE-